Les revenus primaires des ménages

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les revenus primaires des ménages"

Transcription

1 Les revenus primaires des ménages Mots clés Revenus primaires Revenus du travail Revenus du capital Revenus de la propriété FICHE D ACTIVITÉS 2 A Que sont les revenus primaires? Doc. 1 Les revenus salariaux Dans le langage courant, le salaire est la rémunération du travail. Près de 90 % de la population active française perçoit un salaire. Si l on précise un peu, le salaire est la rémunération des heures de travail effectuées dans le cadre d un contrat de travail. Il peut comporter des éléments fixes, des éléments variables et des éléments en nature (voiture de fonction). Il est dit «brut» avant déduction des cotisations sociales, «net» lorsque l on a déduit l ensemble des cotisations. F. Lepage, Nathan, Doc. 2 Les revenus mixtes L entrepreneur indépendant, comme l agriculteur exploitant ou le plombier à son compte, est à la fois entrepreneur, propriétaire (de ses moyens de production) et son propre employé. Il est maître de ses décisions concernant son travail en ayant soin de s adapter aux demandes de sa clientèle. Doc. 3 Les revenus de la propriété Les revenus de la propriété proviennent d un capital utilisé dans une activité productive. Les revenus immobiliers sont constitués essentiellement des loyers perçus par les ménages pour la location de locaux (appartement, terres, etc.). Les revenus des valeurs mobilières regroupent les revenus qui proviennent de la possession d un actif mobilier (action, obligation, etc.). Une action est un titre de propriété correspondant à une partie du capital d une société. En tant que propriétaire, l actionnaire reçoit une participation aux bénéfices, le dividende. Une obligation représente une part de dettes d une entreprise : le ménage qui souscrit une obligation prête de l argent à l émetteur. En contrepartie il perçoit un intérêt, déterminé au moment de l émission. Enfin, les revenus de l épargne sont constitués des revenus de placements financiers plus ou moins disponibles : livrets (livret jeune, livret A non taxés), plans d épargne, assurance vie, etc. F. Lepage, Nathan, Doc. 1 Définir. Qu est-ce qu un salaire? Un salaire net? Le salaire est la rémunération des heures de travail effectuées dans le cadre d un contrat de travail, pour le compte d une autre personne appelée employeur. Le salaire net est le salaire brut auquel on a retiré les cotisations sociales. 2 Doc. 1 Expliquer. Complétez l équation suivante : Salaire net =... salaire brut cotisations sociales salariales 3 Doc. 2 Expliquer. Pourquoi les revenus des entrepreneurs individuels sont-ils qualifiés de «mixtes»? Les entrepreneurs travaillent dans des entreprises dont ils sont les propriétaires, ils sont donc rémunérés à la fois comme apporteurs de travail et de capital, d où l expression «revenus mixtes». 4 Doc. 3 Définir. Comment appelle-t-on le revenu d une action? d une obligation? Quelles différences y a-t-il entre une action et une obligation? Le revenu d une action s appelle le dividende, celui d une obligation, l intérêt. Une action est un titre de propriété qui donne à son détenteur le droit de participer aux décisions de l entreprise par un vote lors de l assemblée générale. L obligation est une reconnaissance de dettes et ne donne aucun droit sur l entreprise. 5 Doc. 1, 2 et 3 Illustrer. Donnez des exemples des différents types de revenus évoqués. Revenus de la propriété Revenus salariaux Revenus mixtes Revenus immobiliers Revenu mobiliers Revenus de l épargne Salaire, traitement Loyers, fermages versés par un fermier à un propriétaire Dividendes, intérêts d un placement obligatoire Intérêts des PEL, des livrets jeunes des fonctionnaires, solde des militaires Honoraires du dentiste, de l avocat, revenus de l agriculteur Partie 1. Ménages et consommation 7

2 B Évolution de la structure des revenus Doc. 4 En milliards d euros Excédent brut d exploitation et revenus mixtes Revenus salariaux Revenus du patrimoine Revenu primaire brut des ménages Évolution des revenus primaires En % En % En % En % 11, ,6 71, ,9 209,7 19, , , ,4 249, ,3 754, ,2 1015, ,4 1, ,7... 5,8 95, ,3... 8,9 34, , , Insee, Comptes nationaux, Doc La progression des salaires et des revenus mixtes En % de la valeur de la production Revenus mixtes Salaires Source : Insee, Comptes nationaux, Doc. 4 Lire. Rédigez une phrase présentant l information apportée par la donnée en rouge. En France, en 2008, le revenu primaire des ménages s élevait à milliards d euros. 7 Doc. 4 Calculer. Calculez la part des différents revenus dans le revenu primaire des ménages. Complétez le tableau. fiche méthode B 8 Doc. 4 Calculer. Calculez, de deux façons différentes, l évolution de la part des revenus salariaux entre 1960 et Entre 1960 et 2008, la part des revenus salariaux a augmenté de 9 points de pourcentage. Elle a été multipliée par 1,15. 9 Doc. 5 Lire. Rédigez une phrase présentant les informations apportées par les données de En 2009, sur 100 créés par les entreprises non fi nancières, 58,4 revenaient aux salariés et 7 aux entrepreneurs individuels. Les 34,6 restants correspondent à l'ebe des entreprises et aux impôts sur la production. 10 Doc. 5 Décrire. Comment a évolué la part des salaires dans la valeur de la production depuis 1960? Jusqu au milieu des années 1970, la part des salaires dans la valeur de la production est en dessous de 60 %. De la fi n des années 1970 au milieu des années 1980, le partage de la valeur ajoutée se fait en faveur des salariés. Depuis cette date, la part des salaires stagne autour de 58 % de la valeur ajoutée. 11 Doc. 5 Analyser. Comment peut-on expliquer la baisse régulière de la part des revenus mixtes dans la valeur ajoutée? Le nombre de travailleurs indépendants ne cesse de diminuer en France. Aujourd hui plus de 90 % de la population active sont salariés. POUR CONCLURE M. Le Roux veut s établir en tant qu entrepreneur individuel et ouvrir une boutique de loisirs créatifs, axée sur le commerce équitable. La première année, il espère retirer de cette activité un revenu annuel de Sa femme est comptable dans une entreprise du bâtiment, et son salaire brut est de mensuels. Ils sont propriétaires d un studio qu ils louent 350 par mois. Ils possèdent un portefeuille d actions qui devrait leur rapporter 400 de dividendes et un livret développement dura ble dont les intérêts se monteront à la fin de l année à Quels sont les revenus salariaux, les revenus mixtes et les revenus de la propriété de M. et Mme Le Roux? Revenus salariaux : par mois Revenus mixtes : par an Revenus de la propriété : par mois, 400, Parmi ces revenus, quels sont ceux dont le montant est fixe? Ceux dont le montant est variable? Revenus fixes : salaire... de Mme Le Roux, loyer du studio, intérêts du livret. Revenus variables : excédent... brut d exploitation de M. Le Roux, dividendes. 3. Calculez le montant du revenu primaire brut que M. et Mme Le Roux devraient percevoir à la fin de l année (2 425 x 12) + (350 x 12) = Fiche 2 Les revenus primaires des ménages

3 Du revenu primaire au revenu disponible Mots clés Prélèvements obligatoires Revenu disponible Revenus de transferts FICHE D ACTIVITÉS 3 A Les prélèvements sur les revenus primaires Doc. 1 Cotisations sociales et impôts Au cours de l année, M. et Mme Martin ont perçu les revenus suivants : Salaire brut de M. Martin, technicien de laboratoire : euros ; Bénéfice d exploitation de Mme Martin, commerçante : euros. Le couple a payé euros de cotisations sociales et euros d impôt sur le revenu et d impôts locaux. L impôt, direct ou indirect, est prélevé par l État et les collectivités locales. La cotisation sociale est prélevée au profit des administrations de Sécurité sociale et est affectée à une dépense bien précise contrairement à l impôt. Doc. 2 L affectation des cotisations sociales Dessin de Bluecox, avril Doc. 1 Distinguer. Quelles différences existe-t-il entre les cotisations sociales et les impôts?... Les cotisations sociales sont des prélèvements effectués... sur les salaires affectés aux dépenses de Sécurité sociale.... En revanche, les impôts sont prélevés sur des bases très... diverses (revenus, patrimoine, biens et services, société...). 2 Doc. 2 Calculer. Quel est le montant des prélèvements obligatoires entre 1980 et 2007? Complétez le tableau. 3 Doc. 2 Calculer. Quel est le poids des prélèvements obligatoires dans la production nationale (PIB) en 2007? fiche méthode B... Taux de prélèvements obligatoires en 2007 :... (818,9/1891,2) x 100 = 43,3 %. 4 Doc. 3 Analyser. Quels sont les changements importants dans la structure des prélèvements obligatoires depuis 1980?... L ensemble des prélèvements s est accru mais ce sont... surtout les impôts qui ont augmenté et en particulier les... impôts perçus par les administrations de Sécurité sociale.... Le taux de prélèvements obligatoires tend aujourd hui à se... réduire un peu. Doc. 3 L évolution des prélèvements obligatoires En milliards d euros Impôts (1) après transferts perçus par : les administrations publiques centrales les administrations publiques locales les administrations de Sécurité sociale les institutions européennes Cotisations sociales effectives (2) Prélèvements obligatoires (1)+(2) Produit intérieur brut 102,5 83,4 14,5 1,9 2,8 242,0 176,8 48,7 7,5 9,0 408,8 247,4 74,6 78 8,7 522,6 290,4 107,5 119,8 4,9 76,5 189,9 229,6 296,3 179, , , , , , , ,2 Insee, Comptes de la Nation et Projet de loi de finance Doc. 3 Calculer. Quelle est la variation des prélèvements obligatoires et des cotisations sociales entre 1980 et 2007? fiche méthode C En 1980 et 2007, les prélèvements obligatoires ont augmenté de 357,5 %. Le montant a été multiplié par 4,6. Partie 1. Ménages et consommation 9

4 B Le revenu disponible des ménages Doc. 4 Le revenu disponible des ménages Doc.5 Répartition des prestations sociales versées Doc. 6 La formation du revenu disponible M. et Mme Martin n ont donc pas pu disposer de la totalité de leurs revenus primaires. Les cotisations sociales et les impôts qu ils ont versés, ainsi que l ensemble des ménages, ont permis de financer d autres revenus dits «revenus de transferts». Ces revenus résultent d une redistribution et s ajoutent aux revenus primaires. Ainsi M. et Mme Martin ont reçu cette année euros de prestations sociales (prestations maladie, allocations familiales ). En millions d euros 2008 Maladie Invalidité et accident du travail Vieillesse-survie Famille Emploi Logement Pauvreté-exclusion sociale Total Drees, Insee, En milliards d euros Revenu primaire brut EBE et revenus mixtes Revenus salariaux Revenus du patrimoine 1 059,3 209,7 754,2 95, , ,2 128,3 2. Prestations sociales ,8 3. Cotisations sociales 289,2 396,6 4. Impôts 133,5 167,3 Revenu disponible brut , ,9 Insee, Comptes nationaux, Doc. 4 et 6 Définir. Complétez l équation suivante : Revenu disponible = revenus... primaires + revenus de transferts impôts cotisations sociales 7 Doc. 4 Calculer. En vous aidant du document 1, calculez le revenu disponible de M. et Mme Martin. RDB = = euros 8 Doc. 5 Calculer. Quelle est la part de chaque grande catégorie de prestations sociales en 2008? fiche méthode B Maladie : 28,5 % ; Invalidité : 6,8 % ; Vieillesse : 45,8 % ; Famille : 8,9 % ; Emploi : 5,8 % ; Logement : 2,7 % ; Pauvretéexclusion : 1,5 % 9 Doc. 6 Calculer. Complétez le tableau. 10 Doc. 5 et 6 Calculer. Quelle est la part des prestations sociales reçues par les ménages par rapport au revenu disponible en 2000 et en 2008? Rédigez une phrase pour présenter les résultats obtenus. fiche méthode B Les prestations sociales reçues par les ménages représentaient 30 % du revenu disponible brut en 2008 contre 31 % en 2000, soit une diminution d un point. 11 Doc. 6 Calculer et analyser. Calculez le solde des transferts sociaux ( ) pour Quel est le signe du résultat obtenu? Cela signifie-t-il que les ménages perdent à la redistribution? Le solde des transferts sociaux est de 186,1 milliards d euros. Cela signifi e que globalement les ménages ont versé plus qu ils n ont reçu. Les ménages les plus pauvres «gagnent» à la redistribution et les plus riches «perdent». 12 Doc. 4 à 6 Justifier. Pour un ménage, qu est-ce qui est le plus important : son revenu primaire ou son revenu disponible? Justifiez votre réponse. Pour un ménage, c est le revenu disponible qui est le plus important puisque fi nalement c est celui dont il dispose réellement pour consommer et épargner. POUR CONCLURE Complétez le texte ci-dessous à l aide des mots suivants : disponible cotisations sociales revenus primaires impôts 30 % revenus de transfert Le revenu... disponible est le revenu réellement à la disposition des ménages pour consommer et épargner. Il s obtient en additionnant aux... revenus primaires les... revenus de transfert et en déduisant les... cotisations sociales et les... impôts. Les prestations sociales représentent une part importante du revenu disponible aujourd hui : %. 10 Fiche 3 Du revenu primaire au revenu disponible

5 La répartition du revenu disponible : consommation et épargne Mots clés Consommation Épargne Taux d épargne FICHE D ACTIVITÉS 4 A Épargner Doc.1 Comment utiliser son revenu? Les ménages disposent d un revenu disponible. Que vont-ils en faire? Ils peuvent soit le dépenser (consommer) en achetant biens et services pour la satisfaction de leurs besoins, soit l épargner. En réalité, le choix entre la consommation et l épargne est très contraint et ne résulte pas d un calcul parfaitement rationnel. En effet, lorsque les ménages disposent de faibles revenus, il leur est difficile de se priver de certaines consommations. Pour ces ménages, la satisfaction des besoins primaires (nourriture, logement, vêtements) absorbe la quasitotalité des revenus. En revanche, pour les ménages les plus aisés, la satisfaction de ces besoins mais aussi des besoins secondaires (confort, loisirs ) n utilise pas la totalité des revenus, ce qui leur permet d épargner. Ainsi les attitudes d épargne et de consommation des ménages sont très différentes selon leur niveau de ressources. F. Lepage, Nathan, Doc. 2 Compte des ménages simplifié et taux d épargne Revenu disponible brut (en milliards d euros) Dépenses de consommation finale individuelle (en milliards d euros) Épargne (en milliards d euros) Taux d épargne (en %) ,5 844,4 171,1 16, ,2 958,7 167,6 14, ,1 1086,8 196,3 15,3 Doc. 3 Comptes nationaux, base 2000, Insee, Évolution du taux d épargne des ménages 1 Doc. 1 et 2 Synthétiser et justifier. Écrivez une équation mettant en relation l épargne, le revenu disponible brut (RDB) et la consommation. Vérifiez cette équation pour l année Revenu disponible brut = Consommation + Épargne 1 086, ,3 = 1 283,1 milliards d euros. 2 Doc. 1 Définir. Donnez une définition de l épargne. L épargne est la partie du revenu disponible qui n est pas consacrée à la consommation. 3 Doc. 2 Déduire. Comment est calculé le taux d épargne? Taux d épargne = (Épargne/Revenu disponible) x Doc. 2 Calculer et comparer. Quelle est la part du RDB consacrée à la consommation en 2002 et en 2008? Comparez les résultats obtenus. fiche méthode B En 2008, la part du RDB consacrée à la consommation s élevait à 84,7 % [(1086,8/1283,2) x 100] contre 83,1 % [(844,4/1015,5) x 100] en Les ménages ont donc limité leur épargne pour soutenir leur consommation. 5 Doc. 3 Lire. Rédigez une phrase présentant l information apportée par la donnée en rouge. En 1990, les ménages français épargnaient 12,9 % de leur revenu disponible brut, selon l Insee. 6 Doc. 3 Décrire. Combien de périodes peut-on distinguer dans ce graphique? Qu est ce qui les caractérise? Quelles conséquences cette évolution de l épargne a-t-elle sur la consommation des ménages? : taux d épargne élevé (entre 17 et 20 % du RDB) ; : taux d épargne en baisse (jusqu à 15 % du RDB) ; depuis 1995 : stabilisation du taux d épargne aux alentours de 15 %. Une épargne élevée contribue au ralentissement de la demande intérieure (et inversement). 7 Doc. 3 Calculer. Sachant qu en 2000 le RDB des ménages était de 923 milliards d euros, quel est le montant de la consommation et de l épargne des ménages? Montant de l épargne (923 x 15)/100 = 138,5 milliards d euros. Montant de la consommation : ,5 = 784,5 milliards d euros. Partie 1. Ménages et consommation 11

6 B ou consommer? Doc. 4 La consommation finale effective des ménages Dépenses de consommation finale Ensemble des dépenses de consommation directement financées par les ménages (achat de biens durables, de biens non durables et de services). = CONSOMMATION MARCHANDE Doc. 5 L évolution de la consommation des ménages Coefficients budgétaires en % Alimentation, boisson, tabac 33,3 16,4 Articles d habillement et chaussures 12,2 4,4 Logement, chauffage, éclairage et équipement du logement 17,3 31,3 Ensemble des services individualisables fournis aux ménages à titre gratuit ou quasi gratuit : par les administrations (remboursements de Sécurité sociale, aides au logement, éclairage public ) par les institutions sans but lucratif au service des ménages (associations, clubs ) = CONSOMMATION NON MARCHANDE CONSOMMATION FINALE EFFECTIVE DES MÉNAGES Santé 2,3 3,6 Transports 10,9 14,6 Communications 0,6 2,7 Loisirs, culture, éducation 8 9,8 Hôtels, cafés, restaurants 6,6 6,2 Autres 8,8 11 Total Insee, Portrait social, Doc. 4 Définir. Qu est-ce que la consommation finale effective des ménages? C est la somme de la dépense de consommation des ménages (fi nancée directement par eux) et des consommations individualisables (c est le cas en particulier des dépenses pour l éducation et pour la santé). 9 Doc. 4 Illustrer. Donnez un exemple de dépenses financées par les ménages et de services fournis à titre gratuit ou quasi gratuit. Téléviseur, voiture (biens durables) ; biens alimentaires (biens non durables ) ; coupe de cheveux (consommation individuelle de service marchand), billet de train (consommation collective de service marchand), un cours de SES, une entrée à la piscine municipale (services non marchands). 10 Doc. 5 Expliquer. Les revenus sont-ils les seules ressources permettant aux ménages de satisfaire leurs besoins? Lorsque leurs revenus sont insuffi sants ou que l achat est trop important pour être fi nancé en une seule fois, les ménages peuvent avoir recours au crédit pour satisfaire leurs besoins. 11 Doc. 5 Définir. Proposez une définition du coefficient budgétaire. Il s agit de la part des différents types de dépenses d alimentation, etc. dans les dépenses totales des ménages. Le coeffi cient budgétaire mesure la part des dépenses d un poste par rapport au total des dépenses. 12 Doc. 5 Lire et expliquer. Quels sont les trois principaux postes budgétaires en France en 2008? Comment peut-on expliquer l importance du poste logement? L alimentation, le logement et le transport. L augmentation des prix de l immobilier et des loyers explique la part très importante du logement dans les dépenses des ménages. POUR CONCLURE Complétez le texte ci-dessous avec les termes suivants : coefficient budgétaire effective épargner associations revenu disponible services individualisables administrations. Les ménages utilisent leur... revenu disponible pour consommer des biens et services ou pour... épargner La consommation finale... effective des ménages comprend des dépenses de consommation financées directement par les ménages et des... services individualisables fournis à titre gratuit ou semi gratuit par les... administrations et par des... associations La consommation des ménages a évolué entre 1960 et 2008 : la part de la consommation alimentaire, le...., coeffi cient budgétaire est passé de 33,3 % à 16,4 %. 12 Fiche 4 La répartition du revenu disponible : consommation et épargne

7 Les différentes formes d épargne Mots clés Épargne Épargne financière Épargne non financière Taux d épargne FICHE D ACTIVITÉS 5 A Pourquoi épargner? Doc. 1 De bonnes raisons pour épargner Doc. 2 Motivations de l épargne On distingue trois motivations principales : L épargne de précaution : les ménages épargnent dans le but de se prémunir face à de baisses temporaires de leurs revenus : maladie, chômage, vols et ce, malgré l existence d organismes sociaux d assurance et de compagnies d assurances privées. Disposer de liquidités : les ménages épargnent afin de réaliser une dépense plus importante dans le futur. La constitution d un patrimoine : ce patrimoine peut prendre des formes de placements différents et sert soit à procurer un complément de revenu, soit à être transmis sous la forme d un héritage aux descendants de l épargnant. F. Lepage, Nathan, Doc. 3 Le motif de cycle de vie Dessin de Vadot, avril Doc. 1 Analyser. D après ce document, quelles pourraient être les raisons d épargner? Les ménages peuvent choisir d épargner dans des placements sans risques pour s assurer un complément de revenu. Ils peuvent aussi épargner pour spéculer, ils espèrent ainsi réaliser des gains plus importants. 2 Doc. 2 Illustrer. Donnez un exemple pour chaque type de motivation. Épargne de précaution : crainte du chômage, inquiétude pour la retraite, inquiétude de la fi n de vie (risque de dépendance, fi nancement de séjours en maison de retraite...). Disposer de liquidités : achat d une voiture, préparation des vacances, paiement des acomptes de l impôt sur le revenu... Constitution d un patrimoine : investissement immobilier, placements fi nanciers, épargne de legs 3 Doc. 2 Justifier. Les évènements suivants favorisent-ils ou non l épargne? Les inquiétudes face au financement des retraites l augmentation des loyers la baisse du taux d intérêt la hausse des prix La hausse des prix incite les ménages à accélérer leurs achats de biens durables. Une baisse du taux d intérêt peut limiter l épargne parce que son rendement devient moins attractif et que parallèlement le coût du crédit diminue, favorisant la consommation. Les inquiétudes face au fi nancement des retraites peuvent inciter les agents à accroître leur épargne pour faire face à la chute anticipée de leurs revenus lors de la retraite. L augmentation des loyers peut limiter l épargne, les ménages devant consacrer une part plus importante aux dépenses pour leur logement. 4 Doc. 3 Expliquer. Pourquoi l épargne de l argent est-elle négative en début de vie active? Les jeunes ménages, ne pouvant épargner parce que leurs revenus ne sont pas suffi samment élevés, vont avoir recours au crédit pour acheter, par exemple, les meubles et l électroménager nécessaires à leur installation (ils consomment donc plus qu ils ne gagnent = épargne négative). Partie 1. Ménages et consommation 13

8 B Sous quelles formes épargner? Doc. 4 L épargne n est pas toujours un choix individuel Les ménages peuvent décider de mettre de côté une partie de leur revenu disponible (épargne volontaire) mais l épargne n est pas nécessairement un acte individuel et volontaire. Il existe une épargne involontaire, ou épargne forcée, qui prend diverses formes : le prélèvement sur le revenu opéré par les impôts, le prélèvement opéré par l inflation (la hausse des prix permettant aux entreprises de s autofinancer). Il existe aussi une épargne collective, par exemple les cotisations sociales pour la retraite. D après le Dictionnaire d économie et de sciences sociales, Nathan, Doc. 5 Les trois formes de l épargne Une fois qu ils ont constitué leur épargne, les ménages décident de la forme qu elle prendra. Ils peuvent choisir de la laisser sous forme monétaire (épargne liquide). Cette forme, la plus simple, s appelle la thésaurisation, mais ce n est pas la plus fréquente car, n étant pas placée, elle ne rapporte rien. Les ménages peuvent donc choisir de placer leur épargne : sous forme contractuelle (assurance vie), d actifs financiers (actions, obligations, plan d épargne en actions-pea) ou d épargne monétaire (PEL, livrets). Il s agit alors d épargne financière. Enfin, l épargne des ménages peut être investie, c est-à-dire qu elle va servir à acheter des biens, permettant d obtenir des revenus réguliers et éventuellement une plus-value lors de la revente. On parle alors d épargne non financière. F. Lepage, Nathan, Doc. 6 Épargner, c est risqué? Dessin de Deligne, février Doc. 4 Expliquer. Qu est-ce que l épargne forcée? L épargne est forcée car les ménages sont obligés d épargner, une partie de leurs revenus étant prélevée sans qu ils puissent en décider le montant. 6 Doc. 5 Analyser. Pourquoi les ménages peuvent-ils préférer garder leur épargne sous forme liquide alors que cela ne leur rapporte rien? Les sommes placées dans des assurances vie, des actifs fi nanciers ou dans des investissements immobiliers ne sont pas disponibles immédiatement. Or les ménages peuvent préférer pouvoir disposer à tout moment de leur épargne et donc accepter que celle-ci ne leur rapporte rien ou très peu. 7 Doc. 5 Illustrer. Donnez des exemples concrets d épargne non financière. Achat de logements (maisons individuelles), de terrains, de forêts 8 Doc. 5 et 6 Expliquer. À quelle forme d épargne un PEA appartient-il? Pourquoi le placement est-il en train de fondre? Le plan d épargne en action est une forme d épargne fi nancière. Lorsque le cours des actions dont est constitué le PEA s effondre, la valeur de ce «panier» diminue. 9 Doc. 5 et 6 Expliquer. Quelles peuvent être les conséquences de ce type de placement sur l épargne des ménages? Ces placements sont mieux rémunérés que les comptes sur livrets, mais aussi beaucoup plus risqués. L épargne des ménages peut donc croître très fortement mais aussi diminuer très rapidement, voire disparaître si les entreprises, dont les ménages détiennent des actions, font faillite. POUR CONCLURE Complétez le schéma ci-contre à l aide des mots ou expressions ci-dessous : Épargne forcée Épargne financière Épargne volontaire Consommation Épargne non financière Revenu disponible brut Prestations sociales. Revenus primaires Épargne forcée (Impôts, cotisations sociales) Prestations sociales Revenu disponible brut Consommation Épargne financière Épargne volontaire Épargne non financière 14 Fiche 5 Les différentes formes d épargne

9 Les déterminants économiques de la consommation Mots clés Consommation Élasticité-prix Élasticité-revenu Loi d Engel Pouvoir d achat FICHE D ACTIVITÉS 6 A Consommation et revenus Doc. 1 Revenu disponible et abonnements à la téléphonie mobile Revenu disponible brut (en milliards d euros) Abonnements Téléphonie mobile (en milliers) Doc. 2 Définir. Qu est-ce que l élasticité-revenu? Variations (en %) 1 240, ,2... 3,44 Élasticitérevenu , ,38 Insee, Comptes nationaux et Autorité de Régulation des Communications électroniques et des Postes (Arcep).... L élasticité-revenu mesure la variation qu une augmentation du revenu... entraîne dans la consommation des ménages. 2 Doc. 2 Expliquer. À votre avis pourquoi le revenu disponible est-il un déterminant de la consommation?... En fonction du revenu disponible, le pouvoir d achat et donc la quantité... de biens achetée, vont varier. Doc. 2 L élasticité-revenu de la consommation Le revenu est un déterminant de la consommation des ménages. En fonction du revenu, un ménage peut acheter une certaine quantité de biens, c est le pouvoir d achat. L élasticité-revenu est définie comme le rapport entre la variation relative de la consommation et la variation relative du revenu. variation relative de la consommation e = variation relative du revenu Mais toutes les consommations ne réagissent pas de la même façon en fonction des variations du revenu. On distingue des biens inférieurs dont l élasticité-revenu est négative : la consommation diminue quand le revenu augmente ; des biens normaux dont l élasticité-revenu est comprise entre 0 et 1 : leur consommation varie dans le même sens que le revenu mais pas toujours dans les mêmes proportions ; des biens supérieurs ou de luxe dont l élasticité-revenu est supérieure à 1 : leur consommation augmente plus vite que le revenu. F. Lepage, Nathan, Doc. 2 Illustrer. Donnez des exemples des trois types de biens. Biens inférieurs :... pain, eau, pomme de terre Biens normaux :... voiture, dentifrice, vêtements Biens supérieurs :... bijoux, parfum, voilier 4 Doc. 1 Calculer. Quelle est la variation du revenu disponible brut? des abonnements à la téléphonie mobile? Complétez le tableau , ,5... Variation du RDB : X 100 = 3,44 % 1240, Variation des abonnements : X 100 = 4,76 % Doc.1 Calculer. Quelle est l élasticité-revenu des abonnements à la téléphonie mobile? Complétez le tableau. fiche méthode E... e = 4,76 3,44 = 1,38 6 Doc. 3 Expliquez. Quel est le sens de la citation d Engel?... Plus le revenu s élève, plus la part consacrée à l alimentation diminue. 7 Doc. 3 Déduire. Quel rapprochement pouvez-vous faire entre la classification des biens selon les lois d Engel et les différents types de biens classés selon leur élasticité dans le document 1? Les biens inférieurs ont une élasticité négative, et correspondent aux dépenses alimentaires chez Engel (1 re loi). Les biens normaux correspondent aux 2 e et 3 e lois d Engel. Et les biens supérieurs correspondent eux à la 4 e loi d Engel Doc. 3 Les lois d Engel L économiste et statisticien allemand Ernst Engel ( ) a mis en évidence des relations entre répartition de la consommation et revenu. «Plus un individu, une famille, un peuple sont pauvres, plus grand est le pourcentage de leurs revenus qu ils doivent consacrer à leur entretien physique dont la nourriture représente la part la plus importante.» Cette première loi a été énoncée dans une Étude des budgets des familles publiée en 1857 et complétée en On attribue parfois à Ernst Engel la paternité de plusieurs autres lois : 2 e loi : la part des dépenses consacrées aux vêtements est approximativement la même, quel que soit le revenu ; 3 e loi : la part des dépenses consacrées à l habitation, au chauffage et à l éclairage est invariable, quel que soit le revenu ; 4 e loi : la part des dépenses diverses (éducation, santé, loisirs ) s accroît avec le revenu. D après le Dictionnaire d Économie et de sciences sociales, Nathan, Partie 1. Ménages et consommation 15

10 B Consommation et prix Doc. 4 Prix et pouvoir d achat Doc. 5 Consommation et prix du tabac Consommation 1 (en grammes) 7,5 6,5 Prix relatif (indice base 100 en 1970) ,5 4,5 Consommation totale de tabac ,5 Prix relatif du tabac 90 Dessin de Martin Vidberg, novembre , Par adulte de 15 ans et plus et par jour. Champ : France. 8 Doc. 4 Définir. Qu est-ce que le «caddie moyen»? Le caddie moyen désigne le montant moyen des achats réalisés lors d une visite par les clients des enseignes de grande distribution Doc. 4 et 5 Déduire. Que semblent suggérer ces documents quant à l influence du prix sur la consommation? Lorsque le prix augmente, la consommation diminue Doc. 5 Calculer. Calculez de deux façons différentes l augmentation du prix du tabac entre 1970 et fiche méthode C... Taux de variation : 220,4 100 = 120,4 % ; Coeffi cient multiplicateur : 220,4/ = 2,2. Le prix du tabac a plus que doublé entre 1970 et Doc. 5 Analyser. Calculez l effet de cette augmentation sur la consommation du tabac.... Entre 1970 et 2008, la consommation de tabac est passée de 6,6 g par jour à... 2,96 g par jour, soit une diminution de 55 %. 12 Doc. 5 et 6 Calculer. En vous servant des résultats de vos calculs précédents, calculez l élasticité-prix de la consommation de tabac. fiche méthode E ( 55/120,4) = 0,46... Doc. 6 Sources : Insee, Institut Gustave Roussy. L élasticité-prix de la consommation Les prix sont des déterminants de la consommation : en principe, lorsqu ils augmentent, la consommation diminue. L élasticité-prix est définie comme le rapport entre la variation relative de la demande d un bien et la variation relative du prix de ce bien : variation relative de la consommation e = variation relative du prix. Ce rapport est généralement négatif car lorsque le prix augmente, la quantité demandée diminue et réciproquement. Une forte élasticité signifie que la demande réagit fortement à un changement de prix (cas des loisirs), une faible élasticité (inférieure à 1) signifie que la demande réagit peu à un changement de prix (cas de l alimentation). F. Lepage, Nathan, Doc. 5 et 6 Lire. Rédigez une phrase avec le chiffre obtenu, sachant qu une variation du prix de 1 % entraîne une variation de la consommation correspondant au résultat de votre calcul. Une augmentation du prix du tabac de 10 % fait baisser la consommation de 4,6 %. 14 Doc. 6 Illustrer. Donnez des exemples de biens dont l élasticité-prix est faible. Les produits énergétiques : une forte augmentation du prix du fuel domestique se traduit par un léger fl échissement de la consommation. Les produits de première nécessité, comme le pain. POUR CONCLURE Les affirmations suivantes sont-elles vraies ou fausses? 1. L élasticité-revenu se calcule : 4. Pour Engel, plus un individu est riche, plus la part de variation de la consommation e =... Vrai son revenu attribué à l alimentation est élevée.... Faux variation du revenu 5. L élasticité-prix se calcule : 2. L élasticité des biens de luxe est inférieure à Faux variation du prix e =... Faux 3. L élasticité des biens inférieurs est supérieure variation de la consommation à Faux 6. Le pouvoir d achat est égal au montant du revenu.... Vrai 16 Fiche 6 Les déterminants économiques de la consommation

11 FICHE D ACTIVITÉS Pourquoi une consommation différenciée? 7 Mot clé Consommation A Consommation et milieu social Doc. 1 Les dépenses d alimentation en fonction de la profession En euros, par ménage et par an Exploit. Agricol. Art, Com, Chefs d entreprise Cadres et PIS 1 Prof. Interm Employés Ouvriers Retraités Ensemble Total produits alimentaires Dont : Pain et céréales Viandes et poisson Produits Laitiers Fruits et légumes Total dépenses alimentaires Total dépenses des ménages Professions intellectuelles supérieures. 2. Pour passer du total des dépenses en produits alimentaires au total des dépenses alimentaires, il faut ajouter le restaurant, les cafés ou bars (dont la restauration rapide), les cantines, etc. Insee, Enquête Budget de famille, Doc. 1 Lire. Pour chaque donnée en rouge, rédigez une phrase présentant l information apportée.... En 2006, La dépense annuelle en fruits et légumes était de 845 euros pour... un ménage cadre et PIS et de 534 euros pour un ménage ouvrier. 2 Doc. 1 Calculer. Quel est le coefficient budgétaire des dépenses alimentaires des ménages cadres et ouvriers? fiche méthode C Le coeffi cient budgétaire des dépenses alimentaires est de 20,7 % chez les cadres et de 21,8 % chez les ouvriers Doc. 1 Comparer. Comparez le niveau et la part des dépenses alimentaires dans ces deux catégories.... Les ménages cadres dépensent beaucoup plus que les ménages ouvriers... en quantité mais moins en proportion. C est la Loi d Engel (cf. fi che 6) Les... ménages plus favorisés consacrent ainsi une part plus importante de leurs... revenus aux dépenses comme l éducation, la culture, les loisirs. 4 Doc. 1 Analyser. Quelles sont les dépenses alimentaires les plus distinctives? 5 Doc. 2 Analyser. Qu est-ce qui détermine la fréquentation du musée? Doc. 2 Fréquentation du musée et niveau de diplôme Le musée est un des lieux où l on ressent le plus vivement le poids des obligations mondaines. Chaque visiteur des musées est enclin à suspecter la sincérité des autres : mais ne trahit-il pas par là qu il sait que son amour doit aux arguments de la raison et à la force de la coutume autant qu à l inspiration du cœur? Dans L amour de l art (1966), Bourdieu se demande : a-t-on la grille nécessaire pour apprécier un tableau? Les classes supérieures préfèrent la visite individuelle car elles ont acquis l expérience dès l enfance alors que les classes (populaires) mais surtout moyennes sont les plus demandeuses de guide pour acquérir la culture légitime. Le type de musée et l intensité de leurs fréquentations dépend beaucoup du niveau de diplôme et de l environnement socioculturel («capital culturel»). E. Taieb, Nathan, L écart est très important pour les dépenses au restaurant, les fruits et légumes. Le type d alimentation a bien des déterminants sociaux. Le poids de l origine sociale et notamment les habitudes culturelles (musée, bibliothèque, etc.) acquises depuis l enfance. 6 Doc. 2 Expliquer. Pourquoi les classes moyennes veulent-elles des guides? Dans une logique d imitation, les classes moyennes essaient d acquérir la culture «légitime», avec un guide ou un audioguide. Partie 1. Ménages et consommation 17

12 B Consommation et musique Doc. 3 Les jeunes des années 1960 : la naissance d une classe adolescente Doc. 4 Qui télécharge de la musique sur Internet? (2007) La nouvelle classe d âge «rock» des années 1960 présente de multiples visages, depuis le blouson noir avec chaîne de vélo (image pré-délinquante dans la perception d adultes), jusqu au beatnik, l intellectuel barbu et rebelle. ( ) La classe d âge s est cristallisée sur une panoplie commune, qui du reste évolue au fur et à mesure que les «croulants» avides de juvénilité se l approprient ; ainsi ont été arborés blue-jeans, polos, blousons et vestes de cuir, et actuellement la mode est au tee-shirt imprimé, à la chemise brodée. L accession à des biens : électrophone, guitare de préférence électrique, radio à transistors, collection de 45 tours, photos. Un langage commun ponctué d épithètes superlatives comme «terrible», «sensass», langage «copain» ou le mot copain lui-même est maître-mot, mot de passe (à Europe n 1, Daniel Filipacchi lance l émission Salut les copains en 1959). Des cérémonies de communion, depuis la surprise-partie jusqu au spectacle de music-hall et peut-être, dans l avenir, des rassemblements géants sur le modèle de celui de la place de la Nation qui rassembla en juin jeunes de ans avec un enthousiasme qui a le don d ahurir totalement l adulte. D après Edgar Morin, «Salut les copains», Le Monde, 6-7 juillet ans et plus ans ans ans ans ans ans En % Source : Enquêtes pratiques culturelles des Français, ministère de la Culture et de la Communication, Doc. 3 Expliquer. Quand et comment s est constituée cette «nouvelle classe adolescente»? Dans les années 1960 à travers une musique, des codes vestimentaires ou langagiers caractérisent ce groupe jeune et le différencie des adultes. Le rock and roll exprime une liberté des corps qui ne plaît pas forcément aux plus âgés. 8 Doc. 3 Déduire. Voyez-vous quelques aspects des textes qui pourraient s appliquer à d autres musiques ou à d autres modes des jeunes d aujourd hui? Chaque génération a sa ou ses musiques, ses codes langagiers ou vestimentaires comme une façon de se reconnaître, d envoyer un signe. Elle a aussi quelques objets fétiches : aujourd hui le lecteur mp3 par exemple 9 Doc. 3 Analyser. La jeunesse est-elle homogène? Comme aujourd hui, la jeunesse a des caractéristiques communes. Mais des «yéyés» s opposaient aux «Blousons noirs» plutôt d origine ouvrière, accusés de tous les maux et qui considéraient les yéyés comme des jeunes trop conformistes! La jeunesse d un quartier favorisé se différencie de celle d un quartier «diffi cile». 10 Doc. 4 Lire. Quelles sont les personnes qui ont le plus téléchargé de musique sur Internet? Ce sont les ans et les ans qui téléchargent le plus de la musique sur Internet : respectivement 56 % et 48 %. 11 Doc. 4 Analyser. Peut-on parler d un effet de génération en ce qui concerne la consommation de musique sur Internet?. Il y a manifestement un effet de génération puisque ce sont les plus jeunes, ceux qui ont presque toujours connu Internet, qui sont les plus gros consommateurs de musique téléchargée. Cela se vérifi e lorsqu on observe la CSP des individus : 60 % des étudiants et des lycéens ont téléchargé de la musique. Mais le niveau d études et le sexe infl uencent également le téléchargement de musique. POUR CONCLURE Complétez le texte à l aide des termes ou expressions ci-dessous. diplôme ouvriers téléchargement l âge, le sexe, l origine sociale, la CSP fruits et légumes cadres et PIS environnement socioculturel générationnel La consommation varie en fonction de plusieurs variables, par exemple :... l âge, le sexe, l origine sociale, la CSP. Ainsi, en matière alimentaire, il y a de grandes différences entre... ouvriers et... cadres et PIS par exemple sur la consommation de... fruits et légumes. La fréquentation du musée dépend étroitement de l... environnement socioculturel et du niveau de... diplôme. La musique et son... téléchargement est un marqueur... générationnel. 18 Fiche 7 Pourquoi une consommation différenciée?

13 La consommation : un signe social Mots clés Consommation ostentatoire Distinction Imitation FICHE D ACTIVITÉS 8 A Consommation ostentatoire et effet de signe : le bronzage Doc. 1 La récente valorisation sociale du bronzage Jusqu au XX e siècle, il fallait avoir la peau blanche dans la haute société à l opposé du bronzage des paysans signe d un travail à l extérieur dévalorisant. Et quand les médecins grecs et romains recommandaient que l on expose exceptionnellement son corps au soleil, c était pour soigner l arthrite ou l obésité. Dès les années 1920, le bronzage devient un signe de vacances, un effet de signe, un critère de beauté (apparition des crèmes solaires et des Ray-Ban), voire d émancipation féminine à l image de Coco Chanel et sa marque. À condition, bien sûr, de ne pas aller à la plage en jupon ou en caleçon, comme on le faisait à l époque des premiers bains de mer, ou en chemise longue et en pantalon comme Michel Blanc dans un film où il était le seul à ne pas être bronzé (Les Bronzés de Patrice Lecomte). Les maillots de bain raccourcissent et c est la mode du «Sea, sex and sun» chantée par Gainsbourg en D après Pascal Ory, L invention du bronzage, Éditions Complexe, Doc. 3 Publicité pour l Ambre solaire, 1937 Doc. 2 Mais jusqu à quel point? Si la danseuse noire Joséphine Baker fascine par son exotisme, elle chante pourtant en 1933 «Je voudrais être blanche» et le bronzage n a pas supprimé des discriminations à l égard des «vrais bronzés», les populations noires. D ailleurs, il y a encore une course à la pâleur dans les élites de certaines sociétés créoles comme Haïti, ou encore chez Michael Jackson. Aujourd hui pour être in, il faut être bronzé mais juste ce qu il faut pour avoir un beau teint (y compris quand on ne part pas comme le montre le succès des autobronzants). D abord, pour des raisons médicales (risque de cancers de la peau malgré les vertus curatives du soleil). Mais aussi parce que dans certains groupes sociaux, notamment en haut de l échelle, il vaut mieux avoir l air bronzé en hiver (vacances à la montagne ou lointaines au soleil), et chez ceux au capital culturel élevé, il ne faut plus bronzer idiot comme le reste de la population. D après Pascal Ory, L invention du bronzage, Éditions Complexe, Doc. 1 Expliquer. Comment peut-on expliquer la valorisation tardive du bronzage? La peau bronzée était le symbole de ceux qui travaillaient dehors comme les paysans et/ou de ceux qui venaient de pays colonisés et/ou sous-développés, donc un signe de dévalorisation sociale. Mais cela change avec les vacances à la mer d abord initiées par les élites (au début en hiver) puis démocratisées avec les congés payés. 2 Doc. 2 Lire. Le bronzage valorisé prend-il toujours les mêmes formes? Aujourd hui, la mode c est d être bronzé en hiver (vacances à la montagne ou lointaines au soleil) et de ne pas être trop bronzé pour des raisons médicales notamment. 3 Doc. 2 Analyser. La couleur noire de la peau est-elle pour autant forcément prisée? On voit bien que dans notre pays comme dans d autres comme les États-Unis (l élection d Obama ne résout pas tous les problèmes, loin de là), les Noirs sont souvent victimes de discriminations y compris quand ils sont nés dans le pays où ils vivent. 4 Doc. 3 Comparer. Les slogans publicitaires des crèmes solaires actuelles mettent-ils encore l accent sur un bronzage rapide? Non, ils insistent davantage sur l aspect protecteur (soin) des crèmes. Clarins relie par exemple le fait d être de bons parents et de protéger ses enfants avec de la crème solaire. Partie 1. Ménages et consommation 19

14 B Distinction et/ou imitation : les vacances Doc. 4 Comment occuper son temps en vacances et où aller? Depuis longtemps, la façon d occuper son temps en vacances est un indicateur social. Le sociologue T. Veblen avait montré que les élites sociales sont caractérisées par le gaspillage du temps et d argent : paquebot, trains de luxe et palace. Pouvoir ne pas travailler, avoir des loisirs est une affirmation du statut social. Ces élites doivent dépenser dans des loisirs coûteux voire inutiles. Même si on s y ennuie à mourir, il faut être vu dans des endroits à la mode qui évoluent dans le temps : Il y eut par exemple Saint-Tropez et ses stars puis plus tard après l afflux populaire sur la Méditerranée, la distinction c est l île de Ré, le Lubéron, ou encore le Cap-Ferret. Même les milieux modestes attendent de ces riches cette consommation ostentatoire pour qu ils leur fassent vivre ainsi par procuration des loisirs et vacances de rêves qu on peut voir dans Voici ou Gala. D après Cyril Lemieux, «La suite dans les idées», France-Culture, 15 juillet Doc. 4 Analyser. Comment se traduit le côté ostentatoire des vacances de certains milieux très aisés? Comment certains milieux populaires jugent-ils ce type de vacances?... Il faut montrer qu on peut gaspiller son temps et son argent dans... des endroits où il faut être (vu) y compris en termes de moyens de... transport (croisières, bateaux ou jets privés). Certains trouvent cela... ridicule mais d autres y voient une forme de rêve qu on peut voir dans... certains magazines notamment ceux qui parlent des «stars». 6 Doc. 4 Expliquer. En quoi les lieux de vacances obéissent-ils ainsi à une logique de distinction et d imitation?... Les lieux de vacances à la mode évoluent. Le sud de la France et... ses bords de mer (notamment en Méditerranée) a d abord été... prisé par les élites ensuite «imitées» par les couches moyennes... et populaires qui affl uent progressivement à partir des Trente... glorieuses. À ce moment les couches privilégiées se reportent... vers d autres endroits plus distinctifs où l on peut être entre soi. 7 Doc. 5 Calculer. Calculez les écarts et comparez les vacances des 25 % les plus aisés et des 25 % les plus défavorisés. POUR CONCLURE Vacances en fonction des revenus 20 Fiche 8 La consommation : un signe social Doc En % Pas partis Été seulement Hiver seulement Été et hiver er quartile 2 e quartile 3 e quartile 4 e quartile Champ : population résidant en France métropolitaine. Lecture : 50,6 % des individus appartenant au 4 e quartile (25 % les + riches) de niveau de vie le plus élevé sont partis en été et en hiver en Source : Enquêtes permanentes sur les conditions de vie, Insee, Un quartile divise un ensemble (la population) en parts de 25 %, du moins favorisé (1 er quartile) au plus favorisé (4 e quartile). Départs en vacances selon la CSP Les affirmations suivantes sont-elles vraies ou fausses? 1. Le bronzage est uniquement une question esthétique.... Faux temps.... Vrai 4. Les lieux de vacances à la mode changent au cours du 2. Le bronzage a toujours été valorisé.... Faux 5. Les taux de départ en vacances sont les mêmes quelles que soient les origines sociales.... Faux 3. Certaines couches sociales favorisées aiment montrer qu elles peuvent gaspiller.... Vrai 6. Les vacances d hiver (montagne et destinations lointaines) sont socialement sélectives.... Vrai Doc. 6 En % Agriculteurs Ouvriers Artisans, commerçants, chefs d entreprise Employés Professions intermédiaires Cadres et professions intellectuelles supérieures Retraités Autres inactifs Enfants de moins de 15 ans, élèves, étudiants Ensemble Champ : France métropolitaine. Enquête permanente sur les conditions de vie, Insee, Les différences sont importantes pour les taux de vacances été + hiver (environ 5 % contre 50 %), ce sont les vacances d hiver qui font la différence et bien sûr à l inverse le taux de ceux qui ne partent pas où les écarts sont de 1 à 3! 8 Doc. 5 et 6 Expliquer. Quels facteurs sociaux déterminent les types de vacances? Ce sont les facteurs âge (ex. : les retraités partant hors saison), revenu et milieu social qui jouent sur la destination, les modes d hébergement et de transport, l occupation du temps, la fréquence des départs, etc. L endroit où l on habite car ceux qui habitent sur les littoraux partent moins en vacances que les autres.

15 FICHE D ACTIVITÉS La consommation sous influence 9 Mots clés Mode Publicité Société de consommation A Le corps : objet de mode et de publicité Doc. 1 D un corps pulpeux à la minceur Après 1945, où les Français ont connu les privations, la vraie peur était celle de manquer de nourriture. Aussi, dans les années 1950, les Français «accèdent gaiement» à la nourriture, et le bifteck frites est à l honneur. Comme on craint encore la tuberculose, un corps maigre est alors considéré comme un corps malade. C est l époque où les actrices ont des corps pulpeux. Puis, petit à petit, à partir des années , la peur de manquer disparaît du paysage français et l on entre dans une logique d amaigrissement encouragée par la lutte contre les maladies cardio-vasculaires et une certaine «lipophobie». Après les contraintes physiques imposées aux femmes pendant des siècles, la mode (les mannequins) les enferme dans un carcan immatériel de plus en plus pesant. Les scientifiques se penchent sur les conséquences physiques et morales de l esthétique de la maigreur. D après Christiane Galus, Le Monde, 22 novembre Doc. 2 Marylin Monroe en 1957 Doc. 3 Le corps comme «plus bel objet» de consommation Le corps est «le plus bel objet» de consommation. «Sa redécouverte, écrit Jean Baudrillard 1, après une ère millénaire de puritanisme, sous le signe de la libération physique et sexuelle, sa toute présence dans la publicité, la mode, la culture de masse ou le culte hygiénique, diététique, thérapeutique dont on l entoure, l obsession de jeunesse [à tout âge], d élégance, de virilité/ féminité, les soins, les régimes [dont sport, bronzage], le mythe du Plaisir qui l enveloppe, tout témoigne aujourd hui que la corps est devenu objet de salut». Il devient signe ou vecteur de distinction sociale par rapport à autrui notamment dans le domaine de la santé qui n est plus aujourd hui un impératif biologique lié à la survie mais un impératif social lié au statut. Des modèles de consommation sont ainsi façonnés et diffusés auxquels il est implicitement ou explicitement conseillé de se conformer : le modèle masculin serait centré sur la «forme physique» et la réussite sociale, le modèle féminin sur la beauté et la séduction. La redécouverte du corps passe d abord par les objets. D après Florent Dauba (ENS Ulm), 1. Jean Baudrillard, sociologue français, a écrit en 1970 La société de consommation. 1 Doc. 1 Expliquer. Quelle est l évolution de l image du corps? Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, il fallait être bien en chair, et consommer de la viande était un indicateur de bien-être. Ce n est plus le cas aujourd hui notamment pour des raisons esthétiques («être bien dans son corps, faire jeune»), voire éthiques et médicales comme les maladies cardiovasculaires. Aujourd hui, des mannequins vont dans l excès inverse et comme leur image est véhiculée via les publicités, leur exemple peut être suivi par des jeunes avec des conséquences parfois tragiques. 2 Doc. 2 Analyser. Quel type de femme incarne Marylin Monroe? Marylin Monroe ( ), chanteuse puis actrice, est le «sex-symbol» des années Elle montre un corps peu habillé pour l époque, pulpeux, bronzé, qui contraste avec le style mince et pâle de Kate Moss aujourd hui. 3 Doc. 3 Analyser. Quelle est la fonction du corps dans la société de consommation? Le corps a une fonction de représentation qui varie selon les milieux sociaux (d où les différences d alimentation). Le corps fait aussi vendre des produits de maquillages, santé, régimes en tout genre, tout ce qui est relatif aux sports, etc. Le corps est à la fois un signe et un objet de consommation. 4 Doc. 3 Illustrer. Donnez quelques exemples de cette sacralisation du corps. Aujourd hui on fait attention à son corps via la santé, l alimentation (régimes), le sport, la peau (bronzage, crèmes). Il faut rester jeune. 5 Doc. 3 Distinguer. À quelle date Jean Baudrillard a-t-il écrit son livre La société de consommation? Certaines choses ont-elles changé? Le livre date de 1970 et sa réfl exion apparaît pourtant toujours valable. Même pour les rôles masculin et féminin bien que les choses aient un peu évolué, Partie 1. Ménages et consommation 21

16 B La mode et la société de consommation Doc. 4 Les différents styles de vêtements Doc. 5 des jeunes d aujourd hui Les Clubbers, No Logo ou Néo-baba, Electro, R n B, Dandys rocker, Tecktoniks, etc. sont-ils une des formes d affirmation individuelle de l identité et/ou d appartenance à un «groupe tribu»? L image corporelle est importante y compris (fait nouveau selon certains) chez les garçons. Cette classe d âge a toujours été celle de l expérimentation vestimentaire. Et aujourd hui via Internet et les chasseurs des grandes marques, «chasseurs de styles ou cool hunters» qui regardent les sites, les jeunes peuvent même impulser des modes et s ils disent sur Internet qu une marque est cool, elle le devient. D après Élodie Lepage, Le Nouvel Observateur, 10 avril La schizophrénie du consommateur d aujourd hui Nous hébergeons tous, en nous, une tendance à la jouissance illimitée et une autre tendance à la limitation ou plutôt sublimation. Pour de plus en plus de gens, le fait de consommer apparaît aujourd hui comme le symptôme d un malaise que la consommation tente de combler, mais qu elle aggrave en réalité. Les consommateurs sont devenus dépendants de la consommation comme les drogués le sont de leur drogue. Et cette dépendance leur apporte de moins en moins de bonheur, même s il existe de grandes différences entre les consommations culturelle, alimentaire ou d hydrocarbures. Cependant de nouveaux comportements sont apparus au cours de ces quinze dernières années, par exemple dans le domaine du logiciel libre ou dans les réseaux collaboratifs comme Wikipédia, réseaux, d échanges de savoirs, d amateurs passionnés. Par ailleurs, des alterconsommateurs s engagent pour consommer autrement à l image du commerce équitable et des actions anti-publicités. D après Michel Audétat, entretien avec le sociologue Bernard Stiegler, 29 décembre Doc. 4 Distinguer. Quelles sont les différents formes de diffusion de la mode? Il existe des formes de diffusion verticaie dans le champ de la mode. La légitimité y est exercée par la haute couture qui a un côté un peu magique, et donne la direction de la mode avant de se diffuser et de se démocratiser. Mais il existe aussi des modes de diffusion horizontale avec des styles plus divers et plus indépendants qui profi tent des nouveaux moyens de communication pour se diffuser. Les jeunes jouent un rôle central pour bousculer les hiérarchies. 7 Doc. 4 Expliquer. Pourquoi parle-t-on de «tribus»? Un style d habillement fonctionne comme une identité, une appartenance à un groupe jeune et donc une frontière avec d autres groupes. 8 Doc. 4 Illustrer. Quels critères guident les jeunes aujourd hui pour s habiller? Aux élèves de répondre 9 Doc. 5 Lire. Quelles sont les deux tendances contradictoires chez le consommateur? Il veut consommer sans frein et la société l encourage à cela d où une sorte d addiction et en même temps il se pose des questions sur sa boulimie de consommation d autant que celle-ci ne lui procure pas forcément toutes les satisfactions attendues. 10 Doc. 5 Expliquer. Comment peut-on consommer autrement et lutter contre les excès de la société de consommation? Certains essaient de construire et d utiliser des moyens non-mercantiles à travers des réseaux de partage et d échanges non-lucratifs (logiciel libre, etc.) et/ou consomment des produits issus du commerce équitable ou de l agriculture biologique, etc. POUR CONCLURE Complétez le texte ci-dessous à l aide des termes suivants : mode corps tribus consommation horizontale identification addiction signe social corps pulpeux alterconsommateurs culte verticale groupe social l anorexie jeunes Longtemps un... corps pulpeux a été signe de bonne santé et de valorisation sociale. Aujourd hui, on craint les conséquences de l excès inverse :... l anorexie. Les stars sont bien à l image de cette évolution. Il faut dire que nos... corps sont l objet d un... culte dans notre société de... consommation où il est le plus bel objet. C est un... signe social. Dans notre société, la... mode joue un rôle important et se diffuse de 2 façons :... verticale et/ou... horizontale. Les... jeunes jouent un rôle important dans cette diffusion horizontale notamment. Ils appartiennent souvent à des... tribus : une... identifi cation à un... groupe social. Notre société de consommation provoque des formes d... addiction Pour s y opposer, des... alterconsommateurs veulent consommer autrement. 22 Fiche 9 La consommation sous influence

17 Ménages et consommation L essentiel FICHE DE RÉVISION 1 Les revenus des ménages français et leur utilisation Ces revenus peuvent être la contrepartie d une participation à l activité productive : ce sont les revenus primaires. Ils se décomposent en revenus du travail (salaires), revenus du capital (intérêts, dividendes, loyers ) et revenus mixtes (rémunération des travailleurs indépendants). Les revenus comprennent de plus les revenus de transfert : transferts positifs (allocations familiales, rembourse ments de frais médicaux par exemple) et transferts négatifs : impôts directs, cotisations sociales. Pour consommer et épargner, les ménages utilisent leur revenu disponible, égal à la somme des revenus primaires et des revenus de transfert positifs et négatifs. La consommation des ménages correspond à leurs dépenses en biens et services marchands. Mais ils consomment aussi des services non marchands financés par les prélèvements obligatoires. 2 Les ménages entre consommation et épargne Aujourd hui, les ménages consomment trois fois plus qu en Mais leur consommation est sensible à la fois à la variation de leur revenu et à celle des prix. L élasticité-revenu de la demande mesure cette sensibilité de la demande au revenu. Elle varie selon les biens à acheter. L élasticité-prix de la demande mesure cette sensibilité de la demande aux prix. Elle varie elle aussi en fonction des biens à acheter. Les ménages français ont un taux d épargne qui oscille entre 15 et 17 % de leur revenu disponible. L épargne est soit volontaire, soit forcée (impôts), soit collective (cotisations retraites). Elle a trois motivations principales : se prémunir contre les difficultés potentielles, disposer de liquidités, se constituer un patrimoine. Son niveau varie selon l âge (cycle de vie). 3 Les ménages consomment différemment Aujourd hui, conformément à la loi d Engel, la part réservée à l alimentation s est réduite ; son coefficient budgétaire est passé de 33,3 % à 16,4 % entre 1960 et Les services prennent une part prépondérante dans le budget des ménages (plus de 50 %). La consommation a une signification sociale. L accès à certains biens aux prix élevés (consommation ostentatoire) permet aux catégories supérieures de se distinguer (effet de distinction). Elles sont imitées (effet d imitation) par les classes moyennes, quand ces biens se diffusent et que leurs prix diminuent. Mots clés Consommation Utilisation de biens et services dans le but de satisfaire des besoins. Consommation ostentatoire Consommation dont la motivation principale est d émettre des signes, de faire apparaître son statut social ou d exprimer son appartenance à un groupe. Effet de distinction Consommation particulière qui permet de se distinguer des autres individus (parfum, voiture, vêtement ). Effet d imitation Comportement par lequel les individus cherchent à acquérir les biens et/ou le comportement de la catégorie qui leur paraît supérieure. Élasticité-prix Variation relative de la demande d un bien en réponse à la variation relative du prix de ce bien. Élasticité-revenu Variation relative de la demande d un bien en fonction de la variation relative du revenu. Épargne Part du revenu du ménage qui n est pas consommée. Revenu disponible Part du revenu qui reste à la disposition des ménages après redistribution, c est-à-dire après paiement des impôts directs et des cotisations sociales et perception des prestations sociales. Revenus primaires Revenus perçus par les ménages en contrepartie de leur participation à l activité économique, rémunérant les facteurs de production, travail et capital. Ces revenus comprennent : la rémunération des salariés, les revenus du patrimoine, les revenus mixtes. Revenus de transfert Ou revenus sociaux. Revenus qui sont la contrepartie de droits reconnus par la société : droit au travail, à la santé Partie 1. Ménages et consommation 23

18 EXERCICES Exercice 1 Attribuez à chaque définition le terme qui convient. 1. L ensemble des revenus obtenus en échange de la participation à une activité productive. Revenus primaires Le revenu tiré de la location d un appartement.... Revenu du patrimoine (de la propriété) 3. Les revenus d un notaire possédant son étude.... Revenus mixtes 4. Les prélèvements obligatoires opérés par des organismes sociaux et ayant pour fonction de financer des prestations sociales.... Cotisations sociales 5. Le revenu des ménages après prélèvements (impôts directs et cotisations sociales) et versement des revenus de transfert.. Revenu disponible 6. La partie non consommée du revenu.... Épargne 7. La part des dépenses totales consacrée à un poste budgétaire?... Coeffi cient budgétaire 8. L économiste allemand ayant étudié les liens reliant la part des dépenses alimentaires et l évolution des revenus?... Ernst Engel 9. La quantité de biens et services qu un ménage peut se procurer avec son revenu.... Pouvoir d achat 10. Le fait de vouloir indiquer sa position sociale par une consommation particulière.... Effet de distinction Exercice 2 Les inégalités de consommation en services de communication (2006) Écart à la dépense moyenne par ménage (en %) Agriculteurs Artisans, commerçants, chefs d entreprises Cadres Professions intermédiaires Employés Ouvriers Services de communication - 21,4 17,1 41,1 26,0 12,4 3,3 Dont : Téléphonie fixe - 2,4 0,8 21,2 8,6-1,5-11,0 Téléphonie mobile - 21, ,6 40,5 37,6 28,8 Internet - 63,5 28, ,7 28,4-8,5 Lecture : en 2006, les ménages ouvriers ont dépensé 3,3 % de plus que la moyenne des ménages en services de communication. «Cinquante de consommation en France», Insee Références, Pour chaque donnée en rouge, rédigez une phrase présentant l information apportée. En 2006, les cadres ont dépensé 110 % de plus que la moyenne des ménages en Internet, alors que les agriculteurs ont dépensé 63,5 % de moins que la moyenne des ménages sur Internet Comment peut-on expliquer que les cadres et les professions intermédiaires dépensent plus que la moyenne en services de communication? Ils sont très consommateurs de technologies nouvelles car ils adoptent les innovations plus rapidement et plus majoritairement que l ensemble de la population (niveau d étude plus élevé) Exercice 3 Une consommation sous influence? Montrez que la consommation peut être «pour soi» mais aussi «pour les autres» en complétant le tableau avec les termes suivants : Satisfaction des besoins Imitation Préférences personnelles Distinction Contraintes personnelles Contraintes sociales Recherche d intégration. Consommation «pour soi» Consommation «pour les autres» Satisfaction des besoins. Préférences personnelles. Contraintes personnelles.. Imitation. Distinction. Contraintes sociales. Recherche d intégration. 24 Fiche de révision Ménages et consommation

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs?

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? Ménages et consommation 1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? question 1: comment le revenu des ménages est-il réparti? question 2: quelle est l influence

Plus en détail

THÈME 1. Ménages et consommation

THÈME 1. Ménages et consommation THÈME 1 Ménages et consommation 1 Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? SENSIBILISATION Étape 1 D où provient l argent des ménages? Revenus «primaires» Du travail

Plus en détail

Chapitre 1 : La consommation et l épargne

Chapitre 1 : La consommation et l épargne Chapitre 1 : La consommation et l épargne - 7 - Dans ce chapitre vous allez : - Distinguer les différents types de consommation. - Découvrir de quels facteurs dépend la consommation. - Étudier ce qu est

Plus en détail

Thème 1: MÉNAGES ET CONSOMMATION

Thème 1: MÉNAGES ET CONSOMMATION Thème 1: MÉNAGES ET CONSOMMATION A/ Comment les revenus et les prix influencent-ils le choix des consommateurs? Notions à découvrir Revenu disponible Consommation Épargne Pouvoir d'achat Dans cette première

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

L arbitrage entre consommation et épargne Activités pour l élève

L arbitrage entre consommation et épargne Activités pour l élève L arbitrage entre consommation et épargne Activités pour l élève Introduction Document DU 1 REVENU : Du revenu PRIMAIRE primaire au AU revenu REVENU disponible DISPONIBLE SERVICES PUBLICS Education Santé

Plus en détail

RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT

RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT RAPPELS DU COURS PRÉCÉDENT PIB + M = CF+ FBCF + S + X Demande intérieure Valeur 2006 en milliard s d'euros ) Évolutions en volume au prix de l'année précédente Évolutions en volume au prix de l'année précédente

Plus en détail

Collecter des informations statistiques

Collecter des informations statistiques Collecter des informations statistiques FICHE MÉTHODE A I Les caractéristiques essentielles d un tableau statistique La statistique a un vocabulaire spécifique. L objet du tableau (la variable) s appelle

Plus en détail

L évolution des modes de consommation Activités pour l élève

L évolution des modes de consommation Activités pour l élève L évolution des modes de consommation Activités pour l élève Introduction Que consomment les Français? Exercice Quel besoin est satisfait dans chaque cas? Pour chacun d entre eux, vous préciserez s il

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

CHAPITRE 1 : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ

CHAPITRE 1 : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ CHAPITRE : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ..Introduction.2. Le point de départ de l analyse micro-économique du consommateur.3. La fonction de demande individuelle.4. Effets

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception Service des Études économiques et de la Prospective Délégation pour la planification Décembre 2006 L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception La mesure du pouvoir d achat des ménages

Plus en détail

A Comment passe-t-on des revenus primaires au revenu disponible?

A Comment passe-t-on des revenus primaires au revenu disponible? 32 LES FACTEURS ECONOMIQUES DE LA CONSOMMATION A Comment passe-t-on des revenus primaires au revenu disponible? 1 De la production aux revenus primaires 1. Une fois la richesse produite dans les entreprises

Plus en détail

PROGRAMME INTERNATIONAL POUR LE SUIVI DES ACQUIS DES ÉLÈVES QUESTIONS ET RÉPONSES DE L ÉVALUATION PISA 2012 DE LA CULTURE FINANCIÈRE

PROGRAMME INTERNATIONAL POUR LE SUIVI DES ACQUIS DES ÉLÈVES QUESTIONS ET RÉPONSES DE L ÉVALUATION PISA 2012 DE LA CULTURE FINANCIÈRE PROGRAMME INTERNATIONAL POUR LE SUIVI DES ACQUIS DES ÉLÈVES QUESTIONS ET RÉPONSES DE L ÉVALUATION PISA 2012 DE LA CULTURE FINANCIÈRE TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 QUESTION NIVEAU 1: FACTURE... 4

Plus en détail

Les revenus primaires des ménages proviennent de diverses sources. 1.1)les revenus d activité

Les revenus primaires des ménages proviennent de diverses sources. 1.1)les revenus d activité FICHE DE SYNTHÈSE SUR LES REVISIONS A EFFECTUER THEME 2- MENAGES ET CONSOMMATION CHAPITRE 3- COMMENT LES REVENUS ET LES PRIX INFLUENCENT ILS LES CHOIX DES CONSOMMATEURS? I- DU REVENU DISPONIBLE AU POUVOIR

Plus en détail

B Comment se déterminent la consommation et l épargne?

B Comment se déterminent la consommation et l épargne? B Comment se déterminent la consommation et l épargne? 1 Le partage entre consommation et épargne 1 - L'utilisation du revenu disponible brut (en milliards d'euros et en %) 2003 2005 2007 2009 Revenu disponible

Plus en détail

GERER SON BUDGET 1- LE BUDGET

GERER SON BUDGET 1- LE BUDGET D1 GERER SON BUDGET 1- LE BUDGET 1- Analyse de la situation. Caroline, 26 ans, a sélectionné un séjour en Espagne d un montant de 420 tout compris, pour ses vacances du 1 er au 15 aout. Elle devra régler

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

AGIRFINANCES. Votre partenaire Budget. Son objectif est de vous permettre d établir votre budget.

AGIRFINANCES. Votre partenaire Budget. Son objectif est de vous permettre d établir votre budget. Votre partenaire Budget Ce guide vous est offert Son objectif est de vous permettre d établir votre budget. Pourquoi? Parce que sans cette étape, il n est pas possible de bien gérer son compte bancaire

Plus en détail

La consommation des fruits et légumes : déterminants et obstacles

La consommation des fruits et légumes : déterminants et obstacles La consommation des fruits et légumes : déterminants et obstacles Pierre COMBRIS INRA, ALISS (Alimentation et Sciences Sociales) Sommaire 1. Evolution et niveau de la consommation des fruits et légumes

Plus en détail

13. L inflation, ses causes et ses coûts

13. L inflation, ses causes et ses coûts 13. L inflation, ses causes et ses coûts Qu est-ce que l inflation? - L inflation est une augmentation soutenue du niveau «général» des prix. - L inflation concerne une augmentation durable du niveau moyen

Plus en détail

GERER SON BUDGET 1- LE BUDGET

GERER SON BUDGET 1- LE BUDGET D1 GERER SON BUDGET 1- LE BUDGET 1- Analyse de la situation. Caroline, 26 ans, a sélectionné un séjour en Espagne d un montant de 420 tout compris, pour ses vacances du 1 er au 15 aout. Elle devra régler

Plus en détail

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 1 Berne, mai 2007 Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 2 Pourquoi la CSIAS en tant qu association privée peut-elle établir des normes en matière d aide sociale? La CSIAS est l association professionnelle

Plus en détail

Définitions. Définitions sur le logement

Définitions. Définitions sur le logement Définitions sur le logement Logement Un logement est défini par son utilisation : c est un local séparé et indépendant utilisé pour l habitation. Il doit être séparé d autres locaux par des murs ou cloisons

Plus en détail

Parc et statut d occupation

Parc et statut d occupation Parc et statut d occupation Commissariat général au développement durable Service de l observation et des statistiques 7 1.1 - PARC DE LOGEMENTS Le parc de logement est constitué de 33,5 millions de logements

Plus en détail

Gérer son budget, les bons réflexes

Gérer son budget, les bons réflexes GUIDE PRATIQUE Gérer son budget, les bons réflexes PRÉVOIR VOTRE BUDGET MAÎTRISER VOTRE BUDGET GÉRER VOTRE ARGENT ET VOS PROJETS ON A TOUS BESOIN DE CONSEILS POUR SON BUDGET L argent participe au bonheur

Plus en détail

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs Séminaire CGTM Mercredi 19 mars 2008 Danielle LAPORT Sociologue Ingénieur Social Equipe de Recherche REV Université Paris XII Val-de-Marne Il me revient

Plus en détail

Observatoires de la vie étudiante. Les conditions de vie des étudiants universitaires toulousains

Observatoires de la vie étudiante. Les conditions de vie des étudiants universitaires toulousains Observatoires de la vie étudiante Les conditions de vie des étudiants universitaires toulousains Enquête menée dans quatre grands établissements d enseignements supérieur de Midi-Pyrénées : Toulouse 1

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

Gestion du budget familial-1

Gestion du budget familial-1 Gestion du budget familial-1 Qu est-ce qu un budget? A quoi cela sert-il? C est un plan prévisionnel qui nous sert à bien gérer notre argent dans le temps. Le budget est un tableau qui enregistre pour

Plus en détail

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite)

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite) Chapitre 6 Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique 1 Objectifs d apprentissage Faire la distinction entre le stock de capital et de la richesse et le flux de production, de revenu,

Plus en détail

AIDES SOCIALES 2015 Cocher la case correspondante à l aide concernée

AIDES SOCIALES 2015 Cocher la case correspondante à l aide concernée Pour tout renseignement, contacter le Centre de la Relation Clients : Tél. 01 44 90 13 33 Fax 01 44 90 20 15 Formulaire de contact accessible sur notre site Internet www.crpcen.fr AIDES SOCIALES 2015 Cocher

Plus en détail

L'ELASTICITE-PRIX I- QUAND LES PRIX VARIENT...

L'ELASTICITE-PRIX I- QUAND LES PRIX VARIENT... L'ELASTICITE-PRIX La consommation dépend, entre autre, du prix des biens et des services que l'on désire acheter. L'objectif de ce TD est de vous montrer les liens existants entre le niveau et l'évolution

Plus en détail

Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs?

Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? Chapitre 1 Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? MANUEL, PAGES 13-28 RAPPEL DU PROGRAMME Thèmes d exploration et questionnements associés I. Ménages et consommation

Plus en détail

Département Finance. Contacts TNS Sofres. Département Finance

Département Finance. Contacts TNS Sofres. Département Finance Baromètre Prévoyance 2ème Vague Dépendance Novembre 2008 Contacts TNS Sofres Département Finance Frédéric CHASSAGNE / Michaël PERGAMENT / Marie FAITOT 01.40.92. 45.37 / 46.72 / 44.41 42MV13 Département

Plus en détail

L essentiel sur. Tenir ses comptes et faire son budget

L essentiel sur. Tenir ses comptes et faire son budget L essentiel sur Tenir ses comptes et faire son budget Les enjeux Suivre ses comptes Tenir ses comptes et faire son budget, c est avoir une meilleure vision de ses ressources et de ses dépenses. Vous savez

Plus en détail

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse»

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Débat participatif La vie chère «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Ségolène ROYAL Les enjeux de notre débat : Réconcilier les Français

Plus en détail

Le portrait budgétaire

Le portrait budgétaire ACEF du Haut-Saint-Laurent 340 boul. du Havre, bur. 203 Salaberry-de-Valleyfield, Québec J6S 1S6 Téléphone : 450-371-3470 Courriel : acefhsl@hotmail.com Page web : www.acefhsl.org Les bureaux de l ACEF

Plus en détail

MÉMO. Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur SOMMAIRE

MÉMO. Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur SOMMAIRE Édition : décembre 13 MÉMO Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur 1. Optimiser l utilisation des livrets défiscalisés 2. Épargner sans plafond 3. Placer une somme importante sur quelques mois

Plus en détail

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014 L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS Juin 2014 Contacts BVA : Céline BRACQ Directrice BVA Opinion Lilas BRISAC Chargée d études 01 71 16 88 00

Plus en détail

Population active et pauvreté en région Centre

Population active et pauvreté en région Centre Population active et pauvreté en région Centre Conseil Economique et Social Régional du Centre Janvier 2010 Partie I. Périmètre de l étude quatre ménages touchant le SMIC ou le RSA Nombre potentiel de

Plus en détail

Livret d epargne SaLariaLe

Livret d epargne SaLariaLe Livret d Epargne Salariale Chère collaboratrice, Cher collaborateur, En tant que salarié(e) de PAGE PERSONNEL, vous bénéficiez de l accord de participation en vigueur dans l entreprise. En complément de

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Collections Statistiques N 183 Série S : Statistiques Sociales. - Par - La Direction technique chargée des statistiques sociales et des revenus

Collections Statistiques N 183 Série S : Statistiques Sociales. - Par - La Direction technique chargée des statistiques sociales et des revenus Collections Statistiques N 183 Série S : Statistiques Sociales ENQUÊTE SUR LES DÉPENSES DE CONSOMMATION ET LE NIVEAU DE VIE DES MÉNAGES 2011 Dépenses de consommation des ménages algériens en 2011 - Par

Plus en détail

LA RÉMUNERATION GLOBALE À EDF SA REPÈRES - EDITION 2013 -

LA RÉMUNERATION GLOBALE À EDF SA REPÈRES - EDITION 2013 - LA RÉMUNERATION GLOBALE À EDF SA REPÈRES - EDITION 2013 - Sommaire 1 - Les principes de la rémunération 2 - Les composantes de la rémunération globale 3 - Le salaire 4 - La performance individuelle 5 -

Plus en détail

QUEL EXEMPLE DONNEZ-VOUS À VOS ENFANTS?

QUEL EXEMPLE DONNEZ-VOUS À VOS ENFANTS? manifester d intérêt à l égard de l argent. Vous devez donc faire en sorte que le sujet soit pertinent pour eux, en profitant des moments propices offerts par la vie quotidienne. Vous n avez pas à prévoir

Plus en détail

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos»)

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Sommaire Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Novembre 2013 Table des matières 1. CONTEXTE ET OBJECTIFS... 3 2. MÉTHODES DE RECHERCHE...

Plus en détail

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième composante du «prime cost» (coût principal), les charges de personnel.

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

Epargner en période de crise : le dilemme

Epargner en période de crise : le dilemme Epargner en période de crise : le dilemme L épargne tient souvent l actualité en ce début d été 2013. Plusieurs chiffres laissent interrogateurs en cette période de très faible croissance (rappel : - 0.2%

Plus en détail

CONSEILS -EN- PATRIMOINE. Étude réalisée le : XXXXXX

CONSEILS -EN- PATRIMOINE. Étude réalisée le : XXXXXX CONSEILS -EN- PATRIMOINE ETUDE RETRAITE Étude réalisée le : XXXXXX Vous avez souhaité des éléments de réflexion concernant la préparation de votre retraite. La présente étude a été établie sur la base

Plus en détail

Informations aux athlètes en matière de fiscalité et de finances

Informations aux athlètes en matière de fiscalité et de finances Table des matières 1. Introduction 2. Revenus 3. Dépenses 4. Impôts 5. Budget 6. Planification financière 7. Assurances 8. Épargne-retraite 9. Autres responsabilités 10. Remarques finales 1 1. Introduction

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 5 AVRIL 213 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? L Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population des allocataires

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur Université Montesquieu Bordeaux IV 1 ère année Licence AES Année universitaire 2012-2013 INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur Questions préliminaires

Plus en détail

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale Janvier 2013 Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS 1. En

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

La retraite. n est pas un privilège! Avant-propos. Qu est-ce que le RREGOP? En savoir plus sur le RREGOP pour mettre fin aux malentendus

La retraite. n est pas un privilège! Avant-propos. Qu est-ce que le RREGOP? En savoir plus sur le RREGOP pour mettre fin aux malentendus En savoir plus sur le RREGOP pour mettre fin aux malentendus La retraite n est pas un privilège! Fascicule 1 Avantpropos Depuis plusieurs mois déjà, de grands médias tirent à boulets rouges sur les régimes

Plus en détail

L éducation financière. Manuel du participant Établissement du budget

L éducation financière. Manuel du participant Établissement du budget L éducation financière Manuel du participant Établissement du budget Module 3 - Établissement du budget Feuille d activité 3-1 Le mot qui commence par un «B» budget 1 Écrivez toutes les idées proposées

Plus en détail

BAROMETRE KIDS & TEENS' MIRROR

BAROMETRE KIDS & TEENS' MIRROR BAROMETRE KIDS & TEENS' MIRROR Les années Primaire et Collège : 7-14 ans Le seul baromètre en France qui vous apporte des données actualisées tous les 6 mois avec : o une analyse nourrie de l'expertise

Plus en détail

Planification financière personnalisée pour :

Planification financière personnalisée pour : Document 2.2 Planification financière personnalisée pour : Questionnaire n o 1 Profil de la situation financière personnelle et familiale Date : Lieu : Questionnaire n o 1 Profil de la situation personnelle

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

Document d information n o 4 sur les pensions

Document d information n o 4 sur les pensions Document d information n o 4 sur les pensions Épargnes privées de retraite Partie 4 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition,

Plus en détail

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire?

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire? DOCUMENT 1 : Le système de français : Le système de par répartition Ce système de est fondé sur l existence d une solidarité intergénérationnelle. A chaque période, les pensions de reçues par les retraités

Plus en détail

SCPI Amundi DEFI Foncier

SCPI Amundi DEFI Foncier SCPI Amundi DEFI Foncier SCPI de Déficit Foncier à capital fixe Souscription ouverte jusqu au 16 décembre 2015 - Pour bénéficier du dispositif fiscal de déficit foncier en 2014, souscription jusqu au 16

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1.

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1. Version intégrale Note méthodologique 1. Les tableaux des ressources et des emplois dans les comptes nationaux L élaboration des comptes nationaux de la Belgique s effectue conformément à la méthodologie

Plus en détail

ESSEC Cours Wealth management

ESSEC Cours Wealth management ESSEC Cours Wealth management Séance 9 Gestion de patrimoine : théories économiques et études empiriques François Longin 1 www.longin.fr Plan de la séance 9 Epargne et patrimoine des ménages Analyse macroéconomique

Plus en détail

Les revenus. Sensibilisation. Ménages et consommation. Qu en pensez-vous? B Les types de revenu. 6 Trouvez des exemples d impôts directs payés par les

Les revenus. Sensibilisation. Ménages et consommation. Qu en pensez-vous? B Les types de revenu. 6 Trouvez des exemples d impôts directs payés par les THÈME 1 notions Revenus primaires Revenu disponible Épargne Placements Taux d intérêt savoir-faire Utiliser des définitions Calculer un taux d intérêt réel 9 A Les revenus Qu en pensez-vous? 1 Cochez la

Plus en détail

Baromètre 2014 Club de l Epargne Salariale - Harris Interactive

Baromètre 2014 Club de l Epargne Salariale - Harris Interactive Baromètre 2014 Club de l Epargne Salariale - Harris Interactive La perception des salariés sur l épargne salariale Toute diffusion de résultats tirés de cette étude doit être accompagnée de la mention

Plus en détail

SONDAGE SUR LA CULTURE FINANCIERE D UNE POPULATION D INTERNAUTES MAROCAINS

SONDAGE SUR LA CULTURE FINANCIERE D UNE POPULATION D INTERNAUTES MAROCAINS SONDAGE SUR LA CULTURE FINANCIERE D UNE POPULATION D INTERNAUTES MAROCAINS Service Education des Epargnants &Habilitation des Intervenants Sondage sur la culture financière d une population d internautes

Plus en détail

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Chapitre 9 Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Savoir utiliser son argent est un art et un art qui paie. Comme toutes les ressources, l argent peut être utilisé à bon ou

Plus en détail

Une famille, deux pensions

Une famille, deux pensions famille, deux pensions Susan Poulin Au cours du dernier quart de siècle, la proportion de familles composées de deux conjoints mariés ayant tous deux un emploi a augmenté de façon phénoménale. En 1994,

Plus en détail

Ma banque. Les prêts hypothécaires BCJ

Ma banque. Les prêts hypothécaires BCJ Les prêts hypothécaires BCJ Ma banque Simple et avantageux, les prêts hypothécaires BCJ. Vous pensez qu il est plus avantageux d acheter son logement que de continuer à payer un loyer à fonds perdus?

Plus en détail

QUESTIONNAIRE N O I PROFIL DE LA SITUATION PERSONNELLE ET FAMILIALE

QUESTIONNAIRE N O I PROFIL DE LA SITUATION PERSONNELLE ET FAMILIALE QUESTIONNAIRE N O 1 1 QUESTIONNAIRE N O I PROFIL DE LA SITUATION PERSONNELLE ET FAMILIALE 1. Renseignements généraux Nom(s) et prénom(s) État civil Date de naissance (âge) Occupation(s) Adresse Résidence

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU 1. Le compte de production... 129 2. Le compte d exploitation... 129 3. Le compte de revenu d entreprise... 130 4. Les indicateurs de revenu

Plus en détail

LES FRANÇAIS, L ÉPARGNE & LA RETRAITE

LES FRANÇAIS, L ÉPARGNE & LA RETRAITE 201 LES FRANÇAIS, L ÉPARGNE & LA RETRAITE Jérôme JAFFRÉ Directeur du Centre d Études et de Connaissances sur l Opinion Publique Jean-Pierre GAILLARD Président du Cercle des Epargnants Philippe CREVEL Secrétaire

Plus en détail

DEMANDE DE PRÊT IMMOBILIER RÉSIDENCE PRINCIPALE

DEMANDE DE PRÊT IMMOBILIER RÉSIDENCE PRINCIPALE Cachet Partenaire Id Prescripteur Collaborateur : DEMANDE DE PRÊT IMMOBILIER RÉSIDENCE PRINCIPALE Cadre réservé au Crédit Foncier Nom du client: N de dossier : B20030-07/14 - imphelde Point de vente :

Plus en détail

Les Français, l épargne et la retraite Enquête 2011

Les Français, l épargne et la retraite Enquête 2011 Les Français, l épargne et la retraite Enquête 2011 Le Cercle des Epargnants, partenaire du Groupe Generali A la demande du Cercle des Epargnants et de Generali, le Centre d Etudes et de Connaissances

Plus en détail

FORMULE 11 DÉCLARATION FINANCIÈRE

FORMULE 11 DÉCLARATION FINANCIÈRE FORMULE 11 DÉCLARATION FINANCIÈRE (Loi sur l établissement et l exécution réciproque des ordonnances de soutien, L.N.-B. 2002, c.i-12.05, art.5(2)e), 9(1)b)(ii), 23(2)f) et 27(1)b)(ii)) Je suis le demandeur

Plus en détail

DÉCLARATION DE SURENDETTEMENT

DÉCLARATION DE SURENDETTEMENT COMMISSION DE SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS Code de la consommation - Livre III - Titre III DÉCLARATION DE SURENDETTEMENT Cachet du secrétariat de la commission compétente AVEZ-VOUS DÉJÀ DÉPOSÉ UN DOSSIER?

Plus en détail

Les Français, l épargne et la retraite

Les Français, l épargne et la retraite 11, boulevard Haussman. 75009 Paris 01 58 38 65 87 / 37 www.cercledesepargnants.com contact@cercledesepargnants.com Les Français, l épargne et la retraite Enquête 2011 Le Cercle des Epargnants, partenaire

Plus en détail

Vos revenus à la pension? Les meilleures solutions pour un avenir confortable!

Vos revenus à la pension? Les meilleures solutions pour un avenir confortable! Vos revenus à la pension? Les meilleures solutions pour un avenir confortable! Les meilleures solutions pour un avenir confortable Conservez votre niveau de vie après la pension Vos perspectives Les 4

Plus en détail

Le profil des acheteurs à distance et en ligne

Le profil des acheteurs à distance et en ligne Le profil des acheteurs à distance et en ligne Étude réalisée pour le compte de La FEVAD, La Poste, Reed Exhibitions, CCI Grand Lille 24 octobre 2012 Synthèse de l étude - 1 LES HABITUDES DE CONSOMMATION

Plus en détail

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS)

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS) Analyse de l enquête sur le devenir professionnel des artistes issus des écoles supérieures d art dramatique signataires de la plateforme de l enseignement supérieur pour la formation du comédien Enquête

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES 2014-2015

BOURSES SCOLAIRES 2014-2015 BOURSES SCOLAIRES 2014-2015 Dossiers à compléter et à déposer au service social du Consulat Général de France avant le 28 fevrier 2014 Pour tout renseignement complémentaire, contactez Mme DENIS Assistante

Plus en détail

Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011

Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011 Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011 Les bénéficiaires de retraites Nombre de retraités, selon les différents régimes (COR janvier 2010) : 16 millions dont : 11,3 millions :

Plus en détail

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus Observation et Conjoncture Économique Économie Nationale approche par les revenus qu est ce que le Revenu? La rémunération des facteurs de production? Le capital Le travail La consommation intermédiaire

Plus en détail

NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise

NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise Frédéric ALBERT f.albert@institut-think www.institut-think.com

Plus en détail

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage?

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Etudes Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Table des matières Introduction...7 Objectif, méthodologie

Plus en détail

Baromètre CSA/Crédit agricole Les parents et l argent de poche des enfants

Baromètre CSA/Crédit agricole Les parents et l argent de poche des enfants Baromètre CSA/Crédit agricole Les parents et l argent de poche des enfants n 0900922 V3 Juillet 2009 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 40 00 Fax : (33) 01 44 94 40 01

Plus en détail

4795-00F-MAR15. Brochure de produit

4795-00F-MAR15. Brochure de produit 4795-00F-MAR15 Brochure de produit ParPlus et ParPlus Junior Assomption Vie, une des rares compagnies mutuelles d assurance vie au Canada, est fière d offrir ses plus récents produits d assurance vie entière

Plus en détail

Organiser. son Budget. Les supports proposés...2 Échéancier...3-6 Budget... Mode d emploi...7 Conseils pratiques...8

Organiser. son Budget. Les supports proposés...2 Échéancier...3-6 Budget... Mode d emploi...7 Conseils pratiques...8 LES FICHES PRATIQUES DE FINANCES & PÉDAGOGIE Dépenser : se comporter en consommateur avisé Organiser Ajuster : réagir rapidement aux événements son Budget Sommaire Les supports proposés...2 Échéancier....3-6

Plus en détail

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Gérard Cornilleau Des inégalités contenues, des classes moyennes fragiles Le débat sur les salaires n est plus aujourd hui dominé

Plus en détail

TC12 : Protection sociale et solidarités collectives

TC12 : Protection sociale et solidarités collectives TC12 : Protection sociale et solidarités collectives 1 Etat providence et protection sociale 11 L apparition de l Etat providence DOC 1 Q1 Qu est-ce que la société libérale? C est une société dans laquelle

Plus en détail