PRINCIPALES ETAPES DE L'HEMATOPOIESE MEDULLAIRE (lignées, maturation, voies de domiciliation tissulaire) Partie II

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PRINCIPALES ETAPES DE L'HEMATOPOIESE MEDULLAIRE (lignées, maturation, voies de domiciliation tissulaire) Partie II"

Transcription

1 Le 23/09/13 SOGHOMONIAN Astrid, L2 Tissu sanguin et système immunitaire Pr Baccini 22 pages PRINCIPALES ETAPES DE L'HEMATOPOIESE MEDULLAIRE (lignées, maturation, voies de domiciliation tissulaire) Partie II Plan A. Définition B. Les différents compartiments I. Les cellules souches II. Les progéniteurs III. Les précurseurs IV. Les cellules matures C. Mécanismes moléculaires de la différenciation hématopoïétique I. Rôle des facteurs de transcription II. Rôle des facteurs de croissance III. Récepteurs des facteurs de croissance IV. Rôle du micro-environnement A. Définition L hématopoïèse représente l ensemble des événements concourant à la fabrication et au remplacement continu et régulé des cellules sanguines (production quotidienne de à cellules matures par jour). Les cellules sanguines sont des cellules différenciées avec des marqueurs de lignée, sans pouvoir mitotique et avec une durée de vie courte. La production des cellules sanguines est permanente et très importante au niveau de la moelle osseuse (exclusivement) du fait de l'absence de pouvoir mitotique chez ces cellules. (La production est exprimée en giga/jour) (Le prof a dit de bien connaître les durées de vie) 1/22

2 B. Les différents compartiments Les cellules sanguines (hématies, polynucléaires, lymphocytes, monocytes et plaquettes) dérivent toutes d une même cellule indifférenciée : la cellule souche multipotente ou cellule souche primitive. La cellule souche est capable de fournir tous les éléments figurés du sang. Cette cellule, sous l influence de différents facteurs, devient un progéniteur. Le progéniteur est une cellule indifférenciée engagée dans une voie de différenciation et ayant un haut pouvoir mitotique. Les progéniteurs perdent peu à peu leur pouvoir mitotique et deviennent spécifiques d une seule lignée : ce sont des précurseurs morphologiquement identifiables (au myélogramme). Les précurseurs se divisent puis acquièrent les marqueurs spécifiques de lignée : ce sont les cellules matures qui passent dans le sang. Les cellules matures exercent leur fonction au niveau sanguin. Ce sont, d'ailleurs, les seules situées dans le compartiment sanguin, les autres cellule étant toutes dans la moelle osseuse. 2/22

3 I. Les cellules souches Les cellules souches (CSH) ont des capacités de : Autorenouvellement ce qui permet de maintenir le pool de CSH et ainsi d'assurer tout au long de la vie, l'hématopoïèse sans aucune limite. Cette multiplication se fait sans aucune différenciation ; c'est un autorenouvellement pur. Différenciation et multipotence Sous l'influence de facteurs de croissance sécrétés par les composants du stroma suite à des stimuli (ces stimuli sont en relation avec les événements qui se produisent dans l'organisme.ex : une hémorragie) la cellule souche se divise et s'engage dans une voie de différenciation et puis vers une lignée. En fonction du stimuli extérieur, la CSH est capable de donner tous les lignages myéloïdes et lymphoïdes possibles : c'est la multipotence. Par exemple : si elle est stimulée par l'epo (érythropoïétine) elle s'engage vers la voie de différanciation érythroblastique. Expérience de Tille et Mc Culloh (1961) (mise en évidence des cellules souches) : La souris est d'abord irradiée létalement. On lui injecte ensuite de la moelle osseuse et 8 jours après sa rate est prélevée. Au niveau de la rate, sont visibles macroscopiquement, des points blancs (bleus sur le schéma) : ce sont des nodules. Chaque nodule est composé des colonies de cellules, parfois mixtes (1 ou maximum 2 lignées) et strictement identiques. Ces colonies reflètent l'injection de cellule souche dans la moelle irradiée, 8 jours auparavant. Une cellule souche sous l'effet d'un grand nombre de facteurs de croissance a donné soit des colonies d'érythroblastes soit de granuleux... Ces colonies sont monoclonales et toutes identiques. Elle sont parfois mixtes car les progéniteurs peuvent être engagés dans 2 voies de différenciation. Chez l'homme : -Une pathologie a permis de mettre en évidence l'aspect monoclonal. C'est la leucémie myéloïde chronique (LMC) qui est caractérisée par une anomalie cytogénétique du chromosome Phi (translocation). Cette anomalie est retrouvée chez les patients malades dans toutes les cellules hématopoïétiques mais pas dans les non hématopoïétiques. Ce qui montre bien que cette maladie touche la cellule souche et que celle-ci est capable de 3/22

4 donner tous les lignages hématopoïétiques. -Il existe aussi une enzyme : la G6PD, présente dans le globule rouge. Chez les femmes hétérozygotes pour la G6PD, atteintes de certaines pathologies hématologiques, on ne retrouve qu'un seul type de G6PD dans leurs cellules malades. -On a mis en place des tests de clonogénicité. Les cellules souches sont donc : peu nombreuses (représentent à 0,01 à 0,1% de la moelle osseuse) invisibles (pas visibles sur le myélogramme) totipotentes, c'est-à-dire qu'elles sont capables de donner tous les lignages hématopoïétiques présentes essentiellement dans la moelle (avec toujours une très faible quantité dans le sang) possèdent divers marqueurs: CD34 est utilisé couramment en clinique leur congélation est possible à -196 (avec de l'azote liquide), tout en maintenant leurs caractéristiques après décongélation. Elles sont bloquées en phase Go Tests permettant de les mettre en évidence (tests de clonogénicité): On dispose au fond d'une boîte de culture des cellules stromales médullaires, cellules adhérentes permettant aux cellules hématopoïétiques de se développer dans une vraie moelle. Pendant 30 jours, on cultive ces cellules en présence de facteurs hématopoïétiques et d'une moelle de patient. Au bout de 30 jours, on repique ces cellules dans un milieu semi-gélosé avec des facteurs de croissance. Au bout de 15 jours, on retrouve dans la boîte des nodules représentés exclusivement par des cellules érythroïdes ou granuloïdes ou monocytaires. (Si le facteur de croissance est l'epo on retrouvera uniquement des érythroblastes dans les nodules.) 4/22

5 Les cellules souches sont difficiles à mettre en évidence, on ne dispose que de ces tests de clonogénicité ou du CD34 (en clinique). II. Les progéniteurs Ils correspondent au compartiment d'amplification. Les progéniteurs ont un haut pouvoir mitotique et sont déjà engagés dans une voie de différenciation : le retour est donc impossible, la cellule est déjà programmée vers 1 ou 2 lignages maximum : soit érythroblastique ; soit mégacaryocytaire ; soit granulo-monocytaire ; soit eosinophile ; soit basophile. Leur autorenouvellement est quasiment nul, tandis que leur index prolifératif est très élevé (pour augmenter le pool cellulaire). Mise en évidence : Cultures de progéniteurs 5/22

6 Sans facteurs de croissance et de micro-environnement médullaire, on n'obtient rien car les progéniteurs comme les cellules souches ne répondent qu'à des facteurs de croissance. Les progéniteurs sont donc : des cellules engagées dans la différenciation vers une ou deux lignées cellulaires des cellules avec une faible représentation médullaire (un peu plus quand même que la CSH) les progéniteurs peu différenciés ont une circulation temporaire sanguine cultivables in vitro en milieux semi-solides et donnant des colonies CFU, leur multiplication se fait sous l' influence des facteurs de croissance non différenciables morphologiquement entre eux (cellule indifférenciée, sans grain, basophile) 6/22

7 Ils ne peuvent donner qu'un seul type de lignée : lignée érythroïde : BFU-E (burst forming unit- erythroid), CFU-E donnera les hématies lignée granulo-monocytaire : CFU-GM puis les 2 lignées se dissocient donnant : CFU-G Poly neutrophiles CFU-M Monocytes lignée mégacaryocytaire : BFU-MK, CFU-MK plaquettes Les progéniteurs acquièrent des marqueurs membranaires CD spécifiques de lignée les CFU-GEMMk acquièrent le CD34 puis CD33, CD38, HLA-DR CFU-GM : CD34, CD33, CD38, HLA-DR, CD13 CFU-E : CD36 7/22

8 En résumé : III. Les précurseurs Les précurseurs sont incapables de s'autorenouveller (l'autorenouvellement est nul, sauf dans un contexte pathologique) et ont un index prolifératif très limité. Ces précurseurs sont donc : déjà engagés dans la différenciation vers une lignée cellulaire identifiables morphologiquement des cellules qui ont perdu leur capacité d auto-renouvellement Selon les lignées, il y a 3 à 5 mitoses entre chaque stade précurseur, de telle sorte qu un précurseur immature conduit à 8 à 32 cellules matures. Il se déroule des modifications morphologiques communes de maturation des précurseurs: diminution de la taille cellulaire (sauf lignée mégacaryocytaire) diminution N/C (rapport nucléo-cytoplasmique) disparition des nucléoles (car la cellule est mature et donc la chromatine sera de moins en moins fine) condensation de la chromatine Il existe des modifications spécifiques de chaque lignée au cours de la différenciation -Pour les granuleux, il y a une lobulation du noyau et l'apparition de granulations spécifiques. -Pour les érythroblastes, il y a une expulsion du noyau. - Particularité : les plaquettes proviennent de la fragmentation du cytoplasme du mégacaryocyte. Les mégacaryocytes se caractérisent par des endomitoses (et non des mitoses), c'est-à-dire que chez le précurseur mégacaryocytaire il va y avoir un doublement de l'adn, sans division cellulaire, à chaque stade de maturation, aboutissant à des cellules de grande taille à 4N, 8N, 16N, 32N ou 64N chromosomes, avec un noyau polylobé. Ainsi la cellule augmente le volume de son cytoplasme afin de produire un maximum de plaquettes. 8/22

9 Les lignées : 9/22

10 IV. Les cellules matures Les cellules matures sont les cellules circulantes sanguines. Ce sont les polynucléaires, c'est-à-dire qu'elles ont un noyau avec plusieurs lobes (et non pas plusieurs noyaux). Elles comprennent : les monocytes, les basophiles, les eosinophiles... C. Mécanismes moléculaires de la différenciation hématopoïétique La différenciation hématopoïétique se fait sous diverses influences qui sont toutes orchestrées par le microenvironnement. Celui-ci permet la sécrétion de facteurs de croissance qui vont stimuler les CSH et les progéniteurs, entraîner la synthèse ou le recrutement de facteurs de transcription au sein de la cellule et la programmation de la cellule vers un lignage myéloïde. I. Rôle des facteurs de transcription Les facteurs de transcription jouent un rôle majeur dans la différenciation cellulaire. Ils ont été identifiés par technique de souris knock-out : par l'inactivation d un gène qui a permis de montrer leur implication. Ils agissent sur l activité de gènes régulateurs nécessaires au développement des lignées hématopoïétiques : ils vont donc interagir avec le promoteur des gènes spécifiques de telle ou telle lignée. Exemples : La lignée érythroblastique : elle est totalement dépendante des familles de protéines nucléaires : GATA qui reconnaissent le site de liaison GAT des régions régulatrices des gènes de l érythropoïèse. Quand le facteur de transcription GATA est stimulé, il est envoyé au noyau et se loge sur ces régions régulatrices et entraîne ainsi la transcription des gènes de l'érythropoïèse. Il y aussi TAL-1, c-myb, Rbtn2 La lignée myéloïde : up-régulation de Pu-1, diminution de GATA 1 et 2 La lignée lymphoide: ikaros 10/22

11 Si la cellule souche est soumise à une stimulation par Ikaros, elle se dirige vers le lignage lymphoïde et si il y a ensuite une stimulation par PAX5, elle s'oriente vers la lignée de lymphocytes B. Idem avec les autres facteurs : II. Rôle des facteurs de croissance Les facteurs de croissance sont des glycoprotéines solubles agissant comme des ''hormones hématopoïétiques'', à très faibles doses. Ils sont indispensables à la survie, à la prolifération et à la différenciation des progéniteurs. Ils inhibent l apoptose et stimulent la prolifération et la différenciation cellulaire. Les facteurs de croissance sont produits essentiellement par le stroma médullaire, les lymphocytes T ou les monocytes. Exceptions : l'epo ou érythropoïétine est synthétisée, essentiellement, par le rein et un peu par le foie. La TPO ou thrombopoïétine est synthétisée, essentiellement, par le foie et peu par le rein. Les facteurs de croissance sont synthétisés de novo après stimulation de la cellule productrice. Il n'y a pas de stockage, excepté la fixation de certains facteurs sur la matrice du micro-environnement médullaire. Lorsqu'il y a un stress dans l'organisme, par exemple une hémorragie, la cellule productrice d'epo (cellule rénale) est stimulée, l'epo est synthétisée de novo et l'epo va se fixer sur des récepteurs spécifiques. Donc, pour tous les facteurs de croissance il y a fixation spécifique sur des récepteurs. 11/22

12 Les facteurs de croissance sont de trois types : Les facteurs de croissance agissant sur les temps précoces de l hématopoïèse Ils agissent de façon synergique. CFU-S et CFU-GEMM : FLT3L, SCF, les cytokines de la famille de l IL6 (IL6, LIF, IL11, oncostatinem, cardiotrophine-1), IL12, IL1 et IL4 (facteurs synergiques) Les CSF non spécifiques de lignée, comme le GM-CSF et l IL3 agissent sur plusieurs lignées, y compris sur les temps précoces de l hématopoïèse. 5 facteurs ont une activité restreinte à un lignage hématopoïétique et agissent avant tout tardivement (mais aussi précocement) au cours de la différenciation : G-CSF, MCSF, EPO, TPO et IL5. La TPO et le G-CSF agissent aussi sur les temps précoces et l IL6 et le SCF sur des temps tardifs (respectivement de la mégacaryocytopoïèse et de la lignée mastocytaire) Une partie des facteurs de croissance assure une régulation positive : ils ont une action sur la survie, la prolifération, la différenciation des progéniteurs ils ont une action pleïotrophique, redondante, séquentielle, synergique ils permettent l'induction de cascades d'activation intra-cellulaire qui vont permettre le recrutement de facteurs de transcription et donc la stimulation de telle ou telle lignée. Leur mode d'action est : Direct : IL3, GM-CSF sur les cellules peu différenciées, IL7 sur les progéniteurs lymphoïdes Indirect : IL1 stimule la production de GM-CSF, G-CSF, IL6 Paracrine : action sur une cellule cible proche de la cellule productrice Endocrine : action sur une cellule éloignée : EPO, TPO (hormones) Interaction avec un récepteur spécifique 12/22

13 Action séquentielle : Les facteurs ''précoces '' (famille de l'il6, le SCF, le FLT3-L..) préparent les cellules à recevoir un deuxième signal de prolifération apporté par l IL3 ou le GM-CSF permettant le maintien de la prolifération et permettant aux cellules de recevoir le message de facteurs de croissance plus spécifiques (G-CSF, M-CSF, EPO, TPO, IL5). 13/22

14 EXEMPLES : Erythropoïétine (EPO) C'est un facteur régulateur principal de l érythropoïèse. Son gène est situé sur le chromosome 7. C'est une glycoprotéine fortement glycosylée dont les taux plasmatique varient entre mui/ml. Lieux de production: -90% par le rein : cellules de l'interstitium intertubulaire et cellules endothéliales des capillaires péritubulaires -10% par foie : hépatocytes L'EPO stimule la production de globules rouges, elle augmente l'apport d'o2 aux cellules rénale, il y a donc à ce moment-là une diminution de l'epo, d'où une diminution de production des globules rouges : 14/22

15 L'EPO a une action sur la survie, prolifération, inhibition de l apoptose. Elle agit par liaison à un récepteur spécifique : EPO-R Son récepteur se trouve sur les BFU-E matures et il y en a en nombre maximal sur CFU-E. Il y a une parfaite corrélation entre le taux d Hb et le taux d EPO : -Hb : 12g/dl EPO : 20 U/l -Hb : 7 g/dl EPO : 200 U/I Thrombopoïétine : TPO C'est le ligand de Mpl. C'est le facteur humoral régulant la mégacaryocytopoïèse. Son gène est situé sur le chromosome 3. Elle est sécrétée par le foie (90%) et par le rein (10%) C'est une protéine : elle possède 2 domaines domaine N terminal : porte activité biologique, homologie avec l EPO domaine C terminal : sans homologie avec des protéines connues Elle agit sur les temps précoces et tardifs de la mégacaryocytopoïèse. L'autre partie des facteurs de croissance assurent une régulation négative : Ces facteurs bloquent la prolifération par inhibition de la transition G1/S au niveau du cycle cellulaire. On peut citer : les interférons (IFN) le TGF β qui inhibe l entrée en cycle des CS et des progéniteurs précoces le TNF α : synthétisé par les monocytes et les lymphocytes T ; il inhibe l entrée en cycle des CSH pluripotentes MIP1 α : synthétisé par les macrophages, inhibe la mise en cycle des CFU-S et inhibe les progéniteurs immatures Peptides hémorégulateurs : AcSDKP et le pentapeptide peedck III. Récepteurs des facteurs de croissance A un CSF correspond un récepteur. Ces récepteurs sont en nombre faible: 1000/cellule Une cellule présente plusieurs types de récepteurs. Il en existe 2 familles : les récepteurs avec activité tyrosine kinase C-Kit (R SCF) C-fms (R M-CSF) FLT3 Deux sous-unités identiques s homodimérisent ; il y a la phosphorylation de tyrosines situées sur la partie intracellulaire du récepteur et sur des seconds messagers. la superfamille des Hématopoïétines IL2, 3, 4, 5, 6, 7, 9, 11, 12, 15 EPO, TPO, G-CSF, GM-CSF nécessité d une deuxième protéine pour la transduction du signal (avec phosphorylation de cette protéine) 15/22

16 Superfamille des hématopoïétines : Ce sont des glycoprotéines transmembranaires. Elles sont formées de plusieurs chaînes : une spécifique : assure la liaison avec le ligand. Elle présente une haute affinité et une dimérisation. une ou plusieurs communes (entre les groupes) : assurent la transduction du signal Elle se divise en 3 groupes : les récepteurs de l IL3, IL5 et GM-CSF avec deux chaînes : une commune de transduction du signal (chaîne β) et une chaîne assurant la spécificité du récepteur (chaîne α) La transduction du signal entraîne l activation d une protéine Jak (acquisition activité tyrosine kinase) les récepteurs de la famille de l IL6 (IL6, LIF, OSM, IL11) avec trois chaînes conduisant au même type d activation intracellulaire les récepteurs de l EPO et du G-CSF avec une seule chaîne s homodimérisant et activant des protéines Jak La transduction du signal se déroule via : -L'association à des tyrosines kinases cytoplasmiques: JAK (Janus kinase) JAK1, JAK2, JAK3, TYK2 -les STAT : Signal transducer and activators of transcription Stat 1 à 6 C'est une famille de facteurs de transcription. Ce sont des protéines latentes dans le cytoplasme. Elles sont activées par la phosphorylation des tyrosines (JAK). Elles sont transloquées dans le noyau et activent la transcription. 16/22

17 17/22

18 IV. Rôle du micro-environnement Le micro-environnement médullaire : Les cellules du stroma médullaire (les fibroblastes, les cellules endothéliales, les macrophages, les cellules épithéliales et les adipocytes) sécrètent des matrices extracellulaires (collagène, fibronectine, laminine, protéoglycanes) et des facteurs de croissance indispensables à l hématopoïèse. 18/22

19 L ensemble du microenvironnement est indispensable à toutes les étapes de l hématopoïèse : survie, autorenouvellement, détermination, prolifération et différenciation. Le contact des cellules hématopoïétiques avec les cellules médullaires adhérentes non hématopoïétiques et avec la matrice qu elles produisent est indispensable à l hématopoïèse (on parle de niche hématopoïétique). Les composants de la matrice extra-cellulaire (collagène I et III, protéoglycannes, fibronectine, hémonectine, thrombospondine) assurent le contact cellulaire et la fixation des facteurs de croissance. 19/22

20 Mécanismes d'action du micro-environnement médullaire : il assure la sécrétion locale de facteurs de croissance. Ceux-ci sont stockés au niveau de la matrice extra-cellulaire. On parle de niche hématopoïétique. Exemple du couple SDF1/CXCR4 : SDF1 est un facteur d'adhésion et CXCR4 est le récepteur de SDF1. Ce couple a un rôle majeur dans le homing tissulaire. Dans les cellules de souris Knock Out pour CXCR4 (récepteur essentiel pour le homing), la moelle est vidée de sa substance. La chimiokine attractive est le SDF1 (stroma derived factor-1). Les CSH vont tendre vers leur maturation, maturation qui n'est possible que dans la moelle. SDF1 maintient les facteurs de croissance dans la moelle donc les cellules hématopoïétiques peuvent assurer leur maturation. L'AMD3100 bloque la fixation de SDF1 (CXCL12) à son récepteur ce qui permet la migration des CSH dans le sang. La localisation des CSH dans la moelle osseuse (homing) nécessite une attraction des CSH par la chimiokine SDF1 produite par les cellules stromales. Les molécules d adhésion comme VLA4 permettent l adhésion des CSH aux cellules stromales. Les anticorps anti-vla4 vont entraîner la circulation des CSH vers le sang périphérique. Homing Mobilisation 20/22

21 21/22

22 22/22

Erythropoïèse : Cellules souches, morphologie, compartiments, régulation

Erythropoïèse : Cellules souches, morphologie, compartiments, régulation Erythropoïèse : Cellules souches, morphologie, compartiments, régulation Document revu par Christian Binet, novembre 2009 L érythropoïèse est l'ensemble des mécanismes qui concourent à la formation des

Plus en détail

Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli

Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli Les cytokines et leurs récepteurs Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli l i@ i 1 Les cytokines et leurs récepteurs 2 mécanismes principaux d interactions cellulaires : - contact membranaire

Plus en détail

Chapitre 4. Génotype, phénotype et environnement

Chapitre 4. Génotype, phénotype et environnement Chapitre 4 Génotype, phénotype et environnement Comment s établit le phénotype macroscopique? Le phénotype ne se résume pas toujours à la simple expression du génome, les relations entre génotypes et phénotypes

Plus en détail

L adhérence cellulaire

L adhérence cellulaire UE2 : Biologie cellulaire Migration cellulaire, domiciliation et cancer Chapitre 2 : L adhérence cellulaire Pierre CAVAILLES Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Cellules souches hématopoïétiques

Cellules souches hématopoïétiques Cellules souches hématopoïétiques Pr Bernard Klein INSERM-UM1 U1040: BIOTHERAPY OF NORMAL AND CANCER STEM CELLS INSTITUTE FOR RESEARCH IN BIOTHERAPY http://irb.chu-montpellier.fr Hématopoïèse! Plaquettes

Plus en détail

Service de Biothérapies

Service de Biothérapies AP-HP Service de Biothérapies Pr. D. Klatzmann Service de Biothérapies Activités de l unité de thérapie cellulaire Dr. Hélène Trébéden-Negre Plan Définition de la thérapie cellulaire Les autogreffes de

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

Profil médico-économique de plerixafor en remobilisation dans le myélome multiple

Profil médico-économique de plerixafor en remobilisation dans le myélome multiple Profil médico-économique de plerixafor en remobilisation dans le myélome multiple Aline Voidey Soirée de la Société de Médecine de Franche-Comté Jeudi 27 novembre 2014 L hématopoièse Une seule et unique

Plus en détail

QUELLES SONT LES OPTIONS DU TRAITEMENT DE LA LMC?

QUELLES SONT LES OPTIONS DU TRAITEMENT DE LA LMC? QUELLES SONT LES OPTIONS DU TRAITEMENT DE LA LMC? On vous a diagnostiqué une leucémie myéloïde chronique (LMC) et il se peut que vous ayez déjà débuté un traitement. Le traitement de la LMC dépend largement

Plus en détail

Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines

Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines Jean Daniel Lelièvre, Yves Lévy, Pierre Miossec I-Introduction... 2 II-Les interférons... 2 II-1.L interféron... 3 II-1-a.

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS

L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS Le traitement de votre maladie nécessite une Chimiothérapie intensive. Cette chimiothérapie qui utilise de fortes doses de médicaments antimitotiques est plus efficace

Plus en détail

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus.

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus. AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne Les dons de cellules & de tissus. Introduction : Une greffe (don) de cellules consiste à administrer à un patient dont un organe vital ne fonctionne plus correctement, une

Plus en détail

SERVICE PUBLIC FEDERAL, SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE RAPPORT GLOBAL

SERVICE PUBLIC FEDERAL, SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE RAPPORT GLOBAL SERVICE PUBLIC FEDERAL, SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE SERVICE DES LABORATOIRES DE BIOLOGIE CLINIQUE COMITE DES EXPERTS RAPPORT GLOBAL

Plus en détail

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus : implication des voies de signalisation intracellulaire du processus de RVD. Audrey Fouchs Confrontées

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

PARCOURS : BIOLOGIE, GENETIQUE, IMMUNOLOGIE, MICROBIOLOGIE ENSEIGNEMENT (SEMESTRE 1)

PARCOURS : BIOLOGIE, GENETIQUE, IMMUNOLOGIE, MICROBIOLOGIE ENSEIGNEMENT (SEMESTRE 1) PARCOURS : BIOLOGIE, GENETIQUE, IMMUNOLOGIE, MICROBIOLOGIE ENSEIGNEMENT (SEMESTRE 1) Apport de la Biologie Cellulaire et Moléculaire aux innovations médicales (bases et prérequis de biologie cellulaire

Plus en détail

DON DE SANG. Label Don de Soi

DON DE SANG. Label Don de Soi DON DE SANG Label Don de Soi 2015 SOMMAIRE Les différents types de dons p.3 Le don de sang total Le don de plasma Le don de plaquettes Le don de moelle osseuse Que soigne-t-on avec un don de sang? p.7

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

ABX Pentra DX120. Analyseur d hématologie. 45 paramètres Etaleur-colorateur intégré Système expert de validation

ABX Pentra DX120. Analyseur d hématologie. 45 paramètres Etaleur-colorateur intégré Système expert de validation ABX Pentra DX120 Analyseur d hématologie 45 paramètres Etaleur-colorateur intégré Système expert de validation ABX Pentra DX 120 Au cœur de l hématopoïèse Plate-forme complète de cytologie 120 échantillons

Plus en détail

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques Professeur Ibrahim Yakoub-Agha CHRU de LILLE (Illustration de J. Cloup, extraite du CD-Rom «greffe de Moelle» réalisé par la société K Noë) La moelle osseuse

Plus en détail

Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B. Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro

Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B. Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro 1 Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro CONTEXTE La leucémie prolymphocytaire B (LPL B) est une pathologie rare,

Plus en détail

DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la réglementation sur les thérapies cellulaires.

DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la réglementation sur les thérapies cellulaires. Produits de thérapie cellulaire DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la réglementation sur les thérapies cellulaires. DIAPOSITIVE 2 La fabrication des thérapies cellulaires est examinée par la Division

Plus en détail

Immunité adaptative : activation et polarisation des lymphocytes T.

Immunité adaptative : activation et polarisation des lymphocytes T. Immunité adaptative : activation et polarisation des lymphocytes T. Marcelo de Carvalho, Olivier Adotévi, Valérie Frenkel, Gilles Thibault, Richard Le Naour I-Introduction... 2 II-Activation des lymphocytes

Plus en détail

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points)

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) Lycée M hamdia Année scolaire : 2011/2012 Prof : Saïd Mounir Date : 17/05/2012 Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) EXERCIE N O 1: (4 points) : 1 : a-b 2 : b 3 : a-b 4 : d 5 : d 6 :

Plus en détail

La détection des cellules du système immunitaire par la Cytométrie en flux

La détection des cellules du système immunitaire par la Cytométrie en flux La détection des cellules du système immunitaire par la Cytométrie en flux Les différentes méthodes de détection des cellules du système immunitaire 1 - Etude morphologique Elle est réalisée sur 2 types

Plus en détail

TD La régulation de la glycémie

TD La régulation de la glycémie TD La régulation de la glycémie Comme nous l avons vu dans le chapitre 1, le milieu intérieur subit en permanence des modifications dues à l activité cellulaire ou aux apports extérieurs. Cependant, un

Plus en détail

Introduction générale

Introduction générale Introduction générale Touchant près de 600 nouvelles personnes chaque année en France, la leucémie myéloïde chronique est une maladie affectant les cellules du sang et de la moelle osseuse (située au cœur

Plus en détail

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques UE7 Cours n 9 C. LAMAZE 24.11.11 Elise GODEAU (partie1) Guillaume MERGENTHALER (partie2) Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques SOMMAIRE : I. L endocytose à récepteurs : la voie des clathrines

Plus en détail

Le don de cellules souches. M.Lambermont Pascale Van Muylder

Le don de cellules souches. M.Lambermont Pascale Van Muylder Le don de cellules souches M.Lambermont Pascale Van Muylder 1 Pourquoi avons-nous recours à la greffe de CSH? Certaines maladies causent la destruction ou un fonctionnement anormal de la moelle osseuse.

Plus en détail

ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches

ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches Le don de cellules souches Jean VIVIN 04/2013 1-Nature du problème : 2- Technique Les leucémies représentent

Plus en détail

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal!

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! J ai de 18 à 50 ans Le Don de Moelle Osseuse Ça m intéresse -1 je demande des infos, je réfléchis. -2 je contacte le centre EFS le plus proche de chez moi. 3- je suis

Plus en détail

Guide de Mobilisation. de cellules souches pour mon. Autogreffe AVEC LE SOUTIEN DE. Carnet d informations et de suivi pour le patient et sa famille

Guide de Mobilisation. de cellules souches pour mon. Autogreffe AVEC LE SOUTIEN DE. Carnet d informations et de suivi pour le patient et sa famille Guide de Mobilisation de cellules souches pour mon Autogreffe Carnet d informations et de suivi Carnets pour d informations le patient et sa et famille de suivi pour le patient et sa famille AVEC LE SOUTIEN

Plus en détail

Contact SCD Nancy 1 : theses.sante@scd.uhp-nancy.fr

Contact SCD Nancy 1 : theses.sante@scd.uhp-nancy.fr AVERTISSEMENT Ce document est le fruit d'un long travail approuvé par le jury de soutenance et mis à disposition de l'ensemble de la communauté universitaire élargie. Il est soumis à la propriété intellectuelle

Plus en détail

Chapitre 7 : Structure de la cellule Le noyau cellulaire

Chapitre 7 : Structure de la cellule Le noyau cellulaire UE2 : Structure générale de la cellule Chapitre 7 : Structure de la cellule Le noyau cellulaire Professeur Michel SEVE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Cytokines & Chimiokines

Cytokines & Chimiokines Cytokines & Chimiokines I. (D après Förster, R. et al. (1999) Cell 99:23) Dans le but d étudier la régulation de la circulation des leucocytes dans l organisme, des souris déficientes pour le récepteur

Plus en détail

Activation et polarisation des lymphocytes T. A. Toubert Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité, Hôpital Saint-Louis

Activation et polarisation des lymphocytes T. A. Toubert Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité, Hôpital Saint-Louis Activation et polarisation des lymphocytes T A. Toubert Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité, Hôpital Saint-Louis Immunité acquise La réponse innée reconnaît des structures conservées entre

Plus en détail

Atelier : Détection de la mort cellulaire par apoptose en réponse à un agent anti-tumoral.

Atelier : Détection de la mort cellulaire par apoptose en réponse à un agent anti-tumoral. - La cytométrie en flux est une méthode d analyse de cellules en suspension, véhiculées à grande vitesse jusqu à une chambre d analyse traversée par des faisceaux lasers. L interaction des cellules avec

Plus en détail

Les syndromes myélodysplasiques: Information aux patients

Les syndromes myélodysplasiques: Information aux patients Les syndromes myélodysplasiques: Information aux patients the myelodysplastic syndromes foundation, inc. Publié par le Groupe Francophone des Myélodysplasies, la Société Française d Hématologie et la Myelodysplastic

Plus en détail

Mise à jour du dossier de presse du 2 février 1999 «Organisation d un réseau de sang placentaire en France»

Mise à jour du dossier de presse du 2 février 1999 «Organisation d un réseau de sang placentaire en France» Mise à jour du dossier de presse du 2 février 1999 «Organisation d un réseau de sang placentaire en France» MISE AU POINT DE L ORGANISATION DU RESEAU EN FRANCE, EN 2003 : Aujourd hui, cinq établissements

Plus en détail

Les facteurs de croissance lignée blanche Polynucléaires neutrophiles Grastims

Les facteurs de croissance lignée blanche Polynucléaires neutrophiles Grastims Les facteurs de croissance lignée blanche Polynucléaires neutrophiles Grastims 12 2014 HEMATOPOIESE Progéniteurs puis précurseurs Stimulation par facteur : activation spécifique de leur récepteur Moelle

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

LE CANCER C EST QUOI? QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE UN ORGANE NORMAL ET UN ORGANE ATTEINT PAR LE CANCER? Organe normal Organe précancéreux Cancer

LE CANCER C EST QUOI? QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE UN ORGANE NORMAL ET UN ORGANE ATTEINT PAR LE CANCER? Organe normal Organe précancéreux Cancer LE CANCER C EST QUOI? Généralement, le cancer se présente sous la forme d une tumeur, d une masse, qui se développe dans un organe. Les tumeurs solides, qui représentent 90% de tous les cancers, se distinguent

Plus en détail

Cytokines ; Chimiokines

Cytokines ; Chimiokines Cytokines ; Chimiokines I. Dans le but d étudier la régulation de la circulation des leucocytes dans l'organisme, des souris déficientes pour le récepteur CCR7 de chimiokine ont été générées par recombinaison

Plus en détail

Les Applications industrielles et commerciales des cellules souches. Inserm Transfert Pôle Création d Entreprises

Les Applications industrielles et commerciales des cellules souches. Inserm Transfert Pôle Création d Entreprises Les Applications industrielles et commerciales s cellules souches Inserm Transfert Pôle Création d Entreprises Matthieu COUTET, Responsable du Pôle Jean-François RAX, Business Analyst 1 Plan Cellules souches

Plus en détail

LA MITOSE CUEEP - USTL DÉPARTEMENT SCIENCES BAHIJA DELATTRE

LA MITOSE CUEEP - USTL DÉPARTEMENT SCIENCES BAHIJA DELATTRE Biologie LA MITOSE CUEEP - USTL DÉPARTEMENT SCIENCES BAHIJA DELATTRE Février 2006 I. L'INTRODUCTION Chaque cellule d'un organisme supérieur provient de la multiplication d'une cellule préexistante (cellule

Plus en détail

FORMULE SANGUINE (1) ERYTHROPOÏESE PHOTOMETRE CHAMBRE SEDIMENTATION ANEMIE Hb < 120 g./l. Hb < 135 g./l. RETICULOCYTES 50 120.10 9 /L (G/L) REGENERATIVE RETICULOCYTES > 120 G/L HYPOREGENERATIVE RETICULOCYTES

Plus en détail

CANCÉROLOGIE. Cours n 3 :

CANCÉROLOGIE. Cours n 3 : UE2 : Cancérologie Pr Lehmann-Che et Pouessel Mercredi 26 septembre 10h30-12h30 Ronéotypeuse : Aurore Valentin Ronéolectrice : Marion Whiston CANCÉROLOGIE Cours n 3 : De la biologie moléculaire des cancers

Plus en détail

Chapitre II La régulation de la glycémie

Chapitre II La régulation de la glycémie Chapitre II La régulation de la glycémie Glycémie : concentration de glucose dans le sang valeur proche de 1g/L Hypoglycémie : perte de connaissance, troubles de la vue, voire coma. Hyperglycémie chronique

Plus en détail

Programme ENVIRHOM-Santé Nouvelles données expérimentales

Programme ENVIRHOM-Santé Nouvelles données expérimentales Programme ENVIRHOM-Santé Nouvelles données expérimentales Isabelle Dublineau Pôle RadioProtection de l Homme Présentation CLI Cadarache Commission Environnement St Paul-Lez-Durance 23 Octobre 2013 Effets

Plus en détail

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Parc d Innovation d Illkirch, France, le 22 mars 2010 Transgene S.A. (Euronext Paris: FR0005175080) présente

Plus en détail

GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. La prise en charge des leucémies aiguës de l adulte

GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. La prise en charge des leucémies aiguës de l adulte GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge des leucémies aiguës de l adulte Mars 2012 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour faciliter la discussion sur

Plus en détail

La cytométrie de flux

La cytométrie de flux TD5 La cytométrie de flux Air sous-pression Signal de formation des gouttes Signal de charge des gouttes Cellules en suspension Liquide de Gaine Vibrateur Ultrason Dˇtecteur de Lumi re Arrt du Faisceau

Plus en détail

Cytométrie en flux. DES de Biologie Médicale Enseignement d Immunologie ET05. Phnom Penh Septembre 2009

Cytométrie en flux. DES de Biologie Médicale Enseignement d Immunologie ET05. Phnom Penh Septembre 2009 DES de Biologie Médicale Enseignement d Immunologie ET05 Cytométrie en flux Phnom Penh Septembre 2009 Michelle Rosenzwajg Service de Biothérapies/UPMC CNRS UMR7211 INSERM U959 Pitié-Salpétrière - Paris

Plus en détail

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER Dr Michael Hummelsberger, Pr Jean-Gabriel Fuzibet, Service de Médecine Interne, Hôpital l Archet, CHU Nice 1. ANEMIE L étiologie de l anémie

Plus en détail

thérapies et maladies neurodégératives:cellules souches et microrna pathologie moléculaire 23Février 2010

thérapies et maladies neurodégératives:cellules souches et microrna pathologie moléculaire 23Février 2010 thérapies et maladies neurodégératives:cellules souches et microrna pathologie moléculaire 23Février 2010 Qu est-ce qu une cellule souche? Une cellule souche a la capacité unique de: s auto-renouveler

Plus en détail

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE Contact presse : Cathy Josse 03 22 66 87 83 / 06 86 30 46 57 josse.cathy@chu-amiens.fr 1 COMMUNIQUE DE SYNTHESE Le 16 février

Plus en détail

Résumé de la thèse de Salma Hasan

Résumé de la thèse de Salma Hasan Résumé de la thèse de Salma Hasan Les Néoplasies Myéloproliferatives JAK2 V617F : Modélisation chez la souris knock- In, thérapie par l Interféron α et mesure de l architecture des clones JAK2 V617F chez

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

Les syndromes myelodysplasiques

Les syndromes myelodysplasiques INFORMATION AUX PATIENTS Les syndromes myelodysplasiques Publié par le Groupe Français des Myélodysplasies, la Société Française d'hématologie et la Myelodysplastic Syndromes Foundation (Fondation Internationale

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

L amélogénèse Dr Cuisinier

L amélogénèse Dr Cuisinier L amélogénèse Dr Cuisinier Lorsque la première couche de dentine est formée l'email se forme. L'amélogénèse est la synthèse et la sécrétion des molécules de la matrice de l'émail, la minéralisation de

Plus en détail

LES LEUCEMIES DU CHAT ET DU CHIEN : CLASSIFICATION, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT

LES LEUCEMIES DU CHAT ET DU CHIEN : CLASSIFICATION, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT ÉCOLE NATIONALE VETERINAIRE D ALFORT Année 2010 LES LEUCEMIES DU CHAT ET DU CHIEN : CLASSIFICATION, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT THESE Pour le DOCTORAT VETERINAIRE Présentée et soutenue publiquement devant

Plus en détail

Les syndromes myélodysplasiques

Les syndromes myélodysplasiques INFORMATION AUX PATIENTS Les syndromes myélodysplasiques Publiés par le Groupe Francophone des Myélodysplasies, la Société Française d Hématologie et la Myelodysplastic Syndromes Foundation (Fondation

Plus en détail

INFORMATIONS AUX PATIENTS ATTEINTS DE LEUCEMIE AIGUE MYELOBLASTIQUE

INFORMATIONS AUX PATIENTS ATTEINTS DE LEUCEMIE AIGUE MYELOBLASTIQUE Livret LAM page 1 INFORMATIONS AUX PATIENTS ATTEINTS DE LEUCEMIE AIGUE MYELOBLASTIQUE Dans certains cas les symptômes et le traitement peuvent différer de ce que y est présenté dans ce livret. A tout moment

Plus en détail

LEUCEMIE MYELOÏDE CHRONIQUE (LMC)

LEUCEMIE MYELOÏDE CHRONIQUE (LMC) LEUCEMIE MYELOÏDE CHRONIQUE (LMC) La leucémie myéloïde chronique (LMC) est une hémopathie maligne appartenant au groupe des syndromes myéloprolifératifs. Elle est caractérisée par la présence d un marqueur

Plus en détail

Greffe des cellules souches hématopoïétiques : Avancée actuelles POUR L OBTENTION DU DOCTORAT EN PHARMACIE

Greffe des cellules souches hématopoïétiques : Avancée actuelles POUR L OBTENTION DU DOCTORAT EN PHARMACIE UNIVERSITE MOHAMMED V FACULTE DE MEDECINE ET DE PHARMACIE -RABAT- ANNEE : 2011 THESE N : 68 Greffe des cellules souches hématopoïétiques : Avancée actuelles THESE Présentée et soutenue publiquement le

Plus en détail

Transplantation de cellules souches du sang

Transplantation de cellules souches du sang Transplantation de cellules souches du sang Rapport d Immersion en communauté NICOLAS BRANDT-DIT-GRIEURIN DAMIEN POLET PHILIPPE REYMOND EHTESHAM SHAMSHER Sous la supervision de : Mme L. Soguel Prof. C.

Plus en détail

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2014 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S Durée de l'épreuve : 3h30 Coefficient : 6 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE L'usage de la calculatrice n'est pas autorisé Dès que le sujet

Plus en détail

Rôle des acides biliaires dans la régulation de l homéostasie du glucose : implication de FXR dans la cellule bêta-pancréatique

Rôle des acides biliaires dans la régulation de l homéostasie du glucose : implication de FXR dans la cellule bêta-pancréatique Rôle des acides biliaires dans la régulation de l homéostasie du glucose : implication de FXR dans la cellule bêta-pancréatique Tuteur : Anne Muhr-Tailleux cardiovasculaires et diabète (Equipe 1) Institut

Plus en détail

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis INTRODUCTION Plus de 300. 10 6 porteurs chroniques de VHB dans le monde Hépatite chronique

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de la leucémie lymphoïde chronique

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de la leucémie lymphoïde chronique G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de la leucémie lymphoïde chronique Septembre 2011 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

Cordarone et Thyroïde par François Boustani

Cordarone et Thyroïde par François Boustani Physiologie de la thyroïde : l hormonosynthèse thyroïdienne se fait à partir de l iode essentiellement d origine digestive et de la thyroglobuline qui est une protéine synthétisée par la thyroïde à partir

Plus en détail

Hémogramme et cytométrie en flux: présentation des principaux graphiques normaux et modifiés chez le chien et le chat

Hémogramme et cytométrie en flux: présentation des principaux graphiques normaux et modifiés chez le chien et le chat Hémogramme et cytométrie en flux: présentation des principaux graphiques normaux et modifiés chez le chien et le chat Alexandra Briend-Marchal Laboratoire Vebiotel France Introduction La cytométrie en

Plus en détail

LA REPONSE ALLOGENIQUE. C. René -2011

LA REPONSE ALLOGENIQUE. C. René -2011 LA REPONSE ALLOGENIQUE C. René -2011 Les Lois de la transplantation Rôle des lymphocytes T Transfert de l immunité par les cellules T Infiltrat de cellules mononuclées disposé en manchons péri-vasculaire:

Plus en détail

Université Victor Segalen Bordeaux 2 UFR Science de la Vie

Université Victor Segalen Bordeaux 2 UFR Science de la Vie Université Victor Segalen Bordeaux 2 UFR Science de la Vie Licence Professionnelle «Techniques et Applications en Biologie Cellulaire et Biologie Moléculaire» Examen 2006-2007 UE1 : «Technologies en Biologie

Plus en détail

Dossier «Maladies du sang» Mieux les connaître pour mieux comprendre les enjeux liés au don de sang

Dossier «Maladies du sang» Mieux les connaître pour mieux comprendre les enjeux liés au don de sang Dossier «Maladies du sang» Mieux les connaître pour mieux comprendre les enjeux liés au don de sang Maladies du sang Objectif de ce dossier Les demandes des médias portent régulièrement sur les usages

Plus en détail

Cours 5. Transmission et remaniement de l information génétique. http://rna.igmors.u-psud.fr/gautheret/cours/

Cours 5. Transmission et remaniement de l information génétique. http://rna.igmors.u-psud.fr/gautheret/cours/ Cours 5 Transmission et remaniement de l information génétique http://rna.igmors.u-psud.fr/gautheret/cours/ 1 Plan Rappels sur la réplication de l ADN Le cycle cellulaire et ses contrôles La mitose Recombinaisons

Plus en détail

I Un exemple à partir de données anciennes concernant les leucocytes et leur évolution en cas de SIDA. 3 Utilisation des paramètres de fluorescence :

I Un exemple à partir de données anciennes concernant les leucocytes et leur évolution en cas de SIDA. 3 Utilisation des paramètres de fluorescence : Utilisation du logiciel Cytométrie Logiciel libre et gratuit : adresse de téléchargement et notice complète : http://acces.ens-lyon.fr/acces/logiciels/cytometrie/le-logiciel-cytometrie I Un exemple à partir

Plus en détail

Qu est-ce que la leucémie myéloïde chronique?

Qu est-ce que la leucémie myéloïde chronique? Leucémie myéloïde chronique Qu est-ce que la leucémie myéloïde chronique? Laissez-nous vous expliquer. www.fondsanticancer.org www.esmo.org ESMO/FAC Patient Guide Series basés sur les recommandations de

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

Explorations des réponses Immunitaires. L3 Médecine

Explorations des réponses Immunitaires. L3 Médecine 2012 Explorations des réponses Immunitaires L3 Médecine Rappel sur les réponses Immunitaires DIFFERENTS TYPES DE REPONSES IMMUNITAIRES Naturelle = innée Adaptative Non spécifique Spécifique Immédiate Barrière

Plus en détail

SAUVEZ UNE VIE... EN DONNANT LA VIE!

SAUVEZ UNE VIE... EN DONNANT LA VIE! SAUVEZ UNE VIE... EN DONNANT LA VIE! SUIVEZ-NOUS SUR : BANQUE PUBLIQUE DE SANG DE CORDON DʼHÉMA-QUÉBEC Lire ce code avec un téléphone intelligent pour accéder à la page S inscrire à la banque de sang de

Plus en détail

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA 16/11/12 TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA Chantal GAUTREAU LABORATOIRE HLA S E R V I C E D I M M U N O L O G I E E T D H I S T O C O M PAT I B I L I T É, A P - H P, HÔPITAL SAINT LOUIS, PARIS,

Plus en détail

leucémie lymphoïde chronique

leucémie lymphoïde chronique la leucémie lymphoïde chronique S.Taoussi, M.T. Abad Service hématologie, EHS ELCC Blida Ce travail a été réalisé au laboratoire hématologie du CAC Blida avec le soutien du CMNG et du laboratoire de recherche

Plus en détail

L INSUFFISANCE CARDIAQUE

L INSUFFISANCE CARDIAQUE L INSUFFISANCE CARDIAQUE EXISTE-T-IL DES TRAITEMENTS À BASE DE CELLULES SOUCHES POUR L INSUFFISANCE CARDIAQUE? Bien qu aucun traitement à base de cellules souches pour l insuffisance cardiaque n ait encore

Plus en détail

Mécanisme des réactions inflammatoires

Mécanisme des réactions inflammatoires 01/04/2014 THOMASSIN Guillaume L2 Revêtement Cutané Dr. Sophie Deplat-Jégo Relecteur 4 8 pages Revêtement cutané Mécanisme des réactions inflammatoires cutanés Mécanisme des réactions inflammatoires Plan

Plus en détail

CHAPITRE 4 - LA COMPLEXITÉ DES RELATIONS ENRE GÈNES, PHÉNOTYPES ET ENVIRONNEMENT

CHAPITRE 4 - LA COMPLEXITÉ DES RELATIONS ENRE GÈNES, PHÉNOTYPES ET ENVIRONNEMENT CHAPITRE 4 - LA COMPLEXITÉ DES RELATIONS ENRE GÈNES, PHÉNOTYPES ET ENVIRONNEMENT Introduction Tous les individus de la même espèce possèdent le même patrimoine génétique, cependant chaque individu est

Plus en détail

ECOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES. MEMOIRE Présenté par Caroline FLAMENT

ECOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES. MEMOIRE Présenté par Caroline FLAMENT MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE ECOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES Science de la vie et de la terre MEMOIRE Présenté par Caroline FLAMENT Pour l obtention du diplôme de l Ecole Pratique des Hautes Etudes

Plus en détail

INSUFFISANCE HÉPATIQUE

INSUFFISANCE HÉPATIQUE INSUFFISANCE HÉPATIQUE EXISTE-T-IL DES TRAITEMENTS À BASE DE CELLULES SOUCHES POUR L INSUFFISANCE HÉPATIQUE? Bien qu aucun traitement à base de cellules souches pour l insuffisance hépatique ne soit approuvé

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Le don. de sang placentaire. Une source irremplaçable de cellules souches pour la greffe allogénique. Document destiné aux professionnels de santé

Le don. de sang placentaire. Une source irremplaçable de cellules souches pour la greffe allogénique. Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé 2 EDITION Etablissement relevant du ministère de la santé Le don de sang placentaire Une source irremplaçable de cellules souches pour la greffe allogénique

Plus en détail

Objectifs pédagogiques :

Objectifs pédagogiques : CHAPITRE 7 : LE COMPETUR D HEMATOLOGIE Objectifs pédagogiques : - Décrire les principes de fonctionnement des automates d hématologie - Décrire les principales parties d un compteur d hématologie - Décrire

Plus en détail

Angiogénèse et cancers gynécologique

Angiogénèse et cancers gynécologique Angiogénèse et cancers gynécologique Dr Thibault de La Motte Rouge Compréhension de la biologie tumorale : les années 2000 Perte de l apoptose Auto-suffisance en signal de croissance Insensibilité aux

Plus en détail

La filtration glomérulaire et sa régulation

La filtration glomérulaire et sa régulation UE3-2 - Physiologie rénale Chapitre 4 : La filtration glomérulaire et sa régulation Professeur Diane GODIN-RIBUOT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

REGULATION DE LA GLYCÉMIE

REGULATION DE LA GLYCÉMIE 3 REGULATION DE LA GLYCÉMIE Objectifs : en s'appuyant sur des résultats expérimentaux, construire un schéma mettant en place : le stimulus, la glande endocrine, l'hormone sécrétée, les organes effecteurs,

Plus en détail

Hémochromatose génétique non liée à HFE-1 : quand et comment la rechercher? Cécilia Landman 11 décembre 2010

Hémochromatose génétique non liée à HFE-1 : quand et comment la rechercher? Cécilia Landman 11 décembre 2010 Hémochromatose génétique non liée à HFE-1 : quand et comment la rechercher? Cécilia Landman 11 décembre 2010 Métabolisme du fer : hepcidine Fer absorbé par les entérocytes des villosités duodénales : transporteur

Plus en détail

Les leucémies de l adulte. Un guide de la Ligue contre le cancer pour les personnes concernées et leurs proches

Les leucémies de l adulte. Un guide de la Ligue contre le cancer pour les personnes concernées et leurs proches Les leucémies de l adulte Un guide de la Ligue contre le cancer pour les personnes concernées et leurs proches Impressum _Editeur Ligue suisse contre le cancer Effingerstrasse 40 case postale 8219 3001

Plus en détail

PLAN. Intérêt des cellules souches exogènes (hématopoïétiques ou mésenchymateuses) dans la réparation/régénération

PLAN. Intérêt des cellules souches exogènes (hématopoïétiques ou mésenchymateuses) dans la réparation/régénération Cellules souches & appareil respiratoire : Perpectives thérapeutiques Pr Carole Planès Physiologie SMBH Bobigny EA 2363, UFR SMBH, Université Paris 13 carole.planes@avc.aphp.fr Master 2 B2PCR Respiration

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse 1. La moelle osseuse : un rôle vital pour le corps humain Page 2/23 1.1. Qu est ce que la moelle osseuse? La moelle osseuse est indispensable à la

Plus en détail