Évaluation du risque de récidive : de la nécessité d une evidence-based expertise

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Évaluation du risque de récidive : de la nécessité d une evidence-based expertise"

Transcription

1 Disponible en ligne sur ScienceDirect Médecine & Droit 2014 (2014) Médecine judiciaire Expertise Évaluation du risque de récidive : de la nécessité d une evidence-based expertise Recidivism risk assessment: For an evidence-based expertise Marlène Abondo (psychiatre, médecin légiste) a,,b, Renaud Bouvet (praticien hospitalo-universitaire en médecine légale et droit de la santé) a,c, Ronan Palaric (psychologue) a,b, Hélène Spriet (psychiatre, médecin légiste) a,b, Mariannick Le Gueut (professeur de médecine légale et droit de la santé) a,c a Service de médecine légale, centre hospitalier universitaire, 2, rue Henri-Le-Guilloux, Rennes cedex 9, France b Centre de ressources régional sur les auteurs de violences sexuelles, centre hospitalier universitaire, 2, rue Henri-Le-Guilloux, Rennes cedex 9, France c Faculté de médecine, université Rennes 1, 2, avenue du Professeur-Léon-Bernard, Rennes cedex, France Résumé La prévention de la récidive est une préoccupation croissante du législateur qui s est traduite par une production législative intense depuis une quinzaine d années. L évaluation du risque de récidive, qui en constitue le corollaire, est confiée aux experts mais intéresse également les professionnels de santé mentale traitants et les médecins coordonnateurs désignés dans le cadre de l injonction de soins. Cette approche probabiliste des comportements humains a longtemps été fondée sur le jugement clinique ; elle l est encore largement en France. La littérature scientifique a cependant montré les limites du jugement clinique, et des méthodes nouvelles ont été développées, fondées sur le jugement structuré ou sur des approches actuarielles. Ces outils doivent être envisagés comme des compléments utiles et non comme des alternatives au jugement clinique, permettant in fine l évaluation d un niveau de risque basé sur les données acquises de la science. L utilisation de ces outils en pratique expertale doit être appréciée à l aune des obligations d indépendance et de compétence des experts. Un modèle expertal performant doit ambitionner, dans le cadre procédural français, l adaptation et la diffusion de ces outils, une réflexion sur le partage d information, et une approche pluridisciplinaire et longitudinale du risque Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. Mots clés : Récidive (expertise) ; Dangerosité ; Expertise psychiatrique Abstract Prevention of recidivism is a growing concern for lawmakers, which has led to an intensive legislative production for 15 years. Risk assessment of recidivism, its corollary, is entrusted to the experts, but it also concerns practitioners of mental health and coordinator physicians designated in the framework of court-ordered treatment. This probabilistic approach has been based on the clinical judgment for a long time; it is still widely the case in France. However, scientific literature has shown the limits of clinical judgment, and new approaches have been developed, based on structured judgment and actuarial approaches. Those tools must be considered as useful supplements and not as alternatives for clinical judgment, allowing ultimately a risk level assessment, which is based on the acquired data of science. Using those tools during expert mission should be appreciated in regard to the obligations of independence and skills of the experts. In the French procedural framework, an efficient expertal model should promote the adaptation and spread of those tools, a reflection on the information sharing, and a multidisciplinary and longitudinal approach of risk Elsevier Masson SAS. All rights reserved. Keywords: Recidivism; Dangerousness; Psychiatric expert mission Auteur correspondant. Adresse (M. Abondo) / 2014 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.

2 M. Abondo et al. / Médecine & Droit 2014 (2014) La dangerosité criminologique est un concept diffus «prenant en compte l ensemble des facteurs environnementaux et situationnels susceptibles de favoriser l émergence du passage à l acte» 1. Elle se caractérise selon Steadman par trois composantes : les facteurs de risque, la nature et l intensité des faits infractionnels antérieurs (damage) et la probabilité/risque de survenue d un nouveau passage à l acte 2. Les facteurs de risque sont des éléments objectivables ; ils sont circonstanciels ou propres au sujet, et peuvent participer à la réitération d un comportement transgressif. Si l on ne peut réduire la complexité d un sujet à ses actes, aussi insoutenables soient-ils, la nature et l intensité du damage antérieurement causé constituent, même si cela mérite d être discuté, une référence dans l évaluation de la dangerosité. C est sur l analyse de cette transgression première et spécialement sur l étude de ses circonstances de survenue que pourra se baser l évaluation prédictive. L évaluation d un risque de récidive, par l expert, se base donc sur une projection dans le temps relativement à ce que cet expert connaît des antécédents du sujet. La probabilité d un nouveau passage à l acte est, par essence, aléatoire, et ne peut être réduite à un trait de personnalité ou de tempérament, à une pathologie psychiatrique, ou à une conjonction de facteurs de risque. Elle doit s envisager comme un concept mathématique et résulter d un calcul ou estimation, formalisé ou non, prenant en compte les caractéristiques psychiques d un sujet, son histoire et ses potentielles interactions futures avec son environnement. C est ce qu aborde Hart 3 lorsqu il traite de l éventualité d un évènement défavorable en se référant à sa nature, à sa probabilité de survenue en termes d imminence, de fréquence et de durée, et à la gravité de ses conséquences. Si donc on s inscrit dans un modèle probabiliste qui n impose ni précision ni exactitude, on ne saurait se contenter en tant qu expert psychiatre, magistrat ou décideur public, de simples conjectures. L évaluation de la dangerosité criminologique au sens de probabilité de récidive répond à une demande politique la préservation de l ordre social, mise en œuvre par des magistrats, eux-mêmes éclairés par des experts. S impose alors la nécessité d améliorer le niveau de précision de cette probabilité car le potentiel d amélioration est intrinsèquement lié à la méthode d évaluation. Si l évaluation est comprise comme le processus permettant le recueil d informations afin d aider à la prise de décision 4, c est bien de technique expertale psychiatrique et criminologique qu il faut parler. Aborder la question de l évaluation expertale du risque de récidive, c est, dans le 1 Haute Autorité de santé. Audition publique : expertise psychiatrique pénale. 25 et 26 janvier Steadman HJ. From dangerousness to risk assessment of community violence: tacking stock at the turn of the century. J Am Acad Psychiatr Law 2000;28: Hart SD. Assessing and managing violence risk. In: Douglas KS, Webster CD, Hart SD, Eaves D, Ogloff JRP, editors. HCR-20 violence risk management companion guide. Burnaby, Colombie-Britannique: Mental Health, Law, and Policy Institute, Simon Fraser University; pp Hart SD. Évaluation du risque : la violence sexuelle et le rôle de la paraphilie. Forum d experts du service correctionnel du Canada Consulté en novembre 2011 : contexte actuel, poser la question de la place des échelles actuarielles. Depuis 2005 au moins, deux positions se confrontent quant à l utilisation de ces outils. La première est celle de politiques favorables à l utilisation qu ils pensent utile à l identification des personnes potentiellement dangereuses, à haut risque de récidive. Cette position, qui répond au principe de prévention secondaire, de protection ou de défense sociale ou encore de gestion du risque, a été à l origine de la consécration de la distinction entre dangerosité psychiatrique et dangerosité criminologique 5. Elle relève aussi d un souci de scientificité de l évaluation du risque, l attribution d un score et l utilisation de tests reproductibles étant perçues comme plus fiables ou plus objectives que la seule évaluation clinique. La seconde position est celle de nombre de professionnels de santé mentale, notamment des psychiatres, cliniciens libéraux, hospitaliers ou exerçant en milieu pénitentiaire, experts près les tribunaux ou encore médecins coordonnateurs. Elle est également celle de magistrats et témoigne de la crainte de voir la personne évaluée, «mesurée», réduite à un score chiffré ne tenant pas compte de la singularité individuelle. S y ajoute la problématique des frontières de champ de compétence entre maladie mentale ou souffrance psychologique, d une part, et transgression de la norme sociale, d autre part, les psychiatres ne s estimant pas compétents pour anticiper la survenue d un comportement violent hors le cadre de la maladie mentale. Ce débat particulièrement vif entre psychiatres et décideurs publics ne nous semble pouvoir être réduit à celui des anciens contre les modernes ou des utopistes contre les pragmatiques. Il s agit plutôt, à notre sens, d un malentendu fondé sur la méconnaissance des outils d évaluation actuariels. L objectif de notre propos vise à tenter de réconcilier ces deux positions, c està-dire à discuter de la place et des modalités d utilisation des échelles actuarielles dans la pratique expertale psychiatrique française. Il s agit, après avoir exposé les méthodes d évaluation du risque de récidive actuellement disponibles (section 1), de discuter un modèle expertal applicable au contexte français (section 2). 1. Les méthodes d évaluation du risque de récidive Il existe quatre types de méthodes d évaluation de la capacité de récidiver, organisées en deux grandes catégories : cliniques (section 1.1) et actuarielles (section 1.2) 6. 5 Santé, justice et dangerosités : pour une meilleure prévention de la récidive Rapport de la Commission santé-justice présidée par Monsieur Jean-François Burgelin. Ministère de la Justice; juillet 2005; 193 p. 6 Par la suite, certains outils seront cités à titre d illustration. Pour plus d informations voir Senon JL, Voyer M, Paillard C, Jaafari N. Dangerosité criminologique : données contextuelles, enjeux cliniques et expertaux. L Information psychiatrique 2009;85: ; Otto RK, Douglas KS. Handbook of violence risk assessment. Routledge, Taylor and Francis Group; 2010 ; Haute Autorité de santé. Prise en charge des auteurs d agression sexuelle à l encontre de mineurs de moins de 15 ans. Argumentaire 2009.

3 98 M. Abondo et al. / Médecine & Droit 2014 (2014) Les méthodes d évaluation clinique du risque Le jugement clinique et/ou professionnel non structuré Le jugement clinique et/ou professionnel non structuré est historiquement la première méthode. Il constitue le cœur même de l examen psychiatrique qui permet de recueillir des informations pertinentes auprès du sujet, de les sélectionner et de les interpréter. Il s agit d une démarche sémiologique hypothético-déductive à finalité diagnostique et thérapeutique. Le jugement clinique intervient aussi quand il s agit de recueillir des informations cliniques pertinentes quant à la sévérité de la maladie ou au risque de passage à l acte auto- ou hétéro-agressif. Ces éléments peuvent être utiles à l appréciation d un risque de violence à court terme ; les modalités de prise en charge thérapeutique (soins psychiatriques sans consentement, placement en chambre d isolement...) peuvent s en trouver impactées. Le jugement clinique est aussi utilisé lorsque la compétence psychiatrique est interrogée par le système judiciaire, c est-àdire dans le cadre expertal. Il permet d établir ou d éliminer un diagnostic psychiatrique en référence à la nosologie psychiatrique, de se prononcer sur l altération ou l abolition du discernement, sur l indication de soins et sur la dangerosité psychiatrique et/ou criminologique. Il s agit d une méthode souple, de mise en œuvre aisée et peu coûteuse, dont la fiabilité en matière diagnostique psychiatrique ne suscite pas de discussion majeure. Il n en est pas de même dans l évaluation de la dangerosité. Outre son absence de reproductibilité ou de fiabilité inter-juge 7, plusieurs études anglo-saxonnes ont montré que l évaluation de la dangerosité reposant sur le jugement clinique serait équivalente au hasard 8. L évaluation du risque de violence fondée sur cette technique relèverait donc d une appréciation personnelle, subjective, souvent basée sur un raisonnement guidé par l expérience professionnelle de l expert. Le jugement professionnel anamnestique est un avatar du jugement clinique. Il repose sur l interprétation des relations entre facteurs situationnels et personnels ayant pu conduire à des passages à l acte, ce que d aucuns appellent analyse criminologique. Cette méthode a l avantage d être plus structurée, dans la mesure où elle repose sur une identification précise des évènements et circonstances ayant précédé et suivi les faits de violence commis. Elle nous semble cependant présenter une limite puisqu elle postule un lien quasi «mécanique» entre facteurs de risque et survenue, voire répétition des violences : si les facteurs de risque identifiés lors d un premier passage à l acte persistent, un nouveau passage à l acte est considéré comme prévisible. 7 Monahan J. Predicting violent behavior: an assessment of the clinical techniques. In: Monahan J, Steadman HJ, editors. Violence and mental disorder: developments in risk assessment. University of Chicago Press; Monahan J. The clinical prediction of violent behaviour. Washington, DC: Government Printing Office; Le jugement orienté ou structuré Afin de pallier les griefs de subjectivité attachés à la technique de jugement clinique, certains auteurs ont proposé des modèles de structuration ; on parle aussi de jugement orienté. Cette technique s appuie sur un état actualisé des connaissances scientifiques obtenu par consensus professionnel. Elle se base sur des facteurs de risque identifiés en précisant la manière de les rechercher. Pour exemple, l Historical Clinical Risk management (HCR- 20) 9,10 est une échelle semi-structurée d évaluation du risque et de gestion de violence générale fréquemment utilisée et validée sur des populations francophones, belges notamment 11,12. Il s agit d un outil d aide à la décision, sorte d aide-mémoire souple, favorisant la validité et la fidélité des décisions prises en matière de réduction et de gestion du risque. Cette échelle est composée de 20 facteurs qui résument les informations pertinentes sur l histoire du patient, l appréciation clinique actuelle du patient et le futur en termes de gestion du risque probable (Tableau 1). Chaque item est coté 0 (non), 1 (peut-être ou existe sous certains aspects) ou 2 (certainement présent). Chaque dimension peut donner lieu à des sous-scores (historique, clinique ou gestion du risque). Le score global a la particularité de ne pas avoir de point de coupure (cut-off), c est-à-dire de ne pas pouvoir être comparé à un score de référence ; c est la cotation maximale obtenue pour chaque item qui est observée. L HCR-20 aide donc à obtenir un jugement clinique formalisé sur le risque individuel par une appréciation semi-quantitative : risque faible, moyen ou élevé. Les facteurs de risque identifiés par les échelles semistructurées sont connus pour être susceptibles de participer à l émergence d un acte violent. La plupart des professionnels en ont une connaissance intuitive 13 ; pour autant, la difficulté réside dans leur intégration, totale ou partielle, dans leur jugement clinique : on pourra conclure à un risque élevé là où l utilisation d une échelle semi-structurée, en raison de sa systématisation, pourra conclure à un risque faible. Le jugement clinique conserve sa place dans cette utilisation dans la mesure où l appréciation semi-quantitative du risque dépend du poids accordé à chaque sous-dimension qui compose l échelle. Enfin, les modalités d élaboration d une échelle de jugement orienté peuvent être source de difficultés dans la mesure où elles nécessitent l établissement d un consensus professionnel le plus large possible et l adhésion des praticiens. Le caractère parfois 9 Webster CD, Douglas KS, Eaves D, Hart SD. HCR-20: Assessing risk of violence, version 2. Burnaby BC: Simon Fraser University; Pour les violences sexuelles, existe l échelle Sexual Violence Risk-20 (SVR- 20). Boer D, Hart SD, Kropp P, Webster C. Manual for the Sexual Violence Risk-20. Burnaby BC: The British Columbia Institute Against Family Violence, co-published with the Mental Health, Law, and Policy Institute at Simon Fraser University; Pham TH, Ducro C, Réveillère C. Évaluation du risque de récidive au sein d une population de délinquants incarcérés ou internés en Belgique francophone. Annales médico-psychologiques 2005;163: Claix A, Pham TH. Evaluation of the HCR-20 Violence Risk Assessment Scheme in a Blegian forensic population. L Encéphale 2004;30(5): Elbogen EB. The process of violence risk assessment: a review of descriptive research. Agression and Violent Behavior 2002;7:

4 M. Abondo et al. / Médecine & Droit 2014 (2014) Tableau 1 Historical Clinical Risk 20 (HCR-20). Facteurs historiques Facteurs cliniques Facteurs de gestion du risque H1 : Violence antérieure C1 : Introspection déficiente R1 : Plans irréalisables H2 : Premier acte de violence à un jeune âge C2 : Attitudes négatives R2 : Exposition à des facteurs déstabilisants H3 : Instabilité des relations intimes C3 : Symptômes actifs de maladie mentale grave R3 : Manque de soutien personnel H4 : Problèmes d emploi C4 : Impulsivité R4 : Inobservation des mesures curatives H5 : Problèmes de toxicomanie C5 : Résistance au traitement R5 : Stress H6 : Maladie mentale grave H7 : Psychopathie a H8 : Inadaptation précoce H9 : Trouble de la personnalité H10 : Échec antérieur de la surveillance a L évaluation de cet item s appuie sur les résultats obtenus à l utilisation de l échelle de psychopathie de Hare révisée (PCL-R). morcelé de l approche française de la nosologie psychiatrique et de l évaluation de la dangerosité constitue certainement l un des obstacles majeurs au développement de cette technique en France. Il faut néanmoins rester confiant : elle procède d un mouvement général intéressant tout le champ de la médecine, et la psychiatrie n a aucune raison de ne pas en bénéficier, bon gré, mal gré Les méthodes d évaluation actuarielle du risque Leur développement est une réponse à la question prégnante de l amélioration de l évaluation du risque de récidive. L approche actuarielle a pour paradigme de se baser sur des données d évaluation associées ou corrélées à la violence selon des règles fixes et préalablement établies 14. Leur finalité est la prédiction d un évènement particulier violence en général, physique, sexuelle ou homicide durant une période de temps précise dans une population donnée. La construction de toute échelle actuarielle est basée sur des preuves selon la formule désormais consacrée «evidencebased» 15. Elle repose sur la rationalité et/ou l empirisme : la reconnaissance de la qualité de facteurs de risque provient de théories ou de l expérience ; les facteurs de risque sont retenus en fonction de leur niveau d association ou de corrélation, statistiquement établi, avec le phénomène que l on veut prédire. De manière générale, une «bonne» méthode 4 d évaluation du risque satisfait à trois conditions. La première est la reproductibilité : la constance des résultats augmente la cohérence et l utilité des décisions susceptibles d être prises. La deuxième est la normativité, ou capacité à déterminer, évaluer et classer les interventions susceptibles d être mises en œuvre afin de favoriser leur cohérence et leur pertinence. La troisième est la transparence, permettant une clarification des avis donnés. Les items composant l échelle actuarielle sont pondérés et regroupés dans un algorithme permettant d estimer la probabilité 14 Grove WM, Meehl PE. Comparative efficiency of informal (subjective, impressionistic) and formal (mechanical, algorithmic) prediction procedures: The clinical-statistical controversy. Psychology, Public Policy, and Law 1996;2: L expression «evidence based» est généralement traduite par l expression «fondé sur des preuves». de la commission d un nouvel acte de violence dans des circonstances et une période de temps déterminées. Il va sans dire que plus la période de temps considérée est grande, plus l estimation est large, imprécise. La volonté d améliorer l exactitude de la prédiction et l utilisation de ces outils, notamment en termes de complexité des phénomènes évalués et de prévention secondaire, a abouti à différencier trois générations d échelles actuarielles Les échelles d évaluation du risque basées sur les facteurs statiques Il s agit des premières échelles actuarielles ; elles ont la particularité d être fondées sur des études empiriques et de s intéresser essentiellement aux facteurs de risque statiques. Encore appelés facteurs historiques ils ne sont pas susceptibles de modification et font généralement partie du passé du sujet. Il s agit par exemple de la nature de l agression, des antécédents judiciaires, de l âge et du sexe de l auteur et de la victime, des antécédents d abus de substances psychoactives, de l existence d une relation auteur victime Ces échelles ont généralement été développées par les services judiciaires afin d adapter la sanction pénale en fonction d un niveau de risque (élevé, moyen ou bas) et d aider à la décision de sortie pénitentiaire. L une des plus connues et utilisées est l échelle Static-99- R 17,18, construite à partir d études de populations judiciaires ; elle évalue le risque de récidive de violence sexuelle et générale d adultes masculins ayant été poursuivis ou condamnés pour au moins une agression sexuelle sur un enfant ou une personne non consentante. Cet outil est composé de 10 items en rapport avec des données démographiques (âge, notion de relation sentimentale avec cohabitation d au moins deux ans), des antécédents 16 A titre d exemple et de manière non exhaustive, quelques échelles d évaluation du risque basée sur les facteurs statiques : Salient Factor Score (SFS), Offender Group Reconviction Scale (OGRS), Static-99-R, Static-2002, Rapid Risk Assessment for Sex Offense Recidivism (RRASOR), Violent Risk Appraisal Guide (VRAG), Sex Offender Risk Appraisal Guide (SORAG) Anderson D, Hanson KR. An actuarial tool to assess risk of sexual and violent recidivism among sexual offenders. In: Otto RK, Douglas KS, editors. Handbook of violence risk assessment. Routledge; pp McGrath RJ, Cumming GF, Burchard BL, Zeoli S, Ellerby L. Current practices and emerging trends in sexual abusers management: the Safer Society 2009 North American Survey. Brandon VT: Safer Society Press; 2010.

5 100 M. Abondo et al. / Médecine & Droit 2014 (2014) judiciaires (condamnations, antécédents d infractions sexuelles avec et sans contact), des informations sur l infraction actuelle (existence de violence non sexuelle) et des données sur la victime (sexe, nombre et existence de relation de parenté). Pour autant, bien que ces facteurs soient statiques, l âge et la cohabitation avec un partenaire sont susceptibles de changement. Cette échelle n est pas exempte de limites. Le risque estimé est catégoriel puisque relatif à un groupe de sujets : le score obtenu inscrit le sujet dans un groupe à risque faible, faible-modéré, modéré-élevé ou élevé. L absence d antécédent judiciaire est une contre-indication à l utilisation de la Static- 99-R cette échelle a été construite sur une population judiciaire. Une autre limite tient à la nature de l infraction. Dans le cas d infractions de nature sexuelle commises au moyen de l utilisation d un réseau de télécommunication, le score est systématiquement élevé puisque les victimes sont généralement inconnues et leur nombre important. En outre, utiliser cet outil dans ce cadre reviendrait à supposer que le risque de commission d infraction via internet est similaire au risque en vie «réelle». D une manière générale, les points positifs d une échelle statique tiennent à la prise en compte de facteurs de risque valides selon des règles explicitant leur combinaison ; les estimations de probabilités sont elles aussi explicites et l établissement des scores est aisé. En revanche, en dehors du fait que les facteurs de risque qu elles retiennent sont loin d être exhaustifs et que leur exactitude prédictive demeure modérée, l inconvénient des échelles statiques est «congénital», puisqu elles ne tiennent par définition pas compte d une possibilité de changement du sujet et ne permettent donc pas de donner d indications quant aux interventions susceptibles d être entreprises. Les échelles statiques ne peuvent répondre aux problèmes de la réduction du risque et de la réinsertion sociale Les échelles basées sur les facteurs de risque dynamiques Elles se différencient des premières par l intégration de facteurs de risque dynamiques (needs). Il s agit de facteurs circonstanciels susceptibles, ou non, d être criminogènes. Ils peuvent être «stables» lorsqu ils peuvent changer au cours de la vie du sujet (par exemple les déficits de l intimité, les abus de toxiques, etc.). Ils peuvent également être «dynamiques aigus» lorsqu il s agit de facteurs internes ou externes pouvant évoluer rapidement 20 (colère ou dépression par exemple). Qu ils soient stables ou aigus, les facteurs de risque dynamiques criminogènes participent au niveau global de risque de récidive dans la mesure où ils lui sont fortement associés. Par exemple, l association d une consommation excessive d alcool répétée, d intérêts sexuels concernant des mineures, de solitude affective par difficultés à établir des 19 Lalande P. Punir ou réhabiliter les contrevenants? Du nothing works au what works (Montée, déclin et retour de l idéal de réhabilitation). In : Lalande P, Lamalice O, editors. La sévérité pénale à l heure du populisme. Punir ou réhabiliter. Opinion publique. Système pénal. Québec: ministère de la Sécurité publique; 2006, pp Proulx J, Lussier P. La prédiction de la récidive chez les agresseurs sexuels. Criminologie 2001;34:9 29. Tableau 2 Facteurs stables et dynamiques des échelles Acute-2007 et Stable Facteurs aigus (Acute) Facteurs stables (Stable) Accès à des victimes Influences sociales importantes Hostilité Capacité d avoir une relation stable Préoccupations sexuelles Identification émotive aux enfants Refus de la surveillance Hostilité envers les femmes Effondrement émotionnel Rejet social et solitude Effondrement des soutiens Manque d intérêt à l égard d autrui sociaux Consommation d alcool ou de drogues Gestes impulsifs Faibles aptitudes pour la résolution des problèmes Émotions négatives Préoccupations sexuelles/libido Relations sexuelles comme mécanismes d adaptation Intérêts sexuels déviants Coopération dans le cadre de la surveillance relations avec de potentiels partenaires adultes dans un contexte d inoccupation professionnelle chez un sujet résidant près d une école augmentent le risque d un passage à l acte. Des échelles associant facteurs de risque statiques et dynamiques ont été élaborées. Par exemple, Wisconsin Risk and Needs Assessment Instrument, Level of Service Inventory- Revised (LSI-R), Stable-2007, Acute-2007, Sex Offender Needs Assessment Rating (SONAR)... À titre d illustration, le Tableau 2 synthétise les différents facteurs stables et dynamiques pris en compte dans les échelles Acute-2007 et Stable ,22, développées par les auteurs de l échelle Static-99-R. La recherche des facteurs aigus et stables permet de classer un individu dans un groupe de risque comparable, risque qui peut être faible, modéré ou élevé. La détermination de ce niveau de risque permet également de déterminer le niveau de prise en charge requis : faible, modéré ou élevé. Cette classification en termes de traitement nécessaire est importante dans la mesure où il a été démontré qu un traitement trop intensif chez un sujet à risque de violence faible favorise la récidive 23. Il convient d adapter l intensité du traitement au niveau de risque tout en respectant le principe de réceptivité qui postule que l intervenant doit prendre en compte les capacités de compréhension mais aussi la motivation ou encore l éventuelle minimisation concernant les faits par l infracteur. Ces principes, issus du modèle de prévention de la récidive risk-need-responsivity 24, sont, avec l identification des facteurs de risque dynamiques, le cœur de la majorité des prises en charge basées sur une lecture actuarielle du crime. 21 Harris A, Hanson RK. The dynamic supervision project: improving the community supervision of sex offenders. Corrections Today 2001;65(5): Hanson RK, Harris A. A structured approach to evaluating change among sex offenders. Sexual Abuse: a Journal of Research and Treatment 2001;13(2): Andrews DA, Bonta J. The psychology of criminal conduct, 5th ed. Anderson; Bonta, J, Andrews DA. Risk-need-responsivity model for offender assessment and rehabilitation. Ottawa: Public Safety Canada; 2007.

6 M. Abondo et al. / Médecine & Droit 2014 (2014) Le caractère dynamique de certains facteurs de risque impose des évaluations répétées. Ces échelles peuvent contribuer à l appréciation des conséquences de la prise en charge judiciaire en évaluant les changements survenus chez le sujet, changements qui agissent sur le niveau de risque. Par exemple, l absence d accès à des victimes ou encore la diminution des préoccupations sexuelles sont autant d éléments qui peuvent diminuer la probabilité de commettre de nouvelles violences sexuelles : le risque estimé se modifie parallèlement aux modifications de ces facteurs. Même indirectement, ces échelles permettent donc d évaluer l efficacité des programmes d intervention. En reprenant l exemple précédent, la modification du risque estimé constitue un bon indicateur de l efficacité d une interdiction d exercer un emploi mettant en contact avec des mineurs (non-accès à des victimes) ou d une prise en charge sanitaire spécifique Les échelles de dernière génération : facteurs de risque et de protection Elles découlent directement de la génération précédente et sont les plus récentes, puisqu elles datent du milieu des années Leur développement a été motivé par la nécessité d une prise en charge plus globale, d un véritable «management» des auteurs d infraction fondé sur une approche cognitivocomportementale et sur les stratégies cognitives d apprentissage social. Comme les échelles de la génération précédente, elles sont un outil d aide à l évaluation des changements des sujets relativement au risque de récidive, mais elles se veulent systématiques et compréhensives en intégrant l évaluation du potentiel de désistance. La désistance peut être définie comme un processus de réduction du risque d agression d un niveau non nul à un niveau stable proche de zéro, ou encore comme le point final d une «carrière» de délinquance 25. En pratique, ces échelles intègrent des facteurs qualifiés de protecteurs dont la présence agirait comme un frein à la récidive. La prise en compte de ces facteurs protecteurs ou de désistance impose non seulement de les relever dans l évaluation mais aussi de les renforcer par la prise en charge du sujet. La structure des échelles actuarielles intégratives autorise donc une détermination précise de la nature et des cibles des interventions. Cet objectif repose sur la notion de réceptivité du sujet ou capacité à s investir dans sa prise en charge ; il se traduit par l ajustement dynamique de programmes de «traitement» et/ou de réinsertion ciblant les besoins criminogènes ou facteurs de risque susceptibles de faire diminuer la récidive selon des modalités cohérentes avec les capacités de fonctionnement et d apprentissage de l infracteur. Le but est de permettre leur optimisation et leur évaluation longitudinale. Ces échelles laissent une place au jugement clinique ne serait-ce que dans l appréciation des priorités d intervention : l intervention est d autant plus importante que le risque est élevé. Le Level of Service/Case management Inventory (LS/CMI) ou 25 Laws DR, Ward T. Desistance from Sex Offending. Alternatives to throwing away the keys. Guilford Press; Inventaire du niveau de service et de gestion de cas 26 est un bon exemple. Cette échelle est surtout utilisée par les services correctionnels canadiens (plus que par les professionnels en santé mentale). Elle comprend 11 sections et 124 items. La première section a une place essentielle puisqu elle concerne les principaux facteurs de risque : antécédents judiciaires, éducation et emploi, aspects familiaux et conjugaux, loisirs et temps libres, pairs délinquants, toxicomanie, attitudes antisociales, personnalité antisociale. Les autres sections portent sur des facteurs de risque spécifiques (diagnostic de psychopathie, histoire des faits de violence, histoire pénitentiaire...), sur des informations rendant compte de la réceptivité du sujet, permettent la détermination du niveau de risque. Cette échelle se révèle particulièrement utile à la prise de décision relative au type d intervention, à l élaboration du plan d intervention et de son suivi, et précise les informations à la clôture de l intervention. Au sein des sections et sous-sections, chaque item est évalué selon un score chiffré afin d obtenir un score par sous-section puis par section, permettant de classer le sujet selon cinq niveaux de risque : très élevé, élevé, modéré, faible et très faible. La validité prédictive de cette échelle serait comparable à celle d échelles plus spécifiques en matière de violence générale (VRAG, PCL- R). Elle offre donc des perspectives intéressantes qui méritent cependant un recul qui n est, à l heure actuelle, pas encore suffisant. En conclusion, les échelles actuarielles ont montré leur supériorité en termes de validité prédictive du risque de récidive. Pourtant, aucune méthode d évaluation ne satisfait pleinement aux critères de reproductibilité, de normativité, d ouverture et de transparence rappelés plus haut 4. Les échelles actuarielles se sont diversifiées et tentent d apporter des réponses aux problèmes inhérents au traitement social de la violence : répression, traitements et programmes d intervention, prévention secondaire. Le développement de ces outils tend à faire de l évaluation des infracteurs une compétence à part entière, tant elle s avère complexe. Complexe car comme les autres outils d évaluation du risque, les outils actuariels ont aussi leurs limites, tenant à leur nature «mécanique», et à leur utilisation pratique. La validation des caractéristiques prédictives d un outil actuariel dépend de la durée de la période de référence. La fiabilité de chaque outil est un compromis entre la précision des fréquences de récidive estimées et la généralisation des résultats. L optimisation de la capacité prédictive d un test dans un contexte donné ne le rend pas obligatoirement efficace dans un autre contexte et ce d autant qu une part importante des estimations de probabilité de récidive provient d échantillons initiaux d effectifs modestes. De plus, le choix de l outil d évaluation reste soumis au jugement du professionnel et à la nécessité d une connaissance approfondie des tests en matière de règles de codage, de limites des estimations de probabilité de récidive et d un devoir d explication Andrews DA, Bonta, J. The psychology of criminal conduct. Anderson; 2010, pp Voir aussi Andrews DA, Bonta J, Wormith S. The level service (LS) assessment of adults and older adolescents. In: Otto RK, Douglas KS, editors. Handbook of violence risk assessment. Routledge; pp Mossman D. Another look at interpreting risk categories. Sexual abuse: a journal of research and treatment 2006;18:41 63.

Une échelle d évaluation semistructurée. B. Gravier

Une échelle d évaluation semistructurée. B. Gravier Une échelle d évaluation semistructurée : la HCR-20 B. Gravier Exemple de jugement clinique structuré: The Historical Clinical Risk Management 20 item scale HCR - 20 Echelle utilisée par les cliniciens

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Juillet 2011 Démarche diagnostique et d évaluation du fonctionnement chez l adulte Généralités Diagnostic

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Évaluation du retard de développement. Lignes directrices

Évaluation du retard de développement. Lignes directrices Évaluation du retard de développement Lignes directrices Aucun instrument de mesure n est légalement réservé à un professionnel ou à un autre. Par contre, dans ce domaine, des règles de compétence s appliquent,

Plus en détail

Une perspective de changement de pratiques en violence conjugale et familiale

Une perspective de changement de pratiques en violence conjugale et familiale Une perspective de changement de pratiques en violence conjugale et familiale François Lepage travailleur social, Option, Montréal Annie Simard travailleuse sociale, Option, Montréal OP+ION «Une alternative

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011

Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011 www.varm.fr La gestion du risque s organise Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011 Sommaire Introduction... 2 Risques individuels... 2 I.0 La gestion de risques individuels... 2 I.1 La responsabilité des

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX

RISQUES PSYCHOSOCIAUX EXTRAIT PDF www.editions-tissot.fr RISQUES PSYCHOSOCIAUX 2.4 Rôle et obligations des différents acteurs au sein de l organisation 2. Les délégués du personnel - Réf. Internet : RPS.24B2 En l absence de

Plus en détail

Quel modèle de lutte contre la récidive?

Quel modèle de lutte contre la récidive? LES NOTES & SYNTHÈSES DE L INSTITUT POUR LA JUSTICE Quel modèle de lutte contre la récidive? Xavier Bébin Résumé La lutte contre la récidive en France est engagée sur une mauvaise voie : l objectif des

Plus en détail

Anthropie Expert CHSCT. Exper&se CHSCT. Anthropie Tous droits réservés

Anthropie Expert CHSCT. Exper&se CHSCT. Anthropie Tous droits réservés Anthropie Expert CHSCT Exper&se CHSCT Notre expertise au service du CHSCT! Anthropie, cabinet de conseil en ergonomie, est agréé par le Ministère du Travail en tant qu expert CHSCT. Notre expertise nous

Plus en détail

On a souvent entendu que l information c est le pouvoir. En fait, c est le pouvoir d agir.

On a souvent entendu que l information c est le pouvoir. En fait, c est le pouvoir d agir. Le droit d être informé prend sa source dans les droits fondamentaux de la Charte des droits et libertés québécoise. L article 44 confirme que tout Québécois a droit à l information, sous réserve de la

Plus en détail

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS par Jean-Michel ETCHEVERRY président du tribunal de grande instance de Roanne (2 février 2009) Plusieurs réformes législatives intervenues ces dernières

Plus en détail

Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09)

Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09) Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09). PSYCHOLOGIE CLINIQUE : définition de base o Nature du domaine professionnel : la psychologie clinique est une discipline se souciant du bien-être

Plus en détail

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS GUIDE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS SANTE AU TRAVAIL ET MEDECINE DU TRAVAIL 41 Chemin de la Durance 13300 SALON DE PROVENCE 0 SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 I. GENERALITES... 3 A. Définitions...

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

Le circuit de soins internés Etat des lieux

Le circuit de soins internés Etat des lieux Le circuit de soins internés Etat des lieux 1. Quelques données chiffrées sur le monde de l internement 2. Historique de la création du circuit de soins pour internés libérés à l essai Rapport Cosyns (2005)

Plus en détail

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor Semestre automne printemps Répétition Lieu de période de formation pratique Institution : Nom de l'étudiant-e : Service : Promotion : Site de formation : Période du / au : PFP 3 PFP 4 ÉVALUATION DES COMPÉTENCES

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET DE COMPÉTENCES

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET DE COMPÉTENCES ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET DE COMPÉTENCES PRÉAMBULE La description des activités et des compétences du métier d ostéopathe ne se substitue pas au cadre réglementaire. En effet, la plate-forme

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT ISA 610. Utilisation des travaux des auditeurs internes

NORME INTERNATIONALE D AUDIT ISA 610. Utilisation des travaux des auditeurs internes NORME INTERNATIONALE D AUDIT ISA 610 Utilisation des travaux des auditeurs internes This International Standard on Auditing (ISA) 610, Using the Work of Internal Auditors, published by the International

Plus en détail

- Référentiel de formation CHSCT -

- Référentiel de formation CHSCT - - Référentiel de formation CHSCT - On peut distinguer quatre grands types de fonctions assurées par les membres des CHSCT : 1) Implication dans la démarche globale de prévention des risques : a) Comprendre

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE 15 MAI 2012 Document 212021 POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE A. INTRODUCTION Le présent document énonce le processus et les critères définis par le Conseil des normes

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

La formation initiale des assistants de justice : des fondamentaux pour l esthétique d une intervention sociale dans un système démocratique.

La formation initiale des assistants de justice : des fondamentaux pour l esthétique d une intervention sociale dans un système démocratique. Henri WATERVAL Responsable formation supervision Conseiller Service Expertise Direction Générale des Maisons de Justice Service Public Fédéral Justice Belgique La formation initiale des assistants de justice

Plus en détail

INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL

INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL 1/ Le phénomène criminel est un fait inhérent au groupe social et à la nature humaine. Dans le temps, il remonte aux origines de l humanité, dans l espace aucun pays n y échappe.

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile»

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile» Conférence Le Point «Maison connectée et intelligente» Paris, 28 mars 2013 Peter Hustinx Contrôleur européen de la protection des données «Le partage des données à caractère personnel et le respect de

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 RESUMÉ ANONYMISÉ DE LA DÉCISION Décision relative à une Recommandation Domaines de compétence de l Institution : Défense des droits de l'enfant, Droits

Plus en détail

Alerte audit et certification

Alerte audit et certification Alerte audit et certification NCA FÉVRIER 2015 NCA 610 : Recours à l assistance directe des auditeurs internes dans le cadre de l audit Le présent bulletin Alerte audit et certification vise à faire mieux

Plus en détail

INTRODUCTION. Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003)

INTRODUCTION. Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003) INTRODUCTION Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003) Le cadre d évaluation des données (CEQD) propose une structure qui permet d évaluer la qualité des données en comparant les

Plus en détail

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3)

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Remarque : Le masculin est utilisé pour faciliter la lecture. PRINCIPES FONDAMENTAUX Les incidents provoqués par des conduites intimidantes ou violentes

Plus en détail

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014 Introduction Les modalités d hospitalisations sous contraintes sous extrêmement encadrées d un point de vue légal et réglementaire. Deux lois sont venues récemment modifier la Loi de 1990 relative «aux

Plus en détail

Établir un diagnostic du climat social de l entreprise Questionnaire de Climat d entreprise

Établir un diagnostic du climat social de l entreprise Questionnaire de Climat d entreprise B I E N - Ê T R E S T R E S S R I S Q U E S P S Y C H O S O C I A U X Établir un diagnostic du climat social de l entreprise Questionnaire de Climat d entreprise 14 échelles fondamentales pour rendre compte

Plus en détail

LE DOSSIER MÉDICAL EN SANTÉ AU TRAVAIL À L AUNE DE L ÉQUIPE PLURIDISCIPLINAIRE

LE DOSSIER MÉDICAL EN SANTÉ AU TRAVAIL À L AUNE DE L ÉQUIPE PLURIDISCIPLINAIRE LE DOSSIER MÉDICAL EN SANTÉ AU TRAVAIL À L AUNE DE L ÉQUIPE PLURIDISCIPLINAIRE Journée Marcel Marchand JMM Médecins et pluridisciplinarité, quel partage d informations? Céline CZUBA & Vadim MESLI Le 20

Plus en détail

M me Florence Chanut. «Injection : Comment articuler prévention, éducation et réduction des risques?»

M me Florence Chanut. «Injection : Comment articuler prévention, éducation et réduction des risques?» M me Florence Chanut Psychiatre Responsable du programme de psychiatrie des toxicomanies du Centre Hospitalier Universitaire de Montréal (CHUM) Professeur adjoint de clinique au département de psychiatrie

Plus en détail

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Conférence introductive InEE CNRS Paris, 4 avril 2012 Laurence Tubiana Institut du Développement Durable et des Relations Internationales

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ Rue Saint-Jean 32-38 à 1000 Bruxelles Table des matières 1. Introduction 3 2. Réglementation 3 3. Rappel

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL 1 1. Le raisonnement clinique Définition Face à une demande de soin, le professionnel infirmier axe son raisonnement clinique

Plus en détail

Les centres éducatifs renforcés (CER)

Les centres éducatifs renforcés (CER) Les centres éducatifs renforcés (CER) Une réponse éducative qui reste trop méconnue Document de présentation juin 2012 1 Les centres éducatifs renforcés, dénommés à l origine unités éducatives à encadrement

Plus en détail

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement INTRODUCTION : Le constat Le principe d une école destinée à former tous les magistrats

Plus en détail

Table des matières PREMIERE PARTIE LE CONTEXTE THÉORIQUE ET LA BASE DE CONNAISSANCES EN PSYCHOLOGIE DU COMPORTEMENT DÉLINQUANT...

Table des matières PREMIERE PARTIE LE CONTEXTE THÉORIQUE ET LA BASE DE CONNAISSANCES EN PSYCHOLOGIE DU COMPORTEMENT DÉLINQUANT... Table des matières PRÉFACE DE LA CINQUIÈME ÉDITION... 7 PRÉFACE DE LA QUATRIÈME ÉDITION...11 PRÉFACE DE LA TROISIÈME ÉDITION...13 PRÉFACE DE LA SECONDE ÉDITION... 15 PREMIERE PARTIE LE CONTEXTE THÉORIQUE

Plus en détail

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s) Conseil d administration 14

Plus en détail

AVIS N 12 /2005 du 7 septembre 2005

AVIS N 12 /2005 du 7 septembre 2005 ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Haute, 139, B-1000 Bruxelles Tél.: +32(0)2/213.85.40 E-mail : commission@privacycommission.be Fax.: +32(0)2/213.85.65 http://www.privacy.fgov.be/ COMMISSION

Plus en détail

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Dr Hervé LECLET Médecin radiologue Consultant et formateur en management, gestion des risques et évaluation des pratiques en

Plus en détail

N 3727 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 3727 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 3727 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 21 septembre 2011. PROPOSITION DE LOI tendant à créer une École nationale

Plus en détail

AMENAGEMENTS DE PEINE

AMENAGEMENTS DE PEINE AMENAGEMENTS DE PEINE TEXTES DE REFERENCE La loi du 9 mars 2004 portant adaptation de la justice aux évolutions de la criminalité a affirmé le principe selon lequel les peines d emprisonnement ont vocation

Plus en détail

Table des matières. L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7

Table des matières. L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7 Table des matières L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7 Damien Dillenbourg et Michaël Fernandez-Bertier Introduction 7 Section 1 Contexte de l adoption de la

Plus en détail

PROCESSUS DE CONTROLE du référentiel ECOCERT Being SPA Biologique & Ecologique

PROCESSUS DE CONTROLE du référentiel ECOCERT Being SPA Biologique & Ecologique PROCESSUS DE CONTROLE du référentiel ECOCERT Being SPA Biologique & Ecologique Version du 1 er juin 2012 Le référentiel est protégé par les dispositions du Code de la propriété intellectuelle, notamment

Plus en détail

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance (Articles L.533-18 du code monétaire et financier et 314-75 du règlement général de l Autorité des Marchés Financiers) I Présentation

Plus en détail

La définition de l examen critique par les pairs dans le contexte du processus AEO

La définition de l examen critique par les pairs dans le contexte du processus AEO Module 5 Examen critique par les pairs Aperçu Ce module souligne l importance de l examen critique par les pairs de l évaluation et du rapport environnemental intégrés, notamment pour en assurer la crédibilité

Plus en détail

réalise les soins requis : organise son travail en tenant compte du contexte :

réalise les soins requis : organise son travail en tenant compte du contexte : Référentiel de compétences Bachelor filière Soins infirmiers 1. Concevoir une offre en soins en partenariat avec la clientèle, inscrite dans une démarche de soins - prend en considération l histoire et

Plus en détail

Protection des données personnelles de candidat Alstom

Protection des données personnelles de candidat Alstom Protection des données personnelles de candidat Alstom Contents Section 1 L engagement d Alstom envers la protection des données personnelles... 1 Section 2 Definitions:... 1 Section 3 Données personnelles...

Plus en détail

L avocat externe et l avocat en entreprise: réussir ensemble

L avocat externe et l avocat en entreprise: réussir ensemble PRÉSENTÉ À «NOM DU CLIENT», DATE PRÉSENTÉ AUX MEMBRES DU BARREAU DE MONTRÉAL, 17 MARS 2015 L avocat et l avocat en entreprise: réussir ensemble M e Jean-Yves Simard SURVOL Introduction Le choix de recourir

Plus en détail

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION STONA Laurent ls@bepecaser.org L DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION Évaluer, c est donner une valeur. Puisque toute formation vise des objectifs, tout acte de formation ou de sensibilisation nécessite

Plus en détail

Karine Côté, Ph.D. Professeure adjointe

Karine Côté, Ph.D. Professeure adjointe Karine Côté, Ph.D. Professeure adjointe FORMATION 1999-2002 Post-doctorat, Law and Mental Health Program, Centre for Addiction and Mental Health et Université de Toronto. 1999 Ph.D. Psychologie - Recherche

Plus en détail

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32)

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32) www.coe.int/tcy Strasbourg, 19 février 2013 (projet pour examen) T-CY (2013) 7 F Comité de la Convention sur la Cybercriminalité (T-CY) Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données

Plus en détail

Liste des recommandations

Liste des recommandations RECOMMANDATIONS À TOUS LES MINISTÈRES ET ORGANISMES L EXERCICE DES POUVOIRS DISCRÉTIONNAIRES DE L ADMINISTRATION: Que lorsque, dans l exercice de ses pouvoirs discrétionnaires, l Administration prend une

Plus en détail

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e Les objectifs pédagogiques Savoir délimiter les trois phases distinctes de la recherche Savoir identifier, pour chacune des trois

Plus en détail

modifiant la loi d application du code pénal suisse et d autres lois fédérales en matière pénale (LaCP) (E 4 10)

modifiant la loi d application du code pénal suisse et d autres lois fédérales en matière pénale (LaCP) (E 4 10) Secrétariat du Grand Conseil PL 11404 Projet présenté par le Conseil d Etat Date de dépôt : 19 mars 2014 Projet de loi modifiant la loi d application du code pénal suisse et d autres lois fédérales en

Plus en détail

DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS (Décret du 5 Novembre 2001) LE DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS PROLEGIS est une société de Conseil en entreprises. Notre

Plus en détail

Listes de références et rapports de synthèse des résumés des examens rapides Processus

Listes de références et rapports de synthèse des résumés des examens rapides Processus Listes de références et rapports de synthèse des résumés des examens rapides Processus Mise à jour : avril, 2015 Version 1.0 HISTORIQUE DES RÉVISIONS Le présent document sera régulièrement révisé dans

Plus en détail

Formations Continues en Cliniques psychothérapeutiques

Formations Continues en Cliniques psychothérapeutiques UNIVERSITE LIBRE DE BRUXELLES Formations Continues en Cliniques psychothérapeutiques Systémique Infanto-juvénile Psychanalytique Cognitivo-comportementale Université coordinatrice: Université partenaire:

Plus en détail

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION. Cours Démocratie et droit de vote SCH-1101-1. Programme d études Vie sociale et politique

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION. Cours Démocratie et droit de vote SCH-1101-1. Programme d études Vie sociale et politique DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION Cours Démocratie et droit de vote SCH-1101-1 Programme d études Vie sociale et politique Novembre 2008 Éléments de la définition du domaine d évaluation La définition

Plus en détail

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY I- Le processus de risk management selon ISO 27001(2005), NSIT : 8000 (2002) et Frosdick (1997) : Ce processus inclut

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 2ème journée Compte-rendu de l atelier 3 : Surveillance et lutte contre la criminalité en ligne Thème de la journée de

Plus en détail

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau. Politique pour contrer le harcèlement

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau. Politique pour contrer le harcèlement Centre de la petite enfance Le Petit Réseau Politique pour contrer le harcèlement Février 2008 2 A- Énoncé et application L objectif premier de cette politique est de consacrer notre souci de prévenir

Plus en détail

Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission

Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission 2 février 2010 Commission des lois Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission NB : Les amendements enregistrés

Plus en détail

USAGE DE PRODUITS STUPEFIANTS - DES DEPISTAGES PLUS PERFORMANTS ET RAPIDES

USAGE DE PRODUITS STUPEFIANTS - DES DEPISTAGES PLUS PERFORMANTS ET RAPIDES Les conditions de dépistage de l alcoolémie par les différents corps de contrôle sont connues de tous. Rapides et sans équivoque, les dépistages permettent de constater rapidement si un conducteur est

Plus en détail

2 e congrès international francophone de soins palliatifs/23 e congrès du Réseau de soins palliatifs du Québec, 5 mai 2013

2 e congrès international francophone de soins palliatifs/23 e congrès du Réseau de soins palliatifs du Québec, 5 mai 2013 Évaluation du degré d intégration du fonctionnement interdisciplinaire en pratique clinique de soins palliatifs et bénéfices attendus : Perspective d amélioration continue de la qualité des soins et des

Plus en détail

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien,

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien, Direction des Ressources Humaines PSYCHOLOGUE J PSYCHOLOGUE A LA CELLULE ACCUEIL FAMILIAL ET MISSION ADOPTION POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction des Solidarités Service : Direction

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ Avril 2009 Table des matières Préambule... 3 Introduction... 4 Champ d application... 5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour... 6 1. Cadre de gestion de la conformité...

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La gestion de la santé et de la sécurité du travail doit faire partie intégrante des activités quotidiennes d un établissement.

Plus en détail

1 Pourquoi modifier l ISO 9001?

1 Pourquoi modifier l ISO 9001? 1 Pourquoi modifier l ISO 9001? 1.1 L examen systématique de la norme ISO 9001:2000 Chaque norme internationale fait l objet d un examen systématique en vue de déterminer s il convient de la confirmer,

Plus en détail

FICHE DE PROPOSITION

FICHE DE PROPOSITION GRENELLE DE L ENVIRONNEMENT Groupe de travail n 5 : Construire une démocratie écologique : institutions et gouvernance. Pour l Atelier 5 FICHE DE PROPOSITION I. Intitulé de la mesure Méthode de mise en

Plus en détail

GESTION ET ADMINISTRATION DE LA JUSTICE EN TUNISIE

GESTION ET ADMINISTRATION DE LA JUSTICE EN TUNISIE GESTION ET ADMINISTRATION DE LA JUSTICE EN TUNISIE INTRODUCTION : L institution judiciaire en Tunisie a réalisé, au cours des vingt dernières années, un effort de modernisation sans précédent. Cette modernisation

Plus en détail

Table des matières. 1. La performance organisationnelle : définition et mesure... 16

Table des matières. 1. La performance organisationnelle : définition et mesure... 16 Table des matières PRÉFACE... 5 Patrice Roussel AVANT-PROPOS ET REMERCIEMENTS... 11 Sylvie Saint-Onge et Victor Y. Haines III CHAPITRE 1 LA GESTION DES PERFORMANCES DES ORGANISATIONS ET DES PERSONNES..

Plus en détail

OCSWSSW Code de déontologie et manuel des normes d exercice deuxième édition

OCSWSSW Code de déontologie et manuel des normes d exercice deuxième édition PRINCIPE II : COMPÉTENCE ET INTÉGRITÉ Les membres de l Ordre maintiennent leur compétence et intégrité dans l exercice de leur profession et se conforment aux normes de l Ordre énoncées dans le «Code de

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE Valérie Berger Inf, Ph.D, Cadre Supérieur de santé CHU de Bordeaux Renée Lacomère Cadre supérieur diététicienne ARC CHU de Bordeaux Christine Germain Statisticienne USMR, pole santé publique, CHU de Bordeaux

Plus en détail

BOÎTE À OUTILS D ÉVALUATION POUR LES RESSOURCES PRIVÉES ET COMMUNAUTAIRES OFFRANT DE L HÉBERGEMENT

BOÎTE À OUTILS D ÉVALUATION POUR LES RESSOURCES PRIVÉES ET COMMUNAUTAIRES OFFRANT DE L HÉBERGEMENT BOÎTE À TILS D ÉVALUATION PR LES RESSRCES PRIVÉES COMMUNAUTAIRES OFFRANT DE L HÉBERGEMENT Recherche et intervention sur les substances psychoactives - Québec Septembre 2010 Dans le but de satisfaire aux

Plus en détail

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS Accompagner les changements de comportement TNS 2014 Comprendre et accompagner les changements de comportement Inciter et accompagner les changements de comportements des individus est un enjeu fondamental

Plus en détail

GUIDE DE PRATIQUE. «L intervention précoce. auprès des enfants de 2. à 5 ans présentant un. retard global de. développement»

GUIDE DE PRATIQUE. «L intervention précoce. auprès des enfants de 2. à 5 ans présentant un. retard global de. développement» GUIDE DE PRATIQUE «L intervention précoce auprès des enfants de 2 à 5 ans présentant un retard global de développement» Ce GUIDE DE PRATIQUE (GP) «L intervention précoce auprès des enfants de 2 à 5 ans

Plus en détail

La prévention des risques professionnels dans le secteur sanitaire et social

La prévention des risques professionnels dans le secteur sanitaire et social FORMATION CONSEIL EN ORGANISATION ET MANAGEMENT DES ENTREPRISES La prévention des risques professionnels dans le secteur sanitaire et social C est souvent sous l angle de la contrainte ou de la formalité

Plus en détail

DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier)

DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier) DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier) PARTIE I DEMANDE EN RÉPONSE À L AVIS DE POSSIBILITÉ D ENTENTE À TERME FIXE SUIVANT

Plus en détail

Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020. De la version 2005 à la version 2012

Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020. De la version 2005 à la version 2012 Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020 De la version 2005 à la version 2012 Plan de la présentation L intervention sera structurée suivant les 8 chapitres de la norme. Publiée le 1 er mars 2012, homologuée

Plus en détail