Première partie : Mobilisation des connaissances

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Première partie : Mobilisation des connaissances"

Transcription

1 Première partie : Mobilisation des connaissances 1. Présentez le lien entre productivité globale des facteurs et progrès technique. (3 points) Ci-dessous un corrigé : comparez-le à votre réponse, surlignez sur le corrigé ce qui manquait dans votre réponse et estimez votre note à l aide du barème. Des économistes, tels que Robert Solow, ont cherché à mettre en évidence les sources de la croissance économique (à long terme). Si la croissance économique peut s'expliquer par une hausse de la quantité des facteurs de production (croissance extensive), les travaux ont montré qu'une partie importante de la croissance économique ne résulte ni de la quantité de travail ni de la quantité de capital, cette partie de la croissance étant qualifiée de résidu. Ces économistes ont très tôt expliqué ce résidu par la qualité de la combinaison du travail et du capital dans la production, c est-à-dire l efficacité du travail, du capital et de leur combinaison, ce qu on appelle la productivité globale des facteurs (PGF). La PGF est donc un indicateur qui, à partir d une fonction de production, mesure l'efficacité des facteurs de production, qui se mesure par le rapport entre la quantité produite et la quantité de facteurs de production utilisés, et qui correspond à la part de la croissance économique qui n'est pas imputable à l'évolution des quantités de travail et de capital mis en œuvre («résidu»). Lorsqu'une partie non négligeable de la croissance économique trouve son origine dans la PGF, on parle alors de croissance intensive. Le progrès technique est l ensemble des innovations permettant d'une part de créer de nouveaux biens et services, ou de les améliorer (innovations de produit), d'autre part d accroître l efficacité des facteurs de production (innovations de procédés). Une partie de ce progrès technique, à savoir les innovations de procédés, permet donc la hausse de la productivité : par exemple le développement des guichets automatiques dans les aéroports a permis aux compagnies aériennes d augmenter la productivité : leurs salariés peuvent enregistrer plus de passagers en moins de temps (ou bien elles ont besoin de moins de salariés pour enregistrer autant de passagers en autant de temps). Le progrès technique est donc la principale cause de l'augmentation de la PGF, puisqu'il permet de produire plus sans augmenter les quantités de facteurs mobilisés, ou de produire autant en utilisant moins de facteurs. Barème : Je pense avoir obtenu : Définition PGF (0,5) + Mesure PGF = résidu (0,25) Définition PT (0,5) + innovations de procédés (0,25) Le PT est à l'origine de la hausse de la productivité (0,5) : il permet de produire plus avec autant de facteurs ou de produire autant avec moins de facteurs (0,5) Un exemple pour illustrer (0,5) Valorisation : mise en évidence d un lien dans l autre sens : PGF => PT, théorie de la croissance endogène (1)

2 2. Montrez que la croissance s accompagne de destruction créatrice. (3 points) La «destruction créatrice» est le processus, mis en évidence par Schumpeter, au cours duquel les éléments périmés du système économique sont détruits sous l effet des innovations. La croissance est l augmentation soutenue, pendant une période longue, de la production, on la mesure à l aide du taux de variation du PIB en volume. La croissance s explique en partie par l augmentation de la quantité des facteurs de production (= on produit plus car on utilise plus de travail et de capital) : on parle alors de croissance extensive. Dans ce cas, la croissance ne s accompagne pas de destruction créatrice puisque les innovations n y jouent aucun rôle. Mais à long terme, les économistes ont montré que la croissance ne pouvait pas s expliquer uniquement par la hausse des quantités de facteurs de production : Solow a mis en évidence l existence d un «résidu». En fait, la croissance s explique aussi par l amélioration la productivité globale des facteurs (= on produit plus car on utilise autant voire moins de travail et de capital mais utilisés de façon plus efficace), notamment du fait du progrès technique : on parle alors de croissance intensive. Dans ce cas, la croissance s accompagne d innovations, et donc de destruction créatrice. On distingue deux types d innovations : les innovations de produit (commercialisation de nouveaux biens ou services, ou de biens ou services améliorés), et les innovations de procédés (amélioration des techniques de production qui permettent de réduire les coûts). Lorsqu il y a une innovation de produit, le nouveaux produit va remplacer l ancien et les entreprises qui ne s adaptent pas font faillite : par exemple l invention de DVD a fait disparaître l industrie des cassettes vidéo. Il y a donc une «destruction créatrice». A cela s ajoute le fait que les entreprises innovantes acquièrent un monopole temporaire (car elles sont les seules à vendre ce nouveau produit), ce qui attire d autres entreprises qui tentent d imiter le produit innovant (par ex. Samsung lance le smartphone «Galaxy» pour rivaliser avec l iphone d Apple) : la concurrence augmente, ce qui fait disparaître les entreprises les moins compétitives en termes de produit (par ex : Blackberry est moins compétitif et fait faillite car il n arrive pas à suivre Apple et Samsung). Il y a donc là encore une «destruction créatrice». Enfin, dans le cas des innovations de procédés, les coûts de production des entreprises innovantes diminuent, ce qui les rend plus compétitives en termes de prix face à leurs concurrentes : elles peuvent alors baisser leurs prix et augmenter leurs parts de marché. A terme, les entreprises moins compétitives vont disparaître. Par exemple le géant de la grande distribution Wal-Mart, en exploitant des innovations dans la gestion de stocks et le marketing, a grossit très vite et causé la disparition de nombreux concurrents. Ainsi la création d un nouveau procédé de fabrication moins coûteux entraîne la destruction de certaines entreprises : il y a bien là encore une «destruction créatrice». Barème : Définition croissance (0,5) Définition destruction créatrice (0,5) La croissance (intensive) est liée à des innovations qui sont elles-mêmes sources de destruction créatrice (0,5) => disparition de secteurs obsolètes (0,5) + disparition d entreprises devenus moins compétitives (compétitivité prix et/ou produit) (0,5) Une illustration (0,5) Valorisation : distinction innovations de produits / procédés (+0,5), référence à Schumpeter (+0,5)

3 Deuxième partie : Etude d un document! " # $! % & '(() # * & +, # '((), -. '(((, /0 1 /0 / / + 0! "! #! 5 $ 6 & " # 6 5 % $ 6 % + : 2 2 ' 4-7 8! / 0 8 & 9 & # $ $! & ; + <(4 =>4?)4 '>4 9 A'4 $ / Je pense avoir obtenu au total pour l EC2 :

4 Troisième partie : Raisonnement s appuyant sur un dossier documentaire!! "# $# $" $ % &" " '# ( )" &* +, -")$+ #+ #".$ # + /". "$ $ "$ 0#+"" "+&556 $"# ".+ " $ ) (%738 $" # &55941,: - " ( "+ ##. %73 &555 + ; ;4<" " $

5 # - )$' = 4" > = $ $ +"?$$$" + A1B9".% +" &5,5 7 $+"""$ - # #" $$+$+ / "" +$ C"" + / " #1B+655,& " ; &556" " ".,,:&556+&5:&55D$9:& / #+ +$" '&55D ; &ED,,2; % F( "&5,," -" ' - &55D ' &5,5 &5,,$&5,&" - &55D G"&55D$ " ; 1 +"%73

6 2 7=0;;-=&5,&.&55D &55H+&55D,1: C$ $ 4+4 F,1:+5,:&55H+&55D+4&1:&559." F,:&55H+&5595&:+4,&:$4,B:+&D:&55H+&559"$ C? ) $%732 &1:&55H+41,:&559 BI: =" $" ;4<+$" $'* + " " F"? ) 2 )$%73

Devoir n 1. Première partie : Mobilisation des connaissances. 1. Comment les chocs d offre expliquent-ils les fluctuations économiques?

Devoir n 1. Première partie : Mobilisation des connaissances. 1. Comment les chocs d offre expliquent-ils les fluctuations économiques? Devoir n 1 Première partie : Mobilisation des connaissances 1. Comment les chocs d offre expliquent-ils les fluctuations économiques? 2. En quoi la déflation peut-elle avoir un effet dépressif sur l économie?

Plus en détail

Systèmes d innovation et territoires. Francesco Quatraro M1 EFM 2010/2011

Systèmes d innovation et territoires. Francesco Quatraro M1 EFM 2010/2011 Systèmes d innovation et territoires Francesco Quatraro M1 EFM 2010/2011 1 Les trajectoires de croissance Théorie de la croissance traditionnelle Solow (1957) Connaissance comme bien libre Toutes pays

Plus en détail

Économie Politique I Plan du cours

Économie Politique I Plan du cours Économie Politique I Plan du cours Intro I Faits stylisés et comptabilité de la croissance II Le modèle de croissance néo classique III La croissance comme processus auto-entretenu IV Les trajectoires

Plus en détail

Économie Chapitre 4 La dynamique de la croissance

Économie Chapitre 4 La dynamique de la croissance I) Les facteurs de la croissance A) Contribution des facteurs de production 1. Les facteurs de production Les sources de croissance La croissance économique ( = accroissement de la production d un pays)

Plus en détail

POINTS DE REPÈRE SUR LA FÉVRIER 2015 PRODUCTIVITÉ EN FRANCE

POINTS DE REPÈRE SUR LA FÉVRIER 2015 PRODUCTIVITÉ EN FRANCE POINTS DE REPÈRE SUR LA FÉVRIER 2015 PRODUCTIVITÉ EN FRANCE MESURER LA PRODUCTIVITÉ Productivité du travail : valeur ajoutée / stock d heures travaillées. Elle est simple à calculer et facilement compréhensible.

Plus en détail

Contenu du chapitre. 1. La demande du marché. L offre et la demande. La notion de Demande. Chapitre 1 D 1

Contenu du chapitre. 1. La demande du marché. L offre et la demande. La notion de Demande. Chapitre 1 D 1 L offre et la Chapitre 1 Contenu du chapitre 1. La du marché 2. L offre du marché 3. L équilibre du marché 4. Application: magnétoscope vs lecteur DVD 2 La notion de Demande 1. La du marché Prix C DEMANDE

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

INTRODUCTION AU MARKETING Professeur : Abdellah KOMAT

INTRODUCTION AU MARKETING Professeur : Abdellah KOMAT 1- Tout produit fait partie d une hiérarchie que l on peut décomposer en plusieurs échelons (la hiérarchie des produits). Exposez ces différents échelons en illustrant votre présentation par un exemple

Plus en détail

EBAUCHES DE PLANS : CHAPITRE 1 / CROISSANCE, CAPITAL ET PROGRES TECHNIQUE

EBAUCHES DE PLANS : CHAPITRE 1 / CROISSANCE, CAPITAL ET PROGRES TECHNIQUE EBAUCHES DE PLANS : CHAPITRE 1 / CROISSANCE, CAPITAL ET PROGRES TECHNIQUE SOURCE ET LIMITES DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE 1. Dans quelle mesure la croissance économique accompagne-t-elle le développement?

Plus en détail

LA CONSOMMATION D ÉNERGIE DANS L INDUSTRIE EN FRANCE

LA CONSOMMATION D ÉNERGIE DANS L INDUSTRIE EN FRANCE Avril 2015 ID Comprendre le secteur de l électricité en un seul clic LA CONSOMMATION D ÉNERGIE DANS L INDUSTRIE EN FRANCE Note de conjoncture Contrairement à l énergie destinée au bâtiment ou au transport,

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles I. Questions à traiter 1. Pour quelles raisons le modèle de grande banque universelle est-il aujourd hui contesté? Le modèle de

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE CONCOURS «MARTINIQUE PILOTE R D I : Prêts pour l innovation locale et tournés vers la recherche développement»

DOSSIER DE CANDIDATURE CONCOURS «MARTINIQUE PILOTE R D I : Prêts pour l innovation locale et tournés vers la recherche développement» DOSSIER DE CANDIDATURE CONCOURS «MARTINIQUE PILOTE R D I : Prêts pour l innovation locale et tournés vers la recherche développement» Les dossiers de candidature sont à déposer par courrier et version

Plus en détail

22 QUELLES SONT LES STRATEGIES DES ENTREPRISES?

22 QUELLES SONT LES STRATEGIES DES ENTREPRISES? 22 QUELLES SONT LES STRATEGIES DES ENTREPRISES? Introduction : les deux types de croissance de l'entreprise 1. La concentration se définit comme l augmentation de la taille de l entreprise. La croissance

Plus en détail

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales SO00DM24 Approches socio-économiques de la croissance TD 7 : Décrypter les liens entre productivité et rentabilité (d après J-P Piriou, Nouveau manuel de SES, éd. La découverte) Objectifs du TD : 1) analyser

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

Notions et définitions utiles

Notions et définitions utiles Notions et définitions utiles 1 Notions et définitions utiles I. Notions d usage 1. La notion de compétitivité. La notion de «compétitivité» est la symbolique de l enjeu de développement des entreprises.

Plus en détail

La mise en œuvre de la chaîne logistique

La mise en œuvre de la chaîne logistique H P I T R E 1 La mise en œuvre de la chaîne logistique n Que peut apporter la logistique à l entreprise? Depuis 1980, les entreprises ont considérablement rénové et optimisé leurs outils industriels, des

Plus en détail

Mercator 8 e édition, 2006, Cinquième partie - Chapitre 19 : Je me teste sur Le marketing des services

Mercator 8 e édition, 2006, Cinquième partie - Chapitre 19 : Je me teste sur Le marketing des services Mercator 8 e édition, 2006, Cinquième partie - Chapitre 19 : Je me teste sur Le marketing des services Ce chapitre comporte un quiz de 35 questions de difficulté variable, disponible sur le CD-ROM des

Plus en détail

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du mercredi 26 septembre 2007 à 9 h 30 «Actualisation des projections à long terme : les hypothèses» Document N 04 Document de travail, n engage pas

Plus en détail

EPREUVE COMPOSÉE 1. MOBILISATION DES CONNAISSANCES 2. ETUDE D UN DOCUMENT 3. RAISONNEMENT SUR UN DOSSIER DOCUMENTAIRE. dimanche 7 octobre 12

EPREUVE COMPOSÉE 1. MOBILISATION DES CONNAISSANCES 2. ETUDE D UN DOCUMENT 3. RAISONNEMENT SUR UN DOSSIER DOCUMENTAIRE. dimanche 7 octobre 12 EPREUVE COMPOSÉE 1. MOBILISATION DES CONNAISSANCES 2. ETUDE D UN DOCUMENT 3. RAISONNEMENT SUR UN DOSSIER DOCUMENTAIRE MOBILISATION DES CONNAISSANCES VIDEO 1 VIDEO 2 MOBILISATION DES CONNAISSANCES Exercice

Plus en détail

L investissement est-il toujours favorable à la croissance et à l emploi?

L investissement est-il toujours favorable à la croissance et à l emploi? L investissement est-il toujours favorable à la croissance et à l emploi? Entrée en matière faisant référence à l actualité. Définitions de l investissement (en italique) qui s appuie sur le contenu d

Plus en détail

Le déclin de l industrie en France

Le déclin de l industrie en France Le déclin de l industrie en France Le but de ce dossier pédagogique est de comprendre les causes de la désindustrialisation en France. Il faut distinguer quatre phénomènes : i) les gains de productivité,

Plus en détail

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée Épreuve composée Pour la partie 3 (Raisonnement s appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet : en développant un raisonnement ; en exploitant les documents du

Plus en détail

Management Chapitre 4 La Stratégie I) La notion de stratégie A) Caractéristiques

Management Chapitre 4 La Stratégie I) La notion de stratégie A) Caractéristiques L Management Chapitre 4 La I) La notion de stratégie A) Caractéristiques 1) Définition a stratégie : consiste pour une entreprise, à se fixer des objectifs à long terme et à se donner les moyens de les

Plus en détail

Plan Défi Biotech Santé

Plan Défi Biotech Santé Plan Défi Biotech Santé Positionnement Concurrentiel et Commercial Présentation de l opération 24 novembre 2011 24 novembre 2011 1/20 2011 Intervenants Denis le Bouteiller, responsable de la mission Expérience

Plus en détail

Techniques des prévisions de ventes

Techniques des prévisions de ventes Techniques des prévisions de ventes Introduction Les techniques des prévisions de ventes servent à : Anticiper, à éviter les risques et à maitriser au mieux l avenir dans un contexte concurrentiel. PLAN

Plus en détail

Déclassement d'actifs et stock brut de capital

Déclassement d'actifs et stock brut de capital Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Déclassement d'actifs et stock brut de capital Merci

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 1 Macroéconomie : croissance à

Plus en détail

SES. Terminale Devoir surveillé (anglais euro)

SES. Terminale Devoir surveillé (anglais euro) SES. Terminale Devoir surveillé (anglais euro) Durée: 2 heures (vous ferez -au choix- soit a- les deux premières parties de l'ec, soit b- la troisième de l'ec). Cette épreuve comprend trois parties. 1

Plus en détail

Chapitre 5 L approche concurrentielle de Michael Porter

Chapitre 5 L approche concurrentielle de Michael Porter Economie industrielle 2 EOST 1 ère année d Ecole Chapitre 5 L approche concurrentielle de Michael Porter Jean-Alain Héraud 2012-2013 L avantage concurrentiel Porter (1985): Competitive advantage Comment

Plus en détail

Chapitre I :Seuil de rentabilité. Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM

Chapitre I :Seuil de rentabilité. Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM Chapitre I :Seuil de rentabilité Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM PLA N I- Introduction II- Charges 1- Charges variables 2- Charges fixes 3- Charges mixtes III- Le compte de résultat différentiel IV- Seuil

Plus en détail

L analyse de la Chaîne de Valeur

L analyse de la Chaîne de Valeur L analyse de la Chaîne de Valeur Présentation de la chaîne de valeur En principe, une entreprise cherche à obtenir un avantage concurrentiel et se donne pour mission de créer de la valeur pour ses clients.

Plus en détail

Partie 2 Entreprises et production

Partie 2 Entreprises et production CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN Partie 2 Entreprises et production Introduction La production est réalisée par des organisations de nature très différente et aux objectifs très variés, mais toutes

Plus en détail

Chapitre 1 Quelles sont les sources de la croissance?

Chapitre 1 Quelles sont les sources de la croissance? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 mars 2015 à 13:38 Chapitre 1 Quelles sont les sources de la croissance? Notions : PIB, IDH, investissement, progrès technique, croissance endogène, productivité

Plus en détail

Date Les sources de la croissance Objectifs

Date Les sources de la croissance Objectifs Date Les sources de la croissance Objectifs Intro : Objectifs : - Comprendre les origines de la croissance - Mettre en évidence le rôle que jouent les agents économiques pour favoriser la croissance 1)

Plus en détail

Management de l Entreprise. Manag. de l Ent.

Management de l Entreprise. Manag. de l Ent. Management de l Entreprise Manag. de l Ent. 6 161 GE04 17h GE10 GE11 Gestion des ressources humaines apprendre et utiliser les outils pertinents des ressources humaines pour comprendre les fonctionnements

Plus en détail

Another BRIC in the Wall

Another BRIC in the Wall Another BRIC in the Wall BSI Economics Résumé : - Une trappe à développement est souvent définie comme une phase de ralentissement ou de stagnation de la croissance suite au rattrapage rapide d une économie

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT COMPÉTITIVITÉ ET EMPLOI (CICE) : BÉNÉFICIEZ D UN AVANTAGE EN TRÉSORERIE! BDO vous accompagne pour préfinancer votre CICE.

CRÉDIT D IMPÔT COMPÉTITIVITÉ ET EMPLOI (CICE) : BÉNÉFICIEZ D UN AVANTAGE EN TRÉSORERIE! BDO vous accompagne pour préfinancer votre CICE. CRÉDIT D IMPÔT COMPÉTITIVITÉ ET EMPLOI (CICE) : BÉNÉFICIEZ D UN AVANTAGE EN TRÉSORERIE! BDO vous accompagne pour préfinancer votre CICE. Tout ce que vous devez savoir sur le CICE et sur son dispositif

Plus en détail

La démarche d intelligence économique

La démarche d intelligence économique PROGRAMME D APPUI AU COMMERCE ET À L INTÉGRATION RÉGIONALE Un programme financé par l Union européenne RENFORCEMENT DE LA COMPETITIVITE DES ENTREPRISES ET INTELLIGENCE ECONOMIQUE MARINA SAUZET CONSULTANTE

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

Le Code Génétique de la Marque

Le Code Génétique de la Marque Le Code Génétique de la Marque Le clé pour identifier et renforcer durablement le modèle de reussite de la marque Société de conseil international en gestion stratégique et opérationnelle des marques 39,

Plus en détail

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L INDUSTRIE DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L INDUSTRIE DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L INDUSTRIE DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT Titre du projet «Appui à la mise en œuvre de la stratégie

Plus en détail

La gestion de l entreprise numérique

La gestion de l entreprise numérique Chapitre 1 La gestion de l entreprise numérique OBJECTIFS Expliquer pourquoi les SI sont devenus si importants pour les affaires et la gestion Évaluer le rôle des SI dans le contexte d affaires concurrentiel

Plus en détail

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique 2 ORIENTATIONS DE L'OCDE POUR LES POLITIQUES CONCERNANT LE CONTENU NUMÉRIQUE Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique Le contenu numérique est devenu un élément de plus

Plus en détail

Développer le marketing des PME

Développer le marketing des PME 28/07/2010 Confidentiel - Tous droits de reproduction réservés 1 mondirecteur N attendez pas d être grand pour croître! Développer le marketing des PME Groupe Bijouterie Joaillerie 28/07/2010 Confidentiel

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING 1. La notion de marché 2. La définition du Marketing et du Marketing - Mix 3. Les fonctions de l entreprise 4. La stratégie push ( fonction de production ) 5. La stratégie

Plus en détail

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers)

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers) 23 COMMENT PEUT-ON EXPLIQUER LE CHÔMAGE? A La population active augmente-t-elle trop vite? a) Le chômage : une population active supérieure à l'emploi 1. Au niveau d une économie nationale, le chômage

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

COMMERCE ÉLECTRONIQUE INTERENTREPRISES, TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION ET PERFORMANCE ÉCONOMIQUE

COMMERCE ÉLECTRONIQUE INTERENTREPRISES, TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION ET PERFORMANCE ÉCONOMIQUE COMMERCE ÉLECTRONIQUE INTERENTREPRISES, TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION ET PERFORMANCE ÉCONOMIQUE Martin Brookes Économiste senior, Goldman Sachs Je vais diviser ma présentation en

Plus en détail

Exemples d utilisation

Exemples d utilisation Exemples d utilisation Afin de vous donner une indication de la puissance de Librex, voici quelques exemples de la façon dont le logiciel peut être utilisé. Ces exemples sont des cas réels provenant de

Plus en détail

Présentation de nos activités

Présentation de nos activités Présentation de nos activités Acquisition Cession Valorisation Conseil Notre activité Triactis est un cabinet de conseil en transmissions et acquisitions spécialisé dans le domaine de l assurance : Notre

Plus en détail

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Description de l étude Depuis 10 ans, la CCI de Troyes et de l Aube s est résolument engagée dans une démarche de progrès, concrétisée par une

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Fiche de synthèse : entreprises et ménages

Fiche de synthèse : entreprises et ménages Fiche de synthèse : entreprises et ménages Producteurs et consommateurs Les agents économiques sont classés dans les comptes nationaux en fonction de leur rôle dans le processus de création, de répartition

Plus en détail

Transformation digitale

Transformation digitale La plateforme bancaire internationale. Pour chaque métier. décembre 2015 Transformation digitale Les défis de la distribution bancaire Par Olivier Cruanès, Responsable Marketing SOMMAIRE 1 La révolution

Plus en détail

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F.Adm.A., CMC Conseiller en gestion Direction de la gestion

Plus en détail

Comité consultatif sur l application des droits

Comité consultatif sur l application des droits F WIPO/ACE/10/13 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 1 ER SEPTEMBRE 2015 Comité consultatif sur l application des droits Dixième session Genève, 23 25 novembre 2015 OUTILS PÉDAGOGIQUES POUR LA PROMOTION DU RESPECT

Plus en détail

Thème 11 : La présentation de l entreprise et le rapport de stage... 75

Thème 11 : La présentation de l entreprise et le rapport de stage... 75 Gestion de l entreprise 1 - L ENTREPRISE Thème 1 : L entreprise : unité de production et centre de répartition de revenus... 3 Thème 2 : L entreprise citoyenne et son éthique... 9 Thème 3 : La classification

Plus en détail

Epreuve de Sciences économiques et sociales

Epreuve de Sciences économiques et sociales Epreuve de Sciences économiques et sociales Sujet zéro 1 1/ Question d analyse microéconomique ou macroéconomique (6 points) Expliquer et représenter graphiquement les gains à l échange. 2/ Conduite d

Plus en détail

UNIVERSITE «SOLIDAIRE ET CITOYENNE»

UNIVERSITE «SOLIDAIRE ET CITOYENNE» UNIVERSITE «SOLIDAIRE ET CITOYENNE» Par l ESEAC de l IEP de Grenoble : Synthèse phase exploratoire Recherche-Action Les innovations organisationnelles dans la création d activités artisanales et culturelles

Plus en détail

Les outils de planification d achat. Préparé par : Othman karra

Les outils de planification d achat. Préparé par : Othman karra Les outils de planification d achat Préparé par : Othman karra plan INTRODUCTION I. Rôle des stocks dans la fonction achat 1. définition des stocks 2. avantages et inconvénients des stocks 3. types de

Plus en détail

Communication externe. Qui sommes-nous?

Communication externe. Qui sommes-nous? Communication externe Qui sommes-nous? La Banque nationale de Belgique Partout dans le monde, les banques centrales ont pour missions principales de mettre les billets en circulation, de conduire la politique

Plus en détail

L OUVERTURE DU MARCHE DE L ELECTRICITE

L OUVERTURE DU MARCHE DE L ELECTRICITE L OUVERTURE DU MARCHE DE L ELECTRICITE (clients domestiques) Soumis à une «révolution» sans égale depuis l électrification de notre pays, le marché de l électricité est en train de se métamorphoser : ouverture

Plus en détail

La revalorisation des droits à la retraite avant leur liquidation différences entre les régimes de base et les régimes complémentaires

La revalorisation des droits à la retraite avant leur liquidation différences entre les régimes de base et les régimes complémentaires CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2015 à 9 h 30 «La revalorisation des pensions et des droits à la retraite : problématique et résultats de projection» Document N 5 Document

Plus en détail

Devoir de contrôle n 1

Devoir de contrôle n 1 Lycée: El Hrairia Prof: Mme Manaâ. K Matière : économie Devoir de contrôle n 1 Durée : 2 heures Classe: 4 ème E&G 2 Année scolaire: 2010/2011 Partie I : (10 points) Question n 1 : (4 points) Comment un

Plus en détail

Thème 1 : Croissance, fluctuations et crises. Chapitre 1 : Quelles sont les sources de la croissance économique?

Thème 1 : Croissance, fluctuations et crises. Chapitre 1 : Quelles sont les sources de la croissance économique? Thème 1 : Croissance, fluctuations et crises Chapitre 1 : Quelles sont les sources de la croissance économique? I Qu'est-ce que la croissance, comment la mesurer? 1) Définir la croissance économique La

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Rapport Financier Annuel Simplifié 2014

Rapport Financier Annuel Simplifié 2014 Rapport Financier Annuel Simplifié 2014 SOMMAIRE 1. Rapport d activité 2014 2. Etat de la situation financière consolidée 3. Compte de résultat consolidé 4. Etat du résultat global 5. Variation des capitaux

Plus en détail

Chapitre 4: Les facteurs de production: le travail et le capital.

Chapitre 4: Les facteurs de production: le travail et le capital. Chapitre 4: Les facteurs de production: le travail et le capital. I. Le facteur travail. A. Aspect quantitatif: la population active. 1. La population active. Si on suit les définitions du bureau international

Plus en détail

FICHE METHODE COMMENT ABORDER L EPREUVE COMPOSEE?

FICHE METHODE COMMENT ABORDER L EPREUVE COMPOSEE? FICHE METHODE COMMENT ABORDER L EPREUVE COMPOSEE? 1. Structure de l épreuve : L EPREUVE COMPOSEE LE TEXTE OFFICIEL 3 parties différentes. Partie 1 - Mobilisation des connaissances (6 points) 2 questions

Plus en détail

Les soldes intermédiaires de gestion

Les soldes intermédiaires de gestion Les soldes intermédiaires de gestion Fiche 6 Objectifs Identifier les soldes intermédiaires de gestion. Pré-requis Fiches 1, 2 et 3. Mots-clés Soldes intermédiaires de gestion, tableau des soldes intermédiaires

Plus en détail

Évaluation des fonds de commerce

Évaluation des fonds de commerce MICHEL MARX Expertises EXPERTS IMMOBILIERS SPÉCIALISTES DE LA PROPRIÉTÉ COMMERCIALE Évaluation des fonds de commerce Encyclopédie DELMAS - Evaluation des fonds de commerce - 1999-13e édition I - Les différentes

Plus en détail

SIMPLIFIER LA PRODUCTION DE VOS TRADUCTIONS

SIMPLIFIER LA PRODUCTION DE VOS TRADUCTIONS SIMPLIFIER LA PRODUCTION DE VOS TRADUCTIONS Le souci majeur lié aux traductions n est pas tant la traduction du document en luimême mais plutôt le flux de production sous-jacent. De nos jours ce processus

Plus en détail

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise?

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1. 4 - Le Haut de gamme survira-t-il à la crise? Jean-Marc Bellaiche (Boston Consulting Groupe) «Le secteur du luxe, de taille modeste au début

Plus en détail

QUESTION DE SYNTHESE

QUESTION DE SYNTHESE QUESTION DE SYNTHESE Il est demandé au candidat : 1. de conduire le travail préparatoire qui fournit des éléments devant être utilisés dans la synthèse ; 2. de répondre à la question de synthèse : par

Plus en détail

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger!

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Programme de formation Méthode pédagogique Le parcours «Chef d entreprise, votre métier c est diriger!» se compose de 18 journées de formation collective

Plus en détail

La pertinence de l information pour agir au bon moment. Recherche exploitation de. l information. & pertinente

La pertinence de l information pour agir au bon moment. Recherche exploitation de. l information. & pertinente La pertinence de l information pour agir au bon moment Recherche exploitation de & pertinente l information Une expertise reconnue dans la gestion et le traitement de l information Face à une croissance

Plus en détail

Migration d un logiciel de gestion

Migration d un logiciel de gestion Auteur : David PERRET Publication : 01/11/2015 Toute société utilisatrice de logiciel de gestion est inéluctablement confrontée à des migrations de données. Ces migrations représentent des risques et un

Plus en détail

Transfert technologique et Propriété Intellectuelle

Transfert technologique et Propriété Intellectuelle Transfert technologique et Propriété Intellectuelle -Maroc - Alger, 29 Janvier 2013 INTRODUCTION Écosystème de l innovation Stratégie Objectifs - Moyens Gouvernance Transfert de technologie Propriété Intellectuelle

Plus en détail

Suivre l évolution d un stock

Suivre l évolution d un stock Vous avez appris à effectuer les entrées, les sorties et les inventaires qui sont les mouvements physiques des articles en stock. Vous avez appris à décrire à l aide d une fiche de stock manuelle ou informatisée

Plus en détail

«Paquet climat / énergie»

«Paquet climat / énergie» «Paquet climat / énergie» Atelier de travail du Ministère de l Environnement 28 février 2008 Contexte Conclusions du Conseil européen de mars 2007 Réduire les émissions de gaz à effet de serre de 20% d

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Evaluation du projet Innovant

Evaluation du projet Innovant Evaluation du projet Innovant Etat d avancement Evaluation de la technologie Evaluation du marché Analyse maturation Régis Ferron, Responsable Marketing, Maturation, Développement d affaires Institut de

Plus en détail

Présentation par. Nicole Fontaine ministre déléguée à l Industrie

Présentation par. Nicole Fontaine ministre déléguée à l Industrie Présentation par Nicole Fontaine ministre déléguée à l Industrie 7 N O V E M B R E 2 0 0 3 73 QUATRIEME PARTIE : Fiches explicatives des mesures proposées 74 Maîtrise de l énergie I. La situation en France

Plus en détail

Thème 2 : Aménager et développer les territoires français Chapitre 6 : Mobilités, flux et réseaux de communication dans la mondialisation

Thème 2 : Aménager et développer les territoires français Chapitre 6 : Mobilités, flux et réseaux de communication dans la mondialisation Problématique : Comment les réseaux de communication du territoire français permettent-ils une intégration dans les réseaux de la mondialisation afin d accroître les mobilités et les flux sur le territoire

Plus en détail

Propreté & Services Associés - Logistique & Manutention - Assistance Aéroportuaire Ingénierie & Maintenance Nucléaire - Décontamination,

Propreté & Services Associés - Logistique & Manutention - Assistance Aéroportuaire Ingénierie & Maintenance Nucléaire - Décontamination, Propreté & Services Associés - Logistique & Manutention - Assistance Aéroportuaire Ingénierie & Maintenance Nucléaire - Décontamination, Démantèlement Nucléaire Gestion des Déchets - Sécurité Humaine &

Plus en détail

En proposant une formation souvent moins onéreuse et plus

En proposant une formation souvent moins onéreuse et plus CHAPITRE UN EXEMPLES DE FORMATIONS EN LIGNE En proposant une formation souvent moins onéreuse et plus pratique que les autres méthodes, l apprentissage en ligne est aujourd hui en train de transformer

Plus en détail

Transition numérique & transition énergétique

Transition numérique & transition énergétique Transition numérique & transition énergétique Mutation des chaînes de la valeur Jean Claude FRAVAL Prospectiviste @ IMAGES & RESEAUX 151007 veille.technologique@orange.fr veille.technologqiue@orange.fr

Plus en détail

- ACHATS RESPONSABLES - L Achat innovant, un changement culturel. Acheteurs de l Etat, établissements publics, collectivités locales, hôpitaux

- ACHATS RESPONSABLES - L Achat innovant, un changement culturel. Acheteurs de l Etat, établissements publics, collectivités locales, hôpitaux - ACHATS RESPONSABLES - L Achat innovant, un changement culturel Les Achats doivent cultiver l idée que tout besoin peut donner lieu à une recherche d innovation Acheteurs de l Etat, établissements publics,

Plus en détail

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Introduction Lors de la campagne sur le référendum du Traité constitutionnel européen en 2005, la figure du «plombier

Plus en détail

Investissement au Maroc

Investissement au Maroc Investissement au Maroc Pourquoi le Maroc La compétitivité des coûts A seulement 14 km de l Europe, le Maroc se positionne comme une plateforme compétitive à l export: o Des charges salariales réduites

Plus en détail

Comptabilité et gestion Sujet n 3

Comptabilité et gestion Sujet n 3 Comptabilité et gestion Sujet n 3 CAS FERRALSA Ce cas est constitué de deux dossiers indépendants à traiter obligatoirement PREMIER DOSSIER Ce dossier comporte une annexe La société FERRALSA a pour activité

Plus en détail

Comment développer vos missions paie?

Comment développer vos missions paie? Comment développer vos missions paie? La performance des cabinets ne repose pas seulement sur une course à la productivité mais sur une stratégie de croissance fondée sur : Le savoir La qualité du service

Plus en détail

CHAPITRE «CROISSANCE, CAPITAL ET PROGRES TECHNIQUE»

CHAPITRE «CROISSANCE, CAPITAL ET PROGRES TECHNIQUE» CHAPITRE «CROISSANCE, CAPITAL ET PROGRES TECHNIQUE» I ) SOURCES DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE : La croissance économique est d abord une réalité quantitative. Généralement, on mesure cette croissance avec

Plus en détail

Pourquoi la croissance potentielle est-elle aussi faible dans la zone euro?

Pourquoi la croissance potentielle est-elle aussi faible dans la zone euro? septembre 9 - N 39 Pourquoi la croissance potentielle est-elle aussi faible dans la zone euro? La croissance potentielle et la tendance des gains de productivité sont anormalement faibles dans la zone

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Référencement des prestataires Mode d emploi» Vous envisagez de participer au Dispositif Local d Accompagnement (DLA) en Région Champagne- Ardenne, sur des missions d

Plus en détail

Présentation de la solution SAP SAP Technology SAP Afaria. La mobilité d entreprise comme vecteur d avantage concurrentiel

Présentation de la solution SAP SAP Technology SAP Afaria. La mobilité d entreprise comme vecteur d avantage concurrentiel Présentation de la solution SAP SAP Technology SAP Afaria La mobilité d entreprise comme vecteur d avantage concurrentiel des périphériques et des applications des périphériques et des applications La

Plus en détail

1- PRINCIPES DE GESTION DES RISQUES

1- PRINCIPES DE GESTION DES RISQUES 1- PRINCIPES DE GESTION DES RISQUES Objectifs du chapitre : à la fin de ce chapitre, vous devrez savoir... expliquer ce qu est un «risque» différencier les techniques fondamentales (éviter/prévenir/absorber/transférer)

Plus en détail

Baromètre de la Maturité numérique des dirigeants. Edition 2013. IDC France - Syntec Numérique Top Management France

Baromètre de la Maturité numérique des dirigeants. Edition 2013. IDC France - Syntec Numérique Top Management France Baromètre de la Maturité numérique des dirigeants Edition 2013 IDC France - Syntec Numérique Top Management France Didier Krainc Karim Bahloul Sébastien Lamour Structure de l échantillon Taille des entreprises

Plus en détail

TP 3 : LA SELECTION DES MARCHES ETRANGERS ET LES MODES DE DISTRIBUTION A L ETRANGER

TP 3 : LA SELECTION DES MARCHES ETRANGERS ET LES MODES DE DISTRIBUTION A L ETRANGER GACO S TP : LA SELECTION DES MARCHES ETRANGERS ET LES MODES DE DISTRIBUTION A L ETRANGER Cas n : SELECTION DES MARCHES CIBLES : AQUALUX / Pour appréhender ces marchés, les critères généraux et spécifiques

Plus en détail