Aurélia Chambaz 47 ème volée ESSanté Stage d immuno-hématologie à l UMT, BH-18 CHUV SRTS VD Lausanne Responsable accompagnante :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Aurélia Chambaz 47 ème volée ESSanté Stage d immuno-hématologie à l UMT, BH-18 CHUV SRTS VD Lausanne 05.11.07-11.04.08 Responsable accompagnante :"

Transcription

1 Aurélia Chambaz 47 ème volée ESSanté Stage d immuno-hématologie à l UMT, BH-18 CHUV SRTS VD Lausanne Responsable accompagnante : Mme Jocelyne Conne

2 Résumé Ce travail en immuno-hématologie a pour but d observer les similitudes et les discordances entre les Coombs directs (CD 1 ) réalisés en tubes et les autocontrôles (EP 3 ) effectués en carte en Coombs indirect (CI 2 ). Ces deux tests sont des techniques de référence à l UMT 4. En effet, il est connu que si un Coombs direct est positif, le Coombs indirect n est pas interprétable, car il sera forcément lui aussi positif étant donné que les globules rouges sont sensibilisés. Or au mois de septembre 2007, un Coombs direct a été trouvé positif avec un anti-jka fixé découvert après élution, alors que l autocontrôle avait été effectué et était négatif. Il n y avait également pas d anticorps circulants dans le plasma de la patiente. Il est donc facile de voir l importance de vérifier la concordance des résultats entre ces deux tests, afin de savoir si les procédures du laboratoire sont efficaces ou si des hématies sensibilisées ne sont fréquemment pas détectées en ne réalisant que l autocontrôle? Cette analyse a été effectuée sur 200 patients qui avaient un Coombs direct positif selon les analyses effectuées dans l un ou l autre des deux laboratoires de l UMT, ceci sur une durée de 7 semaines. Les résultats obtenus ont montré qu une divergence entre les résultats du Coombs direct et de l autocontrôle existait dans près de 25% des cas analysés. L autocontrôle a donc l air d être moins sensible que le Coombs direct, ceci principalement en ce qui concerne la molécule du C3d 6 ou lorsque la spécificité est de type IgG 5 avec un titre relativement bas. La technique en cartes semble également être moins sensible pour les bébés, mais ceci n est pas une affirmation étant donné le nombre restreint de bébés analysés au cours de ce travail. En vue de tout cela, on pourrait donc conclure qu il n est pas possible de se fier uniquement à l autocontrôle pour affirmer l absence d hématies sensibilisées chez un patient. Les abréviations ou mots se trouvant en italique avec un numéro en exposant dans le texte sont décrits dans le lexique p

3 Resume This work on immunohaematology aim to observe the similarities and the discordances between the direct Coombs realised in tubes and the auto controls of indirect Coombs effected on cards. These two tests are the technics of reference in the UMT. Actually, it is known that if a direct Coombs is positive, this direct Coombs is not interpretable, because it will be certainly positive also as that the red globules are sensiblized. Therefore, in September 2007, a direct Coombs was found positive with a fixed anti-jka discovered after elutions, however, the auto control had been done and was negative. There are equally no antibodies which circulate in the plasma of the patient. So it is easy to see the importance to check the concordance the results between the two tests, to know if the procedure of lab is efficient or if the sensible haematins are not frequently detected in only realizing the auto control? This analyse is effected on 200 patients who has a positive direct Coombs according to the analyses effected in one or another of 2 labs of UMT, which had been done during 7 weeks. The result obtained showed that the divergence between the result of direct Coombs and the auto control existed in about 25% of the analysed cases. The auto control seems to be less sensible than the direct Coombs, this presents principally in the molecule of C3d 6 or when the specificity is of type IgG 5 with a relatively low title. The technic on cards seems equally to be less sensible for the babies, but this isn t an affirmation for the reason that the restrict number of babies analysed in the current of this work. For all of this, we could conclude that it isn t possible to confide only in the auto control to affirm the absence of sensibilized haematins of a patient

4 Table des matières 1 Introduction Contexte de ce travail Présentation du cas : Résumé des analyses effectuées pour ce travail Rappel théorique pour la compréhension de ce travail Antigènes : Anticorps : Complément : Test de Coombs : But du travail Démarche et estimation des coûts pour ce travail Techniques Techniques en tubes : Coombs directs polyspécifique et monospécifique Medion : Coombs direct polyspécifique DiaMed : Titre d un Coombs direct IgG : Elution : Techniques en cartes : Dépistage et identification d anticorps : (Cartes LISS/Coombs) Autocontrôle en Coombs indirect (EP) : (Cartes LISS/Coombs + Cartes Coombs Anti-IgG) Coombs direct : (Cartes LISS/Coombs + Cartes Coombs Anti-IgG) Spécificités d un Coombs direct : (Cartes DC-Screening I) Titre d un Coombs direct IgG : (Cartes TDA IgG-Dilution) Sous-classes d IgG : (Cartes TDA IgG 1 /IgG 3 ) Matériel et consommables Matériel fixe et appareils Consommables Matériel : Réactifs et leur composition : Gestion des lots de réactifs : Résultats Explicatif pour les tableaux de résultats se trouvant à l annexe Tableaux des résultats Analyse des résultats Conclusion Difficultés rencontrées Perspectives Remerciements Bibliographie Lexique Annexes

5 1 Introduction J effectue mon dernier stage de la formation de technicienne en analyses biomédicales (TAB 7 ) à l unité de médecine transfusionnelle au CHUV 8 à Lausanne. Ce laboratoire appartient au SRTS VD 9 et réalise différentes analyses dans le domaine de l immuno-hématologie, ainsi que la gestion et la distribution des différents produits sanguins labiles. S agissant de mon dernier stage, je dois réaliser mon travail de diplôme au cours de celui-ci. Le sujet m a donc été proposé par Mme Jocelyne Conne, avec l accord du Professeur Jean- Daniel Tissot, et va vous être présenté ci-après. 1.1 Contexte de ce travail L idée de ce travail de diplôme est survenue suite à la découverte fortuite d un anti-jka fixé sur les globules rouges d un patient (Coombs direct positif IgG avec un anti-jka fixé après recherche sur l éluat) alors que la recherche d anticorps circulants dans son plasma, ainsi que l autocontrôle réalisé avec ses érythrocytes et son plasma, étaient négatifs. Cette découverte a belle et bien eu lieu par hasard, car dans les procédures du laboratoire de l UMT, si une recherche d anticorps circulants est réalisée avec un EP, le CD ne doit pas être effectué. A moins bien sûr que l EP soit positif, ce qui n était pas le cas dans cette situation. Je cite, selon la procédure de laboratoire intitulée Choix des tests prétransfusionnels (mai 2007), «En cas de résultat négatif de l autocontrôle (fait lors de l identification des anticorps), il n est pas nécessaire d effectuer un test direct à l antiglobuline humaine.» (point 2.1.3, p.2) Les résultats de l EP et du CD devant en principe concorder, voilà l importance d investiguer là-dessus avec ce travail de diplôme. Cela permettra de vérifier si des hématies sensibilisées (et plus particulièrement avec des alloanticorps) ne sont fréquemment pas détectées en suivant les directives de cette procédure ou si ce cas reste exceptionnel Présentation du cas : N de tube : N de malade : Patiente de 1941 Découverte du EP Plasma en Liss/Coombs carte Pap/Coombs (+) (+) (+) (+) (+) (+) (+) (+) (+) (+) (+) / Eluat en Liss/Coombs - (+) - - (+) (+) - (+) - - (+) / carte Pap/Coombs (+) / Plasma en N hématies-test / tube Liss/Coombs / Tableau réalisé selon le classeur des résultats d identification du laboratoire de septembre 2007 RAS Papaïne 10 (connu) Eluat : Anti-Jka AGH 11 (nouveau) CD : IgG 1/8, EP Nég!!! IgG 1 12 nég, IgG 3 12 nég Phénotype Cc/Ee, K nég, k +, Kpa nég, Kpb + Phénotype Jka et Jkb pas déterminé à l UMT car il y avait une double population dans le gel Echantillon envoyé à Berne pour phénotypage : Jka nég, Jkb +, Fya nég, Fyb

6 1.2 Résumé des analyses effectuées pour ce travail Au cours de ce travail, les analyses suivantes vont être réalisées : Pour le travail de diplôme proprement dit, l autocontrôle (plasma + globules rouges du patient) va être effectué en carte en Coombs indirect pour tous les Coombs directs positifs en tubes, afin de vérifier si les résultats sont identiques ou si des discordances se présentent. Les deux techniques sus-mentionnées font partie des techniques de référence du laboratoire. En parallèle, la direction du centre a profité de l occasion pour me demander d effectuer d autres analyses concernant les Coombs, mais les résultats obtenus suite à ces analyses ne doivent pas être analysés dans ce travail de diplôme. Il s agit de comparer deux sortes de Coombs polyspécifique pour la méthode en tube, deux sortes de carte Coombs pour la technique en gel, de comparer la technique de Coombs direct en tube et en gel, les spécificités en tube et en gel, et enfin les dilutions de l IgG en tube et en gel. Les différents réactifs utilisés et comparés seront décrits plus loin dans le travail au point : Réactifs et leur composition. 1.3 Rappel théorique pour la compréhension de ce travail Antigènes : Selon Queloz, Siegenthaler, Conne, Schneider & Tissot (juillet 2005), «[un antigène est une] substance capable de provoquer une réponse immune, puis de réagir spécifiquement avec le produit de cette réponse (anticorps ou lymphocytes). [ ] [Les antigènes de groupes sanguins sont soit] des protéines seules, soit des protéines associées à des lipides, soit des protéines glycosylées, ou soit des hydrates de carbone». (p.15) Un antigène possède des déterminants antigéniques ou épitopes à sa surface. Chacun d entre eux est capable de réagir avec un anticorps unique et spécifique. (Queloz, Siegenthaler, Conne, Schneider & Tissot, juillet 2005, p.15) Anticorps : Les anticorps sont des immunoglobulines présentes dans le plasma. Ils sont synthétisés par les lymphocytes B (ou cellules dérivées) et sont le produit d une réponse immune. «Au cours de cette réponse immunitaire, les anticorps ont trois fonctions principales : - se lier à l'antigène - activer le système du complément - recruter des cellules immunocompétentes» (Selon la page web intitulée Anticorps). Schéma d une immunoglobuline de type IgG :

7 La partie constante des chaînes lourdes détermine selon sa nature, 5 isotypes ou classes d anticorps (γ IgG, α IgA 13, μ IgM 14, δ IgD 15, ε IgE 16 ). Il existe également pour chaque classe des sous-classes. La partie constante des chaînes légères détermine quant à elle 2 types d anticorps (κ ou λ). Chaque classe d anticorps peut donc être de l un ou l autre de ces types. (Queloz, Siegenthaler, Conne, Schneider & Tissot, juillet 2005, p.18) Complément : Selon la page web intitulée Système du complément : Le système du complément est une cascade biochimique complexe du système immunitaire, entraînant une cytolyse 17, une chimiotaxie 18, une opsonisation 19 et une inflammation 20. Le système du complément consiste en plus de 35 protéines membranaires ou circulantes dans le plasma. Parmi elles, 12 sont directement impliquées dans les voies métaboliques du complément, alors que le reste a des fonctions régulatrices. [Pour son activation, le complément a besoin de la présence de Ca ++ et de Mg ++. Les principales protéines du complément sont notées de C1 à C9, elles migrent en électrophorèse dans la fraction des β-globulines et ont un poids moléculaire de 100 à 200 kda 21 ]. [ ] Il y a trois voies biochimiques qui activent le système du complément : - la voie classique du complément - la voie alternative du complément - la voie des lectines liant les mannanes [ ] Les différentes voies activant le complément aboutissent à la formation d'une C3 convertase, point de départ de la voie effectrice commune qui détruit la cible en formant un canal transmembranaire, permettant l'entrée de molécules d'eau, [de protéines, d ions] dans la cellule. La voie classique est spécifique car elle est activée par les complexes antigène-anticorps, les deux autres voies sont activées par la reconnaissance innée des organismes étrangers. (Queloz, Siegenthaler, Conne, Schneider & Tissot, juillet 2005, p.21). L activation du complément après fixation des anticorps sur la membrane érythrocytaire dépend : - de la quantité d anticorps - de la classe ou sous-classe de l anticorps (IgM>IgG3>IgG1) - des propriétés des anticorps. Les anticorps capables d activer le complément sont appelés hémolysines. Si l activation atteint C9, il y a une lyse intravasculaire des globules rouges, si elle atteint C3b, les globules rouges sont détruits par les macrophages du foie et finalement, si les hématies sont simplement sensibilisées par des IgG, les globules rouges sont détruits par les macrophages de la rate. (Queloz, Siegenthaler, Conne, Schneider & Tissot, juillet 2005, p.22-23) Test de Coombs : Le test de Coombs, que l on appelle aussi test à l antiglobuline, porte le nom d un scientifique anglais, Sir Robin R. Coombs. Le sérum de Coombs, grâce à l antiglobuline qu il contient, permet de mettre en évidence la présence d anticorps anti-érythrocytaire à la surface de globules rouges

8 Ces anticorps sont reconnus spécifiquement selon l antiglobuline présente dans le sérum de Coombs utilisé (anti-igg, anti-igm, anti-iga). Il existe également des sérums de Coombs dirigés contre des fractions du complément (anti-c3d, anti-c3b, ). Les sérums de Coombs polyspécifiques sont composés d un mélange de différentes spécificités ou d une immunoglobuline qui reconnaît les chaînes légères κ et λ des anticorps. Il faut au minimum 200 molécules d IgG sur un globule rouge pour que la réaction puisse être positive Test de Coombs direct ou TDA 1 : Ce test révèle par une agglutination la présence d hématies sensibilisées 22 in vivo par des anticorps incomplets 23. Les hématies sont donc directement mises en contact avec le sérum de Coombs. Ce test permet par exemple de diagnostiquer une anémie hémolytique auto-immune, de faire le bilan d une incompatibilité foeto-maternelle ou d une réaction transfusionnelle. Schéma du principe : Test de Coombs indirect (CI) ou TIA 2 : Ce test révèle quant à lui la présence d un complexe antigène/anticorps, ceci dans différents cas de figure : - soit lors de la recherche d anticorps irréguliers 24 incomplets circulants dans le plasma d un patient, grâce à des hématies connues (hématies-test). - soit lors de la détermination d un phénotype de groupe sanguin, grâce à des anticorps connus (sérums-test). - soit lors de la réalisation du test de compatibilité où le plasma du receveur est mis en contact avec les globules rouges du donneur. On l appelle indirect, car dans un premier temps, il faut fixer l anticorps recherché sur les hématies connues ou vice et versa (fixer un anticorps connu sur les hématies dont on veut déterminer un phénotype de groupe sanguin). Ou encore fixer un anticorps inconnu sur des hématies inconnues (test de compatibilité). Cette première étape se nomme sensibilisation et s effectue à 37 C

9 Puis ensuite, dans un deuxième temps, le sérum de Coombs peut être ajouté afin d obtenir ou non une agglutination. Il ne faut encore pas oublier de préciser qu un test de Coombs indirect ne peut être interprété que si le test de Coombs direct du patient est négatif, ceci dans le cas où l on utilise ses globules rouges pour le test de Coombs indirect. En effet, si le CD est positif, les globules rouges sont déjà sensibilisés et le CI sera forcément positif. Schéma du principe : (la légende est la même que pour le schéma du principe du CD) anticorps connu (sérum-test) On peut remarquer sur les 2 schémas, qu une étape de lavage (3x) des hématies sensibilisées est nécessaire, aussi bien pour le CD que pour le CI. Ces lavages permettent de se débarrasser du plasma entourant les globules rouges, et donc ainsi aussi des différentes protéines libres présentent dans ce dernier et qui pourraient neutraliser le réactif de Coombs (anticorps non-fixés). Ceci élimine une bonne partie de faux négatifs. Ces lavages ne sont toutefois pas toujours nécessaires pour les techniques en cartes grâce à la filtration des globules rouges à travers le gel. A l UMT, les tests de Coombs directs et indirects trouvés négatifs doivent systématiquement être vérifiés au microscope, puis du Coombs contrôle doit y être ajouter (cf. point ). Les tests de Coombs directs positifs de spécificité IgG doivent être élués, et selon les cas, l élution peut également être faite s il s agit d autres spécificités. L élution consiste à détruire les globules rouges afin de détacher les anticorps qui y sont fixés, ceci afin de pouvoir les identifier à l aide d un panel d hématies-test. (Selon Queloz, Siegenthaler, Conne, Schneider & Tissot, juillet 2005, p et pages web intitulées Test de Coombs et Antiglobuline)

10 2 But du travail Le but de ce travail de diplôme et d observer les similitudes et les différences entre les Coombs directs et les autocontrôles en Coombs indirect. En effet, malgré les différences de techniques et de réactifs, chaque patient avec un Coombs direct positif, devrait avoir son autocontrôle en Coombs indirect également positif étant donné que ses globules rouges sont sensibilisés. Or, suite à la découverte d une discordance, il est facile de voir l importance de vérifier cela au cours de ce travail de diplôme. Peut-on se fier ou non à l autocontrôle pour affirmer l absence d hématies sensibilisées chez un patient? 3 Démarche et estimation des coûts pour ce travail Pour réaliser ce travail, l objectif était de prendre en compte tous les Coombs directs trouvés positifs au cours des analyses journalières, ceci aussi bien au laboratoire des urgences d immuno-hématologie (604) qu au laboratoire de routine (511) et de les analyser selon la démarche suivante. 1) Pour chaque CD positif en tubes avec le réactif polyspécifique DiaMed, le refaire avec celui de Medion et vice et versa. 2) Pour chaque CD positif en tubes, un CD ainsi qu un autocontrôle en Coombs indirect (EP) seront effectués en gels. (cartes-id LISS/Coombs) 3) Les mêmes tests seront effectués mais sur une autre sorte de cartes. (cartes-id Coombs Anti-IgG) 4) Pour chaque CD positif en tubes, les spécificités seront également effectuées en gels. (cartes-id DC-Screening I) 5) Pour chaque CD positif de spécificité IgG en tubes, la dilution sera aussi faite en gels. (cartes-id TDA IgG-Dilution) 65% des CD positifs sont de spécificité IgG, d après le rapport annuel. 6) 1 élution avec dépistage en LISS/Coombs et en Coombs Anti-IgG a été comptabilisée par jour, ce qui revient à environ 60 élutions sur la durée fixée pour les analyses. (cartes-id LISS/Coombs) et (cartes-id Coombs Anti-IgG) 7) Pour les dépistages positifs d éluats, une identification sera faite, les sous-classes IgG 1 et IgG 3 seront également effectuées. (cartes-id TDA IgG1/IgG3) Les cartes du labo seront utilisées car ces cas sont rares. Pour réaliser ceci, le projet était d analyser 7 Coombs directs trouvés positifs / 24h, sur une durée de 2 mois, d où un total de 400 CD positifs traités sur la durée définie. Ci-dessous, un tableau des coûts pour la commande des cartes est présenté. En effet, la direction du centre m a demandé de m intéresser uniquement aux cartes pour l estimation des coûts liés à ce travail. (Il s agit de la part la plus importante, qui nécessite un budget «extraordinaire», malgré une généreuse participation de la firme DiaMed)

11 Prix : Etape Nombre de cartes Prix unitaire (CHF) Prix total (CHF) cartes-id LISS/Coombs cartes-id Coombs Anti-IgG cartes-id DC-Screening I cartes-id TDA IgG-Dilution cartes-id LISS/Coombs + 60 cartes-id Coombs Anti-IgG Total 1060 cartes Techniques Voici en quelques mots, les différentes techniques nécessaires pour la réalisation de ce travail de diplôme. (Ces techniques sont décrites plus en détail dans les procédures du laboratoire qui se trouvent en annexes A, pages 28 à 35) 4.1 Techniques en tubes : Coombs directs polyspécifique et monospécifique Medion : 2 gouttes de sérum de Coombs + 1 goutte d hématies à tester lavées 3x et mise en suspension 3-5% dans de l Immusol (couleur framboise). Centrifuger 15 secondes à 2500 tours par minute, puis lire l agglutination sur une lampe. Vérifier au microscope tout Coombs qui semble être négatif. Si la négativité est confirmée, ajouter 1 goutte de Coombs control (seulement pour les sérums polyspécifiques et le monospécifique anti-igg), centrifuger de la même manière et lire l agglutination qui doit être positive. Dans le cas contraire, recommencer la procédure, sinon protocoler les résultats Coombs direct polyspécifique DiaMed : Il s agit de la même procédure que la précédente, sauf qu il faut mettre 1 goutte de sérum de Coombs Titre d un Coombs direct IgG : Préparer les dilutions géométriques du sérum de Coombs monospécifique anti-igg dans de l Immusol. Ensuite la procédure est la même qu au point 4.1.1, pour chaque dilution jusqu à que le Coombs devienne négatif (maximum jusqu à 1/2048). La dernière dilution où une agglutination est observée donne le titre du Coombs Elution : Laver 3x les hématies à analyser (1ml), ensuite ajouter 1ml d Immusol, puis 2ml de chloroforme. Incuber 5 minutes à 56 C en remuant constamment avec une touille en bois. Centrifuger 5 min à vitesse rapide (3500 tours par minute) et récupérer le surnageant (éluat) dans un nouveau tube. Effectuer ensuite le dépistage ou/et l identification d anticorps sur l éluat

12 4.2 Techniques en cartes : Dépistage et identification d anticorps : (Cartes LISS/Coombs) 50 μl de chaque hématie-test dans le puits correspondant + 25 μl de plasma (ou éluat) à analyser dans chaque puits. Incuber les cartes 15 minutes à 37 C, puis les centrifuger 10 minutes à 910 tours par minutes. Lire les résultats et les protocoler. Pour l identification faire un puits supplémentaire avec un autocontrôle (cf. point 4.2.2) Autocontrôle en Coombs indirect (EP) : (Cartes LISS/Coombs + Cartes Coombs Anti-IgG) 10 μl d hématies à analyser dans 1 ml de LISS (diluent 2 de DiaMed). Déposer ensuite 50 μl de cette suspension dans un puits et ajouter 25 μl du plasma du même patient. Incuber 15 minutes à 37 C, puis centrifuger 10 minutes à 910 tours par minutes. Lire les résultats et les protocoler Coombs direct : (Cartes LISS/Coombs + Cartes Coombs Anti-IgG) 10 μl d hématies à analyser dans 1 ml de LISS (diluent 2 de DiaMed). Déposer ensuite 50 μl de cette suspension dans un puits et centrifuger 10 minutes à 910 tours par minutes. Lire les résultats et les protocoler Spécificités d un Coombs direct : (Cartes DC-Screening I) Il s agit de la même procédure qu au point 4.2.3, sauf qu il faut utiliser les 6 puits de la carte Titre d un Coombs direct IgG : (Cartes TDA IgG-Dilution) Il s agit de la même procédure qu au point 4.2.4, sauf qu il faut laver 3x les hématies à analyser avant de les utiliser Sous-classes d IgG : (Cartes TDA IgG 1 /IgG 3 ) Laver 3x les hématies à tester, ensuite mélanger 10 μl de ces hématies dans 1 ml de LISS (diluent 2 de DiaMed). Déposer 50 μl de cette suspension dans chaque puits de la carte et centrifuger 10 minutes à 910 tours par minutes. Lire les résultats et les protocoler. 5 Matériel et consommables 5.1 Matériel fixe et appareils -Pipettes automatiques -Pipette dispenser -Portoirs pour tubes et cartes -Chronomètre -Centrifugeuses (tubes en verre, tubes patients et cartes) -Incubateur à 37 C -Bains-marie 56 C -Laveuse de globules rouges -Microscope -Lampe de lecture

13 5.2 Consommables Matériel : -Tubes en verre standards et à élutions -Petits tubes en plastique (mélanges avec la solution de LISS) -Pipettes en plastique -Touilles pour élutions -Embouts pour pipettes et dispenser Réactifs et leur composition : Sérum de Coombs polyspécifique DiaMed pour méthode en tube : Ce sérum contient une antiglobuline de lapin de type IgG. Cette IgG n est pas dirigée spécifiquement contre les chaînes lourdes des IgG humaines, mais réagit également avec les chaînes légères des anticorps, d où une possible activité supplémentaire anti-igm et anti-iga. Il ne contient pas d anti-complément, ce dernier n est en effet pas indispensable, car les anticorps qui ne peuvent être détectés que par leur aptitude à se lier au complément sont rares. De plus, cela permet d éviter l interférence liée au composant complément fixé non-spécifiquement aux hématies Sérum de Coombs polyspécifique Medion pour méthode en tube : Ce sérum contient des anticorps polyclonaux de lapin dirigés contre les IgG humaines, ainsi que des anticorps monoclonaux murins avec une activité anti-c3b et anti-c3d. Ces anticorps se trouvent dans une solution de chlorure de sodium tamponnée contenant de l albumine bovine et 0,1% d azide de sodium (NaN 3 ) comme conservateur Sérums de Coombs monospécifiques (anti-igg, anti-igm, anti-iga, anti-c3d) Medion pour méthode en tube : Ils contiennent des anticorps polyclonaux de lapin dirigés spécifiquement et respectivement contre les IgG, les IgM, les IgA humaines, ainsi que contre la molécule C3d du complément Coombs contrôle Medion pour méthode en tube : Ce réactif contient des hématies de groupe sanguin O Rhésus pos sensibilisées avec un anti-d incomplet (IgG) humain en solution isotonique tamponnée et contenant des agents conservateurs (suspension d hématies à 5±1%). Il sert à vérifier le bon fonctionnement des sérums de Coombs qui ont une activité anti- IgG et l efficacité des lavages, ceci lorsque l on a un résultat négatif. En effet, il se produit une agglutination lorsque l on ajoute le contrôle si l activité du sérum de Coombs est intacte et si les lavages ont été réalisés correctement. Ceci permet d éviter des faux-négatifs

14 Immusol Compact de Medion pour méthode en tube : Concentré (20x) pour la préparation de 10 litres de solution saline isotonique tamponnée à ph 7,3±0,2. A diluer dans de l eau déminéralisée. Il contient également 0,4% d azide de sodium. Cette solution sert à la mise en suspension des hématies, à la réalisation des lavages, ainsi qu à la dilution des plasmas et sérums Chloroforme de Merck KGaA pour les élutions : Il s agit de CHCl 3 p.a. (pour analyse), avec une pureté de 99,0-99,4% et une masse molaire de 119,38g/mol Cartes-ID LISS/Coombs de DiaMed pour méthode en gel : Les 6 puits de cette carte contiennent un gel avec des billes de dextran, ainsi que du sérum de Coombs polyspécifique avec des anticorps polyclonaux de lapins dirigés contre les IgG humaines, ainsi que des anticorps monoclonaux de la lignée cellulaire C avec une activité anti-c3d Cartes-ID Coombs Anti-IgG de DiaMed pour méthode en gel : Les 6 puits de cette carte contiennent quant à eux du sérum de Coombs avec des anticorps polyclonaux de lapin dirigés contre les chaînes lourdes des IgG humaines, mais ces anticorps réagissent également avec les chaînes légères des anticorps, d où une activité supplémentaire anti-igm et anti-iga Cartes-ID DC-Screening I de DiaMed pour méthode en gel : 1 puits de la cartes contient du sérum de Coombs monospécifique avec des anticorps polyclonaux de lapin anti-igg humaines ; le puits suivant contient du sérum de Coombs monospécifique avec des anticorps polyclonaux de lapin anti-igm humaines ; le suivant contient du sérum de Coombs monospécifique avec des anticorps polyclonaux de lapin anti-iga humaines ; le puits suivant contient du sérum de Coombs monospécifique avec des anticorps polyclonaux de lapin anti-c3c ; ensuite il y a un puits avec du sérum de Coombs monospécifique avec des anticorps monoclonaux de la lignée cellulaire C anti-c3d. Le dernier puits est un contrôle négatif Cartes-ID TDA IgG-Dilution de DiaMed pour méthode en gel : 5 des 6 puits de cette carte contiennent du sérum de Coombs monospécifique avec des anticorps polyclonaux de lapin dirigés spécifiquement contre les IgG humaines à des dilutions respectives de 1:10, 1:30, 1:100, 1:300 et 1:1000. Le dernier puits est un contrôle négatif

15 Cartes-ID TDA IgG 1 /IgG 3 de DiaMed pour méthode en gel : Les 2 premiers puits de la carte contiennent un anti-igg 1 monoclonal de la lignée cellulaire M345/795 en 2 dilutions différentes (1:1 et 1:100) ; les 2 puits suivant contiennent un anti-igg 3 monoclonal de la lignée cellulaire M346/805 en 2 dilutions différentes (1:1 et 1:100) ; le 5 ème puits contient un anti-igg polyclonal de lapin à une dilution de 1:10. Le dernier puits est un contrôle négatif Hématies-tests DiaMed (RAI + ID) pour méthode en gel : ID-DiaScreen est composé d hématies-tests provenant de donneurs individuels de groupe sanguin O et phénotypées pour les antigènes les plus importants en immuno-hématologie. Il s agit de 6 suspensions tamponnées d hématies à 0,8±0,1% en flacon de 10 millilitres pour le dépistage d anticorps irréguliers. Les hématies-tests V et VI sont papaïnées. Les conservateurs sont les antibiotiques triméthoprime et sulfaméthoxazole. ID-DiaPanel et ID-DiaPanel P (papaïné) se composent d hématiestests provenant de donneurs individuels de groupe sanguin O et phénotypées pour les antigènes les plus importants en immunohématologie. Il s agit de 11 suspensions tamponnées d hématies à 0,8±0,1% en flacon de 4 millilitres pour l identification d anticorps irréguliers. Les conservateurs sont les antibiotiques triméthoprime et sulfaméthoxazole Solution de LISS modifié de DiaMed (ID-Diluent 2) pour méthode en gel : Echantillons de sang : Il s agit d une solution tamponnée de NaCl à ph 6,7, de faible force ionique qui augmente le taux d association des anticorps sur les antigènes et permet donc de réduire le temps d incubation. Cette solution a été modifiée par adjonction d albumine bovine 5%, de glycine et de gélatine. Il sert pour la préparation des suspensions d hématies. Il contient les antibiotiques triméthoprime et sulfaméthoxazole comme conservateurs. Les échantillons de sang qui ont été utilisés tout au long de ce travail proviennent de patients dont les analyses de laboratoire révélaient un test de Coombs direct positif. Il s agit de prélèvements effectués sur anticoagulant EDTA. Les analyses nécessaires à ce travail ont été réalisées sur des tubes qui avaient entre 0 et 4 jours (mais décantés et mis au frigo le jour du prélèvement)

16 (Les différents explicatifs des réactifs proviennent de leur mode d emploi, les photos des réactifs DiaMed sont tirées du site de la firme et les photos des autres réactifs ont été faites au laboratoire) Gestion des lots de réactifs : Les réactifs employés pour la réalisation de ce travail de diplôme avaient le numéro de lot suivant : (se référer aux tableaux des résultats pour les numéros de cas) Sérum de Coombs polyspécifique DiaMed : Lot : Expiration : Labo 511 : A partir du cas n 61 Lot : Expiration : Labo 604 : A partir du cas n 90 Lot : Expiration : Sérum de Coombs polyspécifique Medion : Lot : A Expiration : Labo 511 : A partir du cas n 163 Lot : A Expiration : Sérums de Coombs monospécifiques Medion : Anti-IgG : Labo 511 : Lot : A Expiration : Labo 604 : Lot : A Expiration : A partir du cas n 91 Lot : A Expiration : Anti-IgM : Lot : A Expiration : Anti-IgA : Lot : A Expiration : Anti-C3d : Lot : A Expiration : Labo 511 : A partir du cas n 74 Lot : A Expiration : Labo 604 : A partir du cas n 97 Lot : A Expiration : Coombs contrôle Medion : Labo 511 : Lot : Expiration : A partir du cas n 15 Lot : Expiration : A partir du cas n 105 Lot : Expiration : Labo 604 : Lot : Expiration : A partir du cas n 106 Lot : Expiration : Immusol Compact Medion : Chloroforme (Article ) Merck: Lot : Expiration : Lot : K Expiration : A partir du cas n 98 Lot : K Expiration :

17 Cartes-ID LISS/Coombs DiaMed : Cartes pour mon travail : Lot : Expiration : Cartes du labo : Lot : Expiration : Labo 511 : A partir du cas n 102 Lot : Expiration : Labo 604 : A partir du cas n 106 Lot : Expiration : Cartes-ID Coombs Anti-IgG DiaMed : Cartes pour mon travail : Lot : Expiration : Cartes-ID DC-Screening I DiaMed : Cartes pour mon travail : Lot : Expiration : A partir du cas n 115 Lot : Expiration : Cartes-ID TDA IgG-Dilution DiaMed : Cartes pour mon travail : Lot : Expiration : Cartes-ID TDA IgG 1 /IgG 3 DiaMed : Cartes du labo : Lot : Expiration : Labo 511 : A partir du cas n 200 Lot : Expiration : Hématies-tests DiaMed ID-DiaScreen : Lot : Expiration : A partir du cas n 97 Lot : Expiration : Hématies-tests DiaMed ID-DiaPanel : Lot : Expiration : A partir du cas n 97 Lot : Expiration : Hématies-tests DiaMed ID-DiaPanel P : Lot : Expiration : A partir du cas n 97 Lot : Expiration : Solution de LISS modifié DiaMed (ID-Diluent 2) : Lot : Expiration : Labo 604 : A partir du cas n 53 Lot : Expiration : Labo 511 : A partir du cas n 102 Lot : Expiration :

18 6 Résultats 6.1 Explicatif pour les tableaux de résultats se trouvant à l annexe B La date qui figure en premier correspond au jour où j ai effectué les analyses, le jour entre parenthèses est celui du prélèvement. Dans la colonne année de naissance, F = Femme et H = Homme. Lorsqu un numéro entre parenthèses suit le F ou le H, cela veut dire que le patient à déjà été analysé ultérieurement, ceci au numéro correspondant. Pour les colonnes des techniques en tubes, Tout ce qui est écrit uniquement en noir correspond aux analyses que j ai effectué moi-même car elles n avaient pas eu besoin d être faites par les techniciennes du laboratoire. Lorsque un résultat est écrit en noir, mais suivi d un résultat entre parenthèses en rouge, cela veut dire que j ai refait l analyse car elle n avait pas été réalisée le jour même, mais 1-2 ou 3 jours plutôt. Le résultat en rouge correspond donc à celui obtenu par les TAB le(s) jour(s) précédents. Lorsque le résultat est uniquement écrit en rouge, cela veut dire que les analyses ont été effectuées le jour même, je n ai donc pas eu besoin de les refaire, le résultat est celui trouvé par l une des TAB du laboratoire. Dans les colonnes titre IgG et suivantes, NF = Non Fait. Dans la colonne ID plasma, RAI Nég = dépistage d anticorps négatif ID Nég = identification d anticorps négatif RAS = Réaction Aspécifique ACA = Anticorps Chauds Aspécifiques AFA = Anticorps Froids Aspécifiques Pap = milieu enzymatique (Papaïne) AGH = milieu à l antiglobuline humaine (Coombs) α = Anti p.d. = plus décelable look = à l image de = jusqu à Dans la colonne ID éluat, Les résultats entre parenthèses n ont pas été faits mais, il s agit de résultats connus suite à une élution ultérieure. Les résultats en rouge sont ceux où j ai effectué en plus une élution suite aux résultats que j ai obtenus avec les méthodes testées. (Apparition d une IgG avec les méthodes en cartes)

19 6.2 Tableaux des résultats Ci-dessous les résultats nécessaires à l analyse de ce travail et qui permettront d atteindre le but recherché. Au total, 200 cas ont été analysés Les résultats complets se trouvent dans l annexe B pages 36 à 45. Cas CD EP Elution Cas CD EP Elution NF NF NF NF NF Nég NF Nég NF NF 26 + BB Nég NF NF Nég Nég Nég NF NF Nég NF NF NF NF NF Nég Nég NF 35 + BB NF NF Nég 37 + BB Nég Nég NF Nég NF NF Cas CD EP Elution Cas CD EP Elution NF Nég NF NF NF Nég NF Nég Nég NF NF NF NF Nég NF NF NF NF Nég Nég NF Nég NF Nég Nég 73 + BB Nég NF NF NF NF Nég Nég NF Nég NF Nég NF Nég

20 Cas CD EP Elution Cas CD EP Elution Nég NF Nég NF NF NF NF Nég NF Nég NF Nég NF Nég NF NF Nég Nég NF NF NF NF NF NF NF Nég Nég Nég Nég Nég NF Nég NF NF Nég Cas CD EP Elution Cas CD EP Elution NF NF NF NF NF Nég NF NF Nég NF Nég Nég BB Nég Nég NF NF NF NF NF BB Nég NF NF NF NF Nég NF BB NF NF Nég NF Nég Nég Nég BB Nég Nég NF Nég

Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct)

Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct) Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct) Mise en évidence par le réactif de Coombs polyspécifique d une fixation des anticorps (Igs) ou des fractions du complément (C3d) sur les hématies du

Plus en détail

Cours sur l anémie hémolytique du nouveau-né

Cours sur l anémie hémolytique du nouveau-né Cours sur l anémie hémolytique du nouveau-né né Dr Marie-José STELLING Musée des grenouilles à Estavayer-le-Lac Anémie hémolytique du nouveau-né né Trois conditions doivent être réunies: présence d un

Plus en détail

Coombs direct positif (et tout ce qui se cache derrière) : Gestion et interprétation. Dr J.C. Osselaer, Luxembourg, 14.12.2006

Coombs direct positif (et tout ce qui se cache derrière) : Gestion et interprétation. Dr J.C. Osselaer, Luxembourg, 14.12.2006 Coombs direct positif (et tout ce qui se cache derrière) : Gestion et interprétation Dr J.C. Osselaer, Luxembourg, 14.12.2006 Etiologie d'un Coombs Direct positif 1. Autoanticorps immunisation contre GR

Plus en détail

Liste des codes produit d'immunohématologie

Liste des codes produit d'immunohématologie Liste des codes produit d'immunohématologie Canada N de pub. : J55734 Révision : 2014-08-27 Le tableau ci-dessous répertorie les réactifs et consommables utilisés en immuno-hématologie et référencés au

Plus en détail

Transfusion sanguine. 1. Rappels : Antigènes Anticorps Groupe sanguin RAI Compatibilité Bonnes Pratiques 2. L acte transfusionnel

Transfusion sanguine. 1. Rappels : Antigènes Anticorps Groupe sanguin RAI Compatibilité Bonnes Pratiques 2. L acte transfusionnel Transfusion sanguine 1. Rappels : Antigènes Anticorps Groupe sanguin RAI Compatibilité Bonnes Pratiques 2. L acte transfusionnel UE 4.4 S4 : «Thérapeutiques et contribution au diagnostic médical» Transfusion

Plus en détail

Chap.4 LES GROUPES SANGUINS

Chap.4 LES GROUPES SANGUINS Chap.4 LES GROUPES SANGUINS O B B O A A AB A B AB O O A A O AB AB I- I-Le Système ABO A) A) Historique B) B) Principe du du Système ABO : 1) 1) Des Des Antigènes nes àla la surface des des hématies ::

Plus en détail

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection Anticorps et diagnostic de l infection OBJECTIFS Savoir ce qu est un anticorps, son origine et son utilisation en sérodiagnostic. Connaître la structure schématique d une immunoglobuline G (IgG). 1. Les

Plus en détail

FORMATION CONTINUE TECHNICIEN(NE) DE LABORATOIRE

FORMATION CONTINUE TECHNICIEN(NE) DE LABORATOIRE FORMATION CONTINUE TECHNICIEN(NE) DE LABORATOIRE Réunion du 21 octobre 2004 Site de Médipole Dr Marc MENU Médecin Biologiste Directeur scientifique Diamed France Institut Jacques BOY A. INDICATIONS Les

Plus en détail

ET SA GÉNÉTIQUE. Dr Dominique RIGAL - EFS de Lyon et Pr Luc CHABANNE - ENV de Lyon

ET SA GÉNÉTIQUE. Dr Dominique RIGAL - EFS de Lyon et Pr Luc CHABANNE - ENV de Lyon LE SYSTÈME DE GROUPE SANGUIN CHEZ LE CHAT ET SA GÉNÉTIQUE Dr Dominique RIGAL - EFS de Lyon et Pr Luc CHABANNE - ENV de Lyon I/ LE SYSTÈME DE GROUPE SANGUIN CHEZ LE CHAT Le système de groupe sanguin du

Plus en détail

ANALYSES DE MÉDECINE TRANSFUSIONNELLES CHEZ LE PATIENT

ANALYSES DE MÉDECINE TRANSFUSIONNELLES CHEZ LE PATIENT ANALYSES DE MÉDECINE TRANSFUSIONNELLES CHEZ LE PATIENT Recommandations de l ASMT et de T-CH CRS à l attention du personnel de laboratoire et des établissements de soin sur les analyses immuno-hématologiques

Plus en détail

Techniques d'immunoagglutinations Applications à la recherche et caractérisation de molécules, de cellules ou de virus

Techniques d'immunoagglutinations Applications à la recherche et caractérisation de molécules, de cellules ou de virus Techniques d'immunoagglutinations Applications à la recherche et caractérisation de molécules, de cellules ou de virus I. Introduction 1. Principe La réaction antigène-anticorps lorsqu'elle met en œuvre

Plus en détail

Anticorps anti-hla en transplantation rénale

Anticorps anti-hla en transplantation rénale Anticorps anti-hla en transplantation rénale Caroline Suberbielle Laboratoire d'immuno-histocompatibilité Hôpital St Louis Paris Définitions Patient «naïf» Patient sans événement immunisant Homme ou enfant

Plus en détail

2 ) LE SYSTEME ABO : Le système de groupes érythrocytaires (= premier groupe tissulaire) a été découvert grâce aux travaux de Landsteiner en 1900.

2 ) LE SYSTEME ABO : Le système de groupes érythrocytaires (= premier groupe tissulaire) a été découvert grâce aux travaux de Landsteiner en 1900. 04.01.00. GROUPES SANGUINS Dr Deschamps 1 ) DEFINITION : a) Groupe : Ensemble d individus qui ont un caractère en commun et se distinguent ainsi des autres. b) Sanguin : Concerne une cellule ou une molécule

Plus en détail

ANALYSES DE MÉDECINE TRANSFUSIONNELLE CHEZ LE PATIENT

ANALYSES DE MÉDECINE TRANSFUSIONNELLE CHEZ LE PATIENT ANALYSES DE MÉDECINE TRANSFUSIONNELLE CHEZ LE PATIENT Recommandations de l ASMT et de T-CH CRS à l attention du personnel de laboratoire et des établissements de soin sur les analyses immuno-hématologiques

Plus en détail

Plasmid DNA purification

Plasmid DNA purification Plasmid DNA purification Excerpt from user manual - Français - NucleoBond Xtra NucleoBond Xtra NucleoBond Xtra Plus NucleoBond Xtra Plus January 2013 / Rev. 11 Plasmid DNA purification Français Introduction

Plus en détail

D après vous, à qui pourraient appartenir ce(s) sang(s)? Comment pourrait-on le(s) identifier?

D après vous, à qui pourraient appartenir ce(s) sang(s)? Comment pourrait-on le(s) identifier? TP Etude du sang Sur la scène de crime, nous avons retrouvé différents échantillons de sang (sur la victime, à côté d elle, sur la lame de scie, dans des tubes à essai). On se propose de déterminer la

Plus en détail

LE GROUPAGE ABO (H) ET RHESUS STANDARD

LE GROUPAGE ABO (H) ET RHESUS STANDARD ETSL LE GROUPAGE ABO (H) ET RHESUS STANDARD TP 2 GABIN-GAUTHIER 11/11/2009 I. HISTORIQUE... 2 II. GENERALITES SUR LES GROUPES ABO (H)... 2 1. DEFINITION... 2 2. NATURE ET SYNTHESE DES AG ERYTHROCYTAIRES...

Plus en détail

Document de l expert(e)

Document de l expert(e) Série 00, 2010 Assistante en médecine vétérinaire CFC / Assistant en médecine vétérinaire CFC Connaissances professionnelles CP1, examen écrit Laboratoire Document de l expert(e) Temps imparti 50 minutes

Plus en détail

Validation d'une méthode pour les isoagglutinines en gel

Validation d'une méthode pour les isoagglutinines en gel Travail de diplôme Validation d'une méthode pour les isoagglutinines en gel Carole Jaccoud ESSanté, 53 ème volée CHUV, Unité de Médecine Transfusionnelle Stage en immunohématologie du 21.10.2013 au 28.03.2014

Plus en détail

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2 Le complément I_ Généralités A. Découverte Les anticorps ont été découverts en 1890. La fixation d'anticorps ne suffit pas à détruire l'antigène. Pfeiffer et Bordet ont démontré qu'un système complémentaire

Plus en détail

Comment se manifeste cette maladie? Comment repérer la séropositivité au SIDA? -> Discussion préparatoire.

Comment se manifeste cette maladie? Comment repérer la séropositivité au SIDA? -> Discussion préparatoire. I.7 Immunologie 1/4. Le SIDA Le système immunitaire est l ensemble des cellules et tissus d un individu pouvant s opposer à la pénétration et à l infection par des micro-organismes. Les moyens «de défense»

Plus en détail

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde 1 ETSL Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde TP 1 GABIN-GAUTHIER 13/11/2009 I. LA MALADIE... 2 II. TECHNIQUES QUALITATIVES... 2 1. PRINCIPE... 2 2. MODE OPERATOIRE... 3 2.1. WRST ou Waaler Rose

Plus en détail

Pour utilisation en vue de la préparation et de l isolement de lymphocytes purifiés directement à partir de sang total NOTICE

Pour utilisation en vue de la préparation et de l isolement de lymphocytes purifiés directement à partir de sang total NOTICE Pour utilisation en vue de la préparation et de l isolement de lymphocytes purifiés directement à partir de sang total NOTICE Pour test diagnostique in vitro PI-TT.610-FR-V5 Instructions Utilisation visée

Plus en détail

MANUEL DE PRELEVEMENT DU LABORATOIRE D IMMUNO-HEMATOLOGIE ERYTHROCYTAIRE

MANUEL DE PRELEVEMENT DU LABORATOIRE D IMMUNO-HEMATOLOGIE ERYTHROCYTAIRE MANUEL DE PRELEVEMENT DU LABORATOIRE D IMMUNO-HEMATOLOGIE ERYTHROCYTAIRE Laboratoire d'immuno Hématologie Erythrocytaire Établissement Français du Sang Rue du Coup de Main CS 40511 97 206 Fort de France

Plus en détail

Travaux pratiques d immunologie

Travaux pratiques d immunologie Travaux pratiques d immunologie I. Introduction Ces manipulations ont pour but d étudier certaines techniques immunologiques, de comprendre les mécanismes moléculaires mis en jeu dans chacune, d en tirer

Plus en détail

LYCEÉ PILOTE DE MÉDENINE

LYCEÉ PILOTE DE MÉDENINE ANNÉE SCOLAIRE 2011-2012 PROFESSEURS : Belhiba Souad Ezzeddini Mohamed LYCEÉ PILOTE DE MÉDENINE LYCEÉ SIDI MAKHLOUF Epreuve : SVT Classe : 4 ème Sc-Exp Durée : 3 Heures PREMIÉRE PARTIE (8 points) A-QCM

Plus en détail

28 Complément et inflammation

28 Complément et inflammation 28 Complément et inflammation Introduction Le complément est un système de protéines sériques qui comporte une trentaine de constituants, solubles et membranaires. Il est impliqué dans la réponse innée

Plus en détail

TSSIBS - Immunoanalyse. Immunoanalyse

TSSIBS - Immunoanalyse. Immunoanalyse Jeudi 14 Novembre RANDHAWA Sunny L2 TSSIBS Docteur DESPLAT-JEGO Sophie 6 pages Immunoanalyse Plan: A. Définition de l'immunoanalyse I. Critères de choix II. Caractéristiques communes B. Exemples de techniques

Plus en détail

Titre : Manuel de prélèvement des examens réalisés au laboratoire d Immuno-hématologie. Approbateur : V. Ferrera

Titre : Manuel de prélèvement des examens réalisés au laboratoire d Immuno-hématologie. Approbateur : V. Ferrera LAB IHE PR 002 G 12 EFS Alpes-Méditerranée 1/13 Titre : Manuel de prélèvement des examens réalisés au laboratoire d Immuno-hématologie érythcahier Erythrocytaire des charges Revue de Contrat prélèvements

Plus en détail

Travail de diplôme Mise en place d un contrôle unique du groupe sanguin ABD des concentrés érythrocytaires

Travail de diplôme Mise en place d un contrôle unique du groupe sanguin ABD des concentrés érythrocytaires Mise en place d un contrôle unique du groupe sanguin ABD des concentrés érythrocytaires Aurélie Durret 50 e volée Ecole Supérieure de la Santé Stage d immuno-hématologie à l UMT, BH-18 CHUV SRTS VD Lausanne

Plus en détail

L incompatibilité immunologique érythrocytaire

L incompatibilité immunologique érythrocytaire Fiches techniques des Effets Indésirables Receveurs L incompatibilité immunologique érythrocytaire Qu est ce que l incompatibilité immunologique erythrocytaire et quels en sont les mécanismes physiopathologiques?

Plus en détail

Épreuve pratique d'évaluation des compétences expérimentales. Thème 3A2 L immunité adaptative. Le groupage sanguin ABO

Épreuve pratique d'évaluation des compétences expérimentales. Thème 3A2 L immunité adaptative. Le groupage sanguin ABO édusol accalauréat général Sciences de la vie et de la Terre nnale zéro Sciences de la vie et de la Terre Épreuve pratique d'évaluation des compétences expérimentales Thème 32 L immunité adaptative Sujet

Plus en détail

Anémie hémolytique du nouveau-né

Anémie hémolytique du nouveau-né Anémie hémolytique du nouveau-né né Trois conditions doivent être réunies: présence d un anticorps anti-érythrocytaire dans le plasma maternel passage de cet anticorps dans le sang fœtal par voie placentaire

Plus en détail

Numéro d Étudiant. Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie

Numéro d Étudiant. Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie Nom : Numéro d Étudiant Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 1. Lequel

Plus en détail

5. Essais immunologiques

5. Essais immunologiques 5. Essais immunologiques Les essais immunologiques sont basés sur la réaction spécifique entre un antigène et un anticorps, les biomolécules impliquées dans le système immunitaire, pour la détection et

Plus en détail

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions TRANSFUSION SANGUINE Des réponses à vos questions Des réponses à vos questions La présente brochure s adresse aux personnes qui pourraient avoir besoin d une transfusion de sang ou de produits sanguins

Plus en détail

PRINCIPE DU TEST INSTI IMMUNO-FLOW

PRINCIPE DU TEST INSTI IMMUNO-FLOW Présentation du test Formation TROD SFLS Akli BOUAZIZ 15/12/2011 PRINCIPE DU TEST INSTI IMMUNO-FLOW Point Contrôle (Protéine A) Membrane Nitrocellulose Absorbant Point Test (gp36/ gp41) N 134 Onglet d

Plus en détail

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA 16/11/12 TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA Chantal GAUTREAU LABORATOIRE HLA S E R V I C E D I M M U N O L O G I E E T D H I S T O C O M PAT I B I L I T É, A P - H P, HÔPITAL SAINT LOUIS, PARIS,

Plus en détail

PROTEINE URINE (URP) DIMENSIONS KIT REF 39064 F360 Analyseur F560 Analyseur R1 3x100 ml Σ R1 3x100 ml Σ CAL 1x5 ml.

PROTEINE URINE (URP) DIMENSIONS KIT REF 39064 F360 Analyseur F560 Analyseur R1 3x100 ml Σ R1 3x100 ml Σ CAL 1x5 ml. PROTEINE URINE (URP) USAGE PREVU Pour la détermination quantitative in vitro des Protéines Totales dans l urine et le liquide cérébrospinal (CSF). Ce produit est destiné à l utilisation sur les instruments.

Plus en détail

LES DIFFERENTS PSL : qualifications, transformations et leurs indications

LES DIFFERENTS PSL : qualifications, transformations et leurs indications ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG L Etablissement français du sang LES DIFFERENTS PSL : qualifications, transformations et leurs indications Dr Anne-Lise MARACHET DIU Cancérologie/Hématologie EFS IDF- Site

Plus en détail

INACTIVATION PAR LE TRAITEMENT PHOTODYNAMIQUE DES AGENTS PATHOGENIQUES CONTENUS DANS LES PRODUITS SANGUINS CELLULAIRES

INACTIVATION PAR LE TRAITEMENT PHOTODYNAMIQUE DES AGENTS PATHOGENIQUES CONTENUS DANS LES PRODUITS SANGUINS CELLULAIRES RÉSUMÉ EN FRANÇAIS INACTIVATION PAR LE TRAITEMENT PHOTODYNAMIQUE DES AGENTS PATHOGENIQUES CONTENUS DANS LES PRODUITS SANGUINS CELLULAIRES INTRODUCTION : LES DONS SANGUINS ET LES AGENTS INFECTIEUX La production

Plus en détail

Série 00, 2010 Assistante en médecine vétérinaire CFC / Assistant en médecine vétérinaire CFC

Série 00, 2010 Assistante en médecine vétérinaire CFC / Assistant en médecine vétérinaire CFC Série 00, 2010 Assistante en médecine vétérinaire CFC / Assistant en médecine vétérinaire CFC Connaissances professionnelles CP1, examen écrit Laboratoire Name... Vorname... Kandidatennummer... Datum...

Plus en détail

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE SUJET 1 La phase symptomatique du sida est caractérisée par un taux très faible de lymphocytes T cytotoxiques et de lymphocytes T4. Les patients qui rentrent

Plus en détail

Le système du Complément

Le système du Complément Le système du Complément Marie-Agnès Dragon-Durey, Jean Yves Cesbron, Alain Chevailler, Christian Drouet, Béatrice Uring-Lambert I-Introduction... 2 II-Les voies d activation du Complément... 2 II-1.La

Plus en détail

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic Département de Biologie Laboratoire de Biochimie - Immunologie Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 4 (S4) 2004-2005 Module de Biologie Humaine M 16.1 Élément d Immunologie

Plus en détail

Département de biologie Page 1 sur 6

Département de biologie Page 1 sur 6 Département de biologie Page 1 sur 6 TP de Biologie Moléculaire : BIO 36 Marion Benoîst, Keith Dudley, Dominique Charmot Introduction Lors de ce TP vous allez cloner des molécules d ADN. L objectif est

Plus en détail

ANTICORPS POLYCLONAUX ANTI IMMUNOGLOBULINES

ANTICORPS POLYCLONAUX ANTI IMMUNOGLOBULINES L OUTIL IDEAL POUR TOUTES LES DETECTIONS IMMUNOCHIMIQUES pour toutes les techniques immunodosages (EIA/ELISA) dot/ westernblot immunohistochimie immunocytochimie cytométrie en flux quel que soit le système

Plus en détail

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION Laboratoire de Physiologie Végétale Université de Neuchâtel (2005) Travaux pratiques METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA PAR AFFINITE AU GLUTATHION INTRODUCTION: Les protéines tiennent

Plus en détail

CAS CLINIQUES. CAS CLINIQUE n 1 14/05/2012. Patiente née en 1970. Allogreffe de CSH prévue dans 3 semaines

CAS CLINIQUES. CAS CLINIQUE n 1 14/05/2012. Patiente née en 1970. Allogreffe de CSH prévue dans 3 semaines ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG CAS CLINIQUE n 1 Patiente née en 1970 CAS CLINIQUES Allogreffe de CSH prévue dans 3 semaines Prescription de 2 CGR et CP (Hb : 7,5 g/dl et plaquettes = 12 000/mm 3 ) sans

Plus en détail

Protocole de laboratoire pour la purification manuelle de l ADN d un échantillon de 0,5 ml

Protocole de laboratoire pour la purification manuelle de l ADN d un échantillon de 0,5 ml Protocole de laboratoire pour la purification manuelle de l ADN d un échantillon de 0,5 ml Pour la purification de l ADN génomique des kits de prélèvements Oragene et ORAcollect. Pour tout protocole et

Plus en détail

Research of irregular red cell antibodies

Research of irregular red cell antibodies Corinne Chabrières* Immuno-hématho Recherche des anticorps antiérythrocytaires RÉSUMÉ La recherche des anticorps anti-érythrocytaires est une analyse biologique essentielle pour la prévention et le diagnostic

Plus en détail

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION Madame, Monsieur, Si votre état de santé nécessite une transfusion sanguine, ce document est destiné à vous informer sur les avantages et les risques de la transfusion,

Plus en détail

TSSIBG Immunoglobulines et récepteurs pour l'antigène des lymphocytes B et T

TSSIBG Immunoglobulines et récepteurs pour l'antigène des lymphocytes B et T 14/10/2013 MARIANI Natacha L2 TSSIBG G. Pommier 8 pages TSSIBG Immunoglobulines et récepteurs pour l'antigène des lymphocytes B et T Immunoglobulines (Ig/AC) Récepteurs pour l'antigène des lymphocytes

Plus en détail

Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique

Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique 1. Equipements utilisés L isolement des cellules mononucléées du sang périphérique est effectué à partir d échantillons sanguins par une technique

Plus en détail

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407.

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407. PB : Comment sont éliminées les cellules reconnues comme étrangères. (infectées, cancéreuses, greffées.) L'organisme dispose d'autres moyens de défense que les anticorps pour se débarasser d'un intrus.

Plus en détail

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010)

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010) Méthode OIV- -MA-AS315-23 Type de méthode : critères Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage (OIV-Oeno 427-2010) 1 Définitions des

Plus en détail

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE CONCOURS EXTERNE Session 2005 TRAVAUX PRATIQUES DE BIOCHIMIE PHYSIOLOGIE ALCOOL ET FOIE L éthanol, psychotrope puissant, est absorbé passivement dans l intestin

Plus en détail

GRAVIMETRIE + NO. 1 - Principe de la gravimétrie. a - Quelques exemples. b - Facteurs influençant la solubilité

GRAVIMETRIE + NO. 1 - Principe de la gravimétrie. a - Quelques exemples. b - Facteurs influençant la solubilité GRAVIMETRIE 1 - Principe de la gravimétrie Cette méthode d analyse quantitative a pour but d obtenir une séparation quantitative (c'est-àdire totale) d'un cation ou d'un anion (en solution aqueuse) par

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

IMPORTANCE DU SUIVI IMMUNO-HEMATOLOGIQUE DE LA FEMME ENCEINTE PLACE DES NOUVELLES TECHNOLOGIES

IMPORTANCE DU SUIVI IMMUNO-HEMATOLOGIQUE DE LA FEMME ENCEINTE PLACE DES NOUVELLES TECHNOLOGIES IMPORTANCE DU SUIVI IMMUNO-HEMATOLOGIQUE DE LA FEMME ENCEINTE PLACE DES NOUVELLES TECHNOLOGIES Dr. Christine André-Botté 20 mai 2010 Les partenaires Risque vital Besoin de PSL particuliers EFS Laboratoire

Plus en détail

DON DE SANG. Label Don de Soi

DON DE SANG. Label Don de Soi DON DE SANG Label Don de Soi 2015 SOMMAIRE Les différents types de dons p.3 Le don de sang total Le don de plasma Le don de plaquettes Le don de moelle osseuse Que soigne-t-on avec un don de sang? p.7

Plus en détail

Formulaire FIG Liste complémentaire des incidents graves de la chaîne transfusionnelle

Formulaire FIG Liste complémentaire des incidents graves de la chaîne transfusionnelle Formulaire FIG Liste complémentaire des incidents graves de la chaîne transfusionnelle Anomalie à l ETS Anomalie à l ETS Identification donneur sélection homonyme à l accueil collecte sélection homonyme

Plus en détail

Stratégies du Diagnostic sérologique des infections VIH

Stratégies du Diagnostic sérologique des infections VIH Stratégies du Diagnostic sérologique des infections VIH Fax 00 33 (0) 2 32 88 83 10 e-mail : francois.simon@chu-rouen.fr I. Les moyens du diagnostic sérologique VIH II. Les tests disponibles III. Les stratégies

Plus en détail

Appli Ozyme Western Blot Protocole Complet

Appli Ozyme Western Blot Protocole Complet Appli Ozyme Western Blot Protocole Complet SOMMAIRE Matériel et réactifs nécessaires... P.2 Déroulement de l expérience... P.3 Préparation, électrophorèse et protocole de transfert... P.3 Protocole de

Plus en détail

LE SANG PHENOTYPÉ RH-K

LE SANG PHENOTYPÉ RH-K LE SANG PHENOTYPÉ RHK Institut National de la Transfusion Sanguine Thierry PEYRARD + tpeyrard@ints.fr Centre National de Référence pour les Groupes Sanguins (CNRGS) INTS/INSERM U665 PARIS Colloque scientifique

Plus en détail

Préparation d'une suspension cellulaire à partir de sang humain et d'un organe murin

Préparation d'une suspension cellulaire à partir de sang humain et d'un organe murin Préparation d'une suspension cellulaire à partir de sang humain et d'un organe murin Séparation de cellule sur coussin de Ficoll 1. Intérêt de la séparation des lymphocytes des autres éléments figurés

Plus en détail

Contrôle de l apprentissage

Contrôle de l apprentissage Niveau 2 07 / Le sang Information pour l enseignant 1/6 Sujet Cahier de travail dans son intégralité Devoir Les élèves résolvent le test. Matériel Solution Type de travail Travail individuel Durée 45 minutes

Plus en détail

LES GROUPES SANGUINS

LES GROUPES SANGUINS LES GROUPES SNGUINS Coordination Régionale d émovigilance Docteur Mahdi TZEROUT Madame Yolande GLINIER Direction Régionale des ffaires Sanitaires et Sociales Midi-Pyrénées 10 Chemin du Raisin 31050 TOULOUSE

Plus en détail

EPREUVE ECRITE D'ADMISSIBILITE

EPREUVE ECRITE D'ADMISSIBILITE CAPET BIOTECHNOLOGIES option biochimie - génie biologique concours interne Session 2002 EPREUVE ECRITE D'ADMISSIBILITE ETUDE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE Durée : 6 heures Calculatrice interdite Aucun

Plus en détail

Commande de produits sanguins au laboratoire d'immuno-hématologie de Pourtalès.

Commande de produits sanguins au laboratoire d'immuno-hématologie de Pourtalès. Commande de concentré érythrocytaire (CE) naissance complète) appelle le laboratoire d immuno-hématologie au 3. La laborantine donne les indications à suivre pour le ou les prélèvements nécessaires. Pour

Plus en détail

ELISA PeliClass human IgG subclass kit REF M1551

ELISA PeliClass human IgG subclass kit REF M1551 Sanquin Reagents Plesmanlaan 5 0 CX Amsterdam The Netherlands Phone: +.0.5.599 Fax: +.0.5.570 Email: reagents@sanquin.nl Website: www.sanquinreagents.com M55/ November 007 ELISA PeliClass human IgG subclass

Plus en détail

F.Benabadji Alger 22.11.13

F.Benabadji Alger 22.11.13 F.Benabadji Alger 22.11.13 ALLERGIE DANS LE MONDE 4ÉME RANG MONDIAL (OMS) PROBLÈME DE SANTÉ PUBLIQUE LES CAUSES Notre environnement (industriel, technologique, scientifique et climatique) * Allergènes

Plus en détail

Résultats d une analyse de sang effectué sur un enfant atteint d une déficience innée

Résultats d une analyse de sang effectué sur un enfant atteint d une déficience innée Chap. 7- Doc. 2 Déterminez le rôle et l origine des lymphocytes Pour cela : - Comparez la quantité de lymphocytes chez un enfant bulle et chez un individu normal. - Mettez en relation le nombre de lymphocytes

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010 BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010 Durée : 3 h 30 Coefficient : 7 Avant de composer, le candidat s assurera

Plus en détail

Quizz d éd. évaluation. Simulation. 18 e Journée d actualisation des connaissances en pratique transfusionnelle

Quizz d éd. évaluation. Simulation. 18 e Journée d actualisation des connaissances en pratique transfusionnelle Simulation Quizz d éd évaluation 18 e Journée d actualisation des connaissances en pratique transfusionnelle Unité de Sécurité Transfusionnelle et d Hémovigilance CHU de Bordeaux La sécurits curité transfusionnelle

Plus en détail

Question 2 : Décrivez deux fonctions effectrices des anticorps. Illustrez par un schéma.

Question 2 : Décrivez deux fonctions effectrices des anticorps. Illustrez par un schéma. Bio II - Ex. IV Question 1 : Lors d une réponse inflammatoire (ex. blessure de la peau avec une aiguille souillée par des bactéries), A) préciser les rôles respectifs des neutrophiles, des mastocytes,

Plus en détail

Les méthodes de diagnostic en virologie

Les méthodes de diagnostic en virologie Les méthodes de diagnostic en virologie Pourquoi faire du diagnostic en virologie? Dons de sang, d organes et de tissus (dépistage obligatoire) Suivi biologique des infections (VIH, VHB, VHC) Mesures prophylactiques

Plus en détail

Spectrophotométrie appliquée aux biomolécules

Spectrophotométrie appliquée aux biomolécules UNIVERSITE FRANCOIS RABELAIS FACULTE DES SCIENCES ET TECHNIQUES TOURS Licence L1 Science et Technologies Mention Sciences du Vivant TRAVAUX PRATIQUES: BIOCHIMIE STRUCTURALE Spectrophotométrie appliquée

Plus en détail

Doutes et certitudes. J.-D. Tissot. Septembre 2006 SRTS VD

Doutes et certitudes. J.-D. Tissot. Septembre 2006 SRTS VD Doutes et certitudes J.-D. Tissot Septembre 2006 1941 1922 Le pré-analytique fait-il partie de l hémovigilance? Echantillon acceptable pour effectuer les examens prétransfusionnels? Hyperkaliémie Patient

Plus en détail

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage 2 HTS 3 Immunologie / Immunologie Informations Techniques 3 I 2 ELISA 96 Puits 3 I 4 ELISA 96 Puits en Barrettes 3 I 6 en Barrettes de 8 Puits 3 I 7 en Barrettes de 12 Puits 3 I 8 en Barrettes de 16 Puits

Plus en détail

Biochimie I. Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1. Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst

Biochimie I. Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1. Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst Biochimie I Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1 Daniel Abegg Sarah Bayat Alexandra Belfanti Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst Laboratoire

Plus en détail

D après vous, à qui ces échantillons biologiques pourraient-ils appartenir? Comment va-t-on s y prendre pour procéder à leur identification?

D après vous, à qui ces échantillons biologiques pourraient-ils appartenir? Comment va-t-on s y prendre pour procéder à leur identification? TP Analyse de l ADN Sur la scène de crime, différents échantillons d origine humaine ont été retrouvés : du sang, un cheveu blond et un cheveu / poil coincé dans le couvercle du bocal de chlorure de calcium.

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

Fiche Contenu 3-1 : Vue d ensemble de la gestion de l équipement

Fiche Contenu 3-1 : Vue d ensemble de la gestion de l équipement Fiche Contenu 3-1 : Vue d ensemble de la gestion de l équipement Son rôle dans le système de gestion de la qualité Considérations sur le programme La gestion de l équipement est l un des points essentiels

Plus en détail

Que se passe-t-il dans un laboratoire de génétique?

Que se passe-t-il dans un laboratoire de génétique? 12 appliquer à des échantillons conservés (par exemple, si les premiers tests n ont abouti à aucun résultat), si le patient y consent. De cette façon, les patients et les médecins peuvent être sûrs que

Plus en détail

Série 0, 2012 ... Signatures des experts : Points obtenus : Note* : ... *La note est à reporter sur la feuille d'évaluation finale.

Série 0, 2012 ... Signatures des experts : Points obtenus : Note* : ... *La note est à reporter sur la feuille d'évaluation finale. Procédure de qualification Assistant médical CFC / Assistante médicale CFC Connaissances professionnelles écrites DIAGNOSTIC AU LABORATOIRE Série 0, 2012 No de candidat : Date d'examen :...... Durée de

Plus en détail

LES BONNES PRATIQUES TRANSFUSIONNELLES

LES BONNES PRATIQUES TRANSFUSIONNELLES Les Bonnes Pratiques Transfusionnelles République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de la Santé, de la Population et de la Reforme Hospitalière Agence Nationale du Sang LES BONNES PRATIQUES

Plus en détail

A B C Eau Eau savonneuse Eau + détergent

A B C Eau Eau savonneuse Eau + détergent 1L : Physique et chimie dans la cuisine Chapitre.3 : Chimie et lavage I. Les savons et les détergents synthétiques 1. Propriétés détergentes des savons Le savon est un détergent naturel, les détergents

Plus en détail

Chapitre 2: Les mécanismes de

Chapitre 2: Les mécanismes de Chapitre 2: Les mécanismes de l immunité I-Les anticorps: agents du maintien de l intégrité du milieu extracellulaire 1- La réaction antigène- anticorps et l élimination du complexe immun Les anticorps:

Plus en détail

Les solutions. Chapitre 2 - Modèle. 1 Définitions sur les solutions. 2 Concentration massique d une solution. 3 Dilution d une solution

Les solutions. Chapitre 2 - Modèle. 1 Définitions sur les solutions. 2 Concentration massique d une solution. 3 Dilution d une solution Chapitre 2 - Modèle Les solutions 1 Définitions sur les solutions 1.1 Définition d une solution : Une solution est le mélange homogène et liquide d au moins deux espèces chimiques : Le soluté : c est une

Plus en détail

Chapitre 3 Propriétés et Analyses des protéines

Chapitre 3 Propriétés et Analyses des protéines Chapitre 3 Propriétés et Analyses des protéines 1.Isolement des protéines A. Choix d une source de protéines B. Techniques de solubilisation C. Stabilisation des protéines D. Détection des protéines E.

Plus en détail

PLAN QUALITE ACTIVITES UF BIOLOGIQUE ET D EXPERTISE EN IMMUNO-HEMATOLOGIE PERINATALE - CNRHP

PLAN QUALITE ACTIVITES UF BIOLOGIQUE ET D EXPERTISE EN IMMUNO-HEMATOLOGIE PERINATALE - CNRHP SAT- PLAN QUALITE ACTIVITES UF BIOLOGIQUE ET D EXPERTISE EN IMMUNO-HEMATOLOGIE PERINATALE - - Page 1 sur 11 SAT- 1 INTRODUCTION Ce plan qualité (EP-SA-CN-QUAL-SMQ-PQ-001 version 3) complète le manuel qualité

Plus en détail

TP3 Test immunologique et spécificité anticorps - déterminant antigénique

TP3 Test immunologique et spécificité anticorps - déterminant antigénique TP3 Test immunologique et spécificité anticorps - déterminant antigénique Partie 1 : Spécificité d'un anticorps pour un déterminant antigénique du VIH La séropositivité pour le VIH correspond à la présence

Plus en détail

Chapitre II L immunité adaptative

Chapitre II L immunité adaptative Chapitre II L immunité adaptative 1 -I -La réponse adaptative humorale 1) Exemple du virus de la grippe 2 2) Les caractéristiques de cette réponse 3 Conclusion L immunité adaptative n est pas immédiate

Plus en détail

Exploration du Profil protéique sérique. A. Galmiche, mars 2011

Exploration du Profil protéique sérique. A. Galmiche, mars 2011 Exploration du Profil protéique sérique A. Galmiche, mars 2011 Pourquoi explorer le profil protéique du sérum? L électrophorèse des protéines sériques est un examen simple, réalisé en routine qui permet

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2013 Sous-épreuve écrite de Biotechnologies Coefficient de la sous-épreuve : 4 Ce sujet est

Plus en détail

Dosages à réactifs marqués

Dosages à réactifs marqués Dosages à réactifs marqués Principe = réaction Ag-Ac un des deux réactifs (Ag ou Ac) est marqué par un traceur Différentes méthodes selon que le traceur est radioactif (RIA), enzymatique (EIA) ou luminescent

Plus en détail

LES PRODUITS SANGUINS LABILES

LES PRODUITS SANGUINS LABILES LES PRODUITS SANGUINS LABILES Il existe d autres produits sanguins : les produits sanguins stables appelés aujourd hui médicaments dérivés du sang (MDS). Les 2 familles de produits sont des produits sanguins

Plus en détail

S-II-1V2 EXTRACTION DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACE (ETM) SOLUBLES DANS L EAU RÉGALE

S-II-1V2 EXTRACTION DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACE (ETM) SOLUBLES DANS L EAU RÉGALE S-II-1V2 EXTRACTION DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACE (ETM) SOLUBLES DANS L EAU RÉGALE 1. Objet Méthode pour l extraction des éléments en traces présents dans les sols (y compris les sédiments), les matières

Plus en détail