Exercices d application

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Exercices d application"

Transcription

1 Exercices d application 5 minutes chrono! 1. Mots manquants a. topologique ; ligne brisée b. double c. hydroxyle d. amines e. longueur d'onde ; coefficient 2. QCM a. 3-méthylbutan-2-one. b. Carbonyle. c. Esters. d. Le nombre d'onde. e. D'identifier la présence de certains types de liaisons. Compétences exigibles 3. a. C 5 H 10 b. C 6 H 12 O 2 c. C 6 H 12 O 2 d. C 5 H 11 NO 4. a. et b. c. a est un alcène, b un ester, c un acide carboxylique et d un amide. 5. a est le 2-méthylbut-2-ène b est le 2-méthylbutanoate de méthyle c est l'acide 2-éthylbutanoïque d est le 2-méthylbutanamide 6. a. 4-méthylhexan-3-ol : b. 3-éthyl-2,3-diméthylheptanal : Nathan / 18

2 c. 3,3,4-triméthylpentan-2-one : d. 2-méthylpropan-2-amine : e. 2-éthylpentanoate de butyle : 7. a. On relève 1, m = 310 nm, 2, m = 340 nm et 3, m = 530 nm. b. Seule 3, m correspond à une radiation dans le visible. Les radiations de couleur verte sont donc principalement absorbées (mais aussi un peu le bleu à cause de l'épaulement à 500 nm). On en déduit que l'éosine est rouge/rosée en solution aqueuse. c. On relève A max = 1,1 et donc : Amax 1,1 max 1,1 10 L mol cm > 10 L mol cm 5 c 1,0 1, L'éosine est donc une espèce fortement absorbante. 8. a. La large bande de très forte absorption aux alentours de cm -1 correspond à la liaison O-H du groupe hydroxyle. On observe par ailleurs la bande fine de moyenne absorption associée à la même liaison aux alentours de cm -1. b. On n'observe plus que la bande fine de moyenne absorption au voisinage de cm -1, la large bande de très forte absorption a «disparu». C'est parce que cette bande est liée à la présence de liaisons hydrogène présentes en solution, mais pas en phase gazeuse. Compétences générales 9. Il faut : - Peser une masse de tartrazine à l'aide d'une coupelle de pesée et consigner soigneusement la valeur exacte de la masse ainsi prélevée ; - Verser cette masse dans une fiole jaugée ; - Rincer la coupelle de pesée tout en récupérant l'eau de rinçage dans la fiole jaugée ; - Remplir la fiole aux deux-tiers avec de l'eau distillée ; - Agiter latéralement la fiole jusqu'à dissolution complète du solide ; - Remplir la fiole jusqu'au trait de jauge ; - Boucher et agiter la fiole jaugée en la retournant plusieurs fois ; - Diluer la solution ainsi obtenue (à l'aide de pipettes et de fioles jaugées) jusqu'à obtenir une solution suffisamment claire (A max < 1,5) ; - Faire le blanc (avec une assistance informatique) avec une cuve d'eau distillée, afin de s'affranchir de l'absorption due aux parois de la cuve et au solvant ; - Réaliser le spectre (avec une assistance informatique). Nathan / 18

3 10. a. Capture d écran du spectre IR de l acide méthanoïque avec le logiciel SPIREX. b. Au niveau de la rigueur scientifique, il faut préciser le nom de l'axe des abscisses et l'état physique de l'échantillon. Au niveau du vocabulaire, il faut parler de classe fonctionnelle et non de «fonctions». L'assignation des bandes ne tient pas compte de l'environnement particulier des liaisons : elle est «statique». 11. a. Les deux molécules envisagées sont : b. La bande fine et de forte absorption aux alentours de cm 1, caractéristique de la liaison C=O, permet déjà d'envisager qu'il s'agit d'un acide carboxylique et non pas d'un ester (pour lequel la liaison C=O absorbe des radiations de nombres d'onde compris entre cm 1 et cm 1 ). La bande très large et intense présente au voisinage de cm -1 correspond à la liaison O-H du groupe carboxyle et permet donc de confirmer sans aucune ambiguïté qu'il s'agit de l'acide éthanoïque. 12. a. Il s'agit d'une indication concernant la précision de la verrerie. Lorsque la fiole jaugée est correctement utilisée, la valeur réelle de la mesure a 95 % de chance de se trouver dans l'intervalle [25,00 0,05 ml ; 25,00 + 0,05 ml] soit [24,95 ml ; 25,05 ml]. b. Proposer aux fabricants de ces matériels des améliorations à porter sur les écritures des grandeurs physiques. Il serait plus judicieux que le constructeur de la fiole jaugée indique un volume de 25,00 ml ± 0,05 ml. De même, un fabricant de cuve de spectrophotométrie devrait préciser l'incertitude liée à la valeur de la largeur de ses cuves. En admettant (raisonnablement) que cette incertitude soit de 0,01 cm, l'indication devrait être : = 1,00 cm ± 0,01 cm. Nathan / 18

4 Exercices de méthode 13. Exercice résolu. 14. a. On repère, au-delà de la zone de l'empreinte digitale, une bande fine et de forte absorption au voisinage de cm 1, correspondant sans aucune ambigüité possible à la liaison C=O. La bande plus large aux alentours de cm 1 correspond sans aucun doute à la liaison C-H. En revanche, la dernière bande, de faible absorption aux alentours de cm 1 peut tout aussi bien être attribuée à la liaison O-H qu'à la liaison N-H. b. Il faut un renseignement concernant la nature des atomes de la molécule : combien contient-elle d'atomes d'oxygène et/ou d'azote? L'analyse élémentaire peut apporter ce renseignement. c. La bande à cm -1 correspond donc à la liaison N-H (en phase gazeuse). Et on a dit qu'elle possédait aussi une liaison C=O. Deux classes fonctionnelles sont définies à partir de la présence d'une liaison N-H : celle des amides et celle des amines. Deux groupes caractéristiques (au programme) contiennent la liaison C=O avec un unique atome d'oxygène : le groupe carbonyle et celui associé aux amides. La molécule étudiée ici peut donc être un amide (et c'est le cas : l'éthanamide), mais il peut aussi s'agir d'une molécule polyfonctionnelle, c'est-à-dire qui appartient à au moins deux classes fonctionnelles : amine + aldéhyde ou amine + cétone. 15. a. Pour diluer cent fois la solution étalon, on prélève, par exemple, 10 ml de cette solution à l'aide d'une pipette jaugée, que l'on verse dans une fiole jaugée de 1 L, préalablement remplie au tiers d'eau distillée. On complète jusqu'au trait de jauge avec de l'eau distillée, puis on homogénéise une dernière fois. Il faut ensuite faire le blanc, en mesurant l'absorbance de la cuve et de l'eau distillée, puis réaliser le spectre de la solution préalablement diluée. b. Les deux spectres ont exactement la même allure. Seule une homothétie les distingue, ce qui correspond à une dilution différente de l'espèce absorbante. Ce sont donc bien les ions permanganate qui colorent l'eau de Dakin. La couleur rose pâle correspond au violet de la solution d'ions permanganate très diluée. La teinte d'une solution dépend en effet fortement de sa concentration (cf. exercice 26) c. D'après la loi de Beer-Lambert, pour chaque longueur d'onde : A = c où c est la concentration molaire en ions permanganate dans la solution, la largeur de l'échantillon traversé, et le coefficient d'absorption molaire associé. En se plaçant au maximum d'absorption des ions permanganate, pour m = 525 nm, on relève pour la solution étalon diluée 100 fois : A max = 0,36. On en déduit : 0, max 2,4 10 L mol cm 2 1, 0 1, Puisque dans la solution de Dakin, on relève A' max = 0,15 ; on en déduit la concentration molaire des ions permanganate dans l'eau de Dakin : A' max 0, c' = 6,3 10 mol L 3 max 2,4 10 1,0 Nathan / 18

5 Exercices d entraînement 16. a. b. -OH est le groupe hydroxyle. c. Cette molécule appartient à la classe fonctionnelle des amides. En revanche, elle n appartient pas à la classe fonctionnelle des alcools, mais à celle des phénols du fait de la fixation du groupe hydroxyle sur un noyau aromatique. d. Non, le paracétamol n absorbe que des radiations du domaine de l UV. La solution n apparaît donc pas colorée. e. La bande à cm 1 correspond à la liaison O-H, celle à cm 1 à la liaison N-H, celle à cm 1 aux liaisons C-H, celle à cm 1 à la liaison C=O et enfin celle à cm 1 aux liaisons C=C. f. En phase condensée, il apparaîtra une bande très large et de forte absorption centrée aux alentours de cm 1, correspondant aux liaisons hydrogène impliquant à la fois des liaisons N-H et des liaisons O-H entre différentes molécules présentes en solution. 17. a. Acide pentanoïque : classe fonctionnelle des acides carboxyliques. H 3 C-CH 2 -CH 2 -CH 2 -C(=O)-OH Propanoate d'éthyle : classe fonctionnelle des esters. H 3 C-CH 2 -C(=O)-O-CH 2 -CH 3 b. Pour les deux molécules, on détermine la même formule brute : C 5 H 10 O 2. Elles sont donc isomères. c. La présence de la bande caractéristique associée à la liaison O-H, très facilement reconnaissable sur un spectre réalisé à l'état condensé par une bande large et de très forte absorption au voisinage de cm -1, permettra de distinguer très facilement ces deux isomères. 18. a. - Préparation de l'échantillon, suffisamment dilué pour que A max < 1,5. - Faire le blanc avec le spectrophotomètre avec une cuve remplie du solvant (ici, de l'acétate d éthyle). - Réaliser le spectre. Nathan / 18

6 b. c. Non, la solution de vanilline apparaît incolore sur les images. Il n'y a en effet que 4 doubles liaisons conjuguées dans la molécule. Il en faut plus de 7 pour avoir une molécule absorbant des radiations du visible. d. On constate sur le spectre obtenu qu'aucune longueur d'onde des radiations du visible n'est absorbée. Cela confirme que la solution n'apparaisse pas colorée. Néanmoins, les rayonnements du proche-uv sont absorbés. On relève ainsi A max = 0,97 pour m = 272 nm. Grâce aux données du film, on détermine la concentration molaire en vanilline : 3 m 6, c 8,6 10 mol L MV 152 0,500 avec la masse molaire de la vanilline (C 8 H 8 O 3 ) : M = 8M(C) + 8M(H) + 3M(O) = 152 g mol -1 On peut alors remonter à la valeur du coefficient d'extinction molaire au maximum d'absorption, connaissant la largeur de la cuve utilisée = 1,0 cm : A 0,97 1c 1,0 8, 6 10 max max 1,1 10 L mol cm 10 L mol cm 5 La vanilline est donc une espèce fortement absorbante pour des radiations du proche-uv. e. On compte 8 atomes de carbone, 8 atomes d'hydrogène et 3 atomes d'oxygène : C 8 H 8 O 3. Son nom dans la base de données est : 4-hydroxy-3-méthoxybenzaldéhyde. f. La liaison C=O est très facilement repérable par sa bande d'absorption très fine et de forte absorption à cm -1. Les liaisons C=C apparaissent sous la forme d'une double bande à et cm -1. Les liaisons C-H apparaissent vers cm -1. Et enfin, la large bande associée à la liaison O-H apparaît autour de cm -1. Nathan / 18

7 19. a. Les molécules organiques sont essentiellement constituées d'atomes de carbone et d'oxygène. Les représenter eux-mêmes, ainsi que les liaisons qui les relient, sur des schémas traduisant la structure de la molécule est donc coûteux en temps et en espace. On améliore donc l'efficacité de la représentation des molécules avec les formules topologiques, pour lesquelles seules les liaisons entre atomes de carbone figurent par l'intermédiaire d'une ligne brisée. Les quelques atomes autre que ceux de carbone et d'hydrogène figurent explicitement sur la formule, ainsi que les éventuels atomes d'hydrogène qui leur sont liés. Exemples : butane éthanol CH 3 -CH 2 -CH 2 -CH 3 CH 3 -CH 2 -OH Outre la facilité d'écriture, les formules topologiques permettent d'identifier plus vite les chaînes carbonées et les groupes caractéristiques. b. Si la matière apparaît colorée, c'est parce qu'elle absorbe sélectivement certaines radiations de la lumière blanche (comportant l'ensemble des longueurs d'onde du visible) qui nous entoure. Un spectrophotomètre est capable de quantifier cette absorption par la matière colorée en fonction de la longueur d'onde du rayonnement qui la traverse. Le graphique correspondant s'appelle le spectre d'absorption (UV-)visible de la matière. Lorsque des radiations dans le domaine du visible sont absorbées par l'échantillon, celui-ci apparaît coloré. D'autre part, des radiations de longueur d'onde plus basse (celle du domaine de l'ultraviolet) peuvent aussi être absorbées. 20. a. Plus il y a de doubles liaisons (C=C) conjuguées, plus la longueur d'onde correspondant au maximum d'absorption augmente. b. En grec : «batho» signifie vers le fond, «chroma» signifie la couleur. c. Plus le nombre de doubles liaisons conjuguées est important, plus l'énergie des photons absorbés par une molécule contenant la conjugaison est faible, et donc plus la longueur d'onde correspondante est élevée puisque hc. d. On peut extrapoler les résultats du tableau et admettre très raisonnablement que pour un nombre suffisant de doubles liaisons conjuguées, on parvienne à une valeur de m suffisamment grande pour parvenir à une radiation du visible (à partir de 400 nm). Cette limite interviendra vraisemblablement pour environ 7 doubles liaisons conjuguées. e. On dénombre 11 doubles liaisons doubles C=C conjuguées dans le -carotène. Cela confirme l'effet bathochrome puisque m ( -carotène) = 450 nm > 400 nm. f. Puisque le -carotène absorbe principalement les radiations de couleur bleu, il apparaît donc jaune (et pas rose : le flamant est un piège...). N.B. : en réalité, il est plutôt jaune-orangé a. Ces deux molécules possèdent un groupe carbonyle. Elles font par ailleurs partie de la classe fonctionnelle des aldéhydes et à celle des alcènes. b. Dans le but-2-énal, les deux doubles liaisons C=C et C=O sont conjuguées : Nathan / 18

8 c. D'après les tables : a correspond aux liaisons C-H ; b correspond à la liaison C=O ; c correspond à la liaison C=C. d. La conjugaison des doubles liaisons déplace les nombres d'onde du minimum des bandes d'absorption vers de plus faibles valeurs. Il s'agit du même effet bathochrome que celui observé en spectrophotométrie UV-visible (cf. exercice 20). 22. a. En ordonnée n'est pas portée la transmittance, mais l'absorbance. Par conséquent, les bandes d'absorption sont orientées avec des maxima d'absorption vers le haut, comme en spectroscopie UV-visible, puisque T = 10 A. b. On reconnaît une bande plutôt large et d'intensité moyenne pour les nombres d'onde proches de cm -1. Il s'agit de la bande caractéristique des liaisons C-H. Par ailleurs, on reconnaît la bande assez fine et de forte absorption pour des nombres d'onde voisins de cm -1, correspondant à des liaisons C=O. La bande à un peu moins de cm -1 pourrait par ailleurs correspondre à des liaisons C=C (aromatiques) et/ou à des N-H (déformation)... c. Ce sont visiblement les liaisons C=O qui sont le plus affectées par le vieillissement du bois. Puisque leur absorption décroît dans le temps, c'est que le nombre de ces liaisons diminue dans le temps. d. Il suffit a priori de relever la hauteur du maximum d'absorbance pour la bande relative aux liaisons C=O pour déterminer l'âge du bois. On procède ensuite par étalonnage, puisque l'on connaît la hauteur relative du maximum pour des âges de référence. 23. a. Le protocole 2, puisque la concentration n'a pas besoin d'être connue avec précision. On gagne ainsi du temps. Attention toutefois à suffisamment diluer l'échantillon pour que 0,1 < A max < 1,5. b. Le protocole 1, puisque pour accéder à la valeur de max, la concentration en bleu de méthylène doit être connue (avec suffisamment de précision). D'après la loi de Beer-Lambert : max = a. A max c Tout comme les alcools, il existe des amines primaires (une seule chaîne carbonée liée à l'atome d'azote), secondaires (deux chaîne carbonées liées à l'atome d'azote) et tertiaires (trois chaîne carbonées liées à l'atome d'azote). b. A est une amine tertiaire, B une amine primaire et C une amine secondaire. c. Il s'agit de la 3-méthylbutan-1-amine. d. Avec un peu de bon sens, A est la N,N-diéthyléthanamine : C est la N-méthyl-2-méthylpropan-1-amine : Nathan / 18

9 2. a. Dans le spectre 1, on ne discerne aucune bande d'absorption au delà de cm -1. Dans le spectre 2, on discerne une bande double entre et cm -1. Dans le spectre 3, on discerne une simple bande large centrée autour de cm -1. b. Pour les spectres 2 et 3, les bandes observées correspondent aux liaisons N-H en phase condensée. c. La seule amine qui ne possède pas de liaison N-H est l'amine tertiaire, dont le spectre est le spectre 1. d. Pour une amine secondaire, il existe deux modes de vibration, donc deux énergies différentes, donc deux nombres d'onde différents pour l'absorption. On n'a pas une seule, mais deux bandes d'absorption très proches pour une amine primaire, contenant le groupe amino- NH 2. e. Le spectre 2 contient une double bande au voisinage de cm -1 : il s'agit du spectre de l'amine primaire B. Le spectre de l'amine secondaire A est donc le spectre 3. Exercices de synthèse 25. a. Commençons par donner les formules topologiques des différents «candidats» : n 1 : éthanoate de propyle n 2 : 3-méthylpentan-3-ol n 3 : 2,2-diméthylpropanamide n 4 : pentanal b. et c. On identifie sur le spectre une bande (double) de forte absorption aux alentours de cm -1. Il s'agit donc a priori de la bande d'absorption d'une liaison C=O, ce qui exclut l'alcool (n 2). Mais d'après les tables, le nombre d'onde ne peut pas correspondre à la liaison C=O d'un aldéhyde (n 4) ou d'un ester (n 1), puisqu'il serait alors compris entre et cm -1. Il s'agit donc de l'amide (n 3). Par ailleurs, le reste du spectre confirme cette attribution. En effet, la bande fine et intense qui est centrée autour de cm -1 correspond à l'absorption d'une liaison N-H (déformation). Et on repère deux bandes larges et intenses pour cm -1 et cm -1 qui correspondent à l'absorption des liaisons N-H d'un amide qui possède le groupe fonctionnel -C(=O)NH 2 (cf. exercice 24). Nathan / 18

10 a. Non. D'après la photographie, la solution d'ions triiodure apparaît jaune pâle pour la plus faible concentration, et brun foncé pour la plus forte concentration, en passant par l orange et le rouge pour les concentrations intermédiaires. La couleur perçue dune solution d'une même espèce dépend donc considérablement de sa concentration. b. On relève sur le spectre le maximum d'absorbance A max = 0,80 pour une valeur de longueur d'onde m = 350 nm (environ). On en déduit par la loi de Beer-Lambert la valeur du coefficient d'absorption molaire au maximum d'absorption : Amax 0,80 max 6,2 10 L mol cm 10 L mol cm 4 c 0,50 2, Les ions triiodure sont donc fortement absorbants, essentiellement dans l'uv, mais aussi en partie dans le visible (cf. question suivante). c. Le maximum de l'absorption de la solution a lieu pour des radiations de l'uv, mais on remarque que la bande d'absorption «déborde» dans le domaine du visible. Ainsi, le bleuviolet est également absorbé. La couleur complémentaire étant le jaune et le jaune-vert, il s'agit bien de la couleur perçue pour la solution. d. D'après la loi de Beer-Lambert, l'absorbance est directement proportionnelle, pour chaque longueur d'onde, à la concentration en ions triiodure en solution. Si cette dernière augmente, l'absorbance augmente, et la bande du spectre subit une homothétie vers les plus grandes valeurs d'absorbance. e. Il n'y a alors pas que les radiations violettes qui sont absorbées, mais aussi le bleu, puis le vert. Ainsi, la couleur perçue évolue également, passant progressivement du jaune à l'orange, puis au rouge. Le brun foncé correspond quant à lui à l'absorption de quasiment toutes les radiations du visible. 2. a. On relève un maximum d'absorption A max = 0,12 pour une longueur d'onde m = 430 nm. On en déduit, par la loi de Beer-Lambert : A c 0,12 1,0 0,025 max -1-1 max 4,8 L mol cm b. m = 430 nm correspond à des radiations de couleur bleu. La couleur complémentaire est donc le jaune. c. Pour le sulfate en solution aqueuse : max = 4,8 L mol -1 cm -1 < 10 2 L mol -1 cm -1. Le sulfate de nickel est donc faiblement absorbant dans le visible. d. On constate clairement que la couleur du sulfate de nickel n'est pas jaune, mais verte! On n'a pas pris en compte l'existence de l'autre bande du spectre, aux alentours de 700 nm. Elle est certes moins intense, mais elle traduit l'absorption d'une bonne partie des longueurs d'onde correspondant aux radiations de couleur rouge. La couleur perçue de la solution correspond en fait à celle des radiations visibles les moins absorbées (et donc transmises), correspondant au minimum d'absorption, aux alentours de = 550 nm. La solution paraît effectivement verte Attention, sur le livre spécimen, la formule topologique présente dans l'exercice 27 correspond en fait à la molécule de l'exercice 28. Cette erreur de mise en page a été corrigée dans le manuel élève. Commençons par déterminer les masses réduites des deux liaisons C-H et C-D, avec l'hypothèse simplificatrice de l'énoncé : m m m C-H C H H Nathan / 18

11 puisque la masse d'un atome de carbone est environ 12 fois plus grande que celle d'un atome d'hydrogène. Par ailleurs, m m m 2m C-D C D D H, puisqu'un atome de deutérium possède 2 nucléons (1 p + 1 n) tandis que l'atome d'hydrogène ne possède qu'un seul proton. Ainsi, µ C-D 2 µ C-H. Enfin, puisque le nombre d'onde est supposé proportionnel à en déduit, par un produit en croix : µ 1 µ 2 C-H C-D C-H C-H C-D A.N. : C-D = cm 1 1 µ, on Attention, sur le livre spécimen, la formule topologique présente dans l'exercice 27 correspond en fait à la molécule de l'exercice 28. Cette erreur de mise en page a été corrigée dans le manuel élève. a. L'éthanal a pour formule brute C 2 H 4 O, l'hydroxylamine NH 3 O, et l'éthanaloxime C 2 H 5 NO. On s'aperçoit donc que pour que la conservation de la matière soit respectée, la production d'une molécule d'éthanolamine s'accompagne de celle d'une molécule d'eau H 2 O. b. Les deux molécules ont exactement les mêmes atomes, mais ils sont disposés différemment. Ils ont donc même formule brute et sont isomères. c. Le spectre B est le seul à ne pas faire apparaître la bande caractéristique de la liaison C=O aux environs de cm -1, présente dans les spectres A et C. B est donc le spectre de l'éthanaloxime. On y distingue au passage la bande fine (mais intense) caractéristique, en phase gazeuse, de la liaison O-H à un peu plus de cm -1. Sur le spectre A, on distingue deux bandes de faible absorption pour environ et cm -1. Il s'agit des deux bandes caractéristiques des liaison N-H en phase gazeuse pour un amide (ou une amine...) qui contient le groupe caractéristique -C(=O)NH 2. Il s'agit donc du spectre de l'éthanamide. Le spectre C correspond par élimination à celui de l'éthanal. Remarque : on relève une petite bande au voisinage de cm -1 qui correspond à la première harmonique de la bande d'absorption de la liaison C=O à cm Nathan / 18

12 29. Exemple de rédaction de synthèse de documents L'atmosphère est globalement transparente au rayonnement solaire : elle n'absorbe pas le rayonnement émis par le Soleil, correspondant au domaine du visible (l'atmosphère laisse donc passer la lumière...), mais elle absorbe une grosse partie du rayonnement UV grâce à la présence de l'ozone (stratosphérique). Le rayonnement appartenant au domaine du visible, porteur d'énergie, va donc parvenir jusqu'à la surface de la Terre, et (ré)chauffer cette dernière. En «retour», la Terre émet elle-même un rayonnement électromagnétique, dans le domaine de l'infrarouge. Notons que si les choses en restaient là, la température moyenne à la surface de la Terre serait de -22 C! Mais certains gaz, principalement la vapeur d'eau, mais aussi le dioxyde de carbone, le protoxyde d'azote et le méthane (et d'autres non présentés dans les documents), absorbent ces radiations infrarouges émises par la Terre. L'énergie captée est alors (pour moitié) renvoyée vers la surface de la Terre, qui voit donc un apport supplémentaire d'énergie lui arriver. La conséquence est qu'à l'heure actuelle, la température moyenne à la surface de la Terre est de 15 C, ce qui est favorable à la vie. Et pour le futur? Il est logique d'envisager qu'une augmentation de la teneur en gaz à effet de serre dans l'atmosphère aurait pour conséquence d'augmenter l'énergie captée par l'atmosphère, et donc l'énergie renvoyée vers la surface de la Terre, ce qui engendrerait une plus grande température de surface. Mais les mécanismes qui interviennent sont nombreux et les conséquences difficiles à prévoir (augmentation de la vapeur d'eau produite, et donc amplification du phénomène? meilleure absorption du CO 2 par les végétaux?...). Qui vivra verra! Nathan / 18

Devoir de chimie : Analyse spectrale et dosage par étalonnage (1 décembre 2014)

Devoir de chimie : Analyse spectrale et dosage par étalonnage (1 décembre 2014) Devoir de chimie : Analyse spectrale et dosage par étalonnage (1 décembre 2014) Exercice 1 : Etude de l acide lactique (6,5 pts) La formule semi-développée de l acide lactique est la suivante : 1.1. Étude

Plus en détail

Chapitre 7 Les solutions colorées

Chapitre 7 Les solutions colorées Chapitre 7 Les solutions colorées Manuel pages 114 à 127 Choix pédagogiques. Ce chapitre a pour objectif d illustrer les points suivants du programme : - dosage de solutions colorées par étalonnage ; -

Plus en détail

TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR

TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR Ce TP s étale sur une séance de 2 heures (spectre visible), puis une séance d 1 heure (spectre infrarouge). Objectifs : - Identifier un colorant

Plus en détail

Terminale S Chapitre 4 Observer : ondes et matière. Analyse spectrale

Terminale S Chapitre 4 Observer : ondes et matière. Analyse spectrale Analyse spectrale 1 Spectroscopie UV-visible 1.1 Présentation des spectres UV-visible La spectroscopie est l étude quantitative des interactions entre la lumière et la matière. Lorsque la lumière traverse

Plus en détail

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Objectifs : Exploiter un spectre infrarouge pour déterminer des groupes caractéristiques Relier un spectre

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur ht ANALYSE SPECTRALE Une espèce chimique est susceptible d interagir avec un rayonnement électromagnétique. L étude de l intensité du rayonnement (absorbé ou réémis) en fonction des longueurs d ode s appelle

Plus en détail

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde.

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde. CC4 LA SPECTROPHOTOMÉTRIE I) POURQUOI UNE SUBSTANCE EST -ELLE COLORÉE? 1 ) La lumière blanche 2 ) Solutions colorées II)LE SPECTROPHOTOMÈTRE 1 ) Le spectrophotomètre 2 ) Facteurs dont dépend l'absorbance

Plus en détail

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.»

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.» Chapitre 5 / TP 1 : Contrôle qualité de l'eau de Dakin par dosage par étalonnage à l'aide d'un spectrophotomètre Objectif : Vous devez vérifier la concentration massique d'un désinfectant, l'eau de Dakin.

Plus en détail

101 Adoptée : 12 mai 1981

101 Adoptée : 12 mai 1981 LIGNE DIRECTRICE DE L OCDE POUR LES ESSAIS DE PRODUITS CHIMIQUES 101 Adoptée : 12 mai 1981 «Spectres d'absorption UV-VIS» (Méthode spectrophotométrique) 1. I N T R O D U C T I O N I n f o r m a t i o n

Plus en détail

La spectrophotométrie permet l'étude de solutions colorées dans l'infrarouge (1 100 nm au maximum), dans le visible et dans l'ultraviolet (190 nm).

La spectrophotométrie permet l'étude de solutions colorées dans l'infrarouge (1 100 nm au maximum), dans le visible et dans l'ultraviolet (190 nm). Spectrophotométrie Spectrophotométrie La spectrophotométrie permet l'étude de solutions colorées dans l'infrarouge (1 100 nm au maximum), dans le visible et dans l'ultraviolet (190 nm). Spectre d'absorption

Plus en détail

ETUDE DU BLEU DE BROMOTHYMOL

ETUDE DU BLEU DE BROMOTHYMOL ETUDE DU BLEU DE BROMOTHYMOL Capacité(s) contextualisée(s) mise(s) en jeu durant l'activité : Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour déterminer une constante d'acidité. I. But Déterminer la constante

Plus en détail

TP : Détermination de la concentration en glucose d une boisson de réhydratation Deuxième Partie

TP : Détermination de la concentration en glucose d une boisson de réhydratation Deuxième Partie TP : Détermination de la concentration en glucose d une boisson de réhydratation Deuxième Partie Rappel : Lorsque l on chauffe un mélange d une solution de glucose et d une solution d acide 3,5- dinitrosalycilique

Plus en détail

Chimie Analytique I: Chapitre 14 Introduction aux méthodes spectroscopiques

Chimie Analytique I: Chapitre 14 Introduction aux méthodes spectroscopiques Chimie Analytique I: Chapitre 14 Introduction aux méthodes spectroscopiques 14.1 Molécule: Quelles libertés? Pour une molécule possédant N atomes, il existe 3N degrés de liberté (de mouvement). C'est dans

Plus en détail

I. Principe des dosages :

I. Principe des dosages : Dans les cours d'eau, notamment canalisés, et dans les régions densément habitées ou d'agriculture intensive, les nitrites sont souvent un paramètre important de déclassement des cours d'eau. Chez l'homme

Plus en détail

pka D UN INDICATEUR COLORE

pka D UN INDICATEUR COLORE TP SPETROPHOTOMETRIE Lycée F.BUISSON PTSI pka D UN INDIATEUR OLORE ) Principes de la spectrophotométrie La spectrophotométrie est une technique d analyse qualitative et quantitative, de substances absorbant

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 8 (b) Un entretien d embauche autour de l eau de Dakin Type d'activité Activité expérimentale avec démarche d investigation Dans cette version, l élève est

Plus en détail

EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A. Figure 2

EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A. Figure 2 EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A 1. Figure 2 D On observe sur l'écran un étalement du faisceau laser, perpendiculaire à la direction du fil, constitué d'une tache centrale

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Une nouvelle technique d'analyse : La spectrophotométrie

Une nouvelle technique d'analyse : La spectrophotométrie Une nouvelle technique d'analyse : La spectrophotométrie Par spectrophotométrie on peut : - déterminer la concentration d'une espèce chimique colorée en solution à partir de l'absorbance. - suivre la cinétique

Plus en détail

I- SUIVI SPECTROPHOTOMÉTRIQUE D UNE CINÉTIQUE DE RÉACTION

I- SUIVI SPECTROPHOTOMÉTRIQUE D UNE CINÉTIQUE DE RÉACTION CORRECTION DS n 8 Cinétique et chimie organique I- SUIVI SPECTROPOTOMÉTRIQUE D UNE CINÉTIQUE DE RÉACTION On se propose d étudier la cinétique de la réaction totale entre les ions dichromate Cr 2 O 7 2-

Plus en détail

PRINCIPES DE SPECTROSCOPIE UV-VISIBLE

PRINCIPES DE SPECTROSCOPIE UV-VISIBLE Licence MPC L3 S5 «Chimie Organique Avancée» PRINCIPES DE SPECTROSCOPIE UV-VISIBLE 1. Introduction: le spectre électromagnétique 2. Spectres UV-visible, spectres électroniques 3. Appareillage 4. Applications

Plus en détail

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire :

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : 1. Prélever ml de la solution mère à la pipette jaugée. Est-ce que je sais : Mettre une propipette sur une pipette

Plus en détail

Meine Flüssigkeit ist gefärbt*, comme disaient August Beer (1825-1863) et Johann Heinrich Lambert (1728-1777)

Meine Flüssigkeit ist gefärbt*, comme disaient August Beer (1825-1863) et Johann Heinrich Lambert (1728-1777) 1ère S Meine Flüssigkeit ist gefärbt*, comme disaient August Beer (1825-1863) et Johann Heinrich Lambert (1728-1777) Objectif : pratiquer une démarche expérimentale pour déterminer la concentration d une

Plus en détail

SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV- VISIBLE

SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV- VISIBLE 18 CHAPITRE III SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV- VISIBLE La spectroscopie d absorption dans l UV et le visible est une méthode très commune dans les laboratoires. Elle est basée sur la propriété des

Plus en détail

La spectrophotométrie

La spectrophotométrie Chapitre 2 Document de cours La spectrophotométrie 1 Comment interpréter la couleur d une solution? 1.1 Décomposition de la lumière blanche En 1666, Isaac Newton réalise une expérience cruciale sur la

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Terminale S CHIMIE TP n 2b (correction) 1 SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Objectifs : Déterminer l évolution de la vitesse de réaction par une méthode physique. Relier l absorbance

Plus en détail

La lessive qui lave plus blanc que blanc

La lessive qui lave plus blanc que blanc La lessive qui lave plus blanc que blanc Antoine ÉLOI, antoine.eloi@ens.fr Vendredi 5 Mars 1 Intéraction Matière Rayonnement Le Rayonnement visible : Chaque couleur est caractérisée par une longueur d

Plus en détail

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-CORRIGE EXOS Analyse spectrale des composés organiques

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-CORRIGE EXOS Analyse spectrale des composés organiques Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-CORRIGE EXOS Analyse spectrale des composés organiques Exercices résolus p 101 à 103 N 01 à 06 Exercices qui ne serons pas corrigé intégralement : p 104 à 107

Plus en détail

DETERMINATION DE LA CONCENTRATION D UNE SOLUTION COLOREE

DETERMINATION DE LA CONCENTRATION D UNE SOLUTION COLOREE P1S2 Chimie ACTIVITE n 5 DETERMINATION DE LA CONCENTRATION D UNE SOLUTION COLOREE Le colorant «bleu brillant FCF», ou E133, est un colorant artificiel (de formule C 37 H 34 N 2 Na 2 O 9 S 3 ) qui a longtemps

Plus en détail

DS N 2 ( 15 Novembre 2012)

DS N 2 ( 15 Novembre 2012) Première VIS Pour JM Podvin DS N 2 ( 15 Novembre 2012) Nom : Prénom : En cette nuit d été du 14 Juillet, JST a cassé sa tirelire pour se rendre à Paris avec sa dulcinée. En bons citoyens, ils assistent

Plus en détail

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 1 1.But et théorie: Le but de cette expérience est de comprendre l'intérêt de la spectrophotométrie d'absorption moléculaire

Plus en détail

Correction ex feuille Etoiles-Spectres.

Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Exercice n 1 1 )Signification UV et IR UV : Ultraviolet (λ < 400 nm) IR : Infrarouge (λ > 800 nm) 2 )Domaines des longueurs d onde UV : 10 nm < λ < 400 nm IR : 800

Plus en détail

obs.5 Sources de lumières colorées exercices

obs.5 Sources de lumières colorées exercices obs.5 Sources de lumières colorées exercices Savoir son cours Mots manquants Chaque radiation lumineuse peut être caractérisée par une grandeur appelée longueur d onde dans le vide. Les infrarouges ont

Plus en détail

Spectroscopie 20/09/2007

Spectroscopie 20/09/2007 1. Objet et principe de la spectroscopie La spectroscopie est l'ensemble des techniques qui permettent d'analyser la lumière émise par une source lumineuse, ou la lumière transmise ou réfléchie par un

Plus en détail

SP. 3. Concentration molaire exercices. Savoir son cours. Concentrations : Classement. Concentration encore. Dilution :

SP. 3. Concentration molaire exercices. Savoir son cours. Concentrations : Classement. Concentration encore. Dilution : SP. 3 Concentration molaire exercices Savoir son cours Concentrations : Calculer les concentrations molaires en soluté apporté des solutions désinfectantes suivantes : a) Une solution de 2,0 L contenant

Plus en détail

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points)

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) Bac S 2015 Antilles Guyane http://labolycee.org EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) La benzocaïne (4-aminobenzoate d éthyle) est utilisée en médecine comme anesthésique local

Plus en détail

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Spectrophotomètre à réseau...2 I.Loi de Beer et Lambert... 2 II.Diffraction par une, puis par deux fentes rectangulaires... 3

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE OBJECTIFS : - Distinguer un spectre d émission d un spectre d absorption. - Reconnaître et interpréter un spectre d émission d origine thermique - Savoir qu un

Plus en détail

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Objectifs : Extraire et exploiter des informations sur l'absorption des rayonnements par l'atmosphère terrestre. Connaitre des sources

Plus en détail

Chapitre 14 Les matières colorantes

Chapitre 14 Les matières colorantes Chapitre 14 Les matières colorantes I. Les matières colorées Les espèces chimiques responsables de la couleur sont appelées matières colorées : elles absorbent la lumière visible (domaine de longueur d

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

Chapitre 4 - Lumière et couleur

Chapitre 4 - Lumière et couleur Choix pédagogiques Chapitre 4 - Lumière et couleur Manuel pages 64 à 77 Ce chapitre reprend les notions introduites au collège et en classe de seconde sur les sources de lumières monochromatiques et polychromatiques.

Plus en détail

MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION TECHNICIEN DE RECHERCHE. SPECIALITE 1 «Sciences humaines et sociales» ARCHEOLOGIE.

MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION TECHNICIEN DE RECHERCHE. SPECIALITE 1 «Sciences humaines et sociales» ARCHEOLOGIE. MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION TECHNICIEN DE RECHERCHE SPECIALITE 1 «Sciences humaines et sociales» ARCHEOLOGIE Concours externe Annales 2006 Epreuve écrite d admissibilité : Épreuve écrite

Plus en détail

Paramètres des sources de rayonnement

Paramètres des sources de rayonnement G. Pinson - Effet de serre 1- Flux solaire émis / 1 1- FLUX SOLAIRE EMIS Paramètres des sources de rayonnement Flux énergétique : F [J/s = W] (Ou Flux radiatif) Quantité d'énergie émise par unité de temps

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Devoir Commun 1S de sciences physiques 2013

Devoir Commun 1S de sciences physiques 2013 Devoir Commun 1S de sciences physiques 2013 L usage de la calculatrice est autorisé. EXERCICE 1 : radioactivité (5 points) Voici un extrait d un article du journal Ouest-France du 18 septembre 2006 à propos

Plus en détail

Bleu comme un Schtroumpf Démarche d investigation

Bleu comme un Schtroumpf Démarche d investigation TP Bleu comme un Schtroumpf Démarche d investigation Règles de sécurité Blouse, lunettes de protection, pas de lentilles de contact, cheveux longs attachés. Toutes les solutions aqueuses seront jetées

Plus en détail

Examen Méthodes spectroscopiques 2

Examen Méthodes spectroscopiques 2 16 décembre 2010 Examen Méthodes spectroscopiques 2 Durée 2 h Calculatrice et tables spectroscopiques (fournies en début d année) autorisées Exercice 1 (3 pts 10min) Il est possible de doser simultanément

Plus en détail

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Document du professeur 1/7 Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS Physique Chimie SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORPTION Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Les étoiles : l analyse de la lumière provenant

Plus en détail

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme 1L : Représentation visuelle du monde Activité.4 : Lumières colorées I. Décomposition de la lumière blanche Newton (dès 1766) a décomposé la lumière solaire avec un prisme. 1. Expériences au bureau : 1

Plus en détail

RDP : Voir ou conduire

RDP : Voir ou conduire 1S Thème : Observer RDP : Voir ou conduire DESCRIPTIF DE SUJET DESTINE AU PROFESSEUR Objectif Compétences exigibles du B.O. Initier les élèves de première S à la démarche de résolution de problème telle

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

D où viennent les couleurs de l arc en ciel?

D où viennent les couleurs de l arc en ciel? Matériel : Lampe lumière blanche, prisme, lentille convergente, moteur, disque de Newton. Playmobil de différentes couleurs, lampe et filtres colorés. D où viennent les couleurs de l arc en ciel? 1. Observations

Plus en détail

SVE 222 & PCL-442. Fascicule de Travaux Pratiques

SVE 222 & PCL-442. Fascicule de Travaux Pratiques SVE 222 & PCL-442 Fascicule de Travaux Pratiques 2014-2015 Institut Supérieur de l Education et de la Formation Continue Bassem Jamoussi & Radhouane Chakroun 1 Sommaire PCL 442/SVE222 - TP N 1 : Etude

Plus en détail

Classe : 1 ère STL Enseignement : Mesure et Instrumentation. d une mesure. Titre : mesure de concentration par spectrophotométrie

Classe : 1 ère STL Enseignement : Mesure et Instrumentation. d une mesure. Titre : mesure de concentration par spectrophotométrie Classe : 1 ère STL Enseignement : Mesure et Instrumentation THEME du programme : mesures et incertitudes de mesures Sous-thème : métrologie, incertitudes Extrait du BOEN NOTIONS ET CONTENUS Mesures et

Plus en détail

Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014

Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014 Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014 Commentaires pour l'évaluation Contenu du cahier de laboratoire Problématique : Le glucose est un nutriment particulièrement important pour le sportif.

Plus en détail

EXERCİCE N 1 : «Synthèse de l éthanamide» (7 pts)

EXERCİCE N 1 : «Synthèse de l éthanamide» (7 pts) Terminale S Lycée Massignon DEVİR MMUN N 4 Durée : 2h Les calculatrices sont autorisées. Il sera tenu compte de la qualité de la rédaction et de la cohérence des chiffres significatifs. EXERİE N 1 : «Synthèse

Plus en détail

Utilisation d un tableur dans l exploitation des courbes de dosage spectrophotométrique.

Utilisation d un tableur dans l exploitation des courbes de dosage spectrophotométrique. Utilisation d un tableur dans l exploitation des courbes de dosage spectrophotométrique. A METHODE DE LA GAMME D ETALONNAGE... 1 1. Saisie des valeurs... 1 2. Tracé de la gamme d étalonnage... 2 3. Modélisation

Plus en détail

β-galactosidase A.2.1) à 37 C, en tampon phosphate de sodium 0,1 mol/l ph 7 plus 2-mercaptoéthanol 1 mmol/l et MgCl 2 1 mmol/l (tampon P)

β-galactosidase A.2.1) à 37 C, en tampon phosphate de sodium 0,1 mol/l ph 7 plus 2-mercaptoéthanol 1 mmol/l et MgCl 2 1 mmol/l (tampon P) bioch/enzymo/tp-betagal-initiation-michaelis.odt JF Perrin maj sept 2008-sept 2012 page 1/6 Etude de la β-galactosidase de E. Coli : mise en évidence d'un comportement Michaélien lors de l'hydrolyse du

Plus en détail

Le mystère de la grenadine et la perception des couleurs

Le mystère de la grenadine et la perception des couleurs 17 POLYNÉSIE FRANÇAISE JUIN 2006 PARTIE I 13 POINTS Le mystère de la grenadine et la perception des couleurs Document 1 Les tribulations d un sirop Trois phénomènes se combinent pour expliquer la couleur

Plus en détail

TP N 3 La composition chimique du vivant

TP N 3 La composition chimique du vivant Thème 1 : La Terre dans l'univers, la vie et l'évolution du vivant : une planète habitée Chapitre II : La nature du vivant TP N 3 La composition chimique du vivant Les conditions qui règnent sur terre

Plus en détail

IN SITU : ONDES ET VIBRATIONS 1 LUMIÈRE COLORÉE

IN SITU : ONDES ET VIBRATIONS 1 LUMIÈRE COLORÉE IN SITU : ONDES ET VIBRATIONS 1 LUMIÈRE COLORÉE Réalisation : Pierre Bischoff, sous la direction de François Mangenot CNDP d Alsace, 1997 Durée : 04 min 07 s À l aide d expériences filmées et d animations

Plus en détail

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA)

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Di Pascoli Thomas Mouton Julia (M1 S2 VRV) I) Introduction L eau minérale Contrex est connue pour être riche en minéraux, notamment

Plus en détail

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage Un dosage (ou titrage) a pour but de déterminer la concentration molaire d une espèce (molécule ou ion) en solution (généralement aqueuse). Un réactif de concentration

Plus en détail

4. Conditionnement et conservation de l échantillon

4. Conditionnement et conservation de l échantillon 1. Objet S-II-3V1 DOSAGE DU MERCURE DANS LES EXTRAITS D EAU RÉGALE Description du dosage du mercure par spectrométrie d absorption atomique de vapeur froide ou par spectrométrie de fluorescence atomique

Plus en détail

EXERCICE I. Altitude en mètre

EXERCICE I. Altitude en mètre EXERCICE I L exercice I est composé de 4 problèmes indépendants. La disparition des ampoules à incandescence s explique par le très mauvais rendement de cette technologie (de l ordre de 5 %). Ces ampoules

Plus en détail

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Séquence 9 Consignes de travail Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Travaillez les cours d application de physique. Travaillez les exercices

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DOMOTIQUE U32 SCIENCES PHYSIQUES

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DOMOTIQUE U32 SCIENCES PHYSIQUES BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DOMOTIQUE U32 SCIENCES PHYSIQUES SESSION 2012 Durée : 2 heures Coefficient : 2 Matériel autorisé : - Toutes les calculatrices de poche y compris les calculatrices programmables,

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Spectrophotomètre à réseau

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Spectrophotomètre à réseau PHYSIQUE-CHIMIE L absorption des radiations lumineuses par la matière dans le domaine s étendant du proche ultraviolet au très proche infrarouge a beaucoup d applications en analyse chimique quantitative

Plus en détail

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie TECHNIQUES: Principes de la chromatographie 1 Définition La chromatographie est une méthode physique de séparation basée sur les différentes affinités d un ou plusieurs composés à l égard de deux phases

Plus en détail

Chapitre n 2. Conduction électrique et structure de la matière.

Chapitre n 2. Conduction électrique et structure de la matière. Chapitre n 2 3 Conduction électrique et structure de la matière. T.P.n 1: Les solutions aqueuses sont-elles conductrices? >Objectifs: Tester le caractère conducteur ou isolant de diverses solutions aqueuses.

Plus en détail

DÉTERMINATION DU POURCENTAGE EN ACIDE D UN VINAIGRE. Sommaire

DÉTERMINATION DU POURCENTAGE EN ACIDE D UN VINAIGRE. Sommaire BACCALAURÉAT SÉRIE S Épreuve de PHYSIQUE CHIMIE Évaluation des compétences expérimentales Sommaire I. DESCRIPTIF DU SUJET DESTINÉ AUX PROFESSEURS... 2 II. LISTE DE MATÉRIEL DESTINÉE AUX PROFESSEURS ET

Plus en détail

Fiche professeur. L analyse spectrale : spectroscopies IR et RMN

Fiche professeur. L analyse spectrale : spectroscopies IR et RMN Fiche professeur L analyse spectrale : spectroscopies IR et RMN Thème : Observer, ondes et matières Analyse spectrale Type de ressource : Documents de formation en spectroscopies IR et RMN, pistes d activités

Plus en détail

FORMATION ASSURANCE QUALITE ET CONTROLES DES MEDICAMENTS QUALIFICATION DES EQUIPEMENTS EXEMPLE : SPECTROPHOTOMETRE UV/VISIBLE

FORMATION ASSURANCE QUALITE ET CONTROLES DES MEDICAMENTS QUALIFICATION DES EQUIPEMENTS EXEMPLE : SPECTROPHOTOMETRE UV/VISIBLE FORMATION ASSURANCE QUALITE ET CONTROLES DES MEDICAMENTS ISO/IEC 17025 Chapitre 5 : EXIGENCES TECHNIQUES QUALIFICATION DES EQUIPEMENTS EXEMPLE : SPECTROPHOTOMETRE UV/VISIBLE Nicole GRABY PA/PH/OMCL (07)

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Exercices. Sirius 1 re S - Livre du professeur Chapitre 3. Couleur des objets. Exercices d application. 5 minutes chrono!

Exercices. Sirius 1 re S - Livre du professeur Chapitre 3. Couleur des objets. Exercices d application. 5 minutes chrono! Exercices Exercices d application 5 minutes chrono! 1. Mots manquants a. diffuse b. magenta c. noir d. rouge ; verte ; bleue e. additive f. soustractive g. absorbée h. soustractive 2. QCM a. Les rouges

Plus en détail

5/ Fonctionnement du laser

5/ Fonctionnement du laser 5/ Fonctionnement du laser La longueur d onde du laser est de 532 nanomètres (532x10-9 m) soit dans le vert. Le choix de cette longueur d onde n est pas fait au hasard car la matière va interagir avec

Plus en détail

La Composition de la lumière De quoi est composée la lumière Blanche?

La Composition de la lumière De quoi est composée la lumière Blanche? La Composition de la lumière De quoi est composée la lumière Blanche? Introduction de dossier : Newton, dans sa vision de la blancheur de la lumière solaire résultant de toutes les 3 couleurs primaire

Plus en détail

TP 3 diffusion à travers une membrane

TP 3 diffusion à travers une membrane TP 3 diffusion à travers une membrane CONSIGNES DE SÉCURITÉ Ce TP nécessite la manipulation de liquides pouvant tacher les vêtements. Le port de la blouse est fortement conseillé. Les essuie tout en papier

Plus en détail

Structure des molécules

Structure des molécules Niveau : Première S Structure des molécules Activité expérimentale (prof) A. Structure électronique de l'atome 1. Liaisons dans les molécules (rappels de cours) Un atome est caractérisé par son numéro

Plus en détail

TS 31 ATTAQUE DE FOURMIS!

TS 31 ATTAQUE DE FOURMIS! FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 31 ATTAQUE DE FOURMIS! Type d'activité ECE Notions et contenus du programme de Terminale S Compétences exigibles du programme de Terminale S TYPE ECE Evaluation

Plus en détail

EXERCICES LA THERMOCHIMIE. Table des matières

EXERCICES LA THERMOCHIMIE. Table des matières Collège Voltaire, 2014-2015 EXERCICES LA THERMOCHIMIE http://dcpe.net/poii/sites/default/files/cours%20et%20ex/ex-ch2-thermo.pdf Table des matières Série 10 La thermochimie 2015... 2 Comprendre la signification

Plus en détail

Devoir de Sciences Physiques nà5

Devoir de Sciences Physiques nà5 Exercice I : sur le zinc Devoir de Sciences Physiques nà5 L épreuve dure 1h50. L usage de la calculatrice est autorisé. Les précipitations sont naturellement acides en raison du dioxyde de carbone présent

Plus en détail

Classe : Nom : sujet A 9 T

Classe : Nom : sujet A 9 T SA. 1 Signaux périodiques évaluation Classe : Nom : sujet A Note : appréciation: Exercice n 1 : On donne ci-dessous les électrocardiogrammes (EGC) de trois patients. Patient n 1. Patient n 2. 9 T Patient

Plus en détail

1/20. Thème : Analyse spectrale Type de ressources : Piste d activités expérimentales sur l UV-visible.

1/20. Thème : Analyse spectrale Type de ressources : Piste d activités expérimentales sur l UV-visible. Thème : Analyse spectrale Type de ressources : Piste d activités expérimentales sur l UV-visible. 1/20 Notions et contenus : Lien entre couleur perçue et longueur d onde au maximum d absorption de substances

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUESDE BIOCHIMIE L1

TRAVAUX PRATIQUESDE BIOCHIMIE L1 TRAVAUX PRATIQUESDE BICHIMIE L1 PRINTEMPS 2011 Les acides aminés : chromatographie sur couche mince courbe de titrage Etude d une enzyme : la phosphatase alcaline QUELQUES RECMMANDATINS IMPRTANTES Le port

Plus en détail

LE SPECTRE D ABSORPTION DES PIGMENTS CHLOROPHYLLIENS

LE SPECTRE D ABSORPTION DES PIGMENTS CHLOROPHYLLIENS Fiche sujet-élève Les végétaux chlorophylliens collectent l énergie lumineuse grâce à différents pigments foliaires que l on peut classer en deux catégories : - les chlorophylles a et b d une part, - les

Plus en détail

Couleur, vision et image

Couleur, vision et image 2 novembre 2012 Couleur, vision et image Table des matières 1 Œil réel et œil réduit 2 2 Lentille mince convergente 2 3 Grandeurs caractéristiques d une lentille convergente 2 4 Construction de l image

Plus en détail

TP n 4 : Lumière et couleurs

TP n 4 : Lumière et couleurs TP n 4 : Lumière et couleurs Plan I. Lumières colorées : 1- Dispersion de la lumière par un prisme ou par un CD-rom : 2- Composition de la lumière blanche : 3- Lumières polychromatiques et monochromatiques

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

Les solutions. Chapitre 2 - Modèle. 1 Définitions sur les solutions. 2 Concentration massique d une solution. 3 Dilution d une solution

Les solutions. Chapitre 2 - Modèle. 1 Définitions sur les solutions. 2 Concentration massique d une solution. 3 Dilution d une solution Chapitre 2 - Modèle Les solutions 1 Définitions sur les solutions 1.1 Définition d une solution : Une solution est le mélange homogène et liquide d au moins deux espèces chimiques : Le soluté : c est une

Plus en détail

Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet

Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet A Introduction : ) Définitions : Titre Alcalimétrique (T.A.) : F m / L T.A. T.A.C. Définition : C'est le volume d'acide (exprimé en ml) à 0,0 mol.l

Plus en détail

Objectifs pédagogiques : spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre Savoir changer l ampoule d un

Objectifs pédagogiques : spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre Savoir changer l ampoule d un CHAPITRE 6 : LE SPECTROPHOTOMETRE Objectifs pédagogiques : Citer les principaux éléments d un dun spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre p Savoir changer l ampoule

Plus en détail

UN COUPLAGE HABITAT/TRANSPORT AU BANC D ESSAI

UN COUPLAGE HABITAT/TRANSPORT AU BANC D ESSAI UN COUPLAGE HABITAT/TRANSPORT AU BANC D ESSAI Collaboration entre le CEA (Commissariat à l Énergie Atomique), l INES (Institut National de l Énergie Solaire) et Toyota, bénéficiant du soutien de l ADEME

Plus en détail

PRISE EN MAIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMADZU U.V. 240

PRISE EN MAIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMADZU U.V. 240 I.N.S.. DE ROUEN Laboratoire de Chimie nalytique U.V. N PRISE EN MIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMDZU U.V. 240. OBJECTIFS - Choix des paramètres nécessaires pour un tracé de spectre. - Utilisation

Plus en détail

DS physique 3,5 heures spécifique 2012-2013 TS Exercice 1 : hémi synthèse de l acide acétylsalicylique (aspirine)

DS physique 3,5 heures spécifique 2012-2013 TS Exercice 1 : hémi synthèse de l acide acétylsalicylique (aspirine) Exercice 1 : hémi synthèse de l acide acétylsalicylique (aspirine) (6points) En 1825, un pharmacien italien, Francesco Fontana, isole le «principe actif» de l écorce de saule et le baptise salicine. Par

Plus en détail

ST2S Thème 2 - ACIDES ET BASES DANS LES MILIEUX BIOLOGIQUES Chapitre 1 : ACIDES FAIBLES ET BASES FAIBLES EN SOLUTION

ST2S Thème 2 - ACIDES ET BASES DANS LES MILIEUX BIOLOGIQUES Chapitre 1 : ACIDES FAIBLES ET BASES FAIBLES EN SOLUTION ST2S Thème 2 - ACIDES ET BASES DANS LES MILIEUX BIOLOGIQUES Chapitre 1 : ACIDES FAIBLES ET BASES FAIBLES EN SOLUTION 1. ECHELLE DE Sur les étiquettes d minérales, on peut lire suivi d une valeur voisine

Plus en détail

Mesures de PAR. Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse

Mesures de PAR. Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse Le rayonnement lumineux joue un rôle critique dans le processus biologique et chimique de la vie sur terre. Il intervient notamment dans sur les

Plus en détail