«Changer» De la contemplation des objets à l offre d expériences

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«Changer» De la contemplation des objets à l offre d expériences"

Transcription

1 «Changer» De la contemplation des objets à l offre d expériences Entretiens du Centre Jacques Cartier Musée des beaux-arts de Montréal. 7 octobre 2004 Raymond Montpetit Université du Québec à Montréal 1

2 Des forces et des facteurs de changement Les musées en redéfinition 1 Le passage de la société de production à celle de l information et des savoirs (médias) 2 Les industries culturelles : concurrence et adaptation : des loisirs tarifés 3 Baisse relative et stagnation du financement par l État (d où : commercialisation et de génération de «revenus autonomes») 4 Le virage vers les publics et la fréquentation 5 Le tourisme culturel et ses destinations 6 L image de la ville et la compétitivité entre centres urbains (qualité de vie) 7 L entrée dans une «économie du divertissement et des expériences» 2

3 L économie de divertissement Le «Entertainment Economy» Le «E-factor» ou «facteur-d, de divertissement» «Le divertissement pas l automobile, ni l acier ni les services financiers, devient rapidement le moteur de la nouvelle économie mondiale. ( ) Un élément de divertissement se glisse dans tous les segments de l économie des consommateurs ( ) Le divertissement se retrouve à l avant-scène de la croissance économique et de l évolution culturelle.» Michael J. Wolf, Entertainment Economy, New York, Times Books Random House, 1999, p

4 L économie de divertissement «Le divertissement et les lois du business du divertissement pénètrent de plus en plus le monde du commerce et de la culture.» Michael J. Wolf, Entertainment Economy, 1999, p. 28. «Les frontières entre le divertissement et le non-divertissement se brouillent de plus en plus ( ) les consommateurs recherchent le «E-Factor» dans tout.» Michael J. Wolf, Entertainment Economy, 1999, p

5 L économie de divertissement : attirer l attention «La réponse en deux mots, réside dans le contenu de divertissement, le E-Factor c est-à-dire le contenu de divertissement et les expériences. Pas seulement le divertissement; le contenu est aussi la clé. ( ) les entreprises doivent surpasser les efforts de leurs compétiteurs pour amuser, exciter et informer les clients. En d autres mots, elles doivent fournir des expériences divertissantes et engageantes pour les consommateurs.» Michael J. Wolf, Entertainment Economy, 1999, p

6 L économie de divertissement : éducation et technologies ludiques «Regardant vers le futur, l expérience éducative sera dramatiquement rehaussée par l évolution rapide du multimédia, par les technologies de simulation, par la réalité virtuelle et par d autres nouveaux outils éducatifs, tous empruntés aux applications du divertissement.» Michael J. Wolf, Entertainment Economy, 1999, p

7 L économie de l expérience, «Experience Economy» Grandes phases du développement économique : 1. Extraction des matières premières 2. Production de biens manufacturés 3. Production de services 4. Production d expériences B. Joseph Pine II et James H. Gilmore, The Experience Economy. Work is Theatre & Every Business a Stage, Boston, Havard Business School Press,

8 L économie de l expérience, «interpellation personnelle» «Les expériences constituent une quatrième offre économique aussi différente des services que ceux-ci le sont des biens, maisellessont, à ce jour, restées méconnues ( ) Quand une personne achète un service, elle se procure un ensemble d activités intangibles accomplies en son nom. Mais quand elle achète une expérience, elle paie pour passer du temps à jouir d une série d événements mémorables qu une entreprise met en scène comme pour une pièce de théâtre afin de l interpeller d une manière personnelle.» B. Joseph Pine II et James H. Gilmore, The Experience Economy. Work is Theatre & Every Business a Stage, Boston, Havard Business School Press, 1999, p. 2. 8

9 Les quatre dimensions de l expérience : 1 divertissement : l expérience divertit les visiteurs en captivant leur attention et en se donnant à percevoir ; 2 esthétique : elle crée un environnement agréable dans lequel les visiteurs se sentent bien ; 3 évasion : elle leur permet de s engager dans une activité captivante dans laquelle ils s évadent et s absorbent ; 4 - éducation : l expérience invite les visiteurs à absorber et à faire leur ce qu ils ont expérimenté, ouvrant ainsi sur un apprentissage vécu. 9

10 L économie de l expérience, «Experience Economy» «À mesure que l Experience Economy se développera, les gens chercheront dans des directions nouvelles et différentes des expériences inédites. ( ) En même temps, peu de ces expériences se passeront d au moins un élément de divertissement, en faisant rire les gens ou en faisant qu ils pussent passer un moment agréable. Mais c est aussi là l occasion pour les entreprises qui mettent en scène ces expériences d ajouter à leur offre des éléments touchant aux trois autres dimensions de l expérience : l éducation, l évasion et l esthétique.» B. Joseph Pine II et James H. Gilmore, The Experience Economy. Work is Theatre & Every Business a Stage, Boston, Havard Business School Press, 1999, p

11 L économie de l expérience, «Experience Economy» «Les expériences que nous faisons affectent qui nous sommes, ce que nous pouvons accomplir et où nous allons, aussi demanderons-nous de plus en plus aux entreprises de mettre en scène des expériences qui nous transforment. Les humains ont toujours recherché des expériences nouvelles et stimulantes pour apprendre et grandir, pour se développer et s améliorer, pour se corriger et s amender.» Idem, p

12 QUESTION Que veulent dire, sur la scène muséale, ce «Facteur Divertissement» et l «Économie de l expérience»? Quels seront leurs effets sur nos pratiques? QUESTION Les musées peuvent-ils (doivent-ils) miser sur la montée de l Économie de l expérience et se transformer afin de poursuivre leur mission fondamentale? 12

13 Les trois «E» des musées 1. «Entertainment» 2. «Education» 3. «Experience» 4. «Social interactions» Stephen Weil, in Making Museums Matter,

14 Expérience et Interactions sociales «Because of its relative informality, museum going in addition to the three E s is almost unique among cultural activities in providing the opportunity for valuable social interactions. ( ) Although museum workers tend to see these interactions as peripheral, to visitors they may be anything but.» Stephen Weil, in Making Museums Matter, 2002, p

15 Des expériences diversifiées «Beyond providing diversion and entertainment, beyond their role as a site for social interaction, beyond educational functions they may choose to assume, museums are also places that indisputably provide their visitors with an almost infinite range of experiences.» Stephen Weil, in Making Museums Matter, 2002, p. 68. «What museums have that is distinctive is objects, and what gives most museums their unique advantage is the awesome power of those objects to trigger an almost infinite diversity of profound experiences among their visitors.» Stephen Weil, in Making Museums Matter, 2002, p

16 Des expériences de construction de sens «Museum professionals have realized that they are not in the business of teaching. Instead they are in the business of creating environments that facilitate the construction of appropriate meanings, that engage people in the stuff of science, art and history.» D. Perry, L. Roberts, K. Morrisey, L. Silverman in Journal of Museum Education, automne

17 Des expériences à favoriser Une dimension herméneutique : des expériences diversifiées de construction de sens. «Recent visitor research supports this notion of the museum as an environment for the construction of meaning a meaning that may well differ from one visitor to the next.» Une dimension personnelle : découvertes... et développement de soi. «The meaning in each case was forged from the visitor s own personal identity. ( ) Their experiences were primarily about themselves.» Stephen Weil, Making Museums Matter, 2002, p

18 Des scénarios pour des expériences significatives «Les musées ont traditionnellement accompli deux fonctions de base ( ) La première est la sélection/collection d objets culturels significatifs et porteurs de sens. La seconde fonction est celle de créer un scénario adéquat - un contenant si on veut - afin qu une expérience significative puisse avoir lieu, entre un visiteur et ces objets.» Douglas Worts, «In Search of meaning : Reflective practice and museums» in Museum Quarterly, vol. 18, n o 4, novembre 1990, p

19 Des expériences d élite pour tous «C est en interprétant ces œuvres d art et en développant un discours esthétique et des significations appropriés pour les publics anciens et nouveaux, que le musée d art favorise la création d une expérience d élite pour tous.» Vera Zolberg, «An elite experience for everyone»: Art Museums, the Public, and Cultural literacy», in Museum Culture, éd. Daniel Sherman et Irit Rogoff, University of Minnesota Press, Minneapolis, 1994, p

20 Prise en compte de la logique de l expérience 1 Aller au-delà de la présentation / contemplation des objets de collection 2 Aménager des passerelles vers les significations possibles de ce qui est montré pour faciliter l appropriation 3 Reconnaître la pluralité des questionnements et des interprétants «valables» 4 Favoriser les interactions sociales durant la visite 5 Reconnaître et favoriser le rôle actif du visiteur dans la quête et la production de sens 20

Academic genres in French Higher Education

Academic genres in French Higher Education Academic genres in French Higher Education A Cross-disciplinary Writing Research Project Isabelle DELCAMBRE Université Charles-de-Gaulle-Lille3 Equipe THEODILE «Les écrits à l université: inventaire, pratiques,

Plus en détail

6. Les désastres environnementaux sont plus fréquents. 7. On ne recycle pas ses déchets ménagers. 8. Il faut prendre une douche au lieu d un bain.

6. Les désastres environnementaux sont plus fréquents. 7. On ne recycle pas ses déchets ménagers. 8. Il faut prendre une douche au lieu d un bain. 1. Notre planète est menacée! 2. Il faut faire quelque chose! 3. On devrait faire quelque chose. 4. Il y a trop de circulation en ville. 5. L air est pollué. 6. Les désastres environnementaux sont plus

Plus en détail

IT & E - Integrated Training & emploi des personnes handicapées en dessin assisté par ordinateur, les détails et graphiques

IT & E - Integrated Training & emploi des personnes handicapées en dessin assisté par ordinateur, les détails et graphiques IT & E - Integrated Training & emploi des personnes handicapées en dessin assisté par ordinateur, les détails et graphiques TR/06/B/P/PP/178009 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2006

Plus en détail

Nouveau guide des meilleures pratiques d'affaires en design d'expériences de tourisme d'aventure

Nouveau guide des meilleures pratiques d'affaires en design d'expériences de tourisme d'aventure + Nouveau guide des meilleures pratiques d'affaires en design d'expériences de tourisme d'aventure Maurice Couture GPS Tourisme Inc. Rachel L Abbé Destination Équitable SÉMINAIRE 2013 / 5 ET 6 NOVEMBRE

Plus en détail

PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017. Un milieu de vie, une réussite

PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017. Un milieu de vie, une réussite PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017 Un milieu de vie, une réussite LE CÉGEP ET LA RÉUSSITE Tributaire d une longue histoire éducative, le Cégep 1, depuis sa création, se distingue par la qualité de sa formation

Plus en détail

Stéphane Lefebvre. CAE s Chief Financial Officer. CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate.

Stéphane Lefebvre. CAE s Chief Financial Officer. CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate. Stéphane Lefebvre CAE s Chief Financial Officer CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate Montreal, Canada, February 27, 2014 Monsieur le ministre Lebel, Mesdames et messieurs,

Plus en détail

Forthcoming Database

Forthcoming Database DISS.ETH NO. 15802 Forthcoming Database A Framework Approach for Data Visualization Applications A dissertation submitted to the SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY ZURICH for the degree of Doctor of

Plus en détail

L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires

L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires Ming Sun Université de Montréal Haï Thach École Chinoise (Mandarin) de Montréal Introduction

Plus en détail

DORSET SCHOOL EDUCATIONAL PROJECT 2010 2011

DORSET SCHOOL EDUCATIONAL PROJECT 2010 2011 DORSET SCHOOL EDUCATIONAL PROJECT 2010 2011 Description of the School Guiding Principles School Vision Mission Statement Dorset Elementary School offers the Bilingual Program to 271 students from both

Plus en détail

The Connected Audience Jewish Museum Berlin 27-28 février 2014. Geneviève Vidal LabSic-Université Paris 13 gvidal@sic.univ-paris13.

The Connected Audience Jewish Museum Berlin 27-28 février 2014. Geneviève Vidal LabSic-Université Paris 13 gvidal@sic.univ-paris13. Usages des médiations numériques muséales : méthodologies et relations publics/musées Uses of digital mediation in museums : methodologies and relations between public and museums Geneviève Vidal LabSic-Université

Plus en détail

Seul le discours prononcé fait foi

Seul le discours prononcé fait foi NOTES POUR UNE ALLOCUTION DU MAIRE DE MONTRÉAL MONSIEUR GÉRALD TREMBLAY GALA BÉNÉFICE DU CENTRE CANADIEN D ARCHITECTURE CCA MAISON SHAUGHNESSY 11 JUIN 2009 Seul le discours prononcé fait foi 1 Depuis 20

Plus en détail

Réussir en Afrique. Travaillons main dans la main à la réussite de vos investissements en Afrique.

Réussir en Afrique. Travaillons main dans la main à la réussite de vos investissements en Afrique. Réussir en Afrique Travaillons main dans la main à la réussite de vos investissements en Afrique. 1 2 Le Cabinet CBI, dirigé par Ousmane H. Guedi vous accompagne dans votre conquête du marché africain,

Plus en détail

Introduction Watch the introductory video to Français Interactif. Where are the UT students?

Introduction Watch the introductory video to Français Interactif. Where are the UT students? Introduction Watch the introductory video to Français Interactif. Where are the UT students? As you can see from this video, Français Interactif will help you explore the French language and culture by

Plus en détail

TRADITIONAL ARCHTECTURE AND URBANISM: CURRICULA AND TRAINING COURSE DEVELOPMENT-TAUMA

TRADITIONAL ARCHTECTURE AND URBANISM: CURRICULA AND TRAINING COURSE DEVELOPMENT-TAUMA COURSE DEVELOPMENT-TAUMA 2010-1-TR1-LEO05-16787 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: TRADITIONAL ARCHTECTURE AND URBANISM: CURRICULA AND TRAINING COURSE DEVELOPMENT-TAUMA 2010-1-TR1-LEO05-16787

Plus en détail

Stress and Difficulties at School / College

Stress and Difficulties at School / College Stress and Difficulties at School / College This article will deal with the pressures and problems that students face at school and college. It will also discuss the opposite - the positive aspects of

Plus en détail

Relations Internationales International Partnerships. Projet Espagne / Valence. The Spain Project /Valence

Relations Internationales International Partnerships. Projet Espagne / Valence. The Spain Project /Valence Projet Espagne / Valence Ce projet doit permettre aux élèves de classe Terminale LGT d utiliser une langue étrangère (l espagnol) et de connaitre certains aspects culturels en vue de comprendre le fonctionnement

Plus en détail

Girls and Boys, Women and Men - Filles et garçons, femmes et hommes - respecting differences, promoting equality and sharing responsibility

Girls and Boys, Women and Men - Filles et garçons, femmes et hommes - respecting differences, promoting equality and sharing responsibility Girls and Boys, Women and Men - respecting differences, promoting equality and sharing responsibility Filles et garçons, femmes et hommes - respecter les différences, promouvoir l égalité et partager les

Plus en détail

Réjean Gascon Directeur CFP de Waswanipi. rgascon@cscree.qc.ca

Réjean Gascon Directeur CFP de Waswanipi. rgascon@cscree.qc.ca Réjean Gascon Directeur CFP de Waswanipi rgascon@cscree.qc.ca Présentation Centre régional de formation professionnelle de Waswanipi Offre de services 2014-2015 au CFP de Waswanipi Programmes en foresterie

Plus en détail

Fiche descriptive d une unité d enseignement (UE) et de ses éléments constitutifs (ECUE)

Fiche descriptive d une unité d enseignement (UE) et de ses éléments constitutifs (ECUE) Fiche descriptive d une unité d enseignement (UE) et de ses éléments constitutifs (ECUE) Intitulé de l UE Langues & Droit Nombre de crédits 06 Code UE.UE14.. Université : Université de Manouba Etablissement

Plus en détail

French Three Unit Four Review

French Three Unit Four Review Name Class Period French Three Unit Four Review 1. I can discuss with other people about what to do, where to go, and when to meet (Accept or reject invitations, discuss where to go, invite someone to

Plus en détail

Françoise Génuit. M 123 Sunnyside Blvd. Winnipeg R3J 3M1 T 204 955-4823 E lapixellerie@icloud.com W lapixellerie.ca/studio

Françoise Génuit. M 123 Sunnyside Blvd. Winnipeg R3J 3M1 T 204 955-4823 E lapixellerie@icloud.com W lapixellerie.ca/studio GRAPHIC DESIGN Françoise Génuit M 123 Sunnyside Blvd. Winnipeg R3J 3M1 T 204 955-4823 E lapixellerie@icloud.com W lapixellerie.ca/studio Parcours en bref In brief Profil Profile 2010 La Liberté (journal

Plus en détail

IMMIGRATION ET MÉDIATION CULTURELLE

IMMIGRATION ET MÉDIATION CULTURELLE UNIVERSITÉ D ÉTÉ DU CELAT: NOUVEAUX PATRIMOINES ET MUSÉES PATRIMOINES ET DIVERSITÉ CULTURELLE IMMIGRATION ET MÉDIATION CULTURELLE KHADIYATOULAHFALL (CERII-CELAT) INTRODUCTION AXES DE RECHERCHE ET ENGAGEMENT

Plus en détail

Appendix 1 Wording of Noumea Accord and 1999 Organic Law on Restricted Electorates

Appendix 1 Wording of Noumea Accord and 1999 Organic Law on Restricted Electorates Appendix 1 Wording of Noumea Accord and 1999 Organic Law on Restricted Electorates Relating to local (provincial and Congress) elections Article 2.2.1 of the Noumea Accord: le corps électoral aux assemblées

Plus en détail

Le Programme de formation. Le premier cycle du primaire. Information aux parents

Le Programme de formation. Le premier cycle du primaire. Information aux parents Le Programme de formation Le premier cycle du primaire Information aux parents Septembre 2000 En septembre prochain, votre enfant sera au premier cycle du primaire, c'est-à-dire qu'il ou elle entrera en

Plus en détail

Comment développer des politiques et actions équitables et inclusives en s appuyant sur la culture?

Comment développer des politiques et actions équitables et inclusives en s appuyant sur la culture? Comment développer des politiques et actions équitables et inclusives en s appuyant sur la culture? 1 Protéger et promouvoir la créativité de l humanité Uncontacted tribe discovered in Brazilian Amazon,

Plus en détail

Appendix C CRITERIA FOR A PROFESSIONAL GROWTH PLAN SUPERVISION OF PROFESSIONAL STAFF: TEACHER EVALUATION GCNA

Appendix C CRITERIA FOR A PROFESSIONAL GROWTH PLAN SUPERVISION OF PROFESSIONAL STAFF: TEACHER EVALUATION GCNA SUPERVISION OF PROFESSIONAL STAFF: TEACHER EVALUATION Appendix C CRITERIA FOR A PROFESSIONAL GROWTH PLAN A Professional Growth Plan is a written statement describing a teacher s intended focus for professional

Plus en détail

Atelier régional pour l Afrique centrale sur la mise à jour des Stratégies et plans d action nationaux pour la biodiversité

Atelier régional pour l Afrique centrale sur la mise à jour des Stratégies et plans d action nationaux pour la biodiversité Atelier régional pour l Afrique centrale sur la mise à jour des Stratégies et plans d action nationaux pour la biodiversité Brazzaville du 19 au 24 juin 2011 Abdou Khadire DIOP Animateur de la CEC de l

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Mundaneum. Les collecteurs de mondes. RENAISSANCE 2.0: Voyage aux origines du Web. Dossier du professeur

Mundaneum. Les collecteurs de mondes. RENAISSANCE 2.0: Voyage aux origines du Web. Dossier du professeur Mundaneum RENAISSANCE 2.0: Voyage aux origines du Web Les collecteurs de mondes Dossier du professeur 1. Présentation de l animation Description Cet outil pédagogique a pour but de mettre l élève au centre

Plus en détail

Bilan et perspective: le point de vue du SEFRI

Bilan et perspective: le point de vue du SEFRI Bilan et perspective: le point de vue du SEFRI Josef Widmer Directeur suppléant du Secrétariat d Etat à la formation, à la recherche et à l innovation (SEFRI) Conférence d automne de la formation professionnelle

Plus en détail

Marketing & Perspectives. Martina Solska, BIO Intelligence Service martina.solska@biois.com

Marketing & Perspectives. Martina Solska, BIO Intelligence Service martina.solska@biois.com Marketing & Perspectives Martina Solska, BIO Intelligence Service martina.solska@biois.com Topics 1. Atouts majeurs de l Ecolabel européen 2. L Ecolabel européen comme partie intégrante du marketing de

Plus en détail

Commemorating the Legacy of des pensionnats indiens

Commemorating the Legacy of des pensionnats indiens lorier o c à e Livr Colouring Book Vitrail au Parlement Stained Glass Window in Parliament commémorant les séquelles Commemorating the Legacy of des pensionnats indiens Indian Residential Schools Un vitrail

Plus en détail

Modes de consommation irresponsables : comment en est-on arrivé là?

Modes de consommation irresponsables : comment en est-on arrivé là? Modes de consommation irresponsables : comment en est-on arrivé là? Benoit Duguay Le 29 novembre 2007 Diapos de la conférence : http://www.deut.uqam.ca/conferences/duguay_benoit/gredicc_29_novembre_2007.pdf

Plus en détail

Council of Atlantic Ministers of Education and Training LIST OF CURRENT PUBLICATIONS

Council of Atlantic Ministers of Education and Training LIST OF CURRENT PUBLICATIONS Council of Atlantic Ministers of Education and Training LIST OF CURRENT PUBLICATIONS LISTE DE PUBLICATIONS COURANTES Conseil atlantique des ministres de l Éducation et de la Formation PREAMBLE PRÉFACE

Plus en détail

MARINE ECOSYSTEMS DYNAMICS and MANAGEMENT --------- FONCTIONNEMENT et GESTION des ECOSYSTEMES MARINS

MARINE ECOSYSTEMS DYNAMICS and MANAGEMENT --------- FONCTIONNEMENT et GESTION des ECOSYSTEMES MARINS MARINE ECOSYSTEMS DYNAMICS and MANAGEMENT --------- FONCTIONNEMENT et GESTION des ECOSYSTEMES MARINS PEGASEAS Theme: MARINE ECOSYSTEMS DYNAMICS and MANAGEMENT: final outputs and Questions of the reports:

Plus en détail

Decorative Fountain Linked to Legionnaires' Disease Outbreak

Decorative Fountain Linked to Legionnaires' Disease Outbreak 01/10/2012 Decorative Fountain Linked to Legionnaires' Disease Outbreak A 2010 outbreak of Legionnaires' disease in Wisconsin has been linked to a decorative fountain in a hospital lobby, according to

Plus en détail

Photo Manipulations in the 2011 CES

Photo Manipulations in the 2011 CES Canadian Election Study Methodological Briefs Methodological Brief #2013-A Photo Manipulations in the 2011 CES Patrick Fournier, Université de Montréal Stuart Soroka, McGill University Fred Cutler, University

Plus en détail

BIENVENUE. La mise en scène & Urbangaming expérience

BIENVENUE. La mise en scène & Urbangaming expérience BIENVENUE La mise en scène & Urbangaming expérience Appuis à la parole Cette présentation a été préparée comme appuis à la parole. Elle n est pas conçue pour être comprise sans accompagnement. Si vous

Plus en détail

Conférences invitées

Conférences invitées Conférences invitées The Process of Process Modeling Barbara Weber University of Innsbruck, Austria Barbara.Weber@uibk.ac.at ABSTRACT. Business process models have gained significant importance due to

Plus en détail

Sarah DÉRAPS. Université du Québec à Montréal

Sarah DÉRAPS. Université du Québec à Montréal Analyse communicationnelle de l épuisement professionnel (burnout) chez les travailleurs et travailleuses du domaine des communications-marketing au Québec Sarah DÉRAPS Université du Québec à Montréal

Plus en détail

Measuring the tourist experience: A mobile ethnographic approach

Measuring the tourist experience: A mobile ethnographic approach Measuring the tourist experience: A mobile ethnographic approach LES ENTREPRISES TOURISTIQUES AU CŒUR DU DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE Symposium sur les mesures de performance et les contributions économiques

Plus en détail

Eau, territoire et conflits : analyse des enjeux de la gestion communautaire de l eau au Burkina Faso : l exemple du bassin versant du Nakambé

Eau, territoire et conflits : analyse des enjeux de la gestion communautaire de l eau au Burkina Faso : l exemple du bassin versant du Nakambé Eau, territoire et conflits : analyse des enjeux de la gestion communautaire de l eau au Burkina Faso : l exemple du bassin versant du Nakambé Ramatou Traoré To cite this version: Ramatou Traoré. Eau,

Plus en détail

Master MPS LE MANAGEMENT DE LA QUALITÉ DANS LES SERVICES N 2 MURIEL JOUGLEUX 2014/2015

Master MPS LE MANAGEMENT DE LA QUALITÉ DANS LES SERVICES N 2 MURIEL JOUGLEUX 2014/2015 Master MPS 1 LE MANAGEMENT DE LA QUALITÉ DANS LES SERVICES N 2 MURIEL JOUGLEUX 2014/2015 Construire une politique qualité dans les services Les différentes définitions de la qualité Une approche globale

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

L évolution du métier de communicant public et l impact du numérique

L évolution du métier de communicant public et l impact du numérique L évolution du métier de communicant public et l impact du numérique Intervenante : Dominique MÉGARD Présidente Cap Com, réseau de la communication publique et territoriale La communication publique, une

Plus en détail

Atelier : Formation. Rapport du Groupe 1. Brainstorming Formation actuarielle. 1. Système de formation

Atelier : Formation. Rapport du Groupe 1. Brainstorming Formation actuarielle. 1. Système de formation Atelier : Formation Rapport du Groupe 1 Brainstorming Formation actuarielle 1. Système de formation Formation universitaire ou Système examens (système anglo-saxon) Conciliation entre les deux: Formation

Plus en détail

90558-CDT-06-L3French page 1 of 10. 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts

90558-CDT-06-L3French page 1 of 10. 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts 90558-CDT-06-L3French page 1 of 10 NCEA LEVEL 3: FRENCH CD TRANSCRIPT 2006 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts New Zealand Qualifications Authority: NCEA French

Plus en détail

Quiz de droit d auteurd Copyright Quiz

Quiz de droit d auteurd Copyright Quiz 1. Je ne peux publier une photo sur le site de l UNESCO sans y indiquer le nom du photographe. VRAI La mention de la source et du nom de l auteur fait partie des droits moraux de l auteur. C est le droit

Plus en détail

Practice Exam Student User Guide

Practice Exam Student User Guide Practice Exam Student User Guide Voir la version française plus bas. 1. Go to http://training.iata.org/signinup 2. Enter your username and password to access your student profile Your profile was created

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

livrer l expérience client qui fait la différence changer de perspective : le client au cœur de l expérience

livrer l expérience client qui fait la différence changer de perspective : le client au cœur de l expérience livrer l qui fait la différence changer de perspective : le client au cœur de l expérience 20 Les rendez-vous du commerce pascal routhier planificateur stratégique cossette 2 pascal.routhier@cossette.com

Plus en détail

Nom Classe Date. 7e Unité 3. 1110. Tu veux jouer au basket avec moi? a. Samedi, le 3 novembre. a. Oui, je joue au foot. b. Avec mon copain.

Nom Classe Date. 7e Unité 3. 1110. Tu veux jouer au basket avec moi? a. Samedi, le 3 novembre. a. Oui, je joue au foot. b. Avec mon copain. Nom Classe Date 7e Unité 3 Listening Comprehension (On the TEST questions will be heard and NOT written) The Logical Answer CD 14 Bande 6 You will hear a series of ten questions. Listen carefully to each

Plus en détail

DIPLOME NATIONAL DU BREVET TOUTES SERIES

DIPLOME NATIONAL DU BREVET TOUTES SERIES DIPLOME NATIONAL DU BREVET SESSION : 2011 Feuille 1 / 6 SUJET DIPLOME NATIONAL DU BREVET TOUTES SERIES Epreuve de Langue Vivante Etrangère : ANGLAIS SESSION 2011 Durée : 1 h 30 Coefficient : 1 Ce sujet

Plus en détail

Arrondissement de Pierrefonds-Roxboro

Arrondissement de Pierrefonds-Roxboro DISCOURS DU BUDGET 2013 La démarche de réforme du financement des arrondissements entamée au début de cette année par monsieur Michael Applebaum président du comité exécutif de la Ville de Montréal et

Plus en détail

NOTES POUR UNE ALLOCUTION DU MAIRE DE MONTRÉAL MONSIEUR GÉRALD TREMBLAY ANNONCE SUR LE 2-22 21 OCTOBRE 2008, À 9H

NOTES POUR UNE ALLOCUTION DU MAIRE DE MONTRÉAL MONSIEUR GÉRALD TREMBLAY ANNONCE SUR LE 2-22 21 OCTOBRE 2008, À 9H NOTES POUR UNE ALLOCUTION DU MAIRE DE MONTRÉAL MONSIEUR GÉRALD TREMBLAY ANNONCE SUR LE 2-22 21 OCTOBRE 2008, À 9H Seul le discours prononcé fait foi 1 (Salutations d usage) En juin 1996, le boulevard Saint-Laurent

Plus en détail

Médicaments approuvés : Les Canadiens veulent y avoir accès sans tarder

Médicaments approuvés : Les Canadiens veulent y avoir accès sans tarder Médicaments approuvés : Les Canadiens veulent y avoir accès sans tarder (Ottawa, Canada Le 17 mars 2008) Selon une enquête menée récemment auprès des citoyens canadiens à l échelle nationale, la grande

Plus en détail

Point presse La Poste Mobile 19 juin 2014. Bilan & Perspectives 3 ans après son lancement

Point presse La Poste Mobile 19 juin 2014. Bilan & Perspectives 3 ans après son lancement Point presse La Poste Mobile 19 juin 2014. Bilan & Perspectives 3 ans après son lancement La Poste Mobile, un lancement sur un marché en plein bouleversement Mai 2011, lancementde La Poste Mobile Janvier

Plus en détail

MEET, LEARN, EXPERIENCE

MEET, LEARN, EXPERIENCE MEET, LEARN, EXPERIENCE Le dynamisme symbolise notre capacité à entreprendre avec passion et énergie Il s agit donc d un ressort essentiel dans notre monde en constante mutation. Cette aptitude nous permet

Plus en détail

6 ème Conférence Formation Alger, 1-2 décembre 2009 Technologies de formation et d apprentissage État de l art et stratégies d implantation Dr Gilbert Paquette Chaire de recherche CICE Centre de recherche

Plus en détail

Les Plus Belles Chansons, France Gall, Warner France, 1994 (amazon.com).

Les Plus Belles Chansons, France Gall, Warner France, 1994 (amazon.com). Page 1 of 7 LESSON PLAN Teacher: Bob Ponterio School: SUNY Cortland LESSON TITLE: : DO commands LESSON SKILL TARGETED: Direct object commands (PACE) CLASS LEVEL: FRE 102-2nd semester beginning French TARGETED

Plus en détail

FORMATION CONTINUE en Français Langue Étrangère

FORMATION CONTINUE en Français Langue Étrangère Francés y inglés / Francese e inglese / Französisch und englischem FORMATION CONTINUE en Français Langue Étrangère L EFI, située au cœur de Paris, dans le Marais, est à proximité des principales lignes

Plus en détail

L image corporelle : Influence des médias

L image corporelle : Influence des médias L image corporelle : Influence des médias Alberta Education, Santé et préparation pour la vie, Programmes d études, Résultats d apprentissage L élève pourra: B 7.2 examiner les aspects de la propreté et

Plus en détail

HYDRODYNAMIQUE PHYSIQUE. PROBLèMES RéSOLUS AVEC RAPPELS DE COURS BY MARC FERMIGIER

HYDRODYNAMIQUE PHYSIQUE. PROBLèMES RéSOLUS AVEC RAPPELS DE COURS BY MARC FERMIGIER Read Online and Download Ebook HYDRODYNAMIQUE PHYSIQUE. PROBLèMES RéSOLUS AVEC RAPPELS DE COURS BY MARC FERMIGIER DOWNLOAD EBOOK : HYDRODYNAMIQUE PHYSIQUE. PROBLèMES RéSOLUS Click link bellow and free

Plus en détail

A l'avenir, chacun aura son quart d'heure de célébrité.. Andy WAHROL

A l'avenir, chacun aura son quart d'heure de célébrité.. Andy WAHROL A l'avenir, chacun aura son quart d'heure de célébrité.. Andy WAHROL trough the In the " trough the mirror " work, the question of the value of a video image as reflection of reality arises and in this

Plus en détail

Developpement & Formation. Serge Dubois, BP Algeria Communications Manager

Developpement & Formation. Serge Dubois, BP Algeria Communications Manager Developpement & Formation Serge Dubois, BP Algeria Communications Manager Building capability «BP Strategy, Safety People Performance» Tony Hayward, CEO BP Octobre 2007 Human resources are the most invaluable

Plus en détail

Marketing de l art et de la culture

Marketing de l art et de la culture Interview Dunod Marketing de l art et de la culture Dominique Bourgeon-Renault Le secteur de l art et de la culture semble incompatible avec la notion même de marketing. Pourtant, la démarche et les outils

Plus en détail

LA PERSONNE SPÉCIALE

LA PERSONNE SPÉCIALE LA PERSONNE SPÉCIALE These first questions give us some basic information about you. They set the stage and help us to begin to get to know you. 1. Comment tu t appelles? What is your name? Je m appelle

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

Conception pédagogique Multimédia

Conception pédagogique Multimédia 1 Conception pédagogique Multimédia Le point de vue d'un indépendant sur les tendances de la formation professionnelle en entreprise Louis Brunier 2 Sommaire 1 ère Partie 2 ème Partie 3 ème Partie 3 Première

Plus en détail

5/5/5. orientations stratégiques 2014-2018. Un plan qui positionne le tourisme comme vecteur économique clé pour la relance de Montréal

5/5/5. orientations stratégiques 2014-2018. Un plan qui positionne le tourisme comme vecteur économique clé pour la relance de Montréal Le plan 5/5/5 orientations stratégiques 2014-2018 Un plan qui positionne le tourisme comme vecteur économique clé pour la relance de Montréal 5 ans 5 millions de nuitées 5 % d augmentation des dépenses

Plus en détail

Transfert des expérimentales et innovantes méthodes d enseignement pour l education de management

Transfert des expérimentales et innovantes méthodes d enseignement pour l education de management l education de management 2010-1-PL1-LEO01-11462 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2010 Type de Projet: Statut: Accroche marketing: Résumé: Transfert des expérimentales et innovantes

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

Bilan d actions. Nautisme en Bretagne 1 rue de Kerbriant, 29 200 Brest Tel : 02 98 02 80 44 Mel : contact@nautismebretagne.fr

Bilan d actions. Nautisme en Bretagne 1 rue de Kerbriant, 29 200 Brest Tel : 02 98 02 80 44 Mel : contact@nautismebretagne.fr Bilan d actions 2012 Nautisme en Bretagne 1 rue de Kerbriant, 29 200 Brest Tel : 02 98 02 80 44 Mel : contact@nautismebretagne.fr SOMMAIRE 1. Séduire les futurs clients...3 2. Bien recevoir les clients...7

Plus en détail

* Agnès Heller : L Homme de la Renaissance, Budapest, 1967 CROP 2

* Agnès Heller : L Homme de la Renaissance, Budapest, 1967 CROP 2 L APOGÉE D UN NOUVEL HOMME DE LA RENAISSANCE (et de sa fiancée) OU COMMENT S ADAPTER AU CONSOMMATEUR-CITOYEN D AUJOURD HUI Par ALAIN GIGUÈRE, PRÉSIDENT, CROP inc. de la vie aux idées L homme nouveau, l

Plus en détail

NOUVELLES ACQUISITIONS

NOUVELLES ACQUISITIONS Embassy of the United States of America Office of Public Affairs Information Resource Center P. O. Box 1866 Abidjan 01 Telephone: 2249 4055/ 2249 4170/ 2249 4249 Fax: (225) 2249 4219 E-mail: Abidjan_pas_irc@stae.gov

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

LA TENUE DES RÉUNIONS DES COMMISSIONS DE DISTRICT D AMÉNAGEMENT CONDUCT OF DISTRICT PLANNING COMMISSION MEETINGS

LA TENUE DES RÉUNIONS DES COMMISSIONS DE DISTRICT D AMÉNAGEMENT CONDUCT OF DISTRICT PLANNING COMMISSION MEETINGS CONDUCT OF DISTRICT PLANNING COMMISSION MEETINGS LA TENUE DES RÉUNIONS DES COMMISSIONS DE DISTRICT D AMÉNAGEMENT A Guideline on the Conduct of District Planning Commission Meetings Directive sur la tenue

Plus en détail

SEG 2506 Construction de logiciels

SEG 2506 Construction de logiciels SEG 2506 Construction de logiciels Devoir 04: Programmation avec concurrence présenté à: prof. G. Bochmann, Ph.D. par: Alexandre Bradley 4548582 abrad087@uottawa.ca et Kevin Mottashed 4490866 kmott071@uottawa.ca

Plus en détail

Gestion de l information

Gestion de l information MODELE LOGIQUE DE CONSTRUCTION DES TABLEAUX DE BORD DEMARCHES PROSPECTIVES Tableau de Bord de la Performance Point «académique» sur l alignement des objectifs opérationnels et stratégiques Les démarches

Plus en détail

UN OUTIL POLITIQUE AU SERVICE DE LA SANTÉ : APPLICATION EN CONTEXTE INFIRMIER!

UN OUTIL POLITIQUE AU SERVICE DE LA SANTÉ : APPLICATION EN CONTEXTE INFIRMIER! UN OUTIL POLITIQUE AU SERVICE DE LA SANTÉ : APPLICATION EN CONTEXTE INFIRMIER! Présentation de: Geneviève Roch, inf. Ph.D. Professeure adjointe Faculté des sciences infirmières, Université Laval Centre

Plus en détail

Contents National 4 French Reading; Context: Learning

Contents National 4 French Reading; Context: Learning Contents National 4 French Reading; Context: Learning (questions extracted from General past papers) Question Topic Learning in context (Forum: should you do holidays? Solène replies) Learning in context

Plus en détail

Implementation of OECD Guidelines in Canada

Implementation of OECD Guidelines in Canada Implementation of OECD Guidelines in Canada March 1314, 2001 Berlin, Germany 1. 2. 3. 4. Overview Canada s involvement in OECD on Electronic Commerce and Consumer Protection Electronic Commerce in Canada

Plus en détail

Stimuler le rayonnement, le professionnalisme l efficacité et le développement des affaires

Stimuler le rayonnement, le professionnalisme l efficacité et le développement des affaires Programme de formations et de conférences Stimuler le rayonnement, le professionnalisme l efficacité et le développement des affaires Outils concrets, actualisés et flexibles pour professionnels, gestionnaires,

Plus en détail

LE LUXEMBOURG VU DE L ÉTRANGER. Table ronde du 29 février 2012

LE LUXEMBOURG VU DE L ÉTRANGER. Table ronde du 29 février 2012 LE LUXEMBOURG VU DE L ÉTRANGER Table ronde du 29 février 2012 AGENDA DE LA CONFÉRENCE Mot de bienvenue. Mme Tania BERCHEM La perception actuelle du Luxembourg. M. Bob WETZEL Table ronde : L image du Luxembourg,

Plus en détail

La conception de jeux vidéo éducatifs une méthodologie de recherche/création

La conception de jeux vidéo éducatifs une méthodologie de recherche/création Resumé de la version Web de la thèse Présenté par René St-Pierre Ph.D. Doctorat en Études et Pratiques des Arts Université du Québec à Montréal (UQAM) Janvier 2007 Objectif Cette méthode vise à outiller

Plus en détail

IS/07/TOI/164004. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=6140

IS/07/TOI/164004. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=6140 La vente au détail - RetAiL est un cours fondé sur la technologie de l information, un IS/07/TOI/164004 1 Information sur le projet La vente au détail - RetAiL est un cours fondé sur la technologie de

Plus en détail

LE SALON INTERNATIONAL DES PROFESSIONNELS DES MUSÉES ET SITES CULTURELS

LE SALON INTERNATIONAL DES PROFESSIONNELS DES MUSÉES ET SITES CULTURELS LE SALON INTERNATIONAL DES PROFESSIONNELS DES MUSÉES ET SITES CULTURELS 20 / 21 JANVIER 2016 INTRODUCTION SOMMAIRE INTRODUCTION / MUSEUM CONNECTIONS 2015 / MUSEUM CONNECTIONS 2016 / POURQUOI PARTICIPER?

Plus en détail

INNOVATION & DESIGN THINKING

INNOVATION & DESIGN THINKING 1 INNOVATION & DESIGN THINKING @kedgeds facebook.com/kedgeds DESIGN OUR FUTURES. INVENTER NOS FUTURS. INNOVATION & DESIGN THINKING 3 KEDGE DESIGN SCHOOL LES + DU PARCOURS KEDGE Design School est une École

Plus en détail

CLIM/GTP/27/8 ANNEX III/ANNEXE III. Category 1 New indications/ 1 re catégorie Nouvelles indications

CLIM/GTP/27/8 ANNEX III/ANNEXE III. Category 1 New indications/ 1 re catégorie Nouvelles indications ANNEX III/ANNEXE III PROPOSALS FOR CHANGES TO THE NINTH EDITION OF THE NICE CLASSIFICATION CONCERNING AMUSEMENT APPARATUS OR APPARATUS FOR GAMES/ PROPOSITIONS DE CHANGEMENTS À APPORTER À LA NEUVIÈME ÉDITION

Plus en détail

David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments

David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments Article (Accepted version) (Refereed) Original citation: Marsden, David

Plus en détail

COMPRENDRE CONSEILLER RÉALISER

COMPRENDRE CONSEILLER RÉALISER COMPRENDRE CONSEILLER RÉALISER COMPRENDRE CONSEILLER RÉALISER Sommaire Une riche histoire (1912 à aujourd hui) 4 Le profil du cabinet 5 Nos valeurs 6 Votre stage 8 3 H UNE RICHE 1912 M e Gustave Monette

Plus en détail

FEE SCHEDULE / BARÈME DES FRAIS

FEE SCHEDULE / BARÈME DES FRAIS Titre : Lunettes prescrites Effective / En vigueur: 01/01/2015 Release / Diffusion No. 013 Page 1 of / de 5 GLOSSARY WorkSafeNB means the Workplace Health, Safety and Compensation Commission or "the Commission"

Plus en détail

ATELIER PHILO ANIMATION STIB TRAVAIL DE CRÉATION MOMENT DE CLÔTURE SENSIBILISATION A UNE MOBILITE CITOYENNE COMPRENDRE LES ENJEUX

ATELIER PHILO ANIMATION STIB TRAVAIL DE CRÉATION MOMENT DE CLÔTURE SENSIBILISATION A UNE MOBILITE CITOYENNE COMPRENDRE LES ENJEUX SENSIBILISATION A UNE MOBILITE CITOYENNE ATELIER PHILO COMPRENDRE LES ENJEUX ANIMATION STIB APPRÉHENDER LA RÉALITÉ DE TERRAIN TRAVAIL DE CRÉATION FIXER LES NOTIONS ACQUISES MOMENT DE CLÔTURE SE RETROUVER

Plus en détail

FOCUS. // Mai 2014 LE DESIGN DE SERVICE : UN ACTEUR CLÉ DE L ECONOMIE DE LA FONCTIONNALITÉ

FOCUS. // Mai 2014 LE DESIGN DE SERVICE : UN ACTEUR CLÉ DE L ECONOMIE DE LA FONCTIONNALITÉ FOCUS // Mai 2014 LE DESIGN DE SERVICE : UN ACTEUR CLÉ DE L ECONOMIE DE LA FONCTIONNALITÉ L économie de la fonctionnalité est un modèle économique qui vise à remplacer la vente d un bien par celle de l

Plus en détail

Jean-Philippe Gauthier Chargé de cours au département de psychosociologie et travail social Université du Québec à Rimouski Doctorant en Sciences

Jean-Philippe Gauthier Chargé de cours au département de psychosociologie et travail social Université du Québec à Rimouski Doctorant en Sciences Jean-Philippe Gauthier Chargé de cours au département de psychosociologie et travail social Université du Québec à Rimouski Doctorant en Sciences Sociales, spécialisation Psychopédagogie perceptive Université

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT DU DÉVELOPPEMENT DE L ENFANT AU COEUR DE LA MISSION DES FAMILLES ET DES SERVICES DE GARDE. Conférence d ouverture, Colloque RCPEQC

L ACCOMPAGNEMENT DU DÉVELOPPEMENT DE L ENFANT AU COEUR DE LA MISSION DES FAMILLES ET DES SERVICES DE GARDE. Conférence d ouverture, Colloque RCPEQC L ACCOMPAGNEMENT DU DÉVELOPPEMENT DE L ENFANT AU COEUR DE LA MISSION DES FAMILLES ET DES SERVICES DE GARDE Conférence d ouverture, Colloque RCPEQC 9 NOVEMBRE 2012 Près de 50% des 0-5 ans Au Québec, il

Plus en détail

Le symposium DELF de l Association des professeurs d immersion française Calgary, le 19 janvier 2012

Le symposium DELF de l Association des professeurs d immersion française Calgary, le 19 janvier 2012 The Canadian Association of Immersion Teachers DELF Symposium Calgary, January 19, 2012 Le symposium DELF de l Association des professeurs d immersion française Calgary, le 19 janvier 2012 Round Table

Plus en détail

Square. Safe. Solid. Le silo carré sur mesure.

Square. Safe. Solid. Le silo carré sur mesure. Square. Safe. Solid. Le silo carré sur mesure. Have you thought about square? +25% storage capacity compared to round on same surface 1 2 3 4 Top Silo Constructions (TSC) TSC develops, supplies and constructs

Plus en détail

Convention commune pour le développement du mécénat culturel. Département de l Hérault

Convention commune pour le développement du mécénat culturel. Département de l Hérault Préfecture de la région LR Direction Régionale des Affaires Culturelles Chambre de Commerce et d Industrie de Montpellier Chambre départementale des notaires de l Hérault Convention commune pour le développement

Plus en détail

Accompagner le personnel scolaire vers un engagement qui favorise le réinvestissement

Accompagner le personnel scolaire vers un engagement qui favorise le réinvestissement Accompagner le personnel scolaire vers un engagement qui favorise le réinvestissement Leadership et travail en équipe de collègues 2008 Louise Lafortune Université du Québec à Trois-Rivières Téléphone

Plus en détail