PISA et sa réalisation en Suisse PISA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PISA et sa réalisation en Suisse PISA 2000-2003-2006"

Transcription

1 PISA.ch: ein gemeinsames Programm von Bund und Kantonen / un programme commun de la Confédération et des cantons / un programma comune della Confederazione e dei Cantoni PISA et sa réalisation en Suisse PISA Programme for International Student Assessment Programme International pour le Suivi des Acquis des élèves Mise à jour mars 2008 Direction nationale du programme PISA.ch Office fédéral de la statistique Espace de l Europe 10, CH-2010 Neuchâtel Tél , fax

2 OFS/CDIP PISA et leur réalisation en Suiss

3 PISA et leur réalisation en Suiss TABLE DES MATIERES 1 Quelques flashes de la presse Résultats de PISA Résultats de PISA Présentation du programme Les objectifs internationaux Les objectifs nationaux Un projet de nature politique Actions entreprises dans le domaine de l éducation en Suisse Analyse des résultats PISA Analyse des résultats PISA Les sujets de recherche Les domaines de test Le matériel de test Les cahiers de test Les questionnaires contextuels Les options sur le contenu Les tests dans les écoles 14 4 La population visée Les échantillons tirés en Suisse 14 5 Méthodes utilisées L assurance qualité 15 6 Les données et les analyses Les données internationales Les données suisses 16 7 L organisation en Suisse Le groupe de pilotage La direction nationale Les centres régionaux Le comité de coordination suisse Les responsables cantonaux Les experts suisses Les syndicats d enseignants 18 OFS/CDIP

4 PISA et leur réalisation en Suiss 8 L organisation internationale Le secrétariat de l OCDE Le conseil des pays participants Le consortium international Les groupes d experts Les rencontres des directeurs nationaux 18 9 Le financement Budget et financement international Budget et financement suisse 18 Annexe A Schéma de l organisation en Suisse 20 Annexe B Les principaux acteurs en Suisse 21 Annexe C Les principaux acteurs internationaux 25 Annexe D Les plans d échantillonnage 27 Annexe E Finances PISA Annexe F Finances PISA Annexe G Finances PISA Annexe H Les principales étapes d un cycle 36 Annexe I Les pays participants à PISA Annexe J Bibliographie 39 Annexe K Adresses 41 OFS/CDIP

5 PISA et sa réalisation en Suisse Préambule Le présent document a été élaboré dans le but d expliquer de manière assez détaillée le programme PISA au niveau international et sa réalisation en Suisse. Le lecteur y trouvera de nombreuses informations concernant le contenu des tests, les échantillons, les acteurs. Ce document donne des informations sur les trois cycles (PISA 2000, PISA 2003 et PISA 2006). La version informatique de ce document, à disposition sur le site internet du programme, est révisée régulièrement. D autres informations sont également disponibles sur le site 1 Quelques flashes de la presse 1.1 Résultats de PISA 2000 Schlechte Noten für Schweizer Schüler Schweizer Jugendliche sind nur Mittelmass Les élèves suisses peuvent et doivent faire beaucoup mieux! Leçon de modestie Lesekompetenz ist eine Frage der sozialen Herkunft En Suisse, un élève sur cinq sait à peine lire en fin de scolarité Scolari svizzeri non troppo brillanti Scuole svizzere verso il declino? Les résultats de la première enquête PISA, publiés début décembre 2001, ont fait l effet d une bombe dans les médias tout en provoquant une importante prise de conscience sur les compétences des jeunes vivant en Suisse. Prise de conscience surtout quant aux résultats des élèves en compréhension de la langue écrite puisque, selon les tests de PISA, la moyenne générale des élèves y est tout à fait modeste, que 20 % des élèves ont des compétences très minimales et que les élèves n étant pas nés en Suisse cumulent les handicaps malgré les mesures prises à leur égard. PISA mesurait aussi les compétences des jeunes en mathématiques et en sciences. Ces deux matières ayant été traitées de manière moins approfondie que la lecture (ce qui limitait les analyses plus fines), elles ont simplement été présentées en complément du thème central. 1.2 Résultats de PISA 2003 «Si riesce a far di conto ma si legge male» Les jeunes Suisses très bons en math «Wenig Angst vor Mathe» «Acquis scolaires : élèves suisses bien mieux classés en 2003» «Elles ont peur des maths» Les compétences en lecture et en sciences ont également été mesurées en tant que thèmes mineurs. Avec PISA 2003, la Suisse montre de très bonnes performances dans le domaine principal, les mathématiques. Les élèves suisses obtiennent une moyenne générale bien meilleure que la moyenne des pays de l OCDE. Sur 40 pays, seuls trois obtiennent des résultats significativement plus élevés que la Suisse : les élèves de Hong Kong-Chine, de la Finlande et de la Corée. La proportion des élèves fournissant d excellents résultats est élevée en Suisse ; celle fournissant de très faibles résultats est plus petite dans notre pays qu au sein de l OCDE. Dans la plupart des pays participants une différence de compétences entre les sexes est constatée en faveur des garçons dans le domaine des mathématiques. Cependant, si l on tient compte d éléments tels que l image de soi en mathématiques et l anxiété visà-vis des mathématiques, il s avère que si les filles avaient une attitude aussi positive en mathématiques que les garçons, elles obtiendraient des résultats aussi bons qu eux. Dans une perspective d apprentissage à la vie, la capacité de résoudre des problèmes est un élément clé que l OCDE a décidé de mesurer en Ce domaine d étude donne une mesure de la capacité à résoudre des problèmes complexes qui nécessitent par exemple de savoir raisonner de manière analytique et de prendre une décision. Presque deux tiers des élèves en Suisse (62 %) sont capables de résoudre de tels problèmes avec succès (OCDE 52 %). Un tiers des élèves ont des difficultés considérables avec de telles tâches ou ne peuvent résoudre que des problèmes très simples. Curieusement et à l inverse des mathématiques, les filles obtiennent des résultats semblables à ceux des garçons, et ce dans presque tous les pays ayant participé à l enquête. Les résultats les plus importants non seulement pour les comparaisons internationales mais aussi pour les comparaisons cantonales de PISA 2003 sont disponibles sur et sont énumérés par thèmes. 5

6 2 Présentation du programme 2.1 Les objectifs internationaux Les jeunes sont-ils prêts à affronter les défis de la vie professionnelle de demain? Nos futurs citoyens seront-ils à même de jouer leur rôle dans la société démocratique? Le Programme international de l OCDE pour le suivi des acquis des élèves (PISA) est une initiative concertée des pays de l OCDE qui vise à évaluer dans quelle mesure les jeunes adultes de 15 ans en fin de leur scolarité obligatoire sont préparés à relever les défis de la société de la connaissance. L évaluation est prospective. Elle ne se préoccupe pas des curriculum scolaires mais se concentre sur ce dont les jeunes de 15 ans auront besoin dans leur vie future, ce qu ils ont acquis et ce qu ils sont capables de tirer de leurs connaissances. Ce programme s inscrit dans l objectif général de l OCDE de mettre à disposition des pays des informations les aidant dans leurs décisions en matière d éducation. Les pays de l OCDE récoltent depuis de nombreuses années des informations sur la formation et les utilisent sous forme d indicateurs. Ces outils permettent déjà des analyses comparatives entre les pays membres. Le programme PISA permet cependant d élargir considérablement la palette des informations à disposition et de mieux comprendre le rôle des éléments systémiques sur le capital humain. Destiné en priorité aux décideurs politiques, le programme PISA concerne et intègre fortement les chercheurs scientifiques du monde de l éducation qui assurent la qualité des travaux à chaque étape du programme. 2.2 Les objectifs nationaux Quelles sont les compétences cognitives des jeunes en fin de scolarité? Sommes-nous bien situés dans les comparaisons internationales? Que faut-il modifier dans nos politiques de l éducation? La Suisse est partie prenante de l ensemble du programme de l OCDE et adhère entièrement aux buts de l enquête internationale. Elle participe activement au développement du programme. Participer activement à un tel projet, confronter nos résultats et nos problèmes sociaux et éducatifs avec ceux des autres pays, c est apprendre des autres et rechercher des solutions et des modèles toujours plus performants. La participation à une telle enquête est aussi, pour la Suisse, l occasion de développer une culture de l évaluation à l intérieur du pays qui permette de mieux évaluer le capital humain, d ouvrir le débat sur le rôle de l éducation scolaire et de mieux redéfinir les politiques touchant l éducation. L enquête de base est réalisée de manière identique dans tous les pays participants. Le projet international développe également des modules qui eux sont facultatifs, lors de chaque cycle. En Suisse, des équipes de recherche peuvent proposer également des thèmes de recherche complémentaires. Le groupe de pilotage de PISA.ch étudie chaque proposition de développement, qu il soit au niveau international ou national, et décide de sa réalisation dans le cadre du programme PISA. (Voir les détails pour chaque enquête sous et 3.3.2). 2.3 Un programme de nature politique Les décisions stratégiques en rapport avec PISA sont prises par les gouvernements des pays participants en tenant compte des informations des chercheurs associés au projet. Les mutations rapides qui se produisent dans l économie et dans la société ont amené les responsables politiques à s intéresser de plus près aux compétences, aux savoirs et aux aptitudes de la population. Le capital humain est à nouveau perçu comme un facteur déterminant de l innovation et de la compétitivité économique, et comme un élément nécessaire à l évolution harmonieuse de la société. C est dans ce contexte que se pose aujourd hui la question de l éducation et en particulier celle des coûts et des performances de notre système d éducation. PISA fournit un cadre nouveau au dialogue politique entre les pays de l OCDE et entre tous les pays participants, et constitue une base de coopération pour la définition et la réalisation d objectifs dans le domaine de l éducation. Les principales options stratégiques du programme sont prises par le Comité international, qui comprend un représentant du gouvernement de chaque pays participant, en règle générale le Ministre de l éducation (voir le chapitre 8). Les études réalisées sur la base de PISA aboutiront à des recommandations en vue d améliorer à moyen et à long terme les performances et l efficacité des systèmes d éducation. Bien des pays procèdent déjà à OFS/CDIP 6

7 des analyses régulières des compétences et des conduites d apprentissage des élèves. En Suisse, le concordat HarmoS (Harmonisation de la scolarité obligatoire) de la CDIP 1 est la première tentative d évaluation nationale. Les analyses internationales permettent d affiner et de compléter les études réalisées au niveau national. La Suisse a déjà participé à deux grandes enquêtes internationales, TIMSS 2 et IALS 3, destinées à mesurer les compétences scolaires au niveau national. A l instar de ces deux enquêtes, PISA s intéresse à l «output» du système d éducation, c est-à-dire aux compétences acquises par les élèves et à leurs déterminants. L approche de PISA est nouvelle dans le domaine de la recherche pédagogique, qui s attachait jusqu ici à évaluer surtout l «input», c est-à-dire l enseignement, le matériel d enseignement et les techniques pédagogiques. 2.4 Actions entreprises dans le domaine de l éducation en Suisse Les mesures qui doivent être prises en fonction de l'analyse des résultats de PISA ne concernent pas uniquement la politique éducative. Les questions soulevées par PISA touchent l'ensemble de notre société et notamment notre politique sociale. Ce n'est qu'en collaboration avec d'autres partenaires que ces diverses questions pourront être résolues. (Extrait de la déclaration de la CDIP du 7 mars 2002) Au niveau national L instruction publique et notamment l école obligatoire relèvent de la compétence des cantons. La Conférence des directeurs cantonaux de l instruction publique (CDIP) s emploie à harmoniser au mieux les législations scolaires cantonales, en vertu du Concordat scolaire suisse, et fixe des directives communes. (Voir les lignes directrices de la CDIP du 5 juillet 2001) En 2002, après la publication des premiers résultats de PISA 2000, la CDIP a formulé sa stratégie future en tenant compte de ces résultats. Les priorités sont les suivantes : fixer à l'échelon national des niveaux de compétence pour les branches principales enseignées à l'école obligatoire (langue première, langues étrangères, mathématiques, sciences), sur la 1 Conférence suisse des directeurs cantonaux de l instruction publique 2 «Third International Mathematics and Science Study» 3 «International Adult Literacy Survey» base de points de convergence régionaux ou de plans d'études cadres; procéder régulièrement à l'évaluation nationale des performances scolaires au travers d'enquêtes permettant de fournir des informations sur les points forts et les faiblesses de notre système éducatif et, le cas échéant, prévoir le renforcement ou l'introduction de mesures visant à améliorer la qualité de la formation (monitorage de la formation); soutenir les cantons dans le développement de la gestion de la qualité au sein des établissements scolaires; encourager l'utilisation des technologies de l'information et promouvoir les compétences informatiques; renforcer le statut professionnel des enseignantes et enseignants (élaborer à l'échelon national des études portant sur l'image de la profession et les stratégies de recrutement); favoriser l'intégration des enfants allophones; avancer l'âge d'entrée à l'école et flexibiliser la scolarisation. En 2003, le Secrétariat général de la CDIP a mis en place des groupes pour travailler sur 5 champs d action 4 : Encouragement de la lecture pour tous Encouragement des compétences linguistiques chez les jeunes connaissant des conditions d apprentissage défavorables Education préscolaire et scolarisation Organe de direction, promotion de la qualité de l école Offres d encadrement extrascolaire Cette initiative fait suite aux premiers résultats des analyses thématiques. (Voir sous point 2.5). Le lancement du projet HarmoS en 2001 concrétise la volonté de fixer des standards nationaux pour tous les élèves Au niveau des cantons A partir de 2002, de nombreuses actions ont aussi été entreprises par les cantons afin de corriger certaines faiblesses du système scolaire mises en évidence par les résultats de la première enquête PISA. 4 voir sous OFS/CDIP 7

8 1 PISA et leur réalisation en Suisse Les syndicats d enseignants et les instituts de recherche A la suite de la publication des premiers résultats PI- SA en décembre 2001, de nombreuses manifestations, colloques, articles, publications thématiques ont repris le programme PISA pour en discuter certains aspects. 2.5 Analyse des résultats PISA 2000 Chaque enquête fait l objet de rapports initiaux complétés ensuite par des études thématiques. Voir le site internet suisse : Voir le site internet international : Les études suisses Les premiers résultats de l enquête ont été publiés tout d abord sous forme de synthèse puis dans le rapport national de PISA 2000, tous deux intitulés «Préparés pour la vie?». Le groupe de pilotage de PISA.ch a ensuite fixé cinq thèmes de recherche, dont les rapports ont paru en juin Thème 1 : Lehrplan und Leistungen Le concept de lecture de PISA étant sensiblement différent de celui utilisé dans les programmes scolaires, quels sont les liens qui existent entre les exigences des curricula, les attentes des enseignants et les compétences des élèves en fin de scolarité obligatoire? (Moser & Berweger 2003) Thème 2 : Les compétences en littéracie La lecture étant le domaine principal de PISA 2000, nous disposons d une large palette d informations. Quelles sont donc les différentes compétences en lecture et leurs liens avec plusieurs variables contextuelles? Quels sont également les effets des comportements et pratiques de lecture sur les résultats obtenus? (Broi et al. 2003) Thème 3 : Die besten Ausbildungssysteme Quelles caractéristiques sociales et quelles caractéristiques relatives au système éducatif permettent d expliquer pourquoi les jeunes en Finlande, au Canada, en Australie et en Nouvelle-Zélande obtiennent de meilleurs résultats? Actes du colloque des octobre 2002 à Zurich. (Larcher & Oelkers 2003) Thème 4 : Soziale Integration und Leistunsförderung Est-ce que d autres systèmes éducatifs dont les conditions-cadres sont similaires aux nôtres parviennent mieux à intégrer et à encourager les élèves allophones et/ou issus de milieux sociaux défavorisés et si oui : comment? (Coradi Vellacott et al. 2003) Thème 5 : Bildungswunsch und Wirklichkeit Quels sont les projets de formation des jeunes en fin de scolarité obligatoire et quelles sont leurs chances de réussite? (Meyer et al. 2003) En outre, les trois régions linguistiques ont publié les rapports régionaux suivants : Compétences des jeunes romands : Résultats de l enquête PISA 2000 auprès des élèves de 9 è année. (Nidegger, 2002) Bern, St. Gallen, Zürich : Für das Leben gerüstet? (Ramseier et al. 2003) Bravo chi legge : I risultati dell indagine PISA 2000 (Pedrazzini-Pesce 2003) Les principaux résultats des études sur PISA 2000 sont rassemblés dans une synthèse nationale avec des recommandations formulées sous forme de champs d action : PISA 2000 : Synthèse et recommandations (Buschor et al. 2003) Les études internationales Les premiers résultats ont été publiés par l OCDE dans les publications suivantes : Thème 1 : La lecture, moteur de changement (OCDE 2003) Thème 2 : Literacy Skills for the World of Tomorrow (OCDE 2003a) Thème 3 : Learners for Life (OCDE 2003b) Thème 4 : Student Engagement at School (OCDE 2003c) 2.6 Analyse des résultats PISA Les études suisses Les premiers résultats de l enquête ont été publiés dans la publication : PISA 2003 : Compétences pour l avenir, premier rapport national Cette publication présente les principaux résultats de PISA 2003 pour la Suisse comparés à ceux des autres pays. Les auteurs se sont également intéressés à l importance du contexte socioéconomique, social et OFS/CDIP 8

9 culturel des jeunes et de la composition socioculturelle des écoles pour les prestations des élèves de 15 ans. L étude des résultats des élèves de 9 e année a fait l objet d un deuxième rapport national : PISA 2003 : Compétences pour l avenir, deuxième rapport national Cette publication est parue en mai 2005 et se concentre sur les comparaisons régionales et cantonales. Elle permet en outre une approche différenciée de la structure scolaire de notre pays. En outre, les résultats régionaux et cantonaux ont été publiés dans les publications suivantes : PISA 2003 : Analysen und Porträts für Deutschschweizer Kantone und das Fürstentum Liechtenstein PISA 2003 : Compétences des jeunes romands : résultats de la seconde enquête PISA auprès des élèves de 9 e année Les études internationales Les premiers résultats ont été publiés par l OCDE dans les publications suivantes : Apprendre aujourd hui, réussir demain Premiers Résultats de PISA 2003 (OCDE, 2004a) Résoudre des problèmes, un atout pour réussir Premières évaluations des compétences transdisciplinaires issues de PISA 2003 (OCDE, 2004b) Where immigrant students succeed (OCDE, 2006) Are Student ready for a Technology-Rich World? (OCDE, 2006) 3 Les sujets de recherche 3.1 Les domaines de test Les experts internationaux des pays membres de l OCDE ont défini les trois domaines de compétences la lecture, les mathématiques et les sciences choisis pour le PISA et ont préparé un cadre d évaluation pour chacun d eux (OCDE, 1999). Le concept de littératie a été adopté pour souligner que le PISA porte sur l évaluation d un éventail de compétences qui s étend bien au-delà de la notion d alphabétisation. La littératie ajoute à la capacité de déchiffrer, celle de comprendre et de se cultiver tout au long de sa vie. La lecture La lecture Dans le cadre du programme PISA, on entend par «lecture» (ou littératie) la compréhension de l écrit qui est définie comme suit : «Comprendre l écrit, c est non seulement comprendre et utiliser des textes écrits, mais aussi réfléchir à leur propos. Cette capacité devrait permettre à chacun(e) de réaliser ses objectifs, de développer ses connaissances et son potentiel, et de prendre une part active dans la société» (OCDE 1999, p24). Trois dimensions sont utilisées pour structurer l évaluation PISA : La première dimension est celle du type de texte. Les épreuves PISA incluent des textes continus (ayant par exemple la forme de récits, de commentaires ou d explications) et des textes non continus (soit des listes, des formulaires, des graphiques ou des diagrammes). La deuxième dimension est celle des types de tâches de lecture. Sont déterminantes ici d une part les capacités cognitives dont doit disposer tout bon lecteur et, d autre part, les caractéristiques des questions posées. Le but n est pas de déterminer si l élève sait lire ou non, car cette capacité est considérée comme acquise pour la plupart des jeunes de 15 ans. Il s agit plutôt d examiner dans quelle mesure l élève est capable de comprendre et d interpréter un texte, de mettre en relation son contenu et sa forme en utilisant sa propre vision du monde et en exposant son point de vue. La troisième dimension est celle de l usage auquel est destiné le texte. Il peut s agir d un énoncé conçu à des fins d usage privé (par exemple une page de roman ou une lettre personnelle), un document destiné à un usage public (un document officiel ou une annonce d emploi) ou utilisé dans l enseignement (une carte géographique par exemple). L idée étant de présenter une large palette de manière à ce que toutes les sensibilités soient interpellées. OFS/CDIP 9

10 3.1.2 La culture mathématique Le PISA mesure la capacité des élèves d analyser, de raisonner et de communiquer des idées de façon efficace en sachant poser, formuler et résoudre des problèmes mathématiques dans une grande diversité de contextes. La culture mathématique a été définie pour PISA 2000 comme «l aptitude d un individu à identifier et à comprendre les divers rôles joués par les mathématiques, à porter des jugements fondés à leur propos et à s y engager, en fonction des exigences de sa vie présente et future, de sa vie professionnelle, de sa vie sociale avec son entourage et ses proches, en tant que citoyen constructif, impliqué et réfléchi» (OCDE 1999a, p. 49). Trois dimensions ont été définies pour la construction des tests : Premièrement, le contenu se référant à certains concepts mathématiques a été volontairement limité lors de l enquête 2000 aux concepts d espace et de forme, de variation et de relation. Pour l enquête 2003, où les mathématiques étaient le thème principal, les concepts de quantités, d incertitude ainsi que d autres domaines plus spécifiques aux programmes d enseignements, tels que les nombres, l algèbre et la géométrie ont été introduits. Deuxièmement, les processus mathématiques ont été regroupés en trois ensembles de compétences. Le premier ensemble (reproduction) concerne des calculs simples ou des définitions que l on rencontre dans des évaluations traditionnelles. Le deuxième (liens) nécessite des mises en relation d idées et de procédures mathématiques pour résoudre un problème. Le troisième (réflexion) exige un raisonnement menant l élève à identifier les éléments et à définir le problème. Troisièmement, les situations dans lesquelles les mathématiques sont utilisées. Les tâches soumises aux élèves se rapportent toujours à des situations pouvant apparaître dans la vie réelle, s agissant parfois d une situation touchant directement les élèves (par exemple déterminer si un achat est judicieux) et d autres fois de problèmes plus généraux. Ces situations ont été classées en 5 catégories : vie privée, vie scolaire, travail et sport, collectivité locale et société et, enfin, monde de la science La culture scientifique La culture scientifique a trait à la capacité d adopter une pensée scientifique dans un monde où la science et la technologie règnent en maître. Dans PISA 2006, elle revêt une importance particulière, car elle est élevée au rang de domaine «majeur» d évaluation. Dans le PISA, la culture scientifique est définie comme «la capacité d utiliser des connaissances scientifiques pour identifier les questions auxquelles la science peut apporter une réponse et pour tirer des conclusions fondées sur des faits, en vue de comprendre le monde naturel ainsi que les changements qui y sont apportés par l activité humaine et de contribuer à prendre des décisions à leur propos» (OCDE 1999, 2000, 2003a). L évaluation s est articulée autour de quatre dimensions : Les concepts scientifiques que les élèves devraient connaître pour comprendre certains phénomènes du monde naturel et les changements qui y sont apportés par l activité humaine. Pour PISA 2000 et 2003, les questions ont été tirées de concepts de la physique, de la chimie, de la biologie et des sciences naturelles. Les processus scientifiques mesurés par le PISA, lesquels relèvent de cinq démarches : l identification de questions scientifiques, la recherche de preuves scientifiques, l établissement de conclusions, la communication de ces conclusions et la manifestation de la compréhension des concepts scientifiques. Les champs d application. Le contexte de la culture scientifique, telle qu elle est définie dans le PISA, se rapporte davantage à la vie quotidienne qu aux salles de classe et aux laboratoires. Les questions posées dans PISA sont classées dans trois grands domaines d application de la science : les sciences de la vie et la santé, les sciences de la terre et de l environnement, et les sciences dans la technologie. Les attitudes ou la manière dont les élèves réagissent aux questions scientifiques (intérêt, importance accordée à la démarche scientifique, sens des responsabilités) La résolution de problèmes Un autre domaine exploré est celui de la résolution de problèmes. Quelques exercices ont été inclus dans les tests en mathématiques du premier cycle. Pour le deuxième cycle, où le thème central est les mathématiques, cette dimension est traitée séparément, par un plus grand nombre d exercices. Se basant sur les travaux de chercheurs renommés, le groupe d experts international a retenu la définition suivante : «aptitude à engager des processus cognitifs pour résoudre des problèmes interdisciplinaires concrets qui ne relèvent pas d un champ de compétence ou d une discipline scolaire immédiatement évidents, et OFS/CDIP 10

11 lorsque la voie qui conduit à la solution n est pas immédiatement évidente.» (OCDE mai 2001) Les tests sont construits selon 3 composantes : les domaines de connaissance impliqués, qui peuvent toucher plusieurs domaines à la fois tels que les mathématiques, les sciences mais aussi la littérature, l histoire, la géographie ou encore les arts. les processus cognitifs, qu il s agisse de savoir caractériser un problème particulier, reconnaître et comprendre la nature d un problème, le formuler, sélectionner des stratégies ou encore communiquer le résultat. le contexte du problème tel que la vie privée, la vie scolaire, le travail et les loisirs, la communauté locale et l école. 3.2 Le matériel de test Chaque élève dispose de deux heures pour répondre aux tests cognitifs (présentés dans des cahiers) et d environ 30 minutes pour le questionnaire contextuel. Chaque responsable d établissement doit également remplir un questionnaire lui étant destiné. 3.3 Les cahiers de test Les cahiers de test sont construits selon un système de rotation dans lequel un groupe d exercices va être positionné parfois au début d un cahier, parfois au milieu et parfois à la fin. Ce système permet de faire passer un très grand nombre d épreuves et de contrôler le biais dû à la position de la question. La batterie complète de questions représentait 7 heures de test pour PISA Chaque élève reçoit un cahier et dispose de 2 heures pour lire les épreuves et répondre aux questions. Pour mieux comprendre, les schémas ci-dessous présentent la répartition des questions dans les 9 cahiers utilisés pour le PISA 2000 et les 13 cahiers du PISA 2003 et Tableau 3.1 PISA 2000 : construction des cahiers Cahier bloc 1 bloc 2 bloc 3 bloc 4 1 R 1 R 2 R 4 M 1 /M 2 2 R 2 R 3 R 5 S 1 /S 2 3 R 3 R 4 R 6 M 3 /M 4 4 R 4 R 5 R 7 S 3 /S 4 5 R 5 R 6 R 1 M 2 /M 3 6 R 6 R 7 R 2 S 2 /S 3 7 R 7 R 1 R 3 R 8 8 M 4 /M 2 S 1 /S 3 R 8 R 9 M (Maths) = «bloc» ou «demi-bloc» contenant plusieurs unités de mathématiques R (Reading) = «bloc» contenant plusieurs unités de lecture S (Science) = «bloc» ou «demi-bloc» contenant plusieurs unités de sciences Tableau 3.2 PISA 2003 : construction des cahiers Cahier bloc 1 bloc 2 bloc 3 bloc 4 1 M 1 M 2 M 4 R 1 2 M 2 M 3 M 5 R 2 3 M 3 M 4 M 6 PS 1 4 M 4 M 5 M 7 PS 2 5 M 5 M 6 S 1 M 1 6 M 6 M 7 S 2 M 2 7 M 7 S 1 R 1 M 3 8 S 1 S 2 R 2 M 4 9 S 2 R 1 PS 1 M 5 10 R 1 R 2 PS 2 M 6 11 R 2 PS 1 M 1 M 7 12 PS 1 PS 2 M 2 S 1 13 PS 2 M 1 M 3 S 2 M / R / S : identique à PISA 2000 PS (Problem Solving) = «bloc» contenant plusieurs unités de résolution de problèmes Tableau 3.3 PISA 2006 : construction des cahiers Cahier bloc 1 bloc 2 bloc 3 bloc 4 1 S 1 S 2 S 4 S 7 2 S 2 S 3 M 3 R 1 3 S 3 S 4 M 4 M 1 4 S 4 M 3 S 5 M 2 5 S 5 S 6 S 7 S 3 6 S 6 R 2 R 1 S 4 7 S 7 R 1 M 2 M 4 8 M 1 M 2 S 2 S 6 9 M 2 S 1 S 3 R 2 10 M 3 M 4 S 6 S 1 11 M 4 S 5 R 2 S 2 12 R 1 M 1 S 1 S 5 13 R 2 S 7 M 1 M 3 S / M / R : identique à PISA 2000 Avec ce système, seuls 2 élèves d un groupe de 20 élèves passant le test dans une classe reçoivent un cahier N 1. Cette procédure est possible grâce à la 9 S 4 /S 2 M 1 /M 3 R 9 R 8 OFS/CDIP 11

Disparités entre les cantons dans tous les domaines examinés

Disparités entre les cantons dans tous les domaines examinés Office fédéral de la statistique Bundesamt für Statistik Ufficio federale di statistica Uffizi federal da statistica Swiss Federal Statistical Office EMBARGO: 02.05.2005, 11:00 COMMUNIQUÉ DE PRESSE MEDIENMITTEILUNG

Plus en détail

PISA 2009 Résultats régionaux et cantonaux

PISA 2009 Résultats régionaux et cantonaux PISA 2009 Résultats régionaux et cantonaux OCDE - PISA Programme International pour le Suivi des Acquis des élèves PISA 2009 Résultats régionaux et cantonaux Rapport réalisé par le Consortium PISA.ch

Plus en détail

d évaluation Objectifs Processus d élaboration

d évaluation Objectifs Processus d élaboration Présentation du Programme pancanadien d évaluation Le Programme pancanadien d évaluation (PPCE) représente le plus récent engagement du Conseil des ministres de l Éducation du Canada (CMEC) pour renseigner

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire Guide du programme Juin 2008 Attributs du diplômé de la Colombie-Britannique Au cours de consultations qui se sont échelonnées sur toute une année dans l ensemble de la province, des milliers de citoyens

Plus en détail

413.12. Ordonnance sur l examen suisse de maturité. Dispositions générales. du 7 décembre 1998 (Etat le 1 er janvier 2013)

413.12. Ordonnance sur l examen suisse de maturité. Dispositions générales. du 7 décembre 1998 (Etat le 1 er janvier 2013) Ordonnance sur l examen suisse de maturité 413.12 du 7 décembre 1998 (Etat le 1 er janvier 2013) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 39, al. 2, de la loi fédérale du 4 octobre 1991 sur les écoles polytechniques

Plus en détail

note d 13.30 LA COMPRÉHENSION DE L ÉCRIT

note d 13.30 LA COMPRÉHENSION DE L ÉCRIT note d informationdécembre 13.30 En 2012, 5 700 élèves de 15 ans scolarisés dans les collèges et lycées français ont participé à l enquête internationale PISA visant à évaluer principalement la culture

Plus en détail

Politique de scolarisation à la maison

Politique de scolarisation à la maison Code : 2521-02-12-01 POLITIQUE X DIRECTIVE RÈGLEMENT PROCÉDURE Politique de scolarisation à la maison Date d approbation : 12 juin 2012 Service dispensateur : Date d entrée en vigueur : 13 juin 2012 Services

Plus en détail

PISA 2012 : Compétences des jeunes Romands Résultats de la cinquième enquête PISA auprès des élèves de fin de scolarité obligatoire

PISA 2012 : Compétences des jeunes Romands Résultats de la cinquième enquête PISA auprès des élèves de fin de scolarité obligatoire PISA 2012 : Compétences des jeunes Romands Résultats de la cinquième enquête PISA auprès des élèves de fin de scolarité obligatoire Ouvrage coordonné par Christian Nidegger PISA 2012 : Compétences des

Plus en détail

Qui sont les enseignants?

Qui sont les enseignants? Extrait de : Regards sur l'éducation 2008 : Panorama Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264040649-fr Qui sont les enseignants? Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE (2009),

Plus en détail

Statuts FSEA. FSEA Fédération suisse pour la formation continue Version du 28 avril 2009

Statuts FSEA. FSEA Fédération suisse pour la formation continue Version du 28 avril 2009 Statuts FSEA FSEA Fédération suisse pour la formation continue Version du 28 avril 2009 La FSEA en bref La FSEA est l organisation faîtière de la formation continue en Suisse. Ses membres sont des organisations

Plus en détail

Objectifs de la formation et référentiel de compétences relatifs à la formation des enseignantes et enseignants du secondaire I et II1

Objectifs de la formation et référentiel de compétences relatifs à la formation des enseignantes et enseignants du secondaire I et II1 Objectifs de la formation et référentiel de compétences relatifs à la formation des enseignantes et enseignants du secondaire I et II1 Ce document, présenté comme un tout, se décline en réalité selon deux

Plus en détail

FORMATION SELON LE SYSTEME DUAL L APPRENTISAGE CFC DE GESTIONNAIRE EN INTENDANCE L APPRENTISAGE AFP D EMPLOYÉ-E EN INTENDANCE

FORMATION SELON LE SYSTEME DUAL L APPRENTISAGE CFC DE GESTIONNAIRE EN INTENDANCE L APPRENTISAGE AFP D EMPLOYÉ-E EN INTENDANCE Département de l'éducation de la culture et du sport Service de la formation professionnelle Departement für Erziehung, Kultur und Sport Dienststelle für Berufsbildung FORMATION SELON LE SYSTEME DUAL L

Plus en détail

Égalité des chances pour toutes et tous

Égalité des chances pour toutes et tous Égalité des chances pour toutes et tous L égalité des chances pour toutes les personnes vivant en Suisse et un des piliers centraux d une société juste et solidaire. L égalité des chances signifie d abord

Plus en détail

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale de spécialiste en restauration

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale de spécialiste en restauration 78704 Spécialiste en restauration Restaurationsfachfrau / Restaurationsfachmann Impiegata di ristorazione / Impiegato di ristorazione Ordonnance sur la formation professionnelle initiale de spécialiste

Plus en détail

PISA 2009 : Compétences des jeunes Romands Résultats de la quatrième enquête PISA auprès des élèves de 9e année

PISA 2009 : Compétences des jeunes Romands Résultats de la quatrième enquête PISA auprès des élèves de 9e année PISA 2009 : Compétences des jeunes Romands Résultats de la quatrième enquête PISA auprès des élèves de 9e année Ouvrage coordonné par Christian Nidegger Institut de recherche et de documentation pédagogique

Plus en détail

Profil B ou profil E? Aide à la décision

Profil B ou profil E? Aide à la décision Employée/Employé de commerce CFC Profil B ou profil E? Aide à la décision Introduction Le présent document sert d aide pour les acteurs qui participent au choix de la voie de formation la plus appropriée

Plus en détail

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale Ordonnance sur la formation professionnelle initiale 1 avec certificat fédéral de capacité (CFC) du 14 décembre 2006 70610 Assistante en pharmacie CFC/Assistant en pharmacie CFC Pharma-Assistentin EFZ/Pharma-Assistent

Plus en détail

Ordonnance sur les langues nationales et la compréhension entre les communautés linguistiques

Ordonnance sur les langues nationales et la compréhension entre les communautés linguistiques Ordonnance sur les langues nationales et la compréhension entre les communautés linguistiques (Ordonnance sur les langues, OLang) 441.11 du 4 juin 2010 (Etat le 1 er octobre 2014) Le Conseil fédéral suisse,

Plus en détail

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal.

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal. Indicateur Quels sont les domaines d études les plus attractifs pour les étudiants? Les femmes sont majoritaires dans l effectif d étudiants et de diplômés dans la quasi-totalité des pays de l OCDE, et

Plus en détail

École de culture générale et École de commerce

École de culture générale et École de commerce Direction de l instruction publique de la culture et du sport Service de l enseignement secondaire du deuxième degré Département de la formation, de la jeunesse et de la culture Direction de l enseignement

Plus en détail

L école doit être redéfinie comme un lieu de vie et d apprentissage

L école doit être redéfinie comme un lieu de vie et d apprentissage Document de base de l'initiative des villes pour la formation quant à la politique de formation L école doit être redéfinie comme un lieu de vie et d apprentissage Impressum Éditeur Initiative des villes

Plus en détail

QUELLES PORTES S OUVRENT À LA FIN DE LA 11 E (12 E )

QUELLES PORTES S OUVRENT À LA FIN DE LA 11 E (12 E ) SI VOUS CHERCHEZ POUR VOTRE FILLE UNE ÉCOLE SECONDAIRE QUI CONTRIBUE À SA RÉUSSITE ET À SON ÉPANOUISSEMENT, QUI LUI DONNE CONFIANCE EN ELLE-MÊME, QUI STIMULE SON ENVIE D APPRENDRE. QUELLES PORTES S OUVRENT

Plus en détail

Bilans individuels et Case management Formation professionnelle (CMFP) Guide d utilisation à l intention du corps enseignant du secondaire I

Bilans individuels et Case management Formation professionnelle (CMFP) Guide d utilisation à l intention du corps enseignant du secondaire I Bilans individuels et Case management Formation professionnelle (CMFP) Guide d utilisation à l intention du corps enseignant du secondaire I Direction de l instruction publique du canton de Berne Sommaire

Plus en détail

Adoptée : En vigueur : Amendement :

Adoptée : En vigueur : Amendement : SCOLARISATION À LA MAISON Adoptée : En vigueur : Amendement : 9 novembre 2010 (CC-2010-463) 9 novembre 2010 TABLE DES MATIÈRES 1. DISPOSITIONS GÉNÉRALES.. 3 1.1 Objet et but de la politique 3 1.2 Champ

Plus en détail

Cahier des charges pour la réalisation d un audit externe du programme GUS / OFS

Cahier des charges pour la réalisation d un audit externe du programme GUS / OFS Département fédéral de l intérieur (DFI) Office Fédéral de la Statistique OFS Etat-major Cahier des charges pour la réalisation d un audit externe du programme GUS / OFS Table des matières 1 Généralités

Plus en détail

Préparation d une maturité avec mention bilingue français-allemand ou français-anglais

Préparation d une maturité avec mention bilingue français-allemand ou français-anglais Préparation d une maturité avec mention bilingue français-allemand ou français-anglais Dans les écoles de maturité des gymnases du canton de Vaud Edition 2014 Département de la formation, de la jeunesse

Plus en détail

Le travail de maturité (TM) au Gymnase français

Le travail de maturité (TM) au Gymnase français Plan d'études Gymnase français de Bienne 9 Le (TM) au Gymnase français 2. Objectifs 3. Dispositif 3. Cadre du 3.. Choix du domaine et du sujet du 3..2 Organisation du 3..3 Déroulement du 3..4 Forme du

Plus en détail

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL Plan : Introduction I.- Le Dialogue Social européen et son cadre La négociation européenne : - pour l entreprise - pour les partenaires sociaux Les

Plus en détail

PAL PROGRAMME D ASSISTANTS DE LANGUE SUISSE LAP LANGUAGE ASSISTANT PROGRAMME SWITZERLAND SAP SPRACHASSISTENZ-PROGRAMM SCHWEIZ

PAL PROGRAMME D ASSISTANTS DE LANGUE SUISSE LAP LANGUAGE ASSISTANT PROGRAMME SWITZERLAND SAP SPRACHASSISTENZ-PROGRAMM SCHWEIZ PAL PROGRAMME D ASSISTANTS DE LANGUE SUISSE LAP LANGUAGE ASSISTANT PROGRAMME SWITZERLAND SAP SPRACHASSISTENZ-PROGRAMM SCHWEIZ Assistantes et assistants de langue en Suisse Définition et objectifs Dans

Plus en détail

MATURITÉ PROFESSIONNELLE

MATURITÉ PROFESSIONNELLE MATURITÉ PROFESSIONNELLE à orientation Technique, architecture et sciences de la vie (MP TASV) La maturité professionnelle est une formation approfondie en culture générale qui complète une formation professionnelle

Plus en détail

Prise de position de l initiative des villes pour la formation quant à la politique de formation. La ville fait école

Prise de position de l initiative des villes pour la formation quant à la politique de formation. La ville fait école Prise de position de l initiative des villes pour la formation quant à la politique de formation La ville fait école Avant-propos Barbara Eberhard Conseillère municipale, St-Gall Direction école et sport

Plus en détail

Le Gouvernement de la République et Canton du Jura, vu l'ordonnance fédérale du 30 novembre 1998 sur la maturité professionnelle 1),

Le Gouvernement de la République et Canton du Jura, vu l'ordonnance fédérale du 30 novembre 1998 sur la maturité professionnelle 1), Ordonnance concernant les de maturité et de maturité professionnelle dans les écoles supérieures de commerce de la République et Canton du Jura (Version en vigueur jusqu'au 31 juillet 2011) du 8 mars 2005

Plus en détail

Ordonnance sur les langues nationales et la compréhension entre les communautés linguistiques

Ordonnance sur les langues nationales et la compréhension entre les communautés linguistiques Ordonnance sur les langues nationales et la compréhension entre les communautés linguistiques (Ordonnance sur les langues, OLang) 441.11 du 4 juin 2010 (Etat le 1 er juillet 2010) Le Conseil fédéral suisse,

Plus en détail

Ordonnance du SEFRI sur la formation professionnelle initiale

Ordonnance du SEFRI sur la formation professionnelle initiale Ordonnance du SEFRI sur la formation professionnelle initiale 1 avec certificat fédéral de capacité (CFC) du 6 décembre 2006 95004 Agente/Agent d exploitation CFC Fachfrau/Fachmann Betriebsunterhalt EFZ

Plus en détail

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 RÈGLEMENT (UE) N o 1259/2010 DU CONSEIL du 20 décembre 2010 mettant en œuvre une coopération renforcée dans le domaine de la loi applicable au

Plus en détail

LA DÉFINITION ET LA SÉLECTION DES COMPÉTENCES CLÉS

LA DÉFINITION ET LA SÉLECTION DES COMPÉTENCES CLÉS Mep_int_French 26/08/05 15:47 Page 3 LA DÉFINITION ET LA SÉLECTION DES COMPÉTENCES CLÉS Résumé Mep_int_French 26/08/05 15:47 Page 4 Mep_int_French 26/08/05 15:47 Page 5 Résumé 5 L ENQUÊTE PISA ET LA DÉFINITION

Plus en détail

Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes. En vigueur à compter du 1 er janvier 2014

Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes. En vigueur à compter du 1 er janvier 2014 Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes En vigueur à compter du 1 er janvier 2014 Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes En vigueur à compter du 1 er

Plus en détail

DES ELEVES DE HUITIEME ANNEE

DES ELEVES DE HUITIEME ANNEE Orientation des élèves de 8 e année primaire Page 1/5 ORIENTATION DES ELEVES DE HUITIEME ANNEE VERS LES ENSEIGNEMENTS DIFFERENCIES DE L'ECOLE SECONDAIRE INFORMATIONS AUX PARENTS DES ELEVES DE HUITIEME

Plus en détail

Concept d assurance de la qualité pour la formation à la pratique professionnelle au sein des écoles de commerce

Concept d assurance de la qualité pour la formation à la pratique professionnelle au sein des écoles de commerce Concept d assurance de la qualité pour la formation à la pratique professionnelle au sein des écoles de commerce La partie informative du présent concept comprend une vue d ensemble des exigences de qualité

Plus en détail

PROGRAMME DE MENTORAT

PROGRAMME DE MENTORAT CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL PROGRAMME DE MENTORAT ÉNONCÉ PRATIQUE Le Conseil scolaire acadien provincial désire promouvoir un programme de mentorat qui servira de soutien et d entraide auprès des

Plus en détail

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale de

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale de Ordonnance sur la formation professionnelle initiale de 1 avec certificat fédéral de capacité (CFC) du 11 septembre 2007 80606 Nettoyeuse de textiles CFC/Nettoyeur de textiles CFC Textilpflegerin EFZ/Textilpfleger

Plus en détail

8ème Congrès suisse de pédagogie spécialisée 2013

8ème Congrès suisse de pédagogie spécialisée 2013 8ème Congrès suisse de pédagogie spécialisée 2013 Pour un meilleur échange entre chercheuses et chercheurs en Suisse : Réseau Recherche en pédagogie spécialisée et banque de données de la recherche du

Plus en détail

Conseillère/ - lers en relations publiques avec diplôme fédéral DF

Conseillère/ - lers en relations publiques avec diplôme fédéral DF Spécialiste en relations publiques avec brevet fédéral BF Conseillère/ - lers en relations publiques avec diplôme fédéral DF Spécialiste en relations publiques avec brevet fédéral BF Le ou la spécialiste

Plus en détail

Employée/Employé de commerce CFC «Services et administration»

Employée/Employé de commerce CFC «Services et administration» Employée/Employé de commerce CFC «Services et administration» Le champ d activité des employés 1 de commerce de la branche «Services et administration» va du contact avec la clientèle au back office. La

Plus en détail

L influence de la musique sur les capacités cognitives et les apprentissages des élèves en maternelle et au cours préparatoire

L influence de la musique sur les capacités cognitives et les apprentissages des élèves en maternelle et au cours préparatoire L influence de la musique sur les capacités cognitives et les apprentissages des élèves en maternelle et au cours préparatoire Note de synthèse Juillet 2012 Aurélie Lecoq et Bruno Suchaut IREDU-CNRS et

Plus en détail

RÈGLEMENTS, POLITIQUES ET PROCÉDURES

RÈGLEMENTS, POLITIQUES ET PROCÉDURES CÉGEP DE SEPT-ÎLES POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE VALORISATION DE LA LANGUE FRANÇAISE Service émetteur : Direction des études Instance décisionnelle : Conseil d administration Date d approbation : Le 20

Plus en détail

Politique des stages. Direction des études

Politique des stages. Direction des études Direction des études Service des programmes et de la réussite scolaire Politique des stages Recommandée par la Commission des études du 6 décembre 2011 Adoptée par le conseil d administration du 15 mai

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

Rapport. Analyse scientifique du basic-check

Rapport. Analyse scientifique du basic-check Rapport Analyse scientifique du basic-check Suisse romande Mars 2009 Donneur d ordre Urs Martini, CEO basic-check sa Tellistrasse 58 5004 Aarau info@basic-check.ch www.basic-check.ch Auteur Dr. Daniel

Plus en détail

STANDARDS NATIONAUX DE FORMATION POUR QUATRE DOMAINES DISCIPLINAIRES: DES COMPÉTENCES FONDAMENTALES COMMUNES POUR NOS ÉLÈVES

STANDARDS NATIONAUX DE FORMATION POUR QUATRE DOMAINES DISCIPLINAIRES: DES COMPÉTENCES FONDAMENTALES COMMUNES POUR NOS ÉLÈVES STANDARDS NATIONAUX DE FORMATION POUR QUATRE DOMAINES DISCIPLINAIRES: DES COMPÉTENCES FONDAMENTALES COMMUNES POUR NOS ÉLÈVES Résumé des résultats de la procédure d audition (25 janvier 2010 31 juillet

Plus en détail

A quels élèves profite l approche par les compétences de base? Etude de cas à Djibouti

A quels élèves profite l approche par les compétences de base? Etude de cas à Djibouti A quels élèves profite l approche par les compétences de base? Etude de cas à Djibouti Hamid Mohamed Aden, Directeur du CRIPEN, Djibouti Xavier Roegiers, Professeur à l Université de Louvain, Directeur

Plus en détail

Programme de la formation. Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE

Programme de la formation. Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE Programme de la formation Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE o 36 h pour la préparation à l'épreuve écrite de français Cette préparation comprend : - un travail sur la discipline

Plus en détail

Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles

Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles Cet outil offre aux conseillers en orientation professionnelle : un processus étape par étape pour réaliser une évaluation informelle

Plus en détail

Plan de mise en œuvre du concept national maladies rares

Plan de mise en œuvre du concept national maladies rares Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Assurance maladie et accidents Etat 4 mai 2015 Plan de mise en œuvre du concept national maladies rares

Plus en détail

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL Bill Pattinson Division de la politique de l information, de l informatique et de la communication

Plus en détail

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR Enquête sur la responsabilité sociale du scientifique Résultats détaillés Février 2007 Annexes La publication des données qui fondent

Plus en détail

Une stratégie d enseignement de la pensée critique

Une stratégie d enseignement de la pensée critique Une stratégie d enseignement de la pensée critique Jacques Boisvert Professeur de psychologie Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu La pensée critique fait partie des capacités à développer dans la formation

Plus en détail

Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d administration

Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d administration Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d admini istration Mai 2012 1 Le programme de maîtrise en administration des affaires, cheminement coopératif (MBA Coop) de la Faculté d administration

Plus en détail

PROGRAMME DE MATHEMATIQUES ANNEES 4 à 7 DU SECONDAIRE

PROGRAMME DE MATHEMATIQUES ANNEES 4 à 7 DU SECONDAIRE Ecoles européennes Bureau du Secrétaire Général Ref. : 2010-D-441-fr-5 Orig. : FR PROGRAMME DE MATHEMATIQUES ANNEES 4 à 7 DU SECONDAIRE Préambule aux programmes SUIVI DU COMITE PEDAGOGIQUE MIXTE DES 9,

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS. Faculté des lettres et sciences humaines

RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS. Faculté des lettres et sciences humaines RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS Faculté des lettres et sciences humaines PRÉAMBULE Ce règlement facultaire sur la reconnaissance des acquis s inscrit dans le cadre de la Politique

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET DE LEADERSHIP DU PERSONNEL ENSEIGNANT Résumé : Rapport de recherche 2013-2014

LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET DE LEADERSHIP DU PERSONNEL ENSEIGNANT Résumé : Rapport de recherche 2013-2014 LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET DE LEADERSHIP DU PERSONNEL ENSEIGNANT Résumé : Rapport de recherche 2013-2014 Carol Campbell, Ann Lieberman et Anna Yashkina avec Nathalie Carrier, Sofya Malik et Jacqueline

Plus en détail

Guide pour la rédaction du rapport d auto-évaluation

Guide pour la rédaction du rapport d auto-évaluation L évaluation d unités académiques à l Université de Genève Guide pour la rédaction du rapport d auto-évaluation Programmes de formation de base, approfondie et continue Bureau qualité Guide pour la rédaction

Plus en détail

RÉSUMÉ DE RECHERCHE. Fondé sur un rapport de recherche préparé pour l IB par : Ling Tan et Yan Bibby, Australian Council for Educational Research

RÉSUMÉ DE RECHERCHE. Fondé sur un rapport de recherche préparé pour l IB par : Ling Tan et Yan Bibby, Australian Council for Educational Research RÉSUMÉ DE RECHERCHE Comparaison des résultats d élèves issus ou non d établissements dispensant les programmes de l IB au programme ISA d évaluation des écoles internationales, et au questionnaire sur

Plus en détail

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations LA SCOLARISATION À LA MAISON Orientations Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2010 ISBN 978-2-550-57703-4 (PDF) Dépôt légal - Bibliothèque et Archives nationales du

Plus en détail

Cantons et villes dans le système statistique suisse

Cantons et villes dans le système statistique suisse Gian Antonio Paravicini Bagliani Président de la conférence des offices régionaux de statistique de la Suisse CORSTAT Cantons et villes dans le système statistique suisse La fonction statistique s'est

Plus en détail

ÉCOLE SUPÉRIEURE SPÉCIALISÉE EN BANQUE ET FINANCE ESBF LES ATOUTS DE L ESBF DU POINT DE VUE DES ANCIENS ÉLÈVES

ÉCOLE SUPÉRIEURE SPÉCIALISÉE EN BANQUE ET FINANCE ESBF LES ATOUTS DE L ESBF DU POINT DE VUE DES ANCIENS ÉLÈVES AKAD École Supérieure spécialisée en Banque et Finance SA École supérieure reconnue par la Confédération ÉCOLE SUPÉRIEURE SPÉCIALISÉE EN BANQUE ET FINANCE ESBF LES ATOUTS DE L ESBF DU POINT DE VUE DES

Plus en détail

Statuts de l association swissuniversities

Statuts de l association swissuniversities Berne, le 20 janvier 2015 Statuts de l association swissuniversities swissuniversities Effingerstrasse 15, Case postale 3000 Berne 1 www.swissuniversities.ch Statuts de l association swissuniversities

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Musique instrumentale (deuxième partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Mai 2005 This document is available

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ ET DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS 1. Introduction Placer la «bonne personne au bon endroit» représente

Plus en détail

Bac français. Bac international. Quel bac choisir? Classes 1 & Terminale

Bac français. Bac international. Quel bac choisir? Classes 1 & Terminale Bac français Bac international Quel bac choisir? Classes 1 & Terminale 2014-2015 Quelques critères de choix pour votre orientation en Première 1. Quel(s) métier(s) envisagez-vous? Dans quel(s) domaine(s)

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

Une école qui répond aux défis du futur. Information concernant la Loi sur l enseignement obligatoire. Votation cantonale du 4 septembre 2011

Une école qui répond aux défis du futur. Information concernant la Loi sur l enseignement obligatoire. Votation cantonale du 4 septembre 2011 département de la formation, de la jeunesse Et de la CUltUrE Information concernant la Loi sur l enseignement obligatoire Contre-projet du Conseil d Etat et du Grand Conseil à l initiative «Ecole 2010»

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

Méthodes de recherches et rédaction des mémoires

Méthodes de recherches et rédaction des mémoires 1 Méthodes de recherches et rédaction des mémoires Matériel de cours Institut des hautes études en administration publique (IDHEAP) Février 1999 Daniel Schneider TECFA, Faculté de Psychologie et des Sciences

Plus en détail

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance P RO - enfance Plateforme Romande pour l accueil de l enfance Rapport de la phase d analyse 1. Résumé Le présent document contient la description du déroulement et des résultats de la phase d analyse des

Plus en détail

Physiothérapeutes. La situation en Suisse

Physiothérapeutes. La situation en Suisse Physiothérapeutes La situation en Suisse Survol et tendances évolutives La durée de la formation en physiothérapie est de 4 ans. En Suisse romande, elle est offerte uniquement au niveau des HES-S2, en

Plus en détail

LE RENOUVEAU PÉDAGOGIQUE

LE RENOUVEAU PÉDAGOGIQUE LE RENOUVEAU PÉDAGOGIQUE Ce qui définit «le changement» préscolaire primaire secondaire Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2005-05-00511 ISBN 2-550-45274-7 (version

Plus en détail

Evaluation du Réseau Santé Psychique Suisse

Evaluation du Réseau Santé Psychique Suisse Universität Zürich Institut für Politikwissenschaft Forschungsbereich Policy-Analyse & Evaluation Evaluation du Réseau Santé Psychique Suisse Sur mandat de l Office fédéral de la santé publique Thomas

Plus en détail

Moyens d enseignement numériques : quelles perspectives?

Moyens d enseignement numériques : quelles perspectives? L'intégration des technologies de l'information et de la communication dans les écoles fribourgeoises Die Integration der Informations- und Kommunikationstechnologien an den Freiburger Schulen Moyens d

Plus en détail

22 2011 (CC-20111-110)

22 2011 (CC-20111-110) Politiquee linguistique Adoptée : En vigueur : Amendement : 22 mars 2011 (CC-2011-110) 22 mars 2011 Table des matières 1. PRÉAMBULE... 1 2. CHAMP D APPLICATION... 1 3. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE...

Plus en détail

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif»

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Chaque parcours pourra compléter ce cadrage général par un cadrage spécifique au parcours prenant

Plus en détail

RESPONS. Info Mail 3 Janvier 2015 RESPONS SHURP ENSEMBLE. Lettre d information de l étude RESPONS

RESPONS. Info Mail 3 Janvier 2015 RESPONS SHURP ENSEMBLE. Lettre d information de l étude RESPONS RESPONS RESPONS RESidents Perspectives Of Living in Nursing Homes in Switzerland est un projet du Domaine santé de la Haute école spécialisée bernoise. RESPONS étudie la qualité des soins du point de vue

Plus en détail

GESTION DU DOSSIER SCOLAIRE DE L ÉLÈVE. Adoption le Amendement le Mise en vigueur le 6 mai 2004 Résolution #

GESTION DU DOSSIER SCOLAIRE DE L ÉLÈVE. Adoption le Amendement le Mise en vigueur le 6 mai 2004 Résolution # PROCÉDURE GESTION DU DOSSIER SCOLAIRE DE L ÉLÈVE # 40-02 Adoption le Amendement le Mise en vigueur le 6 mai 2004 Résolution # Autorisation Susan Tremblay Directrice générale Page 1 de 10 1. Préambule Le

Plus en détail

EUROPEAN TRADE UNION COMMITTEE FOR EDUCATION COMITE SYNDICAL EUROPEEN DE L EDUCATION

EUROPEAN TRADE UNION COMMITTEE FOR EDUCATION COMITE SYNDICAL EUROPEEN DE L EDUCATION EUROPEAN TRADE UNION COMMITTEE FOR EDUCATION COMITE SYNDICAL EUROPEEN DE L EDUCATION Document énonçant la position du CSEE sur la proposition de recommandation du Parlement européen et du Conseil établissant

Plus en détail

Evaluation des besoins en places d accueil préscolaire: Outils pour mener une enquête auprès des familles

Evaluation des besoins en places d accueil préscolaire: Outils pour mener une enquête auprès des familles Jugendamt JA Secteur des milieux d accueil Sektor familienexterne Betreuung Bd de Pérolles 24, case postale 29, 1705 Fribourg T +41 26 305 15 30, F +41 26 305 15 98 www.fr.ch/sej Fribourg, le 1 er juin

Plus en détail

Application dans la formation des professionnels de l expertise comptable au Québec. Janie Bérubé, Annie Brisson et Patricia Michaud

Application dans la formation des professionnels de l expertise comptable au Québec. Janie Bérubé, Annie Brisson et Patricia Michaud Une démarche d'accompagnement pour une autoévaluation réflexive Application dans la formation des professionnels de l expertise comptable au Québec Janie Bérubé, Annie Brisson et Patricia Michaud Université

Plus en détail

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire 1. Ce que disent les plans d études vaudois Dans la partie consacrée aux finalités de l école vaudoise, le Plan d Etudes Vaudois (PEV) note à propos

Plus en détail

Monitoring des données relatives au poids effectué par les services médicaux scolaires des villes de Bâle, Berne et Zurich

Monitoring des données relatives au poids effectué par les services médicaux scolaires des villes de Bâle, Berne et Zurich Promotion Santé Suisse Editorial Feuille d information 1 Les données de poids de plus de 13 000 enfants et adolescents dans les villes suisses de, et ont été collectées pour l année scolaire 2012/2013

Plus en détail

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel BTS Management des unités commerciales Eléments principaux de la modification du référentiel Mai 2013 ANNEXE I UNITÉS CONSTITUTIVES DU RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION DU DOMAINE PROFESSIONNEL Unités Compétences

Plus en détail

Courtage immobilier résidentiel - EEC.1Y

Courtage immobilier résidentiel - EEC.1Y Attestation d études collégiales Courtage immobilier résidentiel - EEC.1Y Le programme d attestation d études collégiales (AEC) Courtage immobilier résidentiel est d une durée de 570 heures L'objectif

Plus en détail

Offrez un avenir international à vos enfants

Offrez un avenir international à vos enfants E I B : UNE ECOLE INTERNATIONALE BILINGUE MATERNELLE PRIMAIRE u COLLÈGE Dans la lignée de l Ecole Internationale Bilingue d Angers, le Collège accueille vos enfants dès la 6ème dans un environnement sain

Plus en détail

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF SOMMAIRE PREAMBULE P. 4 DISPOSITIONS GENERALES : I. Généralités P. 05 I.1. Définition de la classification P. 05 I.2. Relation classification emploi P. 05 I.3.

Plus en détail

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR :

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR : MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : Direction des ressources humaines OBJET : Formation et développement des ressources humaines (excluant le personnel cadre) NUMÉRO : DRH-006 EN VIGUEUR :

Plus en détail

PLAN DE COURS. TITRE DU COURS : Mise à niveau pour mathématique 536

PLAN DE COURS. TITRE DU COURS : Mise à niveau pour mathématique 536 100, rue Duquet, Sainte-Thérèse (Québec) J7E 3G6 Téléphone : (450) 430-3120 Télécopieur : (450) 971-7883 Internet : http://www.clg.qc.ca SESSION : H-2009 NO DE COURS : 201-009-50 PRÉALABLE(S) : Math 436

Plus en détail