Formation Bâtiment Durable : Suivi et monitoring des bâtiments durables

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Formation Bâtiment Durable : Suivi et monitoring des bâtiments durables"

Transcription

1 Formation Bâtiment Durable : Suivi et monitoring des bâtiments durables Bruxelles Environnement INTRODUCTION : FACTEURS DETERMINANTS POUR LA GESTION DES BATIMENTS DURABLES Thomas DEVILLE Cenergie cvba

2 Objectif(s) de la présentation Présenter les facteurs déterminants à prendre en compte pour permettre une bonne gestion Présenter les démarches et outils permettant d optimiser la gestion du bâtiment Présenter les enjeux du monitoring dans les bâtiments durables 2

3 Introduction Bâtiment durable = 9 thèmes Gestion d un bâtiment durable fait partie du thème Gestion du projet, chantier, bâtiment et est axée principalement sur les thèmes: Energie Eau Confort et Santé 3

4 Plan de l exposé Information aux occupants / utilisateurs Aspects techniques Dossier d Intervention Ultérieure Réglage et entretien des installations Monitoring Que monitorer, que suivre? Pourquoi monitorer? Facteurs déterminants du monitoring / suivi 4

5 Plan de l exposé Information aux occupants / utilisateurs Aspects techniques Dossier d Intervention Ultérieure Réglage et entretien des installations Monitoring Que monitorer, que suivre? Pourquoi monitorer? Facteurs déterminants du monitoring / suivi 5

6 Information aux occupants / utilisateurs Intégrer les futurs utilisateurs dans le processus de conception Habitants de logements Occupants de bâtiments tertiaires Ils sont informés des enjeux globaux du projet et peuvent intervenir en connaissance de cause Créer une dynamique/cohésion de groupe qui pourra perdurer une fois le projet réalisé: Entraide Partage de connaissances Séance de travail réunissant les maîtres d ouvrage d un habitat groupé et l équipe de conception - Source : site internet du projet Batex Brutopia [097_Brutopia] 6

7 Information aux occupants / utilisateurs Intégration au processus de conception : Hautement souhaitable mais pas toujours réalisable Futurs occupants / utilisateurs pas toujours voire rarement connus Nombreux intervenants potentiels Intérêt des futurs occupants pour la question? Information pas toujours transmissible en amont mais il faut passer le relais à un moment. Quand? Comment? 7

8 Information aux occupants / utilisateurs Quand transmettre l information? Au gestionnaire : En général: échange de dernière minute, quand le gestionnaire commence à intervenir (réception du bâtiment). Intérêt d échanger plus tôt : Gestionnaire peut donner son avis en amont, élaboration du projet (en partie) en fonction de ses compétences et de ses connaissances techniques Limiter la perte d information en cours de route, échanges directs entre concepteurs et gestionnaire (échange technicien technicien) 8

9 Information aux occupants / utilisateurs Quand transmettre l information? Aux occupants : En général : occupants peu ou mal informés ( on dit, mauvais compréhension d informations transmises de manière partielle, ) NB. Si problèmes au moment de la mise en route du bâtiment, les occupants restent avec cette mauvaise impression. Surtout s ils ne sont pas (peu) informés. Information nécessaire, idéalement avant l emménagement. Séances d information Guide d utilisation 9

10 Information aux occupants / utilisateurs Comment? L information transmise doit être bien ciblée: claire et de qualité en relation avec le champs d action du public concerné d un niveau technique qui lui est accessible touchant à des thématiques qui le concernent Guide d utilisation Support papier facilement transmissible Elaboré par (en concertation avec) l équipe de conception A destination des occupants principalement Contenu et type de support: en fonction du projet et du public cible 10

11 Information aux occupants / utilisateurs Consulter les acteurs = un des facteurs de réussite pour une bonne occupation du bâtiment présentation de Steve Cailler Exemple du guide Comment habiter une maison passive? présentation de Donatienne Hermesse 11

12 Plan de l exposé Information aux occupants / utilisateurs Aspects techniques Dossier d Intervention Ultérieure Réglage et entretien des installations Monitoring Que monitorer, que suivre? Pourquoi monitorer? Facteurs déterminants du monitoring / suivi 12

13 Aspects techniques Dossier d intervention ultérieure (DIU) Dossier technique Imposé par l arrêté royal du 25/01/2011. Doit être remis à l acquéreur au moment de la signature de l acte de vente. Etabli par le coordinateur sécurité (si plusieurs entrepreneurs intervenants) ou par le MO( s il réalise lui-même les travaux) ou par l entrepreneur unique Objectif: assurer la sécurité des travailleurs amenés à intervenir ultérieurement dans le bâtiment. 13

14 Aspects techniques Dossier d intervention ultérieure (DIU) Contenu: éléments utiles en matière de sécurité et de santé à prendre en compte pour les éventuels futurs travaux (entretien, réparations, remplacements, ): Informations sur la structure Plans As-Built Eléments architecturaux, techniques et organisationnels qui concernent la réalisation, la maintenance et l entretien (Fiches techniques, instructions d entretien, ) Matériaux mis en oeuvre (voir aussi Annexe I partie C de l AR: 14

15 Plan de l exposé Information aux occupants / utilisateurs Aspects techniques Dossier d Intervention Ultérieure Réglage et entretien des installations Monitoring Que monitorer, que suivre? Pourquoi monitorer? Facteurs déterminants du monitoring / suivi 15

16 Aspects techniques - Réglage et entretien des installations Informations à transmettre au(x) gestionnaire(s) du bâtiment pour: que le bâtiment fonctionne de manière optimale et que ce fonctionnement optimal perdure En général, dossier As-built de l entrepreneur reprenant: Plans as-built (Stabilité, architecture et techniques) Schémas techniques: hydraulique, aéraulique, électrique, régulation Fiches techniques du matériel installé Quantité et type d informations fournies dans le dossier As-built en fonction du projet (taille, affectation, ) 16

17 Aspects techniques - Réglage et entretien des installations Rappel: consultation et information préalables du gestionnaire du bâtiment pour optimiser les chances d un bon suivi Principes de base d entretien des installations techniques à respecter, et selon les instructions des fabricants Exemples: Chauffage: entretien de la chaudière, bon fonctionnement des brûleurs, étanchéité des vannes, entretien des unités terminales, purge des corps de chauffe, 17

18 Aspects techniques - Réglage et entretien des installations Ventilation: remplacement des filtres, vérification de la tension des courroies du ventilateur, nettoyage des bouches, Climatisation: ECS: nettoyage des condenseurs, vérification de la charge en fluide frigo, entretien des unités terminales, vérification de l étanchéité des vannes, purgeurs, Eclairage: nettoyage des armatures, contrôle de la régulation, 18

19 Aspects techniques - Réglage et entretien des installations Informations supplémentaires pertinentes: Note de concept énergétique, si bâtiment HPE (passif, (très) basse énergie): Principes de conception du bâtiment au niveau énergétique informations sur les objectifs de performance informations sur les hypothèses prises en compte base pour l évaluation de l effacité énergétique effective du bâtiment 19

20 Aspects techniques - Réglage et entretien des installations Informations supplémentaires pertinentes: Note de concept énergétique [040_Aéropolis II: extraits de l étude de concept énergétique] 20

21 Aspects techniques - Réglage et entretien des installations Informations supplémentaires pertinentes: Note de régulation note établie par le bureau d étude (BE) cadre la régulation du bâtiment (installations techniques) outil précieux dans les bâtiments HPE (dérives importantes possibles si régulation inapproriée) paramétrage correct des installations à la base base pour»évaluation du paramétrage par l entrepreneur»mise en route des installations 21

22 Aspects techniques - Réglage et entretien des installations Informations supplémentaires pertinentes: Note de régulation [Greenbizz: extraits de la note de régulation: schéma de zonage HVAC régulation des protections solaires] 22

23 Aspects techniques - Réglage et entretien des installations Informations supplémentaires pertinentes: Note d entretien spécifique Surtout pour les systèmes particuliers, peu courants Exemple: Puits canadien sur le projet Aéropolis II» note d entretien réalisée par BE» transmise au gestionnaire du bâtiment» jointe au DIU Contenu:»Présentation du système»recommandations d entretien 23

24 Aspects techniques - Réglage et entretien des installations [040_Aéropolis II: extrait de la note d entretien du puits canadien 24

25 Aspects techniques - Réglage et entretien des installations Aspects réglementaires: PEB Arrêté Chauffage: 16 exigences dont la tenue d un carnet de bord (exigence 11)»= dossier rassemblant tous les documents ayant trait aux installations techniques» Contenu minimal fixé par la réglementation» autres documents tels que plans, schémas, croquis, conseillés 25

26 Aspects techniques - Réglage et entretien des installations Aspects réglementaires: PEB Arrêté Chauffage: Réception des systèmes Controle périodique des chaudières par un professionnel agréé Diagnostic des systèmes de chauffage Plus d informations sur l arrêté chauffage: onnels/informer.aspx?id=

27 Aspects techniques - Réglage et entretien des installations Aspects réglementaires: PEB Arrêté Clim: 9 exigences, dont la tenue d un carnet de bord (exigence 9) Controle périodique par un professionnel agréé Plus d informations sur l arrêté Clim: ls/informer.aspx?id=

28 Plan de l exposé Information aux occupants / utilisateurs Aspects techniques Dossier d Intervention Ultérieure Réglage et entretien des installations Monitoring Que monitorer, que suivre? Pourquoi monitorer? Facteurs déterminants du monitoring / suivi 28

29 Que monitorer, que suivre? Bâtiment durable = 9 thèmes Monitoring principalement sur: Consommations énergétiques du bâtiment Consommations d eau du bâtiment Suivi du confort dans le bâtiment Autres suivis/monitorings spécifiques possibles, mais moins fréquents : consommations du chantier, teneurs en COV, 29

30 Pourquoi monitorer? Objectifs de conception Performances énergétiques du bâtiment ((très) basse énergie, passif, NZEB ) Niveau de confort vs réalité de l exécution et de l utilisation Performances réelles des installations techniques Régulation des installations, adéquation avec les besoins Comportement et attentes des occupants ( Effet rebond ) 30

31 Pourquoi monitorer? Parfois (souvent ), réel fossé entre les consommations annoncées et les consommations réelles le niveau de confort visé et le niveau de confort atteint Sans suivi/monitoring, les causes de ces écarts sont très difficiles à expliquer et les problèmes difficiles à solutionner. 31

32 Facteurs déterminants du monitoring/suivi Un bon suivi commence par une bonne connaissance du projet/du bâtiment Travail en bouwteam L ensemble des acteurs travaille ensemble dès les prémisses du projet équipes pluridisciplinaires Partage de connaissances Echange d informations mieux organisé Permet une approche globale du projet projets robustes 32

33 Facteurs déterminants du monitoring/suivi Un bon suivi commence par une bonne connaissance du projet/du bâtiment Commissionning scope of information 33

34 Facteurs déterminants du monitoring/suivi Elargir le champ de prospection Intégrer les futurs utilisateurs dans le processus de conception Créer une dynamique/cohésion de groupe qui pourra perdurer une fois le projet réalisé Séance de travail réunissant les maîtres d ouvrage d un habitat groupé et l équipe de conception - Source : site internet du projet Batex Brutopia [097_Brutopia] 34

35 Facteurs déterminants du monitoring/suivi Mettre en place un suivi adéquat Quel monitoring pour mon bâtiment? 35

36 Facteurs déterminants du monitoring/suivi Type de monitoring influencé par le mode de gestion attendu pour le bâtiment la conception technique du projet Le mode de gestion dépend de L échelle du projet Petit projet individuel (maison unifamiliale, petit logement collectif) Projet moyen collectif (logement collectif, petits immeubles de bureaux, ) Grand projet (grands immeubles de bureaux, hôpitaux, ) [087_Rue de la Poste] [056_Rue des Deux Tours] [040_AéropolisII] 36

37 Facteurs déterminants du monitoring/suivi Le mode d occupation du bâtiment Locatif Implication plus limitée des occupants connaissance du bâtiment généralement moins conséquente qu avec des propriétaires gestion souvent via société externe (logements sociaux, par exemple) Acquisitif Implication des occupants : souhaitable dès phase de conception, si connus à ce stade Intérêt pour la connaissance du bâtiment et des techniques plus marqué qu en locatif Des connaissances / compétences du gestionnaire Connaissances techniques Connaissances des systèmes mis en place (commissionning) Attributions / rôle (temps disponible, parc immobilier à gérer, ) 37

38 Facteurs déterminants du monitoring/suivi La conception technique du projet Choix techniques éclairés Alimentés par les différents intervenants, leurs connaissances et leurs expériences (conception / exécution) Rappel : intérêt du travail en bouwteam Types d installations techniques Simplicité (complexité) des installations techniques Régulation Entretien Maintenance 38

39 Facteurs déterminants du monitoring/suivi Choix de conception des techniques Systèmes centralisés vs décentralisés Qui assure le suivi et l entretien? Nombre de prises de mesures Ex : système de ventilation dans le logement collectif Système centralisé Source: Matriciel Systèmes décentralisés 39

40 Facteurs déterminants du monitoring/suivi Monitoring des consommations Mise en place d une comptabilité énergétique et suivi des consommations Objectifs: Suivre l évolution des consommations dans le temps Analyser les performances des installations techniques Pointer les dérives, identifier leur(s) source(s) et y apporter des solutions 40

41 Facteurs déterminants du monitoring/suivi Monitoring des consommations Monitoring des consommations 41

42 Facteurs déterminants du monitoring/suivi Monitoring des consommations Plus de détails sur le monitoring énergétique et de confort lors des présentations de cet après-midi 42

43 Facteurs déterminants du monitoring/suivi Monitoring des consommations Aspects réglementaires: PEB Arrêté Chauffage: comptages énergétiques sur les chaudières comptages électriques sur les ventilateurs tenue d une comptabilité énergétique Arrêté Clim: le comptage simple ou double sur les installations de réfrigération le comptage électrique sur les tours de refroidissement le comptage électrique sur les ventilateurs la tenue d une comptabilité énergétique 43

44 Outils, sites internet, etc intéressants : Arrêté royal du 25/01/2001: Réglementation chauffage PEB: former.aspx?id=32599 Réglementation climatisation PEB: former.aspx?id=34630 Références Guide Bâtiment Durable et autres sources : Guide Bâtiment Durable: Fiches MAN00, ENE00, ENE10 Guides pratiques et outils : =32553 Cahiers de charge Maintenance URE et boîte à Outils URE: =

45 Ce qu il faut retenir de l exposé Différents aspects entrent en compte dans le suivi du bâtiment Aspects techniques Aspects humains Une bonne transmission des informations techniques est essentielle différents outils à utiliser La réglementation définit des exigences à respecter sur l entretien et le monitoring des installations techniques Il faut adapter le type de suivi au bâtiment Eviter un suivi trop complexe ou, au contraire, pas assez élaboré 45

46 Contact Thomas DEVILLE Responsable de projets : 02/

Formation Bâtiment Durable : Suivi et monitoring des bâtiments durables

Formation Bâtiment Durable : Suivi et monitoring des bâtiments durables Formation Bâtiment Durable : Suivi et monitoring des bâtiments durables Bruxelles Environnement DEMARCHE ET ACTIONS D OPTIMISATION DE LA GESTION Anne-Laure MAERCKX Cenergie cvba Objectif(s) de la présentation

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Suivi et monitoring des bâtiments durables

Formation Bâtiment Durable : Suivi et monitoring des bâtiments durables Formation Bâtiment Durable : Suivi et monitoring des bâtiments durables Bruxelles Environnement INTRODUCTION : FACTEURS DETERMINANTS POUR LE SUIVI ET LE MONITORING Anne-Laure MAERCKX Cenergie cvba Objectif(s)

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Bâtiment durable de A à Z

Formation Bâtiment Durable : Bâtiment durable de A à Z Formation Bâtiment Durable : Bâtiment durable de A à Z Bruxelles Environnement BATIMENTS TERTIAIRES: (R)EVOLUTION DES BATEX EN RÉGION BRUXELLES-CAPITALE Anne-Laure MAERCKX CENERGIE Objectif(s) de la présentation

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Suivi et monitoring des bâtiments durables

Formation Bâtiment Durable : Suivi et monitoring des bâtiments durables Formation Bâtiment Durable : Suivi et monitoring des bâtiments durables Bruxelles Environnement A la recherche des meilleures combinaisons techniques pour réduire les coûts des bâtiments HPE Antoine HUPIN

Plus en détail

La réglementation. en Région Bruxelles-Capitale. Christophe Danlois DIRECTION ENERGIE DEPARTEMENT CHAUFFAGE/CLIMATISATION PEB

La réglementation. en Région Bruxelles-Capitale. Christophe Danlois DIRECTION ENERGIE DEPARTEMENT CHAUFFAGE/CLIMATISATION PEB La réglementation climatisation PEB en Région Bruxelles-Capitale Christophe Danlois DIRECTION ENERGIE DEPARTEMENT CHAUFFAGE/CLIMATISATION PEB SOMMAIRE EVOLUTION DES REGLEMENTATIONS QUELQUES DEFINITIONS

Plus en détail

Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB

Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB 1 Séminaire Bâtiment Durable: Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB 21 octobre 2014 Bruxelles Environnement LA REGLEMENTATION CHAUFFAGE PEB Alain BEULLENS, DPT CHAUFFAGE ET CLIM

Plus en détail

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments OBJECTIF : PUBLIC CONCERNÉ : Acquérir les méthodes de management des opérations HQE Maîtrise d Ouvrage, Assistants au Maître d Ouvrage, Architectes

Plus en détail

CONTEXTE ACTUEL: EVOLUTION VERS PLUS D IMPLICATION DES DIFFERENTS ACTEURS DANS LE PROJET

CONTEXTE ACTUEL: EVOLUTION VERS PLUS D IMPLICATION DES DIFFERENTS ACTEURS DANS LE PROJET 1 Construire en équipe: qualité, efficacité, rapidité! Bruxelles Environnement CONTEXTE ACTUEL: EVOLUTION VERS PLUS D IMPLICATION DES DIFFERENTS ACTEURS DANS LE PROJET Liesbet TEMMERMAN Facilitateur Bâtiment

Plus en détail

FORMATION BATIMENT DURABLE : PASSIF ET (TRES) BASSE ENERGIE Journée 6.2 Systèmes : processus de conception Eclairage

FORMATION BATIMENT DURABLE : PASSIF ET (TRES) BASSE ENERGIE Journée 6.2 Systèmes : processus de conception Eclairage FORMATION BATIMENT DURABLE : PASSIF ET (TRES) BASSE ENERGIE Journée 6.2 Systèmes : processus de conception Eclairage AUTOMNE 2014 Corentin Volgaire & Piotr Wierusz-Kowalski p.kowalski@mkengineering.be

Plus en détail

1 000 maisons bois économes en énergie. P. Barritault

1 000 maisons bois économes en énergie. P. Barritault 1 - La note de calcul RT 2005, un document pour l instruction 2 Le diagnostic de performance énergétique dans le neuf : Qui, Quoi, Comment? 3 Information sur la solution technique ST 2007-002 relative

Plus en détail

RT 2012 et RT existant

RT 2012 et RT existant RT 2012 et RT existant RéglemenTaTion TheRmique et efficacité énergétique Dimitri molle et Pierre-manuel Patry ÊG roupeêe yrolles,ê2 011,ÊI SBNÊ:Ê9 78-2-212-12979-3 Sommaire Avant-propos... 1 Partie 1

Plus en détail

La réglementation. en Région Bruxelles-Capitale. Christophe Danlois DIRECTION ENERGIE DEPARTEMENT CHAUFFAGE/CLIMATISATION PEB

La réglementation. en Région Bruxelles-Capitale. Christophe Danlois DIRECTION ENERGIE DEPARTEMENT CHAUFFAGE/CLIMATISATION PEB La réglementation climatisation PEB en Région Bruxelles-Capitale Christophe Danlois DIRECTION ENERGIE DEPARTEMENT CHAUFFAGE/CLIMATISATION PEB SOMMAIRE LE CONTEXTE CHIFFRES CLES DE LA CLIMATISATION A BRUXELLES

Plus en détail

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Tout coordonnateur SPS titulaire d une attestation de formation initiale. La réglementation : - les nouveaux

Plus en détail

Exigences PEB passif 2015, comment les maîtriser? Bruxelles Environnement

Exigences PEB passif 2015, comment les maîtriser? Bruxelles Environnement Exigences PEB passif 2015, comment les maîtriser? Bruxelles Environnement L équilibre entre le confort de l occupant, le bâtiment à haute performance énergétique et les impératifs techniques Vincent Szpirer

Plus en détail

Formation «Bâtiment durable : ENERGIE»

Formation «Bâtiment durable : ENERGIE» Formation «Bâtiment durable : ENERGIE» PROGRAMME Lieu : BRUXELLES Pour tous, en fonction de l affectation du bâtiment : SOIT MODULE «DANS LE LOGEMENT INDIVIDUEL OU COLLECTIF < 10 UNITÉS)» (6 jours) SOIT

Plus en détail

Fiche OX «Réduction des consommations d électricité des parties communes d immeubles collectifs et de bâtiments tertiaires» - 28/04/03

Fiche OX «Réduction des consommations d électricité des parties communes d immeubles collectifs et de bâtiments tertiaires» - 28/04/03 1 «REDUCTION DES CONSOMMATIONS ELECTRIQUES DES PARTIES COMMUNES D IMMEUBLES COLLECTIFS ET DE BATIMENTS TERTIAIRES» Contexte et enjeux Les consommations d électricité des parties communes (éclairage des

Plus en détail

La gestion intelligente des bâtiments

La gestion intelligente des bâtiments La gestion intelligente des bâtiments Les différentes possibilités pour rendre les bâtiments plus efficaces énergétiquement Mardi 1 avril 2014 Sommaire 0/ Le contexte général 1/ Le jeu de rôle de la construction

Plus en détail

BBC RT2012 Passive. Tenir compte de matériaux et procédés innovants. Recherche de performance à anticiper en amont

BBC RT2012 Passive. Tenir compte de matériaux et procédés innovants. Recherche de performance à anticiper en amont BBC RT2012 Passive Tenir compte de matériaux et procédés innovants Recherche de performance à anticiper en amont Obligations de résultats Eviter l apparition de nouveaux désordres Constat : aggravation

Plus en détail

Méthodes de commissionnement adaptées à la GPE

Méthodes de commissionnement adaptées à la GPE Méthodes de commissionnement adaptées à la GPE En collaboration avec: Julien Caillet Mohamed Elmtiri, Raphael Salvazet!! Myriam Humbert, Didier Meaux!! Frédéric Gal!! Jean Dominique Lenard 1 Objectifs

Plus en détail

Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants

Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants PARCOURS COMPLET DE PROFESSIONNALISATION Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants proposer un ensemble de prestations liées à l amélioration de la performance thermique

Plus en détail

COGENERATION : appel d offres, comparaison et choix de l entrepreneur

COGENERATION : appel d offres, comparaison et choix de l entrepreneur A chaque établissement sa cogénération rentable! IBGE, 2009-10-08 COGENERATION : appel d offres, comparaison et choix de l entrepreneur Exemple du Palais de Justice de Bruxelles Régie des Bâtiments ir.

Plus en détail

Nouvelles dispositions relatives au chauffage des logements

Nouvelles dispositions relatives au chauffage des logements Législation Nouvelles dispositions relatives au chauffage des logements arrêté royal du 6 janvier 1978 tendant à prévenir la L pollution atmosphérique lors du chauffage de bâtiments à l aide de combustibles

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Gestion de chantier plus durable Bruxelles Environnement LA PRISE EN COMPTE DE LA GESTION DURABLE DU CHANTIER Sébastien BREELS + Liesbet Temmerman MATRIciel + CERAA OBJECTIFS

Plus en détail

Les maisons à énergie positive

Les maisons à énergie positive Conférence dans le cadre du projet VallEnergie Les maisons à énergie positive Attert, le 11 mars 2014 VallEnergie Atteindre l autonomie énergétique de la Vallée de l Attert belgo-luxembourgeoise gérée

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Bruxelles Environnement Financement des grands ensembles : Les aides et subventions en RBC, le financement par tiers-investisseur Thomas DEVILLE FACILITATEUR BÂTIMENT

Plus en détail

Le Groupe Derichebourg

Le Groupe Derichebourg Énergie Avec Derichebourg maîtrisez l énergie et la maintenance de vos patrimoines 20 ans d expertise en génie climatique et électrique 180 ingénieurs et techniciens à votre service 3 divisions spécialisées

Plus en détail

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET LE CLIMAT INTERIEUR DES BATIMENTS (PEB)

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET LE CLIMAT INTERIEUR DES BATIMENTS (PEB) LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET LE CLIMAT INTERIEUR DES BATIMENTS (PEB) Nouvelle ordonnance adoptée le 07 juin 2007,publiée au Moniteur belge le 11 juillet 2007 entrée en vigueur prévue juillet 2008 1. POURQUOI

Plus en détail

Réhabilitation basse consommation à destination des ménages en difficulté

Réhabilitation basse consommation à destination des ménages en difficulté CAHIER PRATIQUE Réhabilitation basse consommation à destination des ménages en difficulté CAHIER PRATIQUE Réhabilitation basse consommation à destination des ménages en difficulté prix : 15 TTC ISBN :

Plus en détail

FORMATION BATIMENT DURABLE : PASSIF ET (TRES) BASSE ENERGIE

FORMATION BATIMENT DURABLE : PASSIF ET (TRES) BASSE ENERGIE FORMATION BATIMENT DURABLE : PASSIF ET (TRES) BASSE ENERGIE Journée 3.1 Systèmes : Introduction Piotr Wierusz-Kowalski PRINTEMPS 2015 p.kowalski@mkengineering.be www.mkengineering.be 2 OBJECTIF(S) DE LA

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Bruxelles Environnement LA REGLEMENTATION CHAUFFAGE PEB Jean de Cambry Facilitateur Bâtiment Durable Objectifs de la présentation «Arrêté chauffage» =? Et vous là-dedans?

Plus en détail

«REHABILITATION OU MISE EN PLACE DE SYSTEMES DE VENTILATION PERFORMANTS DANS LE CADRE DE REHABILITATION THERMIQUE D'IMMEUBLES COLLECTIFS EXISTANTS»

«REHABILITATION OU MISE EN PLACE DE SYSTEMES DE VENTILATION PERFORMANTS DANS LE CADRE DE REHABILITATION THERMIQUE D'IMMEUBLES COLLECTIFS EXISTANTS» 1 «REHABILITATION OU MISE EN PLACE DE SYSTEMES DE VENTILATION PERFORMANTS DANS LE CADRE DE REHABILITATION THERMIQUE D'IMMEUBLES COLLECTIFS EXISTANTS» Contexte et Enjeux Les systèmes de ventilation dans

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires 22 octobre 2011 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 9 sur 170 Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT

Plus en détail

Programme de formation Quali PAC

Programme de formation Quali PAC Programme de formation Quali PAC Objectif du stage : Acquérir les bases permettant le dimensionnement, la conception et la mise en œuvre d installations de PAC qualitatives, dans une logique de développement

Plus en détail

OFFRE DE FORMATIONS 2015

OFFRE DE FORMATIONS 2015 Centre de Ressources, d Accompagnement et de Formations pour la Construction Durable et la Performance Énergétique en Aquitaine 159 Avenue de l alouette 33700 Mérignac OFFRE DE FORMATIONS 2015 LA CDPEA

Plus en détail

CHAUDIÈRES DOMESTIQUES, POÊLES ET POMPES À CHALEUR

CHAUDIÈRES DOMESTIQUES, POÊLES ET POMPES À CHALEUR CHAUDIÈRES DOMESTIQUES, POÊLES ET POMPES À CHALEUR CHAUDIÈRES DOMESTIQUES, POÊLES ET POMPES À CHALEUR Sommaire CHAUDIÈRES DOMESTIQUES ET POÊLES VOUS SOUHAITEZ INSTALLER UNE CHAUDIÈRE OU UN POÊLE Choisir,

Plus en détail

EEC.11 - Conception de base en mécanique du bâtiment Compétences formulées en objectifs et standards

EEC.11 - Conception de base en mécanique du bâtiment Compétences formulées en objectifs et standards EEC.11 - Conception de base en mécanique du bâtiment Compétences formulées en objectifs et standards Table des matières Code et titre de compétence Page 01UJ Analyser la fonction de travail...3 AE3A Analyser

Plus en détail

La Garantie de Performance Energétique

La Garantie de Performance Energétique Plan Bâtiment Durable La Garantie de Performance Energétique Maître Michel Huet - Michel Jouvent 23 avril 2013 Lettre de mission de Philippe Pelletier en date du 19 novembre 2012 à Maître Michel Huet Michel

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Les techniques (chaleur, ventilation, ECS): conception et régulation Bruxelles Environnement Systèmes d émission de chaleur : principes et enjeux Raphaël Capart ICEDD asbl

Plus en détail

RT 2012 L essentiel des solutions Delta Dore

RT 2012 L essentiel des solutions Delta Dore L essentiel des solutions Delta Dore Affichage des s Gestion du chauffage Ce qu il faut retenir un nouveau challenge pour toute la filière du bâtiment La RT (réglementation thermique) 2012 vise à limiter

Plus en détail

> Conseils - Etudes Thermiques - Coordination et suivi de chantier

> Conseils - Etudes Thermiques - Coordination et suivi de chantier > Conseils - Etudes Thermiques - Coordination et suivi de chantier Conseil Le conseil auprès : - Des investisseurs - Des installateurs - Des architectes et bâtisseurs Etude Une étude personnalisée pour

Plus en détail

Présentation ETS5. Le standard mondial pour la gestion technique des bâtiments résidentiels et tertiaires. L efficacité énergétique

Présentation ETS5. Le standard mondial pour la gestion technique des bâtiments résidentiels et tertiaires. L efficacité énergétique Le standard mondial pour la gestion technique des bâtiments résidentiels et tertiaires L efficacité énergétique Présentation ETS5 16 octobre 2014 Lyon / 10h Les Enjeux Enjeux du bâtiment de demain Le Bâtiment

Plus en détail

La procédure de demande de travaux immobiliers

La procédure de demande de travaux immobiliers La procédure de demande de travaux immobiliers Introduction L'Administration du Patrimoine Immobilier et des Infrastructures (en abrégé ADPI) assure la gestion, au sens large, du patrimoine immobilier

Plus en détail

CONVENTION DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC RELATIVE A L EXPLOITATION ET A L ENTRETIEN DU RESEAU DE CHAUFFAGE URBAIN DU MIRAIL VILLE DE TOULOUSE

CONVENTION DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC RELATIVE A L EXPLOITATION ET A L ENTRETIEN DU RESEAU DE CHAUFFAGE URBAIN DU MIRAIL VILLE DE TOULOUSE CONVENTION DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC RELATIVE A L EXPLOITATION ET A L ENTRETIEN DU RESEAU DE CHAUFFAGE URBAIN DU MIRAIL VILLE DE TOULOUSE Modèle de Police d Abonnement annexe 1 au Règlement de Service

Plus en détail

Construire un logement en respectant la RT2012

Construire un logement en respectant la RT2012 Construire un logement en respectant la RT2012 Mise à jour décembre 2012 Introduction La règlementation Thermique 2012 est entrée en vigueur en octobre 2011 pour les logements situés en zone ANRU. Elle

Plus en détail

AGIR et Rénover + ACCOMPAGNER LES PROJETS DE RENOVATION ENERGETIQUE «PERFORMANTS» ACCOMPAGNER LES PROFESSIONNELS POUR DES PROJETS «PERFORMANTS»

AGIR et Rénover + ACCOMPAGNER LES PROJETS DE RENOVATION ENERGETIQUE «PERFORMANTS» ACCOMPAGNER LES PROFESSIONNELS POUR DES PROJETS «PERFORMANTS» La Région Provence-Alpes-Côte d Azur a mis en place une expérimentation qui a deux volets : - volet «grand public» : aider les ménages à améliorer les performances énergétiques et le confort de leur logement,

Plus en détail

Obligations et points règlementaires

Obligations et points règlementaires Travaux d économie d énergie A quoi s attendre en copropriété? Obligations et points règlementaires Vendredi 15 novembre 2013 Vanessa BARO Obligation : Audit Energétique / Diagnostic de Performance Energétique

Plus en détail

CONCOURS PASSIF DURABLE 2013-2015. Accompagnement des écoles techniques et professionnelles vers la construction durable

CONCOURS PASSIF DURABLE 2013-2015. Accompagnement des écoles techniques et professionnelles vers la construction durable CONCOURS PASSIF DURABLE 2013-2015 Accompagnement des écoles techniques et professionnelles vers la construction durable Introduction Le Centre de Référence professionnelle bruxellois pour le secteur de

Plus en détail

Construire un logement en respectant la RT2012

Construire un logement en respectant la RT2012 Construire un logement en respectant la RT2012 Mise à jour août 2013 Fiche réalisée par l ALE de l agglomération lyonnaise - TD Introduction La règlementation Thermique 2012 s applique à tous les logements

Plus en détail

La rénovation thermique des bâtiments résidentiels

La rénovation thermique des bâtiments résidentiels La rénovation thermique des bâtiments résidentiels Audit énergétique et accompagnement 17 septembre 2010 Horus étude et conseil 1 Contexte La réduction des consommations énergétiques des bâtiments existants

Plus en détail

Maîtrise de l étanchéité à l air - le rôle d un bureau d études -

Maîtrise de l étanchéité à l air - le rôle d un bureau d études - Maîtrise de l étanchéité à l air - le rôle d un bureau d études - Mardi 20 Novembre 2012 EURECA sprl Matthieu BOURGEOIS www.eureca-net.be info@eureca-net.be 0478 96 86 07 / 0486 90 80 07 Rue Petit Babin,

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation durable: aperçu Bruxelles Environnement

Formation Bâtiment Durable : Rénovation durable: aperçu Bruxelles Environnement Formation Bâtiment Durable : Rénovation durable: aperçu Bruxelles Environnement APPROCHE DU BÂTIMENT DURABLE À TRAVERS L ÉNERGIE. Anne-Laure MAERCKX CENERGIE Objectif(s) de la présentation Présenter les

Plus en détail

ERGDOM. Gestionnaire d énergie auto configurable pour l habitat et le petit tertiaire. Évolution du concept

ERGDOM. Gestionnaire d énergie auto configurable pour l habitat et le petit tertiaire. Évolution du concept ERGDOM Gestionnaire d énergie auto configurable pour l habitat et le petit tertiaire Évolution du concept Lauréat à l appel d offre «Bâtiment 2010» en 2002 1 ERGDOM : Rappel du concept EDF et le LAAS collaborent

Plus en détail

LA REHABILITATION ENERGETIQUE EN COPROPRIETE Par J. MICHET ENERA Conseil

LA REHABILITATION ENERGETIQUE EN COPROPRIETE Par J. MICHET ENERA Conseil LA REHABILITATION ENERGETIQUE EN COPROPRIETE Par J. MICHET ENERA Conseil Aspects réglementaires : RT Eléments par éléments, RT Existant, Décret 2012-111 : Réalisation audit énergétique pour les grandes

Plus en détail

télégestion audit sens-e SIMPLIFIER LA GESTION DE VOS ÉNERGIES SOLUTIONS D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE

télégestion audit sens-e SIMPLIFIER LA GESTION DE VOS ÉNERGIES SOLUTIONS D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE télégestion SIMPLIFIER LA GESTION DE VOS ÉNERGIES audit sens-e SOLUTIONS D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE SOLUTIONS D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE La télégestion, clé d une stratégie énergétique de pointe En tant que

Plus en détail

JOURNAL DE COORDINATION (Suivant l AR du 25.01.01 et ses addenda concernant les Chantiers Temporaires ou Mobiles)

JOURNAL DE COORDINATION (Suivant l AR du 25.01.01 et ses addenda concernant les Chantiers Temporaires ou Mobiles) JOURNAL DE COORDINATION (Suivant l AR du 25.01.01 et ses addenda concernant les Chantiers Temporaires ou Mobiles) MAITRE DE L OUVRAGE Place du Chapitre, 2 7000 Mons COORDINATEUR SECURITE SANTE CoRePro

Plus en détail

JORF n 0301 du 28 décembre 2007. texte n 5 ARRETE

JORF n 0301 du 28 décembre 2007. texte n 5 ARRETE JORF n 0301 du 28 décembre 2007 texte n 5 ARRETE Arrêté du 21 septembre 2007 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments neufs en France métropolitaine NOR: DEVU0763823A Le ministre

Plus en détail

VENTILATION ) 01 46 83 60 80. CESC, organisme de formation déclaré sous le n 52 85 01378 85 Cet enregistrement ne vaut pas agrément de l Etat

VENTILATION ) 01 46 83 60 80. CESC, organisme de formation déclaré sous le n 52 85 01378 85 Cet enregistrement ne vaut pas agrément de l Etat VENTILATION 102 ) 01 46 83 60 80 CESC, organisme de formation déclaré sous le n 52 85 01378 85 Cet enregistrement ne vaut pas agrément de l Etat VENTILATION CLIMATISATION ET VENTILATION Guide de choix

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES FUTURAN F920

CAHIER DES CHARGES FUTURAN F920 Installation de chantier CAHIER DES CHARGES FUTURAN F920 1 Destinataires Les chauffagistes, les ventilistes & les plombiers professionnels 2 La chambre technique a. Le local accueillant le système FUTURAN

Plus en détail

Location ou acquisition d immeubles destinés à accueillir du personnel de la Communauté française et leurs hôtes.

Location ou acquisition d immeubles destinés à accueillir du personnel de la Communauté française et leurs hôtes. Note à Monsieur Léon ZAKS, Administrateur général. Administration générale de l Infrastructure. Votre lettre du Vos références Nos références Annexes MT/MT/SIPPT/200802444RA.9980 Objet : Sécurité: Location

Plus en détail

L IMMOBILIER DURABLE en tertiaire neuf et dans l existant Quelles solutions? Quels coûts?

L IMMOBILIER DURABLE en tertiaire neuf et dans l existant Quelles solutions? Quels coûts? L IMMOBILIER DURABLE en tertiaire neuf et dans l existant Quelles solutions? Quels coûts? Colloque Sorbonne Immo-RICS 23 juin 2010 23/06/2010 1 SOMMAIRE 1. 1. L Immobilier Durable Quelles définitions?

Plus en détail

Bâtiments - Infrastructures

Bâtiments - Infrastructures 93 CONCEPTEUR D OUVRAGE ET D ÉQUIPEMENT Code : INF01 Concepteur d ouvrage et d équipement FPEINF01 Il conduit ou participe à des opérations d infrastructures dans le cadre de la réalisation d opérations

Plus en détail

VISUBAT Votre partenaire BIM

VISUBAT Votre partenaire BIM VISUBAT Votre partenaire BIM MODÉLISATION BIM - AUDIT DE STRUCTURE - BIM MANAGER - BIM COORDINATEUR - AMO BIM - ACCOMPAGNEMENT des entreprises - MISE À NIVEAU de projets - SERVICE D ANALYSE du modele BIM

Plus en détail

DERBI 2008 Perpignan. Hervé GILLI. Responsable du Pôle Habitat Grand Sud

DERBI 2008 Perpignan. Hervé GILLI. Responsable du Pôle Habitat Grand Sud DERBI 2008 Perpignan Hervé GILLI Responsable du Pôle Habitat Grand Sud Premières conclusions du Grenelle de l Environnement (COMOP 1) : Dès 2010 : niveau d exigence du label «Très Haute Performance Énergétique»

Plus en détail

E.D.I. La garantie d une expérience au service de la qualité et du juste prix. Votre expert depuis plus de 10 ans dans les diagnostics immobiliers.

E.D.I. La garantie d une expérience au service de la qualité et du juste prix. Votre expert depuis plus de 10 ans dans les diagnostics immobiliers. La garantie d une expérience au service de la qualité et du juste prix Votre expert depuis plus de 10 ans dans les diagnostics immobiliers. 1 Le DPE 2011, comment ça marche? 2 Un DPE à quoi ça sert? Un

Plus en détail

Matinée technique 24 novembre 2011. Régulation et Gestion Technique. Gisements et Enjeux

Matinée technique 24 novembre 2011. Régulation et Gestion Technique. Gisements et Enjeux Matinée technique 24 novembre 2011 Régulation et Gestion Technique Bâtiment Gisements et Enjeux Gisements et Enjeux - constat Communes du Pays de Rennes adhérentes au Conseil en Energie Partagé soit 49

Plus en détail

«CHAUDIERES PERFORMANTES (STANDARD HAUT RENDEMENT, BASSE TEMPERATURE, CONDENSATION) AVEC REGULATION PERFORMANTE» Contexte Enjeux

«CHAUDIERES PERFORMANTES (STANDARD HAUT RENDEMENT, BASSE TEMPERATURE, CONDENSATION) AVEC REGULATION PERFORMANTE» Contexte Enjeux 1 «CHAUDIERES PERFORMANTES (STANDARD HAUT RENDEMENT, BASSE TEMPERATURE, CONDENSATION) AVEC REGULATION PERFORMANTE» Contexte Enjeux Dans le cadre de la réhabilitation d une chaufferie d un bâtiment tertiaire

Plus en détail

Comment rénover un immeuble de bureaux pour répondre aux critères passifs? 06-11-2013. Le rôle de la simulation pour tendre vers l optimum

Comment rénover un immeuble de bureaux pour répondre aux critères passifs? 06-11-2013. Le rôle de la simulation pour tendre vers l optimum Comment rénover un immeuble de bureaux pour répondre aux critères passifs? Le rôle de la simulation pour tendre vers l optimum Pacot Pierre-Emmanuel, M&R Engineering Agenda Exigences passives en rénovation

Plus en détail

Gestion Technique du Bâtiment & Protocole KNX. Vs Performance Energétique et Bâtiments Passifs et à Energie Positive

Gestion Technique du Bâtiment & Protocole KNX. Vs Performance Energétique et Bâtiments Passifs et à Energie Positive Gestion Technique du Bâtiment & Protocole KNX Vs Performance Energétique et Bâtiments Passifs et à Energie Positive Bureau d études créé en 2011 et axé sur l intégration du Développement Durable et de

Plus en détail

AUDIT ENERGETIQUE. Selon la norme EN 16247-1 et 16247-2 : méthodes de référence d'audit énergétique pour le domaine du bâtiment

AUDIT ENERGETIQUE. Selon la norme EN 16247-1 et 16247-2 : méthodes de référence d'audit énergétique pour le domaine du bâtiment AUDIT ENERGETIQUE Selon la norme EN 16247-1 et 16247-2 : méthodes de référence d'audit énergétique pour le domaine du bâtiment Introduction L audit énergétique a pour but d identifier des opportunités

Plus en détail

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012...

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012... Sommaire Qu est-ce que la RT 2012... 3 Consommation énergétique... 4 Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8 Les avantages de la RT 2012... 9 En résumé... 10 En Résumé Qu est-ce que la RT 2012? Cette

Plus en détail

BATIMENT TRAVAUX PUBLIC S.A.S au Capital de 500 000. Tél : 04 90 60 00 94 - Fax : 04 90 63 05 01. Manuel Qualité

BATIMENT TRAVAUX PUBLIC S.A.S au Capital de 500 000. Tél : 04 90 60 00 94 - Fax : 04 90 63 05 01. Manuel Qualité BATIMENT TRAVAUX PUBLIC S.A.S au Capital de 500 000 Tél : 04 90 60 00 94 - Fax : 04 90 63 05 01 Manuel Qualité Préambule La note ci jointe décrit les engagements de la société vis-à-vis des procédures

Plus en détail

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE DES BÂTIMENTS

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE DES BÂTIMENTS LA PERFORMANCE ENERGETIQUE DES BÂTIMENTS Présentation générale du cadre juridique européen et régional Thomas HAUZEUR 15 septembre 2011 PEB en UE: Directive 2002/91/CE Premier cadre harmonisé en matière

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation durable : aperçu

Formation Bâtiment Durable : Rénovation durable : aperçu Formation Bâtiment Durable : Rénovation durable : aperçu Bruxelles Environnement PROCÉDURE DE GESTION Liesbet TEMMERMAN cera a asbl Objectif(s) de la présentation Introduire les rubriques du thème «MAN

Plus en détail

Séminaire Bâtiment Durable Construire en équipe: qualité, efficacité, rapidité. Bruxelles Environnement

Séminaire Bâtiment Durable Construire en équipe: qualité, efficacité, rapidité. Bruxelles Environnement 1 Séminaire Bâtiment Durable Construire en équipe: qualité, efficacité, rapidité Bruxelles Environnement Le processus participatif dans les projets tertiaires: Impliquer les futurs occupants pour un projet

Plus en détail

Intégrateur en rénovation

Intégrateur en rénovation Intégrateur en rénovation 5 ème Européen 3 ème National 14 Md Chiffre d affaires 2011 CONSTRUCTION TRAVAUX PUBLICS ÉNERGIE CONSTRUCTION METALLIQUE CONCESSIONS CONSTRUCTION 22% 28% 23% 6% 16% DGGN 70 000

Plus en détail

La ventilation en rénovation r Exemple de mise en place dans deux bâtiments exemplaires de bureaux : Mundo B / Mundo-Namur.

La ventilation en rénovation r Exemple de mise en place dans deux bâtiments exemplaires de bureaux : Mundo B / Mundo-Namur. La ventilation en rénovation r : Exemple de mise en place dans deux bâtiments exemplaires de bureaux : Mundo B / Mundo-Namur Octobre 2010 Introduction Il s agit de présenter ici le point de vue d un maître

Plus en détail

L EXPERIENCE FAIT METHODE

L EXPERIENCE FAIT METHODE Restitution de l atelier du 25 mai 2010 Rapporteur : Guy Thomasset, maire de Limeuil L EXPERIENCE FAIT METHODE ENERGIES ET BATIMENTS PUBLICS DÉROULEMENT DE L ATELIER Apports techniques : BBC, Negawatt,

Plus en détail

VMC Gaz existante : certificats et attestation

VMC Gaz existante : certificats et attestation avril 2006 VMC Gaz existante : certificats et attestation Toutes les VMC Gaz en service doivent faire l'objet d'un contrat d'entretien écrit et conclu entre le gestionnaire de l'immeuble d'une société

Plus en détail

IDES. Engineering. Procédure d avis énergétique Dossier explicatif

IDES. Engineering. Procédure d avis énergétique Dossier explicatif Procédure d avis énergétique Dossier explicatif Faire évaluer son logement Contexte En janvier 2003, l Union européenne a adopté une directive /0#1)/234'5)6(1#7.&'801 relative à la performance énergétique

Plus en détail

CAP d Installateur thermique RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES PRÉSENTATION DES FONCTIONS ET TACHES

CAP d Installateur thermique RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES PRÉSENTATION DES FONCTIONS ET TACHES PRÉSENTATION DES FONCTIONS ET TACHES ACTIVITES : Les activités sont à développer lors de la réalisation d un ouvrage ou d une installation simple 1) Préparation / Organisation 1- Prendre connaissance du

Plus en détail

LA CONSOMMATION MAXIMALE D ENERGIE PRIMAIRE LE BESOIN BIOCLIMATIQUE

LA CONSOMMATION MAXIMALE D ENERGIE PRIMAIRE LE BESOIN BIOCLIMATIQUE LA CONSOMMATION MAXIMALE D ENERGIE PRIMAIRE Des équipements performants pour une consommation d énergie réduite Ventilation performante (naturelle, naturelle assistée, simple flux, double flux...) Energies

Plus en détail

Les Mercredis de l info

Les Mercredis de l info Les Mercredis de l info Loos-en-Gohelle L éco-transition de l environnement construit en Région de Bruxelles-Capitale: L INTEGRATION DE CRITERES ENVIRONNEMENTAUX LIESBET TEMMERMAN architecte, chercheure

Plus en détail

La Gestion Technique de Bâtiment Pour des bâtiments intelligents

La Gestion Technique de Bâtiment Pour des bâtiments intelligents La Gestion Technique de Bâtiment Pour des bâtiments intelligents Un levier important de la réduction des consommations d un bâtiment est la bonne gestion de ses équipements. En effet, la façon dont un

Plus en détail

Vous avez organisé et programmé une Séquence d'evaluation. L apprenti en a été informé à l'avance.

Vous avez organisé et programmé une Séquence d'evaluation. L apprenti en a été informé à l'avance. UTILISATION DU CARNET DE CONTROLE EN COURS DE FORMATION Vous avez organisé et programmé une Séquence d'evaluation. L apprenti en a été informé à l'avance. 1. Choisissez 2 fiches parmi celles qui vous sont

Plus en détail

LICENCE PRO. IUT de Bordeaux. Maîtrise de l énergie et confort dans le bâtiment

LICENCE PRO. IUT de Bordeaux. Maîtrise de l énergie et confort dans le bâtiment LICENCE PRO IUT de Bordeaux Maîtrise de l énergie et confort dans le bâtiment Qu est-ce que la maîtrise de l énergie et du confort? La maîtrise de l énergie et du confort est un enjeu majeur de tous les

Plus en détail

EXPOSANTS & PARTENAIRES

EXPOSANTS & PARTENAIRES EXPOSANTS & PARTENAIRES construire & rénover CONSOMMATION MINIMUM CONFORT MAXIMUM TOUR & TAXIS BRUXELLES 12 13 14 SEP 14 Journée réservée aux professionnels toutes les infos sur PASSIVEHOUSE.BE À PROPOS

Plus en détail

Concours 2012 «Bâtiments basse consommation d énergie en Languedoc-Roussillon»

Concours 2012 «Bâtiments basse consommation d énergie en Languedoc-Roussillon» Concours 2012 «Bâtiments basse consommation d énergie en Languedoc-Roussillon» Céline VACHEY ADEME 1er décembre 2011 Quel bilan depuis 2007? 240 dossiers déposés 95 lauréats Tertiaire (36) Associations

Plus en détail

Utilités Energétiques et Techniques des Bâtiments Tertiaires et de l'industrie

Utilités Energétiques et Techniques des Bâtiments Tertiaires et de l'industrie Ingénierie Conseils en Maintenance, Etudes de Productivité et Benchmarking Energies Utilités Energétiques et Techniques des Bâtiments Tertiaires et de l'industrie IMPACT DU DEVELOPPENT DURABLE SUR LA CONCEPTION

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Outils de diagnostic pour la rénovation

Formation Bâtiment Durable : Outils de diagnostic pour la rénovation Formation Bâtiment Durable : Outils de diagnostic pour la rénovation Bruxelles Environnement Le «Conseiller» Energie : partage d expériences Nicolas VANDERNOOT Centre Urbain / ABEA Objectifs de la présentation

Plus en détail

F O R M A T I O N S 2011-2 0 1 2 C O N S T R U C T I O N D U R A B L E

F O R M A T I O N S 2011-2 0 1 2 C O N S T R U C T I O N D U R A B L E F O R M A T I O N S 2011-2 0 1 2 C O N S T R U C T I O N D U R A B L E Charline Boyer 02 545 58 35 charline.boyer@confederationconstruction.be M O D U L E S G É N É R A U X I N I T I A T I O N S 1. E CO-

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique: détails techniques Bruxelles Environnement LA VENTILATION HYGIÉNIQUE François LECLERCQ et Thomas LECLERCQ MATRIciel sa Bilan énergétique

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Conception et régulation des systèmes techniques (chaleur, HVAC, ECS)

Formation Bâtiment Durable : Conception et régulation des systèmes techniques (chaleur, HVAC, ECS) Formation Bâtiment Durable : Conception et régulation des systèmes techniques (chaleur, HVAC, ECS) Bruxelles Environnement LE CHOIX DES SYSTÈMES DE PRODUCTION DE CHALEUR ET D ECS DANS LES LOGEMENTS INDIVIDUELS

Plus en détail

PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE. Pour la gestion durable de votre patrimoine immobilier

PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE. Pour la gestion durable de votre patrimoine immobilier PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE Pour la gestion durable de votre patrimoine immobilier Vos Enjeux Acteurs du marché de l immobilier, la performance énergétique est pour vous un enjeu économique, écologique et

Plus en détail

La qualité de l'air intérieur... Pourquoi? Comment? Avec Qui? Qualité de l'air : les enjeux

La qualité de l'air intérieur... Pourquoi? Comment? Avec Qui? Qualité de l'air : les enjeux La qualité de l'air intérieur... Pourquoi? Comment? Avec Qui? Nicolas BLONDET, Prescripteur habitat ALDES représentant UNICLIMA Qualité de l'air : les enjeux 4 juillet 2013 Toulouse Attestation acoustique

Plus en détail

FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES

FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES Introduction Les réglementations PEB régionales prennent en compte des consommations énergétiques pour le refroidissement. En outre, les réglementations d

Plus en détail

Bâtiment ÉLECTRICIEN

Bâtiment ÉLECTRICIEN Bâtiment ÉLECTRICIEN ÉLECTRICIEN L électricien effectue tous les travaux d installations électriques et de raccordement d appareils électriques dans diverses spécialités : éclairage, confort thermique,

Plus en détail

CHAUFFAGE / VENTILATION / CLIMATISATION DESENFUMAGE RESEAU D INCENDIE ARMEE (R.I.A.) PLOMBERIE / SANITAIRES

CHAUFFAGE / VENTILATION / CLIMATISATION DESENFUMAGE RESEAU D INCENDIE ARMEE (R.I.A.) PLOMBERIE / SANITAIRES OFFRES DE STAGE SECTEUR / REGION 13 / 59 / 33 / 69 GENIE CLIMATIQUE GENIE CIVIL ADMINISTRATIF CHAUFFAGE / VENTILATION / CLIMATISATION DESENFUMAGE RESEAU D INCENDIE ARMEE (R.I.A.) PLOMBERIE / SANITAIRES

Plus en détail

Visuels de références

Visuels de références Visuels de références ENERCOBAT SARL Siège: 640 route du Martelet 74300 Châtillon sur Cluses 04 50 96 02 14 Centre Technique : 3 rue du pré Bénévix 74300 Cluses 04 50 34 79 48 / 06 33 33 44 49 www.enercobat.com

Plus en détail

Classification des actions d efficacité énergétique

Classification des actions d efficacité énergétique Gestion active des bâtiments Classification des actions d efficacité énergétique dans le cadre de la rénovation des bâtiments existants Les bâtiments représentent à eux seuls 43% de la consommation d énergie

Plus en détail

6, Rue Grolée 69289 LYON Cédex 02 Téléphone : 04-72-32-56-00 Télécopie : 04-78-38-37-85. Ind Etabli par Approuvé par Date Objet de la révision

6, Rue Grolée 69289 LYON Cédex 02 Téléphone : 04-72-32-56-00 Télécopie : 04-78-38-37-85. Ind Etabli par Approuvé par Date Objet de la révision Département de l'indre et Loire COMMUNAUTE DE COMMUNES GATINE-ET-CHOISILLES ZAC POLAXIS STATION DE TRAITEMENT DES EAUX USEES PIECE 1.8 CADRE DU SCHEMA D ORGANISATION DU PLAN D ASSURANCE QUALITE (SOPAQ)

Plus en détail