Marché : direction paysanne. Quand on sème depuis 20 ans. Guide pour la mise en place d un système collectif de mise en marché des produits agricoles

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Marché : direction paysanne. Quand on sème depuis 20 ans. Guide pour la mise en place d un système collectif de mise en marché des produits agricoles"

Transcription

1 Marché : direction paysanne Guide pour la mise en place d un système collectif de mise en marché des produits agricoles Quand on sème depuis 20 ans

2 L œuvre Léger a participé financièrement à la réalisation de ce document. Le présent document a été produit dans le cadre du 20 e anniversaire d UPA Développement international (UPA DI) et fait partie d un ensemble de quatre avec : «20 d ans 1» «Les Savoirs des gens de la terre : la récolte» «Le pouvoir de se nourrir plutôt que pourvoir» titre du rapport annuel

3 Table des matières Avant-Propos...5 Après 20 ans de mise en marché organisée... 5 Introduction...6 Un guide pour savoir la direction... 6 Contexte...8 Une approche collective dans une économie néolibérale... 8 Le système collectif de mise en marché en question...10 Lorsque le collectif répond aux aspirations individuelles Une réponse paysanne Des étapes L expérience de trois organisations paysannes...12 Phase d implantation et d expérimentation Phase de rodage Phase de consolidation et de développement Mise en place d un système collectif de mise en marché...16 Agriculture familiale et services collectifs Développement d un projet mobilisateur de mise en marché collective Les outils à mettre en place Fonds de commercialisation Manuel de procédures ou de gestion administrative et financière Comité technique du groupement Comité de commercialisation de l organisation paysanne Conclusion et perspectives...24 Au niveau de l environnement Au niveau de l organisation paysanne Quand on sème depuis 20 ans Marché : direction paysanne, UPA DI

4

5 Avant-Propos «Les fleurs de demain sont toutes dans les graines d aujourd hui.» Proverbe chinois Après 20 ans de mise en marché organisée Au cours des 20 dernières années, l Union des groupements pour la commercialisation des produits agricoles de la Boucle du Mouhoun (UGCPA/BM) au Burkina Faso, ainsi que Faso Jigi et Baabahuu Jici au Mali, ont marqué l histoire du développement de l agriculture et des marchés céréaliers de leur pays. Nos organisations ont donné naissance à des systèmes collectifs de mise en marché (SCMM) permettant à nos membres d évoluer de façon permanente. Ce faisant, les organisations que nous sommes s en trouvent grandies. En favorisant la mobilisation et le sentiment d appartenance des membres, le SCMM a permis aux productrices et aux producteurs de se regrouper pour mettre en vente leurs produits, mais plus encore, leur a donné une voix. Nos trois organisations sont aujourd hui reconnues en tant qu acteurs incontournables pour l approvisionnement des marchés nationaux de céréales. Reconnues d une part, par les autres opérateurs économiques que sont les institutions financières et les commerçants et d autre part, par des institutions internationales et des partenaires au développement de l agriculture que sont l État et les organisations étrangères nous appuyant. À travers nos organisations, notamment en facilitant l accès au crédit à des taux acceptables, les productrices et les producteurs agricoles ont de meilleures conditions de production, augmentent leurs rendements et obtiennent de meilleurs prix pour leurs produits. L expertise développée en matière de SCMM incite à la mise en place d autres services aux membres, tel l achat groupé d intrants, diminuant ainsi le coût de production, et contribuant à notre autonomie organisationnelle et financière. En tant que principaux leaders de ces organisations, nous sommes fiers d avoir alimenté la présente réflexion sur les SCMM à partir de nos expériences respectives. Espérons que ce guide pourra aider d autres organisations paysannes, d Afrique et d ailleurs, à contribuer au développement d une agriculture aux mains des productrices et des producteurs. Il y a 20 ans à peine, si quelqu un nous avait dit qu un jour nous pourrions apporter notre contribution à la rédaction d un tel guide, nous ne l aurions certes pas cru. Il faut croire que nos organisations ont fait germer de la bonne graine. Marché : direction paysanne origine d une prise de conscience individuelle et collective des membres d une organisation pour accroître leur pouvoir dans la mise en marché de leurs produits et influer sur les conditions de vente. Amadou Oumar Maïga Bonzi Nonyeza Kassim Coulibaly Quand on sème depuis 20 ans Marché : direction paysanne, UPA DI

6 Introduction «La parole n est pas bonne dans une seule bouche.» Proverbe africain Un guide pour savoir la direction Après quelques expériences de solidarité conduisant à la coopération internationale, notamment au Burkina Faso, en 1993 l Union des producteurs agricoles du Québec (UPA) donne naissance à UPA Développement international (UPA DI). L UPA affirmait ainsi sa volonté de partager sa vision d une agriculture familiale et son expertise dans l action collective permettant de maintenir et de développer ce type d agriculture. Du même coup, les premiers artisans d UPA DI s imprégnaient des réalités de l agriculture d ailleurs, particulièrement des pays de l Afrique de l Ouest. Les premiers intervenants y découvrent une agriculture vivrière morcelée, tournée principalement sur l autoconsommation, chaque paysan œuvrant avec sa famille dans son champ, sous l œil concupiscent des commerçants. Dès qu un besoin imprévu se fait sentir, ces acteurs sont prêts à offrir des prêts forçant ainsi le paysan à céder sa future récolte à un prix dérisoire. Et même les excédents à la fin de la campagne étaient bradés à vils prix, par manque d équipement d entreposage et, le plus souvent, pour un besoin de liquidité afin de faire face aux obligations familiales. Année après année, le paysan et son voisin, et le voisin de ce dernier, font la démonstration que : Isolément, le paysan n a pas de pouvoir de négociation pour obtenir un meilleur prix. Le peu de culture de rente n est pas rentable et, par le fait même, difficile à développer. Le manque d accès au crédit le rend vulnérable et nuit à sa professionnalisation. Seul le regroupement au sein d une organisation forte peut lui donner le pouvoir de négocier et de prendre sa place sur le marché. 6 Marché : direction paysanne, UPA DI 2012 Quand on sème depuis 20 ans

7 Introduction En produisant ce guide, pour son 20 e anniversaire, UPA DI a voulu capitaliser sur trois expériences de SCMM menées avec des organisations partenaires au Burkina Faso et au Mali. Ceci afin d en faire profiter d autres organisations paysannes qui ont à cœur le développement et le maintien d une agriculture entre les mains des paysannes et des paysans. On y retrouve : Le contexte où l approche collective se frotte, voire se bataille, avec une économie néolibérale dominante. La présentation d un SCMM, une réponse paysanne aux réalités du marché pour mieux vivre de sa profession. Des histoires de mise en marché et leurs résultats en trois phases : implantation et expérimentation, rodage ainsi que consolidation et développement. La mise en place d un SCMM comme projet mobilisateur avec ses mécanismes et ses outils. Le guide conclu sur une réflexion à propos de l autonomie administrative et financière des organisations paysannes, basée sur le développement de services aux membres et sur le nécessaire engagement des productrices et des producteurs au sein de leur organisation. Souhaitant que les savoirs des gens de la terre, dans une coopération de paysans à paysans, puissent entraîner d autres organisations dans leurs sillons. Quand on sème depuis 20 ans Marché : direction paysanne, UPA DI

8 Contexte «Il te restera toujours le rêve pour réinventer le monde que l on t a confisqué.» Yasmina Kadra, Algérie Une approche collective dans une économie néolibérale En 1990, lorsque l UPA a mis les pieds pour la première fois au Burkina Faso, il était clair que les signaux des dirigeants des États Unis et de la Grande Bretagne, représentés par le couple Reagan Thatcher, avaient été donnés. Le néolibéralisme était consacré et ses premières conséquences, déjà perceptibles. Les offices de commercialisation, sous quelque forme que ce soit, n avaient plus la cote. Les mécanismes de soutien des prix se devaient d être abolis au profit du commerce mondial. Il fallait éliminer tout obstacle à la mondialisation. Libéraliser le commerce pour les paysannes et les paysans de l Afrique de l Ouest, qu est ce que cela représentait? À toutes fins utiles, cela signifiait de les laisser seuls à eux mêmes face à l ouverture des marchés. C est dans ce contexte qu UPA DI a posé ses premiers gestes de coopération, au côté de celles et ceux dont la connaissance du marché se limitait à celui du village. Pour ces derniers, leur monde venait de basculer. Avant, les commerçants, les revendeuses, les transporteurs, tous étaient du coin et chacun connaissait son bout de partition. Par la suite, les principaux ténors venaient de la capitale avec des capitaux dont on ignorait pour quelle bourse ils agissaient. Du même coup, ils drainaient le capital humain du village à la ville. Toute cette tragédie, pardon, toute cette stratégie du libéralisme économique reposait sur la prémisse voulant que l urbanisation allait engendrer une demande permettant un accroissement de l offre soutenant le développement de l agriculture. Cependant, quelqu un avait oublié que pour être solvable, la demande devait reposer sur des emplois rémunérateurs et stables. À l époque, forte de l appui reçu des gens engagés envers la classe paysanne, UPA DI a pu bâtir un modèle collectif de mise en marché répondant aux besoins du commerce domestique et aux aspirations individuelles des paysannes et des paysans. Grâce aux gens de l Agence canadienne de développement international (ACDI), des gouvernements africains et du milieu paysan des pays dans lesquels nous avons initié ces systèmes, la naissance d un autre modèle faisant l objet aujourd hui d une attention particulière, a été rendue possible. 8 Marché : direction paysanne, UPA DI 2012 Quand on sème depuis 20 ans

9 Contexte Au début, certains observateurs estimaient que, devant l immensité du potentiel du libéralisme économique, notre approche faisait figure de carré de sable. Une manière de dire que la mer du néolibéralisme allait déferler sur les plages du collectif et détruire les figurines que nous étions. Depuis, plusieurs tsunamis ont eu effectivement lieu sur les marchés mondiaux. Pourtant, au Burkina Faso et au Mali, les systèmes collectifs sont toujours là, plus forts que jamais. En revanche, nous sommes en droit de demander qu est ce que le libéralisme économique a apporté de structurant sur les marchés africains, outre une multitude de conteneurs de produits de toutes sortes, poussés par des vagues sans lendemain. L épreuve du temps, rapports de la Banque mondiale en main, il est facile de mesurer que la volatilité des prix engendrée par la spéculation n a fait qu aggraver le problème de la faim dans le monde. Or, les dirigeantes et les dirigeants d organisations telles que l UGCPA/BM, Faso Jigi et Baabahuu Jici sont aujourd hui devenus des leaders ayant la capacité de contribuer à réduire les effets négatifs de cette mondialisation aveugle. Ces organisations ont acquis la maturité permettant à leurs membres de tirer un revenu plus juste du marché domestique, tout en offrant aux consommateurs un produit d une grande qualité, disponible et reflétant le prix du marché. De plus, à travers cette expérience, les organisations ont acquis une expertise représentant une ressource précieuse dans la mise en œuvre d une souveraineté alimentaire, rendant effective la sécurité alimentaire. Quand on sème depuis 20 ans Marché : direction paysanne, UPA DI

10 Le système collectif de mise en marché en question «Un seul pied ne trace pas un chemin.» Proverbe africain Lorsque le collectif répond aux aspirations individuelles A t on véritablement besoin de mécanismes collectifs pour répondre aux besoins des marchés de produits agricoles? Les paysannes et les paysans ont ils besoin d une organisation pour prendre leur place dans leur filière? Des entreprises collectives peuvent elles suppléer le privé pour mieux servir la sécurité alimentaire d un pays? Voilà autant de questions que nous sommes en droit de nous poser lorsqu on réfléchit aux mécanismes d approvisionnement des marchés alimentaires de pays comme le Burkina Faso ou le Mali. Il faut reconnaître que, depuis 30 ans, la réponse à ces questions n a pas été à la hauteur des besoins des populations. Dans cet espace temps, ce sont les positions extrêmes qui ont dominé. Des mécanismes étatiques de régulation de la fin des années 1980 au néolibéralisme des années 2000, nous avons contourné le juste milieu et nous sommes passés complètement à côté de l équilibre. De telle sorte que les paysannes et les paysans n ont vu, à toutes fins utiles, aucun changement significatif d un point de vue économique. Le seul véritable changement perceptible est venu sous l angle de la gouvernance. En permettant la libre association des paysannes et des paysans, ces derniers ont pu, pour la première fois de leur existence, évoluer dans le sens de leurs intérêts. Certes beaucoup de travail reste à accomplir, mais s il nous reste un espoir, il nous vient de ce côté. Une réponse paysanne Pour contrer l isolement des paysans en matière de pratiques commerciales de produits agricoles, la réponse collective s imposait. Le SCMM consiste à regrouper l offre de produits excédentaires des productrices et des producteurs au sein d une organisation paysanne, octroyant aux paysans, à travers leur organisation paysanne (OP), un plus grand pouvoir de négociation. Ainsi, ils deviennent des acteurs incontournables dans la commercialisation des produits agricoles. Le regroupement de l offre repose essentiellement sur l engagement des paysannes et des paysans à livrer à la récolte un volume d excédents prédéterminé. Cet engagement est recensé au niveau du groupement et compilé au niveau de l OP. Afin de soutenir et même développer la production, l OP doit s attaquer à la vulnérabilité des paysans en mettant en place des outils financiers adaptés. Disposant d un nécessaire fonds de commercialisation, qui sert de fonds de garantie, l OP peut négocier auprès d institutions financières, à des conditions favorables, une ligne de crédit pour la réalisation de la campagne. Ainsi, les productrices et les producteurs ont accès à un premier crédit pour le démarrage de la campagne, notamment pour l achat des intrants et le coût de la main d œuvre. Par la suite, à la livraison de sa production excédentaire, selon le volume engagé et livré par la productrice et le producteur, l OP se sert de sa ligne de crédit pour leur verser un montant basé sur l appréciation du prix réel du marché. L OP a préalablement soustrait de cette somme le crédit déjà accordé au démarrage ainsi que les intérêts correspondants. C est pourquoi il est question de remboursement du crédit en nature. Après la vente du produit par l OP, qui agit à titre d agence de vente pour le compte de ses membres participants, elle établit le bilan de la campagne. Sur cette base, après avoir soustrait ses coûts de commercialisation et autres contributions déterminées avec les membres en assemblée générale, l OP établit et apprécie les bénéfices nets de la campagne. Ils sont répartis entre les producteurs, sous forme de ristourne, et l organisation pour contribuer à son fonctionnement. 10 Marché : direction paysanne, UPA DI 2012 Quand on sème depuis 20 ans

11 Le système collectif de mise en marché en question Des étapes 1 er mois Engagement du producteur Fixation par l'op du paiement anticipé 1 (PA 1)/kg pour chaque produit. Paiement par le producteur de la cotisation pour membership à l'op. Recensement et validation de l'engagement individuel par son organisation de base et transfert à l'op. 2 au 3 e mois Financement de la campagne agricole Négociation avec les institutions financières des conditions de crédit, incluant la garantie de l'op offerte à même son fonds de commercialisation. Transfert des demandes par l'op à l'institution financière pour le financement du PA 1. Versement d'une partie du PA 1 en produits (engrais, semences, etc.) par l'op à partir d'achats groupés par appel d'offres. Versement de l'autre partie du PA 1 en espèce dans le compte du producteur pour couvrir les autres besoins de la campagne (main d œuvre, travaux à forfait). Période d exécution 9 au 12 e mois Recouvrement de l'engagement à la récolte et gestion des impayés Fixation du prix de cession/kg (prix plancher) pour chaque produit par l'op. Précision par l'op aux institutions financières des besoins en ce qui concerne la ligne de crédit pour couvrir le remboursement des PA 1, les intérêts engendrés par celui ci, le versement des paiements anticipés 2 (PA 2) à la livraison des produits et les coûts des opérations de commercialisation. Livraison à l'op des quantités engagées par le producteur avec contrôle de la qualité et de la quantité par son organisation de base. Versement du PA 2 ((prix de cession X quantité livrée) (PA 1 + intérêts du PA 1)) dans le compte du producteur. Remboursement aux institutions financières par l'op, à même sa ligne de crédit, de tous les PA 1 et des intérêts. Gestion des impayés des producteurs par l'op selon la procédure de recouvrement, pour ceux qui n'auraient pas livrés les quantités auxquelles ils s'étaient engagés et pour lesquelles ils avaient obtenu un crédit sous forme de PA 1. 9 au 18 e mois Gestion et commercialisation des quantités livrées par les producteurs Regroupement et gestion des stocks par l'op. Commercialisation des stocks. Remboursement de la ligne de crédit à même les revenus tirés de la commercialisation par l'op. Récupération du fonds de garantie. Perception par l'op des contributions des producteurs/kg livrés pour couvrir les coûts de commercialisation et autres (notamment la constitution d'un fonds de sécurité) à même les revenus de la vente. Établissement du bilan de la campagne de commercialisation pour déterminer le niveau de ristourne à verser au producteur et à l'op. Versement de la ristourne par l'op aux producteurs. Quand on sème depuis 20 ans Marché : direction paysanne, UPA DI

12 L expérience de trois organisations paysannes «La nouvelle corde s attache toujours sur la vieille corde pour tirer l eau du puits.» Proverbe africain Le graphique qui suit illustre l évolution globale du SCMM sous l angle du nombre de productrices et de producteurs et des quantités commercialisées pour les trois organisations. À cette évolution, nous avons inséré les tendances, les linéaires (barres obliques dans le tableau) qui se dessinent dans le temps. Elles nous permettent d apprécier, malgré les fluctuations sur une base annuelle, la progression à moyen et à long terme du nombre de membres et des quantités commercialisées. Vues sous cet angle, nous pouvons aujourd hui dégager les constats suivants : Malgré les résultats des campagnes qui fluctuent, dans l ensemble, les quantités commercialisées augmentent. Les quantités commercialisées s accroissent plus rapidement que le nombre de membres. Cette démarche exige un changement important d habitudes chez les productrices et les producteurs et elle demande du temps. Pour mieux comprendre cette évolution, nous avons scindé celle ci en trois phases. Une première dite d implantation et d expérimentation, une deuxième de rodage et une troisième de consolidation et de développement. Évolution de Baabahuu Jici, de Faso Jigi et de l UGCPA/BM depuis leur fondation Implantation et expérimentation Rodage Consolidation et développement Marché : direction paysanne, UPA DI Nombre de membres Quantités commercialisées Linéaire (Nombre de membres) Linéaire (Quantités commercialisées) Quand on sème depuis 20 ans

13 L expérience de trois organisations paysannes Phase d implantation et d expérimentation Cette phase s est rapidement butée à quelques obstacles majeurs dont : Les pratiques historiques en matière de commercialisation sont ancrées profondément et entretenues avec intérêt par les commerçants. La culture de rente pour les producteurs de céréales sèches émerge à peine. L excédent céréalier pour le producteur demeure une sécurité financière qui lui permettra de faire face aux besoins familiaux : santé, éducation, décès, mariage, naissances «À beau mentir qui vient de loin.» Les productrices et les producteurs ne bénéficient d aucun exemple sur lequel s appuyer avant de confier leur portefeuille d une année, que représente leur production céréalière, à des organisations aussi paysannes soient elles. Même bien intentionnés, convaincus et convaincants, leurs leaders peuvent difficilement se substituer au chef de famille qui traditionnellement dispose des excédents céréaliers. L UGCPA/BM, Faso Jigi et Baabahuu Jici sont nées d une volonté de collaboration entre les groupements et d un intérêt commun : la mise en marché collective des produits agricoles. En même temps qu un nouveau service était mis en place, les nouvelles organisations avaient à se développer. Ces démarches s inscrivaient dans un contexte où plusieurs expériences négatives aux plans démocratique et économique avaient été vécues par des organisations. Pour assurer le bon fonctionnement du système et le respect des engagements des producteurs, des comités spécifiques au SCMM ont été créés au niveau de chaque groupement. Ils ont bénéficié de l appui d agents d accompagnement rémunérés par l organisation pour une plus grande maîtrise de leur rôle. Un producteur qui ne livre pas ses engagements ou livre un produit de mauvaise qualité est facilement retracé. Il sera automatiquement suspendu et l organisation prendra des mesures pour récupérer le crédit (paiement anticipé 1) obtenu par le producteur fautif. Il devra régulariser sa situation avec l organisation afin de la réintégrer et ainsi bénéficier à nouveau du SCMM. Un argument majeur pour forcer les producteurs à rembourser. Note : Cette phase a une durée de plus ou moins quatre ans. Phase de rodage La seconde phase, dite de rodage, correspond à une plus grande maîtrise du concept et des mécanismes du SCMM par les organisations et les membres. Elle permettra d ouvrir le SCMM à plus de groupements, plus de producteurs et d augmenter le volume de produits à commercialiser. En ce qui concerne Faso Jigi, la production de riz sous irrigation totalement contrôlée et dans une zone circonscrite, facilite la croissance du nombre de groupements et du volume à commercialiser. De plus, les excédents de riz dans cette zone encadrée par l Office du Niger sont beaucoup plus importants que pour les céréales sèches. Il n en demeure pas moins que les quantités de céréales sèches se sont accrues, mais à une vitesse moindre que le riz. Parallèlement à cette croissance, Faso Jigi et les deux autres OP ont été confrontées à des difficultés les ayant amenées à réagir pour corriger la situation : L accroissement des impayés des producteurs de riz qui obtiennent les crédits les plus importants. L absence d une centrale de risques pour le partage des informations sur les impayés. La récupération des impayés auprès des producteurs s avère difficile et coûteuse. Le non paiement par des acheteurs des céréales qui leur ont été dûment livrées. Des fraudes commises à l intérieur de l organisation. Quand on sème depuis 20 ans Marché : direction paysanne, UPA DI

14 L expérience de trois organisations paysannes En assemblée générale (AG), Faso Jigi a fait le choix d utiliser le fonds de commercialisation pour rembourser les institutions financières et verser des ristournes uniquement avec le reliquat des bénéfices nets. Par la suite, pour faire face à ces impayés et éviter de recourir au fonds de commercialisation, toujours en AG, Faso Jigi a décidé de créer un fonds de sécurité représentant 1 % du chiffre d affaires, constituant ainsi une assurance collective pour partager les risques. Ce pourcentage est rapidement passé à 3 %. L UGCPA/BM vient tout juste de mettre en place un tel fonds et le taux retenu est de 2 %. Toujours au Mali, la chute des prix des céréales et du riz au début des années 2000, coïncidant avec l accroissement des importations de riz, la politique de délestage du stock de sécurité et l accroissement des tracasseries administratives pour rendre plus difficile la circulation des céréales dans la sous région, allaient forcer l OP à recourir à nouveau au fonds de commercialisation. Le prix de cession demeure un enjeu déterminant dans toute la stratégie du SCMM et pour cause : Un prix trop bas par rapport à celui du marché amène le producteur à ne pas respecter son engagement et à écouler sa production directement sur le marché, compte tenu des multiples canaux d écoulement. Un prix trop élevé favorise le respect des engagements et même l augmentation des quantités livrées, mais augmente du même coup le prix de revient du stock à être vendu sur le marché, contribuant à accroître le risque de déficit de commercialisation. La présence sur le terrain des commerçants qui incitent les producteurs à leur livrer leur stock, à un prix généralement supérieur au prix de cession, constitue un autre défi à surmonter pour les OP. Les comités techniques et la qualité de leurs membres au niveau des groupements s avèrent une clé maîtresse du bon fonctionnement du SCMM. La rigueur dans l application et le suivi des règles qui balisent le SCMM, malgré les pressions sociales du milieu, sera garante de la réussite de l opération. L implication et le professionnalisme des permanents de l organisation sont aussi des facteurs déterminants. L intégration des femmes apporte aux organisations un nouveau souffle. Elle passe par des activités économiques spécifiques : la production et la commercialisation collective du bissap s à l UGCPA/BM et des échalotes à Faso Jigi ainsi que l opération de batteuses stationnaires pour la transformation du blé à Baabahuu Jici. L intégration des femmes vient renforcer le fonctionnement démocratique de l OP en plus de lui apporter une contribution financière significative. Les femmes siègent au niveau des instances de l OP, au même titre que les hommes, et disposent de comités propres à leurs activités où elles y participent activement et n hésitent pas à revendiquer leur place et plus de services et de moyens. Cette phase de rodage a également permis de prendre conscience de l importance du mode de désengagement des organisations d appui ou de partenaires techniques et financiers pour éviter les dérapages de fin de projet. Note : Cette phase a une durée de plus ou moins quatre ans. 14 Marché : direction paysanne, UPA DI 2012 Quand on sème depuis 20 ans

15 L expérience de trois organisations paysannes Phase de consolidation et de développement Un appui orienté plus spécifiquement sur la pérennisation des OP à partir d un plan stratégique de développement a mené à une appropriation pleine et entière du SCMM par chaque organisation. Les OP se concentrent sur la consolidation et l adéquation des outils du SCMM à leur situation spécifique. La phase de consolidation a permis aux OP de poursuivre l objectif d une plus grande rentabilité du service, notamment en réduisant les coûts d opération et en contrôlant mieux chacune des opérations. Parmi les moyens mis de l avant et de façon non exhaustive : L adéquation du nombre de ressources humaines en fonction de la capacité de payer. Le prêt auprès des institutions financières converti en ligne de crédit. L appréciation des volumes de livraison des céréales au kilogramme et non plus au sac. Un plus grand rôle joué par les comités techniques de chaque groupement. Au delà de ces ajustements, l organisation est consciente que le système est volontaire et que le producteur peut choisir de se retirer à tout moment. Elle est aussi consciente que le SCMM ne pourra pas réussir seul à assurer l autonomie financière de l organisation. D où la nécessité de mettre en place une gamme de services contribuant à faciliter la réalisation de la campagne, à fidéliser le producteur, à intensifier son engagement et à développer l intérêt d autres groupements et d autres productrices et producteurs. Développement d un réseau de producteurs semenciers et d un service d approvisionnement en semences certifiées. Introduction de nouveaux produits à commercialiser. Conseil à l exploitation familiale. Programme d acquisition d équipements individuels ou de groupe. Service d approvisionnement en engrais. La tendance des trois organisations pour cette période, en regard des dispositions prises par chacune d entre elles, semble prometteuse. Et pour l illustrer, voici le portrait 2010 des OP. On peut estimer que la mise en place d un tel système demande beaucoup de temps et d efforts tant financiers qu humains. Cependant, il est intéressant de souligner que ces organisations sont pérennes et qu elles jouent un rôle réel pour contribuer à la sécurité alimentaire de leur pays. Alors que beaucoup d autres expériences inscrites dans une dynamique à court terme ont vu leur utilité se limiter à la durée d un projet. Note : Cette phase a une durée de plus ou moins quatre ans. Baabahuu Jici 2010 Faso Jigi 2010 UGCPA/BM 2010 TOTAL Nombre de membres Hommes/Femmes * Mise en marché (tonnes) Fonds de commercialisation en Fcfa Chiffre d affaires en Fcfa Fonds de sécurité * Membres ayant participé à la campagne Quand on sème depuis 20 ans Marché : direction paysanne, UPA DI

16 Mise en place d un système collectif de mise en marché Les autres éléments à considérer dans l élaboration du projet sont les suivants : Zones de production excédentaire. Il va de soi que l offre du SCMM repose sur l excédent de la production des exploitations familiales, sans compromettre la sécurité alimentaire de la famille. Avec l appui d institutions du milieu (chambres d agriculture, ministère de l Agriculture, etc.) et accompagnée de professionnels connus dans les régions visées, l OP identifie les groupements répondant à ce critère dans ces zones. Proximité d institutions financières accessibles aux producteurs. Pour faciliter la mise en place des produits financiers soutenant la production et la commercialisation. Implication de groupements de femmes. Il s agit de femmes regroupées autour d une production spécifique pouvant être mise en marché collectivement ou tout simplement des femmes membres de l OP. Participation d un partenaire dans l accompagnement de l OP. Il est évident que la présence d un partenaire, sans être indispensable, est un argument convaincant auprès des institutions financières. Existence d un fonds de commercialisation ou de garantie. Considérant les risques élevés et la réticence des institutions à financer le secteur agricole, ce type de fonds est indispensable pour négocier, avec les institutions financières, des conditions d accès au crédit favorables aux adhérents. Ressources humaines. Des personnes compétentes et engagées représentent un élément incontournable. Il s agit à la fois des élus et des permanentes et permanents. Le groupement et ses membres doivent s engager à : Mettre en place un comité technique pour un accompagnement de proximité des différentes étapes de la campagne de commercialisation au niveau de chaque groupement à la base. Mobiliser un nombre significatif de membres prêts à s engager et à respecter ses engagements de livraison des excédents. Comprendre clairement et appliquer avec rigueur les règles du SCMM. 18 Marché : direction paysanne, UPA DI 2012 Quand on sème depuis 20 ans

17 Mise en place d un système collectif de mise en marché Afin de s assurer que la démarche soit comprise et maîtrisée, tant par les groupements que par l OP qui la propose, il importe d opter pour une croissance contrôlée. Les attentes des bailleurs au niveau des résultats sont généralement en fonction des sommes qu ils investissent. Dans cette perspective, les principaux indicateurs retenus doivent porter sur le nombre de membres et le volume de produits. Par ailleurs, la réalité du terrain nous impose d autres indicateurs, peut être plus importants, pour la pérennité des actions menées, soit la capacité d absorption du milieu, le renforcement des capacités des leaders et le niveau d autonomie des organisations. L accent doit être mis sur la capacité des élus à travailler ensemble et à se faire confiance. Une des difficultés de l implantation d un SCMM au sein des organisations est liée au choix des élus en fonction d une répartition équitable entre les différentes productions, les différentes zones et une participation significative des femmes. Ces balises doivent être consignées dans les textes constitutifs de l organisation. Ce préambule constitue le point de départ pour l élaboration d un projet de mise en marché collective par une OP. De plus, il fera partie d une démarche de consultation avec les membres afin qu il soit vraiment mobilisateur, collectif et démocratique. Quand on sème depuis 20 ans Marché : direction paysanne, UPA DI

18 Mise en place d un système collectif de mise en marché Les outils à mettre en place 1. Fonds de commercialisation La mise en place d un SCMM doit nécessairement être soutenue par un fonds de commercialisation ou de garantie. Il peut être créé à partir des fonds propres de l OP, mais la plupart du temps il provient d un partenaire qui l accompagne ou encore d un partenaire financier. Le fonds permet de négocier, auprès d institutions financières, des conditions de crédit avantageuses pour les producteurs et leur groupement : taux d intérêt préférentiel, date d émission du crédit adapté au calendrier cultural, échéance de remboursement réaliste et garantie. Le fonds est alors déposé en garantie et permet de dégager une ligne de crédit de deux à quatre fois plus élevée que le fonds lui même. La ligne de crédit facilitera la mise en place, par l OP, du paiement anticipé 1 (PA 1) permettant aux productrices et aux producteurs participants d avoir accès à un crédit individuel, déposé dans leur compte par l institution financière, afin de démarrer la campagne agricole. Le montant du PA 1 représente en général 60 % du prix moyen du produit visé au cours des dernières années et est déterminé en fonction du volume que le membre s engage à livrer à la récolte. PA 1 = quantité (kg) engagée X 60 % du prix moyen historique L impact du PA 1 sera maximisé s il est possible pour l OP d offrir aux membres participants un programme d achat groupé d intrants de qualité, accessibles en temps opportun et à un prix égal ou inférieur au marché. Le reste du PA 1, versé en espèce, servira à défrayer les autres coûts de la campagne : main d œuvre, travaux à forfait et autres. La ligne de crédit pourra également couvrir le paiement anticipé 2 (PA 2). Il est versé, à la productrice ou au producteur, au moment de la livraison des quantités engagées au démarrage de la campagne, et ce, après un contrôle par le groupement de la qualité et de la quantité des produits livrés. Au même moment, la ligne de crédit sera utilisée par l OP pour rembourser à l institution financière les PA 1 et les intérêts encourus. Les frais liés à la commercialisation des produits collectés seront aussi assumés. Le prix payé à la livraison, appelé prix de cession, fixé par l OP cherche à refléter à la fois les prix sur le marché à la récolte et le niveau de risque au plan de la commercialisation à venir pour les stocks collectés. Le montant du PA 2 est déterminé par la quantité de produits livrés, en soustrayant le PA 1 déjà reçu et les intérêts encourus sur cette avance de fonds. PA 2 = prix de cession X quantité (kg) (PA 1 + l intérêt du PA 1) L OP regroupe, gère et commercialise les stocks. Au fur et à mesure de la vente des produits, elle rembourse la ligne de crédit et récupère son fonds de commercialisation. L OP prélève sur le reliquat une contribution par kilogramme pour couvrir les frais du service de commercialisation et dégager un revenu pour le fonctionnement de l organisation. Des contributions spéciales, déterminées préalablement en assemblée générale, notamment pour renflouer le fonds de commercialisation ou pour contribuer à un fonds de sécurité, peuvent également être prélevées sur chaque kilogramme commercialisé. Par la suite, l OP fait le bilan de la campagne pour en connaître les résultats financiers. Si des bénéfices sont dégagés, ces derniers sont répartis entre l OP et les productrices et les producteurs qui, en plus des services obtenus de l OP, ont droit à une ristourne. Cette dernière fait généralement en sorte que le prix obtenu pour les produits commercialisés dans un SCMM est de 15 à 25 % supérieur au prix du marché. La portion conservée par l OP permet notamment de couvrir une partie de ses frais de fonctionnement et de verser une contribution aux groupements participants, sur la base des services rendus, pour leur autonomie financière. 20 Marché : direction paysanne, UPA DI 2012 Quand on sème depuis 20 ans

19 Mise en place d un système collectif de mise en marché 2. Manuel de procédures ou de gestion administrative et financière La principale utilité du manuel de procédures est de définir et départager les rôles et responsabilités entre les élus d une part et les permanents d autre part, notamment : ÉLUs Assemblée générale Conseil d administration Comité de commercialisation Comité technique Producteurs PERMAnEnTs Secrétaire exécutif Comptable Agent de commercialisation Agents d accompagnement Magasiniers Le manuel de procédures précise les règles opérationnelles : engagement, versement des PA 1 et PA 2, fixation du prix de cession, contrôle de la quantité et de la qualité, modalités de remboursement et pénalités en cas de non respect des engagements, etc. Il regroupe les différents outils : contrat d engagement, fiche de stocks, bons de commande, bons de livraison et autres pièces justificatives. Une gestion informatisée, avec un logiciel comptable adapté, vient grandement faciliter la gestion du SCMM et favorise la transparence nécessaire à la confiance des productrices et des producteurs en leur OP et leur système de commercialisation. La gestion comptable est suivie d un audit financier qui renseigne sur la gestion et le fonctionnement de l organisation. Quand on sème depuis 20 ans Marché : direction paysanne, UPA DI

20 Mise en place d un système collectif de mise en marché 3. Comité technique du groupement Il importe que le comité technique assume toutes ses responsabilités au sein du groupement afin de faciliter la mise en œuvre de la campagne de commercialisation. Il assure un contrôle sur chaque étape de la campagne et contribue ainsi à une plus grande efficacité de chacune d elles. La confiance et le sentiment d appartenance des membres à l OP s en trouvent renforcés. Le comité technique intervient notamment sur les opérations suivantes : Recensement et validation des engagements individuels de ses membres. Recensement des besoins en intrants si le service est offert par l OP. Réception et distribution des intrants. Autorisation donnée à l institution financière pour le versement du PA 1 en espèce, dans le compte du producteur, en fonction du produit, des engagements et du coût des intrants. Regroupement local de la production, vérification du respect des engagements individuels, numérotation des sacs pour la traçabilité ainsi que le contrôle de la quantité, du poids des produits livrés et de leur qualité. Application des pénalités et recouvrement des crédits en cas de non respect des engagements. Autorisation donnée à l institution financière pour le versement du PA 2 en espèce, dans le compte du producteur, en fonction du produit, des engagements et du coût des intrants. Présentation du bilan de campagne et avis de versement de la ristourne dans le compte du producteur. Dans la réalisation de leur mandat, les membres du comité technique sont généralement appuyés par des agents d accompagnement de l OP qui leur fournissent les outils nécessaires et assurent la formation de ses membres. 22 Marché : direction paysanne, UPA DI 2012 Quand on sème depuis 20 ans

21 Mise en place d un système collectif de mise en marché 4. Comité de commercialisation de l organisation paysanne Le comité de commercialisation est nommé par l assemblée générale de l OP. Il a pour mandat de : Traiter les demandes reçues des comités techniques des groupements et recommander au bureau exécutif de l OP le financement des PA 1. Proposer au bureau exécutif un prix de cession en début de campagne basé sur le prix des trois dernières années. Coordonner et superviser les différentes étapes de la campagne. Proposer au bureau exécutif un ajustement du prix de cession (prix plancher) qui tient compte des prix sur le marché à la période de collecte et des perspectives de l évolution du prix des produits au cours de la période de commercialisation. Commercialiser la production, entre autres, en répondant à des appels d offres. Produire le bilan de la commercialisation et proposer au bureau exécutif le montant de la ristourne à verser aux productrices et aux producteurs participants. Présenter le bilan de la commercialisation aux délégués lors de l AG de l OP. Entretenir une communication efficace avec les groupements membres : tournées d information au début, à la fin et, au besoin, en milieu de campagne pour discuter de l état d avancement de celle ci. Quand on sème depuis 20 ans Marché : direction paysanne, UPA DI

22 Conclusion et perspectives «La patience peut faire germer des pierres à condition de savoir attendre.» Driss Chraïbi, Maroc Pour assurer la pérennité d un service comme un SCMM, l OP doit se préoccuper de son autonomie financière. Pour être considérée indépendante financièrement, une organisation doit minimalement pouvoir couvrir ses coûts communs à même ses revenus propres. Les coûts communs sont les frais de fonctionnement que les OP doivent assumer dans le cadre de la gestion de l organisation, notamment : les réunions du conseil d administration, l assemblée générale annuelle, les frais de fonctionnement des bureaux et les salaires du personnel indispensable. Les revenus propres de l organisation sont constitués essentiellement des cotisations, des prélèvements sur les services aux membres ainsi que des revenus tirés de la valorisation des actifs comme la location de bureaux. Ces trois sources constituent la base de l autonomie financière des OP. Elles doivent donc maximiser l impact de leur SCMM en multipliant les produits à commercialiser et en offrant aux membres une gamme de services dont ils peuvent se prévaloir. En guise de conclusion, nous résumons les conditions critiques pour l implantation avec succès d un SCMM. Au niveau de l environnement Présence d excédents de production en volume significatif. Existence d OP démocratiques et transparentes. Présence de structures bancaires et de services financiers décentralisés. Accessibilité à des infrastructures de stockage. 24 Marché : direction paysanne, UPA DI 2012 Quand on sème depuis 20 ans

23 Conclusion et perspectives Compte tenu de moyens limités, des fluctuations du marché et des aléas climatiques, les trois OP témoignent d aptitudes garantes pour des perspectives prometteuses. En plus de cette nécessaire vision pour l avancement de leur OP, plusieurs voies sont à explorer pour consolider et capitaliser sur les acquis du SCMM : Développer des services adaptés répondant aux besoins des membres et des marchés. La venue de nouveaux produits à commercialiser peut fidéliser les membres, en attirer de nouveau et développer des marchés, tout en contribuant à l autonomie financière des OP. Améliorer la communication pour mieux se faire connaître et, en ce sens, le présent guide constituera un outil utile pour la promotion des produits et services des OP. S ajuster au contexte, adapter l offre et les services en fonction de l évolution des marchés. Approcher les institutions qui gèrent les stocks de sécurité alimentaire et saisir les opportunités de contribuer à la souveraineté alimentaire. Prendre en compte l environnement pour des perspectives durables laissant aux futures générations de productrices et de producteurs un contexte favorable à l exercice de leur profession. «Plus il y aura de paysannes et de paysans qui, à travers leurs organisations collectives, se donneront les moyens de défendre et de promouvoir leurs intérêts, mieux protégée et durable sera l agriculture dans le monde.» 26 Marché : direction paysanne, UPA DI 2012 Quand on sème depuis 20 ans

24

25 Quand on sème depuis 20 ans 1996 : Les Nations Unies établissent à 750 millions le nombre de personnes souffrant de la faim dans le monde : Adoption des objectifs du millénaire visant pour 2015 une réduction de 50 % du nombre de personnes souffrant de la faim sur la planète : L ensemble des observateurs s entend pour dire qu il y a 1 milliard de personnes souffrant de la faim sur la terre. Ce n est pas la terre qui est en cause, ce sont ses habitants et surtout leur comportement. Parce que cela nous empêche de dormir, nous occupons nos journées à faire le développement autrement UPA Développement international (UPA DI) 555, boul. Roland-Therrien, bureau 020 Longueuil (Québec) CANADA J4H 4E7 Tél. : , poste 8844 Téléc. : Graphisme et illustration :

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 DOCUMENT PRÉPARÉ PAR L ASSOCIATION CANADIENNE DES COMPAGNIES D ASSURANCE MUTUELLES À L INTENTION DU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES Août

Plus en détail

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C L agriculture est par nature une activité spéculative, car les besoins alimentaires et la production agricole sont décalés dans le temps. En effet les besoins alimentaires

Plus en détail

La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement

La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement Capitalisation des bonnes pratiques en appui à la production agricole et à la sécurité alimentaire Fiche de bonne pratique Niger Juillet 2012 La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement

Plus en détail

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO INADES-Formation Togo B.P. 12 472 Lomé TEL. (228) 225-92-16 FAX : (228) 225-92-17 inadesformation@if-togo.net EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO Présentée par N Key Kwami AMONA Directeur

Plus en détail

FICHE 5 FACILITATION PAR L OP DE L ACCÈS AU CRÉDIT DES MEMBRES POUR MIEUX COMMERCIALISER

FICHE 5 FACILITATION PAR L OP DE L ACCÈS AU CRÉDIT DES MEMBRES POUR MIEUX COMMERCIALISER FICHE 5 FACILITATION PAR L OP DE L ACCÈS AU CRÉDIT DES MEMBRES POUR MIEUX COMMERCIALISER Crédit de campagne et crédit de commercialisation La facilitation de l accès au crédit de campagne par l OP pour

Plus en détail

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL...

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL... Fédération Internationale des Producteurs Agricoles 1 «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES» Ce document fut élaboré dans l objectif d apporter une information la plus complète possible sur le thème du

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel INFORMATIONS GÉNÉRALES Sources d information Rapport final sur les Micro doses d engrais pour la prospérité

Plus en détail

Notre approche de développement local

Notre approche de développement local Notre approche de développement local Renforcer le pouvoir d agir des personnes et des collectivités La grande marche de la démocratie La Déclaration universelle des droits de l homme adoptée en 1948 affirme

Plus en détail

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Marcel MAZOYER professeur à La Paz juillet 2 007 Contenu 1. Une situation agricole et alimentaire mondiale inacceptable 2. Développement

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

État des résultats prospectif (non audité) 2015-2016

État des résultats prospectif (non audité) 2015-2016 État des résultats prospectif (non audité) 2015-2016 1. Mandat et objectifs La Commission canadienne des grains a été créée en 1912. Elle est l organisme fédéral qui administre les dispositions de la Loi

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Amélioration de la productivité et de la qualité Publication juin 2013 Sommaire : Introduction...

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010 Boubacar DIAKITE Contexte de création des IMFs. Extrême pauvreté de certaines couches de la population active, Banque: une activité

Plus en détail

L AFD et LA MICROFINANCE

L AFD et LA MICROFINANCE AFD André Pouillès-Duplaix L AFD et LA MICROFINANCE Plus de vingt ans d expérience Encourager l extension géographique et la diversification des services de microfinance en République Démocratique du Congo

Plus en détail

Gestion de placement privée CI. Le guide du client sur la gestion d actifs de classe mondiale

Gestion de placement privée CI. Le guide du client sur la gestion d actifs de classe mondiale Gestion de placement privée CI Le guide du client sur la gestion d actifs de classe mondiale Un programme d investissement complet et sophistiqué, aussi unique que vous l êtes. Gestion de placement privée

Plus en détail

L action publique a conduit à l élaboration de type top down la politique agrocarburant et permis la construction de quatre modèles de filières

L action publique a conduit à l élaboration de type top down la politique agrocarburant et permis la construction de quatre modèles de filières Perceptions et Jeu d acteurs dans la construction de l action publique et des modes de gouvernance dans la filière agrocarburant burkinabé et les effets structurants potentiels sur le développement du

Plus en détail

6.1 L UNIVERSITÉ RECHERCHE... 5... 6

6.1 L UNIVERSITÉ RECHERCHE... 5... 6 DIRECTIVE 2600-035 TITRE : ADOPTION : Comité de direction de l Université Résolution : CD-2008-07-08 ENTRÉE EN VIGUEUR : 8 juillet 2008 MODIFICATION : Comité de direction de l Université Résolution : CD-2014-04-08-05

Plus en détail

PLANIFICATION REGIONALE DE AProCA 2007-2011

PLANIFICATION REGIONALE DE AProCA 2007-2011 ASSOCIATION DES PRODUCTEURS DE COTON AFRICAINS BP 1799 Bamako / Mali Tel: + (223) 222 63 67 Quartier Sema 1, rue 50, Porte 1107 Email: communication@aproca.net, sp@aproca.net Site: www.aproca.net PLANIFICATION

Plus en détail

Mesdames et messieurs, chers actionnaires,

Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Allocution de monsieur Réal Raymond président et chef de la direction de la Banque Nationale du Canada Fairmont Le Reine Elizabeth Montréal, le 8 mars 2006 Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Permettez-moi

Plus en détail

IMPACT DE LA MICRO FINANCE EN MILIEU RURAL EXPERIENCE DE LA CAISSE D EPARGNE ET DE CREDIT

IMPACT DE LA MICRO FINANCE EN MILIEU RURAL EXPERIENCE DE LA CAISSE D EPARGNE ET DE CREDIT IMPACT DE LA MICRO FINANCE EN MILIEU RURAL EXPERIENCE DE LA CAISSE D EPARGNE ET DE CREDIT D ODIENNE (CECO) PRESENTATION DE MONSIEUR TOURE GAOUSSOU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA CAISSE D EPARGNE

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Établir un plan Mettre votre plan à exécution Penser à long terme SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Votre argent doit

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

Formation des Partenaires en Fundraising/Récolte de fonds. Termes de référence

Formation des Partenaires en Fundraising/Récolte de fonds. Termes de référence Formation des Partenaires en Fundraising/Récolte de fonds Termes de référence 1 1. Contexte et justification La formation en recherche de financement s inscrit dans le cadre du programme «Promouvoir l

Plus en détail

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO-

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- ALIMENTAIRE AU QUÉBEC RÉSULTATS D UNE CONSULTATION DES ACTEURS DU SECTEUR AGROALIMENTAIRE AU SUJET DE LEUR CONFIANCE ENVERS LEURS PERSPECTIVES FUTURES Préparé pour l Union

Plus en détail

Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+

Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+ Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+ A chaque campagne agricole dans les zones rurales Camerounaises en particulier et Africaines en générale,

Plus en détail

Accès au crédit et foncier

Accès au crédit et foncier Réseau National des Chambres d'agriculture du Niger Note d information Accès au crédit et foncier RECA Réseau National des Chambres N d Agriculture du Niger iger 22 mai 2015 / Rédaction : Florence Bron-Saïdatou

Plus en détail

Cadre de référence de la gestion du patrimoine de l Institut Pasteur

Cadre de référence de la gestion du patrimoine de l Institut Pasteur Cadre de référence de la gestion du patrimoine de l Institut Pasteur Préambule Fondation privée reconnue d utilité publique à but non lucratif, l Institut Pasteur dispose de différents types de ressources

Plus en détail

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement Groupe de la Banque africaine de développement ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement AU SEMINAIRE DE SENSIBILISATION DES SERVICES DE LA BANQUE

Plus en détail

Les stocks de proximité : enjeux, opportunités et limites. Le cas des pays du Sahel

Les stocks de proximité : enjeux, opportunités et limites. Le cas des pays du Sahel Les stocks de proximité : enjeux, opportunités et limites. Le cas des pays du Sahel Roger Blein, Bureau Issala La crise alimentaire induite par la hausse des prix a relancé le débat sur la régulation des

Plus en détail

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières»

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières» Position commune France Brésil «volatilité des prix et sécurité alimentaire» Le Brésil et la France considèrent que pour diminuer la volatilité des prix et améliorer la sécurité alimentaire, les actions

Plus en détail

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE MÉMOIRE DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DES AFFAIRES SOCIALES AOÛT 2009

Plus en détail

La retraite. n est pas un privilège! Avant-propos. Qu est-ce que le RREGOP? En savoir plus sur le RREGOP pour mettre fin aux malentendus

La retraite. n est pas un privilège! Avant-propos. Qu est-ce que le RREGOP? En savoir plus sur le RREGOP pour mettre fin aux malentendus En savoir plus sur le RREGOP pour mettre fin aux malentendus La retraite n est pas un privilège! Fascicule 1 Avantpropos Depuis plusieurs mois déjà, de grands médias tirent à boulets rouges sur les régimes

Plus en détail

La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire

La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire BIM n 136 - Mercredi 24 Octobre 2001 Bénédicte Laurent, FIDES Un BIM du mercredi qui nous vient de loin : nous avons demandé

Plus en détail

4,50 % Obligation Crédit Mutuel Arkéa Mars 2020. par an (1) pendant 8 ans. Un placement rémunérateur sur plusieurs années

4,50 % Obligation Crédit Mutuel Arkéa Mars 2020. par an (1) pendant 8 ans. Un placement rémunérateur sur plusieurs années Obligation Crédit Mutuel Arkéa Mars 2020 4,50 % par an (1) pendant 8 ans Souscrivez du 30 janvier au 24 février 2012 (2) La durée conseillée de l investissement est de 8 ans. Le capital est garanti à l

Plus en détail

A. Particuliers. activités B. Sociétés Ajout d un quatrième palier à. Lutte contre l évasion fiscale. économiques RRQ et financiers

A. Particuliers. activités B. Sociétés Ajout d un quatrième palier à. Lutte contre l évasion fiscale. économiques RRQ et financiers A. Particuliers Faits saillants o Hausse progressive de la contribution des parents aux services de garde o Amélioration de la gouvernance des fonds fiscalisés o Faits Capital saillants régionale et ayant

Plus en détail

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche 2015 1 PRESENTATION DE LA STRUCTURE RAViV est un réseau solidaire de compagnies et structures franciliennes de spectacle vivant

Plus en détail

MODULE 1 : INTRODUCTION A LA GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE

MODULE 1 : INTRODUCTION A LA GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE MODULE 1 : INTRODUCTION A LA GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE 1. L IMPORTANCE DE SYSTEME DE GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE Une mutuelle de santé est une organisation et de solidarité ; elle constitue un

Plus en détail

Mali. étude sur le financement. de l agriculture. et du monde rural

Mali. étude sur le financement. de l agriculture. et du monde rural étude sur le financement de l agriculture et du monde rural Rapport complémentaire - Analyse de l offre et de la demande en financement agricole Mali Étude sur le financement de l agriculture et du monde

Plus en détail

5.6 Concertation pour l emploi

5.6 Concertation pour l emploi 5.6 Concertation pour l emploi Soutien à la gestion des ressources humaines 5.6 CONCERTATION POUR L EMPLOI 2012-07-12 Table des matières Section 4 : p. 2 sur 13 Table des matières RÉFÉRENCE Table des matières...

Plus en détail

GRAP. dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie

GRAP. dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie Illustration de deux cas d entreprises tirés de la recherche du Groupe régional d activités partenariales en économie sociale de l Estrie (GRAP-Estrie)

Plus en détail

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES 1 Marrakech -29, 30 et 31janvier 2014 Session 2 Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole L expérience de la Compagnie

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

Un programme intégré de formation et de développement de l agriculture par les paysannes et les paysans

Un programme intégré de formation et de développement de l agriculture par les paysannes et les paysans DOCUMENT CONCEPTUEL Un programme intégré de formation et de développement de l agriculture par les paysannes et les paysans Janvier 2010 UPA Développement international Table des matières 1. Contexte...

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------- Le Conseil des Ministres PLAN COMPTABLE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES T - UEMOA - I - PRESENTATION DU PLAN COMPTABLE I.1 - Les classes

Plus en détail

Micro-irrigation à Madagascar

Micro-irrigation à Madagascar P R AVSF - J. Mas A X IS LES EXPÉRIENCES I N N O VA N T E S D AV S F PAYS Madagascar TITRE DU PROJET SCAMPIS Développement des Systèmes de Micro-irrigation BÉNÉFICIAIRES DIRECTS Plus de 10 000 familles

Plus en détail

En fonction de sa proposition, Hydro-Québec s attend à ce que la nouvelle tarification soit effective au début de l année 2007.

En fonction de sa proposition, Hydro-Québec s attend à ce que la nouvelle tarification soit effective au début de l année 2007. NOTE AU LECTEUR Fondée en 1961, l Association provinciale des constructeurs d habitations du Québec (APCHQ) est une référence en matière de construction et de rénovation résidentielles. Regroupant quelque

Plus en détail

Résultats et impacts

Résultats et impacts Résultats et impacts «Creusement d un puits pour une utilisation maraîchère à Fandène, Sénégal» Village de Diayane Localisation: Village de Diayane dans la commune de Fandene, département de Thiès, à 77

Plus en détail

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

LES PARTICULARITÉS DE LA COOPÉRATIVE DE SOLIDARITÉ

LES PARTICULARITÉS DE LA COOPÉRATIVE DE SOLIDARITÉ Vous envisagez de vous lancer en affaires sous la formule «Coopérative»? Une coopérative est une personne morale regroupant des personnes ou sociétés qui ont des besoins économiques, sociaux ou culturels

Plus en détail

Le réseau FADOQ plaide pour une réelle adaptation du Régime de rentes du Québec

Le réseau FADOQ plaide pour une réelle adaptation du Régime de rentes du Québec POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le réseau FADOQ plaide pour une réelle adaptation du Régime de rentes du Québec QUÉBEC, LE 3 SEPTEMBRE 2009 Le réseau FADOQ présente aujourd hui son mémoire dans le cadre de la

Plus en détail

Musique éthique. Cahier des charges pour une filière musicale équitable et solidaire

Musique éthique. Cahier des charges pour une filière musicale équitable et solidaire Musique éthique Cahier des charges pour une filière musicale équitable et solidaire 1. Contexte Aujourd hui, la filière musicale est dominée par une poignée de «majors». La suprématie de la logique économique

Plus en détail

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent Profondément humain Un peu d histoire pour éclairer le présent Créée depuis 1999 en région Rhône-Alpes par des mutuelles interprofessionnelles partageant les mêmes valeurs mutualistes de solidarité, de

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE

FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE La fracture agricole mondiale : «Ouvrir des perspectives pour les espaces en développement» 4 et 5 février 2005 Rapport - ATELIER 2A Thème : Les modèles économiques

Plus en détail

Directeur Général de l association ALIMA

Directeur Général de l association ALIMA Directeur Général de l association ALIMA L ASSOCIATION ALIMA Lors de la création d ALIMA, en juin 2009, l objectif était de produire des secours médicaux lors de situations d urgences ou de catastrophes

Plus en détail

L Assurance agricole au Sénégal

L Assurance agricole au Sénégal COLLOQUE FARM - Pluriagri : Assurer la production agricole Comment faire des systèmes assurantiels des outils de développement? 1 Paris, le 18 décembre 2012 Thème L Assurance agricole au Sénégal Un système

Plus en détail

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité 23 Novembre 2012 Pour diffusion publique Résumé Exécutif Une opportunité Pour un opérateur privé, la plateforme d'informations

Plus en détail

POUR UN ENCADREMENT DES PÉNALITÉS HYPOTHÉCAIRES AU CANADA. Richard Beaumier, FCA, CFA, MBA VICE-PRÉSIDENT, COMITÉ RELATIONS GOUVERNEMENTALES

POUR UN ENCADREMENT DES PÉNALITÉS HYPOTHÉCAIRES AU CANADA. Richard Beaumier, FCA, CFA, MBA VICE-PRÉSIDENT, COMITÉ RELATIONS GOUVERNEMENTALES POUR UN ENCADREMENT DES PÉNALITÉS HYPOTHÉCAIRES AU CANADA Richard Beaumier, FCA, CFA, MBA VICE-PRÉSIDENT, COMITÉ RELATIONS GOUVERNEMENTALES FÉDÉRATION DES CHAMBRES IMMOBILIÈRES DU QUÉBEC Novembre 2010

Plus en détail

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique»

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Justine BERTHEAU Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Intervenants : - Yann Gauthier, directeur du Centre International du

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Déposé à la Commission de l aménagement du territoire de l Assemblée nationale du Québec Dans le cadre

Plus en détail

Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision

Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision Rédaction : Yves Gagnon, FCGA, OMA Consultant en gestion municipale Décembre 2008

Plus en détail

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Note Oxfam France juin 2010 D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Analyse de l APD française au secteur agriculture et sécurité alimentaire La crise alimentaire

Plus en détail

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Annexe à la Déclaration de responsabilité de la direction englobant le contrôle interne en matière de rapports financiers (non vérifiée) Exercice 2011-2012

Plus en détail

BRIEFING NOTE PROJET REGROUPEMENT DES PRODUCTEURS (RÉGION DE MONTREAL)

BRIEFING NOTE PROJET REGROUPEMENT DES PRODUCTEURS (RÉGION DE MONTREAL) BRIEFING NOTE PROJET REGROUPEMENT DES PRODUCTEURS (RÉGION DE MONTREAL) Objectif du projet : La demande en produits maraîchers frais locaux en circuit court est très forte dans les régions urbaines du Québec.

Plus en détail

Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité.

Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité. Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité. Sous titre: Projet d appui aux mutuelles de santé et incidence

Plus en détail

Assurance Récolte Sahel

Assurance Récolte Sahel Assurance Récolte Sahel L ASSURANCE INDICIELLE EN AFRIQUE DE L OUEST EXPÉRIENCE DU BURKINA Conference FARM - Pluriagri 18 décembre 2012 Contents I. Contexte II. Eléments clés d ARS III. L Expérience au

Plus en détail

Assemblée nationale du Québec. Mémoire

Assemblée nationale du Québec. Mémoire Assemblée nationale du Québec COMMISSION D EXAMEN SUR LA FISCALITÉ Mémoire PRÉSENTÉ PAR LA GUILDE DES MUSICIENS ET MUSICIENNES DU QUÉBEC octobre 2014 Pour tout renseignement concernant ce mémoire le lecteur

Plus en détail

L évolution vers la virtualisation

L évolution vers la virtualisation L évolution vers la virtualisation Dépassez vos attentes en matière de solutions TI. L évolution vers la virtualisation En 2009, la majorité des entreprises québécoises ne s interrogent plus sur la pertinence

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

Codes des banques 9 septembre 2009

Codes des banques 9 septembre 2009 Codes des banques 9 septembre 2009 1/16 PREAMBULE Le Code des banques a été établi par l Association des banques néerlandaises (NVB) en réponse au rapport intitulé Naar herstel van vertrouwen (vers le

Plus en détail

Options en matière de réforme des systèmes financiers

Options en matière de réforme des systèmes financiers Options en matière de réforme des systèmes financiers Hansjörg Herr et Rainer Stachuletz Le projet de mondialisation néolibérale est monté en puissance à la fin des années 1970 grâce aux politiques de

Plus en détail

LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE

LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE 1 LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE 1. Pourquoi choisir l entreprise individuelle La création d une entreprise individuelle est simple : pas de capital social, pas de statuts,

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET BURKINA FASO ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET DISCOURS DE MONSIEUR LE MINISTRE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 Sommaire de gestion Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 L'Association canadienne du commerce des valeurs mobilières (ACCVM) est reconnaissante

Plus en détail

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO concernant le suivi de la mise en œuvre des engagements de CONFINTEA VI Le 19 janvier 2012 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne

Plus en détail

ASSOCIATION ACADIENNE ET FRANCOPHONE DES AÎNÉES ET AÎNÉS DU NOUVEAU-BRUNSWICK

ASSOCIATION ACADIENNE ET FRANCOPHONE DES AÎNÉES ET AÎNÉS DU NOUVEAU-BRUNSWICK ASSOCIATION ACADIENNE ET FRANCOPHONE DES AÎNÉES ET AÎNÉS DU NOUVEAU-BRUNSWICK MÉMOIRE PRÉSENTÉ AU COMITÉ PERMANENT DE MODIFICATION DES LOIS EN VUE DE L ADOPTION DU PROJET DE LOI 77, LOI SUR L ÉQUITÉ SALARIALE

Plus en détail

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités

Plus en détail

GUIDE DU BENEVOLE. Mai 2011

GUIDE DU BENEVOLE. Mai 2011 Mai 2011 GUIDE DU BENEVOLE Le présent document précise les engagements de tout adhérent 1 à Electriciens sans frontières. Ces engagements déclinent de manière opérationnelle les valeurs et principes énoncées

Plus en détail

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION Investir pour le futur Anticiper - Innover 01 BP 3726 ABIDJAN

Plus en détail

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE Exploiter le Potentiel de la Science, de la Technologie et de l Innovation dans les chaînes Agro-alimentaires en Afrique : Créer emplois et richesse

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

MODULE IV Les indicateurs de performance et cadre de mesure du rendement

MODULE IV Les indicateurs de performance et cadre de mesure du rendement MODULE IV Les indicateurs de performance et cadre de mesure du rendement LES INDICATEURS DE PERFORMANCE Principaux éléments de la présentation Définition Typologie des indicateurs Caractéristiques et éléments

Plus en détail

Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études

Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études Mai 2013 PRÉAMBULE... 3 1. DISTRIBUER LA BONIFICATION DE 25M$... 4 2. OPTIMISER L AFE... 5 3. AMÉLIORER LA SENSIBILISATION DES

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

Votre brochure du régime d épargne-retraite collectif

Votre brochure du régime d épargne-retraite collectif Rémunération totale Régime de retraite Avantages sociaux Rémunération et primes Santé et mieux-être Votre brochure du régime d épargne-retraite collectif Bienvenue à votre régime d épargne-retraite collectif

Plus en détail

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965)

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) Objectif du fonds Réalisation de l objectif Continuité de l exploitation Rôles et responsabilités L objectif

Plus en détail

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser, éduquer,

Plus en détail

Revue des expériences Nigériennes. Présentée par Mr SANI Mahamadou Economiste Consultant Indépendant en Microfinance au Niger

Revue des expériences Nigériennes. Présentée par Mr SANI Mahamadou Economiste Consultant Indépendant en Microfinance au Niger Revue des expériences Nigériennes Présentée par Mr SANI Mahamadou Economiste Consultant Indépendant en Microfinance au Niger Plan de présentation Définition du warrantage Pourquoi le warrantage? Le cercle

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

TABLEAU DE BORD POUR ELUS

TABLEAU DE BORD POUR ELUS TABLEAU DE BORD POUR ELUS I. Fonctions et tâches d élus de SFD (séance de 2H 30) Dans un système financier décentralisé, les élus occupent une place centrale dans la gouvernance de l institution. En particulier,

Plus en détail

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE RESEAU DES CAISSES POPULAIRES DU BURKINA ********************************* Fédération des Caisses Populaires du Burkina (F.C.P.B.) Tél.: 50.30.48.41, Fax : 50.30.49.10 ; E-mail : fcpb@fasonet.bf ; Adresse

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

Stratégie d investissement responsable

Stratégie d investissement responsable Stratégie d investissement responsable 2 Introduction Dès 2003, le Conseil de surveillance a requis un engagement fort du Fonds de Réserve pour les Retraites dans le domaine de l investissement responsable

Plus en détail

Transcription médicale: comment faire le bon choix

Transcription médicale: comment faire le bon choix Transcription médicale: comment faire le bon choix La réduction des coûts et l optimisation des investissements sont des préoccupations majeures pour tout entrepreneur qui se respecte. À travers ce document,

Plus en détail