Aspects immunologiques des biothérapies

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Aspects immunologiques des biothérapies"

Transcription

1 Aspects immunologiques des biothérapies Olivier Boyer Olivier Adotévi, François Lemoine et Philippe Saas I-Introduction... 2 II-Biothérapies moléculaires et substitutives... 3 II-1.Sérothérapie... 3 II-2.Thérapeutiques substitutives... 3 II-3.Anticorps monoclonaux thérapeutiques et molécules apparentées... 3 II-4.Traitement par les cytokines... 3 III-1.Greffe de cellules hématopoïétiques... 4 V-II.Les réponses immunitaires souhaitées

2 I-Introduction Les biothérapies consistent à utiliser des molécules biologiques actives (protéines, ADN, ARN ) ou des cellules pour exercer un effet thérapeutique. On distingue trois types d indications : les biothérapies substitutives visant à remplacer un facteur, une molécule ou une cellule déficients, les biothérapies régénératrices ou réparatrices visant à réparer une fonction défaillante et l immunothérapie consistant à utiliser des éléments du système immunitaire pour exercer un effet thérapeutique. Les thérapeutiques moléculaires et/ou substitutives reposent sur l'administration de substances purifiées ou de molécules recombinantes produites par génie génétique. Elles ont connu un développement très important par la mise sur le marché de cytokines comme les interférons, de facteurs de croissance comme le G-CSF (Granulocyte colony Stimulating Factor), d anti-cytokines comme l IL-1Ra et d'anticorps monoclonaux comme le rituximab ou les anti-tnf. Ces molécules sont produites par l industrie pharmaceutique et constituent des médicaments disposant d'une autorisation de mise sur le marché (AMM). La thérapie cellulaire repose sur l'administration de cellules p rovenant du patient lui-même (thérapie autologue) ou d'un donneur (thérapie allogénique). Il s'agit le plus souvent d'administration de précurseurs ou de cellules souches qui se différencient in vivo pour régénérer un tissu ou restaurer une voie de différentiation cellulaire défaillante ou détruite par un traitement. La greffe de cellules souches hématopoïétiques est la thérapie cellulaire la plus développée à l'heure actuelle. Les produits de thérapie cellulaire sont développés pour un patient donné dans des unités de thérapie cellulaire et dépendent d une règlementation particulière. La thérapie génique consiste à administrer une séquence nucléotidique thérapeutique (généralement assimilée à un gène) qui code pour un produit conférant une propriété particulière aux cellules ou à leur descendance. Ce produit est le plus généralement une protéine dont le rôle sera de restaurer une fonction déficiente chez le receveur (introduction d'une forme fonctionnelle d'un gène muté ou non codant chez le patient) ou de conférer une nouvelle propriété à la cellule (production de cytokines, induction de la mort cellulaire de cellules tumorales, vaccination contre des antigènes viraux ou tumoraux). Hormis la thérapie cellulaire autologue, ces thérapeutiques ont un point commun, l'apport à l'organisme de constituants totalement ou partiellement absents chez le receveur. Elles interagissent donc avec le système immunitaire et pourront être reconnues comme étrangères à l'organisme par des anticorps et/ou des lymphocytes T cytotoxiques. En dehors de l'immunothérapie et de la vaccination où justement l'objectif est de provoquer une 2

3 réponse immunitaire, l'apparition de réponses immunitaires au cours des biothérapies est de nature à s'opposer à l'effet du traitement, voire à l'éliminer complètement de l'organisme. Plusieurs chapitres de cet ouvrage évoquent avec un éclairage un peu différent ces différentes thérapeutiques récentes. Ici, elles sont replacées dans un contexte plus global et en relation directe avec le système immunitaire. II-Biothérapies moléculaires et substitutives II-1.Sérothérapie L'objectif est de neutraliser rapidement un agent pathogène grâce à l'injection d'anticorps. Historiquement, elle représentait un traitement passif des maladies infectieuses. Aujourd'hui, elle conserve de rares indications comme la prévention d'une contamination accidentelle par le virus de l'hépatite B ou la prévention du tétanos lors d'une plaie à risque chez un sujet non vacciné. Elle expose au risque de maladie sérique liée à la formation de complexes immuns. II-2.Thérapeutiques substitutives L'objectif est la substitution d'une protéine génétiquement déficiente comme le facteur antihémophilique VIII ou IX. Ces thérapeutiques consistent à administrer de façon itérative et régulière le facteur manquant, généralement par voie intraveineuse. Elles exposent au risque de production d'anticorps (appelés inhibiteurs) anti-facteur VIII par exemple qui s'opposent durablement à l'efficacité du traitement. Il peut également s'agir d'administrer par voie intraveineuse des immunoglobulines G (IgIV) polyvalentes provenant d'un très grand nombre de donneurs après fractionnement, inactivation et filtration (cf chapitre ad hoc). Ces IVIg sont indiquées dans les déficits de l'immunité humorale et pour l'immunomodulation des maladies autoimmunes. Il existe un risque d'activation du complément par des agrégats lors de la première perfusion qui peut entraîner un choc. Il existe également un risque de choc en cas de déficit complet en IgA. II-3.Anticorps monoclonaux thérapeutiques et molécules apparentées Cette approche est largement développée par ailleurs dans cet ouvrage. D'une façon générale, l'introduction dans l'organisme d'anticorps chimériques (-ximab), humanisés (- zumab) ou humains (-mumab) peut entraîner la production d'anticorps anti-médicament (antidrug antibodies, ADA) de nature à neutraliser la substance administrée et à abolir ses effets thérapeutiques. Cependant, la très grande spécificité de ces biomédicaments, directement liée à celle des fragments Fab des anticorps, en fait des outils thérapeutiques de choix et en plein développement. II-4.Traitement par les cytokines Les cytokines recombinantes peuvent être utilisées dans différentes indications. L'interleukine-2 augmente l'immunité anti-tumorale par son action sur les lymphocytes T 3

4 activés mais présente une activité relativement modeste dans le cancer du rein ou le mélanome malin métastatique. Il existe un risque d'effet systémique dû à l'action cytokinique (fièvre, rash) pouvant aboutir à un syndrome de fuite capillaire. L'IL-2 a été proposée pour moduler les maladies autoimmunes (diabète de type 1, vascularites) ou la GvH chronique de par son action à faible dose sur la stimulation préférentielle des lymphocytes T régulateurs. D'autres cytokines comme les interférons alpha ou béta sont utilisées pour leur action antivirale au cours des hépatites B et C ou pour leur effet bénéfique dans la sclérose en plaque. III-Thérapie cellulaire Les thérapies cellulaires peuvent être indiquées chez un sujet dont le système immunitaire est intact ou bien chez un sujet initialement immuno-déprimé (déficits immunitaires congénitaux) ou recevant un conditionnement immuno-suppresseur plus ou moins myéloablatif, c est-à-dire affectant les cellules souches hématopoïétiques de la moelle osseuse et pouvant entraîner une pancytopénie. Suivant l effet thérapeutique recherché, les biothérapies substitutives ou régénératrices hétérologues pourront être rejetées par le système immunitaire du patient. Les approches d immunothérapie exercent un effet immunologique propre, comme le rejet de la tumeur lors du transfert adoptif de lymphocytes T cytotoxiques. L allogreffe de cellules hématopoïétiques possède une place à part puisqu il s agit à la fois d une biothérapie régénératrice (reconstitution de l hématopoïèse et du système immunitaire) et d une immunothérapie (rejet des cellules leucémiques). III-1.Greffe de cellules hématopoïétiques Cette thématique est également abordée dans d autres chapitres de cet ouvrage. Il convient de distinguer l autogreffe et l allogreffe de cellules hématopoïétiques. L autogreffe est réalisée lors de l intensification thérapeutique dans le cadre de traitements anti-tumoraux. Il s agit de permettre la reconstitution des cellules sanguines à partir des cellules souches hématopoïétiques, après administration de médicaments anticancéreux à haute dose. Les cellules souches hématopoïétiques administrées se localisent de façon spontanée au niveau des sites de l hématopoïèse et régénèrent toutes les lignées sanguines (globules rouges, plaquettes, leucocytes) et donc les cellules immunitaires. Les greffons sont prélevés chez des patients en rémission de leur pathologie initiale, avec ou sans stimulation préalable de l hématopoïèse endogène par des facteurs de croissance. Il peut s agir de cellules médullaires ou de cellules sanguines périphériques. Leur richesse en progéniteurs hématopoïétiques exprimant la molécule CD34 est évaluée en laboratoire sur un échantillon 4

5 du greffon. Ce dernier est congelé pendant que le patient reçoit la thérapie myélotoxique visant à éradiquer les cellules tumorales résiduelles, puis décongelé et réinjecté. Le principe de l allogreffe de cellules hématopoïétique est différent. A l origine il s agissait de remplacer un tissu malade produisant des cellules leucémiques par un tissu sain provenant d un donneur. On s est très vite rendu compte que les cellules immunitaires du greffon étaient responsables d effets bénéfiques pour le patient en favorisant la prise de greffe et surtout en produisant un effet anti-leucémique. Cet effet anti-leucémique, appelé GvL (pour graft-versus-leukemia) justifie actuellement l indication de l allogreffe de cellules hématopoïétiques. A côté de ces effets bénéfiques, les lymphocytes T présent dans le greffon sont aussi responsables de la maladie du greffon contre l hôte (ou GvH, pour graftversus-host disease). L allogreffe de cellules hématopoïétiques est donc une situation particulière caractérisée par une alloréactivité bidirectionnelle détaillée dans les chapitres correspondants. Les donneurs peuvent être des membres de la famille du receveur, sélectionnés pour présenter un maximum d antigènes du complexe majeur d histocompatibilité similaires à ceux du receveur (donneurs apparentés). Ceci augmente également les chances que les antigènes mineurs soient similaires. En l absence de donneur intrafamilial, on peut recourir à des greffons provenant de volontaires sains. Un registre international recense les prélèvements de moelle osseuse ou de sang périphérique donnés bénévolement par des volontaires dont les caractéristiques MHC ont été analysées de façon exhaustive. Ces greffes de donneurs non apparentés (MUD pour Matched Unrelated Donor) font l objet d une recherche dans ces registres lorsqu un receveur est en attente d un greffon. Une alternative plus récente est l utilisation de cellules de sang placentaire, obtenu après l accouchement à partir du cordon ombilical. Les cellules très immatures contenues dans ces greffons diminuent la nécessité de rechercher la meilleure compatibilité MHC. III-2.Greffes de cellules souches adultes La capacité des cellules souches à s auto-renouveler et à se différencier en différents types tissulaires, ainsi que la compréhension des mécanismes à l origine de ces fonctions ont permis le développement des thérapies basées sur les cellules souches adultes pour réparer un tissu lésé. Deux principales sources de cellules souches sont utilisées : les cellules souches médullaires (dans la réparation myocardique par exemple) et les cellules souches mésenchymateuses (CSM). Ces cellules sont utilisées dans deux indications principales, pour la reconstruction tissulaire en raison de leurs propriétés de différentiation en différents lignages (os, cartilages, cellules musculaires lisses,..) ou pour le traitement de la GvH (voiir ce chapitre) en raison de leurs propriétés immuno-suppressives. Malgré leur caractère allogénique, les cellules souches 5

6 mésenchymateuses produisent des effets immuno-suppresseurs reposant notamment sur la production de cytokines et de prostaglandines. IV-Transfusion sanguine La transfusion sanguine est une thérapie substitutive. Les produits sanguins (plaquettes, globules rouges, plasma) proviennent de donneurs compatibles pour les groupes sanguins ABO. La fréquence d allo-immunisation du receveur est variable selon le produit sanguin transfusé. Elle a considérablement diminué depuis l utilisation de préparations déplétées en leucocytes. Elle reste plus faible avec les concentrés de globules rouges qu'avec les concentrés plaquettaires. La transfusion sanguine peut être à l origine d accidents transfusionnels mineurs (frissons) ou majeurs (réaction d hypersensibilité sévère, syndrome pulmonaire aigu lié à la transfusion). Le risque majeur de la transfusion sanguine chez les patients multi-transfusés, par exemple les malades atteints de drépanocytose, est la survenue d une allo-immunisation. L apparition d anticorps anti-groupes sanguins érythrocytaires ou anti-plaquettes qui induisent une destruction rapide des cellules transfusées peut aboutir à une impasse thérapeutique car les transfusions seront de moins en moins efficaces. V-Thérapie génique La thérapie génique consiste à introduire des séquences génétiques dans des cellules, des tissus ou des organes avec l objectif d induire, de corriger ou de réguler l expression d un gène afin d obtenir un effet thérapeutique. La thérapie génique est testée et développée pour différentes applications telles que les maladies monogéniques, certains cancers ou des pathologies plus complexes telles que les maladies cardiovasculaires ou les maladies infectieuses. L information génétique peut être apportée sous forme d ADN nu (plasmide ADN contenant les séquences nécessaires pour l expression de la protéine donnée), de complexes moléculaires non viraux, qui en général ont une efficacité relativement modérée, d ARN ou de vecteurs viraux recombinants dérivés de virus à ADN (adénovirus, virus adéno-associé AAV, Herpes simplex, virus de la vaccine) ou ARN (rétrovirus). La thérapie génique peut être réalisée soit en injectant directement in vivo l information génétique, soit en modifiant génétiquement ex vivo des cellules qui sont ensuite réinjectées aux patients. A côté de l effet thérapeutique directement recherché, toutes ces stratégies peuvent néanmoins aboutir à l apparition de réponses immunitaires. Celles-ci peuvent être potentiellement délétères lorsqu elles sont dirigées contre les vecteurs eux-mêmes et leurs 6

7 composants et/ou contre le produit du transgène, en conduisant à l élimination de l agent transfecté ou des cellules traduisant le transgène incorporé. En revanche, les réponses immunitaires peuvent être désirées lorsqu il s agit d induire une réponse effectrice destinée à traiter une maladie infectieuse ou un cancer, par exemple en induisant la production accrue de cytokines. V-1.Réponses immunitaires non désirées Ces réponses peuvent être dirigées contre le vecteur et ses composants notamment lorsqu il s agit de vecteurs d origine virale (enveloppe, capside). En effet, le vecteur viral peut être perçu comme étranger par le système immunitaire, comme lors d'une infection par un virus sauvage. Les réponses font appel à une sollicitation du système immunitaire inné via les TLR (Toll-like receptors). Elles peuvent aboutir à la production d anticorps neutralisants, à l activation du complément ou à la mise en place d une réponse lymphocytaire T de type Th1. Certains sujets possèdent des anticorps neutralisants contre des virus préalablement rencontrés et dont les sérotypes sont identiques ou proches de ceux des vecteurs utilisés en thérapie génique (vecteurs adénoviraux et les AAV). Dans ce cadre, les anticorps préexistant s'opposent à la pénétration du virus dès la première injection et empêchent le transfert de gènes thérapeutiques. Ces réponses immunitaires dirigées contre les cellules génétiquement modifiées aboutissent à une toxicité voire une destruction tissulaire et à la perte de l efficacité thérapeutique. Le risque de développement d une réponse immunitaire dirigée contre le produit du transgène a été rapporté notamment dans le cas de déficits monogéniques liés à des mutations non codantes. La réintroduction par voie génétique de la protéine déficiente, et donc initialement inconnue du système immunitaire, peut résulter en une reconnaissance du produit du transgène comme étranger. Les conséquences de cette réponse immune peuvent être la destruction des cellules génétiquement modifiées, une toxicité et/ou une perte de l efficacité thérapeutique. Différentes stratégies sont développées afin de contrôler des réponses immunes non désirées au cours de la thérapie génique. L'une d'entre elles consiste à minimiser le risque de réponse immunitaire en réduisant l expression du gène à un tissu ou une sous-population cellulaire donnés par l utilisation d un promoteur spécifique de tissu. La nécessité de maintenir un effet thérapeutique à long terme dans une maladie chronique oriente vers l'utilisation d'un vecteur peu immunogène, en tenant compte également du sérotype de ce 7

8 vecteur. Ainsi par exemple, l'usage d'un sérotype présent uniquement chez le singe permet de limiter le risque que le patient ait produit des anticorps par une immunisation antérieure. La minimisation du risque peut aussi reposer sur l'emploi d'une dose réduite des vecteurs injectés ou la sélection, dans le cas de thérapie génique destinée à corriger un déficit monogénique, de patients n ayant pas de mutation génétique nulle et donc immunologiquement tolérants vis-à-vis du produit du gène thérapeutique. Plus que l'utilisation d'immunosuppresseurs non dénués d'effets secondaires, l'obtention d'une tolérisation immunologique spécifique en amont de la thérapie génique est une voie de recherche prometteuse. V-II.Les réponses immunitaires souhaitées Celles-ci s apparentent aux stratégies vaccinales et correspondent à l immunothérapie génétique où l objectif est de faire exprimer notamment par des cellules présentatrices d antigènes des séquences d intérêt pour induire des réponses T cytotoxiques destinées à éliminer par exemple des cellules tumorales. Ceci est développé dans le chapitre ad hoc. VI-Vaccination et immunothérapie Les objectifs de la vaccination sont de réaliser des injections, parfois répétées, d un antigène issu d un pathogène afin d induire une réponse immunitaire mémoire qui permettra de mettre en jeu une réponse secondaire plus rapide et plus efficace lors d un contact ultérieur avec l'agent pathogène. Chez les patients déjà porteurs d une maladie, on parle de vaccination thérapeutique. Cette stratégie a pour but de traiter des maladies déclarées comme des infections virales chroniques ou des cancers. Ce sont à ce jour des traitements de type expérimental qui reposent soit sur des approches de thérapie cellulaire, soit sur des approches utilisant des vecteurs viraux ou non viraux contenant des antigènes d intérêt. Les vaccinations thérapeutiques cellulaires reposent sur l utilisation principalement de cellules dendritiques ou de monocytes / macrophages. Ces cellules sont chargées avec des antigènes d intérêt issus de cellules cancéreuses (antigènes tumoraux). Les cellules chargées présentent ensuite les peptides antigéniques sur leurs molécules du CMH en vue d induire des réponses lymphocytaires T CD4 et CD8. Bien que de nombreux essais cliniques aient été réalisés notamment chez des patients atteints de cancers métastatiques et que ces stratégies relativement lourdes aient montré qu il était possible d induire des réponses biologiques, elles demeurent décevantes pour ce qui concerne l induction de réponses cliniques. Moins de 10% des patients répondent positivement à ce type d approche vaccinale. 8

9 Il est important de souligner que les meilleures réponses cliniques sont observées chez les patients porteurs de tumeurs de petite taille. L efficacité de ces approches est indirectement identifiée par l apparition par exemple de vitiligo chez des patients vaccinés pour un mélanome, dont les mélanocytes normaux deviennent également la cible des lymphocytes cytotoxiques. Il faut enfin souligner l intérêt des vaccinations préventives anticancéreuses dérivant de vaccinations dirigées contre des virus tels que l hépatite B ou le papillomavirus. Ces vaccinations permettent non seulement une protection immunitaire en cas d infection par l agent pathogène mais également contre l apparition secondaire de cancers viraux induits : héparocarcinomes ou cancer du col de l utérus. Dans ce dernier cas, la vaccination antipapilloma virus est dorénavant recommandée chez les jeunes filles. 9

10 A retenir. L'apport dans l'organisme de gènes, de molécules ou de cellules (transfusion, greffes) peut entraîner une réponse immunitaire. Les biothérapies moléculaires à visée immunosuppressive ou immunorégulatrice peuvent entraîner des effets secondaires infectieux qui doivent être prévenus. Les biothérapies moléculaires à visée immunostimulante peuvent directement activer le système immunitaire par leurs effets cytokiniques, ce qui est la cause de réactions systémiques lors de leur administration. Les effets immunologiques des greffes de cellules hématopoiétiques peuvent être bénéfiques (effet anti-leucémique) comme délétères (GVH). La thérapie génique fait le plus souvent (mais non exclusivement) intervenir des gènes d intérêt à visée réparatrice ou substitutive Les vaccinations cellulaires constituent une approche prometteuse dans le traitement des cancers. 10

Cibles et mécanismes d action des thérapeutiques cellulaires visant à moduler le système immunitaire

Cibles et mécanismes d action des thérapeutiques cellulaires visant à moduler le système immunitaire Cibles et mécanismes d action des thérapeutiques cellulaires visant à moduler le système immunitaire Pierre Tiberghien, Olivier Adotevi, François Lemoine, Jean François Moreau, Salima Hacein-Bey I. Introduction...

Plus en détail

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE (*) Introduction Définition : SYSTEME IMMUNITAIRE (SI) : C est un ensemble d organes, de cellules et de tissus dont la fonction est la défense du corps humain, c est à dire le

Plus en détail

Correction des exercices d'immunologie. 1- Exercice 5 p. 360 Informations/ connaissances importantes à noter au brouillon à la lecture de l'énoncé

Correction des exercices d'immunologie. 1- Exercice 5 p. 360 Informations/ connaissances importantes à noter au brouillon à la lecture de l'énoncé TS-Thème 6 : immunologie N. Pidancier 2010-2011 Correction des exercices d'immunologie 1- Exercice 5 p. 360 Informations/ connaissances importantes à noter au brouillon à la lecture de l'énoncé ''la souris

Plus en détail

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques 3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques La vaccination en cas d immunodépression présente certaines particularités qui justifient des recommandations

Plus en détail

traitement de la SEP *

traitement de la SEP * 4 Le traitement de la SEP * * Sclérose en plaques Cette brochure fait partie d'une série de brochures sur la Sclérose En Plaques (SEP). Bien qu'il n'existe pas à l'heure actuelle de traitement capable

Plus en détail

Mécanismes d'action de l'immunothérapie spécifique de l allergène

Mécanismes d'action de l'immunothérapie spécifique de l allergène Mécanismes d'action de l'immunothérapie spécifique de l allergène Cyrille Hoarau, Frédéric Bérard I-Introduction... 2 II-Principe et modalités de l'immunothérapie spécifique de l'allergène... 2 II-1.Principe

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

Vaccination des personnes âgées et cancer

Vaccination des personnes âgées et cancer Vaccination des personnes âgées et cancer Pr B de WAZIÈRES CHU Nîmes Haut conseil de la santé publique Comité technique des vaccinations ORIG OBSERVATOIRE DU RISQUE INFECTIEUX EN GERIATRIE SUBVENTION ET

Plus en détail

Les vecteurs rétroviraux du transfert de gènes. Critères de choix: Les outils du transfert de gènes. L intérêt du transfert de gènes

Les vecteurs rétroviraux du transfert de gènes. Critères de choix: Les outils du transfert de gènes. L intérêt du transfert de gènes Les vecteurs rétroviraux du transfert de gènes L intérêt du transfert de gènes Recherche fondamentale Compréhension de la fonction d un gène : gain ou perte de fonction dérégulation du gène piégeage de

Plus en détail

Chapitre I La réaction inflammatoire, une manifestation de l immunité innée. - I - Approche globale des réactions immunitaires

Chapitre I La réaction inflammatoire, une manifestation de l immunité innée. - I - Approche globale des réactions immunitaires Chapitre I La réaction inflammatoire, une manifestation de l immunité innée - I - Approche globale des réactions immunitaires Mécanismes de défense de l organisme en réponse à la pénétration de microorganismes

Plus en détail

Fabrication des produits de thérapie génique : garantir la sécurité et la qualité des produits

Fabrication des produits de thérapie génique : garantir la sécurité et la qualité des produits Fabrication des produits de thérapie génique : garantir la sécurité et la qualité des produits DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la fabrication des produits de thérapie génique, en termes de sécurité

Plus en détail

Table des matières. Table des matières... i. Chapitre 1 Éléments de base : structure et fonction... 1

Table des matières. Table des matières... i. Chapitre 1 Éléments de base : structure et fonction... 1 Table des matières Table des matières... i Chapitre 1 Éléments de base : structure et fonction... 1 1. INTRODUCTION... 2 2. MOLÉCULES PRINCIPALES... 3 2.1 Antigènes... 3 2.2 Anticorps... 4 2.3 Récepteurs

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014 Vieillissement immunitaire et risque infectieux Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014 Introduction L immunité = la résistance aux maladies, et spécifiquement infectieuses La physiologie

Plus en détail

Vitiligo et psoriasis

Vitiligo et psoriasis Vitiligo et psoriasis Le vitiligo et le psoriasis sont deux maladies relativement fréquentes et partageant de nombreux points communs. Elles ont toutes deux longtemps été considérées à tord comme des pathologies

Plus en détail

Qu est-ce qu un vaccin?

Qu est-ce qu un vaccin? Fiche technique n 8 Qu est-ce que la vaccination? Un vaccin est un médicament particulier, destiné à «éduquer» le système immunitaire* à se défendre contre un agent pathogène* bien déterminé. Il a pour

Plus en détail

Portail de la biologie de la reproduction

Portail de la biologie de la reproduction Portail de la biologie de la reproduction www.bio-courses.jimdo.com Auteurs : Yasmina ANTEUR Licence : Module : Biologie du développement Les mécanismes de différenciation cellulaire I. Introduction -

Plus en détail

Corticoïdes Immunomodulateurs Immunosuppresseurs. L Sailler Service de Médecine Interne

Corticoïdes Immunomodulateurs Immunosuppresseurs. L Sailler Service de Médecine Interne Corticoïdes Immunomodulateurs Immunosuppresseurs L Sailler Service de Médecine Interne définitions Immunomodulateurs: Modifie la réponse immune de l organisme sans majorer le risque infectieux ou tumoral

Plus en détail

Bac S - Sujet de SVT - Session 2013 - Asie LE DOMAINE CONTINENTAL ET SA DYNAMIQUE

Bac S - Sujet de SVT - Session 2013 - Asie LE DOMAINE CONTINENTAL ET SA DYNAMIQUE Bac S - Sujet de SVT - Session 2013 - Asie 1ère PARTIE : Mobilisation des connaissances (8 points). LE DOMAINE CONTINENTAL ET SA DYNAMIQUE 1- Question de synthèse (6 points) Au Nord du Pérou, on peut observer

Plus en détail

Session /Questions réponses Dr Xavier Leleu

Session /Questions réponses Dr Xavier Leleu Journée rencontre Hem-Fr et Waldenström Vienne, 26 septembre 2009. Session /Questions réponses Dr Xavier Leleu Waldenström et hérédité : La MW ne se transmet pas génétiquement. On ne connait pas à l heure

Plus en détail

Immunointervention (introduction) DFGSM3 2012 2013 Pr Michel Abbal

Immunointervention (introduction) DFGSM3 2012 2013 Pr Michel Abbal Immunointervention (introduction) DFGSM3 2012 2013 Pr Michel Abbal Généralités En introduction aux interventions de : M. Pasquet : vaccinations (enfant) et TTT par Ig P. Massip : vaccinations (adulte)

Plus en détail

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus.

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus. AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne Les dons de cellules & de tissus. Introduction : Une greffe (don) de cellules consiste à administrer à un patient dont un organe vital ne fonctionne plus correctement, une

Plus en détail

Paris 12 ECUE SANTE 2 : SOURCES ACTUELLES ET FUTURES DES PRINCIPES ACTIFS FICHE DE COURS N 3 : LES MEDICAMENTS ISSUS DES BIOTECHNOLOGIES

Paris 12 ECUE SANTE 2 : SOURCES ACTUELLES ET FUTURES DES PRINCIPES ACTIFS FICHE DE COURS N 3 : LES MEDICAMENTS ISSUS DES BIOTECHNOLOGIES Paris 12 ECUE SANTE 2 : SOURCES ACTUELLES ET FUTURES DES PRINCIPES ACTIFS FICHE DE COURS N 3 : LES MEDICAMENTS ISSUS DES BIOTECHNOLOGIES (Thématique traitée dans la séance 1) Légende : : Notion tombée

Plus en détail

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques Professeur Ibrahim Yakoub-Agha CHRU de LILLE (Illustration de J. Cloup, extraite du CD-Rom «greffe de Moelle» réalisé par la société K Noë) La moelle osseuse

Plus en détail

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions TRANSFUSION SANGUINE Des réponses à vos questions Des réponses à vos questions La présente brochure s adresse aux personnes qui pourraient avoir besoin d une transfusion de sang ou de produits sanguins

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE A LA DISTRIBUTION

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE A LA DISTRIBUTION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE A LA DISTRIBUTION I- PERSONNEL 41 I-1 Le responsable de la distribution 41 I-2 Les autres personnels 42 II- LOCAUX 42 III- DISTRIBUTION 42 III-1 Attribution nominative 43 III-1-1

Plus en détail

Réponses aux pathogènes, immunité anti-infectieuse

Réponses aux pathogènes, immunité anti-infectieuse Réponses aux pathogènes, immunité anti-infectieuse Ghislaine Sterkers et Marie-Anne Gougerot-Pocidalo I-Introduction... 2 II-Systèmes immunitaires impliqués dans la défense anti-infectieuse... 3 II-1.Immunité

Plus en détail

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic Département de Biologie Laboratoire de Biochimie - Immunologie Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 4 (S4) 2004-2005 Module de Biologie Humaine M 16.1 Élément d Immunologie

Plus en détail

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE SUJET 1 La phase symptomatique du sida est caractérisée par un taux très faible de lymphocytes T cytotoxiques et de lymphocytes T4. Les patients qui rentrent

Plus en détail

Approche diagnostique et thérapeutique du purpura thrombocytopénique idiopathique. Dr C Bradstreet Service de médecine interne SEMINAIRES IRIS

Approche diagnostique et thérapeutique du purpura thrombocytopénique idiopathique. Dr C Bradstreet Service de médecine interne SEMINAIRES IRIS Approche diagnostique et thérapeutique du purpura thrombocytopénique idiopathique Dr C Bradstreet Service de médecine interne Séminaire des services d urgence Campus Érasme Définition Pathologie acquise

Plus en détail

INTERVIEW. Dr K. MOUSSAYER. SUR L'AUTO-IMMUNITE

INTERVIEW. Dr K. MOUSSAYER. SUR L'AUTO-IMMUNITE INTERVIEW Dr K. MOUSSAYER Présidente de l Association Marocaine des Maladies Auto-immunes et Systémiques (AMMAIS) Pouvez vous nous définir les missions de l AMMAIS Les objectifs de l AMMAIS, créée en 2010

Plus en détail

Biologie Moléculaire 6 GT SG FWB Leçon n 5

Biologie Moléculaire 6 GT SG FWB Leçon n 5 Biologie Moléculaire 6 GT SG FWB Leçon n 5 Tests de paternité (fin labo électrophorèse) Un test de paternité consiste à analyser l'adn de deux personnes dans le but d'établir un lien de parenté génétique.

Plus en détail

La médecine personnalisée Daniel Locker Professeur honoraire Université Orléans

La médecine personnalisée Daniel Locker Professeur honoraire Université Orléans La médecine personnalisée Daniel Locker Professeur honoraire Université Orléans Introduction En 1992, l introduction d'un anticorps monoclonal, l herceptine, pour le traitement du cancer du sein a donné

Plus en détail

Vaccin contre les HPV

Vaccin contre les HPV Vaccin contre les HPV EPIDEMIOLOGIE Les infections à HPV sont responsables des IST (Infections Sexuellement Transmissibles) les plus fréquentes (estimation des personnes contaminées comprise entre 10 et

Plus en détail

Cervarix et Gardasil dans la prévention du cancer du col de l'utérus

Cervarix et Gardasil dans la prévention du cancer du col de l'utérus Cervarix et Gardasil dans la prévention du cancer du col de l'utérus UNSPF Lucas Torreilles Juin 2013 Table des matières Introduction 5 I - I) Qu'est-ce que le cancer du col de l'utérus? 7 II - II) Épidémiologie

Plus en détail

Purpura thrombopénique idiopathique

Purpura thrombopénique idiopathique Purpura thrombopénique idiopathique I. Définition Le purpura thrombopénique idiopathique (PTI) ou purpura thrombopénique auto-immun est caractérisé par une diminution du chiffre des plaquettes circulantes

Plus en détail

La parvovirose canine

La parvovirose canine Fiche technique n 5 La parvovirose canine La parvovirose canine est une affection contagieuse très grave et souvent mortelle. Elle est l une des causes les plus fréquentes de diarrhées infectieuses chez

Plus en détail

Le don de cellules souches. M.Lambermont Pascale Van Muylder

Le don de cellules souches. M.Lambermont Pascale Van Muylder Le don de cellules souches M.Lambermont Pascale Van Muylder 1 Pourquoi avons-nous recours à la greffe de CSH? Certaines maladies causent la destruction ou un fonctionnement anormal de la moelle osseuse.

Plus en détail

Thérapie anti-âge. Revitalisation cellulaire

Thérapie anti-âge. Revitalisation cellulaire Thérapie anti-âge Revitalisation cellulaire La qualité du fonctionnement de notre organisme diminue avec l âge, en particulier les systèmes physiologiques importants tels que : Le système immunitaire,

Plus en détail

Dissémination du SRAS Novembre 2002 Février 2003

Dissémination du SRAS Novembre 2002 Février 2003 SRAS: Aspects virologiques et prévention Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis Introduction ti SRAS = Syndrome Respiratoire Aigu Sévère = Pneumonie atypique sévère 1

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Vous vous posez beaucoup de questions. Le Registre

Plus en détail

Le don de sang de cordon est un geste indolore, solidaire et gratuit qui sauve des vies. Le sang de cordon, un lien pour la vie.

Le don de sang de cordon est un geste indolore, solidaire et gratuit qui sauve des vies. Le sang de cordon, un lien pour la vie. Le don de sang de cordon est un geste indolore, solidaire et gratuit qui sauve des vies. Le sang de cordon, un lien pour la vie. SIREN 508 945 359 - Photographe : Benoit Rajau, Gil Lefauconnier et Thierry

Plus en détail

Examen de Mi-d'année. Exercice I: L albinisme et ses causes.

Examen de Mi-d'année. Exercice I: L albinisme et ses causes. Class: 3 ème. Secondaire (S.V.) Matière: Biologie Exercice I: L albinisme et ses causes. Examen de Mi-d'année Points: 20 pts. Durée: 180 min. (4.5 pts.) L albinisme résulte d un manque général de la pigmentation

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LE SIDA UNE MALADIE QUI TOUCHE LE SYSTEME IMMUNITAIRE

CHAPITRE 1 : LE SIDA UNE MALADIE QUI TOUCHE LE SYSTEME IMMUNITAIRE INTRODUCTION Les défenses immunitaires sont capables d identifier et d éliminer les cellules et molécules étrangères à l organisme ou celles qui le sont devenues comme les cellules cancéreuses. Les macrophages

Plus en détail

ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches

ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches Le don de cellules souches Jean VIVIN 04/2013 1-Nature du problème : 2- Technique Les leucémies représentent

Plus en détail

Immunologique. Le Purpura Thrombopénique. Groupe d'etude des Cytopénies Auto-immunes de l'adulte (GECAI) www.pti-ahai.fr

Immunologique. Le Purpura Thrombopénique. Groupe d'etude des Cytopénies Auto-immunes de l'adulte (GECAI) www.pti-ahai.fr Le Purpura Thrombopénique Immunologique Medhi Khellaf - Marc Michel - Philippe Bierling - Bertrand Godeau Centre de référence labellisé pour la prise en charge des cytopénies auto-immunes de l adulte.

Plus en détail

LES MEDICAMENTS DE LA POLYARTHRITE RHUMATOÏDES

LES MEDICAMENTS DE LA POLYARTHRITE RHUMATOÏDES 1 Introduction LES MEDICAMENTS DE LA POLYARTHRITE RHUMATOÏDES 2 La polyarthrite rhumatoïde est une maladie caractérisée par une inflammation chronique du tissus synovial. Dr Myriam RAZGALLAH KHROUF A-H-U-pharmacologie,

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE SAISONNIERE 2015-2016 Dossier de presse

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE SAISONNIERE 2015-2016 Dossier de presse الجمهوريةالجزائريةالديمقراطيةالشعبية REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE وزارةالصحة, السكانوإصالحالمستشفيات MINISTERE DE LA SANTE, DE LA POPULATION ET DE LA REFORME HOSPITALIERE DIRECTION GENERALE

Plus en détail

Fiche d information pour les donneuses de sang de cordon Public Cord Blood Bank Switzerland

Fiche d information pour les donneuses de sang de cordon Public Cord Blood Bank Switzerland Fiche d information pour les donneuses de sang de cordon Public Cord Blood Bank Switzerland Il est connu de longue date que le sang de cordon des nouveau-nés contient une quantité relativement élevée de

Plus en détail

Epidémiologie des pneumocoques chez l'adulte

Epidémiologie des pneumocoques chez l'adulte Introduction Le pneumocoque est un agent majeur de pneumonie, septicémie, méningite, sinusite, otite moyenne et exacerbations aiguës d'affections pulmonaires chroniques obstructives. Sur la base du typage

Plus en détail

ANATOMIE PATHOLOGIQUE ET INFLAMMATION CONCEPTION D ENSEMBLE

ANATOMIE PATHOLOGIQUE ET INFLAMMATION CONCEPTION D ENSEMBLE ANATOMIE PATHOLOGIQUE ET INFLAMMATION CONCEPTION D ENSEMBLE 1. Définition L'inflammation ou réaction inflammatoire est la réponse des tissus vivants, vascularisés, à une agression. 2. Causes des réactions

Plus en détail

Des pancréas artificiels à la régulation artificielle du métabolisme des hydrates de carbone

Des pancréas artificiels à la régulation artificielle du métabolisme des hydrates de carbone Des pancréas artificiels à la régulation artificielle du métabolisme des hydrates de carbone Le traitement du diabète NID doit prendre en compte la spécificité de cette maladie: il ne suffit pas de restaurer

Plus en détail

Les donneurs bénévoles constituent un élément fondamental et précieux du système d approvisionnement en sang. Le donneur doit :

Les donneurs bénévoles constituent un élément fondamental et précieux du système d approvisionnement en sang. Le donneur doit : 1 : DU DONNEUR AU RECEVEUR UN OUVRAGE SUR L ACTIVITÉ TRANSFUSIONNELLE AU CANADA Robert Barr et Ted Alport Le système canadien d approvisionnement en sang est complexe, solidement intégré et rigoureusement

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE PATIENTE antigène HBs + PENDANT LA GROSSESSE

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE PATIENTE antigène HBs + PENDANT LA GROSSESSE Communauté Périnatale de l Agglomération Versaillaise Association Loi 1901 n 0784014641 29 rue de Versailles 78150 Le Chesnay Tel : 01 39 43 12 04 Web : www.nat78.com email: cpav@medical78.com CONDUITE

Plus en détail

PATHOLOGIE DES GRANULOCYTES (ou POLYNUCLEAIRES)

PATHOLOGIE DES GRANULOCYTES (ou POLYNUCLEAIRES) PATHOLOGIE DES GRANULOCYTES (ou POLYNUCLEAIRES) I/Rappel A/ Description Noyau polylobé d où le terme polynucléaire Cytoplasme granuleux d où le terme granulocyte. Selon la coloration des granulations on

Plus en détail

Les guides et dépliants mis à votre disposition

Les guides et dépliants mis à votre disposition Les guides et dépliants mis à votre disposition A - Flyers et dépliants AF3M Flyer de présentation AF3M et annonçant la JNM (Recto/verso) Cible : les médecins, les malades et leurs proches Objectif : faire

Plus en détail

Mort cellulaire. Lara Chalabreysse

Mort cellulaire. Lara Chalabreysse Mort cellulaire Lara Chalabreysse 1 1/ Apoptose 2 Définition Forme de mort cellulaire Eliminer les cellules indésirables Étapes coordonnées programmées Gènes dédiés à cette tache Implications Développement

Plus en détail

Dire oui au don d organes, c est donner l accord. Le don d organes, c est l autre façon de donner la vie.

Dire oui au don d organes, c est donner l accord. Le don d organes, c est l autre façon de donner la vie. Le don d organes, c est l autre façon de donner la vie. Dire oui au don d organes, c est donner l accord de son vivant, à un éventuel prélèvement après son décès. Ce livret est destiné à fournir les informations

Plus en détail

Immuno-intervention thérapeutique. Immunoglobulines intra-veineuses. Immuno-intervention thérapeutique. Immunoglobulines intra-veineuses

Immuno-intervention thérapeutique. Immunoglobulines intra-veineuses. Immuno-intervention thérapeutique. Immunoglobulines intra-veineuses Master 1 BS - Immunopathologie - Immunoglobulines intra-eineuses Année uniersitaire 2011-2012 Immunoglobulines intra-eineuses Place dans l immunointerention Préparation et composition Indications Mécanismes

Plus en détail

Epigénétique. «pourquoi toutes les cellules d'un organisme ne sont-elles pas identiques» Alors qu elles ont toutes les mêmes gènes.

Epigénétique. «pourquoi toutes les cellules d'un organisme ne sont-elles pas identiques» Alors qu elles ont toutes les mêmes gènes. Epigénétique Introduction «pourquoi toutes les cellules d'un organisme ne sont-elles pas identiques» Alors qu elles ont toutes les mêmes gènes. Deux périodes successives récentes dans l étude des génomes

Plus en détail

Vaccination contre le HPV Questions et réponses

Vaccination contre le HPV Questions et réponses Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Santé publique Etat au 04.07.2012 Vaccination contre le HPV Questions et réponses 1. Qu est-ce que le

Plus en détail

Stéphanie Bou-Fleurot - Tél : 01 45 03 88 38-06 60 46 23 08 - sfleurot@leem.org Linda Moraleda - Tél : 01 45 03 88 87 - lmoraleda@leem.

Stéphanie Bou-Fleurot - Tél : 01 45 03 88 38-06 60 46 23 08 - sfleurot@leem.org Linda Moraleda - Tél : 01 45 03 88 87 - lmoraleda@leem. LA THERAPIE CELLULAIRE EN QUESTIONS 30 Novembre 2010 Contacts Presse Leem : Stéphanie Bou-Fleurot - Tél : 01 45 03 88 38-06 60 46 23 08 - sfleurot@leem.org Linda Moraleda - Tél : 01 45 03 88 87 - lmoraleda@leem.org

Plus en détail

Numéro EudraCT : 2012-000695-42. Promoteur : Bluebird bio, Inc. 840 Memorial Drive Cambridge, MA 02139 Etats-Unis

Numéro EudraCT : 2012-000695-42. Promoteur : Bluebird bio, Inc. 840 Memorial Drive Cambridge, MA 02139 Etats-Unis Fiche d'information destinée au public pour les essais cliniques portant sur des organismes génétiquement modifiés (OGM) (Article R.1125-5 du Code de la Santé Publique) Essai clinique : "Une étude ouverte

Plus en détail

- info EXPLORATION DU STATUT MARTIAL ÉVALUATION DU COMPARTIMENT CIRCULANT : Fer sérique

- info EXPLORATION DU STATUT MARTIAL ÉVALUATION DU COMPARTIMENT CIRCULANT : Fer sérique EXPLORATION DU STATUT MARTIAL - info NUMERO 5 2013 ÉVALUATION DU COMPARTIMENT CIRCULANT : Fer sérique Son dosage isolé est SANS INTÉRÊT, il ne se justifie que couplé à celui de la transferrine qui permet

Plus en détail

Thérapeutiques du VIH ciblant les réservoirs. Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales & INSERM UMR1043 CHU de Toulouse

Thérapeutiques du VIH ciblant les réservoirs. Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales & INSERM UMR1043 CHU de Toulouse Thérapeutiques du VIH ciblant les réservoirs Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales & INSERM UMR1043 CHU de Toulouse Guérir l infection VIH 1996-1997: l espoir initial Guérir l

Plus en détail

Les maladies de déficits immunitaires. Des milliers d enfants et d adultes sont victimes de ces maladies rares au Maroc

Les maladies de déficits immunitaires. Des milliers d enfants et d adultes sont victimes de ces maladies rares au Maroc Les maladies de déficits immunitaires Des milliers d enfants et d adultes sont victimes de ces maladies rares au Maroc Les enjeux des maladies de déficits immunitaires (En débats le 26 octobre 2013 à Casablanca)

Plus en détail

PLAN. D - Prise en charge d une neutropénie non fébrile

PLAN. D - Prise en charge d une neutropénie non fébrile PLAN A - Facteurs de risque infectieux B - Définition d une neutropénie C - Définition d une neutropénie fébrile La fièvre Critères prédictifs de survenue d un épisode fébrile Etiologie de la fièvre au

Plus en détail

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Vous vous posez beaucoup de questions. Le Registre de

Plus en détail

Terminale Spé. 3 {3.8} Diabètes

Terminale Spé. 3 {3.8} Diabètes Vous êtes étudiant en médecine, et devez réaliser un dossier sur les différents diabètes, en intégrant et commentant les documents fournis, et en suivant le plan : Introduction/définition, clinique (les

Plus en détail

EXISTE-T-IL DES TRAITEMENTS À BASE DE CELLULES SOUCHES POUR L'ARTHRITE?

EXISTE-T-IL DES TRAITEMENTS À BASE DE CELLULES SOUCHES POUR L'ARTHRITE? L'ARTHRITE EXISTE-T-IL DES TRAITEMENTS À BASE DE CELLULES SOUCHES POUR L'ARTHRITE? Bien qu aucun traitement à base de cellules souches contre l arthrite n ait encore été autorisé par Santé Canada ou la

Plus en détail

Vacciner protège. Un guide des vaccinations pour propriétaires de chats

Vacciner protège. Un guide des vaccinations pour propriétaires de chats Vacciner protège Un guide des vaccinations pour propriétaires de chats 2 VACCINER PROTÈGE Les vaccins sont-ils vraiment nécessaires? La réponse est clairement OUI! On voit encore et toujours des chats

Plus en détail

Pharmacie galénique. 4 ème année pharmacie. Chapitre 5 : Les vaccins. Page 1 sur 12

Pharmacie galénique. 4 ème année pharmacie. Chapitre 5 : Les vaccins. Page 1 sur 12 Pharmacie galénique 4 ème année pharmacie Chapitre 5 : Les vaccins Page 1 sur 12 Sommaire 1. Définition... 3 2. Classification des vaccins... 3 2.1. Vaccins bactériens... 3 2.2. Les anatoxines bactériennes...

Plus en détail

LES BASES GENETIQUES DE LA SEP

LES BASES GENETIQUES DE LA SEP LES BASES GENETIQUES DE LA SEP Deux hypothèses sont possibles. Ou bien la SEP est liée à une anomalie génétique unique directement responsable de la maladie (dans ce cas il existe un gène de la SEP) ou

Plus en détail

SYNDROME D HYPER-IgM

SYNDROME D HYPER-IgM SYNDROME D HYPER-IgM Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible : AGAMMAGLOBULINÉMIE

Plus en détail

La leucémie lymphoïde chronique (LLC)

La leucémie lymphoïde chronique (LLC) La leucémie lymphoïde chronique (LLC) La plus fréquente des hémopathies : 3 nouveaux cas / 100000 habitants / an Pas de facteur favorisant connu Adultes âgés (>65 ans), sexratio = 2/1 Accumulation de lymphocytes

Plus en détail

La différenciation cellulaire

La différenciation cellulaire La différenciation cellulaire Définitions Différenciation cellulaire : Processus par lequel une cellule peu ou pas différenciée acquiert les caractéristiques d un type cellulaire sur le plan morphologique

Plus en détail

Date d application : 09/09/2008 Approbateur(s) Dr V Gandemer, Responsable d Unité. N de version du document : 1 Gestionnaire : N.

Date d application : 09/09/2008 Approbateur(s) Dr V Gandemer, Responsable d Unité. N de version du document : 1 Gestionnaire : N. Unité d onco-hématologie pédiatrique IT 3.3.2.9 version n 1 page 1/7 Unité d onco-hématologie pédiatrique Prendre en charge des infections virales autres que le CMV chez le patient greffé Codification

Plus en détail

Comment une cellule en G0 peut rentrer en G1

Comment une cellule en G0 peut rentrer en G1 Comment une cellule en G0 peut rentrer en G1 Les cellules-filles, dès la sortie de mitose, peuvent entrer en phase G0, stade de non division ou de «quiescence». La plupart des cellules dans un organisme

Plus en détail

Bilan des greffes dérogatoires virales

Bilan des greffes dérogatoires virales Bilan des greffes virales Le décret de sécurité sanitaire n 97-928 du 9 octob re 1997 précisé par un arrêté ministériel permettait à titre exceptionnel, dans des situations de mise en jeu du risque vital

Plus en détail

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE Rapport sur la SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE DANS LE MONDE 1998 1999 Résumé Etabli à partir de la Base de Données mondiale sur la Sécurité transfusionnelle World Health Organization Blood Transfusion Safety

Plus en détail

Chapitre II L immunité adaptative

Chapitre II L immunité adaptative Chapitre II L immunité adaptative 1 -I -La réponse adaptative humorale 1) Exemple du virus de la grippe 2 2) Les caractéristiques de cette réponse 3 Conclusion L immunité adaptative n est pas immédiate

Plus en détail

Leucémie Lymphoïde Chronique

Leucémie Lymphoïde Chronique Sur la Leucémie Lymphoïde Chronique Coordination : Pierre Feugier, Nancy Avec le soutien de Sur la Leucémie Lymphoïde Chronique Sommaire Qu est-ce que la leucémie lymphoïde chronique?..........................

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Brochure d information

Brochure d information Brochure d information La Néoplasie Endocrinienne Multiple de type 1 1 Question 1 : qu est-ce que la néoplasie endocrinienne multiple de type 1? Pour répondre à cette question, il faut d abord connaître

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 690 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011 21 juin 2011 PROJET DE LOI relatif à la bioéthique. L Assemblée nationale

Plus en détail

3. Calendrier vaccinal 2012. Tableaux synoptiques

3. Calendrier vaccinal 2012. Tableaux synoptiques 7 BEH -5 / 0 avril 0. Calendrier vaccinal 0. Tableaux synoptiques. Tableau des vaccinations recommandées chez les enfants et les adolescents en 0 Recommandations générales Rattrapage Populations particulières

Plus en détail

Pathogénèse ou Pathogénie : Étude des causes et du développement des maladies. Désigne aussi le processus suivant lequel une maladie évolue.

Pathogénèse ou Pathogénie : Étude des causes et du développement des maladies. Désigne aussi le processus suivant lequel une maladie évolue. Palliatif : Qui supprime ou atténue les symptômes d une maladie sans agir sur ses causes. Les soins palliatifs sont l ensemble des soins et du soutien destiné à accompagner un malade dont l état général

Plus en détail

Position actualisée de l OMS concernant les vaccins antirabiques Genève (Suisse) Août 2010

Position actualisée de l OMS concernant les vaccins antirabiques Genève (Suisse) Août 2010 Position actualisée de l OMS concernant les vaccins antirabiques Genève (Suisse) Août 2010 1 Introduction La note remplace celle publiée sur le même sujet dans le Relevé épidémiologique hebdomadaire en

Plus en détail

Chap.2: L HEMATOPOIESE

Chap.2: L HEMATOPOIESE Chap.2: L HEMATOPOIESE PLAN I- Définition II- Localisation II- Déroulement III- Régulation IV- L Érythropoïèse Durée de vie des cellules du sang Érythrocytes Leucocytes Thrombocytes 120 jours 2 à 10 jours

Plus en détail

Qu'est-ce que l'hyperthyroïdie? Pourquoi?

Qu'est-ce que l'hyperthyroïdie? Pourquoi? Corps du texte 1.Qu'est-ce que l'hyperthyroïdie? 2.Pourquoi? 3.Quels symptômes et quelles conséquences? 4.Quelques chiffres 5.Traitement 6.Conséquences sur la vie scolaire 7.Quand faire attention? 8.Comment

Plus en détail

Etude ancillaire au protocole clinique OS2006 : Analyse des paramètres osseux chez les patients atteints d ostéosarcome traités par le zometa.

Etude ancillaire au protocole clinique OS2006 : Analyse des paramètres osseux chez les patients atteints d ostéosarcome traités par le zometa. Etude ancillaire au protocole clinique OS2006 : Analyse des paramètres osseux chez les patients atteints d ostéosarcome traités par le zometa. Projet déposé par REDINI Françoise (Directeur de Recherche

Plus en détail

SENAT - Samedi 14 février 2015. Cancers Pédiatriques & Règlements Européens

SENAT - Samedi 14 février 2015. Cancers Pédiatriques & Règlements Européens SENAT - Samedi 14 février 2015 Cancers Pédiatriques & Règlements Européens En France, 1700 nouveaux cas de cancers sont diagnostiqués chaque année dans la population des enfants de moins de 15 ans et 800

Plus en détail

Maladies auto-immunes

Maladies auto-immunes Lésions tissulaires & auto-anticorps par LT spécifiques du soi Sclérose en plaques MBP : Myelin Basic Protein/PLP : ProteoLipid Protein/MOG : Myelin Oligodendrocyte Glycoprotein! Dégradation de la myéline

Plus en détail

Réaction de Jarisch-Herxheimer

Réaction de Jarisch-Herxheimer Réaction de Jarisch-Herxheimer Aller à : Navigation, rechercher La Réaction de Jarisch-Herxheimer ou Réaction de Herxheimer (parfois désignée par le raccourci «Herx» dans le milieu médical), est une réaction

Plus en détail

FLASH SCLÉROSE EN PLAQUES SFN - NEUROSCIENCE 2015

FLASH SCLÉROSE EN PLAQUES SFN - NEUROSCIENCE 2015 FLASH SCLÉROSE EN PLAQUES SFN - NEUROSCIENCE 2015 CHICAGO, USA - 17 AU 21 OCTOBRE par Dr Richard Macrez, Université de Caen & Hôpital de Caen CONGRES NEUROSCIENCES 2015 - CHICAGO, USA Du 17 au 21 Octobre

Plus en détail

Pertinence et non-pertinence de la susceptibilité génétique pour l établissement de normes dans le cadre du contrôle des risques.

Pertinence et non-pertinence de la susceptibilité génétique pour l établissement de normes dans le cadre du contrôle des risques. Pertinence et non-pertinence de la susceptibilité génétique pour l établissement de normes dans le cadre du contrôle des risques. Rapport synthétique de la recherche PS/17 ( 1 ) K. Van Damme (coordinateur),

Plus en détail

Professeur Joël LUNARDI

Professeur Joël LUNARDI Biochimie - Biologie moléculaire Chapitre 9 : Applications médicales Professeur Joël LUNARDI MED@TICE PCEM1 - Année 2006/2007 Faculté de Médecine de Grenoble - Tous droits réservés. Chapitre 9. APPLICATIONS

Plus en détail

Ce qu il faut savoir sur les biotéhrapies

Ce qu il faut savoir sur les biotéhrapies Ce qu il faut savoir sur les biotéhrapies Samy Slimani 1,2 1 CHU Benflis Touhami, Batna 2 Université Hadj Lakhdar, Batna 20 ème Congrès de la SAMI 17 mai 2014 Plan C est quoi une biothérapie? Biothérapies

Plus en détail