La mise en location d un logement et le code du logement.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La mise en location d un logement et le code du logement."

Transcription

1 La mise en location d un logement et le code du logement. Les problème rencontrés. 1) La simple apposition d une affiche «appartement / studio / chambre à louer» permet-elle une visite d initiative par le Service d Inspection Régionale selon l article 13, 2, 2 du Code bruxellois du Logement? 2) La simple apposition d une affiche «appartement / studio / chambre à louer» constitue-telle une infraction à un arrêté d inhabitabilité pris par le bourgmestre? 3) Lorsqu un immeuble est frappé d un arrêté d inhabitabilité, qu en est-il lorsqu on remet cet immeuble en location, en infraction à l arrêté du bourgmestre? 1) La simple apposition d une affiche «appartement / studio / chambre à louer» permetelle une visite d initiative par le Service d Inspection Régionale selon l article 13, 2, 2 du Code bruxellois du Logement? En vertu de l article 13 du Code bruxellois du Logement, le Service d Inspection Régionale peut visiter les logements mis en location pour vérifier si ces derniers sont en conformité avec les exigences de sécurité, de salubrité et d équipement. Plusieurs causes peuvent être à la base de telles enquêtes : - l introduction d une demande de certificat de conformité, d attestation de conformité ou d attestation de contrôle de conformité ; - l introduction d une plainte ; - la prise d initiative du Service d Inspection Régionale. Une visite d initiative peut-elle être menée alors même que le logement n est pas encore effectivement loué car seule une affiche «à louer» est apposée? «Nul ne peut mettre en location un logement qui ne répond pas aux exigences de sécurité, de salubrité et d équipement ( )». Art. 5 du Code. Lorsqu une personne a la volonté de mettre en location un logement, la première étape par laquelle elle doit passer est de rendre publique sa volonté en mettant une affiche «à louer» sur le bien concerné. A partir de ce moment là, n importe quelle personne est susceptible de répondre favorablement à l annonce et d occuper effectivement les lieux. Dans ce cas là, la conformité du logement devrait être avérée et une visite d initiative pourrait être possible. Nous interprétons donc l apposition d une affiche «à louer» comme une «mise en location» au sens de l article 5 du Code dès lors que la mise sur le marché locatif d un logement est susceptible d aboutir, du jour au lendemain, à un contrat de bail. Il ne serait donc pas logique, dans ce sens, de permettre une visite d initiative à partir de la seule entrée dans les lieux des locataires.

2 2) La simple apposition d une affiche «appartement / chambre / studio à louer» constituet-elle une infraction à un arrêté d inhabitabilité pris par le bourgmestre? En droit pénal, pour qu une infraction existe, trois éléments doivent être réunis. i 1) L élément légal : il faut que l acte commis viole une disposition légale et qu une peine soit prévue en cas de violation de cette disposition. Dans notre cas, il y a une violation de l interdiction de continuer à mettre en location, de louer ou de faire occuper les lieux, conformément à l article 14 de l ordonnance portant le Code bruxellois du Logement du 17 juillet ii Une peine est prévue par l article 15 du Code bruxellois du Logement en cas de violation de cette disposition. Nous étudierons cela un peu plus bas dans le développement. 2) L élément matériel : il faut qu il y ait une réalisation, une manifestation de l infraction dans le monde extérieur. On ne pourrait pas punir la seule intention de faire quelque chose si cette intention ne se manifeste en rien par des actes matériels. Dans notre cas, l affiche «à louer» constitue l élément matériel, l extériorisation de l intention de commettre une infraction dans le monde extérieur. 3) L élément moral : c est l élément qui rattache les faits matériels à la conscience, à la volonté de leur auteur. Dans notre cas, il est évident que le propriétaire qui met son immeuble en location est tout à fait conscient qu il contrevient à un arrêté d inhabitabilité. Ses facultés mentales ne sont pas altérées par exemple. Les trois éléments constitutifs de l infraction étant réunis, nous pouvons affirmer que l apposition d une affiche «à louer» suite à un arrêté d inhabitabilité constitue bien une infraction. 3) Lorsqu un immeuble est frappé d un arrêté d inhabitabilité, qu en est-il lorsqu on remet en location cet immeuble, en infraction de l arrêté du bourgmestre? A. Dans quels cas un bourgmestre peut-il prendre un arrêté d inhabitabilité? L article 135 de la nouvelle loi communale. Le 1 er de l article 135 de la nouvelle loi communale dit que : «Les communes ont pour mission de faire jouir les habitants des avantages d une bonne police, notamment de la propreté, de la salubrité, de la sûreté et de la tranquillité dans les rues, lieux et édifices publics». Que signifie la notion de «salubrité» au sens de la nouvelle loi communale? L insalubrité peut trouver son origine dans une propriété privée mais elle doit atteindre l ordre public pour que la commune puisse prendre une décision. Seules des considérations hygiéniques

3 peuvent donc entrer en ligne de compte pour décider qu un immeuble est insalubre : provocation ou propagation de maladies contagieuses qui menacent la santé publique, selon le Conseil d Etat. Le bourgmestre, qui détient directement un pouvoir de police du 2 de l article 135, peut donc prendre, entre autre, un arrêté d inhabitabilité par rapport à cet immeuble insalubre. L article 14, alinéa 1 er du Code bruxellois du Logement. Lorsqu une interdiction de continuer à mettre le logement en location ou de louer celui-ci ou de le faire occuper, est décidée par le Service d Inspection Régionale, car le logement n est pas conforme aux exigences de sécurité, de salubrité et d équipement, c est au bourgmestre de veiller à l exécution de l interdiction, par exemple, par un arrêté d inhabitabilité. B. Quelles sont les sanctions si le bailleur continue à mettre en location son immeuble alors que celui-ci est frappé d un arrêté d inhabitabilité? Quid par rapport à la référence à l article 11.1 du règlement général de police de Bruxelles- Ville qui avait été faite? Pour qu on puisse appliquer les sanctions d un règlement de police à une infraction, il faut que celle-ci soit prévue par le règlement. Or, rien n est dit dans le règlement général de police de Bruxelles-Ville quant au fait de continuer à mettre en location un bien qui avait été frappé d un arrêté d inhabitabilité. Pour information : la question avait été posée de savoir quelles étaient les peines de police car l article 11.1 du règlement général de police de Bruxelles-Ville est formulé comme suit : «Les infractions aux dispositions du présent règlement sont punies de peine de police». Les infractions punies de peines de police s appellent des contraventions (art. 1 er C. pén.). Les peines de police applicables aux personnes physiques sont les suivantes (art. 7 C. pén.) : 1. L emprisonnement : il peut aller de 1 jour minimum à 7 jours maximum. (art. 28 C. pén.) 2. La peine de travail : elle peut aller de 20 heures à 45 heures. (art. 37ter C. pén.) 3. L amende : elle peut aller de 5 euros à 125 euros. (art. 38 C. pén.). 4. La confiscation spéciale : (art. 42 et s. C. pén.). Les articles 14, alinéa 2 et 15 du Code bruxellois du Logement. L alinéa 2 de l article 14 dit qu «un logement frappé par l interdiction prévue à l alinéa 1 er ou par une décision le déclarant insalubre, prise en application de l article 135 de la nouvelle loi communale, au motif que le logement ne remplit pas la condition prescrite par l article 4 de la présente ordonnance, ne peut être remis en location ou reloué qu après que le bailleur aura obtenu une attestation de contrôle de conformité». Ici, deux hypothèses sont regroupées :

4 - il y a l hypothèse dans laquelle le bourgmestre a pris un arrêté d inhabitabilité pour exécuter la décision d interdiction de continuer à mettre en location, de louer ou de faire occuper qui avait été prise par le Service d Inspection Régionale. - Il y a l hypothèse dans laquelle le bourgmestre a pris un arrêté d inhabitabilité sur base de l article 135 de la nouvelle loi communale mais seulement si l arrêté a été pris sur base de la définition de salubrité au sens de l article 4 du Code bruxellois du Logement : «exigence de salubrité élémentaire, qui comprend des normes minimales relatives à l humidité, à la toxicité des matériaux, aux parasites, à l éclairage, à la ventilation, ainsi qu à la configuration du logement, quant à sa surface minimale, la hauteur de ses pièces et l accès du logement». L article 15 prévoit que le bailleur qui continue à mettre un logement en location, en violation des dispositions de l article 14 pourra se voir imposer, par le fonctionnaire dirigeant du Service d Inspection Régionale, une amende administrative pouvant aller de 3000 à euros par logement et dépendant du nombre d infractions constatées dans le chef du même bailleur. Si nous résumons ce qui a été dit, les sanctions prévues ci-dessus ne s appliqueront pas aux infractions faites à un arrêté d inhabitabilité pris par le bourgmestre sur base de l article 135 de la nouvelle loi communale avec comme cause originelle une insalubrité qui ne correspond pas à la définition de salubrité du Code bruxellois du Logement. C. En pratique, comment éviter des infractions à un arrêté d inhabitabilité pris par le bourgmestre? Il serait plus judicieux d empêcher qu on viole un arrêté d inhabitabilité plutôt que de remédier à l infraction par des mesures coercitives. - Ainsi, si le but est d informer la population qu un immeuble est frappé d un arrêté d inhabitabilité, il serait bien d y apposer une affiche le signalant. L article 8 du Code wallon du Logement prévoit iii que «lorsqu un logement est déclaré interdit d accès ou inhabitable en vertu de l article 7, le bourgmestre fait procéder à l affichage de l ordonnance y relative sur le logement concerné aussi longtemps que celle-ci n est pas levée. L administration communale tient à jour une liste des logements interdits d accès ou déclarés inhabitables.» - Ainsi, si le but est d interdire de pénétrer dans l immeuble, il serait bien d en condamner les portes et les fenêtres. Le fait de mettre des scellés pose problème car le bourgmestre n a normalement pas le pouvoir de le faire en vertu d une quelconque loi. La Cour de Cassation a cependant considéré, en 1881, que des scellés pouvaient être apposés, à titre conservatoire, à chaque fois qu un intérêt supérieur l exigeait, même si aucune disposition légale le prévoyait, ce qui est le cas ici, concernant le bourgmestre. Le problème est alors le suivant : en cas de violation de scellés posés de cette manière là, on ne pourra pas dire qu il y a eu bris de scellés au sens de l article 283 du Code pénal. Septembre 2005 asbl Rassemblement pour le Droit à l Habitat Info : 02/

5 i F. TULKENS et M. van de KERCHOVE, «Introduction au droit pénal : aspects juridiques et criminologiques», 6 ème ed., 744 p., Kluwer, Bruxelles, ii M.B., 9 septembre iii Code wallon du Logement du 29 octobre 1998, M.B., 4 décembre 1998, tel que dernièrement modifié par le décret de la région wallone du 20 juillet 2005, M.B., 25 août 2005.

Les réglementations applicables en matière de location de kots en région wallonne et bruxelloise

Les réglementations applicables en matière de location de kots en région wallonne et bruxelloise Les réglementations applicables en matière de location de kots en région wallonne et bruxelloise A. EN REGION WALLONNE La location d un kot d étudiant requiert l obtention d un permis de location, depuis

Plus en détail

N 4522 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 4522 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 4522 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 5 juin 2012. PROPOSITION DE LOI visant à renforcer les pouvoirs du

Plus en détail

RÈGLEMENT CO-2007-491 RELATIF À LA PAIX ET AU BON ORDRE AU PORT DE PLAISANCE RÉAL-BOUVIER

RÈGLEMENT CO-2007-491 RELATIF À LA PAIX ET AU BON ORDRE AU PORT DE PLAISANCE RÉAL-BOUVIER Codification administrative Ce document n'a pas de valeur officielle RÈGLEMENT CO-2007-491 RELATIF À LA PAIX ET AU BON ORDRE AU PORT DE PLAISANCE RÉAL-BOUVIER LE CONSEIL DÉCRÈTE CE QUI SUIT : 1. Il est

Plus en détail

RÈGLEMENT 564 SUR LES AVERTISSEURS DE FUMÉE. l installation d un avertisseur de fumée peut sauver des vies humaines ;

RÈGLEMENT 564 SUR LES AVERTISSEURS DE FUMÉE. l installation d un avertisseur de fumée peut sauver des vies humaines ; CANADA PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE LAC-BROME RÈGLEMENT 564 SUR LES AVERTISSEURS DE FUMÉE ATTENDU QUE ATTENDU QU ATTENDU QUE ATTENDU QUE ATTENDU QU ATTENDU QU l installation d un avertisseur de fumée peut

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 147-2011 Règlement concernant les systèmes d alarme

RÈGLEMENT NUMÉRO 147-2011 Règlement concernant les systèmes d alarme PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE LAVALTRIE RÈGLEMENT NUMÉRO 147-2011 Règlement concernant les systèmes d alarme PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE LAVALTRIE CERTIFICAT D APPROBATION ET/OU PROCESSUS D ADOPTION RÈGLEMENT

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 106-2002 CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARMES (RM-110)

RÈGLEMENT NUMÉRO 106-2002 CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARMES (RM-110) MUNICIPALITÉ DE ST-BRUNO-DE-KAMOURASKA MRC DE KAMOURASKA RÈGLEMENT NUMÉRO 106-2002 CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARMES (RM-110) CONSIDÉRANT que le conseil municipal de la Municipalité de St-Bruno désire

Plus en détail

VILLE DE CHARLEROI. Règlement communal

VILLE DE CHARLEROI. Règlement communal VILLE DE CHARLEROI Règlement communal Arrêtant les dispositions relatives aux enseignes et dispositifs de publicité réalisés au moyen d un écran à diodes électroluminescentes (LED) Le Conseil communal,

Plus en détail

VENTES SUR LE DOMAINE PUBLIC

VENTES SUR LE DOMAINE PUBLIC VENTES SUR LE DOMAINE PUBLIC 26/08/2015 Toutes les ventes sur la voie publique sont réglementées. L exercice d une activité commerciale sur le domaine public est soumis, en application des articles L2213-1

Plus en détail

La notion de péril. Janvier 2013 - Nancy Bouché-

La notion de péril. Janvier 2013 - Nancy Bouché- La notion de péril Danger réel et actuel :. pour la sécurité publique (passants),. pour la sécurité des occupants,. lié à des causes propres à l édifice quelconque et où que celui-ci soit situé (hors cause

Plus en détail

RÈGLEMENT 209 RÈGLEMENT CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARME. les pouvoirs conférés par la Loi sur les compétences municipales (L.R.Q., c. C-47.

RÈGLEMENT 209 RÈGLEMENT CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARME. les pouvoirs conférés par la Loi sur les compétences municipales (L.R.Q., c. C-47. PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-CHARLES-GARNIER RÈGLEMENT 209 RÈGLEMENT CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARME ATTENDU ATTENDU QUE ATTENDU QU ATTENDU QU les pouvoirs conférés par la Loi sur les compétences

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 2011-04 SUR LES SYSTÈMES D ALARME INTRUSION (RM 110)

RÈGLEMENT NUMÉRO 2011-04 SUR LES SYSTÈMES D ALARME INTRUSION (RM 110) C A N A D A PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE BRIGHAM RÈGLEMENT NUMÉRO 2011-04 SUR LES SYSTÈMES D ALARME INTRUSION (RM 110) ATTENDU les pouvoirs conférés par le Code municipal; ATTENDU QUE le Conseil

Plus en détail

Recherche d amiante : de nouvelles obligations pour les propriétaires à compter du 1 er février 2012

Recherche d amiante : de nouvelles obligations pour les propriétaires à compter du 1 er février 2012 Novembre 2011 Recherche d amiante : de nouvelles obligations pour les propriétaires à compter du 1 er février 2012 La réglementation sur l amiante a fait l objet depuis de nombreuses années de plusieurs

Plus en détail

Questions / Réponses sur le sujet : Entreprises

Questions / Réponses sur le sujet : Entreprises Questions / Réponses sur le sujet : Entreprises A partir de quand sera-t-il interdit de fumer dans les entreprises? A partir du 1er février 2007. Dans quels lieux de travail est-il interdit de fumer? Afin

Plus en détail

RÈGLEMENT CO-2013-783 MODIFIANT LE RÈGLEMENT CO-2009-577 ÉTABLISSANT UN CODE DU LOGEMENT POUR LA VILLE DE LONGUEUIL

RÈGLEMENT CO-2013-783 MODIFIANT LE RÈGLEMENT CO-2009-577 ÉTABLISSANT UN CODE DU LOGEMENT POUR LA VILLE DE LONGUEUIL RÈGLEMENT CO-2013-783 MODIFIANT LE RÈGLEMENT CO-2009-577 ÉTABLISSANT UN CODE DU LOGEMENT POUR LA VILLE DE LONGUEUIL LE CONSEIL DÉCRÈTE CE QUI SUIT : 1. Le Règlement CO-2009-577 établissant un code du logement

Plus en détail

Questions réponses. Le maire sera compétent pour la procédure d insalubrité si la mairie possède un service communal d hygiène et de la santé

Questions réponses. Le maire sera compétent pour la procédure d insalubrité si la mairie possède un service communal d hygiène et de la santé Questions réponses L HABITAT INDIGNE : 1. Quelle définition pour l habitat indigne? L habitat indigne regroupe les différentes situations dans lesquelles des locaux donnés à usage d habitation ne sont

Plus en détail

Numéro du rôle : 2447. Arrêt n 67/2003 du 14 mai 2003 A R R E T

Numéro du rôle : 2447. Arrêt n 67/2003 du 14 mai 2003 A R R E T Numéro du rôle : 2447 Arrêt n 67/2003 du 14 mai 2003 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative aux articles 10, 13 et 201 du Code wallon du logement, institué par le décret de la Région wallonne

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINTE-CÉCILE-DE-WHITTON RÈGLEMENT NO 2012-03 SUR LES SYSTÈMES D ALARME

PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINTE-CÉCILE-DE-WHITTON RÈGLEMENT NO 2012-03 SUR LES SYSTÈMES D ALARME PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINTE-CÉCILE-DE-WHITTON RÈGLEMENT NO 2012-03 SUR LES SYSTÈMES D ALARME ATTENDU QUE le conseil désire réglementer l installation et le fonctionnement des systèmes d alarme

Plus en détail

Comment avoir une vue d ensemble des chantiers?

Comment avoir une vue d ensemble des chantiers? Groupe de travail pour l exécution (Office fédéral de l environnement OFEV cantons) 1 Ordonnance sur la protection de l air (OPair): Bonnes pratiques d exécution pour le respect des exigences relatives

Plus en détail

ENTRETIEN DES BÂTIMENTS ET SALUBRITÉ

ENTRETIEN DES BÂTIMENTS ET SALUBRITÉ ENTRETIEN DES BÂTIMENTS ET SALUBRITÉ Dany Moisan Inspecteur en environnement et salubrité Réglementation Entretien des bâtiments Salubrité Conclusion 2 RÉGLEMENTATION R.V.Q. 773 Règlement sur la salubrité

Plus en détail

Encadrement des loyers à travers une réforme de la fiscalité immobilière

Encadrement des loyers à travers une réforme de la fiscalité immobilière Encadrement des loyers à travers une réforme de la fiscalité immobilière L encadrement des loyers du marché privé est un des points chauds de la lutte des associations de défense des locataires qui en

Plus en détail

PARTIE VII. Responsabilités et assurances 7. 1

PARTIE VII. Responsabilités et assurances 7. 1 PARTIE VII Responsabilités et assurances 7. 1 A. ASSURANCE EN RESPONSABILITE CIVILE Le code de l action sociale et des familles (art R 227-27 à R 227-30) institue l obligation d assurance en responsabilité

Plus en détail

Règlement d attribution (après changements proposés au CA du 30/06/2014)

Règlement d attribution (après changements proposés au CA du 30/06/2014) Règlement d attribution (après changements proposés au CA du 30/06/2014) Attribution des logements - Principes généraux 1. Les logements gérés par la M.A.I.S. sont attribués suivant une procédure détaillée

Plus en détail

N 3038 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 3038 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI N 3038 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 19 août 2015. PROJET DE LOI ratifiant l ordonnance n 2015-380 du

Plus en détail

La greffière, Blandine Boulianne, est présente. Le directeur général, Jean-Yves Forget, est présent.

La greffière, Blandine Boulianne, est présente. Le directeur général, Jean-Yves Forget, est présent. PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE MONT-LAURIER RÈGLEMENT NUMÉRO : 126 Règlement. À la séance ordinaire du conseil municipal de la Ville de Mont-Laurier, tenue le 22 octobre 2007, à laquelle sont présents : Sylvain

Plus en détail

Les droits et devoirs des chefs d établissement

Les droits et devoirs des chefs d établissement Les droits et devoirs des chefs d établissement MODULE 1 Éléments de droit pénal général 1 re partie Cadre juridique et modalités d intervention du chef d établissement 2 e partie ÉLÉMENTS DE DROIT PÉNAL

Plus en détail

Pouvoirs de police du maire

Pouvoirs de police du maire Pouvoirs de police du maire Police générale et polices spéciales pouvoirs de police maire Hélène Schützenberger PNLHI 1 Définition de l habitat indigne article 84 Loi du 25 mars 2009 «Constituent un habitat

Plus en détail

État de Genève. Loi protégeant les garanties fournies par les locataires (LGFL)

État de Genève. Loi protégeant les garanties fournies par les locataires (LGFL) État de Genève Loi protégeant les garanties fournies par les locataires (LGFL) Art. Forme de la garantie Toute garantie en espèces ou en valeurs fournie en faveur d un bailleur par un locataire ou par

Plus en détail

Mesure n 7 : rendre possible la diminution des loyers au profit des locataires si l information sur la surface louée est fausse ou manquante

Mesure n 7 : rendre possible la diminution des loyers au profit des locataires si l information sur la surface louée est fausse ou manquante Mesure n 7 : rendre possible la diminution des loyers au profit des locataires si l information sur la surface louée est fausse ou manquante D étendre l obligation d information sur les surfaces louées

Plus en détail

visant à modifier les dispositions relatives à l accueil et l habitat des gens du voyage

visant à modifier les dispositions relatives à l accueil et l habitat des gens du voyage ASSEMBLÉE NATIONALE - QUATORZIÈME LÉGISLATURE PROPOSITION DE LOI visant à modifier les dispositions relatives à l accueil et l habitat des gens du voyage Présentée par : Madame Annie Genevard Députée Exposé

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de CASTRES a décidé de

Plus en détail

RÈGLEMENT # 299 Règlement concernant les nuisances applicable par la Sûreté du Québec

RÈGLEMENT # 299 Règlement concernant les nuisances applicable par la Sûreté du Québec Règlements de la Municipalité de Saint-Julien RÈGLEMENT # 299 Règlement concernant les nuisances applicable par la Sûreté du Québec CONSIDÉRANT QUE le Conseil juge nécessaire d adopter un règlement visant

Plus en détail

1. Dans le présent règlement, les mots suivants signifient :

1. Dans le présent règlement, les mots suivants signifient : R.R.V.M. c. C-10 RÈGLEMENT SUR LE CONTRÔLE DES CHIENS ET AUTRES ANIMAUX SECTION I DÉFINITIONS 1. Dans le présent règlement, les mots suivants signifient : «directeur» : le directeur du service des permis

Plus en détail

occupent en Suisse des travailleurs à domicile.

occupent en Suisse des travailleurs à domicile. Loi fédérale sur le travail à domicile (Loi sur le travail à domicile, LTrD) 1 822.31 du 20 mars 1981 (Etat le 1 er janvier 2009) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 34 ter et

Plus en détail

Municipalité de Compton. Les dispositions du présent règlement s appliquent à tout le territoire de la municipalité de Compton.

Municipalité de Compton. Les dispositions du présent règlement s appliquent à tout le territoire de la municipalité de Compton. C H A P I T R E 1 : D I S P O S I T I O N S D É C L A R A T O I R E S 1.1 TITRE DU RÈGLEMENT Le présent règlement porte le titre de «Règlement sur les conditions d'émission des permis de construction».

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur l assurance automobile

Loi modifiant la Loi sur l assurance automobile DEUXIÈME SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 37 Loi modifiant la Loi sur l assurance automobile Présentation Présenté par Madame Pauline Marois Ministre des Finances Éditeur officiel du

Plus en détail

ATTENDU que la Ville de Beaupré désire réglementer l installation et le fonctionnement des systèmes d alarme sur le territoire de la municipalité;

ATTENDU que la Ville de Beaupré désire réglementer l installation et le fonctionnement des systèmes d alarme sur le territoire de la municipalité; RÈGLEMENT NUMÉRO 1174 Règlement sur les systèmes d alarme et applicable par la Sûreté du Québec. ATTENDU que la Ville de Beaupré désire réglementer l installation et le fonctionnement des systèmes d alarme

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Cette codification intègre les modifications apportées au règlement VS-R-2007-28.

AVERTISSEMENT. Cette codification intègre les modifications apportées au règlement VS-R-2007-28. CODIFICATION ADMINISTRATIVE DU RÈGLEMENT VS-R-2007-28 DE LA VILLE DE SAGUENAY CONCERNANT LE CONTRÔLE DES SYSTÈMES D ALARME POUR LA PROTECTION CONTRE LES INTRUS AVERTISSEMENT Le présent document constitue

Plus en détail

Règlement d attribution

Règlement d attribution Règlement d attribution Attribution s logements - Principes généraux 1. Les logements gérés par la M.A.I.S. sont attribués suivant une procédure détaillée ci-après aux seuls ménages figurant dans le registre

Plus en détail

La secrétaire-trésorière et directrice générale, Hélène Beauchamp, est présente.

La secrétaire-trésorière et directrice générale, Hélène Beauchamp, est présente. À la séance ordinaire du conseil municipal de la Municipalité de L Ascension, tenue le 11 février 2008, à laquelle sont présents : Mesdames Carole Beaudry, Danièle Tremblay et Carmen Valiquette ainsi que

Plus en détail

RÈGLEMENT # 2012-468 ABROGEANT LE RÈGLEMENT # 2006-404 SUR LES SYSTÈMES D ALARME

RÈGLEMENT # 2012-468 ABROGEANT LE RÈGLEMENT # 2006-404 SUR LES SYSTÈMES D ALARME 507, Route 108 Ouest Stornoway (Québec) G0Y 1N0 Téléphone : (819) 652-2800 Télécopieur : (819) 652-2105 Courriel : administration@munstornoway.qc.ca Site internet : www.munstornoway.qc.ca RÈGLEMENT # 2012-468

Plus en détail

MISSION NON EXCLUSIVE DE LOCATION

MISSION NON EXCLUSIVE DE LOCATION MISSION NON EXCLUSIVE DE LOCATION Dans les sept jours ouvrables à compter du lendemain de la signature du présent contrat, le consommateur a le droit de renoncer à son achat, sans frais, à la condition

Plus en détail

FÉDÉRATION AUTONOME DEPARTEMENTALE DE LA POLICE MUNICIPALE B.P. 34 34401 LUNEL Cedex - /fax : 04.67.64.51.92

FÉDÉRATION AUTONOME DEPARTEMENTALE DE LA POLICE MUNICIPALE B.P. 34 34401 LUNEL Cedex - /fax : 04.67.64.51.92 N 46/2007 13.05.2007 INFO 158 Règles applicables aux animaux dangereux La loi n 2007-297 du 5 mars 2007 relative à la prévention de la délinquance a profondément modifié les dispositions du Code rural

Plus en détail

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-ÉPIPHANE

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-ÉPIPHANE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-ÉPIPHANE RÈGLEMENT NUMÉRO 263 CONCERNANT L INSTALLATION ET LE FONCTIONNEMENT DES SYSTÈMES D ALARME ATTENDU QUE le conseil municipal désire réglementer l

Plus en détail

Réglementation des loyers des locaux d habitation

Réglementation des loyers des locaux d habitation Réglementation des loyers des locaux d habitation Page 1 S O M M A I R E DECRET N o 146/PG-RM DU 27 SEPTEMBRE 1967 TITRE PREMIER TITRE II Du maintien dans les lieux et du droit de reprise page 3 TITRE

Plus en détail

INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL

INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL 1/ Le phénomène criminel est un fait inhérent au groupe social et à la nature humaine. Dans le temps, il remonte aux origines de l humanité, dans l espace aucun pays n y échappe.

Plus en détail

LOI N 15/ 025 DU 31 DECEMBRE 2015 RELATIVE AUX BAUX A LOYER NON PROFESSIONNELS

LOI N 15/ 025 DU 31 DECEMBRE 2015 RELATIVE AUX BAUX A LOYER NON PROFESSIONNELS 1 LOI N 15/ 025 DU 31 DECEMBRE 2015 RELATIVE AUX BAUX A LOYER NON PROFESSIONNELS L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté, Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit : CHAPITRE

Plus en détail

Document de travail Ne pas reproduire Pour toute interprétation ou copie officielle contacter le greffe

Document de travail Ne pas reproduire Pour toute interprétation ou copie officielle contacter le greffe Document de travail Ne pas reproduire Pour toute interprétation ou copie officielle contacter le greffe PROVINCE DE QUÉBEC M.R.C. DE L ÉRABLE VILLE DE PLESSISVILLE RÈGLEMENT 1420 SUR LES SYSTÈMES D ALARMES

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ D'AUDET COMTÉ DE MÉGANTIC COMPTON. M. Jean-Marc Grondin Mme Nathalie Grégoire M. Steve Vallerand M.

PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ D'AUDET COMTÉ DE MÉGANTIC COMPTON. M. Jean-Marc Grondin Mme Nathalie Grégoire M. Steve Vallerand M. PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ D'AUDET COMTÉ DE MÉGANTIC COMPTON À LA SÉANCE ORDINAIRE ET RÉGULIÈRE DU CONSEIL DE CETTE MUNICIPALITÉ, TENUE À LA SALLE DE CONSEIL, LUNDI LE 6 FÉVRIER 2012 À 20h00 ET À

Plus en détail

Loi portant introduction de la loi fédérale du 13 mars 1964 sur le travail dans l industrie, l artisanat et le commerce

Loi portant introduction de la loi fédérale du 13 mars 1964 sur le travail dans l industrie, l artisanat et le commerce Loi portant introduction de la loi fédérale du 13 mars 1964 sur le dans l industrie, l artisanat et le commerce du 9 novembre 1978 L Assemblée constituante de la République et Canton du Jura, vu la loi

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 130 11 août 2010. S o m m a i r e MISE SUR LE MARCHÉ DES DÉTERGENTS

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 130 11 août 2010. S o m m a i r e MISE SUR LE MARCHÉ DES DÉTERGENTS MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 2157 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 130 11 août 2010 S o m m a i r e MISE SUR LE MARCHÉ DES DÉTERGENTS

Plus en détail

Dossier Technique Immobilier

Dossier Technique Immobilier Dossier Technique Immobilier Numéro de dossier : Date du repérage : RAVAUX/JB/240111 24/01/2011 Désignation du ou des bâtiments Localisation du ou des bâtiments : Département : 85480 Commune : Bournezeau

Plus en détail

SUPPLEMENT DE 25,00 POUR CHAMBRES EXCEDENTAIRES

SUPPLEMENT DE 25,00 POUR CHAMBRES EXCEDENTAIRES SUPPLEMENT DE 25,00 POUR CHAMBRES EXCEDENTAIRES La réglementation organisant la location des logements gérés par la Société wallonne du Logement ou par les sociétés de logement de service public prévoit

Plus en détail

L alcool au travail. réseau Uniopss-Uriopss / Site Guide de l employeur / Zoom sur / 1 er avril 2010 1

L alcool au travail. réseau Uniopss-Uriopss / Site Guide de l employeur / Zoom sur / 1 er avril 2010 1 C est très tôt, dés le début du XX siècle, qu apparaissent les premières dispositions légales encadrant la consommation d alcool sur le lieu de travail. Gérer les problèmes liés à la consommation ou à

Plus en détail

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DU RÈGLEMENT NUMÉRO 697 CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARME SUR LE TERRITOIRE DE LA VILLE DE MASCOUCHE

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DU RÈGLEMENT NUMÉRO 697 CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARME SUR LE TERRITOIRE DE LA VILLE DE MASCOUCHE 1 CODIFICATION ADMINISTRATIVE DU RÈGLEMENT NUMÉRO 697 CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARME SUR LE TERRITOIRE DE LA VILLE DE MASCOUCHE La codification administrative comprend le texte du règlement d origine,

Plus en détail

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Préambule Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Validé par le Conseil d Administration du 28 juin 2013. Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, répondre

Plus en détail

LE PERMIS DE CONDUIRE ET LES INFRACTIONS AU CODE DE LA ROUTE LA VERIFICATION DE LA DETENTION DU PERMIS DE CONDUIRE

LE PERMIS DE CONDUIRE ET LES INFRACTIONS AU CODE DE LA ROUTE LA VERIFICATION DE LA DETENTION DU PERMIS DE CONDUIRE LE PERMIS DE CONDUIRE ET LES INFRACTIONS AU CODE DE LA ROUTE LA VERIFICATION DE LA DETENTION DU PERMIS DE CONDUIRE Lors de l embauche 1. L employeur peut-il demander au candidat s il détient le permis

Plus en détail

Règlement de police relatif à la prostitution en vitrine

Règlement de police relatif à la prostitution en vitrine Règlement de police relatif à la prostitution en vitrine Le Conseil, Vu l article 17 de la Convention du 21 mars 1950 pour la répression de la traite des êtres humains et de l exploitation de la prostitution

Plus en détail

Projet de loi n o 74. Loi visant à prévenir les cancers de la peau causés par le bronzage artificiel. Présentation

Projet de loi n o 74. Loi visant à prévenir les cancers de la peau causés par le bronzage artificiel. Présentation DEUXIÈME SESSION TRENTE-NEUVIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 74 Loi visant à prévenir les cancers de la peau causés par le bronzage artificiel Présentation Présenté par M. Yves Bolduc Ministre de la

Plus en détail

REGLEMENTATION BRUIT DE VOISINAGE

REGLEMENTATION BRUIT DE VOISINAGE REGLEMENTATION BRUIT DE VOISINAGE Décret n 2006-1099 du 31 août 2006 relatif à la lutte contre les bruits de voisinage, modifiant le décret du 18/04/05. En application de la loi Bruit de 1992, le code

Plus en détail

LE PROXENETISME HOTELIER

LE PROXENETISME HOTELIER LE PROXENETISME HOTELIER Le fait, par quiconque, agissant directement ou par personne interposée : 1 De détenir, gérer, exploiter, diriger, faire fonctionner, financer ou contribuer à financer un établissement

Plus en détail

LA VIE DE L ENTREPRISE, ASPECTS JURIDIQUES

LA VIE DE L ENTREPRISE, ASPECTS JURIDIQUES LA VIE DE L ENTREPRISE, ASPECTS JURIDIQUES SOMMAIRE I. Le contrat de travail II. Le bail à loyer III. Le contrat de prestation de services IV. Le recouvrement de créances V. La protection du contenu d

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC COMTÉ LAC ST-JEAN VILLE DE MÉTABETCHOUAN-LAC-À-LA-CROIX

PROVINCE DE QUÉBEC COMTÉ LAC ST-JEAN VILLE DE MÉTABETCHOUAN-LAC-À-LA-CROIX PROVINCE DE QUÉBEC COMTÉ LAC ST-JEAN VILLE DE MÉTABETCHOUAN-LAC-À-LA-CROIX Résolution numéro 157.6.2005 ADOPTION DU RÈGLEMENT NUMÉRO 1005-05 Considérant que tous les membres du Conseil municipal ont reçu

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection Ville d ANGOULÊME Souhaitant améliorer la sûreté des personnes et la sécurité des biens, afin de lutter contre les actes de malveillance, la ville

Plus en détail

Table des matières. Nicolas Bernard Professeur à l Université Saint-Louis Bruxelles

Table des matières. Nicolas Bernard Professeur à l Université Saint-Louis Bruxelles Table des matières Préambule... 5 L impact sur le contrat de bail des règles prises par les Régions en matière de salubrité, d urbanisme et de performance énergétique. Position du problème... 9 Nicolas

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011. Mme Catherine F., épouse L.

Commentaire. Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011. Mme Catherine F., épouse L. Commentaire Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011 Mme Catherine F., épouse L. (Sanction de la rétention de précompte des cotisations sociales agricoles) Le Conseil constitutionnel a été saisi, le

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE LAVALTRIE RÈGLEMENT NUMÉRO 110-2008. Règlement relatif aux usages conditionnels

PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE LAVALTRIE RÈGLEMENT NUMÉRO 110-2008. Règlement relatif aux usages conditionnels PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE LAVALTRIE RÈGLEMENT NUMÉRO 110-2008 Règlement relatif aux usages conditionnels PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE LAVALTRIE CERTIFICAT D APPROBATION ET/OU PROCESSUS D ADOPTION RÈGLEMENT

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC MRC DE D AUTRAY MUNICIPALITÉ DE LANORAIE

PROVINCE DE QUÉBEC MRC DE D AUTRAY MUNICIPALITÉ DE LANORAIE PROVINCE DE QUÉBEC MRC DE D AUTRAY MUNICIPALITÉ DE LANORAIE RÈGLEMENT 75-2011 RÈGLEMENT RELATIF AU STATIONNEMENT ET À LA CIRCULATION ATTENDU QUE les articles 79 à 81 de la Loi sur les compétences municipales

Plus en détail

COMPILATION ADMINISTRATIVE RÈGLEMENT N O 1710 RÈGLEMENT RELATIF AUX ESPÈCES EXOTIQUES ENVAHISSANTES

COMPILATION ADMINISTRATIVE RÈGLEMENT N O 1710 RÈGLEMENT RELATIF AUX ESPÈCES EXOTIQUES ENVAHISSANTES VILLE DE VAUDREUIL-DORION COMPILATION ADMINISTRATIVE RÈGLEMENT N O 1710 RÈGLEMENT RELATIF AUX ESPÈCES EXOTIQUES ENVAHISSANTES Numéro de règlement Date d adoption au Conseil Date d entrée en vigueur 1710

Plus en détail

Municipalité de Notre-Dame-de-Stanbridge

Municipalité de Notre-Dame-de-Stanbridge Municipalité de Notre-Dame-de-Stanbridge Règlement sur les conditions d émission de permis de construction numéro 319-08 Numéro du règlement Date de l avis de motion Date de l adoption Date de l entrée

Plus en détail

RÈGLEMENT 2014-018 RÈGLEMENT RELATIF À LA VIDANGE DES INSTALLATIONS SEPTIQUES PAR LA MUNICIPALITÉ

RÈGLEMENT 2014-018 RÈGLEMENT RELATIF À LA VIDANGE DES INSTALLATIONS SEPTIQUES PAR LA MUNICIPALITÉ PROVINCE DE QUÉBEC COMTÉ DE PAPINEAU MUNICIPALITÉ DE PAPINEAUVILLE RÈGLEMENT 2014-018 RÈGLEMENT RELATIF À LA VIDANGE DES INSTALLATIONS SEPTIQUES PAR LA MUNICIPALITÉ Les responsabilités de la municipalité

Plus en détail

PERMIS D ENVIRONNEMENT MAINTIEN ET SANCTIONS. 1. Généralités 2. Inspections du permis 3. Mesures de contrainte 4. Sanctions

PERMIS D ENVIRONNEMENT MAINTIEN ET SANCTIONS. 1. Généralités 2. Inspections du permis 3. Mesures de contrainte 4. Sanctions PERMIS D ENVIRONNEMENT MAINTIEN ET SANCTIONS 1. Généralités 2. Inspections du permis 3. Mesures de contrainte 4. Sanctions 1. GÉNÉRALITÉS Le décret du 11 mars 1999 relatif au permis d environnement, vise

Plus en détail

Loi fédérale sur l interdiction d exercer une activité, l interdiction de contact et l interdiction géographique

Loi fédérale sur l interdiction d exercer une activité, l interdiction de contact et l interdiction géographique Projet de la Commission de rédaction pour le vote final Loi fédérale sur l interdiction d exercer une activité, l interdiction de contact et l interdiction géographique (Modification du code pénal, du

Plus en détail

Ville de Bures sur Yvette. Vidéo-protection Charte d éthique

Ville de Bures sur Yvette. Vidéo-protection Charte d éthique Ville de Bures sur Yvette Vidéo-protection Charte d éthique La vidéo-protection est un outil au service de la politique de prévention et de sécurité de la Ville de Bures sur Yvette. Ses objectifs sont

Plus en détail

COMMUNE DE MOLENBEEK-SAINT-JEAN REGLEMENT RELATIF AUX BUREAUX PRIVES DE TELECOMMUNICATION ET AUX MAGASINS DE NUIT

COMMUNE DE MOLENBEEK-SAINT-JEAN REGLEMENT RELATIF AUX BUREAUX PRIVES DE TELECOMMUNICATION ET AUX MAGASINS DE NUIT COMMUNE DE MOLENBEEK-SAINT-JEAN REGLEMENT RELATIF AUX BUREAUX PRIVES DE TELECOMMUNICATION ET AUX MAGASINS DE NUIT Art. 1 er. Le présent règlement règle une matière visée par les articles 117 et 119 de

Plus en détail

ARRETE MUNICIPAL n 2013/03/ 06. - annulant l ARRETE MUNICIPAL n 2012/06/24 et - modifiant l ARRETE MUNICIPAL n 2012/02/14

ARRETE MUNICIPAL n 2013/03/ 06. - annulant l ARRETE MUNICIPAL n 2012/06/24 et - modifiant l ARRETE MUNICIPAL n 2012/02/14 V I L L E D E R S T E I N ARRETE MUNICIPAL n 2013/03/ 06 - annulant l ARRETE MUNICIPAL n 2012/06/24 et - modifiant l ARRETE MUNICIPAL n 2012/02/14 portant REGLEMENT DES CIMETIERES DE LA VILLE D ERSTEIN

Plus en détail

Règlementation municipale en matière d alarmes

Règlementation municipale en matière d alarmes Règlementation municipale en matière d alarmes ARTICLE 1 DÉFINITIONS Pour l interprétation du présent règlement, à moins que le contexte ne s y oppose, les mots et expressions suivants signifient et ce,

Plus en détail

PREFECTURE DE LA SARTHE. EXAMEN PROFESSIONNEL DE CONDUCTEUR DE TAXI Session 2013 JEUDI 10 OCTOBRE 2013 CORRIGE

PREFECTURE DE LA SARTHE. EXAMEN PROFESSIONNEL DE CONDUCTEUR DE TAXI Session 2013 JEUDI 10 OCTOBRE 2013 CORRIGE PREFECTURE DE LA SARTHE - 1 - EXAMEN PROFESSIONNEL DE CONDUCTEUR DE TAXI Session 2013 JEUDI 10 OCTOBRE 2013 CORRIGE EPREUVE DE REGLEMENTATION GENERALE RELATIVE AUX TAXIS ET AUX TRANSPORTS PARTICULIERS

Plus en détail

TITRE 5 - PROTECTION DE LA PERSONNE ET DE LA PROPRIÉTÉ

TITRE 5 - PROTECTION DE LA PERSONNE ET DE LA PROPRIÉTÉ TITRE 5 - PROTECTION DE LA PERSONNE ET DE LA PROPRIÉTÉ CHAPITRE 9 - SYSTÈMES D'ALARME Section 1 - Dispositions déclaratoires et interprétatives 5.9.1 Définitions À moins de déclaration contraire, expresse

Plus en détail

Règlement numéro 13-2000 concernant les systèmes d alarme

Règlement numéro 13-2000 concernant les systèmes d alarme Règlement numéro 13-2000 concernant les systèmes d alarme Adopté lors de la séance ordinaire tenue le 5 février 2001 Entré en vigueur le 11 février 2001. Modifié par : Règlement numéro 07-2001 - Modification

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 23 mai 2013 N de pourvoi: 12-83677 ECLI:FR:CCASS:2013:CR02760 Publié au bulletin Rejet M. Louvel (président), président SCP Waquet, Farge et Hazan,

Plus en détail

TAXE LOCALE SUR LA PUBLICITÉ EXTÉRIEURE 1 Fiche technique

TAXE LOCALE SUR LA PUBLICITÉ EXTÉRIEURE 1 Fiche technique TAXE LOCALE SUR LA PUBLICITÉ EXTÉRIEURE 1 Fiche technique Depuis le 1er janvier 2009, la taxe locale sur la publicité extérieure (TLPE) remplace : - la TSA (taxe sur la publicité frappant les affiches,

Plus en détail

PUBLICITÉ & PROMOTION IMMOBILIÈRE

PUBLICITÉ & PROMOTION IMMOBILIÈRE PUBLICITÉ & PROMOTION IMMOBILIÈRE En matière de publicité, la tromperie peut coûter très cher! Comment présenter ses opérations immobilières de la manière la plus favorable possible, sans pour autant encourir

Plus en détail

DISPOSITIONS GENERALES

DISPOSITIONS GENERALES Loi n 09-04 du 14 Chaâbane 1430 correspondant au 5 août 2009 portant règles particulières relatives à la prévention et à la lutte contre les infractions liées aux technologies de l information et de la

Plus en détail

I - Définition des chiens dangereux

I - Définition des chiens dangereux PREFECTURE DU GARD I - Définition des chiens dangereux Leurs principales caractéristiques résident dans la puissance particulière de leurs mâchoires, qui peuvent provoquer des blessures très graves, voire

Plus en détail

Formulaire d'introduction (édition 2008)

Formulaire d'introduction (édition 2008) Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale DIRECTION DU LOGEMENT CCN -Gare du Nord - rue du Progrès 80 bte1 A.L 1035 Bruxelles Formulaire d'introduction (édition 2008) Pour que la demande soit valablement

Plus en détail

DROIT SOCIAL MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL INTRA-GROUPE : ATTENTION AUX DELITS DE PRET ILLICITE DE MAIN D ŒUVRE ET DE MARCHANDAGE

DROIT SOCIAL MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL INTRA-GROUPE : ATTENTION AUX DELITS DE PRET ILLICITE DE MAIN D ŒUVRE ET DE MARCHANDAGE DROIT SOCIAL MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL INTRA-GROUPE : ATTENTION AUX DELITS DE PRET ILLICITE DE MAIN D ŒUVRE Véronique VINCENT Juin 2011 Dans un arrêt du 18 mai 2011 (Cass.soc., n 09-69.175), la Cour

Plus en détail

RÈGLEMENT 1 0 0 5-05. Règlement sur les systèmes d'alarme.

RÈGLEMENT 1 0 0 5-05. Règlement sur les systèmes d'alarme. RÈGLEMENT 1 0 0 5-05 Règlement sur les systèmes d'alarme. CONSIDÉRANT QUE le Conseil désire réglementer l'installation et le fonctionnement des systèmes d'alarme sur le territoire de la municipalité; CONSIDÉRANT

Plus en détail

Les acteurs & la réglementation

Les acteurs & la réglementation Certification énergétique des bâtiments résidentiels existants Les acteurs & la réglementation Liège, 29 avril 2010 Frédéric DOZOT Attaché Juriste Département de l Énergie et du Bâtiment durable Sommaire

Plus en détail

Projet de loi n o 78 (2012, chapitre 12)

Projet de loi n o 78 (2012, chapitre 12) DEUXIÈME SESSION TRENTE-NEUVIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 78 (2012, chapitre 12) Loi permettant aux étudiants de recevoir l enseignement dispensé par les établissements de niveau postsecondaire qu

Plus en détail

RÈGLEMENT NO. 08-03 POURVOYANT À UNE VIDANGE PÉRIODIQUE DES FOSSES SEPTIQUES

RÈGLEMENT NO. 08-03 POURVOYANT À UNE VIDANGE PÉRIODIQUE DES FOSSES SEPTIQUES CANADA PROVINCE DE QUÉBEC M.R.C. BROME-MISSISQUOI RÈGLEMENT NO. 08-03 POURVOYANT À UNE VIDANGE PÉRIODIQUE DES FOSSES SEPTIQUES ATTENDU QUE le Conseil juge opportun que la vidange des fosses septiques situées

Plus en détail

Demande d aide au logement

Demande d aide au logement Merci de compléter également un formulaire de déclaration de situation. Merci de rappeler votre identité Nom de famille : Prénom : (nom de naissance) Nom d usage : (facultatif et s il y a lieu) Date de

Plus en détail

Texte de base : Moniteur belge du 9 septembre 2003. Complété et modifié par :

Texte de base : Moniteur belge du 9 septembre 2003. Complété et modifié par : 17 juillet 2003 Ordonnance portant le Code bruxellois du Logement Texte de base : Moniteur belge du 9 septembre 2003 Complété et modifié par : L ordonnance du 1 er avril 2004 complétant l ordonnance du

Plus en détail

Droit Commercial. Notes personnelles. La Responsabilité. Responsabilité civile. La Responsabilité. Page : 1

Droit Commercial. Notes personnelles. La Responsabilité. Responsabilité civile. La Responsabilité. Page : 1 Responsabilité civile Art 1382 du Code Civil : «Tout fait quelconque de l homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé, à le réparer». La responsabilité civile entraîne

Plus en détail

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SHAWVILLE RÈGLEMENT S.Q. 2009-06 RÈGLEMENT SUR LES SYSTÈMES D ALARME APPLICABLE PAR LA SÛRETÉ DU QUÉBEC

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SHAWVILLE RÈGLEMENT S.Q. 2009-06 RÈGLEMENT SUR LES SYSTÈMES D ALARME APPLICABLE PAR LA SÛRETÉ DU QUÉBEC CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SHAWVILLE RÈGLEMENT S.Q. 2009-06 RÈGLEMENT SUR LES SYSTÈMES D ALARME APPLICABLE PAR LA SÛRETÉ DU QUÉBEC ATTENDU QU ATTENDU QUE ATTENDU QU en vertu de l article

Plus en détail

Loi modifiant la Loi concernant l impôt sur le tabac et d autres dispositions législatives principalement afin delutter contre la contrebande de tabac

Loi modifiant la Loi concernant l impôt sur le tabac et d autres dispositions législatives principalement afin delutter contre la contrebande de tabac PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 59 (2009, chapitre 47) Loi modifiant la Loi concernant l impôt sur le tabac et d autres dispositions législatives principalement afin delutter

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2013-46

Décision du Défenseur des droits MLD-2013-46 Décision du Défenseur des droits MLD-2013-46 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à un refus de location d un appartement du secteur privé fondé sur l âge (Recommandation/Rappel à la loi)

Plus en détail

NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

Réintégrer son logement

Réintégrer son logement Accès au logement interdit illégalement Mon locateur peut-il m empêcher d entrer dans Aux termes de la loi, qui peut m obliger à quitter mon logement? Il est illégal pour votre locateur de vous empêcher

Plus en détail

N 03-30038 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 03-30038 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COUR DE CASSATION N 03-30038 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Président : M. CANIVET AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier : Mme MATHIA Avocat général : Mme BARRAIRON Assemblée Plénière Arrêt du 24 Juin 2005 LA COUR

Plus en détail

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE WENTWORTH-NORD RÈGLEMENT SQ 02-2011-336 SUR LES SYSTÈMES D ALARME

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE WENTWORTH-NORD RÈGLEMENT SQ 02-2011-336 SUR LES SYSTÈMES D ALARME CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE WENTWORTH-NORD RÈGLEMENT SQ 02-2011-336 SUR LES SYSTÈMES D ALARME ATTENDU QUE le conseil désire réglementer l installation et le fonctionnement des systèmes d

Plus en détail