UNE DESCRIPTION DE L ALLUSION DISCURSIVE,

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UNE DESCRIPTION DE L ALLUSION DISCURSIVE,"

Transcription

1 UNIVERSITÉ DE LA SORBONNE NOUVELLE PARIS III ~ Arts, langues, lettres, sociétés contemporaines ~ «Sciences du langage ; didactique des langues» Didactique du français et des langues UNE DESCRIPTION DE L ALLUSION DISCURSIVE, PROPOSITION DE TYPOLOGIE ET INTÉGRATION DANS LA DIDACTIQUE DU FRANÇAIS COMME LANGUE ÉTRANGÈRE Mémoire de recherche, 2 e année de Mastère présenté et soutenu par Élodie OURSEL préparé sous la direction de Sophie MOIRAND

2 UNE DESCRIPTION DE L ALLUSION DISCURSIVE, PROPOSITION DE TYPOLOGIE ET INTÉGRATION DANS LA DIDACTIQUE DU FRANÇAIS COMME LANGUE ÉTRANGÈRE 1

3 REMERCIEMENTS C est avec plaisir que je remercie certains membres de ma famille pour leur soutien moral, mental et matériel, et pour leur patience, leur compréhension, ainsi que les apports qu ils ont permis par leur intérêt et leurs réflexions. De même, un grand merci à tous les relecteurs qui ont eu l amabilité, la patience et l énergie pour critiquer ce mémoire. Je dois enfin beaucoup à Michel Buze, le créateur du site Internet sur lequel j ai trouvé les transcriptions de sketchs. 2

4 SOMMAIRE REMERCIEMENTS...2 SOMMAIRE...3 INTRODUCTION...4 I. LA CONSTRUCTION DE L OBJET DE RECHERCHE La constitution des corpus Ancrage théorique, sketchs et allusions Une analyse du discours dans une perspective didactique...34 II. UNE DESCRIPTION DES DIFFÉRENTS TYPES D ALLUSIONS Les allusions à un genre de discours Les allusions à un texte ou à un discours Conclusion...72 III. QUELQUES PERSPECTIVES DIDACTIQUES L humour et les allusions dans la didactique Un projet théorique et expérimental...99 CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE VIDÉOGRAPHIE WEBOGRAPHIE INDEX DES NOTIONS TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE DES ANNEXES ANNEXES TABLE DES ANNEXES

5 INTRODUCTION 4

6 L an passé, j ai réalisé un premier travail d initiation à la recherche intitulé «Traitement didactique des références collectives des Français dans les méthodes de F.L.E., Étude de cas : Le Nouveau Sans Frontières 1, 2 et 3 et Connexions 1, 2 et 3». Dans ce petit mémoire, j ai tenté de comprendre comment les manuels de français langue étrangère utilisent ce que j avais appelé les références collectives (objets, circonscrits et concrets, culturellement conditionnés, que les membres d une communauté partagent). J ai procédé à un repérage de ces références puis à une analyse portant sur le degré d explication que fournissent les manuels étudiés. Une seconde analyse m a permis de dégager trois grands objectifs didactiques dans leur traitement : les manuels proposent soit une activité à visée linguistique autour de l objet culturel, soit une activité à visée encyclopédique, soit une activité à visée interculturelle, c est-à-dire qui permet aux utilisateurs du manuel de comparer leur système culturel avec celui qui leur est présenté. L activité peut cumuler les objectifs si elle présente plusieurs points par exemple. Un document, cependant, n entre pas dans ces objectifs. C est un sketch de Muriel Robin, La Lettre, qui fait allusion à une chanson de Jacques Brel, Ne me quitte pas. Les consignes de l activité qui s y rapporte laissent penser que l intérêt de la tâche est dans la mise en rapport des deux documents, dans l interprétation de cette allusion. Au-delà des compétences linguistique et culturelle, une nouvelle compétence apparaît, à dix pages de la fin du manuel de niveau 3, la compétence d interprétation. Cette mise en relation a attiré mon attention : elle a un sens culturellement ancré, elle nécessite certaines compétences cognitives et certaines connaissances et elle produit un certain effet chez celui qui peut la remarquer. Cela a éveillé chez moi un intérêt pour les problèmes liés à l implicite dans le discours et au niveau cognitif de la compréhension, mais pour ce travail de seconde année de Mastère, j ai préféré circonscrire mon étude aux allusions discursives dans les sketchs d humoristes. L objectif du travail qui a mené à ce mémoire était d organiser et d affiner les connaissances concernant le fonctionnement linguistique et cognitif des allusions discursives afin d en déduire les protocoles expérimentaux les plus appropriés et de parvenir à une insertion en didactique du français langue étrangère, par ailleurs déjà légitimée par le Cadre Européen Commun de Référence pour les langues (Conseil de l Europe, 2001). La réalisation de cet objectif a nécessité diverses étapes et en nécessitera d autres encore, telles que la mise en place effective des protocoles expérimentaux exposés dans ce 5

7 mémoire. J ai procédé dans un premier temps au choix d un type de corpus, choix que je justifierai en début de première partie, puis à une sélection d allusions discursives dans ce corpus. À partir de ce corpus de travail, j ai pratiqué diverses analyses dont les fondements théoriques seront présentés en fin de première partie, ce qui m a permis d aboutir à un classement. Les allusions classées ont laisser apparaître une architecture et différents niveaux d une typologie. C est le premier résultat de cette recherche : il sera exposé dans la deuxième partie. Les analyses ont affiné mes connaissances sur les allusions et la typologie les a organisées. La description des allusions rend manifestes les similitudes et les différences qui existent entre les types d allusions discursives que nous étudions : une proposition de définition sera effectuée à partir des points communs mis en exergue par la typologie. C est le deuxième résultat notable de ce travail, il sera présenté à la fin de la deuxième partie. L étude discursive et cognitive des allusions a clarifié certains points, elle s est avérée très utile pour leur intégration dans les programmes d enseignement. Cependant, afin d avoir une vision plus globale du phénomène, j ai tenu à étudier également les relations qu entretiennent les allusions discursives avec leur contexte, le sketch humoristique. Ces relations, d ordre rythmique et socio-culturelle, seront évoquées au début de la troisième partie. Ce détour a apporté la dimension psychosociale indispensable à une étude sur les allusions humoristiques, elle a d ailleurs été très bénéfique à la perspective didactique de ma réflexion. D une part les avancées que constituent la typologie, la description des allusions discursives et leur définition et d autre part l étude psychosociale des allusions et de l humour m ont permis d envisager la place de l allusion et de l humour dans l enseignement et dans l apprentissage du français langue étrangère, le développement de certaines compétences travaillées en didactique des langues, et d ouvrir sur les conditions d apprentissage. Ces apports didactiques seront présentés dans la troisième partie, qui sera close par des propositions de protocoles expérimentaux et par diverses ouvertures pour la thèse. 6

8 I. LA CONSTRUCTION DE L OBJET DE RECHERCHE 7

9 Les dictionnaires spécialisés de sciences du langage et d analyse du discours que nous avons consultés en début de parcours font une maigre place au phénomène de l allusion : le Dictionnaire encyclopédique des sciences du langage (Ducrot et Todorov, 1972) parle de «Figures», mais n évoque pas les allusions et le Dictionnaire d analyse du discours (Charaudeau et Maingueneau, 2002) ne propose pas d entrée. Il nous a fallu préciser notre conception de l allusion discursive avant de répertorier des occurrences dans notre corpus et de les étudier. Nous avons établi dans un premier temps un corpus de référence à la fois prolifique en allusions et adapté à un cours de français langue étrangère. Puis, nous avons tenté d affiner notre compréhension des termes «allusion discursive» et, en parallèle, nous avons répertorié un certain nombre de ces allusions. Dans le même temps, nous avons fait des recherches sur les cadres théoriques dans lesquels notre travail se situe. Nous avons pris connaissance, en particulier dans le champ de l analyse du discours, de théories et d outils qui nous ont ensuite donné les moyens d étudier les allusions répertoriées. Nous verrons dans un premier temps quel corpus de référence a été réuni, ainsi que pourquoi et comment cette sélection s est effectuée, puis nous exposerons les critères définitoires de l allusion discursive qui ont guidé le repérage des allusions dans ce corpus, et, enfin, nous envisagerons les orientations théoriques et méthodologiques qui ont encadré nos analyses et notre réflexion. 1. La constitution des corpus L objectif de notre recherche étant d étudier les allusions discursives dans une perspective didactique, il nous a semblé pertinent de constituer un corpus d allusions à partir de documents utilisables en cours de langue : un corpus «au vol» ne convient pas dans ces conditions parce qu il n est pas stable (i.e. pas enregistré). Nous avons cherché des textes disponibles facilement, réutilisables et présentant des allusions discursives. Nous avons choisi de nous tourner vers les sketchs d humoristes parce qu ils correspondaient à tous ces critères. Le corpus de référence que nous avons composé n est pas représentatif des archives présentant des allusions puisqu il a une visée humoristique et que les allusions peuvent être présentes dans des textes qui n ont pas cette visée. Cependant, nous considérons que cette non-représentativité ne va pas à l encontre de la scientificité de notre travail parce que les mécanismes sociaux de l allusion sont les mêmes quel que soit le discours qui la met en place (voir III , p ). Selon nous, la particularité illocutoire de ce corpus n est pas un obstacle à la généralisation. En revanche, il présente un certain nombre d avantages 8

10 qui donnent la possibilité aux enseignants de reprendre ce type de textes et d utiliser les sketchs comme documents didactiques dans leurs cours. Afin de justifier plus précisément les éléments qui composent notre corpus de référence d une part, et notre corpus d allusions d autre part, nous verrons dans le détail les paramètres qui ont orienté la sélection des sketchs puis nous étudierons les bases définitoires de l allusion discursive qui ont influé sur la constitution du corpus d étude Les paramètres de sélection des sketchs Nous avons procédé à une réduction progressive du nombre de textes pour le corpus parce que ce dernier doit être adapté à notre travail. C est la perspective didactique qui a guidé nos décisions en ce qui concerne les sketchs. La mise en place des critères de sélection que nous nous sommes imposés a été envisagée pour simplifier le travail des enseignants qui souhaiteraient utiliser l humour dans leurs cours. Ce ne sont pas des critères absolus pour l utilisation de discours humoristiques dans l enseignement, mais seulement des critères possibles. Nous les avons retenus parce qu ils sont cohérents avec une perspective didactique et que nous portons un intérêt à la singularité qu ils apportent au corpus (en particulier l énonciation des one-man-show). Les critères que nous avons décidé d appliquer aux textes disponibles pour cette recherche sont : la disponibilité des transcriptions ; un paramètre de l énonciation, le sujet parlant unique ; et l adaptation de l enregistrement à la situation didactique La disponibilité des transcriptions Notre recherche n étant pas axée sur la compréhension de l oral en particulier, nous n avons pas cherché à obtenir des transcriptions de sketchs précises au niveau phonologique : l indication des pauses, des intonations montantes ou descendantes, de la hauteur de voix ne sont pas requises dans notre situation. Nous sommes allée chercher des transcriptions non-scientifiques sur Internet pour deux raisons : nous avons souhaité construire un corpus qui ne fasse pas état des détails phonologiques et qui soit disponible facilement. Nous avons visité plusieurs sites sur Internet, mais un seul 1 proposait les transcriptions de sketchs que nous avions trouvés sur les autres, ainsi que celles d autres sketchs. L auteur, Michel Buze, n a pas de connaissances en linguistique. Il a transcrit les 1 BUZE Michel, (2007 [1999]), disponible à l adresse : 9

11 sketchs lui-même à partir de vidéos dont il n a pas donné les références sur le site. Nous avons repris les transcriptions qui nous intéressaient (celles qui correspondent aussi aux critères qui suivent), et nous les avons corrigées en les comparant avec les versions vidéos qui sont sur le DVD fourni avec le mémoire. Les transcriptions qui se trouvent en annexes (voir p ) sont celles des enregistrements référencés dans la vidéographie (p ). Le peu d importance que nous accordons aux particularités de l oral dans ce travail nous a amenée à ne pas respecter les conventions de transcriptions de l oral parce qu un tel degré de précision n était pas nécessaire à la qualité de notre recherche. C est pourquoi les intonations et les pauses ne sont pas marquées comme il convient de le faire dans une transcription d oral pour une étude phonétique par exemple Les paramètres de l énonciation Sur ce site Internet, l auteur met à disposition des transcriptions d histoires drôles, de sketchs en duo, en trio, d imitations de personnalités médiatiques Nous avons exclu les imitateurs et restreint le corpus à des sketchs en «one-man-show». Il y a trois raisons à cela : la crainte de se laisser perdre dans l immensité des discours humoristiques ; le sentiment que les imitateurs n ont pas les mêmes techniques humoristiques que les humoristes (le rôle de la voix et des intonations est, là, crucial) et le sentiment qu il est plus difficile en situation didactique de travailler avec des imitateurs qu avec des humoristes 2 ; l impression, enfin, que la situation d énonciation est particulière : une personne devant des centaines de personnes. Peut-être l acteur parle-t-il directement en «je» et en «vous», ou bien joue-t-il plusieurs personnages à la fois en ignorant le public (voir I , p ). L interaction représentée par un seul locuteur apporte un intérêt pour le cours de langue : l enseignant présentant un sketch à ses apprenants peut les faire travailler sur cette situation d énonciation, les mener à étudier le nombre de personnages (de locuteurs), le nombre d acteurs (de sujets parlants), qui parle, quand, comment le voit-on (les marques de l énonciation et de l interaction représentée). 2 Parce que les imitateurs travaillent principalement dans l actualité, un peu comme les Guignols de l info sur Canal +, les documents vieillissent rapidement lorsqu ils sont placés dans le temps de l enseignement. De plus, les imitateurs jouent beaucoup sur le paraverbal et sur les tics de langage de personnalités célèbres. Contrairement aux humoristes qui s inscrivent majoritairement dans des situations et dans des thèmes quotidiens et populaires, les imitateurs usent plus de connaissances médiatiques et de représentations paraverbales. 10

12 Le nombre total de sketchs trouvés sur Internet qui correspondent à ce fonctionnement énonciatif est de 167. Ces 167 sketchs composent le corpus exploratoire que nous avons affiné avec les critères suivants La situation didactique Certains sketchs ne présentent pas ou quasiment pas d allusions. Nous avons procédé à une nouvelle sélection qui a donné priorité aux sketchs qui présentent une densité minimum d allusions discursives 3. D autres critères se sont ajoutés lors de cette sélection : la durée des sketchs intégrés au corpus est limitée à moins de dix minutes afin que le matériel didactique soit adapté aux capacités de concentration des apprenants ; le thème du sketch ne doit pas être trop délicat afin de ne pas comporter trop de risques en situation didactique multiculturelle (voir III , p ). Nous avons souhaité que les transcriptions correspondent toujours à une version vidéo et non seulement audio pour des considérations d ordre didactique également. Il est difficile de percevoir une allusion en temps normal pour les apprenants, et nous savons que chacun use de stratégies d apprentissages variées : le repérage est rendu d autant plus difficile aux apprenants qui ont une mémoire visuelle qu ils n ont pas la possibilité de joindre la lecture labiale à l audition. De plus, le travail sur support vidéo permet aux apprenants de voir les humoristes, ce qui a deux avantages majeurs : ils ont accès à leur apparence physique, ce qui leur donne les moyens de les reconnaître sur des affiches ou à la télévision, et ils peuvent apprendre à décoder le langage non verbal de ceux-ci, qui s évertuent souvent à être très expressifs. Ils apprennent ainsi en même temps à reconnaître les mimiques d une personne en colère, nerveuse, mécontente, ou moqueuse. Après sélections, le corpus de référence est composé de 16 sketchs. Il est disponible en annexe (p ) avec les transcriptions intégrales. Le lecteur a accès aux enregistrements qui sont la source de ces transcriptions en visionnant le DVD fourni en annexe. Toutes les allusions du corpus d étude sont extraites de ces textes. 3 Le lecteur risque d avoir l impression que l allusion discursive est un phénomène extrêmement courant dans les sketchs et que tous les humoristes y ont recours (puisque tous les sketchs sélectionnés en présentent). Environ la moitié des sketchs de départ ont été éliminés parce qu ils n en présentent pas ou quasiment pas. L allusion discursive n est ni intrinsèque, ni nécessaire aux stratégies humoristiques. La densité d allusions est souvent relative au style de l humoriste : c est un procédé très commun chez Raymond Devos ou Pierre Desproges, mais il est beaucoup plus rare chez Florence Foresti. 11

13 1.2. La constitution du corpus d étude Le corpus de référence que nous avons construit est composé de textes qui présentent tous un certain nombre d allusions discursives de différents types. Ce sont ces allusions, une fois répertoriées, que nous avons analysées pour atteindre notre objectif de recherche. Nous avons eu recours à quelques auteurs pour affiner le sens non trivial de l allusion : les travaux auxquels nous avons fait appel nous ont donné des clés très différentes pour préciser notre conception de ce phénomène et pour mieux le cerner. Quelques caractéristiques intrinsèques et quelques limites ont été posées à notre objet de recherche. Nous avons ensuite pu procéder à un repérage selon les caractéristiques prises dans leur acception la plus large, tout en restant strictement dans les limites fixées Qu est-ce qu une allusion? Nos premières lectures 4 nous ont menée aux définitions de Pierre Fontanier : «[L allusion] consiste à faire sentir le rapport d une chose qu on dit avec une autre qu on ne dit pas, et dont ce rapport même réveille d idée.» (1968 [1821], p. 125) et du Littré : «figure de rhétorique consistant à dire une chose qui fait penser à une autre» Elles nous ont fourni une première caractéristique de l allusion : si elle se comprend, elle ne se dit pas. D autres recherches nous ont portée à lire L implicite de Catherine Kerbrat- Orecchioni (1986) et «Aux risques de l allusion» de Jacqueline Authier-Revuz (2000). Elles présentent l allusion sous deux angles très différents qui correspondent à deux aspects de notre orientation théorique : l une pragmatique, l autre dialogique. Pour définir l allusion, Catherine Kerbrat-Orecchioni l insère dans une typologie des types d implicites. Elle procède à une première distinction au niveau des contenus discursifs : les contenus explicites d une part et les contenus implicites d autre part (1986, p. 20). En faisant appel à Herbert Paul Grice (1957, p ), elle précise ainsi sa position : «parler explicitement, c est to tell something ; parler implicitement, c est to get someone to think something. [ ] les contenus implicites (présupposés et sous-entendus) ont en commun la propriété de ne pas constituer en principe [ ] le véritable objet du dire, tandis que les contenus explicites correspondent, en principe toujours, à l objet essentiel du message à transmettre, ou encore sont dotés, selon la formule cette fois de R. Posner (1982, p. 2), de la plus grande pertinence communicative.» (1986, p ) 6. 4 Extraites des actes du colloque L Allusion dans la littérature (2000). 5 GRICE Herbert Paul (1957) : «Meaning», The Philosophical Review 66, p POSNER Roland (1982) : L analyse pragmatique des énoncés dialogués, documents de travail et prépublications du Centre International de Sémiotique de l Université d Urbino, n

14 Catherine Kerbrat-Orecchioni propose un parasynonyme pour l implicite, l inférence, qu elle définit comme «toute proposition implicite que l on peut extraire d un énoncé, et déduire de son contenu littéral en combinant des informations de statut variable (internes ou externes).» (1986, p. 24). Elle constitue une hiérarchie dans laquelle s opposent contenus explicites et implicites, puis parmi les contenus implicites autrement appelés inférences, s opposent présupposés et sous-entendus, et enfin parmi les sousentendus, l insinuation et l allusion, deux entités qui semblent se recouper en certains points 7 : L auteur définit les présupposés : «toutes les informations qui, sans être ouvertement posées (i.e. sans constituer en principe le véritable objet du message à transmettre), sont cependant automatiquement entraînés par la formulation de l énoncé, dans lequel elles se trouvent intrinsèquement inscrites, quelle que soit la spécificité du cadre énonciatif.» (1986, p. 25), les sous-entendus : «toutes les informations qui sont susceptibles d être véhiculées par un énoncé donné, mais dont l actualisation reste tributaire de certaines particularités du contexte énonciatif [ ] ; valeurs instables, fluctuantes, neutralisables, dont le décryptage implique un calcul interprétatif toujours plus ou moins sujet à caution, et qui ne s actualise vraiment que dans des circonstances déterminées» (1986, p. 39). et l allusion, unité inférieure aux sous-entendus : «fait implicitement référence à un ou plusieurs faits particuliers connus de certains des protagonistes de l échange verbal [ ] ce qui établit entre eux une certaine connivence (pacifique ou agressive [ ])» ou consiste en un «renvoi intertextuel» (1986, p. 46) Catherine Kerbrat-Orecchioni insiste sur le caractère in absentia de l allusion, sur la connivence nécessaire à la réalisation de l allusion, et elle introduit l idée d un «calcul 7 L insinuation pose un problème définitoire à Catherine Kerbrat-Orecchioni parce qu elle est surtout caractérisée par une intention malveillante, mais rien ne vient clairement distinguer l insinuation non malveillante de l allusion. L auteur décide de trancher et de réserver l insinuation «aux cas où la nature du contexte sous-entendu invite à supposer chez son énonciateur un mauvais dessein.» (1986, p. 46). 13

15 interprétatif» (voir citation supra, p. 13), qui serait le produit de la compétence d interprétation que nous cherchons à développer chez les apprenants de français langue étrangère (voir l introduction, p. 5 et III , p et III , p ). Pour travailler sur l allusion, Jacqueline Authier-Revuz se place dans une tout autre perspective, plus dialogique, moins pragmatique. Elle parle de la «présence non-marquée du discours de l autre», d allusions «qui mettent en œuvre le lien d un savoir partagé, [qui] sont en même temps mises à l épreuve, et par là, confirmation voire célébration de la communauté correspondant à ce lien.» (1995, p. 308). Jacqueline Authier-Revuz propose une dichotomie utile dans notre perspective : elle met en lumière la différence fondamentale entre les allusions intratextuelles et les allusions intertextuelles, les premières étant moins discriminantes du fait de la connivence instaurée par le discours qui produit l allusion, les secondes l étant davantage du fait que la connivence est un pré-requis que le locuteur présume être possédé par l interlocuteur : «Dans le cas de la connivence intra-textuelle, la communauté mise en œuvre est celle qu instaure le fonctionnement même du texte ou de l échange verbal, et de l espace de mémoire partagée celle du déjà dit précédant linéairement le hic et nunc : c est l échange lui-même qui crée les conditions de son fonctionnement allusif, interne, et le récepteur est, nécessairement adéquat, nécessairement co-appartenant à la communauté co-énonciative. Au contraire, les communautés que requièrent les allusions à du déjà-dit extérieur relèvent d un lien supplémentaire, indépendant du fonctionnement de la co-énonciation, et conditionnant celle-ci. Il y a non-production de connivence dans l espace d un échange, mais exigence de cette connivence comme condition de l échange, c est-à-dire construction par l énonciateur dans ce qu il choisit de désigner allusivement comme extérieur, de l image du récepteur adéquat, c est-à-dire co-possédant avec lui une certaine mémoire interdiscursive.» (1995, p. 309) C est sur la relation discursive entre le producteur et le récepteur (relation de communauté co-énonciative, ou de communauté interdiscursive estimée) que Jacqueline Authier-Revuz axe sa définition de l allusion. Nous gardons cette dichotomie à l esprit pour la typologie que nous proposerons (en particulier pour l intertextualité et l intratextualité, en II.2.2. et II.2.3., p ) et nous retenons de manière générale l idée de connivence entre le producteur et le récepteur, connivence nécessaire à une intercompréhension maximale du discours (voir III , p ). Nous pouvons proposer une première définition, en posant des caractéristiques et des limites à l allusion. Elle : 14

16 est implicite (ne constituant pas le véritable objet du dire, elle est laissée à entendre), est sous-entendue (susceptible d être véhiculée, son actualisation n est pas assurée à priori) fait référence à des faits connus ou supposés connus par le locuteur (ce qui crée ou renforce la connivence entre ceux qui perçoivent l allusion) n est pas explicite (ne constitue pas l objet essentiel du message) n est pas présupposée (pas automatiquement entraînée par la formulation du dire) n est pas nécessairement une insinuation (l intention de l allusion n est pas nécessairement malveillante, mais elle peut l être) Qu est-ce qu une allusion discursive? Le problème définitionnel ne s est pas arrêté à l allusion. Il s est poursuivi avec l adjectif discursive. Pour les besoins de notre recherche, il prendra deux sens majeurs : qui évoque un schéma cognitivo-discursif (un genre ou un type de discours) ou qui évoque un discours, un élément d un discours ou qui éveille la mémoire interdiscursive 8. Ce double-sens que nous conservons à l allusion discursive explique le premier niveau de la typologie que nous proposons : on distinguera les allusions à un genre de discours (imitations et transformations, voir II.1., p ) et les allusions à un texte ou à un discours (voir II.2., p ). Nous reviendrons sur ce que nous concevons comme un genre de discours (voir I , p ), mais nous expliciterons ici notre conception du discours : pour nous, un discours est l ensemble constitué d un énoncé ou d un groupe d énoncés considéré à la fois dans sa structure linguistique et dans son contexte de production et de réception, empli de subjectivités historiques, politiques, idéologiques, socio-historiquement déterminées et orientées 9. Le cadre théorique nous permettra de revenir sur certains aspects du discours, et du langage en général, comme ceux des genres de discours, de l interdiscursivité et de la mémoire (voir I.2., p ). 8 Une suite de mots dont on peut retrouver l origine (comme dans l intertextualité ou l intratextualité, voir II.2.2. et II.2.3., p ) ou pas (comme dans les allusions interdiscursives, voir II.2.1., p ). 9 Inspiré de Francine Mazière (2005, p. 9-10), de Michel Pêcheux et Denise Maldidier (1990, p ), et de Dominique Maingueneau (Charaudeau et Maingueneau, 2002, p ). 15

17 D autre part, nous avons rapidement eu à faire face à un dilemme : où placer la limite entre l allusion discursive et l allusion qui éveille l idée d objets? Ainsi, dans l exemple suivant : Albert Dupontel, dans Le bac (en annexe, p. 125) : On l a bien vu d ailleurs en mai 48 quand il y a eu la révolution des étudiants. la personne qui reçoit cet énoncé pense-t-elle aux événements de mai 1968, ou bien se ditelle que l énonciateur s est trompé, que ce n est pas mai 48 qu il fallait dire mais mai 68? La première solution nous ferait dire que l allusion a éveillé l idée de l événement, tandis que la seconde nous ferait pencher pour une réflexion de type métalinguistique. Il nous semble peu pertinent de trancher parce que nous formulons l hypothèse (qui restera par ailleurs à démontrer dans d autres travaux) que les deux réflexions ont lieu concomitamment. Il n y aurait, dans ce cas, aucune raison de nier l existence de l une ou de l autre. Pour répondre à notre dilemme, nous formulons la réponse suivante : dans un discours, l allusion discursive, si elle éveille l idée de quelque chose, comporte toujours aussi une dimension métalinguistique. Elle est une condition sine qua non de notre définition de l allusion discursive Quelques remarques concernant les corpus Notre corpus de référence, constitué par les transcriptions, contient 16 sketchs (voir en annexe, p ). Un premier sous-corpus de travail a été constitué en répertoriant les allusions des sketchs selon les éléments de définition vus (en I , p et I , p ) et quelques phénomènes discursifs sur lesquels nous avons douté à un moment (en annexe, p. 159). Ce sous-corpus est composé de 203 allusions discursives et de 9 extraits qui n entrent pas dans les critères de l allusion discursive et qui nous permettront de poser des limites, soit 212 éléments. C est sur ce sous-corpus de travail que nous avons effectué les premières analyses qui ont abouti à un classement des allusions sur trois niveaux et à l établissement d une typologie (voir II., p ). Les allusions, une fois classées, ont constitué un second sous-corpus de travail que nous avons utilisé pour décrire plus précisément chaque type d allusion (voir II.1. et II.2., p ). Les catégories du classement ne s excluent pas mutuellement : une même allusion peut être à la fois intratextuelle et paronomastique par exemple, auquel cas elle entre dans deux catégories distinctes. C est ce qui explique que le second sous-corpus de travail contient davantage d éléments que le premier. Il est composé de 293 éléments. 16

18 Le corpus de travail ne se présente pas comme un corpus exhaustif qui répertorierait toutes les allusions de tous les types dans le corpus de référence. Par exemple, dans les sketchs, nombreuses sont les allusions interlocutives (voir II.2.5., p ) : l humoriste fait souvent semblant de répondre à des interlocuteurs qui lui auraient parlé. Or, seules quelques-unes sont notées dans les sous-corpus de travail. Il nous a semblé peu pertinent d inventorier toutes les allusions de ce type parce qu elles sont très nombreuses et fonctionnent de manière homogène. Le classement des allusions qui a conduit au deuxième sous-corpus de travail est guidé par des orientations théoriques dont les principes correspondent à ceux de l analyse du discours. 2. Ancrage théorique, sketchs et allusions Nous avons utilisé les notions de genres et types de discours, d énonciation, d intertextualité et d intratextualité, de dialogisme interdiscusif, interlocutif et d autodialogisme parce que les allusions discursives ne fonctionnent qu en cas d intercompréhension et d interprétation de l implicite (voir I , p ). Les allusions ont été étudiées avec des outils linguistiques et parfois cognitifs qui permettent d analyser les marques qu y laisse le dialogisme par exemple. Cette approche nous semble assez générale pour regrouper les aspects principaux de l allusion discursive tout en ouvrant des perspectives transférables en didactique des langues et du français comme langue étrangère Les genres et les types de discours Un problème général qui s est posé lors de cette recherche sur un corpus humoristique a été de savoir si le sketch humoristique est un genre de discours ou un type de discours. Nous ferons appel à des auteurs tels que Mikhaïl Bakhtine d une part, et Catherine Kerbrat-Orecchioni et Sophie Moirand d autre part pour définir les genres de discours et pour nous positionner parmi les diverses théories sur le sujet parce qu il nous semble que ces auteurs ont chacun à sa manière posé une pierre angulaire dans la recherche dans ce secteur. 17

19 Qu est-ce qu un genre de discours? Il peut à priori sembler étrange de faire appel à Mikhaïl Bakhtine dans nos questionnements en analyse du discours, puisqu il était avant tout chercheur en littérature (cf. par exemple les études qu il a faites sur les œuvres de Fiodor Dostoïevski et de François Rabelais) 10. Nous en garderons principalement le concept de «double orientation» du discours vers la réalité : une orientation vers le contexte de la situation, soit les participants, les «conditions de l exécution et de la réception» (Todorov, 1981, p. 127) 11. On peut tout à fait en déduire que le genre d un discours est en partie déterminé par l intention de communication sous-jacente et par le dialogisme interlocutif. La seconde orientation proposée est de type thématique. Mikhaïl Bakhtine propose une définition des genres discursifs, que nous retiendrons pour le moment : «Tout énoncé particulier est assurément individuel, mais chaque sphère d usage du langage élabore ses types relativement stables d énoncés, et c est ce que nous appelons les genres discursifs (29, 237).» (Todorov, 1981, p. 127) 12 Certains éléments des discours quotidiens sont relativement stables, et c est ce qui nous permet de repérer quel genre de discours nous entendons, et réciproquement de nous faire comprendre en respectant le genre de discours dans lequel nous nous situons. C est la stabilité qui détermine les découpages, l instabilité n étant alors en fait qu une forme de variation situationnelle. Quelque cinquante ans plus tard, Catherine Kerbrat-Orecchioni et Véronique Traverso reprennent le problème après bien d autres linguistes et sémioticiens 13, mais elle s intéresse particulièrement aux genres de l oral. Elle propose une distinction, inspirée de Jean-Michel Adam, entre «G1» et «G2», soit entre genres et types de discours. 10 Bakhtine / Voloshinov (1977 [1929]) : Le Marxisme et la Philosophie du langage, cité dans Todorov (1981), p. 126 : «[t]oute situation quotidienne stable comporte un auditoire organisé d une certaine façon, et par conséquent un certain répertoire de petits genres quotidiens. (12, 98-99)». 11 Medvedev (1928) : Fromal nyj metod v literaturovedenii, cité dans Todorov (1981). 12 Bakhtine (1975 [1974/~1941]) : «Problema rechevykh zhanrov» (Le problème des genres discursifs), dans Bakhtine (1979) : Estetika slovesnogo tvorchestva (Esthétique de la création verbale), cité dans Todorov (1981). 13 Catherine Kerbrat-Orecchioni déplore elle aussi un manque de clarté dans les classifications : «Il va de soi pourtant que les productions orales orales relèvent de genres divers, c est-à-dire qu ils se distribuent en familles constituées de productions variées mais présentant un certain air de famille. Cela est attesté par l existence des nombreux termes que la langue met à la disposition des usagers pour caractériser tel échange particulier comme étant une conversation, une discussion ou un débat, du bavardage ou du marchandage, [ ] l hétérogénéité d une telle liste (qui pourrait être allongée ad libitum) [ et la] richesse du lexique utilisé pour étiqueter les genres n a d égal que la confusion qui le caractérise [ ].» (2003, «2. Les genres de l oral» [en ligne]) 18

20 «G1 : Événements de communication ou types d interactions [qui] sont définis d abord sur la base de critères externes, c est-à-dire situationnels (nature et destination du site, nature du format participatif, nature du canal, but de l interaction, degré de formalité et de planification de l échange, degré d interactivité, etc.).» (Kerbrat- Orecchioni, 2004, p. 43) Les types de discours sont l unité directement inférieure aux genres, ils se définissent sur des critères internes au discours plutôt qu à la situation de communication, contrairement aux genres de discours. «G2 : Types de discours, ou mieux, d activités discursives [ ] types plus abstraits de discours caractérisés par certains traits de nature discursivo-rhétorico-pragmatique. [ ] Les types d activités se définissent au contraire par des critères internes. [ ] Cette identification repose sur différents éléments du matériel linguistique et de l organisation discursive» ( Kerbrat-Orecchioni, 2004, p ) Ce type d analyse, inscrivant les genres et types de discours dans des niveaux discursifs macro- et mésotextuels, est également utilisé par Sophie Moirand (2003b, 2.1. [en ligne]) qui y ajoute un niveau microtextuel. Elle propose en fait une grille d analyse des genres et des types de discours selon des critères qui relèvent à la fois des trois niveaux du discours : le niveau macro (ou global) qui concerne les gestes, les intentions (ou finalités), le jeu des représentations, l ordre des éléments mésotextuels (le scénario ou script) ; le niveau mésotextuel (ou médian) qui concerne les opérations cognitivolangagières à moyenne échelle (les actes de langages, les types de textes, les tours de parole) ; et le niveau microtextuel qui concerne les marques et opérations linguistiques. Ce sont ces outils d analyse que nous utiliserons pour étudier les parodies, qui s appliquent à caricaturer les types et genres de discours que nous connaissons. À la fin de son étude sur le genre, elle propose une définition provisoire améliorée du genre que nous reproduisons ici : «une représentation socio-cognitive intériorisée que l on a de la composition et du déroulement d une classe d unités discursives, auxquelles on a été «exposé» dans la vie quotidienne, la vie professionnelle et les différents mondes que l on a traversés, une sorte de patron permettant à chacun de construire, de planifier et d interpréter les activités verbales ou non verbales à l intérieur d une situation de communication, d un lieu, d une communauté langagière, d un monde social, d une société» (2003b, 2.3. [en ligne]) Nous retiendrons de ce petit tour d horizon que : le genre de discours est une grande unité, composée de sous-unités appelées sousgenres ou types de discours, le genre correspond à un type d interaction ou d événement, il est doublement orienté vers la situation et vers le thème de l échange, 19

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Guide méthodologique 4

Guide méthodologique 4 N/Réf : X2 217 012 Collection Guides méthodologiques Comment réaliser un travail de recherche Guide méthodologique 4 Louis Gaudreau Conseiller en documentation Centre des médias Septembre 2007 TABLE DES

Plus en détail

Les documents primaires / Les documents secondaires

Les documents primaires / Les documents secondaires Les documents primaires / Les documents secondaires L information est la «matière première». Il existe plusieurs catégories pour décrire les canaux d information (les documents) : - Les documents primaires

Plus en détail

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE Proposition d aide à la mise en œuvre pédagogique Domaine : SE CULTIVER ET SE DIVERTIR Programme National de pilotage Séminaire «Mise en œuvre pédagogique

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

Comment la méthode «Tatou le matou» permet-elle une implication forte auprès d un jeune public?

Comment la méthode «Tatou le matou» permet-elle une implication forte auprès d un jeune public? Master 1 FLE Evolution des courants méthodologiques 2007-2008 Session 2 Comment la méthode «Tatou le matou» permet-elle une implication forte auprès d un jeune public? Sarah Descombes N étudiant : 20731087

Plus en détail

STAGE ASDIFLE : EXTRAIT de MASTER 2

STAGE ASDIFLE : EXTRAIT de MASTER 2 STAGE ASDIFLE : EXTRAIT de MASTER 2 «Évolution du concept de formation à travers l analyse de Cahiers de l Asdifle» C est dans le cadre d un partenariat entre l Asdifle et l Université Paris VII que j

Plus en détail

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS Concours concernés : - Concours externe de recrutement de professeurs des écoles - Concours externe spécial de recrutement de professeurs des écoles -

Plus en détail

Compréhension de la langue

Compréhension de la langue Compréhension de la langue Les petits guides Démarche Compréhension de la langue (CP) permet aux élèves de s interroger sur le sens d un texte, en développant l écoute, la prise de parole et la justification.

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES référence pour les langues ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES Activités de production et stratégies PRODUCTION ORALE GÉNÉRALE MONOLOGUE SUIVI : décrire l'expérience MONOLOGUE SUIVI : argumenter

Plus en détail

Les quatrièmes et l histoire des arts

Les quatrièmes et l histoire des arts Les quatrièmes et l histoire des arts Objectifs documentaires Mettre en œuvre l ensemble des savoirs en recherche et maîtrise de l information pour réaliser un dossier documentaire. Objectifs disciplinaires

Plus en détail

PROJET DE DEA ET DE THESE DE DOCTORAT

PROJET DE DEA ET DE THESE DE DOCTORAT PROJET DE DEA ET DE THESE DE DOCTORAT Par le Pr Abbé Louis MPALA Mbabula Il n est un secret pour personne que la rédaction du projet de DEA et de THESE pose problème. Voilà pourquoi nous tenterons de donner

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Ecrire un récit fantastique avec les TICE

Ecrire un récit fantastique avec les TICE Ecrire un récit fantastique avec les TICE Aymeric Simon, professeur au collège Gérard Philipe, Villeparisis Niveau : 4e Durée : 7-8 heures Objectifs : Etre capable d écrire un récit complet d au moins

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

RÉALISATION DE FILM INSTITUTIONNEL activités

RÉALISATION DE FILM INSTITUTIONNEL activités RÉALISATION DE FILM INSTITUTIONNEL activités 161 Étudier la commande de film institutionnel 1.1. Analyser le contexte de la commande s informer sur les attentes du commanditaire ou du client analyser les

Plus en détail

Mise en œuvre pédagogique du nouveau programme d'enseignement des langues vivantes dans la voie professionnelle

Mise en œuvre pédagogique du nouveau programme d'enseignement des langues vivantes dans la voie professionnelle Formation continue des enseignants Publications Mise en œuvre pédagogique du nouveau programme d'enseignement des langues vivantes dans la voie professionnelle - Proposition d aide à la mise en œuvre pédagogique

Plus en détail

L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue

L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue en recherche qualitative Méthodologie de la recherche qualitative dans le domaine de la santé Séminaire 28 & 30 septembre 2015 (Besançon et Dijon)

Plus en détail

DESCRIPTIF DE COURS Année académique 2015-2016. Ces séminaires questionnent la médiation sous l angle particulier des publics :

DESCRIPTIF DE COURS Année académique 2015-2016. Ces séminaires questionnent la médiation sous l angle particulier des publics : DESCRIPTIF DE COURS Année académique 2015-2016 U1AG Unité d enseignement UAG/10 ECTS Savoir-faire/Stage U1AG Intitulé du cours : séminaires interdisciplinaires d analyse des pratiques Enseignant(s) : Cécile

Plus en détail

«Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie. Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris

«Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie. Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris «Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris OBJECTIFS 1- Niveau et insertion dans la programmation 2-

Plus en détail

Récapitulatif de la méthodologie FOS proposée. 1. De la demande aux objectifs de formation

Récapitulatif de la méthodologie FOS proposée. 1. De la demande aux objectifs de formation Récapitulatif de la méthodologie FOS proposée 1. De la demande aux objectifs de formation Dès qu une demande de formation FOS est formulée (ou envisagée), il s agit dans un premier temps d effectuer un

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DES TPE

CARACTERISTIQUES DES TPE Une démarche inscrite dans la durée... CARACTERISTIQUES DES TPE Les TPE fournissent aux élèves le temps de mener un véritable travail, en partie collectif, qui va de la conception à la production achevée.

Plus en détail

Partie IV. Responsabilité humaine En termes de santé et d environnement

Partie IV. Responsabilité humaine En termes de santé et d environnement Partie IV Responsabilité humaine En termes de santé et d environnement Forum santé et environnement 24/11 et 25/11 Pour chaque intervention, notez ce que vous avez retenu. Les addictions : Le don d organes

Plus en détail

La création artistique : outil de construction et de développement personnel des individus.

La création artistique : outil de construction et de développement personnel des individus. Association Loi 1901 Siret n 399 056 050 00046 APE n 900 1Z 13 rue Etienne Marcel 93500 PANTIN Tél : 01 49 42 10 52 Mail : association.latribu@free.fr Site : www.latribudepantin.com TEAM BUILDING Dynamisation

Plus en détail

Elisabeth DELAIS ROUSSARIE UMR 7110 / LLF Laboratoire de Linguistique formelle Université de Paris Diderot

Elisabeth DELAIS ROUSSARIE UMR 7110 / LLF Laboratoire de Linguistique formelle Université de Paris Diderot Elisabeth DELAIS ROUSSARIE UMR 7110 / LLF Laboratoire de Linguistique formelle Université de Paris Diderot JOURNEES IPFC Paris, 5 et 6 décembre 2011 Pour travailler sur l acquisition de la dimension orale

Plus en détail

Rencontres Pédagogiques du Kansaï 2010 Hors-thèmes ENSEIGNER AVEC TV5

Rencontres Pédagogiques du Kansaï 2010 Hors-thèmes ENSEIGNER AVEC TV5 Hors-thèmes ENSEIGNER AVEC TV5 PELISSERO Christian Institut franco-japonais de Tokyo, formateur labellisé TV5 cpelissero@institut.jp D'abord, je voudrais remercier tous les participants à cet atelier.

Plus en détail

27. Projet d exposé. Français 20-2. Discours analytique : Des vampires aux Bermudes. Cahier de l élève. Nom :

27. Projet d exposé. Français 20-2. Discours analytique : Des vampires aux Bermudes. Cahier de l élève. Nom : 27. Projet d exposé Discours analytique : Des vampires aux Bermudes Français 20-2 Cahier de l élève Nom : Des vampires aux Bermudes DESCRIPTION DU PROJET Tu auras l occasion de faire un exposé où tu analyseras

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

ATELIER Français sur Objectifs Universitaires Formation aux discours et médiation des savoirs en français

ATELIER Français sur Objectifs Universitaires Formation aux discours et médiation des savoirs en français ATELIER Français sur Objectifs Universitaires Formation aux discours et médiation des savoirs en français Thierry LEBEAUPIN Centre de Linguistique Appliquée, Université de Franche-Comté Si l'enseignement

Plus en détail

Communication. Description. Marche à suivre. Activités en ligne et les deux tâches de consolidation. Notions étudiées. Tâche de consolidation

Communication. Description. Marche à suivre. Activités en ligne et les deux tâches de consolidation. Notions étudiées. Tâche de consolidation Communication Description La capacité de communiquer efficacement est une compétence très importante pour réussir au travail. Une bonne communication en milieu de travail permet aux gens de recevoir et

Plus en détail

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Apprendre en stage Présentation aux référents 02.09.2010 C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Et pour commencer De quoi un étudiant a-t-il besoin pour apprendre en stage? Contenu de la présentation Introduction

Plus en détail

Trame de restitution des ateliers menés en classe IEN Landivisiau 2011. Conception et mise en œuvre d une séquence de lecture au CM

Trame de restitution des ateliers menés en classe IEN Landivisiau 2011. Conception et mise en œuvre d une séquence de lecture au CM Conception et mise en œuvre d une séquence de lecture au CM ECOLE : Penzé Niveau de classe : CE2 CM1 CM2 ENSEIGNANTE : Aline Doillon Janvier Février 2011 A- Choix des items travaillés (programmes 2008)

Plus en détail

EDUCATEUR: APPROCHE CONCEPTUELLE 2

EDUCATEUR: APPROCHE CONCEPTUELLE 2 MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION EDUCATEUR:

Plus en détail

COURS DE LANGUE DES SIGNES FRANÇAISE (L.S.F.)

COURS DE LANGUE DES SIGNES FRANÇAISE (L.S.F.) LES COURS PROGRESSIFS À raison de 2 heures par semaine, les lundis, mardis, jeudis ou vendredis, vous avez la possibilité de suivre 2 niveaux (60 heures) dans l année. COURS DE LANGUE DES SIGNES FRANÇAISE

Plus en détail

PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT

PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT L enfant a besoin d apprendre, et, en premier lieu, d apprendre à parler pour échanger et vivre en société. Ce sont

Plus en détail

Éducatives Familiales

Éducatives Familiales Éducatives Familiales FICHE 6 : UN EXEMPLE, LE JEU DU MEMORY Type de jeu / description Jeu de mémoire (discrimination visuelle) 2 à 4 joueurs Choisir une thématique (Memory de la forêt, des animaux, de

Plus en détail

UNIVERSITE TUNIS EL MANAR DEPARTEMENT DE PSYCHOLOGIE DE L ISSHT

UNIVERSITE TUNIS EL MANAR DEPARTEMENT DE PSYCHOLOGIE DE L ISSHT UNIVERSITE TUNIS EL MANAR DEPARTEMENT DE PSYCHOLOGIE DE L ISSHT Document de référence pour la conception et la rédaction des Rapports de Stage effectués en milieu professionnel pour l obtention du Master

Plus en détail

COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE?

COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE? COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE? PROGRAMMER LES APPRENTISSAGES Programmation # Progression Progression: division du savoir en petites unités réparties dans le temps: aller du simple au complexe.

Plus en détail

Avant-propos Le problème de la spécificité du texte dramatique... 7 Genres du dramatique et descriptions linguistiques... 12 Conclusion...

Avant-propos Le problème de la spécificité du texte dramatique... 7 Genres du dramatique et descriptions linguistiques... 12 Conclusion... Table des matières Avant-propos Le problème de la spécificité du texte dramatique... 7 Genres du dramatique et descriptions linguistiques... 12 Conclusion... 41 PREMIÈRE PARTIE Aspects sémio-linguistiques

Plus en détail

1. Projet de lecture. Français 20-2. Médias : La pub. Cahier de l élève. Nom :

1. Projet de lecture. Français 20-2. Médias : La pub. Cahier de l élève. Nom : 1. Projet de lecture Médias : La pub Français 20-2 Cahier de l élève Nom : La pub DESCRIPTION DU PROJET Tu vas lire des annonces publicitaires pour être en mesure de discuter des moyens utilisés par les

Plus en détail

Support de présentation

Support de présentation UNIVERSITÉ D ÉTÉ 20 AOÛT 2010 LOUVAIN-LA-NEUVE Atelier N 1 Une bonne maitrise de la langue, un enjeu du fondamental? Support de présentation utilisé par Christine CAFFIEAUX COMMENT FAIRE UNE BONNE ÉCOLE?

Plus en détail

A2 Certaines informations ont été comprises mais le relevé est incomplet, conduisant à une compréhension encore lacunaire ou partielle.

A2 Certaines informations ont été comprises mais le relevé est incomplet, conduisant à une compréhension encore lacunaire ou partielle. Annexe Fiche d évaluation et de notation pour la compréhension de l oral (LV1) Situer la prestation du candidat à l un des cinq degrés de réussite et attribuer à cette prestation le nombre de points indiqué

Plus en détail

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR Les séminaires et la continuité à assurer Il est essentiel qu au terme de chaque séminaire, le bilan établi et mis en ligne soit examiné dans chaque lycée par l ensemble

Plus en détail

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème Problématique / Problématiser / Problématisation / PROBLÉMATIQUE : UN GROUPEMENT DE DÉFINITIONS. «Art, science de poser les problèmes. Voir questionnement. Ensemble de problèmes dont les éléments sont

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Anglais CAHIER- PROGRAMME

Anglais CAHIER- PROGRAMME Anglais CAHIER- PROGRAMME Dans le présent document, le masculin est utilisé sans aucune discrimination et uniquement dans le but d alléger le texte. NOTE : Tous les renseignements contenus dans ce document

Plus en détail

Socles de compétences

Socles de compétences Ministère de la Communauté française Administration générale de l Enseignement et de la Recherche scientifique Enseignement fondamental et premier degré de l Enseignement secondaire D/2004/9208/13 D/2010/9208/50

Plus en détail

Titre : Bien identifiable, facile à repérer

Titre : Bien identifiable, facile à repérer TITRE : Pourquoi AUTEUR : Nikolaï Popov RESUME ET INTERET DE L ALBUM : GRILLE D ANALYSE D UN ALBUM EDITEUR : Nord Sud ILLUSTRATEUR : Nikolaï Popov Une gentille grenouille hume en paix une jolie fleur dans

Plus en détail

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES LES CARTES A POINTS POUR VOIR LES NOMBRES INTRODUCTION On ne concevrait pas en maternelle une manipulation des nombres sans représentation spatiale. L enfant manipule des collections qu il va comparer,

Plus en détail

Introduction à la méthodologie de la recherche

Introduction à la méthodologie de la recherche MASTER DE RECHERCHE Relations Économiques Internationales 2006-2007 Introduction à la méthodologie de la recherche geraldine.kutas@sciences-po.org Les Etapes de la Recherche Les étapes de la démarche Etape

Plus en détail

SYLLABUS ISIT. OPTION 2 : Traduction 2. Module 1 : Traduction. Traduction générale vers A. Nombre de crédits

SYLLABUS ISIT. OPTION 2 : Traduction 2. Module 1 : Traduction. Traduction générale vers A. Nombre de crédits Traduction générale vers A Module 1 : Traduction 5 ECTS généraux : Acquérir la méthodologie et les techniques de la traduction Approfondir la connaissance de la langue source. spécifiques : Parfaire la

Plus en détail

Sommaire. Le dispositif... 2. Les manches... 2. Le groupe de préparation... 2. Contact... 2. Les objectifs généraux du Rallye Lecture Problème...

Sommaire. Le dispositif... 2. Les manches... 2. Le groupe de préparation... 2. Contact... 2. Les objectifs généraux du Rallye Lecture Problème... Sommaire Le dispositif... 2 Les manches... 2 Le groupe de préparation... 2 Contact... 2 Les objectifs généraux du Rallye Lecture Problème... 3 Adhésion des élèves au projet... 5 Dévolution des épreuves

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

De la tâche à sa réalisation à l aide d un document plus qu authentique. Cristina Nagle CEL UNICAMP cnagle@unicamp.br

De la tâche à sa réalisation à l aide d un document plus qu authentique. Cristina Nagle CEL UNICAMP cnagle@unicamp.br De la tâche à sa réalisation à l aide d un document plus qu authentique Cristina Nagle CEL UNICAMP cnagle@unicamp.br I. Le contexte Plan de l intervention II. Le document authentique et le Projet 7 milliards

Plus en détail

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Gwenole Fortin To cite this version: Gwenole Fortin. Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence. 2006.

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

Préparer et faire une présentation

Préparer et faire une présentation Préparer et faire une présentation Hadj Batatia Thierry Millan 1 Questions Qu est ce qu une présentation? Qu est ce qu un support visuel? 2 Questions Qu est ce qui est commun aux activités d un Professeur

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images Une formation à la production de projets audiovisuels Le master «Création, Production, Images» du département de l ISIC - Institut des

Plus en détail

Thème 1: Voyage dans le Cerveau Musicien

Thème 1: Voyage dans le Cerveau Musicien 2014 Thème 1: Voyage dans le Cerveau Musicien Grand témoin Natalie Dessay Invités plateau Hervé Platel (Le cerveau transparent la révolution des techniques de neuroimagerie cérébrale) Emmanuel Bigand (Historique

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Validité prédictive des questionnaires Cebir. Etude 1 : validité critérielle dans le secteur du gardiennage

Validité prédictive des questionnaires Cebir. Etude 1 : validité critérielle dans le secteur du gardiennage Validité prédictive des questionnaires Cebir Introduction Dans le domaine de la sélection, il est particulièrement intéressant de déterminer la validité prédictive d un test. Malheureusement, les occasions

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHEMATIQUES. EXEMPLE DE SUJET n 1

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHEMATIQUES. EXEMPLE DE SUJET n 1 Exemple de sujet n 1 Page 1/7 BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHEMATIQUES EXEMPLE DE SUJET n 1 Ce document comprend : Pour l examinateur : - une fiche descriptive du sujet page 2/7 - une fiche

Plus en détail

OPTION LANGUE DES SIGNES FRANÇAISE AU BACCALAURÉAT PROGRAMME PEDAGOGIQUE

OPTION LANGUE DES SIGNES FRANÇAISE AU BACCALAURÉAT PROGRAMME PEDAGOGIQUE OPTION LANGUE DES SIGNES FRANÇAISE AU BACCALAURÉAT PROGRAMME PEDAGOGIQUE Par Jean-Paul LANDAIS Mars 2014 1/5 LE BUT DE L ENSEIGNEMENT Le but de l enseignement de la Langue des Signes Française (L.S.F).

Plus en détail

L échange argumentatif par réseau intranet en classe de Seconde

L échange argumentatif par réseau intranet en classe de Seconde L échange argumentatif par réseau intranet en classe de Seconde Extrait du Mémoire professionnel de Karine BODIN, professeur stagiaire en Lettres, IUFM de Poitou-Charentes, année 2003/2004, sous la direction

Plus en détail

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE Un problème de recherche est l écart qui existe entre ce que nous savons et ce que nous voudrions savoir à propos d un phénomène donné. Tout problème de recherche

Plus en détail

Domaines professionnels

Domaines professionnels Anglais LICENCE 2 Objectifs de la formation La licence d anglais LLCE de l université Bordeaux Montaigne se caractérise par la grande pluridisciplinarité, la richesse et la variété de ses contenus, ainsi

Plus en détail

Comment faire croître le trafic de vos Boutiques ALM grâce à une meilleure utilisation de Google?

Comment faire croître le trafic de vos Boutiques ALM grâce à une meilleure utilisation de Google? Comment faire croître le trafic de vos Boutiques ALM grâce à une meilleure utilisation de Google? Préparé par l équipe ALM A l attention de la communauté ALM Novembre 2010 Introduction Comme vous le savez

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Enseigner aux enfants et aux adolescents

Enseigner aux enfants et aux adolescents UNIVERSITÉ DE FRANCHE-COMTÉ Formation d été de professeurs et de formateurs de FLE Enseigner aux enfants et aux adolescents Maitriser les approches et développer des contenus adaptés aux jeunes publics

Plus en détail

Préparation à l oral Entretiens Tests psychotechniques Triptyque. Concours 2016 by Hugues de BRAUCOURT

Préparation à l oral Entretiens Tests psychotechniques Triptyque. Concours 2016 by Hugues de BRAUCOURT Préparation à l oral Entretiens Tests psychotechniques Triptyque Concours 2016 by Hugues de BRAUCOURT Présentation générale Entretiens Tests psychotechniques Triptyque Tout simplement la meilleure formation

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

RAPPORT DE CONCEPTION UML :

RAPPORT DE CONCEPTION UML : Carlo Abi Chahine Sylvain Archenault Yves Houpert Martine Wang RAPPORT DE CONCEPTION UML : Bamboo Ch@t Projet GM4 Juin 2006 Table des matières 1 Introduction 2 2 Présentation du logiciel 3 2.1 Précisions

Plus en détail

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Chapitre 1 Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Sommaire : 1.1 La construction logicielle, qu est-ce que c est? : page 3 1.2 Pourquoi la construction logicielle est-elle importante? :

Plus en détail

de données >> Méthodologies qualitatives

de données >> Méthodologies qualitatives FR Collecte de données >> Méthodologies qualitatives 1 collecte de données >> méthodologies qualitatives page 13 1. L observation page 45 2. l entretien individuel page 73 3. le focus group page 107 4.

Plus en détail

STRATÉGIES D ENSEIGNEMENT DE L ORAL

STRATÉGIES D ENSEIGNEMENT DE L ORAL STRATÉGIES D ENSEIGNEMENT DE L ORAL Les stratégies d enseignement découlent d une conception de la langue et de son acquisition en milieu scolaire. Or, selon notre conception, comme la langue est d abord

Plus en détail

L ÉVALUATION DE L ORAL EN CLASSE DE FRANÇAIS AU SECONDAIRE. Lizanne Lafontaine, professeure en éducation Université du Québec en Outaouais (UQO)

L ÉVALUATION DE L ORAL EN CLASSE DE FRANÇAIS AU SECONDAIRE. Lizanne Lafontaine, professeure en éducation Université du Québec en Outaouais (UQO) L ÉVALUATION DE L ORAL EN CLASSE DE FRANÇAIS AU SECONDAIRE 1 Lizanne Lafontaine, professeure en éducation Université du Québec en Outaouais (UQO) 1 Évaluation de l oral : éléments à considérer Facilités

Plus en détail

et la communication dans les Guide et mallette pédagogique Les savoirs de base pour l emploi

et la communication dans les Guide et mallette pédagogique Les savoirs de base pour l emploi Les compétences de base et la communication dans les Secteurs du Tourisme et des Loisirs Document de présentation Guide et mallette pédagogique Les savoirs de base pour l emploi Formation aux savoirs de

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 2 Analyser le libellé 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 2 Analyser le libellé Avertissement Dans la présente leçon, on verra comment cerner tous les aspects d une tâche :

Plus en détail

L interinfluence dans les relations humaines

L interinfluence dans les relations humaines L interinfluence dans les relations humaines Conception et réalisationr : J. François Tremblay, Formateur-consultant et chargé de cours à : UQAM / UQO / UQAR On peut considérer la personne humaine comme

Plus en détail

L'audiodescription. Principes et orientations

L'audiodescription. Principes et orientations L'audiodescription Principes et orientations Rendre la culture accessible à tous permet d éviter l exclusion. L audiodescription est une technique de description destinée aux personnes aveugles et malvoyantes.

Plus en détail

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Un livre illustré Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Résumé de la tâche Domaines généraux de formation Compétences transversales Domaines d apprentissage et compétences

Plus en détail

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement INTRODUCTION : Le constat Le principe d une école destinée à former tous les magistrats

Plus en détail

Acheter des actions de formation

Acheter des actions de formation L achat, quel enjeu? Acheter une action, c est acheter une prestation de services intellectuels qui nécessite un certain formalisme pour optimiser l achat au regard des enjeux. C est pourquoi, en complément

Plus en détail

PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB

PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB adoptés par le Comité d experts de l Union de l IPC à sa quarante-deuxième session et

Plus en détail

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation 1 PENSER LA MONDIALISATION Par Zaki LAÏDI (CERI-Sciences Po Paris) I Problématique Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation exerce sur le sens et l action

Plus en détail

LES DÉMARCHES DE QUALITÉ DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : QUELS CHOIX MÉTHODOLOGIQUES FONDAMENTAUX?

LES DÉMARCHES DE QUALITÉ DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : QUELS CHOIX MÉTHODOLOGIQUES FONDAMENTAUX? N 335 - SYLIN Michel, DELAUSNAY, Nathalie LES DÉMARCHES DE QUALITÉ DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : QUELS CHOIX MÉTHODOLOGIQUES FONDAMENTAUX? S interroger sur le sens des démarches qualité dans l enseignement

Plus en détail

Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV

Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV Le Projet des Étoiles est l un des projets à moyen terme du CELV axé sur les nouvelles

Plus en détail

Trame de restitution des ateliers menés en classe IEN Landivisiau 2011. Conception d une séquence de lecture (CP au CM2)

Trame de restitution des ateliers menés en classe IEN Landivisiau 2011. Conception d une séquence de lecture (CP au CM2) Conception d une séquence de lecture (CP au CM2) ECOLE : Saint Thégonnec Niveau de classe : CE1 ENSEIGNANTE : Hélène Griffon A- Choix de l item travaillé (programmes 2008) Lire silencieusement un texte

Plus en détail

LES FICHES OUTILS DE L ANIMATION

LES FICHES OUTILS DE L ANIMATION LES FICHES OUTILS DE L ANIMATION Page 1 sur 16 FICHE 1 LES TECHNIQUES D ANIMATION DE GROUPE FICHE 2 LES DIFFERENTES OPERATIONS MENTALES FICHE 3 LES VERBES D ACTION FICHE 4 LES METHODES DE RESOLUTIONS DE

Plus en détail

La détection automatique de l opinion : contraintes et enjeux

La détection automatique de l opinion : contraintes et enjeux La détection automatique de l opinion : contraintes et enjeux Frédéric Marcoul Responsable R&D de Spotter fmarcoul@spotter.com Ana Athayde Président Directeur Général de Spotter aathayde@spotter.com RÉSUMÉ

Plus en détail

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Partir un an à l étranger

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Partir un an à l étranger ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE Niveau B2 Partir un an à l étranger Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - le document support Auteurs-concepteurs : Stéphanie Bara, Isabelle

Plus en détail

LIVRET DE STAGE. (Séquence d observation en milieu professionnel) Du 18 novembre au 22 novembre 2013 COLLÈGE NICOLAS COPERNIC MONTMAGNY

LIVRET DE STAGE. (Séquence d observation en milieu professionnel) Du 18 novembre au 22 novembre 2013 COLLÈGE NICOLAS COPERNIC MONTMAGNY COLLÈGE NICOLAS COPERNIC Collège Nicolas Copernic 8, ruelle Marianne 95360 Montmagny : 01 39 83 46 17 : 01 39 8424 30 Site : www.clg-copernicmontmagny.ac-versailles.fr/ MONTMAGNY LIVRET DE STAGE Ce livret

Plus en détail

Stage New Delhi octobre 2012

Stage New Delhi octobre 2012 Stage New Delhi octobre 2012 «L école du socle : donner du sens et des contenus à la continuité pédagogique» Enseignement de la langue française École : BO n 3-19 juin 2008 / BO n 1 du 5 janvier 2012 programmes

Plus en détail

démarrer à la maison Pédagogie et organisation

démarrer à la maison Pédagogie et organisation démarrer L ecole à la maison Pédagogie et organisation Table des matières Le livre est disponible sur le site http://ecole-vivante.com ISBN 978-2-9515625-7-8 EAN 9782951562578 Cliquez sur les n de pages

Plus en détail