VIOLATION DU DROIT D'AUTEUR SUR LES PROGRAMMES D'ORDINATEUR

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "VIOLATION DU DROIT D'AUTEUR SUR LES PROGRAMMES D'ORDINATEUR"

Transcription

1 VIOLATION DU DROIT D'AUTEUR SUR LES PROGRAMMES D'ORDINATEUR Hugues G. Richard * LEGER ROBIC RICHARD, avocats ROBIC, agents de brevets et de marques de commerce Centre CDP Capital 1001 Square-Victoria Bloc E - 8 e étage Montréal (Québec) H2Z 2B7 Tél: Fax: Au Canada, le droit de l'informatique n'existe pas comme tel, c'est essentiellement un domaine particulier du droit d'auteur. Un des principes fondamentaux à retenir en matière de droit d'auteur canadien, et par voie de conséquence en droit de l'informatique, c'est qu'il n'existe aucun droit d'auteur en dehors de la Loi sur le droit d'auteur (L.R.C. 1985, ch. C-42) et si en vertu du droit coutumier, certains droits d'auteur ont pu exister avant l'adoption de la Loi, ces droits ont été abrogés sauf ceux relatifs à l'abus de confiance. Le droit d'auteur ne se range pas dans la catégorie du droit de propriété ou du droit délictuel mais se situe strictement dans celle du droit statutaire. En vertu de l'article 27 1 (qui traite des "atteintes au droit d'auteur") le droit d'auteur est présumément violé par toute personne qui, sans la permission du propriétaire, fait quoi que ce soit dont la prérogative est accordée au propriétaire en vertu de la Loi (para. 27(1)), agit de certaines manières à l'endroit d'une oeuvre contrefaite (para. 27(4)) ou exécute en public une oeuvre protégée dans le but de réaliser des profits (para. 27(5)). Les violations en vertu des paragraphes 27(1) et (4) peuvent être respectivement désignées comme des violations directes ou primaires et indirectes ou secondaires. La différence essentielle entre ces deux catégories de contrefaçon est la connaissance de la part du contrefacteur du fait que le droit d'auteur est enfreint: cette connaissance est requise dans le cas d'une contrefaçon indirecte alors qu'elle ne l'est pas dans le cas d'une contrefaçon directe. LEGER ROBIC RICHARD / ROBIC, * Avocat et agent de marques de commerce, Hugues G. Richard, est l'un des associés principaux du cabinet d'avocats LÉGER ROBIC RICHARD, s.e.n.c. et du cabinet d'agents de brevets et de marques de commerce ROBIC, s.e.n.c. Publication Toute référence à la Loi sera une référence à la Loi sur le droit d'auteur et toute référence à un article de loi sera une référence à un article de la Loi sur le droit d'auteur à moins d'indication contraire.

2 (A) Eléments communs à la contrefaçon directe ou indirecte de droits d'auteur. Pour qu'une action en contrefaçon de droits d'auteur soit maintenue, il doit exister deux conditions préalables à la contrefaçon: une oeuvre dans laquelle subsiste un droit d'auteur et absence de consentement de la part du propriétaire du droit. (I) Oeuvre dans laquelle subsiste un droit d'auteur. La contrefaçon d'un droit d'auteur présuppose l'existence d'une oeuvre dans laquelle subsiste un droit d'auteur au Canada (para. 5(1). Les conditions requises pour obtenir la protection du droit d'auteur sur une oeuvre (qu'elle soit littéraire, musicale, dramatique ou artistique) peuvent être divisées en deux catégories: les conditions relatives à l'auteur de l'oeuvre et celles relatives à l'oeuvre elle-même. (a) L'auteur de l'oeuvre. En vertu des paragraphes 5(1) et (2.1), le droit d'auteur peut exister dans une oeuvre originale, publiée ou non, si au moment de sa création l'auteur était un sujet britannique, un résident d'un des royaumes ou territoires de Sa Majesté ou un citoyen, sujet ou résident d'un pays de la Convention de Berne ou d'un pays qui a adhéré à la Convention universelle du droit d'auteur, adoptée le 6 septembre 1952 à Genève, Suisse, ou de cette Convention révisée à Paris, France, le 24 juillet 1971, ou un citoyen ou sujet d'un pays étranger qui n'a pas adhéré à l'une desdites Conventions mais qui a fait l'objet d'un avis par le Ministre publié dans la Gazette du Canada (voir paragraphes 5(1), (2) et (2.1) de la Loi). (b) L'oeuvre elle-même. (1) Nature de l'oeuvre. Pour être protégeable par la Loi, une oeuvre doit être ou littéraire, dramatique, artistique ou musicale. Sont assimilés à une oeuvre littéraire les programmes d'ordinateur (art. 2 définition: oeuvre littéraire). Un "programme d'ordinateur" est défini à l'article 2 de la Loi comme un ensemble d'instructions ou d'énoncés, destiné, quelle que soit la façon dont ils sont exprimés, fixés, incorporés ou emmagasinés, à être utilisé directement ou indirectement dans un ordinateur en vue d'un résultat particulier. Une oeuvre protégeable peut aussi être une empreinte, un rouleau perforé ou autres organes à l'aide desquels des sons peuvent être reproduits mécaniquement. Dans le cas de tels organes, le droit d'auteur subsistera comme s'il s'agissait d'une oeuvre musicale, littéraire ou dramatique (voir paragraphes 5(3) et (4)).

3 (2) Originalité. De plus, dans tous les cas, l'oeuvre pour être protégée doit être originale (para. 5(1)), i.e. être une création indépendante, ne pas être une copie. (3) Territoire. De plus, dans le cas d'une oeuvre publiée, celle-ci doit d'abord avoir été publiée dans les royaumes ou territoires de Sa Majesté ou dans un pays qui est partie à la Convention 1 ou à la Convention universelle du droit d'auteur ou sa version révisée, ou dans un pays étranger qui n'a pas adhéré à l'une de ces Conventions et versions révisées mais qui fait l'objet d'un avis de la part du Ministre publié dans la Gazette du Canada (voir paragraphes 5(1), (2) et (2.1). (4) D'une forme matérielle. En plus de l'originalité, la production de l'oeuvre doit s'exprimer sous une forme matérielle de façon à ce qu'elle soit protégeable par droit d'auteur. Les idées et les concepts ne peuvent pas être protégés sous la Loi; leur expression lorsque fixée, réduite et incorporée sous une forme matérielle qui est protégeable. Cette limitation de protection est particulièrement importante en matière de logiciels où les titulaires de droits voudraient bien voir la protection s'étendre sur les idées et concepts sous-jacents à tout programme d'ordinateur. C'est une des raisons pour lesquelles les droits accordés en vertu de la Loi sur les brevets pourraient être utiles à la protection des logiciels, mais là aussi, il y a de sérieuses limites. (5) Présomption. Lorsque dans une action en contrefaçon le défendeur conteste l'existence du droit d'auteur ou le titre du demandeur, l'oeuvre sera présumée en vertu du paragraphe 34(3)(a) être une oeuvre protégée par un droit d'auteur. De plus, en vertu du paragraphe 34(3)(b), l'auteur de l'oeuvre est présumé être le propriétaire de l'oeuvre. Le fardeau de prouver le contraire réside chez le défendeur. (II) Absence de consentement. (a) par le propriétaire ou représentant légal. Il ne peut y avoir contrefaçon qu'en l'absence de consentement de la part du titulaire du droit d'auteur qui est la seule personne sous le paragraphe 27(1) de la Loi qui peut autoriser l'un des actes qui constituerait par ailleurs une contrefaçon. Cette autorisation doit venir du titulaire du droit d'auteur particulier dont il est question ou de son représentant légal. 1 "Pays partie à la Convention" est défini à l'article 2 comme un pays partie à la Convention pour la protection des oeuvres littéraires et artistiques, conclue à Berne le 9 septembre 1886, ou à l'une quelconque de ses versions révisées, notamment celle de l'acte de Paris de 1971.

4 (B) Contrefaçon directe Le paragraphe 27(1) se lit comme suit: Est considéré comme ayant porté atteinte au droit d'auteur sur une oeuvre quiconque, sans le consentement du titulaire de ce droit, exécute un acte qu'en vertu de la présente loi seul ce titulaire a la faculté d'exécuter. (I) Définition. On présumera qu'il y a eu contrefaçon du droit d'auteur lorsqu'une personne sans la permission du titulaire du droit d'auteur, fait quoi que ce soit que la Loi considère être du ressort exclusif du propriétaire (art 3(1) et 5(4)). En violant le droit d'auteur, on s'approprie le travail original d'une autre personne ou, sans permission on l'utilise d'une manière dont seul le propriétaire avait la prérogative. A contrario, tout usage non couvert par la Loi ne constitue pas une violation de droit d'auteur mais peut par contre constituer un abus de confiance (article 63). La contrefaçon peut également consister en l'autorisation, sans permission du titulaire du droit d'auteur de faire tous cesdits actes (para. 3(1) in fine). (II) Conditions sous lesquelles une contrefaçon directe peut se produire. Pour qu'il y ait contrefaçon d'une oeuvre, deux conditions sont nécessaires: copie de l'oeuvre (ou une partie importante de celle-ci) et accès à l'oeuvre copiée. (a) Copiée Bien que le terme "copiée" n'est pas comme tel mentionné aux paragraphes 3(1) et 27(1), il fut écrit par le Juge MacDonall dans l'affaire British Columbia v. Mihaljevic: The case-law has interpreted the statutory provisions in such a way that "copying" is an essential ingredient of infringement 1. Le fait de copier va au-delà de la reproduction littérale; la copie n'a pas à être servile et la présence de similarité entre deux oeuvres doit être telle, que 1 (1989), 26 C.P.R. (3d) 184 à 189 (B.C.S.C.), affirmée (1991), 36 C.P.R. (3d) 445 (B.C. C.A.), permission d'en appeler à S.C.C. refusée (1992), 39 C.P.R. (3d) v (note) (S.C.C.).

5 l'on pourra dire que le premier ouvrage se retrouve reproduit dans le second. Pour qu'une oeuvre soit contrefactrice elle n'a pas à être une simple copie de l'original. (1) Partie importante (substantial part) (voir article 3(1)). Il n'y a pas de violation de droit d'auteur à moins que la matière produite ou reproduite constitue la totalité ou au moins une partie importante de l'oeuvre contrefaite. Ce qui constitue une "partie importante" est une question de faits et à cet égard, les tribunaux ont donné plus d'emphase sur la qualité de ce qui était pris de l'oeuvre originale que sur la quantité. (2) Imitation déguisée (voir article 2 définition de "contrefaçon"). Ce concept ne peut pas être facilement défini puisqu'il s'applique à plusieurs situations. Le fait de savoir si une oeuvre est une imitation déguisée ou un original légitime dépendra des circonstances. (b) Accès à l'oeuvre copiée. Une ressemblance frappante entre deux oeuvres ne suffit pas à démontrer le plagiat. Bien qu'il soit reconnu qu'il puisse y avoir contrefaçon de droit d'auteur par copie inconsciente, il doit y avoir preuve d'accès à l'oeuvre copiée ou un lien entre les deux oeuvres pour que la cour conclut à la contrefaçon. Une preuve d'accès n'est pas suffisante en soi; une preuve de copie d'une partie importante de l'oeuvre protégée doit aussi être faite. Parce que le droit d'auteur n'interdit que la "copie", il demeure possible pour toute personne de créer indépendamment une oeuvre dont le résultat sera semblable ou même identique à une autre oeuvre préalablement créée. Ainsi, en matière de création de logiciel, il est possible pour des programmeurs de créer un logiciel ayant comme objectif telle ou telle utilité. En autant que les programmeurs n'aient pas accès au code source du premier logiciel, ils pourront indépendamment créer une oeuvre originale qui, bien que faisant les mêmes fonctions que le premier programme d'ordinateur, n'en sera pas pour autant une copie ni une contrefaçon au sens de la Loi. L'absence de contrefaçon de droit d'auteur n'exclut pas les recours en concurrence déloyale. (C) Contrefaçon indirecte. Le paragraphe 27(4) se lit comme suit: Est considéré comme ayant porté atteinte au droit d'auteur quiconque, selon le cas:

6 (a) vend ou loue, ou commercialement met ou offre en vente ou en location; (b) met en circulation, soit dans un but commerical, soit de façon à porter préjudice au titulaire du droit d'auteur; (c) expose commercialement en public; (d) importe pour la vente ou la location au Canada, une oeuvre qui, à sa connaissance, viole le droit d'auteur ou le violerait si elle avait été produite au Canada. Le paragraphe 27(4) considère certains usages commerciaux comme des contrefaçons. Ces usages sont le fait de vendre, de louer (para. 27(4)(a)), de mettre en circulation dans un but commercial (para. 27(4)(b)), d'exposer commercialement (para. 27(4)(c)) et d'importer dans le but de vendre ou louer (para. 27(4)(d)) des oeuvres connues comme contrefactrices. Appliquant les règles énoncées aux paragraphes 27(1) et (4) aux programmes d'ordinateur, l'on peut dire qu'une personne porte atteinte aux droits d'auteur en vertu du paragraphe 27(1) si, sans permission, elle reproduit un programme d'ordinateur protégé; elle porte également atteinte aux droits d'auteur en vertu du paragraphe 27(4) si elle fait certains usages sans permission, d'un programme d'ordinateur, sachant qu'il fut reproduit contrairement aux dispositions du paragraphe 27(1). Il ne peut y avoir de contrefaçon indirecte qu'à l'endroit d'un programme d'ordinateur violant un droit d'auteur subsistant validement ou d'un programme d'ordinateur qui violerait un droit d'auteur s'il avait été fait au Canada. Tel que précédemment mentionné, le paragraphe 27(4) requiert une connaissance de la part du présumé contrefacteur qui fait usage du programme d'ordinateur de l'une des manières décrites au paragraphe 27(4) à l'effet que le programme viole un droit d'auteur. L'expression "connaissance" sous le paragraphe 27(4) doit s'interpréter comme: connaissance par une personne raisonnable qu'une violation d'un droit d'auteur a été commise 1. La nécessité de la connaissance s'applique non seulement à une violation en vertu du paragraphe (d), mais aussi en vertu des paragraphes (a), (b) et (c). (i) Vente ou location. 1 Clarke, Irwin & Co. vs. C. Cole & Co. (1959), 33 C.P.R. 173 p. 181 (Ont. H.C.), per Spence J.

7 Sous le paragraphe 27(4)(a), un droit d'auteur est présumé violé par une personne qui vend ou loue ou qui expose commercialement ou offre à vendre ou à louer toute oeuvre qui à sa connaissance viole un droit d'auteur ou le violerait si l'oeuvre avait été faite au Canada. Par exemple, la location ou la vente d'un programme d'ordinateur qui est une copie d'un programme d'ordinateur protégé, constitue une contrefaçon sous ce paragraphe. De plus, si le logiciel a été reproduit par la même personne sans permission, le paragraphe 27(1) constituerait un fondement additionnel pour une action en contrefaçon. (ii) Mise en circulation. Sous le paragraphre 27(4)(b), le droit d'auteur est violé par toute personne qui distribue sans permission, soit dans un but commercial ou au point de porter préjudice au titulaire du droit d'auteur, toute oeuvre qui, à la connaissance de cette personne viole le droit d'auteur ou le violerait si l'oeuvre avait été produite au Canada. Par exemple, le fait de donner un logiciel (ce qui n'est pas interdit par le paragraphe 27(4)(a)) pourrait constituer une violation sous le paragraphe 27(4)(b) en autant que ce soit fait de façon à causer un préjudice au titulaire du droit d'auteur ou dans un but commercial. (iii) Exposition commerciale. Sous le paragraphe 27(4)(c), le droit d'auteur est réputé violé par une personne qui commercialement expose, sans permission, en public toute oeuvre qui à sa connaissance viole un droit d'auteur ou le violerait si l'oeuvre avait été faite au Canada. (iv) Importation. Sous le paragraphe 27(4)(d), le droit d'auteur est présumé violé par une personne qui importe, sans permission, dans le but de vendre ou de louer au Canada une oeuvre qui, à sa connaissance, viole le droit d'auteur ou le violerait si l'oeuvre avait été faite au Canada. Bien que des logiciels peuvent être légalement fabriqués et vendus dans d'autres pays, c'est une contrefaçon que de les importer dans un but de vente ou de location au Canada sans l'autorisation du titulaire du droit d'auteur au Canada. (D) Défense à une action en contrefaçon.

8 (i) Programmes d'ordinateurs. Les paragraphes 27(2)(l) et 27(2)(m) de la Loi traitent d'exceptions relatives à la reproduction de programmes d'ordinateurs. Ces paragraphes furent introduits à la Loi en 1988 en même temps que furent introduits les amendements reconnaissant que les programmes d'ordinateurs pouvaient être protégés à titre d'oeuvre littéraire. Le paragraphe 27(2)(l) considère que ce n'est pas une violation du droit d'auteur que de faire une reproduction en un exemplaire de la copie d'un programme d'ordinateur. Cette reproduction peut se faire soit par adaptation, modification, conversion ou traduction du programme d'ordinateur dans un autre langage informatique. Toutefois, de façon à ce que l'exception s'applique, la personne qui entend s'en prévaloir, doit prouver qu'elle est propriétaire d'un exemple autorisé du programme d'ordinateur, que c'est elle qui a produit la copie, que la reproduction est destinée à assurer la compatibilité du programme d'ordinateur avec un ordinateur donné, que la reproduction est pour son usage personnel, et que la reproduction est détruite immédiatement lorsque la personne cesse d'être la propriétaire de l'exemplaire autorisé du programme d'ordinateur. Il est à noter que le texte anglais stipule qu'une telle reproduction doit être essentielle, à savoir, absolument nécessaire et indispensable pour la compatibilité du programme d'ordinateur avec un ordinateur donné, et pas seulement utile ou constituant une amélioration. Le texte français semble moins contraignant puisqu'on n'exige seulement de la reproduction qu'elle "assure la compatibilité du programme". L'exception ne s'applique qu'à l'endroit du propriétaire d'un exemplaire autorisé du programme d'ordinateur par opposition à un licencié d'une tel exemplaire. C'est une pratique assez courante dans le domaine informatique de ne pas céder la propriété de l'exemplaire du programme d'ordinateur remis au client, mais plutôt d'accorder une permission pour son usage. S'il n'y a pas eu vente de l'exemplaire du programme d'ordinateur mais simplement permission d'usage, alors, l'exception prévue au paragraphe 27(2)(l) n'est pas applicable. Le paragraphe 27(2)(m) considère que ce n'est pas une contrefaçon de faire une copie de sauvegarde d'un exemplaire autorisé d'un programme d'ordinateur ou de la copie visée au paragraphe 27(2)(l). Pour que cette exception s'applique, trois conditions doivent être rencontrées à savoir, la personne qui est propriétaire de l'exemplaire autorisé du programme d'ordinateur est celle qui produit la copie de sauvegarde, cette copie de sauvegarde doit être unique et doit être détruite immédiatement lorsque

9 cette personne n'est plus propriétaire de cet exemplaire autorisé du programme d'ordinateur. Les exceptions des paragraphes 27(2)(l) et (m) ne s'appliquent qu'au propriétaire d'un exemplaire autorisé du logiciel. De plus, il n'y a pas de période de grâce, la copie de sauvegarde doit être immédiatement détruite lorsque la personne ayant fait la reproduction cesse d'être propriétaire de l'exemplaire autorisé du programme d'ordinateur. De plus, celui qui veut se prévaloir de ces exceptions a le fardeau de démontrer que les conditions stipulées aux paragraphes 27(2)(l) et (m) sont rencontrées.

10 ROBIC, un groupe d'avocats et d'agents de brevets et de marques de commerce voué depuis 1892 à la protection et à la valorisation de la propriété intellectuelle dans tous les domaines: brevets, dessins industriels et modèles utilitaires; marques de commerce, marques de certification et appellations d'origine; droits d'auteur, propriété littéraire et artistique, droits voisins et de l'artiste interprète; informatique, logiciels et circuits intégrés; biotechnologies, pharmaceutiques et obtentions végétales; secrets de commerce, know-how et concurrence; licences, franchises et transferts de technologies; commerce électronique, distribution et droit des affaires; marquage, publicité et étiquetage; poursuite, litige et arbitrage; vérification diligente et audit; et ce, tant au Canada qu'ailleurs dans le monde. La maîtrise des intangibles. ROBIC, a group of lawyers and of patent and trademark agents dedicated since 1892 to the protection and the valorization of all fields of intellectual property: patents, industrial designs and utility patents; trademarks, certification marks and indications of origin; copyright and entertainment law, artists and performers, neighbouring rights; computer, software and integrated circuits; biotechnologies, pharmaceuticals and plant breeders; trade secrets, know-how, competition and anti-trust; licensing, franchising and technology transfers; e- commerce, distribution and business law; marketing, publicity and labelling; prosecution litigation and arbitration; due diligence; in Canada and throughout the world. Ideas live here. COPYRIGHTER IDEAS LIVE HERE IL A TOUT DE MÊME FALLU L'INVENTER! LA MAÎTRISE DES INTANGIBLES LEGER ROBIC RICHARD NOS FENÊTRES GRANDES OUVERTES SUR LE MONDE DES AFFAIRES PATENTER R ROBIC ROBIC + DROIT +AFFAIRES +SCIENCES +ARTS ROBIC ++++ ROBIC +LAW +BUSINESS +SCIENCE +ART THE TRADEMARKER GROUP TRADEMARKER VOS IDÉES À LA PORTÉE DU MONDE, DES AFFAIRES À LA GRANDEUR DE LA PLANÈTE YOUR BUSINESS IS THE WORLD OF IDEAS; OUR BUSINESS BRINGS YOUR IDEAS TO THE WORLD

LE PARTAGE DE FICHIERS MUSICAUX SUR L INTERNET EST TOUJOURS LÉGAL, DU MOINS POUR MAINTENANT

LE PARTAGE DE FICHIERS MUSICAUX SUR L INTERNET EST TOUJOURS LÉGAL, DU MOINS POUR MAINTENANT 1 LE PARTAGE DE FICHIERS MUSICAUX SUR L INTERNET EST TOUJOURS LÉGAL, DU MOINS POUR MAINTENANT Par Bob H. Sotiriadis et France Lessard * LEGER ROBIC RICHARD, Lawyers ROBIC, Patent & Trademark Agents Centre

Plus en détail

PROJET DE LOI C-38, LOI MODIFIANT LA LOI SUR LA COUR FEDERALE, ETC...

PROJET DE LOI C-38, LOI MODIFIANT LA LOI SUR LA COUR FEDERALE, ETC... PROJET DE LOI C-38, LOI MODIFIANT LA LOI SUR LA COUR FEDERALE, ETC... Hugues G. Richard * LEGER ROBIC RICHARD, avocats ROBIC, agents de brevets et de marques de commerce Centre CDP Capital 1001 Square-Victoria

Plus en détail

L OBLIGATION D IMMATRICULATION D UNE SOCIÉTÉ ÉTRANGÈRE AU QUÉBEC

L OBLIGATION D IMMATRICULATION D UNE SOCIÉTÉ ÉTRANGÈRE AU QUÉBEC 1 L OBLIGATION D IMMATRICULATION D UNE SOCIÉTÉ ÉTRANGÈRE AU QUÉBEC Par Alexandra Steele * LEGER ROBIC RICHARD, Lawyers ROBIC, Patent & Trademark Agents Centre CDP Capital 1001 Square-Victoria - Bloc E

Plus en détail

STRATÉGIE POUR LA PROTECTION D UNE INVENTION PREMIÈRE PARTIE : LA PROTECTION AU CANADA

STRATÉGIE POUR LA PROTECTION D UNE INVENTION PREMIÈRE PARTIE : LA PROTECTION AU CANADA STRATÉGIE POUR LA PROTECTION D UNE INVENTION PREMIÈRE PARTIE : LA PROTECTION AU CANADA MICHEL BÉLANGER * ROBIC, S.E.N.C.R.L. AVOCATS, AGENTS DE BREVETS ET DE MARQUES DE COMMERCE Établir la meilleure stratégie

Plus en détail

LOI CANADIENNE SUR LES MARQUES DE COMMERCE ANNOTÉE

LOI CANADIENNE SUR LES MARQUES DE COMMERCE ANNOTÉE LOI CANADIENNE SUR LES MARQUES DE COMMERCE ANNOTÉE Hugues G. Richard et Laurent Carrière * LEGER ROBIC RICHARD, avocats ROBIC, agents de brevets et de marques de commerce Centre CDP Capital 1001 Square-Victoria

Plus en détail

BIENVENUE AU FINANCEMENT PARTICIPATIF EN CAPITAL!

BIENVENUE AU FINANCEMENT PARTICIPATIF EN CAPITAL! BIENVENUE AU FINANCEMENT PARTICIPATIF EN CAPITAL! VINCENT BERGERON ET MARTIN GAUTHIER * AVOCATS, AGENTS DE BREVETS ET DE MARQUES DE COMMERCE «Le financement participatif par l émission de titres au Canada

Plus en détail

QUELQUES RENSEIGNEMENTS UTILES RELATIVEMENT AUX CESSIONS ET CHANGEMENTS DE NOMS AFFECTANT UNE MARQUE DE COMMERCE

QUELQUES RENSEIGNEMENTS UTILES RELATIVEMENT AUX CESSIONS ET CHANGEMENTS DE NOMS AFFECTANT UNE MARQUE DE COMMERCE QUELQUES RENSEIGNEMENTS UTILES RELATIVEMENT AUX CESSIONS ET CHANGEMENTS DE NOMS AFFECTANT UNE MARQUE DE COMMERCE Laurent Carrière* LEGER ROBIC RICHARD, S.E.N.C.R.L. Avocats, agents de brevets et de marques

Plus en détail

LES CAHIERS DE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE MAI 2001 VOL. 13 N O 3 PRÉSENTATION

LES CAHIERS DE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE MAI 2001 VOL. 13 N O 3 PRÉSENTATION 1 LES CAHIERS DE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE MAI 2001 VOL. 13 N O 3 PRÉSENTATION Laurent Carrière * LEGER ROBIC RICHARD, avocats ROBIC, agents de brevets et de marques de commerce Centre CDP Capital 1001

Plus en détail

LES DÉTENTEURS DE DROITS DANS UNE MARQUE DE COMMERCE DEVRAIENT SE PRÉOCCUPER DE L'ENTRÉE EN VIGUEUR DU NOUVEAU DOMAINE DE TÊTE.BIZ

LES DÉTENTEURS DE DROITS DANS UNE MARQUE DE COMMERCE DEVRAIENT SE PRÉOCCUPER DE L'ENTRÉE EN VIGUEUR DU NOUVEAU DOMAINE DE TÊTE.BIZ 1 LES DÉTENTEURS DE DROITS DANS UNE MARQUE DE COMMERCE DEVRAIENT SE PRÉOCCUPER DE L'ENTRÉE EN VIGUEUR DU NOUVEAU DOMAINE DE TÊTE.BIZ Marcel Naud * LEGER ROBIC RICHARD, S.E.N.C.R.L. Avocats, agents de brevets

Plus en détail

VIOLATION DU DROIT D'AUTEUR SUR LES PROGRAMMES D'ORDINATEUR

VIOLATION DU DROIT D'AUTEUR SUR LES PROGRAMMES D'ORDINATEUR VIOLATION DU DROIT D'AUTEUR SUR LES PROGRAMMES D'ORDINATEUR par Hugues G. Richard * LEGER ROBIC RICHARD, avocats ROBIC, agents de brevets et de marques de commerce Centre CDP Capital 1001 Square-Victoria

Plus en détail

CE QUE TOUT CHIMISTE AVERTI DEVRAIT SAVOIR SUR LES BREVETS. MINI GUIDE DU DÉPOSANT - PARTIE II

CE QUE TOUT CHIMISTE AVERTI DEVRAIT SAVOIR SUR LES BREVETS. MINI GUIDE DU DÉPOSANT - PARTIE II CE QUE TOUT CHIMISTE AVERTI DEVRAIT SAVOIR SUR LES BREVETS. MINI GUIDE DU DÉPOSANT - PARTIE II LAURENCE BOURGET-MERLE ET ZHEN WONG * ROBIC, S.E.N.C.R.L. AVOCATS, AGENTS DE BREVETS ET DE MARQUES Dans la

Plus en détail

UNE MENTION SUR UN SITE WEB PEUT SUFFIRE À AVISER UNE PARTIE À UN CONTRAT D'ADHÉSION D'AMENDEMENTS À CE CONTRAT

UNE MENTION SUR UN SITE WEB PEUT SUFFIRE À AVISER UNE PARTIE À UN CONTRAT D'ADHÉSION D'AMENDEMENTS À CE CONTRAT 1 UNE MENTION SUR UN SITE WEB PEUT SUFFIRE À AVISER UNE PARTIE À UN CONTRAT D'ADHÉSION D'AMENDEMENTS À CE CONTRAT Marcel Naud * LEGER ROBIC RICHARD, avocats, ROBIC, agents de brevets et de marques Centre

Plus en détail

LA DEMANDE DE BREVET INTERNATIONALE (PCT): UNE STRATÉGIE DE CHOIX POUR UNE PROTECTION MAXIMALE À L'ÉTRANGER

LA DEMANDE DE BREVET INTERNATIONALE (PCT): UNE STRATÉGIE DE CHOIX POUR UNE PROTECTION MAXIMALE À L'ÉTRANGER LA DEMANDE DE BREVET INTERNATIONALE (PCT): UNE STRATÉGIE DE CHOIX POUR UNE PROTECTION MAXIMALE À L'ÉTRANGER DAMIEN CALVET ET LAURENCE BOURGET-MERLE * ROBIC, S.E.N.C.R.L. AVOCATS, AGENTS DE BREVETS ET DE

Plus en détail

BREVET DANS LE DOMAINE PHARMACEUTIQUE PREMIÈRE PARTIE : COMMENT PROTÉGER UN MÉDICAMENT?

BREVET DANS LE DOMAINE PHARMACEUTIQUE PREMIÈRE PARTIE : COMMENT PROTÉGER UN MÉDICAMENT? BREVET DAS LE DOMAIE PHARMACEUTIQUE PREMIÈRE PARTIE : COMMET PROTÉGER U MÉDICAMET? DAMIE CALVET ET LAURECE BOURGET-MERLE * ROBIC, S.E..C.R.L. AVOCATS, AGETS DE BREVETS ET DE MARQUES L une des branches

Plus en détail

OÙ S'ARRÊTENT LES SANCTIONS POUR LE PROPRIÉTAIRE DE MARQUE QUI VIOLE LES DISPOSITIONS D'UNE LOI AUTRE QUE LA LOI SUR LES MARQUES DE COMMERCE?

OÙ S'ARRÊTENT LES SANCTIONS POUR LE PROPRIÉTAIRE DE MARQUE QUI VIOLE LES DISPOSITIONS D'UNE LOI AUTRE QUE LA LOI SUR LES MARQUES DE COMMERCE? OÙ S'ARRÊTENT LES SANCTIONS POUR LE PROPRIÉTAIRE DE MARQUE QUI VIOLE LES DISPOSITIONS D'UNE LOI AUTRE QUE LA LOI SUR LES MARQUES DE COMMERCE? Barry Gamache * LEGER ROBIC RICHARD, avocats ROBIC, agents

Plus en détail

POURSUITE POUR LOGICIELS ESPIONS/PUBLICITAIRES REJETÉE, FAUTE DE COMPÉTENCE DES COURS CANADIENNES

POURSUITE POUR LOGICIELS ESPIONS/PUBLICITAIRES REJETÉE, FAUTE DE COMPÉTENCE DES COURS CANADIENNES 1 POURSUITE POUR LOGICIELS ESPIONS/PUBLICITAIRES REJETÉE, FAUTE DE COMPÉTENCE DES COURS CANADIENNES Alexandra Steele* LEGER ROBIC RICHARD, S.E.N.C.R.L. Avocats, agents de brevets et de marques Centre CDP

Plus en détail

PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE ET SOUS-TRAITANCE

PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE ET SOUS-TRAITANCE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE ET SOUS-TRAITANCE Hugues G. Richard * LEGER ROBIC RICHARD, avocats ROBIC, agents de brevets et de marques de commerce Centre CDP Capital 1001 Square-Victoria Bloc E - 8 e étage

Plus en détail

L AUTOROUTE VERTE OU COMMENT OBTENIR PLUS RAPIDEMENT DES BREVETS «VERTS»

L AUTOROUTE VERTE OU COMMENT OBTENIR PLUS RAPIDEMENT DES BREVETS «VERTS» L AUTOROUTE VERTE OU COMMENT OBTENIR PLUS RAPIDEMENT DES BREVETS «VERTS» MARINE KÉRARON * ROBIC, S.E.N.C.R.L. AVOCATS, AGENTS DE BREVETS ET DE MARQUES DE COMMERCE Depuis le 3 mars 2011 au Canada, il est

Plus en détail

LES PÉRIPÉTIES D UN MANUSCRIT

LES PÉRIPÉTIES D UN MANUSCRIT LES PÉRIPÉTIES D UN MANUSCRIT Alexandra Steele * LEGER ROBIC RICHARD, avocats ROBIC, agents de brevets et de marques de commerce Centre CDP Capital 1001 Square-Victoria Bloc E - 8 e étage Montréal (Québec)

Plus en détail

CE QUE TOUT CHIMISTE AVERTI DEVRAIT SAVOIR SUR LES BREVETS III L'ARTICLE SCIENTIFIQUE, UN EXCELLENT OUTIL POUR LA RÉDACTION D UNE DEMANDE DE BREVET

CE QUE TOUT CHIMISTE AVERTI DEVRAIT SAVOIR SUR LES BREVETS III L'ARTICLE SCIENTIFIQUE, UN EXCELLENT OUTIL POUR LA RÉDACTION D UNE DEMANDE DE BREVET CE QUE TOUT CHIMISTE AVERTI DEVRAIT SAVOIR SUR LES BREVETS III L'ARTICLE SCIENTIFIQUE, UN EXCELLENT OUTIL POUR LA RÉDACTION D UNE DEMANDE DE BREVET DAMIEN CALVET * ROBIC,, S.E.N.C.R.L. AVOCATS, AGENTS

Plus en détail

COMMENT PROTÉGER L UTILISATION DES LOGICIELS ET DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION?

COMMENT PROTÉGER L UTILISATION DES LOGICIELS ET DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION? COMMENT PROTÉGER L UTILISATION DES LOGICIELS ET DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION? Hugues G. Richard * LEGER ROBIC RICHARD, avocats ROBIC, agents de brevets et de marques de commerce Centre CDP Capital

Plus en détail

LA BREVETABILITÉ DÉFINITIONS BREVETABILITÉ

LA BREVETABILITÉ DÉFINITIONS BREVETABILITÉ LA BREVETABILITÉ Nathalie Jodoin et Nicolas Pellemans * LEGER ROBIC RICHARD, avocats ROBIC, agents de brevets et de marques de commerce Centre CDP Capital 1001 Square-Victoria Bloc E - 8 e étage Montréal

Plus en détail

DANS QUELLES CIRCONSTANCES LA DIVULGATION OU COMMUNICATION D'UNE INVENTION EN FAIT-ELLE PERDRE LA BREVETABILITÉ?

DANS QUELLES CIRCONSTANCES LA DIVULGATION OU COMMUNICATION D'UNE INVENTION EN FAIT-ELLE PERDRE LA BREVETABILITÉ? 1 DANS QUELLES CIRCONSTANCES LA DIVULGATION OU COMMUNICATION D'UNE INVENTION EN FAIT-ELLE PERDRE LA BREVETABILITÉ? par Bob H. Sotiriadis et Philippe Laporte * LEGER ROBIC RICHARD, Avocats ROBIC, Agents

Plus en détail

À QUI APPARTIENT L INVENTION RÉALISÉE PAR UN EMPLOYÉ AU CANADA?

À QUI APPARTIENT L INVENTION RÉALISÉE PAR UN EMPLOYÉ AU CANADA? À QUI APPARTIENT L INVENTION RÉALISÉE PAR UN EMPLOYÉ AU CANADA? MICHEL BÉLANGER ET CLÉA IAVARONE-TURCOTTE * ROBIC, S.E.N.C.R.L. AVOCATS, AGENTS DE BREVETS ET DE MARQUES À qui appartient l invention réalisée

Plus en détail

LES MARQUES OLYMPIQUES ET PARALYMPIQUES : UNE PROTECTION EN OR

LES MARQUES OLYMPIQUES ET PARALYMPIQUES : UNE PROTECTION EN OR LES MARQUES OLYMPIQUES ET PARALYMPIQUES : UNE PROTECTION EN OR CATHERINE BERGERON * LEGER ROBIC RICHARD, S.E.N.C.R.L. AVOCATS ET AGENTS D EBREVETS ET DE MARQUES DE COMMERCE 1. Introduction Pour l amateur

Plus en détail

GESTION ET MAINTIEN DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

GESTION ET MAINTIEN DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE 1 GESTION ET MAINTIEN DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE Louis-Pierre Gravelle * LEGER ROBIC RICHARD, avocats ROBIC, agents de brevets et de marques de commerce Centre CDP Capital 1001 Square-Victoria Bloc

Plus en détail

LES CAHIERS DE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE OCTOBRE 2006 VOL. 18 N O 3 PRÉSENTATION

LES CAHIERS DE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE OCTOBRE 2006 VOL. 18 N O 3 PRÉSENTATION 1 LES CAHIERS DE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE OCTOBRE 2006 VOL. 18 N O 3 PRÉSENTATION Laurent Carrière * LEGER ROBIC RICHARD, S.E.N.C.R.L. Avocats, agents de brevets et de marques de commerce Centre CDP Capital

Plus en détail

LES CAHIERS DE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE JANVIER 2004 VOL. 16 N O 2 PRÉSENTATION

LES CAHIERS DE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE JANVIER 2004 VOL. 16 N O 2 PRÉSENTATION LES CAHIERS DE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE JANVIER 2004 VOL. 16 N O 2 PRÉSENTATION Laurent Carrière * LEGER ROBIC RICHARD, avocats ROBIC, agents de brevets et de marques de commerce Centre CDP Capital 1001

Plus en détail

UNE CLAUSE D EXCLUSIVITÉ PAS SUFFISAMMENT MUSCLÉE

UNE CLAUSE D EXCLUSIVITÉ PAS SUFFISAMMENT MUSCLÉE UNE CLAUSE D EXCLUSIVITÉ PAS SUFFISAMMENT MUSCLÉE CATHERINE BERGERON * AVOCATS, AGENTS DE BREVETS ET DE MARQUES DE COMMERCE Introduction 1. Les clauses d exclusivité - généralités 2. L affaire Curves c

Plus en détail

OMC - PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE - CANADA

OMC - PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE - CANADA OMC - PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE - CANADA L'ADHÉSION DU CANADA À L'ACCORD INSTITUANT L'ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE ET LES MODIFICATIONS CONSÉQUENTES AUX LOIS CANADIENNES DE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

Plus en détail

LA PRÉSENCE DU FRANÇAIS DANS L AFFICHAGE PUBLIC AU QUÉBEC

LA PRÉSENCE DU FRANÇAIS DANS L AFFICHAGE PUBLIC AU QUÉBEC LA PRÉSENCE DU FRANÇAIS DANS L AFFICHAGE PUBLIC AU CATHERINE BERGERON * AVOCATS, AGENTS DE BREVETS ET DE MARQUES DE COMMERCE Au printemps 2015, la Cour d appel confirmait que la Charte de la langue française

Plus en détail

LA PERSONNE ÂGÉE ET L'EXERCICE DES DROITS RELIÉS À SA PERSONNE

LA PERSONNE ÂGÉE ET L'EXERCICE DES DROITS RELIÉS À SA PERSONNE LA PERSONNE ÂGÉE ET L'EXERCICE DES DROITS RELIÉS À SA PERSONNE Barry Gamache * LEGER ROBIC RICHARD, avocats ROBIC, agents de brevets et de marques de commerce Centre CDP Capital 1001 Square-Victoria Bloc

Plus en détail

16 QUESTIONS ET RÉPONSES CONCERNANT LES DESSINS INDUSTRIELS

16 QUESTIONS ET RÉPONSES CONCERNANT LES DESSINS INDUSTRIELS 16 QUESTIONS ET RÉPONSES CONCERNANT LES DESSINS INDUSTRIELS par François M. Grenier * LEGER ROBIC RICHARD, avocats ROBIC, agents de brevets et de marques de commerce Centre CDP Capital 1001 Square-Victoria

Plus en détail

BAYH-DOLE: DÉJÀ 30 ANS - LE GOUVERNEMENT DOIT-IL DEMEURER PROPRIÉTAIRE DES BREVETS D'INVENTION DÉCOULANT DE SES SUBVENTIONS?

BAYH-DOLE: DÉJÀ 30 ANS - LE GOUVERNEMENT DOIT-IL DEMEURER PROPRIÉTAIRE DES BREVETS D'INVENTION DÉCOULANT DE SES SUBVENTIONS? BAYH-DOLE: DÉJÀ 30 ANS - LE GOUVERNEMENT DOIT-IL DEMEURER PROPRIÉTAIRE DES BREVETS D'INVENTION DÉCOULANT DE SES SUBVENTIONS? FRANÇOIS PAINCHAUD ET GABRIELLE MOISAN * ROBIC, SENCRL AVOCATS, AGENTS DE BREVETS

Plus en détail

PROTÉGEZ CES DONNÉES QUE JE NE SAURAIS VOIR!

PROTÉGEZ CES DONNÉES QUE JE NE SAURAIS VOIR! PROTÉGEZ CES DONNÉES QUE JE NE SAURAIS VOIR! PIERRE-MARC GENDRON * AVOCATS, AGENTS DE BREVETS ET DE MARQUES DE COMMERCE «Par de pareils objets les âmes sont blessées; et cela fait venir de coupables pensées.»

Plus en détail

1 Hemmett J. Murtha (alors Director of Business Development, IBM Corp) au Licensing Executives

1 Hemmett J. Murtha (alors Director of Business Development, IBM Corp) au Licensing Executives GESTION STRATÉGIQUE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE EN MATIÈRE DE CONTRATS INTERNATIONAUX DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIES ET DE CONTRATS D ENTREPRISES COMMUNES par François Painchaud* LEGER ROBIC RICHARD,

Plus en détail

L ENREGISTRABILITÉ DE LA COULEUR ET DE LA FORME DES COMPRIMÉS

L ENREGISTRABILITÉ DE LA COULEUR ET DE LA FORME DES COMPRIMÉS 1 L ENREGISTRABILITÉ DE LA COULEUR ET DE LA FORME DES COMPRIMÉS Stella Syrianos * LEGER ROBIC RICHARD, avocats ROBIC, agents de brevets et de marques de commerce Centre CDP Capital 1001 Square-Victoria

Plus en détail

DISPOSITIONS GÉNÉRALES. Les présentes normes s'appliquent au gouvernement, aux ministères et aux organismes publics désignés par le gouvernement.

DISPOSITIONS GÉNÉRALES. Les présentes normes s'appliquent au gouvernement, aux ministères et aux organismes publics désignés par le gouvernement. NORMES EN MATIÈRE D'ACQUISITION, D'UTILISATION ET DE GESTION DE DROITS D'AUTEURS DES DOCUMENTS DÉTENUS PAR LE GOUVERNEMENT, LES MINISTÈRES ET LES ORGANISMES PUBLICS DÉSIGNÉS PAR LE GOUVERNEMENT Loi sur

Plus en détail

WARNING TO ALL PIRATES: CHECK YOUR MAILBOX!

WARNING TO ALL PIRATES: CHECK YOUR MAILBOX! WARNING TO ALL PIRATES: CHECK YOUR MAILBOX! JEAN-SÉBASTIEN RODRIGUEZ-PAQUETTE * LAWYERS, PATENT AND TRADE-MARK AGENTS Canadian Internet users who illegally download content are now even more likely to

Plus en détail

L AFFAIRE DUNKIN DONUTS: BEIGNES ET CAFÉS POUR 11 MILLIONS $

L AFFAIRE DUNKIN DONUTS: BEIGNES ET CAFÉS POUR 11 MILLIONS $ L AFFAIRE DUNKIN DONUTS: BEIGNES ET CAFÉS POUR 11 MILLIONS $ MARIE-ÈVE CÔTÉ ET CAMILLE AUBIN * AVOCATS, AGENTS DE BREVETS ET DE MARQUES DE COMMERCE En avril 2015, la Cour d appel du Québec condamna le

Plus en détail

PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE SUR L'INTERNET

PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE SUR L'INTERNET PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE SUR L'INTERNET par Hugues G. Richard * LEGER ROBIC RICHARD, avocats ROBIC, agents de brevets et de marques de commerce Centre CDP Capital 1001 Square-Victoria Bloc E - 8 e étage

Plus en détail

LE CONTRAT DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIES

LE CONTRAT DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIES LE CONTRAT DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIES par Bob H. Sotiriadis * LEGER ROBIC RICHARD, avocats ROBIC, agents de brevets et de marques de commerce Centre CDP Capital 1001 Square-Victoria Bloc E - 8 e étage

Plus en détail

La propriété des œuvres réalisées par les salariés dans le cadre de leur contrat de travail

La propriété des œuvres réalisées par les salariés dans le cadre de leur contrat de travail DIVERS La propriété des œuvres réalisées par les salariés dans le cadre de leur contrat de travail INTRODUCTION De multiples créations sont réalisées dans le cadre des entreprises par leurs salariés. Il

Plus en détail

LES CONSÉQUENCES DES DERNIÈRES MODIFICATIONS À LA LOI SUR LE DROIT D'AUTEUR DU CANADA

LES CONSÉQUENCES DES DERNIÈRES MODIFICATIONS À LA LOI SUR LE DROIT D'AUTEUR DU CANADA LES CONSÉQUENCES DES DERNIÈRES MODIFICATIONS À LA LOI SUR LE DROIT D'AUTEUR DU CANADA Hugues G. Richard * LEGER ROBIC RICHARD, avocats ROBIC, agents de brevets et de marques de commerce Centre CDP Capital

Plus en détail

Propriété, protection et valorisation des Résultats des recherches réalisées au sein de l'université de Liège. 1. Règlement général : actualisation

Propriété, protection et valorisation des Résultats des recherches réalisées au sein de l'université de Liège. 1. Règlement général : actualisation Conseil d'administration DOC. 17.908bis/CA/18.11.2015 Propriété, protection et valorisation des Résultats des recherches réalisées au sein de l'université de Liège 1. Règlement général : actualisation

Plus en détail

LES MODES DE RÉMUNÉRATION DANS LES CONTRATS DE TRANSFERTS DE TECHNOLOGIE

LES MODES DE RÉMUNÉRATION DANS LES CONTRATS DE TRANSFERTS DE TECHNOLOGIE LES MODES DE RÉMUNÉRATION DANS LES CONTRATS DE TRANSFERTS DE TECHNOLOGIE par Thierry Orlhac * LEGER ROBIC RICHARD, avocats ROBIC, agents de brevets et de marques de commerce Centre CDP Capital 1001 Square-Victoria

Plus en détail

TRAITÉ DE L'OMPI SUR LE DROIT D'AUTEUR. adopté à Genève le 20 décembre 1996. Article 1 Rapports avec la Convention de Berne

TRAITÉ DE L'OMPI SUR LE DROIT D'AUTEUR. adopté à Genève le 20 décembre 1996. Article 1 Rapports avec la Convention de Berne TRAITÉ DE L'OMPI SUR LE DROIT D'AUTEUR adopté à Genève le 20 décembre 1996 Article 1 Rapports avec la Convention de Berne 1) Le présent traité constitue un arrangement particulier au sens de l'article

Plus en détail

COMMENT TRANSFÉRER LA PROPRIÉTÉ D UNE INVENTION AU CANADA?

COMMENT TRANSFÉRER LA PROPRIÉTÉ D UNE INVENTION AU CANADA? COMMENT TRANSFÉRER LA PROPRIÉTÉ D UNE INVENTION AU CANADA? MICHEL BÉLANGER * ROBIC, SENCRL AVOCATS, AGENTS DE BREVETS ET DE MARQUES Comment transférer la propriété d une invention au Canada? Un tel transfert

Plus en détail

-17- TABLEAU COMPARATIF. Texte du projet de loi. Article Premier

-17- TABLEAU COMPARATIF. Texte du projet de loi. Article Premier -17- TABLEAU COMPARATIF Code de la propriété intellectuelle Article Premier Article Premier Art. L. 112-3 Les auteurs de traductions, d'adaptations, transformations ou arrangements des oeuvres de l'esprit

Plus en détail

TOUS LES VÉLOS NE NAISSENT PAS ÉGAUX

TOUS LES VÉLOS NE NAISSENT PAS ÉGAUX TOUS LES VÉLOS NE NAISSENT PAS ÉGAUX JULIEN PERRON-PICHÉ * AVOCATS, AGENTS DE BREVETS ET DE MARQUES DE COMMERCE La contrefaçon affecte une large gamme de produits manufacturés, et plus particulièrement

Plus en détail

ARTICLES DU CODE DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE, INSERES ET/OU MODIFIES

ARTICLES DU CODE DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE, INSERES ET/OU MODIFIES ARTICLES DU CODE DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE, INSERES ET/OU MODIFIES PAR LES LOIS 2004-800 DU 06 AOUT 2004 ET 2004-1338 DU 08 DECEMBRE 2004 Article L. 611-10 (modifié par la loi n 2004-1338 du 08 décembre

Plus en détail

PROTÉGER LE DROIT DE PRIORITÉ À UNE INVENTION PAR LE DÉPÔT D'UNE DEMANDE DE BREVET INFORMELLE

PROTÉGER LE DROIT DE PRIORITÉ À UNE INVENTION PAR LE DÉPÔT D'UNE DEMANDE DE BREVET INFORMELLE PROTÉGER LE DROIT DE PRIORITÉ À UNE INVENTION PAR LE DÉPÔT D'UNE DEMANDE DE BREVET INFORMELLE Isabelle Girard* LEGER ROBIC RICHARD, S.E.N.C.R.L. Avocats, agents de brevets et de marques Centre CDP Capital

Plus en détail

LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE À L'HEURE DE L'IMPORT/EXPORT

LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE À L'HEURE DE L'IMPORT/EXPORT LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE À L'HEURE DE L'IMPORT/EXPORT François Painchaud * LEGER ROBIC RICHARD, avocats ROBIC, agents de brevets et de marques de commerce Centre CDP Capital 1001 Square-Victoria Bloc

Plus en détail

L AFFICHAGE DES MARQUES UNIQUEMENT EN ANGLAIS? C EST MAINTENANT POSSIBLE AU QUÉBEC POUR L INSTANT

L AFFICHAGE DES MARQUES UNIQUEMENT EN ANGLAIS? C EST MAINTENANT POSSIBLE AU QUÉBEC POUR L INSTANT L AFFICHAGE DES MARQUES UNIQUEMENT EN ANGLAIS? C EST MAINTENANT POSSIBLE AU POUR L INSTANT STELLA SYRIANOS * AVOCATS, AGENTS DE BREVETS ET DE MARQUES DE COMMERCE Pour l instant, un récent jugement de la

Plus en détail

TESLA MOTORS: COPY US IF YOU WANT

TESLA MOTORS: COPY US IF YOU WANT TESLA MOTORS: COPY US IF YOU WANT JEAN-FRANÇOIS JOURNAULT AND JEAN-SÉBASTIEN RODRIGUEZ PAQUETTE * LAWYERS, PATENT AND TRADE-MARK AGENTS On June 12th, Elon Musk, CEO of the Tesla Motors automaker, issued

Plus en détail

LA LIBERTÉ DE LA PRESSE À L ÈRE NUMÉRIQUE*

LA LIBERTÉ DE LA PRESSE À L ÈRE NUMÉRIQUE* COMPTE RENDU LA LIBERTÉ DE LA PRESSE À L ÈRE NUMÉRIQUE* LOUISE LESÈCHE** AVOCATS, AGENTS DE BREVETS ET DE MARQUES DE COMMERCE L avènement de l Internet a mené ces dernières années au développement de nombreux

Plus en détail

JOINT VENTURE OU PARTENARIAT CESSION ET ACQUISITION COMME MOYENS DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE

JOINT VENTURE OU PARTENARIAT CESSION ET ACQUISITION COMME MOYENS DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE JOINT VENTURE OU PARTENARIAT CESSION ET ACQUISITION COMME MOYENS DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE par Hugues G. Richard * LEGER ROBIC RICHARD, avocats ROBIC, agents de brevets et de marques de commerce Centre

Plus en détail

COMMENT ACCÉLÉRER UNE DEMANDE DE BREVET AU CANADA?

COMMENT ACCÉLÉRER UNE DEMANDE DE BREVET AU CANADA? COMMENT ACCÉLÉRER UNE DEMANDE DE BREVET AU CANADA? GABRIELLE MOISAN ET KARINA LAFLAMME * ROBIC, SENCRL AVOCATS, AGENTS DE BREVETS ET DE MARQUES DE COMMERCE Quelles sont les options pour accélérer l'examen

Plus en détail

QUELLES SONT LES CONSÉQUENCES AU CANADA DE LA COMMUNICATION PUBLIQUE D UNE INVENTION?

QUELLES SONT LES CONSÉQUENCES AU CANADA DE LA COMMUNICATION PUBLIQUE D UNE INVENTION? QUELLES SONT LES CONSÉQUENCES AU CANADA DE LA COMMUNICATION PUBLIQUE D UNE INVENTION? MICHEL BÉLANGER * ROBIC, SENCRL AVOCATS, AGENTS DE BREVETS ET DE MARQUES Ça y est! Eurêka! Après beaucoup de travail

Plus en détail

Changements apportés à la Loi sur le droit d auteur par suite de l adoption du projet de loi C-11 et s appliquant aux services d archives

Changements apportés à la Loi sur le droit d auteur par suite de l adoption du projet de loi C-11 et s appliquant aux services d archives Changements apportés à la Loi sur le droit d auteur par suite de l adoption du projet de loi C-11 et s appliquant aux services d archives Après plusieurs faux départs et des années de discussion et de

Plus en détail

LE LIBELLÉ DES REVENDICATIONS D'USAGE DANS LE DOMAINE PHARMACEUTIQUE AU CANADA ou LE TRIOMPHE DE LA DICHOTOMIE

LE LIBELLÉ DES REVENDICATIONS D'USAGE DANS LE DOMAINE PHARMACEUTIQUE AU CANADA ou LE TRIOMPHE DE LA DICHOTOMIE LE LIBELLÉ DES REVENDICATIONS D'USAGE DANS LE DOMAINE PHARMACEUTIQUE AU CANADA ou LE TRIOMPHE DE LA DICHOTOMIE par Thierry Orlhac * LEGER ROBIC RICHARD, avocats ROBIC, agents de brevets et de marques de

Plus en détail

CONDITIONS D UTILISATION DU FREE FACTORY au 25/11/2015

CONDITIONS D UTILISATION DU FREE FACTORY au 25/11/2015 CONDITIONS D UTILISATION DU FREE FACTORY au 25/11/2015 Article 1 - Définitions Les mots et expressions, ci-après auront, dans le cadre des présentes conditions d utilisation, la signification suivante

Plus en détail

N 126 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1993-1994. Annexe au procès-verbal de la séance du 29 novembre 1993. PROJET DE LOI

N 126 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1993-1994. Annexe au procès-verbal de la séance du 29 novembre 1993. PROJET DE LOI N 126 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1993-1994 Annexe au procès-verbal de la séance du 29 novembre 1993. PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE, portant mise en œuvre de la directive n 91/250/C.E.E.

Plus en détail

LES BREVETS DANS LE DOMAINE PHARMACEUTIQUE, DIFFÉRENTES MANIÈRES DE PROTÉGER UN MÉDICAMENT AU CANADA

LES BREVETS DANS LE DOMAINE PHARMACEUTIQUE, DIFFÉRENTES MANIÈRES DE PROTÉGER UN MÉDICAMENT AU CANADA LES BREVETS DANS LE DOMAINE PHARMACEUTIQUE, DIFFÉRENTES MANIÈRES DE PROTÉGER UN MÉDICAMENT AU CANADA NADIM NOUJEM * AVOCATS, AGENTS DE BREVETS ET DE MARQUES DE COMMERCE Dans sa chronique du numéro de l

Plus en détail

QUE si, l'espèce, l'employeur ne discute pas la nécessité de l'expertise, il conteste le choix ; l'expert qui ne garantit pas les conditions

QUE si, l'espèce, l'employeur ne discute pas la nécessité de l'expertise, il conteste le choix ; l'expert qui ne garantit pas les conditions LA 26 juin COUR 2001. DE Arrêt CASSATION, n 3096. Cassation CHAMBRE partielle. SOCIALE. Formation de section. BULLETIN Pourvoi n 99-18.249. CIVIL. 57117 l'agence Sur le pourvoi Montoy-Flanville, de maintenance

Plus en détail

CONTRAT D HYPOTHÈQUE MOBILIÈRE SUR L UNIVERSALITÉ DES BIENS EN STOCK TABLE DES MATIÈRES

CONTRAT D HYPOTHÈQUE MOBILIÈRE SUR L UNIVERSALITÉ DES BIENS EN STOCK TABLE DES MATIÈRES CONTRAT D HYPOTHÈQUE MOBILIÈRE SUR L UNIVERSALITÉ TABLE DES MATIÈRES PAGE PRÉAMBULE...5 0.00 INTERPRÉTATION...6 0.01 Terminologie...6 0.01.01 Activités...6 0.01.02 Biens en stock...6 0.01.03 Cas de défaut...7

Plus en détail

Contrat de licence d'utilisation de logiciel

Contrat de licence d'utilisation de logiciel Contrat de licence d'utilisation de logiciel Entre les soussignés La société, au capital de euros, ayant son siège social à, immatriculée au Registre du commerce et des sociétés de, le sous le numéro,

Plus en détail

Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers

Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Résumé des dispositions de la directive visant à améliorer l accès à la justice dans les affaires transfrontalières par l établissement de

Plus en détail

LA PROTECTION DE LA MARQUE: LES OBLIGATIONS DU FRANCHISE EN DROIT QUEBECOIS

LA PROTECTION DE LA MARQUE: LES OBLIGATIONS DU FRANCHISE EN DROIT QUEBECOIS LA PROTECTION DE LA MARQUE: LES OBLIGATIONS DU FRANCHISE EN DROIT OIS VANESSA UDY * AVOCATS, AGENTS DE BREVETS ET DE MARQUES DE COMMERCE Le 21 juin 2012, le juge Tingley de la Cour supérieure du Québec

Plus en détail

Preuve de la contrefaçon et propriété scientifique. L exemple du brevet

Preuve de la contrefaçon et propriété scientifique. L exemple du brevet Preuve de la contrefaçon et propriété scientifique L exemple du brevet Disparité entre l approche grand public et les définitions juridiques POUR LE PUBLIC, la contrefaçon est identifiée au commerce d

Plus en détail

Le droit du "design"

Le droit du design Table des matières Le droit du "design" 5 - Les contrats liés au design 5.1 - La cession d'un design. 5.2 - Le contrat de commande. 5.3 - licences. 5.4 - design et créations des salariés. 5.4.1 - La création

Plus en détail

LOGICIELS LIBRES ET OUVERTS. Convention de licence libre de l administration québécoise

LOGICIELS LIBRES ET OUVERTS. Convention de licence libre de l administration québécoise LOGICIELS LIBRES ET OUVERTS Convention de licence libre de l administration québécoise Application Présentation Justification [1] La Convention de licence libre de l Administration québécoise (CLLAQ) est

Plus en détail

Conditions d'octroi de licence de logiciel WIELAND Dental + Technik GmbH & Co. KG relative à la cession du logiciel pour une durée illimitée

Conditions d'octroi de licence de logiciel WIELAND Dental + Technik GmbH & Co. KG relative à la cession du logiciel pour une durée illimitée Conditions d'octroi de licence de logiciel WIELAND Dental + Technik GmbH & Co. KG relative à la cession du logiciel pour une durée illimitée Version : avril 2014 A. Conditions générales d'octroi de licence

Plus en détail

LINAK A/S Contrat de licence d'utilisateur final

LINAK A/S Contrat de licence d'utilisateur final LINAK A/S Contrat de licence d'utilisateur final Introduction Ce contrat de licence d'utilisateur final est valable - si rien d'autre n'est expressément stipulé, pour tous les accords conclus avec le client

Plus en détail

LES RISQUES DE CONTREFAÇON DE BREVETS DANS LE DOMAINE AÉROSPATIAL

LES RISQUES DE CONTREFAÇON DE BREVETS DANS LE DOMAINE AÉROSPATIAL LES RISQUES DE CONTREFAÇON DE BREVETS DANS LE DOMAINE AÉROSPATIAL ADAM MIZERA * ROBIC, SENCRL AVOCATS, AGENTS DE BREVETS ET DE MARQUES DE COMMERCE Des grands joueurs du domaine aérospatial comme Rolls-Royce,

Plus en détail

ACCORD ADMINISTRATIF. La Commission des Opérations de Bourse ("COB") et la Commodity Futures Trading Commission ("CFTC");

ACCORD ADMINISTRATIF. La Commission des Opérations de Bourse (COB) et la Commodity Futures Trading Commission (CFTC); REPUBLIQUE COMMISSION DE BOURSE FRANCAISE DES OPERATIONS UNITED STATES COMMODITY FUTURES TRADING COMMISSION ACCORD ADMINISTRATIF La Commission des Opérations de Bourse ("COB") et la Commodity Futures Trading

Plus en détail

Le mandat donné en prévision d une inaptitude

Le mandat donné en prévision d une inaptitude Le mandat donné en prévision d une inaptitude Avez-vous déjà pensé à ce qui arriverait si un jour, à cause d'une maladie ou encore d'un accident, vous n'étiez plus apte à vous occuper de votre personne

Plus en détail

Bonnes pratiques et respect du droit d auteur

Bonnes pratiques et respect du droit d auteur Bonnes pratiques et respect du droit d auteur Présenté par Hélène Lauzon, MBibl. 2011 2 Propriété intellectuelle ou droit d auteur? La propriété intellectuelle inclut : Le droit d auteur, Les droits voisins

Plus en détail

Contrat d agent associé

Contrat d agent associé Contrat d agent associé Entre : L EMPIRE, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE (ci-après nommée «Empire Vie») et (ci-après nommé «agent associé») Adresse civique : Ville ou municipalité : Province : Code postal :

Plus en détail

Un DESIGN, mode d'emploi

Un DESIGN, mode d'emploi "Dessin & Modèle" ou "Design"? Un DESIGN, mode d'emploi Selon la loi qui s'applique, on parlera soit de dessins & modèles, soit de designs. Le choix des termes "Dessins & modèles" permet de distinguer

Plus en détail

Loi sur les dessins et modèles

Loi sur les dessins et modèles Loi sur les dessins et modèles (no 125 du 13 avril 1959, modifiée en dernier lieu par la loi no 116 de 1994)* TABLE DES MATIÈRES** Chapitre I er : Chapitre III : Chapitre III : Chapitre IV : Section 1

Plus en détail

ENTENTE SUR LES LICENCES DE LOGICIELS CANON

ENTENTE SUR LES LICENCES DE LOGICIELS CANON ENTENTE SUR LES LICENCES DE LOGICIELS CANON IMPORTANT ( VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT LA PRÉSENTE ENTENTE AVANT D'INSTALLER LE LOGICIEL! Le présent document constitue un accord juridique (" Entente ") entre

Plus en détail

ARBITRAGE ET RECOURS COLLECTIFS AU QUÉBEC

ARBITRAGE ET RECOURS COLLECTIFS AU QUÉBEC ARBITRAGE ET RECOURS COLLECTIFS AU QUÉBEC LA COUR D APPEL CONFIRME QU UNE ENTREPRISE PEUT RECOURIR À L ARBITRAGE POUR GÉRER LE RISQUE DES RECOURS COLLECTIFS Par Claude Marseille et André Durocher Les entreprises

Plus en détail

LES CONTRATS DE TRANSFERT TECHNOLOGIQUE DANS LE DOMAINE DES BIOTECHNOLOGIES

LES CONTRATS DE TRANSFERT TECHNOLOGIQUE DANS LE DOMAINE DES BIOTECHNOLOGIES LES CONTRATS DE TRANSFERT TECHNOLOGIQUE DANS LE DOMAINE DES BIOTECHNOLOGIES BOB H. SOTIRIADIS * AVOCATS, AGENTS DE BREVETS ET DE MARQUES DE COMMERCE Lors de ma présentation PowerPoint, j'ai tenté de juxtaposer

Plus en détail

Ce document constitue un outil de documentation et n engage pas la responsabilité des institutions

Ce document constitue un outil de documentation et n engage pas la responsabilité des institutions 2004D0003 FR 18.06.2011 001.001 1 Ce document constitue un outil de documentation et n engage pas la responsabilité des institutions B DÉCISION DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 4 mars 2004 relative

Plus en détail

CHARTE ET CESSION DE DROITS

CHARTE ET CESSION DE DROITS CHARTE ET CESSION DE DROITS Comment participer? La contribution à «MonGravenchon» est simple : Vous êtes invité(e) à rédiger un ou des articles concernant l Histoire de Notre-Dame-de-Gravenchon et à déposer

Plus en détail

Author s Image Licence d Utilisation de l Utilisateur Finale

Author s Image Licence d Utilisation de l Utilisateur Finale Author s Image Licence d Utilisation de l Utilisateur Finale La présente licence d'utilisation a pour objet de définir l'étendue des droits et des obligations qui sont conférés par Author's Image à l'acheteur

Plus en détail

Article 1. La présente loi règle une matière visée à l'article 78 de la Constitution.

Article 1. La présente loi règle une matière visée à l'article 78 de la Constitution. Loi transposant en droit belge la Directive européenne 2001/29/CE du 22 mai 2001 sur l'harmonisation de certains aspects du droit d'auteur et des droits voisins dans la société de l'information. CHAPITRE

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (97) 5 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (97) 5 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (97) 5 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES RELATIVE À LA PROTECTION DES DONNÉES MÉDICALES (adoptée par le Comité des ministres le 13 février

Plus en détail

Contrat de concession exclusive de vente

Contrat de concession exclusive de vente infos@droitbelge.net Contrat de concession exclusive de vente Auteur: Me Frédéric Dechamps, avocat (Bruxelles) E-mail: fd@lex4u.com Tel: + 32 2 340 97 04 Web: www.lex4u.com AVERTISSEMENT Le contrat proposé

Plus en détail

Lignes directrices de l ACPPU pour l utilisation de documents protégés par le droit d auteur

Lignes directrices de l ACPPU pour l utilisation de documents protégés par le droit d auteur Lignes directrices de l ACPPU pour l utilisation de documents protégés par le droit d auteur février 2013 TABLE DES MATIÈRES I. INTRODUCTION...1 II. DROITS ET LIBERTÉS GÉNÉRAUX...1 A. Documents pour lesquels

Plus en détail

Numéro du rôle : 618. Arrêt n 65/94 du 14 juillet 1994 A R R E T

Numéro du rôle : 618. Arrêt n 65/94 du 14 juillet 1994 A R R E T Numéro du rôle : 618 Arrêt n 65/94 du 14 juillet 1994 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l'article 335, 3, alinéa 3, du Code civil posée par le tribunal de première instance de Nivelles.

Plus en détail

Les baux commerciaux Application à l hôtellerie. Les questions. pour TCC

Les baux commerciaux Application à l hôtellerie. Les questions. pour TCC Les baux commerciaux Application à l hôtellerie Les questions. pour TCC + Réforme du statut des baux commerciaux et mise en place de l ILC Toulouse - 09 Juillet 2010 1 Réforme du statut des baux commerciaux

Plus en détail

Le i-depot : un souci en moins

Le i-depot : un souci en moins Le i-depot : un souci en moins Par Brigitte Dauwe, avocat et associé chez Stibbe Bruxelles Il n est pas possible de dresser un inventaire de toutes les situations où un i-depot peut être utile. Il y a

Plus en détail

Page 1 of 9. et le Conseil de la Bermuda Bar Association.

Page 1 of 9. et le Conseil de la Bermuda Bar Association. Prise de position conjointe sur les communications avec les cabinets d'avocats au sujet des réclamations et des réclamations éventuelles lors de la préparation et de l'audit des états financiers La présente

Plus en détail

POLITIQUE ET RÈGLEMENTS DU SERVICE DE DIFFUSION DES DONNÉES (SDD MC )

POLITIQUE ET RÈGLEMENTS DU SERVICE DE DIFFUSION DES DONNÉES (SDD MC ) POLITIQUE ET RÈGLEMENTS DU SERVICE DE DIFFUSION DES DONNÉES (SDD MC ) POLITIQUE DU SERVICE DE DIFFUSION DES DONNÉES (SDD MC ) Aperçu du Service de diffusion des données (SDD MC ) L'ACI a créé un Service

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS INTERNATIONAL ASSOCIATION OF LAWYERS INTERNATIONALE ANWALTS-UNION UNION INTERNACIONAL DE ABOGADOS UNIONE INTERNAZIONALE DEGLI AVVOCATI CHARTE DE TURIN SUR L EXERCICE DE

Plus en détail

Les communes et l application de la loi relative aux baux commerciaux quelques éclaircissements Pascale Blondiau - Décembre 2003

Les communes et l application de la loi relative aux baux commerciaux quelques éclaircissements Pascale Blondiau - Décembre 2003 Les communes et l application de la loi relative aux baux commerciaux quelques éclaircissements Pascale Blondiau - Décembre 2003 Nombreux sont les litiges dans lesquels des exploitants de cafétérias ou

Plus en détail

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 17 mars 2008 (18.03) (OR. en) 6690/3/08 REV 3. Dossier interinstitutionnel: 2008/0004 (CNS) RC 1 COASI 47

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 17 mars 2008 (18.03) (OR. en) 6690/3/08 REV 3. Dossier interinstitutionnel: 2008/0004 (CNS) RC 1 COASI 47 CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 17 mars 2008 (18.03) (OR. en) Dossier interinstitutionnel: 2008/0004 (CNS) 6690/3/08 REV 3 RC 1 COASI 47 PROPOSITION Origine: Commission En date du: 14 janvier

Plus en détail

CADRE JURIDIQUE DU PHOTOGRAPHE. source http://www.upp-auteurs.fr

CADRE JURIDIQUE DU PHOTOGRAPHE. source http://www.upp-auteurs.fr CADRE JURIDIQUE DU PHOTOGRAPHE source http://www.upp-auteurs.fr Droit d'auteur Le droit d'auteur constitue une branche de la propriété littéraire et artistique. Il a pour vocation de fixer un cadre juridique

Plus en détail