Aurélia Chambaz 47 ème volée ESSanté Stage d immuno-hématologie à l UMT, BH-18 CHUV SRTS VD Lausanne Responsable accompagnante :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Aurélia Chambaz 47 ème volée ESSanté Stage d immuno-hématologie à l UMT, BH-18 CHUV SRTS VD Lausanne 05.11.07-11.04.08 Responsable accompagnante :"

Transcription

1 Aurélia Chambaz 47 ème volée ESSanté Stage d immuno-hématologie à l UMT, BH-18 CHUV SRTS VD Lausanne Responsable accompagnante : Mme Jocelyne Conne

2 Résumé Ce travail en immuno-hématologie a pour but d observer les similitudes et les discordances entre les Coombs directs (CD 1 ) réalisés en tubes et les autocontrôles (EP 3 ) effectués en carte en Coombs indirect (CI 2 ). Ces deux tests sont des techniques de référence à l UMT 4. En effet, il est connu que si un Coombs direct est positif, le Coombs indirect n est pas interprétable, car il sera forcément lui aussi positif étant donné que les globules rouges sont sensibilisés. Or au mois de septembre 2007, un Coombs direct a été trouvé positif avec un anti-jka fixé découvert après élution, alors que l autocontrôle avait été effectué et était négatif. Il n y avait également pas d anticorps circulants dans le plasma de la patiente. Il est donc facile de voir l importance de vérifier la concordance des résultats entre ces deux tests, afin de savoir si les procédures du laboratoire sont efficaces ou si des hématies sensibilisées ne sont fréquemment pas détectées en ne réalisant que l autocontrôle? Cette analyse a été effectuée sur 200 patients qui avaient un Coombs direct positif selon les analyses effectuées dans l un ou l autre des deux laboratoires de l UMT, ceci sur une durée de 7 semaines. Les résultats obtenus ont montré qu une divergence entre les résultats du Coombs direct et de l autocontrôle existait dans près de 25% des cas analysés. L autocontrôle a donc l air d être moins sensible que le Coombs direct, ceci principalement en ce qui concerne la molécule du C3d 6 ou lorsque la spécificité est de type IgG 5 avec un titre relativement bas. La technique en cartes semble également être moins sensible pour les bébés, mais ceci n est pas une affirmation étant donné le nombre restreint de bébés analysés au cours de ce travail. En vue de tout cela, on pourrait donc conclure qu il n est pas possible de se fier uniquement à l autocontrôle pour affirmer l absence d hématies sensibilisées chez un patient. Les abréviations ou mots se trouvant en italique avec un numéro en exposant dans le texte sont décrits dans le lexique p

3 Resume This work on immunohaematology aim to observe the similarities and the discordances between the direct Coombs realised in tubes and the auto controls of indirect Coombs effected on cards. These two tests are the technics of reference in the UMT. Actually, it is known that if a direct Coombs is positive, this direct Coombs is not interpretable, because it will be certainly positive also as that the red globules are sensiblized. Therefore, in September 2007, a direct Coombs was found positive with a fixed anti-jka discovered after elutions, however, the auto control had been done and was negative. There are equally no antibodies which circulate in the plasma of the patient. So it is easy to see the importance to check the concordance the results between the two tests, to know if the procedure of lab is efficient or if the sensible haematins are not frequently detected in only realizing the auto control? This analyse is effected on 200 patients who has a positive direct Coombs according to the analyses effected in one or another of 2 labs of UMT, which had been done during 7 weeks. The result obtained showed that the divergence between the result of direct Coombs and the auto control existed in about 25% of the analysed cases. The auto control seems to be less sensible than the direct Coombs, this presents principally in the molecule of C3d 6 or when the specificity is of type IgG 5 with a relatively low title. The technic on cards seems equally to be less sensible for the babies, but this isn t an affirmation for the reason that the restrict number of babies analysed in the current of this work. For all of this, we could conclude that it isn t possible to confide only in the auto control to affirm the absence of sensibilized haematins of a patient

4 Table des matières 1 Introduction Contexte de ce travail Présentation du cas : Résumé des analyses effectuées pour ce travail Rappel théorique pour la compréhension de ce travail Antigènes : Anticorps : Complément : Test de Coombs : But du travail Démarche et estimation des coûts pour ce travail Techniques Techniques en tubes : Coombs directs polyspécifique et monospécifique Medion : Coombs direct polyspécifique DiaMed : Titre d un Coombs direct IgG : Elution : Techniques en cartes : Dépistage et identification d anticorps : (Cartes LISS/Coombs) Autocontrôle en Coombs indirect (EP) : (Cartes LISS/Coombs + Cartes Coombs Anti-IgG) Coombs direct : (Cartes LISS/Coombs + Cartes Coombs Anti-IgG) Spécificités d un Coombs direct : (Cartes DC-Screening I) Titre d un Coombs direct IgG : (Cartes TDA IgG-Dilution) Sous-classes d IgG : (Cartes TDA IgG 1 /IgG 3 ) Matériel et consommables Matériel fixe et appareils Consommables Matériel : Réactifs et leur composition : Gestion des lots de réactifs : Résultats Explicatif pour les tableaux de résultats se trouvant à l annexe Tableaux des résultats Analyse des résultats Conclusion Difficultés rencontrées Perspectives Remerciements Bibliographie Lexique Annexes

5 1 Introduction J effectue mon dernier stage de la formation de technicienne en analyses biomédicales (TAB 7 ) à l unité de médecine transfusionnelle au CHUV 8 à Lausanne. Ce laboratoire appartient au SRTS VD 9 et réalise différentes analyses dans le domaine de l immuno-hématologie, ainsi que la gestion et la distribution des différents produits sanguins labiles. S agissant de mon dernier stage, je dois réaliser mon travail de diplôme au cours de celui-ci. Le sujet m a donc été proposé par Mme Jocelyne Conne, avec l accord du Professeur Jean- Daniel Tissot, et va vous être présenté ci-après. 1.1 Contexte de ce travail L idée de ce travail de diplôme est survenue suite à la découverte fortuite d un anti-jka fixé sur les globules rouges d un patient (Coombs direct positif IgG avec un anti-jka fixé après recherche sur l éluat) alors que la recherche d anticorps circulants dans son plasma, ainsi que l autocontrôle réalisé avec ses érythrocytes et son plasma, étaient négatifs. Cette découverte a belle et bien eu lieu par hasard, car dans les procédures du laboratoire de l UMT, si une recherche d anticorps circulants est réalisée avec un EP, le CD ne doit pas être effectué. A moins bien sûr que l EP soit positif, ce qui n était pas le cas dans cette situation. Je cite, selon la procédure de laboratoire intitulée Choix des tests prétransfusionnels (mai 2007), «En cas de résultat négatif de l autocontrôle (fait lors de l identification des anticorps), il n est pas nécessaire d effectuer un test direct à l antiglobuline humaine.» (point 2.1.3, p.2) Les résultats de l EP et du CD devant en principe concorder, voilà l importance d investiguer là-dessus avec ce travail de diplôme. Cela permettra de vérifier si des hématies sensibilisées (et plus particulièrement avec des alloanticorps) ne sont fréquemment pas détectées en suivant les directives de cette procédure ou si ce cas reste exceptionnel Présentation du cas : N de tube : N de malade : Patiente de 1941 Découverte du EP Plasma en Liss/Coombs carte Pap/Coombs (+) (+) (+) (+) (+) (+) (+) (+) (+) (+) (+) / Eluat en Liss/Coombs - (+) - - (+) (+) - (+) - - (+) / carte Pap/Coombs (+) / Plasma en N hématies-test / tube Liss/Coombs / Tableau réalisé selon le classeur des résultats d identification du laboratoire de septembre 2007 RAS Papaïne 10 (connu) Eluat : Anti-Jka AGH 11 (nouveau) CD : IgG 1/8, EP Nég!!! IgG 1 12 nég, IgG 3 12 nég Phénotype Cc/Ee, K nég, k +, Kpa nég, Kpb + Phénotype Jka et Jkb pas déterminé à l UMT car il y avait une double population dans le gel Echantillon envoyé à Berne pour phénotypage : Jka nég, Jkb +, Fya nég, Fyb

6 1.2 Résumé des analyses effectuées pour ce travail Au cours de ce travail, les analyses suivantes vont être réalisées : Pour le travail de diplôme proprement dit, l autocontrôle (plasma + globules rouges du patient) va être effectué en carte en Coombs indirect pour tous les Coombs directs positifs en tubes, afin de vérifier si les résultats sont identiques ou si des discordances se présentent. Les deux techniques sus-mentionnées font partie des techniques de référence du laboratoire. En parallèle, la direction du centre a profité de l occasion pour me demander d effectuer d autres analyses concernant les Coombs, mais les résultats obtenus suite à ces analyses ne doivent pas être analysés dans ce travail de diplôme. Il s agit de comparer deux sortes de Coombs polyspécifique pour la méthode en tube, deux sortes de carte Coombs pour la technique en gel, de comparer la technique de Coombs direct en tube et en gel, les spécificités en tube et en gel, et enfin les dilutions de l IgG en tube et en gel. Les différents réactifs utilisés et comparés seront décrits plus loin dans le travail au point : Réactifs et leur composition. 1.3 Rappel théorique pour la compréhension de ce travail Antigènes : Selon Queloz, Siegenthaler, Conne, Schneider & Tissot (juillet 2005), «[un antigène est une] substance capable de provoquer une réponse immune, puis de réagir spécifiquement avec le produit de cette réponse (anticorps ou lymphocytes). [ ] [Les antigènes de groupes sanguins sont soit] des protéines seules, soit des protéines associées à des lipides, soit des protéines glycosylées, ou soit des hydrates de carbone». (p.15) Un antigène possède des déterminants antigéniques ou épitopes à sa surface. Chacun d entre eux est capable de réagir avec un anticorps unique et spécifique. (Queloz, Siegenthaler, Conne, Schneider & Tissot, juillet 2005, p.15) Anticorps : Les anticorps sont des immunoglobulines présentes dans le plasma. Ils sont synthétisés par les lymphocytes B (ou cellules dérivées) et sont le produit d une réponse immune. «Au cours de cette réponse immunitaire, les anticorps ont trois fonctions principales : - se lier à l'antigène - activer le système du complément - recruter des cellules immunocompétentes» (Selon la page web intitulée Anticorps). Schéma d une immunoglobuline de type IgG :

7 La partie constante des chaînes lourdes détermine selon sa nature, 5 isotypes ou classes d anticorps (γ IgG, α IgA 13, μ IgM 14, δ IgD 15, ε IgE 16 ). Il existe également pour chaque classe des sous-classes. La partie constante des chaînes légères détermine quant à elle 2 types d anticorps (κ ou λ). Chaque classe d anticorps peut donc être de l un ou l autre de ces types. (Queloz, Siegenthaler, Conne, Schneider & Tissot, juillet 2005, p.18) Complément : Selon la page web intitulée Système du complément : Le système du complément est une cascade biochimique complexe du système immunitaire, entraînant une cytolyse 17, une chimiotaxie 18, une opsonisation 19 et une inflammation 20. Le système du complément consiste en plus de 35 protéines membranaires ou circulantes dans le plasma. Parmi elles, 12 sont directement impliquées dans les voies métaboliques du complément, alors que le reste a des fonctions régulatrices. [Pour son activation, le complément a besoin de la présence de Ca ++ et de Mg ++. Les principales protéines du complément sont notées de C1 à C9, elles migrent en électrophorèse dans la fraction des β-globulines et ont un poids moléculaire de 100 à 200 kda 21 ]. [ ] Il y a trois voies biochimiques qui activent le système du complément : - la voie classique du complément - la voie alternative du complément - la voie des lectines liant les mannanes [ ] Les différentes voies activant le complément aboutissent à la formation d'une C3 convertase, point de départ de la voie effectrice commune qui détruit la cible en formant un canal transmembranaire, permettant l'entrée de molécules d'eau, [de protéines, d ions] dans la cellule. La voie classique est spécifique car elle est activée par les complexes antigène-anticorps, les deux autres voies sont activées par la reconnaissance innée des organismes étrangers. (Queloz, Siegenthaler, Conne, Schneider & Tissot, juillet 2005, p.21). L activation du complément après fixation des anticorps sur la membrane érythrocytaire dépend : - de la quantité d anticorps - de la classe ou sous-classe de l anticorps (IgM>IgG3>IgG1) - des propriétés des anticorps. Les anticorps capables d activer le complément sont appelés hémolysines. Si l activation atteint C9, il y a une lyse intravasculaire des globules rouges, si elle atteint C3b, les globules rouges sont détruits par les macrophages du foie et finalement, si les hématies sont simplement sensibilisées par des IgG, les globules rouges sont détruits par les macrophages de la rate. (Queloz, Siegenthaler, Conne, Schneider & Tissot, juillet 2005, p.22-23) Test de Coombs : Le test de Coombs, que l on appelle aussi test à l antiglobuline, porte le nom d un scientifique anglais, Sir Robin R. Coombs. Le sérum de Coombs, grâce à l antiglobuline qu il contient, permet de mettre en évidence la présence d anticorps anti-érythrocytaire à la surface de globules rouges

8 Ces anticorps sont reconnus spécifiquement selon l antiglobuline présente dans le sérum de Coombs utilisé (anti-igg, anti-igm, anti-iga). Il existe également des sérums de Coombs dirigés contre des fractions du complément (anti-c3d, anti-c3b, ). Les sérums de Coombs polyspécifiques sont composés d un mélange de différentes spécificités ou d une immunoglobuline qui reconnaît les chaînes légères κ et λ des anticorps. Il faut au minimum 200 molécules d IgG sur un globule rouge pour que la réaction puisse être positive Test de Coombs direct ou TDA 1 : Ce test révèle par une agglutination la présence d hématies sensibilisées 22 in vivo par des anticorps incomplets 23. Les hématies sont donc directement mises en contact avec le sérum de Coombs. Ce test permet par exemple de diagnostiquer une anémie hémolytique auto-immune, de faire le bilan d une incompatibilité foeto-maternelle ou d une réaction transfusionnelle. Schéma du principe : Test de Coombs indirect (CI) ou TIA 2 : Ce test révèle quant à lui la présence d un complexe antigène/anticorps, ceci dans différents cas de figure : - soit lors de la recherche d anticorps irréguliers 24 incomplets circulants dans le plasma d un patient, grâce à des hématies connues (hématies-test). - soit lors de la détermination d un phénotype de groupe sanguin, grâce à des anticorps connus (sérums-test). - soit lors de la réalisation du test de compatibilité où le plasma du receveur est mis en contact avec les globules rouges du donneur. On l appelle indirect, car dans un premier temps, il faut fixer l anticorps recherché sur les hématies connues ou vice et versa (fixer un anticorps connu sur les hématies dont on veut déterminer un phénotype de groupe sanguin). Ou encore fixer un anticorps inconnu sur des hématies inconnues (test de compatibilité). Cette première étape se nomme sensibilisation et s effectue à 37 C

9 Puis ensuite, dans un deuxième temps, le sérum de Coombs peut être ajouté afin d obtenir ou non une agglutination. Il ne faut encore pas oublier de préciser qu un test de Coombs indirect ne peut être interprété que si le test de Coombs direct du patient est négatif, ceci dans le cas où l on utilise ses globules rouges pour le test de Coombs indirect. En effet, si le CD est positif, les globules rouges sont déjà sensibilisés et le CI sera forcément positif. Schéma du principe : (la légende est la même que pour le schéma du principe du CD) anticorps connu (sérum-test) On peut remarquer sur les 2 schémas, qu une étape de lavage (3x) des hématies sensibilisées est nécessaire, aussi bien pour le CD que pour le CI. Ces lavages permettent de se débarrasser du plasma entourant les globules rouges, et donc ainsi aussi des différentes protéines libres présentent dans ce dernier et qui pourraient neutraliser le réactif de Coombs (anticorps non-fixés). Ceci élimine une bonne partie de faux négatifs. Ces lavages ne sont toutefois pas toujours nécessaires pour les techniques en cartes grâce à la filtration des globules rouges à travers le gel. A l UMT, les tests de Coombs directs et indirects trouvés négatifs doivent systématiquement être vérifiés au microscope, puis du Coombs contrôle doit y être ajouter (cf. point ). Les tests de Coombs directs positifs de spécificité IgG doivent être élués, et selon les cas, l élution peut également être faite s il s agit d autres spécificités. L élution consiste à détruire les globules rouges afin de détacher les anticorps qui y sont fixés, ceci afin de pouvoir les identifier à l aide d un panel d hématies-test. (Selon Queloz, Siegenthaler, Conne, Schneider & Tissot, juillet 2005, p et pages web intitulées Test de Coombs et Antiglobuline)

10 2 But du travail Le but de ce travail de diplôme et d observer les similitudes et les différences entre les Coombs directs et les autocontrôles en Coombs indirect. En effet, malgré les différences de techniques et de réactifs, chaque patient avec un Coombs direct positif, devrait avoir son autocontrôle en Coombs indirect également positif étant donné que ses globules rouges sont sensibilisés. Or, suite à la découverte d une discordance, il est facile de voir l importance de vérifier cela au cours de ce travail de diplôme. Peut-on se fier ou non à l autocontrôle pour affirmer l absence d hématies sensibilisées chez un patient? 3 Démarche et estimation des coûts pour ce travail Pour réaliser ce travail, l objectif était de prendre en compte tous les Coombs directs trouvés positifs au cours des analyses journalières, ceci aussi bien au laboratoire des urgences d immuno-hématologie (604) qu au laboratoire de routine (511) et de les analyser selon la démarche suivante. 1) Pour chaque CD positif en tubes avec le réactif polyspécifique DiaMed, le refaire avec celui de Medion et vice et versa. 2) Pour chaque CD positif en tubes, un CD ainsi qu un autocontrôle en Coombs indirect (EP) seront effectués en gels. (cartes-id LISS/Coombs) 3) Les mêmes tests seront effectués mais sur une autre sorte de cartes. (cartes-id Coombs Anti-IgG) 4) Pour chaque CD positif en tubes, les spécificités seront également effectuées en gels. (cartes-id DC-Screening I) 5) Pour chaque CD positif de spécificité IgG en tubes, la dilution sera aussi faite en gels. (cartes-id TDA IgG-Dilution) 65% des CD positifs sont de spécificité IgG, d après le rapport annuel. 6) 1 élution avec dépistage en LISS/Coombs et en Coombs Anti-IgG a été comptabilisée par jour, ce qui revient à environ 60 élutions sur la durée fixée pour les analyses. (cartes-id LISS/Coombs) et (cartes-id Coombs Anti-IgG) 7) Pour les dépistages positifs d éluats, une identification sera faite, les sous-classes IgG 1 et IgG 3 seront également effectuées. (cartes-id TDA IgG1/IgG3) Les cartes du labo seront utilisées car ces cas sont rares. Pour réaliser ceci, le projet était d analyser 7 Coombs directs trouvés positifs / 24h, sur une durée de 2 mois, d où un total de 400 CD positifs traités sur la durée définie. Ci-dessous, un tableau des coûts pour la commande des cartes est présenté. En effet, la direction du centre m a demandé de m intéresser uniquement aux cartes pour l estimation des coûts liés à ce travail. (Il s agit de la part la plus importante, qui nécessite un budget «extraordinaire», malgré une généreuse participation de la firme DiaMed)

11 Prix : Etape Nombre de cartes Prix unitaire (CHF) Prix total (CHF) cartes-id LISS/Coombs cartes-id Coombs Anti-IgG cartes-id DC-Screening I cartes-id TDA IgG-Dilution cartes-id LISS/Coombs + 60 cartes-id Coombs Anti-IgG Total 1060 cartes Techniques Voici en quelques mots, les différentes techniques nécessaires pour la réalisation de ce travail de diplôme. (Ces techniques sont décrites plus en détail dans les procédures du laboratoire qui se trouvent en annexes A, pages 28 à 35) 4.1 Techniques en tubes : Coombs directs polyspécifique et monospécifique Medion : 2 gouttes de sérum de Coombs + 1 goutte d hématies à tester lavées 3x et mise en suspension 3-5% dans de l Immusol (couleur framboise). Centrifuger 15 secondes à 2500 tours par minute, puis lire l agglutination sur une lampe. Vérifier au microscope tout Coombs qui semble être négatif. Si la négativité est confirmée, ajouter 1 goutte de Coombs control (seulement pour les sérums polyspécifiques et le monospécifique anti-igg), centrifuger de la même manière et lire l agglutination qui doit être positive. Dans le cas contraire, recommencer la procédure, sinon protocoler les résultats Coombs direct polyspécifique DiaMed : Il s agit de la même procédure que la précédente, sauf qu il faut mettre 1 goutte de sérum de Coombs Titre d un Coombs direct IgG : Préparer les dilutions géométriques du sérum de Coombs monospécifique anti-igg dans de l Immusol. Ensuite la procédure est la même qu au point 4.1.1, pour chaque dilution jusqu à que le Coombs devienne négatif (maximum jusqu à 1/2048). La dernière dilution où une agglutination est observée donne le titre du Coombs Elution : Laver 3x les hématies à analyser (1ml), ensuite ajouter 1ml d Immusol, puis 2ml de chloroforme. Incuber 5 minutes à 56 C en remuant constamment avec une touille en bois. Centrifuger 5 min à vitesse rapide (3500 tours par minute) et récupérer le surnageant (éluat) dans un nouveau tube. Effectuer ensuite le dépistage ou/et l identification d anticorps sur l éluat

12 4.2 Techniques en cartes : Dépistage et identification d anticorps : (Cartes LISS/Coombs) 50 μl de chaque hématie-test dans le puits correspondant + 25 μl de plasma (ou éluat) à analyser dans chaque puits. Incuber les cartes 15 minutes à 37 C, puis les centrifuger 10 minutes à 910 tours par minutes. Lire les résultats et les protocoler. Pour l identification faire un puits supplémentaire avec un autocontrôle (cf. point 4.2.2) Autocontrôle en Coombs indirect (EP) : (Cartes LISS/Coombs + Cartes Coombs Anti-IgG) 10 μl d hématies à analyser dans 1 ml de LISS (diluent 2 de DiaMed). Déposer ensuite 50 μl de cette suspension dans un puits et ajouter 25 μl du plasma du même patient. Incuber 15 minutes à 37 C, puis centrifuger 10 minutes à 910 tours par minutes. Lire les résultats et les protocoler Coombs direct : (Cartes LISS/Coombs + Cartes Coombs Anti-IgG) 10 μl d hématies à analyser dans 1 ml de LISS (diluent 2 de DiaMed). Déposer ensuite 50 μl de cette suspension dans un puits et centrifuger 10 minutes à 910 tours par minutes. Lire les résultats et les protocoler Spécificités d un Coombs direct : (Cartes DC-Screening I) Il s agit de la même procédure qu au point 4.2.3, sauf qu il faut utiliser les 6 puits de la carte Titre d un Coombs direct IgG : (Cartes TDA IgG-Dilution) Il s agit de la même procédure qu au point 4.2.4, sauf qu il faut laver 3x les hématies à analyser avant de les utiliser Sous-classes d IgG : (Cartes TDA IgG 1 /IgG 3 ) Laver 3x les hématies à tester, ensuite mélanger 10 μl de ces hématies dans 1 ml de LISS (diluent 2 de DiaMed). Déposer 50 μl de cette suspension dans chaque puits de la carte et centrifuger 10 minutes à 910 tours par minutes. Lire les résultats et les protocoler. 5 Matériel et consommables 5.1 Matériel fixe et appareils -Pipettes automatiques -Pipette dispenser -Portoirs pour tubes et cartes -Chronomètre -Centrifugeuses (tubes en verre, tubes patients et cartes) -Incubateur à 37 C -Bains-marie 56 C -Laveuse de globules rouges -Microscope -Lampe de lecture

13 5.2 Consommables Matériel : -Tubes en verre standards et à élutions -Petits tubes en plastique (mélanges avec la solution de LISS) -Pipettes en plastique -Touilles pour élutions -Embouts pour pipettes et dispenser Réactifs et leur composition : Sérum de Coombs polyspécifique DiaMed pour méthode en tube : Ce sérum contient une antiglobuline de lapin de type IgG. Cette IgG n est pas dirigée spécifiquement contre les chaînes lourdes des IgG humaines, mais réagit également avec les chaînes légères des anticorps, d où une possible activité supplémentaire anti-igm et anti-iga. Il ne contient pas d anti-complément, ce dernier n est en effet pas indispensable, car les anticorps qui ne peuvent être détectés que par leur aptitude à se lier au complément sont rares. De plus, cela permet d éviter l interférence liée au composant complément fixé non-spécifiquement aux hématies Sérum de Coombs polyspécifique Medion pour méthode en tube : Ce sérum contient des anticorps polyclonaux de lapin dirigés contre les IgG humaines, ainsi que des anticorps monoclonaux murins avec une activité anti-c3b et anti-c3d. Ces anticorps se trouvent dans une solution de chlorure de sodium tamponnée contenant de l albumine bovine et 0,1% d azide de sodium (NaN 3 ) comme conservateur Sérums de Coombs monospécifiques (anti-igg, anti-igm, anti-iga, anti-c3d) Medion pour méthode en tube : Ils contiennent des anticorps polyclonaux de lapin dirigés spécifiquement et respectivement contre les IgG, les IgM, les IgA humaines, ainsi que contre la molécule C3d du complément Coombs contrôle Medion pour méthode en tube : Ce réactif contient des hématies de groupe sanguin O Rhésus pos sensibilisées avec un anti-d incomplet (IgG) humain en solution isotonique tamponnée et contenant des agents conservateurs (suspension d hématies à 5±1%). Il sert à vérifier le bon fonctionnement des sérums de Coombs qui ont une activité anti- IgG et l efficacité des lavages, ceci lorsque l on a un résultat négatif. En effet, il se produit une agglutination lorsque l on ajoute le contrôle si l activité du sérum de Coombs est intacte et si les lavages ont été réalisés correctement. Ceci permet d éviter des faux-négatifs

14 Immusol Compact de Medion pour méthode en tube : Concentré (20x) pour la préparation de 10 litres de solution saline isotonique tamponnée à ph 7,3±0,2. A diluer dans de l eau déminéralisée. Il contient également 0,4% d azide de sodium. Cette solution sert à la mise en suspension des hématies, à la réalisation des lavages, ainsi qu à la dilution des plasmas et sérums Chloroforme de Merck KGaA pour les élutions : Il s agit de CHCl 3 p.a. (pour analyse), avec une pureté de 99,0-99,4% et une masse molaire de 119,38g/mol Cartes-ID LISS/Coombs de DiaMed pour méthode en gel : Les 6 puits de cette carte contiennent un gel avec des billes de dextran, ainsi que du sérum de Coombs polyspécifique avec des anticorps polyclonaux de lapins dirigés contre les IgG humaines, ainsi que des anticorps monoclonaux de la lignée cellulaire C avec une activité anti-c3d Cartes-ID Coombs Anti-IgG de DiaMed pour méthode en gel : Les 6 puits de cette carte contiennent quant à eux du sérum de Coombs avec des anticorps polyclonaux de lapin dirigés contre les chaînes lourdes des IgG humaines, mais ces anticorps réagissent également avec les chaînes légères des anticorps, d où une activité supplémentaire anti-igm et anti-iga Cartes-ID DC-Screening I de DiaMed pour méthode en gel : 1 puits de la cartes contient du sérum de Coombs monospécifique avec des anticorps polyclonaux de lapin anti-igg humaines ; le puits suivant contient du sérum de Coombs monospécifique avec des anticorps polyclonaux de lapin anti-igm humaines ; le suivant contient du sérum de Coombs monospécifique avec des anticorps polyclonaux de lapin anti-iga humaines ; le puits suivant contient du sérum de Coombs monospécifique avec des anticorps polyclonaux de lapin anti-c3c ; ensuite il y a un puits avec du sérum de Coombs monospécifique avec des anticorps monoclonaux de la lignée cellulaire C anti-c3d. Le dernier puits est un contrôle négatif Cartes-ID TDA IgG-Dilution de DiaMed pour méthode en gel : 5 des 6 puits de cette carte contiennent du sérum de Coombs monospécifique avec des anticorps polyclonaux de lapin dirigés spécifiquement contre les IgG humaines à des dilutions respectives de 1:10, 1:30, 1:100, 1:300 et 1:1000. Le dernier puits est un contrôle négatif

15 Cartes-ID TDA IgG 1 /IgG 3 de DiaMed pour méthode en gel : Les 2 premiers puits de la carte contiennent un anti-igg 1 monoclonal de la lignée cellulaire M345/795 en 2 dilutions différentes (1:1 et 1:100) ; les 2 puits suivant contiennent un anti-igg 3 monoclonal de la lignée cellulaire M346/805 en 2 dilutions différentes (1:1 et 1:100) ; le 5 ème puits contient un anti-igg polyclonal de lapin à une dilution de 1:10. Le dernier puits est un contrôle négatif Hématies-tests DiaMed (RAI + ID) pour méthode en gel : ID-DiaScreen est composé d hématies-tests provenant de donneurs individuels de groupe sanguin O et phénotypées pour les antigènes les plus importants en immuno-hématologie. Il s agit de 6 suspensions tamponnées d hématies à 0,8±0,1% en flacon de 10 millilitres pour le dépistage d anticorps irréguliers. Les hématies-tests V et VI sont papaïnées. Les conservateurs sont les antibiotiques triméthoprime et sulfaméthoxazole. ID-DiaPanel et ID-DiaPanel P (papaïné) se composent d hématiestests provenant de donneurs individuels de groupe sanguin O et phénotypées pour les antigènes les plus importants en immunohématologie. Il s agit de 11 suspensions tamponnées d hématies à 0,8±0,1% en flacon de 4 millilitres pour l identification d anticorps irréguliers. Les conservateurs sont les antibiotiques triméthoprime et sulfaméthoxazole Solution de LISS modifié de DiaMed (ID-Diluent 2) pour méthode en gel : Echantillons de sang : Il s agit d une solution tamponnée de NaCl à ph 6,7, de faible force ionique qui augmente le taux d association des anticorps sur les antigènes et permet donc de réduire le temps d incubation. Cette solution a été modifiée par adjonction d albumine bovine 5%, de glycine et de gélatine. Il sert pour la préparation des suspensions d hématies. Il contient les antibiotiques triméthoprime et sulfaméthoxazole comme conservateurs. Les échantillons de sang qui ont été utilisés tout au long de ce travail proviennent de patients dont les analyses de laboratoire révélaient un test de Coombs direct positif. Il s agit de prélèvements effectués sur anticoagulant EDTA. Les analyses nécessaires à ce travail ont été réalisées sur des tubes qui avaient entre 0 et 4 jours (mais décantés et mis au frigo le jour du prélèvement)

16 (Les différents explicatifs des réactifs proviennent de leur mode d emploi, les photos des réactifs DiaMed sont tirées du site de la firme et les photos des autres réactifs ont été faites au laboratoire) Gestion des lots de réactifs : Les réactifs employés pour la réalisation de ce travail de diplôme avaient le numéro de lot suivant : (se référer aux tableaux des résultats pour les numéros de cas) Sérum de Coombs polyspécifique DiaMed : Lot : Expiration : Labo 511 : A partir du cas n 61 Lot : Expiration : Labo 604 : A partir du cas n 90 Lot : Expiration : Sérum de Coombs polyspécifique Medion : Lot : A Expiration : Labo 511 : A partir du cas n 163 Lot : A Expiration : Sérums de Coombs monospécifiques Medion : Anti-IgG : Labo 511 : Lot : A Expiration : Labo 604 : Lot : A Expiration : A partir du cas n 91 Lot : A Expiration : Anti-IgM : Lot : A Expiration : Anti-IgA : Lot : A Expiration : Anti-C3d : Lot : A Expiration : Labo 511 : A partir du cas n 74 Lot : A Expiration : Labo 604 : A partir du cas n 97 Lot : A Expiration : Coombs contrôle Medion : Labo 511 : Lot : Expiration : A partir du cas n 15 Lot : Expiration : A partir du cas n 105 Lot : Expiration : Labo 604 : Lot : Expiration : A partir du cas n 106 Lot : Expiration : Immusol Compact Medion : Chloroforme (Article ) Merck: Lot : Expiration : Lot : K Expiration : A partir du cas n 98 Lot : K Expiration :

17 Cartes-ID LISS/Coombs DiaMed : Cartes pour mon travail : Lot : Expiration : Cartes du labo : Lot : Expiration : Labo 511 : A partir du cas n 102 Lot : Expiration : Labo 604 : A partir du cas n 106 Lot : Expiration : Cartes-ID Coombs Anti-IgG DiaMed : Cartes pour mon travail : Lot : Expiration : Cartes-ID DC-Screening I DiaMed : Cartes pour mon travail : Lot : Expiration : A partir du cas n 115 Lot : Expiration : Cartes-ID TDA IgG-Dilution DiaMed : Cartes pour mon travail : Lot : Expiration : Cartes-ID TDA IgG 1 /IgG 3 DiaMed : Cartes du labo : Lot : Expiration : Labo 511 : A partir du cas n 200 Lot : Expiration : Hématies-tests DiaMed ID-DiaScreen : Lot : Expiration : A partir du cas n 97 Lot : Expiration : Hématies-tests DiaMed ID-DiaPanel : Lot : Expiration : A partir du cas n 97 Lot : Expiration : Hématies-tests DiaMed ID-DiaPanel P : Lot : Expiration : A partir du cas n 97 Lot : Expiration : Solution de LISS modifié DiaMed (ID-Diluent 2) : Lot : Expiration : Labo 604 : A partir du cas n 53 Lot : Expiration : Labo 511 : A partir du cas n 102 Lot : Expiration :

18 6 Résultats 6.1 Explicatif pour les tableaux de résultats se trouvant à l annexe B La date qui figure en premier correspond au jour où j ai effectué les analyses, le jour entre parenthèses est celui du prélèvement. Dans la colonne année de naissance, F = Femme et H = Homme. Lorsqu un numéro entre parenthèses suit le F ou le H, cela veut dire que le patient à déjà été analysé ultérieurement, ceci au numéro correspondant. Pour les colonnes des techniques en tubes, Tout ce qui est écrit uniquement en noir correspond aux analyses que j ai effectué moi-même car elles n avaient pas eu besoin d être faites par les techniciennes du laboratoire. Lorsque un résultat est écrit en noir, mais suivi d un résultat entre parenthèses en rouge, cela veut dire que j ai refait l analyse car elle n avait pas été réalisée le jour même, mais 1-2 ou 3 jours plutôt. Le résultat en rouge correspond donc à celui obtenu par les TAB le(s) jour(s) précédents. Lorsque le résultat est uniquement écrit en rouge, cela veut dire que les analyses ont été effectuées le jour même, je n ai donc pas eu besoin de les refaire, le résultat est celui trouvé par l une des TAB du laboratoire. Dans les colonnes titre IgG et suivantes, NF = Non Fait. Dans la colonne ID plasma, RAI Nég = dépistage d anticorps négatif ID Nég = identification d anticorps négatif RAS = Réaction Aspécifique ACA = Anticorps Chauds Aspécifiques AFA = Anticorps Froids Aspécifiques Pap = milieu enzymatique (Papaïne) AGH = milieu à l antiglobuline humaine (Coombs) α = Anti p.d. = plus décelable look = à l image de = jusqu à Dans la colonne ID éluat, Les résultats entre parenthèses n ont pas été faits mais, il s agit de résultats connus suite à une élution ultérieure. Les résultats en rouge sont ceux où j ai effectué en plus une élution suite aux résultats que j ai obtenus avec les méthodes testées. (Apparition d une IgG avec les méthodes en cartes)

19 6.2 Tableaux des résultats Ci-dessous les résultats nécessaires à l analyse de ce travail et qui permettront d atteindre le but recherché. Au total, 200 cas ont été analysés Les résultats complets se trouvent dans l annexe B pages 36 à 45. Cas CD EP Elution Cas CD EP Elution NF NF NF NF NF Nég NF Nég NF NF 26 + BB Nég NF NF Nég Nég Nég NF NF Nég NF NF NF NF NF Nég Nég NF 35 + BB NF NF Nég 37 + BB Nég Nég NF Nég NF NF Cas CD EP Elution Cas CD EP Elution NF Nég NF NF NF Nég NF Nég Nég NF NF NF NF Nég NF NF NF NF Nég Nég NF Nég NF Nég Nég 73 + BB Nég NF NF NF NF Nég Nég NF Nég NF Nég NF Nég

20 Cas CD EP Elution Cas CD EP Elution Nég NF Nég NF NF NF NF Nég NF Nég NF Nég NF Nég NF NF Nég Nég NF NF NF NF NF NF NF Nég Nég Nég Nég Nég NF Nég NF NF Nég Cas CD EP Elution Cas CD EP Elution NF NF NF NF NF Nég NF NF Nég NF Nég Nég BB Nég Nég NF NF NF NF NF BB Nég NF NF NF NF Nég NF BB NF NF Nég NF Nég Nég Nég BB Nég Nég NF Nég

Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct)

Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct) Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct) Mise en évidence par le réactif de Coombs polyspécifique d une fixation des anticorps (Igs) ou des fractions du complément (C3d) sur les hématies du

Plus en détail

Coombs direct positif (et tout ce qui se cache derrière) : Gestion et interprétation. Dr J.C. Osselaer, Luxembourg, 14.12.2006

Coombs direct positif (et tout ce qui se cache derrière) : Gestion et interprétation. Dr J.C. Osselaer, Luxembourg, 14.12.2006 Coombs direct positif (et tout ce qui se cache derrière) : Gestion et interprétation Dr J.C. Osselaer, Luxembourg, 14.12.2006 Etiologie d'un Coombs Direct positif 1. Autoanticorps immunisation contre GR

Plus en détail

Anticorps anti-hla en transplantation rénale

Anticorps anti-hla en transplantation rénale Anticorps anti-hla en transplantation rénale Caroline Suberbielle Laboratoire d'immuno-histocompatibilité Hôpital St Louis Paris Définitions Patient «naïf» Patient sans événement immunisant Homme ou enfant

Plus en détail

L incompatibilité immunologique érythrocytaire

L incompatibilité immunologique érythrocytaire Fiches techniques des Effets Indésirables Receveurs L incompatibilité immunologique érythrocytaire Qu est ce que l incompatibilité immunologique erythrocytaire et quels en sont les mécanismes physiopathologiques?

Plus en détail

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde 1 ETSL Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde TP 1 GABIN-GAUTHIER 13/11/2009 I. LA MALADIE... 2 II. TECHNIQUES QUALITATIVES... 2 1. PRINCIPE... 2 2. MODE OPERATOIRE... 3 2.1. WRST ou Waaler Rose

Plus en détail

LES DIFFERENTS PSL : qualifications, transformations et leurs indications

LES DIFFERENTS PSL : qualifications, transformations et leurs indications ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG L Etablissement français du sang LES DIFFERENTS PSL : qualifications, transformations et leurs indications Dr Anne-Lise MARACHET DIU Cancérologie/Hématologie EFS IDF- Site

Plus en détail

ANTICORPS POLYCLONAUX ANTI IMMUNOGLOBULINES

ANTICORPS POLYCLONAUX ANTI IMMUNOGLOBULINES L OUTIL IDEAL POUR TOUTES LES DETECTIONS IMMUNOCHIMIQUES pour toutes les techniques immunodosages (EIA/ELISA) dot/ westernblot immunohistochimie immunocytochimie cytométrie en flux quel que soit le système

Plus en détail

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA 16/11/12 TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA Chantal GAUTREAU LABORATOIRE HLA S E R V I C E D I M M U N O L O G I E E T D H I S T O C O M PAT I B I L I T É, A P - H P, HÔPITAL SAINT LOUIS, PARIS,

Plus en détail

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION Laboratoire de Physiologie Végétale Université de Neuchâtel (2005) Travaux pratiques METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA PAR AFFINITE AU GLUTATHION INTRODUCTION: Les protéines tiennent

Plus en détail

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010)

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010) Méthode OIV- -MA-AS315-23 Type de méthode : critères Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage (OIV-Oeno 427-2010) 1 Définitions des

Plus en détail

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE CONCOURS EXTERNE Session 2005 TRAVAUX PRATIQUES DE BIOCHIMIE PHYSIOLOGIE ALCOOL ET FOIE L éthanol, psychotrope puissant, est absorbé passivement dans l intestin

Plus en détail

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION Madame, Monsieur, Si votre état de santé nécessite une transfusion sanguine, ce document est destiné à vous informer sur les avantages et les risques de la transfusion,

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

ELISA PeliClass human IgG subclass kit REF M1551

ELISA PeliClass human IgG subclass kit REF M1551 Sanquin Reagents Plesmanlaan 5 0 CX Amsterdam The Netherlands Phone: +.0.5.599 Fax: +.0.5.570 Email: reagents@sanquin.nl Website: www.sanquinreagents.com M55/ November 007 ELISA PeliClass human IgG subclass

Plus en détail

LES BONNES PRATIQUES TRANSFUSIONNELLES

LES BONNES PRATIQUES TRANSFUSIONNELLES Les Bonnes Pratiques Transfusionnelles République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de la Santé, de la Population et de la Reforme Hospitalière Agence Nationale du Sang LES BONNES PRATIQUES

Plus en détail

F.Benabadji Alger 22.11.13

F.Benabadji Alger 22.11.13 F.Benabadji Alger 22.11.13 ALLERGIE DANS LE MONDE 4ÉME RANG MONDIAL (OMS) PROBLÈME DE SANTÉ PUBLIQUE LES CAUSES Notre environnement (industriel, technologique, scientifique et climatique) * Allergènes

Plus en détail

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage 2 HTS 3 Immunologie / Immunologie Informations Techniques 3 I 2 ELISA 96 Puits 3 I 4 ELISA 96 Puits en Barrettes 3 I 6 en Barrettes de 8 Puits 3 I 7 en Barrettes de 12 Puits 3 I 8 en Barrettes de 16 Puits

Plus en détail

PLAN QUALITE ACTIVITES UF BIOLOGIQUE ET D EXPERTISE EN IMMUNO-HEMATOLOGIE PERINATALE - CNRHP

PLAN QUALITE ACTIVITES UF BIOLOGIQUE ET D EXPERTISE EN IMMUNO-HEMATOLOGIE PERINATALE - CNRHP SAT- PLAN QUALITE ACTIVITES UF BIOLOGIQUE ET D EXPERTISE EN IMMUNO-HEMATOLOGIE PERINATALE - - Page 1 sur 11 SAT- 1 INTRODUCTION Ce plan qualité (EP-SA-CN-QUAL-SMQ-PQ-001 version 3) complète le manuel qualité

Plus en détail

Biochimie I. Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1. Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst

Biochimie I. Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1. Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst Biochimie I Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1 Daniel Abegg Sarah Bayat Alexandra Belfanti Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst Laboratoire

Plus en détail

Dosages à réactifs marqués

Dosages à réactifs marqués Dosages à réactifs marqués Principe = réaction Ag-Ac un des deux réactifs (Ag ou Ac) est marqué par un traceur Différentes méthodes selon que le traceur est radioactif (RIA), enzymatique (EIA) ou luminescent

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ 1999-2000

RAPPORT D ACTIVITÉ 1999-2000 RAPPORT D ACTIVITÉ 1999-2000 NOTRE MISSION HÉMA-QUÉBEC a pour mission de fournir à la population québécoise des composants, des dérivés et des substituts sanguins sécuritaires, de qualité optimale et en

Plus en détail

DON DE SANG. Label Don de Soi

DON DE SANG. Label Don de Soi DON DE SANG Label Don de Soi 2015 SOMMAIRE Les différents types de dons p.3 Le don de sang total Le don de plasma Le don de plaquettes Le don de moelle osseuse Que soigne-t-on avec un don de sang? p.7

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002.

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. Le diagnostic de la tuberculose bovine La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. 1. Tuberculination Dans la première phase d une infection de tuberculose bovine (Mycobacterium

Plus en détail

Isolement automatisé d ADN génomique à partir de culots de cellules sanguines à l aide de l appareil Tecan Freedom EVO -HSM Workstation

Isolement automatisé d ADN génomique à partir de culots de cellules sanguines à l aide de l appareil Tecan Freedom EVO -HSM Workstation PROTOCOLE AUTOMATISÉ Isolement automatisé d ADN génomique à partir de culots de cellules sanguines à l aide de l appareil Tecan Freedom EVO -HSM Workstation Mode d emploi des produits A1751 et A2751 Réservé

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

LE DIRECTEUR GENERAL DE LA SANTE LE DIRECTEUR DE L'HOSPITALISATION ET DE L'ORGANISATION DES SOINS

LE DIRECTEUR GENERAL DE LA SANTE LE DIRECTEUR DE L'HOSPITALISATION ET DE L'ORGANISATION DES SOINS MINISTERE DE LA SANTE, DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES HANDICAPEES Direction générale Paris, de la santé Sous direction de la politique des produits de santé (SD3) Sous direction de la qualité du système

Plus en détail

Maladie hémolytique du nouveau né. Dr Emmanuel RIGAL Unité d hématologie transfusionelle GENEVE Présentation du 13 janvier 2012.

Maladie hémolytique du nouveau né. Dr Emmanuel RIGAL Unité d hématologie transfusionelle GENEVE Présentation du 13 janvier 2012. Maladie hémolytique du nouveau né. Dr Emmanuel RIGAL Unité d hématologie transfusionelle GENEVE Présentation du 13 janvier 2012. HISTORIQUE Période de DESCRIPTION : -Ictère, Anasarque 1609 Louyse BOURGEOIS

Plus en détail

ATTESTATION D ACCREDITATION. N 8-3358 rév. 1

ATTESTATION D ACCREDITATION. N 8-3358 rév. 1 Convention N 5350 Section Santé Humaine ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 8-3358 rév. 1 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation

Plus en détail

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS CONCOURS EXTERNE ÉPREUVES D ADMISSION session 2010 TRAVAUX PRATIQUES DE CONTRE-OPTION DU SECTEUR A CANDIDATS DES SECTEURS B ET C

Plus en détail

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences de Rabat Laboratoire de Zoologie et de Biologie générale Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Histologie-Embryologie

Plus en détail

Transfusion Sanguine et Produits dérivés du sang : indications, complication. Hémovigilance (178) Ph. De Micco Avril 2005

Transfusion Sanguine et Produits dérivés du sang : indications, complication. Hémovigilance (178) Ph. De Micco Avril 2005 Transfusion Sanguine et Produits dérivés du sang : indications, complication. Hémovigilance (178) Ph. De Micco Avril 2005 Objectifs pédagogiques : Expliquer les risques transfusionnels, les règles de prévention,

Plus en détail

Test d immunofluorescence (IF)

Test d immunofluorescence (IF) Test d immunofluorescence (IF) 1.1 Prélèvement du cerveau et échantillonnage Avant toute manipulation, il est fondamental de s assurer que tout le personnel en contact avec un échantillon suspect soit

Plus en détail

TP3 Test immunologique et spécificité anticorps - déterminant antigénique

TP3 Test immunologique et spécificité anticorps - déterminant antigénique TP3 Test immunologique et spécificité anticorps - déterminant antigénique Partie 1 : Spécificité d'un anticorps pour un déterminant antigénique du VIH La séropositivité pour le VIH correspond à la présence

Plus en détail

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 WHA63/200/REC/ WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins... 9 WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 La Soixante-Troisième Assemblée mondiale de la

Plus en détail

A B C Eau Eau savonneuse Eau + détergent

A B C Eau Eau savonneuse Eau + détergent 1L : Physique et chimie dans la cuisine Chapitre.3 : Chimie et lavage I. Les savons et les détergents synthétiques 1. Propriétés détergentes des savons Le savon est un détergent naturel, les détergents

Plus en détail

KIT ELISA dosage immunologique anti-bsa REF : ELISA A RECEPTION DU COLIS : Vérifier la composition du colis indiquée ci-dessous en pages 1 et 2

KIT ELISA dosage immunologique anti-bsa REF : ELISA A RECEPTION DU COLIS : Vérifier la composition du colis indiquée ci-dessous en pages 1 et 2 KIT ELISA dosage immunologique anti-bsa REF : ELISA : 0033 (0)169922672 : 0033 (0)169922674 : www.sordalab.com @ : sordalab@wanadoo.fr A RECEPTION DU COLIS : Vérifier la composition du colis indiquée ci-dessous

Plus en détail

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de Mabsolut-DEF-HI:Mise en page 1 17/11/11 17:45 Page1 le département prestataire de services de MABLife de la conception à la validation MAB Solut intervient à chaque étape de vos projets Création d anticorps

Plus en détail

APPLICATION QMS TACROLIMUS Beckman Coulter AU480 /AU680 /AU5800

APPLICATION QMS TACROLIMUS Beckman Coulter AU480 /AU680 /AU5800 APPLICATION QMS TACROLIMUS Beckman Coulter AU480 /AU680 /AU5800 Réactif Beckman Coulter REF A53727 Le dosage immunologique QMS Tacrolimus est destiné à déterminer la quantité de tacrolimus dans le sang

Plus en détail

I- L ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG ÎLE-DE- FRANCE, ACTEUR MAJEUR DE SANTÉ PUBLIQUE

I- L ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG ÎLE-DE- FRANCE, ACTEUR MAJEUR DE SANTÉ PUBLIQUE I- L ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG ÎLE-DE- FRANCE, ACTEUR MAJEUR DE SANTÉ PUBLIQUE L Établissement Français du Sang, est l unique opérateur civil de la transfusion sanguine en France. Sa mission première

Plus en détail

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY)

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) Lise Vézina, technicienne de laboratoire Michel Lacroix, agronome-phytopathologiste Direction de l innovation scientifique et technologique Au Laboratoire

Plus en détail

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points)

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) Lycée M hamdia Année scolaire : 2011/2012 Prof : Saïd Mounir Date : 17/05/2012 Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) EXERCIE N O 1: (4 points) : 1 : a-b 2 : b 3 : a-b 4 : d 5 : d 6 :

Plus en détail

ECOLE NATIONALE VETERINAIRE DE LYON APPLICATIONS DU TEST DE COOMBS EN MEDECINE VETERINAIRE CANINE THESE

ECOLE NATIONALE VETERINAIRE DE LYON APPLICATIONS DU TEST DE COOMBS EN MEDECINE VETERINAIRE CANINE THESE ECOLE NATIONALE VETERINAIRE DE LYON Année 2007 - Thèse n 47 APPLICATIONS DU TEST DE COOMBS EN MEDECINE VETERINAIRE CANINE THESE Présentée à l UNIVERSITE CLAUDE-BERNARD - LYON I (Médecine - Pharmacie) et

Plus en détail

CATALOGUE DES FORMATIONS

CATALOGUE DES FORMATIONS Etablissement Français du Sang LE LIEN ENTRE LA GÉNÉROSITÉ DES DONNEURS DE SANG ET LES BESOINS DES MALADES CATALOGUE DES FORMATIONS Formation continue Formation universitaire Développement Professionnel

Plus en détail

BREVET D ÉTUDES PROFESSIONNELLES AGRICOLES SUJET

BREVET D ÉTUDES PROFESSIONNELLES AGRICOLES SUJET SESSION 2010 France métropolitaine Option : élevage canin et félin BREVET D ÉTUDES PROFESSIONNELLES AGRICOLES ÉPREUVE E DU DEUXIÈME GROUPE Durée : 2 heures Matériel(s) et document(s) autorisé(s) : Calculatrice

Plus en détail

Photos des différents ingrédients

Photos des différents ingrédients 14 globules blancs (2 cuillères à soupe farine) participent à la défense contre les bactéries. plaquettes (2 cuillères à café pigment jaune) participent à la coagulation = bouchent les trous Photos des

Plus en détail

Cônes PureSpeed. Pureté et concentration optimisées Cônes pour purification de Protéines

Cônes PureSpeed. Pureté et concentration optimisées Cônes pour purification de Protéines Cônes PureSpeed Cônes pour protéine PureSpeed Pureté et concentration optimales Rapide moins de 15 minutes Traitement simultané de plusieurs échantillons Pureté et concentration optimisées Cônes pour purification

Plus en détail

Les solutions. Chapitre 2 - Modèle. 1 Définitions sur les solutions. 2 Concentration massique d une solution. 3 Dilution d une solution

Les solutions. Chapitre 2 - Modèle. 1 Définitions sur les solutions. 2 Concentration massique d une solution. 3 Dilution d une solution Chapitre 2 - Modèle Les solutions 1 Définitions sur les solutions 1.1 Définition d une solution : Une solution est le mélange homogène et liquide d au moins deux espèces chimiques : Le soluté : c est une

Plus en détail

Maxwell 16 Blood DNA Purification System

Maxwell 16 Blood DNA Purification System Manuel Technique Maxwell 16 Blood DNA Purification System Attention, cartouches à manipuler avec précaution, les bords scellés peuvent être tranchants. 2800 Woods Hollow Rd. Madison, WI USA Dispositif

Plus en détail

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours Biologie cellulaire Perfectionnement à la culture cellulaire durée : 4 jours ingénieurs, chercheurs et chefs de projet connaissances de base en culture cellulaire ou validation du module «initiation à

Plus en détail

ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE. N 8-1285 rév. 2

ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE. N 8-1285 rév. 2 Convention N 889 Section Santé Humaine ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 8-1285 rév. 2 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation

Plus en détail

Diagnostic biologique de la toxoplasmose

Diagnostic biologique de la toxoplasmose COURS DE COLLEGE DE MALADIES INFECTIEUSES MICROBIOLOGIE PARASITOLOGIE Diagnostic biologique de la toxoplasmose 26 Janvier 2012 Faculté de Médecine de Sousse Principes des techniques utilisées dans le diagnostic

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

Exposé sur la Transfusion Sanguine

Exposé sur la Transfusion Sanguine Sommaire : I Histoire de la transfusion sanguine A/ Découverte des groupes sanguins B/ Premières transfusions sanguines C/ Les journées du sang II Les groupes sanguins A/ Les différents groupes B/ Déterminer

Plus en détail

3: Clonage d un gène dans un plasmide

3: Clonage d un gène dans un plasmide 3: Clonage d un gène dans un plasmide Le clonage moléculaire est une des bases du génie génétique. Il consiste à insérer un fragment d'adn (dénommé insert) dans un vecteur approprié comme un plasmide par

Plus en détail

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD?

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? Hélène MANGEARD François MALADRY Tuberculose : infection mycobactérienne Infection mycobactérienne chronique (M. Tuberculosis ++ ou bacille

Plus en détail

CONCOURS DE L INTERNAT EN PHARMACIE

CONCOURS DE L INTERNAT EN PHARMACIE Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche Ministère de la santé et des sports CONCOURS DE L INTERNAT EN PHARMACIE Valeurs biologiques usuelles Edition de Novembre 2009 (6 pages) Conseil

Plus en détail

L immunoenzymologie. Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic cificité des anticorps pour leurs nes

L immunoenzymologie. Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic cificité des anticorps pour leurs nes L immunoenzymologie Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic Basée e sur la très s grande spécificit cificité des anticorps pour leurs antigènes nes Test qualitatif Détection

Plus en détail

β-galactosidase A.2.1) à 37 C, en tampon phosphate de sodium 0,1 mol/l ph 7 plus 2-mercaptoéthanol 1 mmol/l et MgCl 2 1 mmol/l (tampon P)

β-galactosidase A.2.1) à 37 C, en tampon phosphate de sodium 0,1 mol/l ph 7 plus 2-mercaptoéthanol 1 mmol/l et MgCl 2 1 mmol/l (tampon P) bioch/enzymo/tp-betagal-initiation-michaelis.odt JF Perrin maj sept 2008-sept 2012 page 1/6 Etude de la β-galactosidase de E. Coli : mise en évidence d'un comportement Michaélien lors de l'hydrolyse du

Plus en détail

Manuel du PAXgene Blood RNA Kit

Manuel du PAXgene Blood RNA Kit Manuel du PAXgene Blood RNA Kit Version 2 Le système PAXgene Blood RNA est composé d un tube à prélèvement sanguin (PAXgene Blood RNA tube) et d une trousse de purification d acides nucléiques (PAXgene

Plus en détail

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE Contact presse : Cathy Josse 03 22 66 87 83 / 06 86 30 46 57 josse.cathy@chu-amiens.fr 1 COMMUNIQUE DE SYNTHESE Le 16 février

Plus en détail

33-Dosage des composés phénoliques

33-Dosage des composés phénoliques 33-Dosage des composés phénoliques Attention : cette manip a été utilisée et mise au point pour un diplôme (Kayumba A., 2001) et n a plus été utilisée depuis au sein du labo. I. Principes Les composés

Plus en détail

Effets des hormones sur la glycémie du rat

Effets des hormones sur la glycémie du rat UNIVERSITE MONTPELLIER II Sciences & Techniques du Languedoc Licence Biologie des Organismes Travaux Pratiques de Physiologie Animale : Effets des hormones sur la glycémie du rat . La glycémie est une

Plus en détail

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points)

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) Bac S 2015 Antilles Guyane http://labolycee.org EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) La benzocaïne (4-aminobenzoate d éthyle) est utilisée en médecine comme anesthésique local

Plus en détail

PICT DOSAGE DES ANTICOAGULANTS 1. PEFAKIT PICT. Dosage chronométrique. PEFAKIT PiCT. PEFAKIT PiCT Calibrateur HNF. PEFAKIT PiCT Contrôles HNF

PICT DOSAGE DES ANTICOAGULANTS 1. PEFAKIT PICT. Dosage chronométrique. PEFAKIT PiCT. PEFAKIT PiCT Calibrateur HNF. PEFAKIT PiCT Contrôles HNF Dosage chronométrique PICT 1. PEFAKIT PICT Nombre de tests 8-505-01 coffret 80 3 flacons d activateur (2 ml) 3 flacons de réactif Start (2 ml) Mesure des anticoagulants par méthode chronométrique. 1 2

Plus en détail

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques Professeur Ibrahim Yakoub-Agha CHRU de LILLE (Illustration de J. Cloup, extraite du CD-Rom «greffe de Moelle» réalisé par la société K Noë) La moelle osseuse

Plus en détail

Diagnostic prénatal non invasif : Du GénotypageRhésus Fœtal au Diagnostic de la Trisomie 21

Diagnostic prénatal non invasif : Du GénotypageRhésus Fœtal au Diagnostic de la Trisomie 21 Diagnostic prénatal non invasif : Du GénotypageRhésus Fœtal au Diagnostic de la Trisomie 21 Dr. A. Levy-Mozziconacci UniteFonctionnelle de Biologie Materno-Fœtale et Centre de Médecine Fœtale, APHM, AMU,

Plus en détail

Module d Immunologie. 2eme Année Licence Tronc Commun des Sciences de la Nature Année universitaire 2014-2015 Dr A.Ghidouche / Dr D.

Module d Immunologie. 2eme Année Licence Tronc Commun des Sciences de la Nature Année universitaire 2014-2015 Dr A.Ghidouche / Dr D. Module d Immunologie 2eme Année Licence Tronc Commun des Sciences de la Nature Année universitaire 2014-2015 Dr A.Ghidouche / Dr D.Ait-Ali Annexe : Techniques utilisée en immunologie La majorité sont des

Plus en détail

CanAg ACE (CEA) EIA. Prod. No. 401-10

CanAg ACE (CEA) EIA. Prod. No. 401-10 CanAg ACE (CEA) EIA Prod. No. 401-10 Instructions d utilisation Kit de Test immunoenzymatique 2009-11 Pour 96 déterminations UTILISATION Le Kit CanAg ACE EIA est destiné à la détermination quantitative

Plus en détail

P-15V1 MÉTHODE DE MESURE IN SITU DU ph DE L EAU PAR LA MÉTHODE ELECTROCHIMIQUE

P-15V1 MÉTHODE DE MESURE IN SITU DU ph DE L EAU PAR LA MÉTHODE ELECTROCHIMIQUE P-15V1 MÉTHODE DE MESURE IN SITU DU ph DE L EAU PAR LA MÉTHODE ELECTROCHIMIQUE 1. Domaine d application Cette méthode concerne la mesure du ph dans des solutions aqueuses : - non salines (conductivité

Plus en détail

Indication du test. Contexte clinique. LDBIO-TOXO II IgG 0459 CONFIRMATION NOTICE D'UTILISATION

Indication du test. Contexte clinique. LDBIO-TOXO II IgG 0459 CONFIRMATION NOTICE D'UTILISATION LDBIO-TOXO II IgG 0459 CONFIRMATION #TOXO II - 24G (24 tests) #TOXO II - 12G (12 tests) #TOXO II - 96G (96 tests) Indication du test 1 Technique d'immunoblot pour usage diagnostique in vitro NOTICE D'UTILISATION

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

Synthèse et propriétés des savons.

Synthèse et propriétés des savons. Synthèse et propriétés des savons. Objectifs: Réaliser la synthèse d'un savon mise en évidence de quelques propriétés des savons. I Introduction: 1. Présentation des savons: a) Composition des savons.

Plus en détail

Cours 3 - Cytométrie en flux - Tri cellulaire

Cours 3 - Cytométrie en flux - Tri cellulaire Biocell C. Alcaide 16/01/2012 Cours 3 - Cytométrie en flux - Tri cellulaire I - Cytometrie en flux Cytométrie en flux : Analyses quantitatives sur des cellules ou populations cellulaires C'est une technique

Plus en détail

LD-P PRINCIPE ECHANTILLON. Coffret référence 442660. REVISION ANNUELLE Date. Date APPLICATION

LD-P PRINCIPE ECHANTILLON. Coffret référence 442660. REVISION ANNUELLE Date. Date APPLICATION Systèmes SYNCHRON CX Mode d emploi Copyright 2007 Beckman Coulter, Inc. Lactate déshydrogénase Coffret référence 442660 Pour utilisation diagnostique in vitro REVISION ANNUELLE Revu par : Date Revu par

Plus en détail

La cytométrie en flux en immunohématologie

La cytométrie en flux en immunohématologie Transfusion clinique et biologique 9 (2002) 271 279 MISE AU POINT IMMUNOHÉMATOLOGIE La cytométrie en flux en immunohématologie Flow cytometry in immunohematology P. Gane * Institut national de la transfusion

Plus en détail

Sang, plasma, plaquettes...

Sang, plasma, plaquettes... Guide des dons Sang, plasma, plaquettes... et vous, que donnerez-vous? Le don de sang, un geste incontournable En donnant votre sang, vous aidez par exemple une femme qui a perdu beaucoup de sang lors

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la réglementation sur les thérapies cellulaires.

DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la réglementation sur les thérapies cellulaires. Produits de thérapie cellulaire DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la réglementation sur les thérapies cellulaires. DIAPOSITIVE 2 La fabrication des thérapies cellulaires est examinée par la Division

Plus en détail

1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns.

1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns. 1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns.! Marie t invite au théâtre?!! Oui, elle m invite au théâtre.! Elle te parle au téléphone?!! Oui, elle me parle au téléphone.! Le prof vous regarde?!!!

Plus en détail

Cytométrie en flux. DES de Biologie Médicale Enseignement d Immunologie ET05. Phnom Penh Septembre 2009

Cytométrie en flux. DES de Biologie Médicale Enseignement d Immunologie ET05. Phnom Penh Septembre 2009 DES de Biologie Médicale Enseignement d Immunologie ET05 Cytométrie en flux Phnom Penh Septembre 2009 Michelle Rosenzwajg Service de Biothérapies/UPMC CNRS UMR7211 INSERM U959 Pitié-Salpétrière - Paris

Plus en détail

TECHNIQUES DE NUMÉRATION DES LYMPHOCYTES T CD4 INFORMATION TECHNIQUE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ

TECHNIQUES DE NUMÉRATION DES LYMPHOCYTES T CD4 INFORMATION TECHNIQUE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ TECHNIQUES DE NUMÉRATION DES LYMPHOCYTES T CD4 INFORMATION TECHNIQUE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ Organisation mondiale de la Santé 2004 Tous droits réservés. Il est possible de se procurer les publications

Plus en détail

GUIDE DE L ENSEIGNANT

GUIDE DE L ENSEIGNANT Au ménage! GUIDE DE L ENSEIGNANT 2010-2011 -1- Description de la situation d apprentissage Préparation Activité 1 À leur entrée en classe, les élèves découvrent quatre bouteilles sur le bureau de l enseignante

Plus en détail

Objectifs pédagogiques : spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre Savoir changer l ampoule d un

Objectifs pédagogiques : spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre Savoir changer l ampoule d un CHAPITRE 6 : LE SPECTROPHOTOMETRE Objectifs pédagogiques : Citer les principaux éléments d un dun spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre p Savoir changer l ampoule

Plus en détail

SP. 3. Concentration molaire exercices. Savoir son cours. Concentrations : Classement. Concentration encore. Dilution :

SP. 3. Concentration molaire exercices. Savoir son cours. Concentrations : Classement. Concentration encore. Dilution : SP. 3 Concentration molaire exercices Savoir son cours Concentrations : Calculer les concentrations molaires en soluté apporté des solutions désinfectantes suivantes : a) Une solution de 2,0 L contenant

Plus en détail

AIDE MÉMOIRE DE PROMOTION DU DON DE SANG

AIDE MÉMOIRE DE PROMOTION DU DON DE SANG CENTRE NATIONAL DE TRANSFUSION SANGUINE ---------------------------------- DIRECTION DE LA COMMUNICATION ET DE LA PROMOTION DU DON DE SANG AIDE MÉMOIRE DE PROMOTION DU DON DE SANG Pour vos dons et activités

Plus en détail

Instructions for Completing Allergan s NATRELLE TM Silicone-Filled Breast Implant Device Registration Form

Instructions for Completing Allergan s NATRELLE TM Silicone-Filled Breast Implant Device Registration Form Instructions for Completing Allergan s NATRELLE TM Silicone-Filled Breast Implant Device Registration Form Please read the instructions below and complete ONE of the attached forms in either English or

Plus en détail

DE BONNES PRATIQUES TRANSFUSIONNELLES

DE BONNES PRATIQUES TRANSFUSIONNELLES LES PRINCIPES DE BONNES PRATIQUES TRANSFUSIONNELLES Octobre 2012 Rédigés en collaboration avec SOMMAIRE PREAMBULE... 4 GLOSSAIRE ET ABRÉVIATIONS... 5 TRONC COMMUN... 14 Contrôle de la qualité... 15 Personnel...

Plus en détail

Sommaire de la rubrique «Faire un don du sang» Site Internet des villes région Pays de la Loire FAIRE UN DON

Sommaire de la rubrique «Faire un don du sang» Site Internet des villes région Pays de la Loire FAIRE UN DON Sommaire de la rubrique «Faire un don du sang» Site Internet des villes région Pays de la Loire FAIRE UN DON Page d accueil de la rubrique avec un point sur les besoins en sang de la région Page 2 Pourquoi

Plus en détail

Mécanisme des réactions inflammatoires

Mécanisme des réactions inflammatoires 01/04/2014 THOMASSIN Guillaume L2 Revêtement Cutané Dr. Sophie Deplat-Jégo Relecteur 4 8 pages Revêtement cutané Mécanisme des réactions inflammatoires cutanés Mécanisme des réactions inflammatoires Plan

Plus en détail

SAUVEZ UNE VIE... EN DONNANT LA VIE!

SAUVEZ UNE VIE... EN DONNANT LA VIE! SAUVEZ UNE VIE... EN DONNANT LA VIE! SUIVEZ-NOUS SUR : BANQUE PUBLIQUE DE SANG DE CORDON DʼHÉMA-QUÉBEC Lire ce code avec un téléphone intelligent pour accéder à la page S inscrire à la banque de sang de

Plus en détail

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS ACIDES BASES «Je ne crois pas que l on me conteste que l acide n ait des pointes Il ne faut que le goûter pour tomber dans ce sentiment car il fait des picotements sur la langue.» Notion d activité et

Plus en détail

NOTICE INTERNATIONALE du KIT POUR LE TEST CLA des IgE ALLERGENE-SPECIFIQUES

NOTICE INTERNATIONALE du KIT POUR LE TEST CLA des IgE ALLERGENE-SPECIFIQUES liés du sérum. Un anticorps anti-ige marqué avec un enzyme est ensuite ajouté à la chambre et il se couple aux IgE du sérum liés aux fils. Après un deuxième lavage, la Chambre Test est remplie avec un

Plus en détail

Diagnostic de la rage en laboratoire. Christine Fehlner-Gardiner, Ph.D. Chercheuse scientifique, Centre d expertise de la rage - ACIA

Diagnostic de la rage en laboratoire. Christine Fehlner-Gardiner, Ph.D. Chercheuse scientifique, Centre d expertise de la rage - ACIA Diagnostic de la rage en laboratoire Christine Fehlner-Gardiner, Ph.D. Chercheuse scientifique, Centre d expertise de la rage - ACIA Structure de gouvernance - ACIA L ACIA relève du ministre de l Agriculture,

Plus en détail

Des déficiences présentes

Des déficiences présentes Des déficiences présentes Comment se fait-il que dans certains cas, le système immunitaire ne fonctionne pas convenablement? Problèmes : 1. Pourquoi certains enfants sont-ils mis sous bulle plastique?

Plus en détail

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 8 (b) Un entretien d embauche autour de l eau de Dakin Type d'activité Activité expérimentale avec démarche d investigation Dans cette version, l élève est

Plus en détail

Atelier : Détection de la mort cellulaire par apoptose en réponse à un agent anti-tumoral.

Atelier : Détection de la mort cellulaire par apoptose en réponse à un agent anti-tumoral. - La cytométrie en flux est une méthode d analyse de cellules en suspension, véhiculées à grande vitesse jusqu à une chambre d analyse traversée par des faisceaux lasers. L interaction des cellules avec

Plus en détail

TD de Biochimie 4 : Coloration.

TD de Biochimie 4 : Coloration. TD de Biochimie 4 : Coloration. Synthèse de l expérience 2 Les questions posées durant l expérience 2 Exposé sur les méthodes de coloration des molécules : Générique Spécifique Autres Questions Pourquoi

Plus en détail

Sommaire de la séquence 8

Sommaire de la séquence 8 Sommaire de la séquence 8 Nous avons découvert dans la séquence 7 que les micro-organismes sont présents partout dans notre environnement et qu à la faveur d une lésion, ils sont capables de franchir nos

Plus en détail