Infections virales de la peau

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Infections virales de la peau"

Transcription

1 Infections virales de la peau

2 Infections virales de la peau Herpesvirus: HSV1 (et 2) Virus de la varicelle et du zona: VZV Rougeole Rubéole ErythrovirusB19 (Parvovirus B19) Papillomavirus Poxvirus: virus de la variole

3 Herpes simplex virus HSV 1 et 2

4 Herpes simplex Virus Fiche Signalétique: Sous-famille: Alphaherpesvirinae Genre: Simplexvirus Sérotypes: 1 et 2 Acide nucléique: ADN bicaténaire linéaire Capside icosaédrique Enveloppé Diamètre du virion: 120 à 200 nm

5 Herpes simplex Virus Structure du virus: Enveloppe contient 10 à 12 glycoprotéines membranaires ADN bicaténaire linéaire (150 kb, 84 gènes) UL US Fragment génomique unique long Fragment unique court Séquences répétées inversées

6 STRUCTURE Microscopie électronique Tégument Enveloppe ADN bicaténaire Capside icosaèdrique Représentation schématique Glycoprotéines

7 Multiplication virale Traité de virologie médicale, 2003, Editions Estem

8 Herpes simplex Virus Physiopathologie: Site de la primo-infection fonction du type viral Atteinte des cellules épithéliales et des terminaisons nerveuses sensitives. Cheminement jusqu aux ganglions nerveux HSV-1: responsable de l herpes labial Site de latence au niveau duganglion de Gasser HSV-2: responsable de l herpes génital (IST) Site de latence au niveau desganglions sacrés Modes de transmission: cutanés (lésions cutanées) respiratoire (aérosols) MST

9 Herpes simplex Virus Physiopathologie Traité de virologie médicale, 2003, Editions Estem

10 Herpes simplex Virus Pouvoir Pathogène Manifestations cliniques Infection inapparentes Infections cutanéo-muqueuses Infections génitales Infections oculaires Infections du système nerveux central Pathologie La majorité Gingivostomatite; Herpes labial; Pharyngites; panaris herpétique; eczéma (HSV1) Vulvites; vaginites; lésions cervicales; balanites, uréthrites(hsv2>hsv1) Kérato-conjonctivite; rétinites nécrosantes (HSV1) Méningites; radiculites; myélites; méningoencéphalites(hsv1-90% des cas sauf néonatal) Infections généralisées Infections néonatales ou de l ID (HSV1 et 2) Infection du tractus respiratoire Infection du tractus digestif Pneumonie (HSV1) Oesophagites, hépatites

11 Herpes labial Gingivostomatite herpétique Kérato-conjonctivite

12 Herpes simplex Virus Diagnostic Indications: Formes graves : diagnostic Herpès génital: confirmation Herpès labial: pas d intérêt Prélèvements: seul le diagnostic direct est significatif Lésions: écouvillonnage des vésicules; gorge; nez (Nné 48h) LCR: encéphalites Sang: infections généralisées néonatales, hépatites

13 Herpes simplex Virus Diagnostic Moyens diagnostiques: Directs: Culture cellulaire 2-5 jours +++ Détection d antigènes (IF) 2 heures ++ Amplification génique 24 heures ++++ (LCR, sang) Indirects: sérodiagnostic Techniques ELISA (IgM; IgG) 3 heures+++ Sérodiagnostic: IgM peu informatifs (primo-infection ou récurrence, chez sujets asymptomatiques) Uniquement contributif en cas de séroconversion

14 Herpes simplex Virus Traitement Préventif: éviction des contacts directs si terrain à risque (attention aux nouveaux-nés!) Prophylactiques: Pas de vaccin, préservatif (MST) Curatifs: Aciclovir ou dérivés (valaciclovir) Inhibiteur de l ADN polymérase virale; Forme active triphosphatée uniquement dans les cellules infectées.

15 Virus de la varicelle et du zona VZV

16 Virus de la Varicelle et du Zona Fiche signalétique Sous-famille: Alphaherpesvirinae Genre: Varicellovirus Acide nucléique: ADN bicaténaire linéaire Capside icosaédrique Enveloppé Diamètre du virion: 120 à 200 nm

17 Virus de la Varicelle et du Zona Virus dermoneurotrope; strictement humain Modes de transmission: Cutanés (vésicules de varicelle et de zona) Respiratoire (voie aéroportée et gouttelettes) Placentaire Pouvoir pathogène: Primo-infection: VARICELLE Réactivation: ZONA Infection très contagieuse; diffusion rapide du virus Petites épidémies dans les collectivités d enfants Fin de l hiver et printemps

18 Virus de la Varicelle et du Zona Physiopathologie Varicelle Latence Zona Traité de virologie médicale, 2003, Editions Estem

19 Virus de la Varicelle et du Zona Physiopathologie Primo-infection: VARICELLE Porte d entrée respiratoire; dissémination par virémie INCUBATION jrs Apparition d une éruption (exanthème) + fièvre modérée Plusieurs poussées: Juxtaposition d éléments d âge différent Complications rares: encéphalite post éruptive (5 jrs après ) Infection généralisée

20 Virus de la Varicelle et du Zona Physiopathologie Primo-infection: VARICELLE Formes graves: Infection materno-fœtale: Chez la femme enceinte: pneumopathie varicelleuse Varicelle congénitale (avt 24e semaine): anomalies cutanées++, oculaires, neurologiques, musculosquelettiques. Varicelle périnatale: éruption maternelle 5j avt-2j après l accouchement (Pas d Ac maternels transmis): dissémination viscérale (poumon++, foie++) Chez l adulte: primo-infection tardive Complications pulmonaires et neurologiques Chez l ID: forme progressive et dissémination à tous les organes (varicelle maligne)

21 Virus de la Varicelle et du Zona

22 Éruption varicelleuse Lésions d âge différents suivant les vagues de virémie

23 Virus de la Varicelle et du Zona Physiopathologie Récurrence ou réinfection endogène: ZONA Maladie locale: Point de départ ganglionnaire; migration vers la peau et les muqueuses NÉVRALGIE + ÉRUPTION à topographie nerveuse, unilatérale Localisation: souvent zona thoracique ou abdominal (zonas sacrés ou céphaliques) Complications: Algies post-zostériennes (persistance de la douleur + de 6 mois) Zona ophtalmique Zona extensif du sujet ID

24 Virus de la Varicelle et du Zona

25 Virus de la Varicelle et du Zona Diagnostic virologique Essentiellement clinique sauf formes graves ou atypiques Méthodes directes: Culture cellulaire (transport rapide; 2 à 7 jrs / MRC5) IF (écouvillonnage des lésions cutanées) Amplification génique (sensible et spécifique) LCR, liq. Amniotique, liq. oculaires Méthodes indirectes: ELISA (statut immunitaire)

26 Virus de la Varicelle et du Zona Interprétation Statut immunitaire: IgG anti-vzv persistent des années à rechercher % F. enceintes après contact douteux; enfants ID susceptibles d être vaccinés Diagnostic d une infection aiguë: Privilégier le diagnostic direct Eruption vésiculeuse: ID indispensable

27 Virus de la Varicelle et du Zona Traitement Préventif: Vaccinationpar vaccin atténué (OKA) chez enfant ID en période de rémission, pers non immunisées Varilrix (2 inj espacées de 3 mois) Curatif: Aciclovir (ID ou zona grave chez l IC) Valaciclovir (prévention des douleurs post-zostériennes) Famciclovir (idem)

28 Le virus de la rougeole

29 Virus de la Rougeole Famille: Paramyxoviridae Genre: Morbillivirus ARN sblinéaire non segmenté, de polarité négative Capside hélicoïdale Enveloppe 1 seul type antigénique Tropisme pour le tissu lymphatique et l endothélium vasculaire Responsable d une maladie généralisée contagieuse et immunisante

30 Virus de la Rougeole Epidémiologie Dans pays sans vaccination: maladie universelle Fléau mondial: 45 millions de cas / an, 1.2 M de décès Réservoir viral: sujet malade Maladie très contagieuse: 90 à 100% des enfants d une même famille; >50% des enfants d une même classe France: 82% enfants vaccinés, écarts selon les régions, la rougeole existe à l état endémique

31 Virus de la Rougeole Physiopathologie Transmission par voie aérienne ou orale Incubation de 10 jrs 1ere viremie: dissémination aux cellules du système réticuloendothélial 2ème virémie: atteinte des organes cibles avec exanthème Virus lymphotrope (leucopénie)

32 Virus de la Rougeole Signes cliniques Fièvre à 40 Catarrhe: larmoiement et hypersécrétion des voies respiratoires Enanthème: signe de Köplick, macules sur la face interne des joues Exanthème débutant dans les régions rétro-auriculaires, puis haut-bas sur 1 poussée

33 Virus de la Rougeole Köplick Éruption

34 Virus de la Rougeole Complications Respiratoires: surinfection bactérienne ORL ou bronchopulmonaire pneumonie morbilleuse de l enfant Neurologiques: Encéphalite post-éruptive (15 jrs) Encéphalite aigüe à inclusions (1 à 6 mois) Panencéphalite sclérosante subaigüe (PESS) survenue > 7 ans rare mais mortelle

35 Diagnostic Biologique - Rougeole Diagnostic indirect: Recherche des IgMet IgGdans le sérum Diagnostic direct: Recherche de l ARN viral par RT-PCR dans la salive Maladie à déclaration obligatoire Vaccination essentielle pour éradiquer la maladie, 1ere cause de mortalité infantile dans les pays sans vaccination Prévention: Vaccination

36 Virus de la rubéole

37 Le virus de la rubéole Famille : Togaviridae Genre : Rubivirus Espèce : Rubellavirus Génome ARNsb(+) Génome ARNsb(+) Capside icosaédrique nm Virus enveloppé Hémagglutinine (E1)

38 Epidémiologie de la rubéole Strictement humain Transmission respiratoire, contagiosité faible Endémique + Epidémies au printemps aux US : 12,5 millions de rubéole et rubéoles congénitales Séroprévalence : Enfants < 10 ans : 50% (sans vaccin) Femmes adultes : 95% (vaccination) et 45 % dans pays en développement

39 Signes cliniques Chez l adulte et l enfant Incubation : 16j [14-21] Asymptomatique dans 50% des cas Fièvre modérée ( ), Adénopathiesoccipitaleset rétromastoïdiennes, arthralgies, Éruption(rash) faite de petites macules rose pâle (parfois atypique) Guérison sans séquelles en quelques jours Rares purpuras thrombopéniques, encéphalites aiguës (1/10000)

40 Eruptions rubéoliformes Petits éléments maculeux rose pâle, débute classiquement à la tête, puis se généralise et disparaît en 3 jours

41 Diagnostic Biologique - Rubéole Diagnostic indirect: Recherche des IgM et IgG Diagnostic direct: Amplification génique Contexte: Plutôt dans un contexte d infection congénitale Prévention: vaccination (ROR)

42 Prévention par vaccination Vaccin trivalent: ROR (rougeole / oreillon / rubéole) Rubéole: souche RA 27/3 atténuée Rougeole: souche Schwarz atténuée Oreillons: souche Urabe AM-9 Adm 1ere dose à12 mois Adm 2ème dose entre3 et 6 ans La seconde vaccination ne constitue pas un rappel car l immunisation acquise lors de la 1ère injection est de longue durée mais un rattrapage pour les enfants n ayant pas répondu à la première vaccination. Rattrapage: ans, enfants n ayant pas été vaccinés

43 PARVOVIRIDAE Parvovirus B19

44 Parvovirus B19 Fiche Signalétique: Famille:Parvoviridae Genre: Erythrovirus Espèce:Parvovirus B19 Acide nucléique: ADN monocaténaire linéaire (5,5 kb) Capside icosaédrique Non Enveloppé Diamètre du virion: nm

45 Epidémiologie Modes de transmission: virus ubiquitaire voie respiratoire: par contact direct entre les personnes voie indirecte: objets contaminés transmission in utero dans 1/3 des cas; mortalité fœtale estimée à 9% contamination transfusionnelle 60 à 80% des adultes présentent des anticorps. Physiopathologie: Affinité élective pour les précurseurs érythroïdes(erythroblastes)

46 Pouvoir Pathogène Manif. Inapparentes: la plupart du temps Manifestations cliniques liées à l apparition des anticorps (éruption, arthrites, ) Manifestations Cutanées: Mégalérythème épidémique ENFANT (5ème maladie) Eruption congestive épidémique, aspect en aile de papillon (2 joues) 1 à 4 jours après, propagation au tronc et aux membres. Disparition du rash entre 5 et 9 jours; atteintes articulaires rares <10%.

47 Mégalérythème épidémique

48 Pouvoir Pathogène Autres manifestations Manif. Articulaires: plus fréquentes chez les femmes Polyarthrites peu sévères (adultes) Petites articulations touchées en premier Amélioration entre 2 et 3 semaines Manif. Hématologiques Crises d érythroblastopénie, Hémolyse constit. (drépanocytose, β-thalassémie, sphérocytose) Anémies chroniques, ID Atteinte fœtale:anasarque foetoplacentaire (oedèmes généralisés sous-cutanés et viscéraux) anémies, myocardites

49 Diagnostic 1ere intention: Indirect: Recherche des IgM et IgG (ELISA) Diagnostic: rashs arthralgies crises d érythroblastopénie Direct: Recherche du génome viral (Amplification) Diagnostic: crises d érythroblastopénie anémies chroniques anémies foetales

50 Poxvirus Fiche Signalétique: Famille: Poxviridae Espèces: Poxvirus Virus de la variole Virus de la vaccine Virus du nodule du trayeur Virus du molluscum contagiosum

51 Evolution de l éruption J1 J3 J5 J8

52 Molluscum contagiosum

53 Fiche Signalétique: HHV-6 et HHV-7 Sous-famille: Betaherpesvirinae Acide nucléique: ADN bicaténaire linéaire (167 et 147 kb) Capside icosaédrique Enveloppé Diamètre du virion: 150 à 200 nm Tégument entre la capside et la membrane Cellules cibles: lymphocytes T CD4+, monocytes macrophages

54 HHV-6 et HHV-7 Epidémiologie: HHV-6 HHV-7 Virus ubiquitaire Oui Oui Prévalence dans la population générale 90% 90% Transmission Age de la séroconversion Salive Materno-fœtale Greffe d organe 1ère enfance (6 mois-2 ans) Salive 1ère enfance (1-3ans)

55 HHV-6 et HHV-7 Pouvoir pathogène: Stade de l infection HHV-6 HHV-7 Primo-infection Ré-infection (après réactivation) principalement chez l ID Réinfections chroniques Exanthème subit Fièvre (+/-convulsions) Hépatite aiguë Syndrome mononucléosique Thrombopénie, pancytopénie Lymphadénopathie prolongée Aplasie médullaire Fièvre, leucopénie, éruptions cutanées Pneumopathie, rétinite, hépatite, retard de prise de greffe de moelle Rejet du greffon? Cofacteur d évolution vers le SIDA? Cofacteur de sclérose en plaque? Exanthème subit? Fièvre avec éruption? Syndrome mononucléosique? Pityriasis rosé de Gibert? Potentialisation de la maladie à CMV? Pityriasis rosé de Gibert?

56 Diagnostic: HHV-6 et HHV-7 Direct: à privilégier Amplification génique: sensible et spécifique Quantitatif +++ Indirect: réactions croisée fréquentes entre les deux Traitement: Foscarnet Ganciclovir Cidofovir

Infections virales materno-foetales. Infections congénitales

Infections virales materno-foetales. Infections congénitales Infections virales materno-foetales Infections congénitales Le virus de la rubéole Famille : Togaviridae Genre : Rubivirus Espèce : Rubella virus Génome ARNsb(+) Capside icosaédrique 60-70 nm Virus enveloppé

Plus en détail

Interactions hôte agent infectieux. Herpesvirus. Ganglion du nerf trijumeau Ganglions sacrés Ganglions rachidiens et des paires crâniennes

Interactions hôte agent infectieux. Herpesvirus. Ganglion du nerf trijumeau Ganglions sacrés Ganglions rachidiens et des paires crâniennes La famille des Herpesviridae comporte une centaine d espèces virales dont 8 sont responsables d infections strictement humaines : HSV-1 et -2, VZV, CMV, HHV6, EBV, HHV7 et HHV8. Ce sont des virus enveloppés

Plus en détail

Pharmacologie des principaux anti-herpétiques et pharmacothérapie des infections à virus herpes

Pharmacologie des principaux anti-herpétiques et pharmacothérapie des infections à virus herpes Pharmacologie des principaux anti-herpétiques et pharmacothérapie des infections à virus herpes préparé par F. Van Bambeke Antiherpétiques - année 2006 1 Propriétes du foscarnet inhibiteur de l AD polymérase

Plus en détail

VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV)

VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) 1 1 GENERALITES 2 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE 2 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE 2 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE

Plus en détail

RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE

RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE... 1 1 GENERALITES... 2 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE... 2 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE... 2 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE...

Plus en détail

CYTOMEGALOVIRUS (CMV)

CYTOMEGALOVIRUS (CMV) CYTOMEGALOVIRUS (CMV) Ce document concerne l'évaluation des risques biologique en milieu de soins. Il est complémentaire du guide EFICATT de l'inrs et a été élaboré puis validé par des médecins du travail

Plus en détail

Antiviraux. Les substances utilisées sont des analogues des nucléosides : elles bloquent la synthèse des acides nucléiques.

Antiviraux. Les substances utilisées sont des analogues des nucléosides : elles bloquent la synthèse des acides nucléiques. Antiviraux I. Généralités Médicaments anti-infectieux utilisés dans la prévention / le traitement de maladies virales : - hépatites virales chroniques - infections à herpesvirus (herpes cutané, génital,

Plus en détail

Module 7 - Edition 2006 - Item 94 page 1 Copyright CMIT ITEM N 94 : MALADIES ERUPTIVES DE L ENFANT LES OBJECTIFS TERMINAUX

Module 7 - Edition 2006 - Item 94 page 1 Copyright CMIT ITEM N 94 : MALADIES ERUPTIVES DE L ENFANT LES OBJECTIFS TERMINAUX Module 7 - Edition 2006 - Item 94 page 1 ITEM N 94 : MALADIES ERUPTIVES DE L ENFANT LES OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer et distinguer une rougeole, une rubéole, un herpès, un mégalérythème épidémique,

Plus en détail

UE : MIC 212 Enseignant : Pr Koulla Sinata/Dr Francois-Xavier MBOPI KEOU Cible : Etudiants de niveau L3 des filières médicales.

UE : MIC 212 Enseignant : Pr Koulla Sinata/Dr Francois-Xavier MBOPI KEOU Cible : Etudiants de niveau L3 des filières médicales. TITRE : TOGAVIRIDAE : LE VIRUS DE LA RUBEOLE Enseignant : Pr Koulla Sinata/Dr Francois-Xavier MBOPI KEOU A la fin du cours, l étudiant doit être capable de : Définir les caracteristiques virologiques,

Plus en détail

Diagnostic des méningites et encéphalites virales. DCEM1 2008-2009 Diane Descamps, Thomas Mourez, Bénédicte Roquebert

Diagnostic des méningites et encéphalites virales. DCEM1 2008-2009 Diane Descamps, Thomas Mourez, Bénédicte Roquebert Diagnostic des méningites et encéphalites virales DCEM1 2008-2009 Diane Descamps, Thomas Mourez, Bénédicte Roquebert Méningites virales Syndrome méningé: inflammation strictement limitée aux méninges LCR

Plus en détail

Place de la virologie dans la prise en charge des méningo-encéphalites

Place de la virologie dans la prise en charge des méningo-encéphalites Place de la virologie dans la prise en charge des méningo-encéphalites DUACAI Anne Goffard Université Lille 2 Droit et Santé Faculté des Sciences Pharmaceutiques et Biologiques de Lille 1.2 Table des matières

Plus en détail

Varicelle et grossesse

Varicelle et grossesse CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Varicelle et grossesse Atelier Siemens, Mai 2013 L. Grangeot-Keros, Centre National des Infections rubéoleuses materno-fœtales Hôpital Paul Brousse, Villejuif

Plus en détail

Durée de la maladie L influenza dure en général de deux à sept jours, mais la toux et la fatigue peuvent persister plus de deux semaines.

Durée de la maladie L influenza dure en général de deux à sept jours, mais la toux et la fatigue peuvent persister plus de deux semaines. INFLUENZA INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition L influenza est une infection virale aiguë saisonnière très contagieuse, qui peut être prévenue annuellement par la vaccination. La maladie est causée par le

Plus en détail

généralités Infections à Herpès virus généralités généralités généralités Virus:

généralités Infections à Herpès virus généralités généralités généralités Virus: généralités Infections à Herpès virus Virus: S. Nguyen 03/2005 multiplication intracellulaire taille: nanomètre pls composants: -acide nucléique (ADN, ARN) -capside -enveloppe ou non généralités herpès

Plus en détail

VERS UN VACCIN CONTRE LE CYTOMÉGALOVIRUS LE POINT EN 2010. S. Alain

VERS UN VACCIN CONTRE LE CYTOMÉGALOVIRUS LE POINT EN 2010. S. Alain VERS UN VACCIN CONTRE LE CYTOMÉGALOVIRUS LE POINT EN 2010 S. Alain Le Cytomégalovirus (CMV) Famille des Herpesviridae Persiste sous forme latente après la primoinfection Spécificité d hôte étroite : HCMV

Plus en détail

Date d application : 09/09/2008 Approbateur(s) Dr V Gandemer, Responsable d Unité. N de version du document : 1 Gestionnaire : N.

Date d application : 09/09/2008 Approbateur(s) Dr V Gandemer, Responsable d Unité. N de version du document : 1 Gestionnaire : N. Unité d onco-hématologie pédiatrique IT 3.3.2.9 version n 1 page 1/7 Unité d onco-hématologie pédiatrique Prendre en charge des infections virales autres que le CMV chez le patient greffé Codification

Plus en détail

TP DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE

TP DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE TP DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE 1 - DIAGNOSTIC DIRECT : le virus ou un de ses constituants Virus: Microscopie électronique Antigène viral : - immunofluorescence - immunochromatographie - ELISa en plaque ADN

Plus en détail

Structure virions : 20-30 nm diamètre. ARNmc, linéaire, non segmenté, ARN+. Capside icosaédrique, non enveloppés. Entérovirus

Structure virions : 20-30 nm diamètre. ARNmc, linéaire, non segmenté, ARN+. Capside icosaédrique, non enveloppés. Entérovirus Picornaviridae Entérovirus, hépatovirus (VHA) et Parechovirus. Structure virions : 20-30 nm diamètre. ARNmc, linéaire, non segmenté, ARN+. Capside icosaédrique, non enveloppés. Poliovirus Physiopat Vaccin

Plus en détail

Module 7 - Edition 2008 - Item 84 page 1 Copyright CMIT ITEM N 84 : INFECTIONS A HERPES VIRUS DE L ENFANT ET DE L ADULTE IMMUNOCOMPETENTS

Module 7 - Edition 2008 - Item 84 page 1 Copyright CMIT ITEM N 84 : INFECTIONS A HERPES VIRUS DE L ENFANT ET DE L ADULTE IMMUNOCOMPETENTS Module 7 - Edition 2008 - Item 84 page 1 ITEM N 84 : INFECTIONS A HERPES VIRUS DE L ENFANT ET DE L ADULTE IMMUNOCOMPETENTS OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer et traiter une poussée d herpès cutané et

Plus en détail

Module 7 - Edition 2008 - Item 20 page 1 Copyright CMIT ITEM N 20 : PREVENTION DES RISQUES FŒTAUX : INFECTION, (MEDICAMENTS, TOXIQUES, IRRADIATION)

Module 7 - Edition 2008 - Item 20 page 1 Copyright CMIT ITEM N 20 : PREVENTION DES RISQUES FŒTAUX : INFECTION, (MEDICAMENTS, TOXIQUES, IRRADIATION) Module 7 - Edition 2008 - Item 20 page 1 ITEM N 20 : DES RISQUES FŒTAUX : INFECTION, (MEDICAMENTS, TOXIQUES, IRRADIATION) OBJECTIFS TERMINAUX I. Expliquer les éléments de prévention vis-à-vis des infections

Plus en détail

Infections à Herpesviridae

Infections à Herpesviridae Les herpès virus comprennent le groupe HSV (HSV-1, HSV-2), le virus de la varicelle et du zona (VZV), le virus de la mononucléose infectieuse (EBV), le cytomégalovirus (CMV), l HHV-6, l HHV-7 et l HHV-8.

Plus en détail

Infections materno-fœtales Interprétation des sérologies maternelles CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales

Infections materno-fœtales Interprétation des sérologies maternelles CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Infections materno-fœtales Interprétation des sérologies maternelles CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Christelle VAULOUP-FELLOUS Service de Virologie, Hôpitaux Universitaires Paris-Sud Faculté

Plus en détail

Ces éruptions de l enfant que l on rencontre aussi chez l adulte

Ces éruptions de l enfant que l on rencontre aussi chez l adulte 12 èmes Rendez-Vous de l Urgence Jeudi 26 novembre 2009 Ces éruptions de l enfant que l on rencontre aussi chez l adulte ou La guerre des boutons Dr Laurent CROCE Praticien Contractuel Urgences Médicales

Plus en détail

12/ Infections chez la femme enceinte

12/ Infections chez la femme enceinte SEMESTRE 3 UE 2.5.S3 Processus inflammatoires et infectieux 12/ Infections chez la femme enceinte Mêmes infections que dans population non obstétricale Bactériennes: infections urinaires, syphilis, streptocoque

Plus en détail

Varicelle. Cause : Épidémiologie :

Varicelle. Cause : Épidémiologie : Varicelle La varicelle classique sous sa forme de maladie infantile éruptive fréquente, en milieu tempéré, touche plus tardivement l'adulte en milieu tropical où elle est tout aussi caractérisée par sa

Plus en détail

Dr Laurence Lachaud, laurence.lachaud@univ montp1.fr MIE, année 2012 2013

Dr Laurence Lachaud, laurence.lachaud@univ montp1.fr MIE, année 2012 2013 MIE 20. Diagnostic et suivi des infections per placentaires (pathologie congénitale) et du per partum (infection néonatale): le bon usage des examens biologiques. I. OBJECTIFS Items ENC concernés : Item

Plus en détail

Varicelle et grossesse

Varicelle et grossesse Varicelle et grossesse Professeur Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 Hôpital Femme Mère Enfant Bron Président du Comité technique des vaccinations Réseau Mater Sud Est- Lyon 24 novembre 2009

Plus en détail

La rougeole : La vaccination pour vaincre le retour

La rougeole : La vaccination pour vaincre le retour La rougeole : La vaccination pour vaincre le retour Centre International de Vaccination Service Universitaire de Maladies Infectieuses et du voyageur XVIII ème Journée Régionale de Pathologie Infectieuse

Plus en détail

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques?

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? Dr C. ZANDOTTI Laboratoire de Virologie du Pr D. Raoult CHU Timone, Marseille. Virus herpes simplex (HSV) Virus strictement humain,

Plus en détail

AIH Infections virales respiratoires. AIH Infections virales respiratoires

AIH Infections virales respiratoires. AIH Infections virales respiratoires 02/03/15 SINNIG Lucas L2 CR : Victor Chabbert AIH Pr Antoine Nougairede 14 pages AIH Infections virales respiratoires Plan : A. Généralités sur les virus respiratoires I. Infections virales II. Les modes

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE PATIENTE antigène HBs + PENDANT LA GROSSESSE

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE PATIENTE antigène HBs + PENDANT LA GROSSESSE Communauté Périnatale de l Agglomération Versaillaise Association Loi 1901 n 0784014641 29 rue de Versailles 78150 Le Chesnay Tel : 01 39 43 12 04 Web : www.nat78.com email: cpav@medical78.com CONDUITE

Plus en détail

Au sein de la famille des Herpesviridae il y a trois sous familles : les Alphaherpesvirinae, les Betaherpesvirinae et les Gammaherpesvirinae.

Au sein de la famille des Herpesviridae il y a trois sous familles : les Alphaherpesvirinae, les Betaherpesvirinae et les Gammaherpesvirinae. 16/03/2015 OCANA Marine L2 (CR : Hamza Berguigua) AIH Pr A.Nougairede 20 pages Herpesviridae Plan : A) Classification des herpesvirus humains B) Les différentes infections virales I. Par les Alphaherpesvirinae

Plus en détail

Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance?

Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance? Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance? Dr Elisabeth Elefant, Dr Catherine Vauzelle Centre de Référence sur les Agents Tératogènes (CRAT) Hôpital Armand Trousseau, Paris www.lecrat.org

Plus en détail

Virus et grossesse. Annie Standaert et Anne Goffard Université Lille 2 Droit et Santé Faculté des Sciences Pharmaceutiques et Biologiques de Lille

Virus et grossesse. Annie Standaert et Anne Goffard Université Lille 2 Droit et Santé Faculté des Sciences Pharmaceutiques et Biologiques de Lille Virus et grossesse 5A Annie Standaert et Anne Goffard Université Lille 2 Droit et Santé Faculté des Sciences Pharmaceutiques et Biologiques de Lille 2014 2.0 Table des matières I - Exercice : Dossier clinique

Plus en détail

HERPES : GROSSESSE ET NOUVEAU-NE

HERPES : GROSSESSE ET NOUVEAU-NE Page 1 sur 7 Mots-clés : Herpès ; nouveau-né ; grossesse Nom Fonction Date Signature Rédaction E BOEZ PH CH Roubaix Avril 08 Validation GEN NPDC PENDANT LA GROSSESSE A) DIAGNOSTIC Le diagnostic repose

Plus en détail

Les Infections sexuellement transmissibles. Morgane Fève

Les Infections sexuellement transmissibles. Morgane Fève Les Infections sexuellement transmissibles Morgane Fève Définition IST maladies infectieuses transmises d'un individu à l'autre exclusivement lors des rapports sexuels. Les principales IST Virales VIH

Plus en détail

Syndromes mononucléosiques (SMN)

Syndromes mononucléosiques (SMN) Syndromes mononucléosiques (SMN) Présence dans le sang de grands lymphocytes polymorphes à cytoplasme hyperbasophile. L affection principale de ce syndrome est la mononucléose infectieuse à EBV. 1 Diagnostic

Plus en détail

DIPHTÉRIE - TÉTANOS - POLIOMYÉLITE* Vacci mains

DIPHTÉRIE - TÉTANOS - POLIOMYÉLITE* Vacci mains DIPHTÉRIE - TÉTANOS - POLIOMYÉLITE* Vacci mains Se faire vacciner, se laver les mains : 2 gestes essentiels pour lutter contre les maladies infectieuses. C est décidé, je vais sauver le monde!...commence

Plus en détail

Infections à herpès virus de l enfant et de l adulte immunocompétent

Infections à herpès virus de l enfant et de l adulte immunocompétent Examen National Classant Module transdisciplinaire 7 : Santé, environnement, maladies transmissibles Infections à herpès virus de l enfant et de l adulte immunocompétent Varicelle et zona C. BEYLOT (Bordeaux),

Plus en détail

La maladie de carré chez le chien. Maladie de carré (chiens, furets ) : sources et espèces cibles. 1.1 Espèces cibles de la maladie de carré

La maladie de carré chez le chien. Maladie de carré (chiens, furets ) : sources et espèces cibles. 1.1 Espèces cibles de la maladie de carré La maladie de carré chez le chien 1 Maladie de carré (chiens, furets ) : sources et espèces cibles 11 Espèces cibles de la maladie de carré 12 Maladie de carré chez le chat 13 Maladie de carré chez l homme

Plus en détail

PHARYNGO-AMYGDALITE VIRALE

PHARYNGO-AMYGDALITE VIRALE MALADIES INFECTIEUSES PHARYNGO-AMYGDALITE VIRALE PHARYNGO-AMYGDALITE VIRALE INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition La pharyngo-amygdalite virale consiste en une angine (mal de gorge) causée par différents virus

Plus en détail

La varicelle à l hôpital, c est si grave? Forum HPCI du 08.03.2011. Isabelle Federli, Inf. HPCI, CHUV

La varicelle à l hôpital, c est si grave? Forum HPCI du 08.03.2011. Isabelle Federli, Inf. HPCI, CHUV La varicelle à l hôpital, c est si grave? Forum HPCI du 08.03.2011 Isabelle Federli, Inf. HPCI, CHUV Varicelle Infantile Commune Très contagieuse La plupart du temps bénigne 2 Pathogène Varicellazostervirus

Plus en détail

La varicelle et le zona sont dus au même virus. La varicelle est le plus souvent bénigne et touche les enfants. Le zona peut se compliquer de

La varicelle et le zona sont dus au même virus. La varicelle est le plus souvent bénigne et touche les enfants. Le zona peut se compliquer de La varicelle et le zona sont dus au même virus. La varicelle est le plus souvent bénigne et touche les enfants. Le zona peut se compliquer de douleurs rebelles et sa fréquence augmente avec l âge après

Plus en détail

Diagnostic Virologique du VIH

Diagnostic Virologique du VIH Diagnostic Virologique du VIH Pr S. Fafi-Kremer Institut de Virologie, CHU de Strasbourg Séminaire de Formation Jeudi 14 Novembre 2013 1 Objectifs Comprendre la cinétique des marqueurs de l infection par

Plus en détail

L herpès est une maladie très répandue puisqu elle touche plus de 10 millions de personnes. Elle est en augmentation car de nombreuses personnes

L herpès est une maladie très répandue puisqu elle touche plus de 10 millions de personnes. Elle est en augmentation car de nombreuses personnes L herpès est une maladie très répandue puisqu elle touche plus de 10 millions de personnes. Elle est en augmentation car de nombreuses personnes ignorent qu elles sont porteuses et transmettent le virus

Plus en détail

Item 20 : Prévention des risques fœtaux : infection, médicaments, toxiques, irradiation

Item 20 : Prévention des risques fœtaux : infection, médicaments, toxiques, irradiation Item 20 : Prévention des risques fœtaux : infection, médicaments, toxiques, irradiation Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Toxoplasmose (Chap. 124, Chap. 108,

Plus en détail

Maladies virales. Chapitre 5: alphabétique. image. causes. lésions élémentaires. page: 83

Maladies virales. Chapitre 5: alphabétique. image. causes. lésions élémentaires. page: 83 Chapitre 5: Maladies virales page: 83 Maladies virales Groupe des herpès virus page: 84 5.1 Groupe des herpès virus Macule érythémateuse; Vésicules Herpès de type I Herpès du visage Vésicules multiples

Plus en détail

Explications des réponses

Explications des réponses Explications des réponses Explications des réponses Question 1 : Un vaccin, c est... (information adaptée de l ouvrage Avoir la piqûre pour la santé de votre enfant, 3e édition, page 10) La vaccination

Plus en détail

Dermatologie buccale

Dermatologie buccale Dermatologie buccale Florian BOUAZIZ AHU, Hôpital Bretonneau/Paris. Sophie-Myriam DRIDI MCU/PH, groupes hospitaliers Albert Chenevier/Créteil, Bretonneau/Paris. Anne-Laure EJEIL MCU/PH, Hôpital Bretonneau/Paris.

Plus en détail

Varicelle et grossesse

Varicelle et grossesse Varicelle et grossesse Dr Marie-Aliette DOMMERGUES Pédiatre, CHV-André Mignot Le 8 octobre 2009 Varicelle et grossesse Varicelle et grossesse Probabilité de survenue d une varicelle en cours de grossesse:

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 1 1. Adultes et enfants de plus d un an La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

Vaccinations et grossesse. C.Chatelet

Vaccinations et grossesse. C.Chatelet Vaccinations et grossesse C.Chatelet L Idéal en préconceptionnel S assurer vaccinations réglementaires. Vacciner patientes à risques hépatites A, B et pneumocoques. Vacciner les «voyageurs potentiels»,

Plus en détail

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH)

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Infection par le Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Le virus de l immunodéficience humaine, le VIH, est responsable du syndrome de l'immunodéficience acquise, le sida. Une personne est séropositive

Plus en détail

La virologie générale et médicale

La virologie générale et médicale 11/02/2015 (11h12h) BUJON Solène L2 (CR : Hamza Berguigua) AIH Pr de Lamballerie 10 pages La virologie générale et médicale Plan A. Structure des virus cycle I. Définition d un virus II. Les constituants

Plus en détail

Vaccin contre les HPV

Vaccin contre les HPV Vaccin contre les HPV EPIDEMIOLOGIE Les infections à HPV sont responsables des IST (Infections Sexuellement Transmissibles) les plus fréquentes (estimation des personnes contaminées comprise entre 10 et

Plus en détail

Item 152: candida, dermatophytes

Item 152: candida, dermatophytes Item 87 Item 152: candida, dermatophytes Facteur favorisant (DB, macération, obésité, défaut d hygiène) à rechercher et à traiter Candida: pathogène peau; saprophyte muqueuse Enduit blanchâtre, détachable,

Plus en détail

LES VACCINS CONTRE LA ROUGEOLE, LES OREILLONS ET LA RUBEOLE (ROR)

LES VACCINS CONTRE LA ROUGEOLE, LES OREILLONS ET LA RUBEOLE (ROR) Le Point sur : LES VACCINS CONTRE LA ROUGEOLE, LES OREILLONS ET LA RUBEOLE (ROR) 83 Le Point sur LES VACCINS CONTRE LA ROUGEOLE, LES OREILLONS ET LA RUBEOLE (ROR) Albert Darque*, Nathalie Martin*, Sophie

Plus en détail

> Passeport pour la santé

> Passeport pour la santé SAATCHI & SAATCHI - PHOTOS : GETTY IMAGES - 313-06344-B - Août 2006 > Passeport pour la santé Le guide calendrier vaccinal des adolescents et des adultes Mis à jour au 1 er août 2006 2 3 Sommaire Vaccins

Plus en détail

FIEVRE CHEZ L ENFANT Du symptôme a la décision. Dr FERNANE.A Hôpital André Grégoire Montreuil

FIEVRE CHEZ L ENFANT Du symptôme a la décision. Dr FERNANE.A Hôpital André Grégoire Montreuil FIEVRE CHEZ L ENFANT Du symptôme a la décision Dr FERNANE.A Hôpital André Grégoire Montreuil Définition : Fièvre =Température rectale > 38 c (déréglage du point d équilibre thermique au niveau Hypothalamus)

Plus en détail

Vaccination et Grossesse. Professeur Cheikh A Tidiane CISSE

Vaccination et Grossesse. Professeur Cheikh A Tidiane CISSE Vaccination et Grossesse Professeur Cheikh A Tidiane CISSE Objectifs 1-Enoncer la problématique de la vaccination au cours de la période gravido-puerpérale 2-Citer les 4 groupes de vaccins définis à partir

Plus en détail

L Herpesvirose canine

L Herpesvirose canine L Herpesvirose canine par Alain FONTBONNE Dr Vétérinaire, PhD, Diplo. ECAR Chef du service de Reproduction Animale à l Ecole Nationale Vétérinaire d Alfort L herpesvirose canine (CVH pour Canine Herpes

Plus en détail

La rubéole au cours de la grossesse risques et prise en charge

La rubéole au cours de la grossesse risques et prise en charge 24 ème CONGRES NATIONAL D INFECTIOLOGIE 17-19 Avril 2014 La rubéole au cours de la grossesse risques et prise en charge Dr Naila Hannachi Ben Sayah Laboratoire de Microbiologie Faculté de Médecine de Sousse

Plus en détail

VIRUS de la GRIPPE SOMMAIRE

VIRUS de la GRIPPE SOMMAIRE VIRUS de la GRIPPE Ce document concerne l'évaluation des risques biologique en milieu de soins. Il est complémentaire du guide EFICATT de l'inrs et a été élaboré puis validé par des médecins du travail

Plus en détail

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE (*) Introduction Définition : SYSTEME IMMUNITAIRE (SI) : C est un ensemble d organes, de cellules et de tissus dont la fonction est la défense du corps humain, c est à dire le

Plus en détail

Le thème de ce dix-huitième

Le thème de ce dix-huitième TD 201 Prévention des infections transmises de la mère à l enfant 18 e colloque sur le Contrôle épidémiologique des maladies infectieuses Paris, 15 mars 2013 en résumé AUTEURS : M.C. Bayeux-Dunglas, V.

Plus en détail

La diarrhée virale bovine ou maladie des muqueuses. Peyrat de Bellac Mardi 5 novembre 2013

La diarrhée virale bovine ou maladie des muqueuses. Peyrat de Bellac Mardi 5 novembre 2013 maladie des muqueuses Peyrat de Bellac Mardi 5 novembre 2013 Maladie du siècle dernier!!! Années 1990 => diarrhées néonatales, avortements etc Vaccination plus ou moins systématique => diminution puis

Plus en détail

Fiche cours 17 : Les infections à Herpes Virus

Fiche cours 17 : Les infections à Herpes Virus Fiche cours 17 : Les infections à Herpes Virus I.Généralités: Il existe 3 sous familles d herpès virus : Sous famille Espèce Alpha-herpesvirinae Herpès simplex type 1 HHV1 Herpès simplex type 2 Varicelle-Zona

Plus en détail

GRIPPE SAISONNIÈRE - FOIRE AUX QUESTIONS

GRIPPE SAISONNIÈRE - FOIRE AUX QUESTIONS GRIPPE SAISONNIÈRE - FOIRE AUX QUESTIONS 1. Qu est-ce que la grippe? 2. Comment se transmet la grippe? 3. Combien de temps une personne infectée est-elle contagieuse? 4. Quels sont les symptômes de la

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE N 2 HERPES ET GROSSESSE ASSOCIATION HERPES. Agissons contre l herpès

GUIDE PRATIQUE N 2 HERPES ET GROSSESSE ASSOCIATION HERPES. Agissons contre l herpès GUIDE PRATIQUE N 2 HERPES ET GROSSESSE ASSOCIATION HERPES Agissons contre l herpès L herpès est une m En France, on estime qu'environ 10 millions de personnes sont porteuses du virus de l'herpès à des

Plus en détail

Guide pratique. Collectivités. de jeunes enfants et maladies. infectieuses. Société Française de Pédiatrie

Guide pratique. Collectivités. de jeunes enfants et maladies. infectieuses. Société Française de Pédiatrie Guide pratique Collectivités de jeunes enfants et maladies infectieuses Société Française de Pédiatrie Avant-propos Ce guide est le fruit d une collaboration entre la Direction générale de la santé, la

Plus en détail

L'Herpès. La pathologie herpétique se traduit par deux choses: une primo infection et des récurrences

L'Herpès. La pathologie herpétique se traduit par deux choses: une primo infection et des récurrences L'Herpès Une fois que l'on est contaminé on ne s'en débarrasse jamais. C'est une pathologie récurrente la transmission se fait par les sécrétions salivaires et vaginales il y a 2 types d'herpès: HSV1 et

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE DE CIRCULATION DU VIRUS A(H1N1)v Ces recommandations sont justifiées par la circulation sporadique et modérée des virus grippaux

Plus en détail

DERMATOQUIZZ JUMGA 2010. Dr Anne-Sophie Marchesseau-Merlin

DERMATOQUIZZ JUMGA 2010. Dr Anne-Sophie Marchesseau-Merlin DERMATOQUIZZ JUMGA 2010 Dr Anne-Sophie Marchesseau-Merlin Cas 1 A-Syndrome de Gianotti- Crosti B-Psoriasis C-Purpura rhumatoide Cas 1 A-Syndrome de Gianotti- Crosti B-Psoriasis C-Purpura rhumatoide Acrodermatite

Plus en détail

Grippe A (H1N1) 2009 Aspects cliniques et thérapeutiques

Grippe A (H1N1) 2009 Aspects cliniques et thérapeutiques Journée d information des professionnels de l urgence 30 septembre 2009 Grippe A (H1N1) 2009 Aspects cliniques et thérapeutiques Pr Marie-Caroline Meyohas Université Pierre et Marie Curie (Paris VI) Hôpital

Plus en détail

Méningites. Définition. Clinique. Définition. Clinique. Clinique

Méningites. Définition. Clinique. Définition. Clinique. Clinique Méningites Définition Inflammation des méninges, les 3 membranes qui recouvrent le cerveau et la moelle épinière 1- définition 2- démarche diagnostique : PL 3- méningites bactériennes 4- méningites virales

Plus en détail

1 La Grippe en questions

1 La Grippe en questions 1 La Grippe en questions Qu est ce que la grippe? Que sont les virus grippaux? La grippe est une infection virale respiratoire aiguë contagieuse. Les virus grippaux se répartissent entre différents types

Plus en détail

16/ Infections chez l enfant

16/ Infections chez l enfant SEMESTRE 3 UE 2.5.S3 Processus inflammatoires et infectieux 16/ Infections chez l enfant I. Epidémiologie des maladies infectieuses en pédiatrie Mortalité infantile aux USA, 1870-1900 Enfant < 5 ans =

Plus en détail

MONOGRAPHIE DE PRODUIT. ProQuad. (Vaccin à virus vivants contre la rougeole, les oreillons, la rubéole et la varicelle)

MONOGRAPHIE DE PRODUIT. ProQuad. (Vaccin à virus vivants contre la rougeole, les oreillons, la rubéole et la varicelle) MONOGRAPHIE DE PRODUIT ProQuad (Vaccin à virus vivants contre la rougeole, les oreillons, la rubéole et la varicelle) Poudre lyophilisée pour injection (0,5 ml/dose après la reconstitution) Agent d immunisation

Plus en détail

313-40011-B MIS À JOUR EN MARS 2011

313-40011-B MIS À JOUR EN MARS 2011 313-40011-B MIS À JOUR EN MARS 2011 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

LE CYTOMEGALOVIRUS S. ALAIN

LE CYTOMEGALOVIRUS S. ALAIN 1/12 LE CYTOMEGALOVIRUS S. ALAIN Introduction La famille des herpès virus regroupe de nombreux virus, certains bien connus du grand public, comme l herpès simplex, le virus de la varicelle et du zona ou

Plus en détail

Purpura thrombopénique idiopathique

Purpura thrombopénique idiopathique Purpura thrombopénique idiopathique I. Définition Le purpura thrombopénique idiopathique (PTI) ou purpura thrombopénique auto-immun est caractérisé par une diminution du chiffre des plaquettes circulantes

Plus en détail

Module 7 - Edition 2008 - Item 82 page 1 Copyright CMIT ITEM N 82 : GRIPPE OBJECTIFS TERMINAUX

Module 7 - Edition 2008 - Item 82 page 1 Copyright CMIT ITEM N 82 : GRIPPE OBJECTIFS TERMINAUX Module 7 - Edition 2008 - Item 82 page 1 ITEM N 82 : GRIPPE OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer une grippe II. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient INTRODUCTION - Maladie

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique Haut Conseil de la santé publique AVIS relatif à la fiche de recommandations pour la prescription d antiviraux en période d épidémie de saisonnière 12 novembre 2015 Le Haut Conseil de la santé publique

Plus en détail

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE SAISONNIERE 2015-2016 Dossier de presse

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE SAISONNIERE 2015-2016 Dossier de presse الجمهوريةالجزائريةالديمقراطيةالشعبية REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE وزارةالصحة, السكانوإصالحالمستشفيات MINISTERE DE LA SANTE, DE LA POPULATION ET DE LA REFORME HOSPITALIERE DIRECTION GENERALE

Plus en détail

Micro-organismes et voies de transmission. A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008

Micro-organismes et voies de transmission. A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008 Micro-organismes et voies de transmission A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008 1 Microorganismes / microbes / agents infectieux? Ce sont : Des bactéries Des virus Des parasites Des champignons: filamenteux

Plus en détail

ITEM 94 : MALADIES ERUPTIVES DE L ENFANT. CLINIQUE

ITEM 94 : MALADIES ERUPTIVES DE L ENFANT. CLINIQUE ITEM 94 : MALADIES ERUPTIVES DE L ENFANT. CLINIQUE Terrain Anamnèse Examen dermato Signes de gravité Signes associés - Enfant d âge scolaire - ATCD de maladie éruptive Vaccination à jour Carnet de santé

Plus en détail

Les méthodes de diagnostic en virologie

Les méthodes de diagnostic en virologie Les méthodes de diagnostic en virologie Pourquoi faire du diagnostic en virologie? Dons de sang, d organes et de tissus (dépistage obligatoire) Suivi biologique des infections (VIH, VHB, VHC) Mesures prophylactiques

Plus en détail

3. Calendrier vaccinal 2012. Tableaux synoptiques

3. Calendrier vaccinal 2012. Tableaux synoptiques 7 BEH -5 / 0 avril 0. Calendrier vaccinal 0. Tableaux synoptiques. Tableau des vaccinations recommandées chez les enfants et les adolescents en 0 Recommandations générales Rattrapage Populations particulières

Plus en détail

Infections à Herpes Simplex virus

Infections à Herpes Simplex virus CBP Infections à Herpes Simplex virus 1.0 ANNE GOFFARD UNIVERSITÉ LILLE 2 DROIT ET SANTÉ FACULTÉ DES SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES DE LILLE ANNE.GOFFARD@UNIV-LILLE2.FR 2012 Table des matières

Plus en détail

La grippe & autres infections respiratoires hivernales : tout ce qu il faut savoir!

La grippe & autres infections respiratoires hivernales : tout ce qu il faut savoir! La grippe & autres infections respiratoires hivernales : tout ce qu il faut savoir! Dr Anne Guinard, Cire Midi-Pyrénées Rencontre des représentants des usagers et des professionnels de santé de Midi-Pyrénées

Plus en détail

PERMALINK ACCESS TO PHD THESIS

PERMALINK ACCESS TO PHD THESIS UNIVERSITY OF DEFENSE : Université Claude Bernard, (Lyon, France). VetAgroSup (Marcy-l Etoile, Rhône) PhD Thesis, 2011 Cutaneous viral infections in dog ABSTRACT Many viral families cause of dermatitis

Plus en détail

Question n 1 : Vous travailliez en soins de longue durée et ce matin il vous est proposé de vous vacciner contre la grippe, que faites-vous?

Question n 1 : Vous travailliez en soins de longue durée et ce matin il vous est proposé de vous vacciner contre la grippe, que faites-vous? Question n 1 : Vous travailliez en soins de longue durée et ce matin il vous est proposé de vous vacciner contre la grippe, que faites-vous? Vous refusez à cause des effets secondaires Explications : En

Plus en détail

4- MODE DE CONTAMINATION

4- MODE DE CONTAMINATION PNEUMOCYSTOSE 1- DEFINITION La pneumocystose humaine est due à un microorganisme, cosmopolite, ubiquitaire, opportuniste, Pneumocystis jiroveci, se développant principalement dans les poumons de patients

Plus en détail

Manuel pratique à l attention des éleveurs

Manuel pratique à l attention des éleveurs Manuel pratique à l attention des éleveurs Infos et contact Allée des artisans 2 5590 ciney Tel : 083 / 23 05 15 - Fax : 083 / 23 05 16 www.arsia.be éditeur responsable : Jean Detiffe, Président de l Arsia

Plus en détail

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques 3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques La vaccination en cas d immunodépression présente certaines particularités qui justifient des recommandations

Plus en détail

Vaccins à tropisme respiratoire

Vaccins à tropisme respiratoire Vaccins à tropisme respiratoire Dr V BOISSERIE-LACROIX Vaccination antigrippale! Épidémiologie :! 30-40% des enfants! Taux d hospitalisation d 90-500/100 000! Risque lié à l âge (x 9

Plus en détail

Dissémination du SRAS Novembre 2002 Février 2003

Dissémination du SRAS Novembre 2002 Février 2003 SRAS: Aspects virologiques et prévention Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis Introduction ti SRAS = Syndrome Respiratoire Aigu Sévère = Pneumonie atypique sévère 1

Plus en détail

Gastroentérites virales, rougeole, oreillons

Gastroentérites virales, rougeole, oreillons AIH Gastroentérites virales, rougeole, oreillons 20/03/2015 TRABAUD Virginie L2 CR : Borg Manon AIH Pr. Ninove 32 pages Gastroentérites virales, rougeole, oreillons Plan : PARTIE 1 : VIRUS RESPONSABLES

Plus en détail

Vaccination des personnes âgées et cancer

Vaccination des personnes âgées et cancer Vaccination des personnes âgées et cancer Pr B de WAZIÈRES CHU Nîmes Haut conseil de la santé publique Comité technique des vaccinations ORIG OBSERVATOIRE DU RISQUE INFECTIEUX EN GERIATRIE SUBVENTION ET

Plus en détail

La varicelle Une maladie bénigne vous dites?

La varicelle Une maladie bénigne vous dites? La varicelle Une maladie bénigne vous dites? Denis Blais Inf. B.Sc. Clinique des maladies Infectieuses Hôpital Sainte-Justine 20 octobre 2004 réunion infirmière hémato-onco La varicelle: plan de la présentation

Plus en détail