Formation Bâtiment Durable : Suivi et monitoring des bâtiments durables

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Formation Bâtiment Durable : Suivi et monitoring des bâtiments durables"

Transcription

1 Formation Bâtiment Durable : Suivi et monitoring des bâtiments durables Bruxelles Environnement INTRODUCTION : FACTEURS DETERMINANTS POUR LA GESTION DES BATIMENTS DURABLES Thomas DEVILLE Cenergie cvba

2 Objectif(s) de la présentation Présenter les facteurs déterminants à prendre en compte pour permettre une bonne gestion Présenter les démarches et outils permettant d optimiser la gestion du bâtiment Présenter les enjeux du monitoring dans les bâtiments durables 2

3 Introduction Bâtiment durable = 9 thèmes Gestion d un bâtiment durable fait partie du thème Gestion du projet, chantier, bâtiment et est axée principalement sur les thèmes: Energie Eau Confort et Santé 3

4 Plan de l exposé Information aux occupants / utilisateurs Aspects techniques Dossier d Intervention Ultérieure Réglage et entretien des installations Monitoring Que monitorer, que suivre? Pourquoi monitorer? Facteurs déterminants du monitoring / suivi 4

5 Plan de l exposé Information aux occupants / utilisateurs Aspects techniques Dossier d Intervention Ultérieure Réglage et entretien des installations Monitoring Que monitorer, que suivre? Pourquoi monitorer? Facteurs déterminants du monitoring / suivi 5

6 Information aux occupants / utilisateurs Intégrer les futurs utilisateurs dans le processus de conception Habitants de logements Occupants de bâtiments tertiaires Ils sont informés des enjeux globaux du projet et peuvent intervenir en connaissance de cause Créer une dynamique/cohésion de groupe qui pourra perdurer une fois le projet réalisé: Entraide Partage de connaissances Séance de travail réunissant les maîtres d ouvrage d un habitat groupé et l équipe de conception - Source : site internet du projet Batex Brutopia [097_Brutopia] 6

7 Information aux occupants / utilisateurs Intégration au processus de conception : Hautement souhaitable mais pas toujours réalisable Futurs occupants / utilisateurs pas toujours voire rarement connus Nombreux intervenants potentiels Intérêt des futurs occupants pour la question? Information pas toujours transmissible en amont mais il faut passer le relais à un moment. Quand? Comment? 7

8 Information aux occupants / utilisateurs Quand transmettre l information? Au gestionnaire : En général: échange de dernière minute, quand le gestionnaire commence à intervenir (réception du bâtiment). Intérêt d échanger plus tôt : Gestionnaire peut donner son avis en amont, élaboration du projet (en partie) en fonction de ses compétences et de ses connaissances techniques Limiter la perte d information en cours de route, échanges directs entre concepteurs et gestionnaire (échange technicien technicien) 8

9 Information aux occupants / utilisateurs Quand transmettre l information? Aux occupants : En général : occupants peu ou mal informés ( on dit, mauvais compréhension d informations transmises de manière partielle, ) NB. Si problèmes au moment de la mise en route du bâtiment, les occupants restent avec cette mauvaise impression. Surtout s ils ne sont pas (peu) informés. Information nécessaire, idéalement avant l emménagement. Séances d information Guide d utilisation 9

10 Information aux occupants / utilisateurs Comment? L information transmise doit être bien ciblée: claire et de qualité en relation avec le champs d action du public concerné d un niveau technique qui lui est accessible touchant à des thématiques qui le concernent Guide d utilisation Support papier facilement transmissible Elaboré par (en concertation avec) l équipe de conception A destination des occupants principalement Contenu et type de support: en fonction du projet et du public cible 10

11 Information aux occupants / utilisateurs Consulter les acteurs = un des facteurs de réussite pour une bonne occupation du bâtiment présentation de Steve Cailler Exemple du guide Comment habiter une maison passive? présentation de Donatienne Hermesse 11

12 Plan de l exposé Information aux occupants / utilisateurs Aspects techniques Dossier d Intervention Ultérieure Réglage et entretien des installations Monitoring Que monitorer, que suivre? Pourquoi monitorer? Facteurs déterminants du monitoring / suivi 12

13 Aspects techniques Dossier d intervention ultérieure (DIU) Dossier technique Imposé par l arrêté royal du 25/01/2011. Doit être remis à l acquéreur au moment de la signature de l acte de vente. Etabli par le coordinateur sécurité (si plusieurs entrepreneurs intervenants) ou par le MO( s il réalise lui-même les travaux) ou par l entrepreneur unique Objectif: assurer la sécurité des travailleurs amenés à intervenir ultérieurement dans le bâtiment. 13

14 Aspects techniques Dossier d intervention ultérieure (DIU) Contenu: éléments utiles en matière de sécurité et de santé à prendre en compte pour les éventuels futurs travaux (entretien, réparations, remplacements, ): Informations sur la structure Plans As-Built Eléments architecturaux, techniques et organisationnels qui concernent la réalisation, la maintenance et l entretien (Fiches techniques, instructions d entretien, ) Matériaux mis en oeuvre (voir aussi Annexe I partie C de l AR: 14

15 Plan de l exposé Information aux occupants / utilisateurs Aspects techniques Dossier d Intervention Ultérieure Réglage et entretien des installations Monitoring Que monitorer, que suivre? Pourquoi monitorer? Facteurs déterminants du monitoring / suivi 15

16 Aspects techniques - Réglage et entretien des installations Informations à transmettre au(x) gestionnaire(s) du bâtiment pour: que le bâtiment fonctionne de manière optimale et que ce fonctionnement optimal perdure En général, dossier As-built de l entrepreneur reprenant: Plans as-built (Stabilité, architecture et techniques) Schémas techniques: hydraulique, aéraulique, électrique, régulation Fiches techniques du matériel installé Quantité et type d informations fournies dans le dossier As-built en fonction du projet (taille, affectation, ) 16

17 Aspects techniques - Réglage et entretien des installations Rappel: consultation et information préalables du gestionnaire du bâtiment pour optimiser les chances d un bon suivi Principes de base d entretien des installations techniques à respecter, et selon les instructions des fabricants Exemples: Chauffage: entretien de la chaudière, bon fonctionnement des brûleurs, étanchéité des vannes, entretien des unités terminales, purge des corps de chauffe, 17

18 Aspects techniques - Réglage et entretien des installations Ventilation: remplacement des filtres, vérification de la tension des courroies du ventilateur, nettoyage des bouches, Climatisation: ECS: nettoyage des condenseurs, vérification de la charge en fluide frigo, entretien des unités terminales, vérification de l étanchéité des vannes, purgeurs, Eclairage: nettoyage des armatures, contrôle de la régulation, 18

19 Aspects techniques - Réglage et entretien des installations Informations supplémentaires pertinentes: Note de concept énergétique, si bâtiment HPE (passif, (très) basse énergie): Principes de conception du bâtiment au niveau énergétique informations sur les objectifs de performance informations sur les hypothèses prises en compte base pour l évaluation de l effacité énergétique effective du bâtiment 19

20 Aspects techniques - Réglage et entretien des installations Informations supplémentaires pertinentes: Note de concept énergétique [040_Aéropolis II: extraits de l étude de concept énergétique] 20

21 Aspects techniques - Réglage et entretien des installations Informations supplémentaires pertinentes: Note de régulation note établie par le bureau d étude (BE) cadre la régulation du bâtiment (installations techniques) outil précieux dans les bâtiments HPE (dérives importantes possibles si régulation inapproriée) paramétrage correct des installations à la base base pour»évaluation du paramétrage par l entrepreneur»mise en route des installations 21

22 Aspects techniques - Réglage et entretien des installations Informations supplémentaires pertinentes: Note de régulation [Greenbizz: extraits de la note de régulation: schéma de zonage HVAC régulation des protections solaires] 22

23 Aspects techniques - Réglage et entretien des installations Informations supplémentaires pertinentes: Note d entretien spécifique Surtout pour les systèmes particuliers, peu courants Exemple: Puits canadien sur le projet Aéropolis II» note d entretien réalisée par BE» transmise au gestionnaire du bâtiment» jointe au DIU Contenu:»Présentation du système»recommandations d entretien 23

24 Aspects techniques - Réglage et entretien des installations [040_Aéropolis II: extrait de la note d entretien du puits canadien 24

25 Aspects techniques - Réglage et entretien des installations Aspects réglementaires: PEB Arrêté Chauffage: 16 exigences dont la tenue d un carnet de bord (exigence 11)»= dossier rassemblant tous les documents ayant trait aux installations techniques» Contenu minimal fixé par la réglementation» autres documents tels que plans, schémas, croquis, conseillés 25

26 Aspects techniques - Réglage et entretien des installations Aspects réglementaires: PEB Arrêté Chauffage: Réception des systèmes Controle périodique des chaudières par un professionnel agréé Diagnostic des systèmes de chauffage Plus d informations sur l arrêté chauffage: onnels/informer.aspx?id=

27 Aspects techniques - Réglage et entretien des installations Aspects réglementaires: PEB Arrêté Clim: 9 exigences, dont la tenue d un carnet de bord (exigence 9) Controle périodique par un professionnel agréé Plus d informations sur l arrêté Clim: ls/informer.aspx?id=

28 Plan de l exposé Information aux occupants / utilisateurs Aspects techniques Dossier d Intervention Ultérieure Réglage et entretien des installations Monitoring Que monitorer, que suivre? Pourquoi monitorer? Facteurs déterminants du monitoring / suivi 28

29 Que monitorer, que suivre? Bâtiment durable = 9 thèmes Monitoring principalement sur: Consommations énergétiques du bâtiment Consommations d eau du bâtiment Suivi du confort dans le bâtiment Autres suivis/monitorings spécifiques possibles, mais moins fréquents : consommations du chantier, teneurs en COV, 29

30 Pourquoi monitorer? Objectifs de conception Performances énergétiques du bâtiment ((très) basse énergie, passif, NZEB ) Niveau de confort vs réalité de l exécution et de l utilisation Performances réelles des installations techniques Régulation des installations, adéquation avec les besoins Comportement et attentes des occupants ( Effet rebond ) 30

31 Pourquoi monitorer? Parfois (souvent ), réel fossé entre les consommations annoncées et les consommations réelles le niveau de confort visé et le niveau de confort atteint Sans suivi/monitoring, les causes de ces écarts sont très difficiles à expliquer et les problèmes difficiles à solutionner. 31

32 Facteurs déterminants du monitoring/suivi Un bon suivi commence par une bonne connaissance du projet/du bâtiment Travail en bouwteam L ensemble des acteurs travaille ensemble dès les prémisses du projet équipes pluridisciplinaires Partage de connaissances Echange d informations mieux organisé Permet une approche globale du projet projets robustes 32

33 Facteurs déterminants du monitoring/suivi Un bon suivi commence par une bonne connaissance du projet/du bâtiment Commissionning scope of information 33

34 Facteurs déterminants du monitoring/suivi Elargir le champ de prospection Intégrer les futurs utilisateurs dans le processus de conception Créer une dynamique/cohésion de groupe qui pourra perdurer une fois le projet réalisé Séance de travail réunissant les maîtres d ouvrage d un habitat groupé et l équipe de conception - Source : site internet du projet Batex Brutopia [097_Brutopia] 34

35 Facteurs déterminants du monitoring/suivi Mettre en place un suivi adéquat Quel monitoring pour mon bâtiment? 35

36 Facteurs déterminants du monitoring/suivi Type de monitoring influencé par le mode de gestion attendu pour le bâtiment la conception technique du projet Le mode de gestion dépend de L échelle du projet Petit projet individuel (maison unifamiliale, petit logement collectif) Projet moyen collectif (logement collectif, petits immeubles de bureaux, ) Grand projet (grands immeubles de bureaux, hôpitaux, ) [087_Rue de la Poste] [056_Rue des Deux Tours] [040_AéropolisII] 36

37 Facteurs déterminants du monitoring/suivi Le mode d occupation du bâtiment Locatif Implication plus limitée des occupants connaissance du bâtiment généralement moins conséquente qu avec des propriétaires gestion souvent via société externe (logements sociaux, par exemple) Acquisitif Implication des occupants : souhaitable dès phase de conception, si connus à ce stade Intérêt pour la connaissance du bâtiment et des techniques plus marqué qu en locatif Des connaissances / compétences du gestionnaire Connaissances techniques Connaissances des systèmes mis en place (commissionning) Attributions / rôle (temps disponible, parc immobilier à gérer, ) 37

38 Facteurs déterminants du monitoring/suivi La conception technique du projet Choix techniques éclairés Alimentés par les différents intervenants, leurs connaissances et leurs expériences (conception / exécution) Rappel : intérêt du travail en bouwteam Types d installations techniques Simplicité (complexité) des installations techniques Régulation Entretien Maintenance 38

39 Facteurs déterminants du monitoring/suivi Choix de conception des techniques Systèmes centralisés vs décentralisés Qui assure le suivi et l entretien? Nombre de prises de mesures Ex : système de ventilation dans le logement collectif Système centralisé Source: Matriciel Systèmes décentralisés 39

40 Facteurs déterminants du monitoring/suivi Monitoring des consommations Mise en place d une comptabilité énergétique et suivi des consommations Objectifs: Suivre l évolution des consommations dans le temps Analyser les performances des installations techniques Pointer les dérives, identifier leur(s) source(s) et y apporter des solutions 40

41 Facteurs déterminants du monitoring/suivi Monitoring des consommations Monitoring des consommations 41

42 Facteurs déterminants du monitoring/suivi Monitoring des consommations Plus de détails sur le monitoring énergétique et de confort lors des présentations de cet après-midi 42

43 Facteurs déterminants du monitoring/suivi Monitoring des consommations Aspects réglementaires: PEB Arrêté Chauffage: comptages énergétiques sur les chaudières comptages électriques sur les ventilateurs tenue d une comptabilité énergétique Arrêté Clim: le comptage simple ou double sur les installations de réfrigération le comptage électrique sur les tours de refroidissement le comptage électrique sur les ventilateurs la tenue d une comptabilité énergétique 43

44 Outils, sites internet, etc intéressants : Arrêté royal du 25/01/2001: Réglementation chauffage PEB: former.aspx?id=32599 Réglementation climatisation PEB: former.aspx?id=34630 Références Guide Bâtiment Durable et autres sources : Guide Bâtiment Durable: Fiches MAN00, ENE00, ENE10 Guides pratiques et outils : =32553 Cahiers de charge Maintenance URE et boîte à Outils URE: =

45 Ce qu il faut retenir de l exposé Différents aspects entrent en compte dans le suivi du bâtiment Aspects techniques Aspects humains Une bonne transmission des informations techniques est essentielle différents outils à utiliser La réglementation définit des exigences à respecter sur l entretien et le monitoring des installations techniques Il faut adapter le type de suivi au bâtiment Eviter un suivi trop complexe ou, au contraire, pas assez élaboré 45

46 Contact Thomas DEVILLE Responsable de projets : 02/

Formation Bâtiment Durable : Suivi et monitoring des bâtiments durables

Formation Bâtiment Durable : Suivi et monitoring des bâtiments durables Formation Bâtiment Durable : Suivi et monitoring des bâtiments durables Bruxelles Environnement INTRODUCTION : FACTEURS DETERMINANTS POUR LE SUIVI ET LE MONITORING Anne-Laure MAERCKX Cenergie cvba Objectif(s)

Plus en détail

Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB

Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB 1 Séminaire Bâtiment Durable: Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB 21 octobre 2014 Bruxelles Environnement LA REGLEMENTATION CHAUFFAGE PEB Alain BEULLENS, DPT CHAUFFAGE ET CLIM

Plus en détail

CONTEXTE ACTUEL: EVOLUTION VERS PLUS D IMPLICATION DES DIFFERENTS ACTEURS DANS LE PROJET

CONTEXTE ACTUEL: EVOLUTION VERS PLUS D IMPLICATION DES DIFFERENTS ACTEURS DANS LE PROJET 1 Construire en équipe: qualité, efficacité, rapidité! Bruxelles Environnement CONTEXTE ACTUEL: EVOLUTION VERS PLUS D IMPLICATION DES DIFFERENTS ACTEURS DANS LE PROJET Liesbet TEMMERMAN Facilitateur Bâtiment

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique: détails techniques Bruxelles Environnement LE SYSTÈME DE CHAUFFAGE ET LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE François LECLERCQ et

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : «Polluants intérieurs: comment les limiter?»

Formation Bâtiment Durable : «Polluants intérieurs: comment les limiter?» Formation Bâtiment Durable : «Polluants intérieurs: comment les limiter?» Bruxelles Environnement VENTILATION: DIAGNOSTICS ET DISPOSITIFS POUR GARANTIR LA QUALITÉ DE L AIR DANS LES ÉCOLES Catherine MASSART

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Bruxelles Environnement Assurer une bonne étanchéité à l air de l enveloppe dans les bâtiments neufs et en rénovation Aline Branders PLATE-FORME MAISON PASSIVE asbl

Plus en détail

Sommaire. Chauffage et PEB en Région wallonne

Sommaire. Chauffage et PEB en Région wallonne Chauffage et PEB en Région wallonne Exigences, enjeux, solutions techniques ir. Nicolas SPIES Conseiller énergie à la CCW Le 13 mai 2009 Sommaire 1. La conjoncture énergétique 2. Nouvelle réglementation

Plus en détail

Les maisons à énergie positive

Les maisons à énergie positive Conférence dans le cadre du projet VallEnergie Les maisons à énergie positive Attert, le 11 mars 2014 VallEnergie Atteindre l autonomie énergétique de la Vallée de l Attert belgo-luxembourgeoise gérée

Plus en détail

Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants

Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants PARCOURS COMPLET DE PROFESSIONNALISATION Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants proposer un ensemble de prestations liées à l amélioration de la performance thermique

Plus en détail

EXPOSANTS & PARTENAIRES

EXPOSANTS & PARTENAIRES EXPOSANTS & PARTENAIRES construire & rénover CONSOMMATION MINIMUM CONFORT MAXIMUM TOUR & TAXIS BRUXELLES 12 13 14 SEP 14 Journée réservée aux professionnels toutes les infos sur PASSIVEHOUSE.BE À PROPOS

Plus en détail

Fiches Techniques Bâtiment

Fiches Techniques Bâtiment Fiches Techniques Bâtiment Bâti Comment faire des économies? Aide Les déperditions par le bâti comptent jusqu à 50% de la consommation énergétique des bâtiments. La performance énergétique est donc une

Plus en détail

OUI OUI NON. Principalement circulateur de chauffage avec variateur de vitesse IEE 0,23 des logements individuels.

OUI OUI NON. Principalement circulateur de chauffage avec variateur de vitesse IEE 0,23 des logements individuels. PRIME ÉNERGIE E5 VARIATEUR DE FRÉQUENCE (dont circulateur de chauffage IEE 0,23) Décision du 11 décembre 2014 du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale d approbation du programme d exécution relatif

Plus en détail

1) Campagnes de mesures

1) Campagnes de mesures campagnes de mesures 1) Campagnes de mesures P.1... - Mesures sur 1 an et 3 mois d assistance à la mise au point des installations CVC sur 30 logement à Joues les Tours (37) P.2... - Mesures sur 3 mois

Plus en détail

Classification des actions d efficacité énergétique

Classification des actions d efficacité énergétique Gestion active des bâtiments Classification des actions d efficacité énergétique dans le cadre de la rénovation des bâtiments existants Les bâtiments représentent à eux seuls 43% de la consommation d énergie

Plus en détail

Enveloppe performante

Enveloppe performante Enveloppe performante Quelle approche pour le chauffagiste? Quel type de producteur de chaleur choisir? SANYDRO MAINTENANCE Enveloppe performante - quelle attitude 1 Structure exposé : 1/ Rappel : le surdimensionnement

Plus en détail

Pour professionnels de la climatisation : contrôleurs, technicien climatisation PEB

Pour professionnels de la climatisation : contrôleurs, technicien climatisation PEB La réglementation climatisation PEB Contenu technique à l attention des organismes de formation Module réglementaire Pour professionnels de la climatisation : contrôleurs, technicien climatisation PEB

Plus en détail

Bâtiment ÉLECTRICIEN

Bâtiment ÉLECTRICIEN Bâtiment ÉLECTRICIEN ÉLECTRICIEN L électricien effectue tous les travaux d installations électriques et de raccordement d appareils électriques dans diverses spécialités : éclairage, confort thermique,

Plus en détail

Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1

Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1 Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1 La réglementation Chauffage PEB en Région de Bruxelles Capitale: aujourd hui et demain Helpdesk Chauffage PEB /EPB Verwarming 03/10/2013 2 Agenda Introduction

Plus en détail

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES ARCHITECTURE ET CREATION Rue Jules Antheunis n 44/1-7030 MONS - Tél. : 065/36.46.07 & Fax : 065/35.50.09 -

Plus en détail

CADASTRE DU LOGEMENT SOCIAL. Avis du Comité permanent des Sociétés de Logement de Service public de l'union des Villes et Communes de Wallonie

CADASTRE DU LOGEMENT SOCIAL. Avis du Comité permanent des Sociétés de Logement de Service public de l'union des Villes et Communes de Wallonie CADASTRE DU LOGEMENT SOCIAL Avis du Comité permanent des Sociétés de Logement de Service public de l'union des Villes et Communes de Wallonie Les sociétés de logement de service public gèrent un parc de

Plus en détail

Les formations pour le bâtiment en Picardie

Les formations pour le bâtiment en Picardie 2nd semestre 2013 Les formations pour le bâtiment en Picardie ECONOMIE D ENERGIE NOUVELLES ENERGIES CONSTRUIRE DURABLEMENT DIRECTION D ENTREPRISE IFRB PICARDIE 33, Mail Albert 1er - CS 51 111-80011 AMIENS

Plus en détail

Chaudière à gaz à condensation

Chaudière à gaz à condensation Chaudière à gaz à condensation UltraGas Une technique de condensation au gaz avec l alufer breveté D une grande efficacité, combustion propre et facile à entretenir. 1 UltraGas (15-2000D). Vos avantages.

Plus en détail

La Gestion Technique de Bâtiment Pour des bâtiments intelligents

La Gestion Technique de Bâtiment Pour des bâtiments intelligents La Gestion Technique de Bâtiment Pour des bâtiments intelligents Un levier important de la réduction des consommations d un bâtiment est la bonne gestion de ses équipements. En effet, la façon dont un

Plus en détail

Lindab Poutres climatiques. Terminaux à eau. Avantages Larges gammes de poutres certifiées EUROVENT

Lindab Poutres climatiques. Terminaux à eau. Avantages Larges gammes de poutres certifiées EUROVENT lindab poutres Avantages Larges gammes de poutres certifiées EUROVENT Eco-énergétique Applications Tertiaires (bureaux, hôpitaux, hôtels...) Modularité et design Neuf et rénovation Simplicité de montage

Plus en détail

Formation «Bâtiment durable : ENERGIE»

Formation «Bâtiment durable : ENERGIE» Formation «Bâtiment durable : ENERGIE» PROGRAMME Lieu : BRUXELLES Pour tous, en fonction de l affectation du bâtiment : SOIT MODULE «DANS LE LOGEMENT INDIVIDUEL OU COLLECTIF < 10 UNITÉS)» (6 jours) SOIT

Plus en détail

Classification des actions d efficacité énergétique

Classification des actions d efficacité énergétique Gestion active des bâtiments Classification des actions d efficacité énergétique dans le cadre de la rénovation des bâtiments existants Les bâtiments représentent à eux seuls 4% de la consommation d énergie

Plus en détail

Obligations et points règlementaires

Obligations et points règlementaires Travaux d économie d énergie A quoi s attendre en copropriété? Obligations et points règlementaires Vendredi 15 novembre 2013 Vanessa BARO Obligation : Audit Energétique / Diagnostic de Performance Energétique

Plus en détail

D 4.5 : MONITORING AND EVALUATION REPORT FOR MOUNTEE PILOTS

D 4.5 : MONITORING AND EVALUATION REPORT FOR MOUNTEE PILOTS mountee: Energy efficient and sustainable building in European municipalities in mountain regions IEE/11/007/SI2.615937 D 4.5 : MONITORING AND EVALUATION REPORT FOR MOUNTEE PILOTS Nom du projet-pilote

Plus en détail

FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building

FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building Bruxelles - 13 avril 2011 David JUIN Chef de projet réglementation thermique Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement

Plus en détail

La terre comme source de chaleur: des solutions fiables.

La terre comme source de chaleur: des solutions fiables. ÉNERGIES RENOUVELABLES La terre comme source de chaleur: des solutions fiables. Pompes À chaleur SAUMURE eau pompes à chaleur eau eau Source d énergie inépuisable et efficace Rendement élevé et constant

Plus en détail

Visuels de références

Visuels de références Visuels de références ENERCOBAT SARL Siège: 640 route du Martelet 74300 Châtillon sur Cluses 04 50 96 02 14 Centre Technique : 3 rue du pré Bénévix 74300 Cluses 04 50 34 79 48 / 06 33 33 44 49 www.enercobat.com

Plus en détail

Chaudière à gaz à condensation UltraGas

Chaudière à gaz à condensation UltraGas Chaudière à gaz à condensation UltraGas Une technique de condensation au gaz avec l alufer breveté D une grande efficacité, combustion propre et facile à entretenir. 1 UltraGas (15-2000D) Vos avantages

Plus en détail

Passive House Institute

Passive House Institute Passive House Institute Dr. Wolfgang Feist Rheinstr. 44/46 D-64283 Darmstadt www.passiv.de Certification en tant que «Maison Passive certifiée» Critères pour les maisons passives en tant que bâtiment d

Plus en détail

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES?

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DOSSIER N 5 MARS 2013 DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFERENCES? POURQUOI RÉALISER UN DPE? Qui réalise un DPE? Le Diagnostic de Performance Energétique

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail

e point en recherche Transformez vos méthodes : charrettes sur la conception intégrée de bâtiments durables Introduction Juillet 2002

e point en recherche Transformez vos méthodes : charrettes sur la conception intégrée de bâtiments durables Introduction Juillet 2002 L e point en recherche Juillet 2002 Série technique 02-102 Transformez vos méthodes : charrettes sur la conception intégrée de bâtiments durables Introduction Dans le cadre d une charrette sur la conception

Plus en détail

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance.

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance. 9.5. PRODUCTION D EAU CHAUDE sanitaire Les équipements doivent être dimensionnés au plus juste en fonction du projet et une étude de faisabilité doit être réalisée pour les bâtiments collectifs d habitation

Plus en détail

CHAUDIÈRES À GAZ À CONDENSATION 3 À 114 KW

CHAUDIÈRES À GAZ À CONDENSATION 3 À 114 KW CHAUDIÈRES À GAZ À CONDENSATION 3 À 114 KW Rendement énergétique maximal et très faibles émissions grâce à une technologie de pointe à condenseur et à modulation ANS 2 CHAUDIÈRES À GAZ À CONDENSATION:

Plus en détail

Votre Stratégie Énergétique, Performante et Écologique, avec cette petite flamme en plus qui change tout!

Votre Stratégie Énergétique, Performante et Écologique, avec cette petite flamme en plus qui change tout! Votre Stratégie Énergétique, Performante et Écologique, avec cette petite flamme en plus qui change tout! «Nous n héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l empruntons à nos enfants» Antoine de Saint-Exupéry

Plus en détail

Etude de faisabilité

Etude de faisabilité Etude de faisabilité Modèle de cahier des charges pour chaufferie dédiée Ce modèle de cahier des charges d étude de faisabilité a été réalisé dans le cadre de la Mission Régionale Bois-Energie Il est un

Plus en détail

Les labels de rénovation thermique. Journée rénovation du patrimoine des Collectivités. Frédéric SAILLY

Les labels de rénovation thermique. Journée rénovation du patrimoine des Collectivités. Frédéric SAILLY Les labels de rénovation thermique Journée rénovation du patrimoine des Collectivités Frédéric SAILLY Les actions de l ARCAD/PQE sont financés par Quels labels en rénovation? Arrêté du 29 septembre 2009

Plus en détail

I LA PROFESSION. - Le nombre d entreprises de couverture est d environ 10 000, le nombre de salariés employés est d environ 30 000.

I LA PROFESSION. - Le nombre d entreprises de couverture est d environ 10 000, le nombre de salariés employés est d environ 30 000. Réferentiel des activités professionnelles INTRODUCTION I LA PROFESSION La couverture et les techniques du toit consistent à assurer l étanchéité des toitures (mettre hors d eau les différentes formes

Plus en détail

2010/2011 4 - GC La régulation Les principes de base Les organes de réglage

2010/2011 4 - GC La régulation Les principes de base Les organes de réglage 2010/2011 4 - GC La régulation Les principes de base Les organes de réglage La régulation Régulation = maintien d un paramètre à une valeur de consigne Chaîne de régulation Observation Détection d un écart

Plus en détail

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Tout coordonnateur SPS titulaire d une attestation de formation initiale. La réglementation : - les nouveaux

Plus en détail

L énergie de créer. EDF Entreprises vous accompagne pour vous aider à mieux choisir vos énergies et mieux maîtriser votre consommation.

L énergie de créer. EDF Entreprises vous accompagne pour vous aider à mieux choisir vos énergies et mieux maîtriser votre consommation. L énergie de créer EDF Entreprises vous accompagne pour vous aider à mieux choisir vos énergies et mieux maîtriser votre consommation. Votre projet grandit avec notre énergie EDF Entreprises vous accompagne

Plus en détail

RÉGLEMENTATION CHAUFFAGE PEB POUR LES IMMEUBLES À APPARTEMENTS.

RÉGLEMENTATION CHAUFFAGE PEB POUR LES IMMEUBLES À APPARTEMENTS. RÉGLEMENTATION CHAUFFAGE PEB POUR LES IMMEUBLES À APPARTEMENTS. Problèmes régulièrement rencontrés sur le terrain, quelles sont les soluhons? 07 10-2014 BASES RÉGLEMENTAIRES RELATIVES AUX INSTALLATIONS

Plus en détail

Un chauffage performant?

Un chauffage performant? Un chauffage performant? Tout ce qu il faut savoir pour réduire ses consommations de chauffage et être en règle avec la réglementation «performance énergétique des bâtiments». www.bruxellesenvironnement.be

Plus en détail

certificat de performance énergétique d un logement?

certificat de performance énergétique d un logement? Quelles informations dans le certificat de performance énergétique d un logement? 1. Introduction Les bâtiments représentent plus de 40% de la consommation d énergie de la Communauté européenne. Il est

Plus en détail

Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton

Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton 1 Maison BBC en béton : 2 grands principes, 5 règles d or Une conception pensée en amont Une conception «bioclimatique»

Plus en détail

Arrêté du XXXX. relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR :

Arrêté du XXXX. relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement Arrêté du XXXX relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR : La ministre

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES MAINTENANCE DES CHAUDIERES ET DES SYSTEMES DE CLIMATISATION

CENTRE HOSPITALIER CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES MAINTENANCE DES CHAUDIERES ET DES SYSTEMES DE CLIMATISATION CENTRE HOSPITALIER 1, rue du Docteur Paul Martinais 37600 LOCHES 02 47 91 33 33 02 47 91 32 00 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES MISE EN CONCURRENCE PORTANT SUR MAINTENANCE DES CHAUDIERES ET

Plus en détail

FONDATION D ENTREPRISE LISEA CARBONE

FONDATION D ENTREPRISE LISEA CARBONE FONDATION D ENTREPRISE LISEA CARBONE REGLEMENT D APPEL A PROJETS - 1 ère EDITION 2013 - «AMELIORATION DE LA PERFORMANCE ENERGETIQUE DU PATRIMOINE BATI» OUVERTURE DE L APPEL A PROJETS : 1 er juillet 2013

Plus en détail

domaines d'activité recherches actuelles réalisations récentes publications futures doctorat en cours coopération internationale

domaines d'activité recherches actuelles réalisations récentes publications futures doctorat en cours coopération internationale domaines d'activité recherches actuelles réalisations récentes publications futures doctorat en cours coopération internationale domaines d'activité Architecture et Climat étudie et propose une approche

Plus en détail

Optimisation énergétique de la technique du bâtiment 19 juin 2015

Optimisation énergétique de la technique du bâtiment 19 juin 2015 Optimisation énergétique de la technique du bâtiment 19 juin 2015 Benoît Pfister AGENDA 1. Optimisation énergétique des installations CVC 2. Solution de monitoring énergétique 3. Modernisation du système

Plus en détail

Lignum Vaud. Après-midi BOIS-ENERGIE

Lignum Vaud. Après-midi BOIS-ENERGIE Lignum Vaud Après-midi BOIS-ENERGIE Présentation SERISA télébat S A Concept de Télégestion et Services Optimisation d une chaufferie à bois par la télégestion. Démo supervision chaufferie à bois. 8 septembre

Plus en détail

LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP

LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP 2006 1 Généralités Terminologie Les solutions pour le client Les marchés La prestation L évaluation des postes Les entreprises Durée

Plus en détail

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1)

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) Public visé Chefs d entreprise Artisans Chargés d affaire Conducteurs de travaux Personnels de chantier

Plus en détail

Catalogue 2014 OFFRE DE SERVICES. Solutions de services CVC complètes et sur-mesure pour vos installations SERVICE

Catalogue 2014 OFFRE DE SERVICES. Solutions de services CVC complètes et sur-mesure pour vos installations SERVICE Catalogue 2014 OFFRE DE SERVICES Solutions de services CVC complètes et sur-mesure pour vos installations SERVICE 1 Sommaire Vous êtes entre de bonnes mains! Un service de proximité Une équipe à votre

Plus en détail

Bâtiments bois à basse consommation d énergie. L étanchéité à l air. Auvergne Promobois Jean-Pierre Mathé chargé de mission construction bois

Bâtiments bois à basse consommation d énergie. L étanchéité à l air. Auvergne Promobois Jean-Pierre Mathé chargé de mission construction bois Auvergne Promobois Jean-Pierre Mathé chargé de mission construction bois Objectifs Performance thermique Pérennité du bâtiment Performance acoustique Protection incendie Santé Confort d été Confort ressenti

Plus en détail

Fonds de Réduction du. Réductions d'impôts. Les aides publiques pour améliorer la performance. énergétique des logements. Réductions d'impôts

Fonds de Réduction du. Réductions d'impôts. Les aides publiques pour améliorer la performance. énergétique des logements. Réductions d'impôts Réductions d'impôts http://mineco.fgov.be/energy/rational_energy_use/tax_reductions/home_fr.htm Les aides publiques pour améliorer la performance énergétique des logements Pascal Ons, Consultant pascal.ons@skynet.be

Plus en détail

Dalle Activ Kerkstoel Activation du noyau de béton

Dalle Activ Kerkstoel Activation du noyau de béton Dalle Activ Kerkstoel Activation du noyau de béton Basé sur l expérience, piloté par l innovation L activation du noyau de béton : un système bien conçu, économe et durable. Construire selon ce principe,

Plus en détail

PRIME ÉNERGIE A4 COMPTABILITÉ ÉNERGÉTIQUE

PRIME ÉNERGIE A4 COMPTABILITÉ ÉNERGÉTIQUE PRIME ÉNERGIE A4 COMPTABILITÉ ÉNERGÉTIQUE Décision du 11 décembre 2014 du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale d approbation du programme d exécution relatif à l octroi d aides financières en

Plus en détail

Quelles actions pour réduire les consommations d énergie et générer un retour sur investissement rapide?

Quelles actions pour réduire les consommations d énergie et générer un retour sur investissement rapide? Quelles actions pour réduire les consommations d énergie et générer un retour sur investissement rapide? 3 niveaux d actions d efficacité énergétique La gestion d énergie, les systèmes de comptage et d

Plus en détail

L HABITAT. Technologie 5ème

L HABITAT. Technologie 5ème L HABITAT LES FONCTIONS CLORE: air, eau RESISTER: poids propre, charges d exploitation, charges climatiques (neige, vent) ISOLER: thermique, acoustique CHAUFFER l hiver RAFFRAICHIR l été PROCURER: hygiène,

Plus en détail

Pratique du chauffage

Pratique du chauffage Pratique du chauffage EN 26 FICHES-OUTILS Jack Bossard Jean Hrabovsky Philippe Ménard Dunod, 2014 5 rue Laromiguière, 75005 Paris www.dunod.com ISBN 978-2-10-057799-6 PRÉFACE Au nom de l AICVF, Association

Plus en détail

Sauter Components 7146205002 04

Sauter Components 7146205002 04 46.205/1 RDT 711: Régulateur ventilation/climatisation avec fonctionnalités étendues Votre avantage pour plus d efficacité énergétique Libre refroidissement par l extérieur avec des paramètres réglables.

Plus en détail

La Gestion Technique Centralisée. Qu est ce que c est? A quoi ça sert?

La Gestion Technique Centralisée. Qu est ce que c est? A quoi ça sert? La Gestion Technique Centralisée. Qu est ce que c est? A quoi ça sert? Cet article a pour objectif de rappeler les notions principales relatives à la Gestion Technique Centralisée. Mais qu entend on par

Plus en détail

La place des vitrages dans la démarche de qualité environnementale

La place des vitrages dans la démarche de qualité environnementale La place des vitrages dans la démarche de qualité environnementale Des créations architecturales sans oublier les performances Contexte Un produit verrier impacte de différentes façons le bilan environnemental

Plus en détail

Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges

Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges SA LE TOIT VOSGIEN BP 31 88100 SAINT-DIE-DES-VOSGES / F. LAUSECKER ARCHITECTE /

Plus en détail

Déroulement de la certification PEB de votre bâtiment

Déroulement de la certification PEB de votre bâtiment Déroulement de la certification PEB de votre bâtiment La certification énergétique de votre habitation se déroulera en 2 étapes : 1) la visite de votre habitation et le relevé de ses caractéristiques ;

Plus en détail

Fiche d application. 7 octobre 2013 1.0

Fiche d application. 7 octobre 2013 1.0 MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE Diagnostic de Performance Energétique Fiche d application Date Version 7 octobre

Plus en détail

CHAUFFAGE / VENTILATION / CLIMATISATION DESENFUMAGE RESEAU D INCENDIE ARMEE (R.I.A.) PLOMBERIE / SANITAIRES

CHAUFFAGE / VENTILATION / CLIMATISATION DESENFUMAGE RESEAU D INCENDIE ARMEE (R.I.A.) PLOMBERIE / SANITAIRES OFFRES DE STAGE SECTEUR / REGION 13 / 59 / 33 / 69 GENIE CLIMATIQUE GENIE CIVIL ADMINISTRATIF CHAUFFAGE / VENTILATION / CLIMATISATION DESENFUMAGE RESEAU D INCENDIE ARMEE (R.I.A.) PLOMBERIE / SANITAIRES

Plus en détail

Bureau d'études techniques en génie climatique

Bureau d'études techniques en génie climatique Bureau d'études techniques en génie climatique Études d'exécution, Maîtrise d'œuvre, Conception, Expertise Bâtiment Sigma 2000 5 Bd Vincent Gâche BP 36204 44262 Nantes Cedex 2 Octobre 2013 Sommaire Notre

Plus en détail

CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE ET EAU CHAUDE SANITAIRE

CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE ET EAU CHAUDE SANITAIRE CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE ET EAU CHAUDE SANITAIRE Chauffage électrique et eau chaude sanitaire Sommaire Chauffage électrique VOUS SOUHAITEZ VENDRE LA SOLUTION ADAPTÉE Valoriser les radiateurs intelligents et

Plus en détail

Génie climatique Production de froid Installation - Réalisation Électricité

Génie climatique Production de froid Installation - Réalisation Électricité Génie climatique Production de froid Installation - Réalisation Électricité Préambule Venir chez SE2M, c est vous faire profiter de notre expertise de plus de 10 ans d expérience dans l exercice de notre

Plus en détail

DTUs & Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau

DTUs & Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau DTUs & Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau olivier.correc@cstb.fr Nouveaux Documents Techniques Unifiés DTU 60.1 Plomberie sanitaire pour

Plus en détail

Solutions didactiques. Énergies renouvelables & gestion de l énergie

Solutions didactiques. Énergies renouvelables & gestion de l énergie Solutions didactiques Énergies renouvelables & gestion de l énergie Présentation Objectifs La filière des économies d énergies et des énergies renouvelables se met en place. Les entreprises et collectivités

Plus en détail

Mesure de performance énergétique Retour d'expérience

Mesure de performance énergétique Retour d'expérience Philippe MARECHAL 20/03/2012 Mesure de performance énergétique Retour d'expérience Atelier ALE Villeurbanne L'INES Institut National de l'energie Solaire Basé sur le campus de Technolac, au Bourget du

Plus en détail

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif du l audit énergétique de RANTIGNY 1 Sommaire I. Introduction... 3 II. Visite du site... 4

Plus en détail

guide lot CVC Points de vigilance à l usage des conducteurs de travaux EG ENTREPRISES GÉNÉRALES DE FRANCE BTP

guide lot CVC Points de vigilance à l usage des conducteurs de travaux EG ENTREPRISES GÉNÉRALES DE FRANCE BTP ENTREPRISES GÉNÉRALES DE FRANCE BTP guide Points de vigilance à l usage des conducteurs de travaux EG lot CVC Avant-propos AVANT-PROPOS CHAUFFAGE... 1 CLIMATISATION... 2 GESTION TECHNIQUE CENTRALISÉE 3

Plus en détail

HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC. With the future in mind

HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC. With the future in mind made in Belgium With the future in mind HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC Chaudière au gaz à condensation, à fonction double HeatMaster TC à condensation pour le chauffage central HeatMaster

Plus en détail

FORMATION BATIMENT DURABLE : PASSIF ET (TRES) BASSE ENERGIE

FORMATION BATIMENT DURABLE : PASSIF ET (TRES) BASSE ENERGIE FORMATION BATIMENT DURABLE : PASSIF ET (TRES) BASSE ENERGIE Journée 1.5 Approche globale PRINTEMPS 2013 Stéphan Truong Gestionnaire de la formation pour le compte de Bruxelles Environnement TRAINING.IBGEBIM@ecorce.be

Plus en détail

MAISON VOUS ACCOMPAGNER TOUT AU LONG DE VOTRE PROJET CUGAND (85) - CLISSON (44) www.c-3-p.fr

MAISON VOUS ACCOMPAGNER TOUT AU LONG DE VOTRE PROJET CUGAND (85) - CLISSON (44) www.c-3-p.fr MAISON www.c-3-p.fr VOUS ACCOMPAGNER TOUT AU LONG DE VOTRE PROJET CUGAND (85) - CLISSON (44) MAISON Construire avec C3P MAISON c est choisir la tranquillité et un interlocuteur unique pour mener à bien

Plus en détail

E.D.I. La garantie d une expérience au service de la qualité et du juste prix. Votre expert depuis plus de 10 ans dans les diagnostics immobiliers.

E.D.I. La garantie d une expérience au service de la qualité et du juste prix. Votre expert depuis plus de 10 ans dans les diagnostics immobiliers. La garantie d une expérience au service de la qualité et du juste prix Votre expert depuis plus de 10 ans dans les diagnostics immobiliers. 1 Le DPE 2011, comment ça marche? 2 Un DPE à quoi ça sert? Un

Plus en détail

EVALUATION DE LA REGLEMENTATION CHAUFFAGE PEB EN REGION BRUXELLES-CAPITALE

EVALUATION DE LA REGLEMENTATION CHAUFFAGE PEB EN REGION BRUXELLES-CAPITALE SERVICE HELPDESK CHAUFFAGE PEB EN RÉGION BRUXELLOISE EVALUATION DE LA REGLEMENTATION CHAUFFAGE PEB EN REGION BRUXELLES-CAPITALE EXTRAITS GfK 2014 Service Helpdesk PEB Chauffage en Région Bruxelloise 1

Plus en détail

Le chauffe-eau thermodynamique à l horizon 2015-2020

Le chauffe-eau thermodynamique à l horizon 2015-2020 Chauffe-eau thermodynamique Le chauffe-eau thermodynamique à l horizon 2015-2020 Ballon de stockage ( 300 l) chaude M o d e c h a u f f a g e Q k T k Pompe à chaleur Effet utile Pompe à chaleur pour chauffer

Plus en détail

Module de fonction. SM10 Module solaire pour EMS. Instructions de service 6 720 801 042 (2012/02) FR

Module de fonction. SM10 Module solaire pour EMS. Instructions de service 6 720 801 042 (2012/02) FR Module de fonction SM10 Module solaire pour EMS Instructions de service FR Sommaire 1 Sécurité.......................................3 1.1 Remarque...................................3 1.2 Utilisation conforme.............................3

Plus en détail

Le comptage des énergies dans le cadre de la RT 2012

Le comptage des énergies dans le cadre de la RT 2012 Le comptage des énergies dans le cadre de la RT 2012 Les articles 23 et 31 de la RT L article 23 la RT 2012: Les dispositifs de comptage concernent les maisons individuelles et les bâtiments collectifs

Plus en détail

Cahier des charges pour le diagnostic d un réseau de chaleur

Cahier des charges pour le diagnostic d un réseau de chaleur Union sociale pour l habitat - ADEME AMORCE HABITAT ET TERRITOIRES CONSEIL Cahier des charges pour le diagnostic d un réseau de chaleur CONTRAT N T266 01 887 HABITAT ET TERRITOIRES CONSEIL Affaire suivie

Plus en détail

PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE

PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE École nationale supérieure d architecture Montpellier PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE

Plus en détail

Le nouvel immeuble du groupe BEI : Climat interne et environnement

Le nouvel immeuble du groupe BEI : Climat interne et environnement Le nouvel immeuble du groupe BEI : Climat interne et environnement Conçu et équipé pour s adapter aux méthodes de travail et aux exigences de communications des nouvelles technologies, le nouvel immeuble

Plus en détail

Préparateur solaire d eau chaude sanitaire 200 SSL. Notice d utilisation 300028223-001-03

Préparateur solaire d eau chaude sanitaire 200 SSL. Notice d utilisation 300028223-001-03 FR Préparateur solaire d eau chaude sanitaire 200 SSL Notice d utilisation 300028223-001-03 Sommaire 1 Consignes de sécurité et recommandations...4 1.1 Consignes de sécurité...4 1.2 Recommandations...4

Plus en détail

AQUACONDENS CHAUFFAGE SEUL 1 MODÈLE MODULANT DE 6 À 25 KW AQUACONDENS PACK CHAUFFAGE ET EAU CHAUDE SANITAIRE AQUACONDENS MI

AQUACONDENS CHAUFFAGE SEUL 1 MODÈLE MODULANT DE 6 À 25 KW AQUACONDENS PACK CHAUFFAGE ET EAU CHAUDE SANITAIRE AQUACONDENS MI Aquacondens Chaudières murales à condensation AQUACONDENS CHAUFFAGE SEUL 1 MODÈLE MODULANT DE 6 À 25 KW AQUACONDENS PACK CHAUFFAGE ET EAU CHAUDE SANITAIRE PAR BALLON SÉPARÉ 2 MODÈLES MODULANT DE 6 À 25

Plus en détail

13 maisons BBC à Saint-Brice (51), L Effort Rémois. 30 logements BBC à Joué les Tours (37), Val Touraine Habitat Public

13 maisons BBC à Saint-Brice (51), L Effort Rémois. 30 logements BBC à Joué les Tours (37), Val Touraine Habitat Public Maitrise d œuvre logement P.1... P.2... P.3... P.4... P.5... P.6... P.7... P.8... P.9... P.10... P.11... P.12... P.13... P.14... P.15... 13 maisons BBC à Saint-Brice (51), L Effort Rémois 30 logements

Plus en détail

Energies Renouvelables Réhabilitation Soutenable

Energies Renouvelables Réhabilitation Soutenable Energies Renouvelables Réhabilitation Soutenable PRÉSENTATION 4 L entreprise QUI SOMMES-NOUS? 5 Notre vision, mission et valeurs SOLUTIONS 6 Spécialement conçues pour vous SOLAIRE THERMIQUE 7 Profitez

Plus en détail

DIAGNOSTIC DES SYSTEMES DE VENTILATION PLAN DIAGNOSTIC DES SYSTEMES DE

DIAGNOSTIC DES SYSTEMES DE VENTILATION PLAN DIAGNOSTIC DES SYSTEMES DE DIAGNOSTIC DES SYSTEMES DE VENTILATION PLAN DIAGNOSTIC DES SYSTEMES DE VENTILATION ν Contexte et objectifs ν Travaux réalisés en 2003 Phase 1 : Etablissement de la méthode Phase 2 : Application de la méthode

Plus en détail

MARCHE PUBLIC RELATIF A L ENTRETIEN ET AU DEPANNAGE DES CHAUFFERIES DES BATIMENTS COMMUNAUX ET DES CHAUDIERES INDIVIDUELLES DES LOGEMENTS COMMUNAUX

MARCHE PUBLIC RELATIF A L ENTRETIEN ET AU DEPANNAGE DES CHAUFFERIES DES BATIMENTS COMMUNAUX ET DES CHAUDIERES INDIVIDUELLES DES LOGEMENTS COMMUNAUX DEPARTEMENT DE SAONE ET LOIRE VILLE DE SANVIGNES-LES-MINES MARCHE PUBLIC RELATIF A L ENTRETIEN ET AU DEPANNAGE DES CHAUFFERIES DES BATIMENTS COMMUNAUX ET DES CHAUDIERES INDIVIDUELLES DES LOGEMENTS COMMUNAUX

Plus en détail

Confort, sécurité et gestion énergétique

Confort, sécurité et gestion énergétique Fonctionnalités d une système de GTB Offre globale pour la productivité des bâtiments, Sécurité des personnes et des biens Sécurité Incendie Signalétique d évacuation Détection d Intrusion Vidéosurveillance

Plus en détail

Ingénieur patrimoine immobilier et logistique

Ingénieur patrimoine immobilier et logistique Ingénieur patrimoine immobilier et logistique G1X21 Patrimoine : travaux et maintenance immobilière / Logistique et service - IR L ingénieur du patrimoine immobilier et logistique conduit : Le management

Plus en détail

Communiqué de presse Batibouw 2010

Communiqué de presse Batibouw 2010 «MA MAISON EN BETON» LE MEILLEUR ALLIE DE LA MAISON PASSIVE, C EST SANS CONTESTE LE BETON! Robustesse, durée de vie, respect de l environnement, faible coût mais aussi possibilités créatives et esthétiques

Plus en détail