Explorations des réponses Immunitaires. L3 Médecine

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Explorations des réponses Immunitaires. L3 Médecine"

Transcription

1 2012 Explorations des réponses Immunitaires L3 Médecine

2 Rappel sur les réponses Immunitaires

3 DIFFERENTS TYPES DE REPONSES IMMUNITAIRES Naturelle = innée Adaptative Non spécifique Spécifique Immédiate Barrière cutanéo-muqueuse Substances bactéricides ph Equilibre de la flore Interférons Syst. Complément Phagocytes (PN, mono/mρ) Cellules NK Cellules dendritiques Récepteurs spécifiques (TCR BCR) Qlqs jours Mémoire Immunitaire +efficace lors du 2ème contact base des vaccinations Lymphos T Lymphos B Anticorps

4 Défenses Immunitaires innées et adaptatives dans la défense anti-infectieuse 1) Bactéries à multiplication extracellulaire + certains champignons + certains virus et parasites Système du complément Voie alterne Voie des lectines Voie classique (Ag/Ac) Polynucléaires neutrophiles Anticorps Neutralisation des toxines bactériennes Inhibition de l adhérence des bactéries aux épithéliums Opsonisation 2) Bactéries à x intracellulaire + cellules infectées par Virus + parasite à x intracellulaire Cellules T (CD4-CD8) Macrophages NK Coopération entre ces différents acteurs

5 1) Immunité Innée Agent Pathogène: Inflammation tissulaire Complément Interactions PAMP/PRR (TLR) C3a C5a PN Macrophage Monocyte Cytokines Pro-inflammatoires (TNF, IL1, IL6 ) Organes lymphoïdes Ag IFNγ NK C. Dendritique

6 Exploration du Complément: Mesure fonctionnelle CH50 Mesure des protéines du complément GR de mouton + Ac anti GR de mouton Sérum du sujet contenant le complément C3- C4..:Néphélémétrie Dosage fonctionnelle Voie classique Activation du complexe terminal Voie Alterne Lyse du GR Mesure de l hémoglobine libérée DO 50% GR de lapin Résultats: Augmentation : processus inflammatoire Diminution : consommation, déficit [C]

7 Reconnaissance et destruction de la cible par les phagocytes: Ex: PN C3bi C3b CIBLE IgG 1 et 3 PAMPS et TLR Etude numérique : NFS Etude fonctionnelle : Mesure de l expression des molécules d adhérence Mesure du mouvement (chimiotactisme) Mesure de la production des formes réactives de l O2 Exploration de la voie des Toll Like Récepteurs

8 Cellule NK CMH I CD2 CD16 CD56 CMH II CD25 NK activée Cellule NK < + Récepteurs Inhibiteurs Récepteurs activateurs Cellule modifiée tuée CMH I Cellule Tumorale Ou infectée Exploration numérique (cytométrie en flux à l aide d Ac spécifiques des molécules distribuées sélectivement sur les NK). Exploration fonctionnelle (cytolyse).

9 Cellule Dendritique= lien entre Immunité innée et Immunité adaptative Agents pathogènes = NON SOI ± détruits Gram- Gram+ Fungi Virus Motifs conservés au cours de l évolution qui sont reconnus par les récepteurs des cellules de l I innée C. Dendritique mature: C. Présentatrice de l Ag I. innée cytokines Processus de maturation cytokines Activation des Lymphos T C.dendritique immature: phagocytaire Réponses innées CD8 CD4 Réponses adaptatives Tissus Organes lymphoides périphériques

10 2) Immunité adaptative Polarisation de la réponse T T-bet STAT-4 IFNγ Cellulaire (pathogènes à x Intracellulaire IL12 TH1 IL4 GATA-3 STAT-6 IL4 Humorale (pathogènes à x Extracellulaire TH2 T CD4 Naïf TGFβ1 TGFβ1 IL6 RORgT STAT-3 TH17 FoxP3 IL17 TGFβ1 Neutrophile (pathogènes à x Extracellulaire Régulation Négative Thymocyte Treg

11 2) Immunité adaptative TH1/TH2 CD4: TH1 / TH2 APC CD4 Naive T cell IL-12 IL-2 IFNγ Immunité cellulaire (pathogènes à x Intracellulaire) (virus, bacteria, Leishmania major) Th0 Co-stimuli IL-2 IL-4 Th2 IL-4 IL-5 IL-10 IL-13 Immunité Humorale (pathogènes à x Extracellulaire)

12 2-1 Immunité cellulaire IL-2 NK IFNγ CPA CD80/86 CMH II CD28 TCR CD4 CD4 IL-2 IFN-γ IL-2 IFN-γ IFN-γ Macrophage IL-12 TCD4 reconnait peptide associé aux MHC classe II Pré- CTL CD8 CTL CD8 TCR Fas- L CMH I Fas Perforine Granzymes cible Apoptose Lyse T CD8 reconnaît peptide associé aux MHC classe I

13 2-2 Réponse anticorps: activation des LymphosB 1) Pontage de l IgM mb par l Ag signal 1 expression MHC Classe II B7 (costimulation) 2) LTH2 CD4 reconnaît peptide + MHC II présenté par le LB + signal de costimulation B7/CD28 Activation LTH2 qui exprime CD40L Interaction CD40/CD40L signal 2 dans LB 3) LTH2 produit des cytokines LB exprime récepteurs de cytokines Activation, prolifération et différenciation des LB CD4 2 B mémoires Anticorps Plasmocytes

14 Explorations de l Immunité adaptative In Vitro NFS= Nombre de lymphocytes circulants Cytométrie en Flux: - Phénotypage lymphocytaire T et B - Marqueurs d activation lymphocytaire - Marqueurs cellule naïve/cellule mémoire Tests fonctionnels: - Prolifération - Production de cytokines - production d Acs (B) /Tests de cytotoxicité (T) In Vivo Production d Acs (B) Tests d Hypersensibilité retardé (T)

15 Numération lymphocytaire dans le sang circulant Nombre de lymphocytes total dans le sang circulant chez l adulte : /mm 3 Population CD3+= lymphos T: 50-80% /mm 3 Population CD3+/CD4+: 32-52% /mm 3 Population CD3+/CD8+: 20 40% /mm 3 Rapport CD4/CD8 : 1-3 Population CD19+= lymphos B: 5-20% /mm 3 Résultats à interpréter en fonction de l âge chez l enfant.

16 Exploration des Fonctions lymphocytaires ISOLEMENT DES LYMPHOCYTES -Principe/méthode : - gradient de densité - récupération d un anneau cellulaire contenant lymphocytes et monocytes centrifuger C. Mononucléées polynucléaires GR Centrifugation sur un milieu de séparation de densité d = Ficoll-Hypaque

17 Proliferation lymphocytaire : principe Prolifération = reflet global de la capacité de réponse événement tardif

18 Etude de la prolifération lymphocytaire : ACTIVATEURS NON SPECIFIQUES 1) Lectines d origine végétale : liaison à des sucres spécifiques sur la membrane des cellules T Phytohémagglutinine (PHA) Concanavaline A (Con A) B/T Pokeweed mitogène (PWM) 2) Ac monoclonaux dirigés contre: des récepteurs membranaires : capacité d entraîner l agrégation de récepteurs membranaires doivent être préalablement fixés sur un support pour mimer les contacts intercellulaires T anti TCR B anti IgM

19 Etude de la prolifération lymphocytaire : ACTIVATEURS NON SPECIFIQUES (suite) 3) Activation de voies métaboliques impliquées dans la transmission des signaux intracellulaires court-circuitent les signaux membranaires Phorbol 12-myristate 13-acetate (PMA) activateur de PKC ionomycine = ionophore calcique activateur d enzyme Ca2+ dépendante Prolifération polyclonale: capacité générale de réponse selon les voies transductionnelles engagées Diagnostic d un déficit Immunitaire sévère

20 Etude de la prolifération lymphocytaire : ACTIVATEURS SPECIFIQUES 1) Antigènes de rappel : antigènes de vaccination tuberculine anatoxine tétanique antigènes de l environnement candidine streptocoque CMV Mesure la capacité à développer une réponse mémoire spécifique 2) Alloantigènes : d histocompatibilité (MLR)

21 Exploration de l Immunité Humorale In Vitro : Dosage des classes d Igs: IgG, IgA, IgM, IgE, IgD Néphélémétrie ELISA Numération des Lymphos B (cytométrie) CD19- CD20-Ig de Mb Etude de leur Production d Anticorps in vitro Après une activation par un agent stimulant des lymphocytes B :Récolte des cellules après 6 à 7 jours de culture: ELISPOT substrat jaune violet Ac PAL PAL YY Y Y Y Y Y Y Y Y Y YY Y Y Y Y Y Y Y Y Y In Vivo : Production d Acs spécifiques en réponse à un rappel d Ag vaccinal. Y Y

22 Marqueurs lymphocytes B Marqueur fidèle (toutes les populations quelque soit leur niveau d activation/differenciation : CD19) Marqueurs de différenciation : CD27-/IgM+/IgD+ naifs CD27+/IgM+/IgD+ mémoire avant commutation CD27+/IgM-/IgD- mémoire après commutation

23 Cytométrie en Flux: Explorations de l Immunité cellulaire In Vitro NFS= Nombre de lymphocytes circulants - Phénotypage lymphocytaire T: CD3+ CD4+/- CD8+/- - Marqueurs d activation lymphocytaire (HLA-DR) - Marqueur cellule naïve/cellule mémoire CD45RA+/CD62L+ CD45RA- ou RO+/CD62L+ central mémoire Tests fonctionnels: - Prolifération - Production de cytokines - Tests de cytotoxicité In Vivo Tests d Hypersensibilité retardé CD45RA- ou RO+/CD62Leffecteur mémoire CD45RA+ ou RO-/CD62Lrevertant

24 In Vitro 2) Mesure de la prolifération lymphocytaire T par 2-1-Incorporation de thymidine tritiée 3 TH Expression en cpm et en index de stimulation (cpm test/cpm control négatif) par rapport à des normes chez des sujets sains

25 In Vitro 3)Mesure de la production de cytokines par les cellules immunitaires Activation des cellules en culture non spécifique / spécifique Récolte du surnageant de culture après 24 à 48 h - Dosage Immunoenzymatique - Dosage Cytométrie en flux Récolte du culot cellulaire après 18 à 24 h Quantification des cellules CD4+/CD8+ productrices - Cytométrie en flux - ELISPOT - Quantification des ARNm

26 In Vitro 3-1- Mesure de la production extracellulaire par technique ELISA Différents types d ELISA

27

28 Production de cytokines : Méthodes

29 In Vitro 3-2- Mesure de production intracellulaire : par cytofluorométrie en intracytoplasmique Activation des cellules non spécifique/spécifique Blocage de la sécrétion Marquage de membrane Ag de surface Marquage intracellulaire cytokine Lecture en cytométrie de flux

30 In Vitro 3-2-Quantification des cellules T productrices d IFNγ après stimulation - par des peptides de 9 aa réponse des LT CD8+ spécifiques - par des Ag ou peptides 20 aa réponse des LT CD4+ spécifiques Cellules T activées traitées par un inhibiteur qui bloque le transport des protéines blocage des Cytokines dans le RE Fixation et perméabilisation des cellules Pénétration des Ac anti Cytokine et liaison aux Cytokines intracytoplasmiques d après Immunobiology 5, C. A. Janeway

31 In Vitro 3-3-Numération des cellules secrétrices : par ELISpot (Enzyme Linked Immuno Spot) Quantification des cellules T productrices d IFNγ après stimulation par des peptides de 9 aa réponse des LT CD8+ spécifiques par des Ag ou des peptides de 20 aa réponse des LT CD4+ spécifiques Peptides ou antigène substrat jaune IFNγ violet PAL PAL Y Y Y Y Y Y Y Y Y Y Y Y Y Y Y Y Y Y Y Y Y Y Y Y Expression des résultats en nb de spots/106 cellules mononucléées

32 In Vitro 4) Test de cytotoxicité : Mesure de la cytotoxicité par relargage de Cr radioactif 1er temps : développement in vitro des cellules effectrices cytotoxiques coculture - de cellules mononucléées du sang périphérique - avec des cellules dites stimulantes, irradiées qui possèdent les antigènes contre lesquels on veut développer des CTL (infection virus recombinant, chargement peptides, transfection gène) Obtention après 5 jours de cellules cytotoxiques spécifiques de l antigène choisi

33 In Vitro 2ème temps : mesure de la cytotoxicité par relargage du 51 Cr par des lignées cellulaires exprimant les molécules du CMH identiques aux CTL et l antigène étudié Cellules cibles marquées avec du Na 2 51 CrO 4 Addition des cellules T cytotoxiques pendant au moins 4H Cellules cibles tuées larguent Le chrome radioactif Immunobiology 5, C. A. Janeway Radioactivité libérée proportionnelle au nombre de cellules détruites

34 In Vivo Hypersensibilité retardée Après un 1er contact avec l Ag CD4 TH1 mémoires Sensibilisées à l Ag: Ex: tuberculine après Infection tuberculeuse Vaccination BCG Nbs autres cytokines et chimiokines Macrophage CPA CD80/86 CMH II CD28 TCR CD4 IL-2 IFN-γ IL-2 IFN-γ IL-2 IL-12 Retardé: délai nécessaire à la rencontre de l Ag avec T spécifiques,prolifération et migration mono/macrophages

35 In Vivo Hypersensiblité retardée : Etude in vivo Hypersensiblité retardée à la tuberculine Injection intra-dermique de tuberculine Lecture 48 h et 72 h après l injection : induration mesurer le diamètre de l induration < 5mm = Réaction négative: Pas de contact antérieur avec BK ou BCG Déficit de la réponse Immunitaire si contact antérieur > 5mm = Réaction positive: contact antérieure Parfois phlycténulaire ou nécrotique: suspicion d infection Histologie montre la présence de lymphocytes T et de nombreux monocytes/macrophages Hypersensibilité à différents Ags présents dans la nature: Candidine etc

Activation et polarisation des lymphocytes T. A. Toubert Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité, Hôpital Saint-Louis

Activation et polarisation des lymphocytes T. A. Toubert Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité, Hôpital Saint-Louis Activation et polarisation des lymphocytes T A. Toubert Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité, Hôpital Saint-Louis Immunité acquise La réponse innée reconnaît des structures conservées entre

Plus en détail

LA REPONSE ALLOGENIQUE. C. René -2011

LA REPONSE ALLOGENIQUE. C. René -2011 LA REPONSE ALLOGENIQUE C. René -2011 Les Lois de la transplantation Rôle des lymphocytes T Transfert de l immunité par les cellules T Infiltrat de cellules mononuclées disposé en manchons péri-vasculaire:

Plus en détail

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie 1977 - Terme utilisé par Jonas Salk. 1983 - Rassemble tous les aspects des vaccinations : biologiques, immunologiques et cliniques ainsi

Plus en détail

Cytokines & Chimiokines

Cytokines & Chimiokines Cytokines & Chimiokines I. (D après Förster, R. et al. (1999) Cell 99:23) Dans le but d étudier la régulation de la circulation des leucocytes dans l organisme, des souris déficientes pour le récepteur

Plus en détail

Cytométrie en flux. DES de Biologie Médicale Enseignement d Immunologie ET05. Phnom Penh Septembre 2009

Cytométrie en flux. DES de Biologie Médicale Enseignement d Immunologie ET05. Phnom Penh Septembre 2009 DES de Biologie Médicale Enseignement d Immunologie ET05 Cytométrie en flux Phnom Penh Septembre 2009 Michelle Rosenzwajg Service de Biothérapies/UPMC CNRS UMR7211 INSERM U959 Pitié-Salpétrière - Paris

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

Immunité adaptative : activation et polarisation des lymphocytes T.

Immunité adaptative : activation et polarisation des lymphocytes T. Immunité adaptative : activation et polarisation des lymphocytes T. Marcelo de Carvalho, Olivier Adotévi, Valérie Frenkel, Gilles Thibault, Richard Le Naour I-Introduction... 2 II-Activation des lymphocytes

Plus en détail

Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines

Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines Jean Daniel Lelièvre, Yves Lévy, Pierre Miossec I-Introduction... 2 II-Les interférons... 2 II-1.L interféron... 3 II-1-a.

Plus en détail

Cytokines ; Chimiokines

Cytokines ; Chimiokines Cytokines ; Chimiokines I. Dans le but d étudier la régulation de la circulation des leucocytes dans l'organisme, des souris déficientes pour le récepteur CCR7 de chimiokine ont été générées par recombinaison

Plus en détail

Mécanisme des réactions inflammatoires

Mécanisme des réactions inflammatoires 01/04/2014 THOMASSIN Guillaume L2 Revêtement Cutané Dr. Sophie Deplat-Jégo Relecteur 4 8 pages Revêtement cutané Mécanisme des réactions inflammatoires cutanés Mécanisme des réactions inflammatoires Plan

Plus en détail

Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli

Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli Les cytokines et leurs récepteurs Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli l i@ i 1 Les cytokines et leurs récepteurs 2 mécanismes principaux d interactions cellulaires : - contact membranaire

Plus en détail

L immunité est assurée par le système immunitaire

L immunité est assurée par le système immunitaire L immunité est assurée par le système immunitaire végétations amydales 1. Organes primaires, centraux ou producteurs canaux lymphatiques thymus rate ganglions lymphatiques 2. Organes secondaires, périphériques

Plus en détail

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD?

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? Hélène MANGEARD François MALADRY Tuberculose : infection mycobactérienne Infection mycobactérienne chronique (M. Tuberculosis ++ ou bacille

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Le phénotype immunitaire d un individu caractérise sa capacité à répondre, grâce aux effecteurs de l immunité adaptative, aux différents agents

Plus en détail

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points)

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) Lycée M hamdia Année scolaire : 2011/2012 Prof : Saïd Mounir Date : 17/05/2012 Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) EXERCIE N O 1: (4 points) : 1 : a-b 2 : b 3 : a-b 4 : d 5 : d 6 :

Plus en détail

Revêtement cutané Mécanismes des réactions inflammatoires cutanées. Mécanismes des réactions inflammatoires cutanées

Revêtement cutané Mécanismes des réactions inflammatoires cutanées. Mécanismes des réactions inflammatoires cutanées 07/04/15 GRANGEON Anastasia L2 (CR : Hamza Berguigua) Revêtement cutané Dr Sophie Jego 12 pages Mécanismes des réactions inflammatoires cutanées Plan A. Organisation du tissu cutané B. Fonctions physiologiques

Plus en détail

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis INTRODUCTION Plus de 300. 10 6 porteurs chroniques de VHB dans le monde Hépatite chronique

Plus en détail

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA 16/11/12 TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA Chantal GAUTREAU LABORATOIRE HLA S E R V I C E D I M M U N O L O G I E E T D H I S T O C O M PAT I B I L I T É, A P - H P, HÔPITAL SAINT LOUIS, PARIS,

Plus en détail

Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins»

Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins» Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins» Bernard Duval Institut National de Santé Publique du Québec 18 avril 2002 Objectifs Grands axes de la réponse immunitaire Conjugaison

Plus en détail

Observer : l'absence de noyau des hématies la petite taille des plaquettes la forme et la taille des noyaux (leucocytes) ACTIVITES ELEVES TS

Observer : l'absence de noyau des hématies la petite taille des plaquettes la forme et la taille des noyaux (leucocytes) ACTIVITES ELEVES TS 4.1 La réaction inflammatoire, un exemple de réponse innée 4.1.1 Les cellules de défense au microscope optique : Par l'observation d'une goutte de sang humain au microscope, repérer chaque type de cellule

Plus en détail

Donnou S. caractérisation des cellules microgliales adultes et de leur potentiel en immunotherapie des tumeurs cerebrales TEL-00341604

Donnou S. caractérisation des cellules microgliales adultes et de leur potentiel en immunotherapie des tumeurs cerebrales TEL-00341604 Vaisseaux méningés Sinus veineux Os crânien Dure-mère Espace Périvasculaire Cortex cérébral ventricules Substance blanche Flux de LCR Villosités arachnoïdes Sinus veineux Plexus choroïdes Substance grise

Plus en détail

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours Biologie cellulaire Perfectionnement à la culture cellulaire durée : 4 jours ingénieurs, chercheurs et chefs de projet connaissances de base en culture cellulaire ou validation du module «initiation à

Plus en détail

COUSIN Fabien KERGOURLAY Gilles. 19 octobre 2007. de l hôte par les. Master 2 MFA Responsable : UE Incidence des paramètres environnementaux

COUSIN Fabien KERGOURLAY Gilles. 19 octobre 2007. de l hôte par les. Master 2 MFA Responsable : UE Incidence des paramètres environnementaux COUSIN Fabien KERGOURLAY Gilles 19 octobre 2007 Inhibition des défenses de l hôte par les bactéries pathogènes Master 2 MFA Responsable : UE Incidence des paramètres environnementaux Gwennola ERMEL I Détection

Plus en détail

LE SYSTÈME IMMUNITAIRE

LE SYSTÈME IMMUNITAIRE LE SYSTÈME IMMUNITAIRE INTRODUCTION Système de protection contre éléments vivants étrangers But: Assurer l intégrité de l organisme 2 tâches successives: Identifier l agresseur => Nécessité de discriminer

Plus en détail

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de Mabsolut-DEF-HI:Mise en page 1 17/11/11 17:45 Page1 le département prestataire de services de MABLife de la conception à la validation MAB Solut intervient à chaque étape de vos projets Création d anticorps

Plus en détail

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES Classement NABM : non inscrit code : non codé DÉCEMBRE 2006 Service évaluation des actes professionnels

Plus en détail

Immunopathologie et immunointervention : Allergies Hypersensibilité de type I. Allergies Hypersensibilité de type I

Immunopathologie et immunointervention : Allergies Hypersensibilité de type I. Allergies Hypersensibilité de type I 28/10/2013 MAIROT Kévin D1 Immunopathologie et immunointervention Professeur J. Vitte 8 pages Plan: Allergies Hypersensibilité de type I A. Physiopathologie de l'allergie : I. Schéma global de la réaction

Plus en détail

Chapitre 16. Exploration des polynucléaires neutrophiles. Guide des analyses en immunologie 2014 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés

Chapitre 16. Exploration des polynucléaires neutrophiles. Guide des analyses en immunologie 2014 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés Chapitre 16 Exploration des polynucléaires neutrophiles Guide des analyses en immunologie 2014 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés 218 Exploration de l immunité cellulaire Synopsis XVIII Stratégie

Plus en détail

Mécanismes de l alloréactivité, des rejets de greffe et de la réaction du greffon contre l hôte.

Mécanismes de l alloréactivité, des rejets de greffe et de la réaction du greffon contre l hôte. Mécanismes de l alloréactivité, des rejets de greffe et de la réaction du greffon contre l hôte. Marcelo de Carvalho Bittencourt, Christophe Baron, Gilles Blancho, Myriam Labalette, Hélène Moins Teisserenc

Plus en détail

LA STOMATITE LYMPHOPLASMOCYTAIRE FELINE

LA STOMATITE LYMPHOPLASMOCYTAIRE FELINE ANNEE 2006 THESE : 06 TOU 3 4103 LA STOMATITE LYMPHOPLASMOCYTAIRE FELINE MECANISMES IMMUNOPATHOLOGIQUES ET APPLICATIONS THERAPEUTIQUES THESE pour obtenir le grade de DOCTEUR VETERINAIRE DIPLOME D ETAT

Plus en détail

intracellulaires et extracellulaires

intracellulaires et extracellulaires - 1 - ACADEMIE DE PARIS Année 211 MEMOIRE pour l obtention du DES d Anesthésie- Réanimation Coordinateur : Monsieur le Professeur Didier Journois Par Jeanne Chatelon Présenté et soutenu le 18 octobre Rôle

Plus en détail

ECOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES. MEMOIRE Présenté par Caroline FLAMENT

ECOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES. MEMOIRE Présenté par Caroline FLAMENT MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE ECOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES Science de la vie et de la terre MEMOIRE Présenté par Caroline FLAMENT Pour l obtention du diplôme de l Ecole Pratique des Hautes Etudes

Plus en détail

Atelier : Détection de la mort cellulaire par apoptose en réponse à un agent anti-tumoral.

Atelier : Détection de la mort cellulaire par apoptose en réponse à un agent anti-tumoral. - La cytométrie en flux est une méthode d analyse de cellules en suspension, véhiculées à grande vitesse jusqu à une chambre d analyse traversée par des faisceaux lasers. L interaction des cellules avec

Plus en détail

Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges. Membre enseignant chercheur EA 4021

Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges. Membre enseignant chercheur EA 4021 Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges Membre enseignant chercheur EA 4021 Rhumatisme inflammatoire chronique Prévalence des SA ies en Europe = 1 à 2% Age moy : 26 ans, ratio homme/femme:

Plus en détail

ANTICORPS POLYCLONAUX ANTI IMMUNOGLOBULINES

ANTICORPS POLYCLONAUX ANTI IMMUNOGLOBULINES L OUTIL IDEAL POUR TOUTES LES DETECTIONS IMMUNOCHIMIQUES pour toutes les techniques immunodosages (EIA/ELISA) dot/ westernblot immunohistochimie immunocytochimie cytométrie en flux quel que soit le système

Plus en détail

Anticorps anti-hla en transplantation rénale

Anticorps anti-hla en transplantation rénale Anticorps anti-hla en transplantation rénale Caroline Suberbielle Laboratoire d'immuno-histocompatibilité Hôpital St Louis Paris Définitions Patient «naïf» Patient sans événement immunisant Homme ou enfant

Plus en détail

La détection des cellules du système immunitaire par la Cytométrie en flux

La détection des cellules du système immunitaire par la Cytométrie en flux La détection des cellules du système immunitaire par la Cytométrie en flux Les différentes méthodes de détection des cellules du système immunitaire 1 - Etude morphologique Elle est réalisée sur 2 types

Plus en détail

Mécanismes moléculaires à l origine des maladies autoimmunes

Mécanismes moléculaires à l origine des maladies autoimmunes Mécanismes moléculaires à l origine des maladies autoimmunes Sébastien Lacroix-Desmazes INSERM UMRS 1138 Immunopathology and herapeutic Immunointervention CRC - Paris, France Ma connaissance d un patient

Plus en détail

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES Classement NABM : non inscrit code : non codé DÉCEMBRE 2006 Service évaluation des actes professionnels

Plus en détail

Production d effecteurs immuns. Veronique DECOT, MCU-PH UTCT (Unité de Thérapie Cellulaire et Tissus) CHU de Nancy

Production d effecteurs immuns. Veronique DECOT, MCU-PH UTCT (Unité de Thérapie Cellulaire et Tissus) CHU de Nancy Production d effecteurs immuns Veronique DECOT, MCU-PH UTCT (Unité de Thérapie Cellulaire et Tissus) CHU de Nancy Conditionnement Receveur Allogreffe de CSH Non prise et rejet de la greffe Donneur Immunosuppression

Plus en détail

Enseignement de Virologie (part. 2) Pr. Y. BAKRI Plan du cours

Enseignement de Virologie (part. 2) Pr. Y. BAKRI Plan du cours Université Mohammed V-Agdal Département de Biologie Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 4 Année Universitaire : 2004-2005 Module optionnel: Biologie Humaine (M 16.1) Elément : Parasitologie - Virologie

Plus en détail

Plateau technique de cytométrie Fatima-Ezzahra L Faqihi-Olive, IE université. Alger,08/05/07 F-E L'Faqihi-Olive, IFR30 Toulouse 1

Plateau technique de cytométrie Fatima-Ezzahra L Faqihi-Olive, IE université. Alger,08/05/07 F-E L'Faqihi-Olive, IFR30 Toulouse 1 Plateau technique de cytométrie Fatima-Ezzahra L Faqihi-Olive, IE université Alger,08/05/07 F-E L'Faqihi-Olive, IFR30 Toulouse 1 Plateau technique de cytométrie Fatima-Ezzahra L Faqihi-Olive, IE université

Plus en détail

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002.

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. Le diagnostic de la tuberculose bovine La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. 1. Tuberculination Dans la première phase d une infection de tuberculose bovine (Mycobacterium

Plus en détail

Anticorps, vaccins, immunothérapies allergéniques tout savoir sur les progrès de l immunothérapie en 20 questions

Anticorps, vaccins, immunothérapies allergéniques tout savoir sur les progrès de l immunothérapie en 20 questions Anticorps, vaccins, immunothérapies allergéniques tout savoir sur les progrès de l immunothérapie en 20 questions De quoi se compose le système immunitaire? Chaque jour, des substances étrangères, appelées

Plus en détail

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités Immunité & Vieillissement Vaccinations universelles Grippe Zona Coqueluche Pneumocoque Voyageur LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités La vaccination

Plus en détail

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences de Rabat Laboratoire de Zoologie et de Biologie générale Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Histologie-Embryologie

Plus en détail

THÈSE présentée par :

THÈSE présentée par : UNIVERSITÉ FRANÇOIS - RABELAIS DE TOURS ÉCOLE DOCTORALE SST EA 4245 Cellules dendritiques, Immunomodulation et Greffes THÈSE présentée par : Caroline PILON soutenue le : 4 Février 2009 pour obtenir le

Plus en détail

L adhérence cellulaire

L adhérence cellulaire UE2 : Biologie cellulaire Migration cellulaire, domiciliation et cancer Chapitre 2 : L adhérence cellulaire Pierre CAVAILLES Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

La cytométrie en flux. Chloé Journo, ENS Lyon Jean-François Madre, ENS Lyon IFÉ Publié par Gérard Vidal et Charles-Henri Eyraud

La cytométrie en flux. Chloé Journo, ENS Lyon Jean-François Madre, ENS Lyon IFÉ Publié par Gérard Vidal et Charles-Henri Eyraud La cytométrie en flux Chloé Journo, ENS Lyon Jean-François Madre, ENS Lyon IFÉ Publié par Gérard Vidal et Charles-Henri Eyraud La cytométrie en flux par Chloé Journo, Jean-François Madre, Gérard Vidal,

Plus en détail

Séquence 10. Le maintien de l intégrité de l organisme : quelques aspects de la réaction immunitaire. Sommaire

Séquence 10. Le maintien de l intégrité de l organisme : quelques aspects de la réaction immunitaire. Sommaire Séquence 10 Le maintien de l intégrité de l organisme : quelques aspects de la réaction immunitaire Sommaire Chapitre 1. Pré-requis Chapitre 2. La réaction inflammatoire, un exemple de réponse innée Chapitre

Plus en détail

ETUDES FONCTIONELLES SUR MODELES CELLULAIRES

ETUDES FONCTIONELLES SUR MODELES CELLULAIRES ETUDES FONCTIONELLES SUR MODELES CELLULAIRES - LES TECHNIQUES DE FRACTIONNEMENT TISSULAIRE ET CELLULAIRE - LA CYTOMETRIE EN FLUX - LES CULTURES CELLULAIRES Professeur Jean CAMBAR Laboratoire de Biologie

Plus en détail

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde 1 ETSL Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde TP 1 GABIN-GAUTHIER 13/11/2009 I. LA MALADIE... 2 II. TECHNIQUES QUALITATIVES... 2 1. PRINCIPE... 2 2. MODE OPERATOIRE... 3 2.1. WRST ou Waaler Rose

Plus en détail

Régulation de la réponse immunitaire par les molécules HLA

Régulation de la réponse immunitaire par les molécules HLA Régulation de la réponse immunitaire par les molécules HLA G Sterkers, D Zeliszewski, A Eljaatari-Corbin To cite this version: G Sterkers, D Zeliszewski, A Eljaatari-Corbin. Régulation de la réponse immunitaire

Plus en détail

QuantiFERON TB Gold in tube

QuantiFERON TB Gold in tube Qu est-ce que le QuantiFERON? Test sanguin de dépistage de l infection tuberculeuse. QuantiFERON TB Gold in tube Test ELISA qui mesure la réponse immunitaire à médiation cellulaire à l infection tuberculeuse.

Plus en détail

TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE

TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE TOXIC SHOCK SYNDROME Généralités Syndrome du à une sécrétion d exotoxine Staphylocoques, Streptocoque groupe A Manifestations cliniques non liées au lieu

Plus en détail

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY)

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) Lise Vézina, technicienne de laboratoire Michel Lacroix, agronome-phytopathologiste Direction de l innovation scientifique et technologique Au Laboratoire

Plus en détail

Module d Immunologie. 2eme Année Licence Tronc Commun des Sciences de la Nature Année universitaire 2014-2015 Dr A.Ghidouche / Dr D.

Module d Immunologie. 2eme Année Licence Tronc Commun des Sciences de la Nature Année universitaire 2014-2015 Dr A.Ghidouche / Dr D. Module d Immunologie 2eme Année Licence Tronc Commun des Sciences de la Nature Année universitaire 2014-2015 Dr A.Ghidouche / Dr D.Ait-Ali Annexe : Techniques utilisée en immunologie La majorité sont des

Plus en détail

Dosages à réactifs marqués

Dosages à réactifs marqués Dosages à réactifs marqués Principe = réaction Ag-Ac un des deux réactifs (Ag ou Ac) est marqué par un traceur Différentes méthodes selon que le traceur est radioactif (RIA), enzymatique (EIA) ou luminescent

Plus en détail

BASES MOLÉCULAIRES DE L IMMUNOTOXICITÉ

BASES MOLÉCULAIRES DE L IMMUNOTOXICITÉ Master 2 - TES UE2 : Mécanismes des toxiques BASES MOLÉCULAIRES DE L IMMUNOTOXICITÉ Octobre 2013 Pr Saadia Kerdine-Römer Faculté de Pharmacie Paris Sud, Toxicologie INSERM U996 saadia.kerdine-romer@u-psud.fr

Plus en détail

Cours 3 - Cytométrie en flux - Tri cellulaire

Cours 3 - Cytométrie en flux - Tri cellulaire Biocell C. Alcaide 16/01/2012 Cours 3 - Cytométrie en flux - Tri cellulaire I - Cytometrie en flux Cytométrie en flux : Analyses quantitatives sur des cellules ou populations cellulaires C'est une technique

Plus en détail

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage 2 HTS 3 Immunologie / Immunologie Informations Techniques 3 I 2 ELISA 96 Puits 3 I 4 ELISA 96 Puits en Barrettes 3 I 6 en Barrettes de 8 Puits 3 I 7 en Barrettes de 12 Puits 3 I 8 en Barrettes de 16 Puits

Plus en détail

Facteurs immunologiques et environnementaux dans les MAI. Dr Thierry VINCENT Laboratoire d Immunologie Hôpital St ELOI

Facteurs immunologiques et environnementaux dans les MAI. Dr Thierry VINCENT Laboratoire d Immunologie Hôpital St ELOI Facteurs immunologiques et environnementaux dans les MAI Dr Thierry VINCENT Laboratoire d Immunologie Hôpital St ELOI MAI = rupture de tolérance RI contre Ag du soi tolérance centrale = dans le thymus

Plus en détail

Méthodes expérimentales en immunologie

Méthodes expérimentales en immunologie Méthodes expérimentales en immunologie 1 Techniques de phénotypage 2 Analyse fonctionnelle in vitro 3 Modèles de souris Marie Alix Poul Institut de recherche en cancérologie, Montpellier marie alix.poul

Plus en détail

Item 116 : Maladies autoimmunes

Item 116 : Maladies autoimmunes Item 116 : Maladies autoimmunes COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Définition du concept d'auto-immunité...3

Plus en détail

THÈSE. Docteur. l Institut des Sciences et Industries du Vivant et de l Environnement (Agro Paris Tech) Leïla Périé. le 14/10/2009

THÈSE. Docteur. l Institut des Sciences et Industries du Vivant et de l Environnement (Agro Paris Tech) Leïla Périé. le 14/10/2009 THÈSE pour obtenir le grade de Docteur de l Institut des Sciences et Industries du Vivant et de l Environnement (Agro Paris Tech) Spécialité : Immunologie présentée et soutenue publiquement par Leïla Périé

Plus en détail

Université Victor Segalen Bordeaux 2 UFR Science de la Vie

Université Victor Segalen Bordeaux 2 UFR Science de la Vie Université Victor Segalen Bordeaux 2 UFR Science de la Vie Licence Professionnelle «Techniques et Applications en Biologie Cellulaire et Biologie Moléculaire» Examen 2006-2007 UE1 : «Technologies en Biologie

Plus en détail

Contact SCD Nancy 1 : theses.sante@scd.uhp-nancy.fr

Contact SCD Nancy 1 : theses.sante@scd.uhp-nancy.fr AVERTISSEMENT Ce document est le fruit d'un long travail approuvé par le jury de soutenance et mis à disposition de l'ensemble de la communauté universitaire élargie. Il est soumis à la propriété intellectuelle

Plus en détail

Enseignement de Virologie (part. 2) Pr. Y. BAKRI Plan du cours

Enseignement de Virologie (part. 2) Pr. Y. BAKRI Plan du cours Université Mohammed V-Agdal Département de Biologie Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 4 Année Universitaire : 2009-2010 Module optionnel: Biologie Humaine (M 16.1) Elément : Parasitologie - Virologie

Plus en détail

DASES Réseau tuberculose 10 janvier 2006

DASES Réseau tuberculose 10 janvier 2006 DASES Réseau tuberculose 10 janvier 2006 Place des Nouveaux Tests de Dosage de L INTERFERON GAMMA dans le diagnostic de la Tuberculose Fadi ANTOUN, Cellule Tuberculose DASES Le Quotidien du Médecin 2005

Plus en détail

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE)

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Cycle de réplication virale du VIH Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Pourquoi est-ce important de comprendre le

Plus en détail

Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques (CSH) auto-renouvellement et différenciation

Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques (CSH) auto-renouvellement et différenciation Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques (CSH) auto-renouvellement et différenciation reconstitution d un système hématopoïétique (anormal ou détruit après conditionnement) Origine : Moelle osseuse

Plus en détail

MODULE DE VIROLOGIE 2010 IMMUNITE INNEE ANTIVIRALE CHEZ LES VERTEBRES

MODULE DE VIROLOGIE 2010 IMMUNITE INNEE ANTIVIRALE CHEZ LES VERTEBRES MODULE DE VIROLOGIE 2010 IMMUNITE INNEE ANTIVIRALE CHEZ LES VERTEBRES Marc DALOD CIML Téléphone 04-91-26-94-51 email: dalod@ciml.univ-mrs.fr INTRODUCTION BRAINSTORMING PAR PETITS GROUPES (10 MIN) 1) Qu

Plus en détail

www.fnama.fr Tuberculose Pr. Jean-Louis Herrmann Service de Microbiologie, Hôpital R. Poincaré, Garches jean-louis.herrmann@rpc.aphp.

www.fnama.fr Tuberculose Pr. Jean-Louis Herrmann Service de Microbiologie, Hôpital R. Poincaré, Garches jean-louis.herrmann@rpc.aphp. Tuberculose intérêt des tests sanguins Pr. Jean-Louis Herrmann Service de Microbiologie, Hôpital R. Poincaré, Garches jean-louis.herrmann@rpc.aphp.fr Pouvoir Pathogène : Maladie Granulomateuse Chronique

Plus en détail

Optimisation grâce aux Systèmes Immunitaires Artificiels

Optimisation grâce aux Systèmes Immunitaires Artificiels Optimisation grâce aux Systèmes Immunitaires Artificiels Mokhtar GHARBI Professeur encadrant : Vincent RODIN CERV : Centre Européen de Réalité Virtuelle EA 3883 EBV Ecosystémique et Biologie Virtuelles

Plus en détail

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible

Plus en détail

Sommaire de la séquence 8

Sommaire de la séquence 8 Sommaire de la séquence 8 Nous avons découvert dans la séquence 7 que les micro-organismes sont présents partout dans notre environnement et qu à la faveur d une lésion, ils sont capables de franchir nos

Plus en détail

F.Benabadji Alger 22.11.13

F.Benabadji Alger 22.11.13 F.Benabadji Alger 22.11.13 ALLERGIE DANS LE MONDE 4ÉME RANG MONDIAL (OMS) PROBLÈME DE SANTÉ PUBLIQUE LES CAUSES Notre environnement (industriel, technologique, scientifique et climatique) * Allergènes

Plus en détail

Notre système. Immunitaire

Notre système. Immunitaire Notre système Immunitaire Notre système Immunitaire Edito L association I.R.I.S. salue l initiative de Sara Lebien, qui en écrivant cet ouvrage et en proposant une illustration gaie et coloré a rendu l

Plus en détail

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus : implication des voies de signalisation intracellulaire du processus de RVD. Audrey Fouchs Confrontées

Plus en détail

Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct)

Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct) Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct) Mise en évidence par le réactif de Coombs polyspécifique d une fixation des anticorps (Igs) ou des fractions du complément (C3d) sur les hématies du

Plus en détail

82 collaborateurs 52 millions

82 collaborateurs 52 millions Édito Chiffre d affaires à fin Septembre 2007 Assemblée générale du 26 juin 2007 Réponses aux questions des actionnaires * Actualité R&D et produits I 2 : la science d Innate * Innate Pharma et ses actionnaires

Plus en détail

BULLETIN L ACADÉMIE NATIONALE DE MÉDECINE. Tome 198 2014

BULLETIN L ACADÉMIE NATIONALE DE MÉDECINE. Tome 198 2014 BULLETIN DE L ACADÉMIE NATIONALE DE MÉDECINE Tome 198 2014 Tome 198 Janvier N o 1 2014 BULLETIN DE L ACADÉMIE NATIONALE DE MÉDECINE publié par MM. Raymond Ardaillou, Secrétaire perpétuel et Daniel Couturier,

Plus en détail

STRATEGIES DE SURVIE DES VIRUS ET DEFENSE DE L'HOTE

STRATEGIES DE SURVIE DES VIRUS ET DEFENSE DE L'HOTE STRATEGIES DE SURVIE DES VIRUS ET DEFENSE DE L'HOTE d'après le cours de Jean-Louis VIRELIZIER, Unité d'immunologie Virale, Institut Pasteur, Paris. INTRODUCTION L'étude des moyens de défense de l'organisme

Plus en détail

Interprétation et signification d un test IGRA en pratique quotidienne

Interprétation et signification d un test IGRA en pratique quotidienne La lutte antituberculeuse en 2013 Institut Pasteur Paris 19 Mars 2013 Interprétation et signification d un test IGRA en pratique quotidienne Dr Emmanuel Bergot Service de Pneumologie, CHU Côte de Nacre

Plus en détail

LA MALADIE DE WALDENSTRÖM expliquée au néophyte

LA MALADIE DE WALDENSTRÖM expliquée au néophyte LA MALADIE DE WALDENSTRÖM expliquée au néophyte Comment comprendre sa maladie de Waldenström lorsque l'on est ni médecin, ni biologiste? Bernard Cornillon, biochimiste à l'inserm, a rédigé ce document

Plus en détail

DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la réglementation sur les thérapies cellulaires.

DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la réglementation sur les thérapies cellulaires. Produits de thérapie cellulaire DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la réglementation sur les thérapies cellulaires. DIAPOSITIVE 2 La fabrication des thérapies cellulaires est examinée par la Division

Plus en détail

CELLINE. Bioréacteur à usage unique pour une expression efficace des protéines

CELLINE. Bioréacteur à usage unique pour une expression efficace des protéines CELLINE Bioréacteur à usage unique pour une expression efficace des protéines Une technologie à double compartiment Nutriments Déchets Glucose Glutamine Lactate Ammonium Compartiment du milieu de culture

Plus en détail

evaluation D UN COMPLeMENT ADAPTOGeNE SUR LA PERFORMANCE ET SUR L IMMUNITe NON SPeCIFIQUE CHEZ LES PUR-SANG

evaluation D UN COMPLeMENT ADAPTOGeNE SUR LA PERFORMANCE ET SUR L IMMUNITe NON SPeCIFIQUE CHEZ LES PUR-SANG Xxxxx etude Adaptogene evaluation D UN COMPLeMENT ADAPTOGeNE SUR LA PERFORMANCE ET SUR L IMMUNITe NON SPeCIFIQUE CHEZ LES PUR-SANG Cette etude a ete financee par PAVESCO - TWYDIL tatiana art, clemence

Plus en détail

Allergie et toxiques Rôle des cellules dendritiques

Allergie et toxiques Rôle des cellules dendritiques Allergie et toxiques Rôle des cellules dendritiques Pr Saadia Kerdine-Römer saadia.kerdine-romer@u-psud.fr MASTER 2 THERV C2 ANNÉE 2013-2014 Mécanismes des réactions allergiques Notion d haptène Formation

Plus en détail

Les biothérapies II L3 : UE Immuno-pathologie et Immuno-intervention

Les biothérapies II L3 : UE Immuno-pathologie et Immuno-intervention Les biothérapies II L3 : UE Immuno-pathologie et Immuno-intervention Dr Cédric Ménard, MCU-PH Service ITecH INSERM U917 Rennes Dr Florian Lemaitre, AHU Service de Pharmacologie Centre d'investigation Clinique

Plus en détail

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 ACTUALITES THERAPEUTIQUES Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 Traitement de fond Objectifs: Réduire le nombre de poussées Arrêter ou freiner la progression du handicap Les traitements disponibles

Plus en détail

Contact SCD Nancy 1 : theses.sciences@scd.uhp-nancy.fr

Contact SCD Nancy 1 : theses.sciences@scd.uhp-nancy.fr AVERTISSEMENT Ce document est le fruit d'un long travail approuvé par le jury de soutenance et mis à disposition de l'ensemble de la communauté universitaire élargie. Il est soumis à la propriété intellectuelle

Plus en détail

LA TUBERCULOSE DU SUJET AGE:

LA TUBERCULOSE DU SUJET AGE: LA TUBERCULOSE DU SUJET AGE: PRISE EN CHARGE DIAGNOSTIQUE ET THÉRAPEUTIQUE. Dr. C.Cattenoz capacité de gériatrie Rennes 2013 La tuberculose: Maladie infectieuse bactérienne contagieuse à transmission interhumaine.

Plus en détail

Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse

Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse 7 ième édition Chapitre 4 : Le diagnostic de l infection tuberculeuse latente Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse, 7 ième édition est disponible

Plus en détail

UE 2 Biologie cellulaire Endocytose- Exocytose 22/09/2011

UE 2 Biologie cellulaire Endocytose- Exocytose 22/09/2011 UE 2 Biologie cellulaire Endocytose- Exocytose 22/09/2011 Hicham Bouhlal Laboratoire d Immunologie UFR Médecine, Amiens hicham.bouhlal@u- picardie.fr 009/2010 PCEM 1 Biologie Cellulaire P. Lemarchand IntroducKon

Plus en détail

ImageUP forma-on 2013 CYTOMETRIE EN FLUX. BD FACSVerse. BD FACSAria III

ImageUP forma-on 2013 CYTOMETRIE EN FLUX. BD FACSVerse. BD FACSAria III CYTOMETRIE EN FLUX BD FACSVerse BD FACSAria III Journée de Forma-on et Informa-on 6/11/2013 CYTOMETRIE EN FLUX Principe Applica4ons Tri Qu est que ce la cytométrie en flux? Individuelle Quan4ta4ve Qualita4ve

Plus en détail

TD de Biochimie 4 : Coloration.

TD de Biochimie 4 : Coloration. TD de Biochimie 4 : Coloration. Synthèse de l expérience 2 Les questions posées durant l expérience 2 Exposé sur les méthodes de coloration des molécules : Générique Spécifique Autres Questions Pourquoi

Plus en détail