Social Le Guide de prévention des risques routiers professionnels

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Social Le Guide de prévention des risques routiers professionnels"

Transcription

1 Social Le Guide de prévention des risques routiers professionnels

2 Groupe de travail «code de la route et droit du travail» - Janvier CONSEIL DU COMMERCE DE FRANCE Le Guide de prévention des risques routiers professionnels 2

3 Préambule 40, Bd Malesherbes Paris Tél : Fax : Plus de 54% des quelques 1000 accidents mortels au travail sont des accidents de la circulation dans le cadre des missions pour l entreprise ou des trajets domicile-travail. Toute branche professionnelle confondue, les salariés sont donc tout autant victimes de la route que des dangers liés aux machines, outils, produits etc. A ces décès s ajoutent malheureusement des invalidités permanentes 10 fois plus nombreuses et des accidents avec arrêt 100 fois plus nombreux. En ,2 millions de journées de travail ont été perdues à la suite d un accident de la route 1,6 millions pour le risque mission et 3,6 millions pour le risque trajet. Au-delà de cet enjeu humain important que représente le risque routier pour une entreprise, il peut aussi engendrer de lourdes répercussions financières : directes (cotisations assurances, accidents du travail) ou indirectes (retards de livraison, insatisfaction client, non respect des délais, baisse de l action commerciale, frais d embauche et de formation d un remplaçant, perte de qualité, perte de marchés, de produits, image de marque, etc.) Le risque routier encouru par le salarié est un risque professionnel à part entière. Le conducteur ne peut être exonéré, en cas d accident de la circulation, de son éventuelle responsabilité pénale du seul fait de son statut de salarié. Il est soumis à l ensemble des obligations du Code de la Route, mais, de plus en plus, la responsabilité civile et pénale du chef d entreprise est également recherchée. Ce dernier doit prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité de ses salariés. Les accidents de la circulation, comme l ensemble des accidents du travail, sont, dans la plupart des cas, prévisibles et évitables à condition de tenir compte de leur caractère multifactoriel. En effet, si le comportement du conducteur est souvent mis en cause : l état du véhicule, l organisation du travail, les infrastructures sont également à analyser. Y-a-t-il par exemple un carnet de bord dans chaque véhicule d entreprise? Et si oui, est-il utilisé et contrôlé? Le temps de déplacement entre deux rendez-vous est-il correctement prévu et réaliste? Existe-t-il un plan de circulation et de stationnement sur le site de l entreprise? Est-ce que fatigue et stress sont pris en compte? Est-ce que les risques alcool et drogues sont sérieusement traités? L utilisation du téléphone portable est- elle bien cadrée lors des déplacements des salariés? Etc. Face à ces questions, le guide de prévention proposé, coordonné par le Conseil du Commerce de France a été réalisé par les fédérations professionnelles membres avec la collaboration de l Association PSRE «pour la maîtrise du risque routier en entreprise» et avec l aide du cabinet d avocat IFL avocats. Il permet à tout employeur de mettre en place les mesures nécessaires pouvant permettre une réduction du nombre d accidents de la circulation. Le Guide de prévention des risques routiers professionnels 3

4 Ce document apporte, de manière non exhaustive, des conseils de prévention en vue d assurer la sécurité des salariés, et recense les bonnes pratiques qui permettent de réduire les risques routiers professionnels les plus fréquents. Sommaire : Thème I : Notions... 6 Thème II : Les dépassements d horaires par un salarié... 9 Thème III : Permis de conduire et contrat de travail Thème IV : Le véhicule au service de l entreprise choix, assurance, entretien et contrôle Thème V : Le cas particulier des VUL (Véhicules Utilitaires Légers) Thème VI : La surcharge du véhicule Thème VII : Le téléphone et la conduite Thème VIII : La vitesse Thème IX : Sanctions encourues par l employeur Thème X : Alcool et drogue au volant Annexes _Toc Le Guide de prévention des risques routiers professionnels 4

5 Le Guide de prévention des risques routiers professionnels 5

6 Thème I : Notions 1. Qu est ce qu un accident de trajet? Est un accident de trajet, l accident survenu à un salarié pendant le trajet aller/retour entre son lieu de travail et sa résidence principale ou le lieu dans lequel le salarié prend habituellement ses repas (restaurant, cantine ). Sont également considérés comme des accidents de trajet, les trajets aller/retour entre le lieu de travail et la résidence secondaire présentant un caractère de stabilité ainsi que tout autre lieu sur lequel le salarié se rend de façon habituelle pour des raisons familiales, les détours effectués dans le cadre d un covoiturage Le parcours ne doit pas avoir été interrompu ou détourné par un motif dicté par l intérêt personnel du salarié ou étranger aux nécessités essentielles de la vie courante (détour par l école pour chercher les enfants par exemple) Code de la Sécurité Sociale art L Pour la Cour de Cassation le salarié ne doit pas encore, ou ne plus être, soumis aux instructions de son employeur. 2. Quelles sont les limites de la définition du trajet? La notion d itinéraire protégé Le domicile : selon les tribunaux, le trajet commence à la sortie du domicile et se termine dès que le salarié y pénètre. L accident qui se produit dans les parties strictement privatives de l habitation du salarié (jardin, garage, dépendances ) n est pas un accident de trajet. Néanmoins une jurisprudence considère que le trajet du salarié qui demeure dans un immeuble collectif commence et prend fin dès le franchissement du seuil de son appartement. Le lieu de travail : le trajet commence dès que le salarié quitte l aire d autorité de l employeur (entreprise, dépendances, réfectoire, parking ) et se termine dès que le salarié y pénètre. Le lieu de travail marque la frontière entre l accident de travail et l accident de trajet. L accident survenu dans l enceinte de l entreprise est un accident de travail. Le trajet : l accident doit survenir dans un temps normal par rapport aux horaires du salarié. Sont pris en compte la longueur du trajet, les difficultés de circulation, les moyens de transport utilisés. Le trajet peut être détourné pour des besoins de la vie courante (activités à caractère domestique comme l achat de denrée alimentaire, poster une lettre, retirer de l argent ) Mais pendant l interruption de trajet, la protection légale ne joue plus. Par exemple, cette protection cesse à l entrée du commerce pour reprendre quand le salarié en ressort. Le Guide de prévention des risques routiers professionnels 6

7 3. En quoi l accident de trajet se distingue de l accident de mission (accident du travail)? L accident de circulation survenu à un salarié envoyé en mission professionnelle constitue un accident de travail. Cela veut dire que le salarié qui part directement de son domicile pour aller en mission sur un lieu autre que son lieu de travail habituel est victime d un accident de mission. Accident de travail Accident de trajet Indemnisation de la sécurité sociale Indemnité journalière dès le 1 er jour, remboursement des soins à 100% (pas de ticket modérateur) Indemnité journalière dès le 1 er jour, remboursement des soins à 100% (pas de ticket modérateur) Indemnisation complémentaire par l employeur (loi de mensualisation) Pas de délai de carence Délai de carence comme pour la maladie (à compter du 11 ème jour sauf dispositions conventionnelles plus favorables) Protection de l emploi Interdiction de licencier le salarié Pas d interdiction légale de licenciement Recours du salarié contre l employeur Recours possible en cas de faute inexcusable de l employeur ou préjudice distinct des ayants droit Recours possible Cotisations Peu avoir un impact sur les cotisations accident du travail de l employeur (si entreprises > 10 salariés) Pas d impact sur les cotisations accident du travail de l employeur Attention! L accident de trajet est une circonstance de fait. Son appréciation relève des juges du fond. Il n y a pas de définition exacte de l accident de trajet, les juges tiennent compte des circonstances dans lesquelles se produit l accident. Le Guide de prévention des risques routiers professionnels 7

8 Exemple de situations qui n ont pas été considérées comme accident de trajet : - Accident survenu à un salarié en arrêt maladie se rendant à l entreprise pour y retirer une feuille de soin. - Accident survenu à un salarié qui se rendait à l entreprise un jour où il ne travaillait pas. - Accident survenu à un salarié en congé qui se rendait à l entreprise pour connaître son planning de reprise. Exemple de situations qui ont été considérées comme accident de trajet : - Accident survenu à un salarié qui se rendait comme chaque semaine sur un lieu de formation dans une ville voisine. - Accident survenu à un salarié qui rentrait à son domicile après avoir assisté à une réunion syndicale sur son lieu de travail. - Accident survenu à un salarié qui avait pris un autre itinéraire pour éviter des embouteillages. - Accident survenu dans l escalier de la résidence à l extérieur de l appartement du salarié. Le Guide de prévention des risques routiers professionnels 8

9 Thème II : Les dépassements d horaires par un salarié 1. Questions récurrentes : Un salarié se rend exceptionnellement sur un lieu d exécution du travail différent du lieu de travail habituel? Un salarié commet ou est victime d un accident de la route alors qu il rentrait chez lui/ allait au travail en dehors de l horaire habituel? Un salarié itinérant tient absolument à rentrer chez lui ce qui entraîne un dépassement des durées légales maximum de travail? Afin de savoir ce qu il est possible de faire et ce qui ne l est pas, trois notions doivent être comprises :! Le temps de trajet! Le temps de travail effectif! La durée du travail 2. Législations applicables : " Temps de trajet et travail effectif : Le temps de déplacement professionnel pour se rendre sur le lieu d exécution du contrat de travail n est pas du temps de travail effectif (ex : trajet quotidien domicile bureau / bureau - domicile). Toutefois s il dépasse le temps normal de trajet entre le domicile et le lieu de travail habituel, ce temps de déplacement doit faire l objet d une contrepartie sous forme de repos ou financière, (ex : un commercial se rend de manière exceptionnelle sur un salon à Lyon alors qu il travaille habituellement à Lille et que son trajet habituel domicile travail est Roubaix - Lille). La contrepartie est déterminée par accord collectif ou, à défaut, par décision unilatérale de l employeur prise après consultation du comité d entreprise ou, s ils existent, des délégués du personnel. La part de ce temps de déplacement ne doit pas entraîner de perte de salaire pour le salarié. L employeur doit pour remplir cette obligation être en mesure de déterminer le ou les lieux de travail habituels ainsi que la durée moyenne de trajet des salariés. Les trajets entre deux lieux de travail sont le plus généralement assimilés à du temps de travail effectif. Le Guide de prévention des risques routiers professionnels 9

10 " Temps de trajet du salarié itinérant : La loi n envisage pas le cas du salarié itinérant ne disposant pas de lieu habituel de travail, c'est-à-dire le salarié dont le lieu de travail varie au gré des missions (commerciaux) et qui n est amené qu exceptionnellement à se rendre dans l entreprise. Dans cette hypothèse il n est pas possible de définir un temps normal de trajet, l entreprise ne pouvant jouer le rôle de lieu de référence. " Temps de trajet et durée maximale de travail : La durée maximale de travail effectif ne peut excéder 10 heures par jour. Cette durée peut être dépassée après autorisation de l inspecteur du travail et sous certaines conditions dans la limite maximale de 12 heures. Rappel : les trajets entre deux lieux de travail sont le plus généralement assimilés à du temps de travail effectif. En revanche n est pas du travail effectif le trajet domicile - travail. Lorsqu il n est pas requalifié en temps de travail effectif, le temps de trajet n est pas pris en compte dans le calcul du nombre d heures de travail effectif permettant de vérifier le respect des durées maximales de travail quotidiennes et hebdomadaires. " Temps de trajet et amplitude horaire : L amplitude journalière de travail se distingue du temps de travail effectif en ce qu elle inclut les pauses et les interruptions, mais pas les temps de trajet. Tout salarié doit bénéficier d un minimum 11 heures de repos consécutives, l amplitude maximale de travail est de 13 heures (24h 11h). Le Guide de prévention des risques routiers professionnels 10

11 Thème III : Permis de conduire et contrat de travail 1. Questions récurrentes : J ai un emploi de chauffeur-livreur à pourvoir (ou tout autre emploi nécessitant l utilisation d un véhicule) : puis-je demander au postulant de me montrer son permis de conduire? Comment puis-je vérifier que mon salarié a toujours un permis de conduire en cours de validité? La seule détention du permis de conduire par le salarié dispense-t-elle l employeur de sa responsabilité en cas d accident survenant au cours du déroulement du contrat de travail? 2. Législations applicables : L employeur est tenu à une obligation de sécurité vis-à-vis de ses salariés, ainsi qu à la prise de mesures de prévention des risques professionnels, d information et de formation, ainsi que de la mise en place d une organisation et de moyens adaptés (article L du Code du travail). Il veille à l adaptation de ces mesures pour tenir compte du changement des circonstances et tendre à l amélioration des situations existantes. Dans le cadre de ses responsabilités, l employeur doit tout mettre en œuvre afin d éviter la survenance d accidents lors de l exécution du travail. Il est donc fortement recommandé à l employeur de prendre des mesures préventives en informant les salariés par l intermédiaire du contrat de travail, du règlement intérieur ou d une note de service, ainsi que par la formation professionnelle. Lors de l embauche, l employeur : - s assure que le postulant a les compétences requises pour tenir l emploi proposé, - vérifie que le postulant possède bien un permis de conduire en cours de validité correspondant au type de véhicule qui lui sera confié, - vérifie que le postulant possède la FCOS (Formation Continue Obligatoire à la Sécurité : valable 5 ans) et pour les véhicules de + de 7,5 tonnes la FIMO (Formation Initiale Minimum Obligatoire), indispensable à l exercice de la profession de conducteur routier, - inclut une clause dans le contrat de travail indiquant que la détention du permis de conduire étant essentielle pour la tenue de l emploi, le salarié doit informer l employeur de tous évènements de nature à rendre impossible l exécution du contrat de travail. Le Guide de prévention des risques routiers professionnels 11

12 Attention : la détention du permis de conduire détermine seulement les compétences acquises par le salarié. Aussi, l employeur ne doit pas oublier que l aptitude à la tenue de l emploi est du ressort du service médical du travail. Tout salarié doit obligatoirement faire l objet d un examen médical, en principe avant son embauche ou, au plus tard, avant l expiration de la période d essai (art. R du Code du travail). Lors de l exécution du travail, l employeur, ne pouvant pas se satisfaire du seul fait que le salarié détienne le permis de conduire adéquat au véhicule qu il utilise pour remplir son obligation de prévention, doit : - veiller à ce que son salarié conserve les compétences requises à la tenue de son emploi ainsi qu à celles additionnelles, - prévoir un dispositif permettant un suivi régulier et une mise à jour des savoirs et compétences du salarié. Hypothèse du retrait du permis de conduire : dans le cas où le salarié informe l employeur qu il n a plus de permis de conduire en cours de validité, l employeur peut : - reclasser le salarié si l entreprise en a la possibilité : ceci nécessite une modification écrite du contrat de travail du salarié (se renseigner auprès d un conseil), - procéder au licenciement du salarié pour impossibilité de maintenir le contrat de travail. 3. Dispositifs de prévention à disposition de l employeur : Information des salariés : - remise à chaque salarié du règlement intérieur ou de la note de service affichée dans l entreprise, informant les salariés des consignes de sécurité à respecter impérativement (ex : rappel aux conducteurs de 2 roues des risques d accident du fait qu il ne sont pas toujours visibles des véhicules de tailles supérieures à la leur, ) - prévision de sanctions en cas de non respect de ces consignes, en particulier celles liées à l état d ébriété, Aptitude du salarié : - le service médical du travail dont dépend l entreprise doit confirmer à l employeur, à périodicité régulière, l aptitude du salarié à tenir son emploi. Il est important pour l employeur d informer le médecin du travail de la nécessité de conduire qu ont certains salariés. Le médecin pourra alors poser les bonnes questions pour la détermination de l aptitude. Le Guide de prévention des risques routiers professionnels 12

13 Formation continue : - l employeur insère dans le plan de formation de l entreprise, une formation complémentaire au permis de conduire adaptée au véhicule utilisé et au métier exercé. Elle permet au salarié de confirmer et d évaluer sa connaissance à la conduite ainsi que celle liée aux tâches annexes exercées. - le permis de conduire étant indispensable à l exercice de l activité professionnelle du salarié, ce dernier peut bénéficier d une formation avec l accord de son employeur dans le cadre de son DIF. Exemple : Comment mettre en place une formation complémentaire à la conduite, plus particulièrement à la conduite des véhicules légers et des deux roues?! faire un bilan de compétences du salarié concerné,! définir les besoins en formation complémentaire à la conduite adaptée au métier exercé par le salarié (type de véhicule utilisé, kilométrage parcouru, lieu de circulation -ville, route -, technique d arrimage des charges, conditions de conduite en charge, manœuvre du véhicule ),! choisir l organisme de formation correspondant aux besoins définis par l entreprise,! mettre en place les financements nécessaires avec l OPCA 1 qui perçoit les contributions de formation de l entreprise,! établir un plan de formation pluriannuel et le suivre dans le temps. 1 Organisme Paritaire Collecteur Agrée Le Guide de prévention des risques routiers professionnels 13

14 Thème IV : Le véhicule au service de l entreprise Choix, assurance, entretien et contrôle 1. Questions récurrentes : Comment savoir si mes véhicules sont adaptés aux missions que je confie à mes salariés? Est ce que je peux être mis en cause si mon salarié a un accident de la circulation pendant son travail et que le véhicule d entreprise a été un des facteurs d accident? Suffit-il d être assuré? Mes véhicules sont en bon état, des procédures pour leur entretien et leur utilisation existent, cela suffit-il pour que ma responsabilité ne soit pas mise en cause? La délégation de pouvoir au responsable des véhicules suffit-elle à me prémunir en cas d accident de la circulation dû à un défaut d entretien? Si la gestion du parc est confiée à une société de location, quelles sont mes responsabilités en cas d accident de la circulation dû à un défaut d entretien? Lorsque mon salarié utilise son véhicule personnel pour son travail, suis-je responsable du choix et de l équipement de son véhicule? 2. Législations applicables : Le véhicule est un instrument de travail dès lors qu il est utilisé dans le cadre professionnel (texte adopté le 5 novembre 2003 par la CAT-MP). Par conséquent l employeur est responsable de la qualité de l outil qu il confie à son salarié, même si celuici utilise son véhicule personnel. Le véhicule doit être assuré pour toutes les utilisations auxquelles il sera affecté (articles L324-1 et L du Code de la Route). Le conducteur a une responsabilité personnelle, principalement lorsqu il prend un véhicule en mauvais état et que le défaut est apparent ou que ce défaut fait partie d une liste que le conducteur doit systématiquement vérifier lui-même (état des pneus, feux et clignotants, balais d essuie glace.). Dans ce cas, le conducteur commet une faute par rapport au Code de la Route en prenant un véhicule en mauvais état. Si la procédure de suivi des véhicules d entreprise est claire, le salarié commet également une faute professionnelle. Le Guide de prévention des risques routiers professionnels 14

15 Droit d alerte et droit de retrait du salarié : Théoriquement, ce dernier peut refuser de conduire un véhicule qui présente des défauts d entretien. Mais, dans la pratique, on admet souvent qu il n a pas le choix. Si le salarié a signalé le défaut, mais que son employeur l a amené à prendre le véhicule en mauvais état, la responsabilité de ce dernier sera nettement plus engagée : il a laissé conduire un salarié avec un véhicule défectueux, alors qu il en avait connaissance. L enquête de police, en cas d accident grave, pourra rechercher la responsabilité du chef d entreprise ou de la personne en charge de cette tache. Le chef d entreprise, d une entreprise d une certaine taille, ne pouvant tout surveiller, a la possibilité de déléguer ces pouvoirs de direction. Pour être valable, une délégation de pouvoir doit être formalisée (par exemple : dans la fiche de fonction du salarié à qui l on délègue). De plus, le cadre doit avoir accepté cette délégation et doit posséder l autorité, les compétences et les moyens d exercer cette délégation. Une fois ces conditions remplies, la responsabilité de cette personne pourra être recherchée. En cas d accident corporel (blessure, décès ou IPP), il sera regardé si l entretien du véhicule et son contrôle ont été prévus et s ils auraient pu réduire le risque d accident. Le caractère délibéré ou non de l action du chef d entreprise sera étudié devant le Tribunal. Ce dernier peut être tenu responsable de n avoir pas pris toutes les mesures existantes pour protéger ses salariés. Il peut être poursuivi au tribunal correctionnel et être passible d une amende ou d une peine de prison. En cas de gestion des véhicules par une société de location, c est la responsabilité du prestataire de service qui est engagée. Le chef d entreprise est à priori exonéré de sa responsabilité pour ce qui concerne le contrat d entretien. Cependant, la fréquence d entretien prévue dans le contrat peut interférer. Ainsi, si l entretien est peu fréquent, la responsabilité de l entreprise utilisatrice des véhicules peut-être invoquée, en particulier concernant les feux et les pneus. Si le salarié utilise, même occasionnellement son véhicule personnel pour une mission, il doit être assuré. Le salarié doit avoir souscrit les garanties correspondant à l utilisation de son véhicule pour des déplacements professionnels. Il est conseillé à l entreprise de souscrire une garantie complémentaire qui pallie l insuffisance d assurance du salarié. Les assureurs vérifient de plus en plus les mesures de prévention mises en place par les entreprises. Dispositions spécifiques aux entreprises de réparations de véhicules : les essais sur route sont une obligation légale, les employeurs qui n imposent pas à leurs salariés de pratiquer des essais après les réparations effectuées et avant la restitution du véhicule au client voient leur responsabilité engagée. Le Guide de prévention des risques routiers professionnels 15

16 3. Dispositifs de préventions à disposition de l employeur : - Analyse préalable des besoins de l entreprise afin de définir les critères de choix des véhicules et gérer ainsi plus facilement les impacts sur son assurance, l entretien et l aménagement ; - Interrogation sur la pertinence des équipements de sécurité et de confort (ex : ABS, Airbags conducteur et passager, ESP, témoin de pression des pneumatiques, climatisation ). Si des standards sont fixés pour les véhicules d entreprises, il faut également les imposer au véhicule personnel du salarié amené à les utiliser dans le cadre de son activité professionnelle. Dans le cas où ce dernier ne satisfait pas les exigences : offrir une alternative location. - Implication des salariés-conducteurs dans le choix des véhicules ; - Sollicitation de la compagnie d assurance qui a un devoir de conseil. - Etablissement d une procédure d entretien et de contrôle pour le matériel roulant ; - Affectation d un carnet d entretien et d observations à chaque véhicule pour garantir son suivi. Vérifier l utilisation et la mise à jour de ce carnet avec notamment la correction systématique des anomalies signalées par les salariés ; - En cas d utilisation des véhicules par plusieurs personnes, il peut être difficile de demander au conducteur de procéder aux vérifications de routine (état et pression des pneus, état des feux ). Le chef d entreprise peut alors confier l entretien et le contrôle de ses véhicules à un professionnel interne ou externe à l entreprise. Si la personne est interne à l entreprise, dans ce cas, il faudra noter l acceptation de délégation de pouvoir de ce salarié, et notifier sur sa fiche de fonction qu il aura la charge ou la responsabilité de faire vérifier l entretien des véhicules ; - Le chef d entreprise, ou son délégataire, doit :! Fixer des règles pour l entretien, avec des procédures écrites et détaillées et les communiquer aux salariés, au responsable de parc ;! Etablir un avenant au contrat de travail ou mettre à jour les fiches de fonction, lorsque cela est nécessaire ;! Donner les moyens pour effectuer le contrôle des véhicules ;! Donner les moyens de vérifier le respect des procédures ;! S assurer de l efficacité des mesures prises ;! Formaliser la démarche avec la société de location (qui fait quoi, obligations de chacun) si les véhicules sont en location ; Le Guide de prévention des risques routiers professionnels 16

17 - Introduction dans le contrat de travail et/ou dans la fiche de fonction du salarié, une clause précisant qu il sera amené à se déplacer en conduisant un véhicule, pour remplir ses missions. Sur ce document, le salarié déclarera remplir ses obligations (permis valide, absence de consommation d alcool, ni de médicaments pouvant influer sur la conduite ). S il utilise son véhicule personnel, il déclarera être assuré pour ce type de mission ; - Mise en place de contrôles aléatoires pour vérifier que ces obligations sont bien remplies ; - Interroger sur l opportunité de la location (meilleur suivi, plus grande flexibilité) pour l ensemble de la flotte ; - Mise en place d une aide financière pour s assurer que les salariés entretiennent leurs véhicules personnels utilisés dans le cadre de leurs missions ; - Imposer (et rembourser) le contrôle technique annuel pour ces mêmes salariés. Le Guide de prévention des risques routiers professionnels 17

18 Thème V : Le cas particulier des VUL (Véhicules Utilitaires Légers) 1. Questions récurrentes : Pourquoi aménager mes VUL, les concessionnaires les vendent comme cela, ils sont donc autorisés à rouler? Mon apprenti est sorti de la route dès son premier voyage vers le chantier! Que font les autos écoles? Qui, de l employeur ou du salarié, est responsable du respect de la réglementation en matière de chargement du véhicule? Qui est responsable du bon arrimage des produits transportés? 2. Législations applicables : En cas d accident corporel (blessure, décès ou IPP), il sera regardé si l aménagement du véhicule a été prévu et s il aurait pu réduire le risque d accident. Le caractère délibéré ou non de l action du chef d entreprise sera étudié devant le Tribunal. Ce dernier peut être tenu responsable de n avoir pas pris toutes les mesures existantes pour protéger ses salariés. Il peut être poursuivi au tribunal correctionnel et être passible d une amende ou d une peine de prison. Le récent «Livre Blanc sur les VUL» donne les recommandations et les bonnes pratiques pour ces véhicules. Il doit être largement diffusé. Il servira de référence au juge pour apprécier la faute éventuelle du responsable d entreprise. «Il n existe à ce jour aucune réglementation du marché, aucune norme permettant de choisir les aménagements les plus sûrs et les mieux adaptés. Sauf transformation profonde du véhicule, il n y a aucune obligation réglementaire de réaliser après aménagement un nouveau contrôle de conformité». L'article R I du Code de la Route dispose que toutes précautions utiles doivent être prises pour que le chargement d'un véhicule ne puisse être la cause de dommage ou de danger. Chaque conducteur doit s'assurer que son chargement est conforme aux règles en vigueur. Mais en cas d accident corporel, il ne sera pas le seul responsable étant le préposé de son employeur. L article R et suivants du Code de la Route prévoit explicitement que la conduite en surcharge soit sanctionnée par une contravention de 4 classe, voire de 5 classe au-delà d une surcharge de +20%. Dans certains cas, une immobilisation du véhicule par les forces de l ordre est prévue. Le Guide de prévention des risques routiers professionnels 18

19 Une norme internationale sur l arrimage des charges et les systèmes de retenue à bord des VUL devrait être définie et publiée. 3. Dispositifs de préventions à disposition de l employeur : - «Séparer la «partie» habitacle du volume utilisé pour le transport de matériaux, des produits et des outils, ceci afin de ne pas gêner le salarié dans son activité de conduite» (proscrire les aménagements «maison») ; - Réfléchir à l agencement des VUL en option (au moment de l acquisition : achat ou location) ou en post-équipement ; - Former les nouveaux embauchés à la conduite spécifique des VUL (prise en main, charge, freinage ) ; - Une formation post permis professionnel pour passer du concept de conduite à celui d usage professionnel d un VUL est actuellement en expérimentation ; - Porter une attention spécifique aux produits dangereux : procédure spéciale de reconnaissance, manutention et arrimage. Le Guide de prévention des risques routiers professionnels 19

20 Thème VI : La surcharge du véhicule 1. Questions récurrentes : Comment savoir si un véhicule est en surcharge ou non? Qui de l employeur ou du salarié est en charge de la vérification de la conformité du chargement du véhicule à la réglementation en matière de surcharge? Lequel d entre eux engage sa responsabilité lors de la survenance d un accident inhérent à cette surcharge? 2. Législations applicables : L'article R I du Code de la Route dispose que toutes précautions utiles doivent être prises pour que le chargement d'un véhicule ne puisse être la cause de dommage ou de danger. Chaque conducteur doit s'assurer que son chargement est conforme aux règles en vigueur. 3. Dispositifs de préventions à disposition de l employeur : - Mise en place d un protocole adapté à chaque entreprise : Ce protocole définira les modalités de déroulement des tournées et ainsi assurera une meilleure organisation des tournées. Exemple de protocole :! Définir la charge maximale des différents véhicules! Donner les outils pour évaluer la charge (calcul ou mesure)! Interdire tout dépassement de charge! Définir une marche à suivre en cas de dépassement de cette charge, comme prévoir un voyage supplémentaire ou la mise à disposition d un chauffeur supplémentaire pour effectuer le surplus de livraison...! Instaurer des moyens de contrôles efficaces afin de vérifier l application du protocole - Equiper les véhicules d un témoin de surcharge Le Guide de prévention des risques routiers professionnels 20

Mémo sur la prévention des risques routiers

Mémo sur la prévention des risques routiers Distribution locale Transport en Compte Propre Mémo sur la prévention des risques routiers Au-delà de l enjeu humain important que représente le risque routier pour une entreprise, il peut aussi engendrer

Plus en détail

Responsabilité Civile et Pénale du chef d entreprise. Association Sécurité Routière en Entreprises de Maine et Loire.

Responsabilité Civile et Pénale du chef d entreprise. Association Sécurité Routière en Entreprises de Maine et Loire. Association Sécurité Routière en Entreprises de Maine et Loire Sensibilisation Responsabilité Civile et Pénale du chef d entreprise ou du délégataire 1N 2N Sommaire 1- La réglementation 1-1- La responsabilité

Plus en détail

LES ACCIDENTS DE TRAJET

LES ACCIDENTS DE TRAJET Bien que la Sécurité Sociale assimile l accident de trajet aux accidents du travail en matière d indemnisation, il existe des différences. C est pourquoi il convient de déterminer le régime des accidents

Plus en détail

LES ACCIDENTS DE TRAJET

LES ACCIDENTS DE TRAJET QUATRIEME SEMAINE NATIONALE DES ACCIDENTES DE LA VIE «STOP AUX ACCIDENTS DE TRAJET» Du 13 au 19 octobre 2008 LES ACCIDENTS DE TRAJET FNATH, association des accidentés de la vie - Siège national 47, rue

Plus en détail

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités Continuité d activité Enjeux juridiques et responsabilités Introduction Pourquoi le droit? - Contrainte - Outil de gestion Droit et management de la continuité d activité : 3 niveaux d intervention Dans

Plus en détail

POUVOIRS & RESPONSABILITÉS

POUVOIRS & RESPONSABILITÉS POUVOIRS & RESPONSABILITÉS Page 1/9 Table des matières Table des matières...2 I. Type de responsabilité...3 I.1. Responsabilité Civile...3 I.2. Responsabilité Pénale...3 II. Type d obligation...3 II.1.

Plus en détail

LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX

LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX Par Michel LEDOUX Avocat Associé CABINET MICHEL LEDOUX ET ASSOCIES 10 RUE PORTALIS 75008 PARIS Tél : 01.44.90.98.98

Plus en détail

La responsabilité civile et pénale. Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman

La responsabilité civile et pénale. Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman La responsabilité civile et pénale Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman La responsabilité civile est la conséquence, soit de l'inexécution d'un contrat, soit d'un acte volontaire ou

Plus en détail

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013 RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE MONTPELLIER 27 mai 2013 LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques Le lieu de l activité L âge des participants à l activité La nature de l activité Les

Plus en détail

Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs

Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs La responsabilité d une personne est toujours définie par le juge sur la base de faits précis et circonstanciés. Direction

Plus en détail

Les 5 étapes du management des. risques routiers. pour les entreprises et les collectivités

Les 5 étapes du management des. risques routiers. pour les entreprises et les collectivités Les 5 étapes du management des risques routiers pour les entreprises et les collectivités Qu'est-ce que le C.P.A.T.S.? Le C.P.A.T.S., Centre de Psychologie Appliquée aux Transports et à leur Sécurité,

Plus en détail

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. Montpellier - 13 novembre 2012

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. Montpellier - 13 novembre 2012 RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE Montpellier - 13 novembre 2012 LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques La nature de l activité L âge des participants à l activité Le lieu de l activité

Plus en détail

Les articles modifiés par la loi Macron au 30 janvier 2015

Les articles modifiés par la loi Macron au 30 janvier 2015 Les articles modifiés par la loi Macron au 30 janvier 2015 Pour faciliter lecture, les textes nouveaux ou ajouts à des textes existants figurent en bleu, les suppressions en rouge. Les textes en noir ne

Plus en détail

LE COVOITURAGE PROFESSIONNEL (TRAJET & MISSION) ET SES RESPONSABILITES

LE COVOITURAGE PROFESSIONNEL (TRAJET & MISSION) ET SES RESPONSABILITES LE COVOITURAGE PROFESSIONNEL (TRAJET & MISSION) ET SES RESPONSABILITES Guide à destination des entreprises et de leurs salariés A destination des entreprises et des salariés ovoiturage rofessionnel Le

Plus en détail

Les responsabilités des professionnels de santé

Les responsabilités des professionnels de santé Chapitre 5 : UE6 - Le Droit pharmaceutique Les responsabilités des professionnels de santé Martine DELETRAZ-DELPORTE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) - coordination officieuse au 1 er juillet 2011

30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) - coordination officieuse au 1 er juillet 2011 30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) (coordination officieuse au 1 er juillet 2011 ; modifié par l arrêté royal du 20 juillet 2000 introduction de l

Plus en détail

LES VOITURES DE TOURISME AVEC CHAUFFEUR

LES VOITURES DE TOURISME AVEC CHAUFFEUR PREFECTURE DE LA MANCHE DIRECTION DES LIBERTES PUBLIQUES ET DE LA REGLEMENTATION Bureau de la Circulation LES VOITURES DE TOURISME AVEC CHAUFFEUR Code des transports Articles L 3120-1 à L 3120-5 Articles

Plus en détail

Responsabilité civile et pénale des associations

Responsabilité civile et pénale des associations Responsabilité civile et pénale des associations En engageant une action associative, sachez que le fait de déposer des statuts et donc d adapter les règles de la loi 1901 vous obligent à appliquer la

Plus en détail

RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL

RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL 02/06/2015 En matière de droit du travail, la responsabilité de l employeur peut être engagée dans de nombreuses situations que nous allons examiner ci-dessous.

Plus en détail

RESPONSABILITÉ, SANCTION Introduction: Être responsable de ses actes ET ASSURANCE. Il existe deux types de responsabilité

RESPONSABILITÉ, SANCTION Introduction: Être responsable de ses actes ET ASSURANCE. Il existe deux types de responsabilité Introduction: Être responsable de ses actes Vivre en société exige l existence et le respect de règles visant à garantir la liberté des individus qui la composent, 2 mais aussi à les protéger sur les plans

Plus en détail

Responsabilité professionnelle des Infirmiers

Responsabilité professionnelle des Infirmiers Responsabilité professionnelle des Infirmiers Diplômés s d Etatd Direction des Affaires Juridiques et des Droits du Patient Bureau de la Responsabilité Médicale et du Contentieux des Personnels Emily THIBAULT

Plus en détail

Secourisme en milieu de travail et responsabilité des différents acteurs.

Secourisme en milieu de travail et responsabilité des différents acteurs. 1 Secourisme en milieu de travail et responsabilité des différents acteurs. S. ARTIGNAN 1 (1) assistant en médecine du travail, Ecole d application du service de santé des armées, BP n 1, 00466 - Armées

Plus en détail

La notion d accident de trajet

La notion d accident de trajet La notion d accident de trajet Article juridique publié le 06/02/2015, vu 1161 fois, Auteur : Maître Joan DRAY La notion d accident de trajet est distincte de celle d accident du travail et bénéficie d

Plus en détail

ALCOOL AU TRAVAIL. Sources :

ALCOOL AU TRAVAIL. Sources : 1 ALCOOL AU TRAVAIL Sources : http://www.service-public.fr/actualites/003191.html?xtor=epr-140 http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/f32177.xhtml L'employeur peut autoriser ses salariés à boire

Plus en détail

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives?

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? La pratique sportive est génératrice de risque et d accident matériel ou corporel. C est pourquoi il existe de nombreuses

Plus en détail

Prévention LES ENJEUX DE LA PREVENTION. Infos INTRODUCTION : SOMMAIRE :

Prévention LES ENJEUX DE LA PREVENTION. Infos INTRODUCTION : SOMMAIRE : Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Dordogne - Infos Prévention n 15 Octobre 2010 Infos Prévention LES ENJEUX DE LA PREVENTION SOMMAIRE : LES ENJEUX DE LA PREVENTION Introduction

Plus en détail

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF L ASSOCIATION : Construction humaine, Construction juridique. RAPPEL Un cadre législatif fondamental - article 1 loi du 1 juillet 1901 : «l association

Plus en détail

Les responsabilités civile et pénale de l'élu local. > Observatoire SMACL des risques de la vie territoriale

Les responsabilités civile et pénale de l'élu local. > Observatoire SMACL des risques de la vie territoriale Les responsabilités civile et pénale de l'élu local des risques de la vie territoriale Nombre de poursuites contre les élus locaux, les fonctionnaires territoriaux, et les collectivités territoriales (toutes

Plus en détail

ASSURANCE L assurance est-elle obligatoire et que peut-elle couvrir? responsabilité civile

ASSURANCE L assurance est-elle obligatoire et que peut-elle couvrir? responsabilité civile ASSURANCE L assurance est-elle obligatoire et que peut-elle couvrir? L association peut, dans l exercice de ses activités, causer des dommages, porter atteinte aux intérêts des tiers. L'association est

Plus en détail

L EVALUATION PROFESSIONNELLE

L EVALUATION PROFESSIONNELLE INFODROIT- 22 mars 2011 L EVALUATION PROFESSIONNELLE Dossier préparé et présenté par Lamiel TURLOT, juriste à l UD CFDT Paris SOMMAIRE L évaluation professionnelle, une obligation pour l employeur?...3

Plus en détail

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL FIL D ACTUALITE MAI 2015 PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL Rupture conventionnelle : de nouvelles précisions Dans deux arrêts du 25 mars 2015, la Cour de cassation considère d une part

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES REGLEMENTANT LE PRET DE MAIN- D ŒUVRE ENTRE ENTREPRISES

CONDITIONS GENERALES REGLEMENTANT LE PRET DE MAIN- D ŒUVRE ENTRE ENTREPRISES CONDITIONS GENERALES REGLEMENTANT LE PRET DE MAIN- D ŒUVRE ENTRE ENTREPRISES Le prêt de main d œuvre est pratiqué de longue date dans le secteur du Bâtiment. Il consiste, de la part d un entrepreneur,

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION 1 Document Unique de Délégation Un document qui permet de définir les responsabilités : civiles - pénales Des dirigeants pleinement conscients de leur périmètre de responsabilité,

Plus en détail

RECUEIL N 5 ASSURANCES

RECUEIL N 5 ASSURANCES RECUEIL N 5 ASSURANCES FICHES TECHNIQUES : FTJC N 2007-01 : Glossaire p.3 FTJC N 2007-02 : Les garanties d assurance obligatoire d un Moto Club p.5 FJTC N 2007-03 : Les garanties d assurance complémentaires

Plus en détail

La responsabilité juridique des soignants

La responsabilité juridique des soignants La responsabilité juridique des soignants Les soignants, face à des conditions de travail parfois difficiles et aux aléas de la médecine, songent plus souvent aux risques thérapeutiques qu aux risques

Plus en détail

GMS-Santé 2008 La Responsabilité du médecin du travail

GMS-Santé 2008 La Responsabilité du médecin du travail 1 La responsabilité du médecin du travail Les conséquences juridiques d un statut particulier 2 Intervenante Jocelyne CAYRON Docteur en Droit Maitre de Conférence en Droit Privé Responsable de Master Professionnel

Plus en détail

Atouts Parc, une réponse globale pour vos besoins auto

Atouts Parc, une réponse globale pour vos besoins auto Solutions pour les Entreprises Atouts Parc, une réponse globale pour vos besoins auto D es garanties Responsabilité et Dommages complètes Une Protection Juridique Des garanties d Assistance Des services

Plus en détail

Accident de travail et de trajet (droit privé)

Accident de travail et de trajet (droit privé) Accident de travail et de trajet (droit privé) Fondamentaux Est considéré comme accident du travail, quelle qu'en soit la cause, l'accident survenu par le fait ou à l'occasion du travail à toute personne

Plus en détail

Mise en œuvre de la responsabilité du maire

Mise en œuvre de la responsabilité du maire Mise en œuvre de la responsabilité du maire Les conditions d engagement de la responsabilité du maire relèvent du droit commun de l engagement de la responsabilité des personnes publiques. A ce titre,

Plus en détail

Il s'agit d'un accident survenu dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice des fonctions (art. 57 2 de la loi n 84-53 du 26 janvier 1984).

Il s'agit d'un accident survenu dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice des fonctions (art. 57 2 de la loi n 84-53 du 26 janvier 1984). Agents CNRACL : Accident de service Maladie professionnelle 85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Note d information du 19 juillet

Plus en détail

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois NEWSLETTER SOCIALE M A I 2 0 1 5 A LA UNE L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois La loi du 2 août 2005 a porté la durée des mandats

Plus en détail

Réduire le risque routier Une stratégie pour un utilitaire plus sûr

Réduire le risque routier Une stratégie pour un utilitaire plus sûr DOSSIER DE PRESSE 28 avril 2011 * Réduire le risque routier Une stratégie pour un utilitaire plus sûr Contact presse : L Assurance Maladie Risques Professionnels Marie-Eva PLANCHARD 01 72 60 22 88 marie-eva.planchard@cnamts.fr

Plus en détail

Comité Drôme Ardèche de Badminton Compte-rendu formation Maïf 18 novembre 2014

Comité Drôme Ardèche de Badminton Compte-rendu formation Maïf 18 novembre 2014 Comité Drôme Ardèche de Badminton Compte-rendu formation Maïf 18 novembre 2014 Responsabilités et assurances dans le domaine du sport Présentation de la maïf La Maïf est le 1 er assurées. assureur des

Plus en détail

03 89 20 36 00-03 89 20 36 29 - cdg68@calixo.net - www.cdg68.fr

03 89 20 36 00-03 89 20 36 29 - cdg68@calixo.net - www.cdg68.fr Circulaire n 02/2010 Cl. C 44 Colmar, le 5 janvier 2010 Màj. novembre 2012 C E N T R E d e G E S T I O N d u H A U T - RHIN F O N C T I O N P U B L I Q U E T E R R I T O R I A L E 2 2, r u e W i l s o

Plus en détail

La responsabilité des présidents d A.C.C.A.

La responsabilité des présidents d A.C.C.A. La responsabilité des présidents d A.C.C.A. Bernard MERAUD : Avocat au Barreau de Bourgoin-Jallieu (Assemblée générale FDCI du 26 avril 2014) ---------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Responsabilités. du dirigeant : quels risques pour vous. Nul n est censé ignorer la loi : voilà un

Responsabilités. du dirigeant : quels risques pour vous. Nul n est censé ignorer la loi : voilà un Stratégie du dirigeant R ESPONSABILITÉ SOCIALE ET CIVILE Responsabilités du dirigeant : quels risques pour vous Au fil des années, l entreprise a évolué d une logique économique et citoyenne, vers plus

Plus en détail

CONTRAT DE LOCATION SCOOTER (version 20110604) entre Scenic Tours sprl (propriétaire loueur) et le client/locataire/conducteur qui accepte.

CONTRAT DE LOCATION SCOOTER (version 20110604) entre Scenic Tours sprl (propriétaire loueur) et le client/locataire/conducteur qui accepte. Scenic Tours sprl tel/fax +32-(0)82-21 96 37 Chaussée Romaine, 10 gsm +32-(0)475-24 26 50 B5500 Dinant email info@scenic-tours.be Belgium www.scenic-tours.be TVA: BE 865.731.136 Entreprise n : 0865.731.136

Plus en détail

Habiter. Le travail illégal FICHE 15

Habiter. Le travail illégal FICHE 15 FICHE 15 Habiter Le travail illégal Sont interdits par la loi : > le travail dissimulé : absence de déclarations obligatoires, de remises de bulletin de paie, dissimulation d heures de travail ; > le prêt

Plus en détail

inaptitude quelles sont les obligations?

inaptitude quelles sont les obligations? inaptitude quelles sont les obligations? L inaptitude d un salarié est lourde de conséquences, et impose à l employeur d être très vigilant, qu elle soit ou non d origine professionnelle. La procédure

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE A L ETRANGER

CONVENTION DE STAGE A L ETRANGER CONVENTION DE STAGE A L ETRANGER Entre : L Université Jean Moulin Lyon 3, Etablissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel, Représentée par son Président Monsieur Jacques Comby

Plus en détail

La Responsabilité de l éducateur sportif

La Responsabilité de l éducateur sportif La Responsabilité de l éducateur sportif I / Introduction La pratique sportive engendre des RISQUES et des ACCIDENTS. De nombreux procès surviennent afin de dégager la mise en jeu de la responsabilité

Plus en détail

Responsabilité civile et pénale de l instituteur

Responsabilité civile et pénale de l instituteur Responsabilité civile et pénale de l instituteur 1 Responsabilité civile et pénale de l instituteur Le terme instituteur désigne toute personne mandatée ou agréée par l administration pour assurer un enseignement

Plus en détail

Les responsabilités à l hôpital

Les responsabilités à l hôpital Les responsabilités à l hôpital Pour aller à l essentiel Dans leurs activités de prévention de diagnostic et de soins, les établissements publics de santé et les personnels qui y exercent relèvent principalement

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR APPLICABLE AUX STAGIAIRES

REGLEMENT INTERIEUR APPLICABLE AUX STAGIAIRES REGLEMENT INTERIEUR APPLICABLE AUX STAGIAIRES article 1 Dispositions générales Le présent règlement est établi conformément aux dispositions des articles L 6352-3 et L. 6352-4 et R 6352-1 à R 6352-15 du

Plus en détail

Colloque Table ronde LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE de l employeur, de l encadrement et du salarié EN MATIERE DE RISQUE ROUTIER

Colloque Table ronde LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE de l employeur, de l encadrement et du salarié EN MATIERE DE RISQUE ROUTIER Colloque Table ronde LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE de l employeur, de l encadrement et du salarié EN MATIERE DE RISQUE ROUTIER 1 Les accidents du travail liés à la route, bien que peu fréquents -

Plus en détail

Cadre juridique du recours aux stagiaires en entreprise

Cadre juridique du recours aux stagiaires en entreprise Cadre juridique du recours aux stagiaires en entreprise Jusqu à présent, il n existait aucune définition juridique du stage en entreprise, et ce concept aux contours fuyants pouvait regrouper une grande

Plus en détail

La délégation de pouvoirs

La délégation de pouvoirs La délégation de pouvoirs, est un acte juridique par lequel une personne/autorité (le délégant) se dessaisit d'une fraction des pouvoirs qui lui sont conférés et les transfère à une personne/autorité subordonnée

Plus en détail

La responsabilité pénale dans l entreprise

La responsabilité pénale dans l entreprise La responsabilité pénale dans l entreprise PLATO Le Lieu : CCI Granville. 1 Plan de l intervention Déterminer les zones de risques pénales dans l entreprise. Qui peut voir sa responsabilité pénale engagée?

Plus en détail

1 - Les conditions légales et réglementaires

1 - Les conditions légales et réglementaires LES REMPLACEMENTS 1. Les conditions légales et réglementaires 2. Formalités diverses - obligations 3. Responsabilités du médecin remplacé et du médecin remplaçant 1 1 - Les conditions légales et réglementaires

Plus en détail

Foire aux questions sur le Règlement relatif au parc automobile «Les bons accords font les bons amis!»

Foire aux questions sur le Règlement relatif au parc automobile «Les bons accords font les bons amis!» Foire aux questions sur le Règlement relatif au parc automobile «Les bons accords font les bons amis!» Le règlement relatif au parc automobile est une convention entre l employeur et le travailleur qui

Plus en détail

DÉBARDAGE & SÉCURITÉ ROUTIÈRE MAI 2012

DÉBARDAGE & SÉCURITÉ ROUTIÈRE MAI 2012 Fiche N 8 DÉBARDAGE & SÉCURITÉ ROUTIÈRE MAI 2012 OBJET Cette fiche s'applique exclusivement au domaine public RÈGLEMENTATION DÉFINITION Un chantier de débardage (dépôt de bois, stationnement ou évolution

Plus en détail

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE 1 SOMMAIRE I. NOTION DE RESPONSABILITES A. La responsabilité civile 1. La responsabilité civile délictuelle 2. La responsabilité civile contractuelle B. La responsabilité pénale

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE OBLIGATOIRE EN FRANCE

CONVENTION DE STAGE OBLIGATOIRE EN FRANCE CONVENTION DE STAGE OBLIGATOIRE EN FRANCE Entre : L Université Jean Moulin Lyon 3, Etablissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel, Représentée par son Président,Monsieur Jacques

Plus en détail

LA RESPONSABILITÉ PÉNALE EN CAS D INFRACTION AU CODE DE LA ROUTE AVEC UN VÉHICULE D ENTREPRISE

LA RESPONSABILITÉ PÉNALE EN CAS D INFRACTION AU CODE DE LA ROUTE AVEC UN VÉHICULE D ENTREPRISE LA RESPONSABILITÉ PÉNALE EN CAS D INFRACTION AU CODE DE LA ROUTE AVEC UN VÉHICULE D ENTREPRISE Différence entre véhicule de foncdon et véhicule de service Véhicule de foncdon : mise à disposi,on personnelle

Plus en détail

Règlementation : Notion de Responsabilité

Règlementation : Notion de Responsabilité Question 1 09REG-RE-4-02(1) 1) En terme d obligation, qu est ce qu une obligation de moyen? Donnez un exemple en plongée. (2 points) Le moniteur doit mettre tout en œuvre pour que la plongée se déroule

Plus en détail

A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement

A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement (Extraits) Sur le licenciement : Attendu que la lettre de licenciement, qui fixe les limites du litige, doit être suffisamment

Plus en détail

NOR: SPSS9510404C. (BO Affaires sociales et Santé ) Le ministre de la santé publique et de l'assurance maladie

NOR: SPSS9510404C. (BO Affaires sociales et Santé ) Le ministre de la santé publique et de l'assurance maladie Circulaire n DSS/4B du 06 novembre 1995 relative à la protection en matière d'accidents du travail et de maladies professionnelles des assistantes maternelles et des particuliers qui hébergentà domicile

Plus en détail

Responsabilité pénale de l association

Responsabilité pénale de l association Responsabilité pénale de l association Infractions limitativement définies : Le code pénal prévoit la responsabilité pénale des personnes morales à raison des infractions réalisées pour leur compte et

Plus en détail

RESPONSABILITE ET ASSURANCES

RESPONSABILITE ET ASSURANCES RESPONSABILITE ET ASSURANCES 1 CHAPITRES Pages 1 RESPONSABILITE CIVILE 3 2 RESPONSABILITE PENALE 4 3 DIRIGEANTS D ASSOCIATION ET RESPONSABILITE 4 4 OBLIGATION D INFORMATION DES ASSOCIATIONS SUR LES ASSURANCES

Plus en détail

charte véhicule FA.QXD 19/05/11 13:50 Page 1 Charte véhicule

charte véhicule FA.QXD 19/05/11 13:50 Page 1 Charte véhicule Charte véhicule Préambule La Direction de France Air met à la disposition de ses collaborateurs une charte véhicule : organisation du parc automobile en fonction du statut des commerciaux ou des collaborateurs

Plus en détail

Fiche n 7 : Que faire pour être indemnisé par les assureurs?

Fiche n 7 : Que faire pour être indemnisé par les assureurs? Fiche n 7 : Que faire pour être indemnisé par les assureurs? Les faits ont pu entraîner des dommages matériels, vous avez pu subir des blessures ou la perte d un proche. Vos contrats d assurance ou d assistance

Plus en détail

HOPITAL DE PEDIATRIE ET DE REEDUCATION ROUTE DE LONGCHENE 78830 BULLION

HOPITAL DE PEDIATRIE ET DE REEDUCATION ROUTE DE LONGCHENE 78830 BULLION CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Désignation et adresse de l établissement qui passe le marché : HOPITAL DE PEDIATRIE ET DE REEDUCATION ROUTE DE LONGCHENE 78830 BULLION Objet du marché : Prestations

Plus en détail

I. - LES FAITS NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROCÉDURE SPÉCIFIQUE D URGENCE A.

I. - LES FAITS NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROCÉDURE SPÉCIFIQUE D URGENCE A. MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DU TRAVAIL ET DE LA SOLIDARITÉ Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Sous-direction des formations en alternance et de l insertion des jeunes

Plus en détail

Charte de partenariat Risque Routier Professionnel

Charte de partenariat Risque Routier Professionnel Charte de partenariat Risque Routier Professionnel Entre : La CRAM XXX représentée par et La Préfecture du département YY représentée d'une part, et L entreprise ZZ représentée par d autre part. Il est

Plus en détail

LETTRE D'INFORMATION AU CE - Février 2008 -

LETTRE D'INFORMATION AU CE - Février 2008 - LETTRE D'INFORMATION AU CE - Février 2008 - Que peut demander le ce en février? Au mois de février le CE peut demander à être consulté sur plusieurs points : - communication du bilan du travail à temps

Plus en détail

PER I TURISTI STRANIERI: GUIDARE IN ITALIA. Documents normalement demandés pour conduire une voiture de location en Italie:

PER I TURISTI STRANIERI: GUIDARE IN ITALIA. Documents normalement demandés pour conduire une voiture de location en Italie: Location de voitures Documents normalement demandés pour conduire une voiture de location en Italie: - Permis de conduire en cours de validité, obtenu depuis au moins 1 an, donnant l'autorisation de conduire

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE OBLIGATOIRE Licence Professionnelle «Assistant de Gestion Administrative»

CONVENTION DE STAGE OBLIGATOIRE Licence Professionnelle «Assistant de Gestion Administrative» CONVENTION DE STAGE OBLIGATOIRE Licence Professionnelle «Assistant de Gestion Administrative» Entre : L Université Jean Moulin Lyon 3, Etablissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel,

Plus en détail

BEPECASER. Mercredi 13 mai 2015

BEPECASER. Mercredi 13 mai 2015 MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR BEPECASER ÉPREUVE DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES Mercredi 13 mai 2015 Question 1 A Tout dépassement est interdit aux traversées de voies ferrées non munies de barrières ou de demi-barrières.

Plus en détail

Atouts Parc, une réponse globale pour vos besoins auto

Atouts Parc, une réponse globale pour vos besoins auto Solutions pour les Entreprises Atouts Parc, une réponse globale pour vos besoins auto Des garanties Responsabilité et Dommages complètes Une Protection Juridique Des garanties d Assistance Des services

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Avantages en nature

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Avantages en nature Avantages en nature Textes de référence : Arrêté du 10 décembre 2002 relatif l évaluation des avantages en nature en vue du calcul des cotisations de sécurité sociale. Observation préalable : Afin d accompagner

Plus en détail

GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS. Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS

GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS. Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS De plus en plus d entreprises, par exemple les sociétés de dépannage

Plus en détail

L ASSURANCE FÉDÉRALE

L ASSURANCE FÉDÉRALE L ASSURANCE FÉDÉRALE SOMMAIRE I. L assurance en responsabilité civile II. Les garanties protection pénale et recours III. L assurance accidents corporels I. L ASSURANCE EN RESPONSABILITÉ CIVILE LE CADRE

Plus en détail

Les motifs de saisine de la commission de réforme

Les motifs de saisine de la commission de réforme Accueil > CDG71 > Santé au travail > Commission de réforme > Les motifs de saisine de la commission de réforme Les motifs de saisine de la commission de réforme Dernière modification le 22/07/2013 L'accident

Plus en détail

Comment établir un Plan de Prévention du Risque Routier?

Comment établir un Plan de Prévention du Risque Routier? Comment établir un Plan de Prévention du Risque Routier? RADARR (Recueil d informations Appliqué aux Données Afférentes au Risque Routier) Préambule Prévenir le risque routier est un véritable enjeu économique

Plus en détail

Dispositions pénales Loi du Bien-être et Code Code pénal social 1/5

Dispositions pénales Loi du Bien-être et Code Code pénal social 1/5 Dispositions pénales Loi du Bien-être et Code Code pénal social 1/5 Code pénal social Application sur la Loi et le Code du Bien-être au travail Dispositions pénales de la Loi du Bien-être de 1996 Les articles

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) Circulaires de la Direction des affaires criminelles Signalisation des circulaires du 1 er avril au 30 juin 2006 Circulaire

Plus en détail

Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011

Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011 Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011 relatif à l exigence d une assurance de responsabilité civile pour dommages directs ou indirects sous peine de résiliation du contrat La Commission interprofessionnelle

Plus en détail

Coach motive est un organisme de formation professionnel indépendant dont le siège social est au 1 allée des 4 sous 95160 Montmorency

Coach motive est un organisme de formation professionnel indépendant dont le siège social est au 1 allée des 4 sous 95160 Montmorency I PRÉAMBULE Coach motive est un organisme de formation professionnel indépendant dont le siège social est au 1 allée des 4 sous 95160 Montmorency Coach motive est déclaré sous le numéro de déclaration

Plus en détail

La prise illégale d intérêts

La prise illégale d intérêts La prise illégale d intérêts Valeurs sociales protégées : Il s agit simplement de préserver, d une part, la probité dans la gestion des affaires publiques en respectant le vieil adage " nul ne peut servir

Plus en détail

Maîtriser le risque routier dans votre entreprise

Maîtriser le risque routier dans votre entreprise Maîtriser le risque routier dans votre entreprise De nombreux salariés utilisent un véhicule dans le cadre des missions que leur confie l employeur (le cadre, le commercial ou l agent technique qui rejoignent

Plus en détail

Exemple d une Car Policy

Exemple d une Car Policy YFG106 part1 FR c 11/12/07 11:01 Page 19 LA CAR POLICY Exemple d une Car Policy Car policy : Convention de mise à disposition d une voiture de société à titre professionnel. Au travers d un exemple pratique

Plus en détail

Principaux textes de référence :

Principaux textes de référence : Principaux textes de référence : Loi n 2006396 du 31 mars 2006 pour l égalité des chances (article 9 et 10). Décret n 2006757 du 29 juin 2006 portant application de l art.10 de la loi n 2006396 du 31 mars

Plus en détail

Guide. d ivresse. de gestion de la crise. en entreprise

Guide. d ivresse. de gestion de la crise. en entreprise Guide de gestion de la crise d ivresse en entreprise L IVRESSE SUR LES LIEUX DE TRAVAIL Ce guide pratique se veut un outil répondant aux besoins exprimés par les entreprises. Il répond uniquement à la

Plus en détail

Veille législative et règlementaire

Veille législative et règlementaire Veille législative et règlementaire Veille juridique mars 2015 Élus locaux : statut protecteur pour ceux qui conservent une activité professionnelle La loi du 31 mars 2015, visant à faciliter l exercice,

Plus en détail

LES RISQUES ROUTIERS EN MISSION

LES RISQUES ROUTIERS EN MISSION LES RISQUES ROUTIERS EN MISSION DEPUIS 10 ANS LES ACCIDENTS DE LA CIRCULATION LIÉS AU TRAVAIL REPRÉSENTENT : 54 à 59% des accidents mortels du travail 23 à 25% des accidents avec incapacité permanente

Plus en détail

LA SECURITE ROUTIERE et l ASSR

LA SECURITE ROUTIERE et l ASSR LA SECURITE ROUTIERE et l ASSR Introduction: - Les accidents de la route constituent la première cause de mortalité chez les jeunes de 15 à 24 ans. - C'est entre 14 et 18 ans qu'il y a le plus de cyclomotoristes

Plus en détail

Chapitre Ier : Qualifications.

Chapitre Ier : Qualifications. G / Vte fds comm forma Décret n 98-246 du 2 avril 1998 relatif à la qualification professionnelle exigée pour l'exercice des activités prévues à l'article 16 de la loi n 96-603 du 5 juillet 1996 relative

Plus en détail

Obs. : Automaticité de la pénalité de l article L. 211-13 C. ass. : la victime n a aucune demande à formuler

Obs. : Automaticité de la pénalité de l article L. 211-13 C. ass. : la victime n a aucune demande à formuler Cass. crim., 18 mars 2014, n 12-83.274 Assurance automobile Offre d indemnité Pénalité en cas d offre tardive et insuffisante Doublement du taux de l intérêt légal Absence de demande d indemnisation de

Plus en détail