couleuvre agile bleue Coluber constrictor foxii

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "couleuvre agile bleue Coluber constrictor foxii"

Transcription

1 Mise à jour Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la couleuvre agile bleue Coluber constrictor foxii au Canada ESPÈCE EN VOIE DE DISPARITION 2002 COSEPAC COMITÉ SUR LA SITUATION DES ESPÈCES EN PÉRIL AU CANADA COSEWIC COMMITTEE ON THE STATUS OF ENDANGERED WILDLIFE IN CANADA

2 Les rapports de situation du COSEPAC sont des documents de travail servant à déterminer le statut des espèces sauvages que l on croit en péril. On peut citer le présent rapport de la façon suivante : Nota : Toute personne souhaitant citer l'information contenue dans le rapport doit indiquer le rapport comme source (et citer l auteure); toute personne souhaitant citer le statut attribué par le COSEPAC doit indiquer l'évaluation comme source (et citer le COSEPAC). Une note de production sera fournie si des renseignements supplémentaires sur l'évolution du rapport de situation sont requis. COSEPAC Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la couleuvre agile bleue (Coluber constrictor foxii) au Canada Mise à jour. Comité sur la situation des espèces en péril au Canada. Ottawa. vi + 20 p. WILLSON, R.J., et J.D. ROUSE Rapport de situation du COSEPAC sur la couleuvre agile bleue (Coluber constrictor foxii) au Canada Mise à jour, in Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la couleuvre agile bleue (Coluber constrictor foxii) au Canada Mise à jour. Comité sur la situation des espèces en péril au Canada. Ottawa. Pages Rapport précédent : CAMPBELL, C.A COSEWIC status report on the blue racer Coluber constrictor foxii au Canada. Comité sur le statut des espèces menacée de disparition au Canada. Ottawa. 77 p. Pour obtenir des exemplaires supplémentaires, s adresser au : Secrétariat du COSEPAC a/s Service canadien de la faune Environnement Canada Ottawa (Ontario) K1A 0H3 Tél. : (819) / (819) Téléc. : (819) Courriel : Also available in English under the title COSEWIC Assessment and Update Status Report on the Blue Racer Coluber constrictor foxii in Canada. Illustration de la couverture : Couleuvre agile bleue Kathryn Peiman, Guelph (Ontario) Sa Majesté la Reine du chef du Canada, 2003 N o de catalogue CW69-14/ F-IN ISBN Papier recyclé

3 COSEPAC Sommaire de l évaluation Sommaire de l'évaluation Mai 2002 Nom commun Couleuvre agile bleue Nom scientifique Coluber constrictor foxii Statut Espace en voie de disparition Justification de la désignation Il est presque certain que la couleuvre agile bleue a disparu de la partie continentale de l Ontario; on ne la trouve plus aujourd hui que dans les deux tiers de l Est de l île Pelée. La construction de chalets, de résidences et d autres structures, ainsi qu une circulation automobile accrue continuent de réduire et de fragmenter les habitats convenables restants. Répartition Ontario Historique du statut Espèce désignée «en voie de disparition» en avril La situation a été réexaminée, et le statut a été confirmé en mai Dernière évaluation fondée sur une mise à jour d'un rapport de situation. iii

4 COSEPAC Résumé Couleuvre agile bleue Coluber constrictor foxii Information sur l'espèce La couleuvre agile bleue, dont la longueur du museau au cloaque peut atteindre de 90 à 152 cm, est l un des plus grands serpents de l'ontario. Souvent, ses écailles latérales sont gris terne à bleu vif, ses écailles ventrales blanc crémeux et ses écailles dorsales brun pâle à gris foncé. Elle porte aussi un masque noir caractéristique. Les jeunes ont sur le dos des taches qui disparaissent complètement avant la troisième année, mais on peut encore distinguer des motifs juvéniles sur le ventre de l'animal jusqu'à tard dans la troisième saison entière d activité. Répartition Le Coluber constrictor est un serpent fort répandu en Amérique du Nord. La sous-espèce Coluber constrictor foxii, la couleuvre agile bleue, est cependant confinée au Sud des Grands Lacs, depuis l'iowa jusqu'à l'ohio, et jusqu'à l'extrême Sud-Ouest de l'ontario. Au Canada, la couleuvre agile bleue ne se trouve que dans l'île Pelée. Habitat La couleuvre agile bleue préfère les milieux ouverts à semi-ouverts, et exploite les alvars de savane, les champs abandonnés et les berges. Dans l'île Pelée, les domaines vitaux des individus sont extrêmement vastes, ce qui peut en partie s'expliquer par la fragmentation prononcée des habitats qui lui sont nécessaires pour répondre à ses besoins écologiques. Parce qu elle est ovipare, il est extrêmement important pour elle de trouver des sites de ponte convenables, ce qui oblige souvent les femelles gravides à parcourir de grandes distances. Il est tout aussi important pour sa survie dans l'île Pelée de trouver des sites d'hibernation où passer l'hiver. Ces microhabitats sont le plus souvent associés aux plaines calcaires sèches dans l'assise rocheuse desquelles la météorisation a ouvert des fentes et des fissures. iv

5 Biologie À l île Pelée, la très grande étendue des domaines vitaux des individus pourrait être attribuable au fait que l habitat propice à l espèce est fragmenté et que celle-ci a des besoins en matière d'habitat très variés. Cette couleuvre peut se reproduire chaque année, mais, dans cette population, les cycles bisannuels sont probablement plus fréquents. Comme microhabitat de nidification, les femelles de l'île préfèrent les troncs couchés en décomposition. La couleuvre agile bleue recherche activement sa nourriture et chasse couramment des rongeurs, des petits oiseaux et d'autres serpents. Parmi ses prédateurs figurent les oiseaux de proie et les mammifères carnivores. Taille et tendances de la population Depuis sa désignation comme espèce en voie de disparition en 1991, une recherche intensive a révélé que la population de couleuvres agiles bleues était plus nombreuse que ce qu'on pensait auparavant. Au terme d'une période d'échantillonnage (marquage-recapture) soutenue de 3 ans (de 1993 à 1995), on a estimé la taille de la population à 205 adultes. L'espèce est toutefois encore confinée aux deux tiers de l Est de l'île, et son effectif semble avoir diminué depuis l'étude effectuée de 1993 à Facteurs limitatifs et menaces Comparativement à la couleuvre fauve de l'est (Elaphe gloydi), qui fréquente un grand nombre des mêmes endroits dans l'île Pelée, la couleuvre agile bleue semble relativement mal tolérer des niveaux élevés d'activité humaine. Les principales menaces à peser sur elle dans l'île demeurent la disparition de bons sites de nidification et d'hibernation, la mortalité accidentelle sur les routes et l'abattage par les humains. Importance de l'espèce La vélocité et la beauté de la couleuvre agile bleue font de sa rencontre une expérience exaltante pour quiconque s'intéresse authentiquement à l'histoire naturelle. Cette couleuvre est en outre largement reconnue aujourd hui comme un élément faunique caractéristique de certains types d habitat de l île Pelée qui sont rares à l'échelle mondiale, principalement les savanes à chêne jaune (Quercus muehlenbergii) et à frêne bleu (Fraxinus quadrangulata), présentes dans les alvars de l'île. v

6 MANDAT DU COSEPAC Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) détermine le statut, au niveau national, des espèces, des sous-espèces, des variétés et des populations sauvages canadiennes importantes qui sont considérées comme étant en péril au Canada. Les désignations peuvent être attribuées à toutes les espèces indigènes des groupes taxinomiques suivants : mammifères, oiseaux, reptiles, amphibiens, poissons, lépidoptères, mollusques, plantes vasculaires, mousses et lichens. COMPOSITION DU COSEPAC Le COSEPAC est composé de membres de chacun des organismes fauniques des gouvernements provinciaux et territoriaux, de quatre organismes fédéraux (Service canadien de la faune, Agence Parcs Canada, ministère des Pêches et des Océans, et le Partenariat fédéral sur la biosystématique, présidé par le Musée canadien de la nature), de trois membres ne relevant pas de compétence, ainsi que des coprésident(e)s des sous-comités de spécialistes des espèces et des connaissances traditionnelles autochtones. Le Comité se réunit pour étudier les rapports de situation des espèces candidates. Espèce Espèce disparue (D) Espèce disparue du Canada (DC) Espèce en voie de disparition (VD)* Espèce menacée (M) Espèce préoccupante (P)** Espèce non en péril (NEP)*** Données insuffisantes (DI)**** DÉFINITIONS Toute espèce, sous-espèce, variété ou population indigène de faune ou de flore sauvage géographiquement définie. Toute espèce qui n existe plus. Toute espèce qui n est plus présente au Canada à l'état sauvage, mais qui est présente ailleurs. Toute espèce exposée à une disparition ou à une extinction imminente. Toute espèce susceptible de devenir en voie de disparition si les facteurs limitatifs auxquels elle est exposée ne sont pas renversés. Toute espèce qui est préoccupante à cause de caractéristiques qui la rendent particulièrement sensible aux activités humaines ou à certains phénomènes naturels. Toute espèce qui, après évaluation, est jugée non en péril. Toute espèce dont le statut ne peut être précisé à cause d un manque de données scientifiques. * Appelée «espèce en danger de disparition» jusqu en ** Appelée «espèce rare» jusqu en 1990, puis «espèce vulnérable» de 1990 à *** Autrefois «aucune catégorie» ou «aucune désignation nécessaire». **** Catégorie «DSIDD» (données insuffisantes pour donner une désignation) jusqu en 1994, puis «indéterminé» de 1994 à Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) a été créé en 1977, à la suite d une recommandation faite en 1976 lors de la Conférence fédérale-provinciale sur la faune. Le comité avait pour mandat de réunir les espèces sauvages en péril sur une seule liste nationale officielle, selon des critères scientifiques. En 1978, le COSEPAC (alors appelé CSEMDC) désignait ses premières espèces et produisait sa première liste des espèces en péril au Canada. Les espèces qui se voient attribuer une désignation lors des réunions du comité plénier sont ajoutées à la liste. Environnement Environment Canada Canada Service canadien Canadian Wildlife de la faune Service Le Service canadien de la faune d Environnement Canada assure un appui administratif et financier complet au Secrétariat du COSEPAC. vi

7 Mise à jour Rapport de situation du COSEPAC sur la couleuvre agile bleue Coluber constrictor foxii au Canada Robert J. Willson 1 Jeremy D. Rouse The Wilds of Pelee Islands 2 Ministère des Richesses naturelles de l'ontario, Parry Sound (Ontario)

8 TABLE DES MATIÈRES INFORMATION SUR L'ESPÈCE...3 Nom et classification...3 Description...3 RÉPARTITION...3 Répartition mondiale...3 Répartition canadienne...4 HABITAT...7 Besoins en matière d'habitat...7 Tendances...7 Protection et propriété des terrains...7 BIOLOGIE...8 Domaine vital et déplacements...8 Reproduction...8 Hibernation...9 Nourriture et alimentation...9 Survie...9 Comportement et adaptabilité...9 TAILLE ET TENDANCES DES POPULATIONS...10 Taille des populations...10 Survie des populations...13 FACTEURS LIMITATIFS ET MENACES...14 IMPORTANCE DE L'ESPÈCE...14 PROTECTION ACTUELLE OU AUTRES DÉSIGNATIONS...15 RÉSUMÉ DU RAPPORT DE SITUATION...15 RÉSUMÉ TECHNIQUE...16 REMERCIEMENTS...18 OUVRAGES CITÉS...18 LES AUTEURS...19 AUTORITÉS CONSULTÉES...20 Liste des figures Figure 1. Aire de répartition historique de la couleuvre agile bleue (Coluber constrictor foxii) en Amérique du Nord...4 Figure 2. La répartition canadienne du (Coluber constrictor foxii) est limitée à l'île Pelée...5 Figure 3. Emplacement des sites des relevés de 2000 et de 001 dans l île Pelée...6

9 Liste des tableaux Tableau 1. Études ou rapports importants sur la répartition, l écologie et le comportement de la couleuvre agile bleue à l île Pelée...10 Tableau 2. Couleuvres agiles bleues capturées, trouvées mortes sur les routes ou hors des routes dans l île Pelée par l équipe de rétablissement de la couleuvre agile bleue et l équipe de recherche de Guelph...13

10 INFORMATION SUR L'ESPÈCE Nom et classification Classe : Reptiles Ordre : Squamates Sous-ordre : Serpents Famille : Colubridés Sous-famille : Colubrinés Espèce : Coluber constrictor (Linné, 1758) - couleuvre agile Sous-espèce : C.c. foxii; (Baird et Girard, 1853) couleuvre agile bleue [blue racer] Nombre de sous-espèces en Amérique du Nord 13; nombre de sous-espèces au Canada 3 Description La couleuvre agile bleue, dont la longueur du museau au cloaque peut atteindre de 90 à 152 cm, est l'un des plus grands serpents de l'ontario (Conant et Collins, 1991). Le plus grand spécimen dont la capture dans l'île Pelée a été consignée mesurait 138 cm du museau au cloaque. Souvent, les écailles ventrales de la couleuvre agile bleue sont d'un blanc crémeux, ses écailles latérales sont gris terne à bleu vif, et ses écailles dorsales brun pâle à gris foncé (Porchuk, 1996). Cette couleuvre est aussi caractérisée par son masque noir, ses yeux assez grands et ses écailles rostrales (c.-à-d. du museau) orangé brunâtre. Contrairement aux adultes, les nouveau-nés et les jeunes de l'année (première saison active entière) ont sur le dos des taches qui disparaissent complètement avant la troisième année, mais on peut encore distinguer des motifs juvéniles sur le ventre de l'animal jusqu à tard dans la troisième saison entière d activité (Porchuk et al., données inédites). L établissement du C.c. foxii comme sous-espèce distincte du C.c. flaviventris (la couleuvre agile à ventre jaune de l Est) a fait l objet d une controverse, mais la plupart des spécialistes ont convenu dernièrement de la validité de cette distinction (Harding, 1997; Crother et al.; 2000; Conant et Collins, 1991). Répartition mondiale RÉPARTITION L'aire de répartition historique de la couleuvre agile bleue se trouve immédiatement au sud des Grands Lacs, depuis le Sud-Est du Minnesota et l'iowa jusqu'à l'ohio, et jusqu'à l extrême Sud-Ouest de l'ontario (figure 1). L'Ohio, l'indiana, l'illinois, le Michigan, le Wisconsin et l'iowa sont aujourd'hui les seuls États où l'on trouve des populations de couleuvres agiles bleues (Harding, 1997). 3

11 Répartition canadienne Au Canada, on ne trouve aujourd hui le Coluber constrictor foxii que dans l'île Pelée (4 091 ha) (figure 2). Il était autrefois présent sur la terre ferme dans le parc national de la Pointe-Pelée et dans le parc provincial Pinery, dans l extrême Sud- Ouest de l'ontario, mais il en a presque certainement disparu aujourd hui malgré le statut de zones protégées de ces sites. La dernière mention fiable de la couleuvre agile bleue sur la terre ferme en Ontario remonte à 1983 (Campbell et Perrin, 1991). Dans l'île Pelée, l'espèce est confinée aux deux tiers de l Est de l'île (figure 3). Figure 1. Aire de répartition historique de la couleuvre agile bleue (Coluber constrictor foxii) en Amérique du Nord (Conant and Collins 1991, Field Guide). 4

12 Figure 2. La répartition canadienne du Coluber constrictor foxii est limitée à l'île Pelée (Willson et Rouse, données inédites) 5

13 Figure 3. Emplacement des sites des relevés de 2000 et de 2001 dans l île Pelée. Les sites A, B et C correspondent aux zones d'étude décrites par Porchuk (1996), sauf que leur taille a été réduite aux fins des études récentes. Le site D a été ajouté lors des derniers relevés. 6

14 HABITAT Besoins en matière d'habitat Les couleuvres agiles de l'île Pelée préfèrent les habitats ouverts et semiouverts et exploitent les alvars de savane, les champs abandonnés sur les berges et les habitats de bordure (Porchuk, 1996). Vu le caractère extrêmement fragmenté de son habitat actuel dans l'île, il se pourrait que le C.c. foxii soit contraint d utiliser une mosaïque d'habitats pour satisfaire ses besoins écologiques, en témoignerait la vaste étendue des domaines vitaux des individus dans l'île (voir la section Domaine vital et déplacements). Tendances L'altération ou la destruction de l'habitat ont été relativement lentes dans l'île Pelée comparativement aux autres secteurs du Sud-Ouest de l'ontario, ce qui a sans doute contribué à y assurer la survie de la couleuvre agile bleue. Malgré le rythme relativement «modeste» du développement dans le passé, la destruction de l'habitat ne s en poursuit pas moins de façon régulière, et les incidences cumulatives de cette perte d'habitat a probablement un effet négatif sur la population de couleuvres agiles bleues. Heureusement, on tente aujourd hui d augmenter la quantité et la qualité des habitats protégés dans l'île, que ce soit par l'acquisition de terrains par divers groupes, comme la Société canadienne pour la conservation de la nature, ou par l aménagement de microhabitats importants pour les serpents. Plusieurs propriétaires fonciers de l'île Pelée, sensibles à la situation de la couleuvre agile bleue, acceptent que l'on aménage certaines portions de leurs terrains pour l'espèce. Protection et propriété des terrains La couleuvre agile bleue figure sur la liste des espèces en voie de disparition de l Ontario depuis 1971 (voir la section Protection actuelle ou autres désignations); l'habitat jugé essentiel pour sa survie est donc protégé (contre la destruction ou toute altération substantielle) en vertu de la Loi sur les espèces en voie de disparition de la province. En 1998, l'«habitat» de la couleuvre agile bleue dans l'île Pelée a été cartographié (surtout au moyen des données de marquage-recapture et de radiotélémétrie recueillies entre 1990 et 1998) et intégré officiellement aux sites visés par le Programme d'encouragement fiscal pour les terres protégées du ministère des Richesses naturelles de l'ontario (MRNO). Une fois l habitat cartographié, le MRNO a jugé que ces terres devaient être protégées contre la destruction ou les perturbations anthropiques, tel que le prescrit la Loi sur les espèces en voie de disparition. La protection de l'habitat conférée par cette loi a d importantes conséquences sur le plan de l'utilisation des terres, notamment parce qu'une importante proportion de l'habitat de la couleuvre agile bleue se trouve sur des terrains privés. Malheureusement, la mise en œuvre d'un programme visant à protéger efficacement l'habitat des espèces en voie de disparition s'est avérée fort ardue. 7

15 Plusieurs secteurs connus pour abriter des couleuvres agiles bleues et contenir des microhabitats importants pour elles (p. ex. les hibernacula) sont officiellement protégés dans l île Pelée. La réserve naturelle provinciale de Lighthouse Point et le complexe d alvars du chemin Stone (qui appartient à la Federation of Ontario Naturalists, à l'office de protection de la nature de la région d'essex et à la Société canadienne pour la conservation de la nature, qui en assurent également la gestion) sont les deux principales zones protégées pour la couleuvre agile bleue. La réserve naturelle provinciale de Fish Point ne semble pas convenir à la couleuvre agile bleue; la dernière mention pour cette réserve remonte à Domaine vital et déplacements BIOLOGIE Comparativement aux couleuvres agiles d autres populations étudiées en Amérique du Nord, les couleuvres agiles bleues de l'île Pelée ont des domaines vitaux extrêmement vastes. On a établi que les domaines vitaux de 22 femelles et de 12 mâles atteignaient respectivement 75 ha et 140 ha en moyenne (Porchuk, 1996). La fragmentation prononcée de l'habitat dans l'île explique sans doute en partie ce phénomène : pendant la saison active, les couleuvres doivent en effet se déplacer sur de grandes distances pour trouver les ressources dont elles ont besoin. Reproduction La couleuvre agile bleue est ovipare; la taille moyenne de la couvée chez sept femelles de l'île Pelée était de 14,7 ± 2,53 (é.-t.; Porchuk, 1996). Les femelles peuvent se reproduire chaque année, mais les cycles bisannuels sont vraisemblablement plus fréquents. Les mâles peuvent atteindre la maturité physiologique à 11 mois, mais n'ont pas l'occasion de s'accoupler avant leur deuxième saison active entière; de même, les femelles peuvent atteindre la maturité à 24 mois, mais ne peuvent se reproduire avant le printemps suivant (Porchuk, 1996). La période d'accouplement débute en avril et se poursuit en mai. Les femelles pondent à la fin juin, et les œufs éclosent entre la mi-août et la fin septembre. Les microhabitats de nidification les plus souvent utilisés par les couleuvres agiles bleues femelles de l'île Pelée sont les troncs couchés en décomposition; elles pondent cependant aussi sous de grosses roches et dans des amas de matières organiques en décomposition (Porchuk et Brooks; 1995, Porchuk, 1996). On a observé dans l île des sites de nidification communautaires intraspécifiques et interspécifiques (avec la couleuvre fauve de l'est), situation qui semble assez fréquente (Porchuk et Brooks, 1995). 8

16 Hibernation Les hibernacula sont souvent associés à des régions où affleure une assise rocheuse calcaire. La plupart des couleuvres adultes hibernent en communauté; elles partagent à l'occasion leur tanière avec des couleuvres fauves de l'est, des couleuvres d'eau du lac Érié (Nerodia sipedon insularum) et des couleuvres rayées (Thamnophis sirtalis sirtalis). Bien que les repaires communautaires soient fréquents, le nombre de couleuvres dans chaque hibernaculum est plus faible dans l île Pelée que ce que l on observe ailleurs pour les couleuvres agiles (moyenne = 2,72 ± 3,25 [é.-t.], Fourchette = 1-15, N = 18; Porchuk, 1996). Les individus n'arrivent habituellement pas dans les repaires communautaires avant leur troisième année, et on ignore où hibernent les jeunes couleuvres agiles bleues. Nourriture et alimentation La couleuvre agile bleue recherche activement sa nourriture. Les jeunes peuvent manger des grillons et d autres insectes, tandis que les adultes se nourrissent surtout de rongeurs, d'oiseaux chanteurs et de serpents (Porchuk, 1996; Porchuk, données inédites). Les adultes cherchent leur nourriture autant sur terre que dans les arbres. La couleuvre agile bleue est diurne. Survie Au nombre des prédateurs naturels probables des couleuvres agiles bleues adultes de l'île Pelée figurent de gros oiseaux de proie, comme la Buse à queue rousse (Buteo jamaicensis), le Busard Saint-Martin (Circus cyaneus) et le Grand-duc d'amérique (Bubo virginianus), de même que des mammifères carnivores, comme le raton laveur (Procyon lotor), le renard roux (Vulpes vulpes), le renard gris (Urocyon cinereoargenteus) et le coyote (Canis latrans). On a déjà vu des chiens (Canis familiaris) et des chats harets (Felis catus) tuer ou harceler de jeunes couleuvres agiles bleues. Les œufs et les petits sont sans doute exposés à un plus large éventail d'oiseaux et de mammifères prédateurs. Comportement et adaptabilité La couleuvre agile bleue semble relativement mal tolérer des niveaux élevés d'activité humaine et passe la majorité de sa saison active dans des endroits peu fréquentés par les humains (Porchuk, 1996), d après principalement les données de radiotélémétrie recueillies chez les couleuvres agiles bleues et les couleuvres fauves de l'est, qui fréquentent en gros la même région dans l île Pelée (bien que ces études n'aient pas été réalisées simultanément). Contrairement à la couleuvre agile bleue, la couleuvre fauve est souvent observée sous les galeries, dans les granges ou les garages ainsi que dans les fondations des maisons. La plupart des couleuvres agiles bleues (mais non la totalité) sont observées dans un cadre plus «naturel», ce qui les confinent davantage aux endroits où les activités humaines sont réduites au minimum (R. Willson, données et rapport inédits). Campbell et 9

17 Perrin (1991; citant Minton, 1968) notent eux aussi que les couleuvres agiles sont parmi les premiers serpents à disparaître des régions suburbaines. Taille des populations TAILLE ET TENDANCES DES POPULATIONS Au terme d'une période intensive d'échantillonnage de 3 ans (de 1993 à 1995), on a estimé l'effectif de la population de couleuvres agiles bleues de l'île Pelée à 205 adultes par marquage-recapture (Porchuk, 1996; tel que mentionné dans le rapport de situation de 1997). D après les paramètres démographiques évalués au moyen des méthodes de la triple capture et de Peterson, il y aurait eu un déclin monotone de la population adulte sur la période de 3 ans. Entre la fin de la saison de terrain de 1995 et la saison de 2000, la surveillance de la population de couleuvres agiles bleues par marquage-recapture a été sporadique (on trouvera un résumé des recherches de couleuvres agiles bleues dans l île Pelée au tableau 1). On ne possède donc aucune estimation récente de la population. Les travaux de terrain réalisés au printemps 2002 devraient toutefois permettre d obtenir une estimation à jour. Entre environ le 13 avril et le 12 mai de 2000 et de 2001, on a effectué des relevés systématiques le long de transects standardisés ainsi que dans des secteurs définis (pour la méthode utilisée, voir Willson, 2000). Quatre régions historiquement connues pour abriter des couleuvres agiles bleues ont ainsi été prospectées rigoureusement (voir les secteurs de relevé à la figure 3). Depuis 1992, les équipes de recherche à l œuvre dans l île Pelée ont marqué quelque 320 couleuvres agiles bleues juvéniles et adultes (tableau 2). Tableau 1. Études ou rapports importants sur la répartition, l écologie et le comportement de la couleuvre agile bleue à l île Pelée, de 1970 à Les dates indiquées pour les travaux de terrain, fondées sur les données présentées dans les documents cités, sont approximatives. Année(s) Chercheur(s) Nature de l étude Méthodes Dates des travaux Observations ou (objectifs) 1976 Campbell a Évaluer la situation de la couleuvre agile dans l île Pelée Prospection intensive, inventaire sur les routes sur le terrain 2-12 mai, 30 mai-4 juin 9-13 juin, juil., sept. résultats notables 4 couleuvres agiles capturées, 5 observées; en plus de cette étude, Campbell a réalisé par intermittence divers travaux de terrain dans l île Pelée à partir de 1970; en mai 1971, on a trouvé une couleuvre agile femelle près d une vieille citerne à Fish Point (dernière mention pour cet endroit) 10

18 1978 Ecologistics LTD b Déterminer si les carrières proposées (3 et 4) le long du chemin Browns sont des habitats importants pour la couleuvre agile Prospection intensive et installation d abris (panneaux de bardeaux) juin-nov. 284,25 h-pers. L étude a confirmé que les couleuvres agiles étaient très difficiles à observer en été (on n en a observé aucune) Oldham c Documenter la présence des couleuvres dans la région dela pointe Mill. Prospection intensive 6 voyages intermittents (21,5 jours) entre le 5 avril et le 24 sept. 5 couleuvres agiles capturées, 1 trouvée morte sur la route dans la région de la pointe Mill; l auteur a aussi cartographié 61 observations fiables de la couleuvre agile bleue entre 1969 et 1984 (intégrées à la figure 1); 46 mentions fournies par C. Campbell) Oldham d Documenter la présence des couleuvres agiles dans la région de la pointe Mill Prospection intensive 8-14 mai 40 h-pers. Aucune couleuvre agile observée à la pointe Mill; 3 individus ont toutefois été observés ailleurs Campbell et Perrin e Recommander un statut national à partir de l ensemble des données disponibles Recherche documentaire et examen des données S.O. Statut d espèce en voie de disparition recommandé; le COSEPAC désigne officiellement la couleuvre agile bleue comme une espèce en voie de disparition au Canada Kamstra f Dresser un plan de rétablissement pour la couleuvre agile en Ontario Recherche documentaire et examen des données S.O. Vu la difficulté de trouver des couleuvres agiles par prospection ordinaire, l auteur recommande d installer des abris en panneaux, de faire des relevés sur les routes et de procéder à des études radiotélémétriques Équipe de rétablissement de la couleuvre agile bleue Déterminer la faisabilité d une étude radiotélémétrique Prospection intensive, marquage-recapture 2 mai, 21 sept., 4 oct. Le 2 mai, 16 individus sont capturés, ce qui établit la faisabilité des études radiotélémétriques Kraus g Documenter la mortalité routière, installer et surveiller des abris Relevé sur les routes et installation d abris 2 mai-15 juillet (intermittent) 2 couleuvres agiles trouvées mortes sur la route. 11

19 Équipe de Guelph dirigée par Porchuk et Brooks h Documenter la répartition, l écologie et le comportement Prospection intensive, marquagerecapture, radiotélémétrie, relevé sur les routes 20 avril-16 oct. 31 mars-22 oct. 14 avril-27 sept. Collecte de données spatiales, écologiques et comportementales détaillées ; repérage de microhabitats de nidification et d hibernation essentiels Porchuk Déterminer s il est efficace de construire des pièges dans les hibernacula et poursuivre le marquage-recapture Marquagerecapture, pièges dans les hibernacula 19 avril-30 mai Les couleuvres agiles font montre individuellement d une nette fidélité à leur hibernaculum Équipe de Guelph dirigée par Willson et Brooks i Continuer à surveiller la population de couleuvres agiles dans la savane du chemin Browns Marquagerecapture, pièges dans les hibernacula, relevé sur les routes 1 er avril-5 juin 1 er avril-13 sept. 1 er avril-1 er juin Données de recapture à long terme provenant d individus marqués en Porchuk j Dresser un plan officiel de rétablissement pour le RESCAPÉ Recherche documentaire et examen des données S.O. Mesures de rétablissement proactives nécessaires pour assurer la survie des couleuvres agiles dans l île Pelée Équipe de relevé printanier dirigée par Willson k Effectuer un relevé systématique afin de documenter la taille et les tendances de la population Prospection intensive le long de transects standardisés et dans des zones définies, marquagerecapture 13 avril-14 mai 13 avril-12 mai Les méthodes de relevé systématique peuvent donner des taux de capture permettant l estimation de la population. a Campbell (1976) b Ecologistics Ltd. (1979) c,d Oldham (1984, 1985) e Campbell et Perrin (1991) f Kamstra (1991) g Kraus (1992) COSEPAC Comité sur la situation des espèces en péril au Canada h Porchuk (1996), Brooks et Porchuk (1997) i Brooks et al. (2000) j Porchuk (1999) k Willson (2000) RESCAPÉ Rétablissement des espèces canadiennes en péril 12

20 Année Tableau 2. Couleuvres agiles bleues capturées, trouvées mortes sur les routes (MR) ou hors des routes (HR) dans l île Pelée par l équipe de rétablissement de la couleuvre agile bleue (1992) et l équipe de recherche de Guelph (de 1993 à 2001). MR Recaptures Captures vivantes Adultes et jeunes Nouveau-nés HR a Total Nouvelles d années antérieures de la même année Marquées b Date de la première capture 1992 c mai avril mars avril avril avril avril avril (31) (60) (0) (0) 1 (1) 35 (32) (60) 28 (23) 37 (37) 7 (7) 24 (23) - 25 (24) 1 37 Totals (37) 13 avril 08 avril a Les causes de mort présumées sont la prédation par les oiseaux de proie et les canidés, les tondeuses à gazon et les chasseurs. b Certaines années, on n a pu marquer toutes les nouvelles captures vivantes en raison des restrictions de taille dues à la méthode de marquage (p. ex. les nouveau-nés n ont pas été marqués). c Il est apparu qu un individu trouvé mort sur une route (MR) au printemps 1993 était mort en fait en 1992; on l a donc inclus ici. Survie des populations Les relevés effectués en 2000 (Willson, 2000) et en 2001 ont confirmé la présence de la couleuvre agile bleue dans les trois sites d'étude établis par Porchuk (1996). Malheureusement, à cause d'une controverse récente à propos de l'utilisation des terres, les propriétaires fonciers privés collaborent beaucoup moins volontiers, ce qui a limité la prospection et l'échantillonnage aux hibernacula «traditionnels». On n'a donc pas pu confirmer l utilisation de plusieurs de ces repaires. On espère que la conception de l'actuel relevé systématique triennal de la population (dont la deuxième année est maintenant terminée) permettra aux chercheurs de continuer d'échantillonner dans les mêmes secteurs (les secteurs de relevé actuels se trouvent sur des terres protégées et la collaboration des propriétaires semble assurée, du moins pour le moment). Depuis que Porchuk (1996) a établi que la couleuvre agile bleue était confinée aux deux tiers de l Est de l'île, les données ont toujours corroboré cette observation. Deux couleuvres agiles bleues ont été localisées plus à l ouest (une capturée et l'autre observée) par des sources fiables au cours de l'étude de 1993 à 1995, mais comme on était au milieu de l'été, il pourrait s'agir d'individus qui s'étaient très éloignés de leur hibernaculum (Porchuk [1996] a fait état de domaines vitaux 13

La biodiversité du Canada riche, mais en difficulté : le COSEPAC évalue une autre série d espèces en péril

La biodiversité du Canada riche, mais en difficulté : le COSEPAC évalue une autre série d espèces en péril La biodiversité du Canada riche, mais en difficulté : le COSEPAC évalue une autre série d espèces en péril Un élément central du travail requis pour la protection de la flore et de la faune diversifiée

Plus en détail

Mise à jour Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC. l adiante cheveux-de-vénus Adiantum capillus-veneris

Mise à jour Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC. l adiante cheveux-de-vénus Adiantum capillus-veneris Mise à jour Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l adiante cheveux-de-vénus Adiantum capillus-veneris au Canada ESPÈCE EN VOIE DE DISPARITION 2000 COSEPAC COMITÉ SUR LA SITUATION DES ESPÈCES

Plus en détail

Directive pour la réalisation d une étude sur les chauves-souris préalable a un projet de construction de parc éolien pour le NB

Directive pour la réalisation d une étude sur les chauves-souris préalable a un projet de construction de parc éolien pour le NB Directive pour la réalisation d une étude sur les chauves-souris préalable a un projet de construction de parc éolien pour le NB Pêche sportive et chasse Juin 2009 * Veuillez considérer la présente directive

Plus en détail

Couleuvre d'eau du lac Érié Nerodia sipedon insularum

Couleuvre d'eau du lac Érié Nerodia sipedon insularum Mise à jour Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la Couleuvre d'eau du lac Érié Nerodia sipedon insularum au Canada ESPÈCE EN VOIE DE DISPARITION 2006 COSEPAC COMITÉ SUR LA SITUATION DES ESPÈCES

Plus en détail

Fiches techniques des bois d intérêt écologique sur le territoire de la Communauté Métropolitaine de Montréal Bois validés en 2002

Fiches techniques des bois d intérêt écologique sur le territoire de la Communauté Métropolitaine de Montréal Bois validés en 2002 Fiches techniques des bois d intérêt écologique sur le territoire de la Communauté Métropolitaine de Montréal Bois validés en 2002 Bois de La Prairie (La Commune) No du plan RCI : CS-05 Municipalité :

Plus en détail

Massasauga Sistrurus catenatus

Massasauga Sistrurus catenatus Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le Massasauga Sistrurus catenatus Population des Grands Lacs et du Saint Laurent Population carolinienne au Canada Population des Grands Lacs et du Saint

Plus en détail

Sources des données et méthodes de l indicateur sur la durabilité de la récolte de bois d œuvre. Mai 2014

Sources des données et méthodes de l indicateur sur la durabilité de la récolte de bois d œuvre. Mai 2014 Sources des données et méthodes de l indicateur sur la durabilité de la récolte de bois d œuvre Mai 2014 ISBN : 978-0-660-22094-9 No de cat.: En4-144/14-2014F-PDF Le contenu de cette publication ou de

Plus en détail

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Avril 2011 Introduction Étape préalable à la demande Phases de l'évaluation environnementale et de l'examen des permis

Plus en détail

GUIDE CONSULTATION sur l inscription de trois espèces aquatiques à la liste de la LEP :

GUIDE CONSULTATION sur l inscription de trois espèces aquatiques à la liste de la LEP : GUIDE CONSULTATION sur l inscription de trois espèces aquatiques à la liste de la LEP : Cisco à museau court Chevalier noir Cisco kiyi (population du secteur supérieur des Grands Lacs) Octobre 2005 Les

Plus en détail

Division Politiques Section Politiques des pêches Numéro FI 2.06.04

Division Politiques Section Politiques des pêches Numéro FI 2.06.04 Objet Rédigé par - Ministère Richesses naturelles Direction générale Biodiversité Remplace la directive intitulée inchangé Division Politiques Section Politiques des pêches Numéro FI 2.06.04 Directive

Plus en détail

Université CADI AYYAD master tourisme, patrimoine et développement durable

Université CADI AYYAD master tourisme, patrimoine et développement durable Université CADI AYYAD master tourisme, patrimoine et développement durable Protection de la faune et de la flore au Maroc :Encadré par DR. Mr EL AKLAA plan Introduction I- La biodiversité au Maroc III-La

Plus en détail

Un bilan mitigé pour les espèces en péril du Canada

Un bilan mitigé pour les espèces en péril du Canada Un bilan mitigé pour les espèces en péril du Canada Le 12 décembre 2012 marque le 10 e anniversaire de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du Canada. En vertu de la LEP, les espèces deviennent candidates

Plus en détail

TENDANCES DANS LES RELEVÉS PAR NAVIRE SCIENTIFIQUE DANS LA RÉGION DES MARITIMES BANC GEORGES

TENDANCES DANS LES RELEVÉS PAR NAVIRE SCIENTIFIQUE DANS LA RÉGION DES MARITIMES BANC GEORGES Secrétariat canadien de consultation scientifique Région des Maritimes Réponse des Sciences 2014/018 TENDANCES DANS LES RELEVÉS PAR NAVIRE SCIENTIFIQUE DANS LA RÉGION DES MARITIMES BANC GEORGES Figure

Plus en détail

Préambule : Sous le patronage de :

Préambule : Sous le patronage de : Sous le patronage de : Association reconnue d utilité publique Université Paris VI Laboratoire d Anatomie comparée 2 place Jussieu 75005 PARIS http://www.societeherpetologiquedefrance.com Préambule : L

Plus en détail

DESCRIPTION DE LA RÉSIDENCE DE LA COULEUVRE AGILE À VENTRE JAUNE DE L EST (COLUBER CONSTRICTOR FLAVIVENTRIS) AU CANADA

DESCRIPTION DE LA RÉSIDENCE DE LA COULEUVRE AGILE À VENTRE JAUNE DE L EST (COLUBER CONSTRICTOR FLAVIVENTRIS) AU CANADA DESCRIPTION DE LA RÉSIDENCE DE LA COULEUVRE AGILE À VENTRE JAUNE DE L EST (COLUBER CONSTRICTOR FLAVIVENTRIS) AU CANADA L'article 33 de la Loi sur les espèces en péril (LEP) interdit d'endommager ou de

Plus en détail

Quebec. Notions d habitat AM É NAG E M E N T D E S B O I S É S E T GUIDES TECHNIQUES T E R R E S P R I V É S P O U R L A F AU N E INTRODUCTION

Quebec. Notions d habitat AM É NAG E M E N T D E S B O I S É S E T GUIDES TECHNIQUES T E R R E S P R I V É S P O U R L A F AU N E INTRODUCTION GUIDES TECHNIQUES AM É NAG E M E N T D E S B O I S É S E T T E R R E S P R I V É S P O U R L A F AU N E 1 Notions d habitat INTRODUCTION Qu est-ce qu un habitat? L habitat n est nul autre que le milieu

Plus en détail

Le développement éolien au Québec : comment réduire les impacts sur la faune et ses habitats?

Le développement éolien au Québec : comment réduire les impacts sur la faune et ses habitats? Le développement éolien au Québec : comment réduire les impacts sur la faune et ses habitats? 15 novembre 2013 Congrès de l Association des biologistes du Québec, Trois-Rivières 15 novembre 2013 Pascale

Plus en détail

Conf. 12.8 (Rev. CoP13) *

Conf. 12.8 (Rev. CoP13) * Conf. 12.8 (Rev. CoP13) * Etude du commerce important de spécimens d'espèces inscrites à l'annexe II RAPPELANT que l'article IV, paragraphe 2 a), de la Convention, stipule comme condition pour la délivrance

Plus en détail

Description du modèle de potentiel archéologique. 14A.1 Vue d ensemble

Description du modèle de potentiel archéologique. 14A.1 Vue d ensemble 14A Description du modèle de potentiel archéologique 14A.1 Vue d ensemble Les méthodes classiques de reconnaissance pédestre associées aux sondages souterrains représentent la manière la plus précise et

Plus en détail

LES DIVISIONS HYDROGRAPHIQUES DU BRÉSIL PAR JULIA SANTOS SILVA

LES DIVISIONS HYDROGRAPHIQUES DU BRÉSIL PAR JULIA SANTOS SILVA LES DIVISIONS HYDROGRAPHIQUES DU BRÉSIL PAR JULIA SANTOS SILVA 1. LA DIVISION HYDROGRAPHIQUE NATIONALE Selon la loi fédérale n. 9.433/97, la gestion de l'eau au Brésil doit être décentralisée, intégrée

Plus en détail

Examen d analyse et de raisonnement déductif (A R D T - A R D P) Exemples de questions

Examen d analyse et de raisonnement déductif (A R D T - A R D P) Exemples de questions Examen d analyse et de raisonnement déductif (A R D T - A R D P) Pour approfondir vos connaissances sur les emplois dans la fonction publique, consultez le site www.carrieres.gouv.qc.ca. Vous pouvez obtenir

Plus en détail

Cover Page. The handle http://hdl.handle.net/1887/20266 holds various files of this Leiden University dissertation.

Cover Page. The handle http://hdl.handle.net/1887/20266 holds various files of this Leiden University dissertation. Cover Page The handle http://hdl.handle.net/1887/20266 holds various files of this Leiden University dissertation. Author: Tumenta, Pricelia Nyaekon Title: A lion population under threat : understanding

Plus en détail

Nombre, répartition et migration des médecins canadiens 2012

Nombre, répartition et migration des médecins canadiens 2012 Nombre, répartition et migration des médecins canadiens 2012 Dépenses et main-d œuvre de la santé Notre vision De meilleures données pour de meilleures décisions : des Canadiens en meilleure santé Notre

Plus en détail

ÉVALUATION DU STOCK DE PÉTONCLES D ISLANDE DE LA ZONE TRANSFRONTALIÈRE FRANCO-CANADIENNE DU BANC DE SAINT-PIERRE

ÉVALUATION DU STOCK DE PÉTONCLES D ISLANDE DE LA ZONE TRANSFRONTALIÈRE FRANCO-CANADIENNE DU BANC DE SAINT-PIERRE Secrétariat canadien de consultation scientifique Avis scientifique 2010/054 ÉVALUATION DU STOCK DE PÉTONCLES D ISLANDE DE LA ZONE TRANSFRONTALIÈRE FRANCO-CANADIENNE DU BANC DE SAINT-PIERRE Contexte Figure

Plus en détail

Mémoire du Conseil canadien des archives (CCA) au comité législatif sur le projet de loi C-32 (CC32)

Mémoire du Conseil canadien des archives (CCA) au comité législatif sur le projet de loi C-32 (CC32) Mémoire du Conseil canadien des archives (CCA) au comité législatif sur le projet de loi C-32 (CC32) Fondé en 1985, le Conseil canadien des archivistes est né d une volonté fédéraleprovinciale de favoriser

Plus en détail

LES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ

LES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ LES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ Mémoire présenté au Comité permanent de la santé de la Chambre des communes Kaaren Neufeld, présidente de l Association des infirmières et infirmiers du Canada Ottawa

Plus en détail

Quebec. La conservation des chicots AM É NAG E M E N T D E S B O I S É S E T GUIDES TECHNIQUES T E R R E S P R I V É S P O U R L A F AU N E

Quebec. La conservation des chicots AM É NAG E M E N T D E S B O I S É S E T GUIDES TECHNIQUES T E R R E S P R I V É S P O U R L A F AU N E GUIDES TECHNIQUES AM É NAG E M E N T D E S B O I S É S E T T E R R E S P R I V É S P O U R L A F AU N E 6 La conservation des chicots INTRODUCTION En nature, on retrouve une grande diversité de milieux

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES SUR LA TERMINOLOGIE ET LES CONCEPTS UTILISÉS DANS LE PROGRAMME SUR LES ESPÈCES EN PÉRIL

LIGNES DIRECTRICES SUR LA TERMINOLOGIE ET LES CONCEPTS UTILISÉS DANS LE PROGRAMME SUR LES ESPÈCES EN PÉRIL Secrétariat canadien de consultation scientifique Avis scientifique 2009/065 LIGNES DIRECTRICES SUR LA TERMINOLOGIE ET LES CONCEPTS UTILISÉS DANS LE PROGRAMME SUR LES ESPÈCES EN PÉRIL Contexte : Figure

Plus en détail

LOI SUR LES ESPÈCES EN PÉRIL (LEP) DEMANDE DE PERMIS. Coordonnateur des permis** Nom : Organisation : Adresse : Téléphone : Télécopieur : Courriel :

LOI SUR LES ESPÈCES EN PÉRIL (LEP) DEMANDE DE PERMIS. Coordonnateur des permis** Nom : Organisation : Adresse : Téléphone : Télécopieur : Courriel : DEMANDE DE PERMIS Nom : Organisation : Adresse : Téléphone : Télécopieur : Courriel : Demandeur* Coordonnateur des permis** Langue préférée de correspondance: français anglais * Le demandeur sera considéré

Plus en détail

Les chiroptères : des mammifères extraordinaires!

Les chiroptères : des mammifères extraordinaires! COUVERT Atelier 10 Les chiroptères : des mammifères extraordinaires! Thème La chauve-souris Cycle visé : 1 er cycle du secondaire Résumé de l atelier Permettre aux élèves d approfondir leurs connaissances

Plus en détail

Chiroptères et routes: Cas concrets, études et perspectives. Gestion raisonnée des bords de route, biodiversité et continuités écologiques,

Chiroptères et routes: Cas concrets, études et perspectives. Gestion raisonnée des bords de route, biodiversité et continuités écologiques, LOGO DE L'ORGANISME Gestion raisonnée des bords de route, biodiversité et continuités écologiques, Journée technique interrégionale sous l'égide de la CoTITA du 23 novembre 2010 Chiroptères et routes:

Plus en détail

Rapport annuel. Exercice se terminant Le 31 mars 2011

Rapport annuel. Exercice se terminant Le 31 mars 2011 Rapport annuel Exercice se terminant Le 31 mars 2011 N o de cat. M175-2011 ISSN 0229-8473 (Imprimé) ISSN 1927-727X (En ligne) Ce rapport est publié séparément dans les deux langues officielles Demandes

Plus en détail

renforcement d un réseau de télécommunications, île beausoleil, parc national des îles de la baie géorgienne, ontario (canada)

renforcement d un réseau de télécommunications, île beausoleil, parc national des îles de la baie géorgienne, ontario (canada) C a s 3 renforcement d un réseau de télécommunications, île beausoleil, parc national des îles de la baie géorgienne, ontario (canada) par Marc Duchesne et Marc Lapointe Bell Canada Limitée F3.1 Présentation

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

RENCONTRE DES MINISTRES DES PARCS DU CANADA. WINNIPEG - LE 12 AOOT 1992 - Les ministres des parcs federaux,

RENCONTRE DES MINISTRES DES PARCS DU CANADA. WINNIPEG - LE 12 AOOT 1992 - Les ministres des parcs federaux, 1=--- Nil11 11 RENCONTRE DES MINISTRES DES PARCS DU CANADA COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ WINNIPEG - LE 12 AOOT 1992 - Les ministres des parcs federaux, provinciaux et territoriaux se sont rencontres

Plus en détail

VERS LE RÉTABLISSEMENT DU CARIBOU FORESTIER!

VERS LE RÉTABLISSEMENT DU CARIBOU FORESTIER! MÉMOIRE DÉPOSÉ À ENVIRONNEMENT CANADA DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION SUR LE PROGRAMME DE RÉTABLISSEMENT DE LA POPULATION BORÉALE DU CARIBOU DES BOIS (RANGIFER TARANDUS CARIBOU) AU CANADA VERS LE RÉTABLISSEMENT

Plus en détail

Étude d impact IBM sur les états frontaliers - Sommaire

Étude d impact IBM sur les états frontaliers - Sommaire Étude d impact IBM sur les états frontaliers - Sommaire Les États-Unis sont le marché touristique international le plus important pour le Canada et l Ontario. Par conséquent, on déploie des efforts importants

Plus en détail

L impôt fédéral sur le revenu des particuliers : la part de chacun

L impôt fédéral sur le revenu des particuliers : la part de chacun N o 11-621-MIF au catalogue N o 024 ISSN: 1707-0511 ISBN: 0-662-79675-6 Document analytique Analyse en bref L impôt fédéral sur le revenu des particuliers : la part de chacun par Patrice Martineau Division

Plus en détail

Présenté à Atelier national sur les sites contaminés fédéraux de. 1 e mai 2012, Toronto. Jean Pineault Pêches et Océans Canada région du Québec.

Présenté à Atelier national sur les sites contaminés fédéraux de. 1 e mai 2012, Toronto. Jean Pineault Pêches et Océans Canada région du Québec. Décontamination des propriétés isolées par la gestion du risque l usage des données biologiques et de l analyse de risques pour établir la portée des travaux pour le projet de l ancien phare de Grande-Île

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement QUÉBEC : 2013 2018 De façon générale, l investissement dans le secteur de la construction au Québec demeurera stable au cours des prochaines

Plus en détail

DOCUMENTATION DE L UTILISATION DE L HABITAT PAR LES ESPÈCES EN PÉRIL ET QUANTIFICATION DE LA QUALITÉ DE L HABITAT

DOCUMENTATION DE L UTILISATION DE L HABITAT PAR LES ESPÈCES EN PÉRIL ET QUANTIFICATION DE LA QUALITÉ DE L HABITAT Secrétariat canadien de consultation scientifique Avis scientifique 2007/038 DOCUMENTATION DE L UTILISATION DE L HABITAT PAR LES ESPÈCES EN PÉRIL ET QUANTIFICATION DE LA QUALITÉ DE L HABITAT Figure 1.

Plus en détail

Rapport sommaire sur la consommation d énergie dans le secteur manufacturier canadien

Rapport sommaire sur la consommation d énergie dans le secteur manufacturier canadien Enquête sur la consommation industrielle d énergie (CIE) Rapport sommaire sur la consommation d énergie dans le secteur manufacturier canadien de 1995 à 2011 Enquête sur la consommation industrielle d

Plus en détail

Le STERF en questions

Le STERF en questions Le STERF en questions Définition du STERF Le STERF, ou Suivi Temporel des Rhopalocères de France, est un programme conjoint entre le Département Ecologie et Gestion de la Biodiversité du Muséum National

Plus en détail

Protocole d identification, d enquête et de gestion des risques pour la santé

Protocole d identification, d enquête et de gestion des risques pour la santé Protocole d identification, d enquête et de gestion des risques pour la santé Préambule Les Normes de santé publique de l Ontario (normes) sont publiées par le ministère de la Santé et des Soins de longue

Plus en détail

SOMMAIRE CYCLE 1. Des jeux tout prêts. Des activités à préparer. Les solutions

SOMMAIRE CYCLE 1. Des jeux tout prêts. Des activités à préparer. Les solutions CYCLE 1 SOMMAIRE Des jeux tout prêts Colorie les animaux Le pelage des animaux Mères et petits Les modes de locomotion Animaux mélangés Plumes, poils et écailles Ranger les familles par ordre de taille

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/MP.PP/WG.1/2010/8 Distr. générale 17 mai 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion des Parties à la Convention sur l accès

Plus en détail

Carole Attié et Isabelle Chesnot

Carole Attié et Isabelle Chesnot PROGRAMME DE RENFORCEMENT DES POPULATIONS MIGRATRICES D OUTARDE CANEPETIERE Tetrax tetrax en France Projet LIFE04/NAT/FR/000091 1 er septembre 2004 au 31 octobre2009 Rapport final simplifié Carole Attié

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

Paysage Martin. Ronde préliminaire Cas d entrepreneuriat Desjardins. Place à la jeunesse 2008

Paysage Martin. Ronde préliminaire Cas d entrepreneuriat Desjardins. Place à la jeunesse 2008 Paysage Martin Cas d entrepreneuriat Desjardins Place à la jeunesse 2008 PAYSAGE MARTIN : NICHOLAS MARTIN UN EMPLOI D ÉTÉ LUI DONNE LE GOÛT DE SE LANCER EN AFFAIRES Alors qu il n avait que quatorze ans,

Plus en détail

Programme de protection des infrastructures essentielles de l Ontario

Programme de protection des infrastructures essentielles de l Ontario Programme de protection des infrastructures essentielles de l Ontario STRATÉGIE Révisée le 2 juin 2009 PAGE 1 DE 5 Remerciements L équipe du Programme de protection des infrastructures essentielles de

Plus en détail

CADRE CANADIEN RELATIF AU DROIT D EXERCICE

CADRE CANADIEN RELATIF AU DROIT D EXERCICE NÉGOCIATION D ENTENTES INTERNATIONALES DE RECONNAISSANCE MUTUELLE Définition des principaux aspects à prendre en considération Cette section définit et interprète les principaux aspects à prendre en considération

Plus en détail

Document de travail. Division des sciences, de l'innovation et de l'information électronique

Document de travail. Division des sciences, de l'innovation et de l'information électronique N o 88F0006XIF au catalogue N o 022 ISSN: 1706-8975 ISBN: 0-662-78616-5 Document de travail Division des sciences, de l'innovation et de l'information électronique Caractéristiques des petites entreprises

Plus en détail

VOYAGE A RODRIGUES LA BIODIVERSITE

VOYAGE A RODRIGUES LA BIODIVERSITE VOYAGE A RODRIGUES LA BIODIVERSITE SOMMAIRE I- LE MILIEU MARIN 1- Etat des lieux 2- Les problèmes 3- Les solutions apportées II- LE MILIEU TERRESTRE 1-La réserve François Leguat 2-La réserve de Grande

Plus en détail

Bulletin sur le marché du travail

Bulletin sur le marché du travail Bulletin sur le marché du travail Terre-Neuve-et-Labrador 2014 Ce Bulletin sur le marché du travail fournit une analyse des résultats de l Enquête sur la population active pour la province de Terre-Neuve-et-Labrador,

Plus en détail

Comment déterminer la valeur économique du travail bénévole. David Ross

Comment déterminer la valeur économique du travail bénévole. David Ross Comment déterminer la valeur économique du travail bénévole David Ross Édité par la Direction du Soutien aux organismes volontaires Ministère du Patrimoine canadien Ottawa (Ontario) K1A 1K5 Sa Majesté

Plus en détail

Le Braconnage, c'est l'affaire de tous! [BROUILLON]

Le Braconnage, c'est l'affaire de tous! [BROUILLON] Le Braconnage, c'est l'affaire de tous! [BROUILLON] Il y a de cela des années, l'évolution de l'homme le poussa à chasser des animaux pour assurer sa survie. Cette pratique a été conservée et sont encore

Plus en détail

Approche de la région du Pacifique concernant la gestion collaborative : Participation des Autochtones à la gestion des pêches.

Approche de la région du Pacifique concernant la gestion collaborative : Participation des Autochtones à la gestion des pêches. Approche de la région du Pacifique concernant la gestion collaborative : Participation des Autochtones à la gestion des pêches 30 octobre 2014 1 Aperçu But Contexte stratégique (besoins/attentes/progrès/abordabilité)

Plus en détail

Immigration et diversité ethnoculturelle au Québec

Immigration et diversité ethnoculturelle au Québec Immigration et diversité ethnoculturelle au Québec L Enquête nationale auprès des ménages (ENM) Analyse régionale Janvier 2014 Le portrait sur l Immigration et la diversité ethnique au Canada était la

Plus en détail

DISTRIBUTION, ABONDANCE ET DENSITE DES CAMELEONS LE LONG DES DIFFERENTS COURS D EAUX

DISTRIBUTION, ABONDANCE ET DENSITE DES CAMELEONS LE LONG DES DIFFERENTS COURS D EAUX DISTRIBUTION, ABONDANCE ET DENSITE DES CAMELEONS LE LONG DES DIFFERENTS COURS D EAUX DANS LA RESERVE PRIVEE D AMBODIRIANA (MANOMPANA SOANIERANA IVONGO) PHASE II RAPPORT PRELIMINAIRE Jeanneney Rabearivony

Plus en détail

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Sommaire 1. CHAMP D APPLICATION... 2 2. CHANGEMENTS DE METHODES

Plus en détail

Contexte du projet de paysage humanisé pour l ouest de l île Bizard (Ville de Montréal)

Contexte du projet de paysage humanisé pour l ouest de l île Bizard (Ville de Montréal) Contexte du projet de paysage humanisé pour l ouest de l île Bizard (Ville de Montréal) L Île Bizard est située au nord-ouest de l archipel montréalais. Elle est reconnue pour sa qualité de vie, son magnifique

Plus en détail

Pédiculaire de Furbish Pedicularis furbishiae

Pédiculaire de Furbish Pedicularis furbishiae Sommaire du statut de l espèce du COSEPAC sur la Pédiculaire de Furbish Pedicularis furbishiae au Canada EN VOIE DE DISPARITION 2011 Les sommaires du statut de l espèce du COSEPAC sont des documents de

Plus en détail

Société immobilière de l Ontario Services de gestion des immobilisations et des locaux

Société immobilière de l Ontario Services de gestion des immobilisations et des locaux Chapitre 4 Section 4.10 Société immobilière de l Ontario Services de gestion des immobilisations et des locaux Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.10 du Rapport annuel 2006

Plus en détail

La base de données SILENE Un outil pour la conservation de la flore méditerranéenne

La base de données SILENE Un outil pour la conservation de la flore méditerranéenne La base de données SILENE Un outil pour la conservation de la flore méditerranéenne Conservatoire botanique national méditerranéen de Porquerolles V. Noble 06 novembre 2014 Plan de la présentation Le Conservatoire

Plus en détail

Gens d affaires immigrants Travailleurs autonomes Résultats tirés de la base de données longitudinales sur les immigrants (BDIM)

Gens d affaires immigrants Travailleurs autonomes Résultats tirés de la base de données longitudinales sur les immigrants (BDIM) Documents de recherche de la BDIM 2008 Catégorie économique Pour usage interne seulement Profils des catégories d immigration d après la BDIM 2008 Gens d affaires immigrants Travailleurs Résultats tirés

Plus en détail

Caractéristiques de conduite des jeunes et de la population vieillissante

Caractéristiques de conduite des jeunes et de la population vieillissante N o 53F0007XIF au catalogue ISBN: 0-662-88083-8 Document de recherche Caractéristiques de conduite des jeunes et de la population vieillissante par John Nicoletta Division des transports Édifice principale,

Plus en détail

Rapport d inspection Test de fluorescéine 2012

Rapport d inspection Test de fluorescéine 2012 Rapport d inspection Test de fluorescéine 2012 Remis aux membres du Conseil Municipalité d Entrelacs Rédigé par Geneviève Gagnon Octobre 2012. Mise en contexte La municipalité a entrepris, en 2008, des

Plus en détail

Une empreinte réparatrice L abri à chauve-souris, un exemple

Une empreinte réparatrice L abri à chauve-souris, un exemple Une empreinte réparatrice L abri à chauve-souris, un exemple Problèmes environnementaux auxquels l empreinte apporte des solutions : Les chauvessouris sont essentielles pour l écosystème puisqu elles se

Plus en détail

INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011*

INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011* INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011* La 19me enquête «Insertion des jeunes Diplômés» de la Conférence des Grandes Écoles s intéresse aux conditions d insertion professionnelle

Plus en détail

Ordonnance sur les parcs d importance nationale

Ordonnance sur les parcs d importance nationale Projet du 0 janvier 007 Ordonnance sur les parcs d importance nationale (Ordonnance sur les parcs, OParcs) du... Le Conseil fédéral suisse, vu les art. k et 6 de la loi fédérale du er juillet 966 sur la

Plus en détail

Directives canadiennes en matière de comportement sédentaire

Directives canadiennes en matière de comportement sédentaire de comportement sédentaire Contexte Au cours des dernières décennies, le niveau d activité physique et de condition physique des Canadiennes et Canadiens a diminué. Or, faire régulièrement de l activité

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2014. Sommaire

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2014. Sommaire Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2014 Ce mémoire est présenté par : Association canadienne des hygiénistes dentaires (ACHD) Sommaire La santé buccodentaire

Plus en détail

Audit des contrôles de base de Diversification de l économie de l Ouest Canada

Audit des contrôles de base de Diversification de l économie de l Ouest Canada Audit des contrôles de base de Diversification de l économie de l Ouest Canada Octobre 2014 Bureau du contrôleur général du Canada Importance de l audit Aux termes de la Loi sur la gestion des finances

Plus en détail

«Data mining» floristique sur le territoire de la Côte-Nord

«Data mining» floristique sur le territoire de la Côte-Nord «Data mining» floristique sur le territoire de la Côte-Nord Line Couillard et Abdoul-Ousmane Dia Direction du patrimoine écologique et des parcs Ministère du Développement durable, de l Environnement,

Plus en détail

Axalta Coating Systems publie son rapport 2013 sur la popularité des teintes

Axalta Coating Systems publie son rapport 2013 sur la popularité des teintes Communiqué de presse Axalta Coating Systems Christbusch 25 42285 Wuppertal Allemagne Axaltacoatingsystems.com Contact Chantal Bachelier-Moore DA Public Relations Tel: +44 207 692 4964 Email: chantal@dapr.com

Plus en détail

Poisson-lait Chanos chanos

Poisson-lait Chanos chanos Bassin versant La FOA EMBOUCHURE, COURS INFÉRIEUR DE RIVIÈRE Poisson-lait Chanos chanos Longueur moyenne de 1 m Les nageoires sont de couleur pâle ou jaunâtre avec les bords foncés Poisson-lait Chanos

Plus en détail

Le 23 février 2015. PAR COURRIEL À : enev@sen.parl.gc.ca. Objet : Loi sur le parc urbain national de la Rouge

Le 23 février 2015. PAR COURRIEL À : enev@sen.parl.gc.ca. Objet : Loi sur le parc urbain national de la Rouge Le 23 février 2015 Membres du Comité sénatorial de l énergie, de l environnement et des ressources naturelles Le Sénat du Canada Ottawa (Ontario) K1A 0A4 PAR COURRIEL À : enev@sen.parl.gc.ca Objet : Loi

Plus en détail

Chauve-souris blonde Antrozous pallidus

Chauve-souris blonde Antrozous pallidus Sommaire du statut de l espèce du COSEPAC sur la Chauve-souris blonde Antrozous pallidus au Canada MENACÉE 2010 Les sommaires du statut de l espèce du COSEPAC sont des documents de travail servant à déterminer

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

Le commerce canadien de la bière : un passage aux marques importées

Le commerce canadien de la bière : un passage aux marques importées N o 65-507-MIF au catalogue N o 005 ISSN: 1712-1353 ISBN: 0-662-79733-7 Document analytique Le commerce canadien en revue Le commerce canadien de la bière : un passage aux marques importées par Carlo Rupnik

Plus en détail

Partie II : les déplacements domicile-travail

Partie II : les déplacements domicile-travail Des distances de déplacement différentes selon le profil des actifs Au delà des logiques d accessibilité, les distances parcourues pour se rendre au travail se déclinent différemment selon le sexe, l âge,

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

Normes comptables pour les organismes sans but lucratif

Normes comptables pour les organismes sans but lucratif Normes comptables pour les organismes sans but lucratif Manuel de l ICCA Comptabilité, Partie III Historique et fondement des conclusions Avant-propos Le Conseil des normes comptables (CNC) a publié en

Plus en détail

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ L ORGANE DIRECTEUR, PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT Rappelant que la Stratégie de financement a pour objectifs

Plus en détail

Bilan de la campagne estivales 2012 de Cybelle Planète pour le programme IMPACT-CET mené par EcoOcéan Institut

Bilan de la campagne estivales 2012 de Cybelle Planète pour le programme IMPACT-CET mené par EcoOcéan Institut Bilan de la campagne estivales 2012 de Cybelle Planète pour le programme IMPACT-CET mené par EcoOcéan Institut Depuis 2006, les écovolontaires de Cybelle planète participent, chaque été, à la collecte

Plus en détail

Un chat pas si méchant!

Un chat pas si méchant! Fiche 1 Un chat pas si méchant! 1 Un chat pas si méchant! (sur l air de Il était un petit navire) Monsieur le chat vient à la ferme, Monsieur le chat vient à la ferme. Qui répond : «Ch, ch, ch» quand on

Plus en détail

d évaluation Objectifs Processus d élaboration

d évaluation Objectifs Processus d élaboration Présentation du Programme pancanadien d évaluation Le Programme pancanadien d évaluation (PPCE) représente le plus récent engagement du Conseil des ministres de l Éducation du Canada (CMEC) pour renseigner

Plus en détail

MISSION. Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick, 2005

MISSION. Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick, 2005 MISSION L Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick est un organisme de réglementation professionnel voué à la protection du public et au soutien de la profession infirmière. Elle

Plus en détail

MÉMOIRE : CONSULTATION SUR L APPRENTISSAGE PRÉCOCE ET LA GARDE DES JEUNES ENFANTS

MÉMOIRE : CONSULTATION SUR L APPRENTISSAGE PRÉCOCE ET LA GARDE DES JEUNES ENFANTS MÉMOIRE : CONSULTATION SUR L APPRENTISSAGE PRÉCOCE ET LA GARDE DES JEUNES ENFANTS PRÉSENTÉ AU MINISTÈRE DES SERVICES FAMILIAUX ET COMMUNAUTAIRES BERNARD RICHARD, OMBUDSMAN ET DÉFENSEUR DES ENFANTS ET DE

Plus en détail

Survol des services. www.ccg-gcc.gc.ca. Survol des services. Fisheries and Oceans Canada. Pêches et Océans Canada. Canadian Coast Guard

Survol des services. www.ccg-gcc.gc.ca. Survol des services. Fisheries and Oceans Canada. Pêches et Océans Canada. Canadian Coast Guard Pêches et Océans Canada Fisheries and Oceans Canada Garde côtière canadienne Canadian Coast Guard Garde côtière canadienne Survol des services Survol des services www.ccg-gcc.gc.ca 1 Photo: Pauli Thurner

Plus en détail

NORME D APPLICATION DE LA RÉGLEMENTATION

NORME D APPLICATION DE LA RÉGLEMENTATION NORME D APPLICATION DE LA RÉGLEMENTATION Politiques, programmes et procédures de protection de l'environnement aux installations nucléaires de catégorie I et aux mines et usines de concentration d'uranium

Plus en détail

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun ou Phragmites australis Indigène vs exotique Il y a deux sous-espèces de Phragmites australis, L indigène: n envahit pas le milieu, cohabite avec les

Plus en détail

2. Le rapportage «article 17» : concept et notions générales

2. Le rapportage «article 17» : concept et notions générales 2. Le rapportage «article 17» : concept et notions générales 2.1. Principes du rapportage A l Article 17, la Directive Habitats prévoit que les États Membres établissent tous les 6 ans un rapport sur l'application

Plus en détail

Ventes de véhicules automobiles neufs

Ventes de véhicules automobiles neufs N o 63-007-X au catalogue Ventes de véhicules automobiles neufs Février 2011 Comment obtenir d autres renseignements Pour toute demande de renseignements au sujet de ce produit ou sur l ensemble des données

Plus en détail

INDICE DU RELEVÉ DU STOCK DE NARVALS DU NORD DE LA BAIE D HUDSON AOÛT 2008

INDICE DU RELEVÉ DU STOCK DE NARVALS DU NORD DE LA BAIE D HUDSON AOÛT 2008 Secrétariat canadien de consultation scientifique Avis scientifique 2009/082 INDICE DU RELEVÉ DU STOCK DE NARVALS DU NORD DE LA BAIE D HUDSON AOÛT 2008 Narval, par R. Phillips. Figure 1 : En août, ce stock

Plus en détail

Politique de placement de la FCO

Politique de placement de la FCO Politique de placement de la FCO FONDATION COMMUNAUTAIRE D OTTAWA POLITIQUE POLITIQUE DE PLACEMENT La Fondation communautaire d Ottawa (FCO) est une fondation publique ayant pour mandat de subventionner

Plus en détail

QUATRIEME PARTIE - EVALUATION DES INCIDENCES DU PROJET SUR LES ESPECES D INTERET COMMUNAUTAIRE

QUATRIEME PARTIE - EVALUATION DES INCIDENCES DU PROJET SUR LES ESPECES D INTERET COMMUNAUTAIRE QUATRIEME PARTIE - EVALUATION DES INCIDENCES DU PROJET SUR LES ESPECES D INTERET COMMUNAUTAIRE Etude d incidence Natura 2000_V3 71/99 4.1 PREAMBULE Un projet peut présenter deux types d impacts : des impacts

Plus en détail

BATPHIL.COM - Galatée Films / Ludovic Sigaud. Fiches pédagogiques clés en main de Sciences de la vie et de la Terre

BATPHIL.COM - Galatée Films / Ludovic Sigaud. Fiches pédagogiques clés en main de Sciences de la vie et de la Terre BATPHIL.COM - Galatée Films / Ludovic Sigaud Fiches pédagogiques clés en main de Sciences de la vie et de la Terre ACTIVITÉ 1 TIRÉE DU LIVRE D ACTIVITÉS ACTES SUD JUNIOR LA VIE À TOUS LES ÉTAGES En s élevant

Plus en détail