Conférence des Notariats de l Union Européenne LIVRE VERT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Conférence des Notariats de l Union Européenne LIVRE VERT"

Transcription

1 Conférence des Notariats de l Union Européenne LIVRE VERT SUR LA TRANSFORMATION DE LA CONVENTION DE ROME DE 1980 SUR LA LOI APPLICABLE AUX OBLIGATIONS CONTRACTUELLES EN INSTRUMENT COMMUNAUTAIRE AINSI QUE SUR SA MODERNISATION Réponses au questionnaire Question n 1: Disposez-vous d informations relatives à la connaissance effective de la Convention de Rome de 1980 et de ses règles par les acteurs économiques et les professions juridiques, y compris les juges? Les parties à un contrat savent-elles qu elles peuvent librement choisir la loi que y sera applicable? Dans l hypothèse où vous concluez à une connaissance insuffisante de la Convention de Rome par les acteurs économiques, cette situation a-t-elle des conséquences négatives sur le déroulement des négociations contractuelles pour des procédures judiciaires? Réponse : bien que ne disposant pas de statistiques ni d autres recherches, on a l impression que les règles de la Convention sont bien connues par les professionnels du droit. Les acteurs économiques la connaissent généralement lorsqu ils exercent des activités transfrontalières. Cette connaissance semble toutefois moins généralisée en ce qui concerne les petites et moyennes entreprises. En vérité, pour la majeure partie des actes notariés, le choix d une loi qui diffère de celle qui est en vigueur là où a lieu la conclusion du contrat n est pas d un grand intérêt, tant parce qu il s agit encore souvent d actes qui concernent des biens (immeubles, entreprises, sociétés) et des parties situés dans le même pays que le notaire, que parce que le contenu même du contrat et l intervention du notaire permettent de définir clairement tous les éléments du contrat, éloignant par là-même l hypothèse d un contentieux. Question n 2: Pensez-vous qu il serait opportun de transformer la Convention de Rome de 1980 en instrument communautaire? Quels sont vos arguments pour ou contre une telle transformation? Réponse : Il semble en effet opportun de transformer la Convention de Rome de 1980 en instrument communautaire, afin d en assurer l applicabilité directe et l interprétation uniforme au sein de l Union européenne. Pour garantir une certaine cohérence avec les principaux textes normatifs communautaires portant sur le droit international privé (Bruxelles I, Bruxelles II, procédures d insolvabilité, notifications, etc.), la Convention de Rome devrait abandonner sa forme actuelle de traité international pour adopter les critères d un instrument communautaire et, plus particulièrement, revêtir les formes d un règlement, on obtiendrait ainsi : - un texte normatif uniforme (sans possibilité de réserves de la part des Etats membres - ces possibilités sont en revanche admises pour les traités internationaux- et sans la 1

2 nécessité de normes internes d adaptation, comme cela pourrait être requis dans le cas d une directive), - une directe applicabilité dans tous les pays membres voire même pour les pays qui feront à l avenir partie de l U.E. (sans qu il ne soit nécessaire de conclure de nouveaux accords d adhésion, qui pourraient retarder ou entraver les procédures d admission de ces différents pays au sein de l Union Européenne), - une interprétation uniforme attribuée par la Cour de Justice. Question n 3: Avez-vous connaissance de difficultés rencontrées du fait de la multiplication et de la dispersion des règles ayant une incidence sur la loi applicable dans plusieurs instruments sectoriels de droit dérivé? Dans l affirmative, quelle est, d après vous, la meilleure solution pour remédier à celle-ci? Réponse : ces derniers temps, en effet, se sont multipliées les règles de conflit introduites par différents textes communautaires (pour ce qui concerne l activité des notaires, en vérité le problème n est pas encore vraiment grave, puisque sont encore peu nombreuses les règles de conflit utilisées dans les domaines qui intéressent davantage le notariat), et la révision de la Convention de Rome de 1980 est sans aucun doute la meilleure occasion pour procéder à une véritable «codification». De l avis du notariat, la solution la meilleure est celle qui permet la plus grande certitude et prévisibilité quant au droit applicable. Dans ce sens, donc, la solution à préférer parmi celles que propose le «Livre vert» est celle d abroger les règles contenues dans les différents instruments et de les unifier dans les nouvelles règles de Rome I (ainsi par , iii, du «Livre vert») ; si cela n était pas possible (ou en tout cas trop compliqué et difficile à obtenir dans de courts délais), la meilleure solution serait alors de reporter dans le nouveau texte de Rome I les règles des autres instruments (cf. par , ii, «Livre vert»). Question n 4: Vous semble-t-il souhaitable d introduire une clause de nature générale garantissant l application d un standard minimum communautaire lorsque tous les éléments du contrat, voire certains éléments particulièrement significatifs, sont localisés dans la Communauté? Le libellé proposé au point permet-il de répondre à l objectif recherché? Réponse : il convient sans aucun doute de prévoir une clause d ordre général garantissant l application d un standard minimum communautaire lorsque tous les éléments du cas d espèce sont localisés dans un des pays membres (et ceci même au cas où les parties auraient expressément choisi la loi d un pays tiers), à condition qu il s agisse de l application des seules règles «impératives» (ou mieux «d application nécessaire» ou «immédiate», suivant la terminologie française et italienne; «mandatory rules» dans le système anglais). De cette façon, on évite en effet que les parties puissent se soustraire à l application de règles qui, de par leur objet et leur but, doivent être considérées comme toujours applicables, parce qu elles visent à garantir un standard juridique minimum au sein de la Communauté. Le texte proposé au point est donc adéquat, avec la suggestion de fournir une définition des «règles impératives de droit communautaire» (qui pourrait être donnée dans le sens de «règles qui, de par leur objet ou leur but, devront être appliquées quelle que soit la loi choisie par les parties»). 2

3 Question n 5: Avez-vous des commentaires par rapport aux orientations dégagées cidessus? [la question se réfère aux relations avec les conventions internationales existantes en la matière] Réponse : la solution proposée, c est-à-dire le maintien des conventions déjà en vigueur en la matière pour les pays membres, conventions à indiquer dans un document annexé au nouvel instrument, semble la plus simple et la plus claire pour affronter le problème et pour permettre même aux praticiens de la matière d avoir une vision d ensemble complète de la réglementation en vigueur dans les différents pays membres de l U.E. Question n 6: Pensez-vous que des règles de conflit applicables aux clauses d arbitrage et d élection de for seraient utiles? Réponse : la question est délicate, puisqu elle touche au Règlement 44/2001 («Bruxelles I»), article 23, mais en principe il semble opportun d admettre la liberté de choisir la loi applicable aux clauses d arbitrage et d élection de for, étant donné que l art. 23 n est pas en mesure d englober tous les cas qui peuvent se présenter. Pour ce qui concerne l arbitrage, la liberté du choix de la loi applicable pourra être fort étendue, vu que l arbitrage se déroule suivant les règles, les délais et les critères choisis ou déterminés au fur et à mesure par les parties intéressées. S agissant de la clause d élection de for, ses conditions de validité sur le fond pourraient être définies dans ce nouvel instrument. A ce sujet, il serait bon d éviter que les parties puissent s en remettre à un juge n ayant aucun lien avec le cas d espèce, en considération du fait que, dans cette hypothèse, pourraient s avérer de véritables cas de forum shopping. Dans ce sens, on pourra introduire une règle suivant laquelle le choix d un juge n ayant aucun lien avec le cas concret n aura pas d effet. Question n 7: Quelle évaluation faites-vous des règles actuelles de conflit de lois en matière d assurance? Pensez-vous que la traitement actuel des hypothèses (a) et (c) est satisfaisant? Quelle moyen préconisez-vous pour remédier aux difficultés éventuellement rencontrées? Réponse : le notariat ne possède aucune expérience ou connaissance spécifique en matière d assurances. Question n 8: D après vous, les parties doivent-elles pouvoir choisir directement une convention internationale, voire des principes généraux du droit? Quels sont les arguments pour ou contre une telle solution? Réponse : Au premier abord, il semble que la liberté pour les parties de choisir la loi applicable devrait inclure la possibilité de choisir des corps normatifs non directement promulgués par l Etat seul. Les questions qu une telle possibilité ferait surgir sont amplement décrites dans le «Livre vert» (en substance, ceux qui s y opposent rappellent que les règles non étatiques n ont pas un corps complet et cohérent, ceux qui y sont favorables se réclament du fait que ces règles sont souvent utilisées dans les arbitrages. Le notariat exprime pour sa part sa perplexité quant à l application de règles qui n offrent pas un texte codifié et qui peuvent faire surgir de considérables problèmes d interprétation et d application. Il est plus simple, au contraire, d admettre le renvoi aux conventions internationales, qui constituent un texte codifié, faisant aussi souvent l objet d une élaboration jurisprudentielle. 3

4 On peut également rapprocher de celles-ci les recueils écrits de principes (comme les recueils UNIDROIT sur les contrats du commerce international). Question n 9: Pensez-vous qu un futur instrument Rome I devrait contenir des indications plus précises quant à la définition d un choix tacite de loi applicable ou le fait que, dans l hypothèse d une transformation en instrument communautaire, il soit donné compétence à la Cour de justice, suffit-il pour assurer la sécurité juridique? Réponse : la compétence de la Cour sera certes importante pour l application uniforme du nouvel instrument communautaire ; on peut toutefois aussi concevoir une modification du texte actuel pour rendre plus clairs les cas de «choix tacite». En particulier, on peut certainement partager l avis que le choix du tribunal compétent ou d un arbitrage localisé à un certain endroit comporte aussi, en l absence d autres indications, le choix de la loi applicable (évidemment la même loi que celle du tribunal ou de l arbitrage). Question n 10: D après vous, convient-il de préciser la rédaction de l article 4 pour obliger le juge à appliquer d abord la présomption du 2 pour n écarter la loi ainsi obtenue que si elle est manifestement inadaptée pour régir le cas d espèce? Dans l affirmative, quelle rédaction vous semble-t-elle la plus adaptée? Réponse : compte tenu des problèmes qui ont surgi lors de l application de cette règle dans les divers pays et que le «Livre vert» a signalés, il apparaît tout à fait opportun d éclaircir ce texte pour obtenir une plus grande sécurité juridique pour les parties intéressées (surtout en prévision de la loi appliquée par le juge). Le meilleur choix semble celui d intervenir sur la formulation du 5 de l article 4, afin d en souligner le caractère exceptionnel. Le critère est celui qui a déjà été repéré dans la sentence du Hoge Raad du 25 septembre 1992 (citée dans la note n 51 du «Livre vert»), où l on affirme que le juge ne peut s écarter de la prévision du 2 (présomption de liaison avec la loi du pays où doit être fournie la «prestation caractéristique») seulement et exclusivement s il est démontré qu en considération d éléments spécifiques du cas concret, cette liaison n a effectivement pas d importance. Le texte du projet «Rome II» (cité dans le «Livre vert»), qui souligne le caractère exceptionnel du cas dans lequel le juge peut éviter d appliquer la présomption, peut être un bon exemple à suivre. Question n 11 : D après vous, convient-il de créer une règle expresse pour les locations de vacances de courte durée ou le mécanisme actuel est-il satisfaisant? Réponse : le notariat ne possède aucune expérience ou connaissance spécifique en cette matière. Question n 12: Evaluation des règles relatives à la protection du consommateur A. Quelle évaluation faites-vous des règles actuelles relatives à la protection du consommateur? Celles-ci sont-elles toujours adéquates, notamment à la lumière du développement du commerce électronique? B. Disposez-vous d informations concernant l impact de la règle actuelle sur a) les entreprises en général ; b) les petites et moyennes entreprises ; c) les consommateurs? C. Parmi les solutions proposées, laquelle préférez-vous et pour quelles raisons? D autres solutions sont-elles envisageables? 4

5 D. D après vous, quel serait l impact des différentes solutions envisageables sur a) les entreprises en général ; b) les petites et moyennes entreprises ; c) les consommateurs? Les normes actuelles relatives à la protection des consommateurs sont le résultat d une évolution qui s est développée durant ces dernières années. Il serait, en fait, aujourd hui nécessaire de réexaminer l ensemble de ces normes même à la lumière du développement du commerce électronique. La contribution du notariat à la protection des consommateurs est liée au fait que, pour les actes conclus avec l intervention du notaire, c est ce dernier qui fournit le conseil juridique aux parties et qui veille à la légalité du contenu même du contrat, cette intervention peut facilement être appliquée également dans le cadre du commerce électronique. Par ailleurs, compte tenu du fait que le consommateur assume ses engagements devant un officier public, il est alors difficile de mettre en doute le contenu et la volonté qu il a voulu y exprimer. Ainsi, il devrait être possible de déroger aux normes relatives à la protection des consommateurs dans les contrats conclus avec l intervention du notaire ou d un autre officier public. Question n 13: Convient-il de préciser le sens respectif des dispositions impératives figurant aux articles 3, 5, 6 et 9, d une part, et à l article 7, d autre part? Réponse : il est sans aucun doute important de préciser le sens de l expression dispositions impératives au sens de «lois de police» employée dans l article 7 qui diffère profondément (comme le précise le «Livre vert») de celle des articles 3, 5, 6 et 9. La suggestion du notariat va dans le sens d introduire, pour ce qui concerne l article 7, la notion de lois d application immédiate, dites aussi lois d application nécessaire («mandatory rules», selon la doctrine anglaise), élaborée par la doctrine et qui a été codifiée dans les toutes dernières normes de droit international privé, comme la loi suisse et la loi italienne. Il s agit là d une notion spécifique qui était d ailleurs utilisée précisément à propos de l article 7 dans le rapport Giuliano-Lagarde annexé à la Convention de Rome. Actuellement on peut dire que cette notion est généralement acceptée, elle correspond fidèlement à celle qui est rappelée dans le «Livre Vert» et tirée de la jurisprudence Ablade de la Cour de Justice : «une disposition nationale dont l observation a été jugée cruciale pour la sauvegarde de l organisation politique, sociale ou économique de l Etat, au point d en imposer le respect à toute personne se trouvant sur le territoire ou à tout rapport juridique localisé dans celui-ci». Question n 14: Convient-il d apporter des précisions à l article 6, concernant la définition de la notion détachement temporaire? Dans l affirmative, lesquelles? Réponse : le notariat ne possède aucune expérience ou connaissance spécifique en matière de contrats de travail. Question n 15: Pensez-vous que l article 6 devrait subir d autres modifications? Réponse : voir la réponse précédente. Question n 16: Une règle relative aux lois de police étrangères vous paraît-elle nécessaire? Serait-il souhaitable de donner des indications plus précises quant aux conditions d application des lois de police étrangères? 5

6 Réponse : une règle qui tienne compte de l existence et de l applicabilité des lois de police (ou, suivant la terminologie qu on suggère d appliquer à l avenir voir réponse 13 des normes d application immédiate ou «nécessaire») de pays tiers représente, sans aucun doute, un signal positif de la sensibilité que l Union européenne démontre dans la recherche de la meilleure solution pour tout cas concret. Question n 17: Convient-il de moderniser la règle de conflit en matière de forme des contrats? Réponse : Au regard de l électronique, les normes actuelles en matière de forme (article 9) sont adéquates. Une adaptation de ces dernières ne semble pas en effet nécessaire pour les contrats conclus par voie électronique dès lors qu il est possible de déterminer le lieu où se trouvent les parties intéressées (de sorte que soient applicables les règles actuelles citées au premier et second paragraphe de l article 9). Le notariat souhaite, par contre, signaler que le dernier paragraphe de l article 9 est consacré à la forme des contrats qui ont pour objet des immeubles ou des droits immobiliers et il rappelle l application des «normes impératives de forme» du lieu où sont situés les immeubles. Dans de nombreux pays de l Union Européenne les actes se rapportant aux immeubles doivent être rédigés sous forme d actes authentiques reçus par un notaire, or cette forme spéciale n avait pas été réglementée dans la Convention de Rome originelle, comme le mentionne le rapport Giuliano-Lagarde, «aussi bien parce que la notion d acte d authentique n est pas prévue par toutes les législations et pourrait donc comporter des problèmes délicats de qualification, que parce qu il ne semble pas que des dispositions spéciales ad hoc doivent réglementer la loi applicable à la forme des actes de droit privé reçus par les officiers publics». Presque vingt-cinq ans après, on peut formuler les observations suivantes : - concernant la notion d acte authentique, on doit se rapporter à la sentence de la Cour de Justice 17 juin 1999, Affaire C-260/97 (Unibank), selon laquelle l acte authentique est l acte qui est reçu par un officier public selon les normes en vigueur dans le propre pays et dont l authenticité est relative non seulement à la signature des parties mais aussi au contenu de l acte (notion reprise également dans le projet de règlement pour la création d un titre exécutif européen (COM (2002) 159 déf., et qui constitue aujourd hui un véritable acquis communautaire) ; - concernant la forme des actes des officiers publics, on pourra avoir recours au principe de confiance mutuelle (comme le fait déjà l art. 57 du Règlement Bruxelles I pour les actes authentiques constituant des titres exécutoires) reconnaissant comme «actes authentiques» tous les actes authentique au sens de l arrêt Unibank reçus par une autorité publique ou un délégataire des pouvoirs publics conformément à la loi du pays auquel il appartient. Question n 18: Vous paraît-il opportun de préciser dans un futur instrument quelle est la loi applicable à l opposabilité de la cession de créance? Dans l affirmative, quelle règle de conflit préconisez-vous? Réponse : il sera sans aucun doute opportun de préciser dans le futur instrument la loi applicable pour réglementer l opposabilité de la cession de créance envers les tiers. Il s agit en effet d une question de grande importance pour garantir la certitude des rapports juridiques et la sécurité des transactions commerciales. 6

7 Parmi les solutions envisagées dans le «Livre vert», la plus claire et univoque semble être celle qui préconise l application des règles prévues par la loi applicable à la créance d origine (paragraphe ,ii). Question n 19: Serait-il utile de préciser le champ d application respectif des articles 12 et 13? Selon vous, convient-il de prévoir une règle de conflit pour des paiements subrogatoires effectués sans obligation? Réponse : la solution la plus pratique semble être celle qui consiste à assimiler les règles des articles 12 et 13 (même en les concentrant tout simplement dans un seul article). Par ailleurs, rien ne s oppose à insérer également dans le champ d application de ces articles les paiements subrogatoires effectués sans obligation préalable, étant donné que ce qui compte ici est plutôt le mécanisme juridique utilisé (la subrogation, justement), et non la raison pour laquelle cette opération a lieu (parce qu il existe une obligation préalable ou simplement par générosité). Question n 20: Selon vous, convient-il de préciser la loi applicable à la compensation légale? Dans l affirmative, quelle règle de conflit préconisez-vous? Réponse : il est certainement utile et nécessaire d indiquer une règle pour le cas de compensation légale. Des deux hypothèses signalées par le «Livre vert», la plus pratique est sans aucun doute celle qui est visée au paragraphe ii, portant sur l application de la loi qui régit la créance à laquelle la compensation est opposée, une règle déjà substantiellement prise en considération par le règlement 1346/2000 relatif aux procédures d insolvabilité. Conférence des Notariats de l Union européenne Bruxelles, le 30 septembre

Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs

Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs Les notaires d Europe réunis au sein du CNUE suivent avec grand intérêt les travaux des

Plus en détail

Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs

Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs Les notaires d Europe réunis au sein du CNUE suivent avec grand intérêt les travaux des

Plus en détail

LIVRE VERT MODERNISER LA DIRECTIVE SUR LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES

LIVRE VERT MODERNISER LA DIRECTIVE SUR LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES LIVRE VERT MODERNISER LA DIRECTIVE SUR LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES Réponses de l Ordre des Experts-Comptables de France aux questions posées par le Livre vert Question 1 : Avez-vous

Plus en détail

Algérie. Accord d investissements avec l Espagne

Algérie. Accord d investissements avec l Espagne Accord d investissements avec l Espagne Décret exécutif n 90-39 du 30 janvier 1990 [NB - Accord entre la République algérienne démocratique et populaire et le Royaume d Espagne relatif à la promotion et

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES LIVRE VERT. Successions et testaments {SEC(2005) 270} (présenté par la Commission)

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES LIVRE VERT. Successions et testaments {SEC(2005) 270} (présenté par la Commission) COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 01.03.2005 COM(2005) 65 final LIVRE VERT Successions et testaments {SEC(2005) 270} (présenté par la Commission) FR FR 1. INTRODUCTION Le présent Livre

Plus en détail

Aff 3906 Société d exploitation des énergies photovoltaïques c/ Société Electricité Réseau Distribution France

Aff 3906 Société d exploitation des énergies photovoltaïques c/ Société Electricité Réseau Distribution France 1 TC Aff 3906 Société d exploitation des énergies photovoltaïques c/ Société Electricité Réseau Distribution France Rapp. J.M. Béraud Séance du 8 juillet 2013 L obligation de rachat de l électricité produite

Plus en détail

Consultation de la Commission européenne sur un éventuel statut pour une Société Privée Européenne (SPE) Réponse du CCBE

Consultation de la Commission européenne sur un éventuel statut pour une Société Privée Européenne (SPE) Réponse du CCBE Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Consultation de la Commission européenne sur un éventuel statut pour une Société Privée Européenne (SPE) Réponse du CCBE Consultation de

Plus en détail

Note de présentation du projet de réforme du régime des obligations et des quasi-contrats

Note de présentation du projet de réforme du régime des obligations et des quasi-contrats Note de présentation du projet de réforme du régime des obligations et des quasi-contrats Le projet de texte sur le régime des obligations et sur les quasi-contrats a vocation à s insérer dans la réforme

Plus en détail

Convention de Lugano révisée Procédure de consultation

Convention de Lugano révisée Procédure de consultation Aux Associations professionnelles Aux Sociétés industrielles et commerciales Aux Equipes patronales vaudoises A divers entreprises A quelques personnalités de l économie et de la politique Paudex, le 30

Plus en détail

FAILLITES TRANSFRONTALIERES

FAILLITES TRANSFRONTALIERES FAILLITES TRANSFRONTALIERES : Règlement communautaire no 1346/2000 du 29/5/2000 relatif aux procédures d insolvabilité, par Me Serge WORTHALTER, Avocat au Barreau de PARIS Membre de la section internationale

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE DES ACTES AUTHENTIQUES

LA RECONNAISSANCE DES ACTES AUTHENTIQUES LA RECONNAISSANCE DES ACTES AUTHENTIQUES Cyril NOURISSAT Professeur agrégé des Facultés de Droit Vice Président de l Université Jean Moulin Lyon 3 Nul ne l ignore dans cette salle, le dispositif ayant

Plus en détail

Guide pratique pour l application du nouveau règlement Bruxelles II

Guide pratique pour l application du nouveau règlement Bruxelles II Guide pratique pour l application du nouveau règlement Bruxelles II (Règlement du Conseil (CE) n 2201/2003 du 27 novembre 2003 relatif à la compétence, la reconnaissance et l exécution des décisions en

Plus en détail

Etat-major de la législation, janvier 2015

Etat-major de la législation, janvier 2015 Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions AFC Division principale de l impôt fédéral direct, de l impôt anticipé, des droits de timbre Etat-major de la législation,

Plus en détail

ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DE MAURICE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DE MADAGASCAR

ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DE MAURICE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DE MADAGASCAR République de Maurice ACCORD DE PROMOTION ET DE PROTECTION RÉCIPROQUE DES INVESTISSEMENTS ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DE MAURICE ET LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DE MADAGASCAR - 2 - ACCORD

Plus en détail

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère :

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : pratiques [mise à disposition de salariés] Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : quelles sont les obligations de l employeur? Dans les groupes de dimension internationale, il n est pas rare

Plus en détail

REPONSE DU CCBE AU LIVRE VERT DE LA COMMISSION

REPONSE DU CCBE AU LIVRE VERT DE LA COMMISSION Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers REPONSE DU CCBE AU LIVRE VERT DE LA COMMISSION EUROPEENNE SUR LE DIVORCE Avenue de la Joyeuse Entrée 1-5 B 1040 Brussels Belgium Tel.+32

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

VEILLE JURIDIQUE LES CRITERES DE RATTACHEMENT GEOGRAPHIQUE D UN SITE WEB

VEILLE JURIDIQUE LES CRITERES DE RATTACHEMENT GEOGRAPHIQUE D UN SITE WEB VEILLE JURIDIQUE LES CRITERES DE RATTACHEMENT GEOGRAPHIQUE D UN SITE WEB Le site marchand est nécessairement issu d une entreprise, d une forme sociale, d une société. En tant que tel, il a un domicile.

Plus en détail

Mise à jour 2009. Vos contacts en Région

Mise à jour 2009. Vos contacts en Région L e statut juridique de l Agent commercial («Handelsvertreter») est défini dans le Code de commerce allemand («Handelsgesetzbuch»- HBG) aux Articles 84 à 92c. Ces articles ont été modifiés par la Loi du

Plus en détail

FORUM FRANCO ALLEMAND du 10 décembre 2008. Participation de Me Jean TARRADE, notaire à PARIS à la 3 ème table ronde

FORUM FRANCO ALLEMAND du 10 décembre 2008. Participation de Me Jean TARRADE, notaire à PARIS à la 3 ème table ronde FORUM FRANCO ALLEMAND du 10 décembre 2008 Participation de Me Jean TARRADE, notaire à PARIS à la 3 ème table ronde QUESTION : Commentaires sur la pratique notariale en France On présente souvent le notaire

Plus en détail

ACCORD ENTRE LA RÉPUBLIQUE PORTUGAISE ET LE ROYAUME DU MAROC CONCERNANT LA PROMOTION ET LA PROTECTION RÉCIPROQUES DES INVESTISSEMENTS

ACCORD ENTRE LA RÉPUBLIQUE PORTUGAISE ET LE ROYAUME DU MAROC CONCERNANT LA PROMOTION ET LA PROTECTION RÉCIPROQUES DES INVESTISSEMENTS ACCORD ENTRE LA RÉPUBLIQUE PORTUGAISE ET LE ROYAUME DU MAROC CONCERNANT LA PROMOTION ET LA PROTECTION RÉCIPROQUES DES INVESTISSEMENTS La République Portugaise et le Royaume du Maroc, désignés ci-après:

Plus en détail

L européanisation du droit international privé Conflits de lois.

L européanisation du droit international privé Conflits de lois. L européanisation du droit international privé Conflits de lois. Paul LAGARDE Pourquoi unifier les règles de conflits de lois au sein de l Union européenne? L unification des règles de conflit de juridictions

Plus en détail

Vous êtes marié avec un conjoint de

Vous êtes marié avec un conjoint de Divorce et résidence à l étranger Quel tribunal peut-on saisir? Les époux peuvent-ils choisir la loi applicable à leur divorce? Sous quelle forme? À défaut, quelle sera la loi applicable au divorce? Quels

Plus en détail

ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LUXEMBOURG. Norme sur les diligences professionnelles de l expert-comptable qui agit comme domiciliataire de sociétés

ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LUXEMBOURG. Norme sur les diligences professionnelles de l expert-comptable qui agit comme domiciliataire de sociétés ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LUXEMBOURG Norme sur les diligences professionnelles de l expert-comptable qui agit comme domiciliataire de sociétés Cette norme professionnelle a été adoptée lors de l'assemblée

Plus en détail

Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale

Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale Année 2005 DOCUMENT n 1 Analyses et études LE DIVORCE INTERNATIONAL EN BELGIQUE Rue de la croix, 22 1050 Bruxelles Téléphone

Plus en détail

Consultation relative à la directive concernant les voyages à forfait

Consultation relative à la directive concernant les voyages à forfait UFC-QUE CHOISIR Paris, le 28 septembre 2007. 233 bd Voltaire 75555 PARIS CEDEX 11 www.quechoisir.org Consultation relative à la directive concernant les voyages à forfait 1. Champ d'application de la directive

Plus en détail

Accord-cadre sur le congé parental

Accord-cadre sur le congé parental (14 décembre 1995) Préambule L accord-cadre ci-joint représente un engagement de l UNICE, du CEEP et de la CES à mettre en place des prescriptions minimales sur le congé parental, en tant que moyen important

Plus en détail

MARCHE DE REGIE PUBLICITAIRE ET D IMPRESSION DU PLAN TOURISTIQUE

MARCHE DE REGIE PUBLICITAIRE ET D IMPRESSION DU PLAN TOURISTIQUE Marchés publics de services ou de fournitures OFFICE DE TOURISME DE LOURDES Place Peyramale 65100 LOURDES Tél. : 05 62 42 77 40 Fax : 05 62 94 60 95 E-mail : communication@lourdes-infotourisme.com www.lourdes-infotourisme.com

Plus en détail

La rupture du contrat de distribution international

La rupture du contrat de distribution international La rupture du contrat de distribution international Luc-Marie AUGAGNEUR Avocat Associé Luc.marie.augagneur@lamy-associes.com @AugagneurLuc EDARA 12 décembre 2014 2 PLAN Introduction Cas pratiques matriciels

Plus en détail

Galop d essai (novembre 2013)

Galop d essai (novembre 2013) Bibliothèque numérique ASSAS.NET www.assas.net Galop d essai (novembre 2013) Droit du crédit Monsieur le Professeur Crocq Cas pratique www.assas.net Remerciements ASSAS.NET souhaite remercier très sincèrement

Plus en détail

CONSEIL D'ÉTAT ============== N 51.134 Projet de loi

CONSEIL D'ÉTAT ============== N 51.134 Projet de loi CONSEIL D'ÉTAT ============== N 51.134 Projet de loi relative à l application du principe de reconnaissance mutuelle aux décisions relatives à des mesures de contrôle en tant qu alternative à la détention

Plus en détail

0.975.254.9 Accord entre la Confédération suisse et le Royaume du Maroc concernant la promotion et la protection réciproques des investissements

0.975.254.9 Accord entre la Confédération suisse et le Royaume du Maroc concernant la promotion et la protection réciproques des investissements Texte original 0.975.254.9 Accord entre la Confédération suisse et le Royaume du Maroc concernant la promotion et la protection réciproques des investissements Conclu le 17 décembre 1985 Entré en vigueur

Plus en détail

MARIAGE, DIVORCE, PACS, et PROTECTION JURIDIQUE.

MARIAGE, DIVORCE, PACS, et PROTECTION JURIDIQUE. MARIAGE, DIVORCE, PACS, et PROTECTION JURIDIQUE. Si la loi du 3 janvier 1968, encore aujourd hui pierre angulaire de la protection juridique des majeurs, est restée très discrète sur la notion de protection

Plus en détail

3 juillet 2014. Numéro d identification au Registre de transparence : 4633926420-79

3 juillet 2014. Numéro d identification au Registre de transparence : 4633926420-79 Ré ponsé dé Béttér Financé a la consultation dé la DG COMMERCE dé la CE sur lés modalité s pour la protéction dés invéstisséménts ét lé ré glémént dés diffé rénds éntré invéstisséurs ét E tats (RDIE) dans

Plus en détail

Question 1: Informations sur la personne ou entité interrogée

Question 1: Informations sur la personne ou entité interrogée Juin 2013 QUESTIONNAIRE REPONSE DES AUTORITES FRANCAISES CONSULTATION SUR LES RÉSULTATS DE L ÉTUDE SUR LA SITUATION ACTUELLE ET LES PERSPECTIVES DES SOCIÉTÉS MUTUELLES EN EUROPE Question 1: Informations

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 12 février 2015 de présentation des dispositions du décret n 2014-1633 du 26 décembre 2014 modifiant le décret n 2010-434 du 29 avril 2010 relatif à la communication par la voie électronique

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

RESUME. Julia REDENIUS-HOEVERMANN

RESUME. Julia REDENIUS-HOEVERMANN RESUME La responsabilité des dirigeants de sociétés anonymes en droit allemand et droit français Julia REDENIUS-HOEVERMANN La responsabilité civile des dirigeants de sociétés anonymes, tant en droit allemand

Plus en détail

Première partie IMMUNITÉ ET JUSTICE : LES CONTRADICTIONS... 31. Titre 1 Contradiction des fondements et divergence des sources...

Première partie IMMUNITÉ ET JUSTICE : LES CONTRADICTIONS... 31. Titre 1 Contradiction des fondements et divergence des sources... TABLE DES MATIÈRES Remerciements......................................................................... 7 Préface.................................................................................... 9

Plus en détail

Transfert de personnel

Transfert de personnel Transfert de personnel 85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Note d information du 18 août 2010 Mise à jour le 8 juillet 2011

Plus en détail

Moyens d'action sous la proposition de Règlement relatif à un droit commun européen de la vente point de vue des entreprises françaises

Moyens d'action sous la proposition de Règlement relatif à un droit commun européen de la vente point de vue des entreprises françaises DIRECTION GENERALE DES POLITIQUES INTERNES DEPARTEMENT THEMATIQUE C: DROITS DES CITOYENS ET AFFAIRES CONSTITUTIONNELLES AFFAIRES JURIDIQUES Moyens d'action sous la proposition de Règlement relatif à un

Plus en détail

Guide pratique pour l application du règlement relatif au titre exécutoire européen

Guide pratique pour l application du règlement relatif au titre exécutoire européen FR Guide pratique pour l application du règlement relatif au titre exécutoire européen http://ec.europa.eu/civiljustice/ Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Préface Les particuliers

Plus en détail

Code suisse de déontologie

Code suisse de déontologie Code suisse de déontologie La Fédération Suisse des Avocats, vu les articles 1 et 12.10 des statuts, consciente que la loi fédérale sur la libre circulation des avocats fixe les principes de l exercice

Plus en détail

Le Gouvernement de la République Populaire de Chine et le Gouvernement de la République de Madagascar (ci-après dénommés les Parties Contractantes),

Le Gouvernement de la République Populaire de Chine et le Gouvernement de la République de Madagascar (ci-après dénommés les Parties Contractantes), ACCORD SUR LA PROMOTION ET LA PROTECTION RECIPROQUES DES INVESTISSEMENTS ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE POPULAIRE DE CHINE ET LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE DE MADAGASCAR Le Gouvernement de la

Plus en détail

Questions d évaluation

Questions d évaluation TEMA 4 CARLOS MANUEL GONÇALVES DE MELO MARINHO Juge de la Cour l appel Questions d évaluation A. LE RÈGLEMENT DU CONSEIL (CE) Nº 4/2009 du 18 décembre 2008 relatif à la compétence, la loi applicable, la

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES TITRE I - LE CONTRAT D ENTREPRISE OU DE SERVICE... 21 TITRE II - LE MANDAT... 67 TITRE III - LE DROIT DES ASSURANCES...

TABLE DES MATIÈRES TITRE I - LE CONTRAT D ENTREPRISE OU DE SERVICE... 21 TITRE II - LE MANDAT... 67 TITRE III - LE DROIT DES ASSURANCES... TABLE DES MATIÈRES TITRE I - LE CONTRAT D ENTREPRISE OU DE SERVICE......................... 21 TITRE II - LE MANDAT............................................. 67 TITRE III - LE DROIT DES ASSURANCES...................................

Plus en détail

ARRÊT DE LA COUR (première chambre) 26 mars 2009 (*)

ARRÊT DE LA COUR (première chambre) 26 mars 2009 (*) AVIS JURIDIQUE IMPORTANT: Les informations qui figurent sur ce site sont soumises à une clause de "non-responsabilité" et sont protégées par un copyright. ARRÊT DE LA COUR (première chambre) 26 mars 2009

Plus en détail

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main!

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! Finances Achats e-commerce Santé Tourisme Véhicules Shutterstock Immobilier énergie Justice On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! brochure réalisée

Plus en détail

P/Plan justice Koen Geen/Pot-pourri I/Recouvrement de créances/30.06.2015/final

P/Plan justice Koen Geen/Pot-pourri I/Recouvrement de créances/30.06.2015/final Observations d AVOCATS.BE concernant le projet de loi modifiant le droit de la procédure civile et portant des dispositions diverses en matière de justice (Doc. parl., Chambre, 54/1219) en ce qui concerne

Plus en détail

Tribunal des conflits. Affaire 3984 Mme R. c/ Société des autoroutes du Sud de la France (Renvoi de la cour administrative d appel de Paris)

Tribunal des conflits. Affaire 3984 Mme R. c/ Société des autoroutes du Sud de la France (Renvoi de la cour administrative d appel de Paris) 1 Tribunal des conflits Affaire 3984 Mme R. c/ Société des autoroutes du Sud de la France (Renvoi de la cour administrative d appel de Paris) Rapporteur : Y. Maunand Séance du 9 février 2015 La question

Plus en détail

La présentation de ce texte n est délibérément pas doctrinale. Elle répond de manière illustrée aux premières questions qu il faut se poser.

La présentation de ce texte n est délibérément pas doctrinale. Elle répond de manière illustrée aux premières questions qu il faut se poser. DROIT INTERNATIONAL PRIVE 64/2012 ROME III : LE NOUVEAU DIVORCE EUROPÉEN Le Règlement (UE) n 1259/2010 du Conseil du 20 décembre 2010 mettant en œuvre une coopération renforcée dans le domaine de la loi

Plus en détail

DEMANDE DE RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS EN VERTU DE L ARRANGEMENT CONCLU ENTRE PROFESSIONNELLES EN VUE DE L EXERCICE DE LA PHARMACIE AU QUÉBEC

DEMANDE DE RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS EN VERTU DE L ARRANGEMENT CONCLU ENTRE PROFESSIONNELLES EN VUE DE L EXERCICE DE LA PHARMACIE AU QUÉBEC DEMANDE DE RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES EN VUE DE L EXERCICE DE LA PHARMACIE AU QUÉBEC EN VERTU DE L ARRANGEMENT CONCLU ENTRE LE QUÉBEC ET LA FRANCE DEMANDE DE RECONNAISSANCE DES

Plus en détail

MISSION NON EXCLUSIVE DE LOCATION

MISSION NON EXCLUSIVE DE LOCATION MISSION NON EXCLUSIVE DE LOCATION Dans les sept jours ouvrables à compter du lendemain de la signature du présent contrat, le consommateur a le droit de renoncer à son achat, sans frais, à la condition

Plus en détail

Stage de Préparation à l Installation 4. Les différents baux

Stage de Préparation à l Installation 4. Les différents baux Stage de Préparation à l Installation 4. 4.1. Le Bail Commercial 4.2. Convention Précaire et Bail de trois ans ans 4.3. Bail Professionnel et Bail Mixte 4.4. Pas de Porte et Droit au Bail 4.1. Le bail

Plus en détail

Investir dans des produits financiers

Investir dans des produits financiers En savoir plus sur les services financiers Investir dans des produits financiers La directive MiFID : guide du Consommateur Comité Européen des Régulateurs des Marchés de Valeurs mobilières Commission

Plus en détail

déontologie Code de Janvier 2015 Inclus dans Réglementation du professionnel de l expertise comptable RÉFÉRENCES D EXPERT

déontologie Code de Janvier 2015 Inclus dans Réglementation du professionnel de l expertise comptable RÉFÉRENCES D EXPERT Code de 20 15 RÉFÉRENCES D EXPERT déontologie Janvier 2015 Inclus dans Réglementation du professionnel de l expertise comptable COLLECTION PRATIQUE PROFESSIONNELLE 1 SOMMAIRE SECTION 1 DEVOIRS GENERAUX

Plus en détail

La loi relative au commerce électronique

La loi relative au commerce électronique La loi relative au commerce électronique 1. Généralités L'objectif de la loi du 14 août 2000 relative au commerce électronique telle que modifiée est d'instituer au Grand-Duché de Luxembourg un cadre légal

Plus en détail

1 A noter que le Règlement 864/2007 du 11 juillet 2007 sur la loi applicable aux obligations non contractuelle

1 A noter que le Règlement 864/2007 du 11 juillet 2007 sur la loi applicable aux obligations non contractuelle Union des Entreprises Luxembourgeoises (UEL) 7, rue Alcide de Gasperi Boite Postale 3024 L-1030 Luxembourg Numéro d'identification au registre des représentants d intérêts : 82936193787-44 Livre vert de

Plus en détail

Coalition pour la Cour pénale internationale (CCPI) Questionnaire pour les candidats judiciaires à la CPI Élections de décembre 2011

Coalition pour la Cour pénale internationale (CCPI) Questionnaire pour les candidats judiciaires à la CPI Élections de décembre 2011 Conscients des restrictions auxquelles sont soumis les juges de la CPI concernant les commentaires extrajudiciaires qui pourraient affecter l indépendance mentionnée à l article 40 du Statut de Rome et

Plus en détail

Examen de fin de stage judiciaire Programme de révision

Examen de fin de stage judiciaire Programme de révision Examen de fin de stage judiciaire Programme de révision Le présent document est établi sur base de l article 17, paragraphe 1 er, alinéa 2 du règlement grand-ducal du 10 juin 2009 portant organisation

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2007 LILS POUR DÉCISION

Conseil d administration Genève, novembre 2007 LILS POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.300/LILS/9 300 e session Conseil d administration Genève, novembre 2007 Commission des questions juridiques et des normes internationales du travail LILS POUR DÉCISION

Plus en détail

Secrétariat. Nations Unies ST/SGB/2008/13. Circulaire du Secrétaire général. Organisation du Bureau des affaires juridiques.

Secrétariat. Nations Unies ST/SGB/2008/13. Circulaire du Secrétaire général. Organisation du Bureau des affaires juridiques. Nations Unies ST/SGB/2008/13 Secrétariat 1 er août 2008 Circulaire du Secrétaire général Organisation du Bureau des affaires juridiques En application de la circulaire ST/SGB/1997/5, intitulée «Organisation

Plus en détail

Description du projet et contexte dans lequel il s inscrit au sein de l institution

Description du projet et contexte dans lequel il s inscrit au sein de l institution Nom de l Institution Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale Nom du projet Base de données salaires et durée conventionnels de travail Acronyme CAO-CCT Description du projet et contexte

Plus en détail

Division des affaires maritimes et du droit de la mer Bureau des affaires juridiques

Division des affaires maritimes et du droit de la mer Bureau des affaires juridiques - 1 - Février 2002 Division des affaires maritimes et du droit de la mer Bureau des affaires juridiques Questionnaire sur l application de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer de 1982

Plus en détail

Commission du marché intérieur et de la protection du consommateur DOCUMENT DE TRAVAIL

Commission du marché intérieur et de la protection du consommateur DOCUMENT DE TRAVAIL PARLEMENT EUROPÉEN 2009-2014 Commission du marché intérieur et de la protection du consommateur 3.3.2010 DOCUMENT DE TRAVAIL sur la proposition de directive relative aux droits des consommateurs - COM(2008)614/3-2008/0196(COD)

Plus en détail

Réponse du CESER Alsace

Réponse du CESER Alsace Réponse du CESER Alsace Le CESER représente la société civile organisée. A ce titre il s exprime au nom de l intérêt général de la population civile en Alsace. Les réponses fournies dans ce questionnaire

Plus en détail

Introduction générale

Introduction générale Introduction générale Pour qu il y ait location d immeuble, il faut qu il y ait un «bail» Le bail est le contrat par lequel une personne (appelée le bailleur) s engage à faire jouir une autre personne

Plus en détail

ACCORD. entre le Gouvernement de la République française. et le Gouvernement de la République de Turquie. sur l encouragement et la protection

ACCORD. entre le Gouvernement de la République française. et le Gouvernement de la République de Turquie. sur l encouragement et la protection ACCORD entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République de Turquie sur l encouragement et la protection réciproques des investissements (ensemble un protocole additionnel),

Plus en détail

PARIS, PLACE INTERNATIONALE DE L ARBITRAGE

PARIS, PLACE INTERNATIONALE DE L ARBITRAGE 2015 Conférence de l Association de l I.D.A. organisée le lundi 16 Mars 2015 12 place Panthéon 75005 PARIS PARIS, PLACE INTERNATIONALE DE L ARBITRAGE A l heure des négociations sur la clause d arbitrage

Plus en détail

ACTUALITE JURISPRUDENCE ET DOCTRINE - AJD-

ACTUALITE JURISPRUDENCE ET DOCTRINE - AJD- N 54 - MARCHES n 11 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 22 avril 2008 ISSN 1769-4000 L essentiel La présente AJD commente : ACTUALITE JURISPRUDENCE ET DOCTRINE - AJD- des décisions du Bureau

Plus en détail

Conditions générales pour les prêts hypothécaires aux membres du 10 février 2014 (état au 20 mars 2014)

Conditions générales pour les prêts hypothécaires aux membres du 10 février 2014 (état au 20 mars 2014) Conditions générales pour les prêts hypothécaires Article 1 Qualité de l emprunteur 1 L emprunteur doit être un membre de la Caisse de prévoyance de l Etat de Genève (ci-après, «la Caisse»). S il perd

Plus en détail

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Conseil des barreaux européens Council of Bars and Law Societies of Europe Association internationale sans but lucratif Rue Joseph II, 40 /8 1000 Bruxelles T. : +32 (0)2 234 65 10 F. : +32 (0)2 234 65

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE CONDITIONS GENERALES COMMUNES

PROTECTION JURIDIQUE CONDITIONS GENERALES COMMUNES PROTECTION JURIDIQUE CONDITIONS GENERALES COMMUNES ACGC06/2007 ARTICLE 1. QU ENTEND-ON PAR? VOUS : le Preneur d assurance, c est-à-dire la personne qui conclut le contrat d assurance. NOUS : la Compagnie

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIÈRES C LOCATION DE MATÉRIEL

CONDITIONS PARTICULIÈRES C LOCATION DE MATÉRIEL CONDITIONS PARTICULIÈRES C LOCATION DE MATÉRIEL Art. 1 Objet 1.1 Sauf dispositions écrites contraires, l objet du Contrat de location est toujours un appareil de base exempt de tout équipement spécial

Plus en détail

Compétence civile et commerciale Article 5 1 du Règlement n 44/2001 TD DIP/L. PANHALEUX

Compétence civile et commerciale Article 5 1 du Règlement n 44/2001 TD DIP/L. PANHALEUX Compétence civile et commerciale Article 5 1 du Règlement n 44/2001 TD DIP/L. PANHALEUX M. X est agent commercial en France de la société Y, dont le siège est situé au Portugal. Son contrat est résilié.

Plus en détail

MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité

MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité Mandat n ENTRE LES SOUSSIGNES : 1 ) La Société D'UNE PART, Ci-après dénommée «le Mandant» ET : 2 ) La Société CEGEREM, société par actions simplifiée au capital de 100

Plus en détail

3. NORMES RELATIVES A LA CERTIFICATION DES COMPTES ANNUELS CONSOLIDES

3. NORMES RELATIVES A LA CERTIFICATION DES COMPTES ANNUELS CONSOLIDES 3. NORMES RELATIVES A LA CERTIFICATION DES COMPTES ANNUELS CONSOLIDES Considérant que la révision des comptes consolidés doit s exercer conformément aux normes générales de révision; que ses caractéristiques

Plus en détail

Les sûretés. Table des matières

Les sûretés. Table des matières Table des matières Titre 1. Les sûretés réelles..................................... 229 Chapitre 1. Législation...................................... 229 Section 1. La vente d immeuble dans le contexte

Plus en détail

LA COOPÉRATION JUDICIAIRE EN MATIÈRE CIVILE

LA COOPÉRATION JUDICIAIRE EN MATIÈRE CIVILE LA COOPÉRATION JUDICIAIRE EN MATIÈRE CIVILE La libre circulation des biens, des services, des capitaux et des personnes est en constant essor, ce qui donne forcément lieu à un développement des relations

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR MUTUACHAT

REGLEMENT INTERIEUR MUTUACHAT REGLEMENT INTERIEUR MUTUACHAT EXPOSÉ PRÉALABLE : La Société MUTUACHAT, société par actions simplifiée à capital variable, a notamment pour objet la centralisation des achats ainsi que l achat de biens

Plus en détail

LABÉO Manche dont l adresse est sis. 1352 avenue de Paris CS 33608 50008 SAINT-LO Cedex. Ci-après dénommé «LABÉO Manche» D une part

LABÉO Manche dont l adresse est sis. 1352 avenue de Paris CS 33608 50008 SAINT-LO Cedex. Ci-après dénommé «LABÉO Manche» D une part CONTRAT DE SERVICES EN LIGNE ENTRE LABÉO Manche dont l adresse est sis. 1352 avenue de Paris CS 33608 50008 SAINT-LO Cedex Ci-après dénommé «LABÉO Manche» D une part ET Le client Ci-après dénommé «le client»

Plus en détail

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 2.3.2015 COM(2015) 84 final 2015/0042 (NLE) Proposition de DÉCISION DU CONSEIL sur la signature, au nom de l Union européenne, de la convention du Conseil de l Europe

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations

Recommandation sur le traitement des réclamations Recommandation sur le traitement des réclamations 1. Contexte 2015-R-03 du 26 février 2015 L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font

Plus en détail

TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER

TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER Le 17 mars 2009 TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER LIGNES DIRECTRICES CONCERNANT LE DÉPÔT D'UNE CAUTION OU AUTRE GARANTIE FINANCIÈRE AUPRÈS DU GREFFIER 2 LIGNES DIRECTRICES CONCERNANT LE DÉPÔT D'UNE

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

L E G0UVERNEMENT DU ROYAUME DU MAROC ET LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE POPULAIRE DE CHINE, dénommés ci-après "Parties Contractantes":

L E G0UVERNEMENT DU ROYAUME DU MAROC ET LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE POPULAIRE DE CHINE, dénommés ci-après Parties Contractantes: ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DU ROYAUME DU MAROC ET LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE POPULAIRE DE CHINE, CONCERNANT L'ENCOURAGEMENT ET LA PROTECTION RECIPROQUES DES INVESTISSEMENTS. L E G0UVERNEMENT DU

Plus en détail

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification 1 sur 5 20/09/2013 15:15 Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification Intitulé Licence Professionnelle : Licence Professionnelle Activités juridiques

Plus en détail

La Charte de l assuré social : un outil méconnu au service de l effectivité des droits sociaux

La Charte de l assuré social : un outil méconnu au service de l effectivité des droits sociaux La Charte de l assuré social : un outil méconnu au service de l effectivité des droits sociaux Jean-François Neven Conseiller à la Cour du travail de Bruxelles Maître de conférences invité à l UCL* Lorsque,

Plus en détail

Norme internationale d information financière 11 Partenariats

Norme internationale d information financière 11 Partenariats Norme internationale d information financière 11 Partenariats Objectif 1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière pour les entités qui détiennent des intérêts

Plus en détail

Marseille 12-13 octobre 2006. Table ronde nº 1: le statut du notaire

Marseille 12-13 octobre 2006. Table ronde nº 1: le statut du notaire 1 er COLLOQUE DES NOTARIATS EUROMÉDITERRANÉENS Marseille 12-13 octobre 2006 Table ronde nº 1: le statut du notaire Rapporteur Général :Maître Manuel GARCIA COLLIANTES Rapporteur national : Maître Mariagrazia

Plus en détail

Responsable d agence

Responsable d agence Responsable d agence La filière certifications de l afpols l école L afpols conçoit et met en œuvre depuis plus de 20 ans des cycles de formations qualifiantes pour répondre aux besoins de professionnaliser

Plus en détail

Vendre à l international: comment sécuriser vos contrats?

Vendre à l international: comment sécuriser vos contrats? 11h00 DE LA REDACTION A LA SECURISATION La sécurisation de son process contractuel : c est gérer en amont les risques de la relation avec le partenaire Rédiger un contrat: c est se protéger - TOUT EST

Plus en détail

En vue de simplifier les formalités administratives, certains proposent de supprimer l apostille et la légalisation.

En vue de simplifier les formalités administratives, certains proposent de supprimer l apostille et la légalisation. L Alliance pour un Nouveau Féminisme Européen est un Institut européen d analyses et de propositions sur l implication de la femme dans la vie familiale, sociale, professionnelle et politique. OBJET :

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

Association des Conseils d État et juridictions administratives suprêmes. "Colloque sur la Charte des droits fondamentaux de l Union européenne"

Association des Conseils d État et juridictions administratives suprêmes. Colloque sur la Charte des droits fondamentaux de l Union européenne B u n d e s g e r i c h t T r i b u n a l f é d é r a l T r i b u n a l e f e d e r a l e T r i b u n a l f e d e r a l CH - 1000 Lausanne 14 Tel. +41 (0)21 318 91 11 Fax +41 (0)21 323 37 00 Dossier n

Plus en détail

JOURNEES COLOMBIENNES

JOURNEES COLOMBIENNES JOURNEES COLOMBIENNES 24 28 SEPTEMBRE 2007 Questionnaire relatif au thème n 1 LES CONTRATS DU CONSOMMATEUR Monsieur le Recteur Fernando HINESTROSA Professeur à l Université Externado de Colombie Calle

Plus en détail

Convention collective de travail concernant la motivation du licenciement

Convention collective de travail concernant la motivation du licenciement CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 109 ---------------------------------------------------------------- Séance du mercredi 12 février 2014 ------------------------------------------------ Convention collective

Plus en détail

On vous doit de l argent en Europe...

On vous doit de l argent en Europe... On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! Centre Européen des Consommateurs France Réseau européen ECC-Net en coopération avec le Ministère de la Justice,

Plus en détail

Le non-respect du droit de préemption est sanctionné par la nullité de la vente.

Le non-respect du droit de préemption est sanctionné par la nullité de la vente. Veille juridique Cabinet Lawrizon Avocats Septembre 2014 BAUX COMMERCIAUX - Loi relative à l'artisanat, au commerce et aux très petites entreprises (ou Loi Pinel) : synthèse concernant les conditions d

Plus en détail