PFA. Documents soumis à la 55' session du Conseil du Centre (Turin, 18 mars 1994) SEPTIÈME QUESTION À L'ORDRE DU JOUR

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PFA. Documents soumis à la 55' session du Conseil du Centre (Turin, 18 mars 1994) SEPTIÈME QUESTION À L'ORDRE DU JOUR"

Transcription

1 GB.259/PFA/7/14 259" session Genève, mars 1994 Commission du programme, du budget et de l' administration PFA SEPTIÈME QUESTION À L'ORDRE DU JOUR Centre international de formation de l'oit Documents soumis à la 55' session du Conseil du Centre (Turin, 18 mars 1994) '_ 1. Conformément à la décision prise par le Conseil d'administration à sa 222" session (février-mars 1983) 1, les rapports et états financiers qui sont soumis au Conseil par le Conseil du Centre de Turin sont acheminés en premier lieu vers la Commission du programme, du budget et de l'administration pour observations et recommandations. 2. On trouvera en annexe les principaux documents établis pour la SS' session du Consêil du Centre. CC 55/2 CC 55/3 Rapport intermédiaire sur les activités du Centre en Propositions du Secrétaire général des Nations Unies pour une collaboration accrue entre le système des NationsUnies et le Centre. 3. Etant donné que la réunion du Conseil du Centre nese terminera que quatre jours avant la réunion de la commission, le rapport du Conseil sera distribué au cours de la session. Genève, 14 mars DocumentGB.222/10/31. paragr ()8..3.F94

2

3 CENTRE INTERNATIONAL DE FORMATION DE L'OIT.i, C;' CONSEIL DU CENTRE )(' ~,l' CC 55/2 55ème session Turin, 18 mars 1994 Deuxième point de l' ordre du jour Rapport intermédiaire sur les activités du Centre en 1993 l. INTRODUCTION 1. Ce rapport intermédiaire présente un panorama des activités du Centre au cours de 1993, dans le but d' informer les membres du Conseil des évolutions qui sont intervenues depuis la dernière réunion du Conseil en Ainsi, ce rapport intermédiaire est soumis à la session spéciale du Conseil pour information. Il ne. remplace aucunement le rapport annuel détaillé sur les activités du Centre et les nombreux autres documents concernant l' exécution du programme et du budget, qui seront préparés pour être présentés au Conseil.à sa session ordinaire de novembre La session spéciale du Conseil a lieu à peu près au milieu du Plan de développement quinquennal du Centre, qui a été adopté par le Conseil du Centre en novembre 1990 et approuvé par le Conseil d'administration du BIT en mars Le Plan a redéfini le mandat et la mission du Centre, a tracé les ligj}esprincipales du développement de son programme et a attribué au Centre un nouveau nom. Il est utile et opportun de considérer la mise en oeuvre du programme en 1993, à la lumière des principaux objectifs et des lignes directrices du développement tels qu'ils ont été esquissés dans le Plan de développement. Cependant, une évaluation intermédiaire d'ensemble de la mise en oeuvre du Plan est actuellement en cours et le Conseil sera pleinement informé des résultats de cette évaluation lors de sa session ordinaire en novembre 1994.

4 - 2 - II. MISE EN OEUVRE DU PROGRAMME EN Le programme de 1993 a mis l'accent sur la consolidation du nouveau Programme et de la structure adoptés dans le contexte du Plan de développement du Centre et conformément à ses objectifs principaux: 1) l'intégration avec l'oit au niveau de ses principaux programmes techniques et priorités; 2) l' élaboration, compte tenu des caractéristiques de chaque région et de leurs demandes, de programmes de formation destinés aux principales régions du monde, y compris les pays d'europe centrale et orientale; 3) une coopération accrue en matière de formation et d'activités spéciales de formation destinées aux Nations Unies et aux organisations du système, en vue notamment de développer le domaine de la formation en gestion de la coopération technique et des activités opérationnelles pour le développement. Ce dernier objectif est illustré au troisième point de l' ordre du jour de la présente session du Conseil. 4. L'année 1993 a vu une expansion considérable du nombre d'activités de formation du Centre. Quelque 160 activités ont été exécutées, par rapport aux 130 activités de l'année \ précédente. Volume d'activités de formation et de services-conseils (au Centre et sur le terrain, à l'exclusion des programmes individuels) Année Nombre de participants Nombre d' activités Nombre de jours/ participant Les activités de formation liées aux domaines des programmes techniques se sont accrues et le nombre des services techniques de l'oit qui coopèrent s'est élargi. Les services et unités techniques respectifs ont invariablement été invités à participer à la conception, au développement et à la mise en oeuvre, des programmes de' formation technique du Centre, assurant ainsi, sur une base permanente, des éléments de qualité des services fournis et de contrôle de la qualité. En plus des partenaires traditionnels, c'est à dire le Département de la formation (FORM) et le Département du développement des entreprises et des coopératives (ENTREPRISES), avec lesquels le Centre a toujours

5 - 3 - entretenu des relations en quelque sorte privilégiées, en termes d' actions de formation spécifiques, le Centre a élargi son programme d'activités en coopération avec toute une série d'autres services techniques, tels que le Département de la sécurité sociale (SEC SOC), le Service de l'administration du travail (ADMITRA), le Service des migrations et de la population (E/MIGRANT), le Département des normes internationales du travail (NORMES), le Service du droit du travail et des relations professionnelles (LEG/REL), le Département de l'emploi et du développement (EMPLOI), le Service du matériel et des contrats de sous-traitance pour la coopération technique (EQUIPRO), le Projet interdépartemental sur l'égalité des femmes en matière d'emploi, et le Programme international pour l' élimination du travail des enfants (IPEC). Répartition des participants et des jours/participantpar secteur d'activité Secteur d' activité 1992 Nombre Nombre de de part. jours/part Nombre Nombre de de part. jours/part. 1. Formation à la gestion Education ouvrière Création d' emplois - Développement rural Coopératives Administration du travail - Conditions et milieu de travail Technologie de la formation Applications de l' informatique Formation industrielle Réunions techniques Relations de travail Formation pour le système des Nations Unies Autres activités de formation TOTAL Femmes Hommes

6 Les activités de formation ainsi exécutées en 1993, en collaboration avec les différents départements, retlètent certains des principaux domaines d'intérêt de l'oit, c'està-dire la formation à la gestion et le développement de l' esprit d' entreprise, l' assistance aux organisations de travailleurs et d' employeurs, les femmes et le développement, les normes internationales du travail, l'éducation ouvrière, l'information du marché du travail, l'administration du travail, le règlement de contlit et la négociation collective. Une analyse plus approfondie de ces activités confirme la tendance qui était annoncée dans le Plan de développement du Centre, consistant à concentrer la compétence spécifique du Centre principalement dans le domaine de la formation à la gestion, de la méthodologie et de la technologie éducative, le terme formation à la gestion étant entendu comme la formation de gestionnaires aux différents niveaux et dans une vaste gamme de domaines. 7. Conformément aux objectifs énoncés dans le Plan de développement, un effort considérable a été déployé en 1993 afin de consolider et d' élargir les programmes de formation régionaux du Centre et de couvrir les principales régions du monde. Toutes les activités de formation régionales ont été conçues et mises en oeuvre en étroite consultation avec les bureaux régionaux de l'oit et répondent beaucoup mieux aux besoins clairement identifiés de I' OIT et de ses mandants dans les différentes régions. Grâce à la création de petites équipes de formation régionales au sein du Centre, la répartition par région du programme global de formation du Centre montre un panorama beaucoup plus équilibré. L' Afrique représente encore le programme régional le plus important du Centre, en termes de nombre d'activités, de nombre de participants, de jours/participant et de volume financier, suivi de près par l' Europe, qui a connu une hausse spectaculaire en raison de la demande accrue de formation de la part des pays d'europe centrale et orientale et de la Communauté d'etats indépendants. Le programme régional des Etats arabes, ainsi que le programme pour l' Asie et le Pacifique, montre également une augmentation du nombre d' activités, alors. que le programme régional pour l' Amérique latine et les Caraïbes a I maintenu son niveau de "

7 - 5 - Répartition des participants et des jours/participant (formation en groupe et programmes individuels) par région Région Nombre Nombre de Nombre Nombre de de part. jours/part. de part. jours/part. Afrique Amérique Latine et Caraïbes Asie et Pacifique Etats arabes Europe TOTAL En outre, conformément aux objectifs énoncés dans le Plan de développement, l'année 1993 a vu une croissance des activités de formation exécutées par le Centre pour le système des Nations Unies dans son ensemble. Ces activités ont été axées sur la gestion de la coopération technique et la formation aux activités opérationnelles et ont attiré quelque trois cents fonctionnaires internationaux et nationaux de haut niveau qui ont participé aux cours que le Centre de Turin a menés à bien pendant l'année à l'étude. La visite du Secrétaire général des Nations Unies au Centre de Turin en avril dernier a donné un élan particulier à cette composante du programme du Centre et a donné lieu à une série de propositions pour une coopération accrue avec les Nations Unies. 9. En 1993, le Centre a également poursuivi sa participation au lancement et à la mise en oeuvre de la nouvelle "politique de partenariat actif" de l'oit. Il a organisé et accueilli un deuxième atelier pour fonctionnaires de haut niveau du siège de l'oit et du terrain en avril En outre, le Centre a entrepris en et poursuivra en des Contacts et des consultations avec les équipes multidisciplinaires de l' OIT afin de définir la portée et les modalités de la coopération avec cette structure, récemment établie sur le terrain, et la manière la meilleure pour le Centre d'appuyer le travail des équipes multidisciplinaires. Il est utile de rappeler que des dispositions pratiques ont déjà été

8 -6 - finalisées avec l' équipe multidisciplinaire à Budapest à la satisfaction des parties concernées. 10. Concernant le programme des bourses individuelles du Centre, les prévisions établies au début de 1993 se sont malheureusement avérées exactes. L'année 1993 montre un déclin significatif du volume financier globale, du nombre de stagiaires individuels et du nombre de jours/participant. La justification de cette tendance est double: i) la durée des programmes de bourses individuelles et des voyages d'étude devient de plus en plus courte; ii) le nombre de bourses octroyées sous l' égide de l' OIT/PNUD décroît rapidement, principalement en raison des nouvelles modalités d'exécution des projets du PNUD, c'est à dire l' exécution nationale. Un effort particulier est déployé à présent pour promouvoir activement le potentiel du Centre dans ce domaine, afin de mettre ses services de gestion de bourses à la disposition d'une gamme plus vaste d'utilisateurs potentiels, et notamment des autorités nationales, responsables de l' exécution et de la gestion des projets de développement. 11. Enfin, l'année 1993 a vu une expansion remarquable du programme de conception de modules de formation et de production de trousses multimédia. Cela est dû à l' augmentation de la demande sous forme de requêtes de production de publication du Centre lui même, ainsi que de clients extérieurs, appartenant ou non à l'oit et au système des Nations Unies. Toute une série de nouvelles trousses de formation a été produite et ce service particulier est de plus en plus apprécié par un nombre croissant de clients, qui en reconnaissent la qualité et l' avantage économique. Le revenu de ces activités pour l' année 1993 est estimé à dollars des Etats Unis.

9 - 7 - III. QUELQUES TENDANCES SIGNIFICATIVES 12. Dans l'ensemble, un effort particulier a été déployé en 1993 en vue d'atteindre les objectifs de développement du Centre. Un certain nombre de tendances significatives ont caractérisé le programme de 1993 et se poursuivront vraisemblablement en 1994 et au delà. Grâce à la nouvelle structure des opérations de formation du Centre, un attention plus grande est actuellement accordée à l' analyse des besoins en formation, à la conception et à l' évaluation de la formation; c' est ainsi que la qualité et l' efficacité globale des actions de formation du Centre s' améliorent, que le réseaux d' experts et de personnes ressources hautement qualifiés provenant de l' OIT et des Nations Unies, ou choisis en dehors du système, s'élargit, accentuant ainsi la pertinence et la valeur de chaque cours et programme. En outre, le programme de 1993 montre que les opérations de formation sont de moins en moins conçues dans l' optique de l' offre; au contraire, elles sont de plus en plus structurées en fonction de la demande des pays bénéficiaires et des donateurs. Elles sont conçues sur mesure et ont une nature pluriannuelle, comportant un certain nombre de phases distinctes. L' accent a été et continuera d' être mis sur le développement de trousses de formation nouvelles et innovantes, comprenant systématiquement des éléments de formation de formateurs. Dans l' ensemble, les activités de formation spécifiques sont plus courtes, en termes de durée (un programme type du Centre de Turin dure en moyenne quatre semaines) et les participants sont de plus en plus souvent des gestionnaires et hauts fonctionnaires. La tendance à organiser des programmes particuliers dans les pays ou les régions, surtout lorsqu'il s'agit d'activités de suivi, s'est renforcée en 1993 et va probablement se maintenir au cours des années à venir, compte tenu également de la tendance à la décentralisation de l'oit elle-même. Répartition des participants par type d' activité ANNEE Formation en groupe Bourses individuelles TOTAL 1992 à Turin: sur le terrain: à Turin: sur le terrain:

10 En 1993, une attention particulière a été consacrée au développement et au renforcement des capacités de formation, des infrastructures de formation et des installations du campus du Centre. Toute une série d' activités de perfectionnement du personnel ont été menées à bien afin d' adapter les compétences et les aptitudes du personnel enseignant et administratif aux nouvelles exigences d'une gestion efficace de la formation. Le budget du perfectionnement du personnel a été accru en conséquence. Au cours de 1993, un centre de documentation nouveau et fonctionnel a remplacé l' ancienne bibliothèque. De même, un plan visant à moderniser la Section de la conception et de la production de matériel multimédia, et à la doter d'un nouvel équipement d'imprimerie, a été complété. Toutes les salles de cours ont été équipées de moyens didactiques nouveaux et modernes. La ville de Turin a adopté la décision de rénover entièrement deux pavillons et de doter le Centre de quelque 70 chambres nouvelles ou rénovées, et pour sa part le Centre a investi des fonds pour améliorer certaines installations du campus, notamment le Pavillon U Thant et le Foyer du Centre. 14. Enfin, une fois de plus le Centre a pu exécuter ses activités en équilibre. Au moment de rédiger ce rapport intermédiaire, les comptes ne sont pas encore clos et vérifiés - les résultats exacts seront connus lors de la réunion du Conseil en mars - mais il est escompté que le Centre aura terminé l'année 1993 avec un petit excédant. Il est intéressant de noter que le Centre parvient désormais régulièrement à couvrir près de 40 pour cent de ses coûts fixes annuels grâce aux recettes de ses propres activités de formation, qui représentent environ 65 pour cent du budget global du Centre. Au cours de l'année 1993, le groupe de mandants financiers et de donateurs du Centre s'est encore élargi. La proportion d'activités financées grâce à des négociations spécifiques, et souvent dans le cadre des appels d'offres (CE, Banque mondiale, et autres), correspond à environ 60 pour cent du total, alors que la proportion d'activités dont le financement est garanti d'avance (activités décentralisées, activités couvertes par les fonds CTBO/Centre de Turin et l' enveloppe de cours financés par l'italie) correspond à 40 pour cent. L'on reconnaît là une évolution très favorable, qui se confirmera très probablement en 1994.

11 -9 - IV. LES CHIFFRES ET LES INDICATEURS PRINCIPAUX EN Le tableau ci-dessous retlète les résultats financiers du programme du Centre en 1993, comparés à ceux de Quelques changements seront encore possibles, étant donné que la date de clôture des comptes de IIannée 1993 est le 1er mars, un mois après la rédaction du présent rapport intermédiaire. Un tableau financier actualisé sera distribué en salle aux membres du Conseil. Recettes des activités de formation ANNEE Formation en groupe Bourses individuelles Publications/ Matériel didactique TOTAL * * (ces chiffres ne sont pas définitifs)

12 Résultats financiers (ces chiffres ne son pas définitifs) CHAPITRE Contributions fixes II. Recettes propres III. Coûts fixes ( ) ( (0) IV. Coûts variables ( ) ( (00) V. Autres rubriques (700791) (474000) VI. Résultats financiers Pour information "

13 CENTRE INTERNATIONAL FORMATION DE L'OIT DE q o J d CC 55/3 55ème session CONSEIL DU CENTRE Turin, 18 mars 1994 Troisième point de l' ordre du jour Propositions du Secrétaire général des Nations Unies pour une coopération accrue entre le système des Nations Unies et le Centre Sommaire l. INTRODUCTION Paragraphes 1-7 'II. LA RAISON D'UNE COOPERATION ACCRUE AVEC 'LES NATIONS UNIES 8-11 III. LE ROLE DU CENTRE DE TURIN DANS LA FORMATION POUR LE SYSTEME DES NATIONS UNIES AU COURS DE CES DERNIERES ANNEES IV. PROPOSITIONS DE NOUVEAUX PROGRAMMES ÉT INITIATIVES V. LE TRANSFERT DE L'UNICRI VI. CONCLUSIONS Annexes: 1. Lettre du Secrétaire général des Nations Unies au Directeur-généraldu BIT 2. (8 novembre 1993). Lettre du Maire de la Ville de Turin au Directeur du Centre International de formation 3. de l'oit (17 février 1994). Tableau illustrant le rôle prévu du Centre de Turin dans la formation pour le système des Nations Unies, (Ce tableau sera distribué en salle de réunion).

14 -2 - I. INTRODUCTION 1. La nécessité d' une coopération accrue entre le Centre international de formation de l'oit (le Centre de Turin) et les Nations Unies et leur système d'organisations découle d'une série d'événements et d'évolutions qui ont eu lieu ces derniers temps. En novembre 1990, le Conseil du Centre, lors de sa cinquante et unième session, a adopté le Plan de Développement quinquennal du Centre, qui redéfinissait la mission, le mandat et le programme de celui-ci et lui donnait un nouveau nom. 2. Le Plan de Développement, approuvé par le Conseil d' Administration du BIT lors de sa 24ge session (février-mars 1991), reformule la mission du Centre suivant trois axes interdépendants: mobiliser et mettre à la disposition des bénéficiaires, par la formation, les valeurs, les normes, l' expérience et la compétence de l' OIT; être le véhicule et l'instrument de l'oit et d'autres institutions et programmes des \ Nations Unies, pour appuyer efficacement le programme de développement des ressources humaines et de formation en gestion, coordination et mise en oeuvre de l' assistance dans les pays bénéficiaires; animer un réseau de véritable coopération entre le Centre et des institutions de formation nationales et régionales sélectionnées en fonction de leur renom. 3. Dans ce contexte, le Comité consultatif pour les questions de fond - Activités opérationnelles (CCQF/OPER), organe subsidiaire interinstitutions du Comité administratif de coordination (CAC) a accueilli l'exhortation à une coopération accrue et a confié au Centre de Turin, à la fin de 1990, la conception et la mise en oeuvre d'un programme de formation pilote en matière de gestion de la coordination pour représentants dehaut niveau du système des Nations Unies sur le terrain. 4. Parallèlement, toute unesérie de résolutions formulées par les plus hautes instances d'un certain nombre d'organisations des Nations Unies ont souligné la nécessité de programmes innovateurs et intégrés au niveau du système, destinés au personnel international et national en vue de promouvoir une plus grande cohérence et une plus grande efficacité du système des Nations Unies dans son ensemble (voir notamment la Résolution 47/199 de l' Assemblée générale concernant les activités opérationnelles, paragraphes 43 à 47). La Résolution 47/227 de I'Assembléê générale concernant l'institut des Nations Unies pour la formation et la recherche (UNITAR) ''prie le Secrétaire général d'étudier les moyens de resserrer la coopération entre l'institut et d'autres institutions nationales et

15 -3 - internationales qualifiées, notamment le Centre international de formation de 1'Organisation internationale du Travail à Turin (Italie), afin de permettre au système des Nations Unies de répondre de la manière la plus rentable aux besoins croissants en formation, aux niveaux tant national qu 'international, en servant au mieux les intérêts des Etats Membres participants. " (paragraphe 6). 5. Le 14 avril 1993, le Secrétaire général des Nations Unies, à la demande du Directeur général du BIT, s'est rendu au Centre de Turin et au cours de sa visite a affirmé son intention d' utiliser davantage le Centre en tant qu' instrument de formation au service du système des Nations Unies dans son ensemble et a formulé un certain nombre d'idées que l'oit et les Nations Unies devraient discuter et étudier ensemble. A la suite de la visite du Secrétaire général au Centre de Turin, un groupe de travail conjoint ONU-BIT a été chargé d'étudier de façon approfondie les différents domaines de coopération proposés. Les résultats des discussions de ce groupe de travail sont résumés dans la lettre du 8 novembre 1993, que le Secrétaire général a envoyée au Directeur général du BIT, et dont la copie.figure à l' annexe 1 de ce document. 6. Il faut également rappeler les conclusions de la Commission de la Coopération technique de la Conférence internationale du Travail lors de la quatre-vingtième session, en juin La Résolution et les Conclusions relatives de cette Commission invitent explicitement le Centre de Turin à agir en tant qu'instrument essentiel de la formation qui devrait "contribuer à la conception et à l'exécution de diverses activités de formation dans le cadre du système des Nations Unies en mettant particulièrement l'accent sur le mandat essentiel de l'oit, sur le renforcement de la capacité de gestion des gouvernements et des partenaires sociaux bénéficiaires de la coopération technique ainsi que sur la promotion d'une coordination efficace et du travail d'équipe au sein du système des Nations Unies lui-même." (Voir paragraphe 42 des Conclusions). 7. Enfin, il y a lieu de signaler le vif intérêt et la satisfaction que le Gouvernement italien et la Ville de Turin ont manifestés en constatant que le Centre est de plus en plus fréquemment utilisé par les Nations Unies en général. Ces dernières années, les autorités italiennes ont affirmé à maintes reprises qu' elles sont favorables à ce que les activités de formation pour le système des Nations Unies soient conçues et exécutées au Centre de Turin et elles ont alloué au Centre des ressources financières importantes à cet effet.

16 - 4 - II. LA RAISON D'UNE COOPERATION ACCRUE AVEC LES NATIONS UNIES 8. Tout le monde reconnaît que la formation en tant qu'instrument clé pour le développement des ressources humaines est un élément important, mais certainement pas le seul, dans la poursuite d'une plus grande efficacité et cohérence dans les programmes et les activités pour le développement du système des Nations Unies, notamment dans ledomaine du renforcement des capacités nationales. Il est aussi évident qu' il n' existe aucune stratégie cohérente de la formation dans les domaines d'intérêt du système des Nations Unies et qu'une telle stratégie devrait être conçue afin d'assurer le soutien de la formation aux activités de développement du système des Nations Unies et d'adopter une série d'initiatives concrètes de formation à l' intention de l' ensemble du système et des Etats Membres. 9. C'est dans ce contexte que le rôle et la contribution potentielle de l'oit et de son Centre à Turin sont reconnus de plus en plus clairement. Tout d'abord l'oit, par mandat, a la compétence générale et fonctionnelle au sein du système des Nations Unies en matière de formation professionnelle, de politiques de la formation et de systèmes de formation liés à l'emploi, au perfectionnement des qualifications et aux modèles des marchés du travail en évolution. Dans le cadre de son mandat, l'oit a assumé au fil des années une importante fonction normative en matière de formation, comme le reflètent la Convention No. 142 concernant le développement des ressources humaines, et d'autres normes internationales du travail. En outre, l'oit dispose, au Centre de Turin, de structures importantes de formation résidentielle, les seules de ce type au sein du système des Nations Unies. Cette institution de formation est munie d'une solide compétence pédagogique et d'une grande expérience dans certains des principaux domaines du développement économique et social; elle est dotée d'une infrastructure de formation déjà en place, de méthodologies de la formation dont la valeur est certaine et de capacités d' accueil et de formation qui ne sont pas encore pleinement utilisées: tout cela fait du Centre de Turin un partenaire naturel et en quelque sorte privilégié des Nations Unies et d'autres organisations du système, à une époque où la formation et le développement des ressources humaines se voient accorder la priorité par toutes les organisations concernées. 10. Une autre excellente raison pour accroître la coopération avec les Nations Unies dans le domaine de la formation est que l' OIT, grâce aux activités de formation appropriées du Centre de Turin, a la chance unique d'apporter une contríbution particulière aux activités Il de développement du système des Nations Unies tout entier, et par ce canal, de transmettre toute une série de messages et d' expériences qui ont une importance primordiale pour l'organisation et sa structure tripartite; ses messages atteindront ainsi un auditoire plus ample, bien au delà des confins habituels. A l'heure où l'oit met en oeuvre une nouvelle

17 - 5 - politique de partenariat actif qui demande une participation beaucoup plus directe de tous ses mandants, sur la base d'objectifs nationaux clairement identifiés et grâce au travail d'équipes multidisciplinaires régionales ou sous-régionales compétentes, le resserrement, grâce à la formation, des liens avec les Nations Unies, qui sont elles-mêmes en cours de transhumer radicalement leurs activités sur le terrain et envisagent d' introduire des stratégies mieux intégrées, intersectorielles et ponctuelles dans chaque pays, peut susciter des synergies utiles et produire des avantages pour tous. 11. Une troisième composante essentielle de la stratégie que le Centre de Turin a adopté en vue d'établir des liens plus efficaces avec le système des Nations Unies concorde avec les changements radicaux qu' ont subi récemment les politiques de gestion du développement et de l' assistance. La tendance actuelle consiste à renforcer les capacités des gouvernements bénéficiaires en assurant une meilleure planification et une exploitation plus efficace des ressources que la communauté des donateurs affecte à l' assistance. Les lignes directrices sont tracées pour l' application de l' approche-programme, qui intègre la gestion de l' assistance extérieure dans la planification et la budgétisation nationales, et dans la formation de fonctionnaires nationaux en matière de conception de programmes et de contrôle et évaluation de leur mise en oeuvre. Dans ce contexte, le Centre de Turin accorde une attention particulière aux valeurs, aux normes et au processus de consultation tripartite qui caractérisent les programmes de l'oit, et veille à ce qu'il en soit dûment tenu compte. III.. LE ROLE DU CENTRE DE TURIN DANS LA FORMATION POUR LE SYSTEME DES NATIONS UNIES AU COURS DE CES DERNIERES ANNEES 12. Au cours de ces dernières années, le Centre de Turin a mené à bien une série ct' activités de formation à la demande de nombreux programmes et institutions des Nations Unies. Pour la plupart, ces activités ont été organisées cas par cas, avec des institutions telles que le PNUD, l'unesco, l'onudi, le FNUAP, le HCR, l'oms, la Banque mondiale et son Institut de développement économique (IDE). En 1990, deux importants nouveaux programmes de formation d'un intérêt plus général pour l'ensemble du système ont été lancés, dans le domaine de la gestion de la coopération technique; ils ont été conçus en particulier pour des fonctionnaires nationaux chargés de la gestion de projets et programmes de coopération technique: le premier en matière de conception et gestion de projets de coopération technique en consultation avec le PNUD; le second concernant la passation des marchés d'équipement, conformément aux politiques et procédures établies par la Banque mondiale en la matière, et mis en oeuvre en étroite coopération avec les experts de cette institution, dont le siège se trouve à Washington. Dans les deux cas, des

18 -6 - trousses de formation complètes ont été élaborées et utilisées en appui aux activités de formation individuelle. De même, en , le Centre a mis au point, à la demande du PNUD, une trousse de formation modulaire concernant le processus NaTCAP (Analyse et programmation nationales de la coopération technique). 13. Un important nouveau programme de formation interinstitutions, financé par le CCQF/OPER, a été entrepris au Centre de Turin au début de 1991, essentiellement en vue d' améliorer la collaboration et la coordination des activités de développement du système des Nations Unies sur le terrain. Les équipes nationales, composées de représentants sur le terrain du système des Nations Unies, avec les coordonnateurs résidents respectifs, participent depuis lors à des séminaires de dix jours à Turin, au cours.desquels, sous la direction d'experts et de personnes ressources de haut niveau, ils mettent au point des formules de collaboration applicables dans la solution des principaux problèmes de développement auxquels sont confrontés leurs pays d'affectation. Ces séminaires, auxquels l' OIT contribue régulièrement en y envoyant des participants et des personnes ressources, ont été entrepris sur une base expérimentale; désormais, ils sont devenus une activité inscrite au calendrier des activités de formation du Centre, en raison d'au moins trois par an. Suite au succès de cette série de séminaires sur la gestion de la coordination sur le terrain, le CCQF(OPER) a demandé au Centre de Turin de concevoir un deuxième programme substantiel visant à renforcer les compétences des fonctionnaires nationaux en matière de gestion du processus de développement. Ce programme est conçu comme un programme global de formation de formateurs, sur la base d' une trousse de formation modulaire qui aborde une vaste gamme de sujets et qui est mise en oeuvre en étroite collaboration avec les institutions de formation nationales et régionales appropriées. Un soin particulier a été consacré à la conception, à la mise au point et à la validation des modules de formation. Trois séminaires pilotes ont déjà été réalisés, le troisième étant actuellement en cours à Turin. A partir de 1994, le Centre réalisera chaque année trois ou quatre ateliers de ce type, tout en continuant à élaborer des modules de formation supplémentaires qui compléteront la série de modules de base déjà validés et utilisés. 14. Ces deux nouveaux programmes ont fait connaître le Centre sur la scène interinstitutions; ils ont été salués, dans différents milieux, comme la seule véritable initiative de formation interinstitutions au cours des vingt dernières années. Conçus et mis au point avec la participation la plus ample d'experts et de personnes-ressources de toutes Il les institutions concernées, ils ont permis au Centre de renforcer considérablement sa propre compétence en matière de conception de la formation, de méthodologie de la formation, et de conception de matériel didactique, compétence que -Ie Centre a ensuite été à même de mettre à la disposition des principaux projets et programmes de l'oit, tels que le

19 - 7 - Programme international sur l' élimination du travail des enfants (lpec) et le Projet interdépartemental pour l' égalité des femmes en matière d' emploi. A partir de la méthodologie mise au point pour ces programmes destinés au système des Nations Unies, le Centre a également fourni un appui didactique très utile à la conception et à l' exécution de deux importants ateliers qui ont été organisés en à Turin pour des fonctionnaires de haut niveau du BIT et des bureaux extérieurs, à la veille du lancement de la nouvelle politique de partenariat actif de l'oit. 15. Le programme de gestion de la coordination sur le terrain et le programme de formation de formateurs dans le domaine de la gestion du développement national sont contrôlés et guidés par un Comité consultatif spécial pour la formation, créé dans le cadre de l' ancien CCQF(OPER), actuellement Comité consultatif pour les questions relatives aux programmes et aux opérations (CCQPO). Ce Comité se réunit périodiquement, au moins une fois par an, pour discuter des problèmes liés à l'élaboration et à la mise en oeuvre du programme et fait rapport au CCQPO. Le Conseil du Centre de Turin, à son tour, est informé de ces activités de formation pour le système des Nations Unies lors de ses réunions annuelles, notamment au cours de la présentation du rapport sur la mise en oeuvre du programme. 16. Le financement de ces activités de formation pour le système des Nations Unies provient de fonds mis à la disposition par toute une gamme de sources, en sus des ressources allouées au programme ordinaire d' activités du Centre. Tout d' abord, les organisations des Nations Unies paient leur participation à ces initiatives de formation proportionnellement au nombre de leurs représentants. En outre, la conception et I' exécution de ces nouvelles activités de formation ont mobilisé un très fort intérêt et le support des donateurs; un certain nombre de gouvernements ont déjà offert (l'italie, l'allemagne, la Suisse) ou ont manifesté leur intention (Pays Bas, France, Suède) d'apporter une contribution financière substantielle à la mise au point ultérieure de ces programmes, à condition toutefois que leurs contributions soient utilisées principalement pour permettre à des fonctionnaires nationaux et à des partenaires nationaux du développement de participer pleinement à ces activités de formation. 17. Dans l' ensemble, les activités de formation que le Centre de Turin a menées à bien au cours des quatre dernières années ( ), en coopération avec telle ou telle institution des Nations Unies, ou à la demande du système des Nations Unies dans son ensemble, se sont accrues considérablement, du point de vue du volume et du niveau de qualité, à telle enseigne qu'il a été estimé opportun de créer, au sein du Département de la formation, une unité spéciale de la formation pour le système des Nations Unies, composée

20 -8 - de trois fonctionnaires des services organiques et de trois fonctionnaires des services généraux. Au cours des quatre années considérées, quelque 950 participants, des fonctionnaires de haut niveau du système des Nations Unies et leurs homologues nationaux, ont suivi les différents programmes de formation organisés par le Centre dans le domaine de la gestion de la coopération technique et des activités opérationnelles. Ces programmes ont apporté, au cours de la période en question, quelques 5 millions de- dollars de revenu additionnel au Centre. IV. PROPOSITIONS DE NOUVEAUX PROGRAMMES ET INITIATIVES 18. Au cours de sa visite au Centre de Turin le 14 avril 1993, le Secrétaire général des Nations Unies a souligné l'importance qu'il accorde à la formation et la nécessité d'une approche et d' une stratégie communes de la formation au niveau du système. Il a reconnu que la fonction de formation au sein des Nations Unies est trop parcellisée, tant sur le plan des institutions que des sujets traités, et qu' un effort particulier en ce qui concerne la formation est indispensable pour resserrer les liens au sein du système des Nations Unies, le rendant ainsi plus efficace dans l' exercice de ses nouvelles tâches et fonctions dans les domaines du développement, des droits de l'homme et de la construction de la paix et de sociétés démocratiques. Impressionné par les vastes installations du campus, le Secrétaire général a exprimé le souhait que le Centre de Turin se développe, autour du noyau consolidé d'activités dans les domaines d'intérêt de l'oit, comme un véritable instrument de formation multidisciplinaire interinstitutions, et qu' il consente à la coexistence avec d'autres institutions intéressées à la formation et à la recherche dans les principaux domaines d'action des Nations Unies. 19. L'exhortation du Secrétaire général à une coopération plus étroite entre les Nations Unies et le Centre de l'oit à Turin a été examinée en détail dans une correspondance du Secrétaire général avec le Directeur général du BIT. Un groupe de travail conjoint ONU- BIT, présidé à tour de rôle par le Directeur du Centre et le Sous-Secrétaire général des Nations Unies, le Directeur du Département de la coordination des politiques et du développement durable, a été créé dans le but d'identifier de nouveaux domaines potentiels pour la coopération et d'esquisser les modalités et les dispositions nécessaires. Essentiellement, trois domaines principaux - ou trois cercles concentriques - ont été cernés pour une coopération accrue en matière de formation entre le Centre de Turin et les Nations Unies: 1) les activités et les programmes pour lesquels le I)Centre de Turin dispose déjà en son sein ou est en mesure de repérer les compétences pédagogique et fonctionnelles notamment dans les domaines d'intérêt de l'oit; 2) les activités et les programmes pour

Conseil d administration Genève, novembre 2006 PFA POUR DÉCISION. Les normes comptables internationales pour le secteur public

Conseil d administration Genève, novembre 2006 PFA POUR DÉCISION. Les normes comptables internationales pour le secteur public BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.297/PFA/6 297 e session Conseil d administration Genève, novembre 2006 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION SIXIÈME QUESTION À

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2007 PFA POUR DÉCISION. Budgets proposés pour les comptes extrabudgétaires en 2008-09

Conseil d administration Genève, novembre 2007 PFA POUR DÉCISION. Budgets proposés pour les comptes extrabudgétaires en 2008-09 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.300/PFA/4/2 300 e session Conseil d administration Genève, novembre 2007 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION QUATRIÈME QUESTION

Plus en détail

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008.

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008. Fonds d assistance créé au titre de la partie VII de l Accord aux fins de l application des dispositions de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer du 10 décembre 1982 relatives à la conservation

Plus en détail

OCTROI D UN CONCOURS TECHNIQUE ET FINANCIER AUX PAYS EN DEVELOPPEMENT PARTIES A LA CONVENTION

OCTROI D UN CONCOURS TECHNIQUE ET FINANCIER AUX PAYS EN DEVELOPPEMENT PARTIES A LA CONVENTION Distr. GENERALE A/AC.237/38 16 août 1993 FRANCAIS Original : ANGLAIS COMITE INTERGOUVERNEMENTAL DE NEGOCIATION D UNE CONVENTION-CADRE SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES Huitième session Genève, 16-27 août

Plus en détail

Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève

Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève SOIXANTE-SEPTIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A67/52 Point 23.2 de l ordre du jour provisoire 6 mai 2014 Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève Rapport du Directeur

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2003 PFA. Fonds pour les systèmes informatiques. a) Système de vote électronique

Conseil d administration Genève, novembre 2003 PFA. Fonds pour les systèmes informatiques. a) Système de vote électronique BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.288/PFA/6 288 e session Conseil d administration Genève, novembre 2003 Commission du programme, du budget et de l administration PFA SIXIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI F OMPI A/46/11 ORIGINAL : anglais DATE : 26 novembre 2008 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI Quarante-sixième série de réunions Genève, 12

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI OMPI A/41/16 ORIGINAL : anglais DATE : 24 août 2005 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI Quarante et unième série de réunions Genève, 26

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Académie mondiale de l OMPI

Académie mondiale de l OMPI PROGRAMME PRINCIPAL 14 WO/PBC/4/2 page 134 Académie mondiale de l OMPI 14.1 Enseignement à distance et sensibilisation du public 14.2 Formation professionnelle 14.3 Élaboration des politiques Résumé 215.

Plus en détail

Programme des experts associés des Nations Unies

Programme des experts associés des Nations Unies Programme des experts associés des Nations Unies Descriptif de poste Expert associé INT-150-13-P099-01-V I. Généralités Titre : Expert associé en ressources humaines Secteur d affectation : Service du

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/58/217

Assemblée générale. Nations Unies A/58/217 Nations Unies A/58/217 Assemblée générale Distr. générale 5 août 2003 Français Original: anglais Cinquante-huitième session Point 122 de l ordre du jour provisoire* Budget-programme de l exercice biennal

Plus en détail

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 NATIONS UNIES S Conseil de sécurité Distr. GÉNÉRALE S/RES/1270 (1999) 22 octobre 1999 RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr.: Générale 3 octobre 2001 Français Original: Anglais E/CN.7/2001/15 Commission des stupéfiants Reprise de la quarante-quatrième session Vienne, 12-14 décembre

Plus en détail

Titre du Poste Jeune Expert Associé Unité Bureau Exécutif du PNUE Emplacement Nairobi Durée 2 ans (possibilité d extension pour une troisième année)

Titre du Poste Jeune Expert Associé Unité Bureau Exécutif du PNUE Emplacement Nairobi Durée 2 ans (possibilité d extension pour une troisième année) FICHE DE POSTE DE JEA FRANÇAIS AU PNUE POUR L EQUIPE POST-2015 TEAM/ BUREAU EXECUTIF Information Générale Titre du Poste Jeune Expert Associé Unité Bureau Exécutif du PNUE Emplacement Nairobi Durée 2 ans

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat)

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat) DIXIEME SESSION DE LA CONFERENCE DES PARTIES Bergen, 20-25 novembre 2011 Point 18 de l ordre du jour CONVENTION SUR LES ESPECES MIGRATRICES CMS Distribution: Générale PNUE/CMS/Conf.10.17 26 septembre 2011

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

DIRECTIVES PRATIQUES POUR L'ORGANISATION ET LA GESTION DE LOGEMENTS EN COPROPRIÉTÉ

DIRECTIVES PRATIQUES POUR L'ORGANISATION ET LA GESTION DE LOGEMENTS EN COPROPRIÉTÉ NATIONS UNIES E Conseil Économique et Social Distr. GÉNÉRALE HBP/1999/7 1er juillet 1999 FRANÇAIS Original : ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L'EUROPE COMITÉ DES ÉTABLISSEMENTS HUMAINS Point 5 d) de

Plus en détail

Rapport du Comité d audit

Rapport du Comité d audit Cote du document: EB 2008/94/R.34 Point de l ordre du jour: 16 b) i) Date: 19 août 2008 Distribution: Publique Original: Anglais F Rapport du Comité d audit Conseil d administration Quatre-vingt-quatorzième

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Rapport du Comité d audit et de contrôle indépendant, 2012-2013

Rapport du Comité d audit et de contrôle indépendant, 2012-2013 Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 58 e réunion Distr. : Restreinte 27 août 2013 Français Original : anglais et français Rapport du Comité d audit et de contrôle indépendant,

Plus en détail

GC.12/11 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

GC.12/11 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr.: Générale 19 octobre 2007 Français Original: Anglais Conférence générale Douzième session Vienne, 3-7 décembre 2007 Point 10 d) de

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR CONSULTANTS ET PRESTATAIRES INDIVIDUELS

TERMES DE REFERENCE POUR CONSULTANTS ET PRESTATAIRES INDIVIDUELS TERMES DE REFERENCE POUR CONSULTANTS ET PRESTATAIRES INDIVIDUELS Titre: Gestionnaire de projet Type de contrat: SSA Période de la consultation: 8 mois (Février Septembre 2014) Niveau proposé: NOC Section:

Plus en détail

Accord-cadre sur le congé parental

Accord-cadre sur le congé parental (14 décembre 1995) Préambule L accord-cadre ci-joint représente un engagement de l UNICE, du CEEP et de la CES à mettre en place des prescriptions minimales sur le congé parental, en tant que moyen important

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

Termes de références de la Formation PAQ-CG N 01/2012

Termes de références de la Formation PAQ-CG N 01/2012 MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE Programme d'appui à la Qualité - Capacité de Gestion (PAQ-CG) Intitulé du Projet: '' Programme d'harmonisation de l'administration,

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC

LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC o CONVENTION DE PARTENARIAT POUR LA CREATION D UN CENTRE D'EXCELLENCE FRANCO xxxxxxxxxxxx DE FORMATION AUX METIERS DE XXXXXXXXXX LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC A) MISSION

Plus en détail

MEILLEURE PRATIQUE EN GRECE CAS No 1 CENTRE NATIONAL DE L ADMINISTRATION PUBLIQUE. 1. Structure et fonctionnement

MEILLEURE PRATIQUE EN GRECE CAS No 1 CENTRE NATIONAL DE L ADMINISTRATION PUBLIQUE. 1. Structure et fonctionnement MEILLEURE PRATIQUE EN GRECE CAS No 1 CENTRE NATIONAL DE L ADMINISTRATION PUBLIQUE 1. Structure et fonctionnement Le Centre National d Administration Publique (National Center of Public Administration,

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/ESCAP/PTA/IISG(1)/2 Conseil économique et social Distr. générale 18 février 2015 Français Original: anglais Commission économique et sociale pour l Asie et le Pacifique Première réunion

Plus en détail

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ L ORGANE DIRECTEUR, PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT Rappelant que la Stratégie de financement a pour objectifs

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2006 MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Initiative focale sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE)

Conseil d administration Genève, mars 2006 MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Initiative focale sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE) BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.295/MNE/2/1 295 e session Conseil d administration Genève, mars 2006 Sous-commission sur les entreprises multinationales MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION DEUXIÈME QUESTION

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

*1418975* FCCC/CP/2014/6. Convention-cadre sur les changements climatiques. Nations Unies

*1418975* FCCC/CP/2014/6. Convention-cadre sur les changements climatiques. Nations Unies Nations Unies Convention-cadre sur les changements climatiques Distr. générale 21 octobre 2014 Français Original: anglais FCCC/CP/2014/6 Conférence des Parties Vingtième session Lima, 1 er -12 décembre

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CP.TEIA/2008/5 2 septembre 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE CONFÉRENCE DES PARTIES À LA CONVENTION SUR

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

Propositions de suivi

Propositions de suivi Documents d information SG/Inf(2014)2 20 janvier 2014 Débat thématique : «Sécurité des journalistes Mesures à prendre pour améliorer la mise en œuvre des normes en matière de droits de l homme» Propositions

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Vérification du Cadre de contrôle de la gestion financière Recettes

Vérification du Cadre de contrôle de la gestion financière Recettes C O N S E I L N A T I O N A L D E R E C H E R C H E S C A N A D A Vérification du Cadre de contrôle de la gestion financière Recettes V é r i f i c a t i o n i n t e r n e, C N R C N O V E M B R E 2011

Plus en détail

Directeur de la Gestion des projets et du portefeuille. 1. Informations générales Titre du poste:

Directeur de la Gestion des projets et du portefeuille. 1. Informations générales Titre du poste: Directeur de la Gestion des projets et du portefeuille 1. Informations générales Titre du poste: Directeur de la Gestion des projets et du portefeuille Grade: D1 Département: Gestion de projet et de portefeuille

Plus en détail

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES. Point 6 de l'ordre du jour

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES. Point 6 de l'ordre du jour Session annuelle du Conseil d administration Rome, 25 28 mai 2015 RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES Point 6 de l'ordre du jour Pour examen NOTE DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LE RAPPORT

Plus en détail

Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement et du Fonds des Nations Unies pour la population

Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement et du Fonds des Nations Unies pour la population Nations Unies DP/2005/10 Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement et du Fonds des Nations Unies pour la population Distr. générale 25 janvier 2005 Français Original:

Plus en détail

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud FIC/Inf.1 15 juin 2011 Le Cap, Afrique du Sud ELABORATION D EXPOSES DIDACTIQUES POUR LE FORUM DES PARTENARIATS 2012 Note : ce document d information sera présenté dans la rubrique «Questions diverses»

Plus en détail

CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES. Vue d ensemble

CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES. Vue d ensemble CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES Vue d ensemble Le Cadre pour l'éducation et la formation professionnelle des Autochtones vise trois objectifs : = augmenter les taux

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL. S étant réuni à Genève les 21 et 22 février 2011,

ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL. S étant réuni à Genève les 21 et 22 février 2011, ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL Forum de dialogue mondial sur la sécurité dans la chaîne d approvisionnement concernant le remplissage des conteneurs GDFPC/2011/10 Genève 21-22 février 2011 et conclusions

Plus en détail

Termes de référence REF : MAR/UNW/2016/003

Termes de référence REF : MAR/UNW/2016/003 Termes de référence Appel à consultation pour l organisation d un Team Building à l intention du personnel du Bureau Multi-Pays pour le Maghreb de l ONU Femmes 1. Contexte REF : MAR/UNW/2016/003 L entité

Plus en détail

L'Organisation Internationale du Travail (l'oit) en général

L'Organisation Internationale du Travail (l'oit) en général L'Organisation Internationale du Travail (l'oit) en général Depuis quand existe l'oit? Qu'est-ce que l'oit en chiffres? Qu'est ce que le Travail décent? Quels sont les principes et droits fondamentaux

Plus en détail

Administration : rapport de situation

Administration : rapport de situation COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-huitième réunion Point 4.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC18/2 8 mai 2013 Administration : rapport de situation Rapport

Plus en détail

CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP

CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP La Conférence des Nations Unies sur le développement durable (Rio +20) a

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT APPUI CONSEIL «GESTION DES AGES» dans le cadre du Contrat de génération Le présent

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU DEPARTEMENT CHARGE DES AFFAIRES JURIDIQUES

TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU DEPARTEMENT CHARGE DES AFFAIRES JURIDIQUES TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU DEPARTEMENT CHARGE DES AFFAIRES JURIDIQUES Avril 2014 TDR pour le renforcement du Service Juridique de la BIDC Page - 1 - I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION La BIDC,

Plus en détail

Conseil d administration 313 e session, Genève, 15-30 mars 2012 GB.313/PFA/INF/3

Conseil d administration 313 e session, Genève, 15-30 mars 2012 GB.313/PFA/INF/3 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 313 e session, Genève, 15-30 mars 2012 GB.313/PFA/INF/3 Section du programme, du budget et de l administration PFA POUR INFORMATION Questions relatives

Plus en détail

Secrétariat de la Convention de Stockholm Téléphone : +41 22 917 81 70 sur les polluants organiques persistants Fax : +41 22 917 80 98

Secrétariat de la Convention de Stockholm Téléphone : +41 22 917 81 70 sur les polluants organiques persistants Fax : +41 22 917 80 98 Téléphone : +41 22 917 81 70 sur les polluants organiques persistants Fax : +41 22 917 80 98 International Environment House Mél : ssc@pops.int 11-13 chemin des Anémones Site Internet : www.pops.int CH

Plus en détail

N 65 État de Genève : audit de gestion de la gouvernance globale des systèmes d information rapport publié le 27 juin 2013

N 65 État de Genève : audit de gestion de la gouvernance globale des systèmes d information rapport publié le 27 juin 2013 N 65 État de Genève : audit de gestion de la gouvernance globale des systèmes d information rapport publié le 27 juin 2013 Les 12 recommandations de la Cour des comptes ont été approuvées. Actuellement

Plus en détail

Article 2 : Engagements réciproques Les États partenaires s engagent à 1) ENCOURAGER LE PLURILINGUISME AU SEIN DE LEUR FONCTION PUBLIQUE

Article 2 : Engagements réciproques Les États partenaires s engagent à 1) ENCOURAGER LE PLURILINGUISME AU SEIN DE LEUR FONCTION PUBLIQUE MÉMORANDUM DE PARTENARIAT RELATIF À L INITIATIVE FRANCOPHONE NATIONALE (2015-2018) DANS LE CADRE DU PROGRAMME «LE FRANÇAIS DANS LES RELATIONS INTERNATIONALES» L Organisation internationale de la Francophonie

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE CULTUREL SUBAQUATIQUE

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE CULTUREL SUBAQUATIQUE 5 MSP UCH/15/5.MSP/INF4.3 REV 15 janvier 2015 Original : anglais Distribution limitée ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE

Plus en détail

Le comité de programme

Le comité de programme Le comité de programme U n des concepts fondamentaux qui a servi au Renouveau de l enseignement collégial est ce qu il est convenu d appeler l approche programme. Le renouvellement de la convention collective

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1361-00-16 Nombre de pages : 8 POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

Plus en détail

CONFÉRENCE INTERNATIONALE DU TRAVAIL

CONFÉRENCE INTERNATIONALE DU TRAVAIL BGBl. III - Ausgegeben am 17. Juni 2011 - Nr. 101 1 von 7 CONFÉRENCE INTERNATIONALE DU TRAVAIL Recommandation 197 RECOMMANDATION CONCERNANT LE CADRE PROMOTIONNEL POUR LA SÉCURITÉ ET LA SANTÉ AU TRAVAIL

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/3/L.8 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Distr. : limitée 17 janvier 2015 Français Original : anglais Plénière

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

4/3. Le mécanisme de financement : examen du FEM-5 et besoins pour le FEM-6. A. Examen des orientations pour le mécanisme de financement

4/3. Le mécanisme de financement : examen du FEM-5 et besoins pour le FEM-6. A. Examen des orientations pour le mécanisme de financement CDB Distr. GÉNÉRALE UNEP/CBD/WG-RI/REC/4/3 21 juin 2012 GROUPE DE TRAVAIL SPÉCIAL À COMPOSITION NON LIMITÉE SUR L EXAMEN DE L APPLICATION DE LA CONVENTION Quatrième réunion Montréal, 7-11 mai 2012 Point

Plus en détail

APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés

APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés Fonds européen pour les Réfugiés 2008-2013 APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés 1 Introduction : La décision n 573/2007/CE du Parlement européen

Plus en détail

«Méthodes d évaluation du Système de Management Qualité et de la sécurité informatique»

«Méthodes d évaluation du Système de Management Qualité et de la sécurité informatique» MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE Programme d'appui à la Qualité - Capacité de Gestion (PAQ-CG) Intitulé du Projet: '' Programme d'harmonisation de l'administration,

Plus en détail

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES LE CONSEIL, Vu l article 5 (b) de la Convention relative à l Organisation de Coopération

Plus en détail

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement La République de Madagascar Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Thème : Les Nouvelles Approches

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/4/6 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Plénière de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique

Plus en détail

E 4817 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010. le 15 octobre 2009 le 15 octobre 2009

E 4817 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010. le 15 octobre 2009 le 15 octobre 2009 E 4817 ASSEMBLÉE NATIONALE S É N A T TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010 Reçu à la Présidence de l'assemblée nationale Enregistré à la Présidence du Sénat le 15 octobre 2009 le 15 octobre

Plus en détail

Circulaire du Secrétaire général Organisation du Bureau de la planification des programmes, du budget et de la comptabilité

Circulaire du Secrétaire général Organisation du Bureau de la planification des programmes, du budget et de la comptabilité Nations Unies ST/SGB/2003/16 Secrétariat 21 novembre 2003 Circulaire du Secrétaire général Organisation du Bureau de la planification des programmes, du budget et de la comptabilité En application de la

Plus en détail

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit Proposition N o : 2015-S05f Au : Conseil d administration Pour : DÉCISION Date : 2015-04-22 1. TITRE Modifications à la charte du Comité d audit 2. BUT DE LA PROPOSITION Obtenir l approbation du conseil

Plus en détail

Ministère des Finances Projet Initiative Pauvreté-Environnement-phase 3

Ministère des Finances Projet Initiative Pauvreté-Environnement-phase 3 Ministère des Finances Projet Initiative Pauvreté-Environnement-phase 3 Termes de Référence Recrutement d un bureau d études Assistance technique pour la formulation et la prise en compte dans le Budget

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

IDB.39/9-PBC.27/9 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

IDB.39/9-PBC.27/9 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel - Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 18 mars 2011 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Trente-neuvième session Vienne, 22-24 juin

Plus en détail

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)]

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)] NATIONS UNIES A Assemblée générale Distr. GÉNÉRALE A/RES/48/218 B 12 août 1994 Quarante-huitième session Point 121 de l ordre du jour RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE [sur le rapport de la Cinquième

Plus en détail

Rapports du Corps commun d inspection

Rapports du Corps commun d inspection COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.5 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/6 31 octobre 2014 Rapports du Corps commun d inspection

Plus en détail

Convention concernant les services de sante au travail (Entrée en vigueur: 17 févr. 1988)

Convention concernant les services de sante au travail (Entrée en vigueur: 17 févr. 1988) 1 sur 5 03/12/2014 18:22 Information System on International Labour Standards Recherche Guide de l'utilisateur Convention concernant les services de sante au travail (Entrée en vigueur: 17 févr. 1988)

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC. Assistance à l'institut d'etudes et de Recherches pour l'arabisation (IERA) (Projet FIT 924/MOR/84)

ROYAUME DU MAROC. Assistance à l'institut d'etudes et de Recherches pour l'arabisation (IERA) (Projet FIT 924/MOR/84) Distribution interne ROYAUME DU MAROC Assistance à l'institut d'etudes et de Recherches pour l'arabisation (IERA) (Projet FIT 924/MOR/84) Rapport de mission, 10-29 juillet 1983 Préparé par G.F. R0MERI0

Plus en détail

Secrétariat. Nations Unies ST/SGB/2008/13. Circulaire du Secrétaire général. Organisation du Bureau des affaires juridiques.

Secrétariat. Nations Unies ST/SGB/2008/13. Circulaire du Secrétaire général. Organisation du Bureau des affaires juridiques. Nations Unies ST/SGB/2008/13 Secrétariat 1 er août 2008 Circulaire du Secrétaire général Organisation du Bureau des affaires juridiques En application de la circulaire ST/SGB/1997/5, intitulée «Organisation

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/22/20 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 JUILLET 2014 Comité du programme et budget Vingt-deuxième session Genève, 1 er 5 septembre 2014 RAPPORT DU CORPS COMMUN D INSPECTION INTITULE EXAMEN DE LA GESTION

Plus en détail

Objet : Banque de bourses de l'unesco pour 2002-2003

Objet : Banque de bourses de l'unesco pour 2002-2003 united nations educational, scientific and cultural organization organisation des nations unies pour l'éducation, la science et la culture 09/01/2002 7, place de Fontenoy, 75352 Paris 07 SP 1, rue Miollis,

Plus en détail

Promouvoir un apprentissage d excellence. Exemples de bonnes pratiques financées par le Fonds d innovation. www.itcilo.org

Promouvoir un apprentissage d excellence. Exemples de bonnes pratiques financées par le Fonds d innovation. www.itcilo.org Promouvoir un apprentissage d excellence Exemples de bonnes pratiques financées par le Fonds d innovation www.itcilo.org Qu est-ce que le Fonds d innovation? Le Fonds d innovation est un mécanisme de financement

Plus en détail

LES PRINCIPES DE LA FORMATION

LES PRINCIPES DE LA FORMATION LES PRINCIPES DE LA FORMATION 1 SOMMAIRE I.L évolution de la législation p 3 II. La formation, un élément essentiel de la mise en œuvre des missions de service public p 3 III. La formation répond à de

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail