Évaluation du risque de récidive : de la nécessité d une evidence-based expertise

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Évaluation du risque de récidive : de la nécessité d une evidence-based expertise"

Transcription

1 Disponible en ligne sur ScienceDirect Médecine & Droit 2014 (2014) Médecine judiciaire Expertise Évaluation du risque de récidive : de la nécessité d une evidence-based expertise Recidivism risk assessment: For an evidence-based expertise Marlène Abondo (psychiatre, médecin légiste) a,,b, Renaud Bouvet (praticien hospitalo-universitaire en médecine légale et droit de la santé) a,c, Ronan Palaric (psychologue) a,b, Hélène Spriet (psychiatre, médecin légiste) a,b, Mariannick Le Gueut (professeur de médecine légale et droit de la santé) a,c a Service de médecine légale, centre hospitalier universitaire, 2, rue Henri-Le-Guilloux, Rennes cedex 9, France b Centre de ressources régional sur les auteurs de violences sexuelles, centre hospitalier universitaire, 2, rue Henri-Le-Guilloux, Rennes cedex 9, France c Faculté de médecine, université Rennes 1, 2, avenue du Professeur-Léon-Bernard, Rennes cedex, France Résumé La prévention de la récidive est une préoccupation croissante du législateur qui s est traduite par une production législative intense depuis une quinzaine d années. L évaluation du risque de récidive, qui en constitue le corollaire, est confiée aux experts mais intéresse également les professionnels de santé mentale traitants et les médecins coordonnateurs désignés dans le cadre de l injonction de soins. Cette approche probabiliste des comportements humains a longtemps été fondée sur le jugement clinique ; elle l est encore largement en France. La littérature scientifique a cependant montré les limites du jugement clinique, et des méthodes nouvelles ont été développées, fondées sur le jugement structuré ou sur des approches actuarielles. Ces outils doivent être envisagés comme des compléments utiles et non comme des alternatives au jugement clinique, permettant in fine l évaluation d un niveau de risque basé sur les données acquises de la science. L utilisation de ces outils en pratique expertale doit être appréciée à l aune des obligations d indépendance et de compétence des experts. Un modèle expertal performant doit ambitionner, dans le cadre procédural français, l adaptation et la diffusion de ces outils, une réflexion sur le partage d information, et une approche pluridisciplinaire et longitudinale du risque Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. Mots clés : Récidive (expertise) ; Dangerosité ; Expertise psychiatrique Abstract Prevention of recidivism is a growing concern for lawmakers, which has led to an intensive legislative production for 15 years. Risk assessment of recidivism, its corollary, is entrusted to the experts, but it also concerns practitioners of mental health and coordinator physicians designated in the framework of court-ordered treatment. This probabilistic approach has been based on the clinical judgment for a long time; it is still widely the case in France. However, scientific literature has shown the limits of clinical judgment, and new approaches have been developed, based on structured judgment and actuarial approaches. Those tools must be considered as useful supplements and not as alternatives for clinical judgment, allowing ultimately a risk level assessment, which is based on the acquired data of science. Using those tools during expert mission should be appreciated in regard to the obligations of independence and skills of the experts. In the French procedural framework, an efficient expertal model should promote the adaptation and spread of those tools, a reflection on the information sharing, and a multidisciplinary and longitudinal approach of risk Elsevier Masson SAS. All rights reserved. Keywords: Recidivism; Dangerousness; Psychiatric expert mission Auteur correspondant. Adresse (M. Abondo) / 2014 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.

2 M. Abondo et al. / Médecine & Droit 2014 (2014) La dangerosité criminologique est un concept diffus «prenant en compte l ensemble des facteurs environnementaux et situationnels susceptibles de favoriser l émergence du passage à l acte» 1. Elle se caractérise selon Steadman par trois composantes : les facteurs de risque, la nature et l intensité des faits infractionnels antérieurs (damage) et la probabilité/risque de survenue d un nouveau passage à l acte 2. Les facteurs de risque sont des éléments objectivables ; ils sont circonstanciels ou propres au sujet, et peuvent participer à la réitération d un comportement transgressif. Si l on ne peut réduire la complexité d un sujet à ses actes, aussi insoutenables soient-ils, la nature et l intensité du damage antérieurement causé constituent, même si cela mérite d être discuté, une référence dans l évaluation de la dangerosité. C est sur l analyse de cette transgression première et spécialement sur l étude de ses circonstances de survenue que pourra se baser l évaluation prédictive. L évaluation d un risque de récidive, par l expert, se base donc sur une projection dans le temps relativement à ce que cet expert connaît des antécédents du sujet. La probabilité d un nouveau passage à l acte est, par essence, aléatoire, et ne peut être réduite à un trait de personnalité ou de tempérament, à une pathologie psychiatrique, ou à une conjonction de facteurs de risque. Elle doit s envisager comme un concept mathématique et résulter d un calcul ou estimation, formalisé ou non, prenant en compte les caractéristiques psychiques d un sujet, son histoire et ses potentielles interactions futures avec son environnement. C est ce qu aborde Hart 3 lorsqu il traite de l éventualité d un évènement défavorable en se référant à sa nature, à sa probabilité de survenue en termes d imminence, de fréquence et de durée, et à la gravité de ses conséquences. Si donc on s inscrit dans un modèle probabiliste qui n impose ni précision ni exactitude, on ne saurait se contenter en tant qu expert psychiatre, magistrat ou décideur public, de simples conjectures. L évaluation de la dangerosité criminologique au sens de probabilité de récidive répond à une demande politique la préservation de l ordre social, mise en œuvre par des magistrats, eux-mêmes éclairés par des experts. S impose alors la nécessité d améliorer le niveau de précision de cette probabilité car le potentiel d amélioration est intrinsèquement lié à la méthode d évaluation. Si l évaluation est comprise comme le processus permettant le recueil d informations afin d aider à la prise de décision 4, c est bien de technique expertale psychiatrique et criminologique qu il faut parler. Aborder la question de l évaluation expertale du risque de récidive, c est, dans le 1 Haute Autorité de santé. Audition publique : expertise psychiatrique pénale. 25 et 26 janvier Steadman HJ. From dangerousness to risk assessment of community violence: tacking stock at the turn of the century. J Am Acad Psychiatr Law 2000;28: Hart SD. Assessing and managing violence risk. In: Douglas KS, Webster CD, Hart SD, Eaves D, Ogloff JRP, editors. HCR-20 violence risk management companion guide. Burnaby, Colombie-Britannique: Mental Health, Law, and Policy Institute, Simon Fraser University; pp Hart SD. Évaluation du risque : la violence sexuelle et le rôle de la paraphilie. Forum d experts du service correctionnel du Canada Consulté en novembre 2011 : contexte actuel, poser la question de la place des échelles actuarielles. Depuis 2005 au moins, deux positions se confrontent quant à l utilisation de ces outils. La première est celle de politiques favorables à l utilisation qu ils pensent utile à l identification des personnes potentiellement dangereuses, à haut risque de récidive. Cette position, qui répond au principe de prévention secondaire, de protection ou de défense sociale ou encore de gestion du risque, a été à l origine de la consécration de la distinction entre dangerosité psychiatrique et dangerosité criminologique 5. Elle relève aussi d un souci de scientificité de l évaluation du risque, l attribution d un score et l utilisation de tests reproductibles étant perçues comme plus fiables ou plus objectives que la seule évaluation clinique. La seconde position est celle de nombre de professionnels de santé mentale, notamment des psychiatres, cliniciens libéraux, hospitaliers ou exerçant en milieu pénitentiaire, experts près les tribunaux ou encore médecins coordonnateurs. Elle est également celle de magistrats et témoigne de la crainte de voir la personne évaluée, «mesurée», réduite à un score chiffré ne tenant pas compte de la singularité individuelle. S y ajoute la problématique des frontières de champ de compétence entre maladie mentale ou souffrance psychologique, d une part, et transgression de la norme sociale, d autre part, les psychiatres ne s estimant pas compétents pour anticiper la survenue d un comportement violent hors le cadre de la maladie mentale. Ce débat particulièrement vif entre psychiatres et décideurs publics ne nous semble pouvoir être réduit à celui des anciens contre les modernes ou des utopistes contre les pragmatiques. Il s agit plutôt, à notre sens, d un malentendu fondé sur la méconnaissance des outils d évaluation actuariels. L objectif de notre propos vise à tenter de réconcilier ces deux positions, c està-dire à discuter de la place et des modalités d utilisation des échelles actuarielles dans la pratique expertale psychiatrique française. Il s agit, après avoir exposé les méthodes d évaluation du risque de récidive actuellement disponibles (section 1), de discuter un modèle expertal applicable au contexte français (section 2). 1. Les méthodes d évaluation du risque de récidive Il existe quatre types de méthodes d évaluation de la capacité de récidiver, organisées en deux grandes catégories : cliniques (section 1.1) et actuarielles (section 1.2) 6. 5 Santé, justice et dangerosités : pour une meilleure prévention de la récidive Rapport de la Commission santé-justice présidée par Monsieur Jean-François Burgelin. Ministère de la Justice; juillet 2005; 193 p. 6 Par la suite, certains outils seront cités à titre d illustration. Pour plus d informations voir Senon JL, Voyer M, Paillard C, Jaafari N. Dangerosité criminologique : données contextuelles, enjeux cliniques et expertaux. L Information psychiatrique 2009;85: ; Otto RK, Douglas KS. Handbook of violence risk assessment. Routledge, Taylor and Francis Group; 2010 ; Haute Autorité de santé. Prise en charge des auteurs d agression sexuelle à l encontre de mineurs de moins de 15 ans. Argumentaire 2009.

3 98 M. Abondo et al. / Médecine & Droit 2014 (2014) Les méthodes d évaluation clinique du risque Le jugement clinique et/ou professionnel non structuré Le jugement clinique et/ou professionnel non structuré est historiquement la première méthode. Il constitue le cœur même de l examen psychiatrique qui permet de recueillir des informations pertinentes auprès du sujet, de les sélectionner et de les interpréter. Il s agit d une démarche sémiologique hypothético-déductive à finalité diagnostique et thérapeutique. Le jugement clinique intervient aussi quand il s agit de recueillir des informations cliniques pertinentes quant à la sévérité de la maladie ou au risque de passage à l acte auto- ou hétéro-agressif. Ces éléments peuvent être utiles à l appréciation d un risque de violence à court terme ; les modalités de prise en charge thérapeutique (soins psychiatriques sans consentement, placement en chambre d isolement...) peuvent s en trouver impactées. Le jugement clinique est aussi utilisé lorsque la compétence psychiatrique est interrogée par le système judiciaire, c est-àdire dans le cadre expertal. Il permet d établir ou d éliminer un diagnostic psychiatrique en référence à la nosologie psychiatrique, de se prononcer sur l altération ou l abolition du discernement, sur l indication de soins et sur la dangerosité psychiatrique et/ou criminologique. Il s agit d une méthode souple, de mise en œuvre aisée et peu coûteuse, dont la fiabilité en matière diagnostique psychiatrique ne suscite pas de discussion majeure. Il n en est pas de même dans l évaluation de la dangerosité. Outre son absence de reproductibilité ou de fiabilité inter-juge 7, plusieurs études anglo-saxonnes ont montré que l évaluation de la dangerosité reposant sur le jugement clinique serait équivalente au hasard 8. L évaluation du risque de violence fondée sur cette technique relèverait donc d une appréciation personnelle, subjective, souvent basée sur un raisonnement guidé par l expérience professionnelle de l expert. Le jugement professionnel anamnestique est un avatar du jugement clinique. Il repose sur l interprétation des relations entre facteurs situationnels et personnels ayant pu conduire à des passages à l acte, ce que d aucuns appellent analyse criminologique. Cette méthode a l avantage d être plus structurée, dans la mesure où elle repose sur une identification précise des évènements et circonstances ayant précédé et suivi les faits de violence commis. Elle nous semble cependant présenter une limite puisqu elle postule un lien quasi «mécanique» entre facteurs de risque et survenue, voire répétition des violences : si les facteurs de risque identifiés lors d un premier passage à l acte persistent, un nouveau passage à l acte est considéré comme prévisible. 7 Monahan J. Predicting violent behavior: an assessment of the clinical techniques. In: Monahan J, Steadman HJ, editors. Violence and mental disorder: developments in risk assessment. University of Chicago Press; Monahan J. The clinical prediction of violent behaviour. Washington, DC: Government Printing Office; Le jugement orienté ou structuré Afin de pallier les griefs de subjectivité attachés à la technique de jugement clinique, certains auteurs ont proposé des modèles de structuration ; on parle aussi de jugement orienté. Cette technique s appuie sur un état actualisé des connaissances scientifiques obtenu par consensus professionnel. Elle se base sur des facteurs de risque identifiés en précisant la manière de les rechercher. Pour exemple, l Historical Clinical Risk management (HCR- 20) 9,10 est une échelle semi-structurée d évaluation du risque et de gestion de violence générale fréquemment utilisée et validée sur des populations francophones, belges notamment 11,12. Il s agit d un outil d aide à la décision, sorte d aide-mémoire souple, favorisant la validité et la fidélité des décisions prises en matière de réduction et de gestion du risque. Cette échelle est composée de 20 facteurs qui résument les informations pertinentes sur l histoire du patient, l appréciation clinique actuelle du patient et le futur en termes de gestion du risque probable (Tableau 1). Chaque item est coté 0 (non), 1 (peut-être ou existe sous certains aspects) ou 2 (certainement présent). Chaque dimension peut donner lieu à des sous-scores (historique, clinique ou gestion du risque). Le score global a la particularité de ne pas avoir de point de coupure (cut-off), c est-à-dire de ne pas pouvoir être comparé à un score de référence ; c est la cotation maximale obtenue pour chaque item qui est observée. L HCR-20 aide donc à obtenir un jugement clinique formalisé sur le risque individuel par une appréciation semi-quantitative : risque faible, moyen ou élevé. Les facteurs de risque identifiés par les échelles semistructurées sont connus pour être susceptibles de participer à l émergence d un acte violent. La plupart des professionnels en ont une connaissance intuitive 13 ; pour autant, la difficulté réside dans leur intégration, totale ou partielle, dans leur jugement clinique : on pourra conclure à un risque élevé là où l utilisation d une échelle semi-structurée, en raison de sa systématisation, pourra conclure à un risque faible. Le jugement clinique conserve sa place dans cette utilisation dans la mesure où l appréciation semi-quantitative du risque dépend du poids accordé à chaque sous-dimension qui compose l échelle. Enfin, les modalités d élaboration d une échelle de jugement orienté peuvent être source de difficultés dans la mesure où elles nécessitent l établissement d un consensus professionnel le plus large possible et l adhésion des praticiens. Le caractère parfois 9 Webster CD, Douglas KS, Eaves D, Hart SD. HCR-20: Assessing risk of violence, version 2. Burnaby BC: Simon Fraser University; Pour les violences sexuelles, existe l échelle Sexual Violence Risk-20 (SVR- 20). Boer D, Hart SD, Kropp P, Webster C. Manual for the Sexual Violence Risk-20. Burnaby BC: The British Columbia Institute Against Family Violence, co-published with the Mental Health, Law, and Policy Institute at Simon Fraser University; Pham TH, Ducro C, Réveillère C. Évaluation du risque de récidive au sein d une population de délinquants incarcérés ou internés en Belgique francophone. Annales médico-psychologiques 2005;163: Claix A, Pham TH. Evaluation of the HCR-20 Violence Risk Assessment Scheme in a Blegian forensic population. L Encéphale 2004;30(5): Elbogen EB. The process of violence risk assessment: a review of descriptive research. Agression and Violent Behavior 2002;7:

4 M. Abondo et al. / Médecine & Droit 2014 (2014) Tableau 1 Historical Clinical Risk 20 (HCR-20). Facteurs historiques Facteurs cliniques Facteurs de gestion du risque H1 : Violence antérieure C1 : Introspection déficiente R1 : Plans irréalisables H2 : Premier acte de violence à un jeune âge C2 : Attitudes négatives R2 : Exposition à des facteurs déstabilisants H3 : Instabilité des relations intimes C3 : Symptômes actifs de maladie mentale grave R3 : Manque de soutien personnel H4 : Problèmes d emploi C4 : Impulsivité R4 : Inobservation des mesures curatives H5 : Problèmes de toxicomanie C5 : Résistance au traitement R5 : Stress H6 : Maladie mentale grave H7 : Psychopathie a H8 : Inadaptation précoce H9 : Trouble de la personnalité H10 : Échec antérieur de la surveillance a L évaluation de cet item s appuie sur les résultats obtenus à l utilisation de l échelle de psychopathie de Hare révisée (PCL-R). morcelé de l approche française de la nosologie psychiatrique et de l évaluation de la dangerosité constitue certainement l un des obstacles majeurs au développement de cette technique en France. Il faut néanmoins rester confiant : elle procède d un mouvement général intéressant tout le champ de la médecine, et la psychiatrie n a aucune raison de ne pas en bénéficier, bon gré, mal gré Les méthodes d évaluation actuarielle du risque Leur développement est une réponse à la question prégnante de l amélioration de l évaluation du risque de récidive. L approche actuarielle a pour paradigme de se baser sur des données d évaluation associées ou corrélées à la violence selon des règles fixes et préalablement établies 14. Leur finalité est la prédiction d un évènement particulier violence en général, physique, sexuelle ou homicide durant une période de temps précise dans une population donnée. La construction de toute échelle actuarielle est basée sur des preuves selon la formule désormais consacrée «evidencebased» 15. Elle repose sur la rationalité et/ou l empirisme : la reconnaissance de la qualité de facteurs de risque provient de théories ou de l expérience ; les facteurs de risque sont retenus en fonction de leur niveau d association ou de corrélation, statistiquement établi, avec le phénomène que l on veut prédire. De manière générale, une «bonne» méthode 4 d évaluation du risque satisfait à trois conditions. La première est la reproductibilité : la constance des résultats augmente la cohérence et l utilité des décisions susceptibles d être prises. La deuxième est la normativité, ou capacité à déterminer, évaluer et classer les interventions susceptibles d être mises en œuvre afin de favoriser leur cohérence et leur pertinence. La troisième est la transparence, permettant une clarification des avis donnés. Les items composant l échelle actuarielle sont pondérés et regroupés dans un algorithme permettant d estimer la probabilité 14 Grove WM, Meehl PE. Comparative efficiency of informal (subjective, impressionistic) and formal (mechanical, algorithmic) prediction procedures: The clinical-statistical controversy. Psychology, Public Policy, and Law 1996;2: L expression «evidence based» est généralement traduite par l expression «fondé sur des preuves». de la commission d un nouvel acte de violence dans des circonstances et une période de temps déterminées. Il va sans dire que plus la période de temps considérée est grande, plus l estimation est large, imprécise. La volonté d améliorer l exactitude de la prédiction et l utilisation de ces outils, notamment en termes de complexité des phénomènes évalués et de prévention secondaire, a abouti à différencier trois générations d échelles actuarielles Les échelles d évaluation du risque basées sur les facteurs statiques Il s agit des premières échelles actuarielles ; elles ont la particularité d être fondées sur des études empiriques et de s intéresser essentiellement aux facteurs de risque statiques. Encore appelés facteurs historiques ils ne sont pas susceptibles de modification et font généralement partie du passé du sujet. Il s agit par exemple de la nature de l agression, des antécédents judiciaires, de l âge et du sexe de l auteur et de la victime, des antécédents d abus de substances psychoactives, de l existence d une relation auteur victime Ces échelles ont généralement été développées par les services judiciaires afin d adapter la sanction pénale en fonction d un niveau de risque (élevé, moyen ou bas) et d aider à la décision de sortie pénitentiaire. L une des plus connues et utilisées est l échelle Static-99- R 17,18, construite à partir d études de populations judiciaires ; elle évalue le risque de récidive de violence sexuelle et générale d adultes masculins ayant été poursuivis ou condamnés pour au moins une agression sexuelle sur un enfant ou une personne non consentante. Cet outil est composé de 10 items en rapport avec des données démographiques (âge, notion de relation sentimentale avec cohabitation d au moins deux ans), des antécédents 16 A titre d exemple et de manière non exhaustive, quelques échelles d évaluation du risque basée sur les facteurs statiques : Salient Factor Score (SFS), Offender Group Reconviction Scale (OGRS), Static-99-R, Static-2002, Rapid Risk Assessment for Sex Offense Recidivism (RRASOR), Violent Risk Appraisal Guide (VRAG), Sex Offender Risk Appraisal Guide (SORAG) Anderson D, Hanson KR. An actuarial tool to assess risk of sexual and violent recidivism among sexual offenders. In: Otto RK, Douglas KS, editors. Handbook of violence risk assessment. Routledge; pp McGrath RJ, Cumming GF, Burchard BL, Zeoli S, Ellerby L. Current practices and emerging trends in sexual abusers management: the Safer Society 2009 North American Survey. Brandon VT: Safer Society Press; 2010.

5 100 M. Abondo et al. / Médecine & Droit 2014 (2014) judiciaires (condamnations, antécédents d infractions sexuelles avec et sans contact), des informations sur l infraction actuelle (existence de violence non sexuelle) et des données sur la victime (sexe, nombre et existence de relation de parenté). Pour autant, bien que ces facteurs soient statiques, l âge et la cohabitation avec un partenaire sont susceptibles de changement. Cette échelle n est pas exempte de limites. Le risque estimé est catégoriel puisque relatif à un groupe de sujets : le score obtenu inscrit le sujet dans un groupe à risque faible, faible-modéré, modéré-élevé ou élevé. L absence d antécédent judiciaire est une contre-indication à l utilisation de la Static- 99-R cette échelle a été construite sur une population judiciaire. Une autre limite tient à la nature de l infraction. Dans le cas d infractions de nature sexuelle commises au moyen de l utilisation d un réseau de télécommunication, le score est systématiquement élevé puisque les victimes sont généralement inconnues et leur nombre important. En outre, utiliser cet outil dans ce cadre reviendrait à supposer que le risque de commission d infraction via internet est similaire au risque en vie «réelle». D une manière générale, les points positifs d une échelle statique tiennent à la prise en compte de facteurs de risque valides selon des règles explicitant leur combinaison ; les estimations de probabilités sont elles aussi explicites et l établissement des scores est aisé. En revanche, en dehors du fait que les facteurs de risque qu elles retiennent sont loin d être exhaustifs et que leur exactitude prédictive demeure modérée, l inconvénient des échelles statiques est «congénital», puisqu elles ne tiennent par définition pas compte d une possibilité de changement du sujet et ne permettent donc pas de donner d indications quant aux interventions susceptibles d être entreprises. Les échelles statiques ne peuvent répondre aux problèmes de la réduction du risque et de la réinsertion sociale Les échelles basées sur les facteurs de risque dynamiques Elles se différencient des premières par l intégration de facteurs de risque dynamiques (needs). Il s agit de facteurs circonstanciels susceptibles, ou non, d être criminogènes. Ils peuvent être «stables» lorsqu ils peuvent changer au cours de la vie du sujet (par exemple les déficits de l intimité, les abus de toxiques, etc.). Ils peuvent également être «dynamiques aigus» lorsqu il s agit de facteurs internes ou externes pouvant évoluer rapidement 20 (colère ou dépression par exemple). Qu ils soient stables ou aigus, les facteurs de risque dynamiques criminogènes participent au niveau global de risque de récidive dans la mesure où ils lui sont fortement associés. Par exemple, l association d une consommation excessive d alcool répétée, d intérêts sexuels concernant des mineures, de solitude affective par difficultés à établir des 19 Lalande P. Punir ou réhabiliter les contrevenants? Du nothing works au what works (Montée, déclin et retour de l idéal de réhabilitation). In : Lalande P, Lamalice O, editors. La sévérité pénale à l heure du populisme. Punir ou réhabiliter. Opinion publique. Système pénal. Québec: ministère de la Sécurité publique; 2006, pp Proulx J, Lussier P. La prédiction de la récidive chez les agresseurs sexuels. Criminologie 2001;34:9 29. Tableau 2 Facteurs stables et dynamiques des échelles Acute-2007 et Stable Facteurs aigus (Acute) Facteurs stables (Stable) Accès à des victimes Influences sociales importantes Hostilité Capacité d avoir une relation stable Préoccupations sexuelles Identification émotive aux enfants Refus de la surveillance Hostilité envers les femmes Effondrement émotionnel Rejet social et solitude Effondrement des soutiens Manque d intérêt à l égard d autrui sociaux Consommation d alcool ou de drogues Gestes impulsifs Faibles aptitudes pour la résolution des problèmes Émotions négatives Préoccupations sexuelles/libido Relations sexuelles comme mécanismes d adaptation Intérêts sexuels déviants Coopération dans le cadre de la surveillance relations avec de potentiels partenaires adultes dans un contexte d inoccupation professionnelle chez un sujet résidant près d une école augmentent le risque d un passage à l acte. Des échelles associant facteurs de risque statiques et dynamiques ont été élaborées. Par exemple, Wisconsin Risk and Needs Assessment Instrument, Level of Service Inventory- Revised (LSI-R), Stable-2007, Acute-2007, Sex Offender Needs Assessment Rating (SONAR)... À titre d illustration, le Tableau 2 synthétise les différents facteurs stables et dynamiques pris en compte dans les échelles Acute-2007 et Stable ,22, développées par les auteurs de l échelle Static-99-R. La recherche des facteurs aigus et stables permet de classer un individu dans un groupe de risque comparable, risque qui peut être faible, modéré ou élevé. La détermination de ce niveau de risque permet également de déterminer le niveau de prise en charge requis : faible, modéré ou élevé. Cette classification en termes de traitement nécessaire est importante dans la mesure où il a été démontré qu un traitement trop intensif chez un sujet à risque de violence faible favorise la récidive 23. Il convient d adapter l intensité du traitement au niveau de risque tout en respectant le principe de réceptivité qui postule que l intervenant doit prendre en compte les capacités de compréhension mais aussi la motivation ou encore l éventuelle minimisation concernant les faits par l infracteur. Ces principes, issus du modèle de prévention de la récidive risk-need-responsivity 24, sont, avec l identification des facteurs de risque dynamiques, le cœur de la majorité des prises en charge basées sur une lecture actuarielle du crime. 21 Harris A, Hanson RK. The dynamic supervision project: improving the community supervision of sex offenders. Corrections Today 2001;65(5): Hanson RK, Harris A. A structured approach to evaluating change among sex offenders. Sexual Abuse: a Journal of Research and Treatment 2001;13(2): Andrews DA, Bonta J. The psychology of criminal conduct, 5th ed. Anderson; Bonta, J, Andrews DA. Risk-need-responsivity model for offender assessment and rehabilitation. Ottawa: Public Safety Canada; 2007.

6 M. Abondo et al. / Médecine & Droit 2014 (2014) Le caractère dynamique de certains facteurs de risque impose des évaluations répétées. Ces échelles peuvent contribuer à l appréciation des conséquences de la prise en charge judiciaire en évaluant les changements survenus chez le sujet, changements qui agissent sur le niveau de risque. Par exemple, l absence d accès à des victimes ou encore la diminution des préoccupations sexuelles sont autant d éléments qui peuvent diminuer la probabilité de commettre de nouvelles violences sexuelles : le risque estimé se modifie parallèlement aux modifications de ces facteurs. Même indirectement, ces échelles permettent donc d évaluer l efficacité des programmes d intervention. En reprenant l exemple précédent, la modification du risque estimé constitue un bon indicateur de l efficacité d une interdiction d exercer un emploi mettant en contact avec des mineurs (non-accès à des victimes) ou d une prise en charge sanitaire spécifique Les échelles de dernière génération : facteurs de risque et de protection Elles découlent directement de la génération précédente et sont les plus récentes, puisqu elles datent du milieu des années Leur développement a été motivé par la nécessité d une prise en charge plus globale, d un véritable «management» des auteurs d infraction fondé sur une approche cognitivocomportementale et sur les stratégies cognitives d apprentissage social. Comme les échelles de la génération précédente, elles sont un outil d aide à l évaluation des changements des sujets relativement au risque de récidive, mais elles se veulent systématiques et compréhensives en intégrant l évaluation du potentiel de désistance. La désistance peut être définie comme un processus de réduction du risque d agression d un niveau non nul à un niveau stable proche de zéro, ou encore comme le point final d une «carrière» de délinquance 25. En pratique, ces échelles intègrent des facteurs qualifiés de protecteurs dont la présence agirait comme un frein à la récidive. La prise en compte de ces facteurs protecteurs ou de désistance impose non seulement de les relever dans l évaluation mais aussi de les renforcer par la prise en charge du sujet. La structure des échelles actuarielles intégratives autorise donc une détermination précise de la nature et des cibles des interventions. Cet objectif repose sur la notion de réceptivité du sujet ou capacité à s investir dans sa prise en charge ; il se traduit par l ajustement dynamique de programmes de «traitement» et/ou de réinsertion ciblant les besoins criminogènes ou facteurs de risque susceptibles de faire diminuer la récidive selon des modalités cohérentes avec les capacités de fonctionnement et d apprentissage de l infracteur. Le but est de permettre leur optimisation et leur évaluation longitudinale. Ces échelles laissent une place au jugement clinique ne serait-ce que dans l appréciation des priorités d intervention : l intervention est d autant plus importante que le risque est élevé. Le Level of Service/Case management Inventory (LS/CMI) ou 25 Laws DR, Ward T. Desistance from Sex Offending. Alternatives to throwing away the keys. Guilford Press; Inventaire du niveau de service et de gestion de cas 26 est un bon exemple. Cette échelle est surtout utilisée par les services correctionnels canadiens (plus que par les professionnels en santé mentale). Elle comprend 11 sections et 124 items. La première section a une place essentielle puisqu elle concerne les principaux facteurs de risque : antécédents judiciaires, éducation et emploi, aspects familiaux et conjugaux, loisirs et temps libres, pairs délinquants, toxicomanie, attitudes antisociales, personnalité antisociale. Les autres sections portent sur des facteurs de risque spécifiques (diagnostic de psychopathie, histoire des faits de violence, histoire pénitentiaire...), sur des informations rendant compte de la réceptivité du sujet, permettent la détermination du niveau de risque. Cette échelle se révèle particulièrement utile à la prise de décision relative au type d intervention, à l élaboration du plan d intervention et de son suivi, et précise les informations à la clôture de l intervention. Au sein des sections et sous-sections, chaque item est évalué selon un score chiffré afin d obtenir un score par sous-section puis par section, permettant de classer le sujet selon cinq niveaux de risque : très élevé, élevé, modéré, faible et très faible. La validité prédictive de cette échelle serait comparable à celle d échelles plus spécifiques en matière de violence générale (VRAG, PCL- R). Elle offre donc des perspectives intéressantes qui méritent cependant un recul qui n est, à l heure actuelle, pas encore suffisant. En conclusion, les échelles actuarielles ont montré leur supériorité en termes de validité prédictive du risque de récidive. Pourtant, aucune méthode d évaluation ne satisfait pleinement aux critères de reproductibilité, de normativité, d ouverture et de transparence rappelés plus haut 4. Les échelles actuarielles se sont diversifiées et tentent d apporter des réponses aux problèmes inhérents au traitement social de la violence : répression, traitements et programmes d intervention, prévention secondaire. Le développement de ces outils tend à faire de l évaluation des infracteurs une compétence à part entière, tant elle s avère complexe. Complexe car comme les autres outils d évaluation du risque, les outils actuariels ont aussi leurs limites, tenant à leur nature «mécanique», et à leur utilisation pratique. La validation des caractéristiques prédictives d un outil actuariel dépend de la durée de la période de référence. La fiabilité de chaque outil est un compromis entre la précision des fréquences de récidive estimées et la généralisation des résultats. L optimisation de la capacité prédictive d un test dans un contexte donné ne le rend pas obligatoirement efficace dans un autre contexte et ce d autant qu une part importante des estimations de probabilité de récidive provient d échantillons initiaux d effectifs modestes. De plus, le choix de l outil d évaluation reste soumis au jugement du professionnel et à la nécessité d une connaissance approfondie des tests en matière de règles de codage, de limites des estimations de probabilité de récidive et d un devoir d explication Andrews DA, Bonta, J. The psychology of criminal conduct. Anderson; 2010, pp Voir aussi Andrews DA, Bonta J, Wormith S. The level service (LS) assessment of adults and older adolescents. In: Otto RK, Douglas KS, editors. Handbook of violence risk assessment. Routledge; pp Mossman D. Another look at interpreting risk categories. Sexual abuse: a journal of research and treatment 2006;18:41 63.

Une échelle d évaluation semistructurée. B. Gravier

Une échelle d évaluation semistructurée. B. Gravier Une échelle d évaluation semistructurée : la HCR-20 B. Gravier Exemple de jugement clinique structuré: The Historical Clinical Risk Management 20 item scale HCR - 20 Echelle utilisée par les cliniciens

Plus en détail

Quel modèle de lutte contre la récidive?

Quel modèle de lutte contre la récidive? LES NOTES & SYNTHÈSES DE L INSTITUT POUR LA JUSTICE Quel modèle de lutte contre la récidive? Xavier Bébin Résumé La lutte contre la récidive en France est engagée sur une mauvaise voie : l objectif des

Plus en détail

Table des matières PREMIERE PARTIE LE CONTEXTE THÉORIQUE ET LA BASE DE CONNAISSANCES EN PSYCHOLOGIE DU COMPORTEMENT DÉLINQUANT...

Table des matières PREMIERE PARTIE LE CONTEXTE THÉORIQUE ET LA BASE DE CONNAISSANCES EN PSYCHOLOGIE DU COMPORTEMENT DÉLINQUANT... Table des matières PRÉFACE DE LA CINQUIÈME ÉDITION... 7 PRÉFACE DE LA QUATRIÈME ÉDITION...11 PRÉFACE DE LA TROISIÈME ÉDITION...13 PRÉFACE DE LA SECONDE ÉDITION... 15 PREMIERE PARTIE LE CONTEXTE THÉORIQUE

Plus en détail

Karine Côté, Ph.D. Professeure adjointe

Karine Côté, Ph.D. Professeure adjointe Karine Côté, Ph.D. Professeure adjointe FORMATION 1999-2002 Post-doctorat, Law and Mental Health Program, Centre for Addiction and Mental Health et Université de Toronto. 1999 Ph.D. Psychologie - Recherche

Plus en détail

«La prison est la seule solution pour préserver la société.»

«La prison est la seule solution pour préserver la société.» «La prison est la seule solution pour préserver la société.» Nous n enfermons rien d autre en prison qu une partie de nous-mêmes, comme d autres abandonnent sur le bord de la route leurs souvenirs encombrants

Plus en détail

Délinquance sexuelle. Paraphilies (suivant le DSM-IV) La délinquance sexuelle ne se résume pas à la perversion. Il ne faut pas confondre

Délinquance sexuelle. Paraphilies (suivant le DSM-IV) La délinquance sexuelle ne se résume pas à la perversion. Il ne faut pas confondre Délinquance sexuelle Définitions : psychiatrique, légale, taxinomique Histoire psychique Voies thérapeutiques La récidive et sa prévention Attentat à la liberté et à l honneur sexuel. Contrainte sexuelle

Plus en détail

Détenus à sécurité maximale sous responsabilité fédérale : Comparaison entre les sexes

Détenus à sécurité maximale sous responsabilité fédérale : Comparaison entre les sexes Détenus à sécurité maximale sous responsabilité fédérale : Comparaison entre les sexes Résumé Liste des tableaux Introduction Méthode et échantillon Résultats Données démographiques Évaluation du risque

Plus en détail

Programme d Accompagnement Justice et Santé Mentale (PAJ-SM)

Programme d Accompagnement Justice et Santé Mentale (PAJ-SM) Programme d Accompagnement Justice et Santé Mentale (PAJ-SM) Projet pilote à la Cour municipale de la Ville de Montréal d intervention multidisciplinaire pour les contrevenants souffrant de troubles mentaux

Plus en détail

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée Auteur : J.-A. M. Relecteurs : C. Q., C. L. Statistiques ECN 2008, dossier 4 2008, dossier 7 2010, dossier

Plus en détail

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans)

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) Leçon introductive au droit pénal des mineurs - définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) - textes régissant

Plus en détail

CONVENTION ENTRE LE TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE PARIS, L'ORDRE DES AVOCATS À LA COUR D'APPEL DE PARIS

CONVENTION ENTRE LE TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE PARIS, L'ORDRE DES AVOCATS À LA COUR D'APPEL DE PARIS CONVENTION ENTRE LE TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE PARIS, L'ORDRE DES AVOCATS À LA COUR D'APPEL DE PARIS ET L'UNION DES COMPAGNIES D'EXPERTS DE LA COUR D APPEL DE PARIS CONCERNANT LA CONDUITE ET LA GESTION

Plus en détail

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS par Jean-Michel ETCHEVERRY président du tribunal de grande instance de Roanne (2 février 2009) Plusieurs réformes législatives intervenues ces dernières

Plus en détail

STAGE DE SENSIBILISATION AUX DANGERS DE L USAGE DE PRODUITS STUPEFIANTS - CAHIER DES CHARGES -

STAGE DE SENSIBILISATION AUX DANGERS DE L USAGE DE PRODUITS STUPEFIANTS - CAHIER DES CHARGES - STAGE DE SENSIBILISATION AUX DANGERS DE L USAGE DE PRODUITS STUPEFIANTS - CAHIER DES CHARGES - LE CADRE La loi relative à la prévention de la délinquance du 5 mars 2007 introduit de nouvelles dispositions

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée?

Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée? Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée? Hélène Le Brun, conseillère septembre 2007 D-11815 Centrale des syndicats du Québec

Plus en détail

Le circuit de soins internés Etat des lieux

Le circuit de soins internés Etat des lieux Le circuit de soins internés Etat des lieux 1. Quelques données chiffrées sur le monde de l internement 2. Historique de la création du circuit de soins pour internés libérés à l essai Rapport Cosyns (2005)

Plus en détail

Me Johanne Denis, Me Annie Gaudreault, Mme Sylvie Thibaudeau, Mme Suzanne Drolet. 36 e Congrès de la Société de criminologie du Québec Novembre 2013

Me Johanne Denis, Me Annie Gaudreault, Mme Sylvie Thibaudeau, Mme Suzanne Drolet. 36 e Congrès de la Société de criminologie du Québec Novembre 2013 Me Johanne Denis, Me Annie Gaudreault, Mme Sylvie Thibaudeau, Mme Suzanne Drolet 36 e Congrès de la Société de criminologie du Québec Novembre 2013 1 VILLE DE QUÉBEC Cour municipale de la Ville de Québec

Plus en détail

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Juillet 2011 Démarche diagnostique et d évaluation du fonctionnement chez l adulte Généralités Diagnostic

Plus en détail

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action Orientations gouvernementales en matière d agression sexuelle Plan d action Édition produite par : La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux Pour obtenir d autres

Plus en détail

POLITIQUE DRHSC 2013-082

POLITIQUE DRHSC 2013-082 POLITIQUE Programme Déficience physique VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES DE TOUTE PERSONNE DÉSIRANT EXERCER OU EXERÇANT DES FONCTIONS AU PROGRAMME DÉFICIENCE PHYSIQUE EXPÉDITEUR : Direction des

Plus en détail

Stratégie de réduction de la criminalité : Analyse environnementale. Dépendances & Santé mentale en lien avec la criminalité

Stratégie de réduction de la criminalité : Analyse environnementale. Dépendances & Santé mentale en lien avec la criminalité Stratégie de réduction de la criminalité : Analyse environnementale Dépendances & Santé mentale en lien avec la criminalité Le 26 février 2009 Par : Mylène Savoie Dépendances et criminalité 4 liens proximaux

Plus en détail

troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs tous les intervenants de l entreprise Prise en charge immédiate sur le lieu de travail.

troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs tous les intervenants de l entreprise Prise en charge immédiate sur le lieu de travail. Introduction Les troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs concernent tous les intervenants de l entreprise : dangerosité du salarié pour lui-même et pour autrui, risque de désorganisation de l activité

Plus en détail

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET DE COMPÉTENCES

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET DE COMPÉTENCES ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET DE COMPÉTENCES PRÉAMBULE La description des activités et des compétences du métier d ostéopathe ne se substitue pas au cadre réglementaire. En effet, la plate-forme

Plus en détail

recommandations d autisme suisse romande en matière de qualité des services/prestations destinés aux personnes avec Troubles du Spectre Autistique

recommandations d autisme suisse romande en matière de qualité des services/prestations destinés aux personnes avec Troubles du Spectre Autistique recommandations d autisme suisse romande en matière de qualité des services/prestations destinés aux personnes avec Troubles du Spectre Autistique recommandations 1 préambule L autisme est un trouble neuro-développemental

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

LE PROJET ASSOCIATIF DE L AAPé en 2012

LE PROJET ASSOCIATIF DE L AAPé en 2012 Contrôle judiciaire socio-éducatif Médiation pénale Réparation pénale pour les mineurs Stages de responsabilité parentale LE PROJET ASSOCIATIF DE L AAPé en 2012 Le Conseil d administration de l AAPé, élu

Plus en détail

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de :

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de : Service correctionnel Canada Correctional Service Canada Sociologie La mise en liberté sous condition Descriptif Le module La mise en liberté sous condition permet aux étudiants de démystifier le processus

Plus en détail

Chambre de l application des peines, 19 mars 2014, RG 13/02253

Chambre de l application des peines, 19 mars 2014, RG 13/02253 AMENAGEMENT DE PEINE Projet de réinsertion solide, nécessité Chambre de l application des peines, 19 mars 2014, RG 13/02253 Un projet permettant de prévenir le risque de récidive grâce à une réinsertion

Plus en détail

N 3727 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 3727 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 3727 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 21 septembre 2011. PROPOSITION DE LOI tendant à créer une École nationale

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

Les services en français, Un facteur de qualité des services de santé

Les services en français, Un facteur de qualité des services de santé Les services en français, Un facteur de qualité des services de santé Argumentaire et cadre d analyse d impact à l attention des Réseaux locaux d intégration des services de santé (RLISS) et des fournisseurs

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL

INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL 1/ Le phénomène criminel est un fait inhérent au groupe social et à la nature humaine. Dans le temps, il remonte aux origines de l humanité, dans l espace aucun pays n y échappe.

Plus en détail

DIPLÔME INTER-UNIVERSITAIRE de PSYCHIATRIE CRIMINELLE et MEDICO-LEGALE

DIPLÔME INTER-UNIVERSITAIRE de PSYCHIATRIE CRIMINELLE et MEDICO-LEGALE DIPLÔME INTER-UNIVERSITAIRE de PSYCHIATRIE CRIMINELLE et MEDICO-LEGALE Facultés de Médecine de Poitiers, Tours et Angers En relation avec l Institut de Sciences Criminelles de la Faculté de Droit de Poitiers

Plus en détail

HORAIRE : Les lundis du 8 septembre au 8 décembre 2014 de 8h30 à 11h30

HORAIRE : Les lundis du 8 septembre au 8 décembre 2014 de 8h30 à 11h30 UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL École de criminologie Automne 2014 CRI 1151 Justice criminelle 1 CHARGÉ DE COURS: KEVIN MOUSTAPHA LOCAL: B-2285 PAVILLON JEAN BRILLANT NOMBRE DE CRÉDITS : 3 HORAIRE : Les lundis

Plus en détail

Guide pour adolescents

Guide pour adolescents Guide pour adolescents Guide pour adolescents Nous remercions le ministère de la Justice du Canada pour sa contribution financière. Nous remercions également Public Legal Education Association Saskatchewan

Plus en détail

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008 Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation Septembre 2008 Louis Plamondon Centre de recherche de l institut universitaire de gériatrie

Plus en détail

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 (Peine d annulation du permis de conduire pour conduite en état alcoolique en récidive et

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Comprendre le comportement des auteurs de harcèlement à l école : un test de cinq hypothèses. Benoit Galand Université catholique de Louvain.

Comprendre le comportement des auteurs de harcèlement à l école : un test de cinq hypothèses. Benoit Galand Université catholique de Louvain. Comprendre le comportement des auteurs de harcèlement à l école : un test de cinq hypothèses Benoit Galand Université catholique de Louvain Plan Qu est-ce que le harcèlement à l'école? Quelles sont les

Plus en détail

M me Florence Chanut. «Injection : Comment articuler prévention, éducation et réduction des risques?»

M me Florence Chanut. «Injection : Comment articuler prévention, éducation et réduction des risques?» M me Florence Chanut Psychiatre Responsable du programme de psychiatrie des toxicomanies du Centre Hospitalier Universitaire de Montréal (CHUM) Professeur adjoint de clinique au département de psychiatrie

Plus en détail

FICHE ETABLIE PAR LE CONSEIL NATIONAL DE L ORDRE DES SAGES-FEMMES

FICHE ETABLIE PAR LE CONSEIL NATIONAL DE L ORDRE DES SAGES-FEMMES FICHE ETABLIE PAR LE CONSEIL NATIONAL DE L ORDRE DES SAGES-FEMMES LES CERTIFICATS MEDICAUX ETABLIS PAR LES SAGES-FEMMES EN VUE DE CONSTATER DES LESIONS ET SIGNES QUI TEMOIGNENT DE VIOLENCES Article R.4127-316

Plus en détail

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin PSYCHIATRE CLINIQUE ANOUSTE (Bordeaux) Thérapeute Comportemental et Cognitif Enseignant à l IRCCADE La dépression Un des principaux problèmes

Plus en détail

SURVEILLANCE ÉLECTRONIQUE

SURVEILLANCE ÉLECTRONIQUE Strasbourg, 21 juin 2012 pc-cp\docs 2012\pc-cp (2012) 7 f rév PC-CP (2012) 7 rév COMITÉ EUROPÉEN POUR LES PROBLÈMES CRIMINELS (CDPC) Conseil de coopération pénologique (PC-CP) CHAMP D APPLICATION ET DÉFINITIONS

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE II

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE II ANNEXE II DIPLÔME D ÉTAT D INFIRMIER RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

N de cat. : PS3-1/2007-4F-PDF N ISBN : 978-0-662-09392-3

N de cat. : PS3-1/2007-4F-PDF N ISBN : 978-0-662-09392-3 Évaluation de l utilité des outils d évaluation du risque et des mesures de la personnalité pour la prédiction de la récidive avec violence chez les délinquants adultes 2007-04 par Mary Ann Campbell, Ph.D.

Plus en détail

Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09)

Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09) Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09). PSYCHOLOGIE CLINIQUE : définition de base o Nature du domaine professionnel : la psychologie clinique est une discipline se souciant du bien-être

Plus en détail

ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? SANCTIONNER AUTREMENT. Et si la prison n était pas toujours la solution?

ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? SANCTIONNER AUTREMENT. Et si la prison n était pas toujours la solution? ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? SANCTIONNER AUTREMENT Et si la prison n était pas toujours la solution? ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? ACAT-France.

Plus en détail

Le dossier médical et le secret professionnel

Le dossier médical et le secret professionnel Le dossier médical et le secret professionnel Par Me Francis TEHEUX et Me Jean-François HENROTTE I. La tenue d un dossier médical L obligation de tenir un dossier médical pour chaque patient est à la fois

Plus en détail

Une perspective de changement de pratiques en violence conjugale et familiale

Une perspective de changement de pratiques en violence conjugale et familiale Une perspective de changement de pratiques en violence conjugale et familiale François Lepage travailleur social, Option, Montréal Annie Simard travailleuse sociale, Option, Montréal OP+ION «Une alternative

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

Robert Peterson, Direction de santé publique de Lanaudière, 2013 1. Plan de la présentation

Robert Peterson, Direction de santé publique de Lanaudière, 2013 1. Plan de la présentation Plan de la présentation Les meilleures pratiques en prévention des toxicomanies et leurs conditions d efficacité Robert Peterson Geneviève Gagnon Direction de santé publique de Lanaudière 17 mai 2013 1.

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Présentation du DAVC. Micheline Mehanna, psychologue clinicienne. Revue Européenne de Psychologie et de Droit

Présentation du DAVC. Micheline Mehanna, psychologue clinicienne. Revue Européenne de Psychologie et de Droit Présentation du DAVC. Micheline Mehanna, psychologue clinicienne. Revue Européenne de Psychologie et de Droit DAVC Diagnostic A Visée Criminologique AP Administration Pénitentiaire SPIP Service Pénitentiaire

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

Maitre de conférénces à l Université panthéon-assas (paris ii) Professeur à l Université de l Insubria

Maitre de conférénces à l Université panthéon-assas (paris ii) Professeur à l Université de l Insubria Avant-propos par Cristina Mauro Maitre de conférénces à l Université panthéon-assas (paris ii) et Francesca Ruggieri Professeur à l Université de l Insubria Espace pénal européen et multilinguisme, tel

Plus en détail

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 3 ème année bachelor

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 3 ème année bachelor Semestre automne printemps Répétition Lieu de période de formation pratique Institution : Nom de l'étudiant-e : Service : Promotion : Site de formation : Période du / au : PFP 5 PFP 6 ÉVALUATION DES COMPÉTENCES

Plus en détail

NOMENCLATURE COMMUNE DE CLASSIFICATION DES EMPLOIS DE L ADMINISTRATION PUBLIQUE

NOMENCLATURE COMMUNE DE CLASSIFICATION DES EMPLOIS DE L ADMINISTRATION PUBLIQUE ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE LA MODERNISATION DES SECTEURS PUBLICS NOMENCLATURE COMMUNE DE CLASSIFICATION DES EMPLOIS DE L ADMINISTRATION PUBLIQUE Rapport de la phase 3 Marché N 13/2007/MMSP Nomenclature

Plus en détail

PSYCHIATRIE MEDICO-LEGALE (27.01.2014)

PSYCHIATRIE MEDICO-LEGALE (27.01.2014) PSYCHIATRIE MEDICO-LEGALE (27.01.2014) (Diplôme Interuniversitaire de) avec Besançon et Dijon Objectifs : Ce DIU a pour objectif de garantir une formation théorique et clinique de haut niveau aux praticiens

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) Circulaires de la Direction des affaires criminelles Signalisation des circulaires du 1 er avril au 30 juin 2006 Circulaire

Plus en détail

Strasbourg, le 19 janvier 2007 CCPE-Bu (2007) 05 [ccpe-bu/docs2007/ccpe-bu(2007) 05 fr]

Strasbourg, le 19 janvier 2007 CCPE-Bu (2007) 05 [ccpe-bu/docs2007/ccpe-bu(2007) 05 fr] Strasbourg, le 19 janvier 2007 CCPE-Bu (2007) 05 [ccpe-bu/docs2007/ccpe-bu(2007) 05 fr] BUREAU DU CONSEIL CONSULTATIF DE PROCUREURS EUROPEENS (CCPE-Bu) LES ALTERNATIVES AUX POURSUITES «LES MESURES ALTERNATIVES

Plus en détail

Expertise Médicale en Maladies Infectieuses

Expertise Médicale en Maladies Infectieuses Expertise Médicale en Maladies Infectieuses Dr Stéphane CHADAPAUD SNMInf Centre Hospitalier de Hyères 1 ers EGI - 14/01/2011 - PARIS Différentes juridictions françaises Ordre administratif Traite les problèmes

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

Les 7 enjeux de la loi du 5 mars 2007 réformant la protection de l enfance ----

Les 7 enjeux de la loi du 5 mars 2007 réformant la protection de l enfance ---- Les 7 enjeux de la loi du 5 mars 2007 réformant la protection de l enfance ---- La réforme de la Protection de l Enfance a été précédée de nombreux rapports (10 entre novembre 2004 et janvier 2006 parmi

Plus en détail

AVIS N 12 /2005 du 7 septembre 2005

AVIS N 12 /2005 du 7 septembre 2005 ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Haute, 139, B-1000 Bruxelles Tél.: +32(0)2/213.85.40 E-mail : commission@privacycommission.be Fax.: +32(0)2/213.85.65 http://www.privacy.fgov.be/ COMMISSION

Plus en détail

Introduction au droit La responsabilité professionnelle

Introduction au droit La responsabilité professionnelle Introduction au droit La responsabilité professionnelle I. Introduction au droit 2 ordres de juridiction : Judiciaire : o Juridiction civiles : conflit entre particulier Tribunal de gde instance : litige

Plus en détail

POUR RÉDUIRE L UTILISATION DES MESURES DE CONTRÔLE

POUR RÉDUIRE L UTILISATION DES MESURES DE CONTRÔLE L utilisation des mesures de contrôle, en quête de sens Formation croisée 10 novembre 2015 POUR RÉDUIRE L UTILISATION DES MESURES DE CONTRÔLE Le Modèle Safewards Gilbert A. Tremblay, psychologue Agent

Plus en détail

L ORIGINE DE LA VIOLENCE : CE QUE RÉVÈLE LA DOCUMENTATION, PARTICULIÈREMENT AU SUJET DES TROUBLES DE SANTÉ MENTALE DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS

L ORIGINE DE LA VIOLENCE : CE QUE RÉVÈLE LA DOCUMENTATION, PARTICULIÈREMENT AU SUJET DES TROUBLES DE SANTÉ MENTALE DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS L ORIGINE DE LA VIOLENCE : CE QUE RÉVÈLE LA DOCUMENTATION, PARTICULIÈREMENT AU SUJET DES TROUBLES DE SANTÉ MENTALE DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS RÉSUMÉ Ce rapport donne une vue d'ensemble de la violence

Plus en détail

2007-07. La validité des évaluations du risque de violence envers la partenaire intime : une méta-analyse. R. Karl Hanson. Leslie Helmus.

2007-07. La validité des évaluations du risque de violence envers la partenaire intime : une méta-analyse. R. Karl Hanson. Leslie Helmus. La validité des évaluations du risque de violence envers la partenaire intime : une méta-analyse 2007-07 R. Karl Hanson Leslie Helmus Guy Bourgon Sécurité publique Canada Sa Majesté la Reine du chef du

Plus en détail

CRIAVS. MP Centre Ressources pour les Intervenants auprès d Auteurs de Violences Sexuelles Midi-Pyrénées. Pré-programme 2015

CRIAVS. MP Centre Ressources pour les Intervenants auprès d Auteurs de Violences Sexuelles Midi-Pyrénées. Pré-programme 2015 Centre Ressources pour les Intervenants auprès d Auteurs de Violences Sexuelles Midi-Pyrénées 32 82 31 46 81 12 65 09 Pré-programme 2015 FORMATIONS (9h/17h) Auteurs de violences sexuelles : approche pénale,

Plus en détail

La responsabilité juridique des soignants

La responsabilité juridique des soignants La responsabilité juridique des soignants Les soignants, face à des conditions de travail parfois difficiles et aux aléas de la médecine, songent plus souvent aux risques thérapeutiques qu aux risques

Plus en détail

Souffrance et travail Prévention des RPS. Quels acteurs? Quelles ressources?

Souffrance et travail Prévention des RPS. Quels acteurs? Quelles ressources? Souffrance et travail Prévention des RPS Quels acteurs? Quelles ressources? CAPRPS FNP 19 juin 2015 1 Réglementation exigeante et orientations affirmées des politiques publiques L4121 Code du travail :

Plus en détail

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien,

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien, Direction des Ressources Humaines PSYCHOLOGUE J PSYCHOLOGUE A LA CELLULE ACCUEIL FAMILIAL ET MISSION ADOPTION POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction des Solidarités Service : Direction

Plus en détail

AMENAGEMENTS DE PEINE

AMENAGEMENTS DE PEINE AMENAGEMENTS DE PEINE TEXTES DE REFERENCE La loi du 9 mars 2004 portant adaptation de la justice aux évolutions de la criminalité a affirmé le principe selon lequel les peines d emprisonnement ont vocation

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

Le bracelet électronique mobile prévient-il efficacement la récidive?

Le bracelet électronique mobile prévient-il efficacement la récidive? LES NOTES & SYNTHÈSES DE L INSTITUT POUR LA JUSTICE Le bracelet électronique mobile prévient-il efficacement la récidive? Xavier Bébin Résumé Le placement sous surveillance électronique mobile (PSEM) est

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 4 décembre 2015 relative au développement d une thématique consacrée au racisme et aux discriminations dans les stages de citoyenneté NOR : JUSD1530025C La garde des sceaux, ministre de la

Plus en détail

Mémoire de la Société canadienne de psychologie présenté au Comité sénatorial permanent des affaires juridiques et constitutionnelles

Mémoire de la Société canadienne de psychologie présenté au Comité sénatorial permanent des affaires juridiques et constitutionnelles Mémoire de la Société canadienne de psychologie présenté au Comité sénatorial permanent des affaires juridiques et constitutionnelles Auteurs : Howard E. Barbaree, Ph.D., C. Psych Alana N. Cook, M.S. Kevin

Plus en détail

Par: Stéphanie Meilleur

Par: Stéphanie Meilleur * Par: Stéphanie Meilleur Conseillère en information scolaire et professionnelle CÉSAR, Université de Montréal http://cesar.umontreal.ca/orientation/exercices.htm Table des matières 1. Explication de la

Plus en détail

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor Semestre automne printemps Répétition Lieu de période de formation pratique Institution : Nom de l'étudiant-e : Service : Promotion : Site de formation : Période du / au : PFP 3 PFP 4 ÉVALUATION DES COMPÉTENCES

Plus en détail

Évaluation du risque présenté par les délinquants autochtones de sexe masculin : Une perspective 2006 2006-01

Évaluation du risque présenté par les délinquants autochtones de sexe masculin : Une perspective 2006 2006-01 Évaluation du risque présenté par les délinquants autochtones de sexe masculin : Une perspective 2006 2006-01 Tanya Rugge Sécurité publique et Protection civile Canada N o de cat. : PS3-1/2006-1F-PDF N

Plus en détail

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés.

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. -Avril 2014- Article premier Les dispositions qui suivent constituent la charte d

Plus en détail

Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles

Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles St Malo 5 février 2010 Audrey Lesieur Psychologue Le dispositif d annonce Plan Cancer 2005 ( Mesure 40) Apporter une information

Plus en détail

Table des matières. L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7

Table des matières. L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7 Table des matières L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7 Damien Dillenbourg et Michaël Fernandez-Bertier Introduction 7 Section 1 Contexte de l adoption de la

Plus en détail

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Introduction L anxiété fait partie du registre émotionnel normal de l être humain Le caractère pathologique doit être évalué à partir de critères diagnostiques aussi

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D EDUCATEUR DE JEUNES ENFANTS 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

Amy Phenix Dennis Doren Leslie Helmus R. Karl Hanson David Thornton. Règles de codage pour l échelle Statique-2002

Amy Phenix Dennis Doren Leslie Helmus R. Karl Hanson David Thornton. Règles de codage pour l échelle Statique-2002 Amy Phenix Dennis Doren Leslie Helmus R. Karl Hanson David Thornton Règles de codage pour l échelle Statique-2002 Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, 2008 No de cat. : PS4-78/2009F-PDF ISBN : 978-1-100-92743-5

Plus en détail

Synthèse. Les transformations de l administration de la preuve pénale : approches et perspectives

Synthèse. Les transformations de l administration de la preuve pénale : approches et perspectives Synthèse Les transformations de l administration de la preuve pénale : approches et perspectives Alain PELLET Professeur à l Université de Paris X-Nanterre Olivier de FROUVILLE Maître de conférences à

Plus en détail

Données juridiques : gestion du risque

Données juridiques : gestion du risque Chrystelle Boileau Les facteurs de risques relatifs à l accompagnement de nuit à domicile sont de plusieurs ordres : - Risques routiers, du fait des déplacements véhiculés des professionnels ; - Risques

Plus en détail

l injonction de soins

l injonction de soins Guide de l injonction de soins MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS MINISTÈRE DE LA JUSTICE CHAPITRE I Présentation du guide Ce guide méthodologique porte sur la prise en charge des personnes soumises à

Plus en détail

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit?

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? Retour au sommaire Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? BIM n 32-01 octobre 2002 Frédéric DE SOUSA-SANTOS Le BIM de cette semaine se propose de vous présenter un ouvrage de Mark Schreiner

Plus en détail

Droits et devoirs des parents et enfants

Droits et devoirs des parents et enfants Droits et devoirs des parents et enfants L autorité parentale L autorité parentale désigne l ensemble de droits et des obligations qui pèsent sur les parents. Autrement dit, on peut dire qu ils ont des

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Les souffrances des adolescents sont réelles et conséquentes, dans une période du développement de la personne, empreinte de bouleversements.

Plus en détail

L information des aidants et le secret médical

L information des aidants et le secret médical 1 L information des aidants et le secret médical Destinée à l ensemble des professionnels de santé (médecin, infirmier, kinésithérapeute, etc.), cette fiche entend préciser ce que vous pouvez dire aux

Plus en détail

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand Faculté de droit Prof. Jean-Philippe Dunand Prof. Pascal Mahon Avenue du 1 er -Mars 26 CH-2000 Neuchâtel Tél. ++41 32 718.12.00 Fax ++41 32 718.12.01 Centre d étude des relations de travail (CERT) Neuchâtel,

Plus en détail

Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale

Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale Derniers résultats de la recherche Gregor Waller, MSc Berne, le 7 mars 2013 Forum national

Plus en détail

Le placement judiciaire des mineurs

Le placement judiciaire des mineurs 46 Dossier forum 205 Le placement judiciaire des mineurs Âperçu de la procédure Le placement fait partie de l arsenal des mesures que peut prendre le tribunal de la jeunesse à l égard des mineurs. L article

Plus en détail

Le droit pénal et la non-divulgation du VIH

Le droit pénal et la non-divulgation du VIH Le droit pénal et la non-divulgation du VIH Comprendre le droit pénal canadien Les sources du droit Au Canada, les crimes sont principalement définis par le Code criminel et, dans une moindre mesure, par

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION 1 Document Unique de Délégation Un document qui permet de définir les responsabilités : civiles - pénales Des dirigeants pleinement conscients de leur périmètre de responsabilité,

Plus en détail