Titre 1 : cadre juridique d une relation de travail : liberté, égalité, fraternité

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Titre 1 : cadre juridique d une relation de travail : liberté, égalité, fraternité"

Transcription

1 Titre 1 : cadre juridique d une relation de travail : liberté, égalité, fraternité Chapitre 1 : liberté et droit du travail Jean Emmanuel Ray : on passe du salarié citoyen, au citoyen salarié I. Reconnaissance de la liberté de salarié avec 3 formes : - Le droit d expression - La liberté d expression - Les droits de la personne et des libertés individuelles A. Le droit d expression 1. Définition Les salariés bénéficient d un droit à l expression sur le contenu, les conditions d exercices et l organisation de leur travail. L expression peut être directive ou collective c est-à-à-dire indirecte par des élus ou des syndicats. 2. L objet L objet du droit consiste à définir les actions, à mettre en œuvre pour améliorer les conditions de travail des salariés, l organisation de l activité et la qualité de la production. 3. la protection du droit d expression Les opinions émises dans le cadre du droit d expression ne peuvent pas motiver une sanction ou un licenciement. 4. la modalité du droit d expression Les modalités sont mises en place par un accord, une convention collective au niveau de l entreprise entre le patron et les organisations syndicales et s il y en a pas, les modalités sont mises en place non pas l accord mais, par l employeur après avoir consulté le comité d entreprise ou les délégués du personnel s il y en a pas. B. La liberté d expression Le droit d expression est ciblé par le code du travail. À côté du droit, il y a la liberté d expression. 1. Principe Ce principe ne figure pas dans le code du travail mais dans la jurisprudence Tout salarié dispose de la liberté d expression à l intérieur comme à l extérieur de l entreprise sous réserve que cette liberté ne dégénère pas en abus contrairement au droit d expression, il n y a pas d objet précis. Par ailleurs la cours de cassation ne définit pas la notion d abus, il n est pas précisément définit. Résultat, comment ca se passe dans la vrai vie? Il y a un licenciement pour faute, pour abus de la liberté d expression. Que fait le salarié? Il saisit le conseil de prud homme, va en cours d appel puis cours de cassation et après 5 ans, on sait s il y a abus ou pas.

2 Quelques applications : La mise en cause de la politique de l entreprise ou mise en cause de la hiérarchie, si il n y a pas abus cela relève de la liberté d expression. Si il y a abus, on sera licencié. Autre exemple d abus : mise en cause à plusieurs reprises, publiquement, de la compétence et de la légitimité des nouveaux dirigeants d une société (juin 2007). La cours de cassation a vu qu il y a abus dans l exercice de la liberté d expression. Les droits personnels et les libertés individuelle et collectives (affaire Babilou et autre) : principe et exception. Lien de subordination : L idée est que le lien de subordination est inhérent au contrat de travail n écarte pas pourtant les droits de la personne au travail dont les libertés individuelles et collectives. Exemple de la vie privée par l employeur. On va pour la protéger, y compris devant le conseil des prud hommes. L article 8 de la convention européenne de la sauvegarde des droits de l homme, l article 2 de la DDHC de 1789, on a l article 9 du code civil pour nous protéger. On peut aller au prud homme avec tous cela. En plus de ces dispositions civiles, on a des dispositions... On va au pénal. Il y a prison pour le coupable et dommage-intérêt pour la victime. (le prud homme n envoie pas les individus en prison). Depuis une 15ène d année, l expression de ce salarié citoyen, citoyen accessoirement salarié L du code du travail, exprime : Nul (employeur ou collègue) ne peut apporter aux droits des personnes et aux libertés individuelles et collectives de restriction qui ne serait pas justifier par la nature de la tâche à accomplir ni proportionné aux buts rechercher. La loi ne donne aucune définition sur ces termes, le juge se débrouille au cas par cas. Cette histoire des libertés individuelles concerne pas qu un cas, mais plusieurs : secrets des correspondances, droit à l image, vie privée, tenue vestimentaire. Cet article à vocation à régir toutes ces situations sans donner de définition précise sur la nature de la tache Jusqu à cette date précise, les juges du fond (conseil prud homme, cours d appel) avait considéré que le port d un voile était interdit si la salarié était en contact avec la clientèle.

3 2. Limites à la liberté Une société a des limites même une démocratie, une entreprise a des limites même une petite. Il n y a pas de liberté sans limite. Quel est la limite? Est-ce qu il en faut? Il n y a pas de société sans limite. Au cœur de cela, il y a le lien de subordination A. Le pouvoir de l employeur Le lien de subordination est caractérisé par l exécution d un travail sous l autorité d un employeur qui a le pouvoir de donner des ordres et des directives, d en contrôler les directions (ou exécutions) et de sanctionner les manquements de son subordonné. De la découle un pouvoir de direction de l employeur et se pouvoir à deux dimensions : - Les choix de gestions, économique, stratégique même s il doit informer le comté d entreprise - Le pouvoir de modifier les conditions de travail avec deux conditions : le temps et l espace (horaire et lieu de travail). Dans certaines limités néanmoins, dont les limites imposés par les libertés individuelles qu on vient de voir comme la vie familiale. Dans certaines limites certes mais le pouvoir quand même. Le pouvoir de contrôle dans un rapport de subordination, l employeur a le droit de contrôle notre travail. Par exemple avec des mécanismes de géolocalisation à condition que se soit proportionner aux buts recherché et soit suffisamment en lien avec la tâche à accomplir. On peut introduire la note de la cours des comptes au sujet de l organisation du temps de travail au sein d EDF et RTE. Les agents EDF se gouverne eux-mêmes et quant on manifeste, on manifeste avec le véhicule de la société car normalement on n a pas droit de le faire. Le pouvoir d évaluation du salarié, elle est encadrée, les informations données doivent être en lien direct avec la profession exercé. Les méthodes d évaluation sont portées à la mise... du salairé... le tout dans le respect de la loi informatique et liberté et du droit d accès au donnée personnel et de rectification des donnés personnel faisant l objet d un traitement informatisé. Le pouvoir de promouvoir : c est l employeur qui décide s il entendant promouvoir son salarié. Il n appartient pas au juge de substitué son appréciation à celle de l employeur dans l appréciation du salarié. Ce n est pas son job mais celle de l employeur. Le pouvoir disciplinaire est le pouvoir de sanctionner : avertissement, mise à pied, sanction... Le pouvoir disciplinaire se fait pour des fautes, jamais pour une insuffisance professionnelle, son «incompétence». Le pouvoir de licencier avec 2 grandes catégories : - Économique - Motif lié à la personne

4 Dans les motifs personnel au salarié, on aura des motifs disciplinaires (faute grave, faute lourde...) et on aura des motifs non disciplinaire, toujours personnel au salairé. Par exemple le licenciement pour insuffisance professionnel. Si la cours de cassation décide d enlevé ce motif, qu est-ce qu elle va dire? Pourquoi l insuffisance ne pourrait-elle pas juridiquement exister? Pourquoi ne serait-il pas pensable dans le cadre d un contrat de travail? C est l obligation de formation de l employeur qui peut être utilisé dans ce cas. La liberté n est pas sans limite, elle se heurte au pouvoir. B. Les obligations du salarié Les obligations du salarié lié à l exécution personnel du travail sont liées au lien de subordination. L exécution de se travail doit être consciencieuse, c est-à-dire que cette conscience n a pas un fondement morale mais un fondement juridique 1134 du code civil, les contrats s exécute de bonne foi. Donc la conscience professionnel se décline sur 3 forme : - L obligation de présence - L obligation de diligence - L obligation de résultat - Voir le licenciement à cause du manquement de résultat mais sous des conditions L exécution loyale : c est le qu il y ait pas de vol, de malversation, pas de tromperie... une obligation de discrétion. Aussi bien à l extérieur qu à l intérieur de l entreprise par exemple en matière de confidentialité de documents. Obligation de discrétion à l intérieur de l entreprise, on n est pas obligé de dire tous ce que la direction nous dit comme une secrétaire qui écrit une lettre de licenciement. C est la personne de confiance. La discrétion jusqu à la confidentialité voir des clauses de secrets professionnel. L obligation de fidélité c est le fait qu il n y ait pas de concurrence pendant l exécution, c est une obligation de non-concurrence. On ne travaille pas pour un autre et pour nous même. Une obligation de fidélité de non-concurrence. L obligation du salarié lié au lien de subordination est le respect de la discipline : le respect du règlement intérieur ou de l organisation mise en place, respect des horaires, interdiction des absences non-autorisées, respect des règles d hygiène et de sécurité. Un devoir est l obligation de correction c est-à-dire un comportement personnel approprié, pas de menace, pas de reproche, pas de bagarre... sinon ce serait des motifs de licenciement. Les obligations liés au directives de l employeur avec une obligation d obéissance car on est dans un lien de subordination sinon on se met dans un lien d insubordination. Il faut assumer les directives de l employeur sauf dans un cas, les ordres illégitimes donné, cela dépend des cas de jurisprudence. La liberté mais pas sans limite.

5 C. Les droits de la personne et des libertés individuelles II. L égalité L égalité est une partie prix pédagogique, le terme même d égalité est présent partout dans le code du travail (législative et règlementaire : décrets d application des lois). En réalité, cette notion possède 5 thèmes et chacun ces thèmes a son propre régime juridique même si chacun renvoi à l idée d égalité. Cette notion d égalité n a pas de définition commune à chacune de ces 5 thématiques. La 1 ère réalité juridique que renvoi l égalité est : la non-discrimination A. Les discriminations 1. Le champ d application du code du travail En matière de discrimination, le code précise : qu elle s applique aux employeurs de droit privé ainsi à leur salarié. Au personnel de personnes publiques, le personnel employé dans les conditions du droit privé. Tous le personnel des personnes publics n est pas employé dans les conditions du droit privé : les fonctionnaires statutaire sont employé dans les conditions publiques mais cela change selon les collectivités territoriales et l État s engage en droit privé et non en droit public (pas sûr). 2. Définition du principe de non-discrimination L article principal est l article L du code du travail, c est la clé de voûte en matière de discrimination. Aucune personne ne peut être écartée à un recrutement, à un stage, il s agit d une personne qui est en situation de pré-emploi. Cela vise également un certain nombre de personne en situation de pré-embauche : ceux en cours de procédure de recrutement, de stage ou de formation. Bien sûr cela vaut également pour les salariés, les personnes embauchées. Mais quels sont les mesures visées? Ce sont les sanctions disciplinaires, le licenciement, les mesures discriminatoire direct ou indirect dans toutes les matières droit du travail car on nous parle des rémunérations au sens large Donc on peut dire que toute la vie contractuelle, toute les décisions afférant à notre contrat son concerné au sens large. Les critères de choix interdits sont à peu près une vingtaine : le sexe et les meurs, l orientation ou l identité sexuel, l âge, la situation familiale, la grossesse, les caractéristiques génétique, l appartenance ou non vrai ou pas (?), l ethnie, la nation, la race ou encore l opinion politique, l activité syndicale, la conviction religieuse, l apparence physique, l état de santé ou le handicape. Une remarque peut être plus complexe au niveau du travail. Aucun salaire ne peut faire l objet d une mesure discriminatoire, dans les matières visées dans toute la vie contractuelle, aucun salarié ne soit exclu en raison discriminants cités précédemment. Faire l objet d une mesure discriminatoire n est pas précis par le code du travail. Comment doit-on comprendre cette interdiction? Soit dans le fait de fondé des décisions sur une de ces critères, soit sur le fait d exclure un salaire en raison d une des critères discriminantes qui sont interdites.

Que faire face à une situation de discrimination à l embauche?

Que faire face à une situation de discrimination à l embauche? Que faire face à une situation de discrimination à l embauche? 1 SOMMAIRE p. 3 > Les différentes formes de discrimination p. 4 > La protection contre les discriminations p. 9 > Les preuves de discriminations

Plus en détail

Absence pour maladie sans justification

Absence pour maladie sans justification Absence pour maladie sans justification Un salarié engagé comme aide-cuisinier est en arrêt de maladie depuis le 13/11/2003. La reprise du travail est fixée au 14/05/2004. Mais il ne se présente pas au

Plus en détail

La protection contre les discriminations

La protection contre les discriminations Accueil > Informations pratiques > Fiches pratiques > Egalité professionnelle / Discrimination Dernière mise à jour le 22 avril 2010 La protection contre les discriminations Synthèse Toute décision de

Plus en détail

Pouvoir de direction - Définition

Pouvoir de direction - Définition L'étude du pouvoir de direction conduit à s'interroger sur le fondement du rapport inégalitaire entre employeurs et salariés dans un contexte d'égalité civile. L'employeur dispose d'un pouvoir général

Plus en détail

info ACTUALITÉ JURIDIQUE SOCIAL Le cumul emploi retraite dans la réforme des retraites

info ACTUALITÉ JURIDIQUE SOCIAL Le cumul emploi retraite dans la réforme des retraites n 5 > 7 mars 2014 info Sommaire > Le cumul emploi retraite dans la réforme des retraites > Discrimination : nouveau cas > Application du régime des clauses abusives aux sociétés commerciales > Mésentente

Plus en détail

SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 15/06/2012 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 23 mai 2012 N de pourvoi: 10-18341 Publié au bulletin Renvoi devant la cour de justice de l u.e. M. Lacabarats (président), président

Plus en détail

Par un jugement n 1201512 du 27 mars 2014, le tribunal administratif de Nîmes a fait droit à cette demande.

Par un jugement n 1201512 du 27 mars 2014, le tribunal administratif de Nîmes a fait droit à cette demande. COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE MARSEILLE N 14MA02413 MINISTRE DU TRAVAIL, DE L'EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL c/ SAS Sud Travaux Mme Jorda-Lecroq Rapporteur M. Deliancourt Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

Plus en détail

Délibération n 2010-35 du 8 février 2010

Délibération n 2010-35 du 8 février 2010 Délibération n 2010-35 du 8 février 2010 Emploi- Emploi privé- Existence d un contrat de travail- Licenciement fondé sur l état de grossesse de la réclamante - Observations. La réclamante est embauchée

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-083. Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ;

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-083. Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ; Paris, le 16 avril 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-083 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-033. Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ;

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-033. Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ; Paris, le 16 février 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-033 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

Nom :... Prénom :... Classe :... Date :... 1. A a ) gestion prospective de l emploi

Nom :... Prénom :... Classe :... Date :... 1. A a ) gestion prospective de l emploi QCM Nom :................................ Prénom :... Classe :............................ Date :......... LES RESSOURCES HUMAINES Cochez la bonne réponse. Certaines questions admettent plusieurs réponses.

Plus en détail

LE POUVOIR DISCIPLINAIRE DE L EMPLOYEUR

LE POUVOIR DISCIPLINAIRE DE L EMPLOYEUR LE POUVOIR DISCIPLINAIRE DE L EMPLOYEUR Au niveau de l entreprise, l employeur dispose de 3 pouvoirs : * Le pouvoir de direction * Le pouvoir réglementaire * Le pouvoir disciplinaire C est au pouvoir disciplinaire

Plus en détail

Discriminations : de quoi parle-t-on? AVDL mai 2008 1

Discriminations : de quoi parle-t-on? AVDL mai 2008 1 Discriminations : de quoi parle-t-on? AVDL mai 2008 1 1/ Discrimination : de quoi parle-t-on? 2/ Les voies de recours 3/ Le processus de reconnaissance des discriminations 4/ Les discriminations liées

Plus en détail

L Aspect physique des salariés

L Aspect physique des salariés www.rocheblave.com L Aspect physique des salariés L Aspect physique des salariés Poids et mensurations Barbe et moustache Les salariés sont-ils libres de leur aspect physique? Coiffure L aspect physique

Plus en détail

TD N 3 : correction des questions, fichier à imprimer.

TD N 3 : correction des questions, fichier à imprimer. TD N 3 : correction des questions, fichier à imprimer. Chapitre 1 : SITUATION PROFESSIONNELLE Question n 1 : Selon l article L 1321-1 du code du travail : «dans le règlement intérieur, l employeur fixe

Plus en détail

CODE DE DEONTOLOGIE DU JOURNALISTE

CODE DE DEONTOLOGIE DU JOURNALISTE CODE DE DEONTOLOGIE DU JOURNALISTE EN CÔTE D IVOIRE PREAMBULE Le droit à l information, à la libre expression et à la critique est l une des libertés fondamentales de tout être humain. De ce droit du public

Plus en détail

Le Contrat de travail Formation Exécution Résiliation

Le Contrat de travail Formation Exécution Résiliation Le Contrat de travail Formation Exécution Résiliation Jeudi 28 février 2013 Philippe POUZET N 1 I LA REDACTION DU CONTRAT II L EXECUTION DU CONTRAT III L EXTINCTION DU CONTRAT N 2 I LA REDACTION DU CONTRAT

Plus en détail

protection contre les risques psychosociaux au travail, notamment le stress, la violence, le harcèlement moral et sexuel au travail

protection contre les risques psychosociaux au travail, notamment le stress, la violence, le harcèlement moral et sexuel au travail ANNEXE AU RÈGLEMENT DE TRAVAIL ; protection contre les risques psychosociaux au travail, notamment le stress, la violence, le harcèlement moral et sexuel au travail Domaine d application L employeur et

Plus en détail

Code d éthique et de déontologie des membres du personnel # 2011-04

Code d éthique et de déontologie des membres du personnel # 2011-04 POLITIQUE Code d éthique et de déontologie des membres du personnel # 2011-04 Adoptée par le conseil d administration le 24 novembre 2011 En vigueur le 24-11-2011 Note : Dans ce document, le générique

Plus en détail

L élargissement des procédures aux risques psychosociaux requiert une modification de votre règlement de travail. Dès lors, nous vous conseillons :

L élargissement des procédures aux risques psychosociaux requiert une modification de votre règlement de travail. Dès lors, nous vous conseillons : http://www.lecap.be/ Octobre 2014 /2 Madame, Monsieur, La loi sur le bien-être du 4 août 1976 consacre un chapitre entier aux mesures que l'employeur doit prendre afin d'éviter que ses collaborateurs ne

Plus en détail

La rédaction des offres d emploi : le cadre juridique

La rédaction des offres d emploi : le cadre juridique La rédaction des offres d emploi : le cadre juridique Guide pratique pour la rédaction des offres d emploi Département Internet / Direction de la Réglementation Copyright 2010, Pôle emploi 1 Sommaire Introduction

Plus en détail

OBLIGATIONS ET DROITS DES FONCTIONNAIRES

OBLIGATIONS ET DROITS DES FONCTIONNAIRES OBLIGATIONS ET DROITS DES FONCTIONNAIRES DE L EDUCATION NATIONALE Les fonctionnaires ont des obligations en contrepartie desquelles ils bénéficient de certains droits fondamentaux. I. QUELS SONT LES TEXTES

Plus en détail

8 F 10. Règlement intérieur. I. Hygiène et sécurité 8-101 G

8 F 10. Règlement intérieur. I. Hygiène et sécurité 8-101 G (1) L établissement d un règlement intérieur est obligatoire dans les entreprises ou établissements où sont employés habituellement au moins 20 salariés. Règlement intérieur Voir commentaire -1 Le règlement

Plus en détail

Discriminations en entreprise

Discriminations en entreprise Discriminations en entreprise Collection «L essentiel pour agir» Discriminations en entreprise Salariés : savoir s en défendre Employeurs : savoir les éviter Édition 2009 Ouvrage conçu et réalisé sous

Plus en détail

Le droit social est un terme qui regroupe l'ensemble des règles applicables en matière de droit du travail et de droit de la Sécurité sociale.

Le droit social est un terme qui regroupe l'ensemble des règles applicables en matière de droit du travail et de droit de la Sécurité sociale. Les sources du droit social FICHE 1 1 LES CARACTÈRES DU DROIT SOCIAL Le droit social est un terme qui regroupe l'ensemble des règles applicables en matière de droit du travail et de droit de la Sécurité

Plus en détail

DÉFINITION DU CONTRAT DE TRAVAIL. Critères d existence du contrat. Présomption légale de non salariat. Contrats voisins du contrat de travail

DÉFINITION DU CONTRAT DE TRAVAIL. Critères d existence du contrat. Présomption légale de non salariat. Contrats voisins du contrat de travail I MAJ.11-2015 SOMMAIRE A - CONCLUSION DU CONTRAT DE TRAVAIL DÉFINITION DU CONTRAT DE TRAVAIL Critères d existence du contrat Présomption légale de non salariat Contrats voisins du contrat de travail compatibilité

Plus en détail

Délibération n 2010-166 du 18 octobre 2010

Délibération n 2010-166 du 18 octobre 2010 Délibération n 2010-166 du 18 octobre 2010 Religion - Emploi secteur privé absence de discrimination. Délibération relative au licenciement pour faute grave d un agent hôtelier d une maison de retraite

Plus en détail

Fiche tirée de sites officiels du ministère de l emploi et de service public www.mlbs.fr

Fiche tirée de sites officiels du ministère de l emploi et de service public www.mlbs.fr Thème 5 CONGES ABSENCES En tant que salarié, à quels congés aurai je droit? Vous avez droit à des congés payés dès lors que vous avez travaillé au moins un mois dans l entreprise. Un salarié capitalise

Plus en détail

Les motifs du licenciement

Les motifs du licenciement Chapitre 1 Les motifs du licenciement Exigence d une cause réelle et sérieuse Légalité du motif Contrôle des motifs par les tribunaux Une exception : la période d essai L a décision de l employeur de rompre

Plus en détail

Le contrat en CDD. Dans quels cas peut-on embaucher sous contrat à durée déterminée?

Le contrat en CDD. Dans quels cas peut-on embaucher sous contrat à durée déterminée? Le contrat en CDD La conclusion d un contrat à durée déterminée (CDD) n est possible que pour l exécution d une tâche précise et temporaire et seulement dans les cas énumérés par la loi. Il doit obligatoirement

Plus en détail

Délibération n 2009-403 du 14 décembre 2009

Délibération n 2009-403 du 14 décembre 2009 Délibération n 2009-403 du 14 décembre 2009 Religion- fonctionnement des services publics - Recommandation La réclamante est musulmane et porte le foulard. Elle souhaite effectuer une formation professionnelle

Plus en détail

B. Pour les travailleurs du Privé

B. Pour les travailleurs du Privé F14 Mémento des droits des personnels des EPST Sntrs-Cgt Lutte contre les discriminations Créée le 15 novembre 2005 - Dernière modification le 9 septembre 2008 A. Dans la fonction publique B. Pour les

Plus en détail

Sommaire. 1 er partie - Les relations individuelles du travail...29. Introduction...19 Historique...21

Sommaire. 1 er partie - Les relations individuelles du travail...29. Introduction...19 Historique...21 Sommaire Introduction...19 Historique...21 1 er partie - Les relations individuelles du travail...29 Chapitre 1 - Les sources normatives du droit du travail...31 Quelles sont les sources du droit du travail?...32

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-170. Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ;

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-170. Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ; Paris, le 2 juillet 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-170 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative

Plus en détail

1. «Puis-je me procurer un extrait du casier judiciaire d un candidat à l embauche ou d un salarié en poste?»

1. «Puis-je me procurer un extrait du casier judiciaire d un candidat à l embauche ou d un salarié en poste?» DROIT SOCIAL LES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES DES SALARIES : DE QUELS LEVIERS DISPOSE L EMPLOYEUR POUR CONTOURNER LE SACRO- SAINT PRINCIPE Emilie Ducorps-Prouvost Novembre 2012 «Puis-je me procurer un extrait

Plus en détail

LES CRITERES PROHIBES DE LA DISCRIMINATION

LES CRITERES PROHIBES DE LA DISCRIMINATION LES S PROHIBES DE LA DISCRIMINATION (DÉFINITION DES CRITÈRES) La jurisprudence nous aide à définir les critères énoncés à l article 225-1 du code pénal et à l article L.122-45 du code du travail L origine

Plus en détail

La protection des salariés

La protection des salariés Chapitre 7 La protection des salariés Thème Sens et portée de l étude Notions et contenus à construire 3.2. La protection des salariés Compte tenu de la situation de subordination du salarié, le droit

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS INTERNATIONAL ASSOCIATION OF LAWYERS INTERNATIONALE ANWALTS-UNION UNION INTERNACIONAL DE ABOGADOS UNIONE INTERNAZIONALE DEGLI AVVOCATI CHARTE DE TURIN SUR L EXERCICE DE

Plus en détail

MODELE DE CONTRAT DE TRAVAIL DE MASSEUR-KINESITHERAPEUTE EN MILIEU SPORTIF

MODELE DE CONTRAT DE TRAVAIL DE MASSEUR-KINESITHERAPEUTE EN MILIEU SPORTIF MODELE DE CONTRAT DE TRAVAIL DE MASSEUR-KINESITHERAPEUTE EN MILIEU SPORTIF CONTRAT DE TRAVAIL A DUREE INDETERMINEE ENTRE: La structure sportive, par exemple: La Fédération sportive du Société: Dénomination

Plus en détail

Programme pour contrer toute forme de violence ou de harcèlement

Programme pour contrer toute forme de violence ou de harcèlement Programme pour contrer toute forme de violence ou de harcèlement Adopté au Conseil d administration le 29 novembre 2004 Table des matières Préambule... 3 Définitions... 4 Objectifs, principes et champ

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-257. Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ;

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-257. Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ; Paris, le 22 octobre 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-257 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

Fédération des Employés et Cadres Cgt Force Ouvrière 28 rue des petits Hôtels 75010 Paris

Fédération des Employés et Cadres Cgt Force Ouvrière 28 rue des petits Hôtels 75010 Paris 27 mai 2014 EDITORIAL Maladie et licenciement, congés payés après un congé maternité et licenciement, salarié protégé et licenciement, trois arrêts concernant ces types de situation à lire dans le présent

Plus en détail

Le Petit. Social. Les points clés en 21 fiches. Véronique Roy

Le Petit. Social. Les points clés en 21 fiches. Véronique Roy Le Petit 2015 Social Les points clés en 21 fiches Véronique Roy le Petit social CAF : CDD : CE : CET : CHSCT : CIF : CPAM : CPF : CSP : CTT : Liste des abréviations utilisées dans cet ouvrage Caisse d

Plus en détail

Modèle de tableau d affichage (obligations minimales pour les petites entreprises) Mise à jour : Novembre 2015

Modèle de tableau d affichage (obligations minimales pour les petites entreprises) Mise à jour : Novembre 2015 Modèle de tableau d affichage (obligations minimales pour les petites entreprises) Mise à jour : Novembre 2015 Tableau d affichage Annexe 1 Egalité salariale hommes-femmes : Articles du Code du Travail

Plus en détail

DÉCISION Nº54 du 21 mars 2000

DÉCISION Nº54 du 21 mars 2000 DÉCISION Nº54 du 21 mars 2000 relative à l exception d inconstitutionnalité des dispositions de l article 5 lettre e) de l Ordonnance du Gouvernement nº39/1999 relative à l achèvement du processus de restructuration

Plus en détail

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon http://fdv.univ-lyon3.fr

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon http://fdv.univ-lyon3.fr La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon http://fdv.univ-lyon3.fr Fiche à jour au MATIERE : Droit du travail Auteur :Stéphanie ARIAGNO PRACCA I. Cas pratique

Plus en détail

DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE

DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE Michel Miné Christine Boudineau Anne Le Nouvel Marie Mercat-Bruns Bruno Silhol DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE, 2010 ISBNÞ: 978-2-212-54678-1 VI. MOBILITÉ DES SALARIÉS 127 Section 2.

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD/2012-50

Décision du Défenseur des droits n MLD/2012-50 Paris, le Décision du Défenseur des droits n MLD/2012-50 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 rela tive au Défenseur

Plus en détail

du 1 er juillet au 31 août 2014

du 1 er juillet au 31 août 2014 du Secteur Juridique FO du 1 er juillet au 31 août 2014 Textes législatifs et réglementaires La consommation d alcool sur le lieu de travail Le décret n 2014-754 du 1 er juillet 2014 est venu modifier

Plus en détail

Association Tutélaire des Majeurs. Protégés du Rhône *** PROJET ASSOCIATIF

Association Tutélaire des Majeurs. Protégés du Rhône *** PROJET ASSOCIATIF Association Tutélaire des Majeurs Protégés du Rhône *** PROJET ASSOCIATIF L ATMP intervient depuis bientôt 40 ans au service des personnes socialement fragilisées qui ne peuvent plus pourvoir seules à

Plus en détail

CODE D'ETHIQUE GROUPE CGR

CODE D'ETHIQUE GROUPE CGR CODE D'ETHIQUE GROUPE CGR Chaque salarié et dirigeant du groupe CGR s'engage à : RESPECTER LA PERSONNE ET SON ENVIRONNEMENT AVOIR UNE CONDUITE PROFESSIONNELLE ETHIQUEMENT IRREPROCHABLE AVOIR DES RELATIONS

Plus en détail

TD N 4 : correction des questions, fichier à imprimer.

TD N 4 : correction des questions, fichier à imprimer. TD N 4 : correction des questions, fichier à imprimer. Chapitre 1 : SITUATION PROFESSIONNELLE Question n 1 : Toute personne dispose de la liberté de choisir son domicile et nul ne peut apporter aux droits

Plus en détail

Fiche 1-10 La fonction publique, principes et organisation du personnel

Fiche 1-10 La fonction publique, principes et organisation du personnel Fiche 1-10 La fonction publique, principes et organisation du personnel La fonction publique regroupe l ensemble des agents travaillant dans les services publics de l Etat, des collectivités territoriales

Plus en détail

UE 3 - DROIT SOCIAL. Thèmes Sens et portée de l'étude Notions et contenus 1. Introduction : les sources du droit social (15 heures)

UE 3 - DROIT SOCIAL. Thèmes Sens et portée de l'étude Notions et contenus 1. Introduction : les sources du droit social (15 heures) UE 3 - DROIT SOCIAL Niveau L : 150 heures 12 ECTS Thèmes Sens et portée de l'étude Notions et contenus 1. Introduction : les sources du droit social (15 heures) Cette introduction a un triple objet : -

Plus en détail

sociales, de la famille et de la solidarité Mise à jour 1 er juillet 2008 DDTEFP de L'AIN/SCT/AYME QUESTIONS REPONSES

sociales, de la famille et de la solidarité Mise à jour 1 er juillet 2008 DDTEFP de L'AIN/SCT/AYME QUESTIONS REPONSES QUESTIONS REPONSES sur la Convention Collective Nationale des «assistants maternels du particulier employeur» du 1 er juillet 2004 étendue par arrêté du 17 décembre 2004, la loi 2005-706 du 27 juin 2005

Plus en détail

Instruments contre la discrimination en droit suisse Un aperçu Version résumée

Instruments contre la discrimination en droit suisse Un aperçu Version résumée Instruments contre la discrimination en droit suisse Un aperçu Version résumée Christina Hausammann, humanrights.ch/mers Sur mandat du Bureau fédéral de l égalité pour les personnes handicapées, du Bureau

Plus en détail

Des motifs de recours presque identiques

Des motifs de recours presque identiques pratiques [travail temporaire] Qu est-ce qui distingue le contrat d intérim du CDD? La réglementation du contrat de travail temporaire est, pour une large part, le décalque de celle du contrat à durée

Plus en détail

Un chef d entreprise, un artisan, un travailleur indépendant, un

Un chef d entreprise, un artisan, un travailleur indépendant, un Pourquoi les jugements prud homaux profitent-ils généralement aux salariés? Un chef d entreprise, un artisan, un travailleur indépendant, un commerçant qui emploie des salariés peut à tout moment avoir

Plus en détail

UE 3 Droit social Le programme

UE 3 Droit social Le programme UE 3 Droit social Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction : les sources

Plus en détail

Pour mettre fin à la discrimination basée sur l orientation sexuelle

Pour mettre fin à la discrimination basée sur l orientation sexuelle Pour mettre fin à la discrimination basée sur l orientation sexuelle Lors du dernier congrès de la FSSS-CSN, les délégué-es ont tenu à créer un comité des lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres (LGBT),

Plus en détail

30 mars 2007. Prévention des discriminations dans la fonction publique territoriale : la HALDE et le CNFPT signent une convention

30 mars 2007. Prévention des discriminations dans la fonction publique territoriale : la HALDE et le CNFPT signent une convention 30 mars 2007 Prévention des discriminations dans la fonction publique territoriale : la HALDE et le CNFPT signent une convention SOMMAIRE - Qu est ce qu une discrimination?...p 3 - Les enjeux de la prévention

Plus en détail

La Commission nationale pour la protection des données (ci-après dénommée «Commission nationale») :

La Commission nationale pour la protection des données (ci-après dénommée «Commission nationale») : Délibération n 63/2007 du 22 juin 2007 Autorisation unique relative aux traitements de données à caractère personnel portant sur le contrôle des horaires de travail dans le cadre d une organisation de

Plus en détail

Question 1 : Le régime juridique des délibérations des collectivités territoriales (6points)

Question 1 : Le régime juridique des délibérations des collectivités territoriales (6points) PREPARATION REDACTEUR EPREUVE DE REPONSES A QUESTIONS / SUJET 2 Question 1 : Le régime juridique des délibérations des collectivités territoriales (6points) NB : des développements présentés sous forme

Plus en détail

La Gazette. Numéro : 11 A VOTRE ECOUTE Date : Février 2006

La Gazette. Numéro : 11 A VOTRE ECOUTE Date : Février 2006 CGT AGAFPA La Gazette Numéro : 11 A VOTRE ECOUTE Date : Février 2006 Négociation Salariales L année 2006 a débuté avec les négociations salariales. Voici les posées par la CGT à la direction : 1) Pour

Plus en détail

Pour une «Déclaration des droits du travail»

Pour une «Déclaration des droits du travail» Pour une «Déclaration des droits du travail» LE MONDE 15.06.2015 à 10h44 Mis à jour le 15.06.2015 à 16h26 Dans l'usine Michelin de Joué les Tours en décembre. AFP/GUILLAUME SOUVANT L ancien garde des sceaux

Plus en détail

Délibération n 2008-82 du 28/04/08

Délibération n 2008-82 du 28/04/08 Délibération n 2008-82 du 28/04/08 Etat de grossesse - Emploi secteur public - Recommandation La réclamante, agent contractuel de la fonction publique territoriale, allègue que son contrat de travail à

Plus en détail

Quelles sont les indemnités auxquelles a droit un salarié licencié?

Quelles sont les indemnités auxquelles a droit un salarié licencié? Important! Certaines indemnités peuvent être augmentées par la convention collective ou le contrat de travail. Quelles sont les indemnités auxquelles a droit un salarié licencié? L indemnité légale de

Plus en détail

Combattre la discrimination fondée sur l orientation sexuelle en matière d emploi: législation dans quinze États membres de l UE

Combattre la discrimination fondée sur l orientation sexuelle en matière d emploi: législation dans quinze États membres de l UE Combattre la discrimination fondée sur l orientation sexuelle en matière d emploi: législation dans quinze États membres de l UE Rapport du Groupe européen d'experts dans le domaine de la Lutte contre

Plus en détail

Le recrutement des candidats

Le recrutement des candidats Le recrutement des candidats Article juridique publié le 01/06/2013, vu 1082 fois, Auteur : Chris 37 Les règles relatives au recrutement des candidats à l'embauche I Quels candidats recruter? Priorité

Plus en détail

Délibération n 2011-34 du 21 mars 2011. Religion Formation professionnelle Centre de formation d apprentis Organisme privé Recommandations.

Délibération n 2011-34 du 21 mars 2011. Religion Formation professionnelle Centre de formation d apprentis Organisme privé Recommandations. Délibération n 2011-34 du 21 mars 2011 Religion Formation professionnelle Centre de formation d apprentis Organisme privé Recommandations. La réclamante a été sommée de retirer le foulard qu elle portait

Plus en détail

Actualités en droit du travail

Actualités en droit du travail Actualités en droit du travail 10 juillet 2014 Chloé Alligier August & Debouzy SOMMAIRE I. Loi Formation, Emploi et Démocratie Sociale du 5 mars 2014 II. Actualités jurisprudentielles 1. Représentants

Plus en détail

Madame M. / Chambre de Commerce et d industrie de LIMOGES et Préfet de la Haute-Vienne (87). Conclusions du Commissaire du Gouvernement

Madame M. / Chambre de Commerce et d industrie de LIMOGES et Préfet de la Haute-Vienne (87). Conclusions du Commissaire du Gouvernement 1 N 3967 - Conflit positif Madame M. / Chambre de Commerce et d industrie de LIMOGES et Préfet de la Haute-Vienne (87). Séance du 13 octobre 2014. Conclusions du Commissaire du Gouvernement Du 8 juillet

Plus en détail

«LABEL DIVERSITE» Cahier des charges de labellisation Version 3

«LABEL DIVERSITE» Cahier des charges de labellisation Version 3 «LABEL DIVERSITE» Label relatif à la prévention des discriminations et à la promotion de la diversité dans le cadre de la gestion des ressources humaines Cahier des charges de labellisation Version 3 Applicable

Plus en détail

L ENTRÉE DANS LA FONCTION PUBLIQUE TABLE DES MATIÈRES. Le principe d égal accès aux emplois publics 55. Sommaire 9.

L ENTRÉE DANS LA FONCTION PUBLIQUE TABLE DES MATIÈRES. Le principe d égal accès aux emplois publics 55. Sommaire 9. TABLE DES MATIÈRES Sommaire 9 Introduction 11 Section I Le droit de la fonction publique, branche du droit public........... 11 1 Les systèmes de fonction publique 11 2 Le champ d application du droit

Plus en détail

LA PROTECTION DES SALARIES

LA PROTECTION DES SALARIES CHAPITRE 09 LA PROTECTION DES SALARIES Le contrat de travail suppose une subordination du salarié à l autorité de son employeur. Face aux pouvoirs de celui-ci, le législateur s attache à garantir aux salariés

Plus en détail

L alcool au travail. réseau Uniopss-Uriopss / Site Guide de l employeur / Zoom sur / 1 er avril 2010 1

L alcool au travail. réseau Uniopss-Uriopss / Site Guide de l employeur / Zoom sur / 1 er avril 2010 1 C est très tôt, dés le début du XX siècle, qu apparaissent les premières dispositions légales encadrant la consommation d alcool sur le lieu de travail. Gérer les problèmes liés à la consommation ou à

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-119. Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ;

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-119. Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ; Paris, le 12 mai 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-119 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative

Plus en détail

Négocier une transaction de départ

Négocier une transaction de départ Didier BOUDINEAU Paul CHALIVEAU EMPLOYEURS SALARIÉS Négocier une transaction de départ, 2004 ISBN : 2-7081-3036-6 5 Comment un salarié peut-il contester le(s) motif(s) du licenciement? Le salarié s attachera

Plus en détail

Le contrat de travail temporaire

Le contrat de travail temporaire Le contrat de travail temporaire Synthèse La conclusion d un contrat de travail temporaire n est possible que pour l exécution d une tâche précise et temporaire, dénommée mission, et seulement dans les

Plus en détail

Code de conduite de la Banque de Développement du Conseil de l Europe

Code de conduite de la Banque de Développement du Conseil de l Europe Code de conduite de la Banque de Développement du Conseil de l Europe applicable au Gouverneur, aux Vice-Gouverneurs, aux membres du personnel et aux collaborateurs ou prestataires contractuels (Approuvé

Plus en détail

Le contrat de travail temporaire. schassigneux@yahoo.fr

Le contrat de travail temporaire. schassigneux@yahoo.fr Le contrat de travail temporaire schassigneux@yahoo.fr 1 Synthèse La conclusion d un contrat de travail temporaire n est possible que pour l exécution d une tâche précise et temporaire, dénommée mission,

Plus en détail

Le droit du travail. par ses sources

Le droit du travail. par ses sources Le droit du travail par ses sources Pierre Verge Gilles Trudeau Guylaine Vallée On peut se procurer le présent ouvrage à: Les Éditions Thémis Faculté de droit, Université de Montréal C.P. 6128, Succ. Centre-Ville

Plus en détail

Les outils de gestion des difficultés : Le licenciement collectif pour motif économique

Les outils de gestion des difficultés : Le licenciement collectif pour motif économique Les outils de gestion des difficultés : Le licenciement collectif pour motif économique 1) Définition du licenciement pour motif économique Prévu par l article L1233-3 du Code du travail, le licenciement

Plus en détail

Période d essai. Période d essai. Définition

Période d essai. Période d essai. Définition La société Gedimat Farel est condamnée aux dépens, c est-à-dire au paiement des frais liés à l instance (frais d huissier ; indemnités de témoins éventuellement avancées ; rémunérations des experts désignés,

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD/2014-14 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION

Décision du Défenseur des droits n MLD/2014-14 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision du Défenseur des droits n MLD/2014-14 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à la présentation d observations en justice Domaine(s) de compétence de l Institution : Lutte contre les

Plus en détail

Les groupes de l égalité ont toujours été sujets à la

Les groupes de l égalité ont toujours été sujets à la C Discrimination Les groupes de l égalité ont toujours été sujets à la discrimination au travail. Avant que la loi n interdise la discrimination en emploi, les employeurs refusaient systématiquement de

Plus en détail

de santé publique, aux sages-femmes et aux infirmiers du Japon

de santé publique, aux sages-femmes et aux infirmiers du Japon de santé publique, aux sages-femmes et aux infirmiers du Japon Français Loi relative aux infirmiers de santé publique, aux sages-femmes et aux infirmiers du Japon (Loi n 203 du 30 juillet 1948) Sommaire

Plus en détail

Grands principes du droit du travail : les propositions de la CFDT à la commission Badinter

Grands principes du droit du travail : les propositions de la CFDT à la commission Badinter N 04 du 14 janvier 2016 Destinataires :. Bureau national. Fédérations. URI. UD. Secrétaires confédéraux Grands principes du droit du travail : les propositions de la CFDT à la commission Badinter La CFDT

Plus en détail

Délibération n 2010-169 du 6 septembre 2010

Délibération n 2010-169 du 6 septembre 2010 Délibération n 2010-169 du 6 septembre 2010 Embauche Sexe situation de famille - Différence de position et de rémunération Salarié masculin occupant antérieurement le poste - Congé maternité - Congé parental

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR TYPE

REGLEMENT INTERIEUR TYPE REGLEMENT INTERIEUR TYPE I. Préambule Article 1 : OBJET ET CHAMP D APPLICATION 1.1 Ce règlement : fixe les règles de discipline intérieure, rappelle les garanties qui sont attachées à l application de

Plus en détail

LICENCIEMENT ECONOMIQUE : ARRETS DE LA COUR DE CASSATION RELATIF A LA SAUVEGARDE DE LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE

LICENCIEMENT ECONOMIQUE : ARRETS DE LA COUR DE CASSATION RELATIF A LA SAUVEGARDE DE LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE SOCIAL N 31 SOCIAL N 8 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 7 février 2006 ISSN 1769-4000 LICENCIEMENT ECONOMIQUE : ARRETS DE LA COUR DE CASSATION RELATIF A LA SAUVEGARDE DE LA COMPETITIVITE

Plus en détail

I Le Défenseur des droits I

I Le Défenseur des droits I DIVERSIFIER SES RECRUTEMENTS SANS DISCRIMINER la rédaction des offres d emploi Ce qui est interdit Les exceptions autorisées par la loi Comment rédiger une offre d emploi Comment diversifier ses recrutements

Plus en détail

LE CONTRAT DE TRAVAIL

LE CONTRAT DE TRAVAIL LE CONTRAT DE TRAVAIL I. Introduction Le contrat de travail définit les conditions de travail et de rémunération du salarié. Il ne peut être contraire à la loi, aux conventions collectives ou aux usages

Plus en détail

Présentation de l épreuve

Présentation de l épreuve MÉTHODO Présentation de l épreuve 1. Programme de l arrêté du 22 décembre 2006 Durée de l enseignement (à titre indicatif) 12 ECTS 150 heures Thèmes Sens et portée de l étude Notions et contenus 1. Introduction

Plus en détail

LE DROIT RÉGISSANT LE TRAVAIL AU QUÉBEC

LE DROIT RÉGISSANT LE TRAVAIL AU QUÉBEC LE DROIT RÉGISSANT LE TRAVAIL AU QUÉBEC Porto Alegre, Brésil Le 26 mars, 2015 Katherine Lippel, Université d Ottawa Faculté de droit, section droit civil Plan de présentation L hiérarchie des sources en

Plus en détail

GROUPEMENT INTERCOMMUNAL POUR L ANIMATION PARASCOLAIRE. Statut du personnel non-permanent d'animation parascolaire

GROUPEMENT INTERCOMMUNAL POUR L ANIMATION PARASCOLAIRE. Statut du personnel non-permanent d'animation parascolaire GROUPEMENT INTERCOMMUNAL POUR L ANIMATION PARASCOLAIRE Statut du personnel non-permanent d'animation parascolaire Janvier 0 Table des matières TITRE I DISPOSITIONS GENERALES Art. Champ d application et

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR APPLICABLE AUX STAG IAIRES EN FORMATION A L AFERTES Année 2014-2015

REGLEMENT INTERIEUR APPLICABLE AUX STAG IAIRES EN FORMATION A L AFERTES Année 2014-2015 REGLEMENT INTERIEUR APPLICABLE AUX STAG IAIRES EN FORMATION A L AFERTES Année 2014-2015 Article 1 : OBJET Le présent règlement est établi conformément aux dispositions des articles du Code du Travail relatifs

Plus en détail

Initiation à la GRH - Chapitre 3 AEI - L2RH - D. Glaymann 2014-2015 1. 1. Qui s occupe des ressources humaines? 2. Les différentes missions

Initiation à la GRH - Chapitre 3 AEI - L2RH - D. Glaymann 2014-2015 1. 1. Qui s occupe des ressources humaines? 2. Les différentes missions 1. Qui s occupe des ressources humaines? 2. Les différentes missions 3. La forte dimension juridique 4. Les grands enjeux actuels Dans les PME (< 100-200 salariés), l activité de DRH est assumée par un

Plus en détail

CONTRIBUTION DES JUGES A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS

CONTRIBUTION DES JUGES A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS CONTRIBUTION DES JUGES A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS Il est d usage de considérer que la dialectique accord-loi a été tout à la fois à l origine de la création et le moteur du développement

Plus en détail

Chapitre I er. Devoirs généraux des professionnels de santé dans leur exercice professionnel

Chapitre I er. Devoirs généraux des professionnels de santé dans leur exercice professionnel Code de déontologie de certaines professions de santé Règlement grand-ducal du 7 octobre 2010 établissant le code de déontologie de certaines professions de santé. - base juridique: L du 26 mars 1992 (Mém.

Plus en détail