ANALYSE DE PRATIQUE. Lieu: Service de dialyse péritonéale Bayard, clinique du Tonkin. Date: Lundi 24 février 2014, 10h

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ANALYSE DE PRATIQUE. Lieu: Service de dialyse péritonéale Bayard, clinique du Tonkin. Date: Lundi 24 février 2014, 10h"

Transcription

1 Date: mardi 4 mars 2014 ANALYSE DE PRATIQUE Stage 5B 6A Benjamin Beaugé Lieu: Service de dialyse péritonéale Bayard, clinique du Tonkin Date: Lundi 24 février 2014, 10h Acteurs: Mr. B, infirmière, stagiaire infirmier, médecin Situation: Mr. B, 72 ans vivant avec sa femme et ayant 2 enfants qu'il voit fréquemment à été diagnostiqué avec une nephroangiosclérose. Cette pathologie lui a provoqué une insuffisance rénale qui a provoqué quelques mois avant sa première hospitalisation une aggravation de son hypertension artérielle et un essoufflement du à un léger œdème pulmonaire. Suite à une concertation médicale, il lui sera posé le 13/01/14 un cathéter de dialyse péritonéale. Lors du rendez-vous de premier pansement, une semaine plus tard selon le protocole (20/01/14), Mr. B est très renfermé. Il est accompagné de sa fille qui pose beaucoup de questions telles que: Cela sera combien de jour par semaine? Combien de temps cela prend? Etc... En entendant les réponses des infirmières, Mr B et sa fille sont très surpris (négativement). Ils trouvent que c'est très contraignant. En effet ils pensaient que la dialyse péritonéale permettait de n'être dialysé qu'une fois par semaine. Le patient ajoute même que "l'autre dialyse aurait sûrement été moins contraignante". Il dit que si c'est trop contraignant, il demandera à passer en hémodialyse. L'équipe demande alors au médecin qui le suit d'être présent le jour du premier essai de dialyse péritonéale pour lui expliquer la situation. Le premier essai (méthode de double poche de dialyse péritonéale) a eu lieu le 27/01/14. Le patient accepte mieux l'idée de la dialyse péritonéale et semble plus détendu. Le médecin passe le voir à 12h et lui dit qu'il pourra passer sur la méthode du cycleur, une machine qui automatise les cycles de drainage et d'injection et qui permet d'être dialysé la nuit en dormant. Cette méthode convient bien aux patients qui drainent bien. Or, le patient à des difficultés à drainer en position couchée, ce qui fait sonner le cycleur plusieurs fois pendant la nuit. Le patient et sa femme en ont marre et arrêtent régulièrement la machine au milieu de la nuit pour pouvoir dormir. Les analyses du patient deviennent mauvaises et il est alors décidé avec lui de lui faire suivre la formation pour effectuer la méthode de double poche, dite manuelle, de façon autonome chez lui. Au cours des nombreux rdv de formation du patient, celui-ci montre qu'il connaît le protocole, mais les gestes restent souvent brusques et rapides et il oublie souvent de passer la solution hydro alcoolique avant le branchement. ' ' ' ' 1

2 Observation, étonnement: Comme le patient s'énerve et s'impatiente quand on lui signale ses erreurs, et qu'il effectue toujours ses gestes à la hâte et de façon souvent désordonnée, je me suis posé la question de savoir s'il n'y avait pas de pathologie annexe (Alzheimer, Parkinson ou autre) qui aurait pu expliquer ses gestes hésitants et ses difficultés. Comme le patient se braquait dès qu'on essayait de voir avec lui ce qui n'allait pas, nous avons conclu que la réaction du patient pouvait être purement liée à une notion culturelle, face à une équipe uniquement féminine. Difficultés et points à approfondir: Comme nous nous sommes retrouvés en difficultés vis à vis de la dialyse du patient et de ses chiffres de plus en plus préoccupants et que le mini mental score que je lui ai fait passer n'a pas permis de mettre en évidence une dégénérescence de ses fonctions cognitives, il nous fallait approfondir les raisons pour lesquelles le patient se braquait afin de mieux voir ce qui se jouait dans la relation. Après avoir discuté un moment avec lui, il a fini par se détendre un peu et se confier à moi. Au vu de son histoire de maladie, il m'explique qu'il a un grand besoin d'autonomie et qu'il fuit le milieu médical autant que possible car la maladie lui fait peur. C'est pour cette raison qu'il était déçu que la dialyse prenne autant de temps et d'espace dans sa vie, et que tout comptes faits, l'hémodialyse lui aurait permis de n'être dialysé que 3 fois par semaine et pas tous les jours. Après cette première déception il me dit qu'une semaine plus tard, au premier essai il était un peu apaisé car il avait réalisé que cette méthode l'éloignait du milieu hospitalier et lui permettait, moyennant une certaine organisation, de voyager dans son pays natal. En essayant de comprendre du coup pourquoi il s'énervait durant la séquence d'éducation thérapeutique, il m'explique qu'il ne s'énerve pas contre l'équipe soignante, mais contre lui-même. Il dit avoir travaillé des années dans l'imprimerie à faire des mélanges d'encres très précis lui demandant beaucoup de rigueur, et qu'à 72 ans il a maintenant du mal à retenir certaines étapes de la manipulation et manque de rigueur, ce qui l'énerve au plus haut point. Il perd ses moyens en se mettant beaucoup de pression car il a très hâte d'être autonome chez lui. 2

3 Le concept d Autonomie L autonomie n est pas synonyme d indépendance, mais elle représente la capacité à gérer des dépendances (ex prise de décision/ handicap physique). L autonomie est un concept à mettre en lien avec la dépendance, mais ce n'est pas du tout son opposé. L autonomie vient de l individu même, alors que la dépendance est une relation sociale. Dans le cas d'un patient dialysé qui gère son traitement à domicile par la méthode péritonéale par exemple, celui-ci sera dépendant du livreur de poches, du médecin qui les prescrit et de l'infirmière qu'il va voir une fois par mois. Mais il est autonome; il a cette capacité à gérer ses dépendances. Une personne dépendante a besoin d'une tierce personne, par exemple un membre de sa famille, soignant, auxiliaire de vie, pour assurer et satisfaire certains de ses besoins fondamentaux. La dépendance exige la mise en place d'aides (matériel ou personnes) adaptées et personnalisées pour permettre à la personne de vivre décemment malgré sa maladie, son handicap, sa perte d'autonomie. Selon le diabétologue Gérard Reach qui s'interroge dans son ouvrage "Pourquoi se soigne-t-on?" sur les mécanismes de l observance du patient, la préoccupation de l'équipe soignante est de contribuer à l autonomie du patient. Dans une conception psychologique de l autonomie, l individu autonome est capable de choisir en fonction de ses valeurs et de ses préférences qui traduisent son individualité. Car le patient est un individu et vient avec sa culture, ses représentations, son caractère et il a une notion qui lui est tout à fait propre de son autonomie. Il est donc indispensable d'en prendre compte lors de sa prise en charge afin de l'adapter aux attentes du patient. Ce qui pour nous est l'autonomie ne l'est pas forcément pour lui, on rappelle que l'autonomie est intrinsèque à l'individu. 3

4 L'éducation thérapeutique (ETP) Selon l OMS: L éducation thérapeutique du patient vise à aider les patients à acquérir ou maintenir les compétences dont ils ont besoin pour gérer au mieux leur vie avec une maladie chronique. L'éducation thérapeutique est un des rôles de l'équipe soignante qui va avoir un rôle d information, de conseil et d apprentissage. Le but étant de faire en sorte que le patient puisse gérer sa maladie et son traitement, et aider à faire en sorte que le patient vive avec sa maladie, se l'approprie et la maîtrise au mieux. Il doit être capable de reconnaître ses symptômes, ses crises, les conduites à tenir le cas échéant, les recommandations nutritionnelles adaptées etc. Il doit aussi être capable de prévenir les complications évitables. Comme vu précédemment, une éducation thérapeutique adaptée doit tenir compte d'une multitude de facteurs que le patient amène, car ce sont les outils qui vont nous servir afin d'accompagner le patient dans son autonomisation. Il s'agit de l'aider à faire des choix éclairés afin d'atteindre le degré d'autonomie que celui-ci souhaite. La séquence d'éducation thérapeutique doit s'adapter donc au patient, mais il est utile de structurer celle-ci pour récupérer un maximum d'informations sur celui-ci et adapter au mieux notre suivi. De façon classique, elle se découpe en quatre partie: 1) Le diagnostic éducatif: ici vont s'identifier les besoins du patient et ses attentes. Le soignant va essayer de faire le tour des facteurs dépendants du patient et pouvant influer sur sa capacité d'apprentissage. Il va évaluer les facteurs favorisants (tels que la famille présente), et les facteurs qui pourraient mettre la séquence éducative en difficultés (barrière de la langue, culture, etc). Il va aussi essayer d'évaluer ce que le patient sait au préalable de sa pathologie et du traitement qu'on lui propose. Le soignant va aussi se renseigner sur l'impact du traitement ou de la pathologie elle-même sur la dynamique familiale ou professionnelle. 2) Le contrat d éducation thérapeutique: Il va alors y avoir une négociation entre le patient et l'équipe soignante sur les compétences à acquérir au sein d un programme d éducation thérapeutique du patient (ETP) en tenant compte des besoins du patient et des choix thérapeutiques. Le contrat doit être réaliste et doit donc faire intervenir directement le patient afin de fixer ensemble des objectifs qui pourront être évalués. 4

5 3) La mise en œuvre du programme personnalisé d éducation thérapeutique du patient: L application de l ETP repose bien sûr sur les informations collectées au cours du diagnostic éducatif et sur les objectifs spécifiques fixés. Il est donc indispensable qu elle soit personnalisée. De ce fait il n est pas possible de standardiser un programme d ETP. Si les objectifs fixés sont donc personnalisés, les moyens ou médias utilisés le seront aussi. La mise en œuvre du programme personnalisé d éducation thérapeutique devra s adapter aux canaux d apprentissage privilégiés du patient. De ce fait, le soignant pourra proposer différents moyens au patient pour retenir, par exemple, une séquence de gestes afin de réaliser ses soins. Dans ce but, il pourra proposer au patient d écrire ou de dessiner son soin, d y ajouter des couleurs, de l entendre, de le voir, ou de le réaliser plusieurs fois. 4) L évaluation des compétences acquises, du déroulement du programme: L étape de l évaluation sert au soignant à voir ce qui a été compris, retenu et maitrisé, et aussi à moyen et long terme ce qui reste, ce qui a été oublié, ce qui reste difficile pour le patient. En effet, l évaluation est un processus dans lequel le patient va rester longtemps voire toujours, car elle doit se faire en continu. Juste après la séquence d ETP, l évaluation sert à vérifier que tout est bien compris et que le patient connait les recommandations adaptées à sa pathologie ou sait réaliser les gestes de soins que sa condition nécessite. Elle évalue alors la mémoire à court terme. Il serait dangereux de s arrêter la: une ou des évaluations à moyen et long terme sont donc mises en place en accord avec le patient, afin de voir une semaine, un mois ou même un an plus tard, si la séquence d ETP est toujours efficace, ou s il est besoin d une piqûre de rappel. Cette évaluation à moyen et long terme prend souvent la forme d une consultation chez le médecin traitant ou le spécialiste qui suit le patient ou encore d un passage d un infirmier à domicile. Pour conclure sur l Education Thérapeutique du Patient, une citation de Confucius: Montrer n'est pas former: Tu me dis, j'oublie. Tu m'enseignes, je me souviens. Tu m'impliques, j'apprends. 5

6 En conclusion Les dernières révélations du patient nous ont permises d'adapter notre discours et nos méthodes d'éducation thérapeutique. Il a été décidé de prendre le risque de laisser le patient changer ses poches à domicile afin de lui rendre son autonomie, mais de demander au médecin une prescription pour un passage d'un infirmier à domicile deux fois par semaine la première semaine puis une fois par semaine ensuite si tout se passe bien. Le patient est très content de cette solution et les infirmiers libéraux qui passent chez lui nous ont dit qu'il gérait très bien ses manipulations, avec rigueur et dans les règles d'hygiène. Cela a rassuré l'équipe soignante et l'a conforté dans l'idée que le patient se mettait une grosse pression pour regagner son autonomie et vivait difficilement la relation d'éducation thérapeutique dans le sens ou il avait peur de passer pour quelqu un de non rigoureux, et peur aussi de pas être autorisé à réaliser ses soins à domicile. Il n'est parfois pas évident de bien orienter son discours quand on se trouve devant un patient qui n'ose pas se confier. C est alors du devoir du soignant d insister, et de ne pas s arrêter à la surface. Il est en effet primordial de bien identifier ce qui se joue dans la relation et les réels besoins du patient lors d'un soin, un accueil ou une séquence d'éducation thérapeutique. L ETP telle qu elle se pratiquait dans ce service a été pour moi un énorme enrichissement tant elle faisait appel à tous les concepts vu en cours. Une constante mise en application des notions de psychologie, de relation de soin, d accueil, d encadrement, d apprentissage, de communication verbale et non verbale. Après de multiples expériences de ce type, je me sens compétent pour gérer ce genre de situations à l avenir, si elles se présentent à moi. En plus de me donner de l assurance et de l expérience dans ce domaine, elles ont confirmé mon envie d exercer dans un secteur où je pourrai utiliser ces compétences au maximum. 6

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire avec des paramédicaux du chu d Amiens La Communication et la Relation d aide: une compétence de l infirmière Situation: mise en place du

Plus en détail

Les travaux parlementaires

Les travaux parlementaires Les travaux parlementaires Journal des débats Assemblée nationale Le mardi 7 novembre 2006, 15 h 00 (révisé) Le Vice-Président (M. Cusano): Adopté. Je reconnais maintenant Mme la députée d'hochelaga-maisonneuve.

Plus en détail

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette Rapport de stage Mer et Monde Frédérique Morissette Comment décrire en quelques mots cette merveilleuse expérience qu à été mon stage au Sénégal? Impossible selon moi, je devrais écrire des pages et des

Plus en détail

Les îlots bonifiés. Quelques lignes pour vous parler des îlots bonifiés que nous avons mis en place dans mon établissement à la rentrée 2012.

Les îlots bonifiés. Quelques lignes pour vous parler des îlots bonifiés que nous avons mis en place dans mon établissement à la rentrée 2012. Les îlots bonifiés Quelques lignes pour vous parler des îlots bonifiés que nous avons mis en place dans mon établissement à la rentrée 2012. Avant toute chose je tiens à préciser que je ne suis (hélas!)

Plus en détail

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés,

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés, «Les constats du Protecteur du citoyen font écho à ceux du Vérificateur général, aux résultats de l étude de l Institut canadien d information sur la santé et aux opinions généralement admises par les

Plus en détail

Tiré à Part du BDP volume 7 n 1

Tiré à Part du BDP volume 7 n 1 Tiré à Part du BDP volume 7 n 1 LE ROLE DE L INFIRMIERE DE DIALYSE PERITONEALE DANS L EDUCATION DU PATIENT Ghislaine VENIEZ Infirmière - Unité de Dialyse Péritonéale C.H. René Dubos - 95300 Pontoise 1997

Plus en détail

«Parmi les décompositions additives d un entier naturel, trouver celle(s) dont le produit des termes est le plus grand.»

«Parmi les décompositions additives d un entier naturel, trouver celle(s) dont le produit des termes est le plus grand.» Recherche d un problème ouvert en classe de seconde Le produit maximum Stéphane Millet Lycée d Andrézieu-Bouthéon «Parmi les décompositions additives d un entier naturel, trouver celle(s) dont le produit

Plus en détail

Démarche de Soins Infirmiers

Démarche de Soins Infirmiers Démarche de Soins Infirmiers La reconnaissance de l infirmière dans son rôle propre. Sommaire Rappel historique Qui est concerné par la Démarche de Soins Infirmiers? Comment se met-elle en place? Comment

Plus en détail

Préparation pour la garderie et l école

Préparation pour la garderie et l école 135 Chapitre14 Préparation pour la garderie et l école Dans certaines communautés, il y a des endroits où l on prend soin des enfants pendant que leurs parents travaillent. Ce sont généralement des écoles

Plus en détail

BG Ingénieurs Conseil, Genève

BG Ingénieurs Conseil, Genève BG Ingénieurs Conseil, Genève Diego Salamon, employeur Sur mandat de l AI, Cadschool nous a demandé si nous serions prêts à accueillir un stagiaire pendant trois mois. Nous connaissions cet institut de

Plus en détail

Thème 2. Les métamorphoses des politiques de Protection sociale

Thème 2. Les métamorphoses des politiques de Protection sociale Thème 2 Les métamorphoses des politiques de Protection sociale 1 Les métamorphoses de l Assurance maladie Entretien avec Frédéric Van Roekeghem Directeur général de la CNAMTS Interview réalisée le 29 novembre

Plus en détail

COMMUNICATION ORALE EN ENTRETIEN. (Notes prises par Danielle Venot lors de la conférence animée par Denis Boutte le 27 mars 2008)

COMMUNICATION ORALE EN ENTRETIEN. (Notes prises par Danielle Venot lors de la conférence animée par Denis Boutte le 27 mars 2008) COMMUNICATION ORALE EN ENTRETIEN (Notes prises par Danielle Venot lors de la conférence animée par Denis Boutte le 27 mars 2008) 1 - Quelques considérations préliminaires sur la recherche d emploi et les

Plus en détail

GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE

GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE Pour les employeurs, à partager avec leurs collaborateurs! Le rôle du tuteur dans l entreprise est primordial. Le tuteur est chargé d accueillir, d aider, d informer et de

Plus en détail

Rapport de stage. Travail présenté à Mer et Monde. Par Yohann Lessard

Rapport de stage. Travail présenté à Mer et Monde. Par Yohann Lessard Rapport de stage Travail présenté à Mer et Monde Par Yohann Lessard Université Laval Le 25 octobre 2014 Formation préparatoire Nos formatrices étaient Amélie et Raphaelle. Nous avons abordé plusieurs thèmes,

Plus en détail

Université de Sherbrooke. Rapport de stage. Présenté à : Alain Bergeron, coordonnateur de stage. Par : Anthony Labelle, stagiaire

Université de Sherbrooke. Rapport de stage. Présenté à : Alain Bergeron, coordonnateur de stage. Par : Anthony Labelle, stagiaire Université de Sherbrooke Rapport de stage Présenté à : Alain Bergeron, coordonnateur de stage Par : Anthony Labelle, stagiaire Laboratoire du Pr Spino Université de Sherbrooke T1 Revu par : Pr Claude Spino

Plus en détail

ANNEXE I. Charte du patient

ANNEXE I. Charte du patient ANNEXE I Charte du patient Premièrement Principes généraux 1- Toute personne a droit à la protection de sa santé dans les meilleures conditions possibles, sans discrimination en raison de sa religion,

Plus en détail

Centre Claude Bernard. Livret d accueil à l usage des familles

Centre Claude Bernard. Livret d accueil à l usage des familles Centre Claude Bernard Livret d accueil à l usage des familles Vous avez bien voulu nous faire confiance pour vous aider à traiter les problèmes que vous rencontrez actuellement avec votre enfant. Afin

Plus en détail

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT SESSION 2009 SOMMAIRE I.Introduction 1 Pages II. Présentation de l entreprise 2 III. l organigramme de la société 3 IV. Description d un thème comptable

Plus en détail

Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012)

Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012) Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012) La semaine des mathématiques a été l occasion de présenter aux élèves des parcours de mathématiciennes

Plus en détail

2 ) Maintenant, si on essaie de penser cet apprentissage en termes de progression.

2 ) Maintenant, si on essaie de penser cet apprentissage en termes de progression. Roland CHARNAY, professeur honoraire de mathématiques en IUFM, chercheur associé à l'inrp «Apprentissage des tables : quelques étapes du CE1 au CM2» Roland Charnay pose un certain nombre de points de repères

Plus en détail

L annonce du cancer au sujet âgé hospitalisé

L annonce du cancer au sujet âgé hospitalisé L annonce du cancer au sujet âgé hospitalisé Journées Interrégionales d Onco-gériatrie Rhône-Alpes Auvergne M. Nierga, P. Ledieu, M-O Hager, C. Deveuve-Murol Pourquoi parler du cancer du sujet âgé? Le

Plus en détail

Les patients face au myélome : vécu, parcours de soin, qualité de vie et relation à l AF3M

Les patients face au myélome : vécu, parcours de soin, qualité de vie et relation à l AF3M Les patients face au myélome : vécu, parcours de soin, qualité de vie et relation à l AF3M Cette étude visait à dresser un état des lieux précis qui prenne en compte la diversité (âge, situation géographique,

Plus en détail

Accord européen sur l instruction et la formation des infirmières

Accord européen sur l instruction et la formation des infirmières Texte original Accord européen sur l instruction et la formation des infirmières 0.811.21 Conclu à Strasbourg le 25 octobre 1967 Signé par la Suisse le 25 septembre 1968 Approuvé par l Assemblée fédérale

Plus en détail

L entretien infirmier. UE 4.2 S3 C6 Soins Relationnels

L entretien infirmier. UE 4.2 S3 C6 Soins Relationnels L entretien infirmier UE 4.2 S3 C6 Soins Relationnels 1 Objectifs Expliquez les éléments participant au cadre d un entretien Citez les différents types d entretiens infirmiers Décrire les différentes phases

Plus en détail

LE JUSTE TEMPS DU PLACEMENT

LE JUSTE TEMPS DU PLACEMENT Les limites du maintien à domicile M me Corine Ammar Scemama, médecin psychiatre. M lle Faustine Viailly, psychologue spécialisée en gérontologie. M Benoît Michel, étudiant en psychologie. Le maintien

Plus en détail

Examen d admission dans le cadre de la spécialisation en psychopathologie

Examen d admission dans le cadre de la spécialisation en psychopathologie Centre d Enseignement Supérieur pour Adultes Rue de Courcelles, 10 à 6044 ROUX Tél : 071/45.11.08 Fax : 071/45.53.63 mail : cesa@cesa.be Matricule : 5.355.007 Examen d admission dans le cadre de la spécialisation

Plus en détail

Pour un soin du patient diabétique centré sur son projet de vie Incidence sur les pratiques pédagogiques d une équipe soignante

Pour un soin du patient diabétique centré sur son projet de vie Incidence sur les pratiques pédagogiques d une équipe soignante Pour un soin du patient diabétique centré sur son projet de vie Incidence sur les pratiques pédagogiques d une équipe soignante François ZITO Cadre de santé Pôle Prestataire Coordinateur Education thérapeutique

Plus en détail

Avis général de la médiatrice du cinéma sur les propositions d engagements de programmation Décembre 2012

Avis général de la médiatrice du cinéma sur les propositions d engagements de programmation Décembre 2012 Avis général de la médiatrice du cinéma sur les propositions d engagements de programmation Décembre 2012 La Médiatrice du cinéma est chargée de formuler son avis sur les propositions d engagements de

Plus en détail

Et maintenant? Conseils.

Et maintenant? Conseils. Et maintenant? Conseils. Il y a quelques semaines, le docteur nous a renvoyé à la maison en nous annonçant : votre père souffre de démence. Mon frère et moi, nous nous demandons maintenant ce que nous

Plus en détail

Métier ET Formation. Réalisé par Karroumi Yassine. 1 P a g e

Métier ET Formation. Réalisé par Karroumi Yassine. 1 P a g e Métier ET Formation 1 P a g e Introduction L OFPPT a bien fait d engager dans son programme le module intitulé "métier et formation " en ciblant à pousser l étudiant à mieux connaître ce métier et les

Plus en détail

Management : De la difficulté d être chef...

Management : De la difficulté d être chef... Management : De la difficulté d être chef... À l hôpital, le cadre infirmier doit échapper au «jeu de la mise en difficulté du responsable» par l équipe soignante, qui réduit son pouvoir décisionnaire.

Plus en détail

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION Marcel JAEGER - Directeur Général, IRTS Montrouge / Neuilly sur Marne Je ne vais traiter que du projet d établissement ou de service, et non pas

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE

EDUCATION THERAPEUTIQUE EDUCATION THERAPEUTIQUE Qu est ce que la santé? Définition OMS 1948: absence de maladie et bien être physique mental et social complet Définition refusée par le ministère de la santé 13 millions de malades

Plus en détail

Etablissement scolaire privé hors contrat* Etudier au Cours Molière c est l assurance d une prise en charge totale de votre enfant.

Etablissement scolaire privé hors contrat* Etudier au Cours Molière c est l assurance d une prise en charge totale de votre enfant. Cours Molière Etablissement scolaire privé hors contrat* Etudier au Cours Molière c est l assurance d une prise en charge totale de votre enfant. * Etablissement indépendant financièrement, il n est pas

Plus en détail

6.3 - Séq.2 / Jeu de rôle («ABCD») / Étude de cas / paramédicaux et équipes professionnelles

6.3 - Séq.2 / Jeu de rôle («ABCD») / Étude de cas / paramédicaux et équipes professionnelles 01 Cas n o 1 Thème : Annonce d une mauvaise nouvelle : Madame S. FICHE À REMETTRE AU «PROFESSIONNEL» Vous êtes aide-soignante dans un établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes. Mme S.

Plus en détail

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple L augmentation des traitements en clinique de fertilité et l âge plus avancé des femmes qui s engagent dans une grossesse contribuent à une plus

Plus en détail

Comité technique national des industries du Bâtiment et des travaux publics

Comité technique national des industries du Bâtiment et des travaux publics reco Comité technique national des industries du Bâtiment et des travaux publics Fonction d accueil et d accompagnement des nouveaux en entreprise Pour améliorer l'accueil des nouveaux (embauches, stages,

Plus en détail

Comprendre la phobie sociale. Vous (ou l un de vos proches) souffrez de phobie sociale.

Comprendre la phobie sociale. Vous (ou l un de vos proches) souffrez de phobie sociale. Comprendre la phobie sociale Vous (ou l un de vos proches) souffrez de phobie sociale. La phobie sociale est une maladie psychologique de mieux en mieux connue des médecins et des chercheurs, et pour laquelle

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS TITRE CPE Les Petits bonheurs Code : CA 147.8.1 Politique d intégration et de maintien des enfants ayant des besoins particuliers

Plus en détail

Les besoins des aidants

Les besoins des aidants Les besoins des aidants Être aidant Éléments de définition Il existe de nombreuses définitions de ce qu'est un aidant, qui ont en commun «le caractère non professionnel de l'aide, sa régularité et son

Plus en détail

Projet professionnel

Projet professionnel FONGECIF POITOU-CHARENTES Projet professionnel Esthéticienne Pamela MESSY 10/10/2013 Demande de prise en charge de formation à distance en vue d obtenir le CAP Esthétique Cosmétique Parfumerie Sommaire

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE VI DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE VI DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE ANNEXE VI DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE MINISTÈRE CHARGÉ DE LA SANTÉ DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE PORTFOLIO DE L ÉTUDIANT (document à tenir

Plus en détail

LA PERSONNE DE CONFIANCE

LA PERSONNE DE CONFIANCE Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins du 8 octobre 2010 Dr Irène KAHN-BENSAUDE LA PERSONNE DE CONFIANCE Introduction L article 1111-6 du code de la santé publique,

Plus en détail

COURS A DOMICILE - SPECIALISATION MATIERES SCIENTIFIQUES

COURS A DOMICILE - SPECIALISATION MATIERES SCIENTIFIQUES +$ % "$ e "ax2 dx = 1 2 DOSSIER DE PRESSE - Août 2007 - # a ih " "t #(r r,t) = $ h2 2m %#(r r,t) + V ( r r,t)#( r r,t) Page 0 sur 7 EasyMath, LE spécialiste de l enseignement des matières scientifiques

Plus en détail

Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : annonce et accompagnement du diagnostic

Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : annonce et accompagnement du diagnostic Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : annonce et accompagnement du diagnostic Septembre 2009 Cadre juridique Accompagnement du diagnostic Prérequis à l annonce du diagnostic Cas particuliers Annonce

Plus en détail

ESS 2004 - MOTIVER ET PERSUADER

ESS 2004 - MOTIVER ET PERSUADER ESS 2004 - MOTIVER ET PERSUADER IL EST EXTREMEMENT IMPORTANT DE LIMITER LES REFUS A UN MINIMUM POUR NE PAS METTRE EN DANGER LA FIABILITE DES RESULTATS DE L ETUDE. SI LES PERSONNES QUI N ONT PAS ENVIE,

Plus en détail

Méthodes et astuces pour Mieux négocier

Méthodes et astuces pour Mieux négocier Richard Bourrelly Méthodes et astuces pour Mieux négocier, 2007 ISBN : 978-2-212-53907-3 Chapitre 3 Négocier pour gagner ou pour éviter de perdre? Dans ce chapitre vous apprendrez à : identifier les enjeux

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS-I PANTHÉON SORBONNE

UNIVERSITÉ PARIS-I PANTHÉON SORBONNE Plan du rapport de stage UNIVERSITÉ PARIS-I PANTHÉON SORBONNE U.F.R. 01 DROIT ADMINISTRATION ET SECTEURS PUBLICS 12, PLACE DU PANTHÉON 75005 PARIS Master 1 Plan du rapport de stage L'intelligence est «l'aptitude

Plus en détail

L approche d un réseau de santé lors de l entrée en EHPAD: Cas cliniques

L approche d un réseau de santé lors de l entrée en EHPAD: Cas cliniques LA PLACE DE L EHPAD DANS LA FILIÈRE GÉRIATRIQUE L approche d un réseau de santé lors de l entrée en EHPAD: Cas cliniques Un réseau de santé, c est quoi Les circulaires 2007-88 du 8 mars 2077, 2007-17 du

Plus en détail

Discours de M. Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères et du développement international. Seul le prononcé fait foi

Discours de M. Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères et du développement international. Seul le prononcé fait foi Discours de M. Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères et du développement international Seul le prononcé fait foi Mesdames et messieurs les négociateurs, chers amis, Je tenais à être avec vous

Plus en détail

Elsa Pelestor répond à nos questions

Elsa Pelestor répond à nos questions Elsa Pelestor répond à nos questions Elsa Pelestor est professeur(e) des écoles à l école Jean Moulin de Cavaillon. Elle est l auteur(e) de l article Premiers pas, premières questions paru dans le n 466

Plus en détail

Voici une situation proposée au cours du mois de novembre à des élèves d un cours préparatoire.

Voici une situation proposée au cours du mois de novembre à des élèves d un cours préparatoire. om Ce fichier D3C, corrigé du fichier D3, présente deux activités autour des apprentissages numériques en Cycle 2, cycle des apprentissages fondamentaux. La première situation problème est une situation

Plus en détail

Une relation de soins qui implique le patient?

Une relation de soins qui implique le patient? 1/5 Souvent perçus comme incapables d être acteurs de leur santé, du fait de leur déficit cognitif, les patients vivant avec une pathologie neurodégénérative semblent fréquemment exclus de la relation

Plus en détail

GUY BÉLANGER CONSEILLER EN DO 1

GUY BÉLANGER CONSEILLER EN DO 1 FICHE D APPRÉCIATION D UNE ACTIVITÉ OU D UNE TÂCHE DÉLÉGUÉE Nom du délégateur (gestionnaire) : Nom du délégataire (collaborateur) : Service : Période d évaluation : GUY NÉLANGER Dernière MAJ : Juillet

Plus en détail

Douleur, souffrance, démence et fin de vie

Douleur, souffrance, démence et fin de vie Douleur, souffrance, démence et fin de vie Qu est ce que la douleur? Différence entre douleur et souffrance La souffrance serait morale et la douleur physique La douleur serait locale et la souffrance

Plus en détail

Le comportement humain

Le comportement humain Le comportement humain " Qu'est-ce que le comportement? C'est une action visible ou invisible et qui se passe à un moment donné. Le comportement est la résultante de 3 éléments : - les besoins, - les caractéristiques

Plus en détail

Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant?

Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant? «Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant?» Intervention de Madame Mireille Colin, formatrice et psychopraticienne. Pourquoi

Plus en détail

Accueillir un enfant épileptique : Un accueil plus particulier?

Accueillir un enfant épileptique : Un accueil plus particulier? Accueillir un enfant épileptique : Un accueil plus particulier? Extraits de l'article paru dans la revue Contraste - Enfance et Handicap n 38 (2013) de l'anecamsp, aux éditions Erès Parmi les enfants accueillis

Plus en détail

Synthèse de mémoire de master

Synthèse de mémoire de master Synthèse de mémoire de master Département des sciences de l éducation Centre d enseignement et de recherche francophone des enseignant-e-s du secondaire I et II (CERF) Comment les enseignants soutiennent-ils

Plus en détail

LE SERVICE À LA CLIENTÈLE

LE SERVICE À LA CLIENTÈLE Niveau 1 2 2.2 L enseignement du ski est une question de relations humaines. Pour les clients, une expérience mémorable à la montagne repose d abord sur la relation qu ils établiront avec leur moniteur,

Plus en détail

Dép. 75 «Accueil séquentiel de la Maison d enfants Clair Logis»

Dép. 75 «Accueil séquentiel de la Maison d enfants Clair Logis» Dép. 75 «Accueil séquentiel de la Maison d enfants Clair Logis» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation La Maison d enfants Clair Logis, établissement à caractère social, est

Plus en détail

L influence d un progiciel de gestion sur le système d information d une organisation

L influence d un progiciel de gestion sur le système d information d une organisation Chapitre 8 L influence d un progiciel de gestion sur le système d information d une organisation Notions Processus : nature et présentation Progiciels de gestion dans les métiers de l organisation : approche

Plus en détail

PRÉPARER LE RETOUR AU DOMICILE DU PATIENT : VOLET SOCIAL, VOLET SOIGNANT

PRÉPARER LE RETOUR AU DOMICILE DU PATIENT : VOLET SOCIAL, VOLET SOIGNANT PRÉPARER LE RETOUR AU DOMICILE DU PATIENT : VOLET SOCIAL, VOLET SOIGNANT FORMATION RÉGIONALE DES AIDES SOIGNANTES VENDREDI 20 MARS 2015 Florine MAGRIN Assistante sociale CHRU Besançon Odile ROMANET Cadre

Plus en détail

Explication de texte.

Explication de texte. Charlène Lozano TS1 «La science, dans son besoin d'achèvement comme dans son principe, s'oppose absolument à l'opinion. S'il lui arrive, sur un point particulier, de légitimer l'opinion, c'est pour d'autres

Plus en détail

Comment réaliser une enquête par questionnaire?

Comment réaliser une enquête par questionnaire? Comment réaliser une enquête par questionnaire? 1. L objectif d une enquête : L enquête de satisfaction est un baromètre qui permet de prendre le pouls de la clientèle. Simple et peu coûteuse, elle révèle

Plus en détail

Exercer le rôle de coordonnateur local de DES ou DESC

Exercer le rôle de coordonnateur local de DES ou DESC Exercer le rôle de coordonnateur local de DES ou DESC Les missions du coordonnateur local du 3 ème cycle se sont diversifiées au cours de ces dernières années, de sorte qu il est apparu nécessaire de clarifier

Plus en détail

Reprendre confiance en soi

Reprendre confiance en soi Reprendre confiance en soi Je pense ne pas avoir le niveau pour m exprimer dans cette langue... J ai un peu honte de faire le premier pas et débuter la conversation... Je n ai pas le courage de m adresser

Plus en détail

Infertilité et sexualité

Infertilité et sexualité Infertilité et sexualité Les questions que vous vous posez (et n osez pas aborder avec votre médecin) www.unbebe pourdemain.fr Le site de la fertilité. Édito Vous êtes confrontés à l infertilité dans votre

Plus en détail

La formation des demandeurs d emploi en Limousin

La formation des demandeurs d emploi en Limousin La formation des demandeurs d emploi en Limousin EXPERIENCE La Région Limousin avait depuis 2005 engagé un partenariat avec les ASSEDIC pour coordonner l offre de formation aux demandeurs d emploi et leur

Plus en détail

BTS NRC. Trouver son stage en entreprise

BTS NRC. Trouver son stage en entreprise BTS NRC Trouver son stage en entreprise Comment trouver un stage? htp://fr.wikihow.com/trouver-un-stage Un stage est un bon moyen de vous faire ouvrir des portes et d'acquérir de l'expérience sur un poste

Plus en détail

Chloé B. 3 ème 2. Rapport de stage : Stage chez Mme J. : cabinet d orthodontie du16 au 20 décembre. Collège Colette BESSON Année 2013-2014.

Chloé B. 3 ème 2. Rapport de stage : Stage chez Mme J. : cabinet d orthodontie du16 au 20 décembre. Collège Colette BESSON Année 2013-2014. Chloé B. 3 ème 2 Rapport de stage : Stage chez Mme J. : cabinet d orthodontie du16 au 20 décembre Collège Colette BESSON Année 2013-2014 Page 1 Sommaire du Rapport de stage : Introduction : Page 3 1 ere

Plus en détail

Les domaines de compétences

Les domaines de compétences ACCOMPAGNEMENT ET AIDE individualisée aux personnes dans les actes de la vie quotidienne Associer aux actes essentiels de la vie quotidienne des moments d échange privilégiés. Veiller au respect du rythme

Plus en détail

POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ?

POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ? POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ? Ce n est pas juste un petit bébé qui a été perdu. C est une vie au complet qui ne sera pas vécue. Contrairement aux idées véhiculées dans la société, le

Plus en détail

LA NOUVELLE LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE : EN QUOI ÇA NOUS CONCERNE? 1. Processus d intervention en protection de la jeunesse

LA NOUVELLE LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE : EN QUOI ÇA NOUS CONCERNE? 1. Processus d intervention en protection de la jeunesse LA NOUVELLE LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE : EN QUOI ÇA NOUS CONCERNE? Jean Labbé, MD, FRCPC Professeur titulaire Département de pédiatrie Université Laval; Consultant pédiatrique en protection de

Plus en détail

Un commentaire de texte (subjectif?)

Un commentaire de texte (subjectif?) Un commentaire de texte (subjectif?) Par Virginie MATTIO Psychologue spécialiste des troubles cognitifs Présidente de l APOC (Association de Psychologues à Orientation Cognitive) a demande de Nicolas SARKOSY

Plus en détail

Les rapports d'incident/accident: au-delà des faits

Les rapports d'incident/accident: au-delà des faits Les enjeux de la sécurité des patients dans le système de santé : innovation ou retour aux sources? Les rapports d'incident/accident: au-delà des faits 20 Novembre 2010 Michelle Dionne, Services conseil

Plus en détail

Prendre soin d un drain biliaire externe-interne

Prendre soin d un drain biliaire externe-interne Prendre soin d un drain biliaire externe-interne On vous a installé un drain biliaire pour diminuer l accumulation de bile dans votre sang et traiter une jaunisse. Cette fiche vous explique comment prendre

Plus en détail

Cette année, le thème de la semaine des services de garde «Près de toi, prêt pour toi!» a grandement inspiré l équipe du CPE-BC Québec-Centre.

Cette année, le thème de la semaine des services de garde «Près de toi, prêt pour toi!» a grandement inspiré l équipe du CPE-BC Québec-Centre. Cette année, le thème de la semaine des services de garde «Près de toi, prêt pour toi!» a grandement inspiré l équipe du CPE-BC Québec-Centre. Une phrase, qui accompagnait le dévoilement de l illustration,

Plus en détail

S entraîner à VMA en ski de fond

S entraîner à VMA en ski de fond S entraîner à VMA en ski de fond Qu est ce que la VMA? La Vitesse Maximale Aérobie correspond à la vitesse associée à la consommation maximale d oxygène, c'est-à-dire à VO2max. On entend parler aussi de

Plus en détail

Calcul de moyenne de portrait

Calcul de moyenne de portrait Calcul de moyenne de portrait Dupont Maurane & Bourriaud Typhaine TS2 Mon CV. 1 Présentation POURQUOI CE PROJET : Parmi la liste des projets proposés pour le bac, ce sujet m a semblé le plus attrayant.

Plus en détail

Invitation aux formations

Invitation aux formations Invitation aux formations SOMMAIRE : La gestion de conflits Le 16 Page 2 Entretien d embauche Le 24 Page 3 Table-ronde sur les stagiaires et l hygiène Le 5 février Page 4 BEPS Les 3-7-10-14 et 17mars Page

Plus en détail

COMITE CENTRAL HYGIENE SECURITE Compte rendu CFDT de la séance du 31 août 2010

COMITE CENTRAL HYGIENE SECURITE Compte rendu CFDT de la séance du 31 août 2010 COMITE CENTRAL HYGIENE SECURITE Compte rendu CFDT de la séance du 31 août 2010 Conduite avec ou sans opérateur en Viabilité Hivernale? Pour la CFDT : - Gwénaëlle L HUILIERE (DIR EST), - Patrick GROSROYAT

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

Accompagnement et aide individualisée aux personnes dans les actes de la vie quotidienne

Accompagnement et aide individualisée aux personnes dans les actes de la vie quotidienne Référentiel Fonction / Activités fonctions Accompagnement et aide individualisée aux personnes dans les actes de la vie quotidienne Accompagnement dans la relation à l environnement / Maintien de la vie

Plus en détail

Entrainement quotidien pour arriver spontanément à garder le contrôle de l activité cérébrale

Entrainement quotidien pour arriver spontanément à garder le contrôle de l activité cérébrale Entrainement quotidien pour arriver spontanément à garder le contrôle de l activité cérébrale 1. S entrainer à recevoir un maximum de sensations par les différents canaux Eveiller la conscience, dans l

Plus en détail

L ORTHOGRAPHE GRAMMATICALE

L ORTHOGRAPHE GRAMMATICALE L ORTHOGRAPHE GRAMMATICALE L orthographe est l une des plus grandes difficultés de la langue française. Voici un petit mémo de tous les accords principaux à savoir et à appliquer. I. ACCORD DE L ATTRIBUT

Plus en détail

Protocole du NICHD pour les auditions d enfants I. Introduction

Protocole du NICHD pour les auditions d enfants I. Introduction Protocole du NICHD pour les auditions d enfants I. Introduction 1. Bonjour, je m appelle et je suis un(e) policier(ière). (Présentez toute autre personne présente dans la pièce; idéalement, personne d

Plus en détail

Mini conférence conviviale : TRAVAIL et VIH

Mini conférence conviviale : TRAVAIL et VIH Mini conférence conviviale : TRAVAIL et VIH (prises de notes) La Plate-Forme Prévention Sida, le Centre de Référence Sida du CHU de Charleroi et le GRÉCOS, Groupe de réflexion et de communication sur la

Plus en détail

«Une méthode de travail au service de l accompagnement individuel dans un collège Assomption»

«Une méthode de travail au service de l accompagnement individuel dans un collège Assomption» «Une méthode de travail au service de l accompagnement individuel dans un collège Assomption» 1- Rejoindre le jeune sur son chemin : Les jeunes que je reçois en séance de méthodologie viennent me voir

Plus en détail

Un homme de 42 ans, du diagnostic au décès

Un homme de 42 ans, du diagnostic au décès Une mère, parlant à ses enfants : Un homme de 42 ans, du diagnostic au décès Vous savez que papa ne se sent pas très bien et qu il a des problèmes depuis un certain temps. Eh bien, le docteur nous a dit

Plus en détail

OBTENIR UN CONSENTEMENT À LA RECHERCHE CHEZ UNE PERSONNE PRÉSENTANT UNE DÉFICIENCE INTELLECTUELLE

OBTENIR UN CONSENTEMENT À LA RECHERCHE CHEZ UNE PERSONNE PRÉSENTANT UNE DÉFICIENCE INTELLECTUELLE OBTENIR UN CONSENTEMENT À LA RECHERCHE CHEZ UNE PERSONNE PRÉSENTANT UNE DÉFICIENCE INTELLECTUELLE GUIDE DESTINÉ AUX PROCHES, AUX INTERVENANTS ET AUX PROFESSIONNELS 1 Pourquoi obtenir un consentement? Lors

Plus en détail

Les nouveaux standards d aménagement de bureau à la loupe.

Les nouveaux standards d aménagement de bureau à la loupe. Les nouveaux standards d aménagement de bureau à la loupe. Table ronde animé par Jean-Paul FOURNIER, Rédacteur en chef OFFICE ET CULTURE Mercredi 28 novembre 2007 Intervenants Delphine BELAICHE, Directrice

Plus en détail

LA FAMEUSE ABF!!! -------------------------------------------------------------------------------------------

LA FAMEUSE ABF!!! ------------------------------------------------------------------------------------------- LA FAMEUSE ABF!!! Pièce maîtresse de vos activités de vente, la fameuse analyse des besoins financiers (ABF) questionne amplement la grande majorité d entre vous. Est-elle toujours obligatoire? Que doit-elle

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Organisation générale du service

Organisation générale du service Organisation générale du service Le service est divisé en deux secteurs, dont les frontières sont floues dans la pratique. 4 médecins dont deux cancérologues (Dr. Hess et Dr. Sarda) et deux Infectiologues

Plus en détail

UE 3.4 S6 Initiation à la démarche de recherche UE 5.6 S6 Analyse de la qualité et traitement des données scientifiques et professionnelles

UE 3.4 S6 Initiation à la démarche de recherche UE 5.6 S6 Analyse de la qualité et traitement des données scientifiques et professionnelles UE.4 S6 Initiation à la démarche de recherche 6. Évaluation Le moment viendra où le jury mettra fin à l entretien. L épreuve étant terminée, acceptez cette limite même s il ne vous semble pas avoir fait

Plus en détail

ENTRETIEN D AUTOCONFRONTATION. Entretien entre Christelle (C) et le technicien informatique expert, David (D)

ENTRETIEN D AUTOCONFRONTATION. Entretien entre Christelle (C) et le technicien informatique expert, David (D) ENTRETIEN D AUTOCONFRONTATION Entretien entre Christelle (C) et le technicien informatique expert, David (D) Durée de l entretien : 14mn C : Alors, est-ce que tu peux d abord te présenter et dire en quoi

Plus en détail

Réponses au Questionnaire technique/tactique pour les U13

Réponses au Questionnaire technique/tactique pour les U13 Réponses au Questionnaire technique/tactique pour les U13 Avant tout j aimerais remercier tous les enfants qui ont fait l effort d avoir répondu au questionnaire (il y en a eu 16). Et même si ce questionnaire

Plus en détail