Construire des perspectives d avenir avec les mineurs isolés

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Construire des perspectives d avenir avec les mineurs isolés"

Transcription

1 FONDATION SUISSE DU SERVICE SOCIAL INTERNATIONAL (SSI) RAPPORT Construire des perspectives d avenir avec les mineurs isolés Etude de faisabilité dans les cantons de Vaud et de Genève Février 2012 Fondation suisse du Service Social International 9, rue du Valais Case postale Genève 1 Tél

2 Contenu 1. Fiche signalétique Méthodologie Résultats Les mineurs isolés en Suisse Le système de prise en charge.. 5 A. Services existants B. Services manquants C. Services à développer 1. Le réseau professionnel genevois 2. Le modèle lausannois de prise en charge en réseau 3.3 Besoins Perspectives d intervention.. 7 A. Développement d un modèle d intervention B. Axe d intervention C. Approche du mineur isolé D. Approche méthodologique 3.5 Le programme «Construire des perspectives d avenir avec les mineurs isolés» 8 A. Objectif et axes du programme B. Hypothèse C. Points forts 4. L Alliance pour les droits des enfants migrants (ADEM) Conclusion Annexes

3 1. Fiche signalétique RESUME OBJECTIF GLOBAL OBJECTIFS SPECIFIQUES L étude de faisabilité sur la situation des mineurs isolés (MI) a été menée dans les cantons de Vaud et de Genève. L objectif était d identifier les acteurs directement ou indirectement en charge des mineurs isolés afin d évaluer les services prodigués et les pratiques actuelles dans les deux régions pilotes. Cette étude a servi de modèle pour le développement du programme «Construire des perspectives d avenir avec les mineurs isolés» que le SSI souhaite lancer en 2012 sur les six cantons romands sur une durée de 2 ans. Cette phase pilote vise à ce que le programme soit dans un deuxième temps étendu à l ensemble de la Suisse ( ). Le programme entend contribuer à améliorer l identification des mineurs isolés qui séjournent en Suisse, à harmoniser le système de prise en charge et à trouver des solutions durables qui favorisent le développement personnel, professionnel et social de chaque mineur. Analyser le système de prise en charge et la situation des mineurs isolés (MI) dans les cantons de Vaud et de Genève Identifier les acteurs en charge des MI dans les deux cantons Evaluer le système de prise en charge actuel des MI Déterminer les besoins relatifs à la prise en charge des MI en Suisse Définir des perspectives d intervention Définir un plan stratégique et opérationnel pour le programme Renforcer la structure de base de l Alliance pour les droits des enfants migrants (ADEM) 1 RESULTATS ESCOMPTES Un inventaire des intervenants et des pratiques est réalisé pour chaque canton Les points forts/points faibles de la prise en charge actuelle sont évalués. Les points forts contribuent à servir de modèle de bonnes pratiques et les points faibles soulèvent les services manquants et à développer La population des mineurs isolés et leurs besoins sont mieux identifiés, notamment au niveau des jeunes déboutés du droits d asile, des jeunes clandestins et des jeunes victimes de trafic ou d exploitation L analyse des besoins constitue une base solide pour la planification du programme Un plan stratégique et opérationnel est élaboré pour le programme Le programme propose des actions concrètes et ciblées en vue de favoriser le développement des jeunes migrants et la recherche de solutions durables Les objectifs de l ADEM sont réévalués. L ADEM inclut les jeunes sans-papiers et jeunes victimes de trafic ou d exploitation et un plan d action est élaboré ZONE D IMPLANTATION DUREE DU PROJET Cantons de Vaud et de Genève Juillet 2011 décembre 2011 (6 mois) 1 A travers un partenariat avec l Institut international des droits de l enfant (IDE), l ADEM a pour but d améliorer la prise en charge et le suivi des enfants migrants en Suisse, notamment par le renforcement de la collaboration des professionnels actifs dans le domaine, l échange, la diffusion d informations et l amélioration des pratiques. 3

4 2. Méthodologie Des entretiens axés sur les expériences professionnelles et les pratiques de terrain ont été réalisés avec 18 acteurs clés des cantons de Vaud et de Genève issus des autorités, des établissements scolaires, des organismes de soutien aux requérants d asile et aux personnes sans statut légal, du tissu associatif ainsi que du domaine de la recherche sur la migration, dans le but d identifier les problèmes et besoins actuels en matière de prise en charge des mineurs isolés en Suisse. Parallèlement aux interviews, la collecte et l analyse de divers rapports, études et recommandations récemment publiés nous ont permis d approfondir les connaissances sur le groupe cible. Cette démarche a ainsi contribué à : Réaliser un état des lieux sur la situation des mineurs isolés dans les deux cantons Définir une série de problèmes et de solutions Définir des perspectives d intervention Elaborer un plan stratégique et opérationnel 3. Résultats 3.1 Les mineurs isolés en Suisse Parmi les flux migratoires orientés vers l Europe, des enfants arrivent seuls en Suisse chaque année, c est-à-dire sans être accompagnés d un parent ou d un représentant légal. L appellation «mineurs isolés» inclut les enfants qui déposent une demande d asile à leur arrivée (mineurs non accompagnés MNA) mais également les enfants qui entrent clandestinement sur le territoire et vivent ainsi sans statut légal. La problématique des enfants migrants non accompagnés se trouve à la croisée de deux modes d intervention: celui des différentes traditions de protection de l enfance et celui des politiques européennes et nationales qui, en termes de migration management, visent à maîtriser les flux d immigration. 2 Dans les faits, la balance tend à pencher en faveur d une politique migratoire de plus en plus restrictive au détriment de l intérêt de l enfant, où le mineur est vu comme un ressortissant étranger avant d être considéré comme un jeune en quête de protection. Cette approche implique des carences en matière de protection des mineurs isolés en Suisse. D abord, si les mineurs qui ont engagé une procédure sont pris en charge selon le régime d asile, la qualité de leur traitement diffère d un canton à l autre et ne permet pas d assurer une protection optimale. Des solutions à court terme ont ainsi été mises en place pour les mineurs requérants d asile notamment le logement en institution, l apprentissage de la langue et la scolarisation mais ils restent actuellement confrontés à un manque de perspectives d avenir, soit à un manque de solutions durables. De nombreux mineurs qui ont déposé une requête d asile ne bénéficient en effet que d un statut temporaire et se retrouvent à leur majorité sur la voie de la clandestinité ou d un retour forcé qui n a pas pu être préparé. Les professionnels de terrain ont ainsi fortement soulevé la situation problématique de l «aging out group», c est-à-dire des jeunes qui arrivent en Suisse comme mineurs et deviennent adultes durant leur séjour. Enfin, il n existe pas de dispositif précis pour identifier et protéger les enfants sans statut légal, qui, malgré leur droit à l éducation, se trouvent souvent contraints à rester dans la clandestinité. En raison de leur manque de perspectives et plus spécifiquement de leur difficulté à accéder à la formation post-obligatoire et au travail, ces deux populations se trouvent communément dans une situation problématique lors de leur passage à la vie adulte. L étude de faisabilité a ainsi 2 Senovilla Hernandez D. (2008). Les mineurs non accompagnés en Europe : entre diversité des modèles d accueil et harmonisation des mécanismes de contrôles. E-mingriter (2) : p

5 particulièrement relevé la problématique de la transition vers la vie adulte, sur laquelle le programme souhaitera agir en proposant : un soutien individuel des mineurs isolés par une personne de référence un accompagnement dans l élaboration d un projet de réintégration dans le pays d origine si cela est possible ou, le cas échéant, d un projet d intégration en Suisse ou dans un pays tiers un renforcement de l accès aux études ou à une formation 3.2 Le système de prise en charge A. Services existants Les points forts et les points faibles du système de prise en charge actuel ont été évalués. L analyse relève que les services principaux dont bénéficient les mineurs isolés, indépendamment de leur statut, sont les suivants : Scolarité obligatoire Système de santé Services juridiques spécialisés/ permanences Les services spécifiquement adressées aux mineurs engagés dans une procédure d asile (MNA ou RMNA) sont de plus : Identification Enregistrement et information Hébergement en foyer Attribution d une «personne de confiance», selon LAsi Assistance sociale B. Services manquants Selon les professionnels de terrain et les recherches actuelles, les services manquants pour les mineurs isolés - requérants d asile ou sans-papiers sont notamment les suivants : Evaluation sociale du MI, dans son pays d origine et en Suisse Processus d évaluation de l intérêt supérieur du MI Accès à la formation post-obligatoire Encadrement et accompagnement individualisé Soutien de la transition vers l âge adulte Il convient également de noter que certains services existent mais ne sont que peu utilisés par les mineurs et les jeunes migrants, tels que les programmes d aide au retour. Les professionnels du soutien à la réintégration dans le pays d origine expliquent notamment ce phénomène par la méfiance envers les autorités et envers la figure de «l adulte», par le manque d information précise et concrète 5

6 à ce niveau ainsi que par la difficulté d imaginer un retour dans le pays d origine après les étapes et le parcours traversés pour arriver en Suisse. C. Modèles à développer Deux bonnes pratiques ont été identifiées et constituent un modèle à diffuser et à développer dans chaque canton ou région qui accueille des mineurs isolés. 1. Le réseau professionnel genevois Un réseau genevois autour des mineurs non accompagnés ou jeunes migrants en situation sociale et/ou familiale précaire s est créé en 2007 au moment où l encadrement des mineurs non accompagnés (MNA) s est trouvé réduit suite au démantèlement de la structure spécifique d accueil pour mineurs qui existait au sein de l Hospice Général. 3 Il réunit différents acteurs qui œuvrent dans le domaine de l asile et de la migration avec des mineurs, à savoir médecins, psychologues, assistants sociaux, juristes et éducateurs. Ce réseau rassemble ainsi divers services spécialisés comme notamment l Unité Santé Jeunes des Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG), Appartenances- Genève, le Service de protection des mineurs (SPMI), le dispositif de l Aide aux requérants d asile (ARA) de l Hospice général (HG) et le Service Social International (SSI). Le réseau se réunit régulièrement dans le but de se tenir informé sur l évolution de la situation et les conditions d encadrement de ces mineurs d après la pratique de chaque professionnel. Le réseau relève plusieurs problématiques qui persistent actuellement pour ce groupe à risques : les difficultés rencontrées au sein de la procédure d asile, le manque d une personne de référence qui soutienne le développement et l intégration du jeune durant son séjour, la précarité sociale et la difficulté d accéder à la formation post-obligatoire constituent notamment un faisceau de risques importants pouvant entraîner décrochage scolaire, aggravation de l état de santé psychique, disparition, violence et délinquance. Le réseau tente ainsi de trouver des solutions aux problèmes identifiés et collabore notamment étroitement dans le traitement des cas individuels. 2. Le modèle lausannois de prise en charge en réseau Au vu des problématiques rencontrées par le groupe cible et de la difficulté d offrir une prise en charge globale, un protocole de collaboration a été mis en place en 2008 entre le foyer EVAM d accueil pour mineurs non accompagnés de Lausanne et l Unité multidisciplinaire de santé des adolescents (UMSA) du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV). Ce protocole a permis d instaurer un système de consultation médicale hebdomadaire au foyer. Dans la pratique, l UMSA se rend ainsi deux fois par mois au foyer, en alternance avec le Centre de santé infirmier (CSI) qui prend en charge les deux autres semaines du mois. Une consultation psychiatrique est également assurée au foyer depuis La consultation au centre permet en outre d éviter les rendez-vous manqués, d accélérer la prise en charge, de faciliter l accès aux soins, de diminuer la crainte (notamment face aux traitements psychiatriques) et de donner confiance aux jeunes. Elle permet également de soutenir l équipe éducative sur les questions de santé physique et psychique. De plus, ce modèle met en avant la nécessité d une prise en charge biopsychosociale spécifique pour les MNA et permet d établir un relai vers les services médicaux spécialisés et le réseau psychiatrique si nécessaire. Le réseau constitue ainsi un filet autour du migrant et assure une fonction de protection et de sécurité qui favorise la résilience du jeune. 3 Appartenances-Genève, Rapport d activité

7 3.3 Besoins L étude de faisabilité a mis en lumière différents besoins auxquels le programme visera à répondre par des mesures concrètes et ciblées 4 : Coordination des services et initiatives relatives aux mineurs isolés en Suisse romande Plate-forme d information et d échange sur les questions des mineurs isolés Evaluation de la situation du mineur isolé dans son pays d'origine grâce au réseau SSI et reprise du contact avec la famille, si cela est possible et dans l'intérêt de l'enfant Développement de perspectives d'avenir adaptées à la situation personnelle du jeune en vue d'améliorer ses chances de réintégration ou d'intégration Mise en place de mesures d'intégration temporaire (formation et activités socialisantes) qui favorisent le développement des compétences du jeune et son développement personnel Encouragement de la participation des jeunes migrants et de leur self-empowerment Accompagnement par une personne de référence durant le séjour en Suisse Suivi individualisé dans le pays d'origine en cas de retour Prévention de l'illégalité et des risques 3.4 Perspectives d intervention A. Développement d outils et instruments d intervention Le SSI souhaite développer des outils et instruments destinés aux professionnels, axés sur le développement des compétences du jeune pour favoriser sa transition vers l âge adulte ainsi que sur la recherche de solutions concrètes et adaptées à sa situation. Le programme développé à l issue de l étude de faisabilité s inscrit ainsi dans le cadre d actions en faveur des mineurs non accompagnés du Conseil de l Europe, qui encourage notamment l élaboration de projets de vie (Recommandation du Comité des Ministres sur les projets de vie en faveur des mineurs non accompagnés) 5 ainsi que l échange d informations et la recherche de solutions durables (Plan d action pour les mineurs non accompagnés ) 6. B. Axe d intervention Soutenir l élaboration d un projet de vie avec le mineur isolé (sous forme de projet de développement personnel et professionnel) en vue de définir une solution durable adaptée à la situation du mineur et lui assurer une protection au-delà de sa majorité C. Approche du mineur isolé Le mineur isolé acteur de sa situation A travers cette réflexion en termes de projets de vie, le SSI entend encourager la participation du mineur dans la construction de son avenir, que ce soit au sein d un projet de réintégration dans son 4 Voir annexe 1 : Analyse de la situation : arbre à problèmes et arbre à solutions 5 Recommandation CM/Rec(2007)9 du Comité des Ministres aux Etats membres sur les projets de vie en faveur des mineurs non accompagnés : consulté le Communication de la Commission au Parlement européen et au Conseil COM (2010)213 final, Plan d action pour les mineurs non accompagnés ( ) : consulté le

8 pays d origine ou dans la recherche d une alternative dans un pays tiers ou en Suisse. L élaboration d un tel projet repose sur une conception du mineur isolé comme acteur de sa situation qui s appuie sur les capacités d agir et les ressources propres à chaque jeune malgré sa vulnérabilité. L approche adoptée par le SSI favorise ainsi une position active du mineur dans la recherche d une solution durable, afin que le jeune migrant ne se trouve plus uniquement dans une situation d attente face à sa réponse d asile mais puisse avoir l opportunité de développer ses compétences. D. Approche méthodologique Le SSI souhaite promouvoir un modèle d intervention inspiré du «système de l acteur». 7 Développé par le Professeur Daniel Stoecklin, spécialiste en droits de l enfant, le système de l acteur propose d étudier cinq dimensions essentielles et interdépendantes de l expérience personnelle, à savoir les activités, les relations, les valeurs, l image de soi et les motivations. Le modèle vise à soulever l interaction entre l individu et son environnement et permet ainsi 1) d observer les ressources individuelles et sociales du jeune qui peuvent lui permettre d agir sur son environnement et parallèlement 2) d analyser les facteurs de l environnement qui peuvent contribuer à développer ou, au contraire, à limiter sa capacité d agir. Cette approche propose ainsi d étudier les opportunités et contraintes liées à la situation personnelle et environnementale de chaque jeune et permet de travailler sur ses ressources. Appliqué dans une étude réalisée auprès des mineurs non accompagnés en 2010, 8 le «système de l acteur» présente ci-dessous les éléments contraignants et habilitants qu il convient de prendre en considération pour évaluer la situation des mineurs isolés et élaborer une solution adaptée : - Parcours migratoire et situation dans le pays d origine - Perspectives d avenir - Formation scolaire et professionnelle - Loisirs - Définition personnelle (vulnérabilité et compétences) - Regard social (stigmatisation ou encouragement) - Famille et relations dans le pays d origine - Relations établies dans le pays d accueil - Soutien institutionnel - Personne de référence - Valeurs culturelles et croyances religieuses - Valeurs acquises dans la société d accueil 7 Stoecklin, D. (2009). L enfant acteur et l approche participative. In: Jean Zermatten & Daniel Stoecklin (Eds.). Le droit des enfants de participer. Norme juridique et réalité pratique : contribution à un nouveau contrat social. Sion : IUKB/IDE, p Antony, E. (2010). Les mineurs non accompagnés séjournant en Suisse : quelles perspectives d avenir? Réflexions sur la participation du mineur dans la recherche de solutions durables. Mémoire professionnalisant réalisé dans le cadre du Master interdisciplinaire en droits de l enfant, IUKB 8

9 3.5 Le programme «Construire des perspectives d avenir avec les mineurs isolés» A. Objectif et axes du programme Le programme «Construire des perspectives d avenir avec les mineurs isolés» entend donner aux mineurs se trouvant en Suisse des bases qui leur permettent de grandir en sécurité et de développer des perspectives d avenir, soit en retournant dans leur pays d origine si cela est possible, soit en trouvant une solution durable en Suisse ou dans un pays tiers. Un plan stratégique et opérationnel a été élaboré pour le programme. Cinq axes d intervention ont été définis 9 : 1. Renforcement des capacités des acteurs de terrain 2. Recherche de solutions durables dans le pays d origine, en Suisse ou dans un pays tiers 3. Développement des compétences durant le séjour en Suisse 4. Information et participation des mineurs isolés 5. Capitalisation des connaissances et de la méthodologie relative à la prise en charge des mineurs isolés B. Hypothèse L hypothèse qui soutient la mise en place du programme est que mieux le jeune peut développer ses compétences personnelles, sociales et professionnelles durant son séjour dans le pays d accueil, meilleures seront ses chances de réintégration dans son pays d origine ou, le cas échéant, d insertion en Suisse ou dans un pays tiers. En soutenant un environnement adéquat pour le développement du jeune, le SSI souhaite que chaque jeune puisse acquérir un bagage pour son avenir. C. Points forts Les points forts de cette stratégie sont les suivants : être axée sur le jeune donner la parole au mineur isolé et favoriser sa participation identifier les ressources personnelles du mineur isolé et les mobiliser encourager le développement personnel, social et professionnel durant le séjour en Suisse préparer le mineur isolé et le jeune adulte à affronter son avenir 4. L Alliance pour les droits des enfants migrants (ADEM) Les professionnels travaillant auprès des mineurs non accompagnés et des jeunes sans-papiers reconnaissent encore largement un manque de coordination aux niveaux cantonal, régional et national qui ne permet pas de mettre en commun les efforts fournis. L initiative de l Alliance pour les droits des enfants migrants (ADEM), dont le SSI est partenaire avec l Institut international des droits de l enfant (IDE), a été lancée en 2007 pour pallier à ce manque en renforçant l échange et la coopération entre les cantons. Ce réseau doit aujourd hui être élargi et renforcé afin de soutenir un dialogue responsable et une collaboration effective entre les acteurs du domaine. Principalement concentrée sur les mineurs requérants d asile lors de sa création, l Alliance souhaite également élargir son public cible aux enfants et jeunes sans statut légal. En septembre 2011, une discussion a été menée entre le SSI, l IDE et le Conseil suisse des activités de jeunesse (CSAJ) qui mène le projet de participation politique et sociale des mineurs non 9 Pour plus de détails sur les activités prévues, voir annexe 3 : Plan d action 9

10 accompagnés «Speak out» - sur la forme de coopération possible entre les trois organismes dans le cadre de l ADEM. A l issue de cette discussion, il a été décidé que le CSAJ n institutionnaliserait pas de partenariat les mineurs isolés ne représentant en effet pas directement l une des priorités de la stratégie d action de l organisation - mais la coopération interinstitutionnelle va se poursuivre. Le SSI et l IDE définissent actuellement un plan d action pour les années L Alliance garde pour but l amélioration de la prise en charge et du suivi des enfants migrants en Suisse, dans leur pays d origine ou dans un pays tiers. Elle visera spécifiquement en 2012 à créer une plateforme réunissant les acteurs et professionnels du domaine pour encourager leur mise en réseau. Objectifs de l Alliance : Résultats escomptés: Echange d informations liées aux mineurs isolés (bases légales, procédures, rapports et recherches, suivi de la problématique, actualités) Echange d expériences liées aux mineurs isolés (rencontre des acteurs du domaine, groupes de travail, études de cas, bonnes pratiques) Plaidoyer en faveur d une meilleure prise en charge Formation d un réseau d acteurs spécialisés et d un pool d experts Plate-forme régionale active consacrée à la question des enfants migrants Diffusion d une newsletter trimestrielle Mise en avant des problèmes, des avancées et des besoins dans le domaine Prises de position Formulation de recommandations Elaboration d un guide pratique pour les acteurs de terrain: diffusion d outils et d instruments pour un meilleur accompagnement Sensibilisation du public et des autorités 5. Conclusion L étude de faisabilité a permis de développer le programme «Construire des perspectives d avenir avec les mineurs isolés» d après les besoins actuels observés en Suisse dans le domaine des mineurs non accompagnés et des jeunes sans statut légal. L élaboration de ce programme que nous souhaitons lancer dès que possible dans les cantons romands sur une durée de 2 ans, puis extensible au niveau national dans un second temps - repose notamment sur : la définition d activités concrètes et des résultats attendus la définition d une stratégie à adopter et d un plan d action l identification des ressources nécessaires (ressources humaines, partenaires) l élaboration d un budget pour l ensemble du programme Le programme est actuellement soumis à divers organismes pour la recherche de financement. 10

11 ANNEXE 1 : ANALYSE DE LA SITUATION A) Arbre à problèmes EFFETS Risques d affiliation à des réseaux de trafic/exploitation et risques de délinquance - Pas de suivi - Pas d accès aux programmes de réintégration Frein dans le développement des compétences et la construction identitaire Risques de fugues et de disparitions Clandestinité Intégration sociale limitée Perspectives professionnelles très limitées MANQUE DE PERSPECTIVES D AVENIR POUR LES MINEURS ISOLES Manque de filet de protection autour du jeune Situation d isolement et repli sur soi Accès restreint à la formation Manque de solutions individualisées et durables Accès limité à certains services Manque d accompagnement individualisé Statut précaire Manque de collaboration interinstitutionnelle et régionale Manque de personne de référence Manque de considération du statut de mineur et de jeune adulte CAUSES 11

12 B) Arbre à solutions EFFETS Réduction des risques de trafic/exploitation et des risques de délinquance Développement des compétences et mobilisation des ressources personnelles Suivi/ Réintégration ou intégration avec perspectives Ouverture de perspectives professionnelles Intégration sociale renforcée Prévention des fugues et disparitions Meilleure connaissance des cas Mesures d intégration provisoire CONSTRUIRE DES PERSPECTIVES D AVENIR AVEC LES MINEURS ISOLES Renforcement du filet de protection Mise en confiance et suivi Promotion de l accès à la formation Recherche de solutions individualisées et durables - Standards minimaux pour optimiser et harmoniser la prise en charge - Plate-forme internet pour les questions relatives aux MI Soutien et accompagnement personnalisé Evaluation sociale de la situation pour déterminer le meilleur intérêt supérieur de chaque jeune Réseaux régionaux et organe de supervision de la prise en charge (ADEM) Attribution d une personne de référence Meilleure prise en considération du statut de mineur et de l aging out group CAUSES 12

13 ANNEXE 2 : POURQUOI CE PROGRAMME? 1) Buts Favoriser le développement de perspectives d avenir des jeunes migrants au statut précaire Soutenir l intégration sociale du jeune durant son séjour en Suisse Promouvoir l accès à l éducation et à la formation Assurer la réintégration et le suivi du jeune en cas de retour dans son pays Soutenir l échange d information et de pratiques dans le domaine des mineurs isolés au niveau régional 2) Mesures Mener une évaluation sociale de la situation du jeune dans son pays d origine en vue d évaluer les possibilités de retour Trouver une solution concrète et adaptée si possible dans le pays d origine ou, le cas échéant, en Suisse ou dans un pays tiers Elaborer avec le jeune un projet de développement personnel et professionnel Offrir un service de bourses d études et de formation de deuxième chance Développer un système de personnes de référence - personnes bénévoles - pour que la société civile soutienne l Etat dans l accompagnement des mineurs isolés et de l aging out group Assurer un suivi individualisé à chaque jeune dans son pays d origine en cas de retour Créer une plateforme romande d information et d échange consacrée aux mineurs isolés (site web) Elaborer et diffuser un manuel de standards minimaux de prise en charge dans chaque canton 3) Impacts Respect de chaque jeune en tant que personne et acteur de sa situation Mobilisation des ressources et compétences du jeune migrant Encouragement du développement personnel, social et professionnel Accélération de la procédure grâce à l évaluation de la situation du jeune dans son pays Prévention de la délinquance, des fugues et des risques d exploitation Coopération et coordination des actions entre les six cantons romands 13

14 ANNEXE 3 : PLAN D ACTION Objectifs Résultats Activités Année 1 (Janv Déc. 2012) Année 2 (Janv Déc. 2013) 1er semestre 2ème semestre 1er semestre 2ème semestre Renforcement des capacités 1. Les organisations et professionnels en charge des mineurs isolés (MI) sont mis en réseau afin de renforcer la coopération entre les services et la capacité de réponse des acteurs 1.1 Les acteurs concernés par la problématique des MI sont réunis dans le cadre de l'alliance pour les droits des enfants migrants (ADEM) 1.2 Des réseaux sont tissés dans chaque région pour mieux répondre aux besoins des MI Créer une plate-forme (site web ADEM) d'information et d'échange sur les questions relatives aux MI Identifier les organisations et professionnels actifs dans le domaine Elargir l'adem en incluant les nouveaux acteurs identifiés Mettre en place des comités de pilotage de la prise en charge des MI dans chaque région Développer et diffuser un modèle de chaîne d'intervention dans chaque région Développer des mécanismes de coopération pour faciliter le contact entre les organisations, les services régionaux et les autorités 1.3 Les professionnels développent leurs compétences dans l'analyse des situations individuelles et l'accompagnement des MI Organiser un colloque régional et diffuser 4 newsletters par année Préparer des modules de formation et élaborer des outils d'intervention Recherche de solutions durables: mesures de réintégration ou d'intégration 2. Les MI sont soutenus dans l'élaboration d'un projet de vie qui permet d'augmenter leurs chances de réinsertion ou d'insertion 2.1 Les acteurs impliqués dans l'identification, la protection et la réintégration travaillent sur la base d'une méthodologie commune 2.2 La situation personnelle et environnementale du MI est évaluée Proposer des modules de formation et introduire les outils d'intervention Elaborer un manuel de standards minimaux de prise en charge des MI Diffuser les standards minimaux dans les six cantons romands Evaluer la situation du MI dans son pays d'origine et en Suisse et reprendre le contact avec la famille si cela est possible Evaluer les possibilités de réintégration ou d'intégration avec les services compétents et élaborer un rapport social 14

Etablissement Vaudois d Accueil des Migrants (EVAM) Mars 2015_eka

Etablissement Vaudois d Accueil des Migrants (EVAM) Mars 2015_eka Etablissement Vaudois d Accueil des Migrants (EVAM) Mars 2015_eka Cadre légal : LOI 142.21 sur l'aide aux requérants d'asile et à certaines catégories d'étrangers TITRE IV ASSISTANCE AUX MINEURS NON ACCOMPAGNÉS

Plus en détail

Éducation nationale ÉDUCATION NATIONALE 1/8

Éducation nationale ÉDUCATION NATIONALE 1/8 Éducation nationale ÉDUCATION NATIONALE 1/8 ACTION DE LUTTE CONTRE LA DÉSCOLARISATION ET L EXCLUSION Objectifs de l action Accompagner les dispositifs de prévention de la déscolarisation. Mettre en place

Plus en détail

Yverdon-les-Bains. Programme d intégration communal

Yverdon-les-Bains. Programme d intégration communal Yverdon-les-Bains Programme d intégration communal 2014-2017 L intégration, un enjeu social, politique et économique Yverdon-les-Bains accueille chaque année de nouveaux habitants, suisses ou étrangers.

Plus en détail

Bachelor en Travail social Education sociale Service social Animation socioculturelle

Bachelor en Travail social Education sociale Service social Animation socioculturelle Domaine Travail social Bachelor en Travail social Education sociale Service social Animation socioculturelle Le travail social vise à prévenir et à combattre les problèmes sociaux. Sa mission est d aider

Plus en détail

Fondation Pro Familia

Fondation Pro Familia Centre Polyvalent pour Enfants Services pour femmes et leurs enfants en détresse Centre de Consultation et de Médiation Familiale Centre de Formation Psycho-Familiale www.profamilia.lu Contact Fondation

Plus en détail

PLACEMENT AVEC HEBERGEMENT AU DOMICILE (P.H.D.)

PLACEMENT AVEC HEBERGEMENT AU DOMICILE (P.H.D.) PLACEMENT AVEC HEBERGEMENT AU DOMICILE (P.H.D.) Les Maisons d Enfants SAINT-JOSEPH et LAMON-FOURNET ont su répondre au besoin d un dispositif éducatif innovant qui met les familles des jeunes confiés en

Plus en détail

Promotion Santé Suisse

Promotion Santé Suisse Promotion Santé Suisse Qu est-ce que promouvoir la santé? «La promotion de la santé est le processus qui confère aux populations les moyens d assurer un plus grand contrôle sur leur propre santé, et d

Plus en détail

05 novembre 2015 IREV - Lille

05 novembre 2015 IREV - Lille 05 novembre 2015 IREV - Lille 1. OBJECTIFS GENERAUX Objectifs généraux Objectifs généraux Présenter le club d entreprises FACE MEL, ses actions et spécificités Présenter notre méthodologie de développement

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

Quartier Jeunes. 16h-18h. Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND

Quartier Jeunes. 16h-18h. Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND Quartier Jeunes 16h-18h Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND Le GIP Auvergne Le porteur Le porteur Le GIP FCIP Auvergne a pour vocation de

Plus en détail

SINGA LANGUES et culture

SINGA LANGUES et culture SINGA LANGUES et culture SINGA souhaite valoriser la dimension vivante de la langue française et éveiller la curiosité des apprenants. La plupart des personnes réfugiées a besoin d apprendre le français

Plus en détail

Master SCIENCES DE L EDUCATION STRATÉGIE ET INGÉNIERIE DE FORMATION D ADULTES (SIFA) SCIENCES HUMAINES

Master SCIENCES DE L EDUCATION STRATÉGIE ET INGÉNIERIE DE FORMATION D ADULTES (SIFA) SCIENCES HUMAINES SCIENCES HUMAINES Master SCIENCES DE L EDUCATION STRATÉGIE ET INGÉNIERIE DE FORMATION D ADULTES (SIFA) Objectifs former des spécialistes en ingénierie de formation dans les trois niveaux de cette ingénierie

Plus en détail

DAS / Diploma of Advanced Studies Intervenant-e spécialiste en défense et protection de l enfant et de l adolescent-e 2014 / 2016

DAS / Diploma of Advanced Studies Intervenant-e spécialiste en défense et protection de l enfant et de l adolescent-e 2014 / 2016 DAS / Diploma of Advanced Studies Intervenant-e spécialiste en défense et protection de l enfant et de l adolescent-e 2014 / 2016 CAS / Certificate of Advanced Studies Protection de l enfance et de l adolescence

Plus en détail

Caractéristiques de la Plateforme de formation Fegems

Caractéristiques de la Plateforme de formation Fegems Caractéristiques de la Plateforme de formation Fegems Organisation La Plateforme de formation de la Fegems est au bénéfice d une subvention de l Etat depuis juin 2003. Cette aide s est inscrite dans le

Plus en détail

PAPRICA Petite enfance

PAPRICA Petite enfance PAPRICA PETITE ENFANCE PHYSICAL ACTIVITY PROMOTION IN PRIMARY CARE PAPRICA Petite enfance Concept de formation La sédentarité du jeune enfant augmente de manière inquiétante. Or, la promotion du mouvement

Plus en détail

ASHOKA, UN RESEAU INTERNATIONAL D ENTREPRENEURS SOCIAUX UNE INITIATIVE EUROPEENE 3. 3000 entrepreneurs sociaux soutenus

ASHOKA, UN RESEAU INTERNATIONAL D ENTREPRENEURS SOCIAUX UNE INITIATIVE EUROPEENE 3. 3000 entrepreneurs sociaux soutenus ASHOKA, UN RESEAU INTERNATIONAL D ENTREPRENEURS SOCIAUX ASHOKA ENVISAGE UN MONDE OÙ CHACUN EST ACTEUR DE CHANGEMENT: UN MONDE QUI RÉPOND RAPIDEMENT ET EFFICACEMENT AUX ENJEUX SOCIAUX ET OÙ CHAQUE INDIVIDU

Plus en détail

Formation professionnelle: réflexions de base

Formation professionnelle: réflexions de base Formation professionnelle: réflexions de base Édition 2015 PAGE 2 DOCUMENT DE POSITION La formation professionnelle est une clé essentielle du développement qualitatif de l accueil extrafamilial. En sa

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES

GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES 1/7 GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES PROMOUVOIR LE PARTAGE D'EXPERIENCES POSITIVES ET LA PARTICIPATION CITOYENNE La Pairémulation Une forme de soutien mutuel pour stimuler et soutenir l accès

Plus en détail

Appel à projets. Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire. Développer la connaissance

Appel à projets. Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire. Développer la connaissance Appel à projets 2011 Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire En partenariat avec le ministère de l Éducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative Avec

Plus en détail

INSERTION SOCIALE DES JEUNES EN RUPTURE A GENEVE

INSERTION SOCIALE DES JEUNES EN RUPTURE A GENEVE INSERTION SOCIALE DES JEUNES EN RUPTURE A GENEVE AVANT-PROPOS Les auteurs du présent document sont les membres, individuels et collectifs, de l association «Accroche», visant à la promotion, au renforcement

Plus en détail

STRATEGIE ET INGENIERIE EN FORMATION D ADULTES (SIFA)

STRATEGIE ET INGENIERIE EN FORMATION D ADULTES (SIFA) Sciences humaines et sociales Master à finalité professionnelle MENTION : SCIENCES DE L EDUCATION SPÉCIALITÉ STRATEGIE ET INGENIERIE EN FORMATION D ADULTES (SIFA) Objectifs : Former des spécialistes en

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers 1 Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan Proposition commune des associations d usagers (document élaboré sur la base de la note publique rédigée par Saïd Acef)

Plus en détail

Haute école pédagogique du canton de Vaud Filière Pédagogie spécialisée. Votre formation en enseignement spécialisé

Haute école pédagogique du canton de Vaud Filière Pédagogie spécialisée. Votre formation en enseignement spécialisé Haute école pédagogique du canton de Vaud Filière Pédagogie spécialisée Votre formation en enseignement spécialisé La HEP Vaud vous prépare au Master of Arts et Diplôme dans le domaine de la pédagogie

Plus en détail

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions Le référentiel mission et Profil de Poste de l d et de contre les Animateur Insertion Lutte Exclusions Préambule 1. La jeunesse, le Département du Nord et la Fédération des centres sociaux du Nord : Une

Plus en détail

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE LA FORMATION DES EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS A L I.F.R.A.S.S. La formation des Educateurs de Jeunes Enfants est réalisée conformément à l arrêté du

Plus en détail

Mention Communication des organisations

Mention Communication des organisations MASTER Mention Communication des organisations Parcours «Communication et ressources humaines» en Formation continue Responsable : Isabelle AURIEL Secrétariat : Khedidja KHAMADJ tél : 01 49 40 32 72 mail

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Asie centrale. Environnement opérationnel. Kazakhstan. Kirghizistan. Ouzbékistan. Tadjikistan. Turkménistan

Asie centrale. Environnement opérationnel. Kazakhstan. Kirghizistan. Ouzbékistan. Tadjikistan. Turkménistan Environnement opérationnel Kazakhstan Kirghizistan Ouzbékistan Tadjikistan Turkménistan Les abondantes réserves de pétrole et de gaz de l Asie centrale expliquent en partie l importance géopolitique que

Plus en détail

Mineurs non accompagnés en Suisse Brochure d accueil et d information

Mineurs non accompagnés en Suisse Brochure d accueil et d information Mineurs non accompagnés en Suisse Brochure d accueil et d information Bienvenue! La vie en Suisse A ton arrivée en Suisse, tout peut te sembler nouveau. Beaucoup de questions se posent: Comment fonctionne

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Déclaration conjointe pour le Partenariat de Mobilité entre la Tunisie, l'union Européenne et ses Etats membres participants

Déclaration conjointe pour le Partenariat de Mobilité entre la Tunisie, l'union Européenne et ses Etats membres participants Déclaration conjointe pour le Partenariat de Mobilité entre la Tunisie, l'union Européenne et ses Etats membres participants La République Tunisienne, l'union européenne (ci-après "UE") et les États membres

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Dr Claude-François Robert, Lysiane Mariani Ummel et Joanne Schweizer Rodrigues Service de la santé publique, Neuchâtel

Dr Claude-François Robert, Lysiane Mariani Ummel et Joanne Schweizer Rodrigues Service de la santé publique, Neuchâtel Politique de santé mentale: exemple du canton de Neuchâtel Conférence Santé publique Suisse 2014 3 ème Rencontre Réseau Santé Psychique Suisse Olten, 22 août 2014 Dr Claude-François Robert, Lysiane Mariani

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 PROJET ASSOCIATIF Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 NOTRE HISTOIRE L ENTRAIDE DES BOUCHES DU RHONE association régie par la loi du 1 er juillet 1901 est fondée en 1949, dans la perspective

Plus en détail

DEMOKRATIE DEMOCRATIE DEMOCRAZIA. «Un projet visant à renforcer l éducation à la citoyenneté et la participation

DEMOKRATIE DEMOCRATIE DEMOCRAZIA. «Un projet visant à renforcer l éducation à la citoyenneté et la participation DEMOKRATIE «Un projet visant à renforcer l éducation à la citoyenneté et la participation civique en Suisse» Un projet visant à renforcer la démocratie La Suisse est fière de sa longue tradition civique,

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

ÉTHIQUE ET PROTECTION DE L ENFANCE :

ÉTHIQUE ET PROTECTION DE L ENFANCE : JOURNÉES INTERNATIONALES D ÉTUDES D ENFANCE ET PARTAGE Les 20 et 21 novembre 2007 UNESCO, Paris ÉTHIQUE ET PROTECTION DE L ENFANCE : UN ENGAGEMENT COLLECTIF Plus d informations sur : www.colloque.enfance-et-partage.org

Plus en détail

Projet Éducatif Territorial 2013-2015

Projet Éducatif Territorial 2013-2015 Entre les soussignés LE DÉPARTEMENT DE LA SEINE-SAINT-DENIS Hôtel du Département 93006 Bobigny Cedex Représenté par Monsieur Stéphane Troussel, Président du Conseil général de la Seine- Saint-Denis agissant

Plus en détail

CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT

CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT ENTRE LA POSTE Société Anonyme au capital de 3.400.000.000 euros, dont le siège social est situé 44 Boulevard de Vaugirard 75757 PARIS cedex 15, immatriculée au RCS Paris

Plus en détail

Fonds Asile Migration Intégration Fonds Sécurité Intérieure Programmes nationaux 2014-2020

Fonds Asile Migration Intégration Fonds Sécurité Intérieure Programmes nationaux 2014-2020 l Europe se mobilise Fonds Asile Migration Intégration Fonds Sécurité Intérieure Programmes nationaux 2014-2020 L action de l Union européenne Une action commune... L Union européenne met en œuvre, depuis

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE ACTIVITES SPORTIVES. Développement social et médiation par le sport

LICENCE PROFESSIONNELLE ACTIVITES SPORTIVES. Développement social et médiation par le sport UNIVERSITE ORLEANS 2012 2013 LICENCE PROFESSIONNELLE ACTIVITES SPORTIVES Développement social et médiation par le sport Lieu de la formation : 2 allée du Château BP 6237 45062 ORLEANS CEDEX 2 Tél : 02

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Les 3 objectifs de la formation 1 - La construction des compétences et des capacités qui relèvent du : cœur de métier ; cadre

Plus en détail

TERMES DE RÉFÉRENCE POUR LA RÉALISATION D UN DOCUMENTAIRE AUTOUR DE LA PROBLEMATIQUE DES MIGRANTS SUBSAHARIENS AU MAROC

TERMES DE RÉFÉRENCE POUR LA RÉALISATION D UN DOCUMENTAIRE AUTOUR DE LA PROBLEMATIQUE DES MIGRANTS SUBSAHARIENS AU MAROC TERMES DE RÉFÉRENCE POUR LA RÉALISATION D UN DOCUMENTAIRE AUTOUR DE LA PROBLEMATIQUE DES MIGRANTS SUBSAHARIENS AU MAROC Programme : «Développement économique, social et humain de groupes vulnérables, femmes,

Plus en détail

La boîte à outil Migration Sénégal-Espagne : Une réponse au besoin d information des migrants sénégalais,

La boîte à outil Migration Sénégal-Espagne : Une réponse au besoin d information des migrants sénégalais, La boîte à outil Migration Sénégal-Espagne : Une réponse au besoin d information des migrants sénégalais, Une approche de communication participative et innovante Bureau international du Travail Le Bureau

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

PROJET ÉDUCATIF TERRITORIAL 2013-2015

PROJET ÉDUCATIF TERRITORIAL 2013-2015 PROJET ÉDUCATIF TERRITORIAL 2013-2015 Entre les soussignés LE DÉPARTEMENT DE LA SEINE-SAINT-DENIS Hôtel du Département 93006 Bobigny Cedex Représenté par Monsieur Stéphane Troussel, Président du Conseil

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

Engagement en faveur des personnes en situation de dépendance

Engagement en faveur des personnes en situation de dépendance CURAVIVA SUISSE Engagement en faveur des personnes en situation de dépendance Promotion de la qualité de vie individuelle Les 2500 institutions membres de l association nationale faîtière CURAVIVA Suisse

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale

Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale L Université de Fribourg; L Université de Genève; L Université de Lausanne; L Université de Neuchâtel; (ci-après désignées par «les

Plus en détail

«Du plaisir de pratiquer au savoir partager : aider les enfants à se reconstruire par le sport».

«Du plaisir de pratiquer au savoir partager : aider les enfants à se reconstruire par le sport». «Du plaisir de pratiquer au savoir partager : aider les enfants à se reconstruire par le sport». Ce titre témoigne de l ambition associative de faire du sport un levier éducatif pour la reconstruction

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Transformer le plomb en or: l alchimie de la psychiatrie communautaire dans le canton de Vaud

Transformer le plomb en or: l alchimie de la psychiatrie communautaire dans le canton de Vaud 2 ème rencontre du Réseau Santé Psychique Suisse Transformer le plomb en or: l alchimie de la psychiatrie communautaire dans le canton de Vaud Charles Bonsack SFr. 4'500'000.00 SFr. 4'000'000.00 SFr. 3'500'000.00

Plus en détail

Le case management «formation professionnelle»

Le case management «formation professionnelle» Département fédéral de l'économie DFE Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie OFFT Formation professionnelle Le case management «formation professionnelle» Principes et mise

Plus en détail

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT ACCORD CADRE DE PARTENARIAT Entre L Association pour la formation professionnelle des adultes ( AFPA) 13 place du Général de Gaulle - 93108 Montreuil Cedex Représentée par : Son directeur général, Philippe

Plus en détail

AEC en Techniques d éducation à l enfance

AEC en Techniques d éducation à l enfance (JEE.0K) 322-101-MV Introduction à la profession Ce cours permet à l étudiant d explorer la profession d éducatrice à l enfance dans son ensemble et de bien cerner le contexte des services de garde au

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Les souffrances des adolescents sont réelles et conséquentes, dans une période du développement de la personne, empreinte de bouleversements.

Plus en détail

Le partenaire responsable du projet

Le partenaire responsable du projet FICHE PROJET POUR UN CHARGE DE PROJET Le partenaire responsable du projet 1- Nom et coordonnées de la structure partenaire responsable de la mise en oeuvre du projet sur le terrain et nom et fonction du

Plus en détail

PLAN DE MOBILISATION DES FONDS 2014-2017 ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE

PLAN DE MOBILISATION DES FONDS 2014-2017 ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE PLAN DE MOBILISATION DES FONDS ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE Bujumbura, JUIN 2014 0. Introduction

Plus en détail

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction.

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction. POUR QUI? Directeurs et directrices d institutions éducatives, sociales ou socio-sanitaires Professionnel-le-s engagé-e-s dans l un des domaines de la santé ou du travail social et occupant une fonction

Plus en détail

Vers un nouveau lycée 2010. Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée

Vers un nouveau lycée 2010. Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée Vers un nouveau lycée 2010 Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée Fiche : L utilisation des TIC : partage des informations sur l ENT de l établissement

Plus en détail

Résumé du Mémoire d Executive Master

Résumé du Mémoire d Executive Master EXECUTIVE MASTER EN POLITIQUES ET PRATIQUES DU DEVELOPPEMENT (DPP) Année Académique 2012 2013 Résumé du Mémoire d Executive Master Bilan d une approche basée sur l accompagnement des partenaires: Cas du

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin Comité des Parties de la Convention du Conseil de l'europe sur la lutte contre la traite des êtres humains Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la

Plus en détail

Master en Travail social. Nouveau programme avec deux options!

Master en Travail social. Nouveau programme avec deux options! Master en Travail social 2015 Nouveau programme avec deux options! HES-SO Fabrice Nobs HES-SO Thierry Parel 2 Le travail social vise à prévenir et à combattre les problèmes sociaux tels que l exclusion,

Plus en détail

Formations Continues en Cliniques psychothérapeutiques

Formations Continues en Cliniques psychothérapeutiques UNIVERSITE LIBRE DE BRUXELLES Formations Continues en Cliniques psychothérapeutiques Systémique Infanto-juvénile Psychanalytique Cognitivo-comportementale Université coordinatrice: Université partenaire:

Plus en détail

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service AGBF 1 Préambule L élaboration du présent projet de service est le fruit d un travail collaboratif et de concertation

Plus en détail

APPUI INDIVIDUEL A L ORIENTATION ET AUX PROJETS. Université d Artois - SEPIA 1

APPUI INDIVIDUEL A L ORIENTATION ET AUX PROJETS. Université d Artois - SEPIA 1 APPUI INDIVIDUEL A L ORIENTATION ET AUX PROJETS - SEPIA 1 SOMMAIRE MODULE 1 «ENTRETIEN APPROFONDI ET CONTRACTUALISATION» MODULE 2 «INTERETS, MOTIVATIONS ET VALEURS» MODULE 3 «COMPETENCES» MODULE 4 «METHODOLOGIE

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

Guide. Encadrement individuel des jeunes dans la formation professionnelle initiale

Guide. Encadrement individuel des jeunes dans la formation professionnelle initiale Guide Encadrement individuel des jeunes dans la formation professionnelle initiale 2 Utilisation du présent guide Le présent guide décrit des mesures et des possibilités d action déjà expérimentées. Les

Plus en détail

Fundatia Padri Somaschi

Fundatia Padri Somaschi Istituto per la Ricerca Sociale δ ι κ η Città di Torino Centro Giustizia Minorile Piemonte e Valle d Aosta Fundatia Padri Somaschi PROGETTO JLS/2005/AGIS/190 PART.A.G.E.R. : PARTECIPAZIONE ANALISI GESTIONE

Plus en détail

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Réf. document : AT.PEG.22 LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Définition d un «Projet éducatif global» Les objectifs du Projet éducatif global d un établissement de formation du BTP représentent

Plus en détail

PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION

PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION MISSIONS ESSENTIELLES : Le cadre de santé des filières infirmière, de rééducation et médico-techniques, exerce l ensemble de ses missions sous l

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

Réponse du Congo ANNEXE I

Réponse du Congo ANNEXE I Réponse du Congo ANNEXE I QUESTIONNAIRE SUR LES BESOINS ET PRIORITÉS NATIONAUX EN MATIÈRE DE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS ET DE CRÉATION DE CAPACITÉS, AFIN D APPUYER LA MISE EN OEUVRE DU PROTOCOLE DE NAGOYA

Plus en détail

103.5 La station Radio E2C AUVERGNE

103.5 La station Radio E2C AUVERGNE 103.5 La station Radio E2C AUVERGNE Communiqué de presse 15 mai 2012 Radio E2C : 103.5 Une semaine dans la peau des animateurs radio, c est le challenge que vont relever les stagiaires de l E2C Du 21 au

Plus en détail

Proposition de création d un comité institutionnel pour l intégration des TIC au Cégep. Déposé au Comité de régie le 29 novembre 2011

Proposition de création d un comité institutionnel pour l intégration des TIC au Cégep. Déposé au Comité de régie le 29 novembre 2011 Proposition de création d un comité institutionnel pour l intégration des TIC au Cégep Déposé au Comité de régie le 29 novembre 2011 - Attendu que le plan stratégique de développement, dans chacune de

Plus en détail

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance P RO - enfance Plateforme Romande pour l accueil de l enfance Rapport de la phase d analyse 1. Résumé Le présent document contient la description du déroulement et des résultats de la phase d analyse des

Plus en détail

Mise en place d une organisation CII nationale pour la poursuite du développement de la collaboration interinstitutionnelle

Mise en place d une organisation CII nationale pour la poursuite du développement de la collaboration interinstitutionnelle Département fédéral de l économie DFE Département fédéral de l intérieur DFI Berne, le 11 novembre 2010 Mise en place d une organisation CII nationale pour la poursuite du développement de la collaboration

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES POUR UNE ASSISTANCE TECHNIQUE A MI TEMPS SUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITES TECHNIQUES ET SCIENTIFIQUES DU CILSS SUR LE CLIMAT

TERMES DE REFERENCES POUR UNE ASSISTANCE TECHNIQUE A MI TEMPS SUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITES TECHNIQUES ET SCIENTIFIQUES DU CILSS SUR LE CLIMAT TERMES DE REFERENCES POUR UNE ASSISTANCE TECHNIQUE A MI TEMPS SUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITES TECHNIQUES ET SCIENTIFIQUES DU CILSS SUR LE CLIMAT (LE RECRUTEMENT D UNE FIRME) Appui à la mise en œuvre

Plus en détail

Rôle de l infirmière de santé au travail lors d incapacités de longue durée

Rôle de l infirmière de santé au travail lors d incapacités de longue durée Hospice général - Genève Rôle de l infirmière de santé au travail lors d incapacités de longue durée SOHF 3 septembre 2010 www.hospicegeneral.ch L Hospice général en bref L Hospice général est chargé de

Plus en détail

CADRE SOCIO EDUCATIF

CADRE SOCIO EDUCATIF PAGE 1 SUR 7 Rédacteur Vérificateur(s) Approbateur(s) Nom Véronique MATHIEU Eric LE GOURIERES Michel SENIMON Fonction Cadre socio éducatif Coordonnateur Général des Activités de Soins Directeur du Personnel,

Plus en détail

DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS**

DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** PRESENTATION DE LA FORMATION DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** * CAFERUIS : Certificat d aptitude aux fonctions d encadrement et de responsable d unité d intervention sociale **

Plus en détail

&216(,/'( %UX[HOOHVOHMXLQ /,0,7( -$, 0,*5 127( la présidence

&216(,/'( %UX[HOOHVOHMXLQ /,0,7( -$, 0,*5 127( la présidence &216(,/'( /81,21(8523e(11( %UX[HOOHVOHMXLQ 25HQ /,0,7( -$, 5(/(; 0,*5 127( de : la présidence au : Conseil N doc. préc.: 9796/1/02 REV 1 JAI 129 RELEX 112 MIGR 52 Objet: Conclusions du Conseil sur les

Plus en détail

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1)

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) LIENS FONCTIONNELS : - Direction Outremer (DIROM) -

Plus en détail

Projet éducatif de territoire 2014-2020

Projet éducatif de territoire 2014-2020 Projet éducatif de territoire 2014-2020 SOMMAIRE Édito : Bien grandir à Nantes p. 3 Un socle de valeurs communes : la Charte nantaise de la réussite éducative p. 4 Favoriser la réussite éducative en réduisant

Plus en détail

McKay Savage/Flickr. Classe d école Suisse-Inde. Partenariats entre écoles du secondaire II

McKay Savage/Flickr. Classe d école Suisse-Inde. Partenariats entre écoles du secondaire II McKay Savage/Flickr Classe d école Suisse-Inde Partenariats entre écoles du secondaire II Coopération au-delà des différences culturelles La Fondation ch pour la collaboration confédérale et la Fondation

Plus en détail

Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant. Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures!

Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant. Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures! Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures! Adopté à l assemblée annuelle des membres Le 10 octobre 2013 La version finale,

Plus en détail