Février L outil de référence de l industrie de la maçonnerie du Québec

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Février 2013. L outil de référence de l industrie de la maçonnerie du Québec"

Transcription

1 L outil de référence de l industrie de la maçonnerie du Québec À lire: - Mot du président - Baisse de mises en chantiers - Éditorial - Les grands enjeux Information technique - Implication du règlement sur l efficacité énergétique pour les parements de maçonnerie L ÉDITION «La Voie du maçon» est tirée à plus de 2000 copies tri mensuellement. Édition Février 2013 Visitez pour plus d informations sur tous les services offerts par l Association des entrepreneurs en maçonnerie du Québec

2 Par Normand Turenne, président Chaque année à cette période-ci, on essaie de prévoir ce que demain nous réserve. À travers toutes les prévisions, les statistiques et le taux d indice du produit intérieur brut (PIB) fourni sur internet ont fini par s y perdre. Nous avons consulté le site de la SCHL et nous en avons extrait les grandes lignes. L article «Baisse de mises en chantier» ci-contre démontre qu il serait prudent de considérer la baisse prévue lors de vos prochaines soumissions. Loin de moi l idée de vous alarmer. Une prévision reste une prédiction qui quelques fois s avère trompeuse. L AEMQ travaille d arrache-pied pour vous offrir des services qui justement vous aide à maintenir le cap. On développe pour vous et dans ce sens, la formation, la liste de prix barème et les informations techniques sont indispensables pour votre entreprise. Je sais, vous allez dire, il radote, c est toujours la même rengaine, mais on constate que les utilisateurs des services de l AEMQ sont satisfaits. Plus vous les utilisez et plus vous voudrez les utiliser. En terminant, nous organisons à chaque année un congrès annuel. Il aura lieu les 15, 16 et 17 mars prochain à l Auberge Godefroy de Bécancour. Votre présence est primordiale. Je vous y attend! La tendance des mises en chantier d habitations au Canada est à la baisse. Selon la Société canadienne d hypothèques et de logement (SCHL) «Il y a un ralentissement de la tendance des mises en chantier d habitations depuis septembre Une mise en perspective indique que les mises en chantier d habitations ralentiront en 2013.» Données provisoires sur les mises en chantier d habitations Janvier 2012 et 2013 En janvier, le nombre désaisonnalisé annualisé de mises en chantier en milieu urbain a diminué en Ontario (-43,9 %), au Québec (-29,6 %) et dans les Prairies (-5,9 %), tandis qu il a augmenté dans l Atlantique (+59,4 %) et en Colombie-Britannique (+7,7 %). Nos membres et les gens de l industrie de la construction et de la maçonnerie doivent être informés de cette baisse. Référence :

3 Par Germain Fillion, directeur général intérimaire et directeur de formation En fin d année 2012, les efforts déployés depuis plusieurs années par l équipe AEMQ auront mené à la conclusion longtemps espérée pour l un de ses dossiers. Dans le dossier de la révision du règlement sur la qualification des entrepreneurs, notre position fût respectée. Ainsi, la licence 4.2 longtemps décriée par l ensemble de l industrie de la maçonnerie sera abolie. Il n y aura plus qu une seule classe d entrepreneurs en maçonnerie et ce sera la «4.0 Un entrepreneur spécialisé en ouvrages de maçonnerie». En ce sens, tout entrepreneur détenteur d une licence 4.1 «Entrepreneur spécialisé en ouvrages de maçonnerie» aura fait preuve de ses compétences lors d un examen. La régie du bâtiment devrait nous informer sous peu de l agenda d application de ses modifications qui augure bien pour le printemps Celle-ci implique une révision complète des examens en place et ils se devront d établir les mesures à prendre pour la conformité des entrepreneurs possédant une licence 4.2. Nous sommes d avis que seule la validation des compétences lors d un examen, au même titre que nos entrepreneurs possédant la 4.1, permettra de garantir l exécution de travaux de maçonnerie de qualité qui respectent les normes de construction. De plus, l année 2013 en sera une de négociation pour l ensemble de l industrie. Dans la foulée de la loi 33, de nouvelles règles s appliqueront pour ses négociations et soyez assuré que toute l équipe de l AEMQ sera à pied d œuvre afin de veiller à ce que nos revendications soient entendues. En terminant, j invite fortement tous nos membres à se joindre à nous pour l assemblée générale le samedi 16 mars 2013 afin que nous puissions connaître leurs préoccupations et orienter nos actions en fonction de leurs besoins. CONGRÈS ANNUEL AEMQ 15, 16 et 17 MARS 2013 Conférences; Assemblées générales annuelles de l AEMQ et la Mutuelle de prévention; Activités. Venez rencontrer distributeurs, fabricants et professionnels de l industrie. Venez vous détendre entre amis et partenaires de la maçonnerie. Ne manquez surtout pas notre Souper-spectacle et notre soirée dansante. Informations ou réservations: Téléphone: Souper Spectacle à ne pas manquer! Pierre Olivier Cyr, hypnotiseur vendredi soir le 15 mars 2013 Soirée dansante «Nos années folles» Tchernof Band samedi soir le 16 mars 2013

4 Par Germain Fillion, directeur général intérimaire et directeur de formation La Régie du bâtiment du Québec (RBQ) annonçait en août 2012 l entrée en vigueur du Règlement modifiant le Code de construction pour favoriser l efficacité énergétique des bâtiments (partie 11). S inscrivant dans la Stratégie énergétique L énergie pour construire le Québec de demain et le Plan d action sur les changements climatiques du gouvernement du Québec, le nouveau Règlement répond à un impératif: réduire la consommation énergétique dans les bâtiments du Québec. Survol des mesures Ces nouvelles mesures remplacent, pour les bâtiments visés, les exigences contenues dans le Règlement sur l économie de l énergie dans les nouveaux bâtiments, qui date de plus de 25 ans. Entre autres, la réglementation comprend plusieurs renvois, comme celui fait à la sous-section du chapitre I, Bâtiment, du Code de construction du Québec. Bâtiments ciblés On y précise que les habitations neuves doivent être dotées d un système d étanchéité à l air continu et efficace afin d empêcher la formation excessive de condensation dans les vides des murs, des planchers ou dans les entretoits. La nouvelle réglementation s applique aux travaux de construction et d agrandissement de tous les bâtiments - d au plus 3 étages de hauteur; et - d au plus 600 m 2 d aire de bâtiment. Entrée en vigueur La date d entrée en vigueur de la réglementation est le 30 août Ainsi, toutes les nouvelles constructions et les projets d agrandissement ayant fait l objet d une demande de permis après le 30 août 2012 ou dont les travaux de construction débuteront après le 28 novembre 2012 doivent s y conformer, que les travaux soient effectués par un entrepreneur ou un propriétaire occupant. Pour les éléments de structure du bâtiment composant l arrière mur d un parement de maçonnerie, l élément novateur du nouveau Code sera l ajout obligatoire d un isolant (R-4) à l extérieur des murs hors sol et sur le pourtour des dalles sur sol. Cette mesure vise à réduire les pertes de chaleur à travers la structure, ces fameux «ponts thermiques» qui favorisent la condensation qui nourrit les moisissures Ces nouvelles mesures permettront d améliorer de 20 à 25 % la performance énergétique des constructions neuves par rapport à la réglementation précédente, tout en assurant, et même en améliorant le confort des personnes qui y résident. Comme on doit s y attendre, ces nouvelles exigences engendreront un coût supplémentaire pour les nouveaux propriétaires, mais cette augmentation sera facilement récupérée sur une période d à peine trois ou quatre ans, et cela, sans compter les économies qui seront réalisées à long terme. 4 La voie du maçon

5 Répercussions sur des travaux de maçonnerie. L ajout obligatoire d un isolant (R-4) à l extérieur des murs hors sol, tel que celui proposé par la firme BP et que l on retrouve dans plusieurs cas, est un panneau isolant mural stratifié. La première couche est un «revêtement» en fibre de bois basse densité (14 à 16 lb/pi3) que l'on peut décrire comme un panneau rigide fabriqué avec des matières organiques non toxiques et des fibres de bois naturelles. Enduit d'asphalte pour opposer une plus grande résistance aux intempéries, le panneau est orienté vers l'extérieur du bâtiment. La seconde couche est un panneau isolant de type II façonné dans une résine de polystyrène expansé qui contient un additif ignifugeant. Le produit fini contient 98 % d'air et 2 % de plastique. Les granules de polystyrène sont expansés à la vapeur, formant des alvéoles fermés réunis par fusion, traités, vieillis puis taillés à la forme souhaitée. Ce type de panneau est considéré comme une matière compressible et ne peut donc recevoir les fixations d ancrages supportant les ouvrages d éléments de maçonnerie que prescrit le Code de construction du Québec Chapitre 1 «Bâtiment» pour les petits bâtiments de moins de 3 étages. L article Fixation pour contre-murs extérieurs en maçonnerie. 1) Les feuillards protégés contre la corrosion décrits au paragraphe 1) et qui sont fixés aux éléments d ossature en bois, doivent : a) être pliés à angle droit à moins de 6 mm de la fixation; et b) être fixés à l aide de vis ou de clous torsadés résistants à la corrosion de 3,18 mm de diamètre pénétrant d au moins 63 mm dans le bois. 6

6 2) Les éléments d un contre mur extérieur en maçonnerie supportés individuellement par une structure porteuse ou une ossature de bois doivent être fixés conformément à la sous-section Cette référence à la section du Code «le domaine de la maçonnerie armé et non armé» où celle-ci nous renvoie à la section de la Norme CSA S 304 «Calculs des ouvrages de maçonnerie» qui en se référant à la section 9 «Parements de maçonnerie» se lit comme suit à l article ; décrit. Dans le cas contraire, cela entraîne un nonrespect du code de construction. Comme on doit s y attendre, nous sommes persuadés que ce type de support (photo ci-bas) représente des coûts supplémentaires appréciables pour l entrepreneur en maçonnerie qui seront refilés aux propriétaires. Un entrepreneur en ouvrages de maçonnerie fautif serait sujet à poursuite qui pourrait engendrer des coûts qui serait alors beaucoup plus onéreux que la simple conformité aux règles de construction du bâtiment Transfert de la charge Les attaches doivent être conçues pour transmettre la charge latérale exercée sur le parement à la structure porteuse. Conclusion Il est important de bien comprendre l impact que l ajout d un isolant compressible en surface de l ossature de bois occasionne. Celui-ci, implique qu un élément de support situé entre le colombage de bois et l élément de fixation de la maçonnerie (ancrage) doit être prévu afin de bien transmettre les charges latérales à la structure porteuse tel que

7 NOUVEAUX MEMBRES Depuis la parution de novembre 2012 du journal «La voie du Maçon» plusieurs entrepreneurs et intervenants du métier ont adhéré à notre Association. Nous voulons leur souhaiter la bienvenue! Les Constructions Turrin inc. Laval Membre corporatif Maçonnerie Amos inc. Abitibi-Témiscamingue Membre corporatif Rédacteur en chef: Germain Fillion Conceptrice-rédactrice : Manon Goulet L ÉDITION «La Voie du Maçon» est tirée à plus de 2000 copies tri mensuellement. Les textes et illustrations ne peuvent être reproduits sans l autorisation écrite de l éditrice, l AEMQ. Les opinions exprimées dans «La Voie du Maçon» ne réflètent pas nécessairement celle de l éditrice. De plus, les produits et services annoncés dans cette revue ne sont ni approuvés, ni recommandés par l AEMQ sauf quant elle en fait mention formellement. Visitez notre site Internet : AEMQ, 4097, boul. St-Jean-Baptiste, bureau 101, Montréal (Québec) H1B 5V3 Téléphone Télécopieur Sans frais

8

GUIDE. de formations. www.aemq.com

GUIDE. de formations. www.aemq.com GUIDE de formations www.aemq.com FORMATIONS OFFERTES PAR L AEMQ F1 Notions de base d un ouvrage en maçonnerie F2 Gestion et techniques de mise en place d éléments de maçonnerie (GTMPEM) F3 Notions d entrepreneuriat

Plus en détail

GUIDE D INSTALLATION. La première enveloppe pare air et perméable à la vapeur d eau AVANTAGES

GUIDE D INSTALLATION. La première enveloppe pare air et perméable à la vapeur d eau AVANTAGES GUIDE D INSTALLATION La première enveloppe pare air et perméable à la vapeur d eau AVANTAGES Possède une résistance thermique élevée Réduit la circulation d air à travers les murs Évite la formation d

Plus en détail

Rapport d évaluation CCMC 13302-R

Rapport d évaluation CCMC 13302-R Rapport d évaluation CCMC 13302-R RÉPERTOIRE NORMATIF 07 44 50 Publié 2008-03-12 Révisé 2008-04-25 Réévaluation 2011-03-12 6XUH7RXFK 1. Opinion Le Centre canadien de matériaux de construction (CCMC) est

Plus en détail

Présentation...1 Avertissement...1

Présentation...1 Avertissement...1 TABLE DES MATIÈRES Présentation...1 Avertissement...1 ONGLET N o 1 Applications...2 Définitions...2-3 Exigences...5 Tableau A / indices par localité (sous 6000 degrés-jours)...7 Tableau B / indices par

Plus en détail

uniformément dans toute la maison. sont élevés.

uniformément dans toute la maison. sont élevés. votre maison CF 19 Même si les générations antérieures s accommodaient de maisons peu isolées, la plupart des gens, de nos jours, souhaitent habiter des maisons confortables et chaudes. Aujourd hui, une

Plus en détail

Phase avant-projet : Performances thermiques d'une construction résidentielle à ossature légère en acier

Phase avant-projet : Performances thermiques d'une construction résidentielle à ossature légère en acier Phase avant-projet : Performances thermiques d'une construction résidentielle à Ce document décrit comment obtenir une performance thermique satisfaisante dans une construction légère en acier par l'application

Plus en détail

Rénovation thermique. par l extérieur

Rénovation thermique. par l extérieur Rénovation thermique par l extérieur Enjeux des rénovations Secteur du Bâtiment : 1 er consommateur d énergie. Faire diminuer les consommations énergétiques des bâtiments en augmentant leur performance

Plus en détail

ISOLATION EN MOUSSE DE POLYURÉTHANE PULVÉRISÉE POUR BÂTIMENT RÉSIDENTIEL WALLTITE. Présenté par Emile Loiselle INTERNAL 1 6/5/2008

ISOLATION EN MOUSSE DE POLYURÉTHANE PULVÉRISÉE POUR BÂTIMENT RÉSIDENTIEL WALLTITE. Présenté par Emile Loiselle INTERNAL 1 6/5/2008 ISOLATION EN MOUSSE DE POLYURÉTHANE PULVÉRISÉE POUR BÂTIMENT RÉSIDENTIEL WALLTITE Présenté par Emile Loiselle 6/5/2008 INTERNAL 1 Résumé Présentation de la mousse de polyuréthane pulvérisée Utilisations

Plus en détail

Bienvenue dans le monde des produits de Udi!

Bienvenue dans le monde des produits de Udi! Bienvenue dans le monde des produits de Udi! (Version française) L authentique. Depuis 1989. Quels sont les systèmes qui existent? Udi vous propose des systèmes d isolation innovants et écologiques. Le

Plus en détail

Applications... 2. Définitions... 5. Exigences générales... 7. Fenêtre à battant Fenêtre fixe Fenêtre à coulissement horizontal...

Applications... 2. Définitions... 5. Exigences générales... 7. Fenêtre à battant Fenêtre fixe Fenêtre à coulissement horizontal... TABLE DES MATIÈRES 1 2 3 4 5 6 7 Applications... 2 Définitions... 5 Exigences générales... 7 Calage... 11 Ancrage... 15 Exigences Calage et ancrage Fenêtre à battant Fenêtre fixe Fenêtre à coulissement

Plus en détail

mise en œuvre Mise en œuvre de planchers sur vide sanitaire isoler mieux, naturellement

mise en œuvre Mise en œuvre de planchers sur vide sanitaire isoler mieux, naturellement Mise en œuvre de planchers sur vide sanitaire Produits pour la construction saine issus de matériaux naturels renouvelables mise en œuvre Solution de plancher avec matériaux à base de bois Isolants à base

Plus en détail

SERVICES OFFERTS: - étanchéité. à l air et

SERVICES OFFERTS: - étanchéité. à l air et étanchéité LE RÔLE DE L ENVELOPPE VERTICALE DU BÂTIMENT EST DE FOURNIR UNE ENCEINTE PROTECTRICE DURABLE ET PERFORMANTE CONTRE LES INTEMPÉRIES ET D ASSURER LE CONFORT DES OCCU PANTS EN MINIMISANT OU EN

Plus en détail

GUIDE D'ASSEMBLAGE DE LA VILLE DE SAINT JOHN

GUIDE D'ASSEMBLAGE DE LA VILLE DE SAINT JOHN GUIDE D'ASSEMBLAGE DE LA VILLE DE SAINT JOHN Guide d'assemblage de la Ce document décrit en détail les valeurs R de différents ensembles standard, lorsque calculées conformément aux méthodes établies dans

Plus en détail

CONTEXTE PROFESSIONNEL, EXTRAIT DU CCTP DT1 PLAN DU SOUS - SOL DT2. FICHES TECHNIQUES (Plafond type «Armstrong») DT3

CONTEXTE PROFESSIONNEL, EXTRAIT DU CCTP DT1 PLAN DU SOUS - SOL DT2. FICHES TECHNIQUES (Plafond type «Armstrong») DT3 DOSSIER TECHNIQUE CONTEXTE PROFESSIONNEL, EXTRAIT DU CCTP DT1 PLAN DU SOUS - SOL FICHES TECHNIQUES (Plafond type «Armstrong») DT2 DT3 RESSOURCES (Cloison sur ossature métallique, acoustique ) DT4 Contexte

Plus en détail

Informations Techniques

Informations Techniques COMMENTAIRES GÉNÉRAUX CODE NATIONAL DU BÂTIMENT DU CANADA, 2005 Section 3 - PROTECTION CONTRE L'INCENDIE, SÉCURITÉ DES OCCUPANTS ET ACCESSIBILITÉ 3.1.12 Indices de propagation de la flamme et de dégagement

Plus en détail

LE POINT EN RECHERCHE

LE POINT EN RECHERCHE LE POINT EN RECHERCHE Avril 2015 Série technique Simulations énergétiques de stratégies pour la conception d immeubles collectifs à faible consommation d énergie dans différentes régions du Canada INTRODUCTION

Plus en détail

T H E R MO F L O C. : : L i s o l a t i o n t h e r m i q u e p o u r l é c o n o m i e d é n e r g i e! 100% cellulose

T H E R MO F L O C. : : L i s o l a t i o n t h e r m i q u e p o u r l é c o n o m i e d é n e r g i e! 100% cellulose T H E R MO F L O C Matériau isolant en fibre de cellulose : : L i s o l a t i o n t h e r m i q u e p o u r l é c o n o m i e d é n e r g i e! : : E n v i e d o p t e r p o u r u n e i s o l a t i o n

Plus en détail

Revêtement extérieur isolant R-4 à haute performance

Revêtement extérieur isolant R-4 à haute performance La cie Matériaux de construction BP Canada 08 06 16 13 13 BOIS, PLASTIQUES et MATÉRIAUX COMPOSITES Revêtements structuraux isolants Revêtement extérieur isolant R-4 à haute performance Le R-4 HP de BP

Plus en détail

Filage Système de détection et alarme incendie Chapitre bâtiment - Code de construction CNB 2005 modifié Québec

Filage Système de détection et alarme incendie Chapitre bâtiment - Code de construction CNB 2005 modifié Québec Filage Système de détection et alarme incendie Chapitre bâtiment - Code de construction CNB 2005 modifié Québec Association Canadienne Alarme Incendie (ACAI) 14 novembre 2013 PLAN DE PRÉSENTATION Mandat

Plus en détail

GUIDE D APPLICATION DE MESURES D EFFICACITÉ DANS LE CADRE DE RÉNOVATIONS

GUIDE D APPLICATION DE MESURES D EFFICACITÉ DANS LE CADRE DE RÉNOVATIONS GUIDE D APPLICATION DE MESURES D EFFICACITÉ DANS LE CADRE DE RÉNOVATIONS PROGRAMME RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE POUR LES MÉNAGES À FAIBLE REVENU VOLET SOCIAL À l'intention des Offices municipaux d'habitation

Plus en détail

LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1. Construire vert ne devrait pas être un casse-tête

LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1. Construire vert ne devrait pas être un casse-tête LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1 Construire vert ne devrait pas être un casse-tête LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 2 6/4/08 11:53 AM Page 2 LOG 8869 Residential

Plus en détail

Inspection des systèmes de plomberie et de chauffage

Inspection des systèmes de plomberie et de chauffage Inspection des systèmes de plomberie et de chauffage Présentation à la 44 ième rencontre du RTHQ Mai 2011 Sommaire Codes applicables Produits approuvés Évacuation Ventilation Alimentation en eau potable

Plus en détail

Cours de Structures en béton

Cours de Structures en béton Cours de Structures en béton Chapitre 12 DETAILS DE CONSTRUCTION Section 12.3 Les murs 12.3.1 Le mur extérieur en béton armé 12.3.2 Le mur extérieur en maçonnerie traditionnelle 12.3.3 Le mur extérieur

Plus en détail

SYSTÈME HOMEGA DESCRIPTION

SYSTÈME HOMEGA DESCRIPTION DESCRIPTION Panneau isolant moulé avec fourrures de bois intégrées 4 pi x 8 pi 3 fourrures de bois intégrées aux 16 po centre à centre Chevauché de 1 1/2 po aux 4 côtés PRODUIT BREVETÉ UNIQUE SUR LE MARCHÉ

Plus en détail

PLACE DE L ACADIE MISE À JOUR DES ÉTUDES ACOUSTIQUES À PARTIR DES PLANS DE SITE RÉVISÉS SOUMIS EN DATE DU 3 DÉCEMBRE 2008

PLACE DE L ACADIE MISE À JOUR DES ÉTUDES ACOUSTIQUES À PARTIR DES PLANS DE SITE RÉVISÉS SOUMIS EN DATE DU 3 DÉCEMBRE 2008 MJM CONSEILLERS EN ACOUSTIQUE INC MJM ACOUSTICAL CONSULTANTS INC 55, Côte des Neiges, Bureau 0 Montréal (Québec) Tél.: (5) 77-98 HS A6 Fax: (5) 77-986 Site internet: www.mjm.qc.ca Courrier électronique:

Plus en détail

Rapport d'évaluation CCMC 12835-R IGLOO Wall Insulation

Rapport d'évaluation CCMC 12835-R IGLOO Wall Insulation CONSTRUCTION Rapport d'évaluation CCMC 12835-R IGLOO Wall Insulation RÉPERTOIRE Révision Jamais Réévaluation Non : NORMATIF : 07 21 23.06 Publication en de l'évaluation : 1997-12-08 Réévaluation cours

Plus en détail

ISOPROTECT. Le panneau en fibres de bois ISOVER.

ISOPROTECT. Le panneau en fibres de bois ISOVER. ISOPROTECT. Le panneau en fibres de bois ISOVER. Une combinaison intelligente de matériaux. Depuis près de 80 ans, Saint-Gobain ISOVER SA produit des isolants à hautes performances en laine de verre dans

Plus en détail

Le guide de l Isolation Thermique par l Extérieur. Edition mars 2014

Le guide de l Isolation Thermique par l Extérieur. Edition mars 2014 Le guide de l Isolation Thermique par l Extérieur Edition mars 201 Sommaire Isolation Thermique par l Extérieur Quel système choisir? Quel produit choisir? Les avantages d un système rationnel et performant

Plus en détail

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK Guide de mise en œuvre Liant ProKalK Applications Confort Caractéristiques du produit Caractéristiques physiques Dosage et conseil d utilisation Isolation du sol en béton de chanvre ProKalK Isolation pour

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. 1- Historique... 1. 2- Types de ventilateurs et leurs différents usages... 1

TABLE DES MATIÈRES. 1- Historique... 1. 2- Types de ventilateurs et leurs différents usages... 1 LA VENTILATION DES COUVERTURES 01-01-1998 TABLE DES MATIÈRES Page 1- Historique... 1 2- Types de ventilateurs et leurs différents usages... 1 3- Recommandations et investigations avant réfection... 3 4-

Plus en détail

LA NATURE AU SERVICE DE L ARCHITECTURE MODERNE CARACTERISTIQUES TECHNIQUES DFP Z - 9.1-513 Z - 9.1-551

LA NATURE AU SERVICE DE L ARCHITECTURE MODERNE CARACTERISTIQUES TECHNIQUES DFP Z - 9.1-513 Z - 9.1-551 LA NATURE AU SERVICE DE L ARCHITECTURE MODERNE CARACTERISTIQUES TECHNIQUES Kronolux dfp, le panneau de fibres à diffusion d humidité pour un bardage extérieur de renforcement, étanche au vent et isolant,

Plus en détail

L ingénierie au service de la nature MC

L ingénierie au service de la nature MC L ingénierie au service de la nature MC Concerto, la fenêtre qui est testée pour l étanchéité à l air aussi bien à -30 C qu à température ambiante 20 C. Pourquoi est-il important d évaluer le degré d étanchéité

Plus en détail

L E S H A L I O T I D E S

L E S H A L I O T I D E S Un exemple de rénovation et extension d un pavillon des années 60 DU BOIS DANS UNE MAISON EN BETON Les3objectifs principaux du projet : Changer l image de la construction. Améliorer son confort et son

Plus en détail

Panneau Ossature Revêtement intermédiaire Extérieur

Panneau Ossature Revêtement intermédiaire Extérieur L e point en recherche Série technique 01-130 Étude sur l assèchement des murs en Ontario Phase 2 Introduction Entre 1989 et 1991, la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL) et six autres

Plus en détail

Cours de Structures en béton

Cours de Structures en béton Cours de Structures en béton Chapitre 12 DETAILS DE CONSTRUCTION Section 12.4 Les dalles et planchers 12.4.1 La dalle posée sur un mur en béton armé 12.4.2 La dalle posée sur un mur en maçonnerie traditionnelle

Plus en détail

Phase avant-projet : Fondations pour constructions résidentielles à ossature en éléments minces en acier

Phase avant-projet : Fondations pour constructions résidentielles à ossature en éléments minces en acier Phase avant-projet : Fondations pour constructions résidentielles à ossature en éléments minces en acier Ce document présente l'utilisation de dalles en béton, de semelles filantes et de systèmes de micropieux

Plus en détail

Les enduits. Unité de Formation Professionnelle

Les enduits. Unité de Formation Professionnelle Les enduits Unité de Formation Professionnelle Les différents enduits Les finitions en isolations extérieure Migration de vapeur d eau Gestions des désordres Une protection contre les intempéries 1 Certains

Plus en détail

Revêtement extérieur isolant R-4 à haute performance

Revêtement extérieur isolant R-4 à haute performance Building Products of Canada Corp. 08 06 16 13 Wood, Plastics and Composites 13 Structural Insulating Sheathings Revêtement extérieur isolant R-4 à haute performance Le R-4 HP de BP combine la fibre de

Plus en détail

ISOLATION TOITS DES. La rénovation domiciliaire éconergétique CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES

ISOLATION TOITS DES. La rénovation domiciliaire éconergétique CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES La rénovation domiciliaire éconergétique ISOLATION DES TOITS CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES AVANT DE COMMENCER Vérifiez l état du recouvrement de la toiture ainsi que de ses composantes structurales. Si ceux-ci

Plus en détail

Les registres coupe-feu

Les registres coupe-feu Les registres coupe-feu Installez avec soin Comment assurer une installation conforme Pour obtenir des exemplaires de cette publication, adressez-vous à la Direction des communications de la Régie du bâtiment

Plus en détail

5 Applications. Isolation intérieure des murs de fondation. ISOFOIL est un panneau isolant rigide laminé d un pare-vapeur d aluminium réfléchissant.

5 Applications. Isolation intérieure des murs de fondation. ISOFOIL est un panneau isolant rigide laminé d un pare-vapeur d aluminium réfléchissant. FICHE TECHNIQUE 120-1.4 07.21.13.13 1 Nom du produit ISOFOIL 2 Manufacturier ISOFOIL est fabriqué par Groupe Isolofoam, entreprise québécoise et important manufacturier de produits isolants depuis plus

Plus en détail

[TRAVAIL #1 : ANALYSE TOITURE DE RÉSIDENCE]

[TRAVAIL #1 : ANALYSE TOITURE DE RÉSIDENCE] CÉGEP CÉGEP DE CHICOUTIMI TRAVAIL PRÉSENTÉ À : M. JEAN-RENÉ CLOUTIER RÉALISÉ PAR : François Bouchard et Luca Fortin [TRAVAIL #1 : ANALYSE TOITURE DE RÉSIDENCE] Travail réalisé dans la cadre du cours d

Plus en détail

Façades. Cette fiche est à compléter avec l entreprise qui sera chargé de réaliser les travaux.

Façades. Cette fiche est à compléter avec l entreprise qui sera chargé de réaliser les travaux. Façades Enjeux : L isolation des murs est un moyen important de diminuer les consommations d énergie. Afin de garder l inertie des parois lourdes anciennes, il est plus pertinent d isoler les murs par

Plus en détail

Solutions durables et innovantes pour maisons bois

Solutions durables et innovantes pour maisons bois Concept Solutions durables et innovantes pour maisons bois Des solutions techniques et performantes pour l univers de la construction Construire plus naturellement, c est concevoir des maisons saines et

Plus en détail

MISE EN ŒUVRE D UNE DALLE ISOLANTE CHAUX - CHANVRE

MISE EN ŒUVRE D UNE DALLE ISOLANTE CHAUX - CHANVRE F3 MISE EN ŒUVRE D UNE DALLE ISOLANTE CHAUX - CHANVRE Groupement des producteurs de chanvre en Luberon Important : L utilisation de la chaux nécessite de toujours prendre la précaution d utiliser des gants.

Plus en détail

Isolement acoustique et résistance au feu des ensembles comportant des coupe-feu

Isolement acoustique et résistance au feu des ensembles comportant des coupe-feu Solution constructive n o 16 Isolement acoustique et résistance au feu des ensembles comportant des coupe-feu par T.R.T. Nightingale et M.A. Sultan Cet article porte sur différentes techniques coupe-feu

Plus en détail

GUIDE DE PRÉPARATION DE SURFACE

GUIDE DE PRÉPARATION DE SURFACE Aggloméré de bois, panneaux de copeaux agglomérés et panneaux d appui OSB Masonite Plancher de bois dur et parquet-mosaïque Contreplaqué Luan Feuilles de revêtement de sol en vinyle à endos spongieux ou

Plus en détail

LE POINT EN RECHERCHE

LE POINT EN RECHERCHE LE POINT EN RECHERCHE Mai 2014 Série technique 14-101 Conception et construction de la Maison durable construite pour le Nord Inuvik (Territoires du Nord-Ouest) INTRODUCTION La Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

COB ROCK. Le bois aime naturellement la laine de roche

COB ROCK. Le bois aime naturellement la laine de roche isoler les constructions à ossature bois COB ROCK Le bois aime naturellement la laine de roche La Construction Ossature Bois, une technique adaptée à tous les types de bâtiments En construction bois, la

Plus en détail

LE POINT EN RECHERCHE

LE POINT EN RECHERCHE LE POINT EN RECHERCHE Mars 2015 Série technique Conception et construction de la Maison durable construite pour le Nord Arviat (Nunavut) INTRODUCTION La Société canadienne d hypothèques et de logement

Plus en détail

CCMC 13426-R Guardwrap NXT Matériau pare-air - Annexe A Renseignements complémentaires

CCMC 13426-R Guardwrap NXT Matériau pare-air - Annexe A Renseignements complémentaires CCMC 13426-R Guardwrap NXT Matériau pare-air - Annexe A Renseignements complémentaires Un matériau pare-air employé dans un système pare-air Le CCMC n a pas évalué le rendement du système pare-air pour

Plus en détail

Coffre en terre cuite à isolation renforcée M20. pour maçonnerie à isolation rapportée. Un certain sens de la terre

Coffre en terre cuite à isolation renforcée M20. pour maçonnerie à isolation rapportée. Un certain sens de la terre Coffre en terre cuite à isolation renforcée M20 pour maçonnerie à isolation rapportée Un certain sens de la terre Coffre de baie à chaînage intégré COMPOSANTS EN TERRE CUITE POUR BAIES DESTINÉS À PROTÉGER

Plus en détail

EXIGENCES POUR L'APPLICATION DE BARDEAUX D'ASPHALTE SUR DES SUPPORTS DE COUVERTURE EN BOIS AVEC PENTE DE 1:3 OU PLUS

EXIGENCES POUR L'APPLICATION DE BARDEAUX D'ASPHALTE SUR DES SUPPORTS DE COUVERTURE EN BOIS AVEC PENTE DE 1:3 OU PLUS DIVISION IV EXIGENCES POUR L'APPLICATION DE BARDEAUX D'ASPHALTE SUR DES SUPPORTS DE COUVERTURE EN BOIS AVEC PENTE DE 1:3 OU PLUS Note: Les bardeaux avec armatures organiques ont été retirés du marché.

Plus en détail

Le Système d isolation ROSE d Owens Corning

Le Système d isolation ROSE d Owens Corning Le Système d isolation ROSE d Owens Corning Le Système d isolation ROSE d Owens Corning Plafonds cathédrale (si intégrés) Greniers / Plafonds plats Murs extérieurs Murs intérieurs Sous les planchers Murs

Plus en détail

Réhabilitation : les solutions bois en maisons individuelles. Agathe COQUILLION Prescripteur Bois Midi- Pyrénées

Réhabilitation : les solutions bois en maisons individuelles. Agathe COQUILLION Prescripteur Bois Midi- Pyrénées Réhabilitation : les solutions bois en maisons individuelles Agathe COQUILLION Prescripteur Bois Midi- Pyrénées MIDI-PYRÉNÉES BOIS Propriétaires et gestionnaires de forêt Forêt et gestion forestière Exploitants

Plus en détail

Maison EQuilibrium MC en action

Maison EQuilibrium MC en action Maison EQuilibrium MC en action ÉcoTerra MC système de commande et de surveillance de la consommation d énergie ÉcoTerra MC est une maison individuelle neuve de deux étages d une superficie de 234 m² (2

Plus en détail

MUR DE FACADE EN BOIS. Module 2 Technologies courantes de construction bois

MUR DE FACADE EN BOIS. Module 2 Technologies courantes de construction bois MUR DE FACADE EN BOIS Module 2 Technologies courantes de construction bois Module 2 Technologies courantes de construction bois Murs à ossature légère Principes Matériaux Pré-dimensionnement Lisses

Plus en détail

Ainsi l humidité peut pénétrer jusque dans la structure.

Ainsi l humidité peut pénétrer jusque dans la structure. Conseil de pro : Etanchéité FERMACELL Sollicitation à l humidité/ domaine d application En fonction du type de sollicitation à l humidité, différentes mesures d étanchéités doivent être mises en œuvre.

Plus en détail

GUIDE POUR PRÉSENTER UNE DEMANDE DE MESURES DIFFÉRENTES

GUIDE POUR PRÉSENTER UNE DEMANDE DE MESURES DIFFÉRENTES GUIDE POUR PRÉSENTER UNE DEMANDE DE MESURES DIFFÉRENTES INTÉGRITÉ DES SÉPARATIONS COUPE-FEU Installations existantes des conduits de cheminée des foyers au bois 2373 (2011-11) Le présent document a été

Plus en détail

Des modules pour vos idées

Des modules pour vos idées Des modules pour vos idées Autres informations Nouvelle construction Nouvelle Pensée Les personnes qui désirent construire et vivre autrement sont plus en plus nombreuses. Elles aspirent à des solides

Plus en détail

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Etanchéité à l air dans la construction bois Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Pourquoi des bâtiments étanches à l air? Ne pas confondre : étanchéité à l air et confinement Une bonne étanchéité à l air

Plus en détail

La fixation des loyers, la fiscalité des propriétaires et la rentabilité de l'immobilier MYTHES ET RÉALITÉS DE LA PÉNURIE DE LOGEMENTS LOCATIFS

La fixation des loyers, la fiscalité des propriétaires et la rentabilité de l'immobilier MYTHES ET RÉALITÉS DE LA PÉNURIE DE LOGEMENTS LOCATIFS IRIS Institut de recherche et d informations socio-économiques La fixation des loyers, la fiscalité des propriétaires et la rentabilité de l'immobilier MYTHES ET RÉALITÉS DE LA PÉNURIE DE LOGEMENTS LOCATIFS

Plus en détail

réaménagement des locaux de la maison de l'emploi Fred PETR architectes LOT CL - Page n 1 / 6

réaménagement des locaux de la maison de l'emploi Fred PETR architectes LOT CL - Page n 1 / 6 réaménagement des locaux de la maison de l'emploi Fred PETR architectes LOT CL - Page n 1 / 6 LOT N 4 CLOISONS - PLAFONDS Sommaire Chapitre I - PRESCRIPTIONS TECHNIQUES PARTICULIERES...2 Chapitre II -

Plus en détail

Nos maisons ont un petit...

Nos maisons ont un petit... Nos maisons ont un petit... 3 Une maison + à votre taille Les éléments en bois massif lamellé-cloué des maisons MB-MA sont fabriqués sur mesure à partir des plans de votre habitation et ce, pour des dimensions

Plus en détail

Façades en pan de bois ou à ossature métallique

Façades en pan de bois ou à ossature métallique FICHE TECHNIQUE Façades en pan de bois ou à ossature métallique 2 4 5 CONNAÎTRE > L ossature > Le remplissage des murs de façades > Le remplissage des murs et cloisons intérieurs REGARDER > Reconnaître

Plus en détail

ISOLATION FONDATIONS DES. La rénovation domiciliaire éconergétique CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES

ISOLATION FONDATIONS DES. La rénovation domiciliaire éconergétique CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES La rénovation domiciliaire éconergétique ISOLATION DES FONDATIONS CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES AVANT DE COMMENCER Déterminez la nature des fondations : matériaux utilisés (béton, blocs de béton, pierres) ;

Plus en détail

Fig.1 Détail de l installation

Fig.1 Détail de l installation Chevauchement du treillis de 8 est exigé sur les coins du bâtiment Panneau isolant de Polystyrène expansé de type 1, 1 1/2 (36 mm) min. Bande de départ Treillis en fibre de verre renforcis au bas de l

Plus en détail

Le nouveau Code national de l'énergie pour les bâtiments

Le nouveau Code national de l'énergie pour les bâtiments Centre canadien des codes du CNRC Le nouveau Code national de l'énergie pour les bâtiments Canada (CNÉB) 2011 Heather Knudsen, ing. Novembre 2011 Centre canadien des codes CNÉB 2011 Vue d ensemble Historique

Plus en détail

ISOLATION THERMIQUE DES BÂTIMENTS. Techniques et matériaux. Licence 3 Génie Civil et Infrastructure

ISOLATION THERMIQUE DES BÂTIMENTS. Techniques et matériaux. Licence 3 Génie Civil et Infrastructure ISOLATION THERMIQUE DES BÂTIMENTS Techniques et matériaux Licence 3 Génie Civil et Infrastructure UJF Grenoble 1 1974 Politique d'économie d'énergie... Nouvelle réglementation RT 2010 R&D Matériaux et

Plus en détail

PARTIE 1 - GÉNÉRALITÉS

PARTIE 1 - GÉNÉRALITÉS EXTÉRIEURS EN CONTREPLAQUÉ Page 1 INFORMATION GÉNÉRALE DU DEVIS Ce devis a pour but de décrire les différents types de revêtements de bois Tradition offert par GOODFELLOW INC ainsi que ses ouvrages connexes.

Plus en détail

KEIM XPor. Système d ITE 100 % minéral

KEIM XPor. Système d ITE 100 % minéral KEIM XPor Système d ITE 100 % minéral Toiture 7 % Consommation énergétique (kwhep/m²/an) Bâtiment économe 15 A++ 15 à 50 A Maison Passive Maison RT 2012 Emissions de gaz à effet de serre (kg éq. CO2/m²/an)

Plus en détail

Quelques conseils pour vous aider à effectuer les travaux de construction ou de rénovation de votre propriété en toute légalité et à votre

Quelques conseils pour vous aider à effectuer les travaux de construction ou de rénovation de votre propriété en toute légalité et à votre Quelques conseils pour vous aider à effectuer les travaux de construction ou de rénovation de votre propriété en toute légalité et à votre satisfaction! Faut-il un permis municipal? Vérifiez auprès de

Plus en détail

GUIDE À L INTENTION DES COMPAGNIES REQUÉRANT LA CERTIFICATION AUX NORMES. CSA W47.1, W47.2 et W186

GUIDE À L INTENTION DES COMPAGNIES REQUÉRANT LA CERTIFICATION AUX NORMES. CSA W47.1, W47.2 et W186 GUIDE À L INTENTION DES COMPAGNIES REQUÉRANT LA CERTIFICATION AUX NORMES CSA W47.1, W47.2 et W186 Page 1 de 14 Objet Le but du présent document est d aider les compagnies à rencontrer les exigences de

Plus en détail

www.integraspec.com LES QUESTIONS SOUVENT POSÉES : 1. C est quoi le COFFRAGE ISOLANT? 3. Quelle est la plus value d utiliser IntegraSpec?

www.integraspec.com LES QUESTIONS SOUVENT POSÉES : 1. C est quoi le COFFRAGE ISOLANT? 3. Quelle est la plus value d utiliser IntegraSpec? www.integraspec.com LES QUESTIONS SOUVENT POSÉES : 1. C est quoi le COFFRAGE ISOLANT? 2. Quels sont les autres bénéfices? 3. Quelle est la plus value d utiliser IntegraSpec? 4. Les maisons faites avec

Plus en détail

Les 5 à 7 de l éco-construction

Les 5 à 7 de l éco-construction Les 5 à 7 de l éco-construction Retrouvez les conférences sur www.ifb42.com La RT2012 Le confort d été Performances des menuiseries extérieures Humidité et transfert de vapeur d eau dans les parois Les

Plus en détail

Stef Premium II ULTRA iso

Stef Premium II ULTRA iso Devis d installation Système de revêtement thermique avec enduit de finition Stef Premium II ULTRA iso Le Système (EIFS) de STEF le plus populaire sur panneaux isolants de polyisocyanurate 1-Généralités

Plus en détail

Les différentes étapes lors de la construction d un bâtiment FIN

Les différentes étapes lors de la construction d un bâtiment FIN Avant d attaquer les travaux, les étapes suivantes doivent être réalisées: le terrain a été acheté. le notaire a édité tous les papiers administratifs nécessaires. les plans ont été dessinés et validés

Plus en détail

Udi INSULATION. SYSTÈME UdiRECO. Système composite d isolation thermique à base de fibres de bois intégrant l égalisation des murs INNOVATION

Udi INSULATION. SYSTÈME UdiRECO. Système composite d isolation thermique à base de fibres de bois intégrant l égalisation des murs INNOVATION Udi SYSTÈME UdiRECO INNOVATION Système composite d isolation thermique à base de fibres de bois intégrant l égalisation des murs Une meilleure qualité de vie pour vous et la protection climatique de notre

Plus en détail

Catalogue d éléments de construction. Isolation thermique selon la norme SIA 380/1. Standard sans énergies renouvelables

Catalogue d éléments de construction. Isolation thermique selon la norme SIA 380/1. Standard sans énergies renouvelables Isolation thermique selon la norme SIA 380/1 Standard sans énergies renouvelables Standard pour les transformations Standard pour constructions basse énergie Standard pour maisons passives Catalogue d

Plus en détail

Isolation intérieure et extérieure de murs anciens en briques pleines

Isolation intérieure et extérieure de murs anciens en briques pleines Isolation intérieure et extérieure de murs anciens en briques pleines LES CAHIERS PRATIQUES Préambule La demande du client Ce document est réalisé sur la base d ateliers de travail rassemblant des entreprises

Plus en détail

Agrément technique général. Association professionnelle de la construction en bottes de paille Allemagne Sieben Linden 1 D-38486 Bandau

Agrément technique général. Association professionnelle de la construction en bottes de paille Allemagne Sieben Linden 1 D-38486 Bandau No d agrément : Z-23.11-1595 INSTITUT ALLEMAND DES TECHNIQUES DE CONSTRUCTION Etablissement de droit public 10 février 2006 10829 Berlin Kolonenstr. 30 L Tel. (49) 030 78730-332 Fax. (49) 030 78730-320

Plus en détail

PORTE-FENÊTRE COULISSANTE SYSTÈME 2200 DE REHAU. www.rehau.com. Construction Automobile Industrie

PORTE-FENÊTRE COULISSANTE SYSTÈME 2200 DE REHAU. www.rehau.com. Construction Automobile Industrie PORTE-FENÊTRE COULISSANTE SYSTÈME 2200 DE REHAU www.rehau.com Construction Automobile Industrie PORTE-FENÊTRE: LA PROCHAINE GÉNÉRATION CONCEPTION AXÉE SUR LA PERFORMANCE ET STYLE ATTRAYANT La porte-fenêtre

Plus en détail

UNE CHALEUR RAYONNANTE COMME CELLE DU SOLEIL

UNE CHALEUR RAYONNANTE COMME CELLE DU SOLEIL UNE CHALEUR RAYONNANTE COMME CELLE DU SOLEIL Panneau climatisant WEM pour construction récente Habitation individuelle près de Coblence, Allemagne Tuyau préformé WEM pour rénovation Musée Paulinzella,

Plus en détail

Rénovation thermique performante d une maison individuelle à Vanves

Rénovation thermique performante d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Rénovation thermique performante d une maison individuelle à Vanves B ÂTIMENTS Afin d améliorer le confort thermique de leur maison d après-guerre, un couple

Plus en détail

Compétences Bois. bois en construction passive et à basse consommation d énergie

Compétences Bois. bois en construction passive et à basse consommation d énergie 3 Compétences Insertion de menuiseries bois en construction Bois passive et à basse consommation d énergie Sommaire 1. Points essentiels pour la mise en œuvre de menuiserie à haute performance énergétique

Plus en détail

Un entrepreneur détenant la licence appropriée. L entretien du système de chauffage*

Un entrepreneur détenant la licence appropriée. L entretien du système de chauffage* Soyez prévoyant Un entrepreneur détenant la licence appropriée Un système de chauffage installé selon les différents codes en vigueur et bien entretenu par du personnel qualifié est votre meilleur gage

Plus en détail

AU MONDE. NOUS SOUHAITONS VOUS PRESENTER ICI LA MEILLEURE

AU MONDE. NOUS SOUHAITONS VOUS PRESENTER ICI LA MEILLEURE NOUS SOUHAITONS VOUS PRESENTER ICI LA MEILLEURE IDEE QUE NOUS N AYONS JAMAIS EUE. CAR N EST-CE PAS LA CHOSE LA PLUS SIMPLE ET LA PLUS NATURELLE QUE DE VOULOIR AVOIR BIEN CHAUD? ON A BESOIN POUR CELA D

Plus en détail

Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007 2017. Résumé de synthèse

Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007 2017. Résumé de synthèse Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007 2017 Résumé de synthèse Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007-2017 APERÇU

Plus en détail

LES QUALITES DES ISOLANTS QU APPELLE -T- ON ISOLANT THERMIQUE? LES PRINCIPAUX ISOLANTS THERMIQUES

LES QUALITES DES ISOLANTS QU APPELLE -T- ON ISOLANT THERMIQUE? LES PRINCIPAUX ISOLANTS THERMIQUES LES QUALITES DES ISOLANTS QU APPELLE -T- ON ISOLANT THERMIQUE? LES PRINCIPAUX ISOLANTS THERMIQUES C.F-S.P page 1 Pourquoi l isolation thermique? En 1973 les pays européens subissent le premier choc pétrolier.

Plus en détail

François Dussault, T.P. Inspecteur en bâtiment. Repentigny, le 31 août 2010

François Dussault, T.P. Inspecteur en bâtiment. Repentigny, le 31 août 2010 Repentigny, le 31 août 2010 Monsieur François Dussault, propriétaire 76 rue Vinet Repentigny, Qc. J6A 1K9 Objet : Infiltration dans la salle de bains au 76 Vinet Monsieur Dussault, C est avec plaisir que

Plus en détail

Points d attention pour l implantation en toiture des systèmes photovoltaïques : petites et grandes installations. Xavier Kuborn, C.S.T.C.

Points d attention pour l implantation en toiture des systèmes photovoltaïques : petites et grandes installations. Xavier Kuborn, C.S.T.C. Points d attention pour l implantation en toiture des systèmes photovoltaïques : petites et grandes installations Xavier Kuborn, C.S.T.C. La production d énergie est un rôle supplémentaire Les capteurs

Plus en détail

1.2 Paroi en briques d argile.

1.2 Paroi en briques d argile. 1.2 Paroi en briques d argile. Composant du mur Epaisseurs Références CLAYTEC! Maçonneries E = 11,5 à 49 cm 07.002, autres " Paroi extérieure E = 10 cm --- Des parois en briques d argile sont construites

Plus en détail

Maçonnerie en pierre naturelle

Maçonnerie en pierre naturelle Maçonnerie en pierre naturelle Centre Technique de Matériaux Naturels de Construction 17, rue Letellier, 75015 Paris Tél : +33(0)1 44 37 50 00 Fax : +33(0) 1 44 37 08 02 www.ctmnc.fr GUIDE DES PONTS THERMIQUES

Plus en détail

born to build wise LA MAISON SAGE

born to build wise LA MAISON SAGE born to build wise LA MAISON SAGE HISTOIRE ET MISSION Edilizia Integrale naît en 1992 de l expansion toscane de la société Vanoncini SpA, une société historique sise à Bergame, jouissant d une expérience

Plus en détail

Présentation du béton cellulaire... 14 Historique... 14 Présentation... 14 Composition... 15 Fabrication... 15 Principales utilisations...

Présentation du béton cellulaire... 14 Historique... 14 Présentation... 14 Composition... 15 Fabrication... 15 Principales utilisations... CONSTRUIRE EN BÉTON CELLULAIRE 1. Le béton cellulaire et son environnement Présentation du béton cellulaire.............................................................. 14 Historique......................................................................................

Plus en détail

Principes d établissement de plans pour ouvrages en briques de parement en terre cuite et clinker

Principes d établissement de plans pour ouvrages en briques de parement en terre cuite et clinker Principes d établissement de plans pour ouvrages en briques de parement en terre cuite et clinker Sommaire Principes d établissement de plans Formats de briques Appareillages de maçonnerie Construction

Plus en détail

Chemin de câbles coupe-feu AESTUVER Construire soi-même les éléments I 30 à I 120 E 30 à E 120 5 E 200

Chemin de câbles coupe-feu AESTUVER Construire soi-même les éléments I 30 à I 120 E 30 à E 120 5 E 200 Chemin de câbles coupe-feu Construire soi-même les éléments I 0 à I 10 E 0 à E 10 5 E 00 Description Le système de chemin de câbles a été testé selon la norme DIN 410 partie 11 et partie 1 par l Institut

Plus en détail

REMPLACER LES CHÂSSIS ET VITRAGES

REMPLACER LES CHÂSSIS ET VITRAGES Lisez aussi : Fiche 1 INTRODUCTION + Fiche 2 MAÎTRISER L ÉTANCHÉITÉ ET PROTÉGER L ISOLANT + Fiche 10 AMÉLIORER LA VENTILATION RÉNOVER POUR CONSOMMER MOINS D ÉNERGIE : GUIDE PRATIQUE REMPLACER LES CHÂSSIS

Plus en détail

INSPECTION D UN BÂTIMENT

INSPECTION D UN BÂTIMENT 1, Chemin Premier, Québec INSPECTION D UN BÂTIMENT NICOLAS DÉRY, TECHNOLOGUE SPÉCIALISTE EN BÂTIMENTS OBJET DE L INSPECTION Cette inspection visuelle en bâtiment a pour but de donner à M. Tremblay et Madame

Plus en détail