Soins infirmiers en Neurologie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Soins infirmiers en Neurologie"

Transcription

1 BACHELIER EN SOINS INFIRMIERS e 2 Année Année académique Soins infirmiers en Neurologie Madame Vanbrabant Institut Supérieur de Soins Infirmiers GALILEE rue Royale Bruxelles tél

2 BACHELIER EN SOINS INFIRMIERS 2 ème année Année académique Principes généraux de santé, de soins infirmiers spécialisés et exercices didactiques Soins Infirmiers aux adultes Soins infirmiers en neurologie Mme Vanbrabant 1

3 Plan du cours : 1. Soins infirmiers au patient atteint de la maladie de Parkinson 2. Soins infirmiers au patient atteint d un AVC 2

4 1. Soins Infirmiers au patient atteint de la maladie de Parkinson La maladie de Parkinson est la maladie neurodégénérative la plus fréquente après la maladie d Alzheimer. Elle est présente sur les cinq continents et apparaît généralement vers ans. 1 à 2% des français de plus de 65 ans sont victimes de la maladie de Parkinson et 3,4 % des plus de 75 ans sont atteints. Le taux de mortalité des parkinsoniens est presque similaire à celui de la population générale Physiopathologie : Le cerveau est constitué de plusieurs dizaines de milliards de cellules appelées «neurones». L influx nerveux se déplaçant à l intérieur d un neurone est de nature électrique. La communication entre les deux neurones fait appel à des phénomènes biochimiques qui se produisent au sein d une structure appelée synapse Les neurones communiquent entre eux par l intermédiaire de la fente synaptique, minuscule espace franchi sous certaines conditions. Lorsqu un influx électrique atteint la terminaison d un axone du neurone émetteur, des neuromédiateurs sont libérés et se lient à des récepteurs post-synaptiques présents sur les dendrites du neurone récepteur. Il y a plus de 50 neurotransmetteurs: acétylcholine, noradrénaline, dopamine, sérotonine, 3

5 Contexte spécifique : Le cervelet situé sous le cerveau, en arrière du tronc cérébral, comprend entre autres: o La substance noire où se disséminent les noyaux gris centraux o La substance blanche Les noyaux gris font partie de la voie extra-pyramidale. Ces différents noyaux sont unis entre eux et chacun est en relation avec le cortex cérébral en haut et la moelle épinière et le neurone moteur en bas. Rôle des noyaux gris : Ils agissent sur l activité motrice et plus particulièrement sur la régulation du tonus musculaire et l élaboration des mouvements automatiques non soumis à la volonté, comme par exemple, le clignement des yeux ou le balancement des bras pendant la marche. Le neurotransmetteur est la Dopamine. Dans la maladie de Parkinson : Les neurones qui composent la substance grise disparaissent progressivement. 4

6 Il y a diminution de la production de dopamine suite à la perte progressive des neurones des noyaux gris centraux. Critères de diagnostic de la maladie de Parkinson : Examen clinique Tremblement de repos de faible fréquence Bradykinésie Rigidité et bonne réponse initiale à la L- Dopa Ces symptômes résultent du dysfonctionnement puis de la dégénérescence des neurones dopaminergiques de la substance noire, avec formation d inclusions nommées corps de Lewy dans ces neurones Examens diagnostiques: Scintigraphie du système dopaminergique (DaTSCAN) Résonance magnétique Présence aussi de symptômes non moteurs : Troubles du sommeil paradoxal Troubles sensitifs (perte de l odorat) Constipation opiniâtre Ces symptômes peuvent précéder de dizaines d années l apparition de signes moteurs qui, eux, n apparaissent que lorsque plus de 50% des neurones dopaminergiques sont perdus 4 phases d évolution de la maladie : Le stade de début problèmes liés à l annonce du diagnostic Le stade d état apparition d une rigidité significative fin progressive de la «lune de miel» (période d excellente réponse aux médicaments) Le stade avancé grandes fluctuations, gênant la qualité de vie effets secondaires des médicaments (hypotension, hallucinations, apparition de symptômes axiaux, type dysarthrie, dysphagie, freezing à la marche). Le stade palliatif (alitement, démence) 5

7 Vécu du patient aux différents stades : 1. Stade de début ou annonce du diagnostic d après J-E Vanderheyden et D. Bouillez Vécu comme un choc puissant et une sensation d écrasement (représentation mentale du vécu de la maladie de Parkinson à travers le vécu des autres et les images traditionnellement rapportées et souvent pénibles) Anxiété persistante et questionnement du patient Quelle invalidité va- t il en découler et quand? Quelle charge serai-je pour les autres? Quid de mon emploi et de mon emploi du temps? Le patient passera classiquement par les phases du deuil (de la santé) reprises par Elisabeth Kübler-Ross Phase de déni Multiples consultations Phase de révolte Avec une hypersensibilité à la frustration Phase de marchandage Où le patient veut paraître normal malgré son affection ce qui nécessite un recadrage avec beaucoup d écoute Phase de dépression avec désinvestissement Phase d acceptation (retrouvant des projets cohérents en fonction du handicap) 2. Phase d état L effet «lune de miel» s éteint progressivement le patient ressent de plus en plus l aspect akinéto-rigide, sensation d»emmurement» Difficultés à se mouvoir (diminution des déplacements, loisirs, voyages) Difficultés à entrer en contact avec son entourage (lenteur dans la conversation) 6

8 3. Phase avancée de l affection : Au plan moteur: a. Phases «on» et «off» b. Moindre réponse clinique aux médicaments c. Instabilité posturale, chutes (Nécessite aides techniques par canne, rolator) (Impact important sur l image de soi, patient se sent de plus en plus démuni) Au plan non moteur: Présence de symptômes respiratoires, digestifs, urinaires (incontinence nécessitant mesures de protection) Dysarthrie (rendant la communication plus difficile) Dysphagie (lourdeur de prise en charge des repas) Effets secondaires des médicaments: troubles psycho-hallucinatoires et /ou hypotensionnels Caractéristiques cliniques des périodes «off» : Alternance de périodes «on» où le patient démontre un net soulagement des signes parkinsoniens (bonne mobilité et contrôle des tremblements), avec des périodes «off» où ceux-ci réapparaissent sous forme de tremblements, rigidité, akinésie. Ces périodes «off»(blocages ) apparaissent de manière progressive, d abord à la fin d une dose médicamenteuse (akinésie de fin de dose) le patient, en connaissant les symptômes annonciateurs peut anticiper le blocage en instaurant une médication d appoint afin de réaliser une «soudure»entre 2 périodes En phase d état : Phénomènes «on-off» imprévisibles. Plus de relation avec la prise médicamenteuse, ce qui handicape davantage les patients qui perdent confiance en leurs moyens et n osent plus avoir des activités extérieures Symptômes : Akinésie Défaut d initiation de mouvements automatiques et volontaires Non pas privation du mouvement mais allongement du temps d exécution du mouvement (lenteur des mouvements volontaires et diminution des mouvements automatiques). Le visage est impassible, inexpressif. Les paupières clignent rarement Lors de la marche, le balancement d un des deux bras est diminué Le mouvement peut être effectué quand l attention et la motivation du patient sont suffisantes Les mouvements sont difficiles (sortir d une voiture, se retourner dans son lit, écrire, boutonner une veste, lacer des chaussures ) 7

9 La voix est assourdie et monotone, apparition de palilalie (répétition d un ou de plusieurs mots) La rigidité, l hypertonie La rigidité est la conséquence d une insuffisance du relâchement musculaire Siège: colonne vertébrale - nuque- dos- épaules douloureuses responsables de la posture du patient -> buste penché en avant -> dos voûté -> genoux et hanches légèrement pliés La marche se fait à petits pas, sans souplesse, avec départ lent, accélération progressive et chutes fréquentes Tremblements : Un patient sur cinq n en sera jamais affecté Ou ne sera affecté que d un seul côté du corps, les deux parfois au bout de 5 à 10 ans. Tremblements de repos, disparaissant au mouvement volontaire et pendant le sommeil, mais s intensifiant à l émotion, la fatigue, le stress. Tremblement distal atteignant de préférence le membre inférieur Autres troubles liés à des anomalies du système nerveux autonome ou végétatif Troubles digestifs: Hypersalivation due à une perte des mouvements autonomes de déglutition liés à l akinésie La mastication peut nécessiter des efforts 8

10 Constipation: selles rares, 1à 2 fois par semaine, petites, dures. l akinésie induit une baisse de l activité physique et un relâchement des muscles de la paroi abdominale par manque d exercices. Amaigrissement: conséquence d une alimentation insuffisante en cas de troubles de la déglutition Troubles génito-urinaires: Difficultés urinaires: Affaiblissement des muscles de la vessie Diminution du temps d alerte Vidange incomplète de la vessie Pollakiurie Troubles vasculaires: Hypotension orthostatique Œdème suite à la stase circulaire due à l akinésie Troubles psychiques: Fréquence de la dépression Anxiété avec répercussion sur le sommeil Vivacité d esprit émoussée Troubles de la mémoire Pas de détérioration intellectuelle Traitement médicamenteux : En 1 ère intention, au début de l affection : Neuroprotecteurs et Neuropréventifs Ralentissent la perte des neurones dans la substance grise Les agonistes dopaminergiques (ex: Ropinirole) Net retardement des dyskinésies) 9

11 Évitent les effets secondaires à moyen terme de la L-Dopa) et soulagent les symptômes Les IMAO-B (inhibiteurs de monoamine oxydase) ex: Rasagiline Diminution de 38% de la maladie (délai moyen de l introduction d un agoniste 1,6 ans et de la L-Dopa : 4,2 ans (Olanow, 2009) La médication antiparkinsonienne cherche à rétablir l équilibre dopamine-acétylcholine au niveau des noyaux gris. En réduisant l hypercholinergie centrale par les anticholinergiques (Akinéton, Artane,Tremblex) Et/ou en restaurant le tonus dopaminergique par la Dopa ou par les agonistes dopaminergiques (Parlodel, Permax, Apomorphine) Dopa (Propopa 125,Prolopa 250, Sinemet) Passe la barrière hémato-méningée et est transformée dans le neurone nigré en dopamine Effets spectaculaires sur le tremblement, la rigidité, l akinésie. Après quelques années d excellents résultats avec des doses faibles à moyenne, problèmes de résistance secondaire, perte d efficacité Après 10 ans d utilisation, existence d effets secondaires perturbants: fluctuations motrices, effets psychiques (hallucinations, désorientation, confusion) Traitements symptomatiques Visent à corriger certains symptômes gênants tels que constipation, sialorrhée, douleurs, séborrhée, Impact de la maladie sur la vie journalière des patients : (étude Finley 2002) Pénibilité de la maladie et problèmes ressentis après 5 à 10 ans d évolution Sensation de fatigue 92% Difficulté d écriture 86% Tremblement (souvent ou toujours) 78% Aspect dépressif avec tristesse et sentiment de dévalorisation 78% Difficultés à se promener hors de la maison 76% 10

12 Pénibilité de la maladie et problèmes de la vie Problèmes d équilibre et haut risque de chute 73% Restriction de la qualité de la vie en raison des effets secondaires des médicaments 65% Impact de la maladie sur les conjoints des patients Parkinsoniens (Etude Compas, 2001) Au-delà des 1ères années de lune de miel pendant lesquelles le traitement produit ses effets maximaux Le conjoint consacre au malade en moyenne 8h /jr et pour 25% d entre eux 10h /jr Il est le pivot de la prise en charge du malade Il ne s accorde que 5H/semaine d activités sociales ou de loisirs Les ressentis les plus gênants par le conjoint sont: La lenteur des mouvements / la difficulté à la marche / la difficulté à écrire / la fatigue/ l anxiété 39% ont recherché une aide extérieure pour les soulager des tâches quotidiennes, 23% estiment que la maladie a dégradé les relations de couple Plan de soins du patient atteint de la maladie de Parkinson : (L-J Carpenito) Cp: Syndrome du traitement à la levodopa à long terme Expliquer les effets attendus: amélioration de la bradykinésie puis de la rigidité. Le tremblement s atténue au bout de plusieurs semaines ou mois. Aider à la gestion du traitement Respect des heures de prise Observation des fluctuations de la motricité (akinésie de fin de dose) Observation des effets secondaires + heures où ils se produisent (Ex: somnolence, chutes, variation de TA, cris la nuit,..) Informer des effets secondaires tardifs : Hypotension orthostatique Mouvements involontaires anormaux 11

13 Hallucinations Expliquer au patient et à sa famille l alternance des phases «on» et «off»; Fluctuations entre un état sans symptômes et un état présentant des symptômes parkinsoniens graves Evaluer les connaissances relatives aux précautions diététiques Eviter les aliments riches en pyridoxine(porc, bœuf, foie, bananes, jaunes d œuf) Attendre 45 avant de manger après avoir pris de la lévodopa Privilégier les protéines au repas du soir Si une fenêtre thérapeutique a été programmée, expliquer le programme, ses motifs et les réponses espérées Réduction progressive de la dose de lévodopa entrainant une augmentation de l immobilité et de la rigidité musculaire But :resensibilisation des récepteurs de dopamine Prévenir les complications d exacerbation des symptômes (voir DI) Diagnostics infirmiers : Altération de la communication verbale liée à une dysarthrie résultant d un défaut de coordination des muscles de la parole Altération de la mobilité physique liés aux effets de l hypertonie musculaire et de la bradykinésie Risque d accident lié à l instabilité de la démarche, aux hypotensions Risque de constipation Alimentation déficiente liée aux difficultés de mastication et de déglutition Estime de soi perturbée Risque de tension dans l exercice du rôle de l aidant naturel 12

14 Diagnostics infirmiers (exemples d interventions) Altération de la mobilité physique Apprendre au client à marcher en se tenant droit, en regardant vers l horizon, pieds séparés, si bloqué (pas de parade) Recommander de pratiquer des exercices 3 à 5X/ sem 30 par jour. Inclure les membres de la famille et les proches dans l apprentissage Rejoindre des groupes d exercices ou avoir un programme spécialisé Discuter des stratégies qui permettront de maintenir le plus d indépendance possible Altération de la communication verbale Expliquer les bénéfices d une pratique journalière d exercices d amélioration du langage Pratiquer les exercices en face d un miroir (expressions du visage: sourire, froncer les sourcils, rire, siffler, gonfler les joues,..) Prononcer les mots en séparant les syllabes Prononcer une phrase plusieurs fois et accentuer un mot différent à chaque fois 13

15 Soins infirmiers au patient atteint d un accident vasculaire cérébral Quelques chiffres : Chaque année, quelque Belges sont victimes d'un AVC en décèdent dans le mois qui suit et 6000 sont atteints d'invalidité permanente. Un patient déjà victime d'un AVC sur deux connaît une récidive dans les 5 ans 70 pc ont des difficultés d'élocution; 30 pc ont besoin de soins médicaux; 20 pc ont besoin d'aide pour se déplacer; 15 pc sont admis dans une maison de repos. Les facteurs de risque associés de façon significative à l'avc : L âge: dès 55 ans, le risque double tous les 10 ans. pression artérielle élevée (>160/90 mm Hg) (risque multiplié par 7) Le diabète (risque multiplié par 2) L hypercholestérolémie Tabagisme (risque multiplié par 2) obésité abdominale sédentarité Consommation d alcool en quantité importante stress et dépression troubles cardiaques (FA). Une étude faite sur 6000 personnes montre que cinq facteurs représentent plus de 80 % du risque global d'avc : hypertension, tabagisme, obésité abdominale, régime alimentaire et sédentarité.* Ces constats attirent l attention sur l importance de la prévention, c est-à-dire la correction des facteurs de risque avant la survenue d une lésion cérébrale Ainsi contrôler efficacement l hypertension artérielle diminue le risque de 35 à 40%. *Etude Interstroke, présentée au Congrès mondial de cardiologie de Pékin, menée sur personnes, dans 22 pays, de 2007 à

16 La lésion cérébrale entraîne des déficiences variées. * Si le déficit moteur est le plus habituel, d'autres troubles sont observés : * troubles de la sensibilité * atteintes variées des fonctions cognitives (langage, compréhension, mémoire, perception du temps et de l'espace...). Eléments d anatomo-physiologie : Le cortex cérébral renferme dix milliards de neurones interconnectés entre eux Cependant certaines zones du cerveau sont spécialisées dans certaines fonctions. Lobe frontal (le plus volumineux du cerveau humain) Motricité volontaire Programmation motrice Langage (expression surtout) Planification, organisation intellectuelle Convenances sociales, comportement Lobe pariétal : Sensibilité - Langage (compréhension surtout)- Fonctions visuo-spatiales Lobe temporal : Audition - Langage - Mémoire Lobe occipital : vision 15

17 * Les aires primaires (motrice, sensitive, visuelle,..) reçoivent des informations (perception) qu ils transmettent ensuite à des aires adjacentes (secondaires et tertiaires) qui l intègrent et l analysent. * Le carrefour temporo-pariéto-occipital comprend des aires associatives au niveau desquelles sont intégrées les diverses informations issues des aires primaires, secondaires et tertiaires. * Ces aires associatives permettent une information hautement élaborée à partie des informations sensitives, sensorielles et intellectuelles. * La majorité de ces voies nerveuses sont croisées c'est à dire que les voies de la sensibilité de la moitié du corps gauche sont ressenties par l'hémisphère cérébral droit et inversement, de même la commande de la moitié du corps gauche est sous la dépendance de l'hémisphère cérébral droit et inversement. * Le «cerveau» gauche est le dominant chez un droitier, le droit chez un gaucher. * Ainsi chez le droitier, c'est le cerveau gauche qui va héberger le centre de la parole et les raisonnements de type mathématiques, alors que le droit sera plutôt celui du sens artistique et de l'intuition. L infarctus cérébral: Définition: Est la conséquence d une privation de sang dans un territoire plus ou moins étendu et les conséquences cliniques de cette ischémie seront liée à l importance et au nombre de structures cérébrales intéressées. 16

18 Mécanisme et lésions responsables: 2 modes d occlusion artérielle: une embolie et une thrombose L embolie survient habituellement sur une artère saine et est due à la migration d un embole transporté par le courant sanguin. Les emboles sont donc des caillots de sang provenant des cavités cardiaques ou d une artère en amont. Souvent les emboles se délitent et on observe une reperméabilisation de l artère Accident ischémique transitoire : L occlusion est transitoire ; la souffrance ischémique ne sera pas durable et la symptomatologie disparaîtra L infarctus cérébral: * La thrombose survient sur une paroi artérielle altérée, le plus souvent par des plaques d athérome qui rétrécissent la lumière du vaisseau. En cas de sténose importante du diamètre de l artère, un caillot peut se former «in situ» et occlure l artère. L hémorragie cérébrale: * Les hématomes cérébraux (10% des AVC) ou hémorragies méningées ( 5% des Avc) se produisent suite à la rupture d un microanévrysme, un traumatisme, ou une malformation artérielle. - En cause souvent l hypertension artérielle. 17

19 - Diagnostic d un hématome cérébral: - Installation rapidement progressive - Troubles neurologiques ne correspondant pas à un territoire vasculaire - Troubles de la vigilance fréquents - Céphalées - Possible crise comitiale (épilepsie) - Hyperdensité spontanée sur le scanner cérébral précoce correspondant au sang AVC - Les examens diagnostiques : Ils affirment le diagnostic et précisent le mécanisme. Le scanner : réalisé en urgence, il différencie AVC ischémique (par obstruction d'un vaisseau) et AVC hémorragique, précise le siège, l'étendue et le retentissement de la lésion cérébrale. L'Imagerie par Résonance Magnétique (IRM) est rarement nécessaire. mais parfois utile dans certaines localisations (tronc cérébral). D'autres examens précisent le mécanisme de l'accident vasculaire cérébral: * explorations artérielles par des méthodes non invasives (doppler et échodoppler pulsé) * Angiographies (explorations artérielles radiologiques) indispensables si l'on suspecte une malformation vasculaire, car elle visualise la malformation et parfois permet son traitement grâce aux techniques d'embolisation (par la sonde utilisée) * examens cardiaques qui recherchent une cardiopathie emboligène, une hypertension artérielle. 18

20 Pronostic: 20 à 30 % des personnes victimes d un AVC décèdent dans le 1 er mois 25% des personnes atteintes en réchappe sans handicap Pour la plupart des patients, l AVC signe cependant le début d une nouvelle vie où ils doivent faire face à des handicaps plus ou moins importants Les lésions: Troubles moteurs: Perte du contrôle volontaire des mouvements. La paralysie d un hémicorps est complète, elle s installe en quelques minutes ou quelques heures. Les muscles sont flasques; puis, en quelques jours, certains muscles vont retrouver une certaine tonicité et une contractilité partielle, mais cette motricité est altérée: Troubles du tonus: mouvements grossiers et sans précision. Mouvements fins, isolés, impossibles Résistance à l'étirement des muscles (spasticité) qui donne l'attitude caractéristique de l'hémiplégique : flexion du membre supérieur, main fermée extension du membre inférieur Les muscles ne présentent aucune pathologie, c est la commande cérébrale qui est déficitaire Troubles sensitifs: Les troubles de la sensibilité peuvent passer inaperçus. Le patient se plaint rarement spontanément que «sa main est comme endormie». La diminution de la sensibilité peut être plus ou moins importante (hypoesthésie ou anesthésie), due à la lésion des voies sensitives cérébrales. 19

21 Cette diminution de la sensibilité a pour conséquences une diminution des performances: une main peu sensible est peu efficace. Un patient qui a récupéré correctement au niveau de la motricité, garde une main peu sensible, il s en servira peu par manque de contrôle sur ce qu il saisit. Il ne sait s il tient un objet correctement ou non; il risque de l écraser car in ne sait pas doser sa force. Il préfèrera utiliser sa main saine. Cette diminution de la sensibilité a pour conséquences: Un risque de lésion: Le patient n est pas correctement renseigné sur la position de son pied dans l espace. Lorsqu il marche, il risque de mal le positionner, de le mettre en bascule vers l extérieur avec risque d entorse. Ou si le patient ne s aperçoit pas que son pied est coincé sous la chaise roulante ou que sa main pend, il risque de se blesser dans les rayons de sa chaise roulante. Les fonctions supérieures Aphasie (troubles du langage) Le patient n arrive plus à utiliser le langage comme moyen de communication et comme moyen de représentation symbolique: il ne peut s exprimer oralement ou par écrit de façon intelligible: c est l aphasie motrice Caractéristiques de l aphasie motrice: réduction du lexique expression orale fluide et abondante mais de signification amoindrie par un usage inapproprié des mots et des phonèmes (fourchette pour cuillère, sable pour table, rhutamisme pour rhumatisme) ou liée au hasard. jargon dont le patient ne prend pas conscience; le patient pense utiliser un langage correct et s étonne de ne pas être compris, ce qui entraîne de sa part agacement, énervement et parfois colère. Il vaut mieux expliquer au patient qu on ne le comprend pas plutôt que de le laisser persévérer dans son jargon. 20

22 L aphasie est un véritable trouble de l utilisation du langage, à distinguer de la dysarthrie (trouble de l articulation souvent présente chez l hémiplégique suite à la parésie ou la paralysie faciale et buccale) En cas de dysarthrie, le patient garde une parfaite compréhension du langage oral et écrit mais est parfois difficile à comprendre en raison d une articulation difficile Agnosie : Troubles de la reconnaissance des objets. Hémiasomatognosie: la somatognosie représente la connaissance de son corps et de son schéma corporel. Le patient asomatognosique, n arrive plus à désigner les parties de son corps ou de son hémicorps. Agnosie spatiale unilatérale ou Héminégligence : Apraxie : Le patient ignore tout ce qui se passe dans l hémi espace correspondant au côté plégique (le plus souvent gauche) et manifeste peu d intérêt pour cet hémi espace, sans que cela soit dû à un défaut de vision. Ex: le patient se cogne aux chambranles de portes, ne lit que la moitié des mots, ne mange que la moitié droite de son assiette Le patient éprouve des difficultés ou n arrive pas à accomplir des gestes. La commande motrice de chaque muscle prise individuellement est bonne, mais quand on lui demande de faire un geste bien précis, il n y arrive pas. Troubles de la mémoire Réduction de la mémoire Ce qui oblige l entourage à limiter à un seul élément son intervention auprès du malade. Perte de la faculté de mémorisation, tandis que les souvenirs anciens sont bien conservés. Le patient pense qu il exerce encore le métier d il y a dix ans ou qu il habite à son ancienne adresse. Persévération * Après avoir exécuté une consigne, le patient répète les mêmes gestes aux consignes suivantes Impulsivité, adynamie, dépression, émotivité 21

23 * Les troubles des fonctions supérieures peuvent laisser des séquelles neuropsychologiques souvent très invalidantes dont le patient ne prend pas toujours conscience et auxquelles les proches n attachent pas toujours suffisamment d importance au début de la rééducation. Troubles de la vision A long terme, les séquelles neuropsychologiques sont beaucoup plus invalidantes que les séquelles motrices. En effet, un patient qui doit se déplacer en chaise roulante mais qui n a pas de séquelles neuropsychologiques peut reprendre ses activités socio-familiales ou même professionnelle s pour autant que l on rende son environnement accessible à la chaise roulante. Ce qui n est pas aisé pour un patient présentant des troubles de la mémoire, de la concentration, de l adynamie, de l irritabilité,..) L arrangement des fibres nerveuses qui transmettent les images de l œil vers le cortex occipital est tel qu une lésion sur le trajet de ces fibres peut priver le cerveau des images venant d un hémi champ visuel (moitié gauche ou droite de l ensemble des images arrivant normalement au cerveau) : on parle d hémianopsie Le patient qui regarde devant lui ne voit que la moitié droite ou gauche de son environnement visuel Troubles de la déglutition Dysphagie due à des lésions au niveau du tronc cérébral. Evolution favorable dans la grande majorité des cas. Prise en charge de l AVC en phase aigüe (L-Juall Carpenito Plan de soins et dossier infirmier) En unité de prise en charge aigüe: «Stroke unit» Complications aigues: * Augmentation de la pression intracrânienne et/ ou extension de l hémiplégie * Crises convulsives * Atélectasie, pneumonie de stase * Détresse respiratoire aigüe * Hémorragies gastro-intestinales * TVP 22

24 Interventions de collaboration : CP : Augmentation de la pression intracrannienne Vérifier par l échelle de Glasgow si la personne est capable d intégrer des ordres par des mouvements volontaires ou involontaires ( score de 3 (coma profond) à -> 15 (personne consciente)) * Réaction d ouverture des yeux: spontanée, réaction à des stimulis auditifs, à des stimulis douloureux ou absence de réaction * Réaction motrice: obéit aux ordres verbaux, localisation de la douleur, flexionretrait, flexion-décortication, extension-décérébration ou absence de réaction * Réaction verbale : Orientation spatio-temporelle et capacité à reconnaître les personnes ; conversation confuse, mots impropres; sons incompréhensibles ou absence de réaction Echelle de Glasgow :Ouverture des yeux Réponse verbale 1 - nulle 1 - nulle 1 - nulle 2 - à la douleur 2 - incompréhensible 3 - à la demande 3 - inappropriée Réponse motrice 2 - Extension stéréotypée (rigidité décérébrée) 3 - flexion stéréotypée (rigidité de décortication) 4 - spontanée confuse 4 - évitement 5 - normale 5 - orientée 6 - aux ordres Interprétation : 15 : Tout va bien 14 à 10 : Somnolence ou Coma léger 9 à 7 : Coma lourd 6 à 3 : Coma profond ou mort cérébrale 23

25 Décérébration réaction au stimuli douloureux : mouvement d'enroulement des membres supérieurs et extension des membres inférieurs + flexion plantaire Décortication réaction au stimuli douloureux : flexions lentes des membres supérieurs (triple flexions) et extension des membres inférieurs Évitement flexion rapide, mais non orientée, face à la stimulation douloureuse Surveiller les signes et symptômes de l hypertension intracranienne Vérifier les changements au niveau des signes vitaux Bradycardie ou tachycardie Irrégularités respiratoires, épisodes d apnées Augmentation de la Ta ou de la différentielle Evaluer les réactions pupillaires Évaluer le diamètre et la réaction à la lumière + comparer Examiner si les yeux bougent de façon symétrique Evaluer la faculté des yeux à exécuter des mouvements d adduction et d abduction * (Les modifications du pouls peuvent indiquer une pression au niveau du tronc cérébral * Une respiration de type Cheynes-Stockes signe une lésions des 2 hémisphères * Les changements de TA systolique ou de différentielle signent une hypoxie grave) * Les changements de diamètre des pupilles indiquent une pression sur les nerfs oculo-moteurs * Les nerfs craniens commandent les mouvements des yeux) Noter la présence de: Vomissements Céphalées (constantes ou aggravées par le mouvement et l effort) Changements dans l état de conscience (léthargie, agitation,..) 24

26 Surélever la tête du lit de 15 à 30. Eviter les changements rapides de position Favoriser ambiance calme, éclairage tamisé Laxatifs pour éviter efforts de défécation CP : Crises convulsives (Les zones ischémiques peuvent faire fonction de foyers épileptogènes) Surveiller toute apparition de crise convulsive: Début et durée de la crise Phénomène pré-paroxystique (stimuli visuels, auditifs, tactiles, olfactifs,..) Partie du corps où la crise a débuté; mouvement initial Yeux ouverts ou fermés, dimension de la pupille Perte de conscience Activités motrices involontaires (types de mouvement, déglutition répétées, mordillement des lèvres Incontinence Phase post paroxystique: capacité à parler, sommeil, confusion, faiblesse, paralysie Atélectasie, pneumonie / Détresse respiratoire (Respiration superficielle et stase suite à l atteinte des centres respiratoires et l inactivité ) Noter la présence de: * Fièvre, frissons * Râles diffus et ronflants / efficacité des efforts de toux / toux productive /nécessité d aspirations trachéo-bronchiques * D+ pleurale,! aux signes d OAP * Tachycardie, polypnée * Dyspnée prononcée * Cyanose ; prendre saturation 25

Le système nerveux et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados

Le système nerveux et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Le système nerveux et ses atteintes Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Objectifs : A la fin de la séquence, vous serez capable de : décrire le système nerveux d expliquer son fonctionnement

Plus en détail

Aide aux devoirs Les AVC

Aide aux devoirs Les AVC Le cerveau et les AVC Le cerveau est l organe le plus complexe de votre corps. Il commande tout ce que vous faites, pensez, ressentez et dites! Il possède plus de 100 milliards de cellules nerveuses spéciales

Plus en détail

Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral

Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral RECOMMANDATIONS POUR LA PRATIQUE CLINIQUE Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral - Aspects paramédicaux - Synthèse des recommandations JUIN 2002 Service des

Plus en détail

Echelle NIHSS ( National Institute of Health Stroke Score)

Echelle NIHSS ( National Institute of Health Stroke Score) Echelle NIHSS ( National Institute of Health Stroke Score) 1a. Niveau de conscience 0 Eveillé, réactivité vive Choisir une réponse, même si une évaluation complète est impossible du fait d une intubation,

Plus en détail

IFAS 11 décembre 2014 15 janvier 2015. M. BLOT Ergothérapeute. CHU de NIMES

IFAS 11 décembre 2014 15 janvier 2015. M. BLOT Ergothérapeute. CHU de NIMES IFAS 11 décembre 2014 15 janvier 2015 M. BLOT Ergothérapeute CHU de NIMES Introduction Définition de l hémiplégie Causes Evolution Conséquences Description Prise en charge du patient en fonction de l activité

Plus en détail

PLAN A. INTRODUCTION... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 C. EVOLUTION DES DEMENCES... 5 D. CONCLUSION... 5

PLAN A. INTRODUCTION... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 C. EVOLUTION DES DEMENCES... 5 D. CONCLUSION... 5 1 DEMENCES DES PERSONNES AGEES PLAN A. INTRODUCTION... 2 I. Historique... 2 II. Les démences :... 2 a) Définition... 2 b) Epidémiologie... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 I. Les démences dégénératives...

Plus en détail

Prise en charge rééducative des patients hémiplégiques. Florie LARGEAU Kiné CHU Bicêtre Année 2012

Prise en charge rééducative des patients hémiplégiques. Florie LARGEAU Kiné CHU Bicêtre Année 2012 Prise en charge rééducative des patients hémiplégiques Florie LARGEAU Kiné CHU Bicêtre Année 2012 Pourquoi vous sensibilisez Futurs professionnels de la santé AVC : la cause la + fréquente de l hémiplégie.

Plus en détail

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie M. Benabdeljlil, S. Aïdi, M. El Alaoui Faris Service de Neurologie A et

Plus en détail

La surveillance neurologique en réanimation médicale

La surveillance neurologique en réanimation médicale CONGRES ANNUEL DU CIRNE «L approche neurologique en réanimation» 11 OCTOBRE 2013 La surveillance neurologique en réanimation médicale Réanimation Médicale HCC Aurélie Baudesson Aurore Bihin Delphine Rué

Plus en détail

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre Page 1 Garantie Responsabilité civile - Lésions corporelles de l assurance automobile - Étude des dossiers de demande d indemnisation fermés en Ontario Descriptions des blessures Élaborées à partir des

Plus en détail

Maladie de Parkinson Diagnostic

Maladie de Parkinson Diagnostic Maladie de Parkinson Diagnostic M.Coustans CH Quimper Erreurs diagnostiques Fréquentes dans les études autopsiques 100 patients : 82 confirmés à l ana path (Hughes et al. 1992) Diagnostic clinique Réponse

Plus en détail

Déficience motrice. Mon élève :...

Déficience motrice. Mon élève :... Déficience motrice Mon élève :.. Les caractéristiques des déficiences motrices Informations extraites du guide Handiscol «Guide pour les enseignants qui accueillent un élève présentant une déficience motrice»

Plus en détail

Fiche AP5 - Les étirements :

Fiche AP5 - Les étirements : Fiche AP5 - Les étirements : pourquoi faut-il s étirer quand on fait du sport? Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives (qu il s agisse de sport au quotidien

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC SOMMAIRE UN QUIZ POUR FAIRE UN POINT SUR MES CONNAISSANCES Un quiz pour faire un point sur mes connaissances 3 Vrai Faux Qu est-ce que l on

Plus en détail

Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron?

Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron? ÉTIREMENTS Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron? Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives, quels que soient l âge et le niveau

Plus en détail

Le mésencéphale (pédoncules cérébraux et colliculus), le pont et le bulbe rachidien.

Le mésencéphale (pédoncules cérébraux et colliculus), le pont et le bulbe rachidien. BIOLOGIE 101-A82-SF ANATOMIE ET PHYSIOLOGIE 2 EXERCICES : LE SYSTÈME NERVEUX 2 1. Quelle est la différence entre l encéphale et le cerveau? L encéphale est constitué de tout le contenu de la boîte crânienne.

Plus en détail

La déshydratation. Eau est indispensable à la vie, est le principal constituant de notre organisme

La déshydratation. Eau est indispensable à la vie, est le principal constituant de notre organisme La déshydratation 1. définition Perte excessive de la teneur en eau de l organisme Déficit du volume liquidien par déséquilibre du bilan hydrosodé 2. mécanismes et causes a. mécanisme Eau est indispensable

Plus en détail

APPROCHES DES SYNDROMES DEMENTIELS Docteur DA SILVA Sofia Gériatrie CHAMPMAILLOT CHU DIJON Introduction Epidémiologie Problème majeur de santé publique Une des pathologies les plus fréquentes en gériatrie

Plus en détail

I/ Qu est-ce que l aphasie? French

I/ Qu est-ce que l aphasie? French I/ Qu est-ce que l aphasie? French Vous avez, vraisemblablement, récemment eu à faire à l aphasie et ce, pour la première fois. L aphasie appelle d emblée quelques questions comme : qu est-ce que l aphasie,

Plus en détail

Les étirements. Objectifs. Conseils

Les étirements. Objectifs. Conseils Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives (qu il s agisse de sport au quotidien ou de sport de haut niveau), quels que soient l âge et le niveau du pratiquant.

Plus en détail

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE REMALDO Equipe de rééducation-hlsom Octobre 2011 ETUDE DE CAS: MONSIEUR F DESCRIPTION M F est âgé de 80 ans, il est entouré par sa famille, diagnostic posé

Plus en détail

Syndrome de Déficience Posturale. Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes

Syndrome de Déficience Posturale. Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes Syndrome de Déficience Posturale Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes Définitions : Posture : position particulière du corps et son maintien (se tenir debout par exemple). Proprioception

Plus en détail

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Pr. M Ceccaldi (Centre Mémoire de Ressources et de Recherche PACA Ouest, CHU Timone, APHM, Aix Marseille Université, Marseille) Dr. G Retali (Centre Mémoire de Ressources

Plus en détail

traumatisme crânien chez l enfant : conduite à tenir

traumatisme crânien chez l enfant : conduite à tenir Une surveillance à domicile peut suffire quand aucun signe de gravité n est décelé à l examen. Un vomissement survenu peu après le TC et non renouvelé n est pas a priori inquiétant, si l examen neurologique

Plus en détail

Traumatismes Crâniens Recommandations générales

Traumatismes Crâniens Recommandations générales Traumatismes Crâniens Recommandations générales Cf. conférence de consensus SRLF (Tours. 1990). En Général 1 Tout traumatisme crânien doit être classé selon son risque évolutif d'après les groupes de Masters.

Plus en détail

Union pour la lutte contre la sclérose en plaques

Union pour la lutte contre la sclérose en plaques Union pour la lutte contre la sclérose en plaques UNISEP - 14 rue Jules Vanzuppe - 94 200 Ivry Sur Seine - Tel : 01 43 90 39 35 - Fax : 01 43 90 14 51 - www.unisep.org Pour fédérer recherche et aide aux

Plus en détail

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson Comprendre la maladie de Parkinson La maladie de Parkinson se définit classiquement par des troubles moteurs. Néanmoins, de nombreux autres symptômes,

Plus en détail

DÉFICIENCE INTELLECTUELLE

DÉFICIENCE INTELLECTUELLE DÉFICIENCE INTELLECTUELLE DÉFICIENCE INTELLECTUELLE La personne ayant une déficience intellectuelle rencontre des défis au niveau cognitif, psychomoteur ou social qui limitent souvent son développement

Plus en détail

Complications de l immobilité et du décubitus : prévention et prise en charge.

Complications de l immobilité et du décubitus : prévention et prise en charge. Complications de l immobilité et du décubitus : prévention et prise en charge. 1- Risque de thrombose veineuse 2- Risque d encombrement bronchique 3- Risque de constipation 4- Risque d escarre 5- Risque

Plus en détail

Chapitre 2 : De la rétine au cerveau

Chapitre 2 : De la rétine au cerveau Chapitre 2 : De la rétine au cerveau Document illusions d optique Les illusions d'optique nous montrent que l'image que nous percevons ne correspond pas toujours à la réalité. En fait, l'œil reçoit les

Plus en détail

LES ACCICENTS VASCULAIRES CEREBRAUX

LES ACCICENTS VASCULAIRES CEREBRAUX LES ACCICENTS VASCULAIRES CEREBRAUX Dr F. ROUHART Service de Neurologie (CHU de BREST) Lundis de la santé : 30 mai 2005 Définitions Epidémiologie Rappels anatomiques Sémiologie Diagnostic différentiel

Plus en détail

Accident Vasculaire Cérébral (AVC)

Accident Vasculaire Cérébral (AVC) Accident Vasculaire Cérébral (AVC) Vous venez de présenter une thrombose cérébrale et vous êtes hospitalisé. Il y a beaucoup de questions que vous vous posez sur ce qui s est passé et sur ce qui va arriver

Plus en détail

Polyhandicap définitions présentation médicale

Polyhandicap définitions présentation médicale Polyhandicap définitions présentation médicale Dr Isabelle Hodgkinson L Escale Hôpital Femme Mère Enfant Définition Handicap grave à expressions multiples associant une déficience motrice et une déficience

Plus en détail

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE DEFINITION L AAP est une dilatation avec perte de parallélisme des parois de l artère poplitée atteignant au moins 2 fois le diamètre de l artère saine sus jacente, le diamètre

Plus en détail

Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN

Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN La fatigue visuelle figure souvent au premier plan parmi les manifestations physiques ressenties par les utilisatrices

Plus en détail

Développement physique du trottineur

Développement physique du trottineur 4.1 Formatif 1- Lecture et faire un résumé d UN sujet : o Ouïe et vision p.105 et 106 o o Réflexes p.110-111 p.111-113 2- SANS les notes de cours, échanger l information comprise avec un autre élève de

Plus en détail

EXEMPLES DE TROUBLES PROPRIOCEPTIFS

EXEMPLES DE TROUBLES PROPRIOCEPTIFS EXEMPLES DE TROUBLES PROPRIOCEPTIFS Les exemples montrés dans ce document ne sont qu un vague reflet de la complexité clinique des troubles proprioceptifs qui peuvent donner des dysfonctions partout où

Plus en détail

La sclérose en plaque (SEP)

La sclérose en plaque (SEP) La sclérose en plaque (SEP) La sclérose en plaques a une prévalence de 90 pour 100 000 habitants en France. Cette prévalence est plus élevée au Royaume-Uni et en Scandinavie, plus faible en Europe du Sud.

Plus en détail

Objectifs. Définition AGIR DEVANT UN MALAISE 28/10/2012

Objectifs. Définition AGIR DEVANT UN MALAISE 28/10/2012 1 AGIR DEVANT UN MALAISE Dr Zouari Abdelaziz CESU 01 SAMU du Nord-Est Objectifs 2 Effectuer des gestes simples pour mettre en confiance la victime et: Luiproposerdesemettreaurepos Écouter ses plaintes

Plus en détail

Causes de l incontinence urinaire

Causes de l incontinence urinaire Causes de l incontinence urinaire Transitoire - fonctionnelles (alitement pour cause médicale, non repérage des toilettes) - infection urinaire - fécalome ; - confusion ; - iatrogènies (diurétiques, sédatifs,.).

Plus en détail

L anesthésie de votre enfant. Informations utiles

L anesthésie de votre enfant. Informations utiles L anesthésie de votre enfant Informations utiles La consultation d anesthésie Quel objectif? Cette brochure vous donne toutes les informations utiles sur l anesthésie proposée à votre enfant afin que celle-ci

Plus en détail

La hernie discale Votre dos au jour le jour...

La hernie discale Votre dos au jour le jour... La hernie discale Votre dos au jour le jour... Votre dos est fragile. Ce document va vous aider à le préserver au jour le jour. Si vous venez de vous faire opérer, certaines activités vous sont déconseillées

Plus en détail

Narcolepsie. Informations et conseils. Narcolepsy

Narcolepsie. Informations et conseils. Narcolepsy Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Narcolepsie Narcolepsy Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de soins.

Plus en détail

Ménagez. votre dos! Mutualités

Ménagez. votre dos! Mutualités Ménagez votre dos! votre Mutualités L i b r e s I nterrogez un groupe et constatez combien de personnes ont déjà éprouvé des maux de dos Chacun devra, un jour ou l autre, faire face à des problèmes lombaires

Plus en détail

Dystrophie musculaire

Dystrophie musculaire Définition Les maladies neuromusculaires font référence à un groupe de maladies qui affectent la motricité. Ces maladies se manifestent à des degrés divers par la dégénérescence et l affaiblissement progressif

Plus en détail

LA PERTE DE CONSCIENCE

LA PERTE DE CONSCIENCE CES QUELQUES NOTIONS PEUVENT SAUVER DES VIES. PENSEZ Y SV D URGENCES Pompiers et service médical urgent : 100 Police : 101 L'HEMORRAGIE Comment reconnaître une hémorragie? Le sang s'écoule abondamment

Plus en détail

Démarche clinique infirmière

Démarche clinique infirmière Démarche clinique infirmière Date du recueil : Recueil de données (Anamnèse) à partir des 14 besoins de V. Henderson Ce recueil de données peut être initial (à l'arrivée du patient) ou actualisé Besoins

Plus en détail

PREVENTION DES TMS S. MORANA AISMT13 18/01/2010 1

PREVENTION DES TMS S. MORANA AISMT13 18/01/2010 1 PREVENTION DES TMS S. MORANA AISMT13 18/01/2010 1 Les Troubles Musculosquelettiques (TMS) constituent un enjeu en Santé au Travail. En France, les TMS sont la première cause de reconnaissance de Maladie

Plus en détail

Module Transversal 4 Déficience, Incapacité, Handicap

Module Transversal 4 Déficience, Incapacité, Handicap Module Transversal 4 Déficience, Incapacité, Handicap Fédération de Médecine Physique et de Réadaptation, CHU Montpellier-Nîmes, Sous la direction des Professeurs Christian Hérisson et Isabelle Laffont

Plus en détail

Le bilan diagnostique Kinésithérapique

Le bilan diagnostique Kinésithérapique Le bilan diagnostique Kinésithérapique «La kinésithérapie prévient, réduit, restaure ou compense les mouvements pathologiques au niveau des déficiences, des limitations fonctionnelles, incapacités et des

Plus en détail

Introduction... 9. N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause...

Introduction... 9. N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause... Sommaire Introduction... 9 N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause...14 N 89. Déficit neurologique récent (voir item 335)... 15 Caractériser

Plus en détail

Postures et respiration en relaxation. Nicolas Renouard, Psychomotricien D.E.

Postures et respiration en relaxation. Nicolas Renouard, Psychomotricien D.E. Postures et respiration en relaxation Nicolas Renouard, Psychomotricien D.E. Introduction «Les méthodes de relaxation sont des conduites thérapeutiques, rééducatives ou éducatives, utilisant des techniques

Plus en détail

Manuel de l ergonomie au bureau

Manuel de l ergonomie au bureau Manuel de l ergonomie au bureau 1 Manuel préparé par le Service environnement, santé et sécurité de l Université Concordia. Pour tout complément d information sur l ergonomie, les étirements et les autres

Plus en détail

la Quadranopsie: Le trajet du message nerveux de la rétine au cortex occipital

la Quadranopsie: Le trajet du message nerveux de la rétine au cortex occipital CORRECTION du TP3: Exemples de troubles de la vision Méthodologie pour ce travail : Faire le lien entre la modification du champ visuel et la lésion constatée. Conclure sur le traitement de l information

Plus en détail

Réanimation cardio-pulmonaire (RCP)

Réanimation cardio-pulmonaire (RCP) Réanimation cardio-pulmonaire (RCP) Chacun peut être confronté à une personne en arrêt cardio-respiratoire (ACR). Cela peut survenir lors de la pratique d un sport mais également sur la voie publique ou

Plus en détail

Entretenir la condition physique des seniors

Entretenir la condition physique des seniors Entretenir la condition physique des seniors Réalisation : A. TERLICOQ, Assistante Technique Département Oise, sous la direction de l équipe technique nationale, Fédération française EPMM Sports pour Tous

Plus en détail

Le corps à l école. Animation pédagogique 12 janvier 2015 ANGLET. Isabelle Legros, CP EPS Anglet

Le corps à l école. Animation pédagogique 12 janvier 2015 ANGLET. Isabelle Legros, CP EPS Anglet Le corps à l école Animation pédagogique 12 janvier 2015 ANGLET Isabelle Legros, CP EPS Anglet SCHEMA CORPOREL Pas de définition qui fasse l unanimité, varie selon l angle d approche, De manière générale,

Plus en détail

EXAMEN NEUROLOGIQUE SÉMIOLOGIE : Reconnaissance des symptômes et des signes cliniques, radiologiques, électrophysiologies OBJECTIFS :

EXAMEN NEUROLOGIQUE SÉMIOLOGIE : Reconnaissance des symptômes et des signes cliniques, radiologiques, électrophysiologies OBJECTIFS : EXAMEN NEUROLOGIQUE SÉMIOLOGIE : Reconnaissance des symptômes et des signes cliniques, radiologiques, électrophysiologies OBJECTIFS : - reconnaître une TOPOGRAPHIE lésionnelle (étape clinique qui oriente

Plus en détail

HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS

HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS En dehors du contexte des pathologies de la colonne vertébrale, nombre de personnes d âges variés souffrent du dos de façon régulière. Sans volonté d être

Plus en détail

I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE. Exercice 1 : Posture

I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE. Exercice 1 : Posture 148 l e x a m e n m u s c u l o s q u e l e t t i q u e I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE Faites les exercices suivants au moins 2 fois par jour, tous les jours. Faites l effort de maintenir une

Plus en détail

Le stretching. 3 Le stretching. 1. Définition. 2. Répertoire gestuel. Etirements de la chaîne postérieure au sol

Le stretching. 3 Le stretching. 1. Définition. 2. Répertoire gestuel. Etirements de la chaîne postérieure au sol 3 Le stretching 1. Définition Le stretching, traduction anglaise pour étirement est une technique de préparation du corps, de maintien ou de remise en forme basée sur l amélioration des amplitudes articulaires

Plus en détail

PLAN RÉÉDUCATION POUR LES UTILISATEURS DE L'ARTICULATION. Contrôle de la phase pendulaire. Par Jos DECKERS

PLAN RÉÉDUCATION POUR LES UTILISATEURS DE L'ARTICULATION. Contrôle de la phase pendulaire. Par Jos DECKERS PLAN de RÉÉDUCATION POUR LES UTILISATEURS DE L'ARTICULATION Contrôle de la phase pendulaire Par Jos DECKERS 02 Sommaire LA RÉÉDUCATION Objectifs : Pour que le patient puisse utiliser correctement l articulation,

Plus en détail

La tête est tenue, regarder ses mains est le meilleur moyen d y parvenir.

La tête est tenue, regarder ses mains est le meilleur moyen d y parvenir. Le gainage doit se pratiquer de manière régulière dans un premier temps il aura pour vertu principale d équilibrer les forces musculaires, par la suite et selon le niveau, on verra dans cette pratique

Plus en détail

Mon planning Vacances Judo. Juniors/Seniors. La saison a été longue, très difficile pour certains, mais heureusement, les vacances arrivent.

Mon planning Vacances Judo. Juniors/Seniors. La saison a été longue, très difficile pour certains, mais heureusement, les vacances arrivent. Mon planning Vacances Judo Juniors/Seniors La saison a été longue, très difficile pour certains, mais heureusement, les vacances arrivent. Alors, pendant les grandes vacances, l objectif principal est

Plus en détail

COMPÉTENCES CLINIQUES NEUROLOGIE

COMPÉTENCES CLINIQUES NEUROLOGIE COMPÉTENCES CLINIQUES NEUROLOGIE 1. Motricité et réflexes a. Examen musculaire Inspection Taille, symétrie (amyotrophie, hypertrophie) Fasciculations Crampes Percussion Myotonie (persistance d'une forte

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. 29 octobre 2013 : Journée mondiale des Accidents vasculaires cérébraux (AVC) Communiqué de presse p. 2. Qu'est ce qu'un AVC? p.

DOSSIER DE PRESSE. 29 octobre 2013 : Journée mondiale des Accidents vasculaires cérébraux (AVC) Communiqué de presse p. 2. Qu'est ce qu'un AVC? p. DOSSIER DE PRESSE 29 octobre 2013 : Journée mondiale des Accidents vasculaires cérébraux (AVC) Clermont Ferrand, le 28 octobre 2013 SOMMAIRE Communiqué de presse p. 2 Qu'est ce qu'un AVC? p. 4 L'organisation

Plus en détail

Prise en charge médicale des ataxies et des paraparésies spastiques d origine génétique

Prise en charge médicale des ataxies et des paraparésies spastiques d origine génétique Prise en charge médicale des ataxies et des paraparésies spastiques d origine génétique vue sous l angle de la M.P.R. Dominique Mazevet, Unité de prise en charge de la spasticité, service de MPR Groupe

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, l accident vasculaire cérébral

La prise en charge de votre maladie, l accident vasculaire cérébral G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre maladie, l accident vasculaire cérébral Vivre avec un accident vasculaire cérébral Octobre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

Exposé réalisé le 12/02/07 dans le cadre du GEPPE par Elisabeth Babot et Patricia San Sebastian, ergothérapeutes.

Exposé réalisé le 12/02/07 dans le cadre du GEPPE par Elisabeth Babot et Patricia San Sebastian, ergothérapeutes. Le concept BOBATH Historique C est un concept qui a été développé par le docteur Bobath, neurologue, et son épouse, kinésithérapeute, lors de leur prise en charge d adultes hémiplégiques puis d enfants

Plus en détail

Soins palliatifs et Ostéopathie. Prise en charge alternative de la douleur

Soins palliatifs et Ostéopathie. Prise en charge alternative de la douleur Soins palliatifs et Ostéopathie Prise en charge alternative de la douleur DÉFINITION Méthode thérapeutique jeune qui consiste, «dans une compréhension globale du patient, à prévenir, diagnostiquer, et

Plus en détail

Le système ventilatoire et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados

Le système ventilatoire et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Le système ventilatoire et ses atteintes Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Objectif: A la fin de la séquence, vous serez capable de : 1. décrire le système ventilatoire 2. d expliquer

Plus en détail

MUSCULATION 31 FICHES DE TRAVAIL

MUSCULATION 31 FICHES DE TRAVAIL MUSCULATION 31 FICHES DE TRAVAIL LYCEE J. FAVARD GUERET DEVELOPPE COUCHE Placement : Bas du dos collé au banc, pieds posés sur le banc, les yeux sous la barre Exécution : Contrôler la descente de la barre

Plus en détail

Mieux informé sur la maladie de reflux

Mieux informé sur la maladie de reflux Information destinée aux patients Mieux informé sur la maladie de reflux Les médicaments à l arc-en-ciel Mise à jour de l'information: septembre 2013 «Maladie de reflux» Maladie de reflux La maladie de

Plus en détail

LE MALADE EXPRIMANT DES PLAINTES SOMATIQUES. Pr Jean Louis Senon, Dr Nemat Jaafari Dr Christelle Paillard, Dr Mélanie Voyer Faculté de Médecine

LE MALADE EXPRIMANT DES PLAINTES SOMATIQUES. Pr Jean Louis Senon, Dr Nemat Jaafari Dr Christelle Paillard, Dr Mélanie Voyer Faculté de Médecine LE MALADE EXPRIMANT DES PLAINTES SOMATIQUES Pr Jean Louis Senon, Dr Nemat Jaafari Dr Christelle Paillard, Dr Mélanie Voyer Faculté de Médecine Malade exprimant des plaintes somatiques Beaucoup des troubles

Plus en détail

RACHIS et MALADIE de PARKINSON Dr Christine Guillet Consultation Rachis Service de Rééducation Hôpital Le Vésinet RACHIS et MALADIE de PARKINSON Glossaire Rachis : colonne vertébrale Extrapyramidal : système

Plus en détail

LA MIGRAINE, PLUS QU UNE MALADIE

LA MIGRAINE, PLUS QU UNE MALADIE LA MIGRAINE, PLUS QU UNE MALADIE Les maux de tête peuvent être divisés en maux de tête primaires et secondaires. Les maux de tête primaires (90%) sont plus répandus que les maux de tête secondaires (10%)

Plus en détail

32 Syndrome du tunnel cubital

32 Syndrome du tunnel cubital 32. Syndrome du tunnel cubital 201 32 Syndrome du tunnel cubital SYNDROME CLINIQUE Le syndrome du tunnel cubital est une cause rare de douleur et de faiblesse de la partie latérale de l avant-bras qui

Plus en détail

7. MOYENS NON MÉDICAMENTEUX

7. MOYENS NON MÉDICAMENTEUX 7. Divers moyens physiques et psychologiques peuvent induire un effet analgésique. Certains peuvent être facilement appliqués par un infirmier. Leur indication ne doit pas pour autant faire dispenser le

Plus en détail

L accident Vasculaire Cérébral «AVC»

L accident Vasculaire Cérébral «AVC» L accident Vasculaire Cérébral «AVC» Conception-Rédaction : Dr Ludovic MORIN, service de neurologie, C. H. Sainte Anne - 75 674 Paris Relecture : Pr Jean-Louis MAS, Dr Catherine LAMY, Dr Valérie DOMIGO,

Plus en détail

SURVEILLANCE DES PLATRES

SURVEILLANCE DES PLATRES SURVEILLANCE DES PLATRES 1 DEFINITION Système de tissu durcissable servant à assurer la contention et l immobilisation d un membre afin de répondre à un traumatisme en cas de lésion tendineuse ou de fracture

Plus en détail

tiré à part 2008 www.em-consulte.com/produit/sasoi CEFIEC

tiré à part 2008 www.em-consulte.com/produit/sasoi CEFIEC tiré à part 2008 www.em-consulte.com/produit/sasoi CEFIEC José Curraladas fiches DR 1/6 1/6. Principes généraux de manutention et de transfert. 2/6. La toilette, le change et l installation d un patient

Plus en détail

Soins infirmiers aux parkinsoniens. Gallaratto Ghislaine référente du module de neurologie

Soins infirmiers aux parkinsoniens. Gallaratto Ghislaine référente du module de neurologie Soins infirmiers aux parkinsoniens Gallaratto Ghislaine référente du module de neurologie Rappels sur la maladie de Parkinson Données épidémiologiques : Prévalence en France : 100 000 patients Incidence

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L AVC

PRISE EN CHARGE DE L AVC PRISE EN CHARGE DE L AVC Projet de soins en équipe pluridisciplinaire Mme NEISIUS I.D.E. Neurovasculaire - CHU NICE Octobre 2007 Démarche de soins dans l AVC Généralités sur l Accident Vasculaire Cérébral

Plus en détail

GUIDE D EXERCICES D ÉTIREMENT

GUIDE D EXERCICES D ÉTIREMENT GUIDE D EXERCICES D ÉTIREMENT Page 17 ÉTIREMENTS SÉCURITAIRES Les étirements augmentent graduellement l élasticité des muscles et l amplitude des mouvements articulaires. Après la période de retour au

Plus en détail

Perdre l équilibre = chuter

Perdre l équilibre = chuter Les chutes Perdre l équilibre = chuter Conséquences : - 2 millions de chutes par an - 1/3 des + de 65 ans concernés chaque année - 30% des chutes entrainent une hospitalisation - 40% entrainent une fracture

Plus en détail

Qu est-ce que l anesthésie?

Qu est-ce que l anesthésie? Qu est-ce que l anesthésie? Le mot «Anesthésie» signifie «insensibilité à la douleur et autres sensations» provoquées par les actes diagnostiques ou thérapeutiques. L anesthésie, en réalité, n est pas

Plus en détail

La rééducation après une attaque cérébrale est capitale. Elle comprend non

La rééducation après une attaque cérébrale est capitale. Elle comprend non Retour au domicile du patient hémiplégique (2 de partie) Retour au domicile du patient hémiplégique (2 de partie) Après l attaque cérébrale La rééducation après une attaque cérébrale est capitale. Elle

Plus en détail

L EXERCICE ET LES FEMMES ENCEINTES

L EXERCICE ET LES FEMMES ENCEINTES L EXERCICE ET LES FEMMES ENCEINTES Voici quelques avantages à faire de l exercice pendant la grossesse: Assurer le maintien de l équilibre musculaire (posture, endurance, force) Améliore le niveau d énergie

Plus en détail

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER?

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? Il faut s'échauffer pour: être en sécurité dès le début : une activité physique progressivement plus intense est indispensable pour ne pas mettre son coeur, ses artères, ses

Plus en détail

LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES. Le 2 décembre 2008

LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES. Le 2 décembre 2008 LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES Le 2 décembre 2008 DEROULEMENT DE LA RENCONTRE 1ère partie : les localisations des TMS, les facteurs d'apparition, la prise en charge thérapeutique 2ème partie : les chiffres

Plus en détail

Premiers soins. Fiche 12 Hémorragies. A. Saignement par une plaie. Compression manuelle. Arrêter un saignement abondant.

Premiers soins. Fiche 12 Hémorragies. A. Saignement par une plaie. Compression manuelle. Arrêter un saignement abondant. Fiche 12 Hémorragies Arrêter un saignement abondant. Premiers soins A. Saignement par une plaie Attention : une hémorragie peut être masquée par les vêtements. Compression manuelle 1. Allonger le patient.

Plus en détail

SAVOIR S'ÉCHAUFFER POURQUOI FAUT-IL S ÉCHAUFFER?

SAVOIR S'ÉCHAUFFER POURQUOI FAUT-IL S ÉCHAUFFER? SAVOIR S'ÉCHAUFFER POURQUOI FAUT-IL S ÉCHAUFFER? Pour préparer son corps à subir une activité physique importante sans se blesser (contracture, déchirure, claquage, entorse...). Les muscles et les tendons

Plus en détail

Maladie neuromusculaire

Maladie neuromusculaire Définitions Maladie neuromusculaire Les maladies neuromusculaires font référence à un groupe de maladies qui affectent la motricité. Ces maladies se manifestent à des degrés divers par la dégénérescence

Plus en détail

Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon)

Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon) Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon) Le cancer du sein Risque estimé de développer un cancer du sein selon l âge Age 30 ans 40 ans 50 ans 60 ans 70 ans 80 ans Risque estimé 1/2212

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie de Huntington?

Qu est-ce que la maladie de Huntington? Qu est-ce que la maladie de Huntington? Description sommaire Qu est-ce que la maladie de Huntington? La maladie de Huntington (MH) est une maladie neurodégénérative longtemps connue sous le nom de Chorée

Plus en détail

L HÉMIPLÉGIE POST-AVC AVC

L HÉMIPLÉGIE POST-AVC AVC AVC L HÉMIPLÉGIE POST-AVC 4 SOMMAIRE Un quiz pour faire un point sur ses connaissances 3 Rappel 4 Qu est-ce que l hémiplégie? 4 L hémiplégie peut-elle être associée à d autres troubles? 5 Pourquoi tant

Plus en détail

La musculation avec bande élastique

La musculation avec bande élastique La musculation avec bande élastique Principes de base de la musculation Avant d entreprendre tout programme d exercices, assurez-vous d avoir l accord de votre médecin. Choix d exercices Choisir 4 exercices

Plus en détail

II) Pourquoi l ostéopathie dans la prise en charge de l autisme?

II) Pourquoi l ostéopathie dans la prise en charge de l autisme? I) Qu est que l ostéopathie? L ostéopathie est une méthode de soins qui s emploie à rechercher et à traiter les restrictions de mobilité qui peuvent affecter l ensemble des structures composant le corps

Plus en détail

Le domaine de la motricité fine

Le domaine de la motricité fine Le domaine de la motricité fine Le domaine de la motricité fine traite d une réalisation importante dans la vie des nourrissons et des jeunes enfants, soit l utilisation des mains pour atteindre, prendre

Plus en détail

Attention les articulations Fitness pour les sédentaires. Douze exercices de renforcement avec l élastique Thera-Band

Attention les articulations Fitness pour les sédentaires. Douze exercices de renforcement avec l élastique Thera-Band Attention les articulations Fitness pour les sédentaires Douze exercices de renforcement avec l élastique Thera-Band Suva Caisse nationale suisse d assurance en cas d accidents Case postale 6002 Lucerne

Plus en détail