Questionnaire sur la saisie sur comptes bancaires

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Questionnaire sur la saisie sur comptes bancaires"

Transcription

1 Prof. Dr. Burkhard Hess Study JAI A3/02/2002 Questionnaire sur la saisie sur comptes bancaires 1. Compétence des organes d exécution 2. La procédure d obtention de l acte d exécution 3. La prise d effet de l acte d exécution 4. Objet de l acte d exécution 5. L effet de l acte d exécution 6. La situation juridique du tiers débiteur 7. La protection du débiteur (immunities/insaisissabilités) 8. Le recouvrement de la créance 9. Informations factuelles et juridiques 10. La saisie transfrontalière sur comptes bancaires Remarques préliminaires 1. Le questionnaire suivant parait très détaillé. Il est censé délivrer une image aussi fidèle que possible tant de l organisation juridique que de la pratique de la saisie de créances dans les États membres. Sur cette base seront dégagées des structures communes et les différences entre les voies d exécution. Aussi les questions ne se limitent-elles pas à la saisie sur comptes mais prennent en considération le contexte général dans lequel s inscrit chacun des systèmes d exécution nationaux. Les réponses aux questions doivent être exhaustives au possible 1, les dispositions légales applicables et les formulaires habituellement utilisés sont à joindre en annexe. Les rapporteurs sont priés de répondre aux questions posés en suivant la structure et le plan du questionnaire. La structure unique des rapports nationaux permettra au rapporteur général d élaborer une étude comparative transversale des droits nationaux. Veuillez signaler succinctement toute difficulté liée à certaines questions qui ne s adapteraient pas à la structure de votre droit national. 2. Les rapporteurs sont en outre priés d apporter une solution au cas pratique suivant sur la base de leur droit national respectif: le créancier G a obtenu en justice à l encontre d une débitrice, une personne juridique, un titre portant sur une somme de 1 Prière de répondre aux différentes questions du questionnaire en faisant référence aux décisions des tribunaux et à la littérature juridique. 1

2 Le jugement revêtu de l autorité de chose jugée (alternative: susceptible d exécution provisoire) sur ce montant doit être réalisé par voie de saisie sur un compte bancaire tenu dans une filiale au siège de la débitrice. Le compte affiche un solde positif de Le tiers débiteur affirme que la débitrice a cédé la créance 10 jours avant la saisie à un autre créancier. Il s avère en fin de compte que cette objection est sans fondement. Un autre créancier opère une saisie sur le compte à hauteur de et veut prendre part à la procédure. 3. En ce qui concerne l exécution transfrontalière sur comptes bancaires 2 l étude va pénétrer dans un domaine encore inexploré. Sur ce point l étude vise avant tout à rassembler des données sur la pratique dans le États membres. En parallèle elle s efforcera de dégager diverses lignes conceptuelles pour une nouvelle réglementation. Jusqu à présent on peut distinguer les modèles suivants à propos de la saisie transfrontalière sur comptes bancaires : (1) une saisie sur comptes directe, transfrontalière (par la notification de l acte de l exécution au tiers débiteur à l étranger 3 ) selon le modèle du Règlement CE 1346/00 4. Dans ce contexte il faut coordonner et unifier les procédures nationales afin de standardiser les actes de procédure 5. (2) Saisies sur comptes transfrontalières au sein de banques opérant à l échelle européenne : la notification de l ordonnance de saisie à la centrale de l établissement de crédit ouvre l accès à tous les comptes, y compris à ceux que détiennent les filiales étrangères 6. La banque comme tiers débiteur est tenu d indiquer tous les comptes du débiteur (à moins en Europe) aux organes d exécution ou au créditeur 7. (3) La procédure européenne de garantie : le créancier peut opérer une saisie conservatoire sur le compte étranger. Par ce biais il obtient une sûreté. Le débiteur est appelé à formuler une objection contre la saisie. S il ne le fait pas, la saisie 2 Ce questionnaire ne traite que les comptes courants dans le sens large, y inclus notamment les comptes de dépôt des particuliers et les comptes courants des commerçants. 3 Ainsi en particulier la pratique autrichienne, OGH, JBl. 1998, 382; Zeitschrift für Rechtsvergleichung 1999, 191 ; Oberhammer, in : Angst, Kommentar zur Exekutionsordnung (2000), 294, n. 4 s.; Schack, Internationales Zivilverfahrensrecht (3. Aufl. 2002), Rdn Cf. les développements de Hess, intervention à la Chambre Nationale des Huissiers de Justice le (annexés au questionnaire). 5 Cf. Hess, intervention à la Chambre Nationale des Huissiers de Justice le , p. 27 et suivantes 6 Dans ce sens la jurisprudence anglaise cf. Kuwait Oil Tanker Co. v. Qabazard, [2002] I.L.Pr. 29 (C.A.) - garnishment order nisi sur un compte bancaire situé à Génève. Par contre, la décision de la C.Cass., , Revue Critique 1986, p. 329 ne concernait qu une saisie exclusivement française combiné avec une injonction in personam contre la banque de relever les comptes de ses agences à l étranger (cf. note Battifol). 7 Pour une opinion différente: Kuwait Oil Tanker Co. v. Qabazard, [2002] I.L.Pr. 29 (C.A.) : afin d obtenir les informations nécessaires, le créancier doit s adresser aux organes de l Etat ou se trouve le compte saisi afin de protéger le tiers saisi et de respecter le secret bancaire suisse. 2

3 devient définitive, le créancier peut recouvrer le montant. Si le débiteur s oppose à la saisie, le créancier doit le poursuivre devant le juge du pays où est situé la créance (soit le juge d exequatur selon art. 41 Règlement Bruxelles I, soit devant le juge de l exécution) 8. D autres modèles de réglementation semblent envisageables. Un point essentiel de l étude est sans doute la question d une standardisation de certains étapes des procédures nationales, rendant - peut-être - possible un mode d exécution en Europe qui n a plus besoin d une traduction des titres. Le rapporteur général remercie par conséquent tous les rapporteurs nationaux pour une critique des modèles de réglementation évoqués et pour toute réflexion sur les voies à suivre. 8 Cf. Jeuland, Dalloz 2001, n 26, p s. Il semble, toutefois, que la situation du tiers saisi reste encore à examiner. 3

4 Questions 1. Compétence 1.1. Quel organe d exécution est compétent sur le fond? Quels sont le statut juridique et la formation (professionnelle) du fonctionnaire chargé de l exécution? Quel rapport lie l organe d exécution à la juridiction de l exécution (surveillance pour les voies de recours des parties cf. ci-dessous les questions )? 1.2. Compétence locale/internationale Se réfère-t-on au domicile/siège du tiers débiteur? Lorsque le compte est tenu par une filiale (succursale) est-ce l organe d exécution du lieu de la filiale ou celui du lieu de l établissement principal/de la maison mère qui est compétent? Quel est l organe d exécution compétent lorsque le compte est tenu par une filiale/un établissement secondaire doté(e) d une personnalité juridique propre? Le lieu de situation du patrimoine du tiers débiteur est-il déterminant? La compétence, est-elle restreinte au patrimoine situé sur le territoire de l organe d exécution? La compétence dépend-elle du domicile/siège du débiteur? La compétence, est-elle restreinte au patrimoine situé sur le territoire de l organe d exécution? L organe d exécution compétent est-il déterminé en fonction de la juridiction du principal (c est-à-dire chargée de la délivrance du titre)? L organe d exécution compétent est-il déterminé en fonction de la juridiction chargée de l action contre le tiers débiteur? Existe-il des règles de compétence particulières en cas d exécution à fin de garantie? 10 9 Si nécessaire, veuillez répondre séparément aux questions suivantes en ce qui concerne la compétence locale et la compétence internationale. 4

5 2. La procédure d obtention de l acte d exécution 2.1. Quelles conditions le créancier doit-il remplir? Conditions générales de l exécution Conditions spéciales de l exécution (délais)? Quelles pièces doit-il fournir? Doit-on avoir recours à un formulaire? (si oui, prière de joindre en annexe le formulaire prescrit ou communément utilisé) 2.2. Avec quelle précision le compte à saisir doit-il être désigné? L indication générale du nom du débiteur et des coordonnées de la banque suffit-elle? Si oui, des saisies fondées sur un simple soupçon (search orders) sontelles admises? Doit-on éventuellement (en cas de pluralité de comptes) préciser la succursale où le compte est tenu ou bien le numéro de compte exact? D autres éléments d information peuvent-ils suffire? 2.3. A quels types de contrôle procède l organe d exécution: au regard des conditions de l exécution forcée? au regard de la créance à saisir? 2.4. Le créancier peut-il apporter des compléments à sa demande d exécution? 2.5. Le débiteur est-il entendu avant que ne soit arrêté la mesure d exécution? Si non: existe-il éventuellement des exceptions pour des comptes spéciaux (compte de salaire)? 10 Veuillez SVP préciser l objet de ces règles particulières dans l ordre des questions

6 Le débiteur peut-il demander des mesures de protection par anticipation avant le début de l exécution (protective orders) / éventuellement déposer un écrit protecteur? 2.6. Combien de temps faut-il pour obtenir un acte d exécution? 2.7. De quelle voie de recours le créancier dispose-t-il si sa demande est rejetée? Quel est l organe de contrôle compétent? Le débiteur est-il entendu durant la procédure de recours? 2.8. Le créancier doit-il verser une provision? Si oui, de quel montant? Comment les frais sont-ils pris en charge? 2.9. Applique-t-on des règles particulières au cas où le créancier ne sollicite que des mesures de sûreté? La prise d effet de l acte d exécution 3.1. A qui l ordonnance/acte de saisie est-elle/il notifié(e): au débiteur? au tiers débiteur? des notifications alternatives sont-elles admises? Qui est responsable de la notification: l organe d exécution? le créancier? Quelle personne/quel organe accomplit l acte de notification? 11 Concernant le montant cf. infra Veuillez SVP préciser l objet de ces règles particulières dans l ordre des questions Art. 11 à 14 de la Proposition de Règlement du Conseil du 18 avril 2002 portant création d'un titre exécutoire européen pour les créances incontestées, Com (2002) 159 final, Journal Officiel No. C 203 E du 27/08/2002 p

7 3.3. Quelles sont les conséquences d une notification défectueuse: au tiers débiteur? au débiteur? 4. Objet de l acte d exécution 4.1. Quelles sont les créances visées sur le compte 14 : le solde de notification? les soldes à venir? les arrêtés de compte à venir? les versement futurs sur le compte? la ligne de crédit? 4.2. L accès au compte est-il limité au montant du titre exécutoire? Si oui, doit-on prendre en compte d éventuelles créances annexes? Si oui, les coûts de l exécution sont-ils pris en considération? Si non, y a-t-il un seuil à ne pas dépasser? Comment s effectue la mainlevée de la saisie (le dessaisissement du tiers)? Quel est l organe d exécution compétent? Le créancier est-il entendu? D autres personnes (ex. : la famille du débiteur) sont-elles entendues? 4.3. Effets de l accord d opération en compte courant Les comptes bancaires sont-ils normalement des comptes courants? Veuillez décrire sommairement les bases et les effets juridiques du compte courant: 14 Si certains types des comptes suivent des règles particulières, veuillez bien les indiquer, SVP. Pour le sujet du questionnaire, cf. les remarques préliminaires (note 2). 15 Si certains comptes notamment des particulières ne sont pas des comptes courants à proprement dit (p.ex. en France: compte de dépôt), veuillez SVP indiquer la situation juridique pour ces comptes selon la structure des questions

8 Base juridique du compte courant? Effets juridiques du compte courant? L accord d opération en compte courant a-t-il la priorité par rapport à l acte d exécution: L acte d exécution forcée est-il limité par l accord d opération en compte courant? Le créancier peut-il éventuellement résilier le compte? La banque peut-elle résilier le compte en raison de la saisie? Quels sont les effets d opérations antérieures par lesquelles le débiteur dispose des sommes présentes sur son compte (cession de créance)? Peut-il efficacement disposer de ces sommes même lorsque l opération qui en résulte concerne des créances futures? Quelles sont les conditions à remplir pour que l efficacité ne soit pas remise en cause? L efficacité de telles opérations est-elle limitée dans le temps (délais)? 4.4. Existe-il des règles spéciales qui sont applicables dans le cas des comptes communs / joints (Oder-Konten)? L autre titulaire (p.ex. le conjoint), est il encore habilité à faire des virements de ce compte? Limites de ce pouvoir? Est-ce l organe d exécution qui en décide? 4.5. Existe-il des règles spéciales dans le cas où le «véritable» détenteur du compte (du point de vue économique) est «camouflé» (p.ex. comptes fiduciaires ; compte d un prêt-nom / appartenant à un homme de paille)? La banque, est-elle obligée de rechercher l existence des tels comptes? Le titre exécutoire dressé contre le débiteur, suffit-il pour saisir des tels comptes? 5. L effet de l acte d exécution 5.1. Le débiteur peut-il effectuer un paiement? 5.2. Le débiteur peut-il recevoir un paiement? 16 Prière de joindre au rapport les contrats-types ou les dispositions légales qui en sont le support. 8

9 5.3. Situation juridique du créancier Le créancier obtient-il un droit de gage sur la créance qui lui octroie une priorité? Des saisies concurrentes d autres créanciers doivent-elles être prises en considération? Si oui, dans quels délais les saisies concurrentes doivent-elles être mises en oeuvres? Le créancier obtient-il le transfert de la créance pour le recouvrement? 6. La situation juridique du tiers débiteur 6.0. La notification du titre exécutoire au tiers débiteur, constitue-t-elle unélément constitutif d une saisie valable? 6.1. La déclaration du tiers débiteur Qui demande au tiers débiteur de délivrer des informations sur la créance/le compte: l organe d exécution? le créancier? La déclaration est-elle soumise à un délai? Durée? 6.2. Objet de la déclaration du tiers débiteur 17 : Solde actuel du compte? Autres comptes du débiteur? Dans la même succursale? Dans l établissement principal? A travers toutes les succursales ainsi que l établissement principal? Existence et montant de la créance? Accessoires éventuels de la créance? Contestations de la créance? Saisies de créanciers en concours? 17 Veuillez SVP joindre s il existe un formulaire type utilisé pour la déclaration du tiers débiteur. 9

10 6.3. Effets juridiques de la déclaration du tiers débiteur Effet juridique d une reconnaissance de créance? Absence de déclaration vaut reconnaissance (fictive)? Si non: effets dans la procédure opposant le créancier au tiers débiteur (renversement de la charge de la preuve)? 6.4. La sanction de la déclaration du tiers débiteur L inexactitude/l absence de déclaration conduit-elle à la reconnaissance de la créance? L absence de contestations engendre-t-elle leur exclusion par la suite? Existe-il une obligation de dommages et intérêts pesant sur le tiers débiteur? Veuillez citer les éléments constitutifs de l obligation de dommages et intérêts, en précisant en particulier si une faute du tiers débiteur est requise? Étendue de l obligation de dommages et intérêts? Comment peut-on faire valoir l obligation de dommages et intérêts? 6.5. La protection du tiers débiteur Quelles objections le tiers débiteur peut-il faire valoir? Existe-il une protection en cas de paiements effectués par erreur au profit du débiteur? Dans le cadre de la protection de la bonne foi? Sur la base de l enrichissement sans cause contre le créancier? Le tiers débiteur peut-il exiger l indemnisation de ses frais? Si oui, du créancier? Si oui, du débiteur? 7. La protection du débiteur (immunities / insaisissabilités) 10

11 7.1. La saisie de créance peut-elle porter également sur le compte dit «de salaire» (dans le sens large, y sont inclus les indemnités de sécurité sociale, des pensions etc.) du débiteur? 7.2. Si non, veuillez décrire la procédure d exécution sur les comptes de salaire Si oui, existe-il des dispositions particulières pour la protection du débiteur et de sa famille? Y a-t-il des limites à l étendue de la saisie en considération de la situation du débiteur lui-même? Sont-elles prévues par la loi? Est-ce le tribunal de l exécution qui fixe les limites? Y a-t-il des limites à l étendue de la saisie en considération de la situation des membres de la famille du débiteur? (en particulier créances d aliments ou d entretien)? Sont-elles prévues par la loi? Est-ce le tribunal de l exécution qui fixe les limites? Ces limites sont-elles indexées (ex. : par référence au coûts de vie généraux)? 7.4. La procédure de protection du débiteur Les règles protectrices sont-elles appliquées d office ou sur requête (du débiteur ou des membres de sa famille)? Le débiteur : Peut-il exiger le payement immédiat d une somme alimentaire du tiers saisie? Qui évalue le montant exempté: L organe d exécution? Le tiers débiteur? 7.5. Le créancier peut-il de son côté faire valoir un besoin de protection particulier? 18 Veuillez SVP orienter vos explications sur la saisie sur comptes de salaire selon la trame des questions 7.3. et

12 Lors de l exécution pour cause d aliments? Lors de l exécution en raison d une créance résultant d une faute délictuelle du débiteur Quel organe d exécution examine l application du créancier? 8. Le recouvrement de la créance 8.1. La situation juridique du créancier concernant le recouvrement de la créance saisie : La créance lui est-elle transférée? Considère-t-on qu il a qualité pour recouvrir la créance? Le recouvrement nécessite-il une décision supplémentaire de l organe d exécution? Comment la créance est-elle dotée de la formule exécutoire au profit du créancier? Dans une procédure incidente entre le créancier et le tiers débiteur Octroi de la formule exécutoire par le tribunal de l exécution, lorsque le tiers débiteur reconnaît la créance Quels sont les droits des créanciers concurrents? Est-ce le principe de priorité ou la répartition entre créanciers concurrents (principe de groupe) qui prévaut? Si c est le principe de groupe qui prévaut: Comment s effectue l inscription d autres créances: Une publication est-elle prévue? Existe-il des délais d inscription? Quelle est la conséquence juridique d un dépassement de délai? Comment les créances sont-elles réparties? 9. Informations factuelles et juridiques 9.1. Combien de saisies de créance sont pratiquées annuellement dans votre pays? 12

13 9.2. Quelle est la proportion de ces mesures par rapport aux mesures d exécution en général (nombre/montant) aux mesures d exécution en domaine mobilier (nombre/montant) 9.3. Dispose-t-on d informations sur la durée des saisies sur comptes Eu égard à la prise d effet de la saisie sur le compte Eu égard à la satisfaction du créancier Eu égard aux éventuels recours du tiers débiteur auprès des juridictions de l exécution Pour le cas où le créancier fait valoir judiciairement sa créance à l égard du tiers débiteur 9.4. Quels sont les problèmes d application pratique recensés dans votre pays? 9.5. Existe-il des propositions politico-juridiques de réforme de la saisie sur comptes bancaires? 9.6. Quand le créancier essaie de saisir une somme de , quel est le montant des coûts pour: L organe d exécution? L avocat du créancier? Qui doit prendre ces coûts en charge? 10. La saisie transfrontalière sur comptes bancaires Une saisie transfrontalière sur comptes bancaires est-elle admise dans votre pays? A l encontre d un tiers débiteur à l étranger? A l encontre d un débiteur à l étranger? 13

14 10.2. Au cas où une telle saisie sur comptes est interdite, quelle est la raison avancée: Territorialité des voies d exécution? Protection du débiteur? Protection du tiers débiteur? Protection des créanciers en concours? Autres raisons? Lorsqu une saisie transfrontalière sur comptes est admise, comment est-elle réalisée? Par notification de l acte d exécution au débiteur / tiers débiteur selon le Règlement CE 1348/00/EG? Par notification de l acte d exécution à l établissement principal / la succursale national(e) de la banque, avec toutefois la conséquence que les comptes situés à l étranger soient également saisis? Les notifications fictives sont-elles autorisées? Quel est le droit applicable à l acte d exécution transfrontalier (au regard du compte étranger): Par rapport à l acte d exécution lui-même? Par rapport à la protection du débiteur? Par rapport à la protection du tiers débiteur? Par rapport au concours d autres créanciers et de sûretés réelles? Reconnaissance de l acte d exécution étranger Est-ce que dans votre pays un acte d exécution étranger (p.ex. une saisie étrangère) est reconnu et exécuté (reconnaissance procédurale 20 )? Si oui : A quelles règles est subordonné la reconnaissance? Quel est le Droit applicable à l acte d exécution? 19 Suivant les principes généraux du Droit international privé et du Droit procédural international, la reconnaissance procédurale est à distinguer de la reconnaissance de certains effets de l acte d exécution étranger dans le Droit interne. La question traite de la reconnaissance procédurale, la question de la seconde reconnaissance. 20 Une reconnaissance procédurale serait en ce sens structurellement semblable à la reconnaissance prévue par les articles 32 et suivants du Règlement 44/01/CE. 14

15 Quel est le Droit applicable à la protection du tiers débiteur? (y compris au regard du devoir de renseignement)? Quel est le droit applicable aux créanciers concurrents? Quel est le droit applicable à la protection du débiteur? Si non : quelle est la raison avancée? (cf. supra 10.2.) Dans votre pays, les effets de l acte d exécution sont-ils pris en compte dans l application du Droit interne 21? Quelles règles de conflit règlent la prise en considération des effets des actes d exécution étrangers? Quels effets sont pris en considération? Est-ce que la saisie des comptes a pour effet une restriction à la capacité de disposer? Transfert de la créance sur le créancier? Autres effets Comment le créancier peut-il agir en justice en cas des changements de situation après l obtention du titre (p.ex. paiement de la créance) Compétence Du tribunal qui a rendu le titre? Des juges / organes d exécution du lieu de la créance? Si oui : Une coordination avec le tribunal qui a rendu le titre, est elle prévue? Si oui : Comment se déroule-t-elle? La réalisation de la proposition de Règlement portant création d un titre exécutoire européen (cf. supra, note 13), changerait-elle la situation dans votre pays en ce qui concerne la question ci-dessus discutée? Autres remarques Veuillez préciser sommairement lequel des modèles d exécution évoqués en introduction a votre préférence ou dans quelle mesure vous avez des doutes quant à l admission d un tel acte d exécution. 21 Ici, compris comme notion contraire au règles de conflit. Les effets procéduraux y sont inclus. 22 Veuillez, SVP, préciser à la question la position de votre Droit dans le cas où a) le titre est prononcé dans votre pays, b) la créance est située dans votre pays (le compte est tenu dans votre pays). 15

Questionnaire sur la saisie sur comptes bancaires

Questionnaire sur la saisie sur comptes bancaires Prof. Dr. Burkhard Hess Study JAI A3/02/2002 Questionnaire sur la saisie sur comptes bancaires 1. Compétence des organes d exécution 2. La procédure d obtention de l acte d exécution 3. La prise d effet

Plus en détail

Réponse des rapporteurs luxembourgeois au questionnaire sur la saisie sur comptes bancaires (Etude JAI A3/02/2002)

Réponse des rapporteurs luxembourgeois au questionnaire sur la saisie sur comptes bancaires (Etude JAI A3/02/2002) Réponse des rapporteurs luxembourgeois au questionnaire sur la saisie sur comptes bancaires (Etude JAI A3/02/2002) Dr. Thierry Hoscheit / Dr. Patrick Kinsch 1. Compétence des organes d exécution 1.1. Quel

Plus en détail

Transparence du patrimoine : réponses belges au questionnaire

Transparence du patrimoine : réponses belges au questionnaire Transparence du patrimoine : réponses belges au questionnaire (Frédéric Georges, assistant et maître de conférences à l Université de Liège, avocat) 1. La localisation du débiteur 1.1. Les personnes physiques

Plus en détail

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main!

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! Finances Achats e-commerce Santé Tourisme Véhicules Shutterstock Immobilier énergie Justice On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! brochure réalisée

Plus en détail

Pas d inscription possible (R.532-6)

Pas d inscription possible (R.532-6) 1 er cas : Le créancier dispose d un titre exécutoire (L.511-2) Cas : Décision d une juridiction de l ordre judiciaire ou administratif ayant force exécutoire acte notarié revêtu de la formule exécutoire

Plus en détail

VERONE. Cependant les sûretés sont régies par le Code Civil et le Code de Commerce.

VERONE. Cependant les sûretés sont régies par le Code Civil et le Code de Commerce. Thème N 4 LES VOIES D EXECUTION VERONE Les voies d exécution sont régies en France par la loi du 9 juillet 1991 portant réforme des procédures civiles d exécution et du décret du 18 décembre 1992. Rares

Plus en détail

Ch. 4. Les risques et les garanties du commerce international!

Ch. 4. Les risques et les garanties du commerce international! Ch. 4. Les risques et les garanties du commerce international! Ch. 4. Les risques et les garanties du commerce international Introduction Garantie = assurance d être payé Difficulté accrue dans l ordre

Plus en détail

On vous doit de l argent en Europe...

On vous doit de l argent en Europe... On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! Centre Européen des Consommateurs France Réseau européen ECC-Net en coopération avec le Ministère de la Justice,

Plus en détail

Exécution des décisions judiciaires Portugal

Exécution des décisions judiciaires Portugal Exécution des décisions judiciaires Portugal 3. Objet et nature des mesures d exécution 3.1. Quels types de biens peuvent être soumis à l exécution? Sont soumis à l exécution tous les biens du débiteur

Plus en détail

Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure

Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure Ce projet est cofinancé par l Union européenne 2 Europe Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure Prise de position

Plus en détail

BELGIQUE. Mise à jour de la contribution de novembre 2005

BELGIQUE. Mise à jour de la contribution de novembre 2005 Mars 2013 BELGIQUE Mise à jour de la contribution de novembre 2005 1. Résumé de l arrêt Arrêt définitif de la Cour d appel de Bruxelles du 26 juin 2012 Etat belge (SPF AFFAIRES ETRANGERES) c/ INTERNATIONAL

Plus en détail

Le règlement (CE) N 1896/2006 du parlement européen et du conseil du 12 décembre 2006 instituant une procédure européenne d injonction de payer

Le règlement (CE) N 1896/2006 du parlement européen et du conseil du 12 décembre 2006 instituant une procédure européenne d injonction de payer Le règlement (CE) N 1896/2006 du parlement européen et du conseil du 12 décembre 2006 instituant une procédure européenne d injonction de payer Par Michelle POESS, étudiante en droit et Karl H. BELTZ,

Plus en détail

On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir

On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir Dessins : Gérard Gautier - Création et réalisation : Esprit Graphique F. Fullenwarth - Impression : Hauts de Vilaine On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir Maison de la consommation et de l environnement

Plus en détail

Conditions générales d assurance (CGA)/

Conditions générales d assurance (CGA)/ Conditions générales d assurance (CGA)/ Assurance de garantie de loyer Edition 01.2014 8054253 09.14 WGR 759 Fr Table des matières Votre assurance en bref................. 3 Conditions générales d assurance...........

Plus en détail

La saisie-arrêt conservatoire Suite à une facture non contestée

La saisie-arrêt conservatoire Suite à une facture non contestée La saisie-arrêt conservatoire Suite à une facture non contestée Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés

Plus en détail

La saisie et le solde bancaire insaisissable

La saisie et le solde bancaire insaisissable FÉVRIER 2014 N 35 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent La saisie et le solde bancaire insaisissable Ce mini-guide vous est offert

Plus en détail

I. Pourquoi le code mondial est-il un outil d excellence pour renforcer l efficacité de l exécution?

I. Pourquoi le code mondial est-il un outil d excellence pour renforcer l efficacité de l exécution? 1 Premier forum mondial sur l exécution : l efficacité des procédures civiles d exécution en Europe Des outils pour renforcer l efficacité de l exécution Les nouveaux outils : le Code mondial de l exécution

Plus en détail

Le droit à l exécution du créancier

Le droit à l exécution du créancier Le droit à l exécution du créancier INTRODUCTION Le droit des voies d exécution, ou des procédures civiles d exécution, regroupe l ensemble des procédés légaux coercitifs auxquels un créancier peut avoir

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS de meubles incorporels (aussi appelée saisie-arrêt) est une procédure au moyen de laquelle il est possible pour un créancier d appréhender les biens dématérialisés constituant le patrimoine de son débiteur

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES LIVRE VERT

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES LIVRE VERT COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 24.10.2006 COM(2006) 618 final LIVRE VERT SUR L AMÉLIORATION DE L EXÉCUTION DES DÉCISIONS DE JUSTICE AU SEIN DE L UNION EUROPÉENNE: LA SAISIE DES AVOIRS

Plus en détail

LA PROTECTION DU CREANCIER DANS LA PROCEDURE SIMPLIFIEE DE RECOUVREMENT DES CREANCES CIVILES ET COMMERCIALES. Droit de l OHADA & Pratiques européennes

LA PROTECTION DU CREANCIER DANS LA PROCEDURE SIMPLIFIEE DE RECOUVREMENT DES CREANCES CIVILES ET COMMERCIALES. Droit de l OHADA & Pratiques européennes LA PROTECTION DU CREANCIER DANS LA PROCEDURE SIMPLIFIEE DE RECOUVREMENT DES CREANCES CIVILES ET COMMERCIALES Droit de l OHADA & Pratiques européennes Résume de l ouvrage Apollinaire A. de SABA 2 ème EDITION

Plus en détail

Questionnaire Sage 100 «Classroom»

Questionnaire Sage 100 «Classroom» Questionnaire Sage 100 «Classroom» Questionnaire Sage 100 «Classroom» 2/8 Société / Institut de formation : Adresse : NPA / Lieu : Branche, nombre d employés / d élèves : Téléphone, Fax : Email, Internet

Plus en détail

MEMORANDUM RECOUVREMENT D UNE CREANCE EN SUISSE (27-3-2007)

MEMORANDUM RECOUVREMENT D UNE CREANCE EN SUISSE (27-3-2007) MEMORANDUM RECOUVREMENT D UNE CREANCE EN SUISSE (27-3-2007) Recommandation préalable: il est recommandé de faire signer le mandat de traduction par le donneur d ouvrage. Le mandat doit fixer les modalités

Plus en détail

F I C H E 57: L A RÉCUPÉRATION DES CRÉANCES D AIDE SOC I ALE

F I C H E 57: L A RÉCUPÉRATION DES CRÉANCES D AIDE SOC I ALE F I C H E 57: L A RÉCUPÉRATION DES CRÉANCES D AIDE SOC I ALE Code de l action sociale et des familles Articles L 132-8 et suivant Articles L 132-9 R 132-13 à R 132-16 Article L 344-5 Article L 351-1 Code

Plus en détail

Directive sur les services de paiement

Directive sur les services de paiement Directive sur les services de paiement Les principales dispositions - Novembre 2009 La Directive sur les Services de Paiement (DSP) est entrée en vigueur le 1er novembre dernier conformément à l Ordonnance

Plus en détail

Examen de fin de stage judiciaire Programme de révision

Examen de fin de stage judiciaire Programme de révision Examen de fin de stage judiciaire Programme de révision Le présent document est établi sur base de l article 17, paragraphe 1 er, alinéa 2 du règlement grand-ducal du 10 juin 2009 portant organisation

Plus en détail

Procédure d injonction de payer européenne Règlement CE n 1896/2006

Procédure d injonction de payer européenne Règlement CE n 1896/2006 Procédure d injonction de payer européenne Règlement CE n 1896/2006 Note de Synthèse réalisée par le réseau Enterprise Europe Network de la CCI de Lyon Avec le concours de Mademoiselle Camille Brauer Stagiaire

Plus en détail

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans

Plus en détail

Table des matières. 1. Paiement à la livraison ou acompte. 2. Quelques moyens de paiement. 1. Précautions générales

Table des matières. 1. Paiement à la livraison ou acompte. 2. Quelques moyens de paiement. 1. Précautions générales Table des matières Tables des matières Partie I : Demander un paiement comptant? 1. Paiement à la livraison ou acompte 1.1. PAS TOUJOURS POSSIBLE.................................... 2 1.2. DEMANDER UN

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 2 Les réglementations européennes de lutte contre les retards et les défauts de paiement 25

Table des matières. Chapitre 2 Les réglementations européennes de lutte contre les retards et les défauts de paiement 25 Table des matières Présentation du guide 7 Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Chapitre 1 Les retards de paiement en Europe 15 Section I La crise économique et les retards de paiement 15 Section II Cartographie

Plus en détail

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée La loi n 2010-658 du 15 juin 2010 relative à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée (EIRL) : l essentiel à retenir pour procéder au dépôt de la déclaration d affectation du patrimoine auprès

Plus en détail

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES 1/ La mention de l indemnité sur les conditions générales de vente (CGV) et les factures et son versement en cas de retard sont-ils

Plus en détail

1. Qu entend-on par indemnité en remboursement de frais?... 1

1. Qu entend-on par indemnité en remboursement de frais?... 1 Table des matières 1 Qu entend-on par indemnité en remboursement de frais? 1 11 Remboursement de frais par votre société 1 111 Vous avez payé des frais en lieu et place de votre société qui vous les rembourse

Plus en détail

Demande d entraide judiciaire et/ou administrative en vue du recouvrement d aliments à l étranger

Demande d entraide judiciaire et/ou administrative en vue du recouvrement d aliments à l étranger A N N E X E S 2 Demande d entraide judiciaire et/ou administrative en vue du recouvrement d aliments à l étranger Convention sur le recouvrement des aliments à l étranger signée à New York le 20 juin 1956

Plus en détail

Questions d évaluation

Questions d évaluation TEMA 4 CARLOS MANUEL GONÇALVES DE MELO MARINHO Juge de la Cour l appel Questions d évaluation A. LE RÈGLEMENT DU CONSEIL (CE) Nº 4/2009 du 18 décembre 2008 relatif à la compétence, la loi applicable, la

Plus en détail

Procédures collectives Européennes

Procédures collectives Européennes + Procédures collectives Européennes Yves BRULARD Avocat associés DBB Chargé d enseignement UCL Mons Expert pour la Commission UE Paris Bruxelles - Mons + Cadre juridique actuel et prochain Bref rappel

Plus en détail

CONDITIONS SPÉCIALES

CONDITIONS SPÉCIALES ASSURANCE-CRÉDIT POLICE INDIVIDUELLE D ASSURANCE-CRÉDIT CONDITIONS SPÉCIALES ETABLISSEMENTS DE CREDIT Garantie de la confirmation d un crédit documentaire - DGP 508 A - SOMMAIRE Article 1 Prise d effet

Plus en détail

26 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE

26 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE 26 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE Helsinki (7-8 avril 2005) Les aspects sociaux de la justice La recherche de solutions juridiques aux problèmes d endettement dans une société de crédit

Plus en détail

Table des matières. Contenu du guide 7 Adresses utiles 8

Table des matières. Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Table des matières Présentation du guide 7 Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Chapitre 1 Les retards de paiement en Europe 15 Section I La crise économique et les retards de paiement 15 Section II Cartographie

Plus en détail

Conditions générales pour les prêts chirographaires. Du 20 mars 2014 (état au 21 mars 2014)

Conditions générales pour les prêts chirographaires. Du 20 mars 2014 (état au 21 mars 2014) pour les prêts chirographaires Du 0 mars 04 (état au mars 04) du 0.0.04 (état au.0.04) TABLE DES MATIERES Article Principes généraux Article Décision d octroi ou de refus du prêt Article Documents à signer

Plus en détail

Conditions d ouverture de crédit lombard

Conditions d ouverture de crédit lombard Conditions d ouverture de crédit lombard Article 1. Objet des présentes conditions 1.1 Les présentes conditions régissent les ouvertures de crédit lombard qui sont octroyées par Keytrade Bank Luxembourg

Plus en détail

952.111. Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse

952.111. Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse (Ordonnance de la FINMA sur les banques étrangères, OBE-FINMA) 1 du 21 octobre 1996 (Etat le

Plus en détail

952.111 Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse

952.111 Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse (Ordonnance de la FINMA sur les banques étrangères, OBE-FINMA) 1 du 21 octobre 1996 (Etat le

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 703 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 4 juillet 2011 PROPOSITION DE LOI tendant à simplifier le recouvrement des créances alimentaires destinées aux enfants,

Plus en détail

QUESTIONS À POSER AVANT DE SIGNER UN BAIL COMMERCIAL

QUESTIONS À POSER AVANT DE SIGNER UN BAIL COMMERCIAL QUESTIONS À POSER AVANT DE SIGNER UN BAIL COMMERCIAL 1. Surface a) Quelle est la superficie louable? b) Quelle est la superficie utilisable? c) Le loyer est-il calculé en fonction de la superficie louable

Plus en détail

Les procédures de recouvrement de créances au niveau européen

Les procédures de recouvrement de créances au niveau européen Les procédures de recouvrement de créances au niveau européen Séminaire 12.10.2012 - Les outils essentiels de l UE pour soutenir l internationalisation des PME Des factures impayées à l étranger? L objectif:

Plus en détail

Le droit au compte. w w w. l e s c l e s d e l a b a n q u e. c o m Le site d informations pratiques sur la banque et l argent

Le droit au compte. w w w. l e s c l e s d e l a b a n q u e. c o m Le site d informations pratiques sur la banque et l argent 014 w w w. l e s c l e s d e l a b a n q u e. c o m Le site d informations pratiques sur la banque et l argent Le droit au compte L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s FBF - 18 rue La Fayette -

Plus en détail

DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE SAUVEGARDE

DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE SAUVEGARDE DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE SAUVEGARDE Votre dossier doit être déposé par vous-même au Greffe ou par un avocat ou un mandataire muni d un pouvoir. Un dossier reçu par voie postale n est pas

Plus en détail

Voies d exécution. Leçon 1 : Dispositions générales sur les voies d exécution. Leçon 2 : Les titres et jugements exécutoires

Voies d exécution. Leçon 1 : Dispositions générales sur les voies d exécution. Leçon 2 : Les titres et jugements exécutoires Voies d exécution Auteur(s) : Marianne Dumeige-Istin et Patricia VANNIER Présentation(s) : Marianne Dumeige-Istin : Avocat - 20 ans de pratique professionnelle domaines de prédilection : droit des affaires,

Plus en détail

Charte d'usage et de contrôle du Label Hosted in Luxembourg

Charte d'usage et de contrôle du Label Hosted in Luxembourg Charte d'usage et de contrôle du Label Hosted in Luxembourg La présente charte a pour objet de définir les conditions et modalités d'exploitation de la marque Hosted in Luxembourg ci-après désignée «Le

Plus en détail

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg Arrangement administratif relatif aux modalités d application de la convention entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg sur la sécurité sociale En application du paragraphe (2), a) de

Plus en détail

Convention entre la Suisse et la Belgique sur la reconnaissance et l exécution de décisions judiciaires et de sentences arbitrales

Convention entre la Suisse et la Belgique sur la reconnaissance et l exécution de décisions judiciaires et de sentences arbitrales Texte original Convention entre la Suisse et la Belgique sur la reconnaissance et l exécution de décisions judiciaires et de sentences arbitrales Conclue le 29 avril 1959 Approuvée par l Assemblée fédérale

Plus en détail

Circulaire 2008/7 «Outsourcing banques»

Circulaire 2008/7 «Outsourcing banques» Foire aux questions (FAQ) Circulaire 2008/7 «Outsourcing banques» (Dernière modification : 6 février 2015) 1. Selon quels critères examine-t-on l applicabilité de la circulaire 2008/7? Il y externalisation

Plus en détail

A RETENIR. La procédure peut être engagée sans l assistance d un avocat mais nécessite une connaissance des conditions d application.

A RETENIR. La procédure peut être engagée sans l assistance d un avocat mais nécessite une connaissance des conditions d application. L INJONCTION DE PAYER EUROPEENNE ET LES PME UN OUTIL PRATIQUE ET RAPIDE POUR RECOUVRER VOS CREANCES! La procédure d injonction de payer européenne (IPE) est un nouveau moyen rapide et économique de récupérer

Plus en détail

Questionnaire sur l assurance responsabilité professionnelle des avocats demandant leur inscription en vertu de la directive Etablissement (98/5/CE)

Questionnaire sur l assurance responsabilité professionnelle des avocats demandant leur inscription en vertu de la directive Etablissement (98/5/CE) Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Questionnaire sur l assurance responsabilité professionnelle des avocats demandant leur inscription en vertu de la directive Etablissement

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

La saisie et le solde bancaire insaisissable

La saisie et le solde bancaire insaisissable octobre 2012 n 35 difficultés Les mini-guides bancaires www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent La saisie et le solde bancaire insaisissable 1 FBF - 18 rue La Fayette -

Plus en détail

Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de

Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de DELEGATION DE CREANCE D UN CONTRAT D ASSURANCE VIE RACHETABLE Le soussigné(e) 1 : Né(e) le : Demeurant : Ci-après dénommé «le Délégant», Déclare déléguer au profit de : Représentée par En qualité de Ci-après

Plus en détail

Symposium le joueur excessif et le désendettement

Symposium le joueur excessif et le désendettement Symposium le joueur excessif et le désendettement Le Préposé aux poursuites et sa fonction Le Préposé et les fonctionnaires des Offices sont des officiers publics chargés d organiser le droit de poursuivre,

Plus en détail

Assurer mon cre dit immobilier

Assurer mon cre dit immobilier Assurer mon cre dit immobilier Pour concrétiser votre projet immobilier, vous avez besoin d obtenir un crédit immobilier ainsi qu une assurance emprunteur. L assurance emprunteur sera mise en jeu lorsqu

Plus en détail

MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE

MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE Evoquer le rôle du juge dans une matière transfrontalière suppose que soit préalablement abordée la double question de la compétence

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS Saisie-exécution sur rémunération -exécution sur rémunération est régie par les articles 880 CPC à 888 CPC. 1. COMPÉTENCE DE L AGENT DE L EXÉCUTION -exécution sur rémunération relève de la compétence des

Plus en détail

Réponse des rapporteurs luxembourgeois au questionnaire sur l exécution provisoire (Etude JAI A3/02/2002) Dr. Thierry Hoscheit / Dr.

Réponse des rapporteurs luxembourgeois au questionnaire sur l exécution provisoire (Etude JAI A3/02/2002) Dr. Thierry Hoscheit / Dr. Réponse des rapporteurs luxembourgeois au questionnaire sur l exécution provisoire (Etude JAI A3/02/2002) Dr. Thierry Hoscheit / Dr. Patrick Kinsch Préambule: dispositions légales régissant le prinicpe

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS Un bien meuble incorporel est un bien qui n a pas d existence matérielle. C est un bien impalpable (ex : une somme d argent, les parts d une société). En France, il existe différents types de saisies de

Plus en détail

Assurances selon la LAMal

Assurances selon la LAMal Assurances selon la LAMal Règlement Edition 01. 2015 Table des matières I Dispositions communes 1 Validité 2 Affiliation / admission 3 Suspension de la couverture-accidents 4 Effets juridiques de la signature

Plus en détail

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 14. Le droit au compte FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 14. Le droit au compte FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 14 Le droit au compte FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE Nouvelle édition valable à compter du 28 avril 2006 Ce mini-guide vous est offert Tous droits réservés. La reproduction

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

Le droit au compte. Les Mini-Guides Bancaires. Mai 2012

Le droit au compte. Les Mini-Guides Bancaires. Mai 2012 014 Le droit au compte Les Mini-Guides Bancaires Mai 2012 2 Sommaire Introduction Une banque peut-elle refuser de m ouvrir un compte bancaire? Est-il utile de contacter plusieurs banques? En quoi consiste

Plus en détail

SECURISER & RECOUVRER SES CREANCES

SECURISER & RECOUVRER SES CREANCES SECURISER & RECOUVRER SES CREANCES SECURISER & RECOUVRER SES CREANCES EN AMONT: l anticipation S informer sur son client Contractualiser sa créance Garantir sa créance ENAVAL:laréactivité Eviter les prescriptions

Plus en détail

Assurances selon la LAMal

Assurances selon la LAMal Assurances selon la LAMal Règlement Edition 01. 2010 Table des matières I Dispositions communes 1 Validité 2 Affiliation / admission 3 Suspension de la couverture-accidents 4 Effets juridiques de la signature

Plus en détail

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 14. Le droit au compte FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 14. Le droit au compte FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 14 Le droit au compte FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE octobre 2004 Ce mini-guide vous est offert Tous droits réservés. La reproduction totale ou partielle des textes de

Plus en détail

d application de la législation fédérale sur la poursuite pour dettes et la faillite (LALP)

d application de la législation fédérale sur la poursuite pour dettes et la faillite (LALP) Loi du 12 février 2015 Entrée en vigueur :... d application de la législation fédérale sur la poursuite pour dettes et la faillite (LALP) Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu la loi fédérale du 11

Plus en détail

DES MEUBLES CORPORELS

DES MEUBLES CORPORELS Un bien meuble corporel est un bien qui a une existence matérielle et qui peut être déplacé (ex : un téléviseur, une voiture). Les procédures civiles d exécution, et notamment les saisies de meubles corporels,

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

Consultation publique PARL OMPI EXPERTS PRESENTATION ET ETAT D AVANCEMENT DU PROJET PARL OMPI EXPERTS

Consultation publique PARL OMPI EXPERTS PRESENTATION ET ETAT D AVANCEMENT DU PROJET PARL OMPI EXPERTS Consultation publique PARL OMPI EXPERTS PRESENTATION ET ETAT D AVANCEMENT DU PROJET PARL OMPI EXPERTS PRESENTATION ET ETAT D AVANCEMENT DU PROJET PARL OMPI EXPERTS 2 Présentation et état d avancement du

Plus en détail

PETROPLUS MARKETING AG EN SURSIS CONCORDATAIRE DOCUMENTATION POUR L'ASSEMBLÉE DES CRÉANCIERS DU 28 SEPTEMBRE 2012. (Traduction de l'original allemand)

PETROPLUS MARKETING AG EN SURSIS CONCORDATAIRE DOCUMENTATION POUR L'ASSEMBLÉE DES CRÉANCIERS DU 28 SEPTEMBRE 2012. (Traduction de l'original allemand) PETROPLUS MARKETING AG EN SURSIS CONCORDATAIRE DOCUMENTATION POUR L'ASSEMBLÉE DES CRÉANCIERS DU 28 SEPTEMBRE 2012 (Traduction de l'original allemand) TABLE DES MATIERES I. Ordre du jour II. Remarques des

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

LES SUCCESSIONS VACANTES

LES SUCCESSIONS VACANTES Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LES SUCCESSIONS VACANTES Textes Loi du 23 juin 2006 Articles 809 à 810-12 du Code civil Articles 1342 à 1353 du Code de procédure civile SOMMAIRE 1. L OUVERTURE

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT)

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) à partir du 1 er août 2014 Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1 Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX 09, et,

Plus en détail

CCNT & Droit du travail. Réglementations et possibilités d optimisation

CCNT & Droit du travail. Réglementations et possibilités d optimisation CCNT & Droit du travail Réglementations et possibilités d optimisation Sommaire Exploiter le potentiel d économies qu offre la CCNT! 3 Contrat de travail avec temps d essai 5 Durée du travail 6 Durée du

Plus en détail

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER DROITS DES CREANCIERS 23/07/2012 Lorsqu une entreprise éprouve des difficultés financières telles qu elle se trouve en état de cessation des paiements, il y a lieu d ouvrir une procédure judiciaire. Cette

Plus en détail

952.111 Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse

952.111 Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse (Ordonnance de la FINMA sur les banques étrangères, OBE-FINMA) 1 du 21 octobre 1996 (Etat le

Plus en détail

Société financière de la Nef 03/12/2013

Société financière de la Nef 03/12/2013 CHARTE DE MEDIATION Société financière de la Nef 03/12/2013 1 Introduction En application de l article L. 312-1-3-I du Code monétaire et financier et de la Recommandation de l Autorité de Contrôle Prudentiel

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente PREAMBULE Le client souhaite se doter d un site internet Il a lancé une consultation préalable, qui a été communiquée à Nexus Création et a permis d élaborer une proposition

Plus en détail

CONDITIONS SPÉCIALES

CONDITIONS SPÉCIALES ASSURANCE-CRÉDIT POLICE INDIVIDUELLE D ASSURANCE-CRÉDIT CONDITIONS SPÉCIALES ETABLISSEMENTS DE CREDIT Garantie d un crédit acheteur - DGP 507 A - SOMMAIRE Article 1 Prise d effet de la garantie 5 Article

Plus en détail

DÉCEMBRE 2015 N 14 LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Le droit au compte. sec_01-2

DÉCEMBRE 2015 N 14 LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Le droit au compte. sec_01-2 DÉCEMBRE 2015 N 14 COMPTE LES MINI-GUIDES BANCAIRES Le droit au compte sec_01-2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter : info@lesclesdelabanque.com Le

Plus en détail

Les sûretés. Table des matières

Les sûretés. Table des matières Table des matières Titre 1. Les sûretés réelles..................................... 229 Chapitre 1. Législation...................................... 229 Section 1. La vente d immeuble dans le contexte

Plus en détail

TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT. Évolutions résultant de la loi portant réforme du crédit à la consommation

TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT. Évolutions résultant de la loi portant réforme du crédit à la consommation Direction générale des activités fiduciaires et de place Direction de la surveillance des relations entre les particuliers et la sphère financière Service infobanque et surendettement TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT

Plus en détail

FORMA TECH. Programme de formation Code des Marchés Publics 2009 Durée : 5 JOURS. Programme de formation

FORMA TECH. Programme de formation Code des Marchés Publics 2009 Durée : 5 JOURS. Programme de formation Programme de formation Code des Marchés Publics 2009 Durée : 5 JOURS Objectifs : Intégrer rapidement les connaissances indispensables en droit des marchés publics. Rédiger les documents de consultation

Plus en détail

Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance professionnelle. Édition janvier 2015

Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance professionnelle. Édition janvier 2015 Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance professionnelle Édition janvier 2015 2 Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance

Plus en détail

1. La rupture unilatérale 13 2. La rupture de commun accord 14

1. La rupture unilatérale 13 2. La rupture de commun accord 14 Table des matières Titre 1 La séparation des époux 7 Bibliographie sommaire 9 Introduction 11 Chapitre 1 13 Les principes régissant la séparation des époux 13 Section 1. La rupture de la vie commune 13

Plus en détail

Le droit au compte. www.lesclesdelabanque.com LES MINI-GUIDES BANCAIRES SEPTEMBRE 2012 N 14. Le site pédagogique sur la banque et l argent

Le droit au compte. www.lesclesdelabanque.com LES MINI-GUIDES BANCAIRES SEPTEMBRE 2012 N 14. Le site pédagogique sur la banque et l argent SEPTEMBRE 2012 N 14 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le droit au compte FBF - 18 rue La Fayette - 75009 Paris cles@fbf.fr sec_01-1

Plus en détail

N 14 OCTOBRE 2014 LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Le droit au compte. www.lesclesdelabanque.com. Le site pédagogique sur la banque et l argent

N 14 OCTOBRE 2014 LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Le droit au compte. www.lesclesdelabanque.com. Le site pédagogique sur la banque et l argent OCTOBRE 2014 N 14 COMPTE LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le droit au compte Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Pour toute information

Plus en détail

CONTRAT DE SOUS-LICENCE ET DE CERTIFICATION

CONTRAT DE SOUS-LICENCE ET DE CERTIFICATION Document EUREPGAP Contrat de sous-licence & de certification (V2.3) Page 1 sur 7 CONTRAT DE SOUS-LICENCE ET DE CERTIFICATION pour la participation en tant que participant de marché intéressé dans le cadre

Plus en détail

OCTOBRE 2014 N 14 LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Le droit au compte. sec_01-2

OCTOBRE 2014 N 14 LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Le droit au compte. sec_01-2 OCTOBRE 2014 N 14 COMPTE LES MINI-GUIDES BANCAIRES Le droit au compte sec_01-2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter : info@lesclesdelabanque.com - 01

Plus en détail

L huissier de justice

L huissier de justice L huissier de justice Introduction Si vous devez faire appel à un huissier de justice ou si vous êtes confronté à son intervention, vous vous posez peut-être quelques questions sur ce qui vous attend.

Plus en détail

Maître de cérémonie. Avocat (20 minutes)

Maître de cérémonie. Avocat (20 minutes) PROPOSITIONS CONCERNANT LE CONTENU DES INTERVENTIONS DANS LE CADRE DU PROJET «PETITES CRÉANCES» Maître de cérémonie Introduction : o Présentation des participants; Notre avocate et «Maître de cérémonie»,

Plus en détail

Loi fédérale concernant l exercice des professions de médecin, de pharmacien et de vétérinaire dans la Confédération suisse 1

Loi fédérale concernant l exercice des professions de médecin, de pharmacien et de vétérinaire dans la Confédération suisse 1 Loi fédérale concernant l exercice des professions de médecin, de pharmacien et de vétérinaire dans la Confédération suisse 1 811.11 du 19 décembre 1877 (Etat le 13 juin 2006) L Assemblée fédérale de la

Plus en détail