CHAPITRE VI UN ESSAI DE SYNTHESE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CHAPITRE VI UN ESSAI DE SYNTHESE"

Transcription

1 CHAPITRE VI UN ESSAI DE SYNTHESE

2 CHAPITRE VI : UN ESSAI DE SYNTHESE Introduction 1) La relation dialectique entre dynamiques démographiques et développement 2) Les dynamiques démographiques et les théories du développement

3 OBJECTIFS Deux objectifs : Synthèse des relations complexes entre processus de développement et dynamiques démographiques Comment les processus de développement agissent sur les évolutions démographiques Comment les dynamiques démographiques jouent sur les processus de développement Mise en perspective de la question démographique dans un cadre théorique global sur les inégalités et processus de développement, en s inspirant des théories de la transition et de la dépendance

4 CHAPITRE VI : UN ESSAI DE SYNTHESE Introduction 1) La relation dialectique entre dynamiques démographiques et développement 2) Les dynamiques démographiques et les théories du développement

5 UNE RELATION DIALECTIQUE (I) Les questions de population et de développement sont intimement liés : Il n y a pas de dissociation possible entre les deux : Les dynamiques de population sont à la fois le résultat et peuvent influer sur les processus de développement à différentes échelles Développement (1) (2) Dynamiques démographiques (1) La transition démographique : natalité, mortalité, migration (2) Populationnisme versus malthusianisme

6 UNE RELATION DIALECTIQUE (II) Développement Dynamiques démographiques Les évolutions économiques et sociales influent en profondeur sur les dynamiques démographiques Ces processus sont synthétisés par la théorie de la transition démographique : Baisse de la mortalité alimentation, système de santé, vaccination etc. Baisse de la natalité alphabétisation, hausse du niveau de vie, urbanisation etc. La date, l intensité et les moteurs profonds de ces évolutions sont toutefois différents dans le monde développé et les pays en voie de développement Il y a aussi une forte diversité au sein des pays en voie de développement

7 UNE RELATION DIALECTIQUE (III) Dynamiques démographiques Développement Deux théories décrivent l impact des dynamiques démographiques sur les processus de développement : Malthusianisme ; Populationnisme. Au-delà de ces théories générales, on peut s interroger sur la relation dialectique avec le développement de chacune des composantes des dynamiques démographiques (natalité, mortalité, migration).

8 CHAPITRE VI : UN ESSAI DE SYNTHESE Introduction 1) La relation dialectique entre dynamiques démographiques et développement 2) Les dynamiques démographiques et les théories du développement

9 INTRODUCTION Deux approches : Théories de la transition/modernisation Théories de la dépendance et/ou du système-monde

10 LES THEORIES DE LA TRANSITION (I) Les théories de la transition et de la modernisation supposent que les processus de développement induisent in fine des évolutions sociales en profondeur de nature similaire dans l ensemble des sociétés (Todd, Rostow, Zelinski, ) Le passage d une société «traditionnelle» à une société «moderne» suppose une longue période de transition Une telle théorie peut être de nature économiste : Rostow et les stades du développement Une telle théorie peut aussi supposer que le développement économique n est pas nécessairement le moteur de cette transition : elle en est une conséquence autant qu une cause (Todd par exemple)

11 LES THEORIES DE LA TRANSITION (II) La transition/modernisation embrasse tous les aspects de la société : Démographique : transition démographique Transition migratoire Transition sociale : structures des ménages, position de la femme, rapport à l enfant, montée des classes moyennes urbaines Transition éducative : vers l alphabétisation universelle Transition économique : hausse du niveau de vie Transition idéologique : laïcisation Transition politique : vers la démocratisation de la société.

12 LES THEORIES DE LA TRANSITION (III) Ces transitions : Prennent des formes plus ou moins intenses et très différentes selon les contextes mais sont supposées universelles Il est important de noter que les transitions sont des périodes de déséquilibres parce que «l ordre nouveau» remplace «l ancien» : Fortes croissances de la population Souvent accompagnées d intenses processus migratoires Éclatement de la famille ancienne vers un modèle nucléaire Mise en cause (partielle) de la domination masculine.

13 LES THEORIES DE LA TRANSITION (IV) Toutefois, les déséquilibres les plus importants sont de nature politique (au sens large) Les rapports de force anciens sont partiellement mis en cause par la modernisation Cela suscite des réactions (au sens politique) Sociétés politiquement instables qui cherchent des réponses politiques et idéologiques L Islamisme, loin d être un processus irréversiblement croissant, peut être considéré comme le produit politique et idéologique de sociétés en transition traversées par d intenses contradictions et déséquilibres

14 LES THEORIES DE LA TRANSITION (V) Croissance de la mobilité : urbanisation, émigration Développement économique Diffusion des modèles dominants? Transition Transition démographique : baisse de la mortalité + baisse de la natalité Modernisation sociale : modèle familial, statut de la femme etc. Transition éducative Transition politique = période d instabilité. Chemin plus ou moins long vers la démocratie occidentale Transition idéologique vers la laïcité et l individualisme Modernisation économique : hausse du niveau de vie, croissance des classes moyennes

15 LES LIMITES DES THEORIES DE LA TRANSITION Ces théories supposent une forme de fin de l histoire lorsque la modernisation/occidentalisation aura été entièrement accomplie ethnocentrisme Elles peuvent en cela s appuyer sur l universalité de la transition démographique, tout en masquant sa nature et son intensité très variables Elles ont aussi le mérite de pleinement intégrer les évolutions démographiques aux processus de «développement». En revanche, ces théories souffrent de deux déficits majeurs : L absence d une vraie théorisation du moteur de ces transitions Le sous-développement est théorisé comme un retard progressivement comblé ce qui pose plusieurs problèmes liés l un à l autre : Les conséquences du retard des pays en voie de développement ne sont pas posées La question du développement n est pas pensé en termes d inégalités dans un système unifié Sur le plan économique au moins, l idée de rattrapage a peu de fondement empirique.

16 LES THEORIES DE LA DEPENDANCE (I) A l inverse des théories de la modernisation, les théories de la dépendance et du système-monde sont des théories du développement (Samir Amin, Wallerstein) En revanche, ces théories n'accordent pas d'autonomie aux évolutions sociales et démographiques La question du développement est pensée dans le cadre d un système global et inégalitaire Dans ce cadre, le sous-développement n est pas un retard, il est une situation de faiblesse et de dépendance dans un système-monde où le centre (développé) s oppose à la périphérie (sous-développée) La théorie du système-monde permet de repenser la dialectique développement /dynamique démographique

17 LES THEORIES DE LA DEPENDANCE (II) Développement Dynamiques démographiques : Le «retard» modifie l ensemble des processus liés au développement : il suppose des blocages et des déséquilibres pas nécessairement temporaires dans les processus d évolution sociale Par exemple, le retard : Rend le démarrage industriel difficile parce que coûteux Suppose une forte concentration du capital et donc presque nécessairement un rôle actif de l Etat dans le processus de développement C est en pensant le retard dans le cadre d un système global que les théories du système-monde permettent d intégrer les évolutions de nature sociale et démographique : Les évolutions sociales et démographiques sont alors lues comme des processus exogènes déstabilisateurs, plutôt que comme faisant partie d un développement par la modernisation (la modification des familles, la baisse brutale de la mortalité etc)

18 LES THEORIES DE LA DEPENDANCE (III) Dynamiques démographiques Développement Ces théories permettent aussi de penser autrement l impact des évolutions démographiques sur les évolutions économiques La malthusianisme et le populationnisme supposent un impact mécanique/anhistorique des dynamiques démographiques sur le développement Pour les populationnistes par exemple, les fortes croissances démographiques sont créatrices d innovation agricole et in fine de progrès social

19 LES THEORIES DE LA DEPENDANCE (IV) Les théories de la dépendance permettent de comprendre que : La paysannerie africaine, dans le cadre d échanges inégaux au niveau global, n a pas les moyens d accumuler, d investir pour innover L aide alimentaire internationale qui vient combler les difficultés agricoles ne fait que renforcer les processus de dépendance globale Dans un tel contexte, le malthusianisme peut mieux décrire la réalité pourvu justement qu il soit contextualisé L impact des évolutions démographiques sur le développement doit être pensé dans le cadre global du système-monde et en intégrant la dimension non neutre du temps (= les conséquences du «retard»)

20 LES THEORIES DE LA DEPENDANCE (V) Retard de développement dans le cadre du système-monde : une synthèse Une transition largement exogène Baisse rapide de la mortalité Baisse rapide et décalée de la natalité Très forte croissance démographique Retard de développement Coût d investissement pour le rattrapage industriel Position faible dans la division du travail échange inégal Difficultés d accès aux équipements Faible possibilité d expulsion des surplus démographiques Dépendance vis-à-vis d équipements industriels capitalintensive dans un environnement concurrentiel La croissance démographique peut peser négativement sur le développement

Questions clés pour la consultation élargie

Questions clés pour la consultation élargie Processus de planification stratégique de Terre des Hommes Fédération Internationale Questions clés pour la consultation élargie Beaucoup de progrès ont été accomplis lors de l Assemblée Générale (AG)

Plus en détail

WT21 Impact des évolutions démographiques

WT21 Impact des évolutions démographiques Session 1 La vision chinoise La taille de la population, un problème toujours aussi important : - dans l hypothèse de 2 enfants par femme, la population augmente, - objectif de la politique démographique

Plus en détail

Le développement par fusionsacquisitions

Le développement par fusionsacquisitions Chapitre 1 Le développement par fusionsacquisitions Le développement par fusions-acquisitions s inscrit en général dans le champ de la croissance externe. Il est proposé de clarifier les différentes définitions

Plus en détail

Systèmes d innovation et territoires. Francesco Quatraro M1 EFM 2010/2011

Systèmes d innovation et territoires. Francesco Quatraro M1 EFM 2010/2011 Systèmes d innovation et territoires Francesco Quatraro M1 EFM 2010/2011 1 Les trajectoires de croissance Théorie de la croissance traditionnelle Solow (1957) Connaissance comme bien libre Toutes pays

Plus en détail

PAC, Volatilité des prix et Sécurité Alimentaire dans les pays du Sud

PAC, Volatilité des prix et Sécurité Alimentaire dans les pays du Sud PAC, Volatilité des prix et Sécurité Alimentaire dans les pays du Sud Françoise Gérard, CIRAD, SFER, 7 mai 2010 La libéralisation des échanges et la réforme de la PAC : une solution contre l insécurité

Plus en détail

Mutations de la demande de formation reliée au travail: tendances mondiales

Mutations de la demande de formation reliée au travail: tendances mondiales L'OBSERVATOIRE COMPÉTENCES-EMPLOIS sur la formation continue et le développement des compétences Mutations de la demande de formation reliée au travail: tendances mondiales Colloque annuel d AGRIcarrières

Plus en détail

II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE

II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE A. DEMOGRAPHIE 1. Evolution démographique 1.1. Dynamisme démographique 1.2. Structure de la population 1.3. Structure des ménages 2. Hypothèses d'évolution

Plus en détail

Thème 2 : la population de la France (chapitre 3 du livre)

Thème 2 : la population de la France (chapitre 3 du livre) Première STT : la population française page 1 sur 5 Thème 2 : la population de la France (chapitre 3 du livre) Problématique : quelles transformations ont affecté la composition et la répartition de la

Plus en détail

SUJET 1 Question de synthèse

SUJET 1 Question de synthèse CORRIGE EPREUVE DE SES - TRONC COMMUN SUJET 1 Question de synthèse TRAVAIL PREPARATOIRE (10 points) 1 Donnez la signification du nombre entouré Le chiffre représente la structure du commerce du Mexique.

Plus en détail

ECOLE THEMATIQUE CNRS

ECOLE THEMATIQUE CNRS !!!! ECOLE THEMATIQUE CNRS Développement durable et transdisciplinarité Penser la transition énergétique 24 28 août 2015 ESPE Clermont Auvergne Energie et développement durable Dimensions économiques,

Plus en détail

Dix-huit leçons sur la société industrielle

Dix-huit leçons sur la société industrielle Dix-huit leçons sur la société industrielle Fiche 70 RAYMOND ARON Cet ouvrage (Gallimard, 1962, 375 p.) est la reprise de cours professés en Sorbonne en 1955 et 1956. Les quatre premières leçons présentent

Plus en détail

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise?

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1.3 - Attitudes et comportements des consommateurs Franck Lehuédé (CREDOC) «Depuis une soixantaine d années, le CREDOC observe les comportements

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

Investir dans l enfance

Investir dans l enfance Investir dans l enfance Les enfants dans les quartiers en difficultés en région bruxelloise : état de la situation, perspectives et enjeux Le texte qui suit a été rédigé suite à notre intervention dans

Plus en détail

Tiré à Part du BDP volume 7 n 1

Tiré à Part du BDP volume 7 n 1 Tiré à Part du BDP volume 7 n 1 LE ROLE DE L INFIRMIERE DE DIALYSE PERITONEALE DANS L EDUCATION DU PATIENT Ghislaine VENIEZ Infirmière - Unité de Dialyse Péritonéale C.H. René Dubos - 95300 Pontoise 1997

Plus en détail

Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013

Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013 Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013 INITIATIVE INTERNATIONALE D ISTANBUL SUR LE VIEILLISSEMENT DOCUMENT DE REFERENCE Au cours de la dernière

Plus en détail

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN PROCESSUS PREPARATOIRE DE LA TROISIEME CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

WT54 La gestion des sols et politiques foncières

WT54 La gestion des sols et politiques foncières Session 1 La vision chinoise Différence fondamentale entre foncier urbain (propriété de l Etat, pouvant être soumis aux lois du marché) et foncier rural (de propriété collective, sur lequel les paysans

Plus en détail

LA CRÉATION D ENTREPRISE

LA CRÉATION D ENTREPRISE FOCUS études septembre 2012 LA CRÉATION D ENTREPRISE en Seine-et-Marne information économique Depuis 2009, la crise économique mondiale et la création du statut d auto-entrepreneur ont profondément bouleversé

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Note de synthèse de l étude «Peuplement, marché et sécurité alimentaire»

Note de synthèse de l étude «Peuplement, marché et sécurité alimentaire» Note de synthèse de l étude «Peuplement, marché et sécurité alimentaire» L étude «Peuplement, marché et sécurité alimentaire» a été publiée en avril 2013 dans les Cahiers de l Afrique de l Ouest de l OCDE/CSAO.

Plus en détail

ECONOMIE APPROFONDIE

ECONOMIE APPROFONDIE ECONOMIE APPROFONDIE 1 Introduction Qu est-ce que l enseignement intitulé «économie approfondie»? Dans ce cours, nous allons approfondir nos connaissances en science économique, à travers quelques grands

Plus en détail

L innovation au Canada et au Québec: le lent réveil

L innovation au Canada et au Québec: le lent réveil L innovation au Canada et au Québec: le lent réveil Une présentation de Alain Dubuc Journée Innovation et entrepreneuriat Institut national d optique Château Frontenac Québec, 22 janvier INTRODUCTION Un

Plus en détail

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change I- Introduction générale: 1 -La montée de l instabilité des taux de change. 2- L'instabilité du SMI au cours du 20 ème siècle. 1 - Illustration sur

Plus en détail

!"# $ ( ' ) * + * + +, " #

!# $ ( ' ) * + * + +,  # Laurent NOWIK / Joseph LARMARANGE! : les taux sont toujours annuels et se calculent à partir de la population moyenne. " #!"# $ On utilise la formule suivante : Population (1/1/ t+1) Population (1/1/t)

Plus en détail

Économie Chapitre 4 La dynamique de la croissance

Économie Chapitre 4 La dynamique de la croissance I) Les facteurs de la croissance A) Contribution des facteurs de production 1. Les facteurs de production Les sources de croissance La croissance économique ( = accroissement de la production d un pays)

Plus en détail

Classement et identification des grandes Écoles de pensée

Classement et identification des grandes Écoles de pensée Classement et identification des grandes Écoles de pensée De 1900 à nos jours, de nombreuses écoles de pensée se sont succédées avec des périodes de recouvrement. Si les écoles de pensée sont bien identifiées,

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du mercredi 26 septembre 2007 à 9 h 30 «Actualisation des projections à long terme : les hypothèses» Document N 04 Document de travail, n engage pas

Plus en détail

Burkina Faso Profil pays EPT 2014

Burkina Faso Profil pays EPT 2014 Burkina Faso Profil pays EPT 14 Contexte général Situé au cœur de l Afrique occidentale, dans la boucle du Niger, le Burkina Faso est l un pays des pays les plus peuplés de la sous-région Ouest-africaine

Plus en détail

LE PLAN : DIVISIONS ET SUBDIVISIONS

LE PLAN : DIVISIONS ET SUBDIVISIONS LE PLAN : DIVISIONS ET SUBDIVISIONS I - LES FONCTIONS DU PLAN L élaboration d un plan, exercice universitaire traditionnel, est une excellente gymnastique de l esprit, qui doit vous permettre d organiser

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 15 Janvier 2013 La mobilité en Île-de-France Modes La voiture L EGT 2010 marque une rupture de tendance importante par rapport aux enquêtes précédentes, en ce qui concerne les

Plus en détail

La possibilité d adopter un accord-cadre dans les négociations concernant la zone de libre-échange continentale. Document officieux

La possibilité d adopter un accord-cadre dans les négociations concernant la zone de libre-échange continentale. Document officieux La possibilité d adopter un accord-cadre dans les négociations concernant la zone de libre-échange continentale Document officieux David Luke et Simon Mevel Centre africain pour les politiques commerciales

Plus en détail

Première partie : Mobilisation des connaissances

Première partie : Mobilisation des connaissances Première partie : Mobilisation des connaissances 1. Présentez le lien entre productivité globale des facteurs et progrès technique. (3 points) Ci-dessous un corrigé : comparez-le à votre réponse, surlignez

Plus en détail

Les Français et les notes à l école

Les Français et les notes à l école Les Français et les notes à l école Contact : Julien Goarant Directeur de clientèle Département Opinion 15, place de la République 75003 PARIS Tel : 01 80 48 30 80 Fax : 01 78 94 90 19 jgoarant@opinion-way.com

Plus en détail

O L D A SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Kolda

O L D A SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Kolda REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE ------------------

Plus en détail

Une expérience de pédagogie inversée en SES (2013-2015)!

Une expérience de pédagogie inversée en SES (2013-2015)! Une expérience de pédagogie inversée en SES (2013-2015)! Nicolas Olivier, Professeur de sciences économiques et sociales! au Lycée Jean Monnet de Franconville (95)!! Christophe Viscogliosi, Professeur

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

Abdenour Mouloud Matouk Belattaf

Abdenour Mouloud Matouk Belattaf Abdenour Mouloud Matouk Belattaf Algérie Université A-Mira-Bejaia, Algérie La société de l information dans le monde: Etat des lieux et perspectives Introduction L avènement des nouvelles technologies

Plus en détail

Principaux résultats

Principaux résultats Principaux résultats Le rapport préparé pour la réunion de l OCDE au niveau des ministres de 2001 et intitulé «La nouvelle économie : mythe ou réalité?» concluait que les technologies de l information

Plus en détail

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit ESSEC Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Plan de la séance 3 : Le risque de crédit (1) Les opérations de crédit Définition d un crédit La décision de crédit Les crédits aux petites

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

Bonne nouvelle du côté de la situation financière, où les mesures de soutien en faveur des entreprises semblent porter leurs fruits.

Bonne nouvelle du côté de la situation financière, où les mesures de soutien en faveur des entreprises semblent porter leurs fruits. COMMUNIQUE DE PRESSE 05 AOUT 2015 Bpifrance présente la 61 ème enquête de conjoncture dans les PME Un redressement des perspectives d activité des PME qui se poursuit, mais lentement et en ordre dispersé.

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

Commission Populations - Equipements

Commission Populations - Equipements Commission Populations - Equipements Synthèse du diagnostic stratégique Septembre 2010 Document de travail usage et diffusion soumis à l accord du SEBB Commission populations équipements synthèse du diagnostic

Plus en détail

Note d information sur les transferts en espèces pour lutter contre la malnutrition

Note d information sur les transferts en espèces pour lutter contre la malnutrition Note d Information 3 République Islamique de Mauritanie Cas d investissement sur la nutrition en Mauritanie Note d information sur les transferts en espèces pour lutter contre la malnutrition Produit par

Plus en détail

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 Léa Morabito, Centre d Etudes Européennes, Sciences Po Paris. Manon Réguer-Petit,

Plus en détail

SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES

SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES SESSION I : ÉLÉMENTS D UN SYSTÈME DE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE EFFICACE ET ÉQUILIBRÉ POUR FAVORISER L INNOVATION

Plus en détail

Structure : Conseil régional de l Ordre des architectes d Île-de-France, en partenariat avec la Direction Régionale Île-de-France de l ADEME

Structure : Conseil régional de l Ordre des architectes d Île-de-France, en partenariat avec la Direction Régionale Île-de-France de l ADEME en Île-de-France le 2 mai 2016 l'ordre des architectes Ordre des architectes d Île-de-France ADEME Île-de-France - Contribution au groupe de travail du Plan Bâtiment Durable : «Nouvelles dynamiques de

Plus en détail

Comprendre... Les Effacements

Comprendre... Les Effacements Comprendre... Les Effacements Un effacement est une diminution temporaire de Qu est-ce la consommation d électricité par rapport à une consommation initialement prévue. Cette diminution que c est? est

Plus en détail

Note Synthétique Relative à La Stratégie de mobilisation en faveur de la Communauté Marocaine Résidant à l Etranger

Note Synthétique Relative à La Stratégie de mobilisation en faveur de la Communauté Marocaine Résidant à l Etranger Note Synthétique Relative à La Stratégie de mobilisation en faveur de la Communauté Marocaine Résidant à l Etranger Source : http://www.marocainsdumonde.gov.ma/index.php?option=com_content&task=view&id=52&ite

Plus en détail

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Février 1996

Plus en détail

À quoi le Québec ressemblera-t-il en 2030?

À quoi le Québec ressemblera-t-il en 2030? À quoi le Québec ressemblera-t-il en 2030? Nicholas-James Clavet (CIRPÉE) Jean-Yves Duclos (CIRPÉE, CIRANO) Bernard Fortin (CIRPÉE, CIRANO) Steeve Marchand (CIRPÉE) 1 / 23 De grandes questions En quoi

Plus en détail

La dynamique des liens entre genre, âge et désir

La dynamique des liens entre genre, âge et désir La dynamique des liens entre genre, âge et désir Michel Bozon Lausanne, 21 juin 2011 Université d été «Genre, rapports intergénérationnels et travail social» Plan de la présentation Transformations de

Plus en détail

Le cas des migrants tunisiens

Le cas des migrants tunisiens Projet MIREM (Migration de retour au Maghreb) Action collective de soutien à la réintégration des migrants de retour dans leur pays d origine Réponses aux questionnements soulevés au cours de la première

Plus en détail

Contenu du chapitre. 1. La demande du marché. L offre et la demande. La notion de Demande. Chapitre 1 D 1

Contenu du chapitre. 1. La demande du marché. L offre et la demande. La notion de Demande. Chapitre 1 D 1 L offre et la Chapitre 1 Contenu du chapitre 1. La du marché 2. L offre du marché 3. L équilibre du marché 4. Application: magnétoscope vs lecteur DVD 2 La notion de Demande 1. La du marché Prix C DEMANDE

Plus en détail

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 JANVIER 2013

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 JANVIER 2013 PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 JANVIER 2013 Vision Nous croyons que pour régler ses problèmes les plus complexes, le Canada a besoin d un gouvernement efficace et de la participation des dirigeants de tous

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits -

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - PollingVox 67, rue Saint-Jacques 75005 Paris pollingvox.com SOMMAIRE Note technique... 3 Synthèse des résultats...

Plus en détail

RÉSUMÉ. Les systèmes de santé en Algérie, Maroc et Tunisie Défis nationaux et enjeux partagés

RÉSUMÉ. Les systèmes de santé en Algérie, Maroc et Tunisie Défis nationaux et enjeux partagés RÉSUMÉ LES NOTES IPEMED > N 13 > AVRIL 2012. Les systèmes de santé en Algérie, Maroc et Tunisie Défis nationaux et enjeux partagés Dans le cadre de ses études sectorielles socioéconomiques, Ipemed a organisé

Plus en détail

Colloque «Ensemble pour le bien-être de tous» Evaluations et perspectives du Plan de Cohésion Sociale en Wallonie Namur 14 mars 2013

Colloque «Ensemble pour le bien-être de tous» Evaluations et perspectives du Plan de Cohésion Sociale en Wallonie Namur 14 mars 2013 Colloque «Ensemble pour le bien-être de tous» Evaluations et perspectives du Plan de Cohésion Sociale en Wallonie Namur 14 mars 2013 La cohésion sociale et la coresponsabilité Samuel Thirion Division Recherche

Plus en détail

Appel à communications

Appel à communications Appel à communications 7 ème Conférence Africaine sur la Population JOHANNESBURG AFRIQUE DU SUD, 30 NOV. 4 DEC. 2015 DIVIDENDE DEMOGRAPHIQUE EN AFRIQUE: PERSPECTIVES, OPPORTUNITES ET DEFIS CONTEXTE Organisée

Plus en détail

Grands axes sociologiques du vieillissement actif

Grands axes sociologiques du vieillissement actif Grands axes sociologiques du vieillissement actif n Vieillir au Travail n CEDORES n 11 octobre 2012 Au 20 ème siècle w Augmentation de l espérance de vie: n 47 ans en 1900 n 66 ans en 1950 n 78 ans en

Plus en détail

Ordre du jour provisoire annoté de la sixième session. Qui s ouvrira au Palais des Nations, à Genève, le mardi 28 avril 2015 à 10 heures 1

Ordre du jour provisoire annoté de la sixième session. Qui s ouvrira au Palais des Nations, à Genève, le mardi 28 avril 2015 à 10 heures 1 Nations Unies Conseil économique et social ECE/ENERGY/GE.3/2015/1 Distr. générale 3 février 2015 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de l énergie durable Groupe d experts

Plus en détail

Synthèse. Quatre sujets ont été présentés au cours de l atelier «Méthodes d observation» :

Synthèse. Quatre sujets ont été présentés au cours de l atelier «Méthodes d observation» : Synthèse Quatre sujets ont été présentés au cours de l atelier «Méthodes d observation» : 1. Les études d acceptabilité : exemple du tableau blanc interactif (TBI) par Philippe WOLF. 2. Etwinning, une

Plus en détail

Thème 1 : Le capital au cœur de la transformations des modes de

Thème 1 : Le capital au cœur de la transformations des modes de Histoire des faits économiques : Thème 1 : Le capital au cœur de la transformations des modes de production 1. Donner une définition au terme «révolution industrielle» : L expression révolution industrielle

Plus en détail

Une contribution aux études empiriques en économie de la croissance

Une contribution aux études empiriques en économie de la croissance Une contribution aux études empiriques en économie de la croissance Gregory Mankiw, David Romer, David Weil Quarterly Journal of Economics, Mai 1992 Résumé Cet article cherche à savoir si le modèle de

Plus en détail

FORMABREF. L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014

FORMABREF. L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 FORMABREF PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 La collection FORMABREF «Pratiques de formation» porte sur l effort de formation des entreprises

Plus en détail

Revenus et patrimoine des ménages

Revenus et patrimoine des ménages Direction de la Diffusion et de l'action Régionale Division Communication Externe Bureau de Presse Dossier de presse Synthèses n 65 Revenus et patrimoine des ménages Edition 2002-2003 - Au sommaire du

Plus en détail

Le document de présentation de la Tunisie distribué au G8

Le document de présentation de la Tunisie distribué au G8 Le document de présentation de la Tunisie distribué au G8 «Le peuple tunisien a, en un temps très court, et par la seule force de ses convictions démocratiques, réalisé une révolution pacifique qui fera

Plus en détail

EcoSenS : système partenarial de développement de l Economie sociale et solidaire

EcoSenS : système partenarial de développement de l Economie sociale et solidaire EcoSenS : système partenarial de développement de l Economie sociale et solidaire Parler d économie sociale et solidaire n est plus aujourd hui ni une incongruité, ni une affirmation écoutée avec commisération

Plus en détail

Chapitre 2 : Les facteurs de production

Chapitre 2 : Les facteurs de production Chapitre 2 : Les facteurs de production Introduction Introduction (1) Production : Emploi des ressources nécessaires à la création des biens et des services => Combinaison des facteurs de production Travail,

Plus en détail

Retour à l accumulation primitive et instruments financiers complexes

Retour à l accumulation primitive et instruments financiers complexes 20 Retour à l accumulation primitive et instruments financiers complexes L un des faits marquants de la période qui a commencé dans les années 1980 est l utilisation d instruments extrêmement complexes

Plus en détail

ETUDE DE CAS FACILITATION POUR LA MISE EN PLACE D UNE FAITIERE DE MARAICHAGE A VOCATION ECONOMIQUE DANS LA REGION DE KOLDA/SENEGAL

ETUDE DE CAS FACILITATION POUR LA MISE EN PLACE D UNE FAITIERE DE MARAICHAGE A VOCATION ECONOMIQUE DANS LA REGION DE KOLDA/SENEGAL Séminaire de partage "Nourrir les villes par une agriculture familiale durable" du samedi 7 au lundi 9 décembre 2013 à Dakar, Sénégal ETUDE DE CAS FACILITATION POUR LA MISE EN PLACE D UNE FAITIERE DE MARAICHAGE

Plus en détail

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Introduction (1) 3 grands déséquilibres : inflation, chômage et croissance et fluctuations économiques Grands déséquilibres?! Écart entre l offre et la

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Segmentations du marché des seniors

Segmentations du marché des seniors «Faciliter son quotidien et sa mobilité» Un projet inter-clusters pour développer le marché des seniors auprès des PME par une approche sur les usages et le design universel Note de veille n 1 Janvier

Plus en détail

POUR UNE BANQUE MEDITERRANEENNE DE

POUR UNE BANQUE MEDITERRANEENNE DE POUR UNE BANQUE MEDITERRANEENNE DE DEVELOPPEMENT 11 mai 2011 - Paris Constats Les besoins en investissements des pays du bassin méditerranéen sont considérables tant en matière d infrastructures que de

Plus en détail

La culture paritaire dans les entreprises Pour l Observatoire de la Parité Par Cristina Lunghi, Fondatrice de l association Arborus Janvier 2005

La culture paritaire dans les entreprises Pour l Observatoire de la Parité Par Cristina Lunghi, Fondatrice de l association Arborus Janvier 2005 La culture paritaire dans les entreprises Pour l Observatoire de la Parité Par Cristina Lunghi, Fondatrice de l association Arborus Janvier 2005 La parité est une terminologie utilisée dans l entreprise

Plus en détail

Atelier thématique «Stratégies de développement durable»

Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Par Christian BRODHAG École nationale supérieure des mines de Saint-Etienne (France) brodhag@emse.fr Le thème stratégie de développement durable

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

Financement et rentabilité des investissements

Financement et rentabilité des investissements Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET Financement et rentabilité des investissements Maximiser les revenus des investissements Jack FORGET Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3252-0

Plus en détail

Chapitre 2 Les dynamiques de la population et le développement durable

Chapitre 2 Les dynamiques de la population et le développement durable Chapitre 2 Les dynamiques de la population et le développement durable Introduction : photo Ile DE Pâques p 188, exemple d une civilisation effondrée en raison d une mauvaise gestion de ses ressources

Plus en détail

Céline Goffette. CREST-INSEE / Sciences Po / INED. Congrès national des ORS - Les inégalités de santé 16 et 17 octobre 2008

Céline Goffette. CREST-INSEE / Sciences Po / INED. Congrès national des ORS - Les inégalités de santé 16 et 17 octobre 2008 Évolution différenciée des gradients sociaux homme/femme de consommation de tabac et homogamie sociale : quelle influence sur la concordance des comportements t au sein des ménages? quelle conséquence

Plus en détail

TRANSCONTINENTAL. simplifier collaborer innover

TRANSCONTINENTAL. simplifier collaborer innover TRANSCONTINENTAL simplifier collaborer innover faits saillants du rapport sur le développement durable 2012 «Pour continuer de progresser en matière de développement durable, nous devons simplifier nos

Plus en détail

Économie Partie 1 Chapitre 1 Échanges sur les marchés

Économie Partie 1 Chapitre 1 Échanges sur les marchés I) Le fonctionnement du marché A) L organisation des échanges 1) A quoi sert l échange? Dans nos sociétés modernes, une personne ne peut pas tout produire pour satisfaire ses besoins. L échange va alors

Plus en détail

Stage national SES 20 mars 2012. Pierre-André CORPRON pierre-andre.corpron@wanadoo.fr

Stage national SES 20 mars 2012. Pierre-André CORPRON pierre-andre.corpron@wanadoo.fr Stage national SES 20 mars 2012 Pierre-André CORPRON pierre-andre.corpron@wanadoo.fr Le libellé fait immédiatement penser à la question de la comparaison entre la croissance économique et la croissance

Plus en détail

L appropriation de la notion de réversibilité par l Andra

L appropriation de la notion de réversibilité par l Andra L appropriation de la notion de réversibilité par l Andra Jean-Michel Hoorelbeke Andra Colloque interdisciplinaire réversibilité Plan 1. Des possibilités de stockage réversible ou irréversible (1991) vers

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles I. Questions à traiter 1. Pour quelles raisons le modèle de grande banque universelle est-il aujourd hui contesté? Le modèle de

Plus en détail

Carrefour. de l économie

Carrefour. de l économie 2006/9A année 10 Carrefour. de l économie «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.» Une nouvelle identité pour le SPF Economie

Plus en détail

État de santé des enfants de 3-4 ans en école maternelle dans l Yonne

État de santé des enfants de 3-4 ans en école maternelle dans l Yonne État de santé des enfants de 3-4 ans en école maternelle dans l Yonne Année scolaire 2009-2010 Service de Protection Maternelle et Infantile Exploitation des données statistiques : Observatoire de la santé

Plus en détail

COÛTS PREVISIONNELS DES PROJETS DE CREATION OU RESTRUCTURATION DE SALLES DE CINEMA

COÛTS PREVISIONNELS DES PROJETS DE CREATION OU RESTRUCTURATION DE SALLES DE CINEMA COÛTS PREVISIONNELS DES PROJETS DE CREATION OU RESTRUCTURATION DE SALLES DE CINEMA SOUTENUS EN 2013 & 2014 PAR LA COMMISSION D AIDE SELECTIVE DU CNC SEPTEMBRE 2015 2013-2014 PREAMBULE Depuis sa création

Plus en détail

Charte de Paris contre le cancer

Charte de Paris contre le cancer Charte de Paris contre le cancer français french 7 8 Profondément troublés par les répercussions importantes et universelles du cancer sur la vie humaine, la souffrance humaine, et sur la productivité

Plus en détail

L internationalisation de sa PME : certainement possible!

L internationalisation de sa PME : certainement possible! L internationalisation de sa PME : certainement possible! 1 L internationalisation de sa PME : certainement possible! Depuis la fin des années 1980, l accélération du rythme des changements dans l économie

Plus en détail

Les outils de la stratégie

Les outils de la stratégie Jacques BOJIN et Jean-Marc SCHOETTL Les outils de la stratégie, 2005 ISBN : 2-7081-3287-3 Avant-propos et remerciements... XV Introduction... XVII Les stratégies classiques Le positionnement stratégique

Plus en détail

FORMATIONS AGRO ALIMENTAIRES

FORMATIONS AGRO ALIMENTAIRES Améliorer les coûts de revient de votre outil industriel CODE P2 Chef d entreprise Responsable administratif et financier Personnel chargé de calcul de revient Comprendre les fondements de la comptabilité

Plus en détail

Pour la viabilité des régimes de retraite du secteur privé

Pour la viabilité des régimes de retraite du secteur privé Pour la viabilité des régimes de retraite du secteur privé Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite principalement quant au financement des régimes de retraite à prestations déterminées

Plus en détail

Présenté par : Monsieur: ABDELKADER JDIA Directeur Régional du HCP, Meknès.

Présenté par : Monsieur: ABDELKADER JDIA Directeur Régional du HCP, Meknès. DIRECTION REGIONALE DE MEKNES Présenté par : Monsieur: ABDELKADER JDIA Directeur Régional du HCP, Meknès. 1 Introduction Présentation Acteurs du système d information statistique régional du HCP Sources

Plus en détail