RAPPELS THÉMATIQUES CONTRAINTES SOCIALES ET PROBLÈMAT I Q U E D I N F R A S T R U C T U R E ENVIRONNEMENT ET RES- SOURCES NAT U R E L L E S

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPELS THÉMATIQUES CONTRAINTES SOCIALES ET PROBLÈMAT I Q U E D I N F R A S T R U C T U R E ENVIRONNEMENT ET RES- SOURCES NAT U R E L L E S"

Transcription

1

2 1 ère partie LES ÉLÉMENTS DE BA S E La Pre m i è re partie cont ie nt les éléme nts de base destinés à être lus et utilisés par tous les me m b re s des équipes et les personnels des pro j e t s. Cette partie c o m p re nd le Résumé des questio ns à aborder lors de la conc e p t ion, à savoir une série de questio ns i nt é re s s a nt la sécurité alime nt a i re des ména ges et le rôle des ho m mes et des femmes auxquelles il c o n v ie nt de répondre lors de la conc e p t ion d un p rojet, d un pro g ra m me ou d une activité. Le résumé est suivi de deux ins t r u me nts compléme nt a i re s : u ne fic he de contrôle pour guider la collecte de s données socioé c o nomiques sur le terra i n ; u ne ma t r ice de la sécurité alime nt a i re de s m é na ges (SAM) qui analyse en pre na nt pour exemple un projet FIDA la cont r i b u t ion de s c o m p o s a ntes et activités d un projet à la SA M. AIDE-MÉMOIRE JUSTIFICATION ET APPLICATION RÉSUMÉ DES QUESTIONS À ABORDER AU COURS DE LA CONCEPTION Fiche de contrôle pour la collecte des données Une matrice de la sécurité alimentaire des ménages Exemple d un projet du FIDA 2 ème partie RAPPELS THÉMATIQUES La Deuxième partie re g roupe six rappels théma t i q u e s, accompagnés d éléme nts de référe nce à utiliser s é l e c t i v e me nt par les différe nts me m b res des équipes en fo nc t ion de leurs do ma i nes de spécia l i s a t io n. CONTRAINTES SOCIALES ET PROBLÈMAT I Q U E D I N F R A S T R U C T U R E ENVIRONNEMENT ET RES- SOURCES NAT U R E L L E S ÉPARGNE ET CRÉDIT ENTREPRISES RURALES ÉLEVAGE AGRICULTURE

3

4 J U S T I F I C A T I O N G É N É R A L E E T A P P L I C A T I O N L A P P R O C H E D U F I D A E N MAT I È R E DE S É C U R I T É A LI M E N TA I R E DE S M É N AG E S ( S A M ) E T D E L A D I M E N S IO N G E N R E Le FIDA a pour mandat de faire reculer la pauvreté et d améliorer la nutrition et les moyens d existence grâce au développement rural et agricole. Ses groupes cibles sont les ménages pauvres dans les régions pauvres des pays en développement. Ses projets et programmes sont donc destinés à des régions habituellement marginales et où les communautés et les ménages peuvent se trouver en situation d insécurité alimentaire. L expérience dans bien des pays a démontré que la croissance économique ne se traduit pas automatiquement par une réduction de la pauvreté. Le FIDA a appris qu une action focalisée est nécessaire pour mettre en place les conditions permettant aux communautés et aux ménages pauvres de bénéficier des possibilités de développement. On prend aujourd hui de plus en plus conscience que, dans les communautés pauvres et dans les zones marginales, les carences en matière d infrastructures, de santé et de nutrition, le manque de capacités de gestion et l analphabétisme constituent des obstacles importants, voire les principaux obstacles, à une augmentation de la production et de la productivité. Les projets et programmes du FIDA reflètent cette prise de conscience. La malnutrition freine la croissance économique générale car elle affecte la productivité et la capacité des populations à se livrer à des activités productives. Elle augmente également le risque de maladies. Les femmes et les enfants sont parfois les groupes les plus touchés par la malnutrition en raison d une distribution inégale de la nourriture à l intérieur du ménage souvent imputable à des pratiques culturelles et en raison de la lourde charge de travail des femmes et de leurs responsabilités pour la production et les tâches ménagères. La sécurité alimentaire constitue le souci premier des ménages pauvres puisqu elle détermine les choix en matière de production et d investissement. Si l on veut comprendre les stratégies d adaptation et de réduction du risque des ménages pauvres, il est essentiel de savoir comment ils s efforcent de parvenir à la sécurité alimentaire. C est précisément sur ces stratégies que les efforts de développement devraient faire fond, pour les renforcer, et non pour les affaiblir. Le FIDA décrit la sécurité alimentaire des ménages (SAM) comme la capacité des ménages à se procurer un assortiment stable et durable d aliments adéquats. Sur le plan opérationnel, cela signifie: i) des mesures d amélioration et de stabilisation des approvisionnements alimentaires des ménages en toute saison et lors des pénuries passagères; ii) des activités propres à assurer à long terme les approvisionnements alimentaires; et iii) une attention constante à apporter à la qualité nutritionnelle des aliments, qui doivent en outre respecter les préférences culturelles. Les ménages pauvres ont tendance à recourir à des stratégies d adaptation multiples à la fois pour assurer leur sécurité alimentaire et pour atténuer les risques. À cet égard, la diversification des activités productives et des sources de revenus prend une importance critique. Ainsi, dans des environnements précaires, les pauvres se montrent particulièrement prudents lorsqu il s agit d investir du temps et des ressources dans des activités productives nouvelles ou modifiées si celles-ci: sont jugées trop risquées; supposent l abandon de stratégies de survie qui ont fait leur preuve; exigent une main-d œuvre supplémentaire (qui peut ne pas être disponible ou abordable); s o u s t ra ie nt de la ma i n - d œ u v re à la pro duc t ion vivrière; et sont perçues comme un moyen d existence moins important que les activités du moment. 2

5 Les femmes jouent un rôle fondamental dans les stratégies d adaptation des ménages pauvres. L expérience du FIDA et celle d autres donateurs et chercheurs a largement démontré que ce sont les femmes qui, dans les ménages pauvres, sont responsables au premier chef de l alimentation de la famille, que ce soit en matière de production ou d achat des aliments. Il est donc particulièrement important de reconnaître que: les femmes constituent le principal point d accès pour aborder les problématiques de sécurité alimentaire et du bien-être nutritionnel au niveau des ménages; une augmentation des revenus contrôlés par les femmes a des retombées positives plus immédiates pour la SAM qu une augmentation des revenus contrôlés par les hommes; et que l amélioration générale des conditions d existence des femmes (et des filles) a une incidence positive immédiate sur le bien-être général des ménages, et en particulier sur l état nutritionnel des enfants. La réalisation du potentiel de productivité des femmes rurales - qu elles soient agricultrices, éleveuses, entrepreneurs, etc. - contribue à accroître la productivité globale et à améliorer le rapport coût/efficacité des investissements dans des projets et programmes agricoles. Si elles ont accès aux ressources et aux services de soutien, les agricultrices peuvent obtenir des résultats appréciables. L analyse par sexe définit les rôles et fonctions socio-économiques changeants des hommes et des femmes ainsi que leur interaction et leur complémentarité dans un contexte socioculturel et économique précis. Les besoins et responsabilités respectifs des hommes et des femmes sont différents quoique complémentaires et leurs stratégies d adaptation familiale sont fonction de leurs intérêts propres. L importance relative de leurs activités respectives au sein de la cellule familiale devrait donc être évaluée par les concepteurs des projets et des programmes et les options devraient tenir compte des niveaux de risque acceptables pour chaque groupe. La reconnaissance des rôles à la fois différents et complémentaires des hommes et des femmes au sein du ménage est au cœur même de l approche du FIDA en matière de SAM. Les approches 1/ du FIDA en ce qui concerne la SAM et la dimension genre exigent l intégration de ces aspects dans toutes les interventions du FIDA. Ceci signifie que les dimensions SAM (sécurité alimentaire des ménages) et genre doivent être abordées dans tous les programmes, projets, éléments de projet et activités de nature sectorielle et technique identifiés et définis. 1/ Le FIDA a préparé un document de référence (largement diffusé lors du Sommet mondial de l alimentation en novembre 1996) intitulé La sécurité alimentaire: incidences sur les orientations et les activités visant à réduire la pauvreté rurale et à améliorer la nutrition. 3

6 Q UE S O N T L E S A I D E - MÉ M O IR E E T CO M M E N T L E S U T IL I SE R Les aide-mémoire ont pour objet d aider les équipes de conception et les planificateurs de projets dans le diagnostic et le ciblage des questions critiques intéressant le rôle des hommes et des femmes ainsi que la SAM. Ils complètent les directives et outils techniques que les concepteurs et planificateurs utilisent dans leurs domaines respectifs 2/. Ils ont été principalement élaborés pour la conception des projets (plus spécifiquement pour la formulation), mais peuvent être aussi utiles à d autres stades du cycle du projet, par exemple: lors de la phase initiale, pour définir les principaux axes d un projet ou un programme et démarrer l examen et la collecte des données; pendant l exécution, en tant qu outil pour la planification de projet et l identification des indicateurs de suivi et d évaluation. Les aide-mémoire sont centrés sur le Résumé des points à aborder lors de la conception qui consiste en une série de questions clés concernant la sécurité alimentaire des ménages et le rôle des hommes et des femmes auxquelles les concepteurs et planificateurs de projet doivent répondre 3/. Les aide-mémoire contiennent aussi différents éléments de référence et outils pour aider les équipes à répondre aux questions du résumé. Les sections qui intéressent tous les membres des équipes et personnels des projets sont regroupées dans la première partie. La deuxième partie sous forme de dossier comprend des éléments de référence qui peuvent être utilisés sélectivement par les différents membres des équipes en fonction de leur domaine de spécialisation. Afin de faciliter la réponse aux questio ns du résumé, chaque point est accompagné d une liste non exhaustive d é l é- ments à pre n d re en compte et d exemples de risques et de mesures d atténuation des risques. Outre le rappel des points clés et des risques possibles qu il faut prendre en considération dans les documents conceptuels et les plans de projet, le résumé a aussi d autres emplois. Il peut être utilisé comme guide dans la conduite des diagnostics participatifs, des ateliers de parties prenantes ainsi que de l examen et de la collecte de données. Il peut également faciliter les débats au sein des équipes de conception des projets sur les aspects communs liés au rôle de chaque sexe et à la sécurité alimentaire des ménages, ainsi que l élaboration du cadre logique. La première partie contient également: une fiche de contrôle pour guider la collecte des données socio-économiques sur le terrain (qui peut être particulièrement utile aux premiers stades de la conception, mais aussi pendant l exécution, par exemple lors de l élaboration des enquêtes de référence et des diagnostics participatifs pour la planification des projets); Une matrice de la sécurité alimentaire des ménages, qui analyse en prenant pour exemple un projet FIDA les implications possibles et les risques pour la SAM d activités et de composantes spécifiques de projets. Les Rappels thématiques figurant dans la deuxième partie sont un outil essentiel pour répondre aux questions clés du Résumé. Ils font ressortir les aspects essentiels de la sécurité alimentaire des ménages et de la dimension genre intéressant différents secteurs: Agriculture, Élevage, Entreprises rurales, Épargne et crédit, Environnement et ressources naturelles, Contraintes sociales et problèmes d infrastructure. Les membres des équipes et les personnels des projets utiliseront les différentes sections en fonction de leurs domaines de spécialisation et de leur mandat respectifs. Il n a pas été prévu de chapitre spécifique pour le chef d équipe, l économiste et le sociologue qui seront appelés à se servir de l ensemble de la série. Le sociologue et l économiste aideront, au besoin, les spécialistes techniques à aborder les dimensions sociologiques et économiques des problématiques. Inévitablement, plusieurs points seront communs à différents secteurs mais des exemples spécifiques à chacun d entre eux sont donnés. Les aide-mémoire portent sur les points essentiels de la SAM et de la dimension genre qui sont généralement pertinents dans la plupart des contextes des projets, bien que les exemples donnés puissent ne pas s appliquer à toutes les sociétés. Les utilisateurs devront moduler la problématique, les questions et les risques en fonction de leur région, de leur contexte et de leur situation particulière. 2/ Le Manuel de diagnostic pour la sécurité alimentaire, produit par le professeur Eric Tollens, Université catholique de Louvain, Département d économie de l agriculture, Louvain (Belgique) à l intention du Fonds de survie belge (FSB), constitue un instrument pratique pour le diagnostic et la préparation d interventions ciblées. Pour la planification et l évaluation des interventions en matière de sécurité alimentaire et de nutrition, on peut se référer au document intitulé The Comprehensive Participatory Planning and Evaluation Approach (CPPE Approche participative à la planification et l évaluation) testé avec succès dans un certain nombre de projets FIDA/FSB. Cette brochure a été préparée par l Unité de nutrition de l Institut de médecine tropicale à Anvers (Belgique) sous la direction du professeur Patrick Kolsteren. On peut se procurer ces deux documents auprès de l Administrateur du programme du Fonds de survie belge au FIDA (Rome). 4 3/ Il est stipulé dans les Procédures d utilisation de cet aide-mémoire, approuvées par le Bulletin du Président 06/99, que les éléments figurant au Résumé des questions à aborder lors de la conception doivent être pris en compte dans les documents du projet. Le rapport de mission indiquera l emploi qui a été fait des aide-mémoire ainsi que les questions non réglées qui devront être abordées aux phases ultérieures de conception et de mise en œuvre. Les chargés de portefeuille de pays devront mettre l aide-mémoire à la disposition des équipes de conception et mentionner dans le mandat de celles-ci qu elles sont tenues de donner suite au Résumé des points à aborder. La Division consultative technique (PT) et le Bureau de l évaluation et des études (OE) devront utiliser le Résumé dans le processus d examen et d évaluation.

7 RÉSUMÉ DES QUESTIONS À ABORDER AU COURS DE LA CONCEPTION Q U E S T I O N 1 : cadre institutionnel et politique Dans quelle mesure, les plans, les politiques et les institutions locaux, régionaux et nationaux favorisent-ils ou entravent-ils le développement dans l intérêt des ruraux pauvres? Prendre en compte notamment les éléments suivants: les politiques et les législations sectorielles, sociales et économiques au niveau national/régional; les objectifs de production nationaux/régionaux; les structures organisationnelles et les plans budgétaires nationaux/régionaux/locaux (par exemple, à la lumière de la décentralisation, etc.); la planification nationale/régionale/locale des infrastructures et des services sociaux; la sensibilité et la réponse concrète aux besoins des femmes rurales en général et des femmes pauvres en particulier; l ouverture et l acceptation des organisations communautaires, y compris les ONG; la capacité des organisations à mettre en œuvre les interventions; et la stabilité institutionnelle et financière pour garantir la pérennité des interventions du projet ou du programme. Les résultats escomptés du projet ou du programme pour les ruraux pauvres, et notamment pour les femmes, pourraient être compromis si l accès à la terre et les lois foncières ne sont pas équitables. Pour atténuer ce risque, le FIDA devrait envisager d engager un dialogue avec le gouvernement, aux côtés d autres donateurs, sur les aspects administratifs et législatifs pertinents. 5

8 QUESTION 2: d i versification des systèmes de production des ménages Quelles sont les implications des interventions planifiées pour la diversification et la complémentarité des différentes sources de revenus et activités de production, tant pour les hommes que pour les femmes? Les interventions prévues modifieront-elles les schémas distincts et communs d accès et de contrôle des ressources et des actifs des hommes et des femmes? Quelles répercussions les modifications apportées aux systèmes de production des ménages auront-elles sur la sécurité alimentaire et l état nutritionnel à l intérieur du ménage? Prendre notamment en compte l impact sur le rapport entre: les cultures végétales et l élevage; l agriculture pluviale et l agriculture irriguée; la production commerciale et l agriculture pour la consommation familiale; les différentes sources de revenus; les responsabilités en matière de main-d œuvre et de prise de décision des hommes et celles des femmes pour la production et la vente des produits; les réseaux officiels et les réseaux informels de commercialisation (accessibles tant pour les hommes que pour les femmes); les dépenses des hommes et celles des femmes. Les parcelles des femmes risquent d être accaparées par les hommes de la famille si leur valeur augmente (souvent par la suite des interventions du projet ou du programme). Ce risque peut être atténué par la participation de la communauté à la prise de décision et en garantissant que les hommes bénéficieront d autres bénéfices du projet ou du programme. Lorsque les cultures commerciales remplacent les cultures vivrières, l alimentation risque d être plus tributaire des marchés, ce qui pourrait affecter l équilibre nutritionnel. L intervention planifiée devra éventuellement veiller au maintien d un équilibre approprié entre cultures vivrières et cultures commerciales dans les systèmes d exploitation et les stratégies d adaptation des ménages. Q UE S T I O N 3 : malnutrition et productivité En cas de malnutrition avérée dans la zone du projet ou du programme, quelles sont les mesures envisagées pour améliorer l état nutritionnel des ménages, notamment celui des femmes et des enfants? Prendre en compte notamment les éléments suivants: les interventions portant sur la production des ménages; des cultures végétales nouvelles ou améliorées pour une nutrition familiale équilibrée; l amélioration des revenus (notamment les revenus des femmes); un accès amélioré et constant à l eau potable; la prévention des maladies affectant la nutrition et la productivité; l éducation sanitaire et nutritionnelle pour les hommes comme pour les femmes; les technologies représentant un gain de temps et de main-d œuvre pour les femmes. L a b s e nce de diversité nu t r i t io n nelle peut être une cause importante de la ma l nu t r i t ion. Dans ce cas-ci, l é duc a t ion nu t r i t io n ne l l e, para l l è l e me nt à la pro mo t ion d une pro duc t ion végétale diversifiée, peut se révéler nécessaire, au besoin en collabora t ion avec d autres do nateurs ou servic e s. 6

9 Q U E S T I O N 4 : accès aux technologies Les hommes et les femmes sont-ils désireux et capables d adopter les technologies envisagées (outils, intrants, entreposage, nouvelles variétés, technologies économisant la main-d œuvre, etc.)? Quelles répercussions l adoption de ces technologies aura-t-elle pour les ménages, et pour les hommes et les femmes? Prendre en compte notamment les éléments suivants: les modifications à la gestion des cultures ou des troupeaux; les modifications dans l emploi des technologies traditionnelles; le besoin d information et de formation; l évolution des besoins et des responsabilités en matière de main-d œuvre masculine, féminine et infantile; la disponibilité, l accessibilité et le coût des technologies; l évolution des dépenses du ménage. Pour éviter le risque de rejet des technologies nouvelles ou adaptées, il faudra s assurer, à l échelle de la communauté, que ces technologies peuvent être reproduites et qu elles sont abordables pour les ménages. 7

10 Q U E S T I O N 5 : main-d œuvre familiale Quelles seront les répercussions, tant pour les hommes que pour les femmes, des besoins de main-d œuvre supplémentaire résultant directement ou indirectement des interventions planifiées? Prendre en compte notamment les éléments suivants: l augmentation de la demande de main-d œuvre féminine; la capacité des femmes à assumer les responsabilités productives et familiales; l augmentation de la demande de main-d œuvre infantile; le recours accru à la main-d œuvre salariée; l impact sur la migration des hommes; la capacité de main-d œuvre dans les ménages dirigés par des femmes; l augmentation des dépenses des ménages. L augmentation de la production sur les parcelles des hommes entraîne fréquemment une augmentation de la charge de travail des femmes, ce qui réduit le temps qu elles peuvent consacrer aux soins des enfants ou à leurs propres activités génératrices de revenus. Pour atténuer le risque que les objectifs de production ne soient pas atteints, les interventions devraient tenir compte des contraintes de maind œuvre des femmes et prévoir, par exemple, une augmentation graduelle de la production. Q U E S T I O N 6 : accès aux ressources naturelles Les interventions dans le cadre du projet ou du programme affecteront-elles, directement ou indirectement, l accès des ménages, et spécifiquement celui des hommes et des femmes aux ressources naturelles importantes pour leur subsistance et leurs revenus? Au besoin, quelles sont les mesures envisagées pour compenser les pertes tout en garantissant une utilisation durable des ressources naturelles par les ménages? Prendre en compte notamment les éléments suivants: les terres arables; les pâturages; les ressources hydriques; le bois de feu; les produits forestiers non ligneux; les aliments sauvages (plantes, fruits, gibier). Des mesures de conservation pourraient limiter l accès au bois de feu ou interdire la production de charbon de bois, ce qui pourrait affecter les besoins énergétiques des ménages et les revenus des hommes et des femmes. La conception de l intervention devrait envisager d autres sources 8

11 Q U E S T I O N 7 : accès à une information, une formation et une vulgarisation adéquates Comment les interventions s y prendront pour s assurer que les activités d information, de formation et de vulgarisation correspondront aux besoins, aux compétences et aux limitations des ruraux pauvres, hommes et femmes? Prendre en compte notamment les éléments suivants: cibler les femmes les plus concernées par l activité; moduler les activités en fonction des contraintes de temps des femmes; accroître le degré d alphabétisation, les compétences en matière de gestion et l éducation nutritionnelle; veiller à la pérennité et à la rentabilité des activités de vulgarisation une fois le projet ou le programme terminé. Les modules de vulgarisation, de recherche et formation risquent d être inefficaces s ils ne sont pas adaptés aux différents bagages de connaissance des hommes et des femmes et s ils ne tiennent pas compte de la force de travail et du temps dont hommes et femmes disposent. Pour atténuer le risque de non-adoption de ces interventions, il devra être tenu compte des connaissances, des besoins et des contraintes de temps spécifiques à chaque sexe. 9

12 Q UE S T I O N 8 : épargne et crédit Les dispositions en matière de crédit reflètent-elles: la nécessité d une mobilisation de l épargne et du renforcement des actifs, pour les hommes comme pour les femmes? la demande réelle de crédit, par les femmes en particulier et par les ménages en général? les capacités de formation de revenus et de remboursement des ménages, et en particulier des femmes? la présence de marchés accessibles et d un environnement concurrentiel pour vendre le surcroît de production, pour les hommes comme pour les femmes? le souci d assurer des services financiers fiables, accessibles et durables, répondant aux besoins des hommes et des femmes pauvres? Le crédit peut ent ra î ner un risque d ende t t e me nt pour les femmes si l activité pour laquelle il est cons e nt i v ie nt s ajouter à leurs activités coura nt e s. Pour atténuer ce risque, la conc e p t ion de l int e r v e nt ion devrait tenir compte de la capacité des femmes de concilier une augmentation de la charge de travail pour de nouvelles activités productives et leurs responsabilités familiales quotidiennes. 10

13 Q U E S T I O N 9 : organisation et participation 4/ Les activités envisagées permettront-elles aux ménages pauvres, et en particulier aux femmes, de participer aux organisations communautaires et à la prise de décision? Prendre en compte notamment les éléments suivants: la participation des femmes et des hommes dans le choix et les orientations générales des objectifs globaux et des activités spécifiques; l équité dans les possibilités qu ont les hommes et les femmes d adhérer à des organisations formelles et informelles et d y participer; la possibilité de prendre appui sur des organisations communautaires existantes ou, le cas échéant, de prendre l initiative de créer de nouvelles organisations qui reflètent les besoins socioculturels et économiques des communautés; la participation, tant des hommes que des femmes, dans l exécution des décisions liées à un projet ou à un programme et à son suivi et évaluation. Si les femmes sont écartées du processus de décision, elles risquent de ne pas se sentir concernées par les interventions planifiées. Pour atténuer ce risque, leur participation active devrait être garantie dès le départ. Q U E S T I O N 1 0 : ciblage Quels sont les critères et méthodes utilisés pour cibler les zones, communautés et ménages en situation de pauvreté et d insécurité alimentaire? Sur quelles données les différents critères de ciblage s appuient-ils? Quels sont les mécanismes de suivi utilisés pour garantir que la focalisation sur les hommes et les femmes pauvres sera maintenue tout au long du cycle du projet ou du programme? Prendre en compte notamment les éléments suivants: un ciblage spécifique pour les femmes; un ciblage spécifique pour les ménages en situation d insécurité alimentaire extrême; le recours à des méthodes participatives et d autociblage à l échelon communautaire. L absence de données suffisantes sur les groupes cibles, y compris des données ventilées par sexe, entraîne des problématiques de ciblage. La collecte et l analyse des données au stade de la préformulation sur les groupes cibles potentiels atténue le risque d erreur de ciblage. 4/ Les concepteurs peuvent se référer au Module for Field Application on Beneficiary Participation in the Project Cycle - Umbrella Framework, disponible auprès du Chargé de portefeuille de pays ou de la Division consultative technique du FIDA. 11

14 Q U E S T I O N 1 1 : suivi et évaluation Le document de conception et son cadre logique contiennent-ils des indicateurs de suivi et évaluation qui a) mesurent l impact sur la sécurité alimentaire et b) sont suffisamment ventilés par sexe? Les rapports d évaluation relèvent fréquemment le manque de données quantitatives et qualitatives afin de mesurer l impact des interventions à la fois sur la SAM et sur la situation de la femme. Pour atténuer ce risque, il conviendrait d identifier, au stade de la conception, des indicateurs appropriés pour garantir la collecte de données aussi bien qualitatives que quantitatives qui pourraient être analysées dès le début de l exécution. Q U E S T I O N 1 2 : modèles d exploitation agricole De quelles façons les modèles d exploitation agricole tiennent-ils compte des besoins de main-d œuvre, de production, de dépenses et de technologies, ventilés par sexe, en fonction de la capacité des ménages, en particulier des femmes, à répondre à des demandes accrues? Les modèles d exploitation agricole ne reflètent pas forcément la capacité réelle des ménages à adopter les modules proposés. Pour atténuer ce risque, ces modèles devraient tenir compte des données sur la production et la répartition du travail ventilées par sexe au sein du ménage. Q U E S T I O N 1 3 : tableaux de coûts Les tableaux de coûts prévoient-ils des fonds dans les postes budgétaires pertinents pour les besoins spécifiques des femmes au plan de la technologie, des intrants, de la formation, des services, etc. s il y a lieu? En règle générale, lorsque des fonds ne sont pas réservés aux femmes dans les différents postes budgétaires (par exemple, pour la formation), le risque existe que: a) les femmes reçoivent une part inégale des ressources du projet ou du programme; b) il soit impossible de contrôler l existence de bénéfices quantifiables pour les femmes. Pour atténuer ce risque et intégrer à la fois à la conception et à l exécution les bénéfices destinés aux femmes, les postes budgétaires devraient dans la mesure du possible refléter ces préoccupations. 12

15 Q UE S T I O N 1 4 : coordination et complémentarité avec les autres partenaires Certains besoins infrastructures, services sociaux et sanitaires, etc. essentiels pour les ménages ne sont peut-être pas couverts par le projet ou le programme du FIDA. Quels sont les mesures et les mécanismes envisagés pour favoriser une complémentarité des interve n t i o n s d autres donateurs et institutions gouvernementales afin de garantir la satisfaction de ces besoins? Pour éviter que la malnutrition compromette de façon critique la productivité du groupe cible du FIDA, une action complémentaire de la part d autres donateurs peut s avérer nécessaire, par exemple pour la sensibilisation nutritionnelle et l alimentation en eau du village. 13

16 F I C H E D E C O N T R Ô L E P O U R L A C O L L E C T E D E S D O N N É E S L objet de ces renseignements est de: comprendre le rôle effectif et potentiel des différentes activités de production et de formation de revenus auxquelles les ménages se livrent pour se procurer, de façon suivie, un assortiment adéquat d aliments produits ou achetés; définir les rôles distincts et complémentaires des hommes et des femmes dans l économie familiale; apporter des éléments de réponse aux problématiques énumérées dans le Résumé des problématiques à aborder au cours de la conception. Ces renseignements peuvent être obtenus par les moyens suivants: débats avec des hommes et des femmes à titre individuel, dans des groupes séparés ou dans des groupes mixtes dans des communautés représentatives; discussions dans des groupes de focalisation avec des personnes clés interrogées dans le cadre de l enquête et qui connaissent bien les communautés (vulgarisateurs, agents de développement communautaire, etc.); analyse de données déjà recueillies obtenues de sources secondaires. Division du travail entre les sexes Il est essentiel, pour la conception des interventions dans le cadre d un projet ou d un programme, de bien comprendre les rôles distincts, quoique complémentaires, des hommes et des femmes dans la production. La carte de la division du travail entre les sexes devrait être établie à partir d un certain nombre d observations: quel est celui, des deux sexes, qui maîtrise l activité décrite et quelles sont les activités conduites par les hommes, les femmes, les garçons, les filles, la main-d œuvre salariée féminine ou la maind œuvre salariée masculine. Cet exercice est essentiel pour les activités présentant un coefficient très élevé de temps et de main-d œuvre et doit établir des comparaisons entre les hommes et les femmes. 14

17 SYSTÈMES DE PRODUCTION/POPULATION /RESSOURCES NATURELLES Système(s) de production agricole (agric u l t u re pluvia l e, irrig u é e, itinéra nt e, autres) Système(s) d élevage (intensif, extensif, s é de nt a i re, itinéra nt, avec/sans culture s fourragères, autres) Relations culture/élevage Entreprises rurales, par sexe du responsable Types Modes d org a n i s a t i o n: i nd i v idu e l l e, familiale, collective, autres Régularité: activités permanentes, saisonnières, occasionnelles Technologies utilisées: travail manuel, mécanisé Tendances démographiques importantes dans la zone du projet: migration; urbanisation; ménages dirigés de droit ou de fait par des femmes, rapports ethniques, autres Type d habitat: village; habitat dispersé; autres Disponibilité et qualité des ressources naturelles: bois d œuvre produits forestiers non ligneux parcours sources naturelles d eau autres ressources communes Modification de l environnement et ses causes, telles que perçues par les deux sexes ACTIFS, REVENUS ET DÉPENSES Accès à la terre différencié par sexe, quantité, qualité, sécurité de jouissance Degré de privation des terres Principales cultures commerciales et vivrières, par sexe de la personne qui en a le contrôle Accès aux animaux d élevage: différencié par sexe de la personne qui a la propriété et la maîtrise des animaux et des produits de l élevage: produits laitiers, laine, peaux, pelage, autres accès à d autres actifs par sexe: matériel agricole, bijoux, autres Sources de revenus, par sexe: récoltes, transformation des produits agricoles, élevage, transformation des produits de l élevage, autres entreprises rurales, emploi économique du bois et d autres ressources forestières non ligneuses, travail salarié, envois de fonds, pension, autres proportion des revenus provenant de différentes sources, par sexe régularité des différentes sources de revenus, par sexe variations saisonnières des revenus, par sexe Utilisation des revenus, par sexe: import a nce re l a t i v e / c l a s s e me nt des dépens e s pour différents postes: santé, éducation, nourriture, main-d œuvre rémunérée, autres intrants de production, construction domic i l ia i re, habilleme nt, dépenses personnelles, épargne, autres Dépenses pour les intrants relatifs ou non à la main-d oeuvre par sexe: quels types d intrants: main-d oeuvre rémunérée, semences, engrais, pesticides; aliments pour animaux, autres pour quelles cultures/types d élevage/ entreprises rurales Commercialisation, par sexe: qu est-ce qui est vendu, où, quand, comment Critères de la pauvreté et de la richesse, tels que définis séparément par les hommes et par les femmes 15

18 ÉPARGNE ET CRÉDIT Proportion du total des revenus économisés annuellement, par sexe; variations saisonnières de l épargne par sexe Utilisation de l épargne, par sexe sous forme d argent mis de côté lorsque les liquidités sont importantes, qui sera dépensé plus tard pour couvrir des besoins quotidiens pour les imprévus, comme maladies, enterrements, autres pour investir dans la production (quelles activités) pour d autres fins Où les économies individuelles sont-elles g a rd é e s, par sexe (conservées à la ma i s o n, placées auprès d une autre personne, déposées à la banque, à la poste, autre s ) Préférences pour investir les avoirs liquides, par sexe (dépôt à la banque ou à la poste, achat de bétail, de bijoux, autre s ) Existence et objet des groupes d épargne Emprunts au secteur informel, par sexe: auprès de qui montants moyens fréquence dans quel but à quelles conditions, le cas échéant Emprunts au secteur formel, par sexe: auprès de quel type d institution taille moyenne de l emprunt nombre d emprunts objet utilisation effective (au cas où elle diffère de ce qui précède) intérêt conditions de remboursement type de nantissement exigé ORGANISATION DES ACTIVITÉS PRODUCTIVES AU SEIN DES MÉNAGES Division du tra vail par sexe pour les principales culture s, types d élevage, activités liées aux ent re p r i s e s Activités agricoles c u l t u re l l e me nt cons id é- rées comme domaine exclusif des hommes ou domaine exclusif des f e m m e s Activités d élevage c o ns idérées culture l l e- me nt comme domaine exclusif des hommes ou domaine exclusif des f e m m e s Variations saisonnières de l intensité de la main-d œuvre par sexe: pério des de p o i nt e, pério des cre u s e s Pénuries de main-d œuvre (activités dirigées par les ho m mes/activités dirigées par les femme s ) s o l u t io ns apportées activités les plus touc h é e s Nombre d heures consacrées chaque jour, par sexe: aux activités de production et tâches domestiques en périodes de soudure et à la saison des moissons SÉCURITÉ ALIMENTAIRE DES MÉNAGES, NUTRITION ET SANTÉ 16 Denrées de base par ordre d importance perçue Variations saisonnières: des combinaisons d aliments typiques (denrées de base + viande et légumes) de la quantité de la fréquence des repas S o u rces des différents aliments ( p ro duct ion maison, achat, chasse, cueillette, etc. ) Pour les différentes cultures, proportion de la production consommée/vendue/conservée pour les semences Autosuffisance alimentaire (pour les denrées de base, proportion des denrées achetées par rapport aux denrées produites, variations saisonnières) Consommation propre des produits de l élevage quels produits consommation régulière/occasionnelle/ rare Différences dans la distribution des aliments (en particulier la viande) à l intérieur du ménage par sexe et par âge État nutritionnel * Principales causes des maladies (par sexe et par âge) Accès à l eau potable Pratiques de traitement et de conservation de l eau * Les données sur l état nutritionnel peuvent en général être obtenues auprès des agents de service de santé et confirmées à l aide des données nutritionnelles tirées des enquêtes démographiques.

19 PARTICIPATION, ACCÈS À L ÉDUCATION, À L INFORMATION ET AUX SERVICES DE SOUTIEN Participation (par sexe et par catégorie socio-économique des ménages) aux: groupes formels (associations, coopératives, etc.) groupes non formels (groupements d épargne, religieux, constitués autour d activités génératrices de revenu, d alphabétisation, etc.) Expériences antérieures (positives ou négatives) des ménages et des communautés dans différents types d organisations (notamment les organisations promues de l extérieur): Existe-t-il des groupements de femmes et pour quel objet? Attitudes envers les différents types de groupements (mixtes; réservés aux femmes/réservés aux hommes) Obstacles culturels qui empêchent les femmes de participer à la vie publique, de parler en public, qui entravent leur mobilité, etc. Entraide au sein de la communauté (nourriture, prêts d argent, main-d œuvre, assistance lors des accouchements, etc.) Services de soutien à la production. Qui, par sexe et par catégorie sociale, a accès aux: services de vulgarisation agricole services vétérinaires approvisionnements privés/publics/ coopératifs en intrants installations et technologies de transformation régimes publics/privés/de crédit i ns t a l l a t io ns de comme rc ia l i s a t io n / ma rc h é s informations de la radio/tv rurale Niveaux d alphabétisation des adultes par sexe Taux d inscription à l école primaire, par sexe CONTRAINTES, POSSIBILITÉS D INVESTISSEMENT Contraintes générales (telles que perçues par les deux sexes) affectant les moyens de subsistance: classement par ordre d importance causes conséquences solutions possibles Contraintes spécifiques de production a) Production végétale Importance relative des contraintes, telle que perçue par les deux sexes. Par exemple: privation de terres/insuffisance des terres/ manque de sécurité de jouissance faible fertilité des sols précipitations (insuffisantes/irrégulières) pénuries de main-d œuvre manque d eau pour l irrigation maladies pertes à l entreposage disponibilité/coût des intrants commercialisation et prix manque de ressources financières pour l achat des intrants et pour les investissements, etc. b) Élevage Importance relative des contraintes, telle que perçue par les deux sexes. Par exemple: accessibilité aux ressources en eau pénuries de main-d œuvre qualité/accessibilité des parcours fourrage maladies disponibilité/coût des intrants commercialisation et prix manque de ressources financières pour les achat d intrants et pour les investissements, etc. c) Entreprises rurales Importance relative des contraintes, telle que perçue par les deux sexes. Par exemple: main-d œuvre technologie commercialisation accès financier aux intrants/matières premières, etc. Possibilités d investissement: S ils disposaient de revenus supplémentaires ou de crédit, dans quelles activités productives les hommes et les femmes investiraient-ils? 17

20 M AT R I C E D E L A S É C U R I T É A L I M E N T A I R E D E S M É N A G E S RÉSULTATS ESCOMPTÉS POUR LA SAM COMPOSANTE ACTIVITÉ Diversification des cultures - disponibilité des semences - pratiques culturales D I S P O N I B I L I T É / ACCESSIBILITÉ À L A L I M E N TAT I O N Élargissement de la base alimentaire pour les denrées de base, les légumineuses et les oléagineux Augmentation des approvisionnements alimentaires grâce à l accroissement des rendements Augmentation des revenus grâce à la diversification des cultures commerciales Introduction/amélioration des cultures et des variétés ainsi que de leur transformation, stockage et utilisation ÉQUILIBRE NUTRITIONNEL Régime alimentaire plus diversifié Augmentation de la consommation de protéines végétales (légumineuses) Gestion des re s s o u rces naturelles Conservation des terres et de l eau Utilisation de cultures/espèces vivrières (par ex. Dolique de la Floride) Disponibilité saisonnière prolongée de denrées alimentaires, notamment de légumes Emploi d essences d arbres polyvalentes (fruits, combustible, fourrage) comme source de revenu et de nourriture Protection et amélioration des sources de nourriture sauvages Régime alimentaire plus diversifié Augmentation de la consommation d aliments riches en protéines, vitamines et sels minéraux Au g me nt a t ion de la cons o m ma t ion de fruits par les enfants Amélioration de la préparation des aliments grâce à une plus grande disponibilité du bois de feu Santé et production animale Augmentation de la disponibilité de viande et de produits laitiers Augmentation des rendements grâce à des plantations plus précoces Augmentation des revenus Au g me nt a t ion de la cons o m ma t ion de viande et de lait, notamment par les enfants Infrastructures - routes Accès facilité aux marchés pour l achat de denrées alimentaires et la vente des produits Augmentation des rendements grâce à des livraisons effectuées en temps voulu Augmentation de la consommation d aliments importants sur le plan nutritionnel qui ne sont pas produits sur place Diminution de la malnutrition liée aux maladies et amélioration des pratiques nutritionnelles en raison d un accès amélioré aux services de santé et aux réseaux d information Infrastructures - puits/barrages Saison de pro duc t ion de fruits et légumes p ro l o ng é e Augmentation des revenus tirés de l horticulture Augmentation du temps dont les hommes et les femmes disposent pour les activités génératrices de revenus et la production alimentaire, les opérations de collecte de l eau et d abreuvement des animaux étant facilitées Des renseignments de ce genre devraient être incorporés au cadre logique de projet ou du programme Di m i nu t ion des ma l a d ies à support hy drique qui pro v o q u e nt la ma l nu t r i t io n A m é l io ra t ion des pratiques de cuisson grâce à une plus gra nde disponibilité de l e a u 1/ Le tableau est repris du Programme du FIDA de sécurité alimentaire des ménages dans la province méridionale, Zambie,

21 C o n t r i bution des composantes et activités du projet ou du pro g ramme à la SAM - exemple adapté d un projet du FIDA 1/ DURABILITÉ DE LA BASE DE RESSOURCES Utilisation des légumineuses Diminution de la monoculture Amélioration de la fertilité et de la rétention de l humidité des sols Diminution de l emploi des engrais chimiques Utilisation du fumier Utilisation des résidus de cultures I nt é g ra t ion de me s u res de lutte c o nt re l éro s io n RISQUES L augmentation des cultures vivrières, de la diversification et des revenus ne se traduit pas par une nutrition améliorée Les ménages et les femmes plus pauvres ou en situation d insécurité alimentaire plus marquée pourraient ne pas bénéficier des interventions Pénuries de main-d œuvre Une plus gra nde disponibilité de cultures vivrière s diversifiées peut ne pas se tra du i re par une améliora t ion de la nu t r i t io n Faible pro p o r t ion des légumes réservés à la cons o m ma t ion fa m i l iale en raison de la nécessité de les vendre pour un re v e nu Choix de cultures arboricoles présent a nt une valeur nu t r i t io n nelle faible ou nulle Les ména ges et les femmes plus pauvres ou en s i t ua t ion d insécurité alime nt a i re plus ma rq u é e p o u r ra ie nt ne pas bénéfic ier des int e r v e nt io ns Co nc u r re nce ent re les cultures et l élevage pour l ex p l o i t a t ion des zones d hu m idité résidu e l l e Les ména ges ne peuvent cons a c rer suffisamme nt de temps ou de fo rce de travail pour les int e r v e nt io ns de cons e r v a t ion à long terme des sols et de l eau Les hommes pourraient s approprier des bénéfices des nouvelles technologies ou des races à rendement élevé L augmentation des revenus des hommes peut ne pas se traduire par une amélioration de la nutrition La consommation de lait et de viande, notamment chez les enfants, pourrait ne pas augmenter en raison du manque d éducation nutritionnelle et des inégalités dans la distribution des aliments à l intérieur des ménages Les ménages et les femmes plus pauvres ou en situation d insécurité alimentaire plus marquée risquent de ne pas bénéficier des interventions Les communautés plus pauvres ou plus vulnérables ne sont pas ciblées par les travaux d amélioration routière Les communautés plus pauvres ne sont pas en me s u re d assurer l ent re t ien des équipeme nts ro u t ie r s MESURES D ATTÉNUATION DES RISQUES Des campagnes d éducation et de sensibilisation nutritionnelles culturellement appropriées pour que les interventions se traduisent par une augmentation de la part des récoltes consommées par les ménages et par une amélioration de l équilibre nutritionnel Choix de cultures intéressantes pour les femmes Solutions pour les utilisateurs de houes manuelles et de bœufs de labour Choix de cultures moins prestigieuses Prise en compte des contraintes de temps pour les femmes afin d améliorer la préparation des aliments Attention portée aux répercussions des technologies sur la main-d œuvre, notamment pour les femmes Éducation/sensibilisation nutritionnelle la production horticole et fruitière devrait se concentrer sur les légumes feuillus vert foncé et les fruits orange foncé Solutions pour les utilisateurs de houes manuelles et de bœufs de labour Technologies pour les semis précoces et tardifs S u r v e i l l a nce de l utilisation des zones d hu m idité résidu e l l e Attention portée aux implications des technologies sur la main-d œuvre, notamment pour les femmes Interventions séquentielles Surveiller l accès et le contrôle des femmes aux technologies nouvelles ou améliorées Privilégier le petit élevage et les volailles pour les ménages et les femmes pauvres en ressources Éducation/sensibilisation nutritionnelle, notamment des hommes, pour la consommation de protéines animales (notamment par les enfants) Identification et application de critères judicieux pour cibler les communautés plus pauvres Emploi de technologies à faible coût Prise en compte des besoins de main-d œuvre et de ressources financières pour l entretien dans les communautés plus pauvres Concentration sur la réhabilitation pour prévenir la surexploitation des ressources Attention portée à un surpâturage éventuel autour des retenues Faible proportion de légumes réservés à la consommation familiale en raison de connaissances limitées et de la nécessité de vendre les légumes pour en tirer un revenu Insuffisance de la gestion des ressources hydriques à l échelle de la communauté Emploi non sélectif des sources d eau (potable et autre) Conservation de l eau à usage domestique dans des conditions non hygiéniques Renforcement de la participation des ménages et des femmes pauvres en ressources dans les associations d utilisateurs de l eau Surveillance d un accès permanent des agriculteurs et des femmes pauvres en ressources aux terres irriguées Éducation en matière de santé et d hygiène pour garantir un usage approprié de l eau Renforcement de la gestion des ressources hydriques à l échelon communautaire 19

22 La stratégie du FIDA en matière de sécurité alimentaire des ménages (SAM) et de la dimension genre est définie dans Stratégies FIDA pour la promotion économique des femmes rurales pauvres (Conseil des gouverneurs, 15ème session, GC 15/L.5, Rome, janvier 1992) et Vers une stratégie d amélioration de la nutrition à la faveur de projets d investissement rural (Conseil des gouverneurs, 18ème session, GC 18/INF.4, Rome, janvier 1995). Afin d assurer une intégration opérationnelle complète de ces principes dans le contexte de son mandat et de son recentrage sur la lutte contre la pauvreté en milieu rural, le Fonds appliquera les Aide-mémoire sur la sécurité alimentaire des ménages et le rôle des hommes et des femmes pour mettre en pratique ces stratégies en matière de SAM et de la dimension genre dans le cycle de projets et accroître la cohérence, la transparence et la responsabilisation dans les décisions concernant ces deux dimensions dans les projets du FIDA. (...) (Extrait des Procédures pour l emploi des aide-mémoire sur la problématique de la sécurité alimentaire des ménages et du rôle des hommes et des femmes dans la conception des programmes et des projets, Bulletin du Président Nº 99/06) R E M E R C I E M E N T S Nous tenons à remercier tout particulièrement le Gouvernement italien pour sa généreuse contribution financière à la préparation et à la publication des aide-mémoire. Préparé par Division consultative technique du FIDA P roduit par Équipe publications et micro-édition du FIDA Mise en page: Marie Slater D e s s i n s L o rella Candido Imprimé par Palombi Ti v o l i ROME - Juillet 1999 Via del Serafico, Rome Italie Tel Fax Courrier électronique: Site Web:www.ifad.org Telex: IFAD-I 20

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL...

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL... Fédération Internationale des Producteurs Agricoles 1 «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES» Ce document fut élaboré dans l objectif d apporter une information la plus complète possible sur le thème du

Plus en détail

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE Exploiter le Potentiel de la Science, de la Technologie et de l Innovation dans les chaînes Agro-alimentaires en Afrique : Créer emplois et richesse

Plus en détail

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni PJ 28/12 7 février 2012 Original : anglais F Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni Encourager l intensification de la production caféière et vivrière au moyen

Plus en détail

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel INFORMATIONS GÉNÉRALES Sources d information Rapport final sur les Micro doses d engrais pour la prospérité

Plus en détail

L analphabétisme: un frein

L analphabétisme: un frein Réseau de connaissances Consortium Néerlandais pour la Réhabilitation Note de recherche # 6 L analphabétisme: un frein à l évolution socio- économique des ménages? Influence du niveau d alphabétisme des

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3 Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire Groupe 3 Plan de l exposl exposé Introduction Méthodologie Résultats : Présentation de l Union paysanne Diagnostic sur les changements

Plus en détail

J'Ai TELLEMENT FAiM QUE JE POURRAiS MANGER UN ARBRE!

J'Ai TELLEMENT FAiM QUE JE POURRAiS MANGER UN ARBRE! J'Ai TELLEMENT FAiM QUE JE POURRAiS MANGER UN ARBRE! Les liens hypertextes vers d'autres sites de l'internet ne signifient nullement que l'organisation approuve officiellement les opinions, idées, données

Plus en détail

Title: OED Précis no. 134 - Gestion de la production animale au Botswana: les précieuses leçons des expériences précédentes Job number: 98F0708

Title: OED Précis no. 134 - Gestion de la production animale au Botswana: les précieuses leçons des expériences précédentes Job number: 98F0708 Title: OED Précis no. 134 - Gestion de la production animale au Botswana: les précieuses leçons des expériences précédentes Job number: 98F0708 Language: English Translations: French Country: Botswana

Plus en détail

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2 Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 20 juin 2013 Français Original: anglais A/HRC/WG.15/1/2 Conseil des droits de l homme Première session 15-19 juillet 2013 Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement

La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement Capitalisation des bonnes pratiques en appui à la production agricole et à la sécurité alimentaire Fiche de bonne pratique Niger Juillet 2012 La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement

Plus en détail

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE PROGRAMME NATIONAL D INVESTISSEMENT AGRICOLE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET

Plus en détail

Opération P126744. DONS H7410-HA et TF011396 RECRUTEMENT DE L OPERATEUR DU FOND DE COFINANCEMENT DE SERVICES DE VULGARISATION AGRICOLE (OFSV)

Opération P126744. DONS H7410-HA et TF011396 RECRUTEMENT DE L OPERATEUR DU FOND DE COFINANCEMENT DE SERVICES DE VULGARISATION AGRICOLE (OFSV) REPUBLIQUE D HAITI MINISTERE DE L AGRICULTURE, DES RESSOURCES NATURELLES ET DU DEVELOPPEMENT RURAL (MARNDR) PROJET DE RENFORCEMENT DES Services Publiques Agricoles II (RESEPAG II) Opération P126744 DONS

Plus en détail

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet www.unidroit.org PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT Le Guide UNIDROIT/FAO sur l agriculture sous contrat Note de projet SOMMAIRE Qu est-ce que l agriculture

Plus en détail

pas de santé sans ressources humaines

pas de santé sans ressources humaines Résumé Une vérité universelle : pas de santé sans ressources humaines + alliance mondiale pour les personnels de santé Résumé Objectif Le présent rapport est destiné à éclairer les débats du troisième

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL LA SITUATION DE L INTEGRATION DU GENRE SUR LE PLAN INSTITUTIONNEL, POLITIQUE ET DE PROJET

REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL LA SITUATION DE L INTEGRATION DU GENRE SUR LE PLAN INSTITUTIONNEL, POLITIQUE ET DE PROJET REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL LA SITUATION DE L INTEGRATION DU GENRE SUR LE PLAN INSTITUTIONNEL, POLITIQUE ET DE PROJET Introduction A l instar de tous les pays qui ont adhéré à

Plus en détail

Appel à propositions. La gestion durable des ressources naturelles et changements climatiques. L`élevage avec un focus sur le pastoralisme

Appel à propositions. La gestion durable des ressources naturelles et changements climatiques. L`élevage avec un focus sur le pastoralisme Foire aux savoirs Consolider la Résilience à l insécurité alimentaire et nutritionnelle au Sahel / Afrique de l Ouest Ouagadougou, Burkina Faso, 5-7 Novembre 2013 Appel à propositions Venez nous rejoindre

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

Baux agricoles ISSN 1812-318X

Baux agricoles ISSN 1812-318X Baux agricoles ISSN 1812-318X Baux agricoles ORGANIZATION DES NATIONS UNIES POUR L ALIMENTATION ET L AGRICULTURE Rome, 2004 Baux agricoles Préface Les Notes sur les régimes fonciers publiées par la FAO

Plus en détail

Schéma du plan d affaires

Schéma du plan d affaires Plan d affaires Schéma du plan d affaires SOMMAIRE EXÉCUTIF DESCRIPTION DU PROJET OBJECTIFS FORME JURIDIQUE ÉQUIPE DIRIGEANTE MARKETING PRODUCTION SOUTIEN ADMINISTRATIF ANALYSE MARCHÉ ANALYSE MARKETING

Plus en détail

SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA

SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA INTITULE DU PROJET : PROJET DE PROMOTION DE L INITIATIVE LOCALE POUR LE DEVELOPPEMENT D AGUIE 1 Intitulé du Projet : Projet de Promotion de l Initiative Locale pour le

Plus en détail

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser, éduquer,

Plus en détail

EVALUATION DE LA SITUATION HUMANITAIRE SUR L AXE KONNA-DOUENTZA 7 au 10 FEVRIER 2013

EVALUATION DE LA SITUATION HUMANITAIRE SUR L AXE KONNA-DOUENTZA 7 au 10 FEVRIER 2013 EVALUATION DE LA SITUATION HUMANITAIRE SUR L AXE KONNA-DOUENTZA 7 au 10 FEVRIER 2013 Contexte et Objectifs de l évaluation rapide Le cercle de Douentza, se situe dans la région de Mopti et a été depuis

Plus en détail

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C L agriculture est par nature une activité spéculative, car les besoins alimentaires et la production agricole sont décalés dans le temps. En effet les besoins alimentaires

Plus en détail

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté Forces, limites et options stratégiques Lahcen ACHY Economiste Principal, Centre Carnegie du Moyen Orient Septembre 2010 Le Maroc a enregistré

Plus en détail

Formation agricole : production d effectifs et prise en charge des besoins réels

Formation agricole : production d effectifs et prise en charge des besoins réels 11 èmes Journées d études «Ingénierie des Dispositifs de Formation à l International» Communication présentée par : Monsieur Hassen BERRANEN Sous Directeur de la Formation MADR/DFRV, Algérie. Formation

Plus en détail

Résumé des résultats des enquêtes de base niveau ménage : site de Cinzana, Mali

Résumé des résultats des enquêtes de base niveau ménage : site de Cinzana, Mali Programme de recherche du CGIAR sur le Changement Climatique, l Agriculture et la Sécurité Alimentaire (CCAFS) Résumé des résultats des enquêtes de base niveau ménage : site de Cinzana, Mali Décembre 2011

Plus en détail

RefAB : Des références pour les systèmes de production agricoles biologiques

RefAB : Des références pour les systèmes de production agricoles biologiques RefAB : Des références pour les systèmes de production agricoles biologiques Proposition d un cadre méthodologique innovant Présentation par Céline Cresson, ACTA et Catherine xperton, ITAB Préparée avec

Plus en détail

La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire

La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire BIM n 136 - Mercredi 24 Octobre 2001 Bénédicte Laurent, FIDES Un BIM du mercredi qui nous vient de loin : nous avons demandé

Plus en détail

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La réforme de la politique agricole commune doit intervenir d ici 2013. Une consultation publique officielle sur la PAC de

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

Directive opérationnelle

Directive opérationnelle Page 1 Populations autochtones Introduction 1. Cette directive décrit les politiques et les procédures d instruction de la Banque 1 pour les projets qui touchent les populations autochtones. Elle présente

Plus en détail

E/CN.6/2010/CRP.9. Compte-rendu de l animateur de la réunion. Distr. limitée 11 mars 2010 Français Original : anglais

E/CN.6/2010/CRP.9. Compte-rendu de l animateur de la réunion. Distr. limitée 11 mars 2010 Français Original : anglais Distr. limitée 11 mars 2010 Français Original : anglais Commission de la condition de la femme Cinquante-quatrième session 1 er -12 mars 2010 Point 3 a) de l ordre du jour Suivi de la quatrième Conférence

Plus en détail

Le Cycle de Programme Humanitaire

Le Cycle de Programme Humanitaire REUNION DU CLUSTER SÉCURITÉ ALIMENTAIRE 28/10/2014 Le Cycle de Programme Humanitaire Outil principal du système humanitaire pour obtenir une analyse, une stratégie et un plan d action communs. Un cycle

Plus en détail

Contribution de l Association ESPACE RURAL Oasis Tarmguiste Maroc

Contribution de l Association ESPACE RURAL Oasis Tarmguiste Maroc Atelier de Tunis 14-15 septembre 2010 Contribution de l Association ESPACE RURAL Oasis Tarmguiste Maroc L Adaptation de l agriculture oasienne face aux impacts du changement climatique, à travers la restauration

Plus en détail

Résumé du Cadre stratégique anti-pauvreté des TNO

Résumé du Cadre stratégique anti-pauvreté des TNO Résumé du Cadre stratégique anti-pauvreté des TNO Novembre 2013 Résumé du Cadre stratégique anti-pauvreté des TNO 1 Résumé du Cadre stratégique anti-pauvreté des TNO Le présent document est un résumé

Plus en détail

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Numéro WHH du projet: AF 1519 / COD 1063-07 Numéro KfW du projet : KfW 2007 65 537

Plus en détail

Programme du Forum National sur la Nutrition et l Alimentation à l Hôtel KEMPINSKI N Djamena. 28-30 avril 2015

Programme du Forum National sur la Nutrition et l Alimentation à l Hôtel KEMPINSKI N Djamena. 28-30 avril 2015 Deuxi ème jour Premier jour Jour 0 Programme du Forum National sur la Nutrition et l Alimentation à l Hôtel KEMPINSKI N Djamena 28-30 avril 2015 Date Heure Activité Veille du forum (Hôtel KEMPINSKI) Arrivée

Plus en détail

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES CRITÈRES DE SÉLECTION DES PROGRAMMES PILOTES NATIONAUX ET RÉGIONAUX AU TITRE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENT FORESTIER I. CADRE GÉNÉRAL 1. On s accorde de plus en plus

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE 2 0 1 3 INTRODUCTION La première stratégie manitobaine de promotion de l allaitement maternel a été conçue à l automne 2006 afin de mettre

Plus en détail

Développement rural 2007-2013. Document d orientation

Développement rural 2007-2013. Document d orientation Développement rural 2007-2013 MANUEL RELATIF AU CADRE COMMUN DE SUIVI ET D EVALUATION Document d orientation Septembre 2006 Direction générale de l agriculture et du développement rural TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas»

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» Énergie «L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» La première fonction de l agriculture est la valorisation de l énergie solaire en énergie alimentaire par la photosynthèse.

Plus en détail

Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté aux Comores

Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté aux Comores Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté aux Comores La pauvreté rurale aux Comores Depuis leur indépendance en 1975, les Comoriens ont souffert de l instabilité politique

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture Plan d action de développement durable 2009-2015 Le développement durable, une question de culture Révisé en mars 2013 Note importante Le gouvernement du Québec a autorisé le 29 février 2013 par décret

Plus en détail

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale Proposition de la Commission COM (2000) 716 établissant les principes généraux et les prescriptions générales du droit alimentaire, instituant l Autorité Alimentaire Européenne et fixant des procédures

Plus en détail

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 Le Président de la République a annoncé le 2 octobre à Cournon le cadre

Plus en détail

REDD-plus. Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques.

REDD-plus. Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques. REDD-plus Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques novembre 2009 Programme de Conservation des Forêts Le mécanisme REDD-plus

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Uniterres. Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux Le réseau des épiceries solidaires A.N.D.E.S. Uniterres Assurer la sécurité alimentaire des plus démunis et soutenir une agriculture durable et locale Rapprocher l aide alimentaire et les producteurs locaux

Plus en détail

PROGRAMME MALIN. Un programme global pour les familles précaires et les professionnels afin d améliorer l alimentation des tout-petits

PROGRAMME MALIN. Un programme global pour les familles précaires et les professionnels afin d améliorer l alimentation des tout-petits PROGRAMME MALIN Un programme global pour les familles précaires et les professionnels afin d améliorer l alimentation des tout-petits Agenda 1) Enjeux et historique du Programme MALIN 2) Offre du Programme

Plus en détail

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO AVANT-PROPOS L Annuaire statistique de la FAO fournit une sélection d indicateurs par pays sur l alimentation et l agriculture. Les données proviennent de FAOSTAT, la base de données statistique de l Organisation

Plus en détail

Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France)

Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France) Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France) La Commission européenne a formellement adopté le Programme de développement rural (PDR) de Mayotte le 13 février 2015 qui

Plus en détail

Conservation, efficacité et fourniture de l énergie

Conservation, efficacité et fourniture de l énergie Ministère de l Énergie Printemps 2015 Conservation, efficacité et fourniture de l énergie Fiche d information Déclaration de principes provinciale, 2014 La Déclaration de principes provinciale de 2014

Plus en détail

Programme de la CE/FAO Sécurité alimentaire : information pour l'action. Les concepts et les cadres de la sécurité alimentaire

Programme de la CE/FAO Sécurité alimentaire : information pour l'action. Les concepts et les cadres de la sécurité alimentaire Programme de la CE/FAO Sécurité alimentaire : information pour l'action Formation à distance pour renforcer les compétences et répondre aux exigences de formation des réseaux et des systèmes d information

Plus en détail

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières»

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières» Position commune France Brésil «volatilité des prix et sécurité alimentaire» Le Brésil et la France considèrent que pour diminuer la volatilité des prix et améliorer la sécurité alimentaire, les actions

Plus en détail

Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie et des Finances Québec, Septembre 2008

Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie et des Finances Québec, Septembre 2008 Le Budget Genre au Maroc, une perspective stratégique pour l égalité des sexes et l habilitation des femmes Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie

Plus en détail

CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS

CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS Dans ce travail, nous avons évalué les possibilités d une intensification de l agriculture dans le Plateau Central à partir des nouvelles technologies (techniques traditionnelles

Plus en détail

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES 1 Marrakech -29, 30 et 31janvier 2014 Session 2 Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole L expérience de la Compagnie

Plus en détail

4. Népal: programme de développement des micro-entreprises dans le district de Parbat

4. Népal: programme de développement des micro-entreprises dans le district de Parbat 57 4. Népal: programme de développement des micro-entreprises dans le district de Parbat Avec à la fin de 2002 une couverture forestière totale estimée à environ 39,6 pour cent, le Népal est un pays extrêmement

Plus en détail

MODELES FAIRTRADE POUR LA PLANIFICATION ET LES RAPPORTS

MODELES FAIRTRADE POUR LA PLANIFICATION ET LES RAPPORTS MODELES FAIRTRADE POUR LA PLANIFICATION ET LES RAPPORTS Les modèles suivants peuvent aider l OPP à être en conformité avec les critères 4.1.1 4.1.10 de la partie Potentiel de Développement ainsi que les

Plus en détail

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique?

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Note de position de CARE sur le changement climatique Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Le changement climatique représente une menace sans précédent pour les populations des pays en

Plus en détail

Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision

Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision Rédaction : Yves Gagnon, FCGA, OMA Consultant en gestion municipale Décembre 2008

Plus en détail

PROGRAMME OPÉRATIONNEL D'AIDE ALIMENTAIRE ET/OU D'ASSISTANCE MATÉRIELLE DE BASE

PROGRAMME OPÉRATIONNEL D'AIDE ALIMENTAIRE ET/OU D'ASSISTANCE MATÉRIELLE DE BASE PROGRAMME OPÉRATIONNEL D'AIDE ALIMENTAIRE ET/OU D'ASSISTANCE MATÉRIELLE DE BASE 1. IDENTIFICATION État membre CCI Intitulé Version 1.2 Première année 2014 Dernière année 2020 Éligible à compter du 1 déc.

Plus en détail

Calcul de la marge brute en production laitière

Calcul de la marge brute en production laitière Mode d emploi : Calcul de la marge brute en production laitière Calculez la marge brute en production laitière sur votre exploitation et comparez-la avec celle d autres exploitations du même type. Utilisation

Plus en détail

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Commentaires du Conseil du patronat du Québec Mai 2010 Maintenir la solidité du système

Plus en détail

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO-

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- ALIMENTAIRE AU QUÉBEC RÉSULTATS D UNE CONSULTATION DES ACTEURS DU SECTEUR AGROALIMENTAIRE AU SUJET DE LEUR CONFIANCE ENVERS LEURS PERSPECTIVES FUTURES Préparé pour l Union

Plus en détail

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Amélioration de la productivité et de la qualité Publication juin 2013 Sommaire : Introduction...

Plus en détail

ARIMNet. pour des projets de recherches internationaux concernant l agriculture méditerranéenne PREMIERE ANNONCE

ARIMNet. pour des projets de recherches internationaux concernant l agriculture méditerranéenne PREMIERE ANNONCE Première annonce Coordination of the Agricultural Research In the Mediterranean Area ARIMNet Appel d offre ARIMNet pour des projets de recherches internationaux concernant l agriculture méditerranéenne

Plus en détail

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance OUTILS DÉCISIONNELS DU FIDA EN MATIÈRE DE FINANCE RURALE 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance Action: Mener à bien le

Plus en détail

Plan d action. Resilience Now Burundi mai 2014 1

Plan d action. Resilience Now Burundi mai 2014 1 Plan d action A l issue de l atelier de restitution des solutions visitées par les (cf. le rapport illustré), ces derniers ont priorisé les actions qu ils souhaitent mettre en place. Cette priorisation

Plus en détail

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE MÉMOIRE DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DES AFFAIRES SOCIALES AOÛT 2009

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 10.06.2004 COM(2004)415 final COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN Plan d'action européen en matière d'alimentation et

Plus en détail

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Commentaires du Conseil du patronat du Québec dans le cadre de la consultation sur l accessibilité

Plus en détail

manifeste, chartes, conventions.

manifeste, chartes, conventions. manifeste, chartes, conventions. MANIFESTE POUR L ACCÈS À UNE HAUTE QUALITÉ ALIMENTAIRE AU QUOTIDIEN Slow Food veut promouvoir une nouvelle manière d aborder l alimentation, indissociable de l identité

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation.

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation. COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation Manuel Gestion du Cycle de Projet Programmation Evaluation Identification Mise en œuvre Instruction Financement Mars

Plus en détail

Définition des variables présentées dans le RICA

Définition des variables présentées dans le RICA Les termes en gras italique sont définis par ailleurs dans le lexique. Les termes en italique désignent des variables explicitement recueillies dans le Rica. A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V

Plus en détail

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1.

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1. Version intégrale Note méthodologique 1. Les tableaux des ressources et des emplois dans les comptes nationaux L élaboration des comptes nationaux de la Belgique s effectue conformément à la méthodologie

Plus en détail

La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B

La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B Pour bien servir son marché, une entreprise doit mettre en œuvre une démarche en trois temps : segmentation,

Plus en détail

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER ÉDUCATION Côtes d Armor Collèges publics DIRECTION ÉDUCATION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER Charte de la restauration collective Préambule Dans le cadre de l article 82 de la loi du 13 août 2004, le Département

Plus en détail

Caisse Nationale de Mutualité Agricole

Caisse Nationale de Mutualité Agricole Séminaire national sur la vulgarisation, l appui-conseil et les bonnes pratiques agricoles Le rôle des Assurances Agricole dans le développement de la politique du renouveau Agricole et Rural Présentation

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable

DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable Guide de l utilisateur 2010 Si vous êtes amenés à utiliser cet outil, merci d indiquer votre source. Réseau agriculture durable - Inpact Bretagne

Plus en détail

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Établir un plan Mettre votre plan à exécution Penser à long terme SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Votre argent doit

Plus en détail

Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+

Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+ Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+ A chaque campagne agricole dans les zones rurales Camerounaises en particulier et Africaines en générale,

Plus en détail

I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION

I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION TERMES DE REFERENCE DES EVALUATIONS DU PROJET D APPUI INSTITUTIONNEL AU CGAT DANS LE PROCESSUS DE STRUCTURATION DES MOUVEMENTS MUTUALISTES EN RESEAU DANS LES PROVINCES DE KINSHASA, DE L EQUATEUR ET DU

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Résumé L intérêt et la motivation à tous les niveaux politiques en faveur du développement durable,

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

ExPost. Aménagements de bas-fonds. septembre 2007. Division Évaluation et capitalisation Série Note de Synthèse

ExPost. Aménagements de bas-fonds. septembre 2007. Division Évaluation et capitalisation Série Note de Synthèse Division Évaluation et capitalisation Série Note de Synthèse n 02 septembre 2007 expost ExPost Aménagements de bas-fonds en Guinée forestière ExPost est une note de synthèse qui présente sur un thème ou

Plus en détail

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2009-2015

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2009-2015 PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2009-2015 VERSION REVISEE EN JUILLET 2013 Avenant au plan 2009-2012 Le gouvernement du Québec a autorisé, le 29 février 2012, par décret, le report de l exercice

Plus en détail

Jeremy Foltz, PhD University of Wisconsin-Madison jdfoltz@wisc.edu. Pour. Le Groupe AEG de l USAID-Mali. Cette Version le 16 juin 2010

Jeremy Foltz, PhD University of Wisconsin-Madison jdfoltz@wisc.edu. Pour. Le Groupe AEG de l USAID-Mali. Cette Version le 16 juin 2010 Opportunités et Stratégies d Investissement pour Améliorer la Sécurité Alimentaire et Réduire la Pauvreté au Mali à travers la Diffusion de Technologies Agricoles Améliorées Jeremy Foltz, PhD University

Plus en détail

Préoccupations en matière de retour au travail chez les personnes confrontées à un cancer et les personnes qui leur prodiguent des soins

Préoccupations en matière de retour au travail chez les personnes confrontées à un cancer et les personnes qui leur prodiguent des soins Préoccupations en matière de retour au travail chez les personnes confrontées à un cancer et les personnes qui leur prodiguent des soins Sommaire de gestion À la demande du Groupe de travail national sur

Plus en détail

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES»

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» S appuyant sur le Brevet de Technicien Supérieur Agricole : Analyse et conduite des systèmes d exploitation Arrêté du 27

Plus en détail