Modalités d interprétation des dispositions particulières applicables aux veilleurs, surveillants et encadrants de nuit «Statut des veilleurs»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Modalités d interprétation des dispositions particulières applicables aux veilleurs, surveillants et encadrants de nuit «Statut des veilleurs»"

Transcription

1 Modalités d interprétation des dispositions particulières applicables aux veilleurs, surveillants et encadrants de nuit «Statut des veilleurs» Les présentes modalités ont pour objectif d interpréter les dispositions du statut, en fonction des diverses problématiques soulevées et rencontrées à ce jour. Pour faciliter la lecture, chaque article est identifié distinctement. L AVOP recommande aux directions d établir des contrats écrits, formalisant les divers éléments ou une lettre d engagement renvoyant aux dispositions particulières applicables aux veilleurs, surveillants et encadrants de nuit. Le taux d activité semble en tous les cas être un élément important à faire figurer sur le contrat ou la lettre d engagement, étant donné que pour une certaine catégorie de travailleurs, la classification implique une mensualisation du salaire. 1. art. 1 cadre Les dispositions particulières applicables aux veilleurs, surveillants et encadrants de nuit sont établies pour le personnel de nuit qui a pour seule tâche, auprès de l institution considérée, de travailler de nuit, sans alternance avec une activité de jour. L employé concerné peut toutefois avoir une autre activité professionnelle régulière de jour pour un tiers ou non (activité indépendante ou salariée, étudiant, etc.). Par extension, quelque soit la formation (éducateur social, infirmier, licencié universitaire, ou autre), les personnes qui sont engagées pour ne travailler que de nuit, sans alternance avec une activité de jour, sont aussi concernées par ce statut. 2. art. 2 fonctions La Loi fédérale sur le travail (LTr) prévoit à l article 3 que les surveillants occupés dans des établissements sont exemptés du champ d application de ladite législation ; en conséquence, les horaires des surveillants de nuit n y sont pas soumis. Le commentaire de l art. 3 let. e LTr définit que : «est un surveillant, le travailleur dont les tâches sont essentiellement la supervision du bon ordre d un établissement, à savoir rondes, surveillance des entrées et des sorties, maintien du calme dans l établissement». A contrario, le personnel qui a pour tâche essentielle ou en sus des actes de surveillance de procurer assistance et soins aux pensionnaires, résidents ou usagers ne correspond pas à la définition légale du surveillant ; il convient alors de le nommer veilleur. Il est alors soumis à la loi fédérale sur le travail.

2 3. art. 3 définitions et tâches Cette disposition récapitule les tâches qui peuvent être effectuées par : - le veilleur I (chiffre 1), - le veilleur II (chiffre 2 qui peut dormir), - le surveillant I (chiffre 1 dont les tâches sont limitativement énumérée dans le commentaire de l art. 3 let. e LTr), - le surveillant II (chiffre 4 qui peut dormir), - l encadrant de nuit (chiffre 5). Il est primordial d insister sur le fait que le surveillant ne peut procéder à aucune tâche éducative ou de soins (nursing). Un acte est considéré comme éducatif dès le moment où il y a un contact direct appuyé avec le résident (avoir une discussion ou calmer le résident par exemple est déjà considéré comme acte éducatif). Par ailleurs, la fonction d encadrant de nuit ne peut exister dans une institution que s il existe une autre personne de garde, qui intervient en cas d urgence, pour les soins ou en cas de troubles. Il faut noter que les éducateurs pourraient se sentir dévalorisés dans leur travail, les veilleurs pouvant effectivement être mieux rémunérés. Mais il ne faut pas perdre de vue que le veilleur, au contraire des éducateurs, n est pas soumis à une convention collective : il ne bénéficie dès lors pas des avantages sociaux négociés dans cette dernière (jours fériés, jours accordés pour la formation, semaines de vacances supplémentaires ). 4. art. 4 examen médical Le chiffre 1 dispose qu un examen médical est obligatoire pour chaque veilleur ou surveillant lors de l engagement. Pour le personnel déjà en place, il n est pas nécessaire d exiger un examen médical et de résilier le contrat si le travailleur ne se présente pas à cet examen. Néanmoins, en application du chiffre 2 de cet article, deux ans après l entrée en vigueur de ce statut dans l institution, pour le personnel âgé de moins de 45 ans révolus, ou un an après l entrée en vigueur du statut dans l institution, pour le personnel âgé de 45 ans révolus, il y a lieu d exiger un examen médical. Il faut encore mentionner que la modification des conditions de travail du personnel de nuit actuellement en place par le biais de la procédure du congé-modification (pour le soumettre au statut des veilleurs) n équivaut pas à un engagement initial. 5. art. 5 extrait de casier judiciaire L obligation de présenter un extrait de casier judiciaire récent n existe que pour un nouvel engagement ; le personnel en place n est pas concerné, même si vous l avez soumis au nouveau statut par le biais de la procédure du congé-modification. Pas de difficulté particulière. 6. art. 6 âge minimum 2/17

3 7. art. 7 obligation de déclaration Pour mémoire, tout employeur doit s assurer que le travailleur qui effectue une veille, même à un taux d activité très partiel, n a pas une activité économique journalière qui interdirait son activité nocturne ou contreviendrait à la loi fédérale sur le travail, en particulier en regard du nombre d heures maximum de travail par semaine et de l exigence du repos quotidien. Par contre, un travailleur de nuit, âgé de plus de 20 ans, qui suit une formation dans la journée (études) n est pas soumis à la loi fédérale sur le travail ; en conséquence, l employeur est déchargé de la responsabilité de la coexistence des activités professionnelles. 8. art. 8 local de repos Les lieux de vie aménagés pour les usagers dans les institutions peuvent être considérés comme des endroits répondant à la définition du local de repos, pour autant que les travailleurs de nuit puissent se reposer, s isoler, sans être constamment dérangés. 9. art. 9 formations dispensées Cette disposition enjoint l employeur à s assurer que le personnel qu il engage avec des tâches spécifiques (accompagnement en fin de vie, distribution de médicaments) a reçu ou recevra une formation adéquate pour les exercer conformément aux exigences ; aucune formation officiellement reconnue par un organisme n est nécessaire ; une formation interne à l institution est suffisante. Cette disposition s applique à tout nouvel engagement ; le personnel en place n est pas concerné. 10. art. 10 durée du temps de travail Les veilleurs I et II ont droit à une compensation en temps de 20% entre 20 heures du soir et 6 heures du matin, ce qui implique 12 minutes de congé payé par heure travaillée ; en conséquence, le temps de travail annuel effectif à disposition de l institution diminue dans la même mesure. Les surveillants I ont droit à une compensation en temps de 10% entre 20 heures du soir et 6 heures du matin, ce qui implique 6 minutes de congé payé par heure travaillée ; en conséquence, le temps de travail annuel effectif à disposition de l institution diminue dans la même mesure. 11. art. 11 horaire Chiffre 1 : ce chiffre expose le principe général du temps de travail défini par la loi fédérale sur le travail, auquel il est possible de déroger, moyennant le respect de certaines conditions, énumérées dans les chiffres subséquents de cette disposition. Ils concernent chacun une situation différente. Si aucune des situations sous chiffres 1, 2 et 3 ne correspond à l institution, la durée du travail de nuit est celle définie par le chiffre 1 de cette disposition, soit 9 heures par intervalle de 12 heures, pauses comprises. L intervalle de 12 heures, pauses comprises, stipulée dans toute cette disposition fait référence à la période qui s inscrit entre le moment où le travailleur arrive sur son lieu de travail et celui où il en repart. La pause, qui doit être d au moins une heure si la durée du travail quotidien est de plus de 9 heures, doit s inscrire en principe au milieu de la nuit. 3/17

4 Chiffre 2 : en dérogation au principe général énoncé sous chiffre 1, la Loi fédérale sur le travail permet d augmenter à 10 heures de travail, dans un intervalle de 12 heures, pauses comprises, l activité d un veilleur, pour autant qu il soit actif trois nuits au plus sur sept nuits consécutives. Il faut préciser que, si le veilleur reste à disposition de l employeur pendant sa pause parce qu il ne peut quitter son poste (pas de remplacement organisé nécessité d une garde constante), la pause octroyée est comptée comme temps de travail puisque le travailleur doit être en mesure d intervenir à tout moment; la durée du travail de nuit est alors d au maximum 10 heures. Si, pendant la pause, la présence du veilleur n est pas nécessaire, qu il ne se trouve pas dans une situation de service de piquet (qu il ne doit donc pas être prêt à intervenir) ou qu il est remplacé, le temps de pause est considéré comme donné, et ne compte pas comme temps de travail. Le veilleur aura alors travaillé effectivement 10 heures ; il aura aussi bénéficié de sa pause d au moins 1 heure, ceci dans un intervalle de 12 heures. Chiffre 3 : en dérogation au principe général du chiffre 1, si un veilleur souhaite être actif plus de trois postes de nuit par semaine, il ne peut l être qu à la condition que le travail se compose en grande partie de temps de pure présence, sans sollicitation continuelle, ce qui lui permet de se reposer. Ce temps de présence doit équivaloir au moins à 25% du temps de travail effectivement fourni. Toutefois, la nuit ne doit pas comporter plus de 10 heures de travail par intervalle de 12 heures (attention au temps de pause qui compte comme temps de travail dans certaines situations voir ci-dessus). En conséquence, cela signifie qu un poste de 12 heures comprenant 10 heures de travail doit se composer d au moins 2,5 heures de temps de pure présence, ce qui ramène la durée du travail effectivement fourni à 7,5 heures par intervalle de 12 heures. Pour résumer, voici les différents cas de figure qui peuvent se présenter : a). cas du veilleur qui effectue seul son travail toute la nuit maximum trois nuits sur sept nuits consécutives : Le veilleur pourra travailler au maximum 10 heures. Le temps de présence sur le lieu de travail sera de 10 heures maximum ; les pauses qui lui seront octroyées compteront comme temps de travail puisqu il ne peut pas être remplacé ou parce qu il reste à disposition constante de l employeur. La compensation en temps s effectuera sur 10 heures de travail, pour autant que le veilleur travaille entre 20 heures et 6 heures. Autrement, le nombre d heures à compenser dépend du nombre d heures effectivement travaillées. plus de trois nuits par semaine : Le veilleur pourra être occupé plus de trois nuits par semaine, pendant 10 heures, à condition que son travail se compose d un temps de présence d au moins 25% sans sollicitation continuelle. Les pauses qui lui seront octroyées compteront comme temps de travail puisqu il ne peut pas être remplacé ou parce qu il reste à disposition constante de l employeur. La compensation en temps s effectuera sur 10 heures de travail, pour autant que le veilleur travaille entre 20 heures et 6 heures. Autrement, le nombre d heures à compenser dépend du nombre d heures effectivement travaillées. 4/17

5 b). cas du veilleur qui n est pas seul toute la nuit maximum trois nuits sur sept nuits consécutives: Le veilleur travaillera au maximum 10 heures. Il pourra rester sur le lieu de travail pendant un intervalle de 12 heures parce que les pauses qui lui seront octroyées ne compteront pas comme temps de travail, vu qu il pourra être remplacé et vaquer à ses occupations ; le temps de pause est d au moins une heure. La compensation en temps s effectuera sur 10 heures de travail, pour autant que le veilleur travaille entre 20 heures et 6 heures. Autrement, le nombre d heures à compenser dépend du nombre d heures effectivement travaillées. plus de trois nuits par semaine : Le veilleur pourra être occupé plus de trois nuits par semaine, pendant 10 heures, à condition que son travail se compose d un temps de présence d au moins 25% sans sollicitation continuelle. Il pourra rester sur le lieu de travail pendant 12 heures parce que les pauses qui lui seront octroyées ne compteront pas comme temps de travail puisqu il pourra être remplacé et vaquer à ses occupations ; le temps de pause est d au moins une heure. La compensation en temps s effectuera sur 10 heures, pour autant que le veilleur travaille entre 20 heures et 6 heures. Autrement, le nombre d heures à compenser dépend du nombre d heures effectivement travaillées. ou Le veilleur pourra être occupé plus de trois nuit par semaine, à condition qu ils ne comportent pas plus de 8 heures effectives de travail par intervalle de 12 heures. Dans ce cas, le travailleur doit pouvoir se reposer sur place, pendant un minimum de 4 heures. L intégralité des 12 heures comptera comme temps de travail. Mais, dans ce cas de figure, le travailleur doit être assuré d être remplacé sans sollicitation possible exigence absolue pendant 4 heures. La compensation s effectuera sur 10 heures, pour autant que le veilleur travaille entre 20 heures et 6 heures. Autrement, le nombre d heures à compenser dépend du nombre d heures effectivement travaillées. Il peut encore être mentionné la situation où le travailleur de nuit n est pas actif plus de trois nuits par mois. En effet, pour un nombre restreint de nuit, il est possible d élargir à 11 heures la durée du travail quotidien. Un tel poste de nuit doit toutefois s inscrire dans un intervalle de 13 heures au plus, et la durée du travail quotidien se limiter à un maximum de 9 heures en moyenne par semaine civile. Cette moyenne implique que l on ne travaille pas plus de 3 nuits par mois. Chiffre 5 : bien que le surveillant ne soit pas soumis à la loi fédérale sur le travail, le groupe de travail paritaire a choisi d imposer le même horaire de travail que celui déterminé pour les veilleurs. Chiffre 6 : ce chiffre indique quel est l horaire du surveillant II ou de l encadrant ; un salaire au forfait a été prévu en conséquence. Tout horaire qui irait au-delà de cet intervalle implique de payer, pour le surveillant II, les heures en sus, à l unité, selon la conversion du forfait en heures. Pour information, les cliniques privées, les EMS et les hôpitaux para-publics sont soumis à la loi fédérale sur le travail depuis le 12 janvier Le CHUV, lui, est soumis au droit cantonal et peut en conséquence appliquer un horaire de 12 heures continues. 5/17

6 12. art. 12 compensation pour travail de nuit La compensation pour travail de nuit octroyée aux veilleurs I + II et aux surveillants I doit être donnée en temps. Elle est de 20% du temps travaillé pour les veilleurs I + II, et de 10% du temps travaillé pour les surveillants I. Aucune compensation en temps n est donnée aux surveillants II et aux encadrants de nuit. Il n est pas possible de payer ce temps et de ne pas formellement donner du repos aux employés concernés ; pour l inspection cantonale du travail, il faut dès lors que, d une manière ou d une autre, il soit visible, dans les plannings, quelle veille (si le temps est donné en bloc) est compensée ou quelles heures sont planifiées pour les veilleurs I + II et les surveillants I afin qu ils restent chez eux à se reposer tout en percevant leur salaire. La Loi fédérale sur le travail stipule que, en principe, le temps compensatoire doit être accordé immédiatement chaque nuit (diminution de la durée de la nuit de 10 heures à 8 heures de travail effectif pour les veilleurs I + II, à 9 heures pour les surveillants I). Il peut aussi être accordé en bloc pour une période de trois mois. La sixième nuit est alors programmée dans le planning du veilleur I + II, mais il peut rester à la maison en étant payé ; un remplacement doit être prévu. La douzième nuit est celle compensée par un congé payé pour le surveillant I. En cas d absence pour maladie / accident, il y a lieu de distinguer deux situations différentes pour déterminer si le temps compensatoire est redonné ou non. Ces deux situations sont : a) l incapacité de travail qui a lieu avant que le collaborateur n ait travaillé les veilles prévues au planning, soit avant qu il n acquière le temps compensatoire : dans ce cas, s il est prévu au planning qu une personne doit travailler 8 nuits dans le mois, par exemple en février, et qu à la fin du mois précédent (janvier), elle se trouve en incapacité de travail pour toute la période définie, il n y a pas lieu de capitaliser les 20% de ces huit nuits, qui n auront jamais été travaillées, pour les reprendre à un moment ultérieur. b) l incapacité de travail qui a lieu au moment où le travailleur est en veille «compensée» : lorsque la personne présente un certificat médical pour une incapacité de travail alors qu elle récupérait le temps libre compensatoire, il y a lieu de redonner la veille qui avait été prévue au planning pour la compensation puisqu elle n a pas pu se reposer, pour des heures travaillées, car elle était en incapacité de travail. Il faut ajouter que si un employé est en incapacité de travail au moment où il doit travailler, il sera payé pendant son absence ; de même que la personne qui le remplace. Il y a dès lors sur ce point une évolution importante pour bon nombre d institutions qui avaient une équipe de veilleurs qui se remplaçaient entre eux, pendant les vacances et en cas d incapacité de travail. En cas d absence prolongée, au-delà de ce qui a été prévu au planning, le salaire est dû sur la moyenne des veilles (année précédente ou période qui permet la comparaison). L encadrant par contre ne perçoit rien. Si l institution souhaite prévoir son indemnisation dans la couverture d assurance, elle est libre de le faire. 6/17

7 13. art. 13 détermination de la classification Pour les veilleurs I + II : aucun diplôme d auxiliaire Croix-Rouge ou titre jugé équivalent n est demandé pour le personnel déjà en place. Pour les nouveaux engagements, une formation interne d importance à l institution est considérée comme un titre jugé équivalent ; les étudiants en psychologie, soins infirmiers, éducateurs, etc. ont aussi une formation jugée équivalente. 13 ème salaire Seuls les veilleurs I + II + surveillants I sont au bénéfice d un 13 ème mensualisés. salaire puisqu ils sont Les surveillants II et les encadrants sont au forfait. Un 13 ème salaire n est pas prévu. En effet, selon l enquête menée, ces deux activités concernent des travailleurs occasionnels, irréguliers. 14. art. 14 indemnités de nuit Seul le veilleur I reçoit une indemnité de CHF 5.- / heure. Suite à l arrêt Orange, cette indemnité est considérée comme du salaire ; elle doit dès lors être soumise aux charges sociales et est versée également pendant les vacances. Il y a lieu aussi de la déclarer aux assurances perte de gain correspondantes. 15. annexe 401 récapitulatif des salaires, indemnités et compensations en temps pour les veilleurs, les surveillants et les encadrants de nuit Au moment de fixer le salaire, il faut différencier deux situations : a. engagement d un nouveau collaborateur b. fixation du salaire pour un collaborateur en place au moment de l introduction du statut Deux postulats sont acquis : - seul le 1 er août est un jour férié obligatoirement payé en Suisse ; en conséquence, il est seul indemnisé ; - un travail à temps complet correspond à 18 nuits par mois à 10 heures, soit 180 heures / mois. Cela équivaut à 41,5 heures x 4,33 semaines / mois (moyenne annuelle). a. engagement d un nouveau collaborateur Le salaire d un nouveau collaborateur, par catégorie, est le suivant : 7/17

8 Veilleurs I premier engagement dans l institution Classe annuité L annuité annuelle, pour la classe 5-7, est de CHF ; divisée par 12 mois, elle équivaut à CHF 74,33 / mensuel. CHF 3'822,33 = CHF 21,23 / heure 180 heures ou CHF 45'868.- = CHF 21,23 / heure 2160 heures Le collaborateur, payé à l heure, percevra : Salaire horaire : CHF 21,23 Indemnisation entre 20h et 6h : + CHF 5,00 Vacances et j. fériés (10,64% %) : + CHF 2,89 13 ème salaire (8,33%) : + CHF 2,42 Salaire horaire brut: CHF 31,54 Attention : il est entendu que l indemnisation pour travail de nuit de CHF 5.- / heure ne doit pas être comptée pour les heures qui sortent du cadre fixé entre 20h du soir et 6h du matin. Le collaborateur, payé au mois, percevra, 13 fois l an : Salaire mensuel : CHF 3'822.- Indemnisation entre 20h et 6h : CHF Total mensuel : CHF 4'722.- Les sont comptés sur 10 heures à CHF 5.-, soit de 20h du soir à 6h du matin, multipliées par 18 nuits maximum par mois. Ce montant varie, évidemment, en fonction du nombre de nuits travaillées par mois. Le salaire d une veille de 20h à 6h équivaut à CHF 315,40 (CHF 31,54 x 10 heures). Il y a lieu de ne pas oublier les charges sociales. La compensation en temps ne peut être convertie en argent ; elle ne doit pas être ajoutée au salaire versé à l employé. 8/17

9 Veilleurs II premier engagement dans l institution Classe 5-7 CHF 3'748.- = CHF 20,82 / heure 180 heures ou CHF 44'976.- = CHF 20,82 / heure heures Le collaborateur, payé à l heure, percevra : Salaire horaire : CHF 20,82 Vacances et j. fériés (10,64% %) : + CHF 2,29 13 ème salaire (8,33%) : + CHF 1,92 Total salaire horaire brut : CHF 25,03 Le collaborateur, payé au mois, percevra, 13 fois l an : Salaire mensuel : CHF 3'748.- Le salaire d une veille de 20h à 6h équivaut à CHF 250,30 (CHF 25,03 x 10 heures). Il y a lieu de ne pas oublier les charges sociales. La compensation en temps ne peut être convertie en argent ; elle ne doit pas être ajoutée au salaire versé à l employé. 9/17

10 Surveillant I - premier engagement dans l institution Classe annuité L annuité annuelle, pour la classe 5-7, est de CHF ; divisée par 12 mois, elle équivaut à CHF 74,33 / mensuel. Le collaborateur, payé à l heure, percevra : CHF 3'822,33 = CHF 21,23 / heure 180 heures ou CHF 45'868.- = CHF 21,23 / heure 2160 heures Salaire horaire: CHF 21,23 Vacances et j. fériés (10,64% %) : + CHF 2,33 13 ème salaire (8,33%) : + CHF 1,96 Salaire horaire brut: CHF 25,52 Le collaborateur, payé au mois, percevra, 13 fois l an : Salaire mensuel : CHF Le salaire d une veille équivaut à CHF 255,23 (CHF 25,52 x 10 heures). Il y a lieu de ne pas oublier les charges sociales. La compensation en temps ne peut être convertie en argent ; elle ne doit pas être ajoutée au salaire versé à l employé. 10/17

11 Surveillants II premier engagement dans l institution Le salaire forfaitaire dû est de CHF / nuit, pour une veille de 10 heures ou moins, vacances comprises ; ce salaire est composé de CHF de salaire de base et de CHF pour les vacances. Ce détail doit figurer sur la fiche de salaire afin que le travailleur mette de côté l argent afférent aux vacances puisqu il ne sera pas payé lorsqu il prendra ses cinq semaines ; si l employeur ne l indique pas, il peut être contraint de verser une seconde fois la somme relative aux vacances. Il y a lieu de majorer ce forfait en fonction des interventions de surveillance, calculées à CHF 25.- / heure, qui pourraient intervenir entre minuit et 6 heures du matin, période pendant laquelle, au vu de l art. 3 ch. 4 du statut, il peut dormir. Encadrants de nuit premier engagement dans l institution Le salaire forfaitaire dû est de CHF / nuit, pour une veille de 10 heures ou moins, vacances comprises ; ce salaire est composé de CHF de salaire de base et de CHF pour les vacances. Ce détail doit figurer sur la fiche de salaire afin que le travailleur mette de côté l argent afférent aux vacances puisqu il ne sera pas payé lorsqu il prendra ses cinq semaines ; si l employeur ne l indique pas, il peut être contraint de verser une seconde fois la somme relative aux vacances. 11/17

12 b. fixation du salaire pour un collaborateur en place au moment de l introduction du statut Pour le collaborateur déjà en place au moment de l introduction du statut, le salaire de base se calcule de la même manière que vu précédemment, à la seule exception, qu il y a lieu d ajouter 20% d une annuité supplémentaire par année de service pour les catégories des veilleurs I, des veilleurs II et des surveillants I. Ce mode de faire a été choisi afin de prendre en compte l expérience du collaborateur et valoriser ainsi son ancienneté. Le tableau ci-après indique le salaire horaire net ou salaire mensuel net pour les trois catégories de travailleurs de nuit susmentionnées. Ce salaire horaire ou salaire mensuel comprend déjà la part des annuités convenues, en fonction des années de service, calculé jusqu à 14 ans ; et ainsi de suite. Il y a lieu dès lors d introduire ce montant dans la composition du salaire, selon le modèle rappelé en pages /17

13 Détermination du salaire pour le collaborateur en place au moment de l introduction du statut Salaire horaire (annuité comprise pour le veilleur I et le surveillant I, ainsi que la part de la ou des annuités supplémentaires octroyées en fonction des années de service, pour le veilleur I, le veilleur II, et le surveillant I) Ancienneté 1 an 2 ans 3 ans 4 ans 5 ans 6 ans 7 ans 8 ans 9 ans 10 ans 11 ans 12 ans 13 ans 14 ans Veilleur I 21,31 21,40 21,48 21,56 21,64 21,73 21,81 21,89 21,97 22,06 22,14 22,22 22,30 22,39 Veilleur II 20,90 20,98 21,06 21,15 21,23 21,31 21,40 21,48 21,56 21,64 21,73 21,81 21,89 21,97 Surveillant I 21,31 21,40 21,48 21,56 21,64 21,73 21,81 21,89 21,97 22,06 22,14 22,22 22,30 22,39 Salaire mensuel (annuité comprise pour le veilleur I et le surveillant I, ainsi que la part de la ou des annuités supplémentaires octroyées en fonction des années de service, pour le veilleur I, le veilleur II, et le surveillant I) Ancienneté 1 an 2 ans 3 ans 4 ans 5 ans 6 ans 7 ans 8 ans 9 ans 10 ans 11 ans 12 ans 13 ans 14 ans Veilleur I ' ' ' ' ' ' ' '030.- Veilleur II 3' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' '956.- Surveillant I 3' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' '030.-

14 Veilleurs I en place au moment de l introduction du statut Le collaborateur, payé à l heure, percevra : Salaire horaire en fonction du tableau: CHF Indemnisation entre 20h et 6h : + CHF 5,00 Vacances et j. fériés (10,64% %) : + CHF. 13 ème salaire (8,33%) : + CHF. Salaire horaire brut: CHF... Le collaborateur, payé au mois, percevra, 13 fois l an : Salaire mensuel, en fonction du tableau : CHF Indemnisation entre 20h et 6h : CHF Total mensuel : CHF..-

15 Veilleurs II en place au moment de l introduction du statut Le collaborateur, payé à l heure, percevra : Salaire horaire, en fonction du tableau : CHF Vacances et j. fériés (10,64% %) : + CHF.. 13 ème salaire (8,33%) : + CHF.. Total salaire horaire brut : CHF.. Le collaborateur, payé au mois, percevra, 13 fois l an : Salaire mensuel, en fonction du tableau : CHF.. Surveillant I - en place au moment de l introduction du statut Le collaborateur, payé à l heure, percevra : Salaire horaire, en fonction du tableau : CHF Vacances et j. fériés (10,64% %) : + CHF. 13 ème salaire (8,33%) : + CHF. Salaire horaire brut: CHF Le collaborateur, payé au mois, percevra, 13 fois l an : Salaire mensuel de base, en fonction du tableau : CHF. 15/17

16 Surveillants II en place au moment de l introduction du statut Le salaire forfaitaire dû est de CHF / nuit, pour une veille de 10 heures ou moins, vacances comprises ; ce salaire est composé de CHF de salaire de base et de CHF pour les vacances. Ce détail doit figurer sur la fiche de salaire afin que le travailleur mette de côté l argent afférent aux vacances puisqu il ne sera pas payé lorsqu il prendra ses cinq semaines ; si l employeur ne l indique pas, il peut être contraint de verser une seconde fois la somme relative aux vacances. Il y a lieu de majorer ce forfait en fonction des interventions de surveillance, calculées à CHF 25.- / heure, qui pourraient intervenir entre minuit et 6 heures du matin, période pendant laquelle, au vu de l art. 3 ch. 4 du statut, il peut dormir. Encadrants de nuit en place au moment de l introduction du statut Le salaire forfaitaire dû est de CHF / nuit, pour une veille de 10 heures ou moins, vacances comprises ; ce salaire est composé de CHF de salaire de base et de CHF pour les vacances. Ce détail doit figurer sur la fiche de salaire afin que le travailleur mette de côté l argent afférent aux vacances puisqu il ne sera pas payé lorsqu il prendra ses cinq semaines ; si l employeur ne l indique pas, il peut être contraint de verser une seconde fois la somme relative aux vacances. Calcul du budget pour les services de l Etat Les 10% ou 20% de compensation en temps impliquent l engagement de forces de travail supplémentaire ou d augmenter du même pourcentage les travailleurs qui oeuvrent aujourd hui à temps partiel. Cela signifie que, pour chiffrer le coût du statut des veilleurs pour les services de l Etat, il faut majorer le nombre de nuits nécessaires de veille par 10% ou 20% et multiplier ce chiffre par le coût de la nuit. Ainsi, pour une institution qui a besoin d un veilleur I par nuit : 365 nuits à couvrir x 20% = 438 nuits (365 nuits + 73 nuits) 438 nuits x coût de la veille, déterminé selon le calcul vu précédemment. Le nombre de nuit doit bien entendu être multiplié en fonction du nombre de personnes nécessaires. Et il ne faut pas oublier de prendre en compte les charges sociales. 16/17

17 Situation particulière des droits acquis S agissant des droits acquis, des nouvelles modalités ont été retenues. Pour les collaborateurs qui perçoivent un salaire supérieur à ce qu il devrait être en application du statut, deux situations peuvent se rencontrer : la rémunération est supérieure à ce qu elle devrait être, en application des pages 12 à 16 mais elle est comprise dans la fourchette formée par le minimum de la classe 5 et le maximum de la classe 7, soit CHF 3'748.- et CHF 4'822.- ; le salaire supérieur du collaborateur sera bloqué, jusqu à rattrapage ; il faut comparer le salaire actuel du collaborateur avec le salaire de base fixé par le présent statut, sans prise en compte de l indemnité de CHF 5.- / nuit, pour le veilleur I ; la rémunération est supérieure à la fourchette susmentionnée ou au forfait de CHF 150.-; il y a dès lors lieu de prendre contact avec l AVOP. L éventuelle différence de salaire (une fois comparé tous les éléments qui composent le salaire, indemnités diverses pour inconvénient de service, etc.) sera compensée par une indemnité. Les détails de la détermination de l indemnité doivent encore être fixés d entente entre l AVOP, le syndicat SSP et l Etat. Entrée en vigueur du statut Nous terminerons en mentionnant une dernière ligne de conduite, qui se subdivise en trois cas de figure : 1. Toutes les institutions qui ont dénoncé les contrats de travail en annonçant aux collaborateurs une date d entrée en vigueur entre le 1 er janvier et le 1 er mai pourront l appliquer, à la date prévue. 2. Les institutions qui n ont pas dénoncé les contrats, mais qui ont déjà procédé à quelques aménagements des horaires, ou à une revalorisation salariale, sans avoir atteint le niveau du statut en resteront là cette année ; l application du statut sera pour elles effective au 1 er janvier Quant à celles qui ne se trouvent ni dans l une ni dans l autre des situations pourront appliquer le statut dès le 1 er septembre Lausanne, le 16 mai 2011 / STA 17/17

REPERTOIRE DES INTERPRETATIONS DE LA CCT DU SECTEUR SANITAIRE PARAPUBLIC VAUDOIS ETAT au 02.04.2014

REPERTOIRE DES INTERPRETATIONS DE LA CCT DU SECTEUR SANITAIRE PARAPUBLIC VAUDOIS ETAT au 02.04.2014 REPERTOIRE DES INTERPRETATIONS DE LA CCT DU SECTEUR SANITAIRE PARAPUBLIC VAUDOIS ETAT au 02.04.2014 TABLE DES MATIERES DU REPERTOIRE Numéros Enoncé du problème examiné, de la question soulevée 1 Annuités

Plus en détail

VI. travail et assurances sociales

VI. travail et assurances sociales VI. travail et assurances sociales A quelles règles êtes-vous soumis en tant qu employeur Ce chapitre vous fournit des indications sur les charges sociales obligatoires et sur certains aspects importants

Plus en détail

BUREAUX D ARCHITECTES

BUREAUX D ARCHITECTES REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département de la solidarité et de l'emploi Office cantonal de l'inspection et des relations du travail Document REFLÉTANT LES CONDITIONS DE TRAVAIL ET PRESTATIONS SOCIALES

Plus en détail

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 Les salaires minima applicables à compter du 1 er janvier 2015 CCN n 3241 En résumé : I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 L avenant n 21 sur les salaires minima

Plus en détail

Règlement du travail en équipes et des services de piquet

Règlement du travail en équipes et des services de piquet Règlement du travail en équipes et des services de piquet pour les collaborateurs d Axpo Etat : 1 er janvier 2015 Version 4.0 Table des matières Page 1 Champ d application 1 2 Notions et définitions 1

Plus en détail

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés.

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés. ACCORD NATIONAL DU 3 MARS 2006 PORTANT AVENANT A L ACCORD NATIONAL DU 28 JUILLET 1998 MODIFIE SUR L ORGANISATION DU TRAVAIL DANS LA METALLURGIE, A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES INGENIEURS ET CADRES

Plus en détail

fiche pratique Les salaires de votre salarié à domicile

fiche pratique Les salaires de votre salarié à domicile fiche pratique Les salaires de votre salarié à domicile (Hors assistant maternel agréé) Vous recrutez un(e) salarié(e) pour vous aider à entretenir votre domicile et repasser votre linge. Vous souhaitez

Plus en détail

Département de la solidarité et de l emploi Office cantonal de l inspection et des relations du travail. Document de base 2011 USAGES

Département de la solidarité et de l emploi Office cantonal de l inspection et des relations du travail. Document de base 2011 USAGES REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département de la solidarité et de l emploi Office cantonal de l inspection et des relations du travail Document de base 2011 USAGES MÉTALLURGIE DU BÂTIMENT Chauffage ventilation

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

REPERTOIRE DES INTERPRETATIONS DE LA CCT DU SECTEUR SANITAIRE PARAPUBLIC VAUDOIS ETAT au 07.12.11

REPERTOIRE DES INTERPRETATIONS DE LA CCT DU SECTEUR SANITAIRE PARAPUBLIC VAUDOIS ETAT au 07.12.11 REPERTOIRE DES INTERPRETATIONS DE LA CCT DU SECTEUR SANITAIRE PARAPUBLIC VAUDOIS ETAT au 07.12.11 TABLE DES MATIERES DU REPERTOIRE Numéros Enoncé du problème examiné, de la question soulevée 1 Annuités

Plus en détail

ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE

ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Etude ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Le contrat d apprentissage offre l opportunité à l entreprise de transmettre ses savoirs et former les générations futures tout en bénéficiant d un encadrement législatif

Plus en détail

INFORMaTIONS. administratives et législatives. concernant l emploi d un assistant maternel agréé par un particulier employeur

INFORMaTIONS. administratives et législatives. concernant l emploi d un assistant maternel agréé par un particulier employeur INFORMaTIONS administratives et législatives concernant l emploi d un assistant maternel agréé par un particulier employeur Pôle sanitaire social < Ce document a été rédigé afin de vous donner une information

Plus en détail

CONGÉS ET AMÉNAGEMENTS DU TEMPS DE TRAVAIL LORS DE LA NAISSANCE D UN ENFANT juin 2011

CONGÉS ET AMÉNAGEMENTS DU TEMPS DE TRAVAIL LORS DE LA NAISSANCE D UN ENFANT juin 2011 CONGÉS ET AMÉNAGEMENTS DU TEMPS DE TRAVAIL LORS DE LA NAISSANCE D UN ENFANT juin 2011 TABLE DES MATIÈRES Congé de maternité 2 Pour les salariées 2 Congé prénatal 2 Congé postnatal 2 Formalités administratives

Plus en détail

Avant-propos. Chère lectrice, cher lecteur,

Avant-propos. Chère lectrice, cher lecteur, Avant-propos Chère lectrice, cher lecteur, En ces temps économiquement difficiles, il est important de savoir ce que je peux exiger comme salaire en tant qu entraîneur ou entraîneuse. En particulier, en

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU 28 FÉVRIER 2014 RELATIF AU TEMPS

Plus en détail

CCNT Hôtellerie & Restauration

CCNT Hôtellerie & Restauration CCNT Hôtellerie & Restauration Expertise succincte concernant l application de la CCNT Hôtellerie & Restauration dans les institutions membres d INSOS Suisse Cette expertise a été réalisée et mise à disposition

Plus en détail

Convention collective. de travail. dans le secteur. sanitaire parapublic. vaudois. Etat au 1 er janvier 2010. www.cctsan-vaud.ch

Convention collective. de travail. dans le secteur. sanitaire parapublic. vaudois. Etat au 1 er janvier 2010. www.cctsan-vaud.ch Convention collective de travail dans le secteur sanitaire parapublic vaudois www.cctsan-vaud.ch Convention collective de travail dans le secteur sanitaire parapublic vaudois TABLE DES MATIERES 1. Dispositions

Plus en détail

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013 informations sociales octobre novembre décembre 2013 Dans le cadre du mandat qu elle reçoit du FNCIP-HT, la Fédération Nationale de l Habillement informe chaque trimestre les entreprises à jour de paiement

Plus en détail

Mes droits aux vacances. ... en survol

Mes droits aux vacances. ... en survol Mes droits aux vacances... en survol AVERTISSEMENT Cette brochure de vulgarisation expose des réglementations parfois complexes. Dès lors, il se pourrait que certains cas spécifiques n y soient pas traités.

Plus en détail

CONTRAT-TYPE DE TRAVAIL POUR LE PERSONNEL AU SERVICE DE LA VENTE DANS LE COMMERCE DE DETAIL DU 10 JUILLET 1985 EDITION 2015 1

CONTRAT-TYPE DE TRAVAIL POUR LE PERSONNEL AU SERVICE DE LA VENTE DANS LE COMMERCE DE DETAIL DU 10 JUILLET 1985 EDITION 2015 1 CONTRAT-TYPE DE TRAVAIL POUR LE PERSONNEL AU SERVICE DE LA VENTE DANS LE COMMERCE DE DETAIL DU 10 JUILLET 1985 Section I : Champ d'application et effet EDITION 2015 1 Article premier Champ d application

Plus en détail

L ANNUALISATION DU TEMPS DE TRAVAIL (ATSEM, Adjoint d animation, etc )

L ANNUALISATION DU TEMPS DE TRAVAIL (ATSEM, Adjoint d animation, etc ) Page 1 sur 5 Centre De Gestion FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE LA NIEVRE NOTE INFORMATION N 12/2014 Service Documentation : F. MORVAN L ANNUALISATION DU TEMPS DE TRAVAIL (ATSEM, Adjoint d animation,

Plus en détail

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

Chap 4 : Les éléments de la paie. I. Intervention de l assistant dans la procédure de paie

Chap 4 : Les éléments de la paie. I. Intervention de l assistant dans la procédure de paie Chap 4 : Les éléments de la paie I. Intervention de l assistant dans la procédure de paie La procédure de paie décrit toutes les étapes qui conduisent au paiement effectif du salaire à l employé et à l

Plus en détail

Règlement des remboursements de frais établi sur la base du modèle de la Fédération patronale vaudoise (FPV)

Règlement des remboursements de frais établi sur la base du modèle de la Fédération patronale vaudoise (FPV) Règlement des remboursements de frais établi sur la base du modèle de la Fédération patronale vaudoise (FPV) (Indiquer la raison sociale juridiquement valable de la société/de l entreprise) 2. Table des

Plus en détail

AVENANT N 1 À LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES HÔTELS, CAFÉS, RESTAURANTS.

AVENANT N 1 À LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES HÔTELS, CAFÉS, RESTAURANTS. AVENANT N 1 À LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES HÔTELS, CAFÉS, RESTAURANTS. PRÉAMBULE Les organisations patronales et syndicales de salariés signataires : - Souhaitent renforcer l attractivité de

Plus en détail

MUTUALITE DES EMPLOYEURS STATUTS

MUTUALITE DES EMPLOYEURS STATUTS Adresse postale: L-2975 Luxembourg Fax: 404481 www.mde.lu MUTUALITE DES EMPLOYEURS STATUTS Chapitre I : Champ d application Art. 1 er Sont affiliés obligatoirement à la Mutualité tous les employeurs occupant

Plus en détail

Document de base 2013 USAGES

Document de base 2013 USAGES REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département de la sécurité et de l économie Office cantonal de l inspection et des relations du travail Document de base 2013 USAGES MÉTALLURGIE DU BÂTIMENT Ferblanterie

Plus en détail

SALAIRES ET INDEMNITES AU 01.10.2012

SALAIRES ET INDEMNITES AU 01.10.2012 FLASH N 46-01/10/2012 SALAIRES ET INDEMNITES AU 01.10.2012 ADAPTATION DES SALAIRES ET INDEMNITES à dater du 1 er octobre 2012 Pour les employés (CP 226), conformément à l accord sectoriel 2011-2012 et

Plus en détail

Loi fédérale sur l assurance-chômage obligatoire et l indemnité en cas d insolvabilité

Loi fédérale sur l assurance-chômage obligatoire et l indemnité en cas d insolvabilité Loi fédérale sur l assurance-chômage obligatoire et l indemnité en cas d insolvabilité (Loi sur l assurance-chômage, LACI) Projet Modification du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le

Plus en détail

Politiques de gestion des conditions de travail des cadres. Direction des ressources humaines

Politiques de gestion des conditions de travail des cadres. Direction des ressources humaines Politiques de gestion des conditions de travail des cadres Direction des ressources humaines Décembre 2006 Table des matières Dispositions générales... 3 Politiques de gestion des conditions de travail

Plus en détail

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti?

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? L apprenti est un salarié à part entière. À ce titre, les lois, les règlements et la convention collective de la branche professionnelle ou de l entreprise

Plus en détail

Améliorations aux trois conventions collectives de l ACEP

Améliorations aux trois conventions collectives de l ACEP Améliorations aux trois conventions collectives de l ACEP En 1967, les premières conventions collectives dans la fonction publique fédérale donnaient aux employés droit à quatre semaines de vacances, pas

Plus en détail

Contrat d adaptation professionnelle INFORMATIONS A L USAGE DE L ENTREPRISE FORMATRICE ET DE SON SECRETARIAT SOCIAL

Contrat d adaptation professionnelle INFORMATIONS A L USAGE DE L ENTREPRISE FORMATRICE ET DE SON SECRETARIAT SOCIAL Contrat d adaptation professionnelle INFORMATIONS A L USAGE DE L ENTREPRISE FORMATRICE ET DE SON SECRETARIAT SOCIAL Si vous vous posez des questions en matière de PROCESSUS DE FORMATION, voyez les rubriques

Plus en détail

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage?

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Etudes Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Table des matières Introduction...7 Objectif, méthodologie

Plus en détail

Convention collective. de travail. dans le secteur. social parapublic. vaudois. État au 03.09.2013: Soumis à AG des parties. www.cctsocial.

Convention collective. de travail. dans le secteur. social parapublic. vaudois. État au 03.09.2013: Soumis à AG des parties. www.cctsocial. Convention collective de travail dans le secteur social parapublic vaudois : Soumis à AG des parties www.cctsocial.ch TABLE DES MATIERES 1. Dispositions générales 5 1.1 Parties contractantes 5 1.2 But

Plus en détail

ENTENTE À INTERVENIR. entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. et d autre part :

ENTENTE À INTERVENIR. entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. et d autre part : ENTENTE À INTERVENIR entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC et d autre part : LE SECRÉTARIAT INTERSYNDICAL DES SERVICES PUBLICS (SISP) LA CONFÉDÉRATION DES SYNDICATS NATIONAUX (CSN) LA FÉDÉRATION

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT

ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT PRÉAMBULE Conscientes de la nécessité technique, économique ou sociale de faire travailler certains salariés, hommes ou femmes, la nuit, pour pourvoir

Plus en détail

Guide d application de la convention collective du personnel de soutien des collèges

Guide d application de la convention collective du personnel de soutien des collèges Guide d application de la convention collective du personnel de soutien des collèges Les indemnités de la CSST ou de l Employeur Clause 7-14.33 Comparaison des droits d accident du travail vs régime d

Plus en détail

Les sept piliers de la sécurité sociale

Les sept piliers de la sécurité sociale Les sept piliers de la sécurité sociale 1) L Office National des Pensions (ONP) Très brièvement, il y a en Belgique un régime de pension légale, mais aussi des pensions complémentaires. On parle souvent

Plus en détail

interessant JUIN 2011 ÉDITION 1 www.bdo.ch

interessant JUIN 2011 ÉDITION 1 www.bdo.ch JUIN 2011 ÉDITION 1 www.bdo.ch RECHT interessant LORSQUE L EMPLOYEUR SE TRANSFORME EN BAILLEUR DE SERVICES CE QU IL FAUT SAVOIR À PROPOS DE LA LOCATION DE SERVICES 1 Quand sommes-nous en présence d une

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE

FORMATION PROFESSIONNELLE FORMATION PROFESSIONNELLE des jeunes travailleur-euse-s et apprenti-e-s Ce qu il faut savoir... Conseil interprofessionnel pour la formation Département de l instruction publique Office pour l orientation,

Plus en détail

Règlement concernant la gestion LEX 4.1.4 du temps de travail (RGT)

Règlement concernant la gestion LEX 4.1.4 du temps de travail (RGT) LEX.. er janvier 0 La Direction de l'ecole polytechnique fédérale de Lausanne, vu l art. 7 alinéa de la Loi sur le personnel de la Confédération du mars 000 (LPers, RS 7.0.) vu l Ordonnance du Conseil

Plus en détail

Convention de résidence

Convention de résidence Convention de résidence Entre les soussignés : «Nom de la structure» Adresse : Téléphone : E-mail : Numéro de Siret : Représentée par : «Nom prénom», Ci-après dénommée «Nom de la structure» d une part,

Plus en détail

HÔTELS - CAFÉS RESTAURANTS

HÔTELS - CAFÉS RESTAURANTS HÔTELS - CAFÉS RESTAURANTS Édition 2014 L essentiel de la réglementation du travail Informations générales Page 3 Durée et aménagement du temps de travail Page 6 Repos hebdomadaire Page 13 Salaires Page

Plus en détail

Contributions. Edition 2007

Contributions. Edition 2007 Contributions Contributions sur salaires et autres prestations que l'employeur doit payer aux caisses de compensation et aux assurances conformément aux réglementations légales et conventionnelles Edition

Plus en détail

Le chapitre 12 : Le Sport Professionnel

Le chapitre 12 : Le Sport Professionnel Le chapitre 12 : Le Sport Professionnel Préambule La Convention Collective Nationale du Sport applicable depuis le 25 novembre 2006 comprend un chapitre 12 relatif au sport professionnel. Bien que sur

Plus en détail

ACCORD DE BRANCHE RELATIF À L ORGANISATION ET À L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL DANS LE FRET FERROVIAIRE

ACCORD DE BRANCHE RELATIF À L ORGANISATION ET À L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL DANS LE FRET FERROVIAIRE ACCORD DE BRANCHE RELATIF À L ORGANISATION ET À L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL DANS LE FRET FERROVIAIRE ACCORD DE BRANCHE RELATIF À L ORGANISATION ET À L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL TITRE I DÉFINITIONS

Plus en détail

DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION COLLEC- MENSUEL GARANTI AUX OUVRIERS EN CAS D'INCAPACITE DE TRAVAIL

DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION COLLEC- MENSUEL GARANTI AUX OUVRIERS EN CAS D'INCAPACITE DE TRAVAIL CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 12 BIS DU 26 FEVRIER 1979 ADAPTANT A LA LOI DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION COLLEC- TIVE DE TRAVAIL N 12 DU 28 JUIN 1973 CONCERNANT

Plus en détail

4.04 Etat au 1 er janvier 2013

4.04 Etat au 1 er janvier 2013 4.04 Etat au 1 er janvier 2013 Rentes d invalidité de l'ai Généralités 1 Les personnes assurées qui, du fait d une atteinte à la santé, sont totalement ou partiellement empêchées de travailler ou d accomplir

Plus en détail

Le salaire des internes en DES de Médecine Générale

Le salaire des internes en DES de Médecine Générale Le salaire des internes en DES de Médecine Générale *************** «Le salaire est la contrepartie du travail fourni» Guide pratique du droit au travail, La Documentation Française. **************** (I)

Plus en détail

ACCORD DU 5 AVRIL 2006

ACCORD DU 5 AVRIL 2006 MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 7501. CRÉDIT AGRICOLE (4 novembre 1987) ACCORD DU 5 AVRIL 2006 RELATIF AUX MODALITÉS D APPLICATION

Plus en détail

12A. Liste des accords nationaux applicables à la métallurgie 12.101 R. 1 - Généralités... 12.102. 2 - Index... 12.102

12A. Liste des accords nationaux applicables à la métallurgie 12.101 R. 1 - Généralités... 12.102. 2 - Index... 12.102 12A Liste des accords nationaux applicables à la métallurgie 1 - Généralités... 12.102 2 - Index... 12.102 SOCIAL MÉTALLURGIE - EDITIONS TISSOT -MARS 2003 12.101 R 12A 1 - Généralités On trouvera ci-après

Plus en détail

d apprentissage, ainsi qu à ceux qui effectuent occasionnellement des heures de baby-sitting.

d apprentissage, ainsi qu à ceux qui effectuent occasionnellement des heures de baby-sitting. Contrat-type de travail pour les jeunes gens au pair mineurs J 1 50.15 du 18 janvier 2000 (a) Entrée en vigueur : 1 er février 2000 Vu les articles 359 à 360 du Code des obligations (CO), 1, alinéa 1,

Plus en détail

Chômage et accident? Informations de A à Z

Chômage et accident? Informations de A à Z Chômage et accident? Informations de A à Z Si vous avez droit à l indemnité de chômage (IC), vous êtes automatiquement assuré contre les accidents auprès de la Suva. Tout accident doit être annoncé au

Plus en détail

vous concerne! cet accord donnez votre avis Consultation du personnel du 28 novembre au 2 décembre 2011 spécial accord temps de travail erdf grdf

vous concerne! cet accord donnez votre avis Consultation du personnel du 28 novembre au 2 décembre 2011 spécial accord temps de travail erdf grdf spécial accord temps de travail erdf grdf novembre 2011 agents de maîtrise et cadres cet accord vous concerne! donnez Photo P. Lejaune votre avis Consultation du personnel du 28 novembre au 2 décembre

Plus en détail

Annexe à la circulaire 450 relative à la politique salariale 2014

Annexe à la circulaire 450 relative à la politique salariale 2014 Annexe à la circulaire 450 relative à la politique salariale 2014 - Grille salariale 2014 - Grille salariale 2014 des directeurs - Rémunération des enseignants spécialisés remplaçants - Rémunération des

Plus en détail

Information à l intention du personnel de l Etat de Fribourg

Information à l intention du personnel de l Etat de Fribourg Direction des finances Finanzdirektion Service du personnel et d'organisation Amt für Personal und Organisation CANTON DE FRIBOURG / KANTON FREIBURG Information à l intention du personnel de l Etat de

Plus en détail

Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 PFA POUR DÉCISION

Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 PFA POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION DOUZIÈME QUESTION À L

Plus en détail

Convention collective

Convention collective Convention collective de travail dans le secteur social parapublic vaudois Etat au 10 février 2015 www.cctsocial-vaud.ch TABLE DES MATIERES 1. Dispositions générales 7 1.1 Parties contractantes 7 1.2 But

Plus en détail

Convention Collective de Travail

Convention Collective de Travail Convention Collective de Travail pour le personnel des organismes genevois d éducation, d enseignement et de réinsertion conclue entre l Association genevoise des organismes d éducation, d enseignement

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul Base de calcul En votre qualité d employeur, vous devez déclarer à l URSSAF toutes les sommes payées et tous les avantages consentis à vos salariés. Ces éléments constituent la base de calcul des cotisations

Plus en détail

Assurance-maternité et adoption dans le canton de Genève

Assurance-maternité et adoption dans le canton de Genève «Task Force LAMat» AMat Etat au 1 er janvier 2010 Assurance-maternité et adoption dans le canton de Genève Rapport avec le droit fédéral En date du 1 er juillet 2005, la législation fédérale sur les allocations

Plus en détail

Emploi des mineurs et jobs d été

Emploi des mineurs et jobs d été Les évolutions relatives au travail des enfants se sont développées avec les dispositions législatives rendant la scolarité obligatoire. Ainsi les premières lois restreignant l admission des enfants sur

Plus en détail

Module 1. Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé

Module 1. Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé Module 1 Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé Partie 3 - Assurance Maladie Invalidité les indemnités. Plan A- INCAPACITÉ PRIMAIRE(1)(2) B- INVALIDITÉ (1)(2) (3)Principes

Plus en détail

LES PRESTATIONS D ASSURANCE TRAITEMENT (Pour une invalidité de 104 semaines et moins)

LES PRESTATIONS D ASSURANCE TRAITEMENT (Pour une invalidité de 104 semaines et moins) FÉDÉRATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR GUIDE POUR LES MEMBRES DU PERSONNEL DE SOUTIEN DES COLLEGES LES PRESTATIONS D ASSURANCE TRAITEMENT (Pour une invalidité de 104 semaines et

Plus en détail

T-SYSTEMS SOLERI. Accord d entreprise 17/03/04. Préambule. I. MISSION et FRAIS de DEPLACEMENT

T-SYSTEMS SOLERI. Accord d entreprise 17/03/04. Préambule. I. MISSION et FRAIS de DEPLACEMENT Préambule L accord d entreprise négocié en 2003 avait été conclu pour une durée de 10 mois à compter du 1 er mars 2003. Les parties signataires de l accord 2003 ont décidé d un commun accord de : Distinguer

Plus en détail

Convention collective de travail

Convention collective de travail Convention collective de travail entre Swisscom Swisscom SA siège principal, 3050 Berne et Syndicats contractants syndicom Syndicat des médias et de la communication Monbijoustrasse 33, Case postale 6336,

Plus en détail

BULLETIN DE LA PRÉVOYANCE PROFESSIONNELLE NO. 84

BULLETIN DE LA PRÉVOYANCE PROFESSIONNELLE NO. 84 Prévoyance vieillesse et survivants Effingerstrasse 20, 3003 Berne tél. 031 324 06 11 fax 031 324 06 83 http://www.ofas.admin.ch BULLETIN DE LA PRÉVOYANCE PROFESSIONNELLE NO. 84 12 juillet 2005 Table des

Plus en détail

Le Bulletin de salaire

Le Bulletin de salaire Le Bulletin de salaire Mentions obligatoires : Le bulletin de salaire doit mentionner les éléments suivants : - Les coordonnés du Syndicat de copropriétaires dont dépend le salarié - Le numéro de SIRET

Plus en détail

Assurances de personnes Accidents, obligatoire LAA, complémentaire LAA. Les risques du métier sont réels, vous pouvez anticiper

Assurances de personnes Accidents, obligatoire LAA, complémentaire LAA. Les risques du métier sont réels, vous pouvez anticiper Assurances de personnes Accidents, obligatoire, complémentaire Les risques du métier sont réels, vous pouvez anticiper Assurance de personnes Vaudoise Une meilleure couverture accidents pour de meilleures

Plus en détail

Convention d entreprise n 67. relative au compte épargne-temps

Convention d entreprise n 67. relative au compte épargne-temps Convention d entreprise n 67 relative au compte épargne-temps Entre la Société Autoroutes du Sud de la France, représentée par M. Jacques TAVERNIER, Président Directeur Général, et les organisations syndicales

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PÊCHE, DE LA RURALITÉ ET DE L AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PÊCHE, DE LA RURALITÉ ET DE L AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PÊCHE, DE LA RURALITÉ ET DE L AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord collectif national COMPTE ÉPARGNE-TEMPS DANS LES EXPLOITATIONS

Plus en détail

La nouvelle convention relative au contrat de sécurisation professionnelle

La nouvelle convention relative au contrat de sécurisation professionnelle les infos DAS - n 035 12 février 2015 La nouvelle convention relative au contrat de sécurisation professionnelle Le 26 janvier 2015, les partenaires sociaux ont conclu une nouvelle convention relative

Plus en détail

L Aphnu, toujours à vos côtés en cas de coup dur

L Aphnu, toujours à vos côtés en cas de coup dur APHNU - votre partenaire santé et prévoyance L Aphnu, toujours à vos côtés en cas de coup dur Des garanties conçues avec et pour les praticiens hospitaliers en partenariat avec A P H N U APHNU Le partenaire

Plus en détail

LOI DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION D'UN SALAIRE MENSUEL GARANTI A CERTAINS EMPLOYES EN CAS

LOI DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION D'UN SALAIRE MENSUEL GARANTI A CERTAINS EMPLOYES EN CAS CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 13 BIS DU 26 FEVRIER 1979 ADAPTANT A LA LOI DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 13 DU 28 JUIN 1973 CONCERNANT L'OCTROI

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE DE LA METALLURGIE DE L OISE

CONVENTION COLLECTIVE DE LA METALLURGIE DE L OISE CONVENTION COLLECTIVE DE LA METALLURGIE DE L OISE AVENANT «MENSUELS» ARTICLE 1 : CHAMP D APPLICATION Le présent avenant règle les rapports entre les ouvriers, employés, techniciens et agents de maîtrise

Plus en détail

Le Personnel de Maison

Le Personnel de Maison Le Personnel de Maison ( Le guide de l employeur Tout ce qu il faut savoir pour l embauche de personnel de maison MISE À JOUR AVRIL 2013 3 bis, rue Mahabou. 97600 Mamoudzou / Tél. : 02 69 61 16 57 LES

Plus en détail

ACCORD SUR LES ASTREINTES UES CAPGEMINI

ACCORD SUR LES ASTREINTES UES CAPGEMINI ACCORD SUR LES ASTREINTES UES CAPGEMINI PREAMBULE Pour répondre à la continuité du service que l entreprise doit assurer à ses clients, certaines activités pour certains rôles ou fonctions, recourent à

Plus en détail

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle...

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... MODE D EMPLOI Valérie Coutteron LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... LA LOI N 2008-111 DU 8 FÉVRIER 2008 pour le pouvoir

Plus en détail

Le recrutement d un jeune mineur pour un job d été

Le recrutement d un jeune mineur pour un job d été Affaires sociales et formation professionnelle Circulaire AS N 26.13 26/07/2013 Le recrutement d un jeune mineur pour un job d été Les règles à respecter A l approche de l été, il est fréquent que les

Plus en détail

ACCORD DU 7 AVRIL 2010

ACCORD DU 7 AVRIL 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel ENTREPRISES DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE IMMOBILIER ACCORD DU 7 AVRIL 2010 RELATIF AUX DISPOSITIONS

Plus en détail

Agents des collectivités de VENDEE

Agents des collectivités de VENDEE Réunion d information Agents des collectivités de VENDEE Contrat prévoyance «maintien de salaire» Le groupe SMACL, leader sur la marché de l assurance des collectivités SMACL Santé: mutuelle Régie par

Plus en détail

Une même mutuelle et une même prévoyance pour tous les agents

Une même mutuelle et une même prévoyance pour tous les agents Une même mutuelle et une même prévoyance pour tous les agents Un nouveau régime de frais de soins de santé et un nouveau régime de prévoyance communs à l ensemble des agents de Pôle emploi seront mis en

Plus en détail

AVENANT N 57 DU 7 JUILLET 2010

AVENANT N 57 DU 7 JUILLET 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3034 Convention collective nationale IDCC : 1090. SERVICES DE L AUTOMOBILE (Commerce et réparation de

Plus en détail

Pégase 3 Congés payés : Dispositions générales. Dernière révision le 20/11/2006. http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr

Pégase 3 Congés payés : Dispositions générales. Dernière révision le 20/11/2006. http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Pégase 3 Congés payés : Dispositions générales Dernière révision le 20/11/2006 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Activation de la gestion des congés payés...3 Le décompte des jours...5

Plus en détail

COMMENTAIRE DU FORMULAIRE DE DEMANDE 2015

COMMENTAIRE DU FORMULAIRE DE DEMANDE 2015 COMMENTAIRE DU FORMULAIRE DE DEMANDE 2015 Après avoir lu la circulaire, nous vous invitons à suivre le présent guide pour vous aider à remplir les différentes rubriques de votre (vos) formulaire(s) de

Plus en détail

Les congés payés et les jours fériés pour l assistant maternel

Les congés payés et les jours fériés pour l assistant maternel Les congés payés et les jours fériés pour l assistant maternel En tant que salarié à part entière, l assistant maternel a droit aux congés payés et aux jours fériés dans le respect de la législation en

Plus en détail

CICE COMMENT SE CALCULE LE CICE?

CICE COMMENT SE CALCULE LE CICE? CICE COMMENT SE CALCULE LE CICE? SOMMAIRE Montant des rémunérations versées n excédant pas 2,5 SMIC 2 Règles applicables 2 Appréciation du seuil de 2,5 SMIC 4 Calcul du plafond en cas de réalisation d

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps Le compte épargne temps La loi n 2008 789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail procède à une profonde clarification des modalités de mise en place

Plus en détail

-la durée de la période d essai, -le nombre de jours et d heures d accueil par mois,

-la durée de la période d essai, -le nombre de jours et d heures d accueil par mois, 1. Généralités. Parents employeurs d une assistante maternelle Vos obligations: Employer une assistante maternelle agréée par le Conseil Général, bénéficiant d un suivi par le service de PMI et recevant

Plus en détail

CGSLB. grande distribution. www.cgslb.be

CGSLB. grande distribution. www.cgslb.be CGSLB grande distribution www.cgslb.be Sommaire Avant-propos... 3 Conditions de travail et de salaire... 5 Salaires minimums sectoriels... 5 Augmentation du pouvoir d achat période 2009 2010...5 Prime

Plus en détail

REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNEL OBLIGATOIRE

REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNEL OBLIGATOIRE Votre centre de gestion CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE COMMISSION, DE COURTAGE ET DE COMMERCE INTRA-COMMUNAUTAIRE ET D IMPORTATION- EXPORTATION DE FRANCE METROPOLITAINE PERSONNEL CONCERNE

Plus en détail

Fiche Portabilité des droits des salariés

Fiche Portabilité des droits des salariés Fiche Portabilité des droits des salariés L article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 avait mis en place un mécanisme de portabilité des droits pour les anciens salariés

Plus en détail

AGECFA - VOYAGEURS GUIDE DU CONGE DE FIN D ACTIVITE

AGECFA - VOYAGEURS GUIDE DU CONGE DE FIN D ACTIVITE AGECFA - VOYAGEURS GUIDE DU CONGE DE FIN D ACTIVITE SOMMAIRE 04 Introduction OBJET FINANCEMENT FONCTIONNEMENT 10 Les entreprises et le Congé de Fin d Activité ADHeSION à L AGECFA-Voyageurs PERSONNEL AFFILIe

Plus en détail

LC 21 151. En cas de lacune, les dispositions pertinentes du Code des obligations (CO) sont applicables à titre de droit public supplétif.

LC 21 151. En cas de lacune, les dispositions pertinentes du Code des obligations (CO) sont applicables à titre de droit public supplétif. Statut du personnel de la Ville de Genève LC Adopté par le Conseil municipal le 9 juin 00 Entrée en vigueur le décembre 00 Le Conseil municipal de la Ville de Genève, adopte le statut du personnel communal

Plus en détail

Journée de solidarité

Journée de solidarité Pégase 3 Journée de solidarité Dernière révision le 21/03/2008 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Principe...4 Mention sur le bulletin...4 Salariés concernés...4 Particularité des

Plus en détail

Assurance perte de salaire (LAMal).

Assurance perte de salaire (LAMal). Assurance perte de salaire (LAMal). Règlement Edition 2010 Table des matières I Bases V Assurance-accidents Art. 1 Art. 2 Art. 3 Art. 4 Art. 5 Art. 6 Bases du contrat But Personnes assurées Preneur d assurance

Plus en détail

INFORMATIONS JURIDIQUES 3 / F 59-2010

INFORMATIONS JURIDIQUES 3 / F 59-2010 INFORMATIONS JURIDIQUES 3 / F 59-2010 Les congés usuels et particuliers Diverses rumeurs ont parfois cours s agissant de prétendus droits des travailleurs. C est ainsi que d aucuns prétendent à tort que

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION REGIME DE PREVOYANCE OBLIGATOIRE PERSONNEL CONCERNE Bénéficie des garanties, l ensemble du personnel ne relevant

Plus en détail

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014 Questions sociales Note d information n 14-15 du 6 août 2014 ALLOCATIONS CHOMAGE Effet au 01/07/2014 Références Arrêté du 25 juin 2014 portant agrément de la convention du 14 mai 2014 relative à l indemnisation

Plus en détail