UNE DESCRIPTION DE L ALLUSION DISCURSIVE,

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UNE DESCRIPTION DE L ALLUSION DISCURSIVE,"

Transcription

1 UNIVERSITÉ DE LA SORBONNE NOUVELLE PARIS III ~ Arts, langues, lettres, sociétés contemporaines ~ «Sciences du langage ; didactique des langues» Didactique du français et des langues UNE DESCRIPTION DE L ALLUSION DISCURSIVE, PROPOSITION DE TYPOLOGIE ET INTÉGRATION DANS LA DIDACTIQUE DU FRANÇAIS COMME LANGUE ÉTRANGÈRE Mémoire de recherche, 2 e année de Mastère présenté et soutenu par Élodie OURSEL préparé sous la direction de Sophie MOIRAND

2 UNE DESCRIPTION DE L ALLUSION DISCURSIVE, PROPOSITION DE TYPOLOGIE ET INTÉGRATION DANS LA DIDACTIQUE DU FRANÇAIS COMME LANGUE ÉTRANGÈRE 1

3 REMERCIEMENTS C est avec plaisir que je remercie certains membres de ma famille pour leur soutien moral, mental et matériel, et pour leur patience, leur compréhension, ainsi que les apports qu ils ont permis par leur intérêt et leurs réflexions. De même, un grand merci à tous les relecteurs qui ont eu l amabilité, la patience et l énergie pour critiquer ce mémoire. Je dois enfin beaucoup à Michel Buze, le créateur du site Internet sur lequel j ai trouvé les transcriptions de sketchs. 2

4 SOMMAIRE REMERCIEMENTS...2 SOMMAIRE...3 INTRODUCTION...4 I. LA CONSTRUCTION DE L OBJET DE RECHERCHE La constitution des corpus Ancrage théorique, sketchs et allusions Une analyse du discours dans une perspective didactique...34 II. UNE DESCRIPTION DES DIFFÉRENTS TYPES D ALLUSIONS Les allusions à un genre de discours Les allusions à un texte ou à un discours Conclusion...72 III. QUELQUES PERSPECTIVES DIDACTIQUES L humour et les allusions dans la didactique Un projet théorique et expérimental...99 CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE VIDÉOGRAPHIE WEBOGRAPHIE INDEX DES NOTIONS TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE DES ANNEXES ANNEXES TABLE DES ANNEXES

5 INTRODUCTION 4

6 L an passé, j ai réalisé un premier travail d initiation à la recherche intitulé «Traitement didactique des références collectives des Français dans les méthodes de F.L.E., Étude de cas : Le Nouveau Sans Frontières 1, 2 et 3 et Connexions 1, 2 et 3». Dans ce petit mémoire, j ai tenté de comprendre comment les manuels de français langue étrangère utilisent ce que j avais appelé les références collectives (objets, circonscrits et concrets, culturellement conditionnés, que les membres d une communauté partagent). J ai procédé à un repérage de ces références puis à une analyse portant sur le degré d explication que fournissent les manuels étudiés. Une seconde analyse m a permis de dégager trois grands objectifs didactiques dans leur traitement : les manuels proposent soit une activité à visée linguistique autour de l objet culturel, soit une activité à visée encyclopédique, soit une activité à visée interculturelle, c est-à-dire qui permet aux utilisateurs du manuel de comparer leur système culturel avec celui qui leur est présenté. L activité peut cumuler les objectifs si elle présente plusieurs points par exemple. Un document, cependant, n entre pas dans ces objectifs. C est un sketch de Muriel Robin, La Lettre, qui fait allusion à une chanson de Jacques Brel, Ne me quitte pas. Les consignes de l activité qui s y rapporte laissent penser que l intérêt de la tâche est dans la mise en rapport des deux documents, dans l interprétation de cette allusion. Au-delà des compétences linguistique et culturelle, une nouvelle compétence apparaît, à dix pages de la fin du manuel de niveau 3, la compétence d interprétation. Cette mise en relation a attiré mon attention : elle a un sens culturellement ancré, elle nécessite certaines compétences cognitives et certaines connaissances et elle produit un certain effet chez celui qui peut la remarquer. Cela a éveillé chez moi un intérêt pour les problèmes liés à l implicite dans le discours et au niveau cognitif de la compréhension, mais pour ce travail de seconde année de Mastère, j ai préféré circonscrire mon étude aux allusions discursives dans les sketchs d humoristes. L objectif du travail qui a mené à ce mémoire était d organiser et d affiner les connaissances concernant le fonctionnement linguistique et cognitif des allusions discursives afin d en déduire les protocoles expérimentaux les plus appropriés et de parvenir à une insertion en didactique du français langue étrangère, par ailleurs déjà légitimée par le Cadre Européen Commun de Référence pour les langues (Conseil de l Europe, 2001). La réalisation de cet objectif a nécessité diverses étapes et en nécessitera d autres encore, telles que la mise en place effective des protocoles expérimentaux exposés dans ce 5

7 mémoire. J ai procédé dans un premier temps au choix d un type de corpus, choix que je justifierai en début de première partie, puis à une sélection d allusions discursives dans ce corpus. À partir de ce corpus de travail, j ai pratiqué diverses analyses dont les fondements théoriques seront présentés en fin de première partie, ce qui m a permis d aboutir à un classement. Les allusions classées ont laisser apparaître une architecture et différents niveaux d une typologie. C est le premier résultat de cette recherche : il sera exposé dans la deuxième partie. Les analyses ont affiné mes connaissances sur les allusions et la typologie les a organisées. La description des allusions rend manifestes les similitudes et les différences qui existent entre les types d allusions discursives que nous étudions : une proposition de définition sera effectuée à partir des points communs mis en exergue par la typologie. C est le deuxième résultat notable de ce travail, il sera présenté à la fin de la deuxième partie. L étude discursive et cognitive des allusions a clarifié certains points, elle s est avérée très utile pour leur intégration dans les programmes d enseignement. Cependant, afin d avoir une vision plus globale du phénomène, j ai tenu à étudier également les relations qu entretiennent les allusions discursives avec leur contexte, le sketch humoristique. Ces relations, d ordre rythmique et socio-culturelle, seront évoquées au début de la troisième partie. Ce détour a apporté la dimension psychosociale indispensable à une étude sur les allusions humoristiques, elle a d ailleurs été très bénéfique à la perspective didactique de ma réflexion. D une part les avancées que constituent la typologie, la description des allusions discursives et leur définition et d autre part l étude psychosociale des allusions et de l humour m ont permis d envisager la place de l allusion et de l humour dans l enseignement et dans l apprentissage du français langue étrangère, le développement de certaines compétences travaillées en didactique des langues, et d ouvrir sur les conditions d apprentissage. Ces apports didactiques seront présentés dans la troisième partie, qui sera close par des propositions de protocoles expérimentaux et par diverses ouvertures pour la thèse. 6

8 I. LA CONSTRUCTION DE L OBJET DE RECHERCHE 7

9 Les dictionnaires spécialisés de sciences du langage et d analyse du discours que nous avons consultés en début de parcours font une maigre place au phénomène de l allusion : le Dictionnaire encyclopédique des sciences du langage (Ducrot et Todorov, 1972) parle de «Figures», mais n évoque pas les allusions et le Dictionnaire d analyse du discours (Charaudeau et Maingueneau, 2002) ne propose pas d entrée. Il nous a fallu préciser notre conception de l allusion discursive avant de répertorier des occurrences dans notre corpus et de les étudier. Nous avons établi dans un premier temps un corpus de référence à la fois prolifique en allusions et adapté à un cours de français langue étrangère. Puis, nous avons tenté d affiner notre compréhension des termes «allusion discursive» et, en parallèle, nous avons répertorié un certain nombre de ces allusions. Dans le même temps, nous avons fait des recherches sur les cadres théoriques dans lesquels notre travail se situe. Nous avons pris connaissance, en particulier dans le champ de l analyse du discours, de théories et d outils qui nous ont ensuite donné les moyens d étudier les allusions répertoriées. Nous verrons dans un premier temps quel corpus de référence a été réuni, ainsi que pourquoi et comment cette sélection s est effectuée, puis nous exposerons les critères définitoires de l allusion discursive qui ont guidé le repérage des allusions dans ce corpus, et, enfin, nous envisagerons les orientations théoriques et méthodologiques qui ont encadré nos analyses et notre réflexion. 1. La constitution des corpus L objectif de notre recherche étant d étudier les allusions discursives dans une perspective didactique, il nous a semblé pertinent de constituer un corpus d allusions à partir de documents utilisables en cours de langue : un corpus «au vol» ne convient pas dans ces conditions parce qu il n est pas stable (i.e. pas enregistré). Nous avons cherché des textes disponibles facilement, réutilisables et présentant des allusions discursives. Nous avons choisi de nous tourner vers les sketchs d humoristes parce qu ils correspondaient à tous ces critères. Le corpus de référence que nous avons composé n est pas représentatif des archives présentant des allusions puisqu il a une visée humoristique et que les allusions peuvent être présentes dans des textes qui n ont pas cette visée. Cependant, nous considérons que cette non-représentativité ne va pas à l encontre de la scientificité de notre travail parce que les mécanismes sociaux de l allusion sont les mêmes quel que soit le discours qui la met en place (voir III , p ). Selon nous, la particularité illocutoire de ce corpus n est pas un obstacle à la généralisation. En revanche, il présente un certain nombre d avantages 8

10 qui donnent la possibilité aux enseignants de reprendre ce type de textes et d utiliser les sketchs comme documents didactiques dans leurs cours. Afin de justifier plus précisément les éléments qui composent notre corpus de référence d une part, et notre corpus d allusions d autre part, nous verrons dans le détail les paramètres qui ont orienté la sélection des sketchs puis nous étudierons les bases définitoires de l allusion discursive qui ont influé sur la constitution du corpus d étude Les paramètres de sélection des sketchs Nous avons procédé à une réduction progressive du nombre de textes pour le corpus parce que ce dernier doit être adapté à notre travail. C est la perspective didactique qui a guidé nos décisions en ce qui concerne les sketchs. La mise en place des critères de sélection que nous nous sommes imposés a été envisagée pour simplifier le travail des enseignants qui souhaiteraient utiliser l humour dans leurs cours. Ce ne sont pas des critères absolus pour l utilisation de discours humoristiques dans l enseignement, mais seulement des critères possibles. Nous les avons retenus parce qu ils sont cohérents avec une perspective didactique et que nous portons un intérêt à la singularité qu ils apportent au corpus (en particulier l énonciation des one-man-show). Les critères que nous avons décidé d appliquer aux textes disponibles pour cette recherche sont : la disponibilité des transcriptions ; un paramètre de l énonciation, le sujet parlant unique ; et l adaptation de l enregistrement à la situation didactique La disponibilité des transcriptions Notre recherche n étant pas axée sur la compréhension de l oral en particulier, nous n avons pas cherché à obtenir des transcriptions de sketchs précises au niveau phonologique : l indication des pauses, des intonations montantes ou descendantes, de la hauteur de voix ne sont pas requises dans notre situation. Nous sommes allée chercher des transcriptions non-scientifiques sur Internet pour deux raisons : nous avons souhaité construire un corpus qui ne fasse pas état des détails phonologiques et qui soit disponible facilement. Nous avons visité plusieurs sites sur Internet, mais un seul 1 proposait les transcriptions de sketchs que nous avions trouvés sur les autres, ainsi que celles d autres sketchs. L auteur, Michel Buze, n a pas de connaissances en linguistique. Il a transcrit les 1 BUZE Michel, (2007 [1999]), disponible à l adresse : 9

11 sketchs lui-même à partir de vidéos dont il n a pas donné les références sur le site. Nous avons repris les transcriptions qui nous intéressaient (celles qui correspondent aussi aux critères qui suivent), et nous les avons corrigées en les comparant avec les versions vidéos qui sont sur le DVD fourni avec le mémoire. Les transcriptions qui se trouvent en annexes (voir p ) sont celles des enregistrements référencés dans la vidéographie (p ). Le peu d importance que nous accordons aux particularités de l oral dans ce travail nous a amenée à ne pas respecter les conventions de transcriptions de l oral parce qu un tel degré de précision n était pas nécessaire à la qualité de notre recherche. C est pourquoi les intonations et les pauses ne sont pas marquées comme il convient de le faire dans une transcription d oral pour une étude phonétique par exemple Les paramètres de l énonciation Sur ce site Internet, l auteur met à disposition des transcriptions d histoires drôles, de sketchs en duo, en trio, d imitations de personnalités médiatiques Nous avons exclu les imitateurs et restreint le corpus à des sketchs en «one-man-show». Il y a trois raisons à cela : la crainte de se laisser perdre dans l immensité des discours humoristiques ; le sentiment que les imitateurs n ont pas les mêmes techniques humoristiques que les humoristes (le rôle de la voix et des intonations est, là, crucial) et le sentiment qu il est plus difficile en situation didactique de travailler avec des imitateurs qu avec des humoristes 2 ; l impression, enfin, que la situation d énonciation est particulière : une personne devant des centaines de personnes. Peut-être l acteur parle-t-il directement en «je» et en «vous», ou bien joue-t-il plusieurs personnages à la fois en ignorant le public (voir I , p ). L interaction représentée par un seul locuteur apporte un intérêt pour le cours de langue : l enseignant présentant un sketch à ses apprenants peut les faire travailler sur cette situation d énonciation, les mener à étudier le nombre de personnages (de locuteurs), le nombre d acteurs (de sujets parlants), qui parle, quand, comment le voit-on (les marques de l énonciation et de l interaction représentée). 2 Parce que les imitateurs travaillent principalement dans l actualité, un peu comme les Guignols de l info sur Canal +, les documents vieillissent rapidement lorsqu ils sont placés dans le temps de l enseignement. De plus, les imitateurs jouent beaucoup sur le paraverbal et sur les tics de langage de personnalités célèbres. Contrairement aux humoristes qui s inscrivent majoritairement dans des situations et dans des thèmes quotidiens et populaires, les imitateurs usent plus de connaissances médiatiques et de représentations paraverbales. 10

12 Le nombre total de sketchs trouvés sur Internet qui correspondent à ce fonctionnement énonciatif est de 167. Ces 167 sketchs composent le corpus exploratoire que nous avons affiné avec les critères suivants La situation didactique Certains sketchs ne présentent pas ou quasiment pas d allusions. Nous avons procédé à une nouvelle sélection qui a donné priorité aux sketchs qui présentent une densité minimum d allusions discursives 3. D autres critères se sont ajoutés lors de cette sélection : la durée des sketchs intégrés au corpus est limitée à moins de dix minutes afin que le matériel didactique soit adapté aux capacités de concentration des apprenants ; le thème du sketch ne doit pas être trop délicat afin de ne pas comporter trop de risques en situation didactique multiculturelle (voir III , p ). Nous avons souhaité que les transcriptions correspondent toujours à une version vidéo et non seulement audio pour des considérations d ordre didactique également. Il est difficile de percevoir une allusion en temps normal pour les apprenants, et nous savons que chacun use de stratégies d apprentissages variées : le repérage est rendu d autant plus difficile aux apprenants qui ont une mémoire visuelle qu ils n ont pas la possibilité de joindre la lecture labiale à l audition. De plus, le travail sur support vidéo permet aux apprenants de voir les humoristes, ce qui a deux avantages majeurs : ils ont accès à leur apparence physique, ce qui leur donne les moyens de les reconnaître sur des affiches ou à la télévision, et ils peuvent apprendre à décoder le langage non verbal de ceux-ci, qui s évertuent souvent à être très expressifs. Ils apprennent ainsi en même temps à reconnaître les mimiques d une personne en colère, nerveuse, mécontente, ou moqueuse. Après sélections, le corpus de référence est composé de 16 sketchs. Il est disponible en annexe (p ) avec les transcriptions intégrales. Le lecteur a accès aux enregistrements qui sont la source de ces transcriptions en visionnant le DVD fourni en annexe. Toutes les allusions du corpus d étude sont extraites de ces textes. 3 Le lecteur risque d avoir l impression que l allusion discursive est un phénomène extrêmement courant dans les sketchs et que tous les humoristes y ont recours (puisque tous les sketchs sélectionnés en présentent). Environ la moitié des sketchs de départ ont été éliminés parce qu ils n en présentent pas ou quasiment pas. L allusion discursive n est ni intrinsèque, ni nécessaire aux stratégies humoristiques. La densité d allusions est souvent relative au style de l humoriste : c est un procédé très commun chez Raymond Devos ou Pierre Desproges, mais il est beaucoup plus rare chez Florence Foresti. 11

13 1.2. La constitution du corpus d étude Le corpus de référence que nous avons construit est composé de textes qui présentent tous un certain nombre d allusions discursives de différents types. Ce sont ces allusions, une fois répertoriées, que nous avons analysées pour atteindre notre objectif de recherche. Nous avons eu recours à quelques auteurs pour affiner le sens non trivial de l allusion : les travaux auxquels nous avons fait appel nous ont donné des clés très différentes pour préciser notre conception de ce phénomène et pour mieux le cerner. Quelques caractéristiques intrinsèques et quelques limites ont été posées à notre objet de recherche. Nous avons ensuite pu procéder à un repérage selon les caractéristiques prises dans leur acception la plus large, tout en restant strictement dans les limites fixées Qu est-ce qu une allusion? Nos premières lectures 4 nous ont menée aux définitions de Pierre Fontanier : «[L allusion] consiste à faire sentir le rapport d une chose qu on dit avec une autre qu on ne dit pas, et dont ce rapport même réveille d idée.» (1968 [1821], p. 125) et du Littré : «figure de rhétorique consistant à dire une chose qui fait penser à une autre» Elles nous ont fourni une première caractéristique de l allusion : si elle se comprend, elle ne se dit pas. D autres recherches nous ont portée à lire L implicite de Catherine Kerbrat- Orecchioni (1986) et «Aux risques de l allusion» de Jacqueline Authier-Revuz (2000). Elles présentent l allusion sous deux angles très différents qui correspondent à deux aspects de notre orientation théorique : l une pragmatique, l autre dialogique. Pour définir l allusion, Catherine Kerbrat-Orecchioni l insère dans une typologie des types d implicites. Elle procède à une première distinction au niveau des contenus discursifs : les contenus explicites d une part et les contenus implicites d autre part (1986, p. 20). En faisant appel à Herbert Paul Grice (1957, p ), elle précise ainsi sa position : «parler explicitement, c est to tell something ; parler implicitement, c est to get someone to think something. [ ] les contenus implicites (présupposés et sous-entendus) ont en commun la propriété de ne pas constituer en principe [ ] le véritable objet du dire, tandis que les contenus explicites correspondent, en principe toujours, à l objet essentiel du message à transmettre, ou encore sont dotés, selon la formule cette fois de R. Posner (1982, p. 2), de la plus grande pertinence communicative.» (1986, p ) 6. 4 Extraites des actes du colloque L Allusion dans la littérature (2000). 5 GRICE Herbert Paul (1957) : «Meaning», The Philosophical Review 66, p POSNER Roland (1982) : L analyse pragmatique des énoncés dialogués, documents de travail et prépublications du Centre International de Sémiotique de l Université d Urbino, n

14 Catherine Kerbrat-Orecchioni propose un parasynonyme pour l implicite, l inférence, qu elle définit comme «toute proposition implicite que l on peut extraire d un énoncé, et déduire de son contenu littéral en combinant des informations de statut variable (internes ou externes).» (1986, p. 24). Elle constitue une hiérarchie dans laquelle s opposent contenus explicites et implicites, puis parmi les contenus implicites autrement appelés inférences, s opposent présupposés et sous-entendus, et enfin parmi les sousentendus, l insinuation et l allusion, deux entités qui semblent se recouper en certains points 7 : L auteur définit les présupposés : «toutes les informations qui, sans être ouvertement posées (i.e. sans constituer en principe le véritable objet du message à transmettre), sont cependant automatiquement entraînés par la formulation de l énoncé, dans lequel elles se trouvent intrinsèquement inscrites, quelle que soit la spécificité du cadre énonciatif.» (1986, p. 25), les sous-entendus : «toutes les informations qui sont susceptibles d être véhiculées par un énoncé donné, mais dont l actualisation reste tributaire de certaines particularités du contexte énonciatif [ ] ; valeurs instables, fluctuantes, neutralisables, dont le décryptage implique un calcul interprétatif toujours plus ou moins sujet à caution, et qui ne s actualise vraiment que dans des circonstances déterminées» (1986, p. 39). et l allusion, unité inférieure aux sous-entendus : «fait implicitement référence à un ou plusieurs faits particuliers connus de certains des protagonistes de l échange verbal [ ] ce qui établit entre eux une certaine connivence (pacifique ou agressive [ ])» ou consiste en un «renvoi intertextuel» (1986, p. 46) Catherine Kerbrat-Orecchioni insiste sur le caractère in absentia de l allusion, sur la connivence nécessaire à la réalisation de l allusion, et elle introduit l idée d un «calcul 7 L insinuation pose un problème définitoire à Catherine Kerbrat-Orecchioni parce qu elle est surtout caractérisée par une intention malveillante, mais rien ne vient clairement distinguer l insinuation non malveillante de l allusion. L auteur décide de trancher et de réserver l insinuation «aux cas où la nature du contexte sous-entendu invite à supposer chez son énonciateur un mauvais dessein.» (1986, p. 46). 13

15 interprétatif» (voir citation supra, p. 13), qui serait le produit de la compétence d interprétation que nous cherchons à développer chez les apprenants de français langue étrangère (voir l introduction, p. 5 et III , p et III , p ). Pour travailler sur l allusion, Jacqueline Authier-Revuz se place dans une tout autre perspective, plus dialogique, moins pragmatique. Elle parle de la «présence non-marquée du discours de l autre», d allusions «qui mettent en œuvre le lien d un savoir partagé, [qui] sont en même temps mises à l épreuve, et par là, confirmation voire célébration de la communauté correspondant à ce lien.» (1995, p. 308). Jacqueline Authier-Revuz propose une dichotomie utile dans notre perspective : elle met en lumière la différence fondamentale entre les allusions intratextuelles et les allusions intertextuelles, les premières étant moins discriminantes du fait de la connivence instaurée par le discours qui produit l allusion, les secondes l étant davantage du fait que la connivence est un pré-requis que le locuteur présume être possédé par l interlocuteur : «Dans le cas de la connivence intra-textuelle, la communauté mise en œuvre est celle qu instaure le fonctionnement même du texte ou de l échange verbal, et de l espace de mémoire partagée celle du déjà dit précédant linéairement le hic et nunc : c est l échange lui-même qui crée les conditions de son fonctionnement allusif, interne, et le récepteur est, nécessairement adéquat, nécessairement co-appartenant à la communauté co-énonciative. Au contraire, les communautés que requièrent les allusions à du déjà-dit extérieur relèvent d un lien supplémentaire, indépendant du fonctionnement de la co-énonciation, et conditionnant celle-ci. Il y a non-production de connivence dans l espace d un échange, mais exigence de cette connivence comme condition de l échange, c est-à-dire construction par l énonciateur dans ce qu il choisit de désigner allusivement comme extérieur, de l image du récepteur adéquat, c est-à-dire co-possédant avec lui une certaine mémoire interdiscursive.» (1995, p. 309) C est sur la relation discursive entre le producteur et le récepteur (relation de communauté co-énonciative, ou de communauté interdiscursive estimée) que Jacqueline Authier-Revuz axe sa définition de l allusion. Nous gardons cette dichotomie à l esprit pour la typologie que nous proposerons (en particulier pour l intertextualité et l intratextualité, en II.2.2. et II.2.3., p ) et nous retenons de manière générale l idée de connivence entre le producteur et le récepteur, connivence nécessaire à une intercompréhension maximale du discours (voir III , p ). Nous pouvons proposer une première définition, en posant des caractéristiques et des limites à l allusion. Elle : 14

16 est implicite (ne constituant pas le véritable objet du dire, elle est laissée à entendre), est sous-entendue (susceptible d être véhiculée, son actualisation n est pas assurée à priori) fait référence à des faits connus ou supposés connus par le locuteur (ce qui crée ou renforce la connivence entre ceux qui perçoivent l allusion) n est pas explicite (ne constitue pas l objet essentiel du message) n est pas présupposée (pas automatiquement entraînée par la formulation du dire) n est pas nécessairement une insinuation (l intention de l allusion n est pas nécessairement malveillante, mais elle peut l être) Qu est-ce qu une allusion discursive? Le problème définitionnel ne s est pas arrêté à l allusion. Il s est poursuivi avec l adjectif discursive. Pour les besoins de notre recherche, il prendra deux sens majeurs : qui évoque un schéma cognitivo-discursif (un genre ou un type de discours) ou qui évoque un discours, un élément d un discours ou qui éveille la mémoire interdiscursive 8. Ce double-sens que nous conservons à l allusion discursive explique le premier niveau de la typologie que nous proposons : on distinguera les allusions à un genre de discours (imitations et transformations, voir II.1., p ) et les allusions à un texte ou à un discours (voir II.2., p ). Nous reviendrons sur ce que nous concevons comme un genre de discours (voir I , p ), mais nous expliciterons ici notre conception du discours : pour nous, un discours est l ensemble constitué d un énoncé ou d un groupe d énoncés considéré à la fois dans sa structure linguistique et dans son contexte de production et de réception, empli de subjectivités historiques, politiques, idéologiques, socio-historiquement déterminées et orientées 9. Le cadre théorique nous permettra de revenir sur certains aspects du discours, et du langage en général, comme ceux des genres de discours, de l interdiscursivité et de la mémoire (voir I.2., p ). 8 Une suite de mots dont on peut retrouver l origine (comme dans l intertextualité ou l intratextualité, voir II.2.2. et II.2.3., p ) ou pas (comme dans les allusions interdiscursives, voir II.2.1., p ). 9 Inspiré de Francine Mazière (2005, p. 9-10), de Michel Pêcheux et Denise Maldidier (1990, p ), et de Dominique Maingueneau (Charaudeau et Maingueneau, 2002, p ). 15

17 D autre part, nous avons rapidement eu à faire face à un dilemme : où placer la limite entre l allusion discursive et l allusion qui éveille l idée d objets? Ainsi, dans l exemple suivant : Albert Dupontel, dans Le bac (en annexe, p. 125) : On l a bien vu d ailleurs en mai 48 quand il y a eu la révolution des étudiants. la personne qui reçoit cet énoncé pense-t-elle aux événements de mai 1968, ou bien se ditelle que l énonciateur s est trompé, que ce n est pas mai 48 qu il fallait dire mais mai 68? La première solution nous ferait dire que l allusion a éveillé l idée de l événement, tandis que la seconde nous ferait pencher pour une réflexion de type métalinguistique. Il nous semble peu pertinent de trancher parce que nous formulons l hypothèse (qui restera par ailleurs à démontrer dans d autres travaux) que les deux réflexions ont lieu concomitamment. Il n y aurait, dans ce cas, aucune raison de nier l existence de l une ou de l autre. Pour répondre à notre dilemme, nous formulons la réponse suivante : dans un discours, l allusion discursive, si elle éveille l idée de quelque chose, comporte toujours aussi une dimension métalinguistique. Elle est une condition sine qua non de notre définition de l allusion discursive Quelques remarques concernant les corpus Notre corpus de référence, constitué par les transcriptions, contient 16 sketchs (voir en annexe, p ). Un premier sous-corpus de travail a été constitué en répertoriant les allusions des sketchs selon les éléments de définition vus (en I , p et I , p ) et quelques phénomènes discursifs sur lesquels nous avons douté à un moment (en annexe, p. 159). Ce sous-corpus est composé de 203 allusions discursives et de 9 extraits qui n entrent pas dans les critères de l allusion discursive et qui nous permettront de poser des limites, soit 212 éléments. C est sur ce sous-corpus de travail que nous avons effectué les premières analyses qui ont abouti à un classement des allusions sur trois niveaux et à l établissement d une typologie (voir II., p ). Les allusions, une fois classées, ont constitué un second sous-corpus de travail que nous avons utilisé pour décrire plus précisément chaque type d allusion (voir II.1. et II.2., p ). Les catégories du classement ne s excluent pas mutuellement : une même allusion peut être à la fois intratextuelle et paronomastique par exemple, auquel cas elle entre dans deux catégories distinctes. C est ce qui explique que le second sous-corpus de travail contient davantage d éléments que le premier. Il est composé de 293 éléments. 16

18 Le corpus de travail ne se présente pas comme un corpus exhaustif qui répertorierait toutes les allusions de tous les types dans le corpus de référence. Par exemple, dans les sketchs, nombreuses sont les allusions interlocutives (voir II.2.5., p ) : l humoriste fait souvent semblant de répondre à des interlocuteurs qui lui auraient parlé. Or, seules quelques-unes sont notées dans les sous-corpus de travail. Il nous a semblé peu pertinent d inventorier toutes les allusions de ce type parce qu elles sont très nombreuses et fonctionnent de manière homogène. Le classement des allusions qui a conduit au deuxième sous-corpus de travail est guidé par des orientations théoriques dont les principes correspondent à ceux de l analyse du discours. 2. Ancrage théorique, sketchs et allusions Nous avons utilisé les notions de genres et types de discours, d énonciation, d intertextualité et d intratextualité, de dialogisme interdiscusif, interlocutif et d autodialogisme parce que les allusions discursives ne fonctionnent qu en cas d intercompréhension et d interprétation de l implicite (voir I , p ). Les allusions ont été étudiées avec des outils linguistiques et parfois cognitifs qui permettent d analyser les marques qu y laisse le dialogisme par exemple. Cette approche nous semble assez générale pour regrouper les aspects principaux de l allusion discursive tout en ouvrant des perspectives transférables en didactique des langues et du français comme langue étrangère Les genres et les types de discours Un problème général qui s est posé lors de cette recherche sur un corpus humoristique a été de savoir si le sketch humoristique est un genre de discours ou un type de discours. Nous ferons appel à des auteurs tels que Mikhaïl Bakhtine d une part, et Catherine Kerbrat-Orecchioni et Sophie Moirand d autre part pour définir les genres de discours et pour nous positionner parmi les diverses théories sur le sujet parce qu il nous semble que ces auteurs ont chacun à sa manière posé une pierre angulaire dans la recherche dans ce secteur. 17

19 Qu est-ce qu un genre de discours? Il peut à priori sembler étrange de faire appel à Mikhaïl Bakhtine dans nos questionnements en analyse du discours, puisqu il était avant tout chercheur en littérature (cf. par exemple les études qu il a faites sur les œuvres de Fiodor Dostoïevski et de François Rabelais) 10. Nous en garderons principalement le concept de «double orientation» du discours vers la réalité : une orientation vers le contexte de la situation, soit les participants, les «conditions de l exécution et de la réception» (Todorov, 1981, p. 127) 11. On peut tout à fait en déduire que le genre d un discours est en partie déterminé par l intention de communication sous-jacente et par le dialogisme interlocutif. La seconde orientation proposée est de type thématique. Mikhaïl Bakhtine propose une définition des genres discursifs, que nous retiendrons pour le moment : «Tout énoncé particulier est assurément individuel, mais chaque sphère d usage du langage élabore ses types relativement stables d énoncés, et c est ce que nous appelons les genres discursifs (29, 237).» (Todorov, 1981, p. 127) 12 Certains éléments des discours quotidiens sont relativement stables, et c est ce qui nous permet de repérer quel genre de discours nous entendons, et réciproquement de nous faire comprendre en respectant le genre de discours dans lequel nous nous situons. C est la stabilité qui détermine les découpages, l instabilité n étant alors en fait qu une forme de variation situationnelle. Quelque cinquante ans plus tard, Catherine Kerbrat-Orecchioni et Véronique Traverso reprennent le problème après bien d autres linguistes et sémioticiens 13, mais elle s intéresse particulièrement aux genres de l oral. Elle propose une distinction, inspirée de Jean-Michel Adam, entre «G1» et «G2», soit entre genres et types de discours. 10 Bakhtine / Voloshinov (1977 [1929]) : Le Marxisme et la Philosophie du langage, cité dans Todorov (1981), p. 126 : «[t]oute situation quotidienne stable comporte un auditoire organisé d une certaine façon, et par conséquent un certain répertoire de petits genres quotidiens. (12, 98-99)». 11 Medvedev (1928) : Fromal nyj metod v literaturovedenii, cité dans Todorov (1981). 12 Bakhtine (1975 [1974/~1941]) : «Problema rechevykh zhanrov» (Le problème des genres discursifs), dans Bakhtine (1979) : Estetika slovesnogo tvorchestva (Esthétique de la création verbale), cité dans Todorov (1981). 13 Catherine Kerbrat-Orecchioni déplore elle aussi un manque de clarté dans les classifications : «Il va de soi pourtant que les productions orales orales relèvent de genres divers, c est-à-dire qu ils se distribuent en familles constituées de productions variées mais présentant un certain air de famille. Cela est attesté par l existence des nombreux termes que la langue met à la disposition des usagers pour caractériser tel échange particulier comme étant une conversation, une discussion ou un débat, du bavardage ou du marchandage, [ ] l hétérogénéité d une telle liste (qui pourrait être allongée ad libitum) [ et la] richesse du lexique utilisé pour étiqueter les genres n a d égal que la confusion qui le caractérise [ ].» (2003, «2. Les genres de l oral» [en ligne]) 18

20 «G1 : Événements de communication ou types d interactions [qui] sont définis d abord sur la base de critères externes, c est-à-dire situationnels (nature et destination du site, nature du format participatif, nature du canal, but de l interaction, degré de formalité et de planification de l échange, degré d interactivité, etc.).» (Kerbrat- Orecchioni, 2004, p. 43) Les types de discours sont l unité directement inférieure aux genres, ils se définissent sur des critères internes au discours plutôt qu à la situation de communication, contrairement aux genres de discours. «G2 : Types de discours, ou mieux, d activités discursives [ ] types plus abstraits de discours caractérisés par certains traits de nature discursivo-rhétorico-pragmatique. [ ] Les types d activités se définissent au contraire par des critères internes. [ ] Cette identification repose sur différents éléments du matériel linguistique et de l organisation discursive» ( Kerbrat-Orecchioni, 2004, p ) Ce type d analyse, inscrivant les genres et types de discours dans des niveaux discursifs macro- et mésotextuels, est également utilisé par Sophie Moirand (2003b, 2.1. [en ligne]) qui y ajoute un niveau microtextuel. Elle propose en fait une grille d analyse des genres et des types de discours selon des critères qui relèvent à la fois des trois niveaux du discours : le niveau macro (ou global) qui concerne les gestes, les intentions (ou finalités), le jeu des représentations, l ordre des éléments mésotextuels (le scénario ou script) ; le niveau mésotextuel (ou médian) qui concerne les opérations cognitivolangagières à moyenne échelle (les actes de langages, les types de textes, les tours de parole) ; et le niveau microtextuel qui concerne les marques et opérations linguistiques. Ce sont ces outils d analyse que nous utiliserons pour étudier les parodies, qui s appliquent à caricaturer les types et genres de discours que nous connaissons. À la fin de son étude sur le genre, elle propose une définition provisoire améliorée du genre que nous reproduisons ici : «une représentation socio-cognitive intériorisée que l on a de la composition et du déroulement d une classe d unités discursives, auxquelles on a été «exposé» dans la vie quotidienne, la vie professionnelle et les différents mondes que l on a traversés, une sorte de patron permettant à chacun de construire, de planifier et d interpréter les activités verbales ou non verbales à l intérieur d une situation de communication, d un lieu, d une communauté langagière, d un monde social, d une société» (2003b, 2.3. [en ligne]) Nous retiendrons de ce petit tour d horizon que : le genre de discours est une grande unité, composée de sous-unités appelées sousgenres ou types de discours, le genre correspond à un type d interaction ou d événement, il est doublement orienté vers la situation et vers le thème de l échange, 19

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe.

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. 4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. Utiliser un document vidéo en classe de langue ce n est pas regarder ensemble la télévision mais le visionner en organisant sa découverte

Plus en détail

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES référence pour les langues ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES Activités de production et stratégies PRODUCTION ORALE GÉNÉRALE MONOLOGUE SUIVI : décrire l'expérience MONOLOGUE SUIVI : argumenter

Plus en détail

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE Proposition d aide à la mise en œuvre pédagogique Domaine : SE CULTIVER ET SE DIVERTIR Programme National de pilotage Séminaire «Mise en œuvre pédagogique

Plus en détail

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches Niveau C1 Descripteur global Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches La personne peut : comprendre en détail de longs discours et des échanges complexes

Plus en détail

N 334 - SIMON Anne-Catherine

N 334 - SIMON Anne-Catherine N 334 - SIMON Anne-Catherine RÉALISATION D UN CDROM/DVD CONTENANT DES DONNÉES DU LANGAGE ORAL ORGANISÉES EN PARCOURS DIDACTIQUES D INITIATION LINGUISTIQUE A PARTIR DES BASES DE DONNÉES VALIBEL Introduction

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

La Chronique des matières premières

La Chronique des matières premières La Chronique des matières premières Céréales, minerais ou pétrole, les ressources naturelles sont au cœur de l économie. Chaque jour de la semaine, Dominique Baillard informe du cours des matières premières

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

Commerce International. à référentiel commun européen

Commerce International. à référentiel commun européen Brevet de technicien supérieur Commerce International à référentiel commun européen Référentiel de formation SEPTEMBRE 2011 RÉFÉRENTIEL DE FORMATION Unités de formation UF1 Culture Générale et Expression

Plus en détail

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Gwenole Fortin To cite this version: Gwenole Fortin. Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence. 2006.

Plus en détail

Développer des compétences par le biais de tâches

Développer des compétences par le biais de tâches Stage de Michelle Soumier et Marylène Lebel des 02 et 03 mars 2006 Développer des compétences par le biais de tâches Le Plan de rénovation des Langues prévoit une mise en place du cadre Européen Commun

Plus en détail

1 Objectifs généraux du travail avec la vidéo. A quoi sert le travail sur des documents vidéo en classe de FLE?

1 Objectifs généraux du travail avec la vidéo. A quoi sert le travail sur des documents vidéo en classe de FLE? Module sur l utilisation de la vidéo en classe de français langue étrangère JEAN-MICHEL DUCROT Coordinateur de programmes pédagogiques à Alep-Syrie. Responsable du Centre de Documentation Pédagogique d'alep,

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

Les documents primaires / Les documents secondaires

Les documents primaires / Les documents secondaires Les documents primaires / Les documents secondaires L information est la «matière première». Il existe plusieurs catégories pour décrire les canaux d information (les documents) : - Les documents primaires

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Avant-propos Le problème de la spécificité du texte dramatique... 7 Genres du dramatique et descriptions linguistiques... 12 Conclusion...

Avant-propos Le problème de la spécificité du texte dramatique... 7 Genres du dramatique et descriptions linguistiques... 12 Conclusion... Table des matières Avant-propos Le problème de la spécificité du texte dramatique... 7 Genres du dramatique et descriptions linguistiques... 12 Conclusion... 41 PREMIÈRE PARTIE Aspects sémio-linguistiques

Plus en détail

De la tâche à sa réalisation à l aide d un document plus qu authentique. Cristina Nagle CEL UNICAMP cnagle@unicamp.br

De la tâche à sa réalisation à l aide d un document plus qu authentique. Cristina Nagle CEL UNICAMP cnagle@unicamp.br De la tâche à sa réalisation à l aide d un document plus qu authentique Cristina Nagle CEL UNICAMP cnagle@unicamp.br I. Le contexte Plan de l intervention II. Le document authentique et le Projet 7 milliards

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

DESCRIPTEURS NIVEAU A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues

DESCRIPTEURS NIVEAU A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues DESCRIPTEURS NIVEAU A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES Activités de production et stratégies PRODUCTION ORALE MONOLOGUE SUIVI

Plus en détail

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Quatrième colloque hypermédias et apprentissages 275 BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Anne-Olivia LE CORNEC, Jean-Marc FARINONE,

Plus en détail

Comprendre un texte fictionnel au cycle 3 : quelques remarques

Comprendre un texte fictionnel au cycle 3 : quelques remarques Contribution aux travaux des groupes d élaboration des projets de programmes C 2, C3 et C4 Anne Leclaire-Halté, Professeure d université, Université de Lorraine/ESPÉ Comprendre un texte fictionnel au cycle

Plus en détail

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif»

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Chaque parcours pourra compléter ce cadrage général par un cadrage spécifique au parcours prenant

Plus en détail

LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS

LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS A. Armand IGEN lettres avril 2009-1 LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS Cette présentation du programme de français pour les classes de seconde, première, et terminale du

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

L ORAL OBJET OU MOYEN D APPRENTISSAGE?

L ORAL OBJET OU MOYEN D APPRENTISSAGE? PROFESSIONAL COMMUNICATION AND TRANSLATION STUDIES, 6 (1-2) / 2013 211 L ORAL OBJET OU MOYEN D APPRENTISSAGE? Laura CHIRIAC Politehnica University of Timişoara, Romania Résumé: Cet article tente de donner

Plus en détail

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH J.A. Malarewicz Conseil Conseil, Formation, Supervision, Coaching S.A.S. au capital de 8OOO TVA : FR 36478450471 SIRET : 478 450471 00014 N formateur 11921445592 Région IdF 11 rue du Professeur Leroux

Plus en détail

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18)

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18) La Fête jusqu où? Niveau B1 Remarque : attention, les supports 1 et 2 ne sont pas dissociables et son à travailler de manière enchaînée. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années

Plus en détail

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année PALIER 2 CM2 La maîtrise de la langue française DIRE S'exprimer à l'oral comme à l'écrit dans un vocabulaire approprié

Plus en détail

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s Stéphane Safin Psychologue - Ergonome Lucid Group -

Plus en détail

B Projet d écriture FLA 10-2. Bande dessinée : La BD, c est pour moi! Cahier de l élève. Nom : PROJETS EN SÉRIE

B Projet d écriture FLA 10-2. Bande dessinée : La BD, c est pour moi! Cahier de l élève. Nom : PROJETS EN SÉRIE B Projet d écriture Bande dessinée : La BD, c est pour moi! FLA 10-2 Cahier de l élève PROJETS EN SÉRIE Il faut réaliser ces projets dans l ordre suivant : A Bain de bulles Lecture B La BD, c est pour

Plus en détail

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire 1. Ce que disent les plans d études vaudois Dans la partie consacrée aux finalités de l école vaudoise, le Plan d Etudes Vaudois (PEV) note à propos

Plus en détail

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 Résultats aux évaluations nationales CM2 Annexe 1 Résultats de l élève Compétence validée Lire / Ecrire / Vocabulaire / Grammaire / Orthographe /

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

«L impact de l interculturel sur la négociation» construire des intérêts matériels ou des enjeux quantifiables

«L impact de l interculturel sur la négociation» construire des intérêts matériels ou des enjeux quantifiables Le Centre de Langues et de Traduction de l Université Libanaise vous invite à prendre part au colloque international : «L impact de l interculturel sur la négociation» qui se tiendra dans les locaux du

Plus en détail

DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE

DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE ÉCOLE SECONDAIRE DE MIRABEL GUIDE DE CHOIX DE COURS 2015-2016 Quatrième secondaire CHOIX D OPTIONS DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE SÉQUENCE CULTURE, SOCIÉTÉ ET TECHNIQUE

Plus en détail

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème Problématique / Problématiser / Problématisation / PROBLÉMATIQUE : UN GROUPEMENT DE DÉFINITIONS. «Art, science de poser les problèmes. Voir questionnement. Ensemble de problèmes dont les éléments sont

Plus en détail

Compte rendu de la formation

Compte rendu de la formation BILAN QUALITATIF ET QUANTITATIF 12 participants 18 heures de formation sur 3 jours 9 associations de 2 départements représentées (75 et 94) Evaluation orale et bilan individuel écrit effectuée en fin de

Plus en détail

Introduction à la méthodologie de la recherche

Introduction à la méthodologie de la recherche MASTER DE RECHERCHE Relations Économiques Internationales 2006-2007 Introduction à la méthodologie de la recherche geraldine.kutas@sciences-po.org Les Etapes de la Recherche Les étapes de la démarche Etape

Plus en détail

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 1 LA REDACTION DU RAPPORT DE STAGE Le mémoire ne doit pas consister à reprendre tels quels des documents internes de l entreprise ou

Plus en détail

Consignes pour les travaux d actualité Premier quadrimestre

Consignes pour les travaux d actualité Premier quadrimestre Consignes pour les travaux d actualité Premier quadrimestre Principes de base Durant le premier semestre, vous serez amenés à remettre un travail effectué en groupe. Le but de celui-ci est de s intéresser

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images Une formation à la direction de projets audiovisuels Le master Création, Production, Images. Cinéma interactif et transmédia de l Institut

Plus en détail

L interinfluence dans les relations humaines

L interinfluence dans les relations humaines L interinfluence dans les relations humaines Conception et réalisationr : J. François Tremblay, Formateur-consultant et chargé de cours à : UQAM / UQO / UQAR On peut considérer la personne humaine comme

Plus en détail

Plates-formes de téléformation et modèles pédagogiques

Plates-formes de téléformation et modèles pédagogiques POYET Françoise, (7095) Introduction Plates-formes de téléformation et modèles pédagogiques Depuis quelques années, on assiste à une stabilisation informatique des Technologies de l Information et de la

Plus en détail

Grammaire : ce que ça demande à l'enseignant

Grammaire : ce que ça demande à l'enseignant Grammaire : ce que ça demande à l'enseignant Article paru dans le Café Pédagogique en mars 2009 Décortiquer la langue, oui, mais de quel point de vue? Dans sa thèse, Philippe Clauzard revient en profondeur

Plus en détail

Richard Abibon. «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée»

Richard Abibon. «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée» Richard Abibon «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée» Cette formule, on la trouve presque telle quelle dans l «Ouverture de ce recueil» qui introduit les «Ecrits» de Lacan.

Plus en détail

Bien architecturer une application REST

Bien architecturer une application REST Olivier Gutknecht Bien architecturer une application REST Avec la contribution de Jean Zundel Ce livre traite exactement du sujet suivant : comment faire pour que les services web et les programmes qui

Plus en détail

1. Projet de lecture. Français 20-2. Médias : La pub. Cahier de l élève. Nom :

1. Projet de lecture. Français 20-2. Médias : La pub. Cahier de l élève. Nom : 1. Projet de lecture Médias : La pub Français 20-2 Cahier de l élève Nom : La pub DESCRIPTION DU PROJET Tu vas lire des annonces publicitaires pour être en mesure de discuter des moyens utilisés par les

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

Elisabeth DELAIS ROUSSARIE UMR 7110 / LLF Laboratoire de Linguistique formelle Université de Paris Diderot

Elisabeth DELAIS ROUSSARIE UMR 7110 / LLF Laboratoire de Linguistique formelle Université de Paris Diderot Elisabeth DELAIS ROUSSARIE UMR 7110 / LLF Laboratoire de Linguistique formelle Université de Paris Diderot JOURNEES IPFC Paris, 5 et 6 décembre 2011 Pour travailler sur l acquisition de la dimension orale

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe.

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe. Cours 12 Le pouvoir au sein d une organisation Les liens entre pouvoir, autorité et obéissance Le leadership et les traits personnels Les théories du leadership situationnel Pouvoir Capacité d un individu

Plus en détail

EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE

EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE (Préparation : 5 heures -- Exposé et Questions : 1 heure) Rapport établi par : P.J. BARRE, E. JEAY, D. MARQUIS, P. RAY, A. THIMJO 1. PRESENTATION DE L EPREUVE 1.1.

Plus en détail

Master 2 : Didactique des disciplines. Spécialité Mathématiques. Parcours Professionnel

Master 2 : Didactique des disciplines. Spécialité Mathématiques. Parcours Professionnel Master 2 : Didactique des disciplines Spécialité Mathématiques Parcours Professionnel Année 2010-2011 M2 : Didactique des disciplines Spécialité : Mathématiques Parcours Professionnel Année 2010-2011 PRESENTATION

Plus en détail

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013)

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Considérant le nombre d articles scientifiques disponibles, il est essentiel

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

I/ CONSEILS PRATIQUES

I/ CONSEILS PRATIQUES D abord, n oubliez pas que vous n êtes pas un enseignant isolé, mais que vous appartenez à une équipe. N hésitez jamais à demander des idées et des conseils aux autres collègues (linguistes et autres)

Plus en détail

EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE CYCLE 4 HYPER TEXTE

EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE CYCLE 4 HYPER TEXTE EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE CYCLE 4 HYPER TEXTE LE VOLET 1 DU CYCLE 4 est un texte général qui oriente toutes les disciplines et qui permet de cibler la singularité des axes de formation. LE VOLET 2

Plus en détail

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES ATELIERS ARTISTIQUES NEUILLY SUR SEINE THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ENFANTS - ADOS - ADULTES Johanna Cohen 06 61 41 13 03 coursanna@hotmail.fr wwww.coursanna.fr LE COURS

Plus en détail

Flash Com5 : Duo, doublette ou duette, l important d être à deux pour enseigner deux langues. La duette en école française au Guatemala

Flash Com5 : Duo, doublette ou duette, l important d être à deux pour enseigner deux langues. La duette en école française au Guatemala La duette en école française au Guatemala 1. Le contexte local 2. Les horaires et les enseignants 3. Un dispositif : la duette 4. Objectifs et contenus 5. Bénéfices pour l élève 1 - Le contexte local -

Plus en détail

L'audiodescription. Principes et orientations

L'audiodescription. Principes et orientations L'audiodescription Principes et orientations Rendre la culture accessible à tous permet d éviter l exclusion. L audiodescription est une technique de description destinée aux personnes aveugles et malvoyantes.

Plus en détail

Les transactions étendues et quelques Frameworks qui les supportent.

Les transactions étendues et quelques Frameworks qui les supportent. Les transactions étendues et quelques Frameworks qui les supportent. Christophe Ponsen cponsen@info.fundp.ac.be Institut d Informatique, Université de Namur Résumé Les transactions étendues posent de nombreux

Plus en détail

L analyse d entretiens de recherche qualitatifs

L analyse d entretiens de recherche qualitatifs L analyse d entretiens de recherche qualitatifs Annie Gendron, M.Ps. Candidate au doctorat en psychologie, UQTR Natacha Brunelle, Ph.D. Professeure au département de psychoéducation, UQTR 19 mars 2010

Plus en détail

OBJECTIFS DE CE GUIDE... 5 QU EST-CE QU UN DOCUMENT ACCESSIBLE... 5 LA STRUCTURE D UN DOCUMENT... 6 LES TITRES ET LES SOUS-TITRES...

OBJECTIFS DE CE GUIDE... 5 QU EST-CE QU UN DOCUMENT ACCESSIBLE... 5 LA STRUCTURE D UN DOCUMENT... 6 LES TITRES ET LES SOUS-TITRES... Diffusion de l information dans Internet Guide de création de documents Word accessibles 5 novembre 2009 OBJECTIFS DE CE GUIDE... 5 QU EST-CE QU UN DOCUMENT ACCESSIBLE... 5 LA STRUCTURE D UN DOCUMENT...

Plus en détail

WEBLINGUA : un outil en ligne pour l enseignement / apprentissage des langues

WEBLINGUA : un outil en ligne pour l enseignement / apprentissage des langues SEMAFORAD-2, Seconde édition : 12,13 et 14 Novembre 2005 - Université de Bejaia WEBLINGUA : un outil en ligne pour l enseignement / apprentissage des langues Petitgirard Jean-Yves. Enseignant-chercheur

Plus en détail

Une stratégie d enseignement de la pensée critique

Une stratégie d enseignement de la pensée critique Une stratégie d enseignement de la pensée critique Jacques Boisvert Professeur de psychologie Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu La pensée critique fait partie des capacités à développer dans la formation

Plus en détail

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs :

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : 2. Qu est-ce qu un projet commun? Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : le projet a un début et une fin et se structure en

Plus en détail

Utilisation du TNI en classe d anglais. PROJET INNOVANT présenté par la SECTION D ANGLAIS du Lycée Jean-Paul de Rocca Serra, 20137 Porto-Vecchio

Utilisation du TNI en classe d anglais. PROJET INNOVANT présenté par la SECTION D ANGLAIS du Lycée Jean-Paul de Rocca Serra, 20137 Porto-Vecchio Touch N Invent! Utilisation du TNI en classe d anglais PROJET INNOVANT présenté par la SECTION D ANGLAIS du Lycée Jean-Paul de Rocca Serra, 20137 Porto-Vecchio Sylvie Chiariglione, Brigitte Collomb, Régine

Plus en détail

Le chat belge le plus célèbre

Le chat belge le plus célèbre Auteur Katarzyna Kornecka-Nalewajka LEÇON n 5 71 1. Katarzyna Kornecka-Nalewajka Lycée d Enseignement Général n 7 de Częstochowa VII LO im. Mikołaja Kopernika w Częstochowie www.kopernik.czest.pl Titre

Plus en détail

Un gâteau au yaourt pour le goûter!

Un gâteau au yaourt pour le goûter! Un gâteau au yaourt pour le goûter! (adapté de la séquence pédagogique "Let's make scones!" publiée sur le site Primlangues) http://www.primlangues.education.fr/php/sequence_detail.php?id_sequence=83 Niveau

Plus en détail

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE Un problème de recherche est l écart qui existe entre ce que nous savons et ce que nous voudrions savoir à propos d un phénomène donné. Tout problème de recherche

Plus en détail

Le travail de maturité (TM) au Gymnase français

Le travail de maturité (TM) au Gymnase français Plan d'études Gymnase français de Bienne 9 Le (TM) au Gymnase français 2. Objectifs 3. Dispositif 3. Cadre du 3.. Choix du domaine et du sujet du 3..2 Organisation du 3..3 Déroulement du 3..4 Forme du

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la politique culturelle et du français Regards VII

Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la politique culturelle et du français Regards VII Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la politique culturelle et du français Regards VII 1. La fête de la musique Réalisation Thomas Sorin, CAVILAM Rédaction Murielle Bidault, CAVILAM

Plus en détail

!" #$%&'(&)'*'+,--./&0'1&23,+2.)$4$%52'&%'6.%&2'

! #$%&'(&)'*'+,--./&0'1&23,+2.)$4$%52'&%'6.%&2' Évaluer un site web, cours de descriptions de controverses i Dans le cadre du cours Description des controverses, le repérage des acteurs et la connaissance de leurs positions passent largement par l identification

Plus en détail

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Nom : Prénom :.. MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Récapitulatif pour la validation du Diplôme National du Brevet (Attestation du Niveau A2 en Langue Vivante) : ACTIVITES

Plus en détail

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique)

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) 1 Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) La programmation neurolinguistique (PNL) fournit des outils de développement personnel et d amélioration de l efficacité relationnelle dans

Plus en détail

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire Date d envoi : Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire QUESTIONNAIRE AU TITULAIRE Ce document doit être complété par le titulaire de classe et/ou par l orthopédagogue

Plus en détail

Rédiger et administrer un questionnaire

Rédiger et administrer un questionnaire Rédiger et administrer un questionnaire Ce document constitue une adaptation, en traduction libre, de deux brochures distinctes : l une produite par l American Statistical Association (Designing a Questionnaire),

Plus en détail

b) Fiche élève - Qu est-ce qu une narration de recherche 2?

b) Fiche élève - Qu est-ce qu une narration de recherche 2? Une tâche complexe peut-être traitée : Gestion d une tâche complexe A la maison : notamment les problèmes ouverts dont les connaissances ne sont pas forcément liées au programme du niveau de classe concerné

Plus en détail

&203$6'\QDPLTXH 0DQXHOG $GRSWLRQ. GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique

&203$6'\QDPLTXH 0DQXHOG $GRSWLRQ. GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique Page 1/ 17 Page 2/ 17 6RPPDLUH,1752'8&7,21 A QUI S ADRESSE CE MANUEL?... 6 QUEL EST L OBJECTIF DE CE MANUEL?... 6 /(6)$&7(856'(5(866,7(3285/

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE. I. La démarche pas à pas. Lire la bibliographie : thèses, articles

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE. I. La démarche pas à pas. Lire la bibliographie : thèses, articles GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE I. La démarche pas à pas Date Démarche Trouver un sujet qui vous intéresse Lire la bibliographie : thèses, articles Participer au séminaire «thèse»

Plus en détail

Qu est-ce que le pansori? Je voudrais pour commencer interroger les raisons qui m ont amenée à me poser cette question, et à me la poser en français

Qu est-ce que le pansori? Je voudrais pour commencer interroger les raisons qui m ont amenée à me poser cette question, et à me la poser en français AVANT-PROPOS Qu est-ce que le pansori? Je voudrais pour commencer interroger les raisons qui m ont amenée à me poser cette question, et à me la poser en français dans le cadre d une recherche avancée.

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

Programme de formation Communiquer dans une langue étrangère ANGLAIS

Programme de formation Communiquer dans une langue étrangère ANGLAIS Programme de formation Communiquer dans une langue étrangère ANGLAIS Le programme est adapté lors du positionnement précédant l action de formation. Il est alors soumis à l AGEFOS PME pour accord. Intitulé

Plus en détail

INSTITUT NATIONAL DES LANGUES ET CIVILISATIONS ORIENTALES

INSTITUT NATIONAL DES LANGUES ET CIVILISATIONS ORIENTALES INSTITUT NATIONAL DES LANGUES ET CIVILISATIONS ORIENTALES LICENCE: LANGUES, CULTURES ET SOCIETES DU MONDE SPECIALITE : COMMUNICATION INTERCULTURELLE ET LANGUES DU MONDE (CILM) Responsable de la spécialité

Plus en détail

Présentation ED portable le 10 septembre 2014

Présentation ED portable le 10 septembre 2014 1 Présentation ED portable le 10 septembre 2014 Je vais m appuyer sur une séquence pour le cycle d orientation qui entre dans les thèmes de géographie du PER au 10 ème degré «De la production à la consommation

Plus en détail

Un exemple de transcription et annotation vidéo

Un exemple de transcription et annotation vidéo Un exemple de transcription et annotation vidéo Pourquoi utiliser la vidéo? Quelles possibilités offre le codage vidéo? Comment peut-on réaliser ces codages? Quels outils existent et pour quels usages?

Plus en détail

APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP

APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP Résumé du rapport de recherche destiné au Centre Alain Savary, INRP APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP Martine Méheut, Olivier Prézeau INRP, Centre Alain Savary Apprendre la chimie en ZEP Résumé 1 Dans une perspective

Plus en détail

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 Nom: Prénom: Comme tu le sais sûrement, le CECRL (Cadre Européen de Référence pour les Langues) a été adopté dans les programmes de langues

Plus en détail

Mode d emploi. www.itycom.com/itystudio

Mode d emploi. www.itycom.com/itystudio Mode d emploi www.itycom.com/itystudio Sommaire Glossaire Introduction 6 Qu est ce qu ITyStudio? 6 A qui est-il destiné? 6 Le concept 7 Fonctionnement Global 8 Interface générale 9 Header 9 Création d

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs!

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! Conseils généraux : Entre 25 et 60 pages (hormis références, annexes, résumé) Format d un

Plus en détail

CONFERENCE 1 L AUTISME : COMMENT EDUQUER AUTREMENT?

CONFERENCE 1 L AUTISME : COMMENT EDUQUER AUTREMENT? CONFERENCE 1 L AUTISME : COMMENT EDUQUER AUTREMENT? Les institutions spécialisées ne sont pas la seule solution envisageable. Même si celles-ci sont dans l ensemble de plus en plus à l écoute des enfants.

Plus en détail

Vous propose une large gamme de

Vous propose une large gamme de Vous propose une large gamme de Notre équipe est composée d auteurs, de réalisateurs et de comédiens professionnels formés à l improvisation www.elipsagence.com Notre agence conçoit et scénarise les Team

Plus en détail

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes Débat et argumentation Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes à travers le partage d expériences «La question se pose de savoir si le lien social ne se constitue que dans la lutte pour la

Plus en détail

Principe et règles d audit

Principe et règles d audit CHAPITRE 2 Principe et règles d audit 2.1. Principe d audit Le principe et les règles d audit suivent logiquement l exposé précédent. D abord, comme dans toute branche de l activité d une entreprise, l

Plus en détail