Table des matières. Cours de Giesen

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Table des matières. Cours de Giesen"

Transcription

1 Table des matières Introduction... 8 Pourquoi commencer par un cours de théorie internationale?...8 Questions importantes...9 Programme du cours Concepts Théories Perspectives Applications Intervenants extérieurs...10 Examens...10 Lecture obligatoire...10 A quoi sert la théorie? Trois objectifs Théoriser les relations internationales Caractéristiques les plus importantes des RI?...11 Contenu du cours Objectifs généraux ère partie : Les Concepts Introduction...12 Gouvernance : Relations internationales :...13 Les Acteurs Introduction...13 Les Acteurs : L'Etat Donc qu est-ce qu un Etat?...14 Combien d'etats? (Le nombre d'etats augmente)...14 Importation du modèle étatique et ses effets...15 La souveraineté, une fiction juridique Les ressources dont dispose cet acteur majeur qu'est l'etat...16 Le territoire La population Plus petits Etats La densité de la population Principes de droit international Problèmes...18 Organisation politique et économique Les matières premières...19 Le niveau technologique (matière grise)...19 Le capital...20 Autres Conclusions sur l'etat Classement en 3 catégories Déclin de l'etat...20 Paradoxe...21 Les Acteurs : Les organisations internationales

2 3 grands types d'organisation internationales : Le facteur hégémonique (d'un ou plusieurs Etats dans une organisation international)...22 Organisations qui ne sont pas internationales à proprement parler...23 Le G5 (devenu G7) Le mouvement des non-alignés...23 Le groupe des Le Commonwealth...23 Conclusion Les Acteurs : les organisations non gouvernementales Définition...25 Brève histoire des ONG...25 Schéma classique Niveau national Niveau international...26 Statut des ONG ONG : contre-diplomatie (contre les Etats) Deux principes opposés Les Acteurs : Les Firmes Multinationales Définition...28 Quelques chiffres Fonctionnement des multinationales Le fordisme Le toyotisme...28 Le Taylorisme...29 Commentaires Schéma...29 Les acteurs : les Fonds Spéculatifs...29 Définition...29 Les acteurs : Les Fonds Souverains...30 Les Acteurs : Les Fonds Vautours Définition...31 Wikipédia Fonctionnement...31 Les Acteurs : Les Agences de notations Trois acteurs (oligopole) : Les Acteurs : Les Autorités Privées Transnationales d'autorégulation...33 ISO HUGO ICANN Les Acteurs : Warlords et Milices Privées...33 Les Acteurs : les Réseaux Terroristes Transnationaux Deuxième partie : les Processus Les Processus : la Politique Etrangère...34 La diplomatie Définition Wikipédia...34 Définition du cours...34 Historique...34 Buts / fonctions

3 Les dimensions de la politique étrangère...35 La perception de la puissance de l autre Idée de la nation Idéologies Intérêts...36 Ratio entre les moyens et les ambitions Processus décisionnels Enchaînements peu visibles Les Processus : la Violence Organisée Perspective anthropologique...38 L homicide Violence organisée...39 La guerre fait beaucoup de mort mutations se sont opérées...39 La guerre sur le long terme...39 La guerre sur le court terme Les Processus : les Flux Economiques et Sociaux Introduction...40 Le commerce international En gros La migration...41 La politique monétaire...42 Introduction...42 En gros er moyen pour influencer les taux de change Le FOREX ème moyen pour influencer les taux de change...44 Les taux d intérêt Les mouvements de capitaux...44 Définition Wikipédia...44 Les décennies néolibérales...44 Conclusion L'histoire de l'euro...45 les critères de Maastricht...46 La dette Historique...47 Définition de la dette...47 Effet pervers Slide la part de la dette par rapport au PIB Dette globale types de capitaux...48 Autres remarques Slide répartition de la dette dans les pays pauvres...49 L'aide au développement...50 Wikipédia ème Partie : Les Théories Dominantes : L'idéalisme Introduction

4 Contexte : L'idée...51 Influence La thèse «projet de paix» ème tradition que les idéalistes et Kant partagent ème tradition que les idéalistes et Kant partagent :...52 Lien entre éthique politique et idéologie Méthodologie Multilatéralisme Le progrès Les réformes...53 Lien entre théorie et l'action...53 Conclusion Désillusion Les Théories dominantes : Le Réalisme...54 Historique...54 Principal «virage»...54 Pessimisme teinté de cynisme...55 Biographie de Morgenthau La graine est fertile...55 Power comme concept clé Influences...56 Autre influence majeure...56 Canalisation de la violence Manifeste du réalisme de Morgenthau...57 Rappel sur le courant dit «réaliste» : Concept clé réponses à ce que cela veut dire : (Normativité réaliste)...60 Le cas spécial du béhaviorisme Méthodologie Problème Conclusion en terme de sociologie de la production académique :...61 Conclusion Mick Les Théories Dominantes : Le Transnationalisme et la Théorie de l'interdépendance critiques du réalisme Contexte historique...64 La guerre du Vietnam...64 Mai Le tourisme de masse...64 La télévision...65 Immigration de masse L'économie...65 La pollution La grand crise pétrolière...66 Le GATT La fin du système monétaire de Bretton Woods La fin de la guerre froide

5 Montée en puissance du Tiers-Monde dans les années Système onusien...67 Les acteurs informels Les facteurs technologiques Intégrations régionales Conquête spatiale Conclusion Rappel Les Théories Dominantes : le Fonctionnalisme Effet d'entrainement (spin over) : Concepts clés : Multi-acteurs à plusieurs niveaux et interdépendance Erosion du pouvoir étatique Autonomie au détriment de la souveraineté...70 Développement, explications, exemples...70 Conclusion Les Théories Dominantes : le Néoréalisme et la Théorie des Régimes...72 Introduction...72 Les Théories Dominantes : le Néoréalisme...72 Bibliographie Contexte...72 Les bâtards néo-libéraux Kenenth Waltz et les 3 postulats de bases du néoréalisme er postulat ème postulat ème postulat Les origines du néo-réalisme La théorie des systèmes le structuralisme Les particularités du structuralisme de Waltz Anti-humanisme...74 Anti-historique Anti-empiriste Conclusion sur Waltz Robert Gilpin et la prise en compte de l'histoire...75 Robert Gilpin et la théorie des cycles hégémoniques L'érosion...76 Susan Strange...77 Les théories Dominantes : lien entre Néoréalisme et Théorie des Régimes...77 Le théorème de la stabilité hégémonique La stabilité du système à 2 superpuissances Théorie des régimes (néo-institutionnalisme)...78 Concepts clés...78 L'écart de puissance perçu comme bénéfique Conclusion Les Théories Marginales...80 Les Théories Marginales : le Marxisme-Léninisme

6 Introduction...80 Contexte...80 Les Théories Marginales : le Marxisme-léninisme Concepts de Marx Les forces productives Les rapports de productions Infrastructure et superstructure Il y a 5 types de rapports de force fondamentaux (historiquement)...83 Concernant les 3 premiers anciens modes de productions...83 Philosophie...84 Lois économiques marxiennes Conclusion sur Marx...85 Concepts de Lénine Apparition de monopole La capital financier Exportation de capitaux Associations internationale de capitalistes Répartition territoriale du monde Monopole de l'etat Conclusion sur Lénine La théorie de la dépendance...88 Introduction...88 Le schéma centre-périphérie Les autres auteurs néo-marxistes D'un côté, il y a une continuité avec la CEPAL De l'autre côté, il y a les discontinuités par rapport à la CEPAL...90 Conclusion sur la théorie de la dépendance...91 Le Néogramscianisme Introduction...92 Principaux théoriciens...92 Idée de base du livre Comment cela fonctionne? Comme le fascisme s'est instauré en Italie en 1922?...92 Les concepts clés chez Gramsci...93 Révolution passive Cox...93 L'école de Toronto...93 Stephen Gill et Kees van der Pijl...94 Le bloc historique transnational à partir des année Comment faire pour contrer l'hégémonie? Chez Cox...95 Chez Gill Chez Pijl...95 Conclusion Dans ces 3 modes de pensées, il y a des récurrences...95 La Théorie du Système-Monde Introduction...95 Le système-monde

7 1. la structure (du système) Eléments de la structure mai Les processus dans la structure L'histoire de la culture...98 Les cycles économiques (Cycles de Kondratieff)...98 Cycles hégémoniques géopolitiques Corrélation entre cycles économiques et géopolitiques...99 Les mouvement d ascenseur Le dernier cycle? Conclusion sur théories néomarxistes Critiques Avantages Les postmodernisme et féminisme L'origine commune : le perspectivisme Le postmodernisme Le Postmodernisme La deuxième génération (années 1980 et 1990) Le féminisme Care feminism Féminisme libérale Féminisme néomarxisant Conclusion Conclusion finale Les théories dominantes et marginales par périodes : Examens Conférence de Dario Batistella : Théoriser le Monde pour le Comprendre Précisions sur le titre A quoi bon toutes ces théories? Le réalisme Introduction Ressources L'économie Le libéralisme Le Constructivisme Le constructivisme soft : Conclusion Remarques de Giesen sur la présentation de Batistella

8 Le 23 février 2012 Mail du prof : web : Revue en ligne : Assistant : IL Y A DE TOUTE FAçON DES ERREURS TAS DE FéNéANTS! Z'AVEZ CAS ALLER AU COURS! INTRODUCTION Pourquoi commencer par un cours de théorie internationale? Pourquoi certaines régions sont plus intégrées que d'autres? Que signifie la crise de l'intégration? C'est une bonne idée de commencer par les théories car cela signifie généralisation et schéma d'interprétation. Nous somme assailli par l'information. Par ex Kant, qui était en contact avec des marins qui arrivaient dans le port de sa ville, était anticolonialiste. Il était au courant de beaucoup de choses, comme nous avec les médias. Nous avons ainsi développé des filtres, des schémas d'interprétation : qu'est ce qui est important et ne l'est pas? Il y a aussi des questions de jugement de valeurs. Ces schémas d'interprétations sont implicites. Ils ont été formé tout d'abord par l'éducation, par l'opinion publique (si on prend connaissance d'un fait qui se déroule en Afrique centrale alors qu'on est en Europe, c'est pas la même chose que si on vit en Afrique Orientale). Il y a aussi l'idéologie qui oriente nos interprétation. On a tendance à être orienté par les grands «isme» (liberalisme, socialisme etc..) Donc première fonction : la notion de filtre. De plus, à tout moment, on est confronté à ce qui se passe dans le monde. Donc, on l'interprète. En effet, on ne peut pas rester complètement indifférent à cela. Les amis et les discussions participent aussi à cela. Ainsi, la fonction de la théorie sert à réduire la complexité, surtout de manière internationale car nombre illimité de faits et d'évènements. Comment classifier les choses? La théorie sert à cela. Aussi à évaluer la pertinence de l'information (parfois totalement inventée). Les théories sont des schémas d'interprétation des événement donce autant les expliciter et les systématiser (nos propres intuitions). Et cela permet une chose absolument essentielle : remettre en question nos schémas d'interprétation. On effectue un travail sur soi-même, sur sa propre vision euro-centriste. Nous verrons qu'il y a des théories qui sont issue de ce qu'on appel le Tiers-monde. Ainsi, se remettre en question est important. En effet, se poser des questions sur nos opinions spontanées est le point de départ. Il y a un lien entre les théories explicatives et les théories qui jugent. Il y a toujours une dimension normative, qu'on le 8

9 veuille ou non. Il s'agit d'assumer cela en l'explicitant. Il y a donc un travail de remise en cause de ses propres intuitions. Le prof dit «c'est un cours de déstabilisation de nos certitudes et n'est pas un cours académique à proprement parler». Ce n'est pas un exercice a intérêt strictement académique mais nous permettra de relativiser certaines choses. D'où l'importance de fait Tabula rasa. Questions importantes Quels acteurs sont importants dans la politique internationale? Y en a t-il qui prennent de plus en plus d'importance? Concernant la rupture des années 89 et 90 (fin de la guerre froide) est ce que c'est un changement de système internationale ou un changement à l'intérieur du système international? (structures) Si on répond par l'une ou l'autre des réponse, cela change la théorie. Or, la théorie guide la recherche empirique. On voit donc bien l'enjeu : cela donne des orientations différentes. Cela dépend de la perspective théorique que l'on aborde. Théorie : cadre qui nous permet de déployer un certains nombres de concepts : cela nous guide. Système D n'est pas une bonne approche. J'appréhende un phénomène à partir d'une théorie. Cela me guide et me permet de choisir des instruments. Quand on a pas de cadre théorique préalable, on procède à l'aveugle. La théorie nous facilite la vie de ce point de vue là. Bien entendu, comme il s'agit de généralisation, c'est forcément réducteur car c'est sa fonction de réduire la réalité. Donc à double tranchant. Il y a 2 attitudes : forcer à faire coller la théorie dans le cadre empirique -> mauvaise attitude. L'autre attitude est de rester humble. Une théorie reste une théorie. De plus, concernant la fonction prédictive, la science sociale n'a pas le même statut que les sciences dures. On ne peut pas prévoir pour 2 raisons : 1. nous faisons nous même parti du monde observé, de la réalité observée. Il y a interaction et interférence. Ainsi, la dimension normative pause problème. La distanciation totale de l'observant n'est pas possible. 2. Nous n'avons pas de loi (comme la gravité par ex). Nous sommes dans la prospection, on dégage quelques tendances lourdes mais sans plus. Programme du cours 1.Concepts Quels sont les principaux mots que l'on utilise pour la TI? On commencera sur les acteurs. On verra que les mots sont dangereux. Nous verrons ensuite les mots sur les processus. 2.Théories 1.Théories dominantes : partagées par la majorité des chercheurs 2.Théories marginales : que peu de chercheur y adhèrent mais cela n'enlève en rien de leur pertinence. 9

10 3. Perspectives 1.Les approches francophones : approches qui divergent 2.Les approches germanophones : pareil. Les approches deviennent locales 4.Applications 1.La sécurité collective 2.l'économie politique. Intervenants extérieurs 29 mars, Guillaume Devin, prof à l'ied de Paris 10 mai, Dario Battistella, Luxembourg. Examens Durée : 4 heures Dissertation : 1 question à bien structuré. Pas de choix entre plusieurs questions. Juste une. Sans documentation. Ne pas recracher le cours. Réel effort de dissertation Lecture obligatoire Dario Battistella, «Théories des relations internationales», Paris : Presses de Sciences Po, 2009, 1ère et 2ème partie. Pour la suite, les objectifs etc., voir syllabus du cours. Que sont les relations internationales? Des relations entre nations; des interactions entre des Etats- Nations : 1. entre unités politiques ayant des territoires clairement délimités par des frontières 2. à l'extérieur de l'espace propre à l'exercice du pouvoir souverain Cela concerne des phénomènes et des acteurs transcendants les relations entre Etats-Nations souverains. Exemple : le réchauffement climatique en tant que phénomène transcendant les frontières. On voit donc que cela ne concerne pas que la diplomatie entre Etat, mais qu'au contraire, cela la dépasse largement. Exemple: un révolution dans un pays X menant à la redéfinition globale de la situation régionale, voire mondiale car les répercussions ne tiennent pas compte des frontières. Question: comment une théorie peut mettre à l'épreuve des phénomènes aussi variés que complexes? Comme la théorie peut être utilisée dans les relations internationales? A quoi sert la théorie? A construire un ensemble de connaissances de façon organisée, pour donner sens à des principes généraux d'action dans un domaine de la réalité. On parle de "organisé" par rapport à d'autres façons 10

11 de donner sens à la réalité. Ensuite, "domaine" indique un domaine spécifique de la réalité par rapport auquel elle peut être pertinente. Trois objectifs 1. Définir un objet 2. Identifier les acteurs 3. Donner sens à des pratiques Théoriser les relations internationales Comment théoriser les RI? Un "Babel de voix globales"? Un multitude de filtres colorés? La question est d'autant plus controversée par rapport à d'autres théories qu'on a à faire ici, non pas à un cadre précis, mais à des phénomènes traversant ces cadres; ces derniers étant non délimités a priori. Résultats: un pluralité des théories existantes à partir desquelles on aura un éclairage différent de la réalité. On retrouve donc une multitude d'approches concurrentes en RI. Les théories sont nécessaires pour donner sens aux phénomènes mais sont construites à partir de points de vues particuliers rendant la connaissance produite particulière. Tout est question de perspective; cette dernière tronque la réalité d'une certaine manière qui lui est spécifique et donnera un résultat spécifique. La perspective en science sociale: règles de production de la connaissance qui sont validées dans un contexte particulier. Caractéristiques les plus importantes des RI? Etat souverain comme principal acteur? Droit de l'homme précèdent le principe de la souveraineté étatique? Interdépendances globale déterminant les interactions entre Etats? Inégalités de développement socio-économique définissant la capacité d'exercice de la souveraineté? Rapports de genre conditionnant l'exercice de la puissance (perspective genre)? Il s'agit d'un échantillon des nombreuses controverses scientifiques et institutionnelles qui existent. Ces cinq points illustrent cinq manières différentes de construire l'objet des RI; ce dernier prenant la forme de cinq objets construits de façon sensiblement différentes. Exemple de la guerre en Irak: les explications les plus courantes pour justifier cette guerre. Menace stratégique (ADM, terrorisme, menace pour Israël,...)? Intérêts économiques ( pétrole, intérêts du clan Bush, lobby militaro-industriel,...)? Autres explications? On peut voir ici l'objectif même du cours: avoir une palette d'explications plus large que ce qui est habituellement servi dans les médias. Il s'agit de faire voir que: 1. L'objet est polymorphe 2. Les acteurs sont variés 3. Les pratiques hétérogènes Afin de rendre conscient des clivages entre une conception étroite restreinte (ex: diplomatie) ou une conception large (ex: avec inclusion des paramètres culturels, économiques,...). La vision large ne se limite pas à la diplomatie politico-stratégique, tandis que la vision ouverte est en contact avec d'autres disciplines (décloisonnement). On peut ainsi voir que la théorie des RI : 11

12 1. contient une pluralité d'approches théoriques 2. est caractérisée par l'étendues des thématiques abordées 3. est dotée d'une conception large et ouverte de la discipline Il ne s'agit donc ni d'une science objective et unifiée, ni d'une théorie générale, ni d'un contrôle effectif sur un objet retreint et clos. Contenu du cours Partie introductive sur les spécificité du champ d'étude; les grandes approches (théories (néo)réalistes, (néo)libérales, (néo)marxistes et le renouveau théorique contemporain; les thématiques (guerre, paix et sécurité; multilatéralisme, mondialisation et impérialisme); une partie conclusive (retour sur la discipline et la théorie des RI). Objectifs généraux Acquisition des connaissances de base du champ disciplinaire des relations internationales Compréhension et différenciation des principaux cadres conceptuels et thématiques des relations internationales Développement des capacités d analyse critique et de synthèse sur les grands enjeux de la scène internationale contemporaine. Introduction 1ÈRE PARTIE : LES CONCEPTS Il y a une part croissante de l international dans les activités humaines. On parle de mondialisation (qu il faut définir). Impression que le monde devient un village planétaire. Valéry, après la seconde guerre mondiale, écrit que c est un Monde fini. On connaît le monde entier. Toutes les populations sont en contact, peu importe leur régime. Ainsi un événement qui se déroule quelque part a des répercussions extrêmes et rapides quelque part d autre. Ex. le cas de Lehmann Brothers, subprimes crisis. Donc, on vit dans un monde de plus en plus déterminé par les relations internationales. Pour analyser tous ces enchaînements, il y a un vocabulaire assez peu rigoureux, qui ne rompt pas suffisamment avec le sens commun. Ce vocabulaire porte énormément la marque du discours médiatique. Il y aussi la marque du discours de l histoire diplomatique (qui n est plus qu une partie des relations internationales, mais qui a été l élément dominant pendant longtemps). Finalement, il y a aussi la marque du droit international public dont le discours influence le vocabulaire des RI. Donc il y a toutes sortes d interférences dans le vocabulaire conceptuel des RI. Toute l expansion des RI n a pas été accompagnée par la création d un vocabulaire spécifique. 12

13 Gouvernance : Ancien terme français pour parler de certains territoires, puis aux USA. Finalement pour parler des affaires du monde. Son sens a donc changé avec le temps, il faut donc s en méfier. Mais également, ils n ont pas le même sens dans une langue différente. Notamment pour gouvernance. Le mot régime également. Relations internationales : Terme du XVIIIème siècle, inventé par Bentham, il signifie «rapports entre les nations». Cela présuppose déjà une nation, l Etat-nation qui date de 1789 avec la révolution française. Cela suppose également qu on étudie les rapports uniquement entre Etats. A l époque de Bentham, les rapports se limitaient effectivement entre entité étatique. Relations internationales désigne à la fois un objet d étude et aussi la sous-discipline politologique qui l étudie. C est à la fois une discipline et son objet. On décrit à la fois les acteurs, les structures et à la fois les structures qu'ils observent. Les deux sont à la fois à la croisée de phénomènes très divers. Car les RI concernent la politique, de plus en plus l économie (qui prendraient le dessus sur les acteurs politiques), l histoire, la sociologie, le droit, la géographie. Cela accentue l impression de manque de rigueur conceptuelle. Donc, la question se pose de savoir ce qu est l objet spécifique des RI. Le thème central de la Science politique est le pouvoir. La question du pouvoir est la question du pourquoi. Pourquoi il y a une crise? Pour des raisons de structurations du pouvoir. Pourquoi il y a une famine, une dégradation de l environnement? Ceci est relié au pouvoir. Donc l essentiel des questions de RI se rapportent au pouvoir. (question du pourquoi, «recherche du mobile du crime») Introduction LES ACTEURS On entend par acteur toute entité sociale et structurée dont les actions transfrontalières affectent le comportement d autres acteurs sur le plan international, affecte la communication, la distribution des ressources et la définition des valeurs planétaires. On peut voir que le concept d opinion public internationale n est pas un acteur. Il ne s agit pas d une entité qui affecte la distribution des ressources par exemple. LES ACTEURS : L'ETAT L Etat est l acteur majeur du système. Pendant longtemps, il était le seul acteur reconnu (jusque dans les années 60) depuis Bentham, Kant, Hegel (sauf Marx). Donc, les RI étaient les relations interétatiques. R. Aaron disait que l Etat est incarné par le soldat et le diplomate. Les RI se caractérisent par la 13

14 défense et la politique étrangère. Les Etats sont à la fois identiques en tant qu institutions, formes juridiques reconnues par le droit international et les fonctions qui leur reviennent, mais aussi très différents en terme de forces et de ressources. Le nombre d Etats est inconnu, il y a des Etats comme le Kosovo dont on discute le statut. La Palestine est reconnue par l Unesco mais pas d autres entités. On peut dire environ 200. Chypres, il y a une république turque de Chypres reconnue uniquement par la Turquie. Donc un Etat en est un selon les définitions. A l inverse également, des pays ne sont pas membres des grandes entités supranationales. Le Vatican n est pas intégré à l ONU (qui compte 193 membres). Donc qu est-ce qu un Etat? Max Weber écrivait que l Etat est une entreprise politique de caractère institutionnel dont la direction administrative revendique avec succès, dans l application des règlements, le monopole de la violence légitime. Les sociétés traditionnelles ne sont donc pas forcément des Etats dans ce sens. Mais on a quand même depuis l antiquité des Etats (Athènes, Spartes etc.). Dans le processus de construction de l Etat, notamment dans la zone méditerranéenne, il faut souligner l importance des facteurs exogènes. Une société s institutionnalise sur des institutions fortes sous la pression, menace extérieure. C est aussi la menace extérieure qui est un facteur de modernisation, ceci au même titre que les crises économiques. Combien d'etats? (Le nombre d'etats augmente) Les premières fonctions de l Etat sont d abord militaires et économiques. Déjà à l antiquité avec Spartes notamment sur l aspect militaire. Au fil du temps, depuis le XVIIIème siècle, on constate une augmentation du nombre d Etat. Au XVIII on a très peu d Etat, en 1850 on a 44 Etats. En 1903 on a 51 Etats. Très peu d Etats indépendants en Afrique, l Ethiopie notamment. En Asie on en a 4 autonomes, le Siam, l Afghanistan, le Japon et la Chine. Par vague successive ça va changer, il y a une vague de session. Commence avec les USA, le Libéria en On a une lente montée en puissance jusqu à la première guerre mondiale. Par la suite on observe que les guerres sont des puissants facteurs de modifications du nombre d Etats. Soit par session soit par fusion. L Union Soviétique fusion après (pendant) la 1 ère guerre mondiale. Des Etats naissent et meurent souvent dans la violence. Certains Etats disparaissent momentanément, comme la Pologne qui disparaît 3 fois. Dans le sous-continent indien on a une vague de session. Pareil pour la Yougoslavie. La plus grande vague est durant la décolonisation des années 60, c est surtout un changement dans la profondeur. La structure de l ONU change puisque les nouveaux Etats sub-saharien principalement prennent la majorité. Ces nouveaux Etats apparaissent dans un monde dont les règles du jeux les précèdent. Comme l ONU, la charte de l OTAN etc. ils sont obligés de s y conformer et ces règles ne sont pas forcément en leur faveur. Par exemple, avec le FMI ou la banque mondiale ou la voie d un pays est pondéré par son apport en capital. Les USA ont 17% des voies alors que l ensemble des Etats africains ont environ 4%. Si on prend en considération qu il faut 85% des voies pour faire modifier des éléments alors que les USA ont 17% des voies, ils peuvent à eux seuls tout bloquer. Un Etat peut ne pas adhérer aux règles du jeu. Comme la Corée du Nord. On les appel Etats voyous. 14

15 Selon le traité de non prolifération, seuls 5 Etats ont le droit à la bombe atomique. L Inde refuse de signer alors qu elle l a, l Iran aussi. La Corée du Nord a signé le traité mais ne l a pas respecté. Israël, avec l aide de la France, s est dotée de l arme nucléaire. L Afrique du Sud, puis Mandela a décidé d y renoncer. Il y a donc des règles du jeu, et les Etats doivent s y conformer même s ils n ont pas participé à l élaboration de ces règles. Les Etats africains par exemple doivent s y conformer parce qu ils ont besoins des crédits du FMI ou de la BM. Toutes les règles du jeu ne sont pas écrites. L augmentation du nombre d Etats complexifie les problèmes de manière exponentielle. Car plus il y a d Etat, plus il y a d interaction entre les Etats. Importation du modèle étatique et ses effets Bertrand Badie dans «l Etat importé» nous dit qu avec la décolonisation, on a crée plus de problèmes qu on en a résolu. Les anciennes colonies n avaient pas d autres choix que d importer les appareils institutionnels européens dans des Etats qui étaient très différents. Ex : le Zaïre est très différent de la Belgique. Cela crée une dialectique. On a crée des élites. Les institutions importées ont fonctionné complètement différemment de leurs Etats d importations. Mais, même si sur le papier c est pareil, ce n est pas pareil dans la pratique. Un Etat n est pas l'égal d'un autre Etat. Le Léviathan est européen comme nous le dit Hobbes. Au Zaïre ce n est pas pareil. Ce sont des expériences particulières. Les décolonisations des années 60 se fondent sur une très grande diversité d Etats. Certains Etats vivent sur des flux financiers étrangers par exemple. Il faut également différencier les régimes politiques. Il est également difficile de différencier les Etats. La souveraineté, une fiction juridique 1648, traités de Westphalie, qui du point de vue du droit international public fondent l état souverain (on ne peut faire de l ingérence). 3 ans plus tard sort le «Léviathan» de Hobbes. Un monstre froid, une machine qui doit pacifier les rapports entre les individus. Mieux vaut avoir un monstre froid qu une guerre civile. On a des Etats qui sont souverains, un monstre froid règne à l intérieur des pays. Le traité de Westphalie s occupe de l extérieur. Evidemment, la souveraineté est une fiction juridique. De fait aucun Etat n est souverain. Il n est pas inattaquable. La souveraineté nationale est un principe de droit. En science politique, c est une question de degré. Certains Etats sont plus souverains que d autres. Certains sont trop pauvres pour être souverain. La souveraineté, garantie par les Nations Unies est donc un leurre. Ce qui compte c est l autonomie réelle, l autonomie d action. Certains Etats en disposent plus que d autres. Pour déterminer cela, un Etat détient plusieurs ressources. D abord il y a le territoire. L'Etat est le seul a exercer sa violence légitime sur un territoire. La taille varie entre Monaco et la Russie. Parfois il s agit de pays purement continentaux, n ayant pas accès à la mer (pose moins de problème commercial qu il y a un siècle). Parfois il s agit d archipel, difficile a défendre sur le plan militaire. 15

16 A chaque fois le comportement géopolitique est très différent. Une archipel n a pas le même comportement que la Suisse. Les USA est un Etat-continent avec des parties très éloignées ou la France avec les DOM-TOM. Les menaces extérieures comme facteurs de formation de l Etat se présentent différemment. Il y a également de plus en plus une menace écologique. Des Etats sont menacés par le climat. Malawi n est pas assez élevé, ni le Bangladesh. Les menaces extérieures ne sont donc pas que militaires ou économiques mais peuvent même être écologiques. Les litiges de territoires sont aussi des problèmes sources de vivent tensions. On a beaucoup de ce genre de tensions en Asie. Moins en Afrique puisqu après la décolonisation, les nouveaux Etats ont décrété que puisque tout était de toute manière artificiel, si on voulait retracer les frontières sinon la situation deviendrait encore bien pire. 1 mars 2012 Les ressources dont dispose cet acteur majeur qu'est l'etat Différentes ressources que l Etat peut mobiliser en fonction de ses acquis et de ses besoins. Chaque acteur a d autres ambitions. Le territoire En principe, il est fixe. Il y a bien entendu des contestations territoriales. Très souvent, les frontières coupent différentes communautés ethniques, et elles sont dispersées sur le territoire de plusieurs Etats. Par exemple, on ne touche pas aux frontières africaines bien qu'elles aient été crées totalement artificiellement et qu'elles sont extrêmement contestées. Ainsi, le territoire est plus ou moins fixe. Il détermine de prime à bord le comportement extérieur de l'etat car les menaces sont différentes d'un Etat à un autre (caractère insulaire, archipels, accès à la mer, Etat continental etc). Pour certains, il faut une marine conséquente. Un Etat continent peut se croire sanctuaire, inattaquable, comme les USA jusqu'en Les attentats furent un choc à la fois pour le gouvernement américain et pour l'imaginaire collectif du pays. Il y avait eu Pearl Harbor mais c'était à Hawaï. Cette fois, le territoire fut réellement attaqué. Il y a aussi des menaces écologiques, comme pour le Bangladesh qui risque de disparaître sous l'hypothèse de la montée des eaux ou encore les problèmes que rencontrent les Maldives. Il y a aussi des frontières en litige comme la République populaire de Chine et le Tibet, ou encore le Cachemire qui est séparé en trois pays (Inde, Pakistan et Chine), etc.. Les litiges se ravivent très souvent lorsque les matières premières sont découvertes (pensons au conflits des Malouines). Les cas de rachat de territoires : les USA ont acheté l'alaska pour 7 millions de dollars aux russes qui le regrettent bien maintenant car les ricains ont découvert du pétrole depuis. ll y a parfois aussi des échanges de territoire (entre la France et la Suisse, quelques parcelles ont déjà été échangées). La population C'est la deuxième grande ressource qui reste très diverse d'un pays à l'autre. La Chine et l'inde représente environ 25 % de la population mondiale. Ce qui est à la fois un handicap et une force. La 16

17 Chine, par ex, adopte une politique nataliste qui aura un impact négatif sur les retraites. On a des méga-etats et des micro-etats. Plus petits Etats Le Vatican : 1023 personnes Touvalu : Nauru : cas spécial à retenir : habitants. C'est un ile dans le pacifique sud. Problème écologique : le gouvernement de cet Etat a vendu une concession d'exploitation de la société minière à une société australienne privée pour un minéral qui se trouve sur cette île. Maintenant, il reste une zone côtière totalement inhabitable car exploitée par les australiens ce qui fait que ses habitants n'ont plus de ressources. Ainsi, l'essentiel de la population doit s'expatrier en Australie, cette dernière devant forcément les accueillir au vu des circonstances dont ils sont la cause principale. On sait rendu compte de ces conséquences beaucoup trop tard. On voit ici que la taille est importante. En effet, il et difficile de gouverner avec une élite numériquement faible) La densité de la population Monaco : passablement de réfugiés fiscaux Singapour : population extrêmement dense mais qui a aussi un style autoritaire pour gérer l espace à disposition. Bangladesh et Malte Pourquoi on s'intéresse à la densité en relation internationale? Pour les a-patries et donc les apatrides comme les palestiniens qui ne sont pas citoyens d'israel. A Dubaï, il y a énormément d'immigrés qui n'ont pas acquis la nationalité et forme un sous-prolétariat. En cas de crise et d'émeutes, cela peut créé des problèmes. Il y a aussi le problème des sans-papiers et des clandestins. L'Afrique est le pays qui accueillent le plus de réfugiés : Les Etats africains accueillent des réfugiés d'autres Etats africains. Problème : pas les moyens de les accueillir. Malheureusement, dans les médias en occident on passe cela sous silence. Ce sont des populations qui sont accueillies dans des conditions misérables par manque de moyens par les Etats qui les accueillent. Principes de droit international le droit des peuples de disposer d'eux même (Article 2, paragraphe 1 de la Charte des Nations Unies). Mais qu'est ce qu'un peuple? Est ce que c'est la langue, la religion ou des critères ethniques qui définissent un peuple? Ces problèmes font que l'onu est flexible quant à ces questions. Qui a le droit de faire parti du peuple? Par ex. les Tchétchènes ne disposent pas vraiment d'eux même. Mais est-ce lié à la construction sociale par clan, à la langue? Autre ex : le Sahara occidental depuis la marche verte : le Maroc a pris l'ensemble du territoire (processus de décolonisation) mais pas si simple que ça car certaines ethnies y voient une occupation du Maroc, avec l'onu impliquée. Chypre : dur de définir le peuple. Le cas de la Palestine aussi Pourquoi cette question du droit des peuples a disposé d'eux mêmes est importante? Car le monde d'aujourd'hui est construit sur le concept d'etat-nation, 2 choses qui sont censé coïncider. Or, dans les RI, ce n'est que peu le cas. Le concept d'etat-nation signifie à la fois une organisation et une population. Avec l'etat-nation, on a inventé le citoyen soldat, l'armée du citoyen, suite à la mobilisation de la 17

18 Révolution française. En temps que citoyen, on jouit de droits. Mais c'est donnant donnant, c'est pourquoi on a l'obligation de défendre sa nation en temps que citoyen, en contrepartie de nos droits fondamentaux. Tous les hommes devaient être soldats pour appartenir à une nation. Ceci à changé mais c'était universaliste avant. Donc, pour jouir du statu de citoyen, il faut être un soldat. Mais maintenant, c'est plus l'affaire de professionnels que des citoyens. Ces 2 principes ont été universalisés (Etat-Nation et citoyen soldat). Problèmes Mais ce qui se passe aujourd'hui c'est qu'il y a une véritable hégémonie d'une ethnie majoritaire qui écrase une autre, notamment en Chine, où l'etat-nation existe mais est dominé par les Hans. Les dominés sont aussi les tibétains. Doncl Etat-Nation chinois existe par une hégémonie interne qui a des répercussion externe, comme dans le cas du Tibet. Autre exemple : les touaregs franchisé par Al-Qaïda. Ce qui échappe aux études des sciences sociales, ce sont les population ni apatrides, ni réfugiées, ni clandestines, qui n entrent pas dans ce cadre-là: populations nomades. Les Touaregs, dans le Sahara, font l objet d une persécution, ce qui a pour conséquence une radicalisation de certaines tribus touaregs qui se sont affiliées à Al-Quaida. C est une population qui se déplace, et de par son mode de vie, ça rentre en conflit avec l adéquation entre population et territoire. En Europe : problème avec les Roms, population nomade. Il y a de véritable soulèvement des populations sédentaires contre les populations nomades (l'humanité était nomade au départ). La sédentarisation remonte à la révolution agricole. Le problème est que les Roms échappent à la sédentarisation westphalienne. Comment le peuple Roms peut disposer de lui-même alors qu'on lui impose la sédentarisation sur un territoire donné, c'est-à-dire le principe de la citoyenneté sur un territoire donné? Ce sont des conflits de fond qui irriguent les RI à leur base-même. Les population isolées sont aussi un autre cas spécial : les population isolées, qui ne souhaitent pas s'exposer à la «civilisation», en Afrique, en Amérique du Sud. Là encore, c'est le problème du droit à disposer d'eux mêmes. Organisation politique et économique Les impôts : pas d'impôt, pas d'etat. En effet, l'etat ne peut pas fonctionner sans l'impôt (taxe etc.) Deuxième choses concernant l'aspect de l'impôt : la mobilisation sociale. Il y a une étude qui montre une grand corrélation entre l'imposition et la mobilisation sociale. Tendanciellement, si on paie peu d'impôt, on s'implique moins en politique (il y a des exceptions). Lorsqu'on paie peu d'impôt, l'élite au pouvoir est protégées des individus citoyens car ces derniers se sentent moins concernés par la politique. Il y a des cas en Afrique subsaharienne où il y a pas d'impôts car il n y a rien à imposer. Tendanciellement, les Etats avec une imposition plus faible ont moins de corruption. Là où il n'y a pas d'impôts suffisant (les pays pauvres), l'aide au développement des pays du nord compense le manque à gagner. Ce n'est pas seulement un problème d'organisation si certain pays ne peuvent pas demander d'impôts mais certainement un problème économique : le salaire moyen de certains pays est si bas (Mauritanie 100 $) qu'on ne voit pas comment on pourrait demander l'impôt. Il y a des situations ou l'etat n'exerce pas son pouvoir sur l'ensemble de son territoire. Par exemple le Zaïre qui est immense (Kinshasa). La Colombie avec les FARCS et gouvernement mafieux. En Somalie, le gouvernement gouverne à peine sur Mogadiscio. A propos de cela, Jackson a publié «the Failed State». Il parle des Etats ou l'appareil d'etat est extrêmement faible. Ce qui a pour 18

19 conséquence qu'il ne peut pas faire face à ses obligations interne et externes. De plus, l'etat Providence n'a jamais existé dans les pays pauvres mais uniquement dans les Etats riches de l'occident (membres de l OCDE et certains pays avec une rente pétrolière). 1ère loi sociale : Bismarck. Le fordisme des années 50 et 60 fait que l'etat providence s'est imposé dans les pays du nord. Dans les autres, il n y a pas d'assurance vieillesse, etc.. Au delà des régimes politiques, il y a parfois 2 ou 3 gouvernements rivaux (Vichy, Madagascar etc) où une certaine partie de la population fait allégeance à un gouvernement et pas à l'autre. Le régime politique est important dans la mesure où un Etat démocratique se comporte différemment qu'une dictature sur l'échiquier internationale. C'est le principe de «Check&Balance». On voit que la Cour constitutionnel allemande a demandé que tout ce qui concerne la politique étrangère soit voté au Parlement. Il y a notamment le fameux paradigme de la paix démocratique ou «paix perpétuelle» de Kant («foedus pacificum»). L'idée est que là où il y a séparation des pouvoirs entre législatif et exécutif, la population qui en dernier ressort va choisir d'entrer en guerre, va chaque fois refuser d'entrer en guerre contre un Etat démocratique. Les démocraties ne se font pas la guerre. Doyle, un politologue américain, a prouver qu'elles ne font pas la guerre. En effet, la population va accepter cette souffrance qu'est la guerre que en cas d'attaque et si son indépendance (droit à disposer d'eux-même) est menacée. Toutes les guerres (une seule exception) selon une étude, ont eu lieu entre Etats non-républicains, soit entre démocratie et non-démocratie. Entre les USA et l Espagne est un cas limite, et constitue l exception. Les matières premières Ce sont des ressources que les Etats peuvent mobiliser sur la scène internationale. L'économie fonctionne depuis la Révolution industrielle sur les énergies fossiles telles que le charbon et le pétrole. Il y a des Etats rentiers qui vont devoir affronter des difficultés lorsque ces matières premières auront disparu. Le chiffre des réserves pétrolières de l Arabie Saoudite est un secret d Etat. Bois : ressource importante pour le Canada. Les métaux rares aussi sont importants pour les appareils électroniques etc.. L'or, les diamants sont importants. L'or est politiquement très importants. Régime monétaire dit de Breton-Woods : toutes les monnaies étaient liées à l'or. Or, l'extraction d'or est cher, Vu que l'afrique du Sud est le pays où il y a le plus d'or, le régime d'apartheid a pu se maintenir car la Suisse par exemple ne voulait pas ternir ses relations avec cet Etat raciste afin de profiter du taux de l'or. Actuellement et pour la première fois au monde, le système monétaire ne repose sur rien du tout (taux flottants). L'eau devient un enjeu géopolitique de grande importance mais il est difficile de qualifié l'eau de matière première. Le niveau technologique (matière grise) La technologie est très importante, surtout au niveau des RI, car elle détermine le niveau de productivité d un Etat. En Occident, on est entré dans une désindustrialisation. On bascule dans une société post-industrielle axée sur les services. On a délégué ces tâches aux Etats en périphérie. 70% de l agriculture suisse est subventionnée. 40% du budget de l UE est consacré à l agriculture, alors qu il s agit de 2-3% de la population. Le principe de sauver ces agricultures est uniquement une protection en cas de crise car cela nous permet de garder une indépendance alimentaire. Si un Etat dispose de savoir technologique élevé, il peut fabriquer des hautes technologies de défense et 19

20 d armements. Par ex., sans technologie, pas d arme nucléaire. L Inde est technologiquement très avancée malgré sa pauvreté. Mais l Inde a la bombe nucléaire depuis 74. L Inde a importé des technologies, comme des technologies nucléaires industrielle canadienne et ensuite se les approprie. Des Etats achètent et vendent des savoir faire nucléaire. Le Pakistan a vendu son savoir-faire nucléaire à la Corée du Nord et a entretenu des relations proches avec l Iran. Très important surtout en matière de RI car c'est le «savoir-faire» d'un Etat par rapport aux autres. Là où une machine peut remplacer 100 hommes, c'est good. Cela détermine le niveau de production d'un Etat. En Occident, on est en train de basculer vers une économie post-industrielle, (désindustrialisation) axée sur les services. On a délégué ces tâches aux Etats en périphérie. Il peut aussi développer des technologies de pointes niveau défense. Comment fabriquer une bombe, un missile. Ressource très importante. Beaucoup d'etat l'ont compris, comme l'inde, qui est très pauvre mais très avancée technologiquement. Ils ont toujours eu cette politique d'importer des produits et de les «indialiser», de les adapter aux besoins locaux. Certains Etats achètent ce savoir. Le Pakistan à vendu son savoir-faire nucléaire à la Corée du nord. Le capital L'argent. Il y a des Etats avec énormément d'investissement étrangers (Nestlé et Microsoft exportent du capital). Mouvements de capitaux qui font qu'un Etat attire plus ou moins de capitaux, produit plus ou moins de capitaux (Traité de Versailles : voler du capital, certains Etats se font piller). C'est une des raisons qui fait que certains Etats repoussent les investissements à cause de la corruption etc... Autres Kosovo : territoire sous protectorat de l'onu (zone grise) Autre cas spécial : Etat administré par un autre Etat. C'est le cas de 3 îles du pacifique sud, Tokelau, administrées par la Nouvelle-Zélande. Conclusions sur l'etat Il n'y a pas d'égalité entre les Etats. Un Etat faible peut seulement maximiser ses chances à l'intérieurs de l'etats. Il y a des contraintes et limites structurelles mais pas 100% déterminisme car il y a une certaine marge de manoeuvre. Ainsi, il vaut mieux éviter le mot de souveraineté mais plutôt utiliser le terme de possibilités d'action. L'autonomie d'action est un combat permanent. Classement en 3 catégories Les super-puissances : historiquement, on avait les 2 Grands (Est-Ouest). Today : juste les USA. Les puissances régionales : Inde, Brésil, Afrique du Sud.. Puissance dont le principale préoccupation est de faire régner un ordre régionale. Puis, il y a les autres... Merci Florent ;) Déclin de l'etat Suivant les théories, on a des divergences. D'autres disent que d'autres acteurs peuvent monter en puissance, parfois c'est les Etats qui montent en puissance. Ce n'est pas un jeu à somme nulle. Est- 20

Introduction générale. La naissance et l évolution des institutions internationales. Partie I. L Etat

Introduction générale. La naissance et l évolution des institutions internationales. Partie I. L Etat LICENCE II. MENTION SOCIOLOGIE POLITIQUE LICENCE III. MENTION ADMINISTRATION ECONOMIQUE ET SOCIALE - OPTION ECHANGES INTERNATIONAUX PREMIER SEMESTRE 2011-2012 INSTITUTIONS INTERNATIONALES COURS DE MME

Plus en détail

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT Histoire LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 HISTOIRE La gouvernance économique mondiale depuis 1944 LEAGUE OF NATIONS 1919 : création de la Société des

Plus en détail

PROGRAMME SECRETAIRE DES AFFAIRES ETRANGERES (cadre général) ANNEXE I CULTURE GENERALE

PROGRAMME SECRETAIRE DES AFFAIRES ETRANGERES (cadre général) ANNEXE I CULTURE GENERALE PROGRAMME SECRETAIRE DES AFFAIRES ETRANGERES (cadre général) ANNEXE I CULTURE GENERALE L évolution générale politique, économique et sociale du monde et le mouvement des idées depuis le milieu du XVIII

Plus en détail

I - DE LA SUPERPUISSANCE A L HYPERPUISSANCE

I - DE LA SUPERPUISSANCE A L HYPERPUISSANCE Problématique : Quelles sont, en Amérique, les différentes sphères d'influence des États- Unis? Comment les États-Unis parviennent-ils à organiser la mondialisation à leur profit? I - DE LA SUPERPUISSANCE

Plus en détail

TS GEOGRAPHIE. Chapitre 1 : Clés de lecture géographiques pour un monde complexe

TS GEOGRAPHIE. Chapitre 1 : Clés de lecture géographiques pour un monde complexe TS GEOGRAPHIE Chapitre 1 : Clés de lecture géographiques pour un monde complexe Le monde actuel est complexe et en perpétuelle évolution : - Depuis la fin de la guerre froide (1991), fin de l antagonisme

Plus en détail

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 Pages 38 à 41. Pourquoi on a fait l'euro. Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 - situe en 1970 le projet de créer une monnaie unique au sein de la Communauté économique européenne

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Déclaration sur le droit au développement

Déclaration sur le droit au développement Déclaration sur le droit au développement Adoptée par l'assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 41/128 du 4 décembre 1986 L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de

Plus en détail

41/128 Déclaration sur le droit au développement

41/128 Déclaration sur le droit au développement 41/128 Déclaration sur le droit au développement L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de la Charte des Nations Unies relatifs à la réalisation de la coopération internationale en

Plus en détail

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Modèles ricardien et HOS ont des points communs mais sont assez spécifiques: avantages comparatifs fondés sur: - différences

Plus en détail

CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE GÉNÉRAL) NATURE DES ÉPREUVES

CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE GÉNÉRAL) NATURE DES ÉPREUVES CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE GÉNÉRAL) NATURE DES ÉPREUVES Les épreuves écrites et orales des concours externe et interne pour l accès à l emploi de secrétaire des affaires étrangères

Plus en détail

ÉCONOMIE THÈME 3: MONDIALISATION, FINANCE INTERNATIONALE ET INTÉGRATION EUROPÉENNE

ÉCONOMIE THÈME 3: MONDIALISATION, FINANCE INTERNATIONALE ET INTÉGRATION EUROPÉENNE ÉCONOMIE THÈME 3: MONDIALISATION, FINANCE INTERNATIONALE ET INTÉGRATION EUROPÉENNE Partie 3: Quelle est la place de l'union Européenne dans l'économie globale? Être capable de définir Notions à acquérir

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014 Réunion du Conseil au niveau des Ministres Paris, 6-7 mai 2014 DÉCLARATION RELATIVE À L ÉCHANGE AUTOMATIQUE DE RENSEIGNEMENTS EN MATIÈRE FISCALE Adoptée le 6 mai 2014 Déclaration relative à l Échange automatique

Plus en détail

Thème 1 : Clé de lecture d'un monde complexe. Chapitre 1 : Des cartes pour comprendre le monde

Thème 1 : Clé de lecture d'un monde complexe. Chapitre 1 : Des cartes pour comprendre le monde Thème 1 : Clé de lecture d'un monde complexe Chapitre 1 : Des cartes pour comprendre le monde Les premières cartes sont celles de navigation de la mer Méditerranée, elles sont très approximatives car la

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS

DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS H3.Thème 2. DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS Comment les colonies accèdent-elles à l indépendance? A quelles difficultés ces nouveaux Etats sont-ils confrontés? Frise p 111. Les différentes

Plus en détail

BAC PROFESSIONNEL SESSION 2012 CORRECTION DE L EPREUVE E1 HISTOIRE- GEOGRAPHIE

BAC PROFESSIONNEL SESSION 2012 CORRECTION DE L EPREUVE E1 HISTOIRE- GEOGRAPHIE BAC PROFESSIONNEL SESSION 2012 CORRECTION DE L EPREUVE E1 HISTOIRE- GEOGRAPHIE Ce corrigé a été réalisé dans les conditions de l examen en dehors du temps de mise en page. Il vous permet de vous situer

Plus en détail

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé Livre blanc 2006 sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr Résumé I. La politique de sécurité de l Allemagne Douze années se sont écoulées depuis la publication du dernier

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Liste des auteurs... Sommaire... Liste des principales abréviations... Avant-propos... I. LES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE

TABLE DES MATIÈRES. Liste des auteurs... Sommaire... Liste des principales abréviations... Avant-propos... I. LES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE TABLE DES MATIÈRES Liste des auteurs................................................... Sommaire........................................................... Liste des principales abréviations...................................

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Chapitre IV : La création monétaire

Chapitre IV : La création monétaire Chapitre IV : La création monétaire I. La hausse tendencielle de la masse monétaire hausse tendencielle = augmentation en moyenne Historiquement, il y a eu des contextes où la masse monétaire a pu décroitre

Plus en détail

Comment vit-on dans les marges de l Empire? Stéphane Paquin, Ph.D Professeur agrégé École de politique appliquée

Comment vit-on dans les marges de l Empire? Stéphane Paquin, Ph.D Professeur agrégé École de politique appliquée Comment vit-on dans les marges de l Empire? Stéphane Paquin, Ph.D Professeur agrégé École de politique appliquée Hégémonie américaine Hyperpuissance Puissance relationnelle Kindleberger, Gilpin, Krasner,

Plus en détail

Quelle est l évolution du paysage politique du monde depuis 1945? Comment est-on passé d un monde bipolaire à un monde multipolaire?

Quelle est l évolution du paysage politique du monde depuis 1945? Comment est-on passé d un monde bipolaire à un monde multipolaire? LES RELATIONS INTERNATIONALES DE 1945 à nos JOURS p126 à 157 Quelle est l évolution du paysage politique du monde depuis 1945? Comment est-on passé d un monde bipolaire à un monde multipolaire? I- LES

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Baccalauréat général Série S Histoire - géographie Ressources pour le lycée général et technologique MEN / DGESCO - IGEN février 2014 http://eduscol.education.fr Nouvelle épreuve à compter de la

Plus en détail

DANIEL COHEN : LA MONDIALISATION

DANIEL COHEN : LA MONDIALISATION LES GRANDS ENTRETIENS DANIEL COHEN : LA MONDIALISATION SÉQUENCE 5 La mondialisation : quelles régulations? lesite.tv, 2004 Daniel Cohen est professeur de sciences économiques à l Ecole Normale Supérieure

Plus en détail

La France et l Union européenne : influence mondiale, puissance incomplète

La France et l Union européenne : influence mondiale, puissance incomplète La France et l Union européenne : influence mondiale, puissance incomplète Capacités Localiser et situer : - le territoire français ultramarin sur un planisphère - les principaux espaces de la francophonie

Plus en détail

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info Ce domaine concerne les règles les finances (l argent) de l Etat. Ce n est pas un domaine facile à comprendre mais il est indispensable de faire un effort pour en saisir l essentiel même de façon sommaire.

Plus en détail

CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE GÉNÉRAL) NATURE DES ÉPREUVES

CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE GÉNÉRAL) NATURE DES ÉPREUVES CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE GÉNÉRAL) NATURE DES ÉPREUVES Les épreuves écrites d admissibilité des concours externe et interne pour l accès à l emploi de secrétaire des affaires

Plus en détail

Les relations entre le Canada/Québec et l'asean

Les relations entre le Canada/Québec et l'asean Les relations entre le Canada/Québec et l'asean Coffi Dieudonné ASSOUVI Vincent GAGNON-LEFEBVRE Josée-Anne LABRIE Victor SANCHEZ-LOPEZ ETI-7013 Séminaire pluridisciplinaire sur l Asie Plan de la présentation

Plus en détail

Les questions qui font peur. Les solutions pour agir durablement. Jacques Loyat

Les questions qui font peur. Les solutions pour agir durablement. Jacques Loyat ,/f wí (t ICQ Agricultures du monde Les questions qui font peur Les solutions pour agir durablement Jacques Loyat L I gjwjjmimiii III Sommaire INTRODUCTION 1. LA QUESTION ACRICOLE AUJOURD'HUI i Agricultures

Plus en détail

Situation 2 : Le Brésil dans la Mondialisation. Page 1

Situation 2 : Le Brésil dans la Mondialisation. Page 1 Situation 2 : Le Brésil dans la Mondialisation Page 1 Documents de lancement Source : http://www.telleestmatele.com/article-36865965.html Page 2 Rio de Janeiro 2016 Page 3 Activité élèves : (analyses de

Plus en détail

AUX MÉTIERS DE LA DIPLOMATIE ET DES AFFAIRES INTERNATIONALES

AUX MÉTIERS DE LA DIPLOMATIE ET DES AFFAIRES INTERNATIONALES ACADEMIE DIPLOMATIQUE INTERNATIONALE en partenariat avec PROJET DE FORMATION AUX MÉTIERS DE LA DIPLOMATIE ET DES AFFAIRES INTERNATIONALES destiné aux diplomates originaires des pays membres de l OIF Septembre

Plus en détail

Académie Ibn Sina. Au fil du temps. Date : 12/12/2013. Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari

Académie Ibn Sina. Au fil du temps. Date : 12/12/2013. Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari Académie Ibn Sina Au fil du temps Date : 12/12/2013 Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari Table des matières De 1905 à 1960... 1 Le changement... 1 Les causes de ce changement... 1 Les conséquences de ce

Plus en détail

IMMIGRATION, GESTION DES FRONTIERES ET

IMMIGRATION, GESTION DES FRONTIERES ET ART. 18 CHARTE DES DROITS FONDAMENTAUX DIRECTIVE RETOUR COMMISSION PARLEMENTAIRE LIBE FRONTEX DUBLIN II POLITIQUE D ASILE ELSJ SCHENGEN www.europarl.fr version décembre 2012 graphisme : atelier JBBOX EURODAC

Plus en détail

Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux

Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Allocution de Darren Hannah Vice-président intérimaire, Politiques et opérations

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

2 ème session : Stratégie des acteurs : adaptations ou profondes mutations?

2 ème session : Stratégie des acteurs : adaptations ou profondes mutations? 2 ème session : Stratégie des acteurs : adaptations ou profondes mutations? 2.1 - Mutations dans l économie mondiale Michel FOUQUIN (CEPII) «La crise économique qui touche la France et l ensemble du monde

Plus en détail

Cartographie des moyens d existence dans les zones rurales. Cartographie de la pauvreté, de l eau et de l agriculture en Afrique subsaharienne

Cartographie des moyens d existence dans les zones rurales. Cartographie de la pauvreté, de l eau et de l agriculture en Afrique subsaharienne Figure 5 Répartition de la pauvreté rurale en Afrique subsaharienne Pauvreté rurale personnes/km 2 aucune donnée < 5 5-10 10-25 25-50 50-75 > 75 Frontières nationales Rivières Formations aquatiques Cartographie

Plus en détail

Partie 2 Thème 2 Les puissances émergentes

Partie 2 Thème 2 Les puissances émergentes Partie 2 Thème 2 Les puissances émergentes La notion de puissance émergente n'a pas de définition précise. Elle est forgée dans les années 80 pour décrire le phénomène d'entrée progressive sur la scène

Plus en détail

Baccalauréat Technologique. Session 2014-2015. Histoire- Géographie. Série : STMG

Baccalauréat Technologique. Session 2014-2015. Histoire- Géographie. Série : STMG Baccalauréat Technologique Devoir Commun Session 2014-2015 ***** Histoire- Géographie Série : STMG Durée : 2h30 Coefficient : 2 Les calculatrices ne sont pas autorisées Le candidat doit répondre à toutes

Plus en détail

Caractéristiques des ménages immigrés

Caractéristiques des ménages immigrés Les indicateurs de l intégration des immigrés 2015 Trouver ses marques OCDE/Union européenne 2015 Chapitre 4 Caractéristiques des ménages immigrés La structure du ménage et de la famille est déterminante

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission - 53 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution, Vu la proposition de règlement du Conseil confiant à la Banque centrale européenne

Plus en détail

Le terrorisme et les groups de criminalité organisée présentent tous deux des menaces sérieuses pour la sécurité nationale et globale.

Le terrorisme et les groups de criminalité organisée présentent tous deux des menaces sérieuses pour la sécurité nationale et globale. Strasbourg, 2 mai 2014 CODEXTER (2014) 5 COMITE D EXPERTS SUR LE TERRORISME (CODEXTER) COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE TERRORISME ET LE CRIME ORGANISE

Plus en détail

LES RELATIONS INTERNATIONALES (1945-1991) LES DEUX GRANDS

LES RELATIONS INTERNATIONALES (1945-1991) LES DEUX GRANDS LES RELATIONS INTERNATIONALES (1945-1991) LES DEUX GRANDS HTTP://WWW.BASELYNE.NET A AFFRONTEMENT DES DEUX BLOCS Les 2 blocs et les grandes crises, 1960-1975 Explosions ou premiers engins opérationnels

Plus en détail

Unité 5: L Inde, l Égypte et l Afrique du Sud

Unité 5: L Inde, l Égypte et l Afrique du Sud Unité 5: L Inde, l Égypte et l Afrique du Sud 5.1.1 Définir : autodétermination, colonialisme, loi sur l indépendance de l Inde, apartheid, Congrès national africain. (c) Autodétermination: La détermination

Plus en détail

http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr Situation générale

http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr Situation générale Chypre Géographie Situation générale Chypre est appelée officiellement la République de Chypre et est un pays insulaire eurasien situé au milieu de la mer Méditerranée orientale. Chypre se trouve au sud

Plus en détail

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales Ministère de la modernisation des secteurs publics Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Ecole Nationale d Administration Fondation Hanns Seidel Original :

Plus en détail

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change I- Introduction générale: 1 -La montée de l instabilité des taux de change. 2- L'instabilité du SMI au cours du 20 ème siècle. 1 - Illustration sur

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

CNUCED Événement spécial OILGASMINE 15-16 octobre 2014 Palais des Nations, Genève

CNUCED Événement spécial OILGASMINE 15-16 octobre 2014 Palais des Nations, Genève CNUCED Événement spécial OILGASMINE 15-16 octobre 2014 Palais des Nations, Genève EXPERIENCE DU NIGER DANS L ORGANISATION DE LA CONFERENCE OILGASMINE M. Boubacar Nalado IDI Directeur de l étude et de l

Plus en détail

WS26 La protection des salariés

WS26 La protection des salariés WS26 La protection des salariés Session 1 La vision chinoise Les populations de travailleurs migrants/paysans s étant déplacées dans les villes pour travailler ont des droits très réduits. Comme ils n

Plus en détail

Répartition des actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Répartition des actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Répartition des actifs des fonds de pension et

Plus en détail

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil:

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil: 1. L E C O N S E I L D A D M I N I S T R A T I O N E T S E S F O N C T I O N S 1er janvier 1996, suite à l adoption de résolutions parallèles par l Assemblée générale des Nations Unies et la Conférence

Plus en détail

RÉSEAU MONDIAL D INFORMATIONS EN LIGNE EN

RÉSEAU MONDIAL D INFORMATIONS EN LIGNE EN RÉSEAU MONDIAL D INFORMATIONS EN LIGNE EN DIVISION DE L 'ÉCONOMIE ET DE L' ADMINISTRATION PUBLIQUES DES NATIONS UNIES - DÉPARTEMENT DE S AFFAIRES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES OMMENT DÉFINIR LE RÉSEAU? Le Réseau

Plus en détail

PROFIL : COMMUNAUTÉ ÉCONOMIQUE DES ÉTATS D AFRIQUE CENTRALE (CEEAC)

PROFIL : COMMUNAUTÉ ÉCONOMIQUE DES ÉTATS D AFRIQUE CENTRALE (CEEAC) PROFIL : COMMUNAUTÉ ÉCONOMIQUE DES ÉTATS D AFRIQUE CENTRALE (CEEAC) 1. ADRESSE : CEEAC : +241-44 47 31 BP 2112 Fax:+241-44 47 32 Libreville Gabon Email: ceeac.orgsr@inet.ga Website : www.ceeac-eccas.org

Plus en détail

L'énergie éolienne permet-elle d'assurer un développement énergétique durable pour le Canada?

L'énergie éolienne permet-elle d'assurer un développement énergétique durable pour le Canada? L'énergie éolienne permet-elle d'assurer un développement énergétique durable pour le Canada? Aperçu de la leçon L'élève doit répondre à la question problème : «L'énergie éolienne permet-elle d'assurer

Plus en détail

Couverture des régimes de retraite privés

Couverture des régimes de retraite privés Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Couverture des régimes de retraite privés Merci

Plus en détail

Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg. Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement. Note d information

Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg. Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement. Note d information Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement Note d information Luxembourg, 11 décembre 2015 L année européenne du développement

Plus en détail

Désignation d organismes intergouvernementaux aux fins de l article 76 du Règlement intérieur du Conseil

Désignation d organismes intergouvernementaux aux fins de l article 76 du Règlement intérieur du Conseil Nations Unies Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. restreinte 16 avril 2013 Français Original: anglais TD/B/EX(57)/R.4 Conseil du commerce et du développement Cinquante-septième

Plus en détail

Nobody s Unpredictable

Nobody s Unpredictable Connaissance qu a le public de la Banque du Canada (Comparaison des résultats de l enquête téléphonique et de l enquête en ligne) Enquête de décembre 2010 commandée par la Banque du Canada Nobody s Unpredictable

Plus en détail

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Conférence introductive InEE CNRS Paris, 4 avril 2012 Laurence Tubiana Institut du Développement Durable et des Relations Internationales

Plus en détail

Problématique des politiques publiques au Bénin: défis et perspectives. Richard Georges SINSIN

Problématique des politiques publiques au Bénin: défis et perspectives. Richard Georges SINSIN Problématique des politiques publiques au Bénin: défis et perspectives Richard Georges SINSIN 1 Objectifs de la présentation Permettre aux participants : de mieux comprendre les politiques publiques mises

Plus en détail

L'Etat profond américain

L'Etat profond américain Peter Dale SCOTT L État profond américain - La finance, le pétrole, et la guerre perpétuelle Traduit de l américain par Maxime Chaix Éditions Demi-Lune Collection Résistances L'Etat profond américain www.editionsdemilune.com

Plus en détail

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange 5 6 avril 2004 Compte Rendu La conférence s est tenue le 5 et 6 avril 2004 à Doha. Elle a été inaugurée par S.E. Royale Sheikh/ Hamad

Plus en détail

FICHE RESSOURCES = L' ESSENTIEL Cycle 4 troisième. La sécurité et la défense

FICHE RESSOURCES = L' ESSENTIEL Cycle 4 troisième. La sécurité et la défense FICHE RESSOURCES = L' ESSENTIEL Cycle 4 troisième La sécurité et la défense La sensibilité : soi et les autres Objectifs de formation : Identifier et exprimer en les régulant ses émotions et ses sentiments

Plus en détail

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE FIN-INTER-01 LE CONTEXTE Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 2 heures Objectifs : Positionner le domaine de la finance internationale dans son contexte. Pré requis : Néant. Modalités

Plus en détail

Pour les titulaires d un autre Programme de Bachelier de l UCL

Pour les titulaires d un autre Programme de Bachelier de l UCL Masters en Sciences politiques - 6 - Pour les titulaires d un autre Programme de Bachelier de l UCL Programme(s) de Bachelier Mineure Prérequis Accès direct moyennant Mineure Mineure et Prérequis Bachelier

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

Défis planétaires et «Développement humain durable»

Défis planétaires et «Développement humain durable» Défis planétaires et «Développement humain durable» Etat des lieux Misère du «SUD» Crise économique mondiale Crise énergétique Réchauffement climatique Misère du «Sud» La moitié de la population mondiale

Plus en détail

ACCES AUX MARCHES ETRANGERS Sem 9 M. Poncet

ACCES AUX MARCHES ETRANGERS Sem 9 M. Poncet Internationalisation de l entreprise Sommaire 1. L environnement des échanges 2. Les stratégies d internationalisation 3. Les étapes stratégiques de l internationalisation 4. La formulation des stratégies

Plus en détail

Commission nationale suisse Justice et Paix Prise de position sur l initiative pour l interdiction d exporter du matériel de guerre

Commission nationale suisse Justice et Paix Prise de position sur l initiative pour l interdiction d exporter du matériel de guerre «Ils briseront leurs épées pour en faire des socs et leurs lances pour en faire des serpes. On ne lèvera plus l'épée nation contre nation, on n'apprendra plus à faire la guerre» Isaïe 2,4 Commission nationale

Plus en détail

WT54 La gestion des sols et politiques foncières

WT54 La gestion des sols et politiques foncières Session 1 La vision chinoise Différence fondamentale entre foncier urbain (propriété de l Etat, pouvant être soumis aux lois du marché) et foncier rural (de propriété collective, sur lequel les paysans

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

Introduction. I. Définitions. II. Diplomatie et politique étrangère

Introduction. I. Définitions. II. Diplomatie et politique étrangère Introduction Un diplomate est une personne qui réfléchit à deux fois avant de ne rien dire. F. Sawyer Qu est-ce que la diplomatie? Qu est-ce qu un diplomate? Que fait un ambassadeur? À quoi sert-il? Beaucoup

Plus en détail

COMPRENDRE LES ENJEUX DE LA VISITE DU PAPE FRANÇOIS EN AMÉRIQUE

COMPRENDRE LES ENJEUX DE LA VISITE DU PAPE FRANÇOIS EN AMÉRIQUE OBSERVATOIRE GÉOPOLITIQUE DU RELIGIEUX COMPRENDRE LES ENJEUX DE LA VISITE DU PAPE FRANÇOIS EN AMÉRIQUE PAR FRANÇOIS MABILLE Professeur de Sciences politiques au sein de la Faculté Libre de Droit septembre

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Selon ce sondage en ligne mené à l échelle nationale du 10 au 23 septembre 2014 :

Selon ce sondage en ligne mené à l échelle nationale du 10 au 23 septembre 2014 : SOMMAIRE À LA DIRECTION Dans un nouveau sondage mené à l échelle nationale auprès de 3 000 Canadiens par Greenberg Quinlan Rosner Canada pour le compte de l Institut Broadbent, on a posé des questions

Plus en détail

Thème 1 : Croissance économique et mondialisation

Thème 1 : Croissance économique et mondialisation Thème 1 : Croissance économique et mondialisation Introduction : Etats-Unis Royaume-Uni France Allemagne Japon 500 450 400 350 300 250 200 150 100 50 0 1820 1850 1870 1890 1910 Document 1 : Croissance

Plus en détail

Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion

Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion Adoptés par la Délégation des Commissions de gestion le 16 novembre 2005, soumis pour information aux Commissions de gestion le 20 janvier

Plus en détail

LA MONDIALISATION EST-ELLE UN FACTEUR DE PAIX?

LA MONDIALISATION EST-ELLE UN FACTEUR DE PAIX? LA MONDIALISATION EST-ELLE UN FACTEUR DE PAIX? 14 avril 2008 Philippe Martin Université de Paris 1, Centre d Economie de la Sorbonne Thierry Mayer Université de Paris 1, Centre d Economie de la Sorbonne

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles I. Questions à traiter 1. Pour quelles raisons le modèle de grande banque universelle est-il aujourd hui contesté? Le modèle de

Plus en détail

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Nations Unies S/RES/1306 (2000) Conseil de sécurité Distr. générale 5 juillet 2000 Résolution 1306 (2000) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Les parlementaires africains Reconnaissant que les parlements

Plus en détail

CONCOURS APRÈS CLASSES PRÉPARATOIRES. Sujets de l'épreuve orale d'analyse Économique et Historique des Sociétés Contemporaines d ESCP Europe

CONCOURS APRÈS CLASSES PRÉPARATOIRES. Sujets de l'épreuve orale d'analyse Économique et Historique des Sociétés Contemporaines d ESCP Europe CONCOURS APRÈS CLASSES PRÉPARATOIRES Sujets de l'épreuve orale d'analyse Économique et Historique des Sociétés Contemporaines d ESCP Europe 2009 SUJET 1 Le rôle de l information dans le fonctionnement

Plus en détail

UE 5 - ECONOMIE. Niveau L : 210 heures 18 ECTS. 2. L économie de marché : son fonctionnement et ses imperfections (70 heures) Avril 2006 1

UE 5 - ECONOMIE. Niveau L : 210 heures 18 ECTS. 2. L économie de marché : son fonctionnement et ses imperfections (70 heures) Avril 2006 1 UE 5 - ECONOMIE Niveau L : 210 heures 18 ECTS Thèmes Sens et portée de l'étude Notions et contenus 1. Grands courants de pensée et principaux faits économiques et sociaux (35 heures) 1.1 Histoire des faits

Plus en détail

LES DÉFIS DE L EXPANSION

LES DÉFIS DE L EXPANSION LES DÉFIS DE L EXPANSION DU MONDE 49 e ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES ÉLEVEURS DE PORCS DU QUÉBEC JEAN-LOUIS ROY, 28 MAI 2015 L ESPACE AGRICOLE GLOBAL JEAN-LOUIS ROY, MAI 2015 Tous les pays du monde 1,35 milliards

Plus en détail

Des constats, des chiffres, des commentaires

Des constats, des chiffres, des commentaires Atelier de réflexion stratégique et de proposition d actions Thème : Les financements solidaires pour l eau et l assainissement : L EUROPE PARTAGE SES SOLUTIONS Des constats, des chiffres, des commentaires

Plus en détail

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2012 Français Original: anglais A/HRC/FMI/2012/2 Conseil des droits de l homme Forum sur les questions relatives aux minorités Cinquième session

Plus en détail

Le commerce international

Le commerce international Management international Le commerce international Exposé Réalisé Par : Encadré Par : 1 Plan Introduction I. Définition de commerce international II. Les théories du commerce international III. Les effets

Plus en détail

«Questions d Europe»

«Questions d Europe» Compte rendu de la conférence d Alain Juppé du 28.03 à Sciences Po. «Questions d Europe» Introduction : Le budget pluriannuel européen est en baisse par la cause de compromis nationalistes. Le Parlement

Plus en détail

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface C O F A C E 9 novembre 2000 Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface Le commerce interentreprise s est considérablement développé

Plus en détail

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg Bienvenue Procure.ch Jeudi 26 avril 2012 Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch 1 ère question (thème) C est grave docteur? Les principaux indicateurs économiques En préambule.. Qu est-ce qu un

Plus en détail

ALLOCUTION D'ALAIN ANQUETIL

ALLOCUTION D'ALAIN ANQUETIL ALLOCUTION D'ALAIN ANQUETIL À L OCCASION DE LA REMISE DE SON TROPHEE DE L ENSEIGNEMENT DE L ÉTHIQUE LE 17 JUIN 2010 AU CNAM, PARIS Je tiens d'abord à vous dire combien je suis ravi et fier d'être le lauréat

Plus en détail

(Dakar, du 18 au 21 avril 2005) LA PLACE DE LA STATISTIQUE DANS LES ACTIVITES DE LA BCEAO : PRODUCTION ET UTILISATIONS

(Dakar, du 18 au 21 avril 2005) LA PLACE DE LA STATISTIQUE DANS LES ACTIVITES DE LA BCEAO : PRODUCTION ET UTILISATIONS BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L AFRIQUE DE L OUEST SEMINAIRE D INFORMATION ORGANISE PAR PARIS21 POUR LES CONSULTANTS FRANCOPHONES SUR LA STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE DANS LES PAYS

Plus en détail

Circulation de capital humain de la Chine : Possibilités, avantages et conséquences en matière de politiques

Circulation de capital humain de la Chine : Possibilités, avantages et conséquences en matière de politiques Circulation de capital humain de la Chine : Possibilités, avantages et conséquences en matière de politiques Henry Huiyao Wang Ph.D. Agrégé supérieur Harvard Kennedy School Directeur général du Center

Plus en détail