Obligations d entretien et de diagnostic des installations de chauffage en Région wallonne et Région de Bruxelles-Capitale

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Obligations d entretien et de diagnostic des installations de chauffage en Région wallonne et Région de Bruxelles-Capitale"

Transcription

1 Obligations d entretien et de diagnostic des installations de chauffage en Région wallonne et Région de Bruxelles-Capitale Fiche juridique Droit du bail En référence à l obligation de transposition de la directive européenne 2002/91 relative à la performance énergétique des bâtiments, les trois régions, wallonne, flamande et Bruxelles-Capitale, ont instauré des règles en matière d entretien et de contrôle des appareils de chauffage de bâtiments ou / et de production d eau chaude sanitaire. Il ne faut donc pas s étonner si les dispositions diffèrent d une région à l autre. Chaque année, au cours du mois d octobre, le service Droit du bail de l Atelier des Droits Sociaux connaît une recrudescence de consultations en matière de chauffage, principalement le problème d absence de chaleur mais également des questions relatives aux températures minimales dans un logement, à l entretien et aux réparations d une chaudière. Dès lors, avant l arrivée du refroidissement conséquent de la température extérieure de jour, locataires, si vous ne l avez pas fait, il est temps de contacter un technicien agréé afin de procéder à l entretien de la chaudière. Le texte qui suit concerne les obligations du preneur et du bailleur en Région wallonne et Région de Bruxelles-Capitale.

2 En ce qui concerne la région flamande, toute personne intéressée peut consulter le service Droit du bail durant ses permanences dont elle trouvera l horaire sur le site Obligations d entretien des systèmes de chauffage pour le bâtiment lors de leur installation et pendant leur exploitation en Région de Bruxelles-Capitale - résumé Définition du Gouvernement de Bruxelles-Capitale Chaudière : «l ensemble corps de chaudière-brûleur destiné à transmettre un fluide, la chaleur libérée par la combustion». Quel est le contrôle périodique? 1 le nettoyage de tous les composants de la chaudière et du système d évacuation des gaz de combustion ; 2 le réglage du brûleur de la chaudière ; 3 la vérification de la conformité des exigences relatives à, entre autres choses, la combustion et l émission des chaudières, l amenée d air, le système d évacuation ; 4 le ramonage. Le nettoyage du système d évacuation des gaz de combustion peut être effectué par un ramoneur en lieu et place d un technicien agréé. Contrôle périodique Type de combustibles Délai maximal Type de chaudière Type d agrément du technicien Liquides annuel combustible liquide type L Gazeux tous les 3 ans unit combustible gazeux type G1 Solides annuel unit ou à brûleur à air pulsé, à combustible gazeux type G2 Pour les combustibles solides, l arrêté du 3 juin ne mentionne pas le délai entre deux contrôles. De plus, cet arrêté n abroge pas les dispositions relatives aux solides de l arrêté royal du 6 janvier Dès lors, le contrôle est à effectuer tous les ans. Pour les combustibles liquides, le premier contrôle aurait dû être effectué pour le 1 er janvier 2012 au plus tard. Pour les combustibles gazeux, le premier contrôle doit être réalisé pour le 1 er janvier 2014 au plus tard.

3 A charge de qui? L arrêté du 3 juin 2010 ne le détermine pas. Dès lors, nous pensons que la démarche et le coût de l entretien sont à charge de l utilisateur, donc du preneur, dans le cadre d un bail. Pour plus d informations, se référer à : - l ordonnance du 7 juin relative à la performance énergétique et au climat intérieur des bâtiments (M.B. du ) ; - l arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale du 3 juin 2010 relatif aux exigences PEB applicables aux systèmes de chauffage pour le bâtiment lors de leur installation et pendant leur exploitation (M.B. du ), modifié par l arrêté du 19 janvier 2012 (M.B. du ) ; - l arrêté royal du 6 janvier 1978 pris en exécution de la loi du 28 décembre 1964 relative à la lutte contre la pollution atmosphérique lors du chauffage de bâtiments à l aide de combustibles solides ou liquides (M.B. du ). Cet arrêté précise les obligations des utilisateurs et des personnes chargées de l entretien des installations de chauffage central. Obligations d entretien des installations de chauffage et/ou de production d eau chaude sanitaire (chaudières) en Région wallonne - résumé Définitions du Gouvernement wallon Installation de chauffage central : l ensemble d éléments composés d au moins un générateur de chaleur installé dans un local de chauffe, pourvu de son dispositif d apport d air comburant et d évacuation des fumées, et dans lequel : a) la chaleur est distribuée par un système de transport guidé et canalisé vers les différentes parties d un bâtiment devant être chauffées et dans lequel le fluide caloporteur est soit de l eau, soit de la vapeur de basse pression, soit de l huile thermique, ou b) la chaleur est transmise vers un dispositif de stockage d eau sanitaire. Chaudière : tout appareil qui, équipé ou non d un brûleur, permet de brûler des combustibles solides, liquides ou gazeux afin d utiliser la chaleur générée dans une installation de chauffage central. Générateur de chaleur : la chaudière ainsi que, lorsqu elle doit en être pourvue pour fonctionner, son brûleur. 3

4 Dossier de chauffage central : le dossier établi pour chaque installation de chauffage et contenant les documents suivants : a) la note de calcul relative au dimensionnement de l installation dont la méthode est arrêtée par le ministre de l Énergie (dimensionnement = détermination des caractéristiques d une installation lors de sa conception pour satisfaire à des critères préétablis et à la pratique réglementaire) ; b) le rapport de réception lors de la première mise en service d une nouvelle installation de chauffage central ; c) le cas échéant, le rapport de diagnostic approfondi ; d) les attestations de contrôle ; e) les instructions d utilisation et d entretien. Quel est le contrôle périodique? A. La détermination de : 1 la teneur en oxygène dans les gaz de combustion ; 2 la température des gaz en combustion ; 3 la teneur en dioxyde et monoxyde de carbone dans les gaz de combustion ; 4 le rendement de combustion ; 5 l indice de noircissement des gaz de combustion, uniquement pour les combustibles liquides. B. De plus, un contrôle doit être effectué après chaque intervention à la partie combustion du générateur de chaleur. Les dates des contrôles doivent être calculées à partir de la date de première mise en service du générateur de chaleur. Les contrôles doivent être réalisés au plus tard dans les trois mois suivant les dates fixées. Le premier contrôle pour les combustibles gazeux a dû être effectué avant le 29 mai Les tickets générés par les équipements de mesure définis selon des paramètres précisés par le ministre compétent, sont agrafés à l attestation de contrôle remise à l utilisateur. L utilisateur et la personne ayant procédé au contrôle conservent les deux dernières attestations. 4

5 Contrôle périodique Type de combustibles Fréquence minimale Type de générateur de chaleur Technicien habilité pour certaines interventions Solides Annuelle tout type spécialisé en combustibles solides Liquides Annuelle tout type agréé en combustibles liquides Gazeux tous les 3 ans de type Unit agréé en combustibles gazeux de niveau GI ou GII équipé d un brûleur pulsé agréé en combustibles gazeux de niveau GII A charge de qui? Les contrôles périodiques et les entretiens sont à charge de l utilisateur, donc le preneur, dans le cadre d un bail. Autres obligations de l utilisateur/preneur de l installation de chauffage central 1 utiliser exclusivement le combustible pour lequel l installation a été construite et réglée ; 2 veiller à maintenir l installation dans un état de fonctionnement tel que l impact de son utilisation sur l environnement et le risque encouru par les personnes soit aussi faible que possible ; 3 respecter les instructions d utilisation et d entretien des fabricants des éléments constituant l installation de chauffage central ; 4 conserver le dossier chauffage central (voir ci-dessous) et le tenir à disposition du fonctionnaire chargé de la surveillance (agents compétents pour rechercher et constater les infractions en matière de protection de l environnement et relatives à la lutte contre la pollution atmosphérique) ; 5 remettre au propriétaire le dossier de chauffage central dès qu il cesse d en être l utilisateur ; 6 fournir sans délai au propriétaire l attestation de contrôle périodique à la demande de celui-ci. L utilisateur et la personne ayant procédé au contrôle conservent les deux dernières attestations. Si au terme du contrôle, l installation de chauffage centrale est déclarée non conforme, l utilisateur ou le propriétaire, selon les cas, fait réparer ou adapter les éléments de ladite installation étant à l origine de la non-conformité, dans les cinq mois. 5

6 Au terme de ce délai, un nouveau contrôle est effectué. Si l installation est à nouveau déclarée non conforme, elle est mise à l arrêt et ne peut être remise en fonctionnement qu au terme d un nouveau contrôle concluant à la conformité de l installation. Dans des logements d habitation, par dérogation à la règle précitée, une installation de chauffage déclarée non conforme au terme du contrôle périodique peut être maintenue en service, une seule fois et pendant une période de trois mois comprise entre les mois de septembre et avril, sauf si le fonctionnement de l installation risque de porter un préjudice à la sécurité des personnes. Pour plus d informations, se référer à l arrêté du Gouvernement wallon du 29 janvier 2009 tendant à prévenir la pollution atmosphérique provoquée par les installations de chauffage central destinées au chauffage de bâtiments ou à la production d eau chaude sanitaire et à réduire leur consommation énergétique (M.B. du ), modifié par les arrêtés du 18 juin 2009 (M.B. du , Éd. 2) et du 28 avril 2011 (M.B. du ). Obligations de diagnostic des systèmes de chauffage pour le bâtiment lors de leur installation et pendant leur exploitation en Région de Bruxelles-Capitale - résumé Définitions du Gouvernement bruxellois R.I.T. : responsable des installations techniques Feuille de route : document écrit précisant le calendrier prévisionnel à respecter pour l exécution des contrôles périodiques et du diagnostic, et le calendrier des actes réellement exécutés y compris la réception. Carnet de bord : dossier rassemblant tous les documents ayant trait aux installations techniques et aux bâtiments dans lesquels ces installations se trouvent. Que comprend le diagnostic établi par un chauffagiste agréé ou par un conseiller chauffage PEB (performance énergétique des bâtiments)? A effectuer une fois. 1. Le chauffagiste agréé ou le conseiller chauffage PEB réceptionne le système de chauffage après l installation d une chaudière, après le remplacement du corps de chaudière ou du brûleur ou après le déplacement d une chaudière. A l issue de l acte de réception, le chauffagiste agréé ou le conseiller chauffage PEB fournit au RIT l attestation de réception et la feuille de route mise à jour. Il y joint une copie de la note de dimensionnement de la ou des chaudières. 2. Lorsque le système de chauffage est en service, le chauffagiste agréé ou le conseiller chauffage PEB réalise : 1 l évaluation des performances énergétiques de la ou des chaudières et du système de chauffage ; 6

7 2 les informations quant au respect des différentes exigences pour le système de chauffage, à l exception de l exigence relative à l étanchéité du système d évacuation des gaz de combustion et d amenée d air ; 3 la détermination du surdimensionnement de la chaudière ou de l ensemble des chaudières (dimensionnement = détermination des caractéristiques d une installation lors de sa conception pour satisfaire à des critères préétablis et à la pratique réglementaire) ; 4 des conseils sur le remplacement des chaudières, sur d autres modifications possibles, sur l utilisation du système de chauffage et sur les solutions alternatives envisageables ; 5 l établissement ou la mise à jour de la feuille de route. A l issue du diagnostic, le chauffagiste agréé ou le conseiller chauffage PEB fournit au RIT le rapport du diagnostic dont le contenu minimal a été défini par l arrêté du 3 juin A charge de qui? Le RIT, le responsable des installations techniques. En référence aux dispositions de l arrêté du 3 juin 2010, le RIT peut être une autre personne que le propriétaire ou le locataire. Autres obligations du RIT 1 Mettre le carnet de bord à disposition des différentes personnes intervenant sur le système de chauffage ; En cas de changement de RIT, le RIT transmet le carnet de bord au nouveau RIT ; 2 fournir, le cas échéant, gratuitement aux occupants et aux propriétaires du bâtiment et sur simple demande de leur part : - une copie de l attestation de réception ; - une copie de la dernière attestation de contrôle périodique ; - une copie du rapport du diagnostic ; - une copie du rapport annuel de comptabilité énergétique comprenant notamment, le calcul de la consommation annuelle de chauffage normalisé ainsi que le calcul de la consommation annuelle de chauffage rapportée à la superficie chauffée ou de tout autre indicateur pertinent. En cas de non-conformité de l attestation de réception ou de l attestation de contrôle périodique, le RIT dispose de cinq mois à dater de la réception ou du contrôle périodique 7

8 pour mettre le système de chauffage ou la chaudière en conformité et obtenir une attestation de réception ou de contrôle périodique conforme. Quand faut-il procéder au diagnostic? D une part, pour toute chaudière qui a dépassé l âge de seize ans, le RIT a dû faire réaliser le diagnostic du système de chauffage pour le 1 er janvier 2013 au plus tard. D autre part, le RIT fait effectuer le diagnostic, au plus tôt un an avant et au plus tard un an après que la chaudière la plus âgée ait atteint l âge de quinze ans. L âge de la chaudière est calculé par rapport à sa date de construction. La date de construction est déterminée par l information mentionnée sur la plaque signalétique de la chaudière. Lorsqu il n y a pas de plaque signalétique ou que la date ne peut en être déduite, cette date est définie en se basant sur les informations figurant sur l attestation de réception, sur la facture relative au système de chauffage, dans la documentation technique de la chaudière. A défaut de date, l âge de la chaudière est réputé inconnu. D autre part, le diagnostic est réalisé au plus tard douze mois après le contrôle périodique à l aide d un outil de calcul mis à disposition par l Institut bruxellois pour la Gestion de l Environnement. Obligations de diagnostic ou d audit des installations de chauffage et/ou de production d eau chaude sanitaire (chaudières) en Région wallonne - résumé Définitions Fonctionnaires chargés de la surveillance : les agents désignés, sur base de l arrêté de l Exécutif régional wallon du 23 décembre 1992 portant désignation des agents compétents pour rechercher et constater les infractions en matière de protection de l environnement, pour rechercher et constater les infractions à la loi du 28 décembre 1964 relative à la lutte contre la pollution atmosphérique. Code de bonne pratique : ensemble de règles accessibles au public et relatives à la construction, l installation, le raccordement, l utilisation et l entretien d installations de chauffage central, y compris les normes de produit appropriées et les règles généralement acceptées de bonne connaissance du métier dans les catégories professionnelles concernées. Font en tout cas partie du code de bonne pratique, dans l ordre hiérarchique suivant : a) les dispositions appropriées des lois belges et décrets wallons, et de leurs arrêtés d exécution ; b) les normes belges et européennes appliquées ; 8

9 c) les règles, publiées par les fédérations professionnelles en matière de chauffage et de combustibles et les distributeurs de générateurs de chaleur. En cas de contradiction entre les différentes règles visées au point c), la Direction générale Agriculture, Ressources naturelles et Environnement du Service Public Wallonie. En quoi consiste le diagnostic établi par un technicien agréé? A effectuer une fois. 1. Afin de s assurer du bon état de fonctionnement de l installation de chauffage central : faire installer un générateur de chaleur alimenté en combustibles liquides ou gazeux par un technicien agréé ou par une personne n ayant pas la qualité de technicien agréé mais sous le contrôle et la responsabilité d un technicien agréé. 2. Lors de la première mise en service : faire réaliser une réception du générateur de chaleur alimenté en combustibles liquides ou gazeux par un technicien agréé. Le technicien agréé ayant effectué la réception remet un rapport de réception au propriétaire et en conserve, durant un minimum de quatre années, un duplicata à la disposition du fonctionnaire chargé de la surveillance. 3. Faire établir un diagnostic approfondi si la puissance nominale (calorifique) installée est supérieure à 20 kw et si le fluide caloporteur est de l eau. Ce diagnostic approfondi est effectué à l aide d une méthode et d un outil de calcul ou de logiciel fournis par le ministre de l Énergie. Un générateur de chaleur ne peut être mis en service ou maintenu que si le rapport de réception est favorable. Si le générateur est déclaré non conforme, il ne peut être remis en service qu au terme d une nouvelle réception. Dans des logements d habitation, par dérogation à la règle précitée, un générateur de chaleur dont le rapport de réception conclut à sa non-conformité, peut être maintenu en service, une seule fois, et pendant une période maximale de trois mois comprise entre septembre et avril, sauf si son fonctionnement risque de porter préjudice à la sécurité des personnes. A charge de qui? Le propriétaire de l installation de chauffage central. 9

10 Autres obligations du propriétaire de l installation du chauffage central Pendant toute la durée de fonctionnement de l installation de chauffage central, le propriétaire conserve les originaux des documents suivants : 1 la note de calcul ; 2 le rapport de réception ; 3 le rapport de diagnostic approfondi ; 4 le cas échéant, en cas de dérogation aux normes arrêtées par le ministre de l Environnement, le code de bonne pratique. Tous ces documents sont tenus à la disposition du fonctionnaire chargé de la surveillance. Lorsqu il n est pas utilisateur de l installation de chauffage central, le propriétaire fournit à l utilisateur une copie des documents précités. Lorsqu une installation de chauffage central permet la fourniture de chaleur à plusieurs utilisateurs, le dossier de chauffage central doit être remis à la personne qui a la responsabilité technique de l installation de chauffage central. En cas de changement d utilisateur, le propriétaire remet au nouvel utilisateur le dossier de chauffage central. Quand faut-il procéder au diagnostic? 1 A partir du 1 er janvier 2013 : réception lors de la première mise en service lorsque le technicien réalisant cette opération effectue également la réception ou au plus tard dans les quinze jours, après la mise en service lorsque la réception est réalisée par une tierce personne. 2 Diagnostic dans un délai de deux ans après que le brûleur le plus vieux ait atteint l âge de quinze ans, compté à partir de la date d installation ou, à défaut, de l année de construction du générateur de chaleur. Que se passe-t-il si les obligations du preneur et du bailleur mentionnées dans le contrat de bail divergent des dispositions régionales ou même apparaissent contradictoires? En principe, le preneur peut revendiquer l application des règles régionales (caractère d ordre public). Par exemple, un contrat de bail mentionne l entretien annuel de la chaudière au gaz tandis qu en région wallonne, la fréquence minimale du contrôle périodique d une installation de chauffage à combustible gazeux est de trois ans. Cependant, nous conseillons au preneur d agir avec la plus grande prudence. En effet, un joint défectueux peut provoquer d importants dégâts. De même qu une chaudière âgée de 10

11 plus de vingt ans demande plus d attention qu une de dix ans. Enfin, nous ignorons si tous les juges de paix ont intégré ces dispositions régionales ainsi que l existence de jugements. Catherine Culot Octobre 2013 Pour toute question, contactez le service Droit du bail de L Atelier des Droits Sociaux Asbl Tous les lundis de 13h à 16h et de 16h à 20h (uniquement sur place) les jeudis de 9h à 12h et de 13h à 16h les vendredis de 9h à 12h 4 rue de la Porte rouge 1000 Bruxelles 02/ ou 02/ Fax : 02/

LE CONTRÔLE DES INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE

LE CONTRÔLE DES INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE LE CONTRÔLE DES INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE Dernière révision du document : juillet 2012 RÉFÉRENCES RÉGLEMENTAIRES Arrêté du Gouvernement Wallon du 29 janvier 2009 tendant à prévenir la pollution atmosphérique

Plus en détail

Nouvelles dispositions relatives au chauffage des logements

Nouvelles dispositions relatives au chauffage des logements Législation Nouvelles dispositions relatives au chauffage des logements arrêté royal du 6 janvier 1978 tendant à prévenir la L pollution atmosphérique lors du chauffage de bâtiments à l aide de combustibles

Plus en détail

Arrêté du 15/09/09 relatif à l entretien annuel des chaudières dont la puissance nominale est comprise entre 4 et 400 kilowatts

Arrêté du 15/09/09 relatif à l entretien annuel des chaudières dont la puissance nominale est comprise entre 4 et 400 kilowatts Arrêté du 15/09/09 relatif à l entretien annuel des chaudières dont la puissance nominale est comprise entre 4 et 400 kilowatts (JORF n 253 du 31 octobre 2009) NOR : DEVE0918467A Vus Le ministre d Etat,

Plus en détail

SOURCE D INFORMATION PREAMBULE. Bâtiment & Energie Nouvelles exigences

SOURCE D INFORMATION PREAMBULE. Bâtiment & Energie Nouvelles exigences Nouvelles exigences Entretien annuel des chaudières dont la puissance est comprise entre 4 et 400 kw 2009 SOURCE D INFORMATION Cette note de veille réglementaire a été établie, en premier lieu, à partir

Plus en détail

Modèle d attestation de contrôle d un générateur de chaleur en application de l arrêté du Gouvernement wallon du 29 janvier 2009 1

Modèle d attestation de contrôle d un générateur de chaleur en application de l arrêté du Gouvernement wallon du 29 janvier 2009 1 Modèle d attestation de contrôle d un générateur de chaleur en application de l arrêté du Gouvernement wallon du 29 janvier 2009 1 A quoi sert ce modèle? Ce modèle d attestation contient les informations

Plus en détail

La réglementation Chauffage PEB

La réglementation Chauffage PEB La réglementation Chauffage PEB Alain Beullens DPT Chauffage et Clim. PEB Avril 2014 Contexte général Bâtiments = 40% de la consommation énergétique! 2 Contexte général Région Bruxelles Capitale Selon

Plus en détail

RAPPORT DE VEILLE Projet d arrêté du Gouvernement wallon tendant à prévenir la pollution atmosphérique des installations de chauffage central

RAPPORT DE VEILLE Projet d arrêté du Gouvernement wallon tendant à prévenir la pollution atmosphérique des installations de chauffage central RAPPORT DE VEILLE Projet d arrêté du Gouvernement wallon tendant à prévenir la pollution atmosphérique des installations de chauffage central Septembre 2008 2 TABLE DES MATIERES Introduction p. 3 0. Plan

Plus en détail

La législation au Grand-Duché du Luxembourg sur le contrôle des installations de combustion alimentées en combustibles liquides ou en gaz

La législation au Grand-Duché du Luxembourg sur le contrôle des installations de combustion alimentées en combustibles liquides ou en gaz La législation au Grand-Duché du Luxembourg sur le contrôle des installations de combustion alimentées en combustibles liquides ou en gaz Présentation dans le cadre du séminaire BENELUX Performance énergétique

Plus en détail

CARNET DE BORD. Système de chauffage de type 1. Bâtiment :. Adresse :. Bruxelles

CARNET DE BORD. Système de chauffage de type 1. Bâtiment :. Adresse :. Bruxelles CARNET DE BORD Système de chauffage de type 1 Bâtiment :. :. Bruxelles CONTEXTE Le carnet de bord est la base documentaire de "référence" des systèmes de chauffage. La tenue d un carnet de bord constitue

Plus en détail

La législation PEB en Région bruxelloise. Nicolas Vandernoot Centre Urbain Le 25 janvier 2012 - Etterbeek nicolas.vandernoot@curbain.

La législation PEB en Région bruxelloise. Nicolas Vandernoot Centre Urbain Le 25 janvier 2012 - Etterbeek nicolas.vandernoot@curbain. La législation PEB en Région bruxelloise Nicolas Vandernoot Centre Urbain Le 25 janvier 2012 - Etterbeek nicolas.vandernoot@curbain.be Le cadre politique Trias energetica Minimiser la demande en énergie

Plus en détail

La réglementation. en Région Bruxelles-Capitale. Christophe Danlois DIRECTION ENERGIE DEPARTEMENT CHAUFFAGE/CLIMATISATION PEB

La réglementation. en Région Bruxelles-Capitale. Christophe Danlois DIRECTION ENERGIE DEPARTEMENT CHAUFFAGE/CLIMATISATION PEB La réglementation climatisation PEB en Région Bruxelles-Capitale Christophe Danlois DIRECTION ENERGIE DEPARTEMENT CHAUFFAGE/CLIMATISATION PEB SOMMAIRE LE CONTEXTE CHIFFRES CLES DE LA CLIMATISATION A BRUXELLES

Plus en détail

ORDRE DE MISSION Date de Commande : N de Dossier :

ORDRE DE MISSION Date de Commande : N de Dossier : : Heure FA Un exemplaire (1 ère page seulement) est à nous retourner signé L autre exemplaire est à conserver ORDRE DE MISSION Date de Commande : N de Dossier : Date du RDV : Situation RENDEZ VOUS du RDV

Plus en détail

Le meilleur du confort thermique depuis 1731, pour aujourd hui et pour demain.

Le meilleur du confort thermique depuis 1731, pour aujourd hui et pour demain. Exe Plaq Entr Fioul Bud:Plaquette Entr Fioul Bud 26/01/09 11:00 Page 1 ( Air ) ( Eau ) ( Terre ) ( Buderus ) 01/2009. DOC 8 716 795 999 DOSSIER D ENTRETIEN FIOUL Le meilleur du confort thermique depuis

Plus en détail

Le guide opiki. «Trouver le bon locataire» Guide immobilier - Location. Le logement décent. Le dossier de présentation.

Le guide opiki. «Trouver le bon locataire» Guide immobilier - Location. Le logement décent. Le dossier de présentation. Guide immobilier - ocation e guide opiki «Trouver le bon locataire» e logement décent P2 e dossier de présentation P4 es diagnostics P4 Guide immobilier - ocation 1 Guide immobilier - ocation e logement

Plus en détail

PRIME 12 POMPE A CHALEUR

PRIME 12 POMPE A CHALEUR PRIME 12 POMPE A CHALEUR CONSTRUCTION NEUVE ET RENOVATION Un ménage bruxellois consacre en moyenne 55% de son budget énergie au chauffage. Ce poste occasionne donc des dépenses importantes et représente

Plus en détail

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION Fluides Frigorigènes

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION Fluides Frigorigènes RÈGLEMENT DE CERTIFICATION Fluides Frigorigènes Tél. : 01 41 98 09 49 - Fax : 01 34 29 67 67 fluides-frigorigenes@socotec.com Sommaire Introduction A. Processus de délivrance de l attestation 1. Demande

Plus en détail

D029990/02 QUATORZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014. Le 28 janvier 2014 Le 28 janvier 2014

D029990/02 QUATORZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014. Le 28 janvier 2014 Le 28 janvier 2014 D029990/02 ASSEMBLÉE NATIONALE S É N A T QUATORZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 Reçu à la Présidence de l'assemblée nationale Enregistré à la Présidence du Sénat Le 28 janvier 2014 Le 28

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Arrêté du 15 septembre 2006 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT Arrêté du 8 février 2012 modifiant l arrêté du 3 mai 2007 relatif au diagnostic

Plus en détail

56172 BELGISCH STAATSBLAD 30.07.2014 MONITEUR BELGE

56172 BELGISCH STAATSBLAD 30.07.2014 MONITEUR BELGE 56172 BELGISCH STAATSBLAD 30.07.2014 MONITEUR BELGE SERVICE PUBLIC DE WALLONIE [C 2014/27210] 15 MAI 2014. Arrêté du Gouvernement wallon portant exécution du décret du 28 novembre 2013 relatif à la performance

Plus en détail

Article 53. Installations de chauffage, de cuisine ou de production d eau chaude par combustion.

Article 53. Installations de chauffage, de cuisine ou de production d eau chaude par combustion. REGLEMENT SANITAIRE DEPARTEMENTAL DU VAL-DE-MARNE TITRE II LOCAUX D HABITATION ET ASSIMILES CHAPITRE III AMENAGEMENT DES LOCAUX D HABITATION Section 5 INSTALLATIONS D ELECTRICITE ET DE GAZ, DE PRODUCTION

Plus en détail

1. Celui qui engage les travaux dans son lieu d habitation principale, soit le propriétaire, le locataire ou l occupant à titre gratuit.

1. Celui qui engage les travaux dans son lieu d habitation principale, soit le propriétaire, le locataire ou l occupant à titre gratuit. Crédit d impôt, ce qui change en 2010 L Etat s est engagé à réduire les émissions de gaz à effet de serre et à valoriser de plus en plus les énergies renouvelables pour moins polluer et mieux consommer

Plus en détail

MINISTERE DE LA REGION DE BRUXELLES-CAPITALE

MINISTERE DE LA REGION DE BRUXELLES-CAPITALE MINISTERE DE LA REGION DE BRUXELLES-CAPITALE 3 JUIN 2010. - Arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale relatif aux exigences PEB applicables aux systèmes de chauffage pour le bâtiment lors

Plus en détail

Nouvelles aides fiscales 2016, ce qu il faut retenir... CEE TVA ÉCO - RÉNOVATION CRÉDIT D IMPÔT POUR LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE RGE

Nouvelles aides fiscales 2016, ce qu il faut retenir... CEE TVA ÉCO - RÉNOVATION CRÉDIT D IMPÔT POUR LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE RGE Nouvelles aides fiscales 2016, ce qu il faut retenir... CEE TVA éco-ptz CRÉDIT D IMPÔT POUR LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE ÉCO - RÉNOVATION RGE 2 Schüco Nouvelles aides fiscales 2016, ce qu il faut retenir...

Plus en détail

Toujours à vos côtés. Notice d emploi WE 75 ME WE 100 ME WE 150 ME. BEfr

Toujours à vos côtés. Notice d emploi WE 75 ME WE 100 ME WE 150 ME. BEfr Toujours à vos côtés Notice d emploi WE 75 ME WE 1 ME WE 15 ME BEfr Sommaire Sommaire 1 Sécurité... 3 1.1 Mises en garde relatives aux opérations... 3 1.2 Utilisation conforme... 3 1.3 Consignes générales

Plus en détail

Règlement tarifaire relatif à la fourniture de gaz naturel par les Services industriels de Lausanne & tarifs particuliers Version du 20 juin 2013

Règlement tarifaire relatif à la fourniture de gaz naturel par les Services industriels de Lausanne & tarifs particuliers Version du 20 juin 2013 Règlement tarifaire relatif à la fourniture de gaz naturel par les Services industriels de Lausanne & tarifs particuliers Version du 0 juin 0 (état au er juillet 04) Objet et champ d application Art. Objet

Plus en détail

CERTIFICAT DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

CERTIFICAT DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Araucarialaan 98 1020 LAKEN (BRUSSEL) Verdieping 2 - bus 2 Superficie brute: 87 m² 1 Performance énergétique du bâtiment Très économe

Plus en détail

Indice de révision n 5 Date : 04/03/2013 INSTRUCTION 04

Indice de révision n 5 Date : 04/03/2013 INSTRUCTION 04 REGLEMENT TECHNIQUE D EVALUATION DIAGNOSTIC IMMOBILIER EPREUVE DPE D HABITATIONS INDIVIDUELLES ET DE LOTS DANS LES BATIMENTS A USAGE PRINCIPAL D HABITATION. ATTESTATION DE PRISE EN COMPTE DE LA REGLEMENTATION

Plus en détail

CONTRAT TYPE DE LOCATION OU DE COLOCATION DE LOGEMENT NU

CONTRAT TYPE DE LOCATION OU DE COLOCATION DE LOGEMENT NU CONTRAT TYPE DE LOCATION OU DE COLOCATION DE LOGEMENT NU (Soumis au titre 1 er de la loi du 6 juillet 1989 tendant à améliorer les rapports locatifs et portant modification de la loi n 86-1290 du 23 décembre

Plus en détail

CHAUFFAGE REGLEMENTATION

CHAUFFAGE REGLEMENTATION CHAUFFAGE REGLEMENTATION CONTEXTE Pour répondre à la nouvelle réglementation chauffage PEB, les professionnels doivent obtenir leur(s) agrément(s) en Région de Bruxelles-Capitale, en Région Wallonne ou

Plus en détail

TRADUCTION AUTORITE FLAMANDE

TRADUCTION AUTORITE FLAMANDE F. 2006 4835 TRADUCTION AUTORITE FLAMANDE 7 JUILLET 2006. Arrêté du Gouvernement flamand favorisant la production d électricité par des installations de cogénération de qualité Le Gouvernement flamand,

Plus en détail

PRIMES COMMUNALES EN FAVEUR DES ENERGIES RENOUVELABLES ET DE L ISOLATION DES TOITURES TITRE I REGLEMENT GENERAL

PRIMES COMMUNALES EN FAVEUR DES ENERGIES RENOUVELABLES ET DE L ISOLATION DES TOITURES TITRE I REGLEMENT GENERAL PRIMES COMMUNALES EN FAVEUR DES ENERGIES RENOUVELABLES ET DE L ISOLATION DES TOITURES TITRE I REGLEMENT GENERAL Article 1 : Pour l application du présent règlement, il faut entendre par demandeur, toute

Plus en détail

Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB

Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB 1 Séminaire Bâtiment Durable: Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB 21 octobre 2014 Bruxelles Environnement LA REGLEMENTATION CHAUFFAGE PEB Alain BEULLENS, DPT CHAUFFAGE ET CLIM

Plus en détail

A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE TRAITER LE SUJET

A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE TRAITER LE SUJET SUJET NATIONAL POUR L ENSEMBLE DES CENTRES DE GESTION ORGANISATEURS CONCOURS INTERNE ET DE TROISIEME VOIE DE TECHNICIEN TERRITORIAL SESSION 2012 EPREUVE Elaboration d un rapport technique rédigé à l aide

Plus en détail

Systèmes de Conduits Collectifs pour Chaudières Étanches en Pression (3CEp)

Systèmes de Conduits Collectifs pour Chaudières Étanches en Pression (3CEp) Commission chargée de formuler des Avis Techniques Groupe Spécialisé n 14 Installations de Génie Climatique et Installations Sanitaires Systèmes de Conduits Collectifs pour Chaudières Étanches en Pression

Plus en détail

Conception des systèmes de chauffage par pompe à chaleur

Conception des systèmes de chauffage par pompe à chaleur Conception des systèmes de chauffage par pompe à chaleur NBN EN 15450:2008 Christophe Delmotte, ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction

Plus en détail

3,5 millions de ces chaudières ont 20 ans ou plus.

3,5 millions de ces chaudières ont 20 ans ou plus. les chaudières performantes Depuis 20 ans... hier... ++ Des chiffres révélateurs Le chauffage et la production d eau chaude représentent les deux tiers de la facture d énergie des ménages. Par ailleurs,

Plus en détail

CHANGEMENTS DE TVA AU 1 er JANVIER 2014 QUEL IMPACT SUR VOTRE FACTURATION?

CHANGEMENTS DE TVA AU 1 er JANVIER 2014 QUEL IMPACT SUR VOTRE FACTURATION? CHANGEMENTS DE TVA AU 1 er JANVIER 2014 QUEL IMPACT SUR VOTRE FACTURATION? Les taux de la Taxe sur la Valeur Ajoutée Désormais il existera trois taux différents : 5.5% (maintien) 10% (anciennement 7%)

Plus en détail

ATTESTATION DE RECEPTION D UN SYSTEME DE CHAUFFAGE DE TYPE 1

ATTESTATION DE RECEPTION D UN SYSTEME DE CHAUFFAGE DE TYPE 1 ATTESTATION DE RECEPTION D UN SYSTEME DE CHAUFFAGE DE TYPE 1 Chauffagiste agréé RIT : Société :... Particulier Nom :... N d identification :... Société :... N de TVA :... Rue :... N :. CP : Commune :...

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Arrêté du 17 octobre 2007 modifiant l arrêté du 2 mai 2002 modifié relatif aux prescriptions

Plus en détail

CERTIFICAT DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

CERTIFICAT DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Avenue Louise 21 1050 IXELLES ETAGE 2 GAUCHE Superficie brute: 205 m² 1 Performance énergétique du bâtiment Très économe

Plus en détail

ACTUALITE REGLEMENTAIRE Police sanitaire des eaux minérales

ACTUALITE REGLEMENTAIRE Police sanitaire des eaux minérales RAPPEL : LOI n 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique AFTH Balaruc-les-Bains le 16/11/2007 W. TABONEt Art. L. 1322-2. I - Toute personne qui offre au public de l eau minérale,

Plus en détail

REGLEMENT RELATIF AUX AIDES MUNICIPALES POUR L INSTALLATION DE DISPOSITIFS ECONOMES EN ENERGIE

REGLEMENT RELATIF AUX AIDES MUNICIPALES POUR L INSTALLATION DE DISPOSITIFS ECONOMES EN ENERGIE REGLEMENT RELATIF AUX AIDES MUNICIPALES POUR L INSTALLATION DE DISPOSITIFS ECONOMES EN ENERGIE Pour réduire sa dépendance à la fois sur le plan énergétique et de l'approvisionnement en matières premières,

Plus en détail

Technicien de maintenance des équipements thermiques

Technicien de maintenance des équipements thermiques Impression à partir du site https://offredeformation.picardie.fr le 15/02/2016. Fiche formation Technicien de maintenance des équipements thermiques - N : 19312 - Mise à jour : 15/12/2015 Technicien de

Plus en détail

BAIL DE MAISON (LONGUE DUREE) M...... domicilié à... IL A ETE CONVENU CE QUI SUIT :

BAIL DE MAISON (LONGUE DUREE) M...... domicilié à... IL A ETE CONVENU CE QUI SUIT : BAIL DE MAISON (LONGUE DUREE) Entre les soussignés : M.. domicilié à Tél... dénommé le «Bailleur», ET M...... domicilié à Tél.. dénommé le «Preneur». IL A ETE CONVENU CE QUI SUIT : Article 1 er : Objet.

Plus en détail

Logiciel PEB Version 6.0.3

Logiciel PEB Version 6.0.3 (février 2015) DIRECTION GÉNÉRALE OPÉRATIONNELLE DE L AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE, DU LOGEMENT, DU PATRIMOINE ET DE L ÉNERGIE Département de l'énergie et du Bâtiment durable Direction du Bâtiment durable

Plus en détail

Vu la directive 2002/91/CE du Parlement européen et du Conseil en date du 16 décembre 2002 sur la performance énergétique des bâtiments ;

Vu la directive 2002/91/CE du Parlement européen et du Conseil en date du 16 décembre 2002 sur la performance énergétique des bâtiments ; J.O n 114 du 17 mai 2007 page 9525 texte n 30 Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère de l'emploi, de la cohésion sociale et du logement Arrêté du 3 mai 2007 relatif au diagnostic de performance

Plus en détail

Projet. Arrêté relatif aux modalités de l exécution de la mission de contrôle des installations d assainissement non collectif.

Projet. Arrêté relatif aux modalités de l exécution de la mission de contrôle des installations d assainissement non collectif. arrete controle MIE 6 sept 07 page 1 Projet Arrêté relatif aux modalités de l exécution de la mission de contrôle des installations d assainissement non collectif. Le ministre d Etat, ministre de l écologie,

Plus en détail

Quelles aides pour mes travaux de rénovation énergétique

Quelles aides pour mes travaux de rénovation énergétique Ségolène Royal soutient la rénovation énergétique des logements et la création d emplois pour la croissance verte en permettant le cumul de l éco-prêt à taux zéro (Eco-PTZ) et du crédit d impôt transition

Plus en détail

REFERENTIEL CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE

REFERENTIEL CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE REFERENTIEL CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE Date de mise en application : 29/07/2015 1 Table des matières AVANT-PROPOS... 3 MODIFICATION PAR RAPPORT A LA PRÉCÉDENTE VERSION... 3 1) DOMAINE D APPLICATION... 4 1.1

Plus en détail

COMMUNE DE LE COUDRAY 32, rue du GORD 28630 LE COUDRAY. Tél: 02.37.28.17.14 Télécopie : 02.37.30.17.60 MAINTENANCE MATERIELS INFORMATIQUES ET RESEAU

COMMUNE DE LE COUDRAY 32, rue du GORD 28630 LE COUDRAY. Tél: 02.37.28.17.14 Télécopie : 02.37.30.17.60 MAINTENANCE MATERIELS INFORMATIQUES ET RESEAU COMMUNE DE LE COUDRAY 32, rue du GORD 28630 LE COUDRAY Tél: 02.37.28.17.14 Télécopie : 02.37.30.17.60 MAINTENANCE MATERIELS INFORMATIQUES ET RESEAU Cahier des Charges CAHIER DES CHARGES SOMMAIRE ARTICLE

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT Décret n o 2013-832 du 17 septembre 2013 relatif aux modalités d attribution de la prime exceptionnelle

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE Décret n o 2015-1790 du 28 décembre 2015 relatif à certains fluides frigorigènes et aux gaz

Plus en détail

LA CHAUDIERE DOMESTIQUE GAZ

LA CHAUDIERE DOMESTIQUE GAZ page 1/9 Un générateur de chaleur est constitué d une chaudière et d un brûleur. Sur le marché, il existe les chaudières atmosphériques où le brûleur fait partie intégrante de la chaudière. Dans le cas

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Contact Presse. Nicolas Merigeau NewCap. Tél. : 01 44 71 94 98 nmerigeau@newcap.fr

DOSSIER DE PRESSE. Contact Presse. Nicolas Merigeau NewCap. Tél. : 01 44 71 94 98 nmerigeau@newcap.fr DOSSIER DE PRESSE COGENTEC, http://www.cogentec.fr, entreprise française spécialisée dans la distribution de solutions de cogénération pour les particuliers et les professionnels, annonce aujourd hui le

Plus en détail

PRIME 17: CHAUDIERE A CONDENSATION

PRIME 17: CHAUDIERE A CONDENSATION PRIME 17: CHAUDIERE A CONDENSATION Bénéficient de la prime, tous les travaux d installation d une chaudière au gaz à condensation. Une liste de modèles de chaudières à condensation au gaz figure sur le

Plus en détail

SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES

SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES Numéro du document : 1209-04 Adoptée par la résolution : 109 1209 En date du : 8 décembre 2009 Remplacée

Plus en détail

Projet de loi n o 156

Projet de loi n o 156 PREMIÈRE SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 156 Loi modifiant la Loi sur la qualité de l environnement et d autres dispositions législatives relativement à la protection et à la réhabilitation

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER, EN CHARGE DES TECHNOLOGIES VERTES ET DES NÉGOCIATIONS SUR LE CLIMAT Arrêté du

Plus en détail

La réglementation. en Région Bruxelles-Capitale. Christophe Danlois DIRECTION ENERGIE DEPARTEMENT CHAUFFAGE/CLIMATISATION PEB

La réglementation. en Région Bruxelles-Capitale. Christophe Danlois DIRECTION ENERGIE DEPARTEMENT CHAUFFAGE/CLIMATISATION PEB La réglementation climatisation PEB en Région Bruxelles-Capitale Christophe Danlois DIRECTION ENERGIE DEPARTEMENT CHAUFFAGE/CLIMATISATION PEB SOMMAIRE EVOLUTION DES REGLEMENTATIONS QUELQUES DEFINITIONS

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue de Dison N : 95/97 Boîte : 1er étage CP : 4800 Localité : Verviers Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue de Dison N : 95/97 Boîte : 1er étage CP : 4800 Localité : Verviers Type de bâtiment : CP : 4800 Localité : Verviers Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : pas de référence Construction :

Plus en détail

Modifications des mesures de prévention des risques électriques sur les lieux de travail

Modifications des mesures de prévention des risques électriques sur les lieux de travail Modifications des mesures de prévention des risques électriques sur les lieux de travail Trois décrets du 30 août 2010 modifient les obligations de l employeur en cas d utilisation d installations électriques

Plus en détail

DELIBERATION N 2011-10 DU 17 JANVIER 2011 PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA

DELIBERATION N 2011-10 DU 17 JANVIER 2011 PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA DELIBERATION N 2011-10 DU 17 JANVIER 2011 PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR LA SOCIETE MONEGASQUE DE L ELECTRICITE ET DU GAZ (SMEG) RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE D UN TRAITEMENT AUTOMATISE

Plus en détail

Allocation de Relogement

Allocation de Relogement Direction du Logement Rue du Progrès, 80 bte 1 1035 Bruxelles Allocation de Relogement Personnes quittant la situation de sans-abri Notice Arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale du 28

Plus en détail

CHARTE CALPV. de qualité des installations photovoltaïques résidentielles en Nouvelle-Calédonie

CHARTE CALPV. de qualité des installations photovoltaïques résidentielles en Nouvelle-Calédonie 1. Un dispositif photovoltaïque à destination des particuliers Afin de répondre à la demande des particuliers souhaitant produire une partie de leur énergie électrique, les propriétaires titulaires d une

Plus en détail

OUI OUI. + montant E2 + montant E5. +20% du montant total des primes cumulées

OUI OUI. + montant E2 + montant E5. +20% du montant total des primes cumulées PRIME ÉNERGIE C1 CHAUDIÈRE HR TOP, GÉNÉRATEUR D AIR CHAUD ET AÉROTHERME AU GAZ À CONDENSATION Décision du 11 décembre 2014 du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale d approbation du programme

Plus en détail

Date : 2014. Camping-Car Park. Contrat de maintenance Type T3

Date : 2014. Camping-Car Park. Contrat de maintenance Type T3 Date : 2014 Camping-Car Park Contrat de maintenance Type T3 SOMMAIRE 1. Article 1 Objet du contrat... 4 2. Article 2 Prestations... 4 2.1 Art 2.1 Prestations couvertes... 4 2.1.1 La maintenance préventive,...

Plus en détail

Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) EXPLOSION SUR LES LIEUX DE TRAVAIL

Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) EXPLOSION SUR LES LIEUX DE TRAVAIL Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) EXPLOSION SUR LES LIEUX DE TRAVAIL Introduction La présente fiche traite du risque d explosion susceptible d

Plus en détail

Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1

Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1 Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1 La réglementation Chauffage PEB en Région de Bruxelles Capitale: aujourd hui et demain Helpdesk Chauffage PEB /EPB Verwarming 03/10/2013 2 Agenda Introduction

Plus en détail

LES OBLIGATIONS DU VENDEUR D UN BIEN IMMOBILIER

LES OBLIGATIONS DU VENDEUR D UN BIEN IMMOBILIER IMMOBILIER LE PARCOURS DE VENTE LES OBLIGATIONS DU VENDEUR D UN BIEN IMMOBILIER www.notaires.paris-idf.fr Le parcours de vente LES OBLIGATIONS DU VENDEUR D UN BIEN IMMOBILIER De manière générale, le vendeur

Plus en détail

JORF n 0243 du 18 octobre 2013. Texte n 51

JORF n 0243 du 18 octobre 2013. Texte n 51 Le 18 octobre 2013 JORF n 0243 du 18 octobre 2013 Texte n 51 ARRETE Arrêté du 8 octobre 2013 relatif aux règles sanitaires applicables aux activités de commerce de détail, d entreposage et de transport

Plus en détail

Règlement d application des tarifs du Gaz naturel. Adopté par le Conseil d administration le 30 mai 2007

Règlement d application des tarifs du Gaz naturel. Adopté par le Conseil d administration le 30 mai 2007 1 Règlement d application des tarifs du Gaz naturel Adopté par le Conseil d administration le 30 mai 2007 Partie générale Introduction Dès le 1 er juillet 2007, les tarifs du Gaz naturel des (ciaprès «SIG»)

Plus en détail

PROJET DE TEXTE DECRET. relatif aux obligations de travaux d amélioration de la performance énergétique dans les bâtiments existants à usage tertiaire

PROJET DE TEXTE DECRET. relatif aux obligations de travaux d amélioration de la performance énergétique dans les bâtiments existants à usage tertiaire RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du logement, de l égalité des territoires et de la ruralité PROJET DE TEXTE DECRET relatif aux obligations de travaux d amélioration de la performance énergétique dans les

Plus en détail

MARCHE TYPE MTI MAI 2015

MARCHE TYPE MTI MAI 2015 MARCHE DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES POUR LA FOURNITURE DU COMBUSTIBLE (P1) ET POUR LA CONDUITE ET L ENTRETIEN (P2) DES INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE ET DE PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE DU LYCEE

Plus en détail

30 %* >> >> >> Crédit d Impôt. La technologie condensation au service du fi oul

30 %* >> >> >> Crédit d Impôt. La technologie condensation au service du fi oul SOLAIRE BOIS POMPES À CHALEUR CONDENSATION FIOUL/GAZ 1 er septembre 2014 * sous conditions. Modification du Crédit d Impôt 30 %* En savoir plus sur dedietrich-thermique.fr GTU C 120 C H A U D I È R E F

Plus en détail

Doc 3 transferts thermiques

Doc 3 transferts thermiques Activité Documentaire Transferts d énergie entre systèmes macroscopiques Doc 1 Du microscopique au macroscopique La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique.

Plus en détail

Rénovation énergétique en copropriété Etapes d un projet Décembre 2015

Rénovation énergétique en copropriété Etapes d un projet Décembre 2015 Rénovation énergétique en copropriété Etapes d un projet Décembre 2015 Introduction : Ce document vise à présenter de manière chronologique les étapes d un projet de rénovation en copropriété. Vous y trouverez

Plus en détail

Implantation des pompes à chaleur gaz naturel à absorption Note d informations

Implantation des pompes à chaleur gaz naturel à absorption Note d informations Implantation des pompes à chaleur gaz naturel à absorption Note d informations Préambule général Le présent document constitue une note d information relative aux règles d implantation de pompes à chaleur

Plus en détail

tout simplement Le confort durable, L énergie est notre avenir, économisons-la!

tout simplement Le confort durable, L énergie est notre avenir, économisons-la! tout simplement Le confort durable, L énergie est notre avenir, économisons-la! Chauffage urbain, mode d emploi Un réseau de chauffage urbain est un chauffage central à l échelle d une ville. Un réseau

Plus en détail

CHATEAU BRIGNON FABRIQUE D AUTEURS. Marché public de maîtrise d œuvre Mission de base Réutilisation ou réhabilitation d ouvrage de bâtiment

CHATEAU BRIGNON FABRIQUE D AUTEURS. Marché public de maîtrise d œuvre Mission de base Réutilisation ou réhabilitation d ouvrage de bâtiment VILLE DE CARBON-BLANC SERVICE TECHNIQUE et URBANISME CHATEAU BRIGNON FABRIQUE D AUTEURS Marché public de maîtrise d œuvre Mission de base Réutilisation ou réhabilitation d ouvrage de bâtiment CAHIER DES

Plus en détail

PRIME 13 - CHAUFFE-EAU SOLAIRE

PRIME 13 - CHAUFFE-EAU SOLAIRE PRIME 13 - CHAUFFE-EAU SOLAIRE CONSTRUCTION NEUVE ET RENOVATION Assurez-vous de bien répondre à tous les critères imposés pour l obtention de cette prime (www.bruxellesenvironnement.be > Particuliers >

Plus en détail

La Financial Supervisory Commission de La République de Corée. et la. Commission Bancaire de la République française

La Financial Supervisory Commission de La République de Corée. et la. Commission Bancaire de la République française La Financial Supervisory Commission de La République de Corée et la Commission Bancaire de la République française Considérant le fait que certaines banques et autres établissements financiers constitués

Plus en détail

Décret du 11 mars 1999 relatif au permis d environnement

Décret du 11 mars 1999 relatif au permis d environnement Version du 10 octobre 2012 (Arrêté du Gouvernement wallon du 13 septembre 2012 déterminant les conditions sectorielles relatives au forage et à l équipement de puits destinés à une future prise d eau souterraine

Plus en détail

Chaque lot de ce cahier des charges fera l objet d une proposition détaillée et dissociée des autres lots.

Chaque lot de ce cahier des charges fera l objet d une proposition détaillée et dissociée des autres lots. du contrôle périodique, de l entretien et de l éventuelle fourniture ou remplacement d extincteurs et autres prestations de sécurité incendie Date diffusion : novembre 2010 du contrôle périodique, de l

Plus en détail

Objet. Prescriptions du Distributeur GrDF 04/12/2007 page 2/13

Objet. Prescriptions du Distributeur GrDF 04/12/2007 page 2/13 MARS 2009 Objet Ces prescriptions propres au distributeur Gaz de France (désigné ci-après par «Distributeur») contiennent les exigences au sens de la loi n 2003-8 du 3 janvier 2003 et du décret n 2004-555

Plus en détail

DIVISION DE LILLE Lille, le 18 septembre 2015

DIVISION DE LILLE Lille, le 18 septembre 2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LILLE CODEP-LIL-2015-038319 FG/EL Lille, le 18 septembre 2015 Monsieur le Dr X Centre Médical du Littoral 173, Route de Desvres 62280 SAINT MARTIN BOULOGNE Objet : Inspection

Plus en détail

Une installation photovoltaïque en tant que locataire

Une installation photovoltaïque en tant que locataire Une installation photovoltaïque en tant que locataire Analyse des différentes configurations pour l établissement d un plan d étapes nécessaires à l installation Suzanne Keignaert APERe - Gregory Neubourg

Plus en détail

Entreprises de travaux, sécurisez vos chantiers à proximité des réseaux

Entreprises de travaux, sécurisez vos chantiers à proximité des réseaux Entreprises de travaux, sécurisez vos chantiers à proximité des réseaux obligation depuis le 1 er juillet 2012 Un nouveau téléservice pour construire sans détruire www.reseaux-et-canalisations.gouv.fr

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Conception et régulation des systèmes techniques

Formation Bâtiment Durable : Conception et régulation des systèmes techniques Formation Bâtiment Durable : Conception et régulation des systèmes techniques Bruxelles Environnement PRODUCTION D'ECS : QUELLES SONT LES CARACTÉRISTIQUES FONDAMENTALES DES DIFFÉRENTS SYSTÈMES? Jonathan

Plus en détail

DOSSIER SUJET 1. Maintenance préventive d une chaudière au sol gaz à air soufflé.

DOSSIER SUJET 1. Maintenance préventive d une chaudière au sol gaz à air soufflé. 1 Durée : 3 heures Coefficient : 2 Maintenance préventive d une chaudière au sol gaz à air soufflé. MISE EN SITUATION : En tant que technicien d une société spécialisée dans la maintenance des systèmes

Plus en détail

INTEC Energy. Chaudières à huile caloporteuse INTEC ENERGY SYS TEMS

INTEC Energy. Chaudières à huile caloporteuse INTEC ENERGY SYS TEMS INTEC Energy Chaudières à huile caloporteuse INTEC ENERGY SYS TEMS Chaudières à huile thermique Les chaudières à huile thermique INTEC sont mises en œuvre avec succès pour la distribution de chaleur de

Plus en détail

PREMIERE PARTIE PROTECTION GENERALE DE LA SANTE LIVRE III PROTECTION DE LA SANTE ET ENVIRONNEMENT

PREMIERE PARTIE PROTECTION GENERALE DE LA SANTE LIVRE III PROTECTION DE LA SANTE ET ENVIRONNEMENT Code de la Santé Publique (Articles R1334-14 à R1334-29 et R1336-2 à R1336-5) Exposition à l amiante dans les immeubles bâtis (Décret n 2003-462 du 21 mai 2003 modifié par les décrets n 2004-802 du 29

Plus en détail

Fiche de sensibilisation Maintenance des installations solaires

Fiche de sensibilisation Maintenance des installations solaires Fiche de sensibilisation Maintenance des installations solaires L atteinte des objectifs d économie d énergie et de réduction des gaz à effet de serre doit passer par l installation d équipements performants,

Plus en détail

CONTRAT TYPE DE BAIL A FERME

CONTRAT TYPE DE BAIL A FERME Annexe 1 CONTRAT TYPE DE BAIL A FERME LES SOUSSIGNES : d une part, Domicilié(e) Agissant(e) en tant que bailleur, ci-après désigné par «le bailleur», et, d autre part, Exploitant agricole Domicilié(e)

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA FONCTION PUBLIQUE Décret n o 2006-501 du 3 mai 2006 relatif au fonds pour l insertion des personnes handicapées dans la fonction publique NOR

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES FEUILLE DE ROUTE

POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES FEUILLE DE ROUTE CODE D IDENTIFICATION POL15-020 TITRE : POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR AUTORISATION REQUISE 2 février 2015 Administrateur RESPONSABLE DU SUIVI

Plus en détail

MINISTERE DE L'EMPLOI, DE LA COHESION SOCIALE ET DU LOGEMENT NOR : SOCU0751057A

MINISTERE DE L'EMPLOI, DE LA COHESION SOCIALE ET DU LOGEMENT NOR : SOCU0751057A 5. Arrêté du 3 mai 2007 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments existants à usage principal d'habitation proposés à la location en France métropolitaine MINISTERE DE L'EMPLOI,

Plus en détail

Newsletter Label Promotelec Performance

Newsletter Label Promotelec Performance FéVRIER 2012 A Nouvelle règlementation thermique RT2012, ce qu il faut retenir 1. RT, les dates d application en fonction des dates de dépôt de PC Quelle règlementation thermique respecter? Le tableau

Plus en détail

L HYDRAULIQUE. 1) Formules de notions de base. Différence de température départ/retour en K

L HYDRAULIQUE. 1) Formules de notions de base. Différence de température départ/retour en K L HYDRAULIQUE 1) Formules de notions de base Puissance nécessaire pour élever une certaine quantité d eau d un différentiel de température Puissance (W) = 1.163 x Volume (l) x T ( C) Débit nécessaire en

Plus en détail

Facilitateur Energie et aides financières pour le secteur tertiaire en Région bruxelloise

Facilitateur Energie et aides financières pour le secteur tertiaire en Région bruxelloise Facilitateur Energie et aides financières pour le secteur tertiaire en Région bruxelloise Horia Bali Bruxelles, le 18 mars 2010 Aperçu des aides disponibles en RBC Les services du Facilitateur Energie

Plus en détail