Document de référence pour les soins palliatifs spécialisés stationnaires

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Document de référence pour les soins palliatifs spécialisés stationnaires"

Transcription

1 Document de référence pour les soins palliatifs spécialisés stationnaires Version 1 1

2 Sommaire 1 Document de référence pour les soins palliatifs spécialisés stationnaires en Suisse (version 1.0 du ) Structure de l'offre Définition Groupe cible Mission et objectifs Critères de qualité de la structure Groupes professionnels / effectifs Qualification du personnel Structures pour l'autoréflexion et la protection de l'équipe Infrastructure technique Infrastructure physique Dimension minimale Certification Mandat de prestations Champ d'application... 6 Version 1 2

3 1 Document de référence pour les soins palliatifs spécialisés stationnaires en Suisse (version 1.0 du ) Ce document remplace, pour les structures hospitalières avec mission de soins palliatifs, les directives antérieures de la brochure «Structures spécialisées de soins palliatifs en Suisse» 1. Il est publié sur Le document de référence pour les soins palliatifs spécialisés en Suisse constitue la base d'autres documents dans les domaines de la certification, la formation et du système tarifaire. Les passages en bleu font partie également du code CHOP 93.8A.3ss Soins palliatifs spécialisés. 2 Veuillez noter que le code CHOP Soins palliatifs spécialisés comprend aussi d'autres indications concernant l'évaluation et les soins multidisciplinaires / interprofessionnels. 2 Structure de l'offre 2.1 Définition Traitement continu 24h/24 dans une unité de soins palliatifs (service ou clinique) dotée de sa propre direction médicale et des soins. L'infrastructure, les processus et l'équipe multidisciplinaire / interprofessionnelle sont orientés vers les soins palliatifs particulièrement exigeants et complexes. Une équipe multidisciplinaire / interprofessionnelle spécialisée dans les soins palliatifs particulièrement exigeants et complexes prend en charge les patientes et patients et leurs proches dans une approche holistique. La structure hospitalière avec mission de soins palliatifs est autonome en matière de processus de triage (admission), de traitement et de sortie des patientes et patients. 2.2 Groupe cible Patientes et patients à un stade avancé d'une maladie chronique/incurable et/ou avec une espérance de vie limitée, toutes classes d'âge confondues, avec une problématique physique, psychique et/ou socio-spirituelle instable et complexe nécessitant un important investissement en termes d'évaluation, de traitement et d'accompagnement (médicaux, infirmiers, psychosociaux, spirituels). 2.3 Mission et objectifs Traitement médical complexe. Celui-ci comprend: la détermination des priorités, avec prise en compte également de l'avis des spécialistes chargés des diagnostics, les diagnostics nécessaires à la résolution du problème et le traitement causal et palliatif avec pour objectif la meilleure qualité de vie possible, la préparation (y c. traitement palliatif de réhabilitation) et l'organisation du retour au domicile ou du transfert dans une autre structure de soins, Le catalogue CHOP actuel est publié sur Version 1 3

4 planification de la sortie et organisation d'un réseau d'assistance l'assistance spécifique de l'environnement familial l'accompagnement de fin de vie pour les patientes et patients dont la sortie n'est pas envisageable. accompagnement du processus de deuil, même après le décès du patient. 3 Critères de qualité de la structure 3.1 Groupes professionnels / effectifs Personnel médical: Service de jour (5/7) 1 poste à plein temps pour 5-6 lits (au moins 0,15 poste de médecin par lit). Pour les autres périodes (nuit, week-end, jours fériés), le personnel médical doit être joignable par téléphone dans un délai de 15 minutes et disponible sur place dans un délai de 60 minutes. 3 Personnel infirmier diplômé: 1,2 poste à plein temps par lit (= 1 PT pour 0,833 lit). Le personnel infirmier est présent tous les jours (7/7) 24h/24. Autres groupes professionnels: Disponibilité de tous les domaines thérapeutiques, mais intervention d'au moins deux des domaines suivants pendant au moins 6 heures au total par patient et par semaine: travail social, pédagogie sociale, psychologie, physio-, ergo-, logothérapie, diététiciens/conseil en nutrition accompagnement spirituel de différentes confessions art-thérapie (p. ex. thérapie par la peinture ou la musique), psychothérapie, thérapie de relaxation, collaborateurs bénévoles avec coordinateur Différentes formes d'entretiens axés sur la situation du patient, avec les patients, les proches et les familles. Les entretiens documentés avec les patients, les proches et les familles peuvent être menés par tous les groupes professionnels de l'équipe soignante. 3 Formulation dans le code CHOP 93.8A.3 Soins palliatifs spécialisés: la direction des soins spécialisés (de médecine spécialisée) 24h/24 peut être assurée par un système d'astreinte téléphonique. Version 1 4

5 3.2 Qualification du personnel Personnel médical: Sous la responsabilité d'un médecin spécialiste avec une formation postgraduée spécifique en médecine palliative (au moins 80 heures pour les médecins spécialistes dans les disciplines dont la réglementation pour la formation postgraduée ne prévoit aucun contenu de médecine palliative.) Cela s'applique jusqu'à l'obtention du certificat de capacité avec l'ensemble de ses dispositions transitoires. Astreinte téléphonique des médecins: Un médecin spécialiste titulaire de la qualification ci-dessus mentionnée est joignable par téléphone à tout moment (24h/24, 7j/7). Une couverture temporaire par des médecins spécialistes dûment qualifiés d'autres cliniques, par exemple en cas de congés, est possible. Personnel infirmier diplômé: Direction des soins avec justificatif d'une qualification complémentaire reconnue en soins palliatifs (au moins niveau de formation B1 ou équivalent selon palliative ch) ainsi que deux ans d'expérience minimum dans le traitement de patients en soins palliatifs. Soins thérapeutiques actifs ou d'accompagnement fournis par un personnel infirmier formé spécialement dans ce domaine: Au moins 50 % de l'ensemble du personnel infirmier diplômé ou, par équipe, en général au moins un infirmier / une infirmière diplômé(e) ayant au moins six mois d'expérience et des connaissances spécifiques dans le domaine des soins palliatifs (compétences conformes au système de formation actuel et correspondant au niveau B1 de palliative ch). Autres personnel infirmier: Au moins 50 % du personnel infirmier ou, par équipe, en général au moins un infirmier / une infirmière ayant au moins six mois d'expérience et des connaissances spécifiques dans le domaine des soins palliatifs (niveau de compétences A2 selon la société palliative ch). Autre groupes professionnels: Personnel diplômé ayant en général au moins deux ans d'expérience et des connaissances spécifiques dans le domaine des soins palliatifs (compétences conformes au système de formation actuel et correspondant au niveau A1 de palliative ch 4 ). Collaborateurs bénévoles: Cours suivi dans l'accompagnement des personnes en soins palliatifs, formation pratique avec supervision dans une institution de soins palliatifs spécialisés. 3.3 Structures pour l'autoréflexion et la protection de l'équipe Mesures de stabilisation et d'autoréflexion de l'équipe: mise en place de structures telles que supervision, groupe Balint, organisation d'entretiens sur des cas, réflexion médico-éthique ou débriefing pour l'équipe. 3.4 Infrastructure technique Oxygène, appareil d'aspiration, pompe d'analgésie, infusomates et perfuseurs, matelas antidécubitus. 4 Version 1 5

6 3.5 Infrastructure physique Atmosphère confortable, zones fréquentées par les patients, équipées conformément aux normes relatives aux constructions sans obstacles Chambres à 1 et/ou 2 lit(s) avec salle d'eau 1 ou 2 chambres avec salle d'eau accessible aux fauteuils roulants Possibilité pour les proches de passer la nuit et espace aménagé pour eux Salle de bains dans le service de soins Salle de réunion (par ex. psychologie, soins spirituels) Locaux multifonctionnels pour les entretiens et les activités sociales Chambre funéraire pour les adieux aux défunts 3.6 Dimension minimale Un service ou une clinique de soins palliatifs doit comprendre 8 lits ou au moins 100 admissions par an. 5 Un fonctionnement 24h/24 avec un personnel qualifié en soins palliatifs doit être en place. 3.7 Certification L'unité de soins est certifiée par une organisation reconnue et indépendante pour son offre de prestations de soins palliatifs spécialisés. Disposition transitoire: la certification par un organe de certification indépendant (par exemple qualitépalliative) doit être effective au plus tard trois ans après la création de l'unité de soins. 3.8 Mandat de prestations L'unité de soins est soumise à un mandat de prestations cantonal dans le cadre des services de la santé publique. Disposition transitoire: le mandat de prestations doit être donné au plus tard trois ans après la création de l'unité de soins. 4 Champ d'application La présente version 1.0 a été approuvée le par le comité de la société palliative ch. Elle est valable jusqu'à révocation. Les droits d'écriture, c.-à-d. les droits de modification du présent document sont réservés à l'ensemble du comité de palliative ch. 5 Le code CHOP 93.8A.3 Soins palliatifs spécialisés ne stipule qu'un minimum de 5 lits (aucun nombre minimal de patients). Selon palliative ch, l'harmonisation du document de référence et du du code CHOP est prévue. Version 1 6

Document de référence pour les soins palliatifs spécialisés stationnaires

Document de référence pour les soins palliatifs spécialisés stationnaires Document de référence pour les soins palliatifs spécialisés stationnaires Version 2.0 du 15.12.2015 Valable à partir du 01.01.2016 Version 2.0 Société suisse de médecine et de soins palliatifs palliative

Plus en détail

Profil de la formation en psychologie appliquée dans le cadre des hautes écoles spécialisées (HES-PA)

Profil de la formation en psychologie appliquée dans le cadre des hautes écoles spécialisées (HES-PA) 4.3.3.1.3. Profil de la formation en psychologie appliquée dans le cadre des hautes écoles spécialisées (HES-PA) du 10 juin 1999 1. Statut La formation en psychologie appliquée de niveau HES (HES- PA)

Plus en détail

Textes de référence. II. Loi n 2005-706 du 27 juin 2005, relative aux assistants maternels et familiaux p.8

Textes de référence. II. Loi n 2005-706 du 27 juin 2005, relative aux assistants maternels et familiaux p.8 Textes de référence I. Code de l action sociale et des familles p.2 II. Loi n 2005-706 du 27 juin 2005, relative aux assistants maternels et familiaux p.8 III. Loi n 2010-625 du 9 juin 20010 relative à

Plus en détail

Descriptif de fonction

Descriptif de fonction Descriptif de fonction La forme masculine s applique par analogie au féminin. 1. Poste Dénomination du poste : Rang hiérarchique : Département : 2. Positionnement hiérarchique Dénomination du poste du

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

Normes pour l agrément spécial comme MRS, CSJ ou comme centre pour lésions cérébrales acquises Arrê te royal du 9 mars 2014

Normes pour l agrément spécial comme MRS, CSJ ou comme centre pour lésions cérébrales acquises Arrê te royal du 9 mars 2014 Normes pour l agrément spécial comme MRS, CSJ ou comme centre pour lésions cérébrales acquises Arrê te royal du 9 mars 2014 LE NOUVEL ARRETE ROYAL 9 MARS 2014 ENTREE EN VIGUEUR LE 20 AVRIL 2014 EXPLIQUE

Plus en détail

Filières et réseaux de gériatrie. Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca

Filières et réseaux de gériatrie. Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca Filières et réseaux de gériatrie Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca Population âgée en forte augmentation Augmentation de l espérance de vie à

Plus en détail

L Hospitalisation à domicile

L Hospitalisation à domicile L Hospitalisation à domicile Centre Hospitalier B.P. 70348 22303 LANNION Cedex 02.96.05.70.15 S O M M A I R E Où SE SITUE L HAD? p 2 QU EST-CE QUE L HAD? p 4 QUEL LIEU D INTERVENTION? p 4 QUE DOIT-ON

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Contact : Sophie Sabin s.sabin@gpspv.fr 01 69 25 44 30. www.perrayvaucluse.fr

DOSSIER DE PRESSE. Contact : Sophie Sabin s.sabin@gpspv.fr 01 69 25 44 30. www.perrayvaucluse.fr DOSSIER DE PRESSE Contact : Sophie Sabin s.sabin@gpspv.fr 01 69 25 44 30 www.perrayvaucluse.fr Foyer Le Foyer > Qu est qu un Foyer en psychiatrie? Un Foyer en psychiatrie est une structure de soins entre

Plus en détail

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par ANNEXE 6 CONVENTION TYPE RELATIVE AUX MODALITES DE COOPERATION ENTRE UN ETABLISSEMENT DE SANTE ET UN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES DANS LE CADRE D UNE FILIERE DE SOINS GERIATRIQUES

Plus en détail

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H. CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.P.A.D. ENTRE L E.H.P.A.D. représenté par d une part,

Plus en détail

Révision de la LAMal, financement hospitalier éléments principaux

Révision de la LAMal, financement hospitalier éléments principaux Révision de la LAMal, financement hospitalier éléments principaux 28 mars 2014 Sommaire 1. Bases 2. Nouvelles règles et principes du financement hospitalier 3. Forfaits liés aux prestations 4. Planification

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne accueillie

Charte des droits et libertés de la personne accueillie Charte des droits et libertés de la personne accueillie Arrêté du 8 septembre 2003 relatif à la charte des droits et libertés de la personne accueillie, mentionnée à l'article L. 311-4 du code de l'action

Plus en détail

Le Plan de Santé Personnalisé [PSP] - Un outil de la décision partagée

Le Plan de Santé Personnalisé [PSP] - Un outil de la décision partagée Le Plan de Santé Personnalisé [PSP] - Un outil de la décision partagée PREAMBULE. La prévalence des maladies chroniques est en progression constante. 15 millions de personnes présenteraient une affection

Plus en détail

FICHE 3 Davantage de soutien à domicile et de services dans la communauté

FICHE 3 Davantage de soutien à domicile et de services dans la communauté FICHE 3 Davantage de soutien à domicile et de services dans la communauté Le soutien à domicile est toujours la première option considérée lorsqu une personne âgée se retrouve en perte d autonomie et qu

Plus en détail

Vous, ou l un de vos proches, êtes atteint d une maladie grave.

Vous, ou l un de vos proches, êtes atteint d une maladie grave. CARTOGRAPHIE DES STRUCTURES EN SOINS PALLIATIFS DE LA REGION CENTRE DREUX CHARTRES LA LOUPE 28 45 MONTARGIS ORLEANS SULLY/LOIRE VENDÔME BLOIS TOURS LUYNES 41 CHINON VIERZON 37 BOURGES LIVRET D INFORMATIONS

Plus en détail

FICHE DE POSTE AIDE SOIGNANT(E) SOINS A DOMICILE. Aide soignant(e) en soins à domicile

FICHE DE POSTE AIDE SOIGNANT(E) SOINS A DOMICILE. Aide soignant(e) en soins à domicile \\Acceuil\c\ADCW\GESTION ADMINISTRATIVE GENERALE\SERVICES ADMINISTRATIFS\GESTION DES RESSOURCES HUMAINES\FICHES DE \Fiche poste AIDE SOIGNANTEV5.doc ASSOCIATION DIACONALE NORD ALSACE 10, rue de l église

Plus en détail

Modalités d exercice en soins palliatifs

Modalités d exercice en soins palliatifs Modalités d exercice en soins palliatifs Dr Marie DELERUE DANEL Unité de soins palliatifs- Equipe mobile de soins palliatifs Hôpital Saint Vincent de Paul LILLE GHICL Diplôme universitaire de soins palliatifs

Plus en détail

POUR LE CERTIFICAT EN PSYCHIATRIE FORENSIQUE DE LA SOCIÉTÉ SUISSE DE PSYCHIATRIE FORENSIQUE, SSPF

POUR LE CERTIFICAT EN PSYCHIATRIE FORENSIQUE DE LA SOCIÉTÉ SUISSE DE PSYCHIATRIE FORENSIQUE, SSPF 1 CURRICULUM POUR LE CERTIFICAT EN PSYCHIATRIE FORENSIQUE DE LA SOCIÉTÉ SUISSE DE PSYCHIATRIE FORENSIQUE, SSPF 2 I ASPECTS GÉNÉRAUX p.5 1.1 Définition générale et champ d application 1.2 Définition spécifique

Plus en détail

L HOSPITALISATION A DOMICILE EN ILE DE FRANCE

L HOSPITALISATION A DOMICILE EN ILE DE FRANCE L HOSPITALISATION A DOMICILE EN ILE DE FRANCE ASSOCIATION PARTICIPANT AU SERVICE PUBLIC HOSPITALIER 15 Quai de Dion Bouton 92816 PUTEAUX Cedex www.santeservice.asso.fr Qu est-ce que l hospitalisation à

Plus en détail

Le service social. Judith Roggo - Service social

Le service social. Judith Roggo - Service social Le service social Judith Roggo - Service social L activité au service social Les collaborateurs du service social s occupent des patients fragilisés en rupture de liens et qui doivent affronter des réalités

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES AIDE SOIGNANT-E QUALIFIE-E

CAHIER DES CHARGES AIDE SOIGNANT-E QUALIFIE-E DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Soutient et supplée les résidents dans les activités de la vie quotidienne. Contribue à l accompagnement des résidents

Plus en détail

EMERGENCE DE L EXPERTISE CLINIQUE EN FRANCE

EMERGENCE DE L EXPERTISE CLINIQUE EN FRANCE EMERGENCE DE L EXPERTISE CLINIQUE EN FRANCE Modèles et Orientations? Mireille Saint Etienne Valenciennes novembre 2014 Genèse Emergence de la clinique USA/Canada 1943 : Francis REITER, lance l idée aux

Plus en détail

Les soins palliatifs et d accompagnement. Mise en œuvre dans l établissement

Les soins palliatifs et d accompagnement. Mise en œuvre dans l établissement Mise en œuvre dans l établissement Une obligation légale La loi n 99-477 du 9 juin 1999 garantit, dans son premier article, le droit d accès aux soins palliatifs «Toute personne malade, dont l état le

Plus en détail

Au nom du président, M. Peter Degadt

Au nom du président, M. Peter Degadt SPF SANTE PUBLIQUE SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT Bruxelles, le12/11/2009 DIRECTION GENERALE DE L ORGANISATION DES ETABLISSEMENTS DE SOINS CONSEIL NATIONAL DES ETABLISSEMENTS HOSPITALIERS

Plus en détail

(OCP) du 3 juillet 2002 (Etat le 17 septembre 2002)

(OCP) du 3 juillet 2002 (Etat le 17 septembre 2002) Ordonnance sur le calcul des coûts et le classement des prestations par les hôpitaux et les établissements médico-sociaux dans l assurance-maladie (OCP) du 3 juillet 2002 (Etat le 17 septembre 2002) Le

Plus en détail

Les certifications professionnelles enregistrées au RNCP dans les métiers de l accompagnement vers l emploi et dans l emploi : une offre plurielle

Les certifications professionnelles enregistrées au RNCP dans les métiers de l accompagnement vers l emploi et dans l emploi : une offre plurielle Les certifications professionnelles enregistrées au RNCP dans les métiers de l accompagnement vers l emploi et dans l emploi : une offre plurielle Depuis le Loi du 17 janvier 2002, le Répertoire national

Plus en détail

ROF 2011_122. Loi. concernant le financement des hôpitaux et des maisons de naissance. Le Grand Conseil du canton de Fribourg.

ROF 2011_122. Loi. concernant le financement des hôpitaux et des maisons de naissance. Le Grand Conseil du canton de Fribourg. Loi du 4 novembre 2011 Entrée en vigueur :... concernant le financement des hôpitaux et des maisons de naissance Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu la modification du 21 décembre 2007 de la loi

Plus en détail

Conditions particulières de l assurance complémentaire Global Solution

Conditions particulières de l assurance complémentaire Global Solution Conditions particulières de l assurance complémentaire Global Solution GO GOAM01-F3 Edition 01.09.2011 Table des matières Art. 1 Art. 2 Art. 3 Art. 4 But de l assurance Risques couverts Conditions d admission

Plus en détail

QUALIFICATIONS + BFFA. Manuel pour la procédure de validation des acquis pour les certificats modulaires du

QUALIFICATIONS + BFFA. Manuel pour la procédure de validation des acquis pour les certificats modulaires du QUALIFICATIONS + Manuel pour la procédure de validation des acquis pour les certificats modulaires du BFFA Brevet fédéral de formateur formatrice d adultes La formation professionnelle selon le système

Plus en détail

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE?

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? Item 142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? I/ Introduction 1 On rappelle la définition des soins palliatifs, par la S.F.A.P.

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR L ACCOMPAGNEMENT DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC DE 5ÈME CATÉGORIE AUX NOUVELLES NORMES D ACCESSIBILITÉ

CAHIER DES CHARGES POUR L ACCOMPAGNEMENT DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC DE 5ÈME CATÉGORIE AUX NOUVELLES NORMES D ACCESSIBILITÉ CAHIER DES CHARGES POUR L ACCOMPAGNEMENT DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC DE 5ÈME CATÉGORIE AUX NOUVELLES NORMES D ACCESSIBILITÉ 1. CONTEXTE La loi du 11 février 2005 exprime le principe «d accès

Plus en détail

Appel à Manifestation d Intérêt A l intention des (ONG) intéressées à la mise en œuvre des activités du Projet Fond Global-PNUD HAITI (VIH SIDA)

Appel à Manifestation d Intérêt A l intention des (ONG) intéressées à la mise en œuvre des activités du Projet Fond Global-PNUD HAITI (VIH SIDA) Appel à Manifestation d Intérêt A l intention des (ONG) intéressées à la mise en œuvre des activités du Projet Fond Global-PNUD HAITI (VIH SIDA) Le PNUD en tant que Récipiendaire Principal (RP) du Fond

Plus en détail

Formation et formation continue au sein de l Alliance suisse des samaritains

Formation et formation continue au sein de l Alliance suisse des samaritains 18.04.2008 OC 369 Annexe 3 Formation et formation continue au sein de l Alliance suisse des samaritains Sommaire 3. Au niveau de l association cantonale Annexe 3 3.1: Niveau association: architecture de

Plus en détail

Soins palliatifs et handicap Accompagner jusqu au bout

Soins palliatifs et handicap Accompagner jusqu au bout Soins palliatifs et handicap Accompagner jusqu au bout Formation palliative-vs / La Castalie, 25 septembre 2014 Rita Bonvin, infirmière en soins palliatifs, présidente palliative-vs Déroulement Soins palliatifs

Plus en détail

sur l aide et les soins à domicile (RASD)

sur l aide et les soins à domicile (RASD) 8. Règlement du 0 janvier 006 sur l aide et les soins à domicile (RASD) Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu l ordonnance fédérale du 9 septembre 995 sur les prestations dans l assurance obligatoire

Plus en détail

DECRET Décret n 2007-435 du 25 mars 2007 relatif aux actes et aux conditions d'exercice de l'ostéopathie NOR: SANH0721330D

DECRET Décret n 2007-435 du 25 mars 2007 relatif aux actes et aux conditions d'exercice de l'ostéopathie NOR: SANH0721330D 1 sur 6 25/11/2009 23:33 DECRET Décret n 2007-435 du 25 mars 2007 relatif aux actes et aux conditions d'exercice de l'ostéopathie NOR: SANH0721330D Version consolidée au 31 décembre 2008 Le Premier ministre,

Plus en détail

Planification hospitalière 2015 lits d attente

Planification hospitalière 2015 lits d attente Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Service de la santé publique Departement für Gesundheit, Soziales und Kultur Dienststelle für Gesundheitswesen Planification hospitalière

Plus en détail

REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF MEDICAL LITS MEDICAUX, LEVE-PERSONNES ET MATELAS A USAGE MEDICAL PARTIE 1 CHAMP D APPLICATION MARQUE NF

REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF MEDICAL LITS MEDICAUX, LEVE-PERSONNES ET MATELAS A USAGE MEDICAL PARTIE 1 CHAMP D APPLICATION MARQUE NF REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF MEDICAL LITS MEDICAUX, LEVE-PERSONNES ET MATELAS A USAGE MEDICAL PARTIE 1 CHAMP D APPLICATION MARQUE NF SOMMAIRE 1.1. Champ d'application 1.2. Définitions 1.3. Marque

Plus en détail

Vaud. Sources. Vaud : Sources

Vaud. Sources. Vaud : Sources Vaud : Sources Vaud Sources LS Loi sur la santé publique du 29 mai 1985, état au 1 er octobre 2011, http://www.lexfind.ch/dta/15201/3. REPS RÈGLEMENT concernant l'exercice des professions de la santé,

Plus en détail

Recommandations du comité CIIS relatives à la soumission d'institutions à la CIIS du 1 er décembre 2005

Recommandations du comité CIIS relatives à la soumission d'institutions à la CIIS du 1 er décembre 2005 Recommandations du comité CIIS relatives à la soumission d'institutions à la CIIS du 1 er décembre 2005 1. Bases Les recommandations ci-après sont basées sur les dispositions de la CIIS concernant - les

Plus en détail

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence :

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : La définition du métier «Infirmier» Les référentiels de formation, d activités et de compétences infirmiers 2009 Le portfolio de l étudiant Version 1,

Plus en détail

relatif aux prestations fournies dans le domaine de l interprétariat communautaire

relatif aux prestations fournies dans le domaine de l interprétariat communautaire Contrat relatif aux prestations fournies dans le domaine de l interprétariat communautaire entre partie A (autorités/institution) adresse représenté-e par : nom et partie B (service d interprétariat) adresse

Plus en détail

Vous allez prochainement être hospitalisé? Important à savoir. L essentiel en bref

Vous allez prochainement être hospitalisé? Important à savoir. L essentiel en bref Vous allez prochainement être hospitalisé? Important à savoir. L essentiel en bref 2 Vous devez vous faire hospitaliser? Un certain nombre de choses ont changé suite au nouveau financement hospitalier.

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SPORTS MINISTERE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LE FONCTION PUBLIQUE

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SPORTS MINISTERE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LE FONCTION PUBLIQUE MINISTERE DE LA SANTE ET DES SPORTS MINISTERE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LE FONCTION PUBLIQUE Direction générale de l'offre de soins Sous-direction de la régulation de l offre de soins, Bureau

Plus en détail

Assurance-maladie complémetaire (LCA)

Assurance-maladie complémetaire (LCA) CC (Conditions Complémentaires) Visana Assurances SA Valable dès 2014 Assurance-maladie complémetaire (LCA) Hôpital Flex Contenu Page 3 4 4 5 6 6 7 7 7 8 Assurances complémentaire des frais de guérison

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL SSIAD

LIVRET D ACCUEIL SSIAD Centre Hospitalier LE FAOUET 36, rue des Bergères 56320 LE FAOUET Tél.: 02 97 23 35 18 Standard : 02 97 23 08 99 LIVRET D ACCUEIL SSIAD SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE Page1/8 SOMMAIRE I. Organisation

Plus en détail

Appel à candidature. Plateformes de services médico-sociaux en faveur des personnes âgées en risque de perte d autonomie. Document n ARS/AAC/DAMS

Appel à candidature. Plateformes de services médico-sociaux en faveur des personnes âgées en risque de perte d autonomie. Document n ARS/AAC/DAMS Appel à candidature Plateformes de services médico-sociaux en faveur des personnes âgées en risque de perte d autonomie Document n ARS/AAC/DAMS Contexte Les besoins à satisfaire et les orientations du

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION CONTINUE EN SOINS PALLIATIFS 2016. PROGRAMME 2016 Formation continue en soins palliatifs

PROGRAMME DE FORMATION CONTINUE EN SOINS PALLIATIFS 2016. PROGRAMME 2016 Formation continue en soins palliatifs PROGRAMME DE FORMATION CONTINUE EN SOINS PALLIATIFS 2016 SE FORMER POUR DES SOINS ET UN ACCOMPAGNEMENT DE QUALITÉ PROGRAMME 2016 Formation continue en soins palliatifs Pour les collaborateurs et collaboratrices

Plus en détail

Cadre légal, responsabilités. CUSSTR : Commission Universitaire de Sécurité et Santé au Travail Romande

Cadre légal, responsabilités. CUSSTR : Commission Universitaire de Sécurité et Santé au Travail Romande CUSSTR : Commission Universitaire de Sécurité et Santé au Travail Romande Cadre légal, responsabilités Introduction Principe de prévention Il est tenu de prendre toutes les mesures nécessaires afin d assurer

Plus en détail

Niveau de soins alternatif (NSA) Liste des codes de diagnostic : des précisions sur son utilisation (en vigueur à compter du 1 er avril 2016)

Niveau de soins alternatif (NSA) Liste des codes de diagnostic : des précisions sur son utilisation (en vigueur à compter du 1 er avril 2016) Niveau de soins alternatif (NSA) Liste des codes de diagnostic : des précisions sur son utilisation (en vigueur à compter du 1 er avril 2016) Table des matières Objet de cet aide-mémoire...2 Pourquoi est-il

Plus en détail

MODELE DE SYNTHESE DE L EVALUATION EXTERNE

MODELE DE SYNTHESE DE L EVALUATION EXTERNE MODELE DE SYNTHESE DE L EVALUATION EXTERNE (3.5 de la section 3 du chapitre V de l annexe 3-10 du code de l action sociale et des familles) La synthèse a pour objectif d apprécier le service rendu aux

Plus en détail

Les compétences en soins palliatifs. Dr Claudia Gamondi Palmesino, Lugano Françoise Porchet, infirmière enseignante, Lausanne

Les compétences en soins palliatifs. Dr Claudia Gamondi Palmesino, Lugano Françoise Porchet, infirmière enseignante, Lausanne Les compétences en soins palliatifs Dr Claudia Gamondi Palmesino, Lugano Françoise Porchet, infirmière enseignante, Lausanne . besoin d aide à la maison discute du diagnostic vous savez de votre maladie?

Plus en détail

LOI 412.11 sur l'enseignement secondaire supérieur (LESS)

LOI 412.11 sur l'enseignement secondaire supérieur (LESS) Adopté le 7.09.985, entrée en vigueur le 0.08.986 - Etat au 0.0.00 (en vigueur) LOI. sur l'enseignement secondaire supérieur (LESS) du 7 septembre 985 LE GRAND CONSEIL DU CANTON DE VAUD vu le projet de

Plus en détail

(Loi nº 2002-303 du 4 mars 2002 art. 3 Journal Officiel du 5 mars 2002)

(Loi nº 2002-303 du 4 mars 2002 art. 3 Journal Officiel du 5 mars 2002) En rouge les éléments de la loi du 22 avril 2005 En violet des éléments de la petite loi du 17 mars 2015 (suite première lecture à l assemblée nationale) CODE DE LA SANTE PUBLIQUE Chapitre préliminaire

Plus en détail

EVALUATION THÉORIQUE MODULE 1 ACCOMPAGNEMENT D UNE PERSONNE DANS LES ACTIVITÉS DE LA VIE QUOTIDIENNE

EVALUATION THÉORIQUE MODULE 1 ACCOMPAGNEMENT D UNE PERSONNE DANS LES ACTIVITÉS DE LA VIE QUOTIDIENNE Page 1 de 10 Institut de Formation en Soins Infirmiers Formation Aide Soignante 04 93 69 70 59 Promotion 2009/2010 EVALUATION THÉORIQUE MODULE 1 ACCOMPAGNEMENT D UNE PERSONNE DANS LES ACTIVITÉS DE LA VIE

Plus en détail

Structures spécialisées de soins palliatifs en Suisse

Structures spécialisées de soins palliatifs en Suisse Structures spécialisées de soins palliatifs en Suisse Conférence suisse des directrices et directeurs cantonaux de la santé (CDS) 1 Sommaire 1 Introduction 1. Introduction Sommaire 1 Introduction 3 1.1

Plus en détail

Programme valaisan de partenariat entre la psychiatrie-psychothérapie publique et la médecine de premier recours

Programme valaisan de partenariat entre la psychiatrie-psychothérapie publique et la médecine de premier recours Programme valaisan de partenariat entre la psychiatrie-psychothérapie publique et la médecine de premier recours Bilan et perspectives Prof Eric Bonvin Centre Hospitalier du Chablais Institutions Psychiatriques

Plus en détail

Le suivi psychosocial en soins palliatifs

Le suivi psychosocial en soins palliatifs Le suivi psychosocial en soins palliatifs un besoin du client et de ses proches Par Johanne Audet, travailleuse sociale Centre de santé et de services sociaux de Québec-Nord (Secteur Orléans) Congrès RSP,

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER BÉZIERS L EHPAD LA PINÈDE À L ESPACE PERRÉAL DOSSIER DE PRESSE SEPTEMBRE 2011 CENTRE HOSPITALIER DE BÉZIERS

CENTRE HOSPITALIER BÉZIERS L EHPAD LA PINÈDE À L ESPACE PERRÉAL DOSSIER DE PRESSE SEPTEMBRE 2011 CENTRE HOSPITALIER DE BÉZIERS CENTRE HOSPITALIER BÉZIERS L EHPAD LA PINÈDE À L ESPACE PERRÉAL DOSSIER DE PRESSE SEPTEMBRE 2011 CENTRE HOSPITALIER DE BÉZIERS Le bassin de santé Ouest Hérault Biterrois se caractérise par une importante

Plus en détail

Modèle de canevas pour les concepts de formation postgraduée conformément à l art. 41 RFP

Modèle de canevas pour les concepts de formation postgraduée conformément à l art. 41 RFP Modèle de canevas pour les concepts de formation postgraduée conformément à l art. 41 RFP Le présent canevas a été conçu à l intention des sociétés de discipline médicale en vue de les aider à élaborer

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

Etablissements comportant des locaux d hébergement

Etablissements comportant des locaux d hébergement Etablissements comportant des locaux d hébergement Fiche H.15 Objet de la fiche Rappeler les dispositions de l arrêté pour l application, aux établissements comportant des locaux d hébergement, des articles

Plus en détail

Le métier «d Intervenant en Organisations Accompagnateur du Changement»

Le métier «d Intervenant en Organisations Accompagnateur du Changement» DOSSIER DE PRESENTATION Le métier «d Intervenant en Organisations Accompagnateur du Changement» Cursus de professionnalisation validé par 2 Certifications : Jury interne : «ATCoaching» de l EATO Jury externe

Plus en détail

DISPOSITIFS DE FORMATION

DISPOSITIFS DE FORMATION DISPOSITIFS DE FORMATION Accompagner les personnes atteintes de démence en EMS Sensibilisation aux soins palliatifs Formation des personnes-ressources en ergomotricité Prévention des chutes et maintien

Plus en détail

PROTECTION DES DONNÉES DANS LES EMS

PROTECTION DES DONNÉES DANS LES EMS PROTECTION DES DONNÉES DANS LES EMS DIRECTIVE CONCERNANT LE TRAITEMENT DES DONNÉES SUR LES RÉSIDENTS RESPONSABLE: DS PERSONNES ÂGÉES VERSION MAI 2013 CURAVIVA Suisse Zieglerstrasse 53 3000 Berne 14 Tél.

Plus en détail

Programme de formation continue (PFC) de la Société suisse de psychiatrie et psychothérapie (SSPP)

Programme de formation continue (PFC) de la Société suisse de psychiatrie et psychothérapie (SSPP) Programme de formation continue (PFC) de la Société suisse de psychiatrie et psychothérapie (SSPP) 1. Bases légales et réglementaires Le présent programme repose sur la Réglementation pour la formation

Plus en détail

PLAN DE REDRESSEMENT BUDGÉTAIRE PRÉCONISÉ PAR L'EMPLOYEUR ET DÉPOSÉ AU CONSEIL D'ADMINISTRATION LE 9 JUIN 2010.

PLAN DE REDRESSEMENT BUDGÉTAIRE PRÉCONISÉ PAR L'EMPLOYEUR ET DÉPOSÉ AU CONSEIL D'ADMINISTRATION LE 9 JUIN 2010. PLAN DE REDRESSEMENT BUDGÉTAIRE PRÉCONISÉ PAR L'EMPLOYEUR ET DÉPOSÉ AU CONSEIL D'ADMINISTRATION LE 9 JUIN 2010. Mise en contexte Le CSSSJM a été créé en 2004 par la fusion de sept (7) étsablissements,

Plus en détail

CONCOURS DE LA FILIÈRE ADMINISTRATIVE

CONCOURS DE LA FILIÈRE ADMINISTRATIVE DES INDIVIDUELS DES Justifier au 1er janvier de l'année du concours de 4 ans au moins de services publics. ATTACHE SPECIALITES : "ADMINISTRRATION GENERALE" Etre titulaire d'une licence, ou d'un titre ou

Plus en détail

VOS DROITS ET VOS DEVOIRS

VOS DROITS ET VOS DEVOIRS VOS DROITS ET VOS DEVOIRS LA CHARTE DES DROITS ET DES LIBERTES DE LA PERSONNE ACCUEILLIE. Arrêté du 8 septembre 2003 relatif à la charte des droits et libertés de la personne accueillie, mentionnée à l'article

Plus en détail

Est-il dangereux de faire passer une personne âgée aux Urgences? Dr Karine BALDASSARI Dr Catherine FERNANDEZ Les RDV de l Urgence 26 mai 2011

Est-il dangereux de faire passer une personne âgée aux Urgences? Dr Karine BALDASSARI Dr Catherine FERNANDEZ Les RDV de l Urgence 26 mai 2011 Est-il dangereux de faire passer une personne âgée aux Urgences? Dr Karine BALDASSARI Dr Catherine FERNANDEZ Les RDV de l Urgence 26 mai 2011 Plan Risques Problématiques du pré hospitalier Repérage aux

Plus en détail

J1506 - Soins infirmiers généralistes

J1506 - Soins infirmiers généralistes Appellations Infirmier / Infirmière de secteur psychiatrique Infirmier / Infirmière de service hospitalier Infirmier / Infirmière de soins généraux Infirmier / Infirmière d'hospitalisation à domicile Infirmier

Plus en détail

Accompagnement à domicile

Accompagnement à domicile Centre de santé et de services sociaux - Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke Accompagnement à domicile Nathalie Bouchard, ARH Louise Bilodeau, Inf. Patrice Giasson, Erg. Sylvie Paquin, Inh.

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e INSTITUT DE FORMATION DE L ÉDUCATION NATIONALE

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e INSTITUT DE FORMATION DE L ÉDUCATION NATIONALE MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 3909 1623 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 166 110 28 22 août mai 2009 2015 S o m m a i r e INSTITUT DE

Plus en détail

Un nouveau cadre pour l aide aux enfants en détresse et pour les familles

Un nouveau cadre pour l aide aux enfants en détresse et pour les familles 04.10.2011 Dossier de presse Un nouveau cadre pour l aide aux enfants en détresse et pour les familles L Office National de l Enfance est une administration qui dépend du Ministère de la Famille et de

Plus en détail

(OCP) du 3 juillet 2002 (Etat le 1 er janvier 2009)

(OCP) du 3 juillet 2002 (Etat le 1 er janvier 2009) Ordonnance sur le calcul des coûts et le classement des prestations par les hôpitaux, les maisons de naissance et les établissements médico-sociaux dans l assurance-maladie 1 (OCP) du 3 juillet 2002 (Etat

Plus en détail

L Infirmière Coordinatrice en Pneumologie. 22/06/2010 Onco 28 Annie Perrier 1

L Infirmière Coordinatrice en Pneumologie. 22/06/2010 Onco 28 Annie Perrier 1 L Infirmière Coordinatrice en Pneumologie Annie Perrier 1 PARCOURS PATIENT Répond au cadre réglementaire tel que défini par le Plan Cancer RCP DISPOSITIF D ANNONCE MISE EN PLACE DU TTT SUIVI et ACCOMPAGNEMENT

Plus en détail

TARMED forces et faiblesses

TARMED forces et faiblesses TARMED forces et faiblesses SEMINAIRE MAS 2010 «Financement de la santé, médicoéconomie et flux du médicament» 27 septembre 2010. Charles A. Vogel, PhD Chef de projet d introduction du TARMED au CHUV 2

Plus en détail

Equipe Soins Palliatifs Pédiatriques Auvergne

Equipe Soins Palliatifs Pédiatriques Auvergne Equipe Soins Palliatifs Pédiatriques Auvergne Les Régionales R de Cancérologie 10/02/2012 Souad Bentaoui (Réanimation Pédiatrique) P Eric Doré (CRCTCP) CHU Estaing Clermont-Ferrand Généralités Maladies

Plus en détail

Journal Officiel de la République de Djibouti

Journal Officiel de la République de Djibouti 1 sur 5 16.09.2011 10:53 Journal Officiel de la République de Djibouti Loi n 81/AN/10/6ème L portant organisation du secteur de l Artisanat en République de Djibouti. L'ASSEMBLEE NATIONALE A ADOPTE LE

Plus en détail

La santé mentale - une priorité pour le Département de la santé et de l action sociale

La santé mentale - une priorité pour le Département de la santé et de l action sociale La santé mentale - une priorité pour le Département de la santé et de l action sociale Nouvelle orientation stratégique La volonté du Département est inscrite dans le programme de législature 2007-2012

Plus en détail

Directives d'intervention et standards de formation en matière d'aide

Directives d'intervention et standards de formation en matière d'aide SeiteBevSTitelblatt KopfzeileLeer Directives d'intervention et standards de formation en matière d'aide psychologique d'urgence RÉSEAU NATIONAL D'AIDE PSYCHOLOGIQUE D'URGENCE (RNAPU) FusszeileUngerade_Referenz

Plus en détail

1 Objectif des commentaires explicatifs. 1.1 Objectif

1 Objectif des commentaires explicatifs. 1.1 Objectif Commentaires explicatifs concernant les documents de base Examen professionnel d Assistant/e spécialisé/e en soins de longue durée et accompagnement (Projet du 27.9.2012) 1 Objectif des commentaires explicatifs

Plus en détail

Entretien Professionnel. Appel à propositions pour la mise en œuvre de l entretien professionnel

Entretien Professionnel. Appel à propositions pour la mise en œuvre de l entretien professionnel Entretien Professionnel Appel à propositions pour la mise en œuvre de l entretien professionnel Date: Mars 2015 Rédacteur: AGEFOS PME Ile-de-France AGEFOS PME IDF / Appel à propositions Formations Entretien

Plus en détail

N/ réf : N mercure : La ministre déléguée à la cohésion sociale et à la parité

N/ réf : N mercure : La ministre déléguée à la cohésion sociale et à la parité Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère de la santé et des solidarités Ministre déléguée à la Cohésion sociale et à la Parité Direction générale de l action sociale Sous-direction

Plus en détail

La sécurité et l'accueil du public

La sécurité et l'accueil du public Guide technique : Organisateur > Sécurité et accueil du public > Sécurité et accueil du public La sécurité et l'accueil du public L'accueil de spectateurs, à titre onéreux ou gracieux, engage la responsabilité

Plus en détail

École des Sciences Infirmières Faculté des Sciences de la Santé Université d Ottawa

École des Sciences Infirmières Faculté des Sciences de la Santé Université d Ottawa École des Sciences Infirmières Faculté des Sciences de la Santé Université d Ottawa Unité de recherche de sciences infirmières en soins palliatifs (URSISP) L École des sciences infirmières de la Faculté

Plus en détail

ARPEIJE «Soutien aux personnes en difficulté face à l'emploi» Projet associatif

ARPEIJE «Soutien aux personnes en difficulté face à l'emploi» Projet associatif ARPEIJE «Soutien aux personnes en difficulté face à l'emploi» Projet associatif Mars 2009 54 rue du moulin de Pierre 92140 Clamart 01 41 90 65 80 http://www.arpeije.fr/ ARPEIJE projet associatif 1 Qu est

Plus en détail

Korian s attache à offrir dans ses établissements la même qualité d accueil

Korian s attache à offrir dans ses établissements la même qualité d accueil Bienvenue. Située en plein cœur du 10 e arrondissement près du canal Saint-Martin et dotée d un jardin ombragé privé, d une terrasse et de plusieurs salons conviviaux, notre maison de retraite médicalisée

Plus en détail

CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE PEDIATRIQUE D AQUITAINE RESILIAENCE

CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE PEDIATRIQUE D AQUITAINE RESILIAENCE CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE PEDIATRIQUE D AQUITAINE RESILIAENCE (Recherche, Enseignement, Soins, Information, Lutte et Initiatives pour les Adolescents et les ENfants atteints de CancEr). 1. CARACTERISTIQUES

Plus en détail

Filière éducation et insertion

Filière éducation et insertion . Filière éducation et insertion La filière «Éducation et Insertion» rassemble les équipes de professionnels chargés de conduire les projets personnalisés dans leur triple dimension : éducative, thérapeutique

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE DANS LE CADRE DU MASTER EN PSYCHOLOGIE. Faculté de SSP - Institut de Psychologie

CONVENTION DE STAGE DANS LE CADRE DU MASTER EN PSYCHOLOGIE. Faculté de SSP - Institut de Psychologie CONVENTION DE STAGE DANS LE CADRE DU MASTER EN PSYCHOLOGIE Faculté de SSP - Institut de Psychologie Personnes de contact : Pour les étudiants de l orientation - Psychologie du conseil et de l orientation

Plus en détail

MAISON DE RETRAITE LIEU DE VIE STRUCTURE MÉDICALISÉE

MAISON DE RETRAITE LIEU DE VIE STRUCTURE MÉDICALISÉE MAISON DE RETRAITE LIEU DE VIE STRUCTURE MÉDICALISÉE U n projet de vie individualisé est élaboré pour chaque résident, mis en place avec ses proches et toute l équipe soignante, Ce projet de vie est une

Plus en détail

DEFINITION DE LA FONCTION (H/F) D INFIRMIER EN CHEF (IC)

DEFINITION DE LA FONCTION (H/F) D INFIRMIER EN CHEF (IC) OCTOBRE 2011 Réf. @13_03_2012@S@DD@CV@IC@Profil_de_fonction@31735 DEFINITION DE LA FONCTION (H/F) D INFIRMIER EN CHEF (IC) Réalisation : Marie-France AUZOU Mise en conformité avec l AR de juillet 2006

Plus en détail

PARTIE 1: INFORMATIONS SUR LE COURS

PARTIE 1: INFORMATIONS SUR LE COURS PARTIE 1: INFORMATIONS SUR LE COURS Instructions indique qu une réponse autre qu une simple coche est requise indique qu une simple coche est requise. Sauf autre indication, cochez toutes les cases qui

Plus en détail

DESCRIPTION DU CORPS D'EMPLOI

DESCRIPTION DU CORPS D'EMPLOI DESCRIPTION DU CORPS D'EMPLOI I. TITRE : Conseiller en emploi II. SOMMAIRE DU CORPS D'EMPLOI (nature) : Les emplois de conseiller en emploi sont des emplois de professionnels qui comportent plus spécifiquement

Plus en détail

ÉCHELLE GRADUÉE DE FIDÉLITÉ AU MODÈLE SIM (SUIVI INTENSIF DANS LE MILIEU) PROGRAMME PRIORITÉ AU LOGEMENT Tsemberis et Stefancic, AVRIL 2010

ÉCHELLE GRADUÉE DE FIDÉLITÉ AU MODÈLE SIM (SUIVI INTENSIF DANS LE MILIEU) PROGRAMME PRIORITÉ AU LOGEMENT Tsemberis et Stefancic, AVRIL 2010 CHOIX ET STRUCTURE DU LOGEMENT 1. Choix du logement. Les participants au programme choisissent le lieu et les autres caractéristiques de leur logement. 2. Disponibilité du logement. Mesure dans laquelle

Plus en détail

Position adoptée lors de la session du Conseil national de l Ordre des infirmiers du 14 septembre 2010

Position adoptée lors de la session du Conseil national de l Ordre des infirmiers du 14 septembre 2010 Position adoptée lors de la session du Conseil national de l Ordre des infirmiers du 14 septembre 2010 De l infirmier du travail à l infirmier spécialisé en santé au travail : reconnaître l infirmier comme

Plus en détail

EXTRAIT CODE DE LA SANTE PUBLIQUE ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT ETABLISSEMENT DE SANTE PUBLIC. Obstétrique, néonatologie, réanimation néonatale.

EXTRAIT CODE DE LA SANTE PUBLIQUE ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT ETABLISSEMENT DE SANTE PUBLIC. Obstétrique, néonatologie, réanimation néonatale. EXTRAIT CODE DE LA SANTE PUBLIQUE ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT ETABLISSEMENT DE SANTE PUBLIC Obstétrique, néonatologie, réanimation néonatale. Article D6124-35 L'établissement de santé autorisé à pratiquer

Plus en détail

FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE

FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE INTITULE Intitulé du service, de l unité : EHPAD Marcel Jacquelinet Pôle : Personnes âgées Adresse postale :65 route de Dijon 21604 LONGVIC

Plus en détail