1. Propriétés mécaniques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1. Propriétés mécaniques"

Transcription

1 Cours de choix des matériaux, EPFL, semestre d été 2003 Catherine Tomicic Julien Plojoux Olivier Schmid Olivier Comte Introduction Etude de cas : choix des matériaux pour une prothèse dentaire Rapport intermédiaire : Cahier des charges Après avoir défini le système et les interactions de celui-ci avec son environnement, il nous est maintenant possible d établir un cahier des charges qui va nous guider dans le choix des matériaux de ce système. Ce deuxième rapport intermédiaire se divise en trois étapes. Tout d abord, nous allons établir une liste des exigences nécessaire aux choix des matériaux. Ensuite, nous allons donner un poids à ces exigences. Finalement, nous allons rassembler toutes les informations sous forme d un tableau établissant ainsi le cahier des charges. Le but de ce dernier est d une part de rassembler toutes les exigences et d autre part de déterminer leur importance relative. Liste des exigences La première étape nécessaire à l établissement d un cahier des charges est l énumération de toutes les exigences requises par notre système. Dans le cas des prothèses dentaires, nous allons tout d abord distinguer les grandes classes d exigences afin de mieux répartir ces exigences en catégories que nous traiterons ensuite séparément lors de la pondération de chaque exigence. Les catégories principales pour un tel produit sont les suivantes: Tout d abord, il y a les propriétés mécaniques qui doivent correspondre aux exigences de l utilisation clinique. Ensuite, au niveau des propriétés chimiques, on désire obtenir une bonne inertie avec une dégradation aussi faible que possible du système. En ce qui concerne l état de surface de l implant, un bon contrôle de celui-ci sera nécessaire pour une bonne intégration. À propos du comportement biologique, différentes exigences seront à considérer selon les pièces du système. En effet, on voudra obtenir une passivité maximale vis-à-vis des tissus environnants en ce qui concerne l abutment et la couronne et on voudra au contraire stimuler au maximum l ostéointégration de l implant afin de réduire le temps d'assimilation de ce dernier. Bien évidemment, il faudra également respecter la biocompatibilité de tous les matériaux. En plus de cela, il va falloir considérer les aspects de coût des matériaux, leur disponibilité et les possibilités de leur mise en œuvre. Un dernier thème majeur de notre étude sera les considérations esthétiques du système.

2 1. Propriétés mécaniques Dans ce domaine, les exigences sont diverses. Tout d abord, on attend d une prothèse dentaire qu elle ait des propriétés mécaniques (au sens large du terme) aussi proches que possible voir supérieures à celles d une dent naturelle, elle-même constituée des trois tissus de base suivants: la dentine, le cément et l émail. On évitera notamment d avoir une limite à la rupture inférieure à celle de l émail qui est le «revêtement naturel» d une dent afin que la mastication normale n endommage pas la prothèse. Dans ce sens, les exigences sont les suivantes : Implant Limite à la rupture 300 Mpa (limite à la rupture de la dentine) Limite élastique 170 Mpa (limite élastique de la dentine) Module d élasticité 18 Gpa (module d élasticité de la dentine) Dureté Knoop > 68 kg/mm 2 (Dureté de la dentine) K 1C (ténacité) particulièrement important dans le cas d un implant céramique > 10 Mpa m 1/2. Abutment Limite à la rupture 300 Mpa (limite à la rupture de la dentine) Limite élastique 170 Mpa (limite élastique de la dentine) Module d élasticité 18 Gpa (module d élasticité de la dentine) Dureté Knoop > 68 kg/mm 2 (Dureté de la dentine) K 1C (ténacité) particulièrement important dans le cas d un abutment céramique > 10 Mpa m 1/2. Couronne Limite à la rupture 384 Mpa (limite à la rupture de l émail) Module d élasticité 84.1 Gpa (Module d élasticité de l émail) Dureté Knoop < 343 kg/mm 2 (dureté de l émail) car si elle est trop élevée, la force est directement transmise à l os et on risque une usure antagoniste de la dent opposée. K 1C (ténacité) > 10 Mpa m 1/2. Pour toute la prothèse : résistance à la fatigue (63 millions de cycles à 200 N 1 ) 1 Correspond à environ une mastication toutes les 10 secondes pendant 20 ans (force de mastication = 800 / 4 molaires).

3 2. Propriétés chimiques En ce qui concerne les propriétés chimiques, elles vont être importantes principalement au niveau de la dégradation de la prothèse. En effet, le milieu buccal est un milieu biologique complexe. C est un milieu aqueux contenant différents ions (Na +, K +, Ca 2+, Mg 2+, Cl -, phosphates, bicarbonates, fluorures, etc.), des substances organiques (protéines, etc.), de l oxygène dissous avec ph d environ 7,4 relativement constant. De plus, comme nous l avons spécifié dans la définition du système, la prothèse est composée de trois parties qui vont forcément interagir. Tout cela implique un certain nombre d exigences répondant aux normes ISO TC 106 / SC 2 : Résistance à la corrosion galvanique au contact entre les différents composants de la prothèse. Résistance aux attaques acides. Stabilité de la couche d oxyde dans le cas de l utilisation de métal influencée par le ph, les substances organiques et le niveau d oxygène dissous. Si cette couche est affectée, cela peut provoquer de la corrosion par piqûre ou en crevasse. Résistance à la corrosion sous. 3. Etat de surface L état de surface concerne principalement l implant car en ce qui concerne la couronne, cette considération sera d avantage esthétique, ce qui sera traité par la suite. Dans le cas de l implant, l état de surface est primordial dans le sens où c est ce dernier qui sera déterminant dans le temps nécessaire à une ostéosynthèse efficace. Dans ce sens, il n y a qu une seule exigence : Etat de surface permettant la pose du moignon en 3 semaines maximum. Couronne lisse au toucher. 4. Comportement biologique Les prothèses dentaires se trouvant dans un milieu vivant - la bouche - le comportement biologique des matériaux utilisés a une grande importance quant à l intégration de cette dernière au milieu. Cela signifie qu il faut éviter les phénomènes de rejet et favoriser l ostéointégration de l implant (ce qui a déjà donné lieu à une exigence au paragraphe 2.4.3). Pour cela les exigences suivantes doivent être respectées : Biocompatibilité des matériaux utilisés. Pas de formation de tissu entre l implant et la mandibule. 5. Coût des matériaux Etant donné que concernant les prothèses dentaires, le coût des matériaux est insignifiant par rapport aux frais d honoraires des praticiens, aucune exigence particulière n est considérée dans ce domaine. En effet, le coût des matériaux dentaires n est pas limitatif dans le choix de ce derniers.

4 6. Mise en œuvre des matériaux Les exigences liées à la mise en œuvre des pièces du système sont d ordre qualitatif. En effet, les seules exigences dans ce domaine résident dans la précision dimensionnelle des pièces ou leur compatibilité et non dans la facilité de mise en œuvre qui, elle, apparaît en second plan : Précision d ajustement entre l implant, le moignon et la couronne selon normes ISO (VSM 1997) degré f (fin) : tolérance +/ [mm] pour des cotes nominales comprises entre 0.5 et 6 [mm] Compatibilité des températures au niveau de la couronne lors de la cuisson de la céramique sur l armature métallique Pas de métaux formant de grosses couches d oxyde au delà de 1000 C (dans le cas de couronnes céramo métalliques). 7. Esthétique Les considération esthétiques sont également très importante car même si une prothèse dentaire se doit avant tout d être fonctionnelle, personne ne veut être «défiguré». Il faut que les prothèses paraissent aussi naturelles que possibles. Définition précise des teintes selon le teintier Vitapan 3D Master. Tenue de la coloration aux UV. Attribution des poids Dans le cadre de l attribution des poids, nous avons tout d abord réorganisé nos exigences considérant indépendamment chaque partie de notre prothèse (implant, abutment et couronne). Par la suite, nous avons rassemblé nos exigences en en catégories afin d obtenir environ 6 critères simultanément par catégorie et de pouvoir ainsi établir les matrices de poids par logique digitale correspondantes. Nous avons donc distingué les exigences mécaniques auxquelles nous avons attribué un poids de 500/1000, les exigences chimiques et biologiques (poids = 450), les exigences d état de surface et esthétisme (uniquement pour la couronne) (poids = 250) et finalement les exigences coût-mise en œuvre (poids = 50). Le choix de l attribution des poids a été motivé par le fait que, d une part, les considérations économiques entrent en second plan compte tenu des frais hospitaliers. Ensuite, les exigences sur l esthétisme et de l état de surface sont plutôt de l ordre du confort et, par conséquent apparaissent comme moins importantes que les considérations fonctionnelles de la prothèse. Elles ne sont en fait importante que pour la couronne. Nous allons d ailleurs voir plus loin que dans cette catégorie, on rencontre une majorité de critères «souhaitables». Finalement, les exigences mécaniques et chimiques sont celles qui ont le plus de poids car ce sont celles qui sont déterminantes pour une prothèse efficace et durable.

5 IMPLANT : Exigences mécaniques : poids attribué = 450/1000 Rm Re E fatigue Knoop K1C K i ω i Rm X Re 1 X E 1 0 X fatigue X Knoop X K1C X Total Exigences Chimiques-Biologiques : poids attribué = 500/1000 galvanique Attaques acides Stabilité couche sous Biocompatibilité Pas de tissu Ostéosynthèse pour une pose en 3 semaines galvanique X Attaques acides 0 X Stabilité couche X sous X Biocompatibilité X Pas de tissus X Ostéosynthèse pour une pose en 3 semaines X Total K i ω i Exigences Coût-Mise en oeuvre : poids attribué = 50/1000 Précision Compatibilité d ajustement température K i ω i Précision d ajustement X Compatibilité température 0.5 X Total

6 ABUTMENT Exigences mécaniques (abutment) : poids attribué = 500/1000 Rm Re E fatigue Knoop K 1C K i ω i Rm X Re 1 X E 1 0 X fatigue X Knoop X K 1C X Total Exigences Chimiques-Biologiques : poids attribué = 450/1000 galvanique Attaques acides Stabilité couche sous Biocompatibilité Pas de tissu galvanique X Attaques acides 0 X Stabilité couche X sous X Biocompatibilité X Pas de tissus X 0 0 Total K i ω i Exigences Coût-Mise en oeuvre : poids attribué = 50/1000 Précision Compatibilité d ajustement température K i ω i Précision d ajustement X Compatibilité température 0.5 X Total

7 COURONNE Exigences mécaniques : poids attribué = 350/1000 Rm Re E fatigue Knoop K 1C K i ω i Rm X Re 0 X E 0 1 X fatigue X Knoop X K 1C X 4 93 Total Exigences Chimiques-Biologiques : poids attribué = 350/1000 galvanique Attaques acides Stabilité couche sous Biocompatibilité Pas de tissu galvanique X Attaques acides 1 X Stabilité couche 0 0 X sous X Biocompatibilité X Pas de tissus X 0 0 Total K i ω i Exigences Etat de surface-esthétiques : poids attribué = 250/1000 Lisse au Tenue Teintes toucher couleur K i ω i Lisse au toucher X Teintes 0.5 X Tenue couleur 1 0 X 1 83 Total Exigences Coût-Mise en oeuvre : poids attribué = 50/1000 Précision Compatibilité d ajustement température K i ω i Précision d ajustement X Compatibilité température 0.5 X Total

8 Structure du cahier des charges A partir des poids calculés, nous pouvons dès lors établir la structure du cahier des charges qui permet de donner un tableau résumant tout le travail effectué dans la recherche des exigences et l attribution de leur poids : Exigences Type 2 Poids Objectif IMPLANT Propriétés mécaniques Rm T Mpa Re T Mpa E T Gpa Fatigue T Mcycles à 200 MPa Dureté Knoop T kg/mm 2 K 1C T 120 > 10 Mpa/m 1/2 Propriétés Chimiques-Biologiques galvanique T 75 Selon ISO TC 106 / SC 2 Attaques acides T 37.5 Selon ISO TC 106 / SC 2 Stabilité couche T 25 Selon ISO TC 106 / SC 2 sous T 12.5 Selon ISO TC 106 / SC 2 Biocompatibilité A 150 Pas de tissu A 125 Ostéosynthèse pour une pose en 3 semaines A 100 Exigences Coût-Mise en oeuvre Précision d ajustement T 25 Compatibilité température A 25 Total 1000 ISO (VSM 1997) degré f : tolérance +/ [mm] ABUTMENT Propriétés mécaniques Rm T Mpa Re T Mpa E T Gpa fatigue T Mcycles à 200 MPa Dureté Knoop T kg/mm 2 K 1C T 120 > 10 Mpa/m 1/2 Propriétés Chimiques-Biologiques galvanique T 67.5 Selon ISO TC 106 / SC 2 Attaques acides T Selon ISO TC 106 / SC 2 Stabilité couche T 22.5 Selon ISO TC 106 / SC 2 2 T = critère avec tolérance A = critère absolu S = critère souhaitable

9 sous T Selon ISO TC 106 / SC 2 Biocompatibilité A Pas de tissu A 0 Exigences Coût-Mise en oeuvre Précision d ajustement T 25 Compatibilité température A 25 ISO (VSM 1997) degré f : tolérance +/ [mm] Total 1000 COURONNE Propriétés mécaniques Rm T Mpa Re T Mpa E T Gpa fatigue T Mcycles à 200 MPa Dureté Knoop T kg/mm 2 K 1C T 93 > 10 Mpa/m 1/2 Propriétés Chimiques-Biologiques galvanique T 70 Selon ISO TC 106 / SC 2 Attaques acides T 93 Selon ISO TC 106 / SC 2 Stabilité couche T 47 Selon ISO TC 106 / SC 2 sous T 23 Selon ISO TC 106 / SC 2 Biocompatibilité A 117 Pas de tissu A 0 Propriétés Etat de surface-esthétiques Lisse au toucher S 42 Teintes T 125 Vitapan 3D Master Tenue couleur S 83 Exigences Coût-Mise en oeuvre Précision d ajustement T 25 Compatibilité température A 25 ISO (VSM 1997) degré f : tolérance +/ [mm] Total 1000

10 Constatations Avec ce tableau, on peut voir que les exigences imposées par notre système sont nombreuses. Le choix des matériaux devra, dans la mesure du possible, tenir compte de chacune d entre elles. Concernant le travail effectué dans cette partie, il nous a permis de clarifier la portée de ces exigences à travers le calcul de leur poids ce qui nous permet d avoir un outil comparatif de ces critères. Il apparaît tout d abord que les critères les plus importants (avec les poids les plus grand) sont des exigences d ordre mécanique, chimique ou biologique ce qui confirme bien les constatations issues des tableaux relatifs aux causes/faiblesses du chapitre analyse de situation. En effet, si l on prend la biocompatibilité qui est l une des exigences avec le poids le plus grand pour les trois parties de la prothèse. Elle représente à chaque fois un peu plus d un dixième du poids total. D autre part, on remarque que les exigences mécaniques de chacune des pièces de la prothèse n ont pas le même ordre d importance : pour l implant et l abutment, c est la résistance à la fatigue et K1C qui priment dans un sens de longévité tandis que pour la couronne, c est la dureté qui est la plus importante car on veut éviter d endommager les dents antagonistes. En ce qui concerne l état de surface nécessaire à une ostéosynthèse rapide (3 semaines), son poids nous indique qu il a également une importance non négligeable. En effet, au-delà du confort du patient qui ne veut pas attendre des mois avant la pose de la couronne, l état de surface a également un rôle mécanique. Si ce dernier est adéquat, la prothèse aura un meilleur ancrage dans la mandibule ce qui permettra à la prothèse d être plus performante mécaniquement et d avoir une durée de vie plus longue. Nous avons maintenant tous les outils pour procéder au choix des matériaux de chacune des pièces de notre prothèse dentaire : implant, abutment et couronne.

FRANÇAIS BLANC À 100% Prothèse dentaire sans métal en zircone de haute qualité

FRANÇAIS BLANC À 100% Prothèse dentaire sans métal en zircone de haute qualité FRANÇAIS BLANC À 100% Prothèse dentaire sans métal en zircone de haute qualité BLANC À 100 % Le zirconium est le plus vieux des minéraux, c est lui que l on trouve le plus fréquemment dans la croûte terrestre.

Plus en détail

UN ATTACHEMENT de PRECISION ORIGINAL Le MK1 A propos de 2 cas cliniques

UN ATTACHEMENT de PRECISION ORIGINAL Le MK1 A propos de 2 cas cliniques UN ATTACHEMENT de PRECISION ORIGINAL Le MK1 A propos de 2 cas cliniques Dr. W. Jarrouche 1 - Dr. E. Daou 2 INTRODUCTION Les attachements apparus dès le début de ce siècle sont des dispositifs mécaniques

Plus en détail

La première fois qu elle est venue au laboratoire, elle avait un

La première fois qu elle est venue au laboratoire, elle avait un ARTICLE SPÉCIALISÉ : ELLE N A PLUS PEUR DE RIRE MARIA Saga Zirkonia - Des histoires du monde de «Zirkonzahn» 1 Luca Nelli Fig. 1 : Elle n a plus peur de rire Maria La première fois qu elle est venue au

Plus en détail

LIBÉREZ VOTRE SOURIRE INVISALIGN TEEN L ALTERNATIVE TRANSPARENTE AUX APPAREILS ORTHODONTIQUES.

LIBÉREZ VOTRE SOURIRE INVISALIGN TEEN L ALTERNATIVE TRANSPARENTE AUX APPAREILS ORTHODONTIQUES. LIBÉREZ VOTRE SOURIRE INVISALIGN TEEN L ALTERNATIVE TRANSPARENTE AUX APPAREILS ORTHODONTIQUES. Votre téléphone est SANS FIL. Votre ordinateur AUSSI. Pourquoi pas VOTRE traitement d orthodontie? Bienvenue

Plus en détail

Structur 3. Brillant sans polissage. Structur 3. Composite pour la fabrication de couronnes

Structur 3. Brillant sans polissage. Structur 3. Composite pour la fabrication de couronnes Composite pour la fabrication de couronnes et bridges provisoires Brillant sans polissage Les 3 pour des couronnes et bridges brillants est un composite autopolymérisant pour la fabrication de couronnes

Plus en détail

Brochure d information pour le patient

Brochure d information pour le patient Brochure d information pour le patient Des dents «tout céramique» qui vous donneront un sourire éclatant! Le matériau «zircone» : n La zircone est une céramique hautes performances utilisée, entre autres,

Plus en détail

La beauté d un sourire en santé. Découvrez les options de dentisterie conçues pour restaurer votre sourire naturel.

La beauté d un sourire en santé. Découvrez les options de dentisterie conçues pour restaurer votre sourire naturel. La beauté d un sourire en santé Découvrez les options de dentisterie conçues pour restaurer votre sourire naturel. Pourquoi se préoccuper de la perte de dents? Lorsqu on s imagine perdre nos dents, la

Plus en détail

Assurances de Personnes

Assurances de Personnes Assurances de Personnes Les principaux traitements dentaires U.E.S. Capgemini Sommaire Le schéma dentaire Les actes dentaires 2 Les soins dentaires 1. Les soins conservateurs (exemple) 2. Les inlays-onlays

Plus en détail

Brochure Patients. Les implants dentaires : Une solution naturelle et élégante pour retrouver confiance en soi.

Brochure Patients. Les implants dentaires : Une solution naturelle et élégante pour retrouver confiance en soi. Brochure Patients Les implants dentaires : Une solution naturelle et élégante pour retrouver confiance en soi. Les implants dentaires : la meilleure option de traitement. Qu est-ce qu un implant dentaire?

Plus en détail

biocer - système d implant dentaire

biocer - système d implant dentaire i n f o r m a t i o n s p r o d u i t s biocer - - implants dentaires combinés et concepts de butées en matériaux biologiquement fiables. Le dispositif exceptionnel des surfaces cerid - sont la conception

Plus en détail

Le tout céramique sur les dents antérieures: l embarras du choix

Le tout céramique sur les dents antérieures: l embarras du choix Bibliographie voir texte allemand, page 554 Pratique quotidienne et formation complémentaire Le tout céramique sur les dents antérieures: l embarras du choix Mots clés: Restaurations tout céramique, dents

Plus en détail

MALO CLINIC Lisbon. La Problématique

MALO CLINIC Lisbon. La Problématique MALO CLINIC Lisbon LA CLINIQUE MALO a été fondée en 1995 par le Docteur Paulo Malo. En seulement 15 ans d existence, elle a connu un extraordinaire développement. LA CLINIQUE MALO est devenue aujourd hui

Plus en détail

CATALOGUE DE PRESTATIONS SOLUTIONS GMAO. performed by PYC : Pierre-Yves COLLIN http://slicers.free.fr

CATALOGUE DE PRESTATIONS SOLUTIONS GMAO. performed by PYC : Pierre-Yves COLLIN http://slicers.free.fr CATALOGUE DE PRESTATIONS 1 2 3 SOLUTIONS GMAO performed by PYC : Pierre-Yves COLLIN http://slicers.free.fr Présentation de nos prestations ACSSIOM vous apporte : - Par sa présence régionale, une garantie

Plus en détail

Classement et identification des grandes Écoles de pensée

Classement et identification des grandes Écoles de pensée Classement et identification des grandes Écoles de pensée De 1900 à nos jours, de nombreuses écoles de pensée se sont succédées avec des périodes de recouvrement. Si les écoles de pensée sont bien identifiées,

Plus en détail

LES IMPLANTS DENTAIRES

LES IMPLANTS DENTAIRES La plupart des soins dentaires peuvent êtres réalisés dès votre première visite en clinique au cours d un même séjour, y compris les greffes osseuses (petites et moyennes), exceptés les soins relevant

Plus en détail

Édition 2014. Guide pratique du protocole dentaire

Édition 2014. Guide pratique du protocole dentaire Édition 2014 Guide pratique du protocole dentaire mfp / cnsd protocole dentaire MFP / CNSD Docteur, Vous êtes adhérent au protocole d accord MFP-CNSD et nous vous remercions de votre confiance. Ce protocole,

Plus en détail

Informations patients: Implants céramiques. Plus qu'un implant de la couleur des dents. Naturellement esthétique et sans métal.

Informations patients: Implants céramiques. Plus qu'un implant de la couleur des dents. Naturellement esthétique et sans métal. Informations patients: Implants céramiques Plus qu'un implant de la couleur des dents. Naturellement esthétique et sans métal. Plus que la dernière technologie. La satisfaction à long terme. Les implants

Plus en détail

Phonares II Une esthétique pleine d expression

Phonares II Une esthétique pleine d expression SR Une esthétique pleine d expression Un nouvel art des formes NATUREL ET MIMÉTISME SR Composite nano-hybride Les plus hautes exigences Aujourd hui, les porteurs de prothèses amovibles ont des attentes

Plus en détail

Retrouver une qualité de vie. Les implants dentaires : la meilleure solution naturelle. Education des patients

Retrouver une qualité de vie. Les implants dentaires : la meilleure solution naturelle. Education des patients Retrouver une qualité de vie. Les implants dentaires : la meilleure solution naturelle. Education des patients Les implants dentaires : la meilleure option de traitement. Qu est-ce qu un implant dentaire?

Plus en détail

Dents et Hygiène dentaire

Dents et Hygiène dentaire Dents et Hygiène dentaire Compétences : - Connaître les fondements d une hygiène dentaire. - Savoir qu il y a succession de deux dentitions. - Avoir compris et retenu quelques caractéristiques du fonctionnement

Plus en détail

ANGLAIS, LANGUE SECONDE

ANGLAIS, LANGUE SECONDE ANGLAIS, LANGUE SECONDE PRÉSECONDAIRE ANG-P005-2 ANG-P006-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MARS 1999 Quebec ANGLAIS, LANGUE SECONDE PRÉSECONDAIRE ANG-P005-2 ANG-P006-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MARS

Plus en détail

Contrôle. De nombreuses entreprises contrôlent toujours l exactitude des factures selon les documents papier. Contrôle des visas

Contrôle. De nombreuses entreprises contrôlent toujours l exactitude des factures selon les documents papier. Contrôle des visas Contrôle Contrôle des visas Pages 3/2006 Pages romandes Contrôler et viser des factures électroniquement De nombreuses entreprises contrôlent toujours l exactitude des factures selon les documents papier

Plus en détail

Solutions de Précision pour techniciens dentaires. Lava Ultimate Matériau de restauration CAD/CAM. Découvrez la résilience. de la dent naturelle

Solutions de Précision pour techniciens dentaires. Lava Ultimate Matériau de restauration CAD/CAM. Découvrez la résilience. de la dent naturelle Solutions de Précision pour techniciens dentaires Lava Ultimate Matériau de restauration CAD/CAM Découvrez la résilience de la dent naturelle Lava Ultimate, un matériau exceptionnellement unique Lava Ultimate

Plus en détail

Swiss International Academy of Osseo-Integration and Maxillo-Facial Research

Swiss International Academy of Osseo-Integration and Maxillo-Facial Research S I A O Swiss International Academy of Osseo-Integration and Maxillo-Facial Research Cycle de formation clinique en implantologie Ce Cycle de formation organisé par Infodental Algérie sous la responsabilité

Plus en détail

Qui de Monsieur EAUCLAIR ou de son ami a raison?

Qui de Monsieur EAUCLAIR ou de son ami a raison? CME 5.3 Pourquoi adoucir l eau? Monsieur EAUCLAIR emménage dans une nouvelle région. Il constate que sa cafetière s est entartrée au bout de deux mois. Un de ses amis lui dit que : «ton eau n est pas claire

Plus en détail

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 PRINCIPAL MODE DE DEGRADATION DANS LE MONDE devant les

Plus en détail

KEIM Concretal. Lasures et peintures minérales pour béton

KEIM Concretal. Lasures et peintures minérales pour béton KEIM Concretal Lasures et peintures minérales pour béton La gamme Concretal Le béton matériau du XXème siècle Les peintures minérales au silicate La découverte du béton armé au début du XXème siècle a

Plus en détail

Tronçonneuse ou scie à chaîne

Tronçonneuse ou scie à chaîne Tronçonneuse ou scie à chaîne CHAÎNE ET AFFÛTAGE 1. Généralités La chaîne d une tronçonneuse est l organe coupant de la machine. Sa forme particulière et les évolutions techniques qu elle a subies lui

Plus en détail

NobelReplace. Straight

NobelReplace. Straight NobelReplace Straight pour répondre à toutes vos exigences : une solution unique Un gage de solidité pour l invisible et de beauté pour le visible. Un guide pour améliorer vos activités Une intégration

Plus en détail

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide La constante d autoprotolyse de l eau, K W, est égale au produit de K a par K b pour un couple acide/base donné : En passant en échelle logarithmique, on voit donc que la somme du pk a et du pk b d un

Plus en détail

Le système IvoBase. Précis Biocompatible Entièrement automatique

Le système IvoBase. Précis Biocompatible Entièrement automatique Le système IvoBase Précis Biocompatible Entièrement automatique La prothèse de l avenir Système prothétique innovant Le système IvoBase Il est temps de révolutionner les processus de fabrication des prothèses

Plus en détail

Système ISO de tolérances Ajustements

Système ISO de tolérances Ajustements Principe de l interchangeabilité: Système ISO de tolérances Ajustements Lorsqu il faut fabriquer une série de pièces identiques, il est impossible d obtenir, d une pièce à l autre, exactement les mêmes

Plus en détail

Comment réconcilier la stabilité, la durabilité et la bonne mastication tout en garantissant des dents esthétiquement irréprochables?

Comment réconcilier la stabilité, la durabilité et la bonne mastication tout en garantissant des dents esthétiquement irréprochables? Comment réconcilier la stabilité, la durabilité et la bonne mastication tout en garantissant des dents esthétiquement irréprochables? Le cabinet dentaire Bobdent cherche à trouver l équilibre entre les

Plus en détail

NORME CAMEROUNAISE NC 235 : 2005 06

NORME CAMEROUNAISE NC 235 : 2005 06 NC 235 : 2005 06 REPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIC OF CAMEROON Paix Travail Patrie Peace Work Fatherland ========= ========= MINISTERE DE L INDUSTRIE, DES MINES ET DU MINISTRY OF INDUSTRY, MINES AND DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Document d orientation sur les instruments utilisés pour la prestation de soins dentaires

Document d orientation sur les instruments utilisés pour la prestation de soins dentaires Document d orientation sur les instruments utilisés pour la prestation de soins dentaires D après le Règlement sur les instruments médicaux Direction des produits thérapeutiques Santé Canada Rédigé par

Plus en détail

Les méthodes potentiométriques

Les méthodes potentiométriques Le ph-mètre (réf :Skoog, West, Holler, Section 19-A. p 412) Les méthodes potentiométriques 2 e partie Erreur dans la mesure d une tension à l aide d un ph-mètre (ionomètre) Maintenant que nous avons explorés

Plus en détail

MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN INTÉGRATION DE PLUS D UNE APPLICATION DE LA MICRO-INFORMATIQUE INF-5066-2

MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN INTÉGRATION DE PLUS D UNE APPLICATION DE LA MICRO-INFORMATIQUE INF-5066-2 MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN INTÉGRATION DE PLUS D UNE APPLICATION DE LA MICRO-INFORMATIQUE INF-5066-2 Quebec MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN INTÉGRATION DE PLUS

Plus en détail

Les soins opposables ne sont pas compris dans ce devis. Ce devis s inscrit pour tout ou partie dans le cadre du protocole MFP-CNSD

Les soins opposables ne sont pas compris dans ce devis. Ce devis s inscrit pour tout ou partie dans le cadre du protocole MFP-CNSD Identification du chirurgien-dentiste traitant (Cachet professionnel et N ADELI) Devis/Note d honoraires pour traitements bucco-dentaires pouvant faire l objet d une entente directe* (*)Ou faisant l objet

Plus en détail

SAMPE FRANCE Concours «Pont Composite»

SAMPE FRANCE Concours «Pont Composite» SAMPE FRANCE Concours «Pont Composite» Règlement du concours Page 1/5 Article 1 : Introduction La compétition est ouverte exclusivement aux Écoles et Universités. L objectif est de concevoir et fabriquer

Plus en détail

PLUS QU UN ANIMAL, UNE AIDE PRECIEUSE

PLUS QU UN ANIMAL, UNE AIDE PRECIEUSE Organisons, organisons... CHIEN DE CONDUITE DU TROUPEAU conduite et... PLUS QU UN ANIMAL, UNE AIDE PRECIEUSE Les exploitations ovines ne peuvent plus aujourd hui se passer des nombreux services rendus

Plus en détail

LES RESISTANCES. Caractéristiques, rôle et utilisation de la résistance

LES RESISTANCES. Caractéristiques, rôle et utilisation de la résistance LES RESISTANCES Caractéristiques, rôle et utilisation de la résistance Le rôle de la résistance est de limiter le courant dans un circuit. Elle possède plusieurs caractéristiques technique : La valeur

Plus en détail

MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN PROGRAMMATION INF-5063-2

MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN PROGRAMMATION INF-5063-2 MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN PROGRAMMATION INF-5063-2 MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN PROGRAMMATION INF-5063-2 Direction de la formation générale des adultes Service

Plus en détail

Troubles fonctionnels urinaires (TFU) (Faire Ctrl-P pour imprimer)

Troubles fonctionnels urinaires (TFU) (Faire Ctrl-P pour imprimer) Troubles fonctionnels urinaires (TFU) (Faire Ctrl-P pour imprimer) Prise en main rapide Avertissement : Le module Troubles Fonctionnels Urinaires développé sur Episodus est un module d aide au diagnostic,

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

L alternative MAJEURE au disilicate de lithium.

L alternative MAJEURE au disilicate de lithium. L alternative MAJEURE au disilicate de lithium. FR L alternative MAJEURE au disilicate de lithium Ceramill Zolid FX se présente sous la forme de lingotins en oxyde de zirconium super translucides permettant

Plus en détail

LE DEVIS UNIQUE. Le choix du laboratoire se fera ici par double-clic pour chaque ligne de prothèse. 1.) Création des laboratoires.

LE DEVIS UNIQUE. Le choix du laboratoire se fera ici par double-clic pour chaque ligne de prothèse. 1.) Création des laboratoires. LE DEVIS UNIQUE Lors de la création d un devis unique, il faudra indiquer pour chaque ligne de prothèse son origine (le prothésiste/laboratoire qui l a faite). Le choix du laboratoire se fera ici par double-clic

Plus en détail

NNKOMNM. kçìîé~ì=çééìáëw== áå`çêáë=km. kçíáåé=çdìíáäáë~íáçå. cê~å ~áë

NNKOMNM. kçìîé~ì=çééìáëw== áå`çêáë=km. kçíáåé=çdìíáäáë~íáçå. cê~å ~áë kçìîé~ì=çééìáëw== NNKOMNM áå`çêáë=km kçíáåé=çdìíáäáë~íáçå cê~å ~áë Table des matières Sirona Dental Systems GmbH Table des matières 1 Caractéristiques techniques... 3 2 Indications de mise en oeuvre...

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

Se sentir soi-même. Comment la restauration de vos dents peut changer votre vie.

Se sentir soi-même. Comment la restauration de vos dents peut changer votre vie. Se sentir soi-même. Comment la restauration de vos dents peut changer votre vie. Évitez-vous de sourire parce qu'il vous manque une ou plusieurs dents? À quand remonte la dernière fois où vous avez croqué

Plus en détail

Situation d apprentissage

Situation d apprentissage Situations d apprentissage et d intégration 4 e année Axe : Le développement durable appliqué au métier DEUXIèME Exemple : Séquence d apprentissage pour l option ÉCOLE Professeur : N situation : 1 Connaître

Plus en détail

INFORMATION PRESSE. Bâtiment Automobile Industrie

INFORMATION PRESSE. Bâtiment Automobile Industrie plancher chauffant basse température Solution plancher sec : L alternative pour les besoins du neuf et de la rénovation La solution plancher sec REHAU est dotée de toutes les caractéristiques du plancher

Plus en détail

Marquage CE et dispositifs médicaux

Marquage CE et dispositifs médicaux Marquage CE et dispositifs médicaux Références officielles Trois principales directives européennes réglementent la mise sur le marché et la mise en service des dispositifs médicaux : la directive 90/385/CEE

Plus en détail

Sulfate SO 4. Potassium K + b) Indiquer pour chacune des eaux minérales la masse de son résidu à sec, indiquée sur son étiquette.

Sulfate SO 4. Potassium K + b) Indiquer pour chacune des eaux minérales la masse de son résidu à sec, indiquée sur son étiquette. 2 nde : Sciences et laboratoires (SL) Activité : Etude qualitative d une eau minérale Objectif : Comparer les résultats expérimentaux observés avec les valeurs données sur les étiquettes de quelques eaux

Plus en détail

NOS PROCÉDÉS DE TRAITEMENT DES SURFACES

NOS PROCÉDÉS DE TRAITEMENT DES SURFACES NOS PROCÉDÉS DE TRAITEMENT DES SURFACES SERVICES ET LIVRAISONS QUALITÉ Afin d assurer un transport de votre marchandise rapide et non onéreux, nous nous chargeons nous-mêmes de la livraison. Nous disposons

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

Comprendre le devis. Par Me Rudyard Bessis

Comprendre le devis. Par Me Rudyard Bessis Comprendre le devis Beaucoup de nos confrères rencontrent des difficultés avec les devis dentaires. Afin de lever ces difficultés et d être clair, nous allons donner un exemple chiffré tout en rappelant

Plus en détail

Système de coulée thermopress injectée pour des prothèses sans métal

Système de coulée thermopress injectée pour des prothèses sans métal Système de coulée thermopress injectée pour des prothèses sans métal La gamme de matériaux biocompatibles ouvre un vaste champ d indications. bre.crystal Offre une grande durabilité, un état de surface

Plus en détail

Document d information a l usage des professionnels du diagnostic de performance e nerge tique

Document d information a l usage des professionnels du diagnostic de performance e nerge tique Document d information a l usage des professionnels du diagnostic de performance e nerge tique Voilà maintenant près d un an que l Observatoire des DPE est opérationnel pour la collecte des diagnostics.

Plus en détail

Operating MANUEL D UTILISATION

Operating MANUEL D UTILISATION PERIOTEST M Operating MANUEL D UTILISATION Manual Mode d emploi du PERIOTEST M Le Periotest M est un appareil de mesure destiné à être utilisé au cours de pratiques dentaires suivantes : Evaluation de

Plus en détail

Futurabond U. Adhésif universel bi-polymérisable

Futurabond U. Adhésif universel bi-polymérisable Adhésif universel bi-polymérisable Effectuer des recherches pour le meilleur adhésif Au cours des dernières années, la recherche a fait des grands progrès dans le secteur des adhésifs. VOCO a conséquemment

Plus en détail

Expérience # 7 Identification des composés d un mélange

Expérience # 7 Identification des composés d un mélange Expérience # 7 1. But Le but de l expérience consiste à isoler chacun des composés d un mélange par les techniques de purification connues, à prouver la pureté de chacun et à déterminer la nature des composés

Plus en détail

1.1. QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE UNE ASSURANCE GROUPE ET UN EIP?

1.1. QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE UNE ASSURANCE GROUPE ET UN EIP? 1. Généralités 1.1. QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE UNE ASSURANCE GROUPE ET UN EIP? EIP. Un engagement individuel de pension est un contrat d assurance-vie souscrit par une société au profit d un dirigeant

Plus en détail

JMJ CRACOVIE 2016 Instructions pour l inscription des pèlerins 1

JMJ CRACOVIE 2016 Instructions pour l inscription des pèlerins 1 JMJ CRACOVIE 2016 Instructions pour l inscription des pèlerins 1 Bienvenus dans le système d inscription à la JMJ de Cracovie 2016! Avant de commencer la procédure d inscription, nous vous invitons à lire

Plus en détail

Projet de Service spécifique Antenne PSE de Coronmeuse 2014-2020

Projet de Service spécifique Antenne PSE de Coronmeuse 2014-2020 2014-2020 ANTENNE PSE DE CORONMEUSE Place Coronmeuse, 21 4040 HERSTAL 04/248 80 58 pse.herstal-coron@provincedeliege.be Code Fase : 5605 Projet de Service spécifique Antenne PSE de Coronmeuse 2 Sommaire

Plus en détail

Plus qu'une simple prothèse.

Plus qu'une simple prothèse. Plus qu'une simple prothèse. Un tout nouveau sourire d'apparence naturelle. Plus qu'une fonction buccale. Une restauration de l'estime de soi. Avez-vous déjà eu des problèmes associés au port de prothèses?

Plus en détail

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage A.Tilmans Laboratoire caractéristiques énergétiques

Plus en détail

Echos techniques E U IQ T A R P T E e d o h t é M 32

Echos techniques E U IQ T A R P T E e d o h t é M 32 Méthode ET PRATIQUE Echos techniques 32 La CFAO au service de la chirurgie prothétiquement guidée Cas réalisé par le laboratoire Dental Concept Méditerranée, M. Bernard Zarb et le Dr Sébastien Melloul

Plus en détail

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE L - 72 FOURNITURE DE SEMELLES ELASTIQUES POUR LA FIXATION DE VOIE "TYPE BOTZELAER" EDITION: 04/2001 Index 1. INTRODUCTION... 3 1.1. DOMAINE

Plus en détail

IFT3913 Qualité du logiciel et métriques. Chapitre 2

IFT3913 Qualité du logiciel et métriques. Chapitre 2 IFT3913 Qualité du logiciel et métriques Chapitre 2 Qualité du produit logiciel Plan du cours Introduction Qualité du logiciel Théorie de la mesure Mesure de la qualité du logiciel Études empiriques Mesure

Plus en détail

Restaurez la qualité de vie de vos patients. Solutions pour l édentement complet

Restaurez la qualité de vie de vos patients. Solutions pour l édentement complet Restaurez la qualité de vie de vos patients. Solutions pour l édentement complet 2 Solutions pour l édentement complet «Je voulais simplement retrouver mon sourire et j ai vraiment l impression de l avoir

Plus en détail

Georgieva Diana Bourgouin Adrien Licence 3 ~ Faculté des Sciences et des Techniques UML ~ Bibliothèque. Projet UML.

Georgieva Diana Bourgouin Adrien Licence 3 ~ Faculté des Sciences et des Techniques UML ~ Bibliothèque. Projet UML. Projet UML Cas Bibliothèque Page 1 sur 35 S6 ~ 2008-2009 Sommaire I. Introduction 3 II. Modélisation A. Cas d utilisation 1. Première approche 4-6 2. Cas d utilisation avant la modélisation des diagrammes

Plus en détail

...5 1.1 Description...5. 1.0 Introduction...5....5 1.2 Conditions d utilisation...5....5 1.3 Pour ouvrir le module...5

...5 1.1 Description...5. 1.0 Introduction...5....5 1.2 Conditions d utilisation...5....5 1.3 Pour ouvrir le module...5 Guide de l utilisateur Module d extraction de coefficients de variation Enquête sur les changements à l égard de l emploi Cohortes 1 à 10 Table des matières 1.0 Introduction...5...5 1.1 Description...5...5

Plus en détail

la technique adhés Comment améliorer Clinique

la technique adhés Comment améliorer Clinique Clinique Comment améliorer la technique adhés Les principaux développements dans ce domaine ont été réalisés ces dernières années au niveau des matériaux d obturation et des systèmes adhésifs, assurant

Plus en détail

Integrated Ceramics. Une flexibilité. fascinante.

Integrated Ceramics. Une flexibilité. fascinante. Integrated Ceramics Une flexibilité fascinante. Integrated Ceramics Les céramiques cosmétiques utilisées au laboratoire dentaire? Les matériaux d infrastructure utilisés au laboratoire Vitrocéramique alliages

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE 45

PROJET PEDAGOGIQUE 45 PROJET PEDAGOGIQUE 45 1. OBJECTIFS GÉNÉRAUX a) L enseignement spécialisé secondaire professionnel a pour objectif de donner aux élèves une formation générale, sociale et professionnelle les amenant à s

Plus en détail

Parcours des écoles d ingénieurs Polytech. Guide d orientation en cycle ingénieur sous statut étudiant

Parcours des écoles d ingénieurs Polytech. Guide d orientation en cycle ingénieur sous statut étudiant Parcours des écoles d ingénieurs Polytech Guide d orientation en cycle ingénieur sous statut étudiant Session 2013 Table des matières I Présentation................................................ 2 II

Plus en détail

Approche multi-échelles: Aide à la conception et à l'injection de pièces en Polyamide renforcé. Y. Deyrail, M. Oumarou, A. Causier, W.

Approche multi-échelles: Aide à la conception et à l'injection de pièces en Polyamide renforcé. Y. Deyrail, M. Oumarou, A. Causier, W. Approche multi-échelles: Aide à la conception et à l'injection de pièces en Polyamide renforcé Y. Deyrail, M. Oumarou, A. Causier, W. Zerguine SOMMAIRE Présentation de la société Contexte de l étude Approche

Plus en détail

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible Le 6 février 2007. Du concept de métier lourd à celui de métier pénible - Réflexion sur l évolution - Sandra Invernizzi Métier lourd et métier pénible La notion de métier lourd reconnaît qu un métier comporte

Plus en détail

FENETRES ET PORTES FENETRES

FENETRES ET PORTES FENETRES FENETRES ET PORTES FENETRES Savoir choisir sa fenêtre Le remplacement des fenêtres, portes et volets assure bien-être et confort. C est un investissement à long terme à ne pas négliger. La majorité des

Plus en détail

Interprétation IFRIC 16 Couvertures d un investissement net dans un établissement à l étranger

Interprétation IFRIC 16 Couvertures d un investissement net dans un établissement à l étranger Interprétation IFRIC 16 Couvertures d un investissement net dans un établissement à l étranger Références IAS 8 Méthodes comptables, changements d estimations comptables et erreurs IAS 21 Effets des variations

Plus en détail

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure de quantités de gaz

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure de quantités de gaz Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure de quantités de gaz 941.241 du 19 mars 2006 (Etat le 1 er janvier 2013) Le Département fédéral de justice et police (DFJP), vu les art. 5, al. 2, 8, al.

Plus en détail

FICHE EXPLICATIVE Contrat de performance énergétique (CPE)

FICHE EXPLICATIVE Contrat de performance énergétique (CPE) Certificats d économies d énergie FICHE EXPLICATIVE Contrat de performance énergétique (CPE) Fiches d opérations standardisées concernées : BAR-SE-03 ; BAT-SE-01 Le but de cette fiche est de présenter

Plus en détail

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage M. Prévost Version V2/ nov 2006 Structure du cours Partie 1 : Introduction Partie 2 : Mise en contact de Gaz et de

Plus en détail

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Comité consultatif sur le Test du capital minimal Page

Plus en détail

Verre ShowerGuard. Une propreté toujours étincelante, tout simplement.

Verre ShowerGuard. Une propreté toujours étincelante, tout simplement. Verre ShowerGuard. Une propreté toujours étincelante, tout simplement. Un besoin de protection Une solution permanente Vous avez beau vous user les mains pour tenter de nettoyer un verre de douche standard,

Plus en détail

Composants de menuiserie Escaliers Définition : Escalier : Types d escaliers : Rôle d un escalier :

Composants de menuiserie Escaliers Définition : Escalier : Types d escaliers : Rôle d un escalier : Composants de menuiserie Escaliers Definition Caractéristiques Références normatives Spécifications Marquage C.E Acquis environnementaux Définition : Escalier : Ouvrage de menuiserie constitué de gradins

Plus en détail

Résistante à l extérieur, confortable à l intérieur: la fenêtre de rénovation Meko 16-M.

Résistante à l extérieur, confortable à l intérieur: la fenêtre de rénovation Meko 16-M. Résistante à l extérieur, confortable à l intérieur: la fenêtre de rénovation Meko 16-M. 2 Montage rapide et longévité: les fenêtres de rénovation répondent aux plus hautes exigences de qualité. Les fenêtres

Plus en détail

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Page : 17/ 77 III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Le choix d un couple donneur-accepteur dépend de la technique utilisée (FRET, TR- FRET, BRET, etc.) et des molécules disponibles pour ces

Plus en détail

Les dispositifs non innovants. Évaluation biologique : relations avec la validation du nettoyage. iso 10993-1

Les dispositifs non innovants. Évaluation biologique : relations avec la validation du nettoyage. iso 10993-1 cahier spécial 45 Évaluation biologique : relations avec la validation du nettoyage Par Aurélien Bignon, BioM Advice Les dispositifs médicaux (DM) doivent suivre une procédure d évaluation biologique décrite

Plus en détail

SPECIFICATION TECHNIQUE

SPECIFICATION TECHNIQUE SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE A - 18 VIS, GOUJONS ET ECROUS NORMAUX EDITION: 1974 Index CHAPITRE I VIS, GOUJONS ET ECROUS EN ACIER... 3 Objet... 3 1. Conditions de

Plus en détail

A INFRASTRUCTURE CERAMIQUE. Service évaluation des actes professionnels

A INFRASTRUCTURE CERAMIQUE. Service évaluation des actes professionnels PROTHESES DENTAIRES A INFRASTRUCTURE CERAMIQUE Service évaluation des actes professionnels 2 avenue du Stade de France 93218 Saint-Denis La Plaine CEDEX Tél. : 01 55 93 70 00 Fax : 01 55 93 74 00 http://www.has-sante.fr

Plus en détail

A qui proposer ce concept?

A qui proposer ce concept? 29 Praticiens qui souhaitent créer une salle de chirurgie Praticiens qui souhaitent avoir une solution polyvalente 2 éclairages = soins en chirurgie 1 éclairage = soins omni-pratiques Pour quelles raisons

Plus en détail

PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE

PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE 2012 LES QUATRE ETAPES La procédure complémentaire a pour but de mettre en relation les établissements qui ont encore des places vacantes et les candidats n ayant pas

Plus en détail

Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet

Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet A Introduction : ) Définitions : Titre Alcalimétrique (T.A.) : F m / L T.A. T.A.C. Définition : C'est le volume d'acide (exprimé en ml) à 0,0 mol.l

Plus en détail

Les Différents types de Requêtes dans Access

Les Différents types de Requêtes dans Access Les Différents types de Requêtes dans Access Il existe six types de requêtes. Les Requêtes «Sélection», qui sont le mode par défaut et correspondent à des «vues» des tables originelles. Cela signifie que

Plus en détail

Les méthodes de séparation basées sur l extraction

Les méthodes de séparation basées sur l extraction Les méthodes de séparation basées sur l extraction L extraction liquide - liquide C est l extraction d un soluté S d un solvant A par un solvant B non miscible au premier. Deux paramètres sont importants

Plus en détail

En passant, aujourd hui on ne parle que de conduction. Révision pour plusieurs mais on commence par la base.

En passant, aujourd hui on ne parle que de conduction. Révision pour plusieurs mais on commence par la base. En passant, aujourd hui on ne parle que de conduction. Révision pour plusieurs mais on commence par la base. Et plus le matériau est épais, plus la valeur augmente Conversion pour R: multiplier par 5.678

Plus en détail

Quand l état d esprit prime sur l action, la technique n est plus une contrainte et les résultats se rapprochent de ce que la nature peut créer

Quand l état d esprit prime sur l action, la technique n est plus une contrainte et les résultats se rapprochent de ce que la nature peut créer sourire partagé Quand l état d esprit prime sur l action, la technique n est plus une contrainte et les résultats se rapprochent de ce que la nature peut créer dimensionhumaine Chez Filigrane, nos prestations

Plus en détail

Méthodologie de conceptualisation BI

Méthodologie de conceptualisation BI Méthodologie de conceptualisation BI Business Intelligence (BI) La Business intelligence est un outil décisionnel incontournable à la gestion stratégique et quotidienne des entités. Il fournit de l information

Plus en détail