Projet de recherche sur la faisabilité d une étude sur les disparitions de mineurs dans le canton. Pauline Volet & Marcelo F. Aebi

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Projet de recherche sur la faisabilité d une étude sur les disparitions de mineurs dans le canton. Pauline Volet & Marcelo F. Aebi"

Transcription

1 Projet de recherche sur la faisabilité d une étude sur les disparitions de mineurs d le canton de Vaud Pauline Volet & Marcelo F. Aebi 22/10/2013

2 Contenu 1. Introduction Méthodologie et base de données Résultats Correspondance entre les cinq catégories définies par MCS et les catégories de la PCV Description des cas relevant d infractions au CPS ( ) Description des ( ) Synthèse Proposition de recherche future But du projet

3 1. Introduction L objectif du présent projet est de déterminer le nombre de cas de disparition de mineurs traités par la Police Cantonale Vaudoise (PCV) pour les années qui correspondent aux catégories suivantes définies par Missing Children Suisse (MCS): - - enlèvement d enfants par un parent (national) - enlèvement d enfants par un parent (international) - enlèvement d enfants par un tiers (national) - enlèvement d enfants par un tiers (international) - disparition non définies - disparition de mineurs étrangers non accompagnés. En établissant ce nombre et en connaissant le contenu de quelques-uns des cas traités, il sera alors possible de proposer un projet de recherche concret sur les disparitions de mineurs d le canton de Vaud. 2. Méthodologie et base de données Le Commissaire adjoint M. Stéphane Birrer a mis les données de la Police Cantonale Vaudoise à disposition de Mme Pauline Volet, chercheuse de l Université de Lausanne, travaillant sous la direction du Professeur Marcelo Aebi. Comme convenu, cette dernière s est déplacée à la PCV durant une semaine pendant le mois de septembre 2013 afin de traiter les données mises disposition et pouvoir ainsi disposer d une base de données totalement anonymisée. Deux bases de données sous format Excel ont été traitées, soit une base de données contenant les affaires concernant les cas de et une autre concernant les cas relatifs à des infractions au sens du Code Pénal Suisse (CPS), soit des enlèvements et/ou séquestrations (art. 183 du CPS). Les bases de données ont été toutes deux épurées d un premier temps. D la base de données concernant les infractions, des affaires ont été supprimées car elles concernaient des personnes majeures. Au total, sur cette base de données, 42 affaires concernant des personnes mineures ont été recensées entre 2010 et En outre, lorsque les données disponibles d cette base Excel présentaient des lacunes ou que des doutes concernant certaines informations subsistaient, certains des dossiers inclus d cette base ont été lus. Ceci a également permis d avoir une idée de leur contenu et de constater qu un dossier contenait, approximativement, un minimum d une dizaine de pages à lire. La base de données concernant les a également été retravaillée afin de mieux pouvoir l exploiter 2. Plus particulièrement, cette base de données étant nominative, elle faisait état de 1 Les variables intéressantes à disposition et qui ont été récoltées pour chaque cas sont les suivantes: la catégorie MCS ; la date de la disparition ; la date à laquelle l enfant a été retrouvé ; le pays (en cas d enlèvement international) ; la localité de disparition ; la relation entre la victime et le prévenu ; et l âge de la personne au moment de sa disparition. 2 La variables intéressantes à disposition et qui ont été récoltées pour chaque cas sont les suivantes : le genre de la personne ayant fugué ; l âge au moment de la fugue ; par qui l avis de fuite a été annoncé à la police ; la date de la disparition ; la localité de disparition ; le nombre de sur les trois. 2

4 l incidence des cas de comptabilisés par la PCV. C est-à-dire que pour chaque année, chaque nouveau cas de fugue figurait d la base de données fournie par la police. Afin d avoir des données plus facilement exploitables, il a été choisi de trformer la base de données d le but d avoir des informations ayant trait à la prévalence des cas de fugue, c est-à-dire que chaque personne ne figure qu une seule fois d la base de données, quand bien même elle aurait fugué plusieurs fois. Pour cela, les caractéristiques de la première fugue de la personne mineure entre 2010 et 2012 ont été gardées pour l exploitation des données traitées au point 3.3. Ce choix se justifie également afin d éviter que les résultats ne soient biaisés par la présence de «doublons» ; tout en soulignant que ces résultats ne se veulent donc pas représentatifs de toutes les. Le nombre total de par personne a tout de même été conservé. 3. Résultats 3.1 Correspondance entre les cinq catégories définies par MCS et les catégories de la PCV Comme dit précédemment, un des objectifs de cette étude est de savoir si une correspondance entre les catégories d enfants disparus définies par MCS et les données disponibles à la PCV peut être établie. Ainsi, certains dossiers ont été dépouillés afin de corroborer de manière empirique si ces cas correspondent effectivement aux définitions en question. Des correspondances ont pu être établies d la plupart des cas, à l exception des catégories «disparition de mineurs étrangers non accompagnés», «enlèvement d enfants par un tiers (international)» et «disparitions non définies», simplement parce qu aucun cas entre 2010 et 2012 ne s apparentait à ces catégories. En même temps, la lecture des dossiers dont la nature de l affaire ne ressortait pas clairement à partir des informations disponibles sur la base de données Excel a révélé que les catégories établies par MCS ne recouvrent pas toutes les situations effectivement rencontrées. Par conséquent, de nouvelles catégories ont dû être crées : - Mésentente entre les parents séparés : cette catégorie a été créée car plusieurs plaintes déposées pour enlèvement relevaient en fait d un désaccord entre les parents, après leur séparation, concernant notamment l horaire de retour de l enfant à son domicile principal. Par exemple, une mère a déposé plainte car son ex-mari n avait pas ramené son enfant à une certaine heure initialement prévue. Le père a été appelé par la police et allait ramener son enfant un peu plus tard, ayant noté une autre heure. - Non-respect du droit de visite : cette catégorie se réfère aux situations d lesquelles l un des parents ne respecte pas les règles de droit de visite préalablement défini. Par exemple, un père est allé chercher sa fille à la sortie de l école pour passer du temps avec elle, alors que ceci n était pas prévu d le droit de visite 3. - Les tentatives d enlèvement (national ou international) ont été divisées en deux sous-catégories: tentative d enlèvement par un parent et tentative d enlèvement par un tiers. La tentative 3 La catégorie «non-respect du droit de visite» pourrait être fusionnée avec la catégorie «mésentente entre les parents séparés» d le cadre d une recherche qui ne s intéresserait pas à approfondir les nuances entre ces deux cas de figure. 3

5 d enlèvement par un parent se réfère à une situation d laquelle un parent avait déjà prévu un départ avec son enfant généralement à l étranger, à en juger par la présence de billets d avion, par exemple s en avertir l autre parent, mais ce départ n a jamais eu lieu. La tentative d enlèvement par un tiers se réfère à des situations d lesquelles un enfant a révélé avoir été abordé par une personne inconnue qui lui a demandé de la suivre, mais s que l enfant n obéisse. Par conséquent, pour ce projet, huit catégories ont pu être traitées ainsi que deux sous-catégories se rapportant à des tentatives Description des cas relevant d infractions au CPS ( ) Concernant les cas relevant d infractions au sens du Code pénal, 42 affaires impliquant 50 enfants ont été enregistrées par la PCV. La répartition graphique de ces infractions est présentée d le Graphique 1. Graphique 1 Répartition des catégories d infractions concernant les disparitions d enfants ( ) Infractions (N=42) 3% 2% 7% 2% 26% Enlèvement international d'enfant par un parent (n=11) Enlèvement national d'un enfant par un parent (n=8) Mésentente entre les parents séparés (n=13) Non-respect règles de droit de visite (n=4) 31% 19% Enlèvement national d'un enfant par un tiers (n=1) Tentative d'enlèvement par un parent (n=1) Tentative d'enlèvement par un inconnu (n=3) Nous pouvons constater que la large majorité des affaires correspondent à deux grandes catégories : l enlèvement national ou international de l enfant par un parent (45%, soit 19 cas en trois ) et les cas de mésententes entre les parents séparés ou de non-respect du droit de visite (41%, soit 17 cas en trois ). Les trois cas de tentatives d enlèvement par un tiers se réfèrent à des situations d lesquelles des mineurs ont été approchés par des personnes inconnues les incitant à monter d leurs véhicules s que ce ou ces inconnus n aient pu être identifiés par la PCV, ce qui rend difficile le fait d affirmer qu il s agissait bien d une tentative d enlèvement. 4 Fugues ; enlèvements d enfants par un parent (national) ; enlèvement d enfant par un parent (international) ; enlèvement d enfant par un tiers (national) ; enlèvement d enfant par un tiers (international) ; disparition non définie ; mésentente entre les parents séparés ; non-respect du droit de visite ; ainsi que les sous-catégories concernant la tentative d enlèvement par un parent et tentative d enlèvement par un tiers. 4

6 Concernant l âge au moment de la disparition, le Graphique 2 montre que la plupart des enfants sont âgés de moins de 10 (83.2%). Graphique 2 Age des enfants au moment de leur disparition 20% 18% 16% 14% 12% 8% 6% 4% 2% 0% Age au moment de la disparition (N=50) Moin s d'un an (n=1) 1 an (n=5) (n=5) (n=2) (n=5) (n=4) (n=9) (n=5) (n=3) (n=3) 11 (n=3) 12 (n=1) 14 (n=1) 16 (n=2) Age au moment de la disparition 2% 4% 8% 18% 6% 6% 6% 2% 2% 4% 2% 17 (n=1) La relation entre la victime et le prévenu est en grande majorité (88.1% des cas) préexistante à la disparition de la victime, tel que cela peut être constaté d le Graphique 3. Graphique 3 Relation entre la victime et le prévenu Relation Victime-Prévenu (N=42) 30% 25% 20% 15% 5% 0% Père-fils (n=11) Père-fille (n=10) Mère-fils (n=4) Mère-fille (n=10) Pèreenfants (n=2) Inconnu (n=5) Relation Victime-Prévenu 26,2% 23,8% 9,5% 23,8% 4,8% 11,9% 5

7 D les cas où l enfant a été retrouvé (n=36), il a été également possible de calculer le laps de temps durant lequel il a été porté disparu. En moyenne, 50,4 jours s écoulent entre le jour de la disparition de l enfant et le jour où il a été retrouvé. Il faut toutefois interpréter cette moyenne avec précaution parce qu elle est fortement influencée par quelques valeurs très élevées correspondant notamment à des cas d enlèvement international d enfants. D un point de vue statistique, la médiane s avère être un bien meilleur indicateur d ce genre de situation et, d le cas présent, elle se situe à moins d un jour de disparition. Finalement, il est nécessaire de signaler que d le cas des 6 disparitions impliquant 7 enfants non inclues d ces calculs, ni la base de données ni les rapports consultés font état d un retour de l enfant disparu. Les rapports ont permis de savoir que d cinq de ces cas, les enfants ont été localisés à l étranger mais n ont, au vu des informations à disposition, pas encore pu être rapatriés. Graphique 4 Durée de la disparition en nombre de jours 50% 45% 40% 35% 30% 25% 20% 15% 5% 0% Durée de la disparition (N=42) Moins de 24 heures (n=18) Entre 1 et 10 jours (n=8) Entre 11 et 20 jours (n=3) Entre 21 et 50 jours (n=2) Plus de 50 jours (n=5) Pas de date de retour (n=6) Durée de la disparition 42,9% 19,0% 7,2% 4,7% 11,9% 14,3% 6

8 3.3 Description des ( ) Entre 2010 et 2012, la PCV a enregistré Tel qu il peut être observé d le Graphique 5, ce chiffre peut être considéré comme relativement stable durant la période étudiée, avec environ 1100 cas par année. Ceci correspond à environ 3 par jour et représente donc un travail conséquent pour la PCV. Graphique 5 Incidence des enregistrées par la PCV ( ) Incidence des enregistrées par la PCV ( ) (N=3296) 2012(n=1067) 32% 2010(n=1122) 34% 2011(n=1107) 34% Parmi les fugueurs, nombreux sont des récidivistes. Ainsi, les 3296 présentées d le Graphique 5 sont le fait de 774 personnes mineures (48% de filles et 52% de garçons) qui ont fugué entre 2010 et Ceci correspond donc à une moyenne de 4.32 par personne. Encore une fois, la moyenne est fortement influencée par certains mineurs qui ont fugué à de nombreuses reprises, de sorte que la médiane est d une fugue par personne. 7

9 Les personnes ayant fugué sont en grande majorité des adolescents âgés entre 13 et 18 (89.9%).Une vérification a été effectuée pour comprendre ce qui s était passé d les situations impliquant des personnes âgées entre 0 et 6 (n=8). Il s avère que ce sont des enfants qui ont fugué du parc d lequel ils jouaient ou qui ont échappé à la vigilance de leurs parents. Graphique 6 Age des personnes au moment de la fugue Age au moment de la fugue (N=774) 60% 50% 40% 30% 20% 0% Age au moment de la disparition (N=774) 0 à 6 (n=8) 7 à 9 (n=10) 10 à 12 (n=60) 13 à 15 (n=390) 16 à 18 (n=306) 1,0% 1,3% 7,8% 50,4% 39,5% Le Graphique 7 représente la répartition du nombre de fugue par personne entre 2010 et Plus de la moitié (52.9%) des personnes ont fugué une seule fois durant ce laps de temps. Graphique 7 Nombre de par personne sur trois (2010, 2011, 2012) Nombres de par personne sur trois (N=774) 60% 50% 40% 30% 20% 0% Nombre de fugue par personne sur 3 1 fugue (n=406) Entre 2 et 5 (n=221) Entre 6 et 10 (n=63) Entre 11 et 15 (n=31) Entre 16 et 20 (n=18) Entre 21 et 40 (n=22) Entre 41 et 60 (n=2) Plus de 60 (n=5) 52,9% 28,8% 8,2% 4,0% 2,3% 2,9% 0,3% 0,7% 8

10 La répartition des personnes et/ou institutions qui ont annoncé la disparition de la personne mineure à la police est présentée d le Graphique 8. Il peut être observé que les deux grandes sources des dénonciations sont la famille du mineur et le foyer d lequel certains de ces mineurs sont placés. Graphique 8 Personne ou institution qui a annoncé la disparition à la PCV Personne ou institution qui a annoncé la disparition à la PCV (N=765; Manquant=9) 50% 45% 40% 35% 30% 25% 20% 15% 5% 0% Par qui l'avis de disparition a-t-il été donné Famille (n=329) Foyer (n=328) Hôpitaux (n=55) Centre de détentio n (n=27) Ecole (n=13) Autorité s(spj, Police, Tribunal) (n=10) Institutio n autre (n=3) 42,9% 42,5% 7,1% 3,5% 1,7% 1,3% 0,4% Pour terminer, il faut signaler que d la base de données fournie par la PCV, il y a 13 personnes pour lesquelles il n y a pas d information sur leur éventuel retour 5. Ceci peut signifier que la personne a été retrouvée mais que cette information n a pas été incorporée d la base de données. Par exemple, 3 de ces cas se réfèrent à une fratrie qui est partie du Centre EVAM d lequel ils vivaient. Cela peut également signifier que la personne n a effectivement pas été retrouvée. De plus, 2 personnes ont été retrouvées s vie. Ces deux cas correspondent à une personne qui s est suicidée et à une autre personne victime d un accident. 3.3 Synthèse Les résultats de cette recherche montrent que, d le canton de Vaud, il y a eu 42 affaires d enlèvement d enfants âgés en grande majorité de moins de 10 sur un laps de temps de 3, soit 14 affaires en 2010, 13 en 2011 et 15 en Dix-neuf de ces cas concernent un enlèvement d enfant (national ou international) de la part d un parent, et 17 se réfèrent à des situations de mésententes entre les parents séparés ou de non-respect du droit de visite de la part du père ou de la mère. D 6 des 42 affaires, les enfants disparus n ont pas été rapatriées. Egalement entre 2010 et 2012, la PCV a enregistré 3296 cas de fugue. Ces cas correspondent à 785 personnes mineures qui ont fugué au moins une fois durant ces 3. Une analyse plus détaillée, 5 En fait, sur la base de données, le nombre de personnes «non-rentrées» s élève à 58, mais en contrôlant individuellement ces dossiers, nous avons pu constater que d 45 de ces cas, la personne avait eu un contact postérieur à la fugue en question avec la PCV par exemple infraction commise, autre fugue, audition etc., ce qui implique que la personne a été retrouvée mais que cette information manquait d la base de données. 9

11 montre qu au moins la moitié des fugueurs sont des récidivistes âgés en majorité entre 13 et 18 (89.9%). Treize de ces mineurs n ont pas été retrouvés (du moins l issue de l affaire ne figure pas au dossier mis à disposition). 4. Proposition de recherche future Au vu des premiers résultats qui ont pu être mis en avant par la présente étude de faisabilité, il serait pertinent de faire une recherche plus poussée en utilisant les données auxquelles il serait possible d avoir accès à la PCV. L étude qui pourrait être effectuée devra prendre en considération un niveau de détail plus élevé que celui pris en compte jusqu à présent. 4.1 But du projet Le but du projet serait, d un premier temps, d identifier par des recherches approfondies sur le plan international, ce qui est fait, envisagé ou à faire d le domaine de la disparition d enfants. En identifiant les différentes structures qui travaillent autour de cette problématique on obtiendrait une vision globale de ce qui existe, tout du moins au niveau européen, et il serait ainsi possible d identifier les manquements et ce qui pourrait être fait en Suisse. D un deuxième temps, une partie quantitative serait effectuée en collaboration avec la PCV, traitant de tous les cas correspondant aux catégories définies plus haut en lien avec une infraction et ce sur un laps de temps de 10. En effet, étant donné que le nombre de disparition et/ou enlèvement sur trois se monte à 42 affaires, il serait pertinent et faisable de récolter ces mêmes données sur un laps de temps plus important. En prenant en considération les affaires portées à la connaissance de la police sur 10 années il serait possible d avoir une vision encore plus globale de la situation sur le canton de Vaud et de savoir si ces chiffres sont stables ou s il est possible de percevoir une évolution. Il conviendrait de lire chacun des dossiers sur le laps de temps considéré et de relever les informations pouvant être récoltées systématiquement, notamment : D le cas où l enfant porté disparu est retrouvé en moins de 24 heures, le nombre d heures qu il a fallu à la police pour retrouver ce dernier Si les charges ont été abandonnées contre la personne prévenue Effectuer un suivi des différentes opérations effectuées par la police après la dénonciation Détailler (tout en gardant évidemment un total anonymat) quelques situation d chaque catégorie Quant aux, il paraît pertinent de les traiter de manière séparée des enlèvements, car la problématique n est pas la même et n est donc pas abordée de la même manière par la PCV. De ce fait, il y aura deux parties, l une concernant les enlèvements puis l autre concernant les. Les ne seront pas répertoriées sur 10 car, tel que nous l avons vu, leur nombre par année est très élevé. Par contre, il semble approprié de retenir l une des années prises en considération d le présent projet de faisabilité et avoir un échantillon d environ 1100 dossiers pour lesquels nous récolterons les données pouvant renseigner sur les caractéristiques des, notamment: La façon dont la personne a été retrouvée D le cas de multiples, élaborer un profil des personnes en fonction des données à disposition 10

12 Essayer de construire des catégories, en fonction des informations à disposition, sur les possibles raisons de la fugue Combien de jours se sont écoulés entre la fugue et le retour La durée d un projet tel que celui-ci serait d approximativement 12 mois avec un collaborateur engagé par l Université de Lausanne à un taux d activité de 60%. A la fin de cette période, l Université de Lausanne aura produit un rapport contentant les informations susmentionnées. 11

Tribunal administratif

Tribunal administratif Nations Unies AT/DEC/1195 Tribunal administratif Distr. limitée 30 septembre 2004 Français Original : anglais TRIBUNAL ADMINISTRATIF Jugement No 1195 Affaire No 1290 : NEWTON Contre : Le Secrétaire général

Plus en détail

Formulaire pour une demande financière d aide à plus long terme Frais d avocat A. INFORMATIONS CONCERNANT LA PERSONNE REQUERANTE 1

Formulaire pour une demande financière d aide à plus long terme Frais d avocat A. INFORMATIONS CONCERNANT LA PERSONNE REQUERANTE 1 Formulaire pour une demande financière d aide à plus long terme Frais d avocat Les décisions relatives à la prise en charge d honoraires d avocat sont du ressort du Comité de l Association du Centre genevois

Plus en détail

Réseau d accueil de jour des enfants du Chablais

Réseau d accueil de jour des enfants du Chablais Règlement valable dès le 1 er janvier 2016 ACCUEIL PRESCOLAIRE, PARASCOLAIRE & ACCUEIL FAMILIAL DE JOUR validé par le Conseil intercommunal de l Association régionale d action sociale pour le district

Plus en détail

Modification du Code civil (entretien de l'enfant), du Code de procédure civile (art. 296a) et de la Loi fédérale en matière d'assistance (art.

Modification du Code civil (entretien de l'enfant), du Code de procédure civile (art. 296a) et de la Loi fédérale en matière d'assistance (art. Nouvelle réglementation du droit d'entretien Réflexions professionnelles de la CSIAS sur le projet du DFJP mis en consultation Modification du Code civil (entretien de l'enfant), du Code de procédure civile

Plus en détail

Ministre de l Emploi et du Développement social (anciennement ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences)

Ministre de l Emploi et du Développement social (anciennement ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences) [TRADUCTION] Citation : D. A. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 685 Date : Le 3 juin 2015 Numéro de dossier : AD-15-168 DIVISION D APPEL Entre: D. A. Demandeur et Ministre

Plus en détail

Composition Président: Roland Henninger Hubert Bugnon, Jérôme Delabays

Composition Président: Roland Henninger Hubert Bugnon, Jérôme Delabays Kantonsgericht KG Rue des Augustins 3, case postale 1654, 1701 Fribourg T +41 26 304 15 00, F +41 26 304 15 01 www.fr.ch/tc 502 2015 235 Arrêt du 22 décembre 2015 Chambre pénale Composition Président:

Plus en détail

LE COMMISSARIAT AUX APPORTS

LE COMMISSARIAT AUX APPORTS LE COMMISSARIAT AUX APPORTS Institution juridique du commissariat aux apports Le commissariat aux apports est la mission en vertu de laquelle un professionnel s exprime sur la valeur attribuée à un apport

Plus en détail

Exercice 2. Population de Bruxelles de 18 à 65 ans selon le sexe et le statut d occupation - 2010

Exercice 2. Population de Bruxelles de 18 à 65 ans selon le sexe et le statut d occupation - 2010 Chapitre 1. Tableau à double entrée Exercices : solutions Texte provisoire. Merci pour les remarques, commentaires, suggestions Exercice 1 1.a. Population de Bruxelles selon le sexe et la nationalité Hommes

Plus en détail

CHÂTEAUDUN. Ligne de Patay à Nogent-le-Rotrou. Projet. d une deuxième gare. d une gare commune

CHÂTEAUDUN. Ligne de Patay à Nogent-le-Rotrou. Projet. d une deuxième gare. d une gare commune CHÂTEAUDUN Ligne de Patay à Nogent-le-Rotrou Projet d une deuxième gare ou d une gare commune 1 Ponts et Chaussées Département d Eure et Loir Arrondissement du Sud Chemin de Fer de Patay à Nogent-le-Rotrou

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/10/6 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 SEPTEMBRE 2012 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Dixième session Genève, 12 16 novembre 2012 RAPPORT D ÉVALUATION DU PROJET RELATIF

Plus en détail

Ein Kommentar Un commentaire

Ein Kommentar Un commentaire 1 SZS/RSAS 51/2007 Ein Kommentar Un commentaire Quelques réflexions sur le devoir de renseignement des assurances sociales suite à l ATFA du 14 juillet 2006 C 335/05 Par Jean-Michael Duc, Sion 1. Bref

Plus en détail

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 2. METHODOLOGIE DE LA REVISION 2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 1. Introduction 1.1.L objectif essentiel de la révision des comptes annuels est d assurer le lecteur du fait que ce document

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE DANS LE CADRE DU MASTER EN PSYCHOLOGIE. Faculté de SSP - Institut de Psychologie

CONVENTION DE STAGE DANS LE CADRE DU MASTER EN PSYCHOLOGIE. Faculté de SSP - Institut de Psychologie CONVENTION DE STAGE DANS LE CADRE DU MASTER EN PSYCHOLOGIE Faculté de SSP - Institut de Psychologie Personnes de contact : Pour les étudiants de l orientation - Psychologie du conseil et de l orientation

Plus en détail

COMITÉ DE DISCIPLINE

COMITÉ DE DISCIPLINE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC COMITÉ DE DISCIPLINE ORDRE DES ERGOTHÉRAPEUTES DU QUÉBEC N : 17-03-00002 DATE : 13 Février 2004 LE COMITÉ : Présidente Me Carole Marsot Membre Mme Renée O Dwyer, erg. Membre Mme

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL

VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL à l'appui de l arrêté d acceptation du barème cantonal de facturation pour l accueil en crèche et garderie (du 4 novembre 2002) AU CONSEIL GENERAL

Plus en détail

Ordinateur, programme et langage

Ordinateur, programme et langage 1 Ordinateur, programme et langage Ce chapitre expose tout d abord les notions de programme et de traitement de l information. Nous examinerons ensuite le rôle de l ordinateur et ses différents constituants.

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-2015-066

Décision du Défenseur des droits MDE-2015-066 Paris, le 29 avril 2015 Décision du Défenseur des droits MDE-2015-066 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative

Plus en détail

Contrat d affiliation avec le site marchand FITNESSBOUTIQUE.COM

Contrat d affiliation avec le site marchand FITNESSBOUTIQUE.COM Contrat d affiliation avec le site marchand FITNESSBOUTIQUE.COM Le,à. ENTRE LES SOUSSIGNES, éditrice du site domiciliée représentée par en sa qualité de E-Mail : et, Tél. (ci-après dénommée l affilié )

Plus en détail

Le Dobble. Cellya Sirot en Tale S ; Jean-Baptiste Fraisse en Tale S et Jammy Mariotton en Tale S

Le Dobble. Cellya Sirot en Tale S ; Jean-Baptiste Fraisse en Tale S et Jammy Mariotton en Tale S Cet article est rédigé par des élèves. Il peut comporter des oublis et imperfections, autant que possible signalés par nos relecteurs dans les notes d'édition. Année 2014-2015 Le Dobble Cellya Sirot en

Plus en détail

Bilan du concours pilote de bourses de recherche du printemps 2013 tenu dans le cadre de la réforme des programmes ouverts

Bilan du concours pilote de bourses de recherche du printemps 2013 tenu dans le cadre de la réforme des programmes ouverts Bilan du concours pilote de bourses de recherche du printemps 2013 tenu dans le cadre de la réforme des programmes ouverts Table des matières Introduction... 3 Méthodes... 4 Résumé des résultats... 5 Conclusion

Plus en détail

Textes de référence : articles L. 225-37, L. 225-68, L. 225-102-1, L. 225-185, L. 225-197-1, L. 823-19 et L. 823-20 du code de commerce

Textes de référence : articles L. 225-37, L. 225-68, L. 225-102-1, L. 225-185, L. 225-197-1, L. 823-19 et L. 823-20 du code de commerce Recommandation AMF n 2012-02 Gouvernement d entreprise et rémunération des dirigeants des sociétés se référant au code AFEP-MEDEF - Présentation consolidée des recommandations contenues dans les rapports

Plus en détail

La sélection d un expert-conseil

La sélection d un expert-conseil Annexe 4 La sélection d un expert-conseil Lignes directrices relatives à la sélection d un expert-conseil Bien choisir un expert-conseil n est pas une tâche facile, mais il peut être bénéfique de prendre

Plus en détail

Créées par Paul Curzon, de la Queen Mary, University of London en collaboration avec Google et l EPSRC

Créées par Paul Curzon, de la Queen Mary, University of London en collaboration avec Google et l EPSRC Jeux gagnants: Le joueur de morpion parfait Créées par Paul Curzon, de la Queen Mary, University of London en collaboration avec Google et l EPSRC Jeux gagnants: Le joueur de morpion parfait Créées par

Plus en détail

Constats pertinents au domaine de la petite enfance suite à une consultation auprès de parents au Canada (avril 2010)

Constats pertinents au domaine de la petite enfance suite à une consultation auprès de parents au Canada (avril 2010) L accueil et l accompagnement du parent dans les communautés francophones en contexte minoritaire : Constats pertinents au domaine de la petite enfance suite à une consultation auprès de parents au Canada

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

Délibération n 2011-61 du 7 mars 2011

Délibération n 2011-61 du 7 mars 2011 Délibération n 2011-61 du 7 mars 2011 Sexe - Emploi secteur public Recommandation La réclamante, agent de brigade municipale n a pu conserver son poste au sein de la brigade canine au motif de ses faibles

Plus en détail

Dossier d admission au master par la valorisation des acquis de l expérience (VAE)

Dossier d admission au master par la valorisation des acquis de l expérience (VAE) Dossier d admission au master par la valorisation des acquis de l expérience (VAE) Dossier incluant une note d accompagnement à destination du candidat 1. Conditions de recevabilité d une demande de VAE

Plus en détail

POLITIQUE CONCERNANT L ÉVALUATION DES PROGRAMMES À L UQO

POLITIQUE CONCERNANT L ÉVALUATION DES PROGRAMMES À L UQO SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures POLITIQUE CONCERNANT L ÉVALUATION DES PROGRAMMES À L UQO Références : 140-CA-2146, 203-CA-2972 208-CA-3038, 240-CA-342, 330-CA-4947

Plus en détail

E X T R A I T. Evaluation de l application de la loi interdisant la vente de tabac aux jeunes de moins de 16 ans dans le canton de Fribourg

E X T R A I T. Evaluation de l application de la loi interdisant la vente de tabac aux jeunes de moins de 16 ans dans le canton de Fribourg Schweizerische Fachstelle für Alkohol- und andere Drogenprobleme Institut suisse de prévention de l'alcoolisme et autres toxicomanies Istituto svizzero di prevenzione dell alcolismo e altre tossicomanie

Plus en détail

Qu est-ce que MiFID? Objectifs?

Qu est-ce que MiFID? Objectifs? 2 Oeuvrer à une meilleure protection des clients Qu est-ce que MiFID? Objectifs? L Agenda de Lisbonne, élaboré par la Commission européenne en 2000, s est fixé pour ambitieux objectif de faire de l Union

Plus en détail

RAPPORT DU JURY SUR LA SESSION 2015 DU DSCG

RAPPORT DU JURY SUR LA SESSION 2015 DU DSCG RAPPORT DU JURY SUR LA SESSION 2015 DU DSCG 1. Eléments statistiques 1.1. réussite par UE en 2014 et 2015 Le taux de réussite par UE est repris dans les tableaux ci-après pour 2014 et 2015. En moyenne

Plus en détail

CONTRAT TYPE PORTANT SUR LES CONDITIONS D INTERVENTION DES MÉDECINS LIBÉRAUX EN ÉTABLISSEMENT D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Entre :

CONTRAT TYPE PORTANT SUR LES CONDITIONS D INTERVENTION DES MÉDECINS LIBÉRAUX EN ÉTABLISSEMENT D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Entre : CONTRAT TYPE PORTANT SUR LES CONDITIONS D INTERVENTION DES MÉDECINS LIBÉRAUX EN ÉTABLISSEMENT D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Entre : L établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes

Plus en détail

auprès des entreprises

auprès des entreprises Méthodologie des enquêtes structurelles auprès des entreprises De la théorie à la pratique : le cas Alice Introduction Le travail du statisticien d enquête consiste à maximiser la qualité et la fiabilité

Plus en détail

Synthèse de mémoire de master

Synthèse de mémoire de master Synthèse de mémoire de master Département des sciences de l éducation Centre d enseignement et de recherche francophone des enseignant-e-s du secondaire I et II (CERF) Comment les enseignants soutiennent-ils

Plus en détail

TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le Conseil d Administration du 29 juillet 2014 TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Le Conseil d administration de TOTAL S.A. 1, a arrêté le présent Règlement intérieur.

Plus en détail

Règlement intérieur de l association «Vercors Macadam Roller»

Règlement intérieur de l association «Vercors Macadam Roller» Règlement intérieur de l association «Vercors Macadam Roller» 1) Principes généraux Ce règlement intérieur a pour but de préciser certains points des statuts de l association «Vercors Macadam Roller» quant

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N 150 DU

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MDE-2013-83

Décision du Défenseur des droits n MDE-2013-83 Décision du Défenseur des droits n MDE-2013-83 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision n MDE-2013-83 du 22 avril 2013 relative la scolarisation d un enfant porteur de handicap Domaine(s) de compétence

Plus en détail

Loi du 16 mars 2009 sur l euthanasie et l assistance au suicide. Chapitre I Dispositions générales Art. 1er.

Loi du 16 mars 2009 sur l euthanasie et l assistance au suicide. Chapitre I Dispositions générales Art. 1er. 615 Loi du 16 mars 2009 sur l euthanasie et l assistance au suicide. Nous Henri, Grand-Duc de Luxembourg, Duc de Nassau, Notre Conseil d Etat entendu; De l assentiment de la Chambre des Députés; Vu la

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Mis à jour le 4 mars 2015 PREAMBULE Le conseil d administration d ARKEMA (la «Société») a arrêté le présent règlement intérieur contenant le recueil des

Plus en détail

Gestion de projet. Epreuves avec propositions de solutions. Examens modulaires SVF-ASFC. Série pilote (Descriptif de module 2013)

Gestion de projet. Epreuves avec propositions de solutions. Examens modulaires SVF-ASFC. Série pilote (Descriptif de module 2013) Examens modulaires SVF-ASFC Série pilote 2013 Série pilote (Descriptif de module 2013) Gestion de projet Epreuves avec propositions de solutions Durée de l examen: 60 minutes Moyens auxiliaires autorisés:

Plus en détail

Projet de loi C 479, Loi modifiant la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition (équité à l égard des victimes)

Projet de loi C 479, Loi modifiant la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition (équité à l égard des victimes) Projet de loi C 479, Loi modifiant la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition (équité à l égard des victimes) Commentaires préparés par Arlène Gaudreault pour l Association

Plus en détail

Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV

Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV Le Projet des Étoiles est l un des projets à moyen terme du CELV axé sur les nouvelles

Plus en détail

1. Présentation du projet

1. Présentation du projet SONDAGE RAPPROCHER L ÉCOLE DES FAMILLES 1. Présentation du projet Le 31 mars dernier, une soirée d échanges à l intention des parents a été organisée par l Organisme de participation des parents de l école

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-083. Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ;

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-083. Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ; Paris, le 16 avril 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-083 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative

Plus en détail

Formulaire de consentement Participants avec maladie de Parkinson

Formulaire de consentement Participants avec maladie de Parkinson Formulaire de consentement Participants avec maladie de Parkinson 1 - Titre du projet Mécanismes d épisodes de blocage moteur des membres supérieurs et inférieurs des 2 - Responsable(s) du projet Julie

Plus en détail

Audit de la sécurité ministérielle. Rapport d audit

Audit de la sécurité ministérielle. Rapport d audit Rapport d audit Mars 2015 TABLE DES MATIÈRES Sommaire... 3 Points examinés... 3 Importance de l audit... 3 Constatations... 3 Contexte... 4 Objectif... 5 Portée... 5 Méthodologie... 5 Énoncé d assurance...

Plus en détail

Établir l orientation du Centre de santé et de services sociaux des Etchemins à l égard de la gestion des risques.

Établir l orientation du Centre de santé et de services sociaux des Etchemins à l égard de la gestion des risques. SERVICES À LA CLIENTÈLE OBJET : Politique de déclaration des incidents et accidents SC-24 Page 1 de 12 1. Principes généraux : Établir l orientation du Centre de santé et de services sociaux des Etchemins

Plus en détail

Travail forcé & Traite d êtres humains.

Travail forcé & Traite d êtres humains. Travail forcé & Traite d êtres humains. L approche préventive de Patagonia Introduction condamne sévèrement et interdit toutes formes de travail forcé ou d esclavage dont la traite des êtres humains, le

Plus en détail

En 2011, 483 000 enfants de

En 2011, 483 000 enfants de Octobre 13 N 411 Une diversité des familles à, avec plus de foyers monoparentaux qu ailleurs et moins de familles Population A, 32 enfants de moins de 25 ans, soit 7 % des enfants parisiens, vivent dans

Plus en détail

Equipement technologique des ménages bretons Point à la mi-juillet 2008

Equipement technologique des ménages bretons Point à la mi-juillet 2008 Equipement technologique des ménages bretons Point à la mi-juillet 2008 Cet article se propose de donner les premiers chiffres de l enquête barométrique de M@rsouin auprès des foyers bretons (par bretons

Plus en détail

JORF n 0303 du 31 décembre 2010. Texte n 91

JORF n 0303 du 31 décembre 2010. Texte n 91 Le 13 octobre 2011 JORF n 0303 du 31 décembre 2010 Texte n 91 ARRETE Arrêté du 30 décembre 2010 fixant les modèles de contrats types devant être signés par les professionnels de santé exerçant à titre

Plus en détail

Calcul de moyenne de portrait

Calcul de moyenne de portrait Calcul de moyenne de portrait Dupont Maurane & Bourriaud Typhaine TS2 Mon CV. 1 Présentation POURQUOI CE PROJET : Parmi la liste des projets proposés pour le bac, ce sujet m a semblé le plus attrayant.

Plus en détail

DOSSIER DES ENSEIGNANT-E-S. Travail de fin d études en didactique universitaire

DOSSIER DES ENSEIGNANT-E-S. Travail de fin d études en didactique universitaire DOSSIER DES ENSEIGNANT-E-S Travail de fin d études en didactique universitaire Magali Muller Bastien Walliser Septembre 2009 CHOIX D UNE PROBLEMATIQUE L étape choix d une problématique comprend les documents

Plus en détail

Mise à jour sur les questions relatives aux ressources humaines. Chapitre Paragraphes Page

Mise à jour sur les questions relatives aux ressources humaines. Chapitre Paragraphes Page Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 49 e réunion Distr. restreinte 7 septembre 2010 Français Original: anglais Mise à jour sur les questions relatives aux ressources humaines

Plus en détail

REFORME DU CONGE PARENTAL. Conférence de presse du 27 avril 2015 DOSSIER DE PRESSE

REFORME DU CONGE PARENTAL. Conférence de presse du 27 avril 2015 DOSSIER DE PRESSE REFORME DU CONGE PARENTAL Conférence de presse du 27 avril 2015 DOSSIER DE PRESSE 1 SOMMAIRE 1. Introduction p. 3 2. Augmentation de l indemnité p. 4 3. Flexibilisation des périodes de congé p. 5 4. Autres

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Appréciation de la qualité de l Etude d Impact. accompagne le Projet de loi de «Nouvelle Organisation du Marché de l Electricité - NOME»

Appréciation de la qualité de l Etude d Impact. accompagne le Projet de loi de «Nouvelle Organisation du Marché de l Electricité - NOME» 1 Institut Européen pour la Gestion Raisonnée de l Environnement (IEGRE) 83 boulevard de Courcelles, 75008 Paris 06 78 05 09 88 garrigues@iegre.net 4 mai 2010 Appréciation de la qualité de l Etude d Impact

Plus en détail

Note aux candidats inscrits à la session 2010

Note aux candidats inscrits à la session 2010 Rectorat Division des examens et concours DEXACO BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR «ASSISTANT DE GESTION PME/PMI» Note aux candidats inscrits à la session 2010 Vous trouverez, ci-joint, votre convocation

Plus en détail

visant à modifier la Loi sur les services à l'enfance et à la famille a été approuvé.

visant à modifier la Loi sur les services à l'enfance et à la famille a été approuvé. Gouvernement du Nunavut Rapport d'étape relatifs aux recommandations du Comité permanent sur les opérations gouvernementales et les comptes publics Avril 2013 Rapport sur l examen du rapport de 2011 de

Plus en détail

Accompagnement Individualisé à Domicile (AID) Document pour les parents année 2015/2016

Accompagnement Individualisé à Domicile (AID) Document pour les parents année 2015/2016 Accompagnement Individualisé à Domicile (AID) Document pour les parents année 2015/2016 Informations et formulaire d inscription version du 7 juillet 2015 Il est recommandé aux familles de demander à la

Plus en détail

CITATION DIRECTE DEVANT LA CHAMBRE CORRECTIONNELLE DU TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE D ALBERTVILLE

CITATION DIRECTE DEVANT LA CHAMBRE CORRECTIONNELLE DU TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE D ALBERTVILLE CITATION DIRECTE DEVANT LA CHAMBRE CORRECTIONNELLE DU TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE D ALBERTVILLE L AN DEUX MIL TREIZE et le ONZE FEVRIER A LA REQUETE DE : Monsieur David MOURVILLIER, né le 20 avril 1974

Plus en détail

«année de référence» : période s étalant du premier avril d une année au 31 mars de l année suivante;

«année de référence» : période s étalant du premier avril d une année au 31 mars de l année suivante; RÈGLEMENT SUR LES EFFECTIFS, LES NORMES ET BARÈMES DE RÉMUNÉRATION, LES AVANTAGES SOCIAUX ET LES AUTRES CONDITIONS DE TRAVAIL DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE Loi sur la distribution

Plus en détail

Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques *

Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques * Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques * S. Michael Chapman, Directeur Aide à l emploi Division TEACCH Philosophie générale du programme Lorsque les personnes

Plus en détail

RAPPORT FINAL DES COHORTES 2013-2014 DANS LE CADRE DU PROJET BOURSE DU CARBONESCOL ERE PAR STÉPHANIE BÉRUBÉ, D.PS. LE 29 JUIN 2014

RAPPORT FINAL DES COHORTES 2013-2014 DANS LE CADRE DU PROJET BOURSE DU CARBONESCOL ERE PAR STÉPHANIE BÉRUBÉ, D.PS. LE 29 JUIN 2014 1 RAPPORT FINAL DES COHORTES 2013-2014 DANS LE CADRE DU PROJET BOURSE DU CARBONESCOL ERE PAR STÉPHANIE BÉRUBÉ, D.PS. LE 29 JUIN 2014 2 Le présent rapport constitue le rapport final des résultats provenant

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale 1 Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/13/070 DÉLIBÉRATION N 13/023 DU 5 MARS 2013 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL À L'AGENCE

Plus en détail

Outil d évaluation des risques professionnels

Outil d évaluation des risques professionnels 147, rue de l Université 75338 PARIS CEDEX 07 REGLEMENT DE CONSULTATION Outil d évaluation des risques professionnels Administration contractante (pouvoir adjudicateur): INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE

Plus en détail

Conditions générales d accées et d utilisation du service de location de vélos de la communauté d agglomération Grand Montauban

Conditions générales d accées et d utilisation du service de location de vélos de la communauté d agglomération Grand Montauban Conditions générales d accées et d utilisation du service de location de vélos de la communauté d agglomération Grand Montauban ARTICLE 1 Objet et structure du service MONBEECYCLE MONBEECYCLE est un service

Plus en détail

DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE

DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE Rôle du conseil d administration Le conseil est chargé de la gérance générale de la Société et chaque administrateur doit agir au mieux des

Plus en détail

Estimation du travail forcé dans le monde Résumé

Estimation du travail forcé dans le monde Résumé Estimation du travail forcé dans le monde Résumé DOCUMENT SOUS EMBARGO JUSQU AU 1er JUIN 2012 A 8:30 GMT RESULTATS S appuyant sur une nouvelle méthodologie statistique plus performante, le BIT estime à

Plus en détail

Contexte. Problèmes posés

Contexte. Problèmes posés CONCEPTION ET EVALUATION D UN COURS EN LIGNE DESTINE A AMELIORER LES COMPETENCES DE FUTURS ENSEIGNANTS EN EDUCATION PHYSIQUE A L ANALYSE DE TACHES. DES SAVOIRS TECHNIQUES AUX COMPETENCES PEDAGOGIQUES Catherine

Plus en détail

Règlement relatif à l octroi de bourses de mobilité pour postdoctorantes et post-doctorants en début de carrière «Early Postdoc.

Règlement relatif à l octroi de bourses de mobilité pour postdoctorantes et post-doctorants en début de carrière «Early Postdoc. www.snf.ch Wildhainweg, case postale 8, CH-00 Berne Conseil national de la recherche Version : 0.0.06 Règlement relatif à l octroi de bourses de mobilité pour postdoctorantes et post-doctorants en début

Plus en détail

REPERTOIRE DES AVENANTS DE LA CCT DU SECTEUR SANITAIRE PARAPUBLIC VAUDOIS

REPERTOIRE DES AVENANTS DE LA CCT DU SECTEUR SANITAIRE PARAPUBLIC VAUDOIS REPERTOIRE DES AVENANTS DE LA CCT DU SECTEUR SANITAIRE PARAPUBLIC VAUDOIS TABLE DES MATIERES DU REPERTOIRE Etat au 07 octobre 2015 Nos 1 Article concerné / thème abordé Date d entrée en vigueur Date d'intégration

Plus en détail

IAPEG Intercommunale pour l accueil de la petite enfance en Glâne. Règlement de subventions

IAPEG Intercommunale pour l accueil de la petite enfance en Glâne. Règlement de subventions IAPEG Intercommunale pour l accueil de la petite enfance en Glâne Règlement de subventions Décembre 2014 Page 2/ 11 Table des matières Contenu 1. Situation actuelle... 5 2. Proposition d organisation...

Plus en détail

Accueil dans l université

Accueil dans l université L université dans laquelle j ai effectuée mon échange universitaire en S5 est Kyung Hee University dans la ville de Séoul en Corée du Sud. J ai choisi cette université pour en premier lieu le pays qui

Plus en détail

RECOMMANDATION N 95-01

RECOMMANDATION N 95-01 RECOMMANDATION N 95-01 COMMUNE A LA COB ET AU CNC RELATIVE AUX METHODES À METTRE EN OEUVRE PAR LES EXPERTS CHARGES D ÉVALUER LES ACTIFS IMMOBILIERS DES SOCIÉTÉS CIVILES DE PLACEMENT IMMOBILIER (Bulletin

Plus en détail

TD N 4 : correction des questions, fichier à imprimer.

TD N 4 : correction des questions, fichier à imprimer. TD N 4 : correction des questions, fichier à imprimer. Chapitre 1 : SITUATION PROFESSIONNELLE Question n 1 : Toute personne dispose de la liberté de choisir son domicile et nul ne peut apporter aux droits

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Géomatique et environnement de l Université Paris 1 - Panthéon- Sorbonne Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 510 MISSIONS D AUDIT INITIALES SOLDES D OUVERTURE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 510 MISSIONS D AUDIT INITIALES SOLDES D OUVERTURE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 510 MISSIONS D AUDIT INITIALES SOLDES D OUVERTURE Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

Pièce UC-2.5 Chapitre 10 : Plaintes et pouvoirs de la Régie

Pièce UC-2.5 Chapitre 10 : Plaintes et pouvoirs de la Régie R-3523-2003 Conditions de service des distributeurs de gaz naturel 1 de 6 Pièce UC-2.5 Chapitre 10 : Plaintes et pouvoirs de la Régie 1. D entrée de jeu, il nous apparaît important de faire une distinction

Plus en détail

VOIR LE DOCUMENT CI-JOINT (21 PAGES)

VOIR LE DOCUMENT CI-JOINT (21 PAGES) Title: COMMISSION SCOLAIRE GESTION DES DOSSIERS DE L ÉLÈVE EASTERN TOWNSHIPS Source: Archives Secrétaire générale Adopted: ETSB05-02-124 En vigueur à compter de Février 2005 Reference Number: P002-1 VOIR

Plus en détail

Circulaire du 4 septembre 2009

Circulaire du 4 septembre 2009 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat NOR : BCFF0920191C Circulaire du 4 septembre 2009 relative à l organisation, aux attributions

Plus en détail

L équilibre financier entre le Canton et les communes est respecté

L équilibre financier entre le Canton et les communes est respecté L équilibre financier entre le Canton et les communes est respecté Pascal Broulis, conseiller d Etat, chef du Département des finances et des relations extérieures Béatrice Métraux, conseillère d Etat,

Plus en détail

ALLOCUTION D ISABELLE COURVILLE PRÉSIDENTE DU CONSEIL BANQUE LAURENTIENNE LORS DE L ASSEMBLÉE ANNUELLE DES ACTIONNAIRES DE LA BANQUE LAURENTIENNE

ALLOCUTION D ISABELLE COURVILLE PRÉSIDENTE DU CONSEIL BANQUE LAURENTIENNE LORS DE L ASSEMBLÉE ANNUELLE DES ACTIONNAIRES DE LA BANQUE LAURENTIENNE ALLOCUTION D ISABELLE COURVILLE PRÉSIDENTE DU CONSEIL BANQUE LAURENTIENNE LORS DE L ASSEMBLÉE ANNUELLE DES ACTIONNAIRES DE LA BANQUE LAURENTIENNE 1 er avril 2015 NOTES DE L ALLOCUTION PRONONCÉE PAR MADAME

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil PL 11891-A

Secrétariat du Grand Conseil PL 11891-A Secrétariat du Grand Conseil PL 11891-A Date de dépôt : 3 juin 2016 Rapport de la Commission de l enseignement supérieur chargée d étudier le projet de loi du Conseil d Etat approuvant le rapport de gestion

Plus en détail

La Grille, moyen fondamental de l analyse

La Grille, moyen fondamental de l analyse Fiche méthodologie #1 La Grille, moyen fondamental de l analyse Cette rubrique présente des notes et documents publiés par Philippe Latour, enseignant au Master Géomarketing et stratégies territoriales

Plus en détail

du Conseil d Etat au Grand Conseil accompagnant le projet de loi modifiant la loi sur les impôts cantonaux directs

du Conseil d Etat au Grand Conseil accompagnant le projet de loi modifiant la loi sur les impôts cantonaux directs 2381 Message N o 28 18 septembre 2012 du Conseil d Etat au Grand Conseil accompagnant le projet de loi modifiant la loi sur les impôts cantonaux directs Nous avons l honneur de vous soumettre un projet

Plus en détail

1. Problématique et consultations

1. Problématique et consultations Séance de Direction du lundi 4 juin 2007 Exposé des motifs concernant la Décision de Direction sur les Salaires des assistants doctorants à l 1. Problématique et consultations La problématique des conditions

Plus en détail

SI3A Communes de Marange-Silvange Maizières-Lès-Metz Talange GESTION D'UNE AIRE D'ACCUEIL POUR GENS DU VOYAGE SI3A DELEGATION DE SERVICE PUBLIC R.C.

SI3A Communes de Marange-Silvange Maizières-Lès-Metz Talange GESTION D'UNE AIRE D'ACCUEIL POUR GENS DU VOYAGE SI3A DELEGATION DE SERVICE PUBLIC R.C. SI3A Communes de Marange-Silvange Maizières-Lès-Metz Talange GESTION D'UNE AIRE D'ACCUEIL POUR GENS DU VOYAGE SI3A DELEGATION DE SERVICE PUBLIC R.C. R è g l e m e n t d e C o n s u l t a t i o n Date limite

Plus en détail

07.11.12. Les problèmes juridiques dans la vie quotidienne. Autonomie et protection de personnes atteintes de démence

07.11.12. Les problèmes juridiques dans la vie quotidienne. Autonomie et protection de personnes atteintes de démence Formation continue de l Association Alzheimer Suisse Autonomie et protection de personnes atteintes de démence Marianne Wolfensberger Lausanne, 6 novembre 2012 Abandon Mandat pour cause d inaptitude Tutelle

Plus en détail

Notice d accompagnement. Diplôme d Etat d Educateur Spécialisé DEES

Notice d accompagnement. Diplôme d Etat d Educateur Spécialisé DEES Notice d accompagnement Diplôme d Etat d Educateur Spécialisé DEES ((( Cette notice a pour objectif principal de vous aider à remplir votre demande de validation des acquis de l'expérience pour le diplôme

Plus en détail

DESCRIPTION DU PROGRAMME Dernière mise à jour : octobre 2012

DESCRIPTION DU PROGRAMME Dernière mise à jour : octobre 2012 _ DESCRIPTION DU PROGRAMME Dernière mise à jour : octobre 2012 1. Le Programme 1.1. Description du Programme Le programme IntégraTIon Montréal est une mesure financière incitative auprès des employeurs

Plus en détail

REGLEMENT D ORDRE INTERIEUR RELATIF AU PROGRAMME CONTINUING PROFESSIONAL DEVELOPMENT (CPD)

REGLEMENT D ORDRE INTERIEUR RELATIF AU PROGRAMME CONTINUING PROFESSIONAL DEVELOPMENT (CPD) REGLEMENT D ORDRE INTERIEUR RELATIF AU PROGRAMME CONTINUING PROFESSIONAL DEVELOPMENT (CPD) ARTICLE 1 : INTRODUCTION Conformément aux articles 13 et 16 des statuts, chaque membre de l Institut souhaitant

Plus en détail

Règlement des services

Règlement des services Règlement des services Version du 27.09.2009 11:30 Page 1 Index : 1 Les buts... 3 2 Descriptif du fonctionnement... 3 2.1 La définition d'un service :... 3 2.2 Fonctionnement... 3 2.3 Gestion du planning...

Plus en détail

REGLEMENT JEU SUR FACEBOOK. «Loterie Bugatti» Du 20/04/2016 au 24/04/2016 inclus

REGLEMENT JEU SUR FACEBOOK. «Loterie Bugatti» Du 20/04/2016 au 24/04/2016 inclus REGLEMENT JEU SUR FACEBOOK «Loterie Bugatti» Du 20/04/2016 au 24/04/2016 inclus Article 1 : Objet La société SARENZA, société anonyme au capital de 301.367,70, immatriculée au RCS de Paris sous le numéro

Plus en détail

REGLEMENT DU CONCOURS DE LA SEPTIEME EDITION DES «TROPHEES DE L ENVIRONNEMENT»

REGLEMENT DU CONCOURS DE LA SEPTIEME EDITION DES «TROPHEES DE L ENVIRONNEMENT» REGLEMENT DU CONCOURS DE LA SEPTIEME EDITION DES «TROPHEES DE L ENVIRONNEMENT» Avant propos : En janvier 2010, la ville de Nice a lancé le premier concours intitulé «Les Trophées de l Environnement», afin

Plus en détail

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004 Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité Ébauche septembre 2004 Le présent guide a été conçu dans le but d aider les petits exploitants du domaine de l aviation

Plus en détail

Paiements de transfert Chapitre SP 3410. Avril 2011. Bases des conclusions CCSP

Paiements de transfert Chapitre SP 3410. Avril 2011. Bases des conclusions CCSP Paiements de transfert Chapitre SP 3410 Avril 2011 CCSP AVANT-PROPOS La lettre de mise à jour n o 33 du Manuel de comptabilité de l ICCA pour le secteur public, publiée en mars 2011, comprenait le chapitre

Plus en détail