SANOFI, ENGAGÉ DANS LA LUTTE ANTI-CONTREFAçON DANS LE MONDE.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SANOFI, ENGAGÉ DANS LA LUTTE ANTI-CONTREFAçON DANS LE MONDE."

Transcription

1 faux médicaments, vrai danger pour la santé Crédits photos : Getty images, istockphoto. SANOFI, ENGAGÉ DANS LA LUTTE ANTI-CONTREFAçON DANS LE MONDE.

2 La contrefaçon de médicaments : un danger pour la santé Les médicaments contrefaits peuvent être soit inactifs, donc inefficaces pour traiter ou prévenir une pathologie, soit toxiques et avoir des effets nocifs sur la santé des patients. La contrefaçon de médicaments est un fléau de santé publique, qui se propage rapidement et fait apparaître tous les jours de nouveaux cas aux quatre coins du monde : le trafic de produits contrefaisants met en danger la vie des patients, exposés à leur insu à des produits inefficaces, voire dangereux. Le médicament n est pas un produit comme les autres. Avant toute commercialisation, il doit obtenir une Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) délivrée par une autorité compétente. Cette AMM garantit la sécurité, la qualité et l efficacité du produit. Les «faux médicaments» ne respectent pas ces exigences. Leur fabrication, frauduleuse, ne fait l objet d aucun contrôle des autorités sanitaires (ou des professionnels de santé). Rien ne garantit leur qualité ou leur efficacité. Ils peuvent être : soit inactifs, donc inefficaces pour traiter ou prévenir une pathologie, soit toxiques et avoir des effets nocifs sur la santé des patients. Dans tous les cas, les médicaments contrefaits peuvent être dangereux pour la santé des patients.

3 faux médicaments, vrai danger pour la santé Définition d un médicament falsifié Selon la nouvelle directive du Parlement Européen et du Conseil (1) publiée au journal officiel le 1 er juillet 2011 : Un médicament falsifié est un médicament comportant une fausse présentation de : son identité, y compris de son emballage et de son étiquetage, de sa dénomination ou de sa composition s agissant de l un quelconque de ses composants, y compris les excipients, et du dosage de ces composants ; sa source, y compris de son fabricant, de son pays de fabrication, de son pays d origine ou du titulaire de son Autorisation de Mise sur le Marché ; ou son historique, y compris des enregistrements et des documents relatifs aux circuits de distribution utilisés. La présente définition n inclut pas les défauts de qualité non intentionnels et s entend sans préjudice des violations des droits de propriété intellectuelle. De plus, le Conseil de l Europe a élaboré une convention internationale qui constitue, pour la première fois, un instrument juridique contraignant, en abordant sous l angle du droit pénal, la contrefaçon mais aussi la fabrication et la distribution de produits médicaux mis sur le marché sans autorisation ou en violation des normes de sécurité (Convention MEDICRIME). On constate aujourd hui que les spécialités pharmaceutiques les plus fréquemment falsifiées incluent des traitements innovants portant sur des pathologies lourdes (cancer, maladies cardiaques, troubles neurologiques et infections) alors que précédemment, la falsification touchait davantage des traitements dits de confort comme par exemple les médicaments indiqués dans les dysfonctions érectiles. La falsification peut concerner à la fois les produits de marque et les produits génériques. Un médicament falsifié peut ainsi être : un produit dans lequel on ne trouve aucune trace de principe actif, un produit contenant le ou les bons principes actifs, mais au mauvais dosage, un produit contenant des impuretés ou des substances toxiques. Un produit contenant d autres principes actifs que ceux du produit authentique. Les risques induits par la falsification de médicaments sont multiples : atteinte à la santé des patients, alimentation d une économie parallèle contraire à tous les principes du développement durable (atteintes à la sécurité, à l hygiène, à l environnement, à l éthique, aux Droits de l Homme ). (1) Crédits photos : Getty images, istockphoto.

4 La contrefaçon de médicaments : une problématique mondiale 10 % du marché mondial des médicaments sont des contrefaçons, selon les estimations de l Organisation Mondiale de la Santé (1). Un défi planétaire La fabrication et la commercialisation de faux médicaments relèvent d un véritable trafic international. Cette activité générerait des profits supérieurs à ceux du trafic illicite de stupéfiants mais exposerait à des sanctions souvent très limitées. En effet, dans de nombreux pays la contrefaçon n est pas une infraction pénale. Lorsqu elle l est, les peines encourues ne sont en général pas spécifiques à la falsification de médicaments mais communes à tous les actes de contrefaçon. Selon l OMS (1), dans la plupart des pays industrialisés dotés de systèmes réglementaires et de contrôles du marché efficaces (c est-à-dire l Australie, le Canada, le Japon, la Nouvelle-Zélande, la plus grande partie de l Union Européenne et les Etats-Unis d Amérique), son incidence est extrêmement faible, moins de 1% de la valeur du marché selon les estimations des pays concernés. Mais dans de nombreux pays africains, dans certaines régions d Asie, d Amérique Latine et dans les pays en économie émergente, la proportion de médicaments en vente qui sont des contrefaçons est beaucoup plus élevée, pouvant atteindre 20 à 30%. Par ailleurs, Internet est devenu un des vecteurs privilégiés de diffusion des médicaments falsifiés. (1) Organisation mondiale de la Santé. Médicaments contrefaits. Disponible sur : (Décembre 2011)

5 faux médicaments, vrai danger pour la santé Selon l OMS (1), dans plus de 50 % des cas, les médicaments achetés sur des sites Internet dissimulant leur adresse physique, seraient des contrefaçons. Le Pharmaceutical Security Institute représente la seule base de données mondiale fonctionnelle qui recense les cas de contrefaçon, contrebande illégale et vols de produits pharmaceutiques. Les analyses proviennent de rapports de presse, des soumissions des sociétés membre du PSI et des partenariats de secteur public-privé. Certaines régions du monde (Asie, Afrique ) sont plus touchées que d autres par ce phénomène, parce que les circuits de distribution de médicaments y sont moins contrôlés et le niveau de couverture sociale faible. Mais les routes de la contrefaçon ne connaissent pas de frontière. Par exemple, un produit falsifié peut être fabriqué en Chine, exporté vers la Grande Bretagne et «s infiltrer» via un grossiste dans la chaîne de distribution légale ou, acheté sur Internet en n importe quel point de la planète. En Europe, selon un rapport récent publié en juillet 2011, plus de trois millions de médicaments potentiellement contrefaits (intégrant les violations du droit de la propriété intellectuelle) ont été saisis par les douanes européennes. Évolution des cas de contrefaçon identifiés (2) % Les produits les plus touchés Les contrefacteurs s attaquent en priorité à des marchés à forte profitabilité, dont la taille présente un potentiel important et où les marques sont bien implantées. Des contrefaçons ont été observées pour toutes les sortes de médicaments - spécialités ou médicaments génériques - incluant des médicaments pour des maladies potentiellement mortelles. (1) Organisation mondiale de la Santé. Médicaments contrefaits. Disponible sur : (Décembre 2011) (2) Pharmaceutical Security Institute 2010 situation report (3) Source : Report on European customs Chiffres-clés Plus de 3 millions de médicaments ont été saisis par les douanes européennes. (3) % + 50 des médicaments achetés sur des sites Internet qui dissimulent leur véritable adresse seraient des contrefaçons selon l oms. (1) Crédits photos : Getty images.

6 L engagement de Sanofi dans la lutte anti-contrefaçon dans le monde Sanofi coopère, au niveau international et local, avec les autorités publiques et avec les acteurs concernés pour protéger les patients de ce risque. Avec plus de collaborateurs dans plus de 100 pays, Sanofi est l un des leaders mondiaux de la Santé. L accès pour les patients à des soins et des médicaments de qualité est une priorité pour Sanofi. Le Groupe se mobilise au quotidien pour lutter contre la contrefaçon de médicaments qui constitue un grave danger pour la santé et la vie des patients. Sanofi s engage pour assurer la sécurité des patients dans le monde et pour conserver la confiance de ceux-ci dans ses médicaments, en luttant efficacement contre la contrefaçon des médicaments en collaboration étroite avec les autorités publiques. un engagement majeur Actif depuis plusieurs années dans la lutte anti-contrefaçon, Sanofi coopère, au niveau international et local, avec les autorités publiques et avec les acteurs concernés pour protéger les patients de ce risque. Sanofi concentre ses moyens notamment : la veille et la collecte d informations sur les produits contrefaisants à travers son Laboratoire Central d Analyses des Contrefaçons, et la prévention technologique, avec la mise en œuvre de solutions innovantes permettant d assurer la protection et la traçabilité de ses produits. Sanofi est également très impliqué dans la lutte contre la cybercriminalité et participe avec des partenaires à de nombreuses initiatives autour de la lutte contre la contrefaçon. Dans le monde, ses experts interviennent régulièrement dans des écoles et des universités pour sensibiliser les dirigeants, responsables d institutions, médecins et pharmaciens aux enjeux de la contrefaçon. Les filiales de Sanofi s associent à des campagnes de sensibilisation grand public dans les pays.

7 Anti-counterfeiting Piloting Committee faux médicaments, vrai danger pour la santé Anti-counterfeiting Coordination Department Une organisation qui conjugue Coordination Centrale et informations de terrain Safety Pour lutter efficacement contre la contrefaçon, Sanofi s est doté d une équipe de coordination centrale qui regroupe les différents experts concernés par cet enjeu : Affaires Industrielles, Industrial Sûreté, Médical/ Affaires Réglementaires, Juridique, Affaires Publiques affaires et Communication. Ce maillage opérationnel Pharmaceutical permet une meilleure réactivité et la mise en place d actions concrètes contre la contrefaçon des médicaments. Operations Dans les filiales, un réseau de coordinateurs permet de partager les informations et d agir localement en coordination avec les autorités du pays. Regulatory Cette stratégie de coordination permet la mise en place de : surveillance Affairesde marché surveillance de la distribution support Legal aux autorités compétentes dans leur identification Affairs de réseaux de contrefaçons le cas échéant, des actions juridiques, en favorisant l approche pénale lorsque le droit applicable le permet, Public Affairs & afin de faire sanctionner les contrefacteurs. Communication Coordinateurs filiales Crédits photos : Getty images, istockphoto.

8 Un laboratoire central d analyse pour identifier les médicaments contrefaits En 2008, Sanofi a créé son propre laboratoire dédié à l analyse des contrefaçons. Implanté sur le site de production de Tours, en France, ce laboratoire, unique dans le monde, centralise les cas de suspicions de contrefaçon pour tous les produits Sanofi. Le Laboratoire Central d Analyse des Contrefaçons est doté d une équipe d experts et de technologies de pointe. Doté d une équipe dédiée d experts et de technologies de pointe, le Laboratoire Central d Analyse des Contrefaçons (LCAC) a une triple mission : procéder directement aux examens techniques des emballages et notices ainsi qu aux analyses chimiques les plus poussées des échantillons suspects ; concevoir des méthodes d analyse, en partie dans l objectif de les diffuser au plan mondial pour permettre à chaque site industriel d examiner et d analyser avec les mêmes critères tous les produits suspects correspondant à ceux fabriqués par le groupe ; centraliser les fiches cartes d identité correspondants aux contrefaçons répertoriées, dans une base de données centrale et unique, seule capable d effectuer les rapprochements entre les diverses contrefaçons au sein du groupe. Le LCAC est ainsi devenu un outil indispensable, à la disposition des autorités de santé, de police, des douanes et, bien évidement, de l autorité judiciaire en France, mais aussi dans tous les pays concernés.

9 faux médicaments, vrai danger pour la santé Les produits adressés au laboratoire pour analyse proviennent des douanes, de la police, des autorités de santé ou sont signalés par des professionnels de santé. Sanofi procède également à des «surveillances de marchés» en effectuant des achats anonymes, dans des pays ciblés, sur Internet ou en pharmacie. Depuis 2008, le Laboratoire a analysé plus de produits suspects. Les résultats de ces analyses permettent de fournir des bases solides pour mobiliser les autorités locales, mener des actions juridiques mais aussi développer, dans les pays où des cas de contrefaçons ont Examen visuel, analyses d images, traçabilité, base de données Les 3 étapes de l analyse examen Spectroscopique Analyses chimiques été identifiés, des programmes proactifs de lutte contre les médicaments contrefaits. Coordination Pays Achats dans les pharmacies ou par Internet Saisie par la police, les douanes Envoi de produits suspects par les patients et les professionnels de santé Surveillance de marché Coordination centrale Laboratoire Central Anti-contrefaçon de Tours Crédits photos : Getty images, istockphoto.

10 Des technologies industrielles innovantes pour protéger nos médicaments Les contrefacteurs utilisent des moyens de plus en plus sophistiqués pour produire de faux médicaments, ce qui nécessite de la part des industries pharmaceutiques une innovation technologique constante en matière de protection et de traçabilité des produits, de détection des faux médicaments et de sécurisation de la chaîne d approvisionnement et de distribution. Sanofi soutient activement la mise en place d un système international commun de codification et de vérification des médicaments. Protéger les produits Pour éviter la falsification de ses produits et pouvoir authentifier rapidement ses médicaments sur le terrain, Sanofi a mis au point une étiquette de très haute sécurité, (SASL : Sanofi Aventis Security Label). Cette étiquette contient des éléments d authentification visibles (pour les distributeurs et les patients) et invisibles (connus seulement de Sanofi). En 2011, Sanofi a étendu l usage de l étiquette de sureté SASL à tous ses nouveaux médicaments (Multaq, Jevtana, ) et à ses produits sensibles (Plavix, Taxotere, ) commercialisés dans le monde. De plus, Sanofi privilégie l utilisation de packagings munis de témoins d ouverture, garantissant l intégrité des emballages d origine.

11 faux médicaments, vrai danger pour la santé Avec la mise en œuvre de data matrix, une traçabilité renforcée Depuis le 1er janvier 2011, conformément à la législation en vigueur, tous les produits Sanofi commercialisés en France sont identifiés à l aide d un «Data Matrix,», un code barre à deux dimensions imprimé sur chaque boite de médicament et contenant des informations de traçabilité : code produit (code CIP), numéro de lot et date de péremption. La lecture systématique du Data Matrix au point de dispensation (pharmacie) améliore la traçabilité des médicaments délivrés à l officine ou à l hôpital en permettant une détection automatique des produits périmés et en facilitant les rappels de lots. Depuis le 1 er janvier 2011, tous les produits Sanofi commercialisés en France sont équipés du système d identification «Data Matrix» Sanofi soutient activement le projet européen de l EFPIA (1) ayant pour but la mise en place d un système harmonisé de codification et de vérification des médicaments en Europe, basé sur l usage du code Data Matrix et la sérialisation de masse associée à un contrôle systématique aux points de dispensation. Après les résultats positifs du test pilote initié en 2009 en Suède par l EFPIA et auquel sanofi a activement participé, l objectif est que tous les états européens adoptent ce système (notamment dans le cadre de la directive européenne sur la lutte contre les médicaments falsifiés). Sur ce principe, un marquage «Data Matrix» contenant les informations de traçabilité et un numéro de série unique, a été mis en œuvre en Turquie depuis le 1 er janvier 2010 sur tous les conditionnements de Sanofi (conformément à la réglementation en vigueur). Ce dispositif, associé à un contrôle systématique du Data Matrix et des numéros de série dans les pharmacies (via une base de données) permet de lutter efficacement contre la contrefaçon et contre la fraude au remboursement (vérification de l existence du numéro de série dans la base de données, recherche de doublons, ). Sanofi poursuivra en 2012 sa politique d identification unitaire de ses médicaments, basée sur l usage du Data Matrix et des standards internationaux recommandés par la profession, conformément aux législations en vigueur dans les différents pays. (1) Fédération Européenne des Industries et Associations Pharmaceutiques. European Federation Pharmaceutical Industries and Associations Crédits photos : D.R.

12 La lutte contre les réseaux de vente illicite de médicaments sur Internet INTERNET : cible des contrefacteurs Un grand nombre de sites Internet opère en toute illégalité, proposant des médicaments sur prescription sans ordonnance, et vendant des produits non approuvés ou falsifiés. Dans les pays industrialisés et les pays en développement, les ventes de produits pharmaceutiques sur Internet constituent une importante source de médicaments contrefaits, mettant en péril la santé des personnes à la recherche de médicaments moins chers ou non autorisés. Certaines pharmacies en ligne ont une existence tout à fait légale et ont été créées pour faciliter l accès au médicament pour le consommateur (par exemple : en Allemagne, aux Etats-Unis, aux Pays-Bas, au Portugal, au Royaume Uni). Cependant, un grand nombre de sites Internet opère en toute illégalité, proposant des médicaments sur prescription sans ordonnance, et vendant des produits non approuvés ou falsifiés. Aux mains d organisations criminelles, ces structures fonctionnent en réseau, masquant leur véritable identité ou trichant sur leur localisation.

13 faux médicaments, vrai danger pour la santé Des compétences INTERNEs Au sein de l équipe Sanofi de lutte contre la contrefaçon, un cybercriminaliste prend en charge la veille sur Internet à la recherche de produits contrefaits. Il détecte les pharmacies en ligne, grossistes et fabricants qui commercialisent les produits ou les molécules Sanofi et vérifie les informations communiquées par ces entités : titulaire du site, localisation du serveur, coordonnées de la société Des recoupements sont alors effectués, et en cas d éléments suspects (faux logo, fausse adresse ), des vérifications complémentaires sont entreprises. Des tests d achat sont lancés pour soumettre des échantillons au Laboratoire central d analyses de Sanofi si nécessaire, et des dossiers peuvent être présentés devant les autorités compétentes. Les pouvoirs publics et les acteurs concernés (industriels, opérateurs de e - commerce) s organisent pour conjuguer leurs efforts. Les pouvoirs publics et les acteurs concernés (industriels, opérateurs de e-commerce) s organisent pour conjuguer leurs efforts. Ainsi, en France, Sanofi fait partie des signataires de la Charte de lutte contre la contrefaçon sur Internet. Dans le cadre de cette Charte, des titulaires de droit de propriété intellectuelle et des plateformes de commerce électroniques s engagent à mettre en place des moyens concrets pour lutter contre la vente de produits contrefaits sur Internet. Crédits photos : Getty images.

14 Agir contre la contrefaçon sur le plan juridique DISPARITÉS de législations Selon les PAYS Soutenir les autorités pour procéder au démantèlement des réseaux criminels de façon à protéger la santé des patients. La falsification de médicaments est un enjeu essentiel de santé publique et de criminalité organisée en ce début de 21 ème siècle. Cette activité génèrerait des profits supérieurs à ceux du trafic de drogues, et pourtant les sanctions encourues par les individus/groupes impliqués demeurent souvent très faibles. En effet, dans de nombreux pays la contrefaçon et a fortiori, la falsification de médicaments, n est pas une infraction pénale. Lorsqu elle l est, les peines encourues ne sont en général pas spécifiques à la falsification de médicaments mais communes à tous les actes de contrefaçon et plus particulièrement de violation de droits de la propriété intellectuelle. Ces sanctions varient d un pays à l autre. Il peut s agir de peines d amendes, d emprisonnement, de confiscation et destruction des marchandises contrefaisantes, de pertes de droits civiques ou du droit d exercer certaines professions. Les contrefacteurs peuvent également être condamnés au versement de dommages et intérêts. De manière plus générale, il n existe souvent aucune norme spécifique à la falsification de médicaments : actuellement, selon les pays, ce sont le droit de la santé, le droit pénal général et/ou le droit de la propriété intellectuelle qui définissent la possibilité de sanctionner ces actes.

15 faux médicaments, vrai danger pour la santé Il n existait pas d instrument international qui apportait une définition unanimement admise de la falsification de médicaments et qui pouvait servir de base à la prévention et à la répression de cette activité constituant une menace de santé publique. Une mobilisation a eu lieu ces dernières années. Elle a permis l adoption de la directive européenne 2011/62/UE visant à prévenir l introduction de médicaments falsifiés dans la chaîne d approvisionnement légale. Le Conseil de l Europe a adopté la convention Médicrime ayant une approche pénale de la contrefaçon de produits médicaux. Cette convention est ouverte à la signature des 47 états membres du Conseil de l Europe et à tout état intéressé par l adoption d une telle réglementation. Des SAncTIons plutôt que des indemnisations Une mobilisation politique a eu lieu ces dernièresannées au sein de certaines instances intergouvernementales et a permis l adoption au Conseil de l Europe de la «convention Medicrime». Sur le plan juridique, l approche de Sanofi consiste à rechercher des sanctions pénales plutôt que des indemnisations. Son action consiste à soutenir les autorités pour procéder au démantèlement des réseaux criminels de façon à protéger la santé des patients. Tous les cas de suspicion de contrefaçon dont Sanofi a connaissance de façon fortuite (par les patients, les professionnels de santé, les autorités ) sont étudiés. Sanofi coopère également avec les douanes sur des actions de sensibilisation et de formation et en établissant des dossiers de demande d intervention. Un travail de recherche systématique est mené sur Internet et des opérations tests de surveillance de marché sont organisées sur tous les continents. Chaque cas de contrefaçon doit recevoir une réponse juridique. Lorsque la législation le permet, Sanofi engage des poursuites pénales. Crédits photos : Getty images.

16 Une participation active à la lutte contre la contrefaçon en coopération avec les autorités et organismes officiels La contrefaçon de médicaments connait un essor mondial et comme toute criminalité transnationale, il convient de la combattre dans le cadre d un effort concerté et d une coopération internationale. Les différents acteurs publics et privés de la lutte anti-contrefaçon soulignent le besoin d une norme internationale qui soit reproduite dans les législations nationales. Sanofi coopère avec les autorités compétentes afin d unir les moyens de lutte contre la contrefaçon des médicaments. Une lutte à tous les échelons Considérant que la coopération «publique / privée» est un gage d efficacité dans la lutte contre la contrefaçon, Sanofi a renforcé ces dernières années sa participation et sa collaboration avec des organismes internationaux et locaux : associations professionnelles nationales et internationales compétentes, fédérations internationales (IFPMA (1) ) et européenne (EFPIA (2) ) de l industrie pharmaceutique, l OMS (Organisation Mondiale de la Santé), ICPO-Interpol, ou encore l OMD (Organisation Mondiale des Douanes). Sanofi est également très actif au sein du CNAC (Comité National Anti-Contrefaçon), de l UNIFAB (Union des Fabricants) et du LEEM (Les entreprises du médicaments) en France, du QBPC (Quality Brained Protection Committee) en Chine et du PhRMA (Pharmaceutical Research and Manufacturers of America) aux Etats-Unis. Il mutualise ses avancées et ses efforts avec les autres industriels pharmaceutiques au sein d organismes professionnels comme le Pharmaceutical Security Institute (PSI). (1) Efpia : European Federation of Pharmaceutical Industries and Associations (2) Ifpma : International Federation of Pharmaceutical Manufacturers and Associations

17 faux médicaments, vrai danger pour la santé Des instruments juridiques adaptés Le Conseil de l Europe a élaboré le premier instrument juridique international en matière pénale qui soit spécifique à la contrefaçon de produits médicaux : la Convention MEDICRIME adoptée le 8 décembre Cette convention internationale constitue un instrument juridique contraignant dans le domaine du droit pénal, car elle pénalise la fabrication de produits médicaux contrefaits mais également leur offre et leur fourniture. Ce texte est ouvert à la signature des 47 États membres du Conseil de l Europe, mais aussi de tous les États qui souhaitent travailler avec le Conseil de l Europe pour lutter contre la contrefaçon des produits médicaux. La première cérémonie de signature de 12 pays s est tenue lors de la conférence de Moscou le 28 octobre Favoriser l accès au médicament Combattre la contrefaçon est d abord une question de sécurité et de santé publique mais Sanofi considère que toute action visant à lutter légitimement contre la falsification de médicaments ne doit pas avoir pour résultat d empêcher l accès aux médicaments des populations démunies. La distribution de médicaments doit toutefois se faire dans le respect du droit de la propriété intellectuelle et être sécurisée pour éviter que des médicaments falsifiés ne parviennent aux patients. Conscient de sa responsabilité, Sanofi coordonne la lutte contre la contrefaçon de ses produits au niveau international et met en place de nombreux programmes pour favoriser l accès aux médicaments des populations défavorisées dans le monde. Favoriser les échanges Sanofi a été l un des partenaires organisateurs avec l Association EUCOJUST (3), le MHRA (4) britannique, et les douanes allemandes et françaises, de la première conférence internationale intitulée «Counterfeit medicines and organised crime Pharmacrime». Cet événement a réuni à Bruxelles en septembre 2010 plus de 130 participants originaires des États de l Union Européenne, acteurs de santé, responsables de la police, des douanes ou experts. Un nouvel événement est prévu en Ces collaborations ont notamment permis à Sanofi de : contribuer activement aux groupes de travail ayant conduit à la directive européenne sur les médicaments falsifiés adoptée le 16 mai intégrer le nouveau portail IPM (Interface Public Members) développé par l OMD (5) pour aider les administrations douanières nationales à identifier et saisir les médicaments contrefaits circulant dans le monde. co-signer la charte Internet de lutte contre la contrefaçon en France le 16 décembre 2009 dont de nouveaux développements sont en cours en soutenir l appel de Cotonou du 12 octobre 2009 lancé à l initiative du Président Jacques Chirac pour encourager la communauté internationale à élaborer une réponse juridique globale et à renforcer la collaboration entre la société civile et les services publics nationaux contre le trafic de faux médicaments. (3) European Cooperation on Justice and Home Affairs (4) Medicines and Healthcare products Regulatory Agency (5) Organisation Mondiale des Douanes Crédits photos : Getty images.

Marie-Paule Serre. Université Pierre et Marie Curie

Marie-Paule Serre. Université Pierre et Marie Curie Marie-Paule Serre Université Pierre et Marie Curie Plan 2 1. Panorama des circuits légaux de distribution des médicaments en relation avec Internet 2. Faux médicaments et Internet : enjeux économiques

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE LUTTE CONTRE LA CONTREFAÇON DES MÉDICAMENTS

DOSSIER DE PRESSE LUTTE CONTRE LA CONTREFAÇON DES MÉDICAMENTS DOSSIER DE PRESSE LUTTE CONTRE LA CONTREFAÇON DES MÉDICAMENTS MAI 2014 SOMMAIRE 1 2 3 7 10 13 15 16 Les chiffres clés Trois questions au Dr Caroline Atlani, Directrice, Coordination anti-contrefaçon La

Plus en détail

Contrefaçon de produits médicaux et infractions similaires

Contrefaçon de produits médicaux et infractions similaires page 1/5 Contrefaçon de produits médicaux et infractions similaires Points essentiels Contrefaçon de produits médicaux et infractions similaires Le Conseil de l'europe a élaboré le premier traité international

Plus en détail

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LES ACTIVITÉS DE L UNION EUROPÉENNE EN APPUI À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES Ce projet est

Plus en détail

LA CONTREFAÇON : UNE MENACE À LA HAUSSE

LA CONTREFAÇON : UNE MENACE À LA HAUSSE LA CONTREFAÇON : UNE MENACE À LA HAUSSE Autrefois confinée au luxe et considérée comme «la rançon de la gloire», la contrefaçon sévit aujourd hui dans tous les secteurs d activité. Une entreprise sur deux

Plus en détail

CONVENTION SUR LE COMMERCE INTERNATIONAL DES ESPECES DE FAUNE ET DE FLORE SAUVAGES MENACEES D'EXTINCTION

CONVENTION SUR LE COMMERCE INTERNATIONAL DES ESPECES DE FAUNE ET DE FLORE SAUVAGES MENACEES D'EXTINCTION CoP15 Doc. 32 CONVENTION SUR LE COMMERCE INTERNATIONAL DES ESPECES DE FAUNE ET DE FLORE SAUVAGES MENACEES D'EXTINCTION Quinzième session de la Conférence des Parties Doha (Qatar), 13 25 mars 2010 Interprétation

Plus en détail

25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE

25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE MJU-25 (2003) 6 25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE Sofia (9-10 octobre 2003) - COOPERATION INTERNATIONALE DANS LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME INTERNATIONAL ET MISE EN OEUVRE DES INSTRUMENTS

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

REPUBLIQUE DU CONGO Ministère de la Santé, des Affaires Sociales et de la Famille CHARTE DES DONS DE PRODUITS PHARMACEUTIQUES

REPUBLIQUE DU CONGO Ministère de la Santé, des Affaires Sociales et de la Famille CHARTE DES DONS DE PRODUITS PHARMACEUTIQUES REPUBLIQUE DU CONGO Ministère de la Santé, des Affaires Sociales et de la Famille CHARTE DES DONS DE PRODUITS PHARMACEUTIQUES Septembre 2007 La présente publication a été élaborée avec l appui financier

Plus en détail

Mandat du Comité ad hoc sur la contrefaçon des produits médicaux et les infractions similaires menaçant la santé publique (PC-ISP)

Mandat du Comité ad hoc sur la contrefaçon des produits médicaux et les infractions similaires menaçant la santé publique (PC-ISP) 1031e réunion 2 juillet 2008 Annexe 29 (Point 10.3c) Mandat du Comité ad hoc sur la contrefaçon des produits médicaux et les infractions similaires menaçant la santé publique (PCISP) Fiche synoptique Nom

Plus en détail

Projet MAE médicaments falsifiés en Afrique de l ouest : Proposition de la CIOPF

Projet MAE médicaments falsifiés en Afrique de l ouest : Proposition de la CIOPF Projet MAE médicaments falsifiés en Afrique de l ouest : Proposition de la CIOPF Olivier ANDRIOLLO Novembre 2012 Le Projet MAE : Lutte contre les Médicaments Falsifiés en Afrique de L ouest A Contexte

Plus en détail

Conseil de l Europe La Convention Médicrime. Combattre la contrefaçon des produits médicaux et les infractions similaires

Conseil de l Europe La Convention Médicrime. Combattre la contrefaçon des produits médicaux et les infractions similaires Conseil de l Europe La Convention Médicrime Combattre la contrefaçon des produits médicaux et les infractions similaires La contrefaçon des produits médicaux et les infractions similaires menaçant la

Plus en détail

Sécurité et Confiance dans les Réseaux et Systèmes d Information

Sécurité et Confiance dans les Réseaux et Systèmes d Information Agence Nationale de Réglementation des Télécommunications Sécurité et Confiance dans les Réseaux et Systèmes d Information - Cadre institutionnel et réglementaire - Présenté par : Laila ZOUAK Entité Prospective

Plus en détail

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION (En application du paragraphe 2 sur la Résolution 1/8 relative

Plus en détail

L'action de la douane dans la lutte Anti-contrefaçon

L'action de la douane dans la lutte Anti-contrefaçon L'action de la douane dans la lutte Anti-contrefaçon Sensibilisation à la contrefaçon 7 février 2013 Christian LEBLANC, Directeur régional des douanes Benoît METZGER, Conseiller aux entreprises La contrefaçon

Plus en détail

Les nouvelles responsabilités des exploitants du secteur alimentaire

Les nouvelles responsabilités des exploitants du secteur alimentaire Les nouvelles responsabilités des exploitants du secteur alimentaire CEPR 25 avril 2006 Antoine de Brosses Avocat à la Cour Simmons & Simmons 5, bd de la Madeleine 75001 Paris antoine.de.brosses @simmons-simmons.com

Plus en détail

Autres dispositions de la directive 2011/62/UE et points divers

Autres dispositions de la directive 2011/62/UE et points divers Autres dispositions de la directive 2011/62/UE et points divers Inspection des établissements pharmaceutiques évolution de la réglementation Virginie RIBEIRO Chef du pôle IPPLF 2 Direction de l inspection

Plus en détail

Risques et dispositifs médicaux. «Responsabilités encourues» Isabelle Lucas-Baloup. 12, 13 et 14 octobre 2010

Risques et dispositifs médicaux. «Responsabilités encourues» Isabelle Lucas-Baloup. 12, 13 et 14 octobre 2010 Risques et dispositifs médicaux «Responsabilités encourues» 1 Le circuit du dispositif médical Responsabilité D.M. approche systématique approche du produit implique analyse des missions et responsabilités

Plus en détail

DISPOSITIONS GENERALES

DISPOSITIONS GENERALES Loi n 09-04 du 14 Chaâbane 1430 correspondant au 5 août 2009 portant règles particulières relatives à la prévention et à la lutte contre les infractions liées aux technologies de l information et de la

Plus en détail

ASSOCIATION DES PRODUCTEURS ALGERIENS DE BOISSONS

ASSOCIATION DES PRODUCTEURS ALGERIENS DE BOISSONS ASSOCIATION DES PRODUCTEURS ALGERIENS DE BOISSONS Symposium sur la valorisation des produits agricoles dans les boissons Hôtel HILTON Mars 2013 EXIGENCES ET OBLIGATIONS DE LA SECURITE ALIMENTAIRE DANS

Plus en détail

Principes de bonne pratique :

Principes de bonne pratique : Principes de bonne pratique : Recommandations en vue de la création de bases de données génétiques nationales Le présent document a été élaboré par le Groupe d experts d INTERPOL sur le suivi des techniques

Plus en détail

Healthcare * sdv.com. Logistique. Imagination. *Santé

Healthcare * sdv.com. Logistique. Imagination. *Santé Healthcare * sdv.com Logistique. Imagination. *Santé SDV, un service de proximité et une performance assurée La puissance de notre réseau : Notre présence dans 102 pays garantit un service de proximité

Plus en détail

mai 2012 1. OBJECTIFS

mai 2012 1. OBJECTIFS mai 2012 CODE DE CONDUITE VISANT À LA MISE EN PLACE DANS LES ENTREPRISES D'UN SYSTÈME DE SURVEILLANCE DES PRÉCURSEURS CHIMIQUES ET DES ÉQUIPEMENTS SUSCEPTIBLES D'ÊTRE DÉTOURNÉS EN VUE DE LA PRODUCTION

Plus en détail

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF ASSISES DU MEDICAMENT Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF La Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France, syndicat majoritaire des pharmaciens titulaires d

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de CASTRES a décidé de

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection Ville d ANGOULÊME Souhaitant améliorer la sûreté des personnes et la sécurité des biens, afin de lutter contre les actes de malveillance, la ville

Plus en détail

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1 GUIDE DES POINTS FOCAUX NATIONAUX RSI Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1. Introduction Le Règlement sanitaire international (2005) (RSI(2005)) définit un point focal national

Plus en détail

Algeria. Halim RECHAM Président GS1 Algeria

Algeria. Halim RECHAM Président GS1 Algeria TRAÇABILITE Halim RECHAM Président GS1 Le GS1 DataMatrix t au service du Médicament Sommaire Définition du Médicament Le marché Algérien du médicament. La contrefaçon des médicaments et son impact sur

Plus en détail

Propositions et contributions reçues des gouvernements. Pérou: éléments à inclure dans la Convention des Nations Unies contre la corruption

Propositions et contributions reçues des gouvernements. Pérou: éléments à inclure dans la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies A/AC.261/IPM/11 Assemblée générale Distr.: Générale 12 novembre 2001 Français Original: Espagnol Réunion préparatoire informelle du Comité spécial chargé de négocier une convention contre

Plus en détail

05/10/2011 PROJET DE PROGRAMME

05/10/2011 PROJET DE PROGRAMME 05/10/2011 PROJET DE PROGRAMME CONVENTION DU CONSEIL DE L EUROPE SUR LA CONTREFAÇON DES PRODUITS MÉDICAUX ET LES INFRACTIONS SIMILAIRES MENAÇANT LA SANTÉ PUBLIQUE (CONVENTION MEDICRIME) CONTRER LA PROPAGATION

Plus en détail

GROUPE AD HOC SUR LES MÉDICAMENTS CONTREFAITS (P-SP-PH/CMED)

GROUPE AD HOC SUR LES MÉDICAMENTS CONTREFAITS (P-SP-PH/CMED) Page 1 of 6 GROUPE AD HOC SUR LES MÉDICAMENTS CONTREFAITS (P-SP-PH/CMED) COOPERATION NATIONALE ET INTERNATIONALE POUR LA LUTTE CONTRE LA CONTREFACON DES MEDICAMENTS ET LA CRIMINALITE PHARMACEUTIQUE : UN

Plus en détail

Charte de lutte contre la contrefaçon sur Internet

Charte de lutte contre la contrefaçon sur Internet Charte de lutte contre la contrefaçon sur Internet Préambule 1. La contrefaçon constitue un réel fléau pour la société. Elle trompe les consommateurs et menace leur santé et leur sécurité, notamment lorsque

Plus en détail

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé Champ référentiel 1.2 Chapitre 1, domaine 2 : Juridique Le Dossier Pharmaceutique aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé Les objectifs du DP Acteur

Plus en détail

Lutter efficacement contre la contrefaçon en ligne

Lutter efficacement contre la contrefaçon en ligne Lutter efficacement contre la contrefaçon en ligne 1 Le e-commerce et la contrefaçon en ligne L essor du e-commerce a permis aux industriels de la contrefaçon d élargir leur champ d action, passant du

Plus en détail

Le GS1 DataMatrix au service du Médicament

Le GS1 DataMatrix au service du Médicament TRAÇABILITE Halim RECHAM Président GS1 Le GS1 DataMatrix au service du Médicament Sommaire Introduction Définition du Médicament Industrie Pharmaceutique et réglementation Le marché Algérien du médicament.

Plus en détail

La sécurité des patients exige la tolérance zéro

La sécurité des patients exige la tolérance zéro Dossier thématique 2/12 Politique de santé Faits relatifs à des questions de politique de santé et position de l industrie pharmaceutique La sécurité des patients exige la tolérance zéro Une contrefaçon

Plus en détail

Quelles sont les obligations légales et réglementaires de conservation des données informatisées?

Quelles sont les obligations légales et réglementaires de conservation des données informatisées? Quelles sont les obligations légales et réglementaires de conservation des données informatisées? Intervenants : Valérie PAROT - AVOCAT Bruno DENIS - VIF SOMMAIRE Informatique et données de l entreprise?

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

Politique de sécurité de l information. Adoptée par le Conseil d administration

Politique de sécurité de l information. Adoptée par le Conseil d administration Politique de sécurité de l information Adoptée par le Conseil d administration Le 10 novembre 2011 Table des matières PRÉAMBULE 1. GÉNÉRALITÉS... 3 2. RÔLES ET RESPONSABILITÉS... 4 3. DÉFINITIONS... 8

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 4 juillet 2003 MONEYVAL (2003)6 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

Paracelse, 1493-1541!

Paracelse, 1493-1541! !!!! "#$%!&'%!(#)'#*+!,)&*!*-&'%!(#)'#*+!./!0#'&!1/)%!2&!(#)'#*! Paracelse, 1493-1541! 1 Contexte Mondiale Multiplication des sources de fabrication des MEG Multiplication des acteurs Complexification

Plus en détail

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin Comité des Parties de la Convention du Conseil de l'europe sur la lutte contre la traite des êtres humains Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la

Plus en détail

Le terrorisme et les groups de criminalité organisée présentent tous deux des menaces sérieuses pour la sécurité nationale et globale.

Le terrorisme et les groups de criminalité organisée présentent tous deux des menaces sérieuses pour la sécurité nationale et globale. Strasbourg, 2 mai 2014 CODEXTER (2014) 5 COMITE D EXPERTS SUR LE TERRORISME (CODEXTER) COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE TERRORISME ET LE CRIME ORGANISE

Plus en détail

PRINCIPES RÉGISSANT LES RELATIONS ENTRE L INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE ET LE RÉSEAU RÉGIONAL DE CANCÉROLOGIE DU NORD PAS DE CALAIS

PRINCIPES RÉGISSANT LES RELATIONS ENTRE L INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE ET LE RÉSEAU RÉGIONAL DE CANCÉROLOGIE DU NORD PAS DE CALAIS Charte Régionale PRINCIPES RÉGISSANT LES RELATIONS ENTRE L INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE ET LE RÉSEAU RÉGIONAL DE CANCÉROLOGIE DU NORD PAS DE CALAIS PREAMBULE Le Réseau Régional de Cancérologie Nord Pas-de-Calais

Plus en détail

Traité sur le fonctionnement de l Union européenne

Traité sur le fonctionnement de l Union européenne Traité sur le fonctionnement de l Union européenne TITRE V L'ESPACE DE LIBERTÉ, DE SÉCURITÉ ET DE JUSTICE (in Troisième partie : les politiques et actions internes de l Union européenne) CHAPITRE 1. DISPOSITIONS

Plus en détail

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Nations Unies S/RES/1306 (2000) Conseil de sécurité Distr. générale 5 juillet 2000 Résolution 1306 (2000) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Lutte contre les fraudes : les résultats en Corrèze. Lundi 14 avril 2014 à 14 h 30 Préfecture de la Corrèze Salle Brune

DOSSIER DE PRESSE. Lutte contre les fraudes : les résultats en Corrèze. Lundi 14 avril 2014 à 14 h 30 Préfecture de la Corrèze Salle Brune Service départemental de communication interministérielle de la Corrèze Tulle, 14 avril 2014 DOSSIER DE PRESSE Lutte contre les fraudes : les résultats en Corrèze Lundi 14 avril 2014 à 14 h 30 Préfecture

Plus en détail

Domaine Secteur alimentaire

Domaine Secteur alimentaire 1 Socle Mettre en place un plan de sûreté interne (PSI) tel que défini par le guide des recommandations pour la protection de la chaîne alimentaire contre les risques d action malveillantes, criminelles

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1410573L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT. I- Situation de référence et objectifs de l accord ou convention

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1410573L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT. I- Situation de référence et objectifs de l accord ou convention RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et du développement international PROJET DE LOI autorisant la ratification de la convention du Conseil de l Europe sur la contrefaçon des produits

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/58/499)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/58/499)] Nations Unies A/RES/58/137 Assemblée générale Distr. générale 4 février 2004 Cinquante-huitième session Point 108 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la Troisième

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE STRATÉGIE DE SURVEILLANCE Décembre 2013 SOMMAIRE OBJET page 3 OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE page 3 PRINCIPES D ÉLABORATION DU PROGRAMME page 4 PROGRAMME 2014 page 5 RESSOURCES page 6 PERSPECTIVES 2015/2016

Plus en détail

Garantir aux enfants une protection maximale. Commission européenne DG Entreprises et industrie

Garantir aux enfants une protection maximale. Commission européenne DG Entreprises et industrie SÉCURITÉ DES JOUETS Garantir aux enfants une protection maximale Commission européenne DG Entreprises et industrie Fotolia Orange Tuesday L Union européenne (UE) compte environ 80 millions d enfants de

Plus en détail

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 4.5.2015 COM(2015) 194 final 2015/0101 (NLE) Proposition de DÉCISION DU CONSEIL relative à la conclusion, au nom de l'union européenne, du protocole pour éliminer le

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.30/AC.2/2009/6 27 juillet 2009 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Comité de gestion de la Convention

Plus en détail

Discours de Danièle Nouy Conférence de presse du 28 juin 2010 Lancement Assurance Banque Épargne Info Service

Discours de Danièle Nouy Conférence de presse du 28 juin 2010 Lancement Assurance Banque Épargne Info Service Discours de Danièle Nouy Conférence de presse du 28 juin 2010 Lancement Assurance Banque Épargne Info Service Mesdames, Messieurs, Je suis heureuse de vous accueillir aujourd hui pour le lancement d «Assurance

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS. Point presse

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS. Point presse MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Point presse Suppression de la vignette pharmaceutique au 1 er juillet 2014 Mardi 20 mai DOSSIER DE PRESSE -----------------------------------------------

Plus en détail

FORMATION EN PHARMACIE DANS L ESPACE CEDEAO

FORMATION EN PHARMACIE DANS L ESPACE CEDEAO FORMATION EN PHARMACIE DANS L ESPACE CEDEAO PRESENTATION DU CURRICULUM HARMONISE PAR DR LAOPAN JEAN PARE PRESIDENT DE L ONPBF PRESIDENT DE L IOPA Plan de Présentation Contexte et justification I. CEDEAO

Plus en détail

«Pourquoi choisir les médicaments génériques?»

«Pourquoi choisir les médicaments génériques?» Luxembourg, le 05.09.2014 Communiqué: Les ministres Lydia Mutsch et Romain Schneider présentent le prochain lancement de la politique de substitution des médicaments «Pourquoi choisir les médicaments génériques?»

Plus en détail

Session 13 : La préqualification dans le contexte des approvisionnements du Fonds Mondial

Session 13 : La préqualification dans le contexte des approvisionnements du Fonds Mondial Session 13 : La préqualification dans le contexte des approvisionnements du Fonds Mondial Etabli en 2002 Le Fonds Mondial Draine et distribue des ressources supplémentaires pour prévenir et traiter le

Plus en détail

Convention des Nations Unies contre la corruption (New York, 31 octobre 2003)

Convention des Nations Unies contre la corruption (New York, 31 octobre 2003) Convention des Nations Unies contre la corruption (New York, 31 octobre 2003) OBJECTIFS La Convention des Nations Unies contre la corruption (la Convention) est la première initiative prise au niveau mondial

Plus en détail

Pharmacien Responsable. Rôle et Attributions. Seul le Code de la Santé Publique s applique

Pharmacien Responsable. Rôle et Attributions. Seul le Code de la Santé Publique s applique Pharmacien Responsable Rôle et Attributions Version approuvée ( médicaments à usage humain ) en novembre 2010 Seul le Code de la Santé Publique s applique Plus qu une personne qualifiée En France, le Pharmacien

Plus en détail

La biométrie au cœur des solutions globales

La biométrie au cœur des solutions globales www.thalesgroup.com GESTION D IDENTITÉ SÉCURISÉE La biométrie au cœur des solutions globales Risques et solutions Explosion de la mobilité des personnes et des échanges de données, croissance des flux

Plus en détail

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Préambule Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Validé par le Conseil d Administration du 28 juin 2013. Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, répondre

Plus en détail

Protocole pour éliminer le commerce illicite des produits du tabac : vue d ensemble

Protocole pour éliminer le commerce illicite des produits du tabac : vue d ensemble Protocole pour éliminer le commerce illicite des produits du tabac : vue d ensemble Contexte Le Protocole pour éliminer le commerce illicite des produits du tabac est un traité international visant à éliminer

Plus en détail

G u i d e à l u s ag e d e s ph a r m ac i e n s. Médicaments et contrefaçon

G u i d e à l u s ag e d e s ph a r m ac i e n s. Médicaments et contrefaçon G u i d e à l u s ag e d e s ph a r m ac i e n s Médicaments et contrefaçon 3 3 5 5 6 6 Contexte général Qu est ce qu une contrefaçon? Etat des lieux D autres produits de santé sont-ils susceptibles d

Plus en détail

glossaire Appellation commerciale Voir nom de marque.

glossaire Appellation commerciale Voir nom de marque. glossaire Accessibilité financière Le coût d un traitement par rapport au revenu de la population. dans cette enquête, le salaire journalier minimum d un employé non-qualifié du secteur public est comparé

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE COMITÉ POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE COMITÉ POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ CLT-10/CONF.204/6 PARIS, le 14 septembre 2010 Original anglais ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE COMITÉ POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT

Plus en détail

Le Centre contre le trafic d œuvres d art (ci-après : CPKU), fondé en 2014, a organisé la première

Le Centre contre le trafic d œuvres d art (ci-après : CPKU), fondé en 2014, a organisé la première CENTAR PROTIV KRIJUMČARENJA UMJETNINAMA CENTER AGAINST TRAFFICKING IN WORKS OF ART KLOSTERSKA 19 75 000 TUZLA BOSNA I HERCEGOVINA CPKUBIH@GMAIL.COM WWW.CPKU.ORG +387 61 185 733 RAPPORT DE LA CONFERENCE

Plus en détail

Quelle valorisation pour l acte de santé publique en pharmacie d officine Le point de vue syndical Marie Josée Augé-Caumon Présidente du CPOPH

Quelle valorisation pour l acte de santé publique en pharmacie d officine Le point de vue syndical Marie Josée Augé-Caumon Présidente du CPOPH Quelle valorisation pour l acte de santé publique en pharmacie d officine Le point de vue syndical Marie Josée Augé-Caumon Présidente du CPOPH Missions, nouvelles missions, nouveaux rôles du pharmacien

Plus en détail

PROTOCOLE A LA CONVENTION DE L OUA SUR LA PREVENTION ET LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME

PROTOCOLE A LA CONVENTION DE L OUA SUR LA PREVENTION ET LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME PROTOCOLE A LA CONVENTION DE L OUA SUR LA PREVENTION ET LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME 1 PROTOCOLE A LA CONVENTION DE L OUA SUR LA PREVENTION ET LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME Nous les chefs d Etat et de

Plus en détail

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information»

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» G. Hatem Gantzer Hôpital de Saint Denis Séminaire AUDIPOG 9/4/2015 Les autres points clés de la certification impactés par le SI Le dossier

Plus en détail

Séminaire «alcohol interlock» Mardi, le 19 mai 2015

Séminaire «alcohol interlock» Mardi, le 19 mai 2015 Séminaire «alcohol interlock» Mardi, le 19 mai 2015 9h45 10h00 Les «alcohol interlocks» dans le contexte de la lutte contre l insécurité routière au Luxembourg François BAUSCH Ministre du Développement

Plus en détail

C.O.D.A.F. Comité Opérationnel Départemental Anti-Fraude. 2 décembre 2014 Dossier de presse

C.O.D.A.F. Comité Opérationnel Départemental Anti-Fraude. 2 décembre 2014 Dossier de presse C.O.D.A.F. Comité Opérationnel Départemental Anti-Fraude 2 décembre 2014 Dossier de presse SOMMAIRE Le CODAF : présentation de l'organisation institutionnelle Les administrations membres du CODAF Bilan

Plus en détail

Signature de convention AREVA - OPPBTP

Signature de convention AREVA - OPPBTP DOSSIER DE PRESSE - 26 avril 2010 Signature de convention AREVA - OPPBTP CONTACT PRESSE José NOYA tel : 04 75 50 72 08 port : 06 71 08 11 54 jose.noya@areva.com 26 avril 2010 AREVA et l OPPBTP s associent

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES relatif à l exercice de la profession de diététicien de libre pratique

CAHIER DES CHARGES relatif à l exercice de la profession de diététicien de libre pratique REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de la Santé Publique La Sous Direction de la Réglementation et du Contrôle des Professions de Santé Tél : 71 561 032 CAHIER DES CHARGES relatif à l exercice de la profession

Plus en détail

PREVENIR LA CORRUPTION

PREVENIR LA CORRUPTION PREVENIR LA CORRUPTION APPLICATION DE LA CONVENTION DES NATIONS UNIES CONTRE LA CORRUPTION TUNIS SEPTEMBRE 2012 Dr. JEAN PIERRE BUEB EXPERT INTERNATIONAL 1 - QUELLE CORRUPTION? Bien préciser de quoi l

Plus en détail

ORGANISMES NATIONAUX DE FACILITATION DU COMMERCE

ORGANISMES NATIONAUX DE FACILITATION DU COMMERCE NATIONS UNIES COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE ORGANISMES NATIONAUX DE FACILITATION DU COMMERCE RECOMMANDATION n 4, deuxième édition, adoptée par le Centre des Nations Unies pour la facilitation du

Plus en détail

VALEURS FONDAMENTALES : INTEGRITE, PROFESSIONALISME, RESPECT DE LA DIVERSITE TERMES DE REFERENCE

VALEURS FONDAMENTALES : INTEGRITE, PROFESSIONALISME, RESPECT DE LA DIVERSITE TERMES DE REFERENCE VALEURS FONDAMENTALES : INTEGRITE, PROFESSIONALISME, RESPECT DE LA DIVERSITE TERMES DE REFERENCE Agence des Nations Unies : Titre : Lieu : Durée : Bureau Régional de l ONUDC pour l Afrique de l'ouest et

Plus en détail

CHRU de Besançon GIRCI Est CeNGEPS

CHRU de Besançon GIRCI Est CeNGEPS MISSION «EVALUATION REGLEMENTAIRE ET JURIDIQUE DES PRATIQUES D INVESTIGATION CLINIQUE» FINANCEE PAR LE FONDS D ACTIONS CIBLEES 2011 GIP CENGEPS FICHES PRATIQUES : LOT 5 CHRU de Besançon GIRCI Est CeNGEPS

Plus en détail

Les standards GS1 pour sécuriser la chaîne d approvisionnement du secteur des produits de santé. Valérie Marchand - responsable santé GS1 France

Les standards GS1 pour sécuriser la chaîne d approvisionnement du secteur des produits de santé. Valérie Marchand - responsable santé GS1 France Les standards GS1 pour sécuriser la chaîne d approvisionnement du secteur des produits de santé Valérie Marchand - responsable santé GS1 France GS1 : Une organisation internationale GS1 est une organisation

Plus en détail

E-PHARMA LUNCH CONFÉRENCE - 21/11/2013. Orateurs: Me Etienne Wéry Me Cathie-Rosalie JOLY Associés Cabinet ULYS

E-PHARMA LUNCH CONFÉRENCE - 21/11/2013. Orateurs: Me Etienne Wéry Me Cathie-Rosalie JOLY Associés Cabinet ULYS E-PHARMA LUNCH CONFÉRENCE - 21/11/2013 Orateurs: Me Etienne Wéry Me Cathie-Rosalie JOLY Associés Cabinet ULYS 22/11/2013 www.ulys.net - www.droit-technologie.org - ULYS 2012 1 E-PHARMACIE: QUEL CADRE JURIDIQUE

Plus en détail

Contrôle de la conformité des pièces de rechange et accessoires automobiles importés.

Contrôle de la conformité des pièces de rechange et accessoires automobiles importés. MINISTERE DU COMMERCE La Direction Générale du Contrôle Économique et de la Répression des Fraudes Contrôle de la conformité des pièces de rechange et accessoires automobiles importés. PROBLÉMATIQUE -

Plus en détail

SYNTHESE D INSPECTIONS

SYNTHESE D INSPECTIONS Direction de l Inspection et des Etablissements Département Inspection en Contrôle du Marché Unité Inspection des dispositifs médicaux SYNTHESE D INSPECTIONS THEME : Prothèses Dentaires Il importe de souligner

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2007 LILS POUR DÉCISION

Conseil d administration Genève, novembre 2007 LILS POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.300/LILS/9 300 e session Conseil d administration Genève, novembre 2007 Commission des questions juridiques et des normes internationales du travail LILS POUR DÉCISION

Plus en détail

&216(,/'( %UX[HOOHVOHMXLQ /,0,7( -$, 0,*5 127( la présidence

&216(,/'( %UX[HOOHVOHMXLQ /,0,7( -$, 0,*5 127( la présidence &216(,/'( /81,21(8523e(11( %UX[HOOHVOHMXLQ 25HQ /,0,7( -$, 5(/(; 0,*5 127( de : la présidence au : Conseil N doc. préc.: 9796/1/02 REV 1 JAI 129 RELEX 112 MIGR 52 Objet: Conclusions du Conseil sur les

Plus en détail

CHAPITRE 3 10-1-1 CHAPITRE 3 : Règles d utilisation et de protection de la marque PEFC/Validé par AGE du 03.01.2012 37

CHAPITRE 3 10-1-1 CHAPITRE 3 : Règles d utilisation et de protection de la marque PEFC/Validé par AGE du 03.01.2012 37 CHAPITRE 3 10-1-1 37 CHAPITRE 3 RÈGLES D UTILISATION ET DE PROTECTION DE LA MARQUE PEFC A. UTILISATION DE LA MARQUE PEFC Les règles d utilisation de la marque PEFC figurent en annexe 16 du présent schéma

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 14 mai 2004 MONEYVAL (2004)6 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

Charte de Qualité sur l assurance vie

Charte de Qualité sur l assurance vie Charte de Qualité sur l assurance vie PRÉAMBULE La présente Charte de Qualité sur l assurance vie s'inspire largement de la Charte de Qualité ICMA Private Wealth Management, qui présente les principes

Plus en détail

BILAN ET RESULTATS Jumelage MA09/ENP-AP/OT18

BILAN ET RESULTATS Jumelage MA09/ENP-AP/OT18 BILAN ET RESULTATS Jumelage MA09/ENP-AP/OT18 Renforcement des capacités d intervention de l Office Marocain de la Propriété Industrielle et Commerciale (OMPIC) en matière de promotion et de protection

Plus en détail

Prospective des dispositifs médicauxm. : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international

Prospective des dispositifs médicauxm. : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international Prospective des dispositifs médicauxm : diagnostic et potentialités s de la filière dans la concurrence international Dominique Carlac h - Directrice Générale D&C LYON 19 Bd Deruelle 69 003 Lyon Tél :

Plus en détail

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie 2014-R-01 du 3 juillet 2014 1. Contexte L analyse des pratiques et des conventions observées sur le marché de

Plus en détail

Présentationde la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires «LOI SSA» Rabat, le 17 juin 2010

Présentationde la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires «LOI SSA» Rabat, le 17 juin 2010 Présentationde la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires «LOI SSA» Rabat, le 17 juin 2010 Parmi les objectifs tracés par le Plan Maroc Vert : Améliorer la compétitivité

Plus en détail

Master-2 Recherche et Professionnel Droit de la coopération économique et des affaires internationales

Master-2 Recherche et Professionnel Droit de la coopération économique et des affaires internationales 1 Master-2 Recherche et Professionnel Droit de la coopération économique et des affaires es Universite Nationale du Vietnam-Hanoi Faculté de Droit Matières Objectifs du cours Compétences acquises UE UE-1

Plus en détail

Rapport de l Académie nationale de Pharmacie

Rapport de l Académie nationale de Pharmacie Rapport de l Académie nationale de Pharmacie La préparation des doses à administrer - PDA : la nécessaire évolution des pratiques de dispensation du médicament INTRODUCTION Il est généralement admis que

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Nations Unies CTOC/COP/2012/4 Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Distr. générale 2 juillet 2012 Français Original: anglais Sixième session

Plus en détail