ANALYSE DE PRATIQUE. Lieu: Service de dialyse péritonéale Bayard, clinique du Tonkin. Date: Lundi 24 février 2014, 10h

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ANALYSE DE PRATIQUE. Lieu: Service de dialyse péritonéale Bayard, clinique du Tonkin. Date: Lundi 24 février 2014, 10h"

Transcription

1 Date: mardi 4 mars 2014 ANALYSE DE PRATIQUE Stage 5B 6A Benjamin Beaugé Lieu: Service de dialyse péritonéale Bayard, clinique du Tonkin Date: Lundi 24 février 2014, 10h Acteurs: Mr. B, infirmière, stagiaire infirmier, médecin Situation: Mr. B, 72 ans vivant avec sa femme et ayant 2 enfants qu'il voit fréquemment à été diagnostiqué avec une nephroangiosclérose. Cette pathologie lui a provoqué une insuffisance rénale qui a provoqué quelques mois avant sa première hospitalisation une aggravation de son hypertension artérielle et un essoufflement du à un léger œdème pulmonaire. Suite à une concertation médicale, il lui sera posé le 13/01/14 un cathéter de dialyse péritonéale. Lors du rendez-vous de premier pansement, une semaine plus tard selon le protocole (20/01/14), Mr. B est très renfermé. Il est accompagné de sa fille qui pose beaucoup de questions telles que: Cela sera combien de jour par semaine? Combien de temps cela prend? Etc... En entendant les réponses des infirmières, Mr B et sa fille sont très surpris (négativement). Ils trouvent que c'est très contraignant. En effet ils pensaient que la dialyse péritonéale permettait de n'être dialysé qu'une fois par semaine. Le patient ajoute même que "l'autre dialyse aurait sûrement été moins contraignante". Il dit que si c'est trop contraignant, il demandera à passer en hémodialyse. L'équipe demande alors au médecin qui le suit d'être présent le jour du premier essai de dialyse péritonéale pour lui expliquer la situation. Le premier essai (méthode de double poche de dialyse péritonéale) a eu lieu le 27/01/14. Le patient accepte mieux l'idée de la dialyse péritonéale et semble plus détendu. Le médecin passe le voir à 12h et lui dit qu'il pourra passer sur la méthode du cycleur, une machine qui automatise les cycles de drainage et d'injection et qui permet d'être dialysé la nuit en dormant. Cette méthode convient bien aux patients qui drainent bien. Or, le patient à des difficultés à drainer en position couchée, ce qui fait sonner le cycleur plusieurs fois pendant la nuit. Le patient et sa femme en ont marre et arrêtent régulièrement la machine au milieu de la nuit pour pouvoir dormir. Les analyses du patient deviennent mauvaises et il est alors décidé avec lui de lui faire suivre la formation pour effectuer la méthode de double poche, dite manuelle, de façon autonome chez lui. Au cours des nombreux rdv de formation du patient, celui-ci montre qu'il connaît le protocole, mais les gestes restent souvent brusques et rapides et il oublie souvent de passer la solution hydro alcoolique avant le branchement. ' ' ' ' 1

2 Observation, étonnement: Comme le patient s'énerve et s'impatiente quand on lui signale ses erreurs, et qu'il effectue toujours ses gestes à la hâte et de façon souvent désordonnée, je me suis posé la question de savoir s'il n'y avait pas de pathologie annexe (Alzheimer, Parkinson ou autre) qui aurait pu expliquer ses gestes hésitants et ses difficultés. Comme le patient se braquait dès qu'on essayait de voir avec lui ce qui n'allait pas, nous avons conclu que la réaction du patient pouvait être purement liée à une notion culturelle, face à une équipe uniquement féminine. Difficultés et points à approfondir: Comme nous nous sommes retrouvés en difficultés vis à vis de la dialyse du patient et de ses chiffres de plus en plus préoccupants et que le mini mental score que je lui ai fait passer n'a pas permis de mettre en évidence une dégénérescence de ses fonctions cognitives, il nous fallait approfondir les raisons pour lesquelles le patient se braquait afin de mieux voir ce qui se jouait dans la relation. Après avoir discuté un moment avec lui, il a fini par se détendre un peu et se confier à moi. Au vu de son histoire de maladie, il m'explique qu'il a un grand besoin d'autonomie et qu'il fuit le milieu médical autant que possible car la maladie lui fait peur. C'est pour cette raison qu'il était déçu que la dialyse prenne autant de temps et d'espace dans sa vie, et que tout comptes faits, l'hémodialyse lui aurait permis de n'être dialysé que 3 fois par semaine et pas tous les jours. Après cette première déception il me dit qu'une semaine plus tard, au premier essai il était un peu apaisé car il avait réalisé que cette méthode l'éloignait du milieu hospitalier et lui permettait, moyennant une certaine organisation, de voyager dans son pays natal. En essayant de comprendre du coup pourquoi il s'énervait durant la séquence d'éducation thérapeutique, il m'explique qu'il ne s'énerve pas contre l'équipe soignante, mais contre lui-même. Il dit avoir travaillé des années dans l'imprimerie à faire des mélanges d'encres très précis lui demandant beaucoup de rigueur, et qu'à 72 ans il a maintenant du mal à retenir certaines étapes de la manipulation et manque de rigueur, ce qui l'énerve au plus haut point. Il perd ses moyens en se mettant beaucoup de pression car il a très hâte d'être autonome chez lui. 2

3 Le concept d Autonomie L autonomie n est pas synonyme d indépendance, mais elle représente la capacité à gérer des dépendances (ex prise de décision/ handicap physique). L autonomie est un concept à mettre en lien avec la dépendance, mais ce n'est pas du tout son opposé. L autonomie vient de l individu même, alors que la dépendance est une relation sociale. Dans le cas d'un patient dialysé qui gère son traitement à domicile par la méthode péritonéale par exemple, celui-ci sera dépendant du livreur de poches, du médecin qui les prescrit et de l'infirmière qu'il va voir une fois par mois. Mais il est autonome; il a cette capacité à gérer ses dépendances. Une personne dépendante a besoin d'une tierce personne, par exemple un membre de sa famille, soignant, auxiliaire de vie, pour assurer et satisfaire certains de ses besoins fondamentaux. La dépendance exige la mise en place d'aides (matériel ou personnes) adaptées et personnalisées pour permettre à la personne de vivre décemment malgré sa maladie, son handicap, sa perte d'autonomie. Selon le diabétologue Gérard Reach qui s'interroge dans son ouvrage "Pourquoi se soigne-t-on?" sur les mécanismes de l observance du patient, la préoccupation de l'équipe soignante est de contribuer à l autonomie du patient. Dans une conception psychologique de l autonomie, l individu autonome est capable de choisir en fonction de ses valeurs et de ses préférences qui traduisent son individualité. Car le patient est un individu et vient avec sa culture, ses représentations, son caractère et il a une notion qui lui est tout à fait propre de son autonomie. Il est donc indispensable d'en prendre compte lors de sa prise en charge afin de l'adapter aux attentes du patient. Ce qui pour nous est l'autonomie ne l'est pas forcément pour lui, on rappelle que l'autonomie est intrinsèque à l'individu. 3

4 L'éducation thérapeutique (ETP) Selon l OMS: L éducation thérapeutique du patient vise à aider les patients à acquérir ou maintenir les compétences dont ils ont besoin pour gérer au mieux leur vie avec une maladie chronique. L'éducation thérapeutique est un des rôles de l'équipe soignante qui va avoir un rôle d information, de conseil et d apprentissage. Le but étant de faire en sorte que le patient puisse gérer sa maladie et son traitement, et aider à faire en sorte que le patient vive avec sa maladie, se l'approprie et la maîtrise au mieux. Il doit être capable de reconnaître ses symptômes, ses crises, les conduites à tenir le cas échéant, les recommandations nutritionnelles adaptées etc. Il doit aussi être capable de prévenir les complications évitables. Comme vu précédemment, une éducation thérapeutique adaptée doit tenir compte d'une multitude de facteurs que le patient amène, car ce sont les outils qui vont nous servir afin d'accompagner le patient dans son autonomisation. Il s'agit de l'aider à faire des choix éclairés afin d'atteindre le degré d'autonomie que celui-ci souhaite. La séquence d'éducation thérapeutique doit s'adapter donc au patient, mais il est utile de structurer celle-ci pour récupérer un maximum d'informations sur celui-ci et adapter au mieux notre suivi. De façon classique, elle se découpe en quatre partie: 1) Le diagnostic éducatif: ici vont s'identifier les besoins du patient et ses attentes. Le soignant va essayer de faire le tour des facteurs dépendants du patient et pouvant influer sur sa capacité d'apprentissage. Il va évaluer les facteurs favorisants (tels que la famille présente), et les facteurs qui pourraient mettre la séquence éducative en difficultés (barrière de la langue, culture, etc). Il va aussi essayer d'évaluer ce que le patient sait au préalable de sa pathologie et du traitement qu'on lui propose. Le soignant va aussi se renseigner sur l'impact du traitement ou de la pathologie elle-même sur la dynamique familiale ou professionnelle. 2) Le contrat d éducation thérapeutique: Il va alors y avoir une négociation entre le patient et l'équipe soignante sur les compétences à acquérir au sein d un programme d éducation thérapeutique du patient (ETP) en tenant compte des besoins du patient et des choix thérapeutiques. Le contrat doit être réaliste et doit donc faire intervenir directement le patient afin de fixer ensemble des objectifs qui pourront être évalués. 4

5 3) La mise en œuvre du programme personnalisé d éducation thérapeutique du patient: L application de l ETP repose bien sûr sur les informations collectées au cours du diagnostic éducatif et sur les objectifs spécifiques fixés. Il est donc indispensable qu elle soit personnalisée. De ce fait il n est pas possible de standardiser un programme d ETP. Si les objectifs fixés sont donc personnalisés, les moyens ou médias utilisés le seront aussi. La mise en œuvre du programme personnalisé d éducation thérapeutique devra s adapter aux canaux d apprentissage privilégiés du patient. De ce fait, le soignant pourra proposer différents moyens au patient pour retenir, par exemple, une séquence de gestes afin de réaliser ses soins. Dans ce but, il pourra proposer au patient d écrire ou de dessiner son soin, d y ajouter des couleurs, de l entendre, de le voir, ou de le réaliser plusieurs fois. 4) L évaluation des compétences acquises, du déroulement du programme: L étape de l évaluation sert au soignant à voir ce qui a été compris, retenu et maitrisé, et aussi à moyen et long terme ce qui reste, ce qui a été oublié, ce qui reste difficile pour le patient. En effet, l évaluation est un processus dans lequel le patient va rester longtemps voire toujours, car elle doit se faire en continu. Juste après la séquence d ETP, l évaluation sert à vérifier que tout est bien compris et que le patient connait les recommandations adaptées à sa pathologie ou sait réaliser les gestes de soins que sa condition nécessite. Elle évalue alors la mémoire à court terme. Il serait dangereux de s arrêter la: une ou des évaluations à moyen et long terme sont donc mises en place en accord avec le patient, afin de voir une semaine, un mois ou même un an plus tard, si la séquence d ETP est toujours efficace, ou s il est besoin d une piqûre de rappel. Cette évaluation à moyen et long terme prend souvent la forme d une consultation chez le médecin traitant ou le spécialiste qui suit le patient ou encore d un passage d un infirmier à domicile. Pour conclure sur l Education Thérapeutique du Patient, une citation de Confucius: Montrer n'est pas former: Tu me dis, j'oublie. Tu m'enseignes, je me souviens. Tu m'impliques, j'apprends. 5

6 En conclusion Les dernières révélations du patient nous ont permises d'adapter notre discours et nos méthodes d'éducation thérapeutique. Il a été décidé de prendre le risque de laisser le patient changer ses poches à domicile afin de lui rendre son autonomie, mais de demander au médecin une prescription pour un passage d'un infirmier à domicile deux fois par semaine la première semaine puis une fois par semaine ensuite si tout se passe bien. Le patient est très content de cette solution et les infirmiers libéraux qui passent chez lui nous ont dit qu'il gérait très bien ses manipulations, avec rigueur et dans les règles d'hygiène. Cela a rassuré l'équipe soignante et l'a conforté dans l'idée que le patient se mettait une grosse pression pour regagner son autonomie et vivait difficilement la relation d'éducation thérapeutique dans le sens ou il avait peur de passer pour quelqu un de non rigoureux, et peur aussi de pas être autorisé à réaliser ses soins à domicile. Il n'est parfois pas évident de bien orienter son discours quand on se trouve devant un patient qui n'ose pas se confier. C est alors du devoir du soignant d insister, et de ne pas s arrêter à la surface. Il est en effet primordial de bien identifier ce qui se joue dans la relation et les réels besoins du patient lors d'un soin, un accueil ou une séquence d'éducation thérapeutique. L ETP telle qu elle se pratiquait dans ce service a été pour moi un énorme enrichissement tant elle faisait appel à tous les concepts vu en cours. Une constante mise en application des notions de psychologie, de relation de soin, d accueil, d encadrement, d apprentissage, de communication verbale et non verbale. Après de multiples expériences de ce type, je me sens compétent pour gérer ce genre de situations à l avenir, si elles se présentent à moi. En plus de me donner de l assurance et de l expérience dans ce domaine, elles ont confirmé mon envie d exercer dans un secteur où je pourrai utiliser ces compétences au maximum. 6

Le programme OMAGE dans une logique de parcours. Sylvie LEGRAIN Pascale Saint - Gaudens AFDET 13 février 2014

Le programme OMAGE dans une logique de parcours. Sylvie LEGRAIN Pascale Saint - Gaudens AFDET 13 février 2014 Le programme OMAGE dans une logique de parcours Sylvie LEGRAIN Pascale Saint - Gaudens AFDET 13 février 2014 Quelques chiffres Les 75+ : 57% ont une ALD 33% sont hospitalisés dans l année, dont 40% en

Plus en détail

L éducation thérapeutique en addictologie

L éducation thérapeutique en addictologie L éducation thérapeutique en addictologie Dr Philippe DUMAS Dr Bernard STEFANI Praticiens hospitaliers Addictologues CSAPA La caravelle Hôpital de Grasse Qu est ce que l ETP? Un processus continu dont

Plus en détail

Calendrier Sanitaire & Social

Calendrier Sanitaire & Social Calendrier Sanitaire & Social mise à jour : 28/10/2015 Calendrier Midi-Pyrénées SANITAIRE ET SOCIAL 2016 Réaliser une injection en chambre implantable Plaies et cicatrisation Voies veineuses centrales,

Plus en détail

IDE Unité de Psychiatrie Générale

IDE Unité de Psychiatrie Générale IDE Unité de Psychiatrie Générale CONTEXTE : Centre Hospitalier de Dax Côte d Argent Directeur d établissement : Mr CAZENAVE Direction fonctionnelle : Mme FRECON Site : Yves du MANOIR Pôle d activité :

Plus en détail

Rapport de stage au Sénégal. Par. Mélissande DEMERS-TREMBLAY [610] Travail présenté à. Réjean Tessier. Dans le cadre du cours

Rapport de stage au Sénégal. Par. Mélissande DEMERS-TREMBLAY [610] Travail présenté à. Réjean Tessier. Dans le cadre du cours Rapport de stage au Sénégal Par Mélissande DEMERS-TREMBLAY [610] Travail présenté à Réjean Tessier Dans le cadre du cours GPL-3153 : Stage de sensibilisation interculturelle en psychologie I École de Psychologie

Plus en détail

Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles

Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles St Malo 5 février 2010 Audrey Lesieur Psychologue Le dispositif d annonce Plan Cancer 2005 ( Mesure 40) Apporter une information

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

A.Gt 24-03-1995 M.B. 10-08-1995. Le Gouvernement de la Communauté française,

A.Gt 24-03-1995 M.B. 10-08-1995. Le Gouvernement de la Communauté française, Lois 24363 p.1 Arrêté du Gouvernement de la Communauté française fixant le programme de l'enseignement clinique pour l'obtention du brevet d'infirmier(ère) hospitalier(ère) et d'infirmier(ère) hospitalier(ère)

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Diplôme professionnel aide-soignant Référentiel d activités

Diplôme professionnel aide-soignant Référentiel d activités Annexe IV à l arrêté du 25 janvier 2005 relatif aux modalités d organisation de la validation des acquis de l expérience pour l obtention du diplôme professionnel d aide-soignant Diplôme professionnel

Plus en détail

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS ACTIVITE PROFESSIONNELLE N 8 : LE CADRE GERE LES RISQUES CONCERNANT LES PRESTATIONS, LES CONDITIONS DE TRAVAIL DES PERSONNELS,

Plus en détail

Association Autonomie Aquitaine

Association Autonomie Aquitaine M1 : le contexte législatif et réglementaire de la démarche qualité en secteur médico- social: o La Loi du 2 janvier 2002 : o ses fondements o La démarche de projet o Le règlement de fonctionnement o Le

Plus en détail

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels»

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels» Fiche de presse Une force de proposition indépendante à l initiative de la Ville de Montpellier Direction de la Communication de la Ville de Montpellier - ANATOME - Novembre 2010 Signature d une convention

Plus en détail

I. Qu est ce qu un SSIAD?

I. Qu est ce qu un SSIAD? 1 Plan Introduction I. Qu est ce qu un SSIAD? II. L accompagnement du SSIAD III. Présentation du SSIAD de Meyssac et de Beynat IV. Les personnes prises en soin dans le SSIAD V. Présentation d une situation

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer

La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer La prise en charge diététique de la maladie d Alzheimer http://www.carevox.fr/comment-lutter-contre-la-maladie-d-alzheimer.html 1. Les Conséquences de la maladie d Alzheimer sur l alimentation Phases Capacités

Plus en détail

L'aidant familial face à Alzheimer: la tablette un outil simple et pratique

L'aidant familial face à Alzheimer: la tablette un outil simple et pratique L'aidant familial face à Alzheimer: la tablette un outil simple et pratique Vous trouverez ici notre guide d utilisation et d accompagnement pour l'aidant familial utilisant la tablette et nos jeux de

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

DEFINITION DE LA FONCTION INFIRMIER(E)

DEFINITION DE LA FONCTION INFIRMIER(E) Mai 2002 DEFINITION DE LA FONCTION INFIRMIER(E) Réalisation : Direction Département infirmier A. DESCRIPTION DU CONTENU DE LA FONCTION 1. Utilité de la fonction - Mission générale Participer à la prise

Plus en détail

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient Catherine Tourette-Turgis Maître de conférences en sciences de l éducation Responsable du master en éducation thérapeutique à l université

Plus en détail

L engagement en pratique des gestionnaires de cas

L engagement en pratique des gestionnaires de cas L engagement en pratique des gestionnaires de cas Cyrille Lesenne Président de l'association Française des Gestionnaires de Cas (AFGC) Samuel Lesplulier Vice Président de l AFGC La gestion des cas La gestion

Plus en détail

Le Modèle Conceptuel de Virginia Henderson. P. Bordieu (2007)

Le Modèle Conceptuel de Virginia Henderson. P. Bordieu (2007) Le Modèle Conceptuel de Virginia Henderson P. Bordieu (2007) Postulats qui l étayent (= fondements) Valeurs qui le justifient Éléments qui le composent: - But poursuivi - Cible - Rôle de l infirmière -

Plus en détail

Compte rendu : Entretiens Utilisateurs

Compte rendu : Entretiens Utilisateurs Compte rendu : Entretiens Utilisateurs Entretien 1 : Yvan Quelle est votre tranche d âge Celle de vos parents et grands-parents Yvan : < 60 ans, Mère : environ 50 ans, Grand-mère : environ 80 ans Combien

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT Handicap, Dépendance, Invalidité REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT HANDIVIE 1 Boulevard de Compostelle - 13012 Marseille : 04 91 44 07 73 - : 09 70 62 08 48 ssiad-handivie@wanadoo.fr TABLE DES MATIERES I.LE

Plus en détail

Annexe 1 : les 101 propositions émises par les groupes

Annexe 1 : les 101 propositions émises par les groupes Annexe 1 : les 101 s émises par les groupes Les décideurs de Propositions 5 Rendre accessible le traitement du domicile (via le pharmacie d'officine ou le médecin traitant, le carnet, le dossier, le Conserver

Plus en détail

Famille : Analyse laboratoire. Sous-famille : Analyse laboratoire. Code ROME : 52232

Famille : Analyse laboratoire. Sous-famille : Analyse laboratoire. Code ROME : 52232 Famille : Analyse laboratoire Sous-famille : Analyse laboratoire Code ROME : 52232 Technicien(ne) d analyse chimie / physicochimie Chimiste Technicien(ne)-analyste chimie Analyste chimie Définir, réaliser

Plus en détail

Décret relatif. Sur le rapport du ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées,

Décret relatif. Sur le rapport du ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées, Décret relatif aux conditions techniques de fonctionnement des établissements de santé qui exercent l activité de traitement de l insuffisance rénale chronique par la pratique de l épuration extrarénale

Plus en détail

Article 10. - Surveillance et observation d'un patient à domicile

Article 10. - Surveillance et observation d'un patient à domicile NOMENCLATURE GÉNÉRALE DES ACTES PROFESSIONNELS DES MÉDECINS, CHIRURGIENS-DENTISTES, SAGES-FEMMES ET AUXILIAIRES MÉDICAUX DEUXIÈME PARTIE NOMENCLATURE DES ACTES MÉDICAUX N'UTILISANT PAS LES RADIATIONS IONISANTES

Plus en détail

LA FORMATION CONTINUE DES SOIGNANTS EN EHPAD

LA FORMATION CONTINUE DES SOIGNANTS EN EHPAD LA FORMATION CONTINUE DES SOIGNANTS EN EHPAD Renato SAIU (2009). En ligne sur detour.unice.fr Master 2 de psychologie clinique et gérontologique Résumé : La formation professionnelle du personnel en EHPAD

Plus en détail

LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE

LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE AD'PROSANTE : DES FORMATIONS POUR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE AD'PROSANTE - GROUPE SOFT FORMATION 84, Boulevard de la Corderie 13007 Marseille Tél : 04.91.15.71.03 Fax : 04.91.81.52.62 1 NOTRE OFFRE

Plus en détail

EVALUATION INTERMEDIAIRE EN STAGE Compétences, Actes, activités et techniques de soins

EVALUATION INTERMEDIAIRE EN STAGE Compétences, Actes, activités et techniques de soins Support d évaluation intermédiaire en stage EVALUATION INTERMEDIAIRE EN STAGE Compétences, Actes, activités et techniques de soins NOM DE L ETUDIANT : PRENOM : I.F.S.I. : LIEU DE STAGE : TYPE DE STAGE

Plus en détail

Présentation de. l Equipe Spécialisée Alzheimer SMD LYON

Présentation de. l Equipe Spécialisée Alzheimer SMD LYON Présentation de l Equipe Spécialisée Alzheimer SMD LYON Soins d accompagnement et de réhabilitation auprès de personnes atteintes de la maladie d Alzheimer Marie PONCET-JEANNE, Psychologue / Coordinatrice

Plus en détail

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux - Que pensez vous du débat suscité par l article paru dans Sciences et Avenir sur l association entre benzodiazépines

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Date : MMES et MM les Directeurs 09/04/99 - des Caisses Primaires d'assurance Maladie - des Caisses

Plus en détail

SUPPLEMENT AU DIPLÔME

SUPPLEMENT AU DIPLÔME SUPPLEMENT AU DIPLÔME Le présent supplément au diplôme (annexe descriptive) suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil de l'europe et l'unesco/cepes. Le supplément vise à fournir des

Plus en détail

Education Thérapeutique (ETP)

Education Thérapeutique (ETP) Education Thérapeutique (ETP) Enfant diabétique type I Marie Caron Infirmière puéricultrice référente en éducation thérapeutique Maryse Tamburro Cadre puéricultrice Centre initiateur de pompes à insuline

Plus en détail

Complément à la circulaire DH/EO 2 n 2000-295 du 30 mai 2000 relative à l'hospitalisation à domicile

Complément à la circulaire DH/EO 2 n 2000-295 du 30 mai 2000 relative à l'hospitalisation à domicile http://www.sante.gouv.fr/adm/dagpb/bo/2001/01-01/a0010017.htm Bulletin Officiel n 2001-1 Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Page 1 sur 6 Complément à la circulaire DH/EO 2 n

Plus en détail

0. PRÉSENTER L OBJECTIF GÉNÉRAL ET LES OBJECTIFS SPÉCIFIQUES DU MODULE

0. PRÉSENTER L OBJECTIF GÉNÉRAL ET LES OBJECTIFS SPÉCIFIQUES DU MODULE FICHE D ACTIVITÉ Module 03 / Activité 01 Jeu de rôle ABCD POINT D ANIMATION Chaque groupe doit être constitué de 4 personnes. 0. PRÉSENTER L OBJECTIF GÉNÉRAL ET LES OBJECTIFS SPÉCIFIQUES DU MODULE (les

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

Préface Page 3. La maladie en quelques mots Page 4 à 5. 1 - Doutes et interrogations Page 6 à 7. 2 - Le diagnostic. Page 8

Préface Page 3. La maladie en quelques mots Page 4 à 5. 1 - Doutes et interrogations Page 6 à 7. 2 - Le diagnostic. Page 8 SOMMAIRE Préface Page 3 La maladie en quelques mots Page 4 à 5 1 - Doutes et interrogations Page 6 à 7 2 - Le diagnostic. Page 8 3 - Les aides Page 9 à 11 3.1 - Le soutien à domicile (ménage, courses,

Plus en détail

Education thérapeutique du sujet âgé Un défi à relever. Sylvie LEGRAIN HAS 29 novembre 2012

Education thérapeutique du sujet âgé Un défi à relever. Sylvie LEGRAIN HAS 29 novembre 2012 Education thérapeutique du sujet âgé Un défi à relever Sylvie LEGRAIN HAS 29 novembre 2012 L ETP C est : acquérir des compétences pour mieux vivre avec sa(ses) maladie(s) chronique(s) au quotidien. L ETP

Plus en détail

Collaboration infirmières / diététiciennes dans la prise en charge du patient coronarien. Caroline Bravin Laetitia Gnaly Julie Lesaffre

Collaboration infirmières / diététiciennes dans la prise en charge du patient coronarien. Caroline Bravin Laetitia Gnaly Julie Lesaffre Collaboration infirmières / diététiciennes dans la prise en charge du patient coronarien Caroline Bravin Laetitia Gnaly Julie Lesaffre Nous n avons aucun conflit d intérêt avec l industrie pharmaceutique

Plus en détail

Catalogue des formations 2014

Catalogue des formations 2014 Catalogue des formations 2014 Institut de Formation en Soins Infirmiers du Centre Hospitalier de Compiègne Code NAF: 851 A - N SIRET 200 034 650 00040 - N existence: 22.60.02.715.60 Sommaire des formations

Plus en détail

L infirmier exerce son métier dans le respect des articles R.4311-1 à R.4311-15 et R.4312-1 à 4312-49 du code de la santé publique.

L infirmier exerce son métier dans le respect des articles R.4311-1 à R.4311-15 et R.4312-1 à 4312-49 du code de la santé publique. Diplôme d Etat d infirmier Référentiel d activités Annexe I Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

La profession infirmière en 2005 activité et honoraires en progression

La profession infirmière en 2005 activité et honoraires en progression Point d information mensuel 6 juin 2006 La profession infirmière en 2005 activité et honoraires en progression Le développement du maintien à domicile des patients atteints de maladies chroniques comme

Plus en détail

Senior. Bon à savoir. + soins mode d emploi

Senior. Bon à savoir. + soins mode d emploi Chaque année, près de 5.000 patients âgés de plus de 75 ans sont hospitalisés à Saint-Luc. Tous ne sont pas soignés par un gériatre. Mais alors, qui est concerné par la gériatrie? Et en quoi consiste cette

Plus en détail

REEDUCATION CARDIAQUE APRES POSE DE DAI ASSEMBLEE GENERALE APODEC 2011

REEDUCATION CARDIAQUE APRES POSE DE DAI ASSEMBLEE GENERALE APODEC 2011 REEDUCATION CARDIAQUE APRES POSE DE DAI ASSEMBLEE GENERALE APODEC 2011 cardiaque Ensemble des mesures permettant une approche GLOBALE du patient Processus personnalisé et coordonné Personne intégrée dans

Plus en détail

L utilisation de la force, de l isolement et de substances chimiques comme mesures de contrôle des personnes

L utilisation de la force, de l isolement et de substances chimiques comme mesures de contrôle des personnes L utilisation de la force, de l isolement et de substances chimiques comme mesures de contrôle des personnes L ESPRIT DE LA LOI L utilisation de l isolement et de la contention est encadrée par l article

Plus en détail

A.Gt 09-12-2005 M.B. 09-02-2006. Modifications : A.Gt 13-06-2008 - M.B. 12-08-2008 D. 17-07-2013 M.B. 21-08-2013

A.Gt 09-12-2005 M.B. 09-02-2006. Modifications : A.Gt 13-06-2008 - M.B. 12-08-2008 D. 17-07-2013 M.B. 21-08-2013 Lois 30321 p.1 Arrêté du Gouvernement de la Communauté française fixant le programme et les conditions de validité de l'enseignement clinique pour l'obtention du grade académique de bachelier en soins

Plus en détail

VIVRE SANS LARYNX. Conférence du Dr LUBOINSKY. Genèse de la consultation infirmière à l'institut Gustave Roussy

VIVRE SANS LARYNX. Conférence du Dr LUBOINSKY. Genèse de la consultation infirmière à l'institut Gustave Roussy VIVRE SANS LARYNX NECESSITE DE L'INFORMATION La "Consultation Infirmière à l'igr" Conférence du Dr LUBOINSKY Genèse de la consultation infirmière à l'institut Gustave Roussy L'institut Gustave Roussy a

Plus en détail

Introduction W ZLe service d hémodialyse à l hôpital civil de Charleroi (infirmière en chef Mme Lothier)

Introduction W ZLe service d hémodialyse à l hôpital civil de Charleroi (infirmière en chef Mme Lothier) Introduction ZLe service d hémodialyse à l hôpital civil de Charleroi (infirmière en chef Mme Lothier) Nombres de postes : 24 Nombres de patients chroniques : 96 ZLe service d hémodialyse à l hôpital André

Plus en détail

L Éducation thérapeutique du patient (etp)

L Éducation thérapeutique du patient (etp) L Éducation Thérapeutique du Patient (ETP) Préface La maladie chronique a un impact important sur la vie quotidienne du patient et de son entourage (changement du mode de vie, prise quotidienne d un traitement,

Plus en détail

Quand devrais-je communiquer avec Best Doctors?

Quand devrais-je communiquer avec Best Doctors? Quand devrais-je communiquer avec Best Doctors? QUAND APPELER BEST DOCTORS MD QUAND VOUS OU L UNE DE VOS PERSONNES À CHARGE ADMISSIBLES avez reçu un diagnostic de maladie grave ou soupçonnez en être atteint.

Plus en détail

Compétences attendues des infirmiers en pédopsychiatrie

Compétences attendues des infirmiers en pédopsychiatrie Compétences attendues des infirmiers en pédopsychiatrie 1 Le rôle infirmier en pédopsychiatrie Le rôle infirmier prend en compte l enfant et/ou l adolescent dans sa globalité et respecte ses différences

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

Bernier Léa 3 1. Rapport de stage. Sallard immobilier. Photo de Sallard immobilier

Bernier Léa 3 1. Rapport de stage. Sallard immobilier. Photo de Sallard immobilier Bernier Léa 3 1 Rapport de stage Sallard immobilier Photo de Sallard immobilier 1 Sommaire 1 e partie : Enquête sur l entreprise 1) Présentation de l entreprise... p.3 2) Situation de l entreprise... p3-4

Plus en détail

Le rôle de l éducateur

Le rôle de l éducateur Le rôle de l éducateur en Maison d Enfant à Caractère Sociale Joël FISCHER Juillet 2008 L éducateur L'éducateur spécialisé intervient auprès d'enfants ou d'adolescents souffrant de problèmes familiaux,

Plus en détail

Retour d expérience Education thérapeutique du patient. Le contexte: la Fondation Bon Sauveur

Retour d expérience Education thérapeutique du patient. Le contexte: la Fondation Bon Sauveur Retour d expérience Education thérapeutique du patient Le contexte: la Fondation Bon Sauveur La Fondation Bon Sauveur est un établissement de soins en santé mentale situé dans les Côtes d Armor (Guingamp-

Plus en détail

LE DIABETE DANS LES DEPARTEMENTS D OUTRE MER CARACTERISTIQUES

LE DIABETE DANS LES DEPARTEMENTS D OUTRE MER CARACTERISTIQUES LE DIABETE DANS LES DEPARTEMENTS D OUTRE MER CARACTERISTIQUES PREVENTION SOMMAIRE EPIDEMIOLOGIE La prévalence du diabète traité est estimée en 2009 à 4,4 % de la population résidant en France soit 3 millions

Plus en détail

créé, pourquoi pas moi? www.claee.org Elles ont

créé, pourquoi pas moi? www.claee.org Elles ont Elles ont créé, pourquoi pas moi? (garde d enfant) (patronne salon coiffure) - (patronne restaurant) (femme de ménage / vendeuse à la sauvette) www.claee.org DepliantCLAEE-Final.indd 1 1/02/11 22:16:36

Plus en détail

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE p. 3 LE CESU Les outils Le centre de simulation Quelques chiffres Un exemple : la formation à l emploi des infirmiers des services d urgences En annexe p. 4 p. 5 p. 6 p. 6

Plus en détail

Isabelle Pingenot IDE coordination Hôpital Beaujon APHP Catherine Poisson IDE coordination Hôpital Necker APHP

Isabelle Pingenot IDE coordination Hôpital Beaujon APHP Catherine Poisson IDE coordination Hôpital Necker APHP Isabelle Pingenot IDE coordination Hôpital Beaujon APHP Catherine Poisson IDE coordination Hôpital Necker APHP ETP : Population cible et Où? Les programmes d éducation thérapeutique (ETP) en nutrition

Plus en détail

Synthèse du Rapport Sur l accès aux soins et à la Santé des Personnes handicapées

Synthèse du Rapport Sur l accès aux soins et à la Santé des Personnes handicapées Un droit citoyen pour la personne handicapée, Un parcours de soins et de santé sans rupture d accompagnement Synthèse du Rapport Sur l accès aux soins et à la Santé des Personnes handicapées Établi par

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

Extrait de la publication

Extrait de la publication PRÉSENTATION Une toute jeune ille comprend dificilement les derniers mots de sa mère mourante, mais n ose lui faire répéter. Pourtant voilà Cendrillon liée à cette phrase : Tant que tu penseras à moi tout

Plus en détail

13/ L exercice professionnel de l infirmier

13/ L exercice professionnel de l infirmier SEMESTRE 1 UE 1.3.S1 Législation, éthique, déontologie 13/ L exercice professionnel de l infirmier I. Le métier d'infirmier Définition générale L'infirmier dispense des soins de nature préventive, curative

Plus en détail

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil. EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.fr REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU SERVICE DE SOINS INFIRMIERS

Plus en détail

GUIDE DE COVOITURAGE DESTINÉ À L EMPLOYEUR

GUIDE DE COVOITURAGE DESTINÉ À L EMPLOYEUR GUIDE DE COVOITURAGE DESTINÉ À L EMPLOYEUR Le covoiturage est une façon différente, économique et peu compliquée de se rendre au travail surtout dans les secteurs peu desservis par le transport en commun.

Plus en détail

Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003)

Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003) Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003) INTERVENTION DE MARIE CHOQUET Le suicide est la 2 ième cause de mortalité des 16/25 ans. On compte

Plus en détail

Infirmiers. La santé observée. dans les Pays de la Loire. L'essentiel. Mars 2015

Infirmiers. La santé observée. dans les Pays de la Loire. L'essentiel. Mars 2015 Observatoire régional de la santé des Pays de la Loire Mars 2015 www.santepaysdelaloire.com La santé observée dans les Pays de la Loire Infirmiers L'essentiel 616 800 personnes exercent la profession d

Plus en détail

Présentation Concours Infirmiers: L'oral

Présentation Concours Infirmiers: L'oral Présentation Concours Infirmiers: L'oral 1 I II - Rappel: épreuve d'admissibilité (écrit) - Épreuve d'admission (oral) III - Déroulement de l'entretien IV - Connaissances pour l'oral V - Éléments évalués

Plus en détail

Aide kinésithérapeute : une réalité?

Aide kinésithérapeute : une réalité? Aide kinésithérapeute : une réalité? Fabien Launay Cadre supérieur du pôle rééducation CHU de Dijon Dijon (21) Préambule : La fonction d aide-kinésithérapeute n est pas nouvelle. Elle peut être occupée

Plus en détail

www.saint-quentin-en-yvelines.fr

www.saint-quentin-en-yvelines.fr IPS - 3, place de la Mairie 78190 Trappes-en-Yvelines Tél. : 01 30 16 17 80 www.saint-quentin-en-yvelines.fr Un Institut au cœur des problématiques de santé créé par l agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

Mieux vivre avec votre asthme

Mieux vivre avec votre asthme Mieux vivre avec votre asthme L éducation thérapeutique pour bien gérer votre asthme au quotidien Bien gérer sa maladie permet de reconnaître et maîtriser les symptômes afin de limiter la gêne respiratoire.

Plus en détail

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées BON USAGE DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées Les systèmes de traitement des plaies par pression négative (TPN) sont des

Plus en détail

Equipe Diogène Lille

Equipe Diogène Lille Equipe Diogène Lille 1. Contexte local Géographie Diogène est une équipe mobile créée initialement sur Lille et sa proche banlieue (450 000 habitants) pour pallier, de façon intersectorielle et mutualisée,

Plus en détail

Direction Générale des Affaires Sociales

Direction Générale des Affaires Sociales Direction Générale des Affaires Sociales sous la présidence de Yves LARDINOIS, Député Provincial Site de la DGAS : http://dgas.hainaut.be Point de menu «Documentation» Rue de la Bruyère, 159-6001 MARCINELLE

Plus en détail

LE MÉTIER D INFIRMIER

LE MÉTIER D INFIRMIER LE MÉTIER D INFIRMIER L infirmier est un maillon essentiel de l équipe médicale, au sein de l hôpital. Il doit être capable d apporter son concours à l élaboration d un diagnostic et procéder aux soins

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

ENFANT ASTHMATIQUE? PAS DE PANIQUE Contrôlez et équilibrez l asthme de votre enfant

ENFANT ASTHMATIQUE? PAS DE PANIQUE Contrôlez et équilibrez l asthme de votre enfant ENFANT ASTHMATIQUE? PAS DE PANIQUE Contrôlez et équilibrez l astme de votre enfant Membre de la Fédération Française de Pneumologie Avec le soutien de la Direction Générale de la Santé et le parrainage

Plus en détail

La prise en charge de votre schizophrénie

La prise en charge de votre schizophrénie G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre schizophrénie Vivre avec une schizophrénie Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire?

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? L épilepsie concerne plus de 500 000 personnes en France, dont la moitié sont des enfants ou des adolescents.

Plus en détail

Equipe Mobile - MARSEILLE

Equipe Mobile - MARSEILLE Equipe Mobile - MARSEILLE 1. Contexte local Géographie Marseille est la deuxième commune de France, avec plus de 850 000 habitants. L équipe mobile décrit ci-dessous fait partie de l offre de L Assistance

Plus en détail

De l évaluation de la non-qualité au changement organisationnel

De l évaluation de la non-qualité au changement organisationnel De l évaluation de la non-qualité au changement organisationnel La réorganisation d un service de consultations externes d ophtalmologie Caroline Merdinger-Rumpler : Maître de conférences Dr Master Management

Plus en détail

Programme de formation infirmier (1/8)

Programme de formation infirmier (1/8) Programme de formation infirmier (1/8) Semaine 1 Objectifs : acquisition des bases du diabète => physiopathologie et traitement Lundi Mardi Ø Accueil par délégant/délégués Ø Présentation de l équipe des

Plus en détail

c'est possible les clefs de la réussite Par Valérie Gueudet

c'est possible les clefs de la réussite Par Valérie Gueudet c'est possible les clefs de la réussite Par Valérie Gueudet Mon nom est Valérie Gueudet, je suis formatrice indépendante dans de grandes entreprises. Je suis spécialisée dans l'accueil verbal et dans l'accueil

Plus en détail

LYCEE URUGUAY FRANCE BP 73 1 Avenue des Marronniers 77211 Avon cedex

LYCEE URUGUAY FRANCE BP 73 1 Avenue des Marronniers 77211 Avon cedex IDENTIFICATION DE L ELEVE NOM : PRENOM : DATE DE NAISSANCE : ADRESSE :------------------------------------------------------------------------------------------------- -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

10/04/2014. Atelier 2 Stéphane Belin. secours

10/04/2014. Atelier 2 Stéphane Belin. secours Atelier 2 Stéphane Belin secours 1 La personne âgée: Contexte sociétal Augmentation des P.A. d ici à 2050 : + 62,3 % pour les > de 60 ans. + 149,9 % pour les > de 80 ans Au cours des 15 prochaines années

Plus en détail

Patient : Contacts : Nom : Prénom : Nom de jeune fille : Sexe : F M. Date de naissance : Adresse : Téléphone : Téléphone portable :

Patient : Contacts : Nom : Prénom : Nom de jeune fille : Sexe : F M. Date de naissance : Adresse : Téléphone : Téléphone portable : Patient : Nom : Prénom : Nom de jeune fille : Sexe : F M Date de naissance : Adresse : Téléphone : Téléphone portable : Personnes à joindre : Contacts : Service hospitalier Etablissement de santé Acteurs

Plus en détail

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE Valérie Berger Inf, Ph.D, Cadre Supérieur de santé CHU de Bordeaux Renée Lacomère Cadre supérieur diététicienne ARC CHU de Bordeaux Christine Germain Statisticienne USMR, pole santé publique, CHU de Bordeaux

Plus en détail

DES PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES

DES PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES SANTÉ BUCCO-DENTAIRE DES PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Dr Benoît PERRIER Chirurgien dentiste (Saint Jean de Boiseau) Secrétaire Général de l UFSBD 1 L UFSBD en quelques mots Une Association loi 1901 Née

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

EHPAD. Quels soins palliatifs en EHPAD? L apport d un réseau à l intégration de la démarche palliative au projet de Soins (de Vie) d un résident en

EHPAD. Quels soins palliatifs en EHPAD? L apport d un réseau à l intégration de la démarche palliative au projet de Soins (de Vie) d un résident en Quels soins palliatifs en? L apport d un réseau à l intégration de la démarche palliative au projet de Soins (de Vie) d un résident en Quels soins palliatifs en? Dr M. SALLAMAGNE 1992: «Faire du soin palliatif,

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

LE PRIVÉ N EST PAS LA PANACÉE

LE PRIVÉ N EST PAS LA PANACÉE Texte pour Le point en administration de la santé et des services sociaux Par Lise Denis, directrice générale Association québécoise d établissements de santé et de services sociaux Le vendredi 5 septembre

Plus en détail

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007 Institut de Formation en Soins Infirmiers IFSI Institut de Formation d Aides Soignants IFAS Dans l de Montpellier 1146 Avenue du Père Soulas 34295 MONTPELLIER cédex 5 Tél. 04 67 33 88 44 - Fax 04 67 33

Plus en détail

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN PERSONNE AGEE AUX URGENCES Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN ET NON PAS URGENCES DE LA PERSONNE AGEE QUELQUES BANALITES TOUJOURS BONNES A PRECISER L âge n est pas une pathologie L âge de l

Plus en détail

Réalisation d une enquête de mesure de satisfaction des patients hospitalisés. I-Satisfaction Clinique Toutes Aures Manosque 22 répondants

Réalisation d une enquête de mesure de satisfaction des patients hospitalisés. I-Satisfaction Clinique Toutes Aures Manosque 22 répondants Nos études et prospectives au service de votre qualité Réalisation d une enquête de mesure de satisfaction des patients hospitalisés I-Satisfaction Clinique Toutes Aures Manosque 22 répondants Août 2014

Plus en détail

ACTIVITES DE L INFIRMIERE COORDINATRICE A DOMICILE

ACTIVITES DE L INFIRMIERE COORDINATRICE A DOMICILE RESSIAD Touraine Groupe de Recherche et d Etudes des Services Soins Infirmiers A Domicile ACTIVITES DE L INFIRMIERE COORDINATRICE A DOMICILE FONCTION DE L INFIRMIERE COORDINATRICE Définition : Activité

Plus en détail