L approche de collaboration: une voie de contournement des facteurs entraînant les troubles graves de comportement.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L approche de collaboration: une voie de contournement des facteurs entraînant les troubles graves de comportement."

Transcription

1 L approche de collaboration: une voie de contournement des facteurs entraînant les troubles graves de comportement. Présenté par: Lyne Roberge, chef en réadaptation Rina Dupont, coordonnatrice clinique et ergothérapeute Au service des personnes ayant une déficience physique

2 Une réflexion en chaîne Programmation TCC modéré et grave Mise en évidence importance TGC Réflexion sur conséquences et problématique Mise en application et évaluation Élaboration guide d intervention et outils Formation sur Approche de collaboration

3 Définition trouble grave de comportement Ces comportements sont-ils significatifs par leur FRÉQUENCE, leur DURÉE, leur LATENCE, ou leur INTENSITÉ: Est-ce que les comportements nécessitent un encadrement serré? Les comportements mettent-ils en danger l intégrité physique ou la sécurité de la personne ou de son entourage? Les comportements limitent ou réduisent-ils l accès aux ressources de la communauté? Les comportements nécessitent-ils l intervention de la police? Les comportements sont-ils jugés socialement ou culturellement inacceptables dans les milieux de vie actuelle? Source: Programme Régional d Expertise multidisciplinaire en troubles graves du comportement

4 Les causes d un TGC Facteurs personnels Changements chez la personne TGC Changements dans l environnement Source: Programme Régional d Expertise multidisciplinaire en troubles graves du comportement

5 Principes d intervention retenus L approche de collaboration Éviter la confrontation Réduire les causes du TGC Miser sur les forces Miser sur les ressources personnelles et environnementales Adapter l environnement au client L hypothèse clé est qu en augmentant la qualité de vie de la personne on aura une diminution des TGC

6 Processus clinique d intervention Niveau de base Collecte de données Formulation des hypothèses causales Élaborer des interventions Mesurer l évolution Intervenir Source: Programme Régional d Expertise multidisciplinaire en troubles graves du comportement

7 Élaboration des interventions Stade 1: Fonctionnement optimal Stade 2a: Antécédents/précurseurs Stade 2b: Escalade Stade 3: Crises Stade 4: Résolution

8 Cadre logique d intervention TGC Le client adopte des comportements sécuritaires et socialement acceptables envers lui-même et les autres La famille connaît la condition du client, les soins et services requis tout au long de l évolution et adopte des attitudes facilitantes. Le client développe les pré-requis comportementaux nécessaires à la réalisation de son autonomie personnelle, à la communication de ses besoins de base et à son implication dans sa réadaptation. L environnement physique et humain à l unité et dans son milieu de vie est compatible au fonctionnement du client. Identifier les comportements de façon objective et quantitative. Remplir les grilles d observation. Identifier si l usager présente un TGC Approfondir la connaissance de l usager sur l ensemble des aspects de sa vie. Réunir l équipe pour la mise en commun des informations. Analyser et identifier la cause possible des troubles de comportement, sous forme d hypothèses. Réunir les spécialistes du comportement (psychoéducateur et neuropsychologue) Réunir l équipe pour transmettre le plan d intervention. Rencontrer la famille et/ou les personnes significatives (rôle de l intervenant en service social). Intervenir directement auprès du client. Appliquer le plan d intervention. Remplir les grilles d observation. Analyser la fréquence et l intensité des comportements. Niveau de base Collecte de données Formulation des hypothèses causales Élaboration des interventions Intervention Mesure de l évolution

9 Mise en application dans une histoire de cas

10 Processus clinique d intervention Niveau de base Collecte de données Formulation des hypothèses causales Élaborer des interventions Mesurer l évolution Intervenir

11 Niveau de base -En 2 semaines, 12 fiches d observations ont été remplies. -Exemples de comportements indésirables: crache au visage, frappe les objets et les personnes, donne des coups de pied,sacre, lance ses selles, déchire son drap, mord lors des transferts, menaces, paroles injurieuses, casse le nez d un gardien.

12 Niveau de base

13 Processus clinique d intervention Niveau de base Collecte de données Formulation des hypothèses causales Élaborer des interventions Mesurer l évolution Intervenir

14 Collecte de données

15 Collecte de données Facteurs personnels TGC Changements chez la personne Changements dans l environnement Facteurs personnels: cadet de la famille, difficultés scolaires (TDAH médicamenté au ritalin), autre accident de voiture antérieur, bon liens familiaux (principalement avec le père et sa sœur), intoxication au cannabis et à la cocaïne, avant l accident le père avait demandé à Éric de quitter le domicile familial, aime les autos, les jeux vidéo, le billard, la musique et faire la fête avec ses amis, a un chien qu il affectionne beaucoup, grand consommateur de biens matériels, difficultés à respecter l autorité.

16 Collecte de données Changements chez la personne: irritabilité, impulsivité, contrôle moteur et force MSG et 2 Mis, équilibre debout, déconditionnement, perte de poids important, faible endurance physique, satiété perturbée, mémoire, anosognosique, SARM +, dépendance complète aux AVQs, problème de dysphagie. Changements dans l environnement: isolé dans sa chambre à l URFI, contentionné au lit et au fauteuil roulant, médication pour les troubles d agitation, aucune sortie à domicile, restreint aux menus de l établissement et à la diète adaptée au problème de dysphagie, présence d un agent de sécurité 24/24.

17 Processus clinique d intervention Niveau de base Collecte de données Formulation des hypothèses causales Élaborer des interventions Mesurer l évolution Intervenir

18 Formulation des hypothèses causales Éric était un grand consommateur et répondait à ses besoins de façon impulsive. Maintenant, il est en situation de dépendance totale et a une très faible tolérance à la frustration donc il frappe, mord et crache à la moindre contrariété.

19 Processus clinique d intervention Niveau de base Collecte de données Formulation des hypothèses causales Élaborer des interventions Mesurer l évolution Intervenir

20 Élaboration des interventions Les spécialistes du comportement complètent la grille de procédures d intervention comportementale en fonction des 4 stades d intervention: Stade 1 - Fonctionnement optimal : calme Stade 2a - Antécédents/précurseurs : début d agitation, crie Stade 2b Escalade : bouge dans son lit, frappe sur ridelles ou sur la tablette du fauteuil roulant, crie Stade 3 Crises : frappe, mord, crache Stade 4 - Résolution : diminution de l agitation, couché en position fœtale, propos + adéquats

21 Processus clinique d intervention Niveau de base Collecte de données Formulation des hypothèses causales Élaborer des interventions Mesurer l évolution Intervenir

22 Intervention Les intervenants consultent la grille PIC au dossier. L assistante infirmière-chef informe son équipe des procédures d intervention. La TS informe les proches des procédures d intervention. La TS, les soins infirmiers, la psychoéducatrice et la neuropsychologue font le suivi des interventions.

23 Processus clinique d intervention Niveau de base Collecte de données Formulation des hypothèses causales Élaborer des interventions Mesurer l évolution Intervenir

24 Mesure de l évolution Vérifier si l hypothèse émise par l équipe était la bonne. Mesurer la gravité, l intensité et la fréquence des crises à l aide des fiches d observation.

25 Conclusion L élaboration et l utilisation du guide d intervention auprès d une clientèle TCC modéré-grave présentant une TGC a permis : Développement d une compréhension commune de la problématique Développement d une approche de traitement concertée Amélioration de la qualité de vie du client Augmentation des chances de succès de la réadaptation Répercussions sur le plan personnel et sur la sécurité des intervenants Un plan d évaluation est en cours afin de s assurer de la réalisation, l appréciation ainsi que de l amélioration du guide

26 Questions et commentaires

GESTION DE L AGITATION EN PHASE DE RÉADAPTATION INTENSIVE DR JOSÉE FORTIER PHYSIATRE CENTRE DE RÉADAPTATION INTERVAL

GESTION DE L AGITATION EN PHASE DE RÉADAPTATION INTENSIVE DR JOSÉE FORTIER PHYSIATRE CENTRE DE RÉADAPTATION INTERVAL GESTION DE L AGITATION EN PHASE DE RÉADAPTATION INTENSIVE DR JOSÉE FORTIER PHYSIATRE CENTRE DE RÉADAPTATION INTERVAL OBJECTIFS Discuter des différentes options thérapeutiques chez les patients TCC agités.

Plus en détail

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en DES SERVICES DES INTERVENTIONS DE RÉADAPTATION CIBLÉES ET SPÉCIFIQUES VISANT LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DE LA PERSONNE ET AYANT COMME OBJECTIFS de favoriser l intégration et la participation sociales de

Plus en détail

L expertise ergothérapique photographie du quotidien

L expertise ergothérapique photographie du quotidien L expertise ergothérapique photographie du quotidien Florence Collard Ergothérapeute D.I.U. Victimologie - Lyon D.I.U. Expertise Judiciaire - Nancy D.I.U. Psychopathologie et affections neurologiques -

Plus en détail

Hébergement. Outil d aide à la décision pour déterminer si la mesure utilisée est une mesure de contrôle ou une mesure de positionnement

Hébergement. Outil d aide à la décision pour déterminer si la mesure utilisée est une mesure de contrôle ou une mesure de positionnement Hébergement Outil d aide à la décision pour déterminer si la mesure utilisée est une mesure de contrôle ou une mesure de positionnement Novembre 2013 1- Mise en contexte Ce document vise à fournir des

Plus en détail

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008 Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation Septembre 2008 Louis Plamondon Centre de recherche de l institut universitaire de gériatrie

Plus en détail

LES HABITATIONS NOUVEAU DÉPART 251-2 pointe-gatineau Gatineau,Qc J8t2c8. Code de vie du «137»

LES HABITATIONS NOUVEAU DÉPART 251-2 pointe-gatineau Gatineau,Qc J8t2c8. Code de vie du «137» LES HABITATIONS NOUVEAU DÉPART 251-2 pointe-gatineau Gatineau,Qc J8t2c8 Code de vie du «137» Bienvenue parmi nous! Ce code de vie est conçu pour expliquer le fonctionnement du «137». Étant donné que cet

Plus en détail

La chronique de Katherine Lussier, psychoéducatrice M.Sc. Psychoéducation.

La chronique de Katherine Lussier, psychoéducatrice M.Sc. Psychoéducation. 1 La chronique de Katherine Lussier, psychoéducatrice M.Sc. Psychoéducation. Édition d avril 2009 Thème : Le trouble déficitaire de l attention avec ou sans hyperactivité (TDA/H) Références : www.comportement.net

Plus en détail

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles Centre de réadaptation en déficience intellectuelle de Québec (CRDI de Québec) 7843, rue des Santolines Québec (Québec) G1G 0G3 Téléphone : 418 683-2511 Télécopieur : 418 683-9735 www.crdiq.qc.ca Fiche

Plus en détail

Formation ABA par Caroline Peters, BCABA 2014-2015

Formation ABA par Caroline Peters, BCABA 2014-2015 Formation ABA par Caroline Peters, BCABA 2014-2015 Notre programme se compose d'une formation de base (4 journées) et six formations en profondeur (le weekend, (samedi et dimanche). Vous pouvez vous inscrire

Plus en détail

Appendice 2. Questionnaires pour recueillir de l information sur les limitations fonctionnelles

Appendice 2. Questionnaires pour recueillir de l information sur les limitations fonctionnelles Appendice 2 Questionnaires pour recueillir de l information sur les limitations fonctionnelles Afin de déterminer les mesures d adaptation lors de l évaluation, il est essentiel d avoir une bonne compréhension

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE Éducation thérapeutique de l enfant asthmatique et de sa famille en pédiatrie Juillet 2005 I. PROMOTEURS Association française de pédiatrie ambulatoire

Plus en détail

Recherche sur les appartements intelligents destinés aux personnes présentant une déficience intellectuelle

Recherche sur les appartements intelligents destinés aux personnes présentant une déficience intellectuelle Recherche sur les appartements intelligents destinés aux personnes présentant une déficience intellectuelle Dany Lussier-Desrochers Université du Québec à Trois-Rivières Rencontres Franco-Québécoises 21

Plus en détail

Unité de guidance infantile. Consultation multidisciplinaire du psycho-développement. Evaluer, diagnostiquer et traiter l enfant

Unité de guidance infantile. Consultation multidisciplinaire du psycho-développement. Evaluer, diagnostiquer et traiter l enfant Unité de guidance infantile Consultation multidisciplinaire du psycho-développement Evaluer, diagnostiquer et traiter l enfant Pour qui? En âge préscolaire La consultation multidisciplinaire du psycho-développement

Plus en détail

FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS. Volet 2 - Les options résidentielles

FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS. Volet 2 - Les options résidentielles FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS Volet 2 - Les options résidentielles LES OPTIONS RÉSIDENTIELLE La Fiche d information à l intention des parents porte sur différents sujets susceptibles d

Plus en détail

Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique

Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique Préparé par: Rose-Anne Buteau, Inf. Ph D. (c) Sylvie Garand-Rochette, M.Sc.. Monique Thibault,

Plus en détail

Programme Traumatologie. feuillet informatif. destiné aux usagers et à leurs proches

Programme Traumatologie. feuillet informatif. destiné aux usagers et à leurs proches Programme Traumatologie feuillet informatif destiné aux usagers et à leurs proches Centre de réadaptation Estrie, 2014 Présentation du programme Le programme Traumatologie est l un des cinq programmes

Plus en détail

Chez soi avant tout : De l hôpital à la maison

Chez soi avant tout : De l hôpital à la maison Chez soi avant tout : De l hôpital à la maison Après un séjour à l hôpital, vous pouvez continuer de vous rétablir dans le confort et la sécurité de votre propre domicile si vous recevez des services améliorés

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION NOVEMBRE 2014 La Fédération québécoise de l'autisme (FQA) est un regroupement

Plus en détail

document révisé le 2008-03-05

document révisé le 2008-03-05 document révisé le 2008-03-05 Table des matières Présentation... 3 1.0 Objectifs... 4 2.0 Organisation... 5 3.0 Personnel d encadrement... 7 4.0 Modalités d accès au CRM... 8 5.0 Processus de réintégration

Plus en détail

Questionnaire pour les enseignant(e)s

Questionnaire pour les enseignant(e)s info@educatout123.fr www.educatout123.fr +31 614303399 L enfant qui bouge beaucoup! C est un fait, un enfant bouge beaucoup, il a besoin de se dépenser. Il arrive même parfois qu on n arrive plus à tenir

Plus en détail

CONDITIONS POUR LE PRÊT D ÉQUIPEMENT AU SERVICE DES AIDES TECHNIQUES

CONDITIONS POUR LE PRÊT D ÉQUIPEMENT AU SERVICE DES AIDES TECHNIQUES CONDITIONS POUR LE PRÊT D ÉQUIPEMENT AU SERVICE DES AIDES TECHNIQUES Publication initiale mise en vigueur : 9 septembre 2014 Destinataires : Clientèle, intervenants du Service des aides techniques, intervenants

Plus en détail

La réadaptation après un implant cochléaire

La réadaptation après un implant cochléaire La réadaptation après un implant cochléaire Ginette Diamond, chef en réadaptation Sophie Roy, audiologiste Colloque CRDP InterVal 2009 But de la présentation Sensibiliser les participant(e)s à un outil

Plus en détail

Politique de déplacement des bénéficiaires 2011-09-22. La présente politique inclut entre autres les deux documents suivants :

Politique de déplacement des bénéficiaires 2011-09-22. La présente politique inclut entre autres les deux documents suivants : POLITIQUE TITRE : NUMÉRO : AD 001-001 REMPLACE DOCUMENT(S) SUIVANT(S), S IL Y A LIEU : Politique de déplacement des bénéficiaires PERSONNEL VISÉ : gestionnaires personnel de soutien soins aux patients

Plus en détail

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Dans cet atelier, nous verrons plusieurs façons d intervenir en tant que pair aidant. Anne-Marie Benoit présentera son travail

Plus en détail

Planification stratégique 2012-2015

Planification stratégique 2012-2015 DE CHAUDIÈRE-APPALACHES Planification stratégique 2012-2015 Reprendre du pouvoir sur sa vie. 23681_CRDCA_Planification 2012.indd 1 Description de la démarche La démarche de planification stratégique du

Plus en détail

La prise en charge d un trouble bipolaire

La prise en charge d un trouble bipolaire GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge d un trouble bipolaire Vivre avec un trouble bipolaire Décembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

FICHE PERSONNELLE. (POUR LES RÉPITS) Année :

FICHE PERSONNELLE. (POUR LES RÉPITS) Année : FICHE PERSONNELLE (POUR LES RÉPITS) Année : IDENTIFICATION PHOTO (Obligatoire) Nom : Prénom : Date de naissance : / / Grandeur de chandail : XS S M L XL XXL XXXL Type de déficience : Intellectuelle Physique

Plus en détail

Dr Marie-Anne Dumont

Dr Marie-Anne Dumont Dr Marie-Anne Dumont Bulles d espace «La vieillesse est une période inévitable et naturelle de la vie humaine caractérisée par une baisse des fonctions physiques, de la perte du rôle social joué comme

Plus en détail

Date à laquelle le document a été rempli.

Date à laquelle le document a été rempli. Outil d aide à la préparation de l évaluation des besoins en aide humaine lors de l expertise médicale de la CRCI ( à transmettre aux victimes d accidents médicaux au moment de la convocation à l expertise)

Plus en détail

PROGRAMME-CLIENTÈLE MAINTIEN DE L AUTONOMIE Ergothérapeute, URFI

PROGRAMME-CLIENTÈLE MAINTIEN DE L AUTONOMIE Ergothérapeute, URFI PROFIL DE DIRECTION : POSTE : PROGRAMME-CLIENTÈLE MAINTIEN DE L AUTONOMIE Ergothérapeute, URFI CONNAISSANCES (SAVOIRS) LIÉES À L ORGANISATION LIÉES À LA DIRECTION LIÉES AU POSTE Population et territoire

Plus en détail

M me Florence Chanut. «Injection : Comment articuler prévention, éducation et réduction des risques?»

M me Florence Chanut. «Injection : Comment articuler prévention, éducation et réduction des risques?» M me Florence Chanut Psychiatre Responsable du programme de psychiatrie des toxicomanies du Centre Hospitalier Universitaire de Montréal (CHUM) Professeur adjoint de clinique au département de psychiatrie

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

La prématernelle La Boîte à Surprises (École La Mission) 46 Heritage Drive Saint-Albert, AB T8N 7J5 Tél: (780) 459-9568 lm@centrenord.ab.

La prématernelle La Boîte à Surprises (École La Mission) 46 Heritage Drive Saint-Albert, AB T8N 7J5 Tél: (780) 459-9568 lm@centrenord.ab. La prématernelle La Boîte à Surprises (École La Mission) 46 Heritage Drive Saint-Albert, AB T8N 7J5 Tél: (780) 459-9568 lm@centrenord.ab.ca Complément du formulaire d inscription 2015-2016 Ce formulaire

Plus en détail

Les cas problématiques de l évaluation de la capacité à conduire Christine Dupuis et Jamie Dow NMEDA Canada, Québec 16 septembre 2010 23 septembre 2010 Société de l'assurance automobile du Québec, 2010

Plus en détail

CENTRE DE RÉÉDUCATION PROFESSIONNELLE. Programmes et services

CENTRE DE RÉÉDUCATION PROFESSIONNELLE. Programmes et services CENTRE DE RÉÉDUCATION PROFESSIONNELLE Programmes et services 1 2 Bienvenue Le Centre de rééducation professionnelle appartient à Travail sécuritaire NB, lequel en assure la gestion. Il offre des services

Plus en détail

Observatoire des ressources numériques adaptées

Observatoire des ressources numériques adaptées Observatoire des ressources numériques adaptées INS HEA 58-60 avenue des Landes 92150 Suresnes orna@inshea.fr IDENTIFIANT DE LA FICHE Autimo DATE DE PUBLICATION DE LA FICHE Mars 2015 MOT -CLE LIBRE Emotions,

Plus en détail

Vous êtes. visé. Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire

Vous êtes. visé. Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire Vous êtes visé Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire Prévenir les vols ou les effets d un vol sur les employés Rôle de la direction de la succursale Désigner un

Plus en détail

COLLABORATEURS CLINIQUES

COLLABORATEURS CLINIQUES CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE QUÉBEC CONCEPTION Véronique Roberge, Infirmière clinicienne COLLABORATEURS CLINIQUES Céline Bergeron, Infirmière clinicienne spécialisée Sylvie Côté, Assistante infirmière

Plus en détail

Prise en charge des fractures du fémur par enclouage intra-médullaire

Prise en charge des fractures du fémur par enclouage intra-médullaire Prise en charge des fractures du fémur par enclouage intra-médullaire GUIDE POUR LES PARENTS 514-412-4400, poste 23310 hopitalpourenfants.com/trauma Le fémur est l os le plus long du corps humain : il

Plus en détail

Comprendre les différentes formes de communication

Comprendre les différentes formes de communication Chapitre 2 Communiquer de façon professionnelle 2. Lisez la mise en situation ci-dessous. Ensuite, nommez les attitudes favorisant la communication qui n ont pas été mises en pratique et expliquez votre

Plus en détail

L expertise en droit commun. Maître Daniel Bernfeld Docteur Anne Peskine

L expertise en droit commun. Maître Daniel Bernfeld Docteur Anne Peskine L expertise en droit commun Maître Daniel Bernfeld Docteur Anne Peskine Les règles de procédure Principe du contradictoire Principe de l imputabilité La mission, toute la mission, rien que la mission Place

Plus en détail

ANAMNÈSE - 1 - Création : Dre Josée Douaire, psychologue

ANAMNÈSE - 1 - Création : Dre Josée Douaire, psychologue ANAMNÈSE - 1 - (N.B. : le carnet de santé de votre enfant peut vous être utile pour remplir ce questionnaire) Nom de la personne qui complète ce questionnaire : Informations générales Nom de l enfant :

Plus en détail

CONTRAT D ACCUEIL. Parents Assistant(e)s Maternel(le)s. Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin

CONTRAT D ACCUEIL. Parents Assistant(e)s Maternel(le)s. Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin CONTRAT D ACCUEIL Parents Assistant(e)s Maternel(le)s Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin Parents, assistant(e) maternel(le), L enfant est au cœur de vos préoccupations, la qualité

Plus en détail

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention À moins d indications contraires, toutes les définitions

Plus en détail

PROGRAMME DES TROUBLES PSYCHOTIQUES CATÉGORIE : STAGE OPTIONNEL (SÉLECTIF) NIVEAU : SENIORAT (R-IV, R-V) DURÉE : 2 À 6 PÉRIODES

PROGRAMME DES TROUBLES PSYCHOTIQUES CATÉGORIE : STAGE OPTIONNEL (SÉLECTIF) NIVEAU : SENIORAT (R-IV, R-V) DURÉE : 2 À 6 PÉRIODES Stage de psychiatrie des toxicomanies PROGRAMME DES TROUBLES PSYCHOTIQUES CATÉGORIE : STAGE OPTIONNEL (SÉLECTIF) NIVEAU : SENIORAT (R-IV, R-V) DURÉE : 2 À 6 PÉRIODES Milieux de stage Toxicomanie et santé

Plus en détail

Q U E S T I O N N A I R E

Q U E S T I O N N A I R E «Kidnapping & Rançon Q U E S T I O N N A I R E Formulaire de demande d assurance Kidnapping Rançon Extorsion et détention 1. Dénomination de l entreprise : 2. Adresse du siège social : Membre d un groupe?

Plus en détail

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé Domaine Santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé HES-SO, les 5 et 6 mai 2011 1 PEC Modules complémentaires santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé 1. Finalité des modules

Plus en détail

APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE. 3. Elaboration des recommandations de pratique. 4. Diffusion au personnel des recommandations.

APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE. 3. Elaboration des recommandations de pratique. 4. Diffusion au personnel des recommandations. PROCESSUS D ASSURANCE QUALITE MIS EN ŒUVRE APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE 1. Identification des circonstances déclenchantes de l acte de maltraitance. 2. Définition des objectifs correctifs. 3. Elaboration

Plus en détail

QUESTIONNAIRE D INTÉGRATION

QUESTIONNAIRE D INTÉGRATION QUESTIONNAIRE D INTÉGRATION 2015-2016 0 Section à être complétée par les parents Nom de l élève : Degré : Date de naissance : En guise d introduction, nous aimerions avoir un bref historique de la situation

Plus en détail

ADOPTER UN MODE DE VIE SAIN ET ACTIF NOM : GROUPE :

ADOPTER UN MODE DE VIE SAIN ET ACTIF NOM : GROUPE : 2 e ANNÉE DU 1 er CYCLE - PRIMAIRE ADOPTER UN MODE DE VIE SAIN ET ACTIF NOM : GROUPE : Adaptation par Martin Darveau, Normand Fortin, Julien Guay, Patrick Santerre, Jean- François Tremblay et Vincent Charbonneau

Plus en détail

Association La vie pour Christie Section «On devient moins petit» Les chemins de L Isle-84800 Lagnes

Association La vie pour Christie Section «On devient moins petit» Les chemins de L Isle-84800 Lagnes Association La vie pour Christie Section «On devient moins petit» Les chemins de L Isle-84800 Lagnes QUESTIONNAIRE D ENQUETE SUR LES BESOINS RELATIFS A L ACCUEIL DES ENFANTS DEFICIENTS INTELLECTUELS Ce

Plus en détail

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés IEN/CTR ASH 2011-2012 Comportements inappropriés / Troubles de la conduite et du comportement

Plus en détail

Le bilan comparatif des médicaments (BCM): où en sommes-nous?

Le bilan comparatif des médicaments (BCM): où en sommes-nous? Promouvoir l utilisation sécuritaire des médicaments Le bilan comparatif des médicaments (BCM): où en sommes-nous? My-Lan Pham-Dang, MSc. Formatrice ISMP Canada 10 juin 2010 Hôpital Général Juif Institute

Plus en détail

1. QU EST CE QU IL A? 2. QU EST CE QU IL FAIT? 4. QUI EST-IL? QUE RESSENT-IL? 5. QUEL EST SON PROJET?

1. QU EST CE QU IL A? 2. QU EST CE QU IL FAIT? 4. QUI EST-IL? QUE RESSENT-IL? 5. QUEL EST SON PROJET? 1. QU EST CE QU IL A? 2. QU EST CE QU IL FAIT? 3. Q QU EST CE QU IL SAIT? Q QU EST CE QU IL CROIT? 4. QUI EST-IL? QUE RESSENT-IL? 5. QUEL EST SON PROJET? CONNAÎTRE SON PATIENT AU PLUS JUSTE : SON HISTOIRE,

Plus en détail

ÉVALUATION du COMPORTEMENT STANDARDISÉE de KINGSTON - ÉCSK(comm) KSBA(comm/ltc)

ÉVALUATION du COMPORTEMENT STANDARDISÉE de KINGSTON - ÉCSK(comm) KSBA(comm/ltc) 1 ÉVALUATION du COMPORTEMENT STANDARDISÉE de KINGSTON - ÉCSK(comm) KSBA(comm/ltc) Description des comportements 1. Activités de la vie quotidienne 1. Ne pratique plus ses passe-temps favoris (ou montre

Plus en détail

à la gestion du risque

à la gestion du risque INTRODUCTION à la gestion du risque À L INTÉRIEUR Qu est-ce qu un risque? Qu est-ce que la gestion du risque? Avantages de la gestion du risque Rôle de l assurance dans lagestion du risque Pourquoi gérer

Plus en détail

PLAN DE CRISE ECOLE :..

PLAN DE CRISE ECOLE :.. Académie de Corse Direction des services départementaux de l'education nationale de Corse du Sud. PLAN DE CRISE ECOLE :.. Gestion des situations exceptionnelles Ce document doit disposer en annexe de la

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Local de retrait PASS

Local de retrait PASS Local de retrait PASS PRINCIPE : (Programme Alternatif à la Suspension Scolaire PASS) Suite à un retrait de classe, l élève est avisé qu à sa réintégration au cours, il doit reprendre, pendant son temps

Plus en détail

Accompagner l enfant TDAH dans sa réalité familiale, scolaire et sociale

Accompagner l enfant TDAH dans sa réalité familiale, scolaire et sociale Accompagner l enfant TDAH dans sa réalité familiale, scolaire et sociale PANDA de la MRC de l Assomption Repentigny, 29 novembre, 2001 Claude Desjardins, M.D., pédiatre Centre de Réadaptation LaRessourSe,

Plus en détail

CERTIFICAT EN TOXICOMANIE. 8 avril 2015

CERTIFICAT EN TOXICOMANIE. 8 avril 2015 Dîner d information Programmes d études en toxicomanie CERTIFICAT EN TOXICOMANIE 8 avril 2015 Programmes de formation créditée en toxicomanie Offert dans différentes villes du Québec Certificat en toxicomanie

Plus en détail

Mettre en place des mesures correctives efficaces afin d éliminer ou contrôler les dangers et les risques identifiés.

Mettre en place des mesures correctives efficaces afin d éliminer ou contrôler les dangers et les risques identifiés. INSPECTION PRÉVENTIVE DES LIEUX DE TRAVAIL 1. OBJECTIF Mettre en place des mesures correctives efficaces afin d éliminer ou contrôler les dangers et les risques identifiés. 2. ASPECT ET IMPACT Examiner

Plus en détail

INSPECTION ACADEMIQUE. Photo de. L élève DOSSIER DE CANDIDATURE SESSION N... DECISION DE LA COMMISSION D ADMISSION

INSPECTION ACADEMIQUE. Photo de. L élève DOSSIER DE CANDIDATURE SESSION N... DECISION DE LA COMMISSION D ADMISSION INSPECTION ACADEMIQUE DEPARTEMENT DES HAUTS-DE-SEINE CLASSE RELAIS de adresse tel. fax mail COORDONNATEUR.. DOSSIER DE CANDIDATURE ANNEE SCOLAIRE SESSION N... Photo de l élève Début de session. Fin de

Plus en détail

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire?

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? L épilepsie concerne plus de 500 000 personnes en France, dont la moitié sont des enfants ou des adolescents.

Plus en détail

Compétences pour vivre chez soi (exemple d Arnaud)

Compétences pour vivre chez soi (exemple d Arnaud) Compétences pour vivre chez soi (exemple d Arnaud) Arnaud Arnaud a 32 ans. Il présente de l'autisme et une déficience intellectuelle modérée. Arnaud vit seul dans sa maison. En journée, il va dans un service

Plus en détail

Guide d intervention sur. l intimidation. destiné aux intervenants - 1 -

Guide d intervention sur. l intimidation. destiné aux intervenants - 1 - Guide d intervention sur l intimidation destiné aux intervenants - 1 - Rédaction Linda Laliberté : Mélanie Blais : Michèle Gariépy : Joanie Charrette : Espace Bois-Francs InterVal Pacte Bois-Francs organisme

Plus en détail

Projet de Loi no 98 Loi modifiant la Loi sur l assurance médicament et d autres dispositions législatives

Projet de Loi no 98 Loi modifiant la Loi sur l assurance médicament et d autres dispositions législatives Projet de Loi no 98 Loi modifiant la Loi sur l assurance médicament et d autres dispositions législatives Présentation à la Commission des affaires sociales Ordre des pharmaciens du Québec 28 mai 2002

Plus en détail

MÉMOIRE PORTANT SUR LE PROJET DE LOI N O 50 :

MÉMOIRE PORTANT SUR LE PROJET DE LOI N O 50 : Loi modifiant le Code des professions et d autres dispositions législatives dans le domaine de la santé mentale et des relations humaines Mémoire présenté à la Commission des institutions Mars 2008 La

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Préambule. Claude Sicard Vice-président au partenariat et à l expertise-conseil 2 LE CADRE D INTERVENTION EN PRÉVENTION-INSPECTION

Préambule. Claude Sicard Vice-président au partenariat et à l expertise-conseil 2 LE CADRE D INTERVENTION EN PRÉVENTION-INSPECTION Préambule Le présent guide d application du cadre d intervention s adresse aux inspecteurs, aux chefs d équipe et aux directeurs en santé et sécurité en prévention-inspection de la CSST de même qu aux

Plus en détail

Questionnaire pour enfants avec trouble de voix

Questionnaire pour enfants avec trouble de voix 10 504, boulevard St-Laurent, local 1 Montréal, H3L 2P4; 514.332.9593 www.cliniquebeausoleil.com Questionnaire pour enfants avec trouble de voix Voici un formulaire qui peut vous sembler long à remplir,

Plus en détail

MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS OMNIPRATICIENS DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX

MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS OMNIPRATICIENS DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS OMNIPRATICIENS DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX CONCERNANT LE LIVRE BLANC SUR LA CRÉATION D UNE ASSURANCE AUTONOMIE NOVEMBRE

Plus en détail

Service du secrétariat général Responsable du dossier des assurances

Service du secrétariat général Responsable du dossier des assurances GUIDE DE PLANIFICATION DES ACTIVITÉS ET DE PRÉVENTION DES ACCIDENTS Activités à l extérieur de l école Septembre 2006 Guide PRÉAMBULE Ce guide constitue un outil destiné au personnel de la Commission scolaire

Plus en détail

DOSSIER D'INSCRIPTION

DOSSIER D'INSCRIPTION Ce dossier vaut pour inscription définitive DOSSIER D'INSCRIPTION CE DOCUMENT RECTO EST A REMPLIR PAR LA TUTELLE et à nous envoyer directement LES PAGES SUIVANTES sont à remplir par l'établissement ou

Plus en détail

Code de franc-jeu. du joueur LE FRANC-JEU, C EST L AFFAIRE DE TOUS

Code de franc-jeu. du joueur LE FRANC-JEU, C EST L AFFAIRE DE TOUS du joueur 1) Je jouerai au hockey de mon plein gré et non pour obéir à mon entourage ou à mes entraîneurs. 2) Je respecterai les règles et l esprit du jeu. 3) Je maîtriserai mon tempérament les bagarres

Plus en détail

TEMPS D ACTIVITÉ PÉRISCOLAIRE (TAP) RÈGLEMENT INTÉRIEUR Commune de Mallemort

TEMPS D ACTIVITÉ PÉRISCOLAIRE (TAP) RÈGLEMENT INTÉRIEUR Commune de Mallemort TEMPS D ACTIVITÉ PÉRISCOLAIRE (TAP) RÈGLEMENT INTÉRIEUR Commune de Mallemort Année 2014-2015 Contact Service Éducation : 04 90 59 11 05 A. DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 1 - Objet du règlement A compter

Plus en détail

ACCUEIL DES ENFANTS DANS UN LIEU ADAPTE A UN ACCUEIL A CARACTERE FAMILIAL : BASES METHODOLOGIQUES

ACCUEIL DES ENFANTS DANS UN LIEU ADAPTE A UN ACCUEIL A CARACTERE FAMILIAL : BASES METHODOLOGIQUES MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION ACCUEIL

Plus en détail

Direction des bibliothèques. Sondage Ithaka S+R. Questionnaire français Université de Montréal

Direction des bibliothèques. Sondage Ithaka S+R. Questionnaire français Université de Montréal Direction des bibliothèques Sondage Ithaka S+R Questionnaire français Université de Montréal Décembre 2014 Modules retenus Découverte Activités de recherche numérique Compétences informationnelles des

Plus en détail

Programme de réhabilitation respiratoire

Programme de réhabilitation respiratoire Programme de réhabilitation respiratoire Dr Jean-Marc Perruchini Service de Réhabilitation R respiratoire, Clinique de Médecine Physique Les Rosiers 45, Bd Henri Bazin, 21002 DIJON Cedex Mle Carine Lopez

Plus en détail

[FORMAT AGRANDI DE LA POLITIQUE D ACCESSIBILITÉ POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES]

[FORMAT AGRANDI DE LA POLITIQUE D ACCESSIBILITÉ POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES] Type de doc. Politique Section Administration Prochain examen Décembre 2016 [FORMAT AGRANDI DE LA ] 1. Portée La présente politique s applique à tous les services et programmes fournis par le Centre de

Plus en détail

Guide d accompagnement à l intention des intervenants

Guide d accompagnement à l intention des intervenants TABLE RÉGIONALE DE L ÉDUCATION CENTRE-DU-QUÉBEC Campagne de promotion la de la lecture Promouvoir Guide d accompagnement à l intention des intervenants Présentation Le projet sur la réussite éducative

Plus en détail

Introduction par effraction

Introduction par effraction Introduction par effraction Les gens qui sont victimes d une introduction par effraction peuvent être affectés pour d autres raisons que la perte de leurs biens. Ils peuvent ressentir de fortes émotions

Plus en détail

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins La gestion des risques associés aux soins Théorie et pratique de l analyse approfondie des causes Staff santé publique 4 avril 2012 Virginie Migeot Objectifs pédagogiques Connaître la définition et les

Plus en détail

L ERGOTHERAPIE EN GERIATRIE Dr S.FARDJAD, Praticien Hospitalier Service de MPR du Professeur J-M.GRACIES CHU Mondor-Chenevier DEFINITION Thérapie utilisant comme moyen l activité (du grec «ergon»): - l

Plus en détail

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Juillet 2011 Démarche diagnostique et d évaluation du fonctionnement chez l adulte Généralités Diagnostic

Plus en détail

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL Description sommaire Sous l encadrement clinique de la chef d équipe SI et dans un contexte interdisciplinaire, la titulaire du poste assume

Plus en détail

5172, des Ramiers Québec QC G1G 1L3 (418) 622-1593 c.sanfacon@videotron.ca

5172, des Ramiers Québec QC G1G 1L3 (418) 622-1593 c.sanfacon@videotron.ca 5172, des Ramiers Québec QC G1G 1L3 (418) 622-1593 LES TECHNIQUES D INTERVENTION Accepter mes propres émotions, éviter l affrontement, respecter l image du jeune. Ce n est pas toujours évident d intervenir

Plus en détail

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé Professeur Michèle Kessler CHU de Nancy et réseau Néphrolor L une des applications de la télémédecine est la télésurveillance à domicile,

Plus en détail

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La réhabilitation psychosociale est à la mode. Ce n est jamais bon signe. Cela risque de conduire à perdre le sens initial de cette démarche. La

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE

PLANIFICATION STRATÉGIQUE PLANIFICATION STRATÉGIQUE Le CRDITED de Montréal est une organisation innovante qui vise l excellence. Il contribue significativement, avec ses partenaires, à la participation sociale des personnes ayant

Plus en détail

Conduire. Mark Tant et Guido Baten

Conduire. Mark Tant et Guido Baten Conduire Mark Tant et Guido Baten A juste titre ou non, la voiture est parfois un signe extérieur de richesse. L utilisation de la voiture, en tant que conducteur, n implique cependant pas que le fait

Plus en détail

La gestion des situations de crise

La gestion des situations de crise agir sur le climat scolaire La gestion des situations de crise Enjeux et procédures Daniel Simon EMS Académie de Montpellier 06 32 82 73 73 daniel.simon@ac-montpellier.fr Sommaire Propos liminaires Avant

Plus en détail

Politique de service à la clientèle Services aux personnes handicapées

Politique de service à la clientèle Services aux personnes handicapées Politique de service à la clientèle Services aux personnes handicapées Notre engagement Notre entreprise s efforce en tout temps de dispenser ses services d une manière respectueuse de la dignité et de

Plus en détail

TDAH et adaptations scolaires - niveau primaire et secondaire-

TDAH et adaptations scolaires - niveau primaire et secondaire- Le trouble du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) est un problème neurologique qui peut entraîner des difficultés à moduler les idées (inattention), les gestes (bougeotte physique),

Plus en détail

S ickness Impact Profile (SIP)

S ickness Impact Profile (SIP) Nom : Prénom : Date de naissance : Service : Hôpital/Centre MPR : Examinateur : Date du jour : Étiquettes du patient S ickness Impact Profile (SIP) Il présente le même problème de droit d auteur (pour

Plus en détail

Exemple de Projet d Accueil Individualisé ELEVE CONCERNE

Exemple de Projet d Accueil Individualisé ELEVE CONCERNE Exemple de Projet d Accueil Individualisé Circulaire projet d accueil n 2003-135 du 08/09/2003 (Bulletin Officiel n 34 du 18/9/2003) Circulaire restauration scolaire n 2001-118 du 25/06/2001(BO Spécial

Plus en détail

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE CENTRE D'HÉBERGEMENT ET DE SOINS DE LONGUE DURÉE (CHSLD) Région : Lanaudière Établissement : Centre de santé et de services sociaux du Sud

Plus en détail

L'usage des réseaux sociaux chez les 8-17 ans. Juin 2011

L'usage des réseaux sociaux chez les 8-17 ans. Juin 2011 L'usage des réseaux sociaux chez les 8-17 ans Juin 2011 Sommaire 1. La moitié des 8-17 ans connectés à un réseau social p. 4 2. L attitude des parents face à l utilisation des réseaux sociaux par leurs

Plus en détail

Liste des moyens auxiliaires

Liste des moyens auxiliaires Annexe 25 Liste des moyens auxiliaires 1 Prothèses Remboursement selon convention tarifaire avec l Association suisse des techniciens en orthopédie (ASTO). 1.01 Prothèses fonctionnelles définitives pour

Plus en détail

UNE ÉVALUATION Une évaluation c est quoi, çà sert à quoi? Evaluer mon projet et son plan d action pour le faire durer

UNE ÉVALUATION Une évaluation c est quoi, çà sert à quoi? Evaluer mon projet et son plan d action pour le faire durer MODULE ÉVALUER SON PROJET COMPRENDRE UNE ÉVALUATION Une évaluation c est quoi, çà sert à quoi? Evaluer mon projet et son plan d action pour le faire durer L ÉVALUATION DE L IMPACT SOCIAL L Impact Social

Plus en détail