Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques (CSH) auto-renouvellement et différenciation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques (CSH) auto-renouvellement et différenciation"

Transcription

1 Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques (CSH) auto-renouvellement et différenciation reconstitution d un système hématopoïétique (anormal ou détruit après conditionnement) Origine : Moelle osseuse - PRL sous AG Sang périphérique après stimulation (G-CSF) - CSH mobilisées de MO vers sang - cytaphérèse avec sélection des cellules mononucléées Sang de cordon ombilical D apparenté Autogreffe Registre : D non apparenté Sang de cordon ombilical Selon choix du donneur, ± reconnaissance des cellules du R par Lc T, B et K du D HLA-A HLA-B HLA-C HLA-DR HLA-DQ Traitement immunosuppresseur prévention GVH respect GVL A terme, établissement d une tolérance

2 Le dilemme posé par les cellules T en greffe allogénique MO/CSP Donneur GVI GVL Lymphocytes matures GVH prise de greffe CSH HVG Receveur cellules infectées cellules Leucémiques Maladie résiduelle CSH Reconstitution du système Hématopoïétique et du Système Immunitaire Conditionnement myéloablatif / atténué Receveur : Immuno-incompétent molécules HLA du R sur tissus cibles (peau, foie, TD..) Donneur : HLA compatible (10/10) : mais degré de compatibilité pour Ag mineurs?... Peptides issus du catabolisme de protéines présentant un polymorphisme allélique - H-Y protéines codées par le chr Y - HA-2 (famille des myosines) - CD31 (molécule d adhésion) - -nbre potentiel élevé nbre d épitopes immunogènes Donneur Allèle H-mineur a T T tolère a b absent Receveur Allèle H-mineur b T T T T T HLA CD activéee Receveur T réponse même HLA peptide Stress (conditionnement)

3 1. différence d histocompatibilité 2. cellules immunocompétentes dans le greffon 3. impossibilité rejeter la greffe Maladie Greffon contre Hôte - Graft versus Host Disease - GVH aiguë (dans les 3 mois) = Réaction allogénique surtout cellulaire - cytotoxicité directe cellules effectrices (surtout LC T CD8 + ) - lésions indirectes par cytokines (IF-γ, TF, IL-1) rash, érythrodermie sd de Lyell Hépatite cytolytique Fièvre diarrhées corticoïdes immunosuppresseurs - GVH chronique (après 100j) mais parfois plus précoce # MAI + infections Autogreffes Allogreffes Avantages Tous les malades en RC ou en RP jusqu'à 65 ans Pas de Rejet Pas de GvH Mortalité faible (<10%) Moelle saine Effet GvL Inconvénients Risque de contamination par cellules tumorales Effet dose seul (pas de GvL) Risque de Rejet et de GvH Immunodépression +++ Mortalité élevée (20 à 40%) Age<55 ans

4 Immunité Humorale Immunité Cellulaire Phagocytose Complément ourrisson enfant adulte Déficits immunitaires tout âge Infections Autoimmunité manifest. Allergiques Cancers accidents thérapeutiques vaccins vivants transfusion Primitifs < Secondaires autre maladie (infection, cancer, malabsorption ) Traitements immunosuppresseurs nouveau-né et petit enfant Déficits immunitaires primitifs (défaillance d un ou plusieurs composants) Système immunitaire normal (mémoire immunitaire restreinte et immaturité intrinsèque) manifestations cliniques initiales parfois identiques diagnostic différentiel difficile Quand rechercher un DIP? Quelles explorations immunologiques de 1 ère /2 ème intention Comment les interpréter?

5 Infections persistantes / récidivantes > 8 otites/an avant 4ans > 4 otites/an après 4ans > 2 pneumonies/an > 2 sinusites/an sévères (mauvaise réponse aux ATB) cassure de la courbe staturo-pondérale et/ou diarrhée persistante orientation étiologique (1) selon type de germes intra / extra-cellulaires encapsulés, bactéries pyogènes opportunistes ou de faible virulence (2) selon localisation diarrhée chronique (DI combiné) infections cutanées, abcès, parondotites (phagocytose) infections répétées à eisseriae (complément) Compétence immunitaire du nouveau-né et du petit enfant efficacité du SI environnement stérile environnement microbien 100% vie foetale éducation du SI àla tolérance du soi naissance adaptation à l'environnement : stimulations antigéniques permanentes

6 Ig sériques chez l'adulte IgM (8%) IgD (1%) IgG1(50%) IgA (25 %) IgG2 (9%) IgE (1%) IgG4 (3%) IgG3 (3%) diminution IgG totales diminution des IgG1 (+/- IgG2) augmentation IgG totales augmentation IgG1 (+/- IgG2) perturbation IgG3/IgG4 peu d'effet sur taux global IgG Répartition des Ig sériques chez le nouveau-né et le petit enfant % du taux sérique adulte IgG transplacentaires Hypo-γ transitoire déficit en Ig à la naissance MAIS nombre Lc B CD19 + >> adulte 1j - 11mois ans B (%) : 23% (19-31) 13% (11-16) (/mm 3 ) : 900 ( ) 300 ( )

7 Conséquences fonctionnelles : - exigences d activation des Lc T naïfs difficiles à satisfaire - coopération T/B moins efficace réponse proliférative normale aux mitogènes absence de réponse aux Ag non rencontrés (absence de mémoire) CMH classe II CD80/CD86 ; CD40 Production IL-12 Ag T B T Evolution des IgG en fonction de l'âge à la naissance : IgG maternelles - transfert à partir du 3 ème trim de G (taux bas d'ig si prématurité grande) - de toutes les sous-classes (IgG1, IgG3++) mg/dl mini maxi - efficacité relative : immunité passive - ½ vie = 3 sem taux ~ 0 à 6 mois début synthèse IgG : vers 2 mois à3 mois, taux d'igg le plus bas O 1 mois âge 3 mois 5 mois 7 mois 9 mois 11 mois 1 an 3 ans 5 ans 7 ans 9 ans Adulte Hypogammaglobulinémie physiologique du nourrisson - IgG1 et IgG3 : taux adulte à 2-3 ans - IgG2 et IgG4 : taux adulte après 16 ans

8 Evolution des IgM en fonction de l'âge - les IgM ne passent pas la barrière placentaire 4 g g 3,5 3 mini maxi 2,5 mg/dl 2 1,5 1 0,5 0 O 1 mois 3 mois 5 mois 7 mois 9 mois 11 mois 1 an 3 ans 5 ans 7 ans 9 ans Adulte âge - IgM indétectables (sauf méthodes sensibles) à la naissance taux Ad à 1 an - les IgM peuvent être synthétisées par le foetus si stimulation antigènique (dès 20 ème sem de gestation) - taux IgM à la naissance infection contractée in utero Evolution des IgA en fonction de l'âge 3,5 3 2,5 mini maxi mg/dl 2 1,5 1 0,5 0 O 1 mois 3 mois 5 mois 7 mois 9 mois 11 mois 1 an 3 ans 5 ans 7 ans 9 ans Adulte âge IgA sériques : - taux variable chez le petit enfant - taux adulte : pas avant 5 ans IgA sécrétoires : - en abondance dans le lait maternel - principales Ig des sécrétions séromuqueuses

9 Conséquences vaccinales pour le nourrisson Réponse aux Ag polysaccharidiques : (S pneumoniae, meningitidis, H influenzae) Réponses spontanées faibles ou nulles avant 1 an (même si absence d Ac maternels et colonisation répétée) Ac dirigés contre Ag polysaccharidiques = IgG2 Vaccin conjugué pour Haemophilus influenzae b Haptène (PS) (cellules B) + protéine porteuse (toxine) (cellules T) coopération T/B efficace réponse Ac dès 2 mois mais nécessité rappels Réponse vaccinale aux Ag protéiques présence des Ac maternels au cours des 3 premiers mois défaut coopération T/B - vaccination trop précoce inefficace début à 3 mois - injections répétées (vaccins inertes) Répartition des populations lymphocytaires circulantes selon l âge Hyperlymphocytose du nourrisson et du petit enfant avec inversion physiologique (normalisation / Ad entre 4 et 7 ans) 1 ère année : ~ 4000 Lc / mm 3 / Adulte : ~ 2000 Lc / mm 3 ) 1-6 ans K CD56 + : 11 % ans K CD56 + : 13% B CD19 + : 24% CD4 + : 37 % B CD19 + : 14 % T CD4 + : 42% CD8 + : 29 % T CD8 + : 35 % T CD3 + : 64 % T CD3 + : 72 % Capacités fonctionnelles des cellules T in vitro : réponse proliférative normale aux mitogènes absence de réponse aux Ag non rencontrés (absence de mémoire T)

10 Le système phagocytaire du nouveau-né Les cellules phagocytaires ombre normal de monocytes, macrophages chimiotactisme diminué capacité d'endocytose : normale bactéricidie? MAIS Activité opsonisante du sérum : - Les voies classique et alterne du complément : nouveau -né à terme : % / adulte prématuré : 20-40% / adulte - Activité opsonisante des Ig à la naissance : essentiellement due aux IgG (IgG3) maternelles (pas d'igm) activité inférieure Déficits immunitaires primitifs > 200 déficits d décritsd > 100 gènes g identifiés contexte DI héréditaire, consanguinité fratrie (diagnostic prénatal) ATCD familiaux Déficits de phagocytose déficit de l immunité innée 10% 1% Déficits en complément Déficits immunitaires cellulaires (combinés T et B) 20% 1/5000 ourrisson Enfant Adulte 69% Déficits immunitaires humoraux (B)

11 Déficits immunitaires primitifs Déficits humoraux Déficits cellulaires Déficit des cellules phagocytaires Déficits en complément ~ après 3-6 mois -ORL(sinusites, otites récidivantes), poumon, digestif, SC, articulations - germes pyogènes, encapsulées - diarrhées (Giardia, lamblia) ~ avant 3 mois - souvent mise en jeu pronostic vital -germes intracellulaires (Pneunocystis, Candida, BCG) - diarrhée, retard de croissance, - auto-immunité, - cancers (lymphomes) - peau, poumon, gencives - germes catalase + (Staph. aureus, Serratia, Pseudomonas.. Candida, Aspergillus abcès à répétition, candidoses cutanées et cutanéo-muqueuses granulomes (chute tardive du cordon) - Infections à pyogènes - Infections récidivantes à eisseria - Pathologies àci - OAH 2 examens de 1 ère intention devant toute suspicion de DIP ( interprétation en fonction de l'âge ) FS Lc P plaquettes GR hyperlymphocytose Physiologique? lymphopénie? polynucléose? neutropénie? thrombopénie? Anémie? déficit immunité cellulaire primitif ou secondaire mécanisme auto-immun dosage pondéral des Ig sériques G, A, M une ou plusieurs classes d'ig effondrées déficit immunité humorale primitif ou secondaire dosage IgG peu interprétable avant 3 mois un dosage normal des Ig sériques n'élimine pas un déficit immunitaire

12 Quels examens pour une suspicion de déficit humoral? Dosage pondéral des Ig sériques (déficit complet, partiel résultat «normal») immunophénotypage lymphocytaire (CD19, CD3, CD4, CD8, CD16, CD56) Interprétation en % et en VA, selon l âge dosage des sous-classes IgG (IgG1 IgG4) Ac naturels : isohémagglutinines A et B (après 1 an) sérologies post-vaccinales (après vaccination complète) : tétanos, poliomyélite, diphtérie, pneumocoque Attention aux faux positifs (Ig maternelles) sérologies des infections identifiées : pneumocoque, HSV, VZV, HI, streptocoque Différenciation lymphocytaire B

13 Déficits de l immunité humorale Défaut de différenciation des lymphocytes B dans la MO Agammaglobulinémie - liée à l X (Bruton) - autosomique récessive agammaglobulinémie : - Lc B matures = 0 dans sang et organes lymphoïdes - Ig < 10% - traitement par Ig à vie IgA sous-classes IgG Déficits partiels ou dissociés en Ig DICV Σ hyperigm Déficits en Ac sans hypo-γ Déficit en IgA Le + fréquent ( 1/500 population caucasienne) Le + souvent asymptomatique et de découverte fortuite pas d affirmation avant 5 ans Mise en évidence fortuite Déficit isolé pas de signes infectieux bilan complémentaire = 0 traitement = 0 Déficit en IgA Contexte infectieux (resp et intest) Manifestations auto-immunes IgG : ou dosage des sous-classes d'igg Déficit en IgA isolé Déficit en IgA associé à déficit en ss-classes DICV traitement spécifique : Ig dépourvues IgA

14 Les déficits en sous-classes IgG - Déficit sélectif? - ou DICV débutant? - ou s intégrant dans déficit immunitaire combiné (AT, WA)? IgG1 (souvent associé à une diminution des IgG totales) infections à pyogènes IgG2 (taux physiologique bas < 2 ans) infections à germes encapsulés (pneumocoque, Haemophilus influenzae, pyocyanique) association fréquente du déficit en IgA et en IgG2 IgG3 (déficits combinés IgG1-IgG3) infections broncho-pulmonaires déficit en IgG4 isolé controversé (taux indétectable chez 25% Ad) Le déficit immunitaire commun variable (DICV) (groupe hétérogène d affections) 1/ naissances pic de fréquence : petit enfant et adulte jeune, sex-ratio=1 Souvent formes sporadiques mais aussi formes familiales Infections respiratoires récidivantes ( bronchectasies) pneumocoque Haemophilus influenzae S. aureus Pseudomonas aeruginosa ± mycobactérie, Pneumocystisi Giardia ±Salmonella, Shigella, Campylobacter Entérovirus Herpes simplex Manifestations auto-immunes (20% : anémie, thrombopénie) Hyperplasie lymphoïde splénomégalie (30%) adénopathies du tube digestif Atteintes digestives : malabsorption, giardiase, gastrite atrophique, entéropathie inflammatoire. Fréquence élevée de cancer digestif Maladie granulomateuse (20%) Recherche dans une même famille association DICV et déficit en IgA

15 DICV : biologie Hypogammaglobulinémie tous les isotypes switchés IgM souvent normales IgG (< 3.0 g/l), IgA (<0.5 g/l), IgE ombre normal de cellules T et B dans le sang (90 % cas) Lc B matures : CD19 +, CD20 +, CD10 - (5-10% cas : Lc B diminués) Réponse lymphoproliférative normale aux mitogènes, variables vis-à-vis des antigènes (anatoxine tétanique, tuberculine) Déficit intrinsèque cellulaire B? Défaut de la différenciation des lymphocytes B en plasmocytes Formes frontières d autres déficits humoraux Anomalie T? ( anomalie de la coopération T/B) DICV : évolution, traitement Tendance à l aggravation avec l âge : - atteinte initiale des IgG (surtout IgG2 et IgG4) - puis ensemble des IgG et souvent IgA DICV découverts à l âge adulte (après 50 ans) (diagnostic d exclusion) Risque accru de lymphome, K du tube digestif, surveillance endoscopique systématique Traitement : Ig, selon fréquence et gravité des infections (Rq : poss inf. sévères, répétées sans hypogammaglobulinémie sévère)

16 Démarche diagnostique pour un déficit humoral IgG IgA IgM 0 () 0 () 0 () 0 0 ou ou IgG1 IgG2 IgG3 IgG4 LyB 0 () ou agammaglobulinémie Sd hyper IgM DICV déficit en IgG2/4 déficit IgA isolé + IgG2/ 4 Exploration des déficits des cellules phagocytaires Eléments d'orientation : - abcès à répétition, - infections à germes catalase + (Staph. Seratia, Pseudomonas) - candidoses cutanées et cutanéo-muqueuses - sinusites aiguës, otites (streptocoques, Gram - ) neutropénie neutropénie cyclique FS numération normale polynucléose étude de l'expression des intégrines leucocytaires (immunophénotypage CD18) Etude fonctionnelle des polynucléaires - capacité de génération d'ions superoxydes Test de réduction du BT (itrobleu de Tetrazolium) - étude du chimiotactisme Granulomatose septique chronique : défaut de la APDH oxydase

17 Déficits en complément défauts en composants du complément fonctionnement défectueux de l'immunité humorale et/ou persistance de complexes immuns Lupus C1 C2 C4 Voie classique maladie à complexes immuns auto-immunité C3 D P C3 convertase Dépôt de C3b Voie alterne infections à pyogènes et eisseria infections à pyogènes et eisseria maladie à complexes immuns Complexe d'attaque membranaire C5 C6 infections à eisseria C7 C8 Oedème Angio-eurotique Histaminique anomalie C1-IH tpa plasmine XII XIIa kallicréine... bradykinine thrombine C1-IH C1 IgG/IgM-Ag MASP MBL C1 C2 C4 C3 D DAF MCP CR1 C4 50% normale C3 normal CH50 ~ normal ( lors des crises) C1-IH absent/non fonctionnel

18 C4 50% normale C3 normal CH50 ~ normal ( ) C1-IH absent/non fonctionnel Génétique (OAH) 1 e crises 85% < 20 ans I (90%) <30% normale II (10%) déficit fonctionnel 2/3 familial (1/50.000) 1/3 sporadique crise Danazol (Danatrol ) Acide tranexamique (Exacyl ) Concentré C1-IH (Berinert ) Acquis (OAA) adulte >45 ans C' normal chez ses enfants CH50 C1q I Consommation C1-IH Lymphome Ig monoclonale Cancer viscéral HBV HCV VIH H.pylori LED II AutoAc anti-c1-ih C1-IH ( 96kDa) Iatrogène Oestogènes IEC Corticoïde Anti-fibrinolytique Quels examens pour une suspicion d un déficit immunitaire cellulaire? FS : lymphopénie? (une absence de lymphopénie n élimine pas le diagnostic) phénotypage lymphocytaire : Interprétation en % et en VA, selon l âge B (CD19 + ) T (CD3 + CD4 + ; CD3 + CD8 + ) K (CD3 - CD16 + CD56 + ) étude de la réponse lymphoproliférative : - vis-à-vis de mitogènes (Ac anti-cd3, PHA) - vis-à-vis d Ag spécifiques selon sensibilisation antérieure (anatoxine tétanique, candidine, tuberculine ± CMV, HSV, VZV) analyse de la capacité de production de cytokines + exploration systématique de l immunité humorale

19 Principales caractéristiques des déficits prédominants de l'immunité cellulaire Le syndrome de Di George = anomalie embryologique (anomalie de développement des 3-4 arcs branchiaux) - absence complète ou partielle du thymus, des parathyroïdes (tétanie néonatale) et cardiopathie - Lc T = 0 ou - IMC et IMH + perturbées Déficits immunitaires combinés sévères (SCID) : DICS B+ T - B- K - K + K - K + X1-SCID (γc) SCID (AR) (jak-3) IL-7Rα CD3δ CD45 ADA SCID PP SCID SCID-RS (artémis) SCID- non RS ( rag1/rag2) Sd d OME

20 DICS, T - B + K - lié à l X (DICS-X1, γc 50% des DICS,1/ ) ou AR Clinique : manifestations dès les premiers mois Infections récurrentes bactériennes ou virales (CMV, Pneumocystis carinii), BCGite Diarrhée sévère Retard SP Thymus hypoplasique, dépourvu de corpuscules de Hassal, pas de différenciation cortico-médullaire Biologie : Lc T = 0 ; K = 0 cellules B : nombre normal ou augmenté mais agammaglobulinémie (parfois IgM) ADA détectable Pas d augmentation de la radiosensibilité Diagnostic anténatal : Sur ponction de sang fœtal, à 20 sem G Les déficits fonctionnels des cellules T 1. déficits d'expression des molécules du CMH (classe I /II ) (= syndrome des lymphocytes dénudés) - mutation de gènes contrôlant l'expression des gènes CMH - diminution modérée des Lc - tests cutanés d'hsr : négatifs - réponses prolifératives aux Ag : non - réponse aux mitogènes : oui - Ac contre Ag peptidiques : non 2. Défauts des fonctions effectrices - susceptibilité aux infections par mycobactéries mutation du gène codant pour sous-unité IF-γR mutation du gène codant pour sous-unité p40 IL-12 mutation du gène codant pour sous-unité β de l IL-12R IL-12 IF-γ Lc T K

21 Déficits immunitaires secondaires Iatrogènes (corticoïdes, immuno-suppresseurs, anti-cancéreux) hémopathies malignes et cancers - hémopathies de la lignée B LLC Maladie de Waldenström myélome - hypogammaglobulinémie + composant monoclonal - déficit de production d'ac - maladie de Hodgkin déficit immunité cellulaire troubles métaboliques - malnutrition - déficits en Fer et en Zinc, en vitamines (B12) -diabète - insuffisance rénale - sd néphrotique et entéropathie exudative certaines infections - rougeole - VIH vieillissement stress l évolution naturelle de l'infection VIH Progresseurs rapides CD8 CD4 Progresseurs lents (médiane 9 ans) on progresseurs àlong terme (5 10%) <1-2 ans CD8 CD4 ~ 9 ans CD8 CD4 Exposés non infectés (séronégatifs) CD4 CD8 >12 ans pathogénicité des souches et mode de transmission charge virale initiale qualité de la réponse immune cofacteurs infectieux...

22 M CD4 CCR5 RATES MIP-1α MIP-1β VIH Lc T CD45RO + Cell. Dendritiques Macrophages (CCR5) Microglie (CCR3 CCR5) Eosinophiles (CCR3) gp41 gp120 CD4 gp120 corécepteur gp41 fusion CXCR4 * SDF-1 Lc T CD45RA + Lc B monocytes neutrophiles CCR5 :: Δ32 Δ32 // Δ32 Δ32 ::(1-2%) exposés non noninfectés // Δ32 Δ32 ::(15-20%) non non progresseurs (+2 (+2 ans ans de de latence) // :: expression variable du du CCR5 T VIH Cell. Dendritique Tissulaire Hyperplasie folliculaire Rétention des Lc T FDC rétention VIH IDC infection des CD4 Involution folliculaire désorganisation de l'architecture involution des HEV raréfaction des Lc CD4 CD8 Déstructuration progressive des organes lymphoïdes périphériques souches T deviennent majoritaires CD4 Contre-sélection des souches T T CXCR4 SDF-1 SDF-1 empêche la propagation des souches T Latence post-intégration : Lc T CD4 + mémoires quiescents Macrophages infectés Virions captés sur CFD

23 Autres voies de pénétration du VIH Ac anti-gp120 Virus opsonisé par complément gp120 gp120 FcγR sur Monocytes/Macrophages CR3 sur phagocytes, cellules B, cellules folliculaires dendritiques Gangliosylcéramides sur cellules épithéliales et nerveuses DC-SIG, lectine à la surface des CD ( infection en trans des lymphocytes T) CTL CD8 : expansion +++ CTL anti-vih (lymphopénie initiale puis hyperlymphocytose ± sd mononucléosique) CD4 : chute transitoire CV plasmatique : fonction niveau réplication ganglionnaire CV résiduelle caractéristique de chaque patient Valeur déterminante pour pronostic à long terme Virus intégré dans cellules quiescentes totalement invisible pour les CTL Immunité cellulaire +++ Ac anti-vih premiers Ac ~ J21 (non neutralisants), aucun rôle de contrôle semaines apparition tardive des Ac neutralisants (Ac anti-gp120) ; rôle limité variabilité boucle V3 gp120 Ac facilitateurs

24 Lc T cytotoxiques (CTL) CD4 et CD8 spécifiques anti-vih -1 semaprès infection - dirigés contre différents épitopes (gag, pol, env) - CD8 circulants rôle essentiel des CTL dans la réduction de la charge virale importance précocité et diversité de la réponse CTL expansion T CD8 polyclonale lors PI meilleur pronostic (hyperlymphocytose avec syndrome mononucléosique) conditionne la taille du réservoir d AD proviral (AD-proviral intégré dans les cellules au décours PI) HLA importance coopération CD4 / CD8 pour maintien réponse CTL variabilité génétique échappement pb : destruction précoce des Lc T CD4 + spécifiques... CD8 CD semaines Tri-thérapie déséquestration des lymphocytes éduqués/mémoire 1 à >12 années Réplication virale (effet cytopathogène) Destruction des cellules infectées par CTL, Ac Formation de syncitium activation lymphocytaire apoptose renouvellement périphérique épuisement renouvellement thymique séquestration périphérique

25 1996 : début traitements anti-rétroviraux hautement actifs HAART - diminution prolongée réplication virale : > 50% patients traités avec CV indétectable (par technique classique) - Ré ascension des cellules T CD4 + circulantes désequestration des lymphocytes éduqués/mémoire - Restauration de la réponse immune vis-à-vis de certains pathogènes - pas de baisse significative du DA viral : mais persistance VIH sous forme intégrée, quiescente ou plutôt faiblement réplicative, au niveau des Lc T CD4 + et des monocytes - au long cours : effets secondaires indésirables -échecs par non adhérence aux traitements -résistances virales - une restauration immunitaire partielle sous traitement : efficace vis-à-vis d agents infectieux endogènes ou exogènes, Pas de restauration de la réponse immune anti-vih objectif : obtention d un état d équilibre immuno-virologique éventuellement favorisé par une immunothérapie fréquence des effets indésirables difficultés d'adhésion au traitement restauration immunitaire possible même si traitement à un stade avancé Quand débuter le traitement? traitement antirétroviral précoce si PI symptomatique sévère et critères d'infection très récente (<1mois) discuter la mise en route d'un traitement si PI pauci-symptomatique et/ou diagnostic tardif retarder la mise en route du traitement antirétroviral chez des patients asymptomatiques et/ou vus après «positivation» de l'ensemble des marqueurs sérologiques (contrôle rapproché des lymphocytes T CD4 et de la CV) durée du traitement difficile à préciser

Item 127 : Transplantation d'organes

Item 127 : Transplantation d'organes Item 127 : Transplantation d'organes Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Allogreffe de moelle ou de cellules souches...1 2 Transplantation d'organes... 2 3 Diagnostic...3

Plus en détail

Explorations des réponses Immunitaires. L3 Médecine

Explorations des réponses Immunitaires. L3 Médecine 2012 Explorations des réponses Immunitaires L3 Médecine Rappel sur les réponses Immunitaires DIFFERENTS TYPES DE REPONSES IMMUNITAIRES Naturelle = innée Adaptative Non spécifique Spécifique Immédiate Barrière

Plus en détail

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

LA REPONSE ALLOGENIQUE. C. René -2011

LA REPONSE ALLOGENIQUE. C. René -2011 LA REPONSE ALLOGENIQUE C. René -2011 Les Lois de la transplantation Rôle des lymphocytes T Transfert de l immunité par les cellules T Infiltrat de cellules mononuclées disposé en manchons péri-vasculaire:

Plus en détail

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis.

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Tarek Ben Othman Congrès de la STPI, 24 avril 2009 Plan Introduction

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 3 septembre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 3 septembre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 3 septembre 2008 PRIVIGEN 100 mg/ml, solution pour perfusion Flacon en verre de 50 ml (CIP: 572 790-7 Flacon en verre de 100 ml (CIP: 572 791-3) Flacon en verre de 200

Plus en détail

LES DÉFICITS IMMUNITAIRES COMBINÉS SÉVÈRES

LES DÉFICITS IMMUNITAIRES COMBINÉS SÉVÈRES LES DÉFICITS IMMUNITAIRES COMBINÉS SÉVÈRES Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Activation et polarisation des lymphocytes T. A. Toubert Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité, Hôpital Saint-Louis

Activation et polarisation des lymphocytes T. A. Toubert Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité, Hôpital Saint-Louis Activation et polarisation des lymphocytes T A. Toubert Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité, Hôpital Saint-Louis Immunité acquise La réponse innée reconnaît des structures conservées entre

Plus en détail

Le don. de sang placentaire. Une source irremplaçable de cellules souches pour la greffe allogénique. Document destiné aux professionnels de santé

Le don. de sang placentaire. Une source irremplaçable de cellules souches pour la greffe allogénique. Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé 2 EDITION Etablissement relevant du ministère de la santé Le don de sang placentaire Une source irremplaçable de cellules souches pour la greffe allogénique

Plus en détail

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques Professeur Ibrahim Yakoub-Agha CHRU de LILLE (Illustration de J. Cloup, extraite du CD-Rom «greffe de Moelle» réalisé par la société K Noë) La moelle osseuse

Plus en détail

Mécanismes de l alloréactivité, des rejets de greffe et de la réaction du greffon contre l hôte.

Mécanismes de l alloréactivité, des rejets de greffe et de la réaction du greffon contre l hôte. Mécanismes de l alloréactivité, des rejets de greffe et de la réaction du greffon contre l hôte. Marcelo de Carvalho Bittencourt, Christophe Baron, Gilles Blancho, Myriam Labalette, Hélène Moins Teisserenc

Plus en détail

Don de moelle osseuse. pour. la vie. Agence relevant du ministère de la santé. Agence relevant du ministère de la santé

Don de moelle osseuse. pour. la vie. Agence relevant du ministère de la santé. Agence relevant du ministère de la santé Don de moelle osseuse Engagez-VOUS pour la vie 1 Pourquoi devenir veilleur de vie? Le don de moelle osseuse peut sauver des vies La greffe de moelle osseuse représente une chance importante de guérison

Plus en détail

Les greffes de cellules souches

Les greffes de cellules souches A qui en parler? Vous cherchez de l aide ou d autres informations? Vous avez besoin de parler? Vous cherchez des informations sur un type de cancer ou ses possibilités de traitement? Vous voulez savoir

Plus en détail

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie 1977 - Terme utilisé par Jonas Salk. 1983 - Rassemble tous les aspects des vaccinations : biologiques, immunologiques et cliniques ainsi

Plus en détail

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban Vaccination et tuberculose en Gériatrie Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban VACCINATIONS 2 Personnes âgées et vaccinations Avec

Plus en détail

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités Immunité & Vieillissement Vaccinations universelles Grippe Zona Coqueluche Pneumocoque Voyageur LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités La vaccination

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Le don de moelle osseuse

Le don de moelle osseuse Le don de moelle osseuse Enfant, je rêvais de sauver des vies. Aujourd hui, je le fais. Grande cause nationale 2009 Olivier, 4 ans Olivier, 32 ans Établissement relevant du ministère de la santé Le don

Plus en détail

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Le phénotype immunitaire d un individu caractérise sa capacité à répondre, grâce aux effecteurs de l immunité adaptative, aux différents agents

Plus en détail

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER Dr Michael Hummelsberger, Pr Jean-Gabriel Fuzibet, Service de Médecine Interne, Hôpital l Archet, CHU Nice 1. ANEMIE L étiologie de l anémie

Plus en détail

www.dondemoelleosseuse.fr

www.dondemoelleosseuse.fr Agence relevant du ministère de la santé www.dondemoelleosseuse.fr 01 Pourquoi devenir Veilleur de Vie? Le don de moelle osseuse peut sauver des vies. Chaque année, des milliers de personnes - enfants

Plus en détail

Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins»

Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins» Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins» Bernard Duval Institut National de Santé Publique du Québec 18 avril 2002 Objectifs Grands axes de la réponse immunitaire Conjugaison

Plus en détail

Le don de cellules souches. M.Lambermont Pascale Van Muylder

Le don de cellules souches. M.Lambermont Pascale Van Muylder Le don de cellules souches M.Lambermont Pascale Van Muylder 1 Pourquoi avons-nous recours à la greffe de CSH? Certaines maladies causent la destruction ou un fonctionnement anormal de la moelle osseuse.

Plus en détail

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points)

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) Lycée M hamdia Année scolaire : 2011/2012 Prof : Saïd Mounir Date : 17/05/2012 Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) EXERCIE N O 1: (4 points) : 1 : a-b 2 : b 3 : a-b 4 : d 5 : d 6 :

Plus en détail

Profil médico-économique de plerixafor en remobilisation dans le myélome multiple

Profil médico-économique de plerixafor en remobilisation dans le myélome multiple Profil médico-économique de plerixafor en remobilisation dans le myélome multiple Aline Voidey Soirée de la Société de Médecine de Franche-Comté Jeudi 27 novembre 2014 L hématopoièse Une seule et unique

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Les Applications industrielles et commerciales des cellules souches. Inserm Transfert Pôle Création d Entreprises

Les Applications industrielles et commerciales des cellules souches. Inserm Transfert Pôle Création d Entreprises Les Applications industrielles et commerciales s cellules souches Inserm Transfert Pôle Création d Entreprises Matthieu COUTET, Responsable du Pôle Jean-François RAX, Business Analyst 1 Plan Cellules souches

Plus en détail

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus.

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus. AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne Les dons de cellules & de tissus. Introduction : Une greffe (don) de cellules consiste à administrer à un patient dont un organe vital ne fonctionne plus correctement, une

Plus en détail

Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé. Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009

Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé. Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009 Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009 Complications pulmonaires en onco-hématologie (Mokart et al Chest 2003) ~ 20 % des patients ~

Plus en détail

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal!

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! J ai de 18 à 50 ans Le Don de Moelle Osseuse Ça m intéresse -1 je demande des infos, je réfléchis. -2 je contacte le centre EFS le plus proche de chez moi. 3- je suis

Plus en détail

L allogreffe de Cellules Souches Hématopoïétiques

L allogreffe de Cellules Souches Hématopoïétiques L allogreffe de Cellules Souches Hématopoïétiques L historique 1960 - Pr Jean DAUSSET Découverte des groupes HLA 1970 - Pr Georges MATHE Première greffe de moelle osseuse allogénique 1974 - Pr Donald THOMAS

Plus en détail

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD?

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? Hélène MANGEARD François MALADRY Tuberculose : infection mycobactérienne Infection mycobactérienne chronique (M. Tuberculosis ++ ou bacille

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mars 2010 PREVENAR 13 0,5 ml, suspension injectable vaccin pneumococcique polyosidique conjugué (13-valent, adsorbé) Boîte de 1 seringue pré-remplie avec aiguille

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

Mise à jour du dossier de presse du 2 février 1999 «Organisation d un réseau de sang placentaire en France»

Mise à jour du dossier de presse du 2 février 1999 «Organisation d un réseau de sang placentaire en France» Mise à jour du dossier de presse du 2 février 1999 «Organisation d un réseau de sang placentaire en France» MISE AU POINT DE L ORGANISATION DU RESEAU EN FRANCE, EN 2003 : Aujourd hui, cinq établissements

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

Nous avons tous un don qui peut sauver une vie. D e v e n i r. donneur de moelle. osseuse

Nous avons tous un don qui peut sauver une vie. D e v e n i r. donneur de moelle. osseuse Nous avons tous un don qui peut sauver une vie D e v e n i r donneur de moelle osseuse Pourquoi s inscrire comme donneur de moelle osseuse? Pour des personnes atteintes de maladies graves du sang, la greffe

Plus en détail

Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner?

Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner? Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner? Malika Benkerrou Site de référence pédiatrique national sur la drépanocytose Hôpital Robert Debré, Paris 3èmes Journées de la Drépanocytose en Martinique

Plus en détail

Mécanisme des réactions inflammatoires

Mécanisme des réactions inflammatoires 01/04/2014 THOMASSIN Guillaume L2 Revêtement Cutané Dr. Sophie Deplat-Jégo Relecteur 4 8 pages Revêtement cutané Mécanisme des réactions inflammatoires cutanés Mécanisme des réactions inflammatoires Plan

Plus en détail

Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines

Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines Jean Daniel Lelièvre, Yves Lévy, Pierre Miossec I-Introduction... 2 II-Les interférons... 2 II-1.L interféron... 3 II-1-a.

Plus en détail

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie La diversité des étiologies et la variété des traitements utilisés en hépatologie rendent difficile la

Plus en détail

LES GREFFES DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOIETIQUES J.P. JOUET. Février 2007

LES GREFFES DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOIETIQUES J.P. JOUET. Février 2007 LES GREFFES DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOIETIQUES J.P. JOUET Février 2007 Introduction Il est aujourd hui souhaitable de ne plus parler de «greffe de moelle» mais de «greffe de cellules souches hématopoïétiques

Plus en détail

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis INTRODUCTION Plus de 300. 10 6 porteurs chroniques de VHB dans le monde Hépatite chronique

Plus en détail

Mécanismes moléculaires à l origine des maladies autoimmunes

Mécanismes moléculaires à l origine des maladies autoimmunes Mécanismes moléculaires à l origine des maladies autoimmunes Sébastien Lacroix-Desmazes INSERM UMRS 1138 Immunopathology and herapeutic Immunointervention CRC - Paris, France Ma connaissance d un patient

Plus en détail

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Pathologies inflammatoires et connectivites Pathologies dégénératives Exclusion du métabolisme phosphocalcique et des marqueurs du remodelage osseux

Plus en détail

DON DE SANG. Label Don de Soi

DON DE SANG. Label Don de Soi DON DE SANG Label Don de Soi 2015 SOMMAIRE Les différents types de dons p.3 Le don de sang total Le don de plasma Le don de plaquettes Le don de moelle osseuse Que soigne-t-on avec un don de sang? p.7

Plus en détail

Cytokines & Chimiokines

Cytokines & Chimiokines Cytokines & Chimiokines I. (D après Förster, R. et al. (1999) Cell 99:23) Dans le but d étudier la régulation de la circulation des leucocytes dans l organisme, des souris déficientes pour le récepteur

Plus en détail

ALLOGREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES (CSH) CHEZ 26 PATIENTS ATTEINTS DE β THALASSEMIES MAJEURES

ALLOGREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES (CSH) CHEZ 26 PATIENTS ATTEINTS DE β THALASSEMIES MAJEURES ALLOGREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES (CSH) CHEZ 26 PATIENTS ATTEINTS DE β THALASSEMIES MAJEURES R. Belhadj, R.Ahmed Nacer, F.Mehdid, M.Benakli, N.Rahmoune, M.Baazizi, F. Kaci, F.Harieche, F.Zerhouni,

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

SAUVEZ UNE VIE... EN DONNANT LA VIE!

SAUVEZ UNE VIE... EN DONNANT LA VIE! SAUVEZ UNE VIE... EN DONNANT LA VIE! SUIVEZ-NOUS SUR : BANQUE PUBLIQUE DE SANG DE CORDON DʼHÉMA-QUÉBEC Lire ce code avec un téléphone intelligent pour accéder à la page S inscrire à la banque de sang de

Plus en détail

La vaccination des personnes âgées

La vaccination des personnes âgées La vaccination des personnes âgées et les recommandations du calendrier vaccinal 2009 concernant les personnels et les résidents des EHPAD. Journée du CCLIN Paris Nord du 6 mai 2009 Dr Albert SCEMAMA Vaccination

Plus en détail

14. TRANSPLANTATION DE CELLULES SOUCHES maj 2010 HEMATOPOIETIQUE

14. TRANSPLANTATION DE CELLULES SOUCHES maj 2010 HEMATOPOIETIQUE 14. TRANSPLANTATION DE CELLULES SOUCHES maj 2010 HEMATOPOIETIQUE 14.1. INTRODUCTION. 3 14.2. INDICATIONS.. 3 14.3. SOURCES DE CSH 4 14.3.1. La moelle osseuse. 4 14.3.2. Le sang périphérique 4 14.3.3. Le

Plus en détail

Chapitre 16. Exploration des polynucléaires neutrophiles. Guide des analyses en immunologie 2014 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés

Chapitre 16. Exploration des polynucléaires neutrophiles. Guide des analyses en immunologie 2014 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés Chapitre 16 Exploration des polynucléaires neutrophiles Guide des analyses en immunologie 2014 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés 218 Exploration de l immunité cellulaire Synopsis XVIII Stratégie

Plus en détail

d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique

d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique COL L ÈGE N ATIONAL DES GYNÉ COLOGUES E T OBS TÉ TRICIENS FR A NÇ A IS Président : Professeur F. P u e ch EXTRAIT d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique Publié le 10 décembre 2010 N o t a. Le

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

II - DIABETE DE TYPE 1 : ÉPIDÉMIOLOGIE - PHYSIOPATHOLOGIE - DIAGNOSTIC- DÉPISTAGE

II - DIABETE DE TYPE 1 : ÉPIDÉMIOLOGIE - PHYSIOPATHOLOGIE - DIAGNOSTIC- DÉPISTAGE II - DIABETE DE TYPE 1 : ÉPIDÉMIOLOGIE - PHYSIOPATHOLOGIE - DIAGNOSTIC- DÉPISTAGE I. ÉPIDÉMIOLOGIE En France, le diabète de type 1 touche 0,38 % de la population totale et environ 10 % des diabétiques.

Plus en détail

Leucémie Lymphoïde Chronique

Leucémie Lymphoïde Chronique Sur la Leucémie Lymphoïde Chronique Coordination : Pierre Feugier, Nancy Avec le soutien de Sur la Leucémie Lymphoïde Chronique Sommaire Qu est-ce que la leucémie lymphoïde chronique?..........................

Plus en détail

TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE

TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE TOXIC SHOCK SYNDROME Généralités Syndrome du à une sécrétion d exotoxine Staphylocoques, Streptocoque groupe A Manifestations cliniques non liées au lieu

Plus en détail

ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches

ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches Le don de cellules souches Jean VIVIN 04/2013 1-Nature du problème : 2- Technique Les leucémies représentent

Plus en détail

GREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOEITIQUES ET SES COMPLICATIONS INFECTIEUSES. Michael HUMMELSBERGER Hématologie clinique CHU de Nice

GREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOEITIQUES ET SES COMPLICATIONS INFECTIEUSES. Michael HUMMELSBERGER Hématologie clinique CHU de Nice GREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOEITIQUES ET SES COMPLICATIONS INFECTIEUSES Michael HUMMELSBERGER Hématologie clinique CHU de Nice OU POURQUOI LES INFECTIOLOGUES PENSENT QUE LES HEMATOLOGUES SONT IRRAISONNABLES

Plus en détail

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA 16/11/12 TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA Chantal GAUTREAU LABORATOIRE HLA S E R V I C E D I M M U N O L O G I E E T D H I S T O C O M PAT I B I L I T É, A P - H P, HÔPITAL SAINT LOUIS, PARIS,

Plus en détail

DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la réglementation sur les thérapies cellulaires.

DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la réglementation sur les thérapies cellulaires. Produits de thérapie cellulaire DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la réglementation sur les thérapies cellulaires. DIAPOSITIVE 2 La fabrication des thérapies cellulaires est examinée par la Division

Plus en détail

La cytométrie de flux

La cytométrie de flux TD5 La cytométrie de flux Air sous-pression Signal de formation des gouttes Signal de charge des gouttes Cellules en suspension Liquide de Gaine Vibrateur Ultrason Dˇtecteur de Lumi re Arrt du Faisceau

Plus en détail

Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010

Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010 Parc d Innovation d Illkirch, France, le 10 mars 2010 Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010 Transgene (Euronext

Plus en détail

Vaccination contre la grippe saisonnière

Vaccination contre la grippe saisonnière le point sur risques infectieux > Vaccinations Vaccination contre la grippe saisonnière Questions / Réponses - Professionnels de santé Document élaboré le 14 octobre 2014 1 - Quand a lieu la campagne de

Plus en détail

Production d effecteurs immuns. Veronique DECOT, MCU-PH UTCT (Unité de Thérapie Cellulaire et Tissus) CHU de Nancy

Production d effecteurs immuns. Veronique DECOT, MCU-PH UTCT (Unité de Thérapie Cellulaire et Tissus) CHU de Nancy Production d effecteurs immuns Veronique DECOT, MCU-PH UTCT (Unité de Thérapie Cellulaire et Tissus) CHU de Nancy Conditionnement Receveur Allogreffe de CSH Non prise et rejet de la greffe Donneur Immunosuppression

Plus en détail

Dossier «Maladies du sang» Mieux les connaître pour mieux comprendre les enjeux liés au don de sang

Dossier «Maladies du sang» Mieux les connaître pour mieux comprendre les enjeux liés au don de sang Dossier «Maladies du sang» Mieux les connaître pour mieux comprendre les enjeux liés au don de sang Maladies du sang Objectif de ce dossier Les demandes des médias portent régulièrement sur les usages

Plus en détail

F.Benabadji Alger 22.11.13

F.Benabadji Alger 22.11.13 F.Benabadji Alger 22.11.13 ALLERGIE DANS LE MONDE 4ÉME RANG MONDIAL (OMS) PROBLÈME DE SANTÉ PUBLIQUE LES CAUSES Notre environnement (industriel, technologique, scientifique et climatique) * Allergènes

Plus en détail

Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang

Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang Pour des raisons de simplification, les dénominations masculines s appliquent également aux femmes. La transplantation de cellules souches du

Plus en détail

La sclérose en plaques

La sclérose en plaques Hôpital de la Salpêtrière, La sclérose en plaques Catherine Lubetzki Sclérose en plaques 80 000 cas en France Seconde cause de handicap de l adulte jeune 50% des patients ont un handicap permanent à 15

Plus en détail

Prise en charge du. Dr FERNANE.Arezki Hôpital André Grégoire Montreuil

Prise en charge du. Dr FERNANE.Arezki Hôpital André Grégoire Montreuil Prise en charge du nouveau-né de mère m HIV Dr FERNANE.Arezki Hôpital André Grégoire Montreuil GROSSESSE Chez une femme infecté par le VIH,la grossesse est a risque = prise en charge multidisciplinaire

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de la leucémie lymphoïde chronique

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de la leucémie lymphoïde chronique G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de la leucémie lymphoïde chronique Septembre 2011 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

La Dermatite Atopique, est-ce de l Allergie? Dr Antoine KHOURY EPERNAY

La Dermatite Atopique, est-ce de l Allergie? Dr Antoine KHOURY EPERNAY La Dermatite Atopique, est-ce de l Allergie? Dr Antoine KHOURY EPERNAY Définissez-moi d abord ce que vous entendez par Atopie, par Dermatite Atopique (DA) et par Allergie et je vous dirai si le DA c est

Plus en détail

Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B. Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro

Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B. Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro 1 Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro CONTEXTE La leucémie prolymphocytaire B (LPL B) est une pathologie rare,

Plus en détail

Les facteurs de croissance lignée blanche Polynucléaires neutrophiles Grastims

Les facteurs de croissance lignée blanche Polynucléaires neutrophiles Grastims Les facteurs de croissance lignée blanche Polynucléaires neutrophiles Grastims 12 2014 HEMATOPOIESE Progéniteurs puis précurseurs Stimulation par facteur : activation spécifique de leur récepteur Moelle

Plus en détail

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE Contact presse : Cathy Josse 03 22 66 87 83 / 06 86 30 46 57 josse.cathy@chu-amiens.fr 1 COMMUNIQUE DE SYNTHESE Le 16 février

Plus en détail

Les biothérapies II L3 : UE Immuno-pathologie et Immuno-intervention

Les biothérapies II L3 : UE Immuno-pathologie et Immuno-intervention Les biothérapies II L3 : UE Immuno-pathologie et Immuno-intervention Dr Cédric Ménard, MCU-PH Service ITecH INSERM U917 Rennes Dr Florian Lemaitre, AHU Service de Pharmacologie Centre d'investigation Clinique

Plus en détail

SERVICE PUBLIC FEDERAL, SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE RAPPORT GLOBAL

SERVICE PUBLIC FEDERAL, SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE RAPPORT GLOBAL SERVICE PUBLIC FEDERAL, SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE SERVICE DES LABORATOIRES DE BIOLOGIE CLINIQUE COMITE DES EXPERTS RAPPORT GLOBAL

Plus en détail

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013 Hépatite B Le virus Structure et caractéristiques o o o Famille des Hepadnaviridae Genre orthohepadnavirus Enveloppé, capside icosaédrique, 42 nm 1 Le virus Structure et caractéristiques En microscopie

Plus en détail

Anticorps anti-hla en transplantation rénale

Anticorps anti-hla en transplantation rénale Anticorps anti-hla en transplantation rénale Caroline Suberbielle Laboratoire d'immuno-histocompatibilité Hôpital St Louis Paris Définitions Patient «naïf» Patient sans événement immunisant Homme ou enfant

Plus en détail

GRANULOMATOSE SEPTIQUE CHRONIQUE

GRANULOMATOSE SEPTIQUE CHRONIQUE GRANULOMATOSE SEPTIQUE CHRONIQUE Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible:

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

Infection VIH et Grossesse Rédigée par : Laurichesse Hélène, C Jacomet

Infection VIH et Grossesse Rédigée par : Laurichesse Hélène, C Jacomet Procédure qualité : «VIH et grossesse» Page 1 sur 6 CHU de Clermont-Ferrand Service de Gynécologie-obstétrique Pôle Gynécologie-Obstétrique biologie de la reproduction Procédure médicale Infection VIH

Plus en détail

Formule sanguine et frottis périphérique. Rappels

Formule sanguine et frottis périphérique. Rappels Formule sanguine et frottis périphérique Rappels 1. Formule sanguine (= hémogramme) Actuellement automatisée : Globules rouges: Numération érythrocytaire Détermination de l hématocrite Taux d hémoglobine

Plus en détail

LES DIFFERENTS PSL : qualifications, transformations et leurs indications

LES DIFFERENTS PSL : qualifications, transformations et leurs indications ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG L Etablissement français du sang LES DIFFERENTS PSL : qualifications, transformations et leurs indications Dr Anne-Lise MARACHET DIU Cancérologie/Hématologie EFS IDF- Site

Plus en détail

plan Transplantation d organe 2 types de donneurs 05/05/2015 1 Le don d organe 2 Prise en charge immunologique 3 Le rejet

plan Transplantation d organe 2 types de donneurs 05/05/2015 1 Le don d organe 2 Prise en charge immunologique 3 Le rejet plan Transplantation d organe 1 Le don d organe 2 Prise en charge immunologique 3 Le rejet 2 types de donneurs Activité de prélèvement en France Donneurs décédés:+++++ Donneurs vivants: Apparenté Non apparenté

Plus en détail

ASTHME DU PETIT ENFANT

ASTHME DU PETIT ENFANT ASTHME DU PETIT ENFANT DÉFINITION 3 épisodes dyspnéiques avec sibilants avant l âge de 3 ans (Tabachnik et Levinson - 1981) Indépendamment : du statut atopique de l âge de début des facteurs déclenchants

Plus en détail

L allergie alimentaire chez l enfant François DOUCHAIN Service de Pédiatrie CH Arras

L allergie alimentaire chez l enfant François DOUCHAIN Service de Pédiatrie CH Arras L allergie alimentaire chez l enfant François DOUCHAIN Service de Pédiatrie CH Arras JAMA 26 janvier 2012 1 L allergie alimentaire (AA) touche environ 5% de la population infantile Semble en augmentation

Plus en détail

Coombs direct positif (et tout ce qui se cache derrière) : Gestion et interprétation. Dr J.C. Osselaer, Luxembourg, 14.12.2006

Coombs direct positif (et tout ce qui se cache derrière) : Gestion et interprétation. Dr J.C. Osselaer, Luxembourg, 14.12.2006 Coombs direct positif (et tout ce qui se cache derrière) : Gestion et interprétation Dr J.C. Osselaer, Luxembourg, 14.12.2006 Etiologie d'un Coombs Direct positif 1. Autoanticorps immunisation contre GR

Plus en détail

Tumeur maligne des os

Tumeur maligne des os Tumeur maligne des os E p idém iologie tumeur maligne primitive de l os touchant essentiellement l adolescent et l adulte jeune. 70% des sarcomes ostéogéniques sont diagnostiqués avant l âge de 18ans dans

Plus en détail

l'institut Paoli-Calmettes (IPC) réunit à la Villa Méditerranée les 29 et 30 mai 2015

l'institut Paoli-Calmettes (IPC) réunit à la Villa Méditerranée les 29 et 30 mai 2015 ANNONCE PRESSE Un donneur pour chaque patient en attente d'une greffe de moelle osseuse, de la chimère à la réalité grâce à la révolution de la greffe haplo mismatch Marseille, le 26 mai 2015. L'Institut

Plus en détail

Anticorps, vaccins, immunothérapies allergéniques tout savoir sur les progrès de l immunothérapie en 20 questions

Anticorps, vaccins, immunothérapies allergéniques tout savoir sur les progrès de l immunothérapie en 20 questions Anticorps, vaccins, immunothérapies allergéniques tout savoir sur les progrès de l immunothérapie en 20 questions De quoi se compose le système immunitaire? Chaque jour, des substances étrangères, appelées

Plus en détail

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies Cholestérol 89 Cholestérol L hypercholestérolémie est un facteur de risque d athérosclérose comme l ont établi de grandes enquêtes épidémiologiques. Dans le sang, le cholestérol est transporté par des

Plus en détail

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002.

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. Le diagnostic de la tuberculose bovine La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. 1. Tuberculination Dans la première phase d une infection de tuberculose bovine (Mycobacterium

Plus en détail