Gestion Publique Résultats des Indicateurs d Intégrité en Afrique

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Gestion Publique Résultats des Indicateurs d Intégrité en Afrique"

Transcription

1 Gestion Publique Résultats des Indicateurs d Intégrité en Afrique La sous-catégorie Gestion Publique évalue la transparence dans la passation des marchés publics, dans la gestion des entreprises publiques et de l exploitation des ressources naturelles, ainsi que dans le processus d adoption du budget. Les cinq premiers indicateurs (24 - ) de cette souscatégorie se focalisent sur les marchés publics. Les indicateurs 29 et 0 évaluent respectivement l accès des citoyens aux dossiers financiers des entreprises publiques et ceux liés à l exploitation des ressources naturelles. Les quatre derniers indicateurs ( - ) évaluent le processus budgétaire. Gestion Publique est l une des six composantes de la catégorie Transparence et Redevabilité. Résultats sur les Marchés Publics Il existe souvent des lois exigeant le processus d appel d offres, mais pas dans tous les pays. Seuls la Guinée Equatoriale, l Erythrée, le Soudan du Sud et la Somalie ne disposent pas de lois qui exigent que les grandes dépenses fassent l objet d un appel d offres. Par exemple, au Soudan du Sud un projet de code des marchés publics a été déposé pour examen à l Assemblée nationale en 202, mais n a toujours pas été adopté en 204. De la même manière, tandis que la Constitution de la Somalie prévoit une loi pour établir le cadre institutionnel des marchés publics, aucune loi spécifique portant sur le processus d appel d offres n a été adoptée à ce jour. Les documents relatifs aux marchés publics ne sont souvent pas facilement accessibles aux citoyens qui en font la demande. Près de la moitié des pays évalués (%) ont obtenu une note de 0 sur cet indicateur, ayant démontré un manque ou une absence totale de transparence. Par exemple, en Angola, la recherche révèle que souvent, aucune réponse n est donnée à des demandes d accès à de tels documents ou le processus de demande est ralenti et rendu onéreux par de multiples obstacles bureaucratiques. Certains pays, où des informations limitées sont rendues publiques, ont obtenu une note légèrement plus élevée (), ce qui reste toutefois loin d assurer une véritable transparence dans la passation des marchés. Par exemple, au Cap-Vert, les résultats des appels d offres sont publiés dans des journaux locaux, mais il n existe pas d archives contenant les dossiers relatifs aux contrats auxquelles les citoyens peuvent avoir Indicateurs sur la Gestion Publique 24. En droit, les grandes dépenses doivent être exécutées par marchés publics exigeant des appels d'offres.. En pratique, les grandes dépenses font l objet d appel d offres. 26. En pratique, les citoyens peuvent avoir accès aux résultats et aux documents relatifs aux marchés publics (intégralité du contrat, soumission d'offres, rapports d'exécution, audits financiers, etc.) 27. En droit, les entreprises ayant commis des infractions aux règles de passation des marchés ne sont pas autorisées à participer aux futurs appels d offres.. En pratique, les entreprises ayant commis des violation aux règles de passation des marchés ne sont pas autorisées à participer aux futurs appels d'offres. 29. En pratique, les citoyens peuvent accéder aux dossiers financiers des entreprises publiques. 0. En pratique, les citoyens peuvent accéder aux dossiers financiers liés à l'exploitation des ressources naturelles (gaz, pétrole et mines), qu'ils impliquent ou non la participation des entreprises publiques ou privées.. En pratique, les dépenses publiques sont approuvées par le corps législatif sur une base annuelle. 2. En droit, le projet de budget de l'exécutif et le budget approuvé doivent être publiés intégralement chaque année.. En pratique, les citoyens peuvent contribuer aux décisions budgétaires.. En pratique, un comité législatif assure le contrôle des fonds publics.

2 accès. Seuls quatre pays (7.4%) ont obtenu une note égale ou supérieure à 7. A titre d exemple, l autorité responsable des marchés publics en Zambie répond aux demandes de citoyens et rend public tous les documents ayant été soumis avec les offres, ce qui généralement comprend entre autres les contrats complets, les propositions et les rapports d exécution. Les lois excluant de la commande publique les entreprises qui ont enfreint aux lois sur la passation des marchés n existent pas dans tous les pays. Neuf pays (7%) ne disposent pas de lois qui limitent une telle participation. En pratique, 29 pays (4%) ne maintiennent pas de listes des entreprises interdites, ou n en mettent pas à la disposition du public. Par exemple, au Lesotho, la recherche révèle que des entreprises ayant enfreint aux règles de passation des marchés publics n ont pas été exclues des appels d offres ultérieurs. D autre part, plusieurs pays ont enregistré une amélioration sur cet indicateur. Par exemple, au Kenya deux entreprises ont été exlues de participation à des appels d offres, et la liste rouge a été publiée sur le site de l agence de régulation, alors qu auparavant, aucune information n était accessible au public. Résultats sur les entreprises publiques et l exploitation des ressources naturelles Dans la majorité des pays (2 sur 4), les citoyens n ont pas accès aux dossiers financiers des entreprises publiques. Dans cet indicateur, aucun pays n a obtenu une note de 00 (obtenue lorsque les états financiers sont disponible chaque trimestre); même si de telles informations étaient disponibles, elles ne sont publiées que sur une base annuelle. Les dossiers financiers relatifs à l exploitation des ressources naturelles ont été légèrement plus accessibles aux citoyens. La moitié (27) des pays évalués ont enregistré une note de 0 en raison du manque d accessibilité des états financiers au public. Par exemple, au Libéria, ni le gouvernement ni les entreprises n ont publié ces informations. Le chercheur au Libérai note qu alors que l Initiative pour la Transparence des Industries Extractives Libéria (ITIEL) avait initialement publié quelques informations financières, rien n a été rendu public au cours des deux dernières années. Il y a, néanmoins, plusieurs exemples de pays ayant mis à la disposition du public des états financiers liées à l exploitation des ressources naturelles. Par exemple, en République Démocratique du Congo, la recherche révèle des améliorations importantes en matière de transparence fiscale, grâce à la publication par le gouvernement des recettes provenant des contrats pétroliers et miniers, de même que la publication trimestrielle par la majorité des entreprises minières de leurs propres états financiers. Résultats sur le processus budgétaire La publication du projet de loi des finances et de la loi des finances n est obligatoire que dans seulement 2 pays (22%). Dans la plupart des pays, seul le budget approuvé est publié. Le Libéria est un exemple du contraire: Section 4 de la loi sur la gestion des finances publiques établit que le

3 projet de budget doit être mis à la disposition du public immédiatement après sa soumission à la législature. La loi oblige également à rendre public le budget approuvé. Seul un tiers des pays ont obtenu des notes élevées concernant l approbation effective des grandes dépenses publiques par le corps législatif (#). Alors qu il y a eu un certain nombre d améliorations au cours des deux derniers rounds de la recherche, l on constate également des détériorations marquantes. Par exemple, le Bénin qui a antérieurement enregistré une note élevée, a connu une baisse dans le round le plus récent du au fait que le budget de 204 avait été rejeté par la législature et a été ensuite imposé par voie de décret présidentiel. Certains pays ont enregistré des notes faibles car des modifications importantes peuvent être apportées à leurs budgets sans aucun contrôle législatif. Comme signale le chercheur, tel est le cas au Cameroun. Cependant, dans les pays ayant obtenu des notes plus élevées, le pouvoir législatif est habilité à approuver ou rejeter les modifications proposées par le gouvernement à l instar du Cap-Vert. Il n est pas courant de voir le contrôle législatif étre effectué de manière régulière. 2 pays (%) n ont pas de comités législatifs qui assurent le contrôle budgétaire, ou même si un tel comité existe, il ne prend aucune action en pratique. Par exemple, au Soudan il existe un comité avec un tel mandat (le Comité des Affaires Economiques et Financières), mais il ne siège pas régulièrement et n a pas mené d enquêtes au cours des cinq dernières années, ayant d autres priorités, telles que des questions fiscales et douanières. En revanche, la recherche fournit également des détails sur certains exemples positifs au Lesotho, le Comité des comptes publics se réunit régulièrement et est l un des comités de contrôle relativement effectifs, ayant mené des enquêtes sur plusieurs irrégularités et publié un rapport en février 204. Dans la plupart des pays, il n y a pas de mécanismes permettant aux citoyens de contribuer aux décisions budgétaires. Ici, 29 pays (4%) n ont pas connu de participation significative des citoyens dans le processus budgétaire et ont ainsi obtenu une note de 0. Toutefois, il y a quelques exemples de systèmes effectifs avec pour objectif de faciliter la participation des citoyens dans le processus budgétaire. Par exemple, la recherche du Rwanda présente un mécanisme proactif et détaillé qui promeut la participation citoyenne dans le processus budgétaire à travers des groupes de discussion, une plateforme en ligne, une plateforme SMS, et un numéro vert. Remarques Les notes obtenues sur les les trois indicateurs de jure restent inchangées, et tous les changements de notes sont constatés au niveau des indicateurs de facto. Sur les huit indicateurs de facto, trois ont connu une détéoriation (#, and ) alors que le reste des indicateurs ont enregistré une certaine amélioration

4 En 20, les pays ayant enregistré les notes les plus élevées étaient le Kenya, la Zambie, l Ile Maurice, le Libéria, la République Démocratique du Congo, et l Afrique du Sud. De ce groupe, quatre ont affiché une amélioration, dont le Libéria montrant une amélioration assez considérable (+): La Commission des Marchés et des Concessions Publics (PPCC), qui était auparavant inorganisée, se révèle de plus en plus efficace par exemple, elle maintient une liste des entreprises exclues des marchés publics et la rend accessible aux citoyens qui en font la demande. L Afrique du Sud a connu une légère détérioration dans cette sous-catégorie, alors que la note de l Ile Maurice a connu une plus grande détérioration (-.9). En 20, les pays ayant enregistré les notes les plus faibles étaient la Guinée Equatoriale, l Erythrée, la Somalie, l Angola et le Soudan du Sud. Les trois pays figurant en bas de l échelle ont connu une légère amélioration et les trois autres pays n ont pas connu de changement dans leurs notes. Tendances régionales L Afrique de l Ouest a enregistré une amélioration entre 204 et 20, obtenant ainsi les notes moyennes les plus élevées de toutes les régions, tandis que la note moyenne de l Afrique australe s est détériorée..4 Gestion Publique Continental Afrique de l Est Afrique centrale Afrique du Nord Afrique australe Afrique de l Ouest Moy. 204 Moy Changement Comme les notes des indicateurs de jure pour l Afrique de l Ouest n ont pas connu de changements entre les rounds, l améliration de la moyenne est uniquement attribuée aux améliorations des indicateurs de facto qui consistent en plusieurs améliorations, subtiles mais importantes, ainsi qu une hausse beaucoup plus notable au Libéria. Comme cela est le cas pour la plupart des six sous-catégories de Transparence & Redevabilité, la section Gestion Publique enregistre un écart important entre les régions ayant les meilleures performances et celles ayant les performances les plus faibles. Ici, la différence entre la région ayant Les régions sont déterminées comme suit: Afrique Centrale: Cameroun, République Centrafricaine, Tchad, République du Congo, République Démocratique du Congo, Guinée Équatoriale, Gabon, Sao Tome et Principe Afrique de l Est: Burundi, Comores, Djibouti, Érythrée, Éthiopie, Kenya, Rwanda, Seychelles, Somalie, Sud Soudan, Tanzanie, et Ouganda Afrique du Nord: Algérie, Égypte, Libye, Mauritanie, Maroc, Soudan, et Tunisie Afrique australe: Angola, Botswana, Lesotho, Madagascar, Malawi, Maurice, Mozambique, Namibie, Afrique du Sud, Swaziland, Zambie, et Zimbabwe Afrique de l ouest: Bénin, Burkina Faso, Cap-Vert, Côte d Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Libéria, Mali, Niger, Nigeria, Sénégal, Sierra Leone, et Togo

5 enregistré la note la plus élevée (Afrique de l Ouest) et la région ayant enregistré la note la plus faible (Afrique du Nord) est de.9. L Afrique du Nord a continué d obtenir la note la plus faible de toutes les régions. A part le Maroc, qui a obtenu une moyenne relativement solide de, aucun autre pays dans la région n a enregistré une note supérieure à 2. Il est important de rappeler que les notes globales agrégées cachent des différences très importantes - et très édifiantes que l on peut retrouver dans les données désagrégées au niveau des pays. L usager gagnerait à explorer les données en détail, en se concentrant sur des indicateurs individuels et le contexte du pays tel que décrit dans le commentaire et les sources du chercheur. Les indicateurs sont conçus pour être granulaires afin de fournir des informations susceptibles de guider la prise de décisions dans chaque pays couvert par cette recherche, et ils devraient donc être examinés individuellement à la lumière des performances de chaque pays - et les possibilités d amélioration qu ils offrent. Global Integrity s est engagé non seulement à générer des données de haute qualité, mais aussi à s assurer que ces données sont utiles dans la mesure du possible pour les réformateurs (aussi bien au sein qu en dehors des pouvoirs publics) dans le monde entier. Si vous souhaitez utiliser ces données afin d identifier de telles possibilités dans votre pays, contactez-nous au

6 .4 Gestion Publique Zambie Kenya Île Maurice Libéria Afrique du Sud Congo RDC Maroc Rwanda Burkina Faso Ghana Bénin Sénégal Nigéria Botswana Lesotho Seychelles Tanzanie Ethiopie Niger Côte d'ivoire Congo Brazzaville Sao Tomé et Principe Ouganda Namibie Cap Vert Sierra Léone Togo Comores Tchad Malawi Burundi Guinée Guinée-Bissau Cameroun Mauritanie Gambie Tunisie Mali Zimbabwe Swaziland Gabon Algeéie Mozambique Madagascar Angola Djibouti Libye Soudan Egypte RCA Soudan du Sud Somalie Erythrée Guinée Equatoriale 204 Note 20 Note 204- Changement Notes Place Note Place Note Place Zambie Kenya Île Maurice Libéria Afrique du Sud Malawi Maroc Rwanda Burkina Faso Ghana Sénégal Nigéria Botswana Bénin Tanzanie Seychelles Lesotho Éthiopie Côte d'ivoire Niger Congo Brazzaville Ouganda Sao Tomé et Principe Sierra Léone Namibie Cap Vert Togo Guinée Congo RDC Comores Tchad Burundi Gambie Mauritanie Guinée- Bissau Cameroun Zimbabwe Tunisie Swaziland Mali Gabon Algérie Mozambique Madagascar Djibouti Angola Soudan Libye Égypte RCA Soudan du Sud Somalie Érythrée Guinée Équatoriale

CAF AFRICAN QUALIFIERS 2015

CAF AFRICAN QUALIFIERS 2015 CAF AFRICAN QUALIFIERS 0 PRÉSENTATION CAF AFRICAN QUALIFIERS 0 CAF AFRICAN QUALIFIERS 0 TOURS PRÉLIMINAIRES ER TOUR Equipe Match Equipe Aller Retour Liberia Lesotho 0 0 Kenya Comores 0 Madagascar Ouganda

Plus en détail

ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES

ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES RÈGLEMENT INTÉRIEUR ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES RÈGLEMENT INTÉRIEUR Règlement 1 CONDITIONS D ADHESION A L AUA (1) Pour être éligible en qualité de membre

Plus en détail

Association Internationale des Spécialistes de l Information Agricole (IAALD Groupe Afrique) REGLEMENT INTERIEUR

Association Internationale des Spécialistes de l Information Agricole (IAALD Groupe Afrique) REGLEMENT INTERIEUR Association Internationale des Spécialistes de l Information Agricole (IAALD Groupe Afrique) Article 1 : NOM REGLEMENT INTERIEUR Article 1.1 : Le nom de l organisation est «l IAALD Groupe Afrique», ci-dessous

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2013

Situation et perspectives de l économie mondiale 2013 Situation et perspectives de l économie mondiale 2013 Embargo 17 janvier 2013 Rapport des Nations Unies : L économie africaine rebondit en dépit d un ralentissement économique mondial Des liens commerciaux

Plus en détail

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique.

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique. Activité : «Mais où est donc..?» Afrique Géographie : problématique de la faim. Age : 10-13 ans Outil pédagogique développé par l équipe jeunesse du PAM. Résumé Connaissances et compétences requises :

Plus en détail

Le Point sur les APE dans les régions Africaines. Dr Cheikh Tidiane DIEYE Coordonnateur de Programmes Enda Tiers Monde cdieye@enda.

Le Point sur les APE dans les régions Africaines. Dr Cheikh Tidiane DIEYE Coordonnateur de Programmes Enda Tiers Monde cdieye@enda. Le Point sur les APE dans les régions Africaines Dr Cheikh Tidiane DIEYE Coordonnateur de Programmes Enda Tiers Monde cdieye@enda.sn LES CONFIGURATIONS REGIONALES AFRICAINES NEGOCIANT UN APE Afrique de

Plus en détail

Notre savoir-faire dans le secteur des télécommunications

Notre savoir-faire dans le secteur des télécommunications Notre savoir-faire dans le secteur des télécommunications Notre expertise en réponse à vos enjeux Nous accompagnons les opérateurs télécoms de la définition de leur stratégie à sa mise en œuvre sur l ensemble

Plus en détail

CONFERENCE DES DIRECTEURS DE LA FONCTION PUBLIQUE REUNION DE SUIVI A LA 2 ème CONFERENCE DES MINISTRES DE LA FONCTION PUBLIQUE

CONFERENCE DES DIRECTEURS DE LA FONCTION PUBLIQUE REUNION DE SUIVI A LA 2 ème CONFERENCE DES MINISTRES DE LA FONCTION PUBLIQUE African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

Fonds pour l environnement mondial COÛT ADMINISTRATIF DU PROGRAMME D AIDE AUX MEMBRES DU CONSEIL

Fonds pour l environnement mondial COÛT ADMINISTRATIF DU PROGRAMME D AIDE AUX MEMBRES DU CONSEIL Fonds pour l environnement mondial Conseil du FEM 8-10 novembre 2005 GEF/C.27/8 30 septembre 2005 Point 12 a) de l ordre du jour COÛT ADMINISTRATIF DU PROGRAMME D AIDE AUX MEMBRES DU CONSEIL Décision recommandée

Plus en détail

Bulletin Climatique Décadaire FAITS SAILLANTS

Bulletin Climatique Décadaire FAITS SAILLANTS African Centre of Meteorological Application for Development Centre Africain pour les Applications de la Météorologie au Développement Bulletin Climatique Décadaire N 34 Valable du 1 er au 10 Décembre

Plus en détail

Journée Mondiale de la Liberté de Presse: Le soutien du public à leur rôle de «veilleur» conforte les médias africains sous attaque (Afrobaromètre)

Journée Mondiale de la Liberté de Presse: Le soutien du public à leur rôle de «veilleur» conforte les médias africains sous attaque (Afrobaromètre) Round 6 d Afrobaromètre Nouvelles données collectées à travers l Afrique Accra, Ghana 3 mai 2016 Communiqué de presse Journée Mondiale de la Liberté de Presse: Le soutien du public à leur rôle de «veilleur»

Plus en détail

CAN 2017 : Calendrier et résultats des éliminatoires

CAN 2017 : Calendrier et résultats des éliminatoires CAN 2017 : Calendrier et résultats des éliminatoires La Confédération africaine de football (CAF) donne le tableau du programme des éliminatoires de la Coupe d Afrique des nations 2017. Ceci dit, le groupe

Plus en détail

DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES

DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES UNITED NATIONS NATIONS UNIES DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES Liens entre l Inventaire de la Gouvernance en Afrique (IGA) et le processus du Mécanisme

Plus en détail

S. Bourgeat. Topo pour l agreg interne.

S. Bourgeat. Topo pour l agreg interne. 2. Découpages régionaux, nouveaux territoires et aménagement des territoires ( Réflexions appliquées aux sujets de l agrégation) Fichier préparatoire à la séance du 28 Septembre 2006 S. Bourgeat. Topo

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET DU DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL Arrêté du 10 avril 2014 fixant les temps de séjour ouvrant droit à prise en charge des

Plus en détail

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV 1 CONTEXTE EN ALGERIE Recrudescence des TIA HACCP obligatoire depuis 2010 Mise à niveau

Plus en détail

la rougeole constitue la première cause de mort des enfants, devant le sida, la tuberculose et le paludisme (OMS, 2009).

la rougeole constitue la première cause de mort des enfants, devant le sida, la tuberculose et le paludisme (OMS, 2009). la rougeole constitue la première cause de mort des enfants, devant le sida, la tuberculose et le paludisme (OMS, 2009). Bien que la couverture de vaccination contre la rougeole en Afrique ait été étendue

Plus en détail

RAILS. Abidjan, 3 5 Fevrier 2010. Dady Demby Myra Wopereis-Pura

RAILS. Abidjan, 3 5 Fevrier 2010. Dady Demby Myra Wopereis-Pura RAILS Etat comparatif de la mise en œuvre au sein des OSR Mise en œuvre de la Composante 1 du PSTAD Abidjan, 3 5 Fevrier 2010 Dady Demby Myra Wopereis-Pura Sommaire Mise en œuvre de la Composante 1 Mise

Plus en détail

Document d information SOMMAIRE CONTEXTE... 1 3 PROGRÈS RÉALISÉS... 4 15 MESURES PROPOSÉES... 16 17

Document d information SOMMAIRE CONTEXTE... 1 3 PROGRÈS RÉALISÉS... 4 15 MESURES PROPOSÉES... 16 17 6 septembre 2013 COMITÉ RÉGIONAL DE L AFRIQUE ORIGINAL : ANGLAIS Soixante-troisième session Brazzaville, République du Congo, 2 6 septembre 2013 Point 20.4 de l ordre du jour MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION-CADRE

Plus en détail

Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile

Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile ANNEXE 1 Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile Pays Pays où il y a un Pays exigeant Pays exigeant risque de transmission la vaccination

Plus en détail

1 DIAPOSITIVE 2 DIAPOSITIVE

1 DIAPOSITIVE 2 DIAPOSITIVE 1 DIAPOSITIVE Monsieur le co-président, mesdames, messieurs, Je suis le LCL Fabrice Delaître chargé de l assistance opérationnelle au sein du CIDHG et c est à ce titre que je vais vous exposer aujourd

Plus en détail

AFRICA NOS CORRESPONDANTS AFRICAINS*

AFRICA NOS CORRESPONDANTS AFRICAINS* Afrique du Sud AFRICA NOS CORRESPONDANTS AFRICAINS* ABSA Bank NedBank Standard Bank of South Africa ABSAZAJJ NEDSZAJJ SBZAZAJJ Algérie Angola Bénin Banque de l Agriculture et du Développement Rural Banque

Plus en détail

TABLEAU 1 Distribution régionale des superficies cultivables et cultivées Superficies cultivées 2002 Région

TABLEAU 1 Distribution régionale des superficies cultivables et cultivées Superficies cultivées 2002 Région TABLEAU 1 Distribution régionale des superficies cultivables et cultivées Superficies Superficies cultivées 2002 cultivables Superficie en % des superficies cultivables () () (%) Nord 65 320 000 28 028

Plus en détail

CINQ ANS APRES DOHA : ANALYSE DE LA BASE DE DONNEES DE L OMS TABLEAUX RESUMES

CINQ ANS APRES DOHA : ANALYSE DE LA BASE DE DONNEES DE L OMS TABLEAUX RESUMES CINQ ANS APRES DOHA : ANALYSE DE LA BASE DE DONNEES DE L OMS TABLEAUX RESUMES Voici trois tableaux présentant la concurrence sur les ARV dans les pays pauvres : Tableau 1 : Ratio et taux de concurrence

Plus en détail

MONOGRAPHIE DE L AFRIQUE

MONOGRAPHIE DE L AFRIQUE AAI Comité Afrique UNE MONOGRAPHIE DE L AFRIQUE 28 Mai Tallinn, Estonie L Afrique un continent multiforme : Arabe Français anglais portugais Divisé, en trois, zones 1 - Le Maghreb ou l Afrique du Nord

Plus en détail

Figure 17 : Taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans, 1990, 2008 et 2015 (cible)

Figure 17 : Taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans, 1990, 2008 et 2015 (cible) Objectif 4 : Réduire la mortalité des enfants de moins de cinq ans Cible 4A Réduire de deux tiers, entre 1990 et 2015, le taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans L Afrique continue de marquer

Plus en détail

Activités des pays africains dans les comités d études de la CEI

Activités des pays africains dans les comités d études de la CEI INTERNATIONAL ELECTROTECHNICAL COMMISSION Activités des pays africains dans les comités d études de la CEI Françoise Rauser Programme des Pays Affiliés à la CEI & Liaisons Internationales La CEI en Afrique:

Plus en détail

Format de la compétition préliminaire et procédures de tirage au sort

Format de la compétition préliminaire et procédures de tirage au sort CONDITIONS DE BASE Association membre (AM) : 54 Associations membres participantes : 53 Places de qualification : 5 ASSOCIATIONS MEMBRES Algérie Angola Bénin Botswana Burkina Faso Burundi Cameroun Cap-Vert

Plus en détail

Convention internationale sur lʼélimination de toutes les formes de discrimination raciale (CIEDR), 1966

Convention internationale sur lʼélimination de toutes les formes de discrimination raciale (CIEDR), 1966 Convention internationale sur lʼélimination de toutes les formes de discrimination raciale (CIEDR), 1966 (voir significations des couleurs et des dates en fin de tableau) CIEDR Afghanistan 6 juillet 1983

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONÉTAIRE OUEST-AFRICAINE ------------------------------------------ La Commission -----------------------------------

UNION ECONOMIQUE ET MONÉTAIRE OUEST-AFRICAINE ------------------------------------------ La Commission ----------------------------------- UNION ECONOMIQUE ET MONÉTAIRE OUEST-AFRICAINE ------------------------------------------ La Commission ----------------------------------- Etat des lieux de la transition numérique en Afrique Département

Plus en détail

La contribution de l Afrique à l arrêt des essais nucléaires

La contribution de l Afrique à l arrêt des essais nucléaires La contribution de l Afrique à l arrêt des essais nucléaires L Afrique et le désarmement nucléaire Les états africains jouent un rôle important dans les efforts déployés à l échelle mondiale en faveur

Plus en détail

État de la Convention internationale sur l élimination de toutes les formes de discrimination raciale

État de la Convention internationale sur l élimination de toutes les formes de discrimination raciale Nations Unies A/63/473 Assemblée générale Distr. générale 8 octobre 2008 Français Original : anglais Soixante-troisième session Point 62 a) de l ordre du jour Élimination du racisme et de la discrimination

Plus en détail

LA LOI PORTANT AFFECTATION DE CRÉDITS AUX OPÉRATIONS EXTÉRIEURES ET PROGRAMMES CONNEXES DU DÉPARTEMENT D ÉTAT POUR 2014 (DIV. K, P. L.

LA LOI PORTANT AFFECTATION DE CRÉDITS AUX OPÉRATIONS EXTÉRIEURES ET PROGRAMMES CONNEXES DU DÉPARTEMENT D ÉTAT POUR 2014 (DIV. K, P. L. RAPPORT DU DÉPARTEMENT D ÉTAT DES ÉTATS-UNIS SUR LA TRANSPARENCE BUDGÉTAIRE POUR L EERCICE 2014 EN APPLICATION DE LA SECTION 7031(b)(3) DE LA LOI PORTANT AFFECTATION DE CRÉDITS AU OPÉRATIONS ETÉRIEURES

Plus en détail

Produits des privatisations (Millions de dollars de 1995) Dépenses de l'administration centrale (% du PIB)

Produits des privatisations (Millions de dollars de 1995) Dépenses de l'administration centrale (% du PIB) Dépenses de l'administration centrale Part du PIB (%) Entreprises d'état Part de intérieur brut (%) Produits des privatisations ( de 1995) Dépenses militaires Commerce (% du PIB à la PPA) Flux nets de

Plus en détail

FÊTES NATIONALES Janvier Février Mars

FÊTES NATIONALES Janvier Février Mars FÊTES NATIONALES Janvier 1 er Andorre Fête de l'indépendance 1 er Cuba Fête de la libération 1 er Haïti Fête de l'indépendance (1804) 1 er Soudan Fête nationale 4 Myanmar Fête de l'indépendance (1948)

Plus en détail

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39.

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39. postes de haut-fonctionnaires sont détenus par des femmes 38. Mais dans l ensemble, les avancées enregistrées par les pays africains dans leur progression vers la réalisation d une meilleure parité entre

Plus en détail

Bonn, Allemagne, 14-15 octobre 2015 EXÉCUTION DU BUDGET DE LA CMS AU COURS DE LA PÉRIODE DE JANVIER À AOÛT 2015

Bonn, Allemagne, 14-15 octobre 2015 EXÉCUTION DU BUDGET DE LA CMS AU COURS DE LA PÉRIODE DE JANVIER À AOÛT 2015 Convention sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage Secrétariat assuré par le Programme des Nations Unies pour l Environnement 44 ème Réunion du Comité Permanent Bonn,

Plus en détail

FAITS SAILLANTS : 1. CONDITIONS CLIMATIQUES ET ENVIRONNEMENTALES EN AFRIQUE

FAITS SAILLANTS : 1. CONDITIONS CLIMATIQUES ET ENVIRONNEMENTALES EN AFRIQUE African Centre of Meteorological Application for Development Centre Africain pour les Applications de la Météorologie au Développement N 5, Mai 2015 FAITS SAILLANTS : Les zones favorables à une vigilance

Plus en détail

La régie intégrée: Est-ce une solution pour la maximisation des recettes fiscales?

La régie intégrée: Est-ce une solution pour la maximisation des recettes fiscales? La régie intégrée: Est-ce une solution pour la maximisation des recettes fiscales? Par Ezéchiel A. Djallo Synthèse de Politique No. 27, Afrobaromètre Septembre 2015 Introduction Conscients des pertes abyssales

Plus en détail

La consommation en Afrique Le marché du XXIe siècle

La consommation en Afrique Le marché du XXIe siècle La consommation en Afrique Le marché du XXIe siècle Sommaire Éditorial 1 Note de synthèse 2 L Afrique sur le devant de la scène 4 La consommation, levier de croissance 12 Les comportements de consommation

Plus en détail

A. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale. 1.

A. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale. 1. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale et pays dont les ressortissants en sont exemptés A. Liste des pays tiers dont les ressortissants

Plus en détail

COOPÉRATION SUD-SUD DANS LE DOMAINE DES ACCORDS INTERNATIONAUX D'INVESTISSEMENT

COOPÉRATION SUD-SUD DANS LE DOMAINE DES ACCORDS INTERNATIONAUX D'INVESTISSEMENT UNCTAD/ITE/IIT/2005/3 CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE COMMERCE ET LE DÉVELOPPEMENT Genève COOPÉRATION SUD-SUD DANS LE DOMAINE DES ACCORDS INTERNATIONAUX D'INVESTISSEMENT Études de la CNUCED sur les

Plus en détail

Liste des pays soumis ou non à l obligation de visa pour entrer en République fédérale d Allemagne

Liste des pays soumis ou non à l obligation de visa pour entrer en République fédérale d Allemagne Liste des pays soumis ou non à l obligation de visa pour entrer en République fédérale d Allemagne États Afghanistan Afrique du Sud Albanie (5) Algérie Andorre (4) Angola Antigua-et-Barbuda Arabie saoudite

Plus en détail

Extrait d'acte de naissance récent (moins de trois mois) traduit en français.

Extrait d'acte de naissance récent (moins de trois mois) traduit en français. F.40 Carte de Séjour Temporaire «Compétence et Talents» Première demande (introduction) -articles L.315-1 à 3, L.315-7 & R.315-4 du CESEDA Concerne le ressortissant étranger, qui réside hors de France,

Plus en détail

Annexe. Les retraites dans le monde Mai 2013 - N 19. Cartes et tableaux. à la Lettre de l Observatoire des Retraites N 19 AMERIQUE DU NORD EUROPE ASIE

Annexe. Les retraites dans le monde Mai 2013 - N 19. Cartes et tableaux. à la Lettre de l Observatoire des Retraites N 19 AMERIQUE DU NORD EUROPE ASIE Annexe à la Lettre de l Observatoire des Retraites N 19 Les retraites dans le monde Mai 2013 - N 19 Cartes et tableaux AMERIQUE DU NORD EUROPE ASIE AFRIQUE AMERIQUE LATINE OCEANIE Sommaire Remarques préliminaires

Plus en détail

only ORANGE SRR non bloqué (mode libre)

only ORANGE SRR non bloqué (mode libre) Tableau de synthèse Comparatif Roaming Réunion 214 pays pour les forfaits non bloqués et 158 pays (voix et SMS) pour les forfaits bloqués. Offres soumises à conditions au 15/10/2012. Nécessite un mobile

Plus en détail

Genre Résultats des Indicateurs d Intégrité en Afrique

Genre Résultats des Indicateurs d Intégrité en Afrique Genre Résultats des Indicateurs d Intégrité en Afrique Août 01 La sous-catégorie Genre évalue le cadre juridique soutenant l égalité entre les sexes, ainsi que la parité genre au sein du gouvernement.

Plus en détail

Intégrité dans la Fonction Publique Résultats des Indicateurs d Intégrité en Afrique

Intégrité dans la Fonction Publique Résultats des Indicateurs d Intégrité en Afrique Intégrité dans la Fonction Publique Résultats des Indicateurs d Intégrité en Afrique Août 0 La sous-catégorie Intégrité dans la Fonction Publique évalue les mesures d intégrité au sein de la fonction publique.

Plus en détail

CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE D ORIENT) NATURE DES ÉPREUVES

CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE D ORIENT) NATURE DES ÉPREUVES CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE D ORIENT) CONCOURS EXTERNE : NATURE DES ÉPREUVES Les candidats au concours externe doivent, au moment de l inscription, opter pour l une des trois

Plus en détail

Afrique subsaharienne 2009

Afrique subsaharienne 2009 Afrique subsaharienne 2009 BENCHMARKING ET ANALYSE DU SECTEUR DE LA MICROFINANCE Rapport du Microfinance Information Exchange (MIX) et du Groupe consultatif d assistance aux pauvres (CGAP) Avril 2010 Résumé

Plus en détail

Patrimoine intangible: Musées africains et cultures vivantes. du 4 au 7 octobre 2006 Le Cap, Afrique du Sud

Patrimoine intangible: Musées africains et cultures vivantes. du 4 au 7 octobre 2006 Le Cap, Afrique du Sud 2 eme Conférence et Assemblée générale d AFRICOM Patrimoine intangible: Musées africains et cultures vivantes du 4 au 7 octobre 2006 Le Cap, Afrique du Sud I. Annonce générale La Conférence et l Assemblée

Plus en détail

Élections Résultats des Indicateurs d Intégrité en Afrique Août 2015

Élections Résultats des Indicateurs d Intégrité en Afrique Août 2015 Élections Résultats des Indicateurs d Intégrité en Afrique Août 20 La sous-catégorie Élections évalue l indépendance des institutions en charge de la supervision des élections, de même que l accès aux

Plus en détail

Association des Producteurs de Pétrole Africains African Petroleum Producers Association 13/09/2013 1

Association des Producteurs de Pétrole Africains African Petroleum Producers Association 13/09/2013 1 Association des Producteurs de Pétrole Africains African Petroleum Producers Association 13/09/2013 1 Sommaire 1. Introduction 2. Brève présentation de l APPA 3. Place de l Afrique dans le contexte pétrolier

Plus en détail

Candidature pour les élections des membres du conseil d administration de l ACI Afrique

Candidature pour les élections des membres du conseil d administration de l ACI Afrique ACI Afrique Candidature pour les élections des membres du conseil d administration de l ACI Afrique Candidature et processus des élections des membres du Conseil d'administration de l ACI Afrique ACI Afrique

Plus en détail

Les spécificités du marché de la téléphonie mobile en Afrique et les conséquences en termes de régulation

Les spécificités du marché de la téléphonie mobile en Afrique et les conséquences en termes de régulation Les spécificités du marché de la téléphonie mobile en Afrique et les conséquences en termes de régulation N GUESSAN N. K. Philippe ADIS, Université de Paris-Sud Mars 2008 Résumé : Avec l avènement des

Plus en détail

DROITS DE L ENFANT, NOTAMMENT ETAT DE LA CONVENTION RELATIVE AUX DROITS DE L ENFANT. Rapport du Secrétaire général

DROITS DE L ENFANT, NOTAMMENT ETAT DE LA CONVENTION RELATIVE AUX DROITS DE L ENFANT. Rapport du Secrétaire général Distr. GENERALE E/CN.4/1994/83 30 novembre 1993 FRANCAIS Original : ANGLAIS COMMISSION DES DROITS DE L HOMME Cinquantième session Point 22 a) de l ordre du jour provisoire DROITS DE L ENFANT, NOTAMMENT

Plus en détail

Inscription au Challenge App Afrique *Obligatoire

Inscription au Challenge App Afrique *Obligatoire Inscription au Challenge App Afrique *Obligatoire Faisons connaissance... 1. Vous souhaitez participer en tant que : * Une seule réponse possible. Particulier Après avoir répondu à la dernière question

Plus en détail

Cofinancement des vaccins

Cofinancement des vaccins Cofinancement des vaccins Foire aux questions Février 2015 1. Qu entend-on par cofinancement? Gavi définit le "cofinancement" comme les contributions des gouvernements nationaux à la prise en charge d

Plus en détail

TARIFS VOIP A LA MINUTES

TARIFS VOIP A LA MINUTES TARIFS VOIP A LA MINUTES Tarif vers mobiles France : 0,14 HT/min vers tous les Gsm en France 24h/24 & 7j/7. Afghanistan Afrique du Sud Albanie Algérie Allemagne Andorre Angola Anguilla Antarctique Antigua

Plus en détail

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef.

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef Groupe de la Banque africaine de développement BAfD Septembre 2011 1 Plan de la

Plus en détail

INVENTAIRE AFRICAIN DE GOUVERNANCE

INVENTAIRE AFRICAIN DE GOUVERNANCE INVENTAIRE AFRICAIN DE GOUVERNANCE Nations Unies Département des Affaires Economiques et Sociales Programme des Nations Unies pour le Développement Bureau Régional pour l'afrique HISTOIRIQUE DU PROJET

Plus en détail

Amendement au Protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissent la couche d ozone

Amendement au Protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissent la couche d ozone Texte original Amendement au Protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissent la couche d ozone 0.814.021.3 Conclu à Montréal le 17 septembre 1997 Approuvé par l Assemblée fédérale le 6

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE À L'AVIATION CIVILE INTERNATIONALE SIGNÉE À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 (Mise à jour au 11 octobre 2011)

CONVENTION RELATIVE À L'AVIATION CIVILE INTERNATIONALE SIGNÉE À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 (Mise à jour au 11 octobre 2011) CONVENTION RELATIVE À L'AVIATION CIVILE INTERNATIONALE SIGNÉE À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 (Mise à jour au 11 octobre 2011) Entrée en vigueur : La Convention est entrée en vigueur le 4 avril 1947. Situation

Plus en détail

CONVENTION SUR LE COMMERCE INTERNATIONAL DES ESPECES DE FAUNE ET DE FLORE SAUVAGES MENACEES D'EXTINCTION

CONVENTION SUR LE COMMERCE INTERNATIONAL DES ESPECES DE FAUNE ET DE FLORE SAUVAGES MENACEES D'EXTINCTION CONVENTION SUR LE COMMERCE INTERNATIONAL DES ESPECES DE FAUNE ET DE FLORE SAUVAGES MENACEES D'EXTINCTION Quarante-neuvième session du Comité permanent Genève (Suisse), 22 25 avril 2003 SC49 Doc. 18 Interprétation

Plus en détail

État du Fonds général d affectation spéciale pour la Conférence ministérielle africaine sur l environnement

État du Fonds général d affectation spéciale pour la Conférence ministérielle africaine sur l environnement UNEP/AMCEN/13/5 AMCEN AU Conférence ministérielle africaine sur l environnement Distr. : générale 4 mai 2010 Français Original : anglais Treizième session Bamako, 21 25 juin 2010 Point 6 a) de l ordre

Plus en détail

Fiche de synthèse sur Le Protocole de Montréal (mise à jour effectuée le 8 août 2005)

Fiche de synthèse sur Le Protocole de Montréal (mise à jour effectuée le 8 août 2005) INSTITUT INTERNATIONAL DU FROID Organisation intergouvernementale pour le développement du froid INTERNATIONAL INSTITUTE OF REFRIGERATION Intergovernmental organization for the development of refrigeration

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET DU DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL Arrêté du 26 mars 2015 fixant par pays et par groupe les taux de l indemnité d expatriation,

Plus en détail

Aperçu régional : Afrique subsaharienne

Aperçu régional : Afrique subsaharienne Aperçu régional : Afrique subsaharienne L Afrique subsaharienne 1 a connu une croissance économique soutenue, avec une progression annuelle de 1,9 % du PIB par habitant entre 2000 et 2005, et plusieurs

Plus en détail

Bienvenue dans l hôtellerie africaine du 21ème Siècle INSPIRED HOTELS

Bienvenue dans l hôtellerie africaine du 21ème Siècle INSPIRED HOTELS Bienvenue dans l hôtellerie africaine du 21ème Siècle INSPIRED HOTELS Des Marques hôtelieres et standards de service novateurs 2 DES MARQUES HÔTELIÈRES QUI SONT UNIQUES À PLUSIEURS SENS. MANGALIS HOTEL

Plus en détail

Durée du congé de maternité

Durée du congé de maternité Durée du congé de maternité Source: Toutes les données contenues dans les graphiques sont issues de la Base de donnée sur les lois des conditions de travail et d emploi du BIT Protection de la maternité":

Plus en détail

RAPPORT SUR LE PROGRAMME DE LA BID D ASSISTANCE TECHNIQUE ET DE RENFORCEMENT DE CAPACITES EN RELATION AVEC L OMC

RAPPORT SUR LE PROGRAMME DE LA BID D ASSISTANCE TECHNIQUE ET DE RENFORCEMENT DE CAPACITES EN RELATION AVEC L OMC GROUPE DE LA BANQUE ISLAMIQUE DE DEVELOPPEMENT RAPPORT SUR LE PROGRAMME DE LA BID D ASSISTANCE TECHNIQUE ET DE RENFORCEMENT DE CAPACITES EN RELATION AVEC L OMC 30 ème Session du Comité de Suivi du COMCEC

Plus en détail

Redevabilité Résultats des Indicateurs d Intégrité en Afrique

Redevabilité Résultats des Indicateurs d Intégrité en Afrique Redevabilité Résultats des Indicateurs d Intégrité en Afrique Août 2015 La sous-catégorie Redevabilité évalue le cadre de la lutte contre la corruption dans le secteur public, ainsi que la responsabilité

Plus en détail

UNEP/AMCEN/12/4/Add.1 Générale 20 mars 2008

UNEP/AMCEN/12/4/Add.1 Générale 20 mars 2008 Conférence ministérielle africaine sur l environnement Distr. UNEP/AMCEN/12/4/Add.1 Générale 20 mars 2008 Français Original : Anglais Conférence ministérielle africaine sur l environnement Douzième session

Plus en détail

Un aperçu de la situation de l assainissement et de la défécation en plain air en Afrique Mise à Jour 2010

Un aperçu de la situation de l assainissement et de la défécation en plain air en Afrique Mise à Jour 2010 Un aperçu de la situation de l assainissement et de la défécation en plain air en Mise à Jour 10 Une perspective régionale s appuyant sur de nouvelles données provenant du programme commun OMS/UNICEF de

Plus en détail

INVESTISSEMENT DANS LES RESEAUX DE TRANSMISSION ATELIER DE REGULATION ERERA/WAGPA 24 26 APRIL 2012, LOME, TOGO

INVESTISSEMENT DANS LES RESEAUX DE TRANSMISSION ATELIER DE REGULATION ERERA/WAGPA 24 26 APRIL 2012, LOME, TOGO INVESTISSEMENT DANS LES RESEAUX DE TRANSMISSION ATELIER DE REGULATION ERERA/WAGPA 24 26 APRIL 2012, LOME, TOGO Prof Jorry M Mwenechanya 1 Présentation Augmentation de la capacité Questions de Pré et Post

Plus en détail

Les Dirigeants des Administrations Maritimes Africaines (MARADS) représentant chacun l Angola, le Cameroun, la République démocratique du Congo, la

Les Dirigeants des Administrations Maritimes Africaines (MARADS) représentant chacun l Angola, le Cameroun, la République démocratique du Congo, la Les Dirigeants des Administrations Maritimes Africaines (MARADS) représentant chacun l Angola, le Cameroun, la République démocratique du Congo, la Guinée équatoriale, le Gabon, le Kenya, le Liberia, le

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PRINCIPAUX INDICATEURS MACRO-ÉCONOMIQUES

TABLE DES MATIÈRES PRINCIPAUX INDICATEURS MACRO-ÉCONOMIQUES Flash Statistiques - Afrique sélection d indicateurs socio-économiques sur l Afrique Juin 216 TABLE DES MATIÈRES PRINCIPAUX INDICATEURS MACRO-ÉCONOMIQUES -----------------------------------------------------------

Plus en détail

EXPERIENCES AFRICAINES EN MATIERE DE LIBERALISATION. (Note présentée par les Etats africains) 2

EXPERIENCES AFRICAINES EN MATIERE DE LIBERALISATION. (Note présentée par les Etats africains) 2 Mars 2003 Anglais et français seulement 1 EXPERIENCES AFRICAINES EN MATIERE DE LIBERALISATION (Note présentée par les Etats africains) 2 1. INTRODUCTION 1.1 L Afrique a commencé son expérience dans la

Plus en détail

Etude sur le Coût de la faim à Madagascar Rapport de la formation initiale Antsirabe (Hôtel Flower Palace), Madagascar Du 27 au 30 juillet 2015

Etude sur le Coût de la faim à Madagascar Rapport de la formation initiale Antsirabe (Hôtel Flower Palace), Madagascar Du 27 au 30 juillet 2015 Etude sur le Coût de la faim à Madagascar Rapport de la formation initiale Antsirabe (Hôtel Flower Palace), Madagascar Du 27 au 30 juillet 2015 Contexte L étude du Coût de la faim en Afrique (COHA) est

Plus en détail

«ANNEXE 25 FRAIS DE TRANSPORT AÉRIEN À INCORPORER DANS LA VALEUR EN DOUANE. a) des pays tiers regroupés selon les continents et zones 1 (colonne 1);

«ANNEXE 25 FRAIS DE TRANSPORT AÉRIEN À INCORPORER DANS LA VALEUR EN DOUANE. a) des pays tiers regroupés selon les continents et zones 1 (colonne 1); «ANNEXE 25 FRAIS DE TRANSPORT AÉRIEN À INCORPORER DANS LA VALEUR EN DOUANE 1. Le tableau ci-après contient la désignation: a) des pays tiers regroupés selon les continents et zones 1 (colonne 1); b) des

Plus en détail

Point 6a de l ordre du jour CX/EXEC 12/66/6

Point 6a de l ordre du jour CX/EXEC 12/66/6 F Point 6a de l ordre du jour CX/EXEC 12/66/6 PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMITÉ EXÉCUTIF DE LA COMMISSION DU CODEX ALIMENTARIUS Soixante-sixième session Siège de l OMS, Genève

Plus en détail

Mesures nationales d application de la Convention sur l Interdiction des Armes Biologiques (CIAB)

Mesures nationales d application de la Convention sur l Interdiction des Armes Biologiques (CIAB) Mesures nationales d application de la Convention sur l Interdiction des Armes Biologiques (CIAB) Sonia Drobysz, Juriste Atelier National de la Mise en Œuvre de la Convention sur l Interdiction des Armes

Plus en détail

PRESENTATION. La Fabrique des Cinémas du Monde au Festival de Cannes - 8ème édition

PRESENTATION. La Fabrique des Cinémas du Monde au Festival de Cannes - 8ème édition PRESENTATION La Fabrique des Cinémas du Monde au Festival de Cannes - 8ème édition La Fabrique des Cinémas du Monde est un programme développé par l Institut français pour favoriser l émergence de la jeune

Plus en détail

ATTEINTE DES OMD EN AFRIQUE: UNE ANALYSE RÉGIONALE. Atelier ROPPA ATELIER ROPPA, JUIN 2015, DAKAR. Dr. Suwadu SAKHO-JIMBIRA IPAR, Senegal

ATTEINTE DES OMD EN AFRIQUE: UNE ANALYSE RÉGIONALE. Atelier ROPPA ATELIER ROPPA, JUIN 2015, DAKAR. Dr. Suwadu SAKHO-JIMBIRA IPAR, Senegal ATTEINTE DES OMD EN AFRIQUE: UNE ANALYSE RÉGIONALE Atelier ROPPA ATELIER ROPPA, 22-24 JUIN 2015, DAKAR Dr. Suwadu SAKHO-JIMBIRA IPAR, Senegal 1 Adoption de 8 Objectifs du Millénaire pour le Développement

Plus en détail

1 Indicateur du développement humain

1 Indicateur du développement humain 1 Indicateur du développement humain MESURER LE DÉVELOPPEMENT HUMAIN : ACCROÎTRE LES CHOIX... Taux Taux brut de Différence de d alpha- scolarisation Valeur de classement Espérance bétisation combiné (du

Plus en détail

L AFD et les ONG : Projets en cours

L AFD et les ONG : Projets en cours L AFD et les ONG : Projets en cours ONG PAYS Intitulé du projet/pays concernés DUREE (années) Montant de la subvention AFD ( ) 1001 FONTAINES POUR DEMAIN Accès à une eau de boisson saine en milieu rural

Plus en détail

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES I. SECTEURS D ACTIVITES - Aéronautique - Agriculture - Assurances - Banques (épargne, office des chèques postaux) - Bâtiment et génie civil - Communications - Postes - Télécommunications

Plus en détail

Provisions 25 50 Départ personnel, congé, mauvaise créance Autres 5 9 Divers Total 345 459

Provisions 25 50 Départ personnel, congé, mauvaise créance Autres 5 9 Divers Total 345 459 CONVENTION SUR LES ZONES HUMIDES (Ramsar, Iran, 1971) 49 e Réunion du Comité permanent Punta del Este, Uruguay, 1 er juin 2015 SC49 03 Surplus de fonds administratifs 2014, état du financement des délégués

Plus en détail

Chapitre 29 : LE CAMEROUN EN AFRIQUE

Chapitre 29 : LE CAMEROUN EN AFRIQUE Chapitre 29 : LE CAMEROUN EN AFRIQUE SOMMAIRE I. LISTE DES GRAPHIQUES... 397 II. LISTE DES TABLEAUX... 397 IV. PRÉSENTATION... 398 V. MÉTHODOLOGIE... 398 VI. SOURCES DE DOCUMENTATION... 398 Chapitre 29

Plus en détail

Le Mexique est un pays situé sur le continent américain. À l Est du Mexique se trouve le golfe du Mexique et au sud le Guatemala.

Le Mexique est un pays situé sur le continent américain. À l Est du Mexique se trouve le golfe du Mexique et au sud le Guatemala. Le Canada est un pays situé dans l hémisphère Nord. Il fait partie du continent américain. C est le plus grand pays au monde. Son voisin du sud sont les États-Unis. Les États-Unis est un pays situé sur

Plus en détail

Les ALPC en Afrique Initiatives.

Les ALPC en Afrique Initiatives. Séminaire des acteurs africains francophones de la lutte antimines Dakar du 2 au 4 Nov. 2009 -------------------- Les ALPC en Afrique Initiatives. r Christiane AGBOTON JOHNSON MERCI LES ALPC en Afrique

Plus en détail

DEMANDE DE CHANGEMENT DE DISCIPLINE

DEMANDE DE CHANGEMENT DE DISCIPLINE 14 ANNEXE IV DEMANDE DE CHANGEMENT DE DISCIPLINE Je soussigné (e) (1). épouse Professeur des universités - Praticien hospitalier (2) Maître de conférences des universités - Praticien hospitalier (2) En

Plus en détail

Samuel KINGUE Professeur de Médecine, FMSB, UY1 Directeur des Ressources Humaines, MINSANTE, Ydé.

Samuel KINGUE Professeur de Médecine, FMSB, UY1 Directeur des Ressources Humaines, MINSANTE, Ydé. MIGRATION DES PERSONNELS DE LA SANTE : DONNEES ACTUELLES, PROPOSITION DE SOLUTION Samuel KINGUE Professeur de Médecine, FMSB, UY1 Directeur des Ressources Humaines, MINSANTE, Ydé. LA MIGRATION DES PERSONNELS

Plus en détail

Droits: Société Civile Résultats des Indicateurs d Intégrité en Afrique Août 2015

Droits: Société Civile Résultats des Indicateurs d Intégrité en Afrique Août 2015 Droits: Société Civile Résultats des Indicateurs d Intégrité en Afrique Août 215 Six indicateurs de facto (65-7) de la sous-catégorie Droits (2.1) évaluent la capacité des travailleurs et des citoyens

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 22 octobre 2007 FRANÇAIS Original: ANGLAIS CONFÉRENCE DES PARTIES Première session extraordinaire New York, 26 novembre 2007

Plus en détail

ARCHIV SYSTEM. La La mémoire vive vive de de votre votre entreprise PRESENTATION D ARCHIV SYSTEM. La mémoire vive de votre entreprise

ARCHIV SYSTEM. La La mémoire vive vive de de votre votre entreprise PRESENTATION D ARCHIV SYSTEM. La mémoire vive de votre entreprise PRESENTATION D, un partenaire de poids pour EXPERT. A compter du 1 er mai 2014, EXPERT rejoint le Groupe. Présentation du nouvel ensemble. La La mémoire vive vive de de votre votre entreprise entreprise

Plus en détail

Fiche récapitulative - Réformes en Afrique

Fiche récapitulative - Réformes en Afrique Fiche récapitulative - Réformes en Afrique L Angola a amélioré le long et fastidieux processus de création d entreprise, grâce à son guichet unique, Guichet Unico da Empresa, qui a réduit les délais nécessaires

Plus en détail

Tableau 1.3 : Répartition de la population résidente selon la nationalité et le sexe

Tableau 1.3 : Répartition de la population résidente selon la nationalité et le sexe Tableau 1.3 : Répartition de la population résidente selon la nationalité et le sexe Résultats définitifs détaillés, RGPH4-novembre 2010 19 Ensemble du pays Togolais 2 886 514 3 063 429 5 949 943 Ghana

Plus en détail

Les Documents de Travail de l IREDU Working Papers

Les Documents de Travail de l IREDU Working Papers Les Documents de Travail de l IREDU Working Papers Institut de Recherche sur l Education Sociologie et Economie de l Education Institute for Research in the Sociology and Economics of Education ETFP et

Plus en détail

Convention n o 138 concernant l âge minimum d admission à l emploi

Convention n o 138 concernant l âge minimum d admission à l emploi Texte original Convention n o 138 concernant l âge minimum d admission à l emploi 0.822.723.8 Conclue à Genève le 26 juin 1973 Approuvée par l Assemblée fédérale le 18 mars 1999 1 Instrument de ratification

Plus en détail