Greffe de CSH: Aspects biologiques et cliniques. Enseignement complémentaire_l3 Janvier 2014 Roch Houot & Karin TARTE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Greffe de CSH: Aspects biologiques et cliniques. Enseignement complémentaire_l3 Janvier 2014 Roch Houot & Karin TARTE"

Transcription

1 Greffe de CSH: Aspects biologiques et cliniques Enseignement complémentaire_l3 Janvier 2014 Roch Houot & Karin TARTE

2 Concept de CSH Pluripotentialité Autorenouvellement Capacité de homing Capacité à reconstituer une hématopoïèse complète Expression de CD34: glycoprotéine fonction inconnue Exprimée par: CSH Progéniteurs engagés dans la différenciation hématopoïétique Cellules endothéliales Cellules CD34= 0,5% des cellules médullaires

3 Aspects thérapeutiques des CSH R «Support» ou «antidote» après un traitement myéloablatif, utilisé dans le traitement des hémopathies malignes Autogreffe: les CSH sont les cellules du patient lui-même, prélevées avant le traitement, congelées et réinjectées ensuite après le traitement myéloablatif Allogreffe: les CSH proviennent d un donneur allogénique, HLA compatible Effet support mais surtout, effet IMMUNOLOGIQUE lié à la disparité donneur receveur

4 Interêt d un traitement myéloablatif? R Pathologies hématologiques malignes Ex: leucémies aigues Chimio d induction C K Ttt myéloablatif C K RC Chimio de consolidation n 1 Chimio de consolidation n 2 rechute

5 Prélèvement des CSH R 3 modalités: Prélèvement de Moelle osseuse Prélèvement de cellules souches périphériques par cytaphérèse Après mobilisation ( passage des CSH de la MO vers le sang périphérique) Sang de cordon

6 Prélèvement de CSH médullaires R Au bloc opératoire Sous anesthésie générale Prélèvement au niveau des épines iliaques postéro supérieures bilatérale Jusqu à 1 litre de MO Transfusion autologue si besoin

7 Prélèvement de CSH médullaires R

8 Prélèvement de CSH périphériques (CSP) R Nécessite une MOBILISATION ie un passage des CSH du compartiment médullaire vers le compartiment sanguin Surtout par G-CSF (Granulocyte Colony stimulating factor) En sortie d aplasie Après une chimiothérapie Lors d une myélémie Contrôle du nombre de CD34 circulants avant le prélèvement

9 G-CSF Système nerveux sympathique β-adrenergique NA? Macrophage Plerixafor VCAM VLA-4 CXCL12 CXCR4 CSH Cellules stromales Progénitrices perivasculaires G-CSF cible la niche AMD3100 cible les CSH

10 Prélèvement de CSP par cytaphérèse

11 Manipulations in vitro et congélation des CSH Au centre de thérapie cellulaire de l'efs

12 Greffon de «CSH» Ex: greffon issu d un donneur allogénique Le greffon contient des CSH mais aussi des cellules immunocompétentes: lymphocytes T, NK, DC, lymphocytes B,

13 R

14 Concept de greffe allogénique R BUT : détruire la moelle osseuse du receveur (et les cellules tumorales résiduelles) et la remplacer par un greffon prélevé sur un donneur : effet MYELOABLATIF Effet IMMUNOLOGIQUE par conflit entre les cellules lymphocytaires T du donneur et les cellules du receveur : Ø effet bénéfique sur les cellules tumorales Ø effet néfaste: maladie du greffon contre l hôte: GVH

15 Greffon allogénique: choix du donneur Respect de la compatibilité dans le système HLA Compatibilité HLA classe I (A, B, C) et classe II (DP, DQ, DR) Le donneur doit être HLA identique en A, B, C, DRb1, DQb1 (compatibilité 10/10) Chaque différence sur un Ag HLA accroît le risque de rejet et de GVH Compatibilité du groupe sanguin pas nécessaire R Origine des donneurs Donneur familial: frère ou sœur: greffe GENOIDENTIQUE Donneur non apparenté (fichier international): greffe PHENOIDENTIQUE Donneur jumeau homozygote: greffe SYNGENIQUE Sang de cordon

16 Principe d une allogreffe de CSH R 1- Destruction de l hématopoïèse résiduelle et immunodépression de l hôte pour éviter le rejet Masse tumorale CONDITIONNEMENT 2- Transfusion de CSH (médullaires ou périphériques ou issues du sang placentaire) CSH 3-reconstitution hématologique (période d aplasie) 4- reconstitution immunologique

17 Prise en charge des patients R En phase d aplasie (15 à 30jrs) Chambre stérile Risque infectieux +++ Régles hygiène stricte Support transfusionnel Surveillance et traitement GVH Au-delà de 30 jrs Surveillance chimérisme Infections tardives Surveillance et Ttt GVH Évaluation réponse hématologique

18 Complications précoces R 1. Aplasie risques infectieux Toxicité du conditionnement Mucite fréquente expose à la dénutrition, aux surinfections à Candida et à Herpes virus Défaillance multiviscérale, pneumopathie interstitielle Endoxan : insuffisance cardiaque, cystite hémorragique Toxicité hépatique 3. Les conflits immunologiques Rejet de greffe (< 5 %) Maladie du greffon contre l hôte ou GVH

19 Aspects immunologiques de la greffe: GVH/GVL GVH: Graft Versus Host Disease Complication majeure de la greffe GVL: Graft Versus Leukemia effect Effet immunologique antitumoral participant à l efficacité de la greffe

20 Immunologie de la GVH/GVL 3 conditions indispensables: Présence de cellules immunocompétentes dans le greffon Incapacité du receveur à rejeter le greffon (immunodépression) Présence chez le receveur d antigène étrangers au donneur Physiopathologie: 3 phases

21 GVH: les grands principes Phase 1: Dommages tissulaires + destruction tumorale Conditionnement (irradiation, chimio) DC de l hôte HLA mha (+/- spécifiques) Phase 2: Activation immunitaire LPS Cytokines et chimiokines inflammatoires Ag libérés par la mort cellulaire Lymphocytes du donneur TCD4 NK TCD8 B/plasmo Amplification Cytokines Cytotoxicité directe Anticorps Phase 3: Destructions tissulaires + Destruction des cellules tumorales résiduelles CPA du receveur

22 agvhd: les 3 étapes Etape 1 = tempête cytokinique Production de cytokines par lésions épithélium + libération de LPS et autres dérivés bactériens des muqueuses (TLR) Signal de danger pour APC donneur et receveur Présentation d Ag aux T du donneur

23 Alloantigènes et GVH CMH-match CMH-match: équivalent à la reconnaissance d un pathogène. reconnaissance de miha (polymorphisme allélique, SNP) reconnnus comme étrangers. Expression ubiquitaire ou spécifique CMH-mismatch: reconnaissance du CMH de l hôte (10% de T alloréactifs) _ GVHD++++

24 agvhd: les 3 étapes Etape 2 = Activation T GVH due aux Tαβ naifs (T mémoires ont un répertoire + restreint) A lieu dans les OLS Rôle fondamental des CPA du receveur (cellules + résistantes à l irradiation) dans l initiation de la GVH puis CPA du donneur pour l amplification Nécessité de CD4 et CD8 Différences/réponse classique Ag présenté par TOUTES les CPA et de façon permanente (Ag du soi) Chimérisme CPA hôte/donneur (donc présentation ET crossprésentation)

25

26 agvhd: les 3 étapes Etape 3 = Phase effectrice Cytokines solubles surtout TNF, IL-1 qui activent les macrophages tissulaires (polymorphismes des gènes de l IL-1 associés à la gravité de la GVHD) d où production de NO Lyse cellulaire par les TCD8 (Fas/FasL, perforine/granzyme)

27 Facteurs favorisant la GVH Intensité du conditionnement: ICT, Age du receveur Infections, statut CMV Compatibilité HLA - donneur apparenté - donneur. non apparenté - 1 locus incompatible - 2 locus incompatibles - greffe haplo-identique Ag mineurs d histocompatibilité : risque qd l homme recoit moelle d 1 donneuse mdc hôte (LC, DC intersticielles) Treg HLA mha Tγδ NK NKT Phase 2 Signal de danger pdc R Phase 1 LPS Cytokines inflammatoires (TNF, IL-1...) Phase 3 Chémokines inflammatoires (MIP-1, CXCL9...) TCD4 donneur TCD8 donneur MO donneur/hôte

28 GVH aiguë: aspects cliniques R Dans les 100 1ers jours post greffe 25 à 75% des cas 3 organes cibles de la phase effectrice: Peau: Éruption maculo-papuleuse extensive et prurigineuse Début : paumes des mains, plantes des pieds, cou +/- conjonctivite associée Toutes les formes intermédiaires possibles (érythème localisé Æ Lyell avec décollement bulleux) Foie Ictère Cholestase prédominante Nécrose hépatocytaire et insuffisance hépatocellulaire Tube digestif Souvent retardée Diarrhée +/- profuse +/- hémorragique Douleurs abdominales intenses +/- nausées, vomissements Échelle de gravité: Grades I à IV Mortalité non négligeable: 30%

29 Déplétion T des greffons? mdc hôte (LC, DC intersticielles) Phase 1 R Déplétion T du greffon Ø rechutes + fréquentes Ø non prise de greffe Ø infections Ø Lymphoproliférations B EBV HLA mha Treg NK Tγδ NKT Phase 2 Signal de danger pdc LPS Cytokines inflammatoires (TNF, IL-1...) Phase 3 Chémokines inflammatoires (MIP-1, CXCL9...) TCD4 donneur TCD8 donneur MO donneur/hôte Les lymphocytes T du greffon font partie de l intérêt thérapeutique de la procédure Ø effet GVL: Effet Graft Versus Leukemia

30 Greffes à conditionnement atténué R Allogreffe: immunothérapie ne nécessitant pas uniquement un conditionnement myéloablatif Diminuer toxicité du conditionnement Ttt immunosuppresseur suffisant pour permettre la prise de greffe Chimerisme mixte Avantage: extension des indications à des sujets + âgés (suppression de la toxicité limitante du conditionnement) Risque de GVH persiste Possibilité de DLI après greffe, en fonction du chimérisme

31 PTLD= preuve de concept 1% des allogreffes 11% des greffes T déplétées Dûs à la déplétion des T anti-ebv Pathologies très sévères, souvent mortelles

32 CTL anti-ebv B EBV T anti-ebv Efficacité clinique ++ dans PTLD (curatif ou préventif) Rooney et al. Blood 1998; 92:1549 Heslop et al. Nat Med 1996; 2:551 Aujourd hui = anti-cd20 (mais possibilité de résistance)

33 GVL: effet immunologique de la greffe 1- effet anti-tumoral + important chez les patients ayant une GVH - Lancet, 1978 : Remission of relapsed leukemia during a GVH reaction: a «graft versus leukemia reaction» in man? - NEJM 1979: Antileukemic effect of graft-versus-host disease in human recipients of allogeneic-marrow grafts 2- rechutes + fréquentes lors de greffes T-déplétées : mise en évidence de l effet GVL: obtention de rémission chez des patients atteints de LMC, en rechute après allogreffe, par injection de lymphocytes du donneur (DLI)

34 infusion des lymphocytes du donneur (DLI) Patient en rechute après allogreffe Injection de lymphocytes du donneur Ø rémission complète (RC) Ø effet immunologique DLI Conditions: absence de GVH et rechute à cinétique «lente» Bcr-abl allogreffe Rechute RC Seuil de détection

35 Ø But: Limiter la GVH sans perdre l effet GVL!!!

36 Greffes à conditionnement atténué R Allogreffe: immunothérapie ne nécessitant pas uniquement un conditionnement myéloablatif Diminuer toxicité du conditionnement Ttt immunosuppresseur suffisant pour permettre la prise de greffe Chimerisme mixte Avantage: extension des indications à des sujets + âgés (suppression de la toxicité limitante du conditionnement) Risque de GVH persiste Possibilité de DLI après greffe, en fonction du chimérisme

37 R

38 Prévention de la GVH? R Diminuer l intensité du conditionnement limiter les risques infectieux Meilleur choix du donneur Immunosuppresseurs en prophylaxie systématique inhibiteurs de calcineurine: Ciclosporine, Tacrolimus (ligands des immunophilines, impliquées dans les voies de transduction des signaux d activation des lymphocytes T; inhibition de la synthèse d IL2) Méthotrexate: antagoniste de l acide folique, apoptose des T4 et T8 activés Mycophénolate mofétil (CellCept ): interfère avec synthèse des purines ds les lymphos Sérum antilymphocytaire (préparés en injectant à des lapins ou des chevaux des préparations purifiées de lymphocytes xénogéniques) dans certaines indications

39 Ttt curatif de la GVH aiguë R Corticoïdes Sérum antilymphocytaire, parfois proposé en prophylaxie quand greffes à risque de GVH Anticorps monoclonaux anti-cd25 (Rα IL2): Leukotac, Zenapax anti-tnfα: Remicade GVH aiguë corticorésistante: >75% mortalité

40 Alternatives thérapeutiques

41 Prise en charge des complications de l allogreffe Immunité anti-infectieuse (CMV) T T NK B T Cellules du donneur d allogreffe TCR anti-cmv T Stimulation Ag CMV puis TRI des T spécifiques fonctionnels (IFN-γ pos ou TCRspé pos ) Patient avec infection CMV résistante 1. anti-cd45/anti-ifnγ 2. anti-ifnγ microbilles Réponse chez 15/18 patients Expansion T anti-cmv in vivo Pas d induction/aggravation GVHD Feuchtinger et al. Blood 2010; 116:4360

42 Modulation des T du greffon = introduction d un gène suicide Cellules du donneur Reconstitution immune + GVL Si toxicité (GVH) = administration de ganciclovir Introduction du gène HSV-TK (+/- marqueur mb) et expansion (anti-cd3) Sélection puis injection Peuvent persister 10 ans après injection et tjs polyclonaux mais délétions dans HSV-TK (Deschamps et al Blood 2007; 110:3842) 11/50 GVHD toutes contrôlées par ganciclovir Ciceri et al Lancet Oncol :489

43 Modulation des T du greffon = ciblage des miha

44 Modulation des T du greffon = ciblage des miha 14 miha exprimés spécifiquement par les cellules hématopoïétiques (généralement augmentés sur cellules tumorales) Nécessiter d identifier de nouveaux Ag Amplification in vitro de T spécifiques (CPA + miha) Avenir = transfert du TCR

45 Chimeric Antigen Receptor-Modified T cells (CARs) Stimulation (anti-cd3/anti-cd28) + CAR CD19 dans vecteur LTV/RTV T anti-cd19 TCR endogène CAR LYSE CD19 B tumoral (LLC, FL, autres lymphomes B) Très forte affinité (>>TCR) Pas de restriction au CMH et pas de compétition pour CD3/TCR endogène Pas besoin de corecepteurs Possible utilisation du TCR endogène (persistance/ag viraux) T autologues ou allogéniques (T donneur HSCT virus spécifiques) scfv anti-cd19 Molécules de costimulation (CD28/CD137) Molécule de signalisation (CD3ζ)

46 Injection de T exprimant un CAR 14 weeks Porter et al. NEJM 2011; 365:8 Kochenderfer et al. Nat Rev Clin Oncol 2013; 10: patients traités dans 6 essais cliniques Importance de la masse tumorale (E:T ratio) Nécessité d un préconditionnement Expansion ++ in vivo Efficacité clinique de type preuve de concept Side effects: syndrome de lyse/inflammation, on-target/ off-tissue (optimisation CAR,gène suicide ) 18 essais en cours en hémato-onco

47 Utilisation du mismatch KIR Notion de répertoire NK KIR KIR2DL1 KIR2DL2/ 3 KIR3DL1 KIR3DL2 Spécificité HLA Classe I HLA-C groupe 2 (Cw2, Cw4, Cw5...) HLA-C groupe 1 (Cw1, Cw3, Cw7...) HLA-Bw4 HLA-A3, HLA-A11 NK R act R inh = KIR cible Le receveur n exprime pas un ligand HLA cl I correspondant à un KIR inhibiteur du donneur

48 Les Récepteurs inhibiteurs HLA-B et C HLA-A, HLA-G Les Récepteurs activateurs Molécules du stress : Complexes immuns KIR HLA-E - MICA - MICB - ULBP CD16 «ADCC» NKG2A CD94 NKG2D ITIM ITAM NK

49 Ruggeri Immunol Rev :202 Ljunggren Nat Rev Immunol :329 EFS chez pts LAM à haut risque avec greffe haploidentique T déplétée Diminution de la GVH par destruction des DC du receveur + Effet GVL lié au KIR mismatch KIR-ligand match KIR-ligand mismatch

50 Les CSM Identifiées par Friedestein début 1970 Cellules adhérentes d allure fibroblastique formant des colonies (CFU-F) et capables de donner de l os Cellules Rares (10-2 à 10-4 dans la MO adulte) Pas de marqueur spécifique validé (# CSH) Retrouvées dans le tissu adipeux, le placenta, le sang de cordon + beaucoup de tissus Capables d auto-renouvellement et de forte expansion in vitro Multipotentes

51 Les CSM Moelle osseuse Gelée de Warthon Tissu Adipeux Ostéoblastes J10-J12 Adipocytes Adhérence Culture en - SVF/FGF2 - PL Chondrocytes T cells T cells + CSM Puissant effet immunosuppresseur et anti-inflammatoire non-hla restreint CFSE

52 Immunité Adaptative Treg Treg Treg TGFβ, shla-g CSM et immunorégulation: Survie Prolifération Différentiation IL-6, IL-10 B B B CCL2 PGE2 IL-6, IL-10 mécanismes Monocyte Différentiation CDi Survie Prolifération IFN-γ IFN-γ TNF-α T αβ T αβ T αβ IDO (inos, HO-1) shla-g, PGE2, IL-10, TGFβ Galectines Jagged-1 Maturation CDm IL-12 Activation T

53 CSM et immunorégulation: Neutrophile mécanismes Immunité Innée Survie Migration Burst oxydatif Macrophage IL-12 TNF-α IL1Ra PGE2 IL-6 TSG-6 IDO PGE2 shla-g NK NK NK IL-10 Prolifération Cytotoxicité IFN-γ IFN-γ TNF-α T γδ T γδ T γδ PGE2 IFN-γ TNF-α Survie Prolifération Cytotoxicité IFN-γ

54 Place des CSM dans la GVH Intérets: Reconstitution du stroma médullaire hématopoïétique Effet immunomodulateur susceptible de guérir +/- prévenir la GVH Preuve de concept: Enfant 3 ans GVHD stade IV CSM mère Le Blanc et al. Lancet 2004;363:1439

55 Place des CSM dans la GVH 25 enfants, 30 adultes GVHD stade III ou IV corticorésistantes>7j (60% resistants à + de 2 traitements immunosup) CSM identiques au donneur de CSH ou tierce-partie 3 rechutes mortelles, qq cas d infection mais survie chez rep>survie chez non rep Le Blanc et al. Lancet 2008;371:1579 Intérêt en prévention?

56 Les LTR Treg naturels CD4 pos CD25 hi Foxp3 pos Amplifiables par forte dose d IL-2 + signal TCR de type allogénique Tr1 producteurs d IL-10 amplifiables en présence d IL-10 Séparation GVH/GVL?

57 Conclusion/Perspective CSH Routine Peu de manipulation Tissu sain CSM TCD4 TCD8 NK Treg Manipulations +/- complexes (amplification CSM, amplification/activatin Treg) Virus Tumeur Peu de manipulation (DLI) Manipulations complexes (T spécifiques, T modifiés)

L allogreffe de Cellules Souches Hématopoïétiques

L allogreffe de Cellules Souches Hématopoïétiques L allogreffe de Cellules Souches Hématopoïétiques L historique 1960 - Pr Jean DAUSSET Découverte des groupes HLA 1970 - Pr Georges MATHE Première greffe de moelle osseuse allogénique 1974 - Pr Donald THOMAS

Plus en détail

LA REPONSE ALLOGENIQUE. C. René -2011

LA REPONSE ALLOGENIQUE. C. René -2011 LA REPONSE ALLOGENIQUE C. René -2011 Les Lois de la transplantation Rôle des lymphocytes T Transfert de l immunité par les cellules T Infiltrat de cellules mononuclées disposé en manchons péri-vasculaire:

Plus en détail

Mécanismes de l alloréactivité, des rejets de greffe et de la réaction du greffon contre l hôte.

Mécanismes de l alloréactivité, des rejets de greffe et de la réaction du greffon contre l hôte. Mécanismes de l alloréactivité, des rejets de greffe et de la réaction du greffon contre l hôte. Marcelo de Carvalho Bittencourt, Christophe Baron, Gilles Blancho, Myriam Labalette, Hélène Moins Teisserenc

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Les greffes de cellules souches

Les greffes de cellules souches A qui en parler? Vous cherchez de l aide ou d autres informations? Vous avez besoin de parler? Vous cherchez des informations sur un type de cancer ou ses possibilités de traitement? Vous voulez savoir

Plus en détail

LES GREFFES DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOIETIQUES J.P. JOUET. Février 2007

LES GREFFES DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOIETIQUES J.P. JOUET. Février 2007 LES GREFFES DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOIETIQUES J.P. JOUET Février 2007 Introduction Il est aujourd hui souhaitable de ne plus parler de «greffe de moelle» mais de «greffe de cellules souches hématopoïétiques

Plus en détail

Dr Céline RENE. Qu est ce une CSH? La CSH. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. Des cellules multipotentes Free Powerpoint Templates

Dr Céline RENE. Qu est ce une CSH? La CSH. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. Des cellules multipotentes Free Powerpoint Templates Greffe de Free CSH Powerpoint Templates Qu est ce une CSH? MASTER 1 IMMUNOPATHOLOGIE 2011 Cellule multi-potente: cellule capable de régénérer plusieurs populations cellulaires d un dun tissu ou organe

Plus en détail

plan Transplantation d organe 2 types de donneurs 05/05/2015 1 Le don d organe 2 Prise en charge immunologique 3 Le rejet

plan Transplantation d organe 2 types de donneurs 05/05/2015 1 Le don d organe 2 Prise en charge immunologique 3 Le rejet plan Transplantation d organe 1 Le don d organe 2 Prise en charge immunologique 3 Le rejet 2 types de donneurs Activité de prélèvement en France Donneurs décédés:+++++ Donneurs vivants: Apparenté Non apparenté

Plus en détail

Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner?

Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner? Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner? Malika Benkerrou Site de référence pédiatrique national sur la drépanocytose Hôpital Robert Debré, Paris 3èmes Journées de la Drépanocytose en Martinique

Plus en détail

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques Professeur Ibrahim Yakoub-Agha CHRU de LILLE (Illustration de J. Cloup, extraite du CD-Rom «greffe de Moelle» réalisé par la société K Noë) La moelle osseuse

Plus en détail

Le don. de sang placentaire. Une source irremplaçable de cellules souches pour la greffe allogénique. Document destiné aux professionnels de santé

Le don. de sang placentaire. Une source irremplaçable de cellules souches pour la greffe allogénique. Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé 2 EDITION Etablissement relevant du ministère de la santé Le don de sang placentaire Une source irremplaçable de cellules souches pour la greffe allogénique

Plus en détail

14. TRANSPLANTATION DE CELLULES SOUCHES maj 2010 HEMATOPOIETIQUE

14. TRANSPLANTATION DE CELLULES SOUCHES maj 2010 HEMATOPOIETIQUE 14. TRANSPLANTATION DE CELLULES SOUCHES maj 2010 HEMATOPOIETIQUE 14.1. INTRODUCTION. 3 14.2. INDICATIONS.. 3 14.3. SOURCES DE CSH 4 14.3.1. La moelle osseuse. 4 14.3.2. Le sang périphérique 4 14.3.3. Le

Plus en détail

ALLOGREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES (CSH) CHEZ 26 PATIENTS ATTEINTS DE β THALASSEMIES MAJEURES

ALLOGREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES (CSH) CHEZ 26 PATIENTS ATTEINTS DE β THALASSEMIES MAJEURES ALLOGREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES (CSH) CHEZ 26 PATIENTS ATTEINTS DE β THALASSEMIES MAJEURES R. Belhadj, R.Ahmed Nacer, F.Mehdid, M.Benakli, N.Rahmoune, M.Baazizi, F. Kaci, F.Harieche, F.Zerhouni,

Plus en détail

Production d effecteurs immuns. Veronique DECOT, MCU-PH UTCT (Unité de Thérapie Cellulaire et Tissus) CHU de Nancy

Production d effecteurs immuns. Veronique DECOT, MCU-PH UTCT (Unité de Thérapie Cellulaire et Tissus) CHU de Nancy Production d effecteurs immuns Veronique DECOT, MCU-PH UTCT (Unité de Thérapie Cellulaire et Tissus) CHU de Nancy Conditionnement Receveur Allogreffe de CSH Non prise et rejet de la greffe Donneur Immunosuppression

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal!

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! J ai de 18 à 50 ans Le Don de Moelle Osseuse Ça m intéresse -1 je demande des infos, je réfléchis. -2 je contacte le centre EFS le plus proche de chez moi. 3- je suis

Plus en détail

Les premières greffes de CSH ont été des greffes de moelle osseuse allogénique

Les premières greffes de CSH ont été des greffes de moelle osseuse allogénique INDICATIONS ACTUELLES DES GREFFES DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES Ibrahim Yakoub-Agha Service des Maladies du Sang, Hôpital Huriez, CHRU, LILLE Introduction La greffe de cellules souches hématopoïétiques

Plus en détail

Le don de moelle osseuse

Le don de moelle osseuse Le don de moelle osseuse Enfant, je rêvais de sauver des vies. Aujourd hui, je le fais. Grande cause nationale 2009 Olivier, 4 ans Olivier, 32 ans Établissement relevant du ministère de la santé Le don

Plus en détail

Item 127 : Transplantation d'organes

Item 127 : Transplantation d'organes Item 127 : Transplantation d'organes Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Allogreffe de moelle ou de cellules souches...1 2 Transplantation d'organes... 2 3 Diagnostic...3

Plus en détail

Don de moelle osseuse. pour. la vie. Agence relevant du ministère de la santé. Agence relevant du ministère de la santé

Don de moelle osseuse. pour. la vie. Agence relevant du ministère de la santé. Agence relevant du ministère de la santé Don de moelle osseuse Engagez-VOUS pour la vie 1 Pourquoi devenir veilleur de vie? Le don de moelle osseuse peut sauver des vies La greffe de moelle osseuse représente une chance importante de guérison

Plus en détail

ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches

ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches Le don de cellules souches Jean VIVIN 04/2013 1-Nature du problème : 2- Technique Les leucémies représentent

Plus en détail

Profil médico-économique de plerixafor en remobilisation dans le myélome multiple

Profil médico-économique de plerixafor en remobilisation dans le myélome multiple Profil médico-économique de plerixafor en remobilisation dans le myélome multiple Aline Voidey Soirée de la Société de Médecine de Franche-Comté Jeudi 27 novembre 2014 L hématopoièse Une seule et unique

Plus en détail

Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines

Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines Jean Daniel Lelièvre, Yves Lévy, Pierre Miossec I-Introduction... 2 II-Les interférons... 2 II-1.L interféron... 3 II-1-a.

Plus en détail

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE Contact presse : Cathy Josse 03 22 66 87 83 / 06 86 30 46 57 josse.cathy@chu-amiens.fr 1 COMMUNIQUE DE SYNTHESE Le 16 février

Plus en détail

www.dondemoelleosseuse.fr

www.dondemoelleosseuse.fr Agence relevant du ministère de la santé www.dondemoelleosseuse.fr 01 Pourquoi devenir Veilleur de Vie? Le don de moelle osseuse peut sauver des vies. Chaque année, des milliers de personnes - enfants

Plus en détail

Activation et polarisation des lymphocytes T. A. Toubert Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité, Hôpital Saint-Louis

Activation et polarisation des lymphocytes T. A. Toubert Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité, Hôpital Saint-Louis Activation et polarisation des lymphocytes T A. Toubert Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité, Hôpital Saint-Louis Immunité acquise La réponse innée reconnaît des structures conservées entre

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Guide de Mobilisation. de cellules souches pour mon. Autogreffe AVEC LE SOUTIEN DE. Carnet d informations et de suivi pour le patient et sa famille

Guide de Mobilisation. de cellules souches pour mon. Autogreffe AVEC LE SOUTIEN DE. Carnet d informations et de suivi pour le patient et sa famille Guide de Mobilisation de cellules souches pour mon Autogreffe Carnet d informations et de suivi Carnets pour d informations le patient et sa et famille de suivi pour le patient et sa famille AVEC LE SOUTIEN

Plus en détail

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis.

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Tarek Ben Othman Congrès de la STPI, 24 avril 2009 Plan Introduction

Plus en détail

Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang

Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang Pour des raisons de simplification, les dénominations masculines s appliquent également aux femmes. La transplantation de cellules souches du

Plus en détail

L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS

L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS Le traitement de votre maladie nécessite une Chimiothérapie intensive. Cette chimiothérapie qui utilise de fortes doses de médicaments antimitotiques est plus efficace

Plus en détail

STAGE À L UNITÉ DE SOINS DES GREFFÉS (5CD)

STAGE À L UNITÉ DE SOINS DES GREFFÉS (5CD) STAGE À L UNITÉ DE SOINS DES GREFFÉS (5CD) An 1 (Clinique) An 2 (Clinique et Recherche) 3 (Recherche et Clinique) An Crédits : 6 Crédits : 6 Crédits : 3 Durée : 6 périodes Durée : 4 périodes Durée : 2

Plus en détail

Explorations des réponses Immunitaires. L3 Médecine

Explorations des réponses Immunitaires. L3 Médecine 2012 Explorations des réponses Immunitaires L3 Médecine Rappel sur les réponses Immunitaires DIFFERENTS TYPES DE REPONSES IMMUNITAIRES Naturelle = innée Adaptative Non spécifique Spécifique Immédiate Barrière

Plus en détail

Cellules souches hématopoïétiques

Cellules souches hématopoïétiques Cellules souches hématopoïétiques Pr Bernard Klein INSERM-UM1 U1040: BIOTHERAPY OF NORMAL AND CANCER STEM CELLS INSTITUTE FOR RESEARCH IN BIOTHERAPY http://irb.chu-montpellier.fr Hématopoïèse! Plaquettes

Plus en détail

Le don de cellules souches. M.Lambermont Pascale Van Muylder

Le don de cellules souches. M.Lambermont Pascale Van Muylder Le don de cellules souches M.Lambermont Pascale Van Muylder 1 Pourquoi avons-nous recours à la greffe de CSH? Certaines maladies causent la destruction ou un fonctionnement anormal de la moelle osseuse.

Plus en détail

Les Applications industrielles et commerciales des cellules souches. Inserm Transfert Pôle Création d Entreprises

Les Applications industrielles et commerciales des cellules souches. Inserm Transfert Pôle Création d Entreprises Les Applications industrielles et commerciales s cellules souches Inserm Transfert Pôle Création d Entreprises Matthieu COUTET, Responsable du Pôle Jean-François RAX, Business Analyst 1 Plan Cellules souches

Plus en détail

Donnou S. caractérisation des cellules microgliales adultes et de leur potentiel en immunotherapie des tumeurs cerebrales TEL-00341604

Donnou S. caractérisation des cellules microgliales adultes et de leur potentiel en immunotherapie des tumeurs cerebrales TEL-00341604 Vaisseaux méningés Sinus veineux Os crânien Dure-mère Espace Périvasculaire Cortex cérébral ventricules Substance blanche Flux de LCR Villosités arachnoïdes Sinus veineux Plexus choroïdes Substance grise

Plus en détail

Banque de Sang Placentaire Ce qu on dit qui est possible! Ce qu on dit qui est faux!

Banque de Sang Placentaire Ce qu on dit qui est possible! Ce qu on dit qui est faux! Banque de Sang Placentaire Ce qu on dit qui est possible! Ce qu on dit qui est faux! Dr Marion Baudard Directeur Médical, Coordinateur des Sites de Collecte Banque de Sang Placentaire du CHRU de Montpellier

Plus en détail

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus.

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus. AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne Les dons de cellules & de tissus. Introduction : Une greffe (don) de cellules consiste à administrer à un patient dont un organe vital ne fonctionne plus correctement, une

Plus en détail

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA 16/11/12 TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA Chantal GAUTREAU LABORATOIRE HLA S E R V I C E D I M M U N O L O G I E E T D H I S T O C O M PAT I B I L I T É, A P - H P, HÔPITAL SAINT LOUIS, PARIS,

Plus en détail

ACADÉMIE NATIONALE DE MÉDECINE 16, RUE BONAPARTE 75272 PARIS CEDEX 06 TÉL : 01 42 34 57 70 FAX : 01 40 46 87 55

ACADÉMIE NATIONALE DE MÉDECINE 16, RUE BONAPARTE 75272 PARIS CEDEX 06 TÉL : 01 42 34 57 70 FAX : 01 40 46 87 55 ACADÉMIE NATIONALE DE MÉDECINE 16, RUE BONAPARTE 75272 PARIS CEDEX 06 TÉL : 01 42 34 57 70 FAX : 01 40 46 87 55 RAPPORT au nom de la Commission I (Biologie Immunologie Génétique) Les banques de sang de

Plus en détail

Service de Biothérapies

Service de Biothérapies AP-HP Service de Biothérapies Pr. D. Klatzmann Service de Biothérapies Activités de l unité de thérapie cellulaire Dr. Hélène Trébéden-Negre Plan Définition de la thérapie cellulaire Les autogreffes de

Plus en détail

Greffe des cellules souches hématopoïétiques : Avancée actuelles POUR L OBTENTION DU DOCTORAT EN PHARMACIE

Greffe des cellules souches hématopoïétiques : Avancée actuelles POUR L OBTENTION DU DOCTORAT EN PHARMACIE UNIVERSITE MOHAMMED V FACULTE DE MEDECINE ET DE PHARMACIE -RABAT- ANNEE : 2011 THESE N : 68 Greffe des cellules souches hématopoïétiques : Avancée actuelles THESE Présentée et soutenue publiquement le

Plus en détail

l'institut Paoli-Calmettes (IPC) réunit à la Villa Méditerranée les 29 et 30 mai 2015

l'institut Paoli-Calmettes (IPC) réunit à la Villa Méditerranée les 29 et 30 mai 2015 ANNONCE PRESSE Un donneur pour chaque patient en attente d'une greffe de moelle osseuse, de la chimère à la réalité grâce à la révolution de la greffe haplo mismatch Marseille, le 26 mai 2015. L'Institut

Plus en détail

Les facteurs de croissance lignée blanche Polynucléaires neutrophiles Grastims

Les facteurs de croissance lignée blanche Polynucléaires neutrophiles Grastims Les facteurs de croissance lignée blanche Polynucléaires neutrophiles Grastims 12 2014 HEMATOPOIESE Progéniteurs puis précurseurs Stimulation par facteur : activation spécifique de leur récepteur Moelle

Plus en détail

Nous avons tous un don qui peut sauver une vie. D e v e n i r. donneur de moelle. osseuse

Nous avons tous un don qui peut sauver une vie. D e v e n i r. donneur de moelle. osseuse Nous avons tous un don qui peut sauver une vie D e v e n i r donneur de moelle osseuse Pourquoi s inscrire comme donneur de moelle osseuse? Pour des personnes atteintes de maladies graves du sang, la greffe

Plus en détail

Mise à jour du dossier de presse du 2 février 1999 «Organisation d un réseau de sang placentaire en France»

Mise à jour du dossier de presse du 2 février 1999 «Organisation d un réseau de sang placentaire en France» Mise à jour du dossier de presse du 2 février 1999 «Organisation d un réseau de sang placentaire en France» MISE AU POINT DE L ORGANISATION DU RESEAU EN FRANCE, EN 2003 : Aujourd hui, cinq établissements

Plus en détail

GREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOEITIQUES ET SES COMPLICATIONS INFECTIEUSES. Michael HUMMELSBERGER Hématologie clinique CHU de Nice

GREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOEITIQUES ET SES COMPLICATIONS INFECTIEUSES. Michael HUMMELSBERGER Hématologie clinique CHU de Nice GREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOEITIQUES ET SES COMPLICATIONS INFECTIEUSES Michael HUMMELSBERGER Hématologie clinique CHU de Nice OU POURQUOI LES INFECTIOLOGUES PENSENT QUE LES HEMATOLOGUES SONT IRRAISONNABLES

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique

d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique COL L ÈGE N ATIONAL DES GYNÉ COLOGUES E T OBS TÉ TRICIENS FR A NÇ A IS Président : Professeur F. P u e ch EXTRAIT d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique Publié le 10 décembre 2010 N o t a. Le

Plus en détail

LE CANCER C EST QUOI? QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE UN ORGANE NORMAL ET UN ORGANE ATTEINT PAR LE CANCER? Organe normal Organe précancéreux Cancer

LE CANCER C EST QUOI? QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE UN ORGANE NORMAL ET UN ORGANE ATTEINT PAR LE CANCER? Organe normal Organe précancéreux Cancer LE CANCER C EST QUOI? Généralement, le cancer se présente sous la forme d une tumeur, d une masse, qui se développe dans un organe. Les tumeurs solides, qui représentent 90% de tous les cancers, se distinguent

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse 1. La moelle osseuse : un rôle vital pour le corps humain Page 2/23 1.1. Qu est ce que la moelle osseuse? La moelle osseuse est indispensable à la

Plus en détail

Immunosuppression Immunosuppr F Castex, PhD EA 7288 FMBS 215 UE Immunopath 2013

Immunosuppression Immunosuppr F Castex, PhD EA 7288 FMBS 215 UE Immunopath 2013 Immunosuppression F Castex, PhD EA 7288 FMBS 215 UE Immunopath 2013 Stratégies Emballement Déficience Insuffisance Systéme Immunitaire Immunosuppression Immunosubstitution Injection de cellules souches

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER Dr Michael Hummelsberger, Pr Jean-Gabriel Fuzibet, Service de Médecine Interne, Hôpital l Archet, CHU Nice 1. ANEMIE L étiologie de l anémie

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

Immunité adaptative : activation et polarisation des lymphocytes T.

Immunité adaptative : activation et polarisation des lymphocytes T. Immunité adaptative : activation et polarisation des lymphocytes T. Marcelo de Carvalho, Olivier Adotévi, Valérie Frenkel, Gilles Thibault, Richard Le Naour I-Introduction... 2 II-Activation des lymphocytes

Plus en détail

DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la réglementation sur les thérapies cellulaires.

DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la réglementation sur les thérapies cellulaires. Produits de thérapie cellulaire DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la réglementation sur les thérapies cellulaires. DIAPOSITIVE 2 La fabrication des thérapies cellulaires est examinée par la Division

Plus en détail

Unité d onco-hématologie pédiatrique. Procédure de recueil de consentements du donneur. Codification du document : PO 3.2.2 Rédacteur : Dr V Gandemer

Unité d onco-hématologie pédiatrique. Procédure de recueil de consentements du donneur. Codification du document : PO 3.2.2 Rédacteur : Dr V Gandemer PO 3.2.2 version n 1 page1/5 Unité d onco-hématologie pédiatrique Procédure de recueil de consentements du donneur Codification du document : PO 3.2.2 Rédacteur : Dr V Gandemer Date d application : 1/12/2007

Plus en détail

La sclérose en plaques

La sclérose en plaques Hôpital de la Salpêtrière, La sclérose en plaques Catherine Lubetzki Sclérose en plaques 80 000 cas en France Seconde cause de handicap de l adulte jeune 50% des patients ont un handicap permanent à 15

Plus en détail

ECOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES. MEMOIRE Présenté par Caroline FLAMENT

ECOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES. MEMOIRE Présenté par Caroline FLAMENT MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE ECOLE PRATIQUE DES HAUTES ETUDES Science de la vie et de la terre MEMOIRE Présenté par Caroline FLAMENT Pour l obtention du diplôme de l Ecole Pratique des Hautes Etudes

Plus en détail

LIVRET D INFORMATION ET D AIDE À LA DÉCISION À L USAGE DES PARENTS ÉDITION 2008

LIVRET D INFORMATION ET D AIDE À LA DÉCISION À L USAGE DES PARENTS ÉDITION 2008 Mon enfant va recevoir une allogreffe de moelle LIVRET D INFORMATION ET D AIDE À LA DÉCISION À L USAGE DES PARENTS ÉDITION 2008 Coordonné par Michel DUVAL et Dominique DAVOUS, en partenariat avec l Espace

Plus en détail

Communiqué de presse. Saint-Denis, le 16 novembre 2005

Communiqué de presse. Saint-Denis, le 16 novembre 2005 FRANCE GREFFE DE MOELLE FICHIER NATIONAL DE DONNEURS DE CELLULES SOUCHES HÉMATOPOÏÉTIQUES Communiqué de presse Saint-Denis, le 16 novembre 2005 16 novembre 2005. Dans le monde et pour tous les patients

Plus en détail

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points)

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) Lycée M hamdia Année scolaire : 2011/2012 Prof : Saïd Mounir Date : 17/05/2012 Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) EXERCIE N O 1: (4 points) : 1 : a-b 2 : b 3 : a-b 4 : d 5 : d 6 :

Plus en détail

DON DE SANG. Label Don de Soi

DON DE SANG. Label Don de Soi DON DE SANG Label Don de Soi 2015 SOMMAIRE Les différents types de dons p.3 Le don de sang total Le don de plasma Le don de plaquettes Le don de moelle osseuse Que soigne-t-on avec un don de sang? p.7

Plus en détail

Tumeur maligne des os

Tumeur maligne des os Tumeur maligne des os E p idém iologie tumeur maligne primitive de l os touchant essentiellement l adolescent et l adulte jeune. 70% des sarcomes ostéogéniques sont diagnostiqués avant l âge de 18ans dans

Plus en détail

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Parc d Innovation d Illkirch, France, le 22 mars 2010 Transgene S.A. (Euronext Paris: FR0005175080) présente

Plus en détail

Introduction générale

Introduction générale Introduction générale Touchant près de 600 nouvelles personnes chaque année en France, la leucémie myéloïde chronique est une maladie affectant les cellules du sang et de la moelle osseuse (située au cœur

Plus en détail

Greffe de cellules souches hématopoïétiques

Greffe de cellules souches hématopoïétiques Greffe de cellules souches hématopoïétiques LIVRET D INFORMATION ET D AIDE À LA DÉCISION À L USAGE DES PATIENTS ÉDITION 2013 Responsabilités Rédaction Dominique Davous, Espace éthique AP-HP, Cent pour

Plus en détail

La cytométrie de flux

La cytométrie de flux TD5 La cytométrie de flux Air sous-pression Signal de formation des gouttes Signal de charge des gouttes Cellules en suspension Liquide de Gaine Vibrateur Ultrason Dˇtecteur de Lumi re Arrt du Faisceau

Plus en détail

TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE

TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE TOXIC SHOCK SYNDROME Généralités Syndrome du à une sécrétion d exotoxine Staphylocoques, Streptocoque groupe A Manifestations cliniques non liées au lieu

Plus en détail

Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé. Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009

Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé. Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009 Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009 Complications pulmonaires en onco-hématologie (Mokart et al Chest 2003) ~ 20 % des patients ~

Plus en détail

Sang de cordon en France : 20 ans après la première greffe, quel état des lieux?

Sang de cordon en France : 20 ans après la première greffe, quel état des lieux? Dossier de Presse 10 avril 2008 Sang de cordon en France : 20 ans après la première greffe, quel état des lieux? Contacts Presse - EFS : Jean-Marc Ouazan - 01 55 93 96 23 - The Desk : Laurence de la Touche

Plus en détail

Transplantation de cellules souches du sang

Transplantation de cellules souches du sang Transplantation de cellules souches du sang Rapport d Immersion en communauté NICOLAS BRANDT-DIT-GRIEURIN DAMIEN POLET PHILIPPE REYMOND EHTESHAM SHAMSHER Sous la supervision de : Mme L. Soguel Prof. C.

Plus en détail

Dossier «Maladies du sang» Mieux les connaître pour mieux comprendre les enjeux liés au don de sang

Dossier «Maladies du sang» Mieux les connaître pour mieux comprendre les enjeux liés au don de sang Dossier «Maladies du sang» Mieux les connaître pour mieux comprendre les enjeux liés au don de sang Maladies du sang Objectif de ce dossier Les demandes des médias portent régulièrement sur les usages

Plus en détail

Anticorps anti-hla en transplantation rénale

Anticorps anti-hla en transplantation rénale Anticorps anti-hla en transplantation rénale Caroline Suberbielle Laboratoire d'immuno-histocompatibilité Hôpital St Louis Paris Définitions Patient «naïf» Patient sans événement immunisant Homme ou enfant

Plus en détail

VIABILITE DES GREFFONS DE CELLULES SOUCHES NON CRYOPRESERVES A UNE TEMPERATURE DE 4 C

VIABILITE DES GREFFONS DE CELLULES SOUCHES NON CRYOPRESERVES A UNE TEMPERATURE DE 4 C VIABILITE DES GREFFONS DE CELLULES SOUCHES NON CRYOPRESERVES A UNE TEMPERATURE DE 4 C M. Brahimi, N. Yafour, S. Osmani, F. Attaf, A. Arabi, B. Enta-Soltan, M.A. Bekadja. Service d Hématologie et de Thérapie

Plus en détail

Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges. Membre enseignant chercheur EA 4021

Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges. Membre enseignant chercheur EA 4021 Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges Membre enseignant chercheur EA 4021 Rhumatisme inflammatoire chronique Prévalence des SA ies en Europe = 1 à 2% Age moy : 26 ans, ratio homme/femme:

Plus en détail

Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010

Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010 Parc d Innovation d Illkirch, France, le 10 mars 2010 Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010 Transgene (Euronext

Plus en détail

SAUVEZ UNE VIE... EN DONNANT LA VIE!

SAUVEZ UNE VIE... EN DONNANT LA VIE! SAUVEZ UNE VIE... EN DONNANT LA VIE! SUIVEZ-NOUS SUR : BANQUE PUBLIQUE DE SANG DE CORDON DʼHÉMA-QUÉBEC Lire ce code avec un téléphone intelligent pour accéder à la page S inscrire à la banque de sang de

Plus en détail

ovarienne Indications, RésultatsR

ovarienne Indications, RésultatsR Cryopréservation ovarienne Indications, RésultatsR K. Morcel 1, D. Le Lannou 2 1 Médecine de la reproduction,pogmr,hôpital,hôpital Sud, Rennes 2 Biologie de la reproduction, POGMR, Hôpital Sud, Rennes

Plus en détail

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 ACTUALITES THERAPEUTIQUES Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 Traitement de fond Objectifs: Réduire le nombre de poussées Arrêter ou freiner la progression du handicap Les traitements disponibles

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

AVERTISSEMENT. D'autre part, toute contrefaçon, plagiat, reproduction encourt une poursuite pénale. LIENS

AVERTISSEMENT. D'autre part, toute contrefaçon, plagiat, reproduction encourt une poursuite pénale. LIENS AVERTISSEMENT Ce document est le fruit d'un long travail approuvé par le jury de soutenance et mis à disposition de l'ensemble de la communauté universitaire élargie. Il est soumis à la propriété intellectuelle

Plus en détail

Le greffé de cellules souches hématopïétiques en réanimation

Le greffé de cellules souches hématopïétiques en réanimation Le greffé de cellules souches hématopïétiques en réanimation Avance majeure de la fin du 20 ème siècle dans le traitement des affections hématologiques malignes, la greffe de moelle osseuse ou de cellules

Plus en détail

Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC

Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC 1 Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC Dr A. BOUDAK / Dr M.H Trabelssi Dir Hôpitaux et dessoins Ambulatoires/M. Santé 6ème colloque France Maghreb sur

Plus en détail

Mécanismes moléculaires à l origine des maladies autoimmunes

Mécanismes moléculaires à l origine des maladies autoimmunes Mécanismes moléculaires à l origine des maladies autoimmunes Sébastien Lacroix-Desmazes INSERM UMRS 1138 Immunopathology and herapeutic Immunointervention CRC - Paris, France Ma connaissance d un patient

Plus en détail

Vue d ensemble : Office of Cellular, Tissue and Gene Therapies

Vue d ensemble : Office of Cellular, Tissue and Gene Therapies Vue d ensemble : Office of Cellular, Tissue and Gene Therapies DIAPOSITIVE 1 Cette présentation fournit une vue d ensemble de l Office of Cellular, Tissue, and Gene Therapies (bureau des thérapies cellulaires,

Plus en détail

Cytokines & Chimiokines

Cytokines & Chimiokines Cytokines & Chimiokines I. (D après Förster, R. et al. (1999) Cell 99:23) Dans le but d étudier la régulation de la circulation des leucocytes dans l organisme, des souris déficientes pour le récepteur

Plus en détail

82 collaborateurs 52 millions

82 collaborateurs 52 millions Édito Chiffre d affaires à fin Septembre 2007 Assemblée générale du 26 juin 2007 Réponses aux questions des actionnaires * Actualité R&D et produits I 2 : la science d Innate * Innate Pharma et ses actionnaires

Plus en détail

Comment se déroule le prélèvement? Il existe 2 modes de prélèvements des cellules souches de la moelle osseuse:

Comment se déroule le prélèvement? Il existe 2 modes de prélèvements des cellules souches de la moelle osseuse: La greffe de moelle osseuse représente une chance importante de guérison pour de nombreuses personnes atteintes de maladies graves du sang. Le don de moelle osseuse est un acte volontaire, anonyme et gratuit

Plus en détail

Cytokines ; Chimiokines

Cytokines ; Chimiokines Cytokines ; Chimiokines I. Dans le but d étudier la régulation de la circulation des leucocytes dans l'organisme, des souris déficientes pour le récepteur CCR7 de chimiokine ont été générées par recombinaison

Plus en détail

Cytométrie en flux. DES de Biologie Médicale Enseignement d Immunologie ET05. Phnom Penh Septembre 2009

Cytométrie en flux. DES de Biologie Médicale Enseignement d Immunologie ET05. Phnom Penh Septembre 2009 DES de Biologie Médicale Enseignement d Immunologie ET05 Cytométrie en flux Phnom Penh Septembre 2009 Michelle Rosenzwajg Service de Biothérapies/UPMC CNRS UMR7211 INSERM U959 Pitié-Salpétrière - Paris

Plus en détail

Item 116 : Maladies autoimmunes

Item 116 : Maladies autoimmunes Item 116 : Maladies autoimmunes COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Définition du concept d'auto-immunité...3

Plus en détail

Sang, plasma, plaquettes...

Sang, plasma, plaquettes... Guide des dons Sang, plasma, plaquettes... et vous, que donnerez-vous? Le don de sang, un geste incontournable En donnant votre sang, vous aidez par exemple une femme qui a perdu beaucoup de sang lors

Plus en détail

Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli

Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli Les cytokines et leurs récepteurs Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli l i@ i 1 Les cytokines et leurs récepteurs 2 mécanismes principaux d interactions cellulaires : - contact membranaire

Plus en détail

Les cellules souches du cordon ombilical

Les cellules souches du cordon ombilical Gymnase Cantonal du Bugnon, Lausanne Travail de Maturité 2013 Les cellules souches du cordon ombilical Léo Corsini et Tutrice : Madame Françoise Jaunin Résumé Léo Corsini Pour traiter les maladies comme

Plus en détail

Anticorps, vaccins, immunothérapies allergéniques tout savoir sur les progrès de l immunothérapie en 20 questions

Anticorps, vaccins, immunothérapies allergéniques tout savoir sur les progrès de l immunothérapie en 20 questions Anticorps, vaccins, immunothérapies allergéniques tout savoir sur les progrès de l immunothérapie en 20 questions De quoi se compose le système immunitaire? Chaque jour, des substances étrangères, appelées

Plus en détail

Dons, prélèvements et greffes

Dons, prélèvements et greffes Dons, prélèvements et greffes Donneur : d une vie à une autre... Chaque année, en France, plus de 10000 malades attendent une greffe afin de continuer à vivre ou d améliorer une existence lourdement handicapée.

Plus en détail