Conférence des Notariats de l Union Européenne LIVRE VERT

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Conférence des Notariats de l Union Européenne LIVRE VERT"

Transcription

1 Conférence des Notariats de l Union Européenne LIVRE VERT SUR LA TRANSFORMATION DE LA CONVENTION DE ROME DE 1980 SUR LA LOI APPLICABLE AUX OBLIGATIONS CONTRACTUELLES EN INSTRUMENT COMMUNAUTAIRE AINSI QUE SUR SA MODERNISATION Réponses au questionnaire Question n 1: Disposez-vous d informations relatives à la connaissance effective de la Convention de Rome de 1980 et de ses règles par les acteurs économiques et les professions juridiques, y compris les juges? Les parties à un contrat savent-elles qu elles peuvent librement choisir la loi que y sera applicable? Dans l hypothèse où vous concluez à une connaissance insuffisante de la Convention de Rome par les acteurs économiques, cette situation a-t-elle des conséquences négatives sur le déroulement des négociations contractuelles pour des procédures judiciaires? Réponse : bien que ne disposant pas de statistiques ni d autres recherches, on a l impression que les règles de la Convention sont bien connues par les professionnels du droit. Les acteurs économiques la connaissent généralement lorsqu ils exercent des activités transfrontalières. Cette connaissance semble toutefois moins généralisée en ce qui concerne les petites et moyennes entreprises. En vérité, pour la majeure partie des actes notariés, le choix d une loi qui diffère de celle qui est en vigueur là où a lieu la conclusion du contrat n est pas d un grand intérêt, tant parce qu il s agit encore souvent d actes qui concernent des biens (immeubles, entreprises, sociétés) et des parties situés dans le même pays que le notaire, que parce que le contenu même du contrat et l intervention du notaire permettent de définir clairement tous les éléments du contrat, éloignant par là-même l hypothèse d un contentieux. Question n 2: Pensez-vous qu il serait opportun de transformer la Convention de Rome de 1980 en instrument communautaire? Quels sont vos arguments pour ou contre une telle transformation? Réponse : Il semble en effet opportun de transformer la Convention de Rome de 1980 en instrument communautaire, afin d en assurer l applicabilité directe et l interprétation uniforme au sein de l Union européenne. Pour garantir une certaine cohérence avec les principaux textes normatifs communautaires portant sur le droit international privé (Bruxelles I, Bruxelles II, procédures d insolvabilité, notifications, etc.), la Convention de Rome devrait abandonner sa forme actuelle de traité international pour adopter les critères d un instrument communautaire et, plus particulièrement, revêtir les formes d un règlement, on obtiendrait ainsi : - un texte normatif uniforme (sans possibilité de réserves de la part des Etats membres - ces possibilités sont en revanche admises pour les traités internationaux- et sans la 1

2 nécessité de normes internes d adaptation, comme cela pourrait être requis dans le cas d une directive), - une directe applicabilité dans tous les pays membres voire même pour les pays qui feront à l avenir partie de l U.E. (sans qu il ne soit nécessaire de conclure de nouveaux accords d adhésion, qui pourraient retarder ou entraver les procédures d admission de ces différents pays au sein de l Union Européenne), - une interprétation uniforme attribuée par la Cour de Justice. Question n 3: Avez-vous connaissance de difficultés rencontrées du fait de la multiplication et de la dispersion des règles ayant une incidence sur la loi applicable dans plusieurs instruments sectoriels de droit dérivé? Dans l affirmative, quelle est, d après vous, la meilleure solution pour remédier à celle-ci? Réponse : ces derniers temps, en effet, se sont multipliées les règles de conflit introduites par différents textes communautaires (pour ce qui concerne l activité des notaires, en vérité le problème n est pas encore vraiment grave, puisque sont encore peu nombreuses les règles de conflit utilisées dans les domaines qui intéressent davantage le notariat), et la révision de la Convention de Rome de 1980 est sans aucun doute la meilleure occasion pour procéder à une véritable «codification». De l avis du notariat, la solution la meilleure est celle qui permet la plus grande certitude et prévisibilité quant au droit applicable. Dans ce sens, donc, la solution à préférer parmi celles que propose le «Livre vert» est celle d abroger les règles contenues dans les différents instruments et de les unifier dans les nouvelles règles de Rome I (ainsi par , iii, du «Livre vert») ; si cela n était pas possible (ou en tout cas trop compliqué et difficile à obtenir dans de courts délais), la meilleure solution serait alors de reporter dans le nouveau texte de Rome I les règles des autres instruments (cf. par , ii, «Livre vert»). Question n 4: Vous semble-t-il souhaitable d introduire une clause de nature générale garantissant l application d un standard minimum communautaire lorsque tous les éléments du contrat, voire certains éléments particulièrement significatifs, sont localisés dans la Communauté? Le libellé proposé au point permet-il de répondre à l objectif recherché? Réponse : il convient sans aucun doute de prévoir une clause d ordre général garantissant l application d un standard minimum communautaire lorsque tous les éléments du cas d espèce sont localisés dans un des pays membres (et ceci même au cas où les parties auraient expressément choisi la loi d un pays tiers), à condition qu il s agisse de l application des seules règles «impératives» (ou mieux «d application nécessaire» ou «immédiate», suivant la terminologie française et italienne; «mandatory rules» dans le système anglais). De cette façon, on évite en effet que les parties puissent se soustraire à l application de règles qui, de par leur objet et leur but, doivent être considérées comme toujours applicables, parce qu elles visent à garantir un standard juridique minimum au sein de la Communauté. Le texte proposé au point est donc adéquat, avec la suggestion de fournir une définition des «règles impératives de droit communautaire» (qui pourrait être donnée dans le sens de «règles qui, de par leur objet ou leur but, devront être appliquées quelle que soit la loi choisie par les parties»). 2

3 Question n 5: Avez-vous des commentaires par rapport aux orientations dégagées cidessus? [la question se réfère aux relations avec les conventions internationales existantes en la matière] Réponse : la solution proposée, c est-à-dire le maintien des conventions déjà en vigueur en la matière pour les pays membres, conventions à indiquer dans un document annexé au nouvel instrument, semble la plus simple et la plus claire pour affronter le problème et pour permettre même aux praticiens de la matière d avoir une vision d ensemble complète de la réglementation en vigueur dans les différents pays membres de l U.E. Question n 6: Pensez-vous que des règles de conflit applicables aux clauses d arbitrage et d élection de for seraient utiles? Réponse : la question est délicate, puisqu elle touche au Règlement 44/2001 («Bruxelles I»), article 23, mais en principe il semble opportun d admettre la liberté de choisir la loi applicable aux clauses d arbitrage et d élection de for, étant donné que l art. 23 n est pas en mesure d englober tous les cas qui peuvent se présenter. Pour ce qui concerne l arbitrage, la liberté du choix de la loi applicable pourra être fort étendue, vu que l arbitrage se déroule suivant les règles, les délais et les critères choisis ou déterminés au fur et à mesure par les parties intéressées. S agissant de la clause d élection de for, ses conditions de validité sur le fond pourraient être définies dans ce nouvel instrument. A ce sujet, il serait bon d éviter que les parties puissent s en remettre à un juge n ayant aucun lien avec le cas d espèce, en considération du fait que, dans cette hypothèse, pourraient s avérer de véritables cas de forum shopping. Dans ce sens, on pourra introduire une règle suivant laquelle le choix d un juge n ayant aucun lien avec le cas concret n aura pas d effet. Question n 7: Quelle évaluation faites-vous des règles actuelles de conflit de lois en matière d assurance? Pensez-vous que la traitement actuel des hypothèses (a) et (c) est satisfaisant? Quelle moyen préconisez-vous pour remédier aux difficultés éventuellement rencontrées? Réponse : le notariat ne possède aucune expérience ou connaissance spécifique en matière d assurances. Question n 8: D après vous, les parties doivent-elles pouvoir choisir directement une convention internationale, voire des principes généraux du droit? Quels sont les arguments pour ou contre une telle solution? Réponse : Au premier abord, il semble que la liberté pour les parties de choisir la loi applicable devrait inclure la possibilité de choisir des corps normatifs non directement promulgués par l Etat seul. Les questions qu une telle possibilité ferait surgir sont amplement décrites dans le «Livre vert» (en substance, ceux qui s y opposent rappellent que les règles non étatiques n ont pas un corps complet et cohérent, ceux qui y sont favorables se réclament du fait que ces règles sont souvent utilisées dans les arbitrages. Le notariat exprime pour sa part sa perplexité quant à l application de règles qui n offrent pas un texte codifié et qui peuvent faire surgir de considérables problèmes d interprétation et d application. Il est plus simple, au contraire, d admettre le renvoi aux conventions internationales, qui constituent un texte codifié, faisant aussi souvent l objet d une élaboration jurisprudentielle. 3

4 On peut également rapprocher de celles-ci les recueils écrits de principes (comme les recueils UNIDROIT sur les contrats du commerce international). Question n 9: Pensez-vous qu un futur instrument Rome I devrait contenir des indications plus précises quant à la définition d un choix tacite de loi applicable ou le fait que, dans l hypothèse d une transformation en instrument communautaire, il soit donné compétence à la Cour de justice, suffit-il pour assurer la sécurité juridique? Réponse : la compétence de la Cour sera certes importante pour l application uniforme du nouvel instrument communautaire ; on peut toutefois aussi concevoir une modification du texte actuel pour rendre plus clairs les cas de «choix tacite». En particulier, on peut certainement partager l avis que le choix du tribunal compétent ou d un arbitrage localisé à un certain endroit comporte aussi, en l absence d autres indications, le choix de la loi applicable (évidemment la même loi que celle du tribunal ou de l arbitrage). Question n 10: D après vous, convient-il de préciser la rédaction de l article 4 pour obliger le juge à appliquer d abord la présomption du 2 pour n écarter la loi ainsi obtenue que si elle est manifestement inadaptée pour régir le cas d espèce? Dans l affirmative, quelle rédaction vous semble-t-elle la plus adaptée? Réponse : compte tenu des problèmes qui ont surgi lors de l application de cette règle dans les divers pays et que le «Livre vert» a signalés, il apparaît tout à fait opportun d éclaircir ce texte pour obtenir une plus grande sécurité juridique pour les parties intéressées (surtout en prévision de la loi appliquée par le juge). Le meilleur choix semble celui d intervenir sur la formulation du 5 de l article 4, afin d en souligner le caractère exceptionnel. Le critère est celui qui a déjà été repéré dans la sentence du Hoge Raad du 25 septembre 1992 (citée dans la note n 51 du «Livre vert»), où l on affirme que le juge ne peut s écarter de la prévision du 2 (présomption de liaison avec la loi du pays où doit être fournie la «prestation caractéristique») seulement et exclusivement s il est démontré qu en considération d éléments spécifiques du cas concret, cette liaison n a effectivement pas d importance. Le texte du projet «Rome II» (cité dans le «Livre vert»), qui souligne le caractère exceptionnel du cas dans lequel le juge peut éviter d appliquer la présomption, peut être un bon exemple à suivre. Question n 11 : D après vous, convient-il de créer une règle expresse pour les locations de vacances de courte durée ou le mécanisme actuel est-il satisfaisant? Réponse : le notariat ne possède aucune expérience ou connaissance spécifique en cette matière. Question n 12: Evaluation des règles relatives à la protection du consommateur A. Quelle évaluation faites-vous des règles actuelles relatives à la protection du consommateur? Celles-ci sont-elles toujours adéquates, notamment à la lumière du développement du commerce électronique? B. Disposez-vous d informations concernant l impact de la règle actuelle sur a) les entreprises en général ; b) les petites et moyennes entreprises ; c) les consommateurs? C. Parmi les solutions proposées, laquelle préférez-vous et pour quelles raisons? D autres solutions sont-elles envisageables? 4

5 D. D après vous, quel serait l impact des différentes solutions envisageables sur a) les entreprises en général ; b) les petites et moyennes entreprises ; c) les consommateurs? Les normes actuelles relatives à la protection des consommateurs sont le résultat d une évolution qui s est développée durant ces dernières années. Il serait, en fait, aujourd hui nécessaire de réexaminer l ensemble de ces normes même à la lumière du développement du commerce électronique. La contribution du notariat à la protection des consommateurs est liée au fait que, pour les actes conclus avec l intervention du notaire, c est ce dernier qui fournit le conseil juridique aux parties et qui veille à la légalité du contenu même du contrat, cette intervention peut facilement être appliquée également dans le cadre du commerce électronique. Par ailleurs, compte tenu du fait que le consommateur assume ses engagements devant un officier public, il est alors difficile de mettre en doute le contenu et la volonté qu il a voulu y exprimer. Ainsi, il devrait être possible de déroger aux normes relatives à la protection des consommateurs dans les contrats conclus avec l intervention du notaire ou d un autre officier public. Question n 13: Convient-il de préciser le sens respectif des dispositions impératives figurant aux articles 3, 5, 6 et 9, d une part, et à l article 7, d autre part? Réponse : il est sans aucun doute important de préciser le sens de l expression dispositions impératives au sens de «lois de police» employée dans l article 7 qui diffère profondément (comme le précise le «Livre vert») de celle des articles 3, 5, 6 et 9. La suggestion du notariat va dans le sens d introduire, pour ce qui concerne l article 7, la notion de lois d application immédiate, dites aussi lois d application nécessaire («mandatory rules», selon la doctrine anglaise), élaborée par la doctrine et qui a été codifiée dans les toutes dernières normes de droit international privé, comme la loi suisse et la loi italienne. Il s agit là d une notion spécifique qui était d ailleurs utilisée précisément à propos de l article 7 dans le rapport Giuliano-Lagarde annexé à la Convention de Rome. Actuellement on peut dire que cette notion est généralement acceptée, elle correspond fidèlement à celle qui est rappelée dans le «Livre Vert» et tirée de la jurisprudence Ablade de la Cour de Justice : «une disposition nationale dont l observation a été jugée cruciale pour la sauvegarde de l organisation politique, sociale ou économique de l Etat, au point d en imposer le respect à toute personne se trouvant sur le territoire ou à tout rapport juridique localisé dans celui-ci». Question n 14: Convient-il d apporter des précisions à l article 6, concernant la définition de la notion détachement temporaire? Dans l affirmative, lesquelles? Réponse : le notariat ne possède aucune expérience ou connaissance spécifique en matière de contrats de travail. Question n 15: Pensez-vous que l article 6 devrait subir d autres modifications? Réponse : voir la réponse précédente. Question n 16: Une règle relative aux lois de police étrangères vous paraît-elle nécessaire? Serait-il souhaitable de donner des indications plus précises quant aux conditions d application des lois de police étrangères? 5

6 Réponse : une règle qui tienne compte de l existence et de l applicabilité des lois de police (ou, suivant la terminologie qu on suggère d appliquer à l avenir voir réponse 13 des normes d application immédiate ou «nécessaire») de pays tiers représente, sans aucun doute, un signal positif de la sensibilité que l Union européenne démontre dans la recherche de la meilleure solution pour tout cas concret. Question n 17: Convient-il de moderniser la règle de conflit en matière de forme des contrats? Réponse : Au regard de l électronique, les normes actuelles en matière de forme (article 9) sont adéquates. Une adaptation de ces dernières ne semble pas en effet nécessaire pour les contrats conclus par voie électronique dès lors qu il est possible de déterminer le lieu où se trouvent les parties intéressées (de sorte que soient applicables les règles actuelles citées au premier et second paragraphe de l article 9). Le notariat souhaite, par contre, signaler que le dernier paragraphe de l article 9 est consacré à la forme des contrats qui ont pour objet des immeubles ou des droits immobiliers et il rappelle l application des «normes impératives de forme» du lieu où sont situés les immeubles. Dans de nombreux pays de l Union Européenne les actes se rapportant aux immeubles doivent être rédigés sous forme d actes authentiques reçus par un notaire, or cette forme spéciale n avait pas été réglementée dans la Convention de Rome originelle, comme le mentionne le rapport Giuliano-Lagarde, «aussi bien parce que la notion d acte d authentique n est pas prévue par toutes les législations et pourrait donc comporter des problèmes délicats de qualification, que parce qu il ne semble pas que des dispositions spéciales ad hoc doivent réglementer la loi applicable à la forme des actes de droit privé reçus par les officiers publics». Presque vingt-cinq ans après, on peut formuler les observations suivantes : - concernant la notion d acte authentique, on doit se rapporter à la sentence de la Cour de Justice 17 juin 1999, Affaire C-260/97 (Unibank), selon laquelle l acte authentique est l acte qui est reçu par un officier public selon les normes en vigueur dans le propre pays et dont l authenticité est relative non seulement à la signature des parties mais aussi au contenu de l acte (notion reprise également dans le projet de règlement pour la création d un titre exécutif européen (COM (2002) 159 déf., et qui constitue aujourd hui un véritable acquis communautaire) ; - concernant la forme des actes des officiers publics, on pourra avoir recours au principe de confiance mutuelle (comme le fait déjà l art. 57 du Règlement Bruxelles I pour les actes authentiques constituant des titres exécutoires) reconnaissant comme «actes authentiques» tous les actes authentique au sens de l arrêt Unibank reçus par une autorité publique ou un délégataire des pouvoirs publics conformément à la loi du pays auquel il appartient. Question n 18: Vous paraît-il opportun de préciser dans un futur instrument quelle est la loi applicable à l opposabilité de la cession de créance? Dans l affirmative, quelle règle de conflit préconisez-vous? Réponse : il sera sans aucun doute opportun de préciser dans le futur instrument la loi applicable pour réglementer l opposabilité de la cession de créance envers les tiers. Il s agit en effet d une question de grande importance pour garantir la certitude des rapports juridiques et la sécurité des transactions commerciales. 6

7 Parmi les solutions envisagées dans le «Livre vert», la plus claire et univoque semble être celle qui préconise l application des règles prévues par la loi applicable à la créance d origine (paragraphe ,ii). Question n 19: Serait-il utile de préciser le champ d application respectif des articles 12 et 13? Selon vous, convient-il de prévoir une règle de conflit pour des paiements subrogatoires effectués sans obligation? Réponse : la solution la plus pratique semble être celle qui consiste à assimiler les règles des articles 12 et 13 (même en les concentrant tout simplement dans un seul article). Par ailleurs, rien ne s oppose à insérer également dans le champ d application de ces articles les paiements subrogatoires effectués sans obligation préalable, étant donné que ce qui compte ici est plutôt le mécanisme juridique utilisé (la subrogation, justement), et non la raison pour laquelle cette opération a lieu (parce qu il existe une obligation préalable ou simplement par générosité). Question n 20: Selon vous, convient-il de préciser la loi applicable à la compensation légale? Dans l affirmative, quelle règle de conflit préconisez-vous? Réponse : il est certainement utile et nécessaire d indiquer une règle pour le cas de compensation légale. Des deux hypothèses signalées par le «Livre vert», la plus pratique est sans aucun doute celle qui est visée au paragraphe ii, portant sur l application de la loi qui régit la créance à laquelle la compensation est opposée, une règle déjà substantiellement prise en considération par le règlement 1346/2000 relatif aux procédures d insolvabilité. Conférence des Notariats de l Union européenne Bruxelles, le 30 septembre

Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers

Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers REPONSE DU CCBE AU LIVRE VERT SUR LA TRANSFORMATION DE LA CONVENTION DE ROME DE 1980 SUR LA LOI APPLICABLE AUX OBLIGATIONS CONTRACTUELLES

Plus en détail

Observations de la Fédération Bancaire Française

Observations de la Fédération Bancaire Française 15 09 2003 LIVRE VERT SUR LA TRANSFORMATION DE LA CONVENTION DE ROME DE 1980 SUR LA LOI APPLICABLE AUX OBLIGATIONS CONTRACTUELLES EN INSTRUMENT COMMUNAUTAIRE AINSI QUE SUR SA MODERNISATION Observations

Plus en détail

MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE

MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE Evoquer le rôle du juge dans une matière transfrontalière suppose que soit préalablement abordée la double question de la compétence

Plus en détail

Conseil des Notariats de l Union Européenne

Conseil des Notariats de l Union Européenne Conseil des Notariats de l Union Européenne Réponses du CNUE au Livre Vert de la Commission européenne sur la révision de l acquis communautaire en matière de protection des consommateurs COM (2006) 744

Plus en détail

Fiche 1. La définition et les sources du droit commercial. Les objectifs de la fiche. 1. Définition du droit commercial. Références jurisprudentielles

Fiche 1. La définition et les sources du droit commercial. Les objectifs de la fiche. 1. Définition du droit commercial. Références jurisprudentielles Fiche 1 La définition et les sources du droit commercial Les objectifs de la fiche Définir le champ d application du droit commercial Comprendre les particularités du droit commercial par rapport au droit

Plus en détail

L objet du droit du commerce international

L objet du droit du commerce international L objet du droit du commerce international Fiche 1 Objectifs Identifier les situations juridiques objet du droit du commerce international. Prérequis Introduction au droit Droit de l entreprise Droit européen

Plus en détail

4/ Doit-on et/ou peut-on facturer cette indemnité et si oui, doit-on et/ou peut-on relancer la facture en cas de non-paiement?

4/ Doit-on et/ou peut-on facturer cette indemnité et si oui, doit-on et/ou peut-on relancer la facture en cas de non-paiement? Juillet 2013 L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES 1/ La mention de l indemnité sur les conditions générales de vente (CGV) et les factures et son versement en cas de retard

Plus en détail

Réponses au Livre vert présenté par la Commission européenne, relatif aux successions et testaments (COM(2005) 65 final)

Réponses au Livre vert présenté par la Commission européenne, relatif aux successions et testaments (COM(2005) 65 final) Réponses au Livre vert présenté par la Commission européenne, relatif aux successions et testaments (COM(2005) 65 final) 1. Quelles questions faut-il rattacher à la loi successorale? En particulier, les

Plus en détail

Convention des Nations Unies sur la cession de créances dans le commerce international

Convention des Nations Unies sur la cession de créances dans le commerce international Convention des Nations Unies sur la cession de créances dans le commerce international NATIONS UNIES CONVENTION DES NATIONS UNIES SUR LA CESSION DE CRÉANCES DANS LE COMMERCE INTERNATIONAL NATIONS UNIES

Plus en détail

L agent commercial en Allemagne

L agent commercial en Allemagne 1 L agent commercial en Allemagne Introduction Le statut juridique de l agent commercial («Handelsvertreter») est défini dans le Code de commerce allemand («Handelsgesetzbuch»- HGB) aux Articles 84 à 92c.

Plus en détail

MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL

MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL MODERNISATION DES ENTREPRISES : ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 21 MARS 1989 SUR L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL PRÉAMBULE En concluant le Protocole du 17 juillet 1981 relatif au temps de travail,

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS INTERNATIONAL ASSOCIATION OF LAWYERS INTERNATIONALE ANWALTS-UNION UNION INTERNACIONAL DE ABOGADOS UNIONE INTERNAZIONALE DEGLI AVVOCATI CHARTE DE TURIN SUR L EXERCICE DE

Plus en détail

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 14.2.2007 SEC(2007) 113 DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Document accompagnant la proposition

Plus en détail

Montréal, le 5 juin 2006

Montréal, le 5 juin 2006 Montréal, le 5 juin 2006 Monsieur Yvon Marcoux Ministre de la Justice du Québec Édifice Louis-Philippe-Pigeon 1200, route de l'église, 9 e étage Québec (Québec) G1V 4M1 Objet : Projet de loi n o 7 Loi

Plus en détail

0.975.243.6. Texte original. (Etat le 1 er novembre 2001)

0.975.243.6. Texte original. (Etat le 1 er novembre 2001) Texte original 0.975.243.6 Accord entre la Confédération suisse et la République islamique d Iran concernant la promotion et la protection réciproque des investissements Conclu le 8 mars 1998 Entré en

Plus en détail

Modernisation du régime juridique français de la titrisation

Modernisation du régime juridique français de la titrisation Modernisation du régime juridique français de la titrisation Au cours des derniers mois, une importante réforme du régime juridique français en matière de titrisation a été entreprise, dans le prolongement

Plus en détail

CE Cour de Justice, le 28 janvier 1992. Affaire C-204/90. Hanns-Martin Bachmann contre État belge. Sur l article 48 du traité

CE Cour de Justice, le 28 janvier 1992. Affaire C-204/90. Hanns-Martin Bachmann contre État belge. Sur l article 48 du traité CE Cour de Justice, le 28 janvier 1992 Affaire C-204/90 Hanns-Martin Bachmann contre État belge 1. Par arrêt du 28 juin 1990, parvenu à la Cour le 5 juillet suivant, la Cour de cassation de Belgique a

Plus en détail

LICENCIEMENT ECONOMIQUE : ARRETS DE LA COUR DE CASSATION RELATIF A LA SAUVEGARDE DE LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE

LICENCIEMENT ECONOMIQUE : ARRETS DE LA COUR DE CASSATION RELATIF A LA SAUVEGARDE DE LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE SOCIAL N 31 SOCIAL N 8 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 7 février 2006 ISSN 1769-4000 LICENCIEMENT ECONOMIQUE : ARRETS DE LA COUR DE CASSATION RELATIF A LA SAUVEGARDE DE LA COMPETITIVITE

Plus en détail

LES CLAUSES D INSERTION DANS LES MARCHES PUBLICS

LES CLAUSES D INSERTION DANS LES MARCHES PUBLICS LES CLAUSES D INSERTION DANS LES MARCHES PUBLICS Etude réalisée par Maître Bonnefoi Docteur d Etat en Droit Docteur en Droit Public Diplômée de Sciences Politiques Certificated of advanced European studies

Plus en détail

Projet de loi n o 156

Projet de loi n o 156 PREMIÈRE SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 156 Loi modifiant la Loi sur la qualité de l environnement et d autres dispositions législatives relativement à la protection et à la réhabilitation

Plus en détail

Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel

Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel Juillet 2011 Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel Document de nature explicative L instauration de l Autorité de contrôle prudentiel (ACP) par l ordonnance n o 2010-76 1 s est

Plus en détail

«LA MEDIATION AU SERVICE DES BANQUES, DES ASSURANCES ET DES ENTREPREPRISES : INTERETS AU NIVEAU ECONOMIQUE INTERNE ET INTERNATIONAL»

«LA MEDIATION AU SERVICE DES BANQUES, DES ASSURANCES ET DES ENTREPREPRISES : INTERETS AU NIVEAU ECONOMIQUE INTERNE ET INTERNATIONAL» 1 ER FORUM DE MEDIATION BEYROUTH 26, 27 ET 28 JUIN 2008 «LA MEDIATION AU SERVICE DES BANQUES, DES ASSURANCES ET DES ENTREPREPRISES : INTERETS AU NIVEAU ECONOMIQUE INTERNE ET INTERNATIONAL» Silvestre TANDEAU

Plus en détail

LIVRE VERT sur les «successions et testaments»

LIVRE VERT sur les «successions et testaments» LIVRE VERT sur les «successions et testaments» REGLES DE CONFLIT DE LOIS Question 1 : Quelles questions faut-il rattacher à la loi successorale? En particulier, les règles de conflit de loi devraient-elles

Plus en détail

Le traitement par l ARCEP des réclamations des utilisateurs des services postaux

Le traitement par l ARCEP des réclamations des utilisateurs des services postaux Juillet 2013 Le traitement par l ARCEP des réclamations des utilisateurs des services postaux Le cadre juridique et les modalités de traitement des réclamations 1 Introduction Aux termes de l article L.

Plus en détail

L avocat «Correspondant Informatique et Libertés»

L avocat «Correspondant Informatique et Libertés» ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES 3 ET 4 AVRIL 2009 COMMISSION DES RÈGLES ET USAGES L avocat «Correspondant Informatique et Libertés» Avant-projet de décision à caractère normatif Portant réforme du Règlement Intérieur

Plus en détail

C O N S U L T AT I O N P U B L I Q U E. Mai 2008

C O N S U L T AT I O N P U B L I Q U E. Mai 2008 C O N S U L T AT I O N P U B L I Q U E Mai 2008 Convention relative à l installation, la gestion et la maintenance de lignes a très haut débit en fibre optique dans l immeuble Projet soumis à consultation

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 04.04.2002 SEC(2002) 335 final 2000/0213 (COD) COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN conformément à l'article 251, paragraphe 2, deuxième

Plus en détail

DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE

DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE Michel Miné Christine Boudineau Anne Le Nouvel Marie Mercat-Bruns Bruno Silhol DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE, 2010 ISBNÞ: 978-2-212-54678-1 VI. MOBILITÉ DES SALARIÉS 127 Section 2.

Plus en détail

N 2000 Paris le 23 septembre 2005

N 2000 Paris le 23 septembre 2005 N 2000 Paris le 23 septembre 2005 Département Législatif & Réglementaire I DROIT CIVIL 10 Droit coopératif agricole 102 La coopérative dans sa vie juridique externe 1022 Contentieux 10220 Coopérative contre

Plus en détail

Vous n ignorez pas que la Belgique connaît depuis le dix-neuvième siècle un système d enregistrement rigoureux de la population.

Vous n ignorez pas que la Belgique connaît depuis le dix-neuvième siècle un système d enregistrement rigoureux de la population. Bruxelles, le 20 avril 2006 Au Collège des Bourgmestre et Echevins Institutions et Population Registre national JH Votre fax du : Nos références : Annexe(s) : III/32/3287/05 1 Correspondant : E-mail :

Plus en détail

Convention sur la représentation en matière de vente internationale de marchandises (Genève, 17 février 1983)

Convention sur la représentation en matière de vente internationale de marchandises (Genève, 17 février 1983) Convention sur la représentation en matière de vente internationale de marchandises (Genève, 17 février 1983) LES ETATS PARTIES A LA PRESENTE CONVENTION, DESIRANT établir des dispositions communes concernant

Plus en détail

Tout d abord, ce texte modifie l article

Tout d abord, ce texte modifie l article RDL887_P254_P259_2 7/05/08 14:40 Page 254 Un énième toilettage du décret Hoguet RL>746 LE DÉCRET N 2008-355 DU 15 AVRIL 2008 REND ENFIN APPLICABLES LES DISPOSITIONS DE LA LOI DITE ENL DU 13 JUILLET 2006

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT Introduction NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application

Plus en détail

I. Pourquoi le code mondial est-il un outil d excellence pour renforcer l efficacité de l exécution?

I. Pourquoi le code mondial est-il un outil d excellence pour renforcer l efficacité de l exécution? 1 Premier forum mondial sur l exécution : l efficacité des procédures civiles d exécution en Europe Des outils pour renforcer l efficacité de l exécution Les nouveaux outils : le Code mondial de l exécution

Plus en détail

Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme DECLARATION

Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme DECLARATION 27/04/2011 Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme organisée dans le cadre de la présidence turque du Comité des Ministres du Conseil de l'europe IZMIR, Turquie

Plus en détail

AVIS COMPLEMENTAIRE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE

AVIS COMPLEMENTAIRE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE Luxembourg, le 2 avril 2015 Objet : Projet de loi n 6774 portant modification 1) de la loi modifiée du 19 décembre 2008 portant réforme de la formation professionnelle 2) de la loi du 15 juillet 2011 visant

Plus en détail

Accord entre la Confédération suisse et la République de Namibie concernant la promotion et la protection réciproque des investissements

Accord entre la Confédération suisse et la République de Namibie concernant la promotion et la protection réciproque des investissements Texte original Accord entre la Confédération suisse et la République de Namibie concernant la promotion et la protection réciproque des investissements Conclu le 1 er août 1994 Entré en vigueur par échange

Plus en détail

Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs

Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs Les notaires d Europe réunis au sein du CNUE suivent avec grand intérêt les travaux des

Plus en détail

Assistance mutuelle en matière de recouvrement des créances

Assistance mutuelle en matière de recouvrement des créances Projet No 79/2011-3 6 octobre 2011 Assistance mutuelle en matière de recouvrement des créances Résumé 2 du projet Projet de loi portant transposition de la directive 2010/24/UE du Conseil concernant I'assistance

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2002-168

LETTRE CIRCULAIRE N 2002-168 PARIS, le 22/07/2002 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2002-168 OBJET : Application de l'accord du 21 juin 1999 conclu entre l'union européenne et

Plus en détail

Numéro du rôle : 3897. Arrêt n 183/2006 du 29 novembre 2006 A R R E T

Numéro du rôle : 3897. Arrêt n 183/2006 du 29 novembre 2006 A R R E T Numéro du rôle : 3897 Arrêt n 183/2006 du 29 novembre 2006 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative aux articles 184, 185, 191, 192 et 261 du Code des sociétés, posée par la Cour d appel

Plus en détail

Position de la COFACE sur le rôle des pensions alimentaires dans la lutte contre la pauvreté des familles monoparentales

Position de la COFACE sur le rôle des pensions alimentaires dans la lutte contre la pauvreté des familles monoparentales Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Confederation of Family Organisations in the European Union Position de la COFACE sur le rôle des pensions alimentaires dans la lutte contre

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N 150 DU

Plus en détail

PROJET DE LOI ------- ÉTUDE D IMPACT. I - Situation de référence et objectifs de l accord ou convention :

PROJET DE LOI ------- ÉTUDE D IMPACT. I - Situation de référence et objectifs de l accord ou convention : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes NOR : MAEJ1002191L PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant à la convention entre la France et la Suisse en vue d éviter

Plus en détail

F Agent Immobilier A07 Bruxelles, le 1.06.2006 MH/BL/JP A V I S. sur

F Agent Immobilier A07 Bruxelles, le 1.06.2006 MH/BL/JP A V I S. sur F Agent Immobilier A07 Bruxelles, le 1.06.2006 MH/BL/JP A V I S sur UN PROJET D ARRÊTÉ ROYAL RELATIF AUX CONDITIONS DES AGENTS IMMOBILIERS DANS LES CONTRATS D INTERMÉDIAIRES *** 2 Par sa lettre du 5 avril

Plus en détail

ACCORD DE GARANTIE N / GP1 () du. entre

ACCORD DE GARANTIE N / GP1 () du. entre entre Compagnie Française d Assurance pour le Commerce Extérieur agissant pour le compte et avec la garantie de l Etat français ci-après «Coface» et ci-après le «Prêteur» conjoints et solidaires au titre

Plus en détail

Modifications de la version IFRS du Formulaire 1. Avis sur les règles Avis d approbation / Mise en œuvre

Modifications de la version IFRS du Formulaire 1. Avis sur les règles Avis d approbation / Mise en œuvre Avis sur les règles Avis d approbation / Mise en œuvre Règles des courtiers membres Destinataires à l interne : Affaires juridiques et conformité Audit interne Comptabilité réglementaire Crédit Financement

Plus en détail

Jean-Pierre VIENNOIS

Jean-Pierre VIENNOIS Observations communiquées conformément à la Communication de la Commission européenne «invitant les tiers à soumettre des observations sur les projets de communication de la Commission» (2003/C 243/04),

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Mis à jour le 4 mars 2015 PREAMBULE Le conseil d administration d ARKEMA (la «Société») a arrêté le présent règlement intérieur contenant le recueil des

Plus en détail

LA MEDECINE DU TRAVAIL Conditions d accès. Médecine du travail et de prévention

LA MEDECINE DU TRAVAIL Conditions d accès. Médecine du travail et de prévention LA MEDECINE DU TRAVAIL Conditions d accès Médecine du travail et de prévention février 2006 1 Les trois voies d accès : Les conditions requises pour exercer la médecine du travail sont énumérées à l article

Plus en détail

DIRECTIVE 93/98/CEE DU CONSEIL

DIRECTIVE 93/98/CEE DU CONSEIL DIRECTIVE 93/98/CEE DU CONSEIL du 29 octobre 1993 relative à l harmonisation de la durée de protection du droit d auteur et de certains droits voisins LE CONSEIL DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES, vu le traité

Plus en détail

NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES

NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES Paris, 23 mars 2016 NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES Objet : Réponse au livre vert de la Commission européenne sur les services financiers de détail. Réf. : COM(2015) 630 final P. J. : Réponse des autorités

Plus en détail

COMMERCE ELECTRONIQUE

COMMERCE ELECTRONIQUE COMMERCE ELECTRONIQUE 17/11/2011 Le commerce électronique est en pleine expansion, il s inscrit maintenant dans un cadre juridique précis. Le Code civil, le Code de la consommation et la loi pour la confiance

Plus en détail

METTRE EN ŒUVRE UNE MESURE D EXÉCUTION FORCÉE

METTRE EN ŒUVRE UNE MESURE D EXÉCUTION FORCÉE Quelles sont les étapes obligées qu un justiciable doit franchir pour pouvoir contraindre un débiteur au paiement de sa dette? Si chaque État européen doit veiller à ce que tout justiciable bénéficie du

Plus en détail

TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le Conseil d Administration du 29 juillet 2014 TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Le Conseil d administration de TOTAL S.A. 1, a arrêté le présent Règlement intérieur.

Plus en détail

CONTRIBUTION DES JUGES A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS

CONTRIBUTION DES JUGES A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS CONTRIBUTION DES JUGES A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS Il est d usage de considérer que la dialectique accord-loi a été tout à la fois à l origine de la création et le moteur du développement

Plus en détail

Doc. : Th-Franchise A 4 Bruxelles, le 16.3.2001 MH/RHdG/JP A V I S. concernant LES CONTRATS DE COLLABORATION COMMERCIALE (LA FRANCHISE) ***

Doc. : Th-Franchise A 4 Bruxelles, le 16.3.2001 MH/RHdG/JP A V I S. concernant LES CONTRATS DE COLLABORATION COMMERCIALE (LA FRANCHISE) *** Doc. : Th-Franchise A 4 Bruxelles, le 16.3.2001 MH/RHdG/JP A V I S concernant LES CONTRATS DE COLLABORATION COMMERCIALE (LA FRANCHISE) *** 2 Après avoir consulté la commission permanente «Politique générale

Plus en détail

Recommandation AMF n 2012-05 Les assemblées générales d actionnaires de sociétés cotées

Recommandation AMF n 2012-05 Les assemblées générales d actionnaires de sociétés cotées Recommandation AMF n 2012-05 Les assemblées générales d actionnaires de sociétés cotées Textes de référence : articles L.225-38, L.225-39, L.225-40, L.225-96, L.225-98, L.225-100, L.225-102-1 L.225-105,

Plus en détail

La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage

La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage Source: www.miroirsocial.com Le 15 mai dernier, la Cour de Cassation a rendu un

Plus en détail

Le salarié malade a droit à ses congés payés

Le salarié malade a droit à ses congés payés 1 Le salarié malade a droit à ses congés payés Note de présentation Projets de courriers Dossier juridique (jurisprudence) CGT (DLAJ / MM) 21 avril 2010 1 2 Tout salarié même malade a droit à son congé

Plus en détail

Note explicative de l ETF sur l'application du salaire minimum national au secteur du transport routier: une mesure exigée par la législation de l'ue

Note explicative de l ETF sur l'application du salaire minimum national au secteur du transport routier: une mesure exigée par la législation de l'ue Galerie Agora, Rue du Marché aux Herbes 105, Bte 11 B-1000 Brussels Telephone +32 2 285 46 60 Fax +32 2 280 08 17 Email: etf@etf-europe.org www.etf-europe.org European Transport Workers Federation Fédération

Plus en détail

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification.

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification. DIRECTIVES SUR L ÉLABORATION D ACCORDS D ÉQUIVALENCE RELATIFS AUX SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES IMPORTATIONS ET DES EXPORTATIONS ALIMENTAIRES SECTION 1 CHAMP D APPLICATION CAC/GL 34-1999

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF PROJET DE LOI TEMPS DE TRAVAIL (ARTICLES 16, 17 ET 18) ET COMMENTAIRES CFDT

TABLEAU COMPARATIF PROJET DE LOI TEMPS DE TRAVAIL (ARTICLES 16, 17 ET 18) ET COMMENTAIRES CFDT TABLEAU COMPARATIF PROJET DE LOI TEMPS DE TRAVAIL (ARTICLES 16, 17 ET 18) ET COMMENTAIRES CFDT PROJET DE LOI Version nor : mtsx0813468l/bleue-1 CE QUI CHANGE COMMENTAIRES DE LA CFDT ARTICLE 16 I. - L article

Plus en détail

L arbitrage commercial international en droit algérien (*)

L arbitrage commercial international en droit algérien (*) L arbitrage commercial international en droit algérien (*) (*)-Par Yahia AMNACHE, Avocat au Barreau de Paris. www.avocats-bah.com Pendant longtemps, le procédé de règlement des différends entre sociétés

Plus en détail

Recommandation AMF n 2012-05 Les assemblées générales d actionnaires de sociétés cotées

Recommandation AMF n 2012-05 Les assemblées générales d actionnaires de sociétés cotées Recommandation AMF n 2012-05 Les assemblées générales d actionnaires de sociétés cotées Textes de référence : articles L.225-38, L.225-39, L.225-40, L.225-96, L.225-98, L.225-100, L.225-102-1 L.225-105,

Plus en détail

DÉLÉGATION POUR L UNION EUROPÉENNE COMPTE RENDU N 167. Réunion du mardi 4 avril 2006 à 16 heures 15. Présidence de M. Pierre Lequiller, Président

DÉLÉGATION POUR L UNION EUROPÉENNE COMPTE RENDU N 167. Réunion du mardi 4 avril 2006 à 16 heures 15. Présidence de M. Pierre Lequiller, Président DÉLÉGATION POUR L UNION EUROPÉENNE COMPTE RENDU N 167 Réunion du mardi 4 avril 2006 à 16 heures 15 Présidence de M. Pierre Lequiller, Président SOMMAIRE pages I. Examen du rapport d information de M. Robert

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CP.TEIA/2008/5 2 septembre 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE CONFÉRENCE DES PARTIES À LA CONVENTION SUR

Plus en détail

Partiel (mai 2013) : Droit des affaires 2, Licence 3 Monsieur le Professeur Germain Cas pratique

Partiel (mai 2013) : Droit des affaires 2, Licence 3 Monsieur le Professeur Germain Cas pratique Bibliothèque numérique ASSAS.NET www.assas.net Partiel (mai 2013) : Droit des affaires 2, Licence 3 Monsieur le Professeur Germain Cas pratique www.assas.net Remerciements ASSAS.NET souhaite remercier,

Plus en détail

VENTE D UNE CHOSE VICIÉE DANS LES CONTRATS FRANCO-ALLEMANDS : QUEL DROIT EST LE PLUS FAVORABLE?

VENTE D UNE CHOSE VICIÉE DANS LES CONTRATS FRANCO-ALLEMANDS : QUEL DROIT EST LE PLUS FAVORABLE? VENTE D UNE CHOSE VICIÉE DANS LES CONTRATS FRANCO-ALLEMANDS : QUEL DROIT EST LE PLUS FAVORABLE? A l heure où les échanges internationaux des marchandises sont monnaie courante, il n est plus rare que les

Plus en détail

L A D A P T A B I L I T É E S T U N P R I N C I P E, L U T I L I T É U N E E X I G E N C E.

L A D A P T A B I L I T É E S T U N P R I N C I P E, L U T I L I T É U N E E X I G E N C E. L A D A P T A B I L I T É E S T U N P R I N C I P E, L U T I L I T É U N E E X I G E N C E. 1 Le commissaire aux comptes et les attestations Présentation de la note d information n XVI de la CNCC SMMAIRE

Plus en détail

INTÉGRATION DES MARCHÉS DU CRÉDIT HYPOTHÉCAIRE DE L UE. Rapport du groupe de discussion sur le crédit hypothécaire (Forum Group on Mortgage Credit)

INTÉGRATION DES MARCHÉS DU CRÉDIT HYPOTHÉCAIRE DE L UE. Rapport du groupe de discussion sur le crédit hypothécaire (Forum Group on Mortgage Credit) INTÉGRATION DES MARCHÉS DU CRÉDIT HYPOTHÉCAIRE DE L UE Rapport du groupe de discussion sur le crédit hypothécaire (Forum Group on Mortgage Credit) Commission européenne Direction générale du Marché intérieur

Plus en détail

(Etat le 15 mai 2012)

(Etat le 15 mai 2012) Accord entre la Confédération suisse et la République arabe d Egypte concernant la promotion et la protection réciproque des investissements Conclu le 7 juin 2010 Approuvé par l Assemblée fédérale le 8

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011. Banque Populaire Côte d Azur. (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire)

Commentaire. Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011. Banque Populaire Côte d Azur. (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire) Commentaire Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011 Banque Populaire Côte d Azur (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 23 septembre 2011 par le

Plus en détail

Aperçu du nouveau droit des sociétés commerciales OHADA applicable au Congo depuis le 5 mai 2014

Aperçu du nouveau droit des sociétés commerciales OHADA applicable au Congo depuis le 5 mai 2014 Aperçu du nouveau droit des sociétés commerciales OHADA applicable au Congo depuis le 5 mai 2014 Article juridique publié le 12/05/2014, vu 6711 fois, Auteur : YAV & ASSOCIATES 1. Liminaires Dans notre

Plus en détail

TC Aff 4044 Centre hospitalier de Chambéry. Rapp. D. Duval-Arnould. Séance du 14 mars 2016

TC Aff 4044 Centre hospitalier de Chambéry. Rapp. D. Duval-Arnould. Séance du 14 mars 2016 1 TC Aff 4044 Centre hospitalier de Chambéry Rapp. D. Duval-Arnould Séance du 14 mars 2016 La question que vous a renvoyée le Conseil d Etat porte sur l ordre de juridiction compétent pour connaître du

Plus en détail

L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES EN LITUANIE : PROCEDURE DE FAILLITE ET PROCEDURE PREVENTIVE DE RESTRUCTURATION

L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES EN LITUANIE : PROCEDURE DE FAILLITE ET PROCEDURE PREVENTIVE DE RESTRUCTURATION L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES EN LITUANIE : PROCEDURE DE FAILLITE ET PROCEDURE PREVENTIVE DE RESTRUCTURATION 1 I. L OUVERTURE DES PROCEDURES... 3 A. LES CONDITIONS DE L'OUVERTURE... 3 1. Les conditions

Plus en détail

Langues d Europe. Méditerranée

Langues d Europe. Méditerranée Colloque international Langues d Europe et de la Méditerranée http://www.portal-lem.com Nice 31 mars 2 avril 2005 La protection juridique de la diversité linguistique en Europe Jean-Marie WOEHRLING *

Plus en détail

2. Aux termes de l article 34, paragraphes 1 à 3, du code des impôts sur les revenus 1992 (ci-après le «CIR 1992»):

2. Aux termes de l article 34, paragraphes 1 à 3, du code des impôts sur les revenus 1992 (ci-après le «CIR 1992»): CE Cour de Justice, le 23 janvier 2014 * Affaire C-296/12 Commission européenne contre Royaume de Belgique 1. Par sa requête, la Commission européenne demande à la Cour de constater que, en adoptant et

Plus en détail

Norme ISA 600, Audits d états financiers de groupe (y compris l utilisation des travaux des auditeurs des composantes) Considérations particulières

Norme ISA 600, Audits d états financiers de groupe (y compris l utilisation des travaux des auditeurs des composantes) Considérations particulières IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 600, Audits d états financiers de groupe (y compris l utilisation des travaux des auditeurs des composantes) Considérations

Plus en détail

Digital Prod CONDITIONS GENERALES DE VENTE CREATIONS GRAPHIQUES. Article 1 Application et opposabilité des conditions générales.

Digital Prod CONDITIONS GENERALES DE VENTE CREATIONS GRAPHIQUES. Article 1 Application et opposabilité des conditions générales. CONDITIONS GENERALES DE VENTE CREATIONS GRAPHIQUES Article 1 Application et opposabilité des conditions générales. Les présentes conditions générales s appliqueront de plein droit à toute prestation de

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D ACHAT

CONDITIONS GENERALES D ACHAT CONDITIONS GENERALES D ACHAT 1. APPLICATION DES CONDITIONS GENERALES - DEFINITIONS - CLAUSES GENERALES BRIDGESTONE France 1.1 Tous achats de biens, marchandises, équipements et matériels et de services

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD/2012-152

Décision du Défenseur des droits n MLD/2012-152 Paris, le Décision du Défenseur des droits n MLD/2012-152 Le Défenseur des droits, Vu la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits

Plus en détail

Numéro du rôle : 2539. Arrêt n 15/2004 du 29 janvier 2004 A R R E T

Numéro du rôle : 2539. Arrêt n 15/2004 du 29 janvier 2004 A R R E T Numéro du rôle : 2539 Arrêt n 15/2004 du 29 janvier 2004 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant les articles 81, alinéas 4 et 8, et 104, alinéas 3 et 7, du Code judiciaire, posée par

Plus en détail

ECB-PUBLIC. AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 12 décembre 2012 sur la stabilité bancaire et financière (CON/2012/106)

ECB-PUBLIC. AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 12 décembre 2012 sur la stabilité bancaire et financière (CON/2012/106) FR ECB-PUBLIC AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 12 décembre 2012 sur la stabilité bancaire et financière (CON/2012/106) Introduction et fondement juridique Le 15 novembre 2012, la Banque centrale

Plus en détail

LE REGIME DES GARANTIES DECENNALE ET BIENNALE EN DROIT PUBLIC FRANÇAIS

LE REGIME DES GARANTIES DECENNALE ET BIENNALE EN DROIT PUBLIC FRANÇAIS LE REGIME DES GARANTIES DECENNALE ET BIENNALE EN DROIT PUBLIC FRANÇAIS Maryse DEGUERGUE Professeur à l Université Paris I Panthéon-Sorbonne Il convient de faire deux remarques préliminaires: tout d abord,

Plus en détail

Numéro du rôle : 2841. Arrêt n 155/2004 du 22 septembre 2004 A R R E T

Numéro du rôle : 2841. Arrêt n 155/2004 du 22 septembre 2004 A R R E T Numéro du rôle : 2841 Arrêt n 155/2004 du 22 septembre 2004 A R R E T En cause : le recours en annulation de la loi du 12 mai 2003 concernant la protection juridique des services à accès conditionnel et

Plus en détail

LES NOTAIRES D EUROPE S ENGAGENT POUR

LES NOTAIRES D EUROPE S ENGAGENT POUR LES NOTAIRES D EUROPE S ENGAGENT POUR 2020 pour une politique européenne de la justice à la hauteur des enjeux socio-économiques NOS 5 ENGAGEMENTS POUR 2020 NOTAIRES D EUROPE 1 Parce qu ils sont les conseillers

Plus en détail

ARBITRAGE ET RECOURS COLLECTIFS AU QUÉBEC

ARBITRAGE ET RECOURS COLLECTIFS AU QUÉBEC ARBITRAGE ET RECOURS COLLECTIFS AU QUÉBEC LA COUR D APPEL CONFIRME QU UNE ENTREPRISE PEUT RECOURIR À L ARBITRAGE POUR GÉRER LE RISQUE DES RECOURS COLLECTIFS Par Claude Marseille et André Durocher Les entreprises

Plus en détail

ARRÊT DE LA COUR (quatrième chambre) 3 septembre 2015 (*)

ARRÊT DE LA COUR (quatrième chambre) 3 septembre 2015 (*) ARRÊT DE LA COUR (quatrième chambre) 3 septembre 2015 (*) «Renvoi préjudiciel Directive 93/13/CEE Article 2, sous b) Notion de consommateur Contrat de crédit conclu par une personne physique qui exerce

Plus en détail

Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel

Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel Avril 2012 Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel Document de nature explicative 1. Les lignes directrices élaborées par l Autorité de contrôle prudentiel (ACP)

Plus en détail

Objet: Mécanismes particuliers ayant pour but ou pour effet de favoriser la fraude fiscale dans le chef de tiers

Objet: Mécanismes particuliers ayant pour but ou pour effet de favoriser la fraude fiscale dans le chef de tiers Contrats d'assurance vie à primes flexibles - taux garanti, Provisions complémentaires d'assurances vie, Bases techniques de la tarification des contrats d'assurance vie Bruxelles, le 30 novembre 2001

Plus en détail

LOI 76-020 du 16 juillet 1976 portant normalisation de la comptabilité au Zaïre (telle que modifiée par l ordonnance 81-017 du 3 avril 1981)

LOI 76-020 du 16 juillet 1976 portant normalisation de la comptabilité au Zaïre (telle que modifiée par l ordonnance 81-017 du 3 avril 1981) LOI 76-020 du 16 juillet 1976 portant normalisation de la comptabilité au Zaïre (telle que modifiée par l ordonnance 81-017 du 3 avril 1981) JO n 16 du 15 août 1976 TITRE I. DISPOSITIONS PRÉLIMINAIRES

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1236788L/Bleue-1 ----- ETUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1236788L/Bleue-1 ----- ETUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant la ratification de l accord-cadre entre l Union européenne et ses Etats membres, d une part, et la République de Corée, d

Plus en détail

Avis de la Chambre des Métiers

Avis de la Chambre des Métiers CdM/21/05/2012 12-38 Amendements gouvernementaux au projet de règlement grand-ducal fixant les critères, la procédure d agrément aux fonctions de médiateur judiciaire et familial et le mode de rémunération

Plus en détail

AUDITION DE DIRECTIVE RELATIVE AUX SERVICES DANS LE MARCHE INTERIEUR

AUDITION DE DIRECTIVE RELATIVE AUX SERVICES DANS LE MARCHE INTERIEUR AUDITION DE LA CONFEDERATION GENERALE DES PME SUR LA PROPOSITION DE DIRECTIVE RELATIVE AUX SERVICES DANS LE MARCHE INTERIEUR La Commission Européenne a rédigé un premier rapport sur «l état du marché intérieur

Plus en détail

Sont exclus de la procédure de médiation auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE :

Sont exclus de la procédure de médiation auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE : CHARTE DE LA MEDIATION auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE CLIENTELE DES PARTICULIERS Mai 2016 La charte de la médiation du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE est rédigée conformément à la législation

Plus en détail

Vu le décret n 2005-215 du 4 mars 2005 relatif à la haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l égalité ;

Vu le décret n 2005-215 du 4 mars 2005 relatif à la haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l égalité ; Délibération n 2010-53 du 1 er mars 2010 Refus d assurance âge recommandation Un assureur refuse de couvrir le risque chômage au-delà de 55 ans. Interrogé par la haute autorité, il explique que cette situation

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-186/187/188/189 QPC du 21 octobre 2011. Mlle Fazia C. et autres

Commentaire. Décision n 2011-186/187/188/189 QPC du 21 octobre 2011. Mlle Fazia C. et autres Commentaire Décision n 2011-186/187/188/189 QPC du 21 octobre 2011 Mlle Fazia C. et autres (Effets sur la nationalité de la réforme de la filiation) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 26 juillet

Plus en détail

vu le traité sur le fonctionnement de l Union européenne, et notamment son article 192, paragraphe 1,

vu le traité sur le fonctionnement de l Union européenne, et notamment son article 192, paragraphe 1, 27.6.2014 Journal officiel de l Union européenne L 189/135 RÈGLEMENT (UE) N o 660/2014 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 15 mai 2014 modifiant le règlement (CE) n o 1013/2006 concernant les transferts

Plus en détail

UNE AGENCE EUROPÉENNE DES DROITS FONDAMENTAUX?

UNE AGENCE EUROPÉENNE DES DROITS FONDAMENTAUX? UNE AGENCE EUROPÉENNE DES DROITS FONDAMENTAUX? L AEDH a pris connaissance avec intérêt de la décision du Conseil européen de Bruxelles d élargir le mandat de l Observatoire européen des phénomènes racistes

Plus en détail