DEPARTEMENT D'INFORMATIQUE MEMOIRE. Présenté par. K AR A M O S TE F A M o ha mme d Ilye s. Pour obtenir LE DIPLOME DE MAGISTER

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DEPARTEMENT D'INFORMATIQUE MEMOIRE. Présenté par. K AR A M O S TE F A M o ha mme d Ilye s. Pour obtenir LE DIPLOME DE MAGISTER"

Transcription

1 DEPARTEMENT D'INFORMATIQUE MEMOIRE Présenté par K AR A M O S TE F A M o ha mme d Ilye s Pour obtenir LE DIPLOME DE MAGISTER Spécialité Informatique Option : Système Informatique Réparti Intitulé : OPTIMISATION DES COMMUNICATIONS COLLECTIVES SUR LES GRILLES DE CALCULS Soutenu le : 04 / 05 / 2011 à la salle de conférences de la faculté des sciences. Devant les membres du jury : Président : B. Atmani MCA Université d Oran (Es-Sénia) Directeur : G. Belalem MCA Université d Oran (Es-Sénia) Examinatrice : S. Nait Bahloul MCA Université d Oran (Es-Sénia) Examinateur : A.H. Benyamina MCA Université d Oran (Es-Sénia)

2 «On se lasse de tout, sauf de comprendre». i

3 ii A ma très chère mère qui a toujours été là pour moi, ainsi qu a mon grand père. Merci de m avoir donné un magnifique modèle de labeur et de persévérance. J espère qu ils trouveront dans ce travail toute ma reconnaissance et tout mon amour A mes frères Habib et Amine et mes sœurs, je leurs dis merci de m avoir tant soutenu et aidé pour la réalisation de ce travail A mon encadreur Mr Belalem qui a toujours été à mes côtés et aidé avec ses conseils dont je n oublierai jamais

4 iii Remerciements En préambule à ce mémoire, nous souhaiterons adresser nos remerciements les plus sincères aux personnes qui nous ont apporté leur aide et qui ont contribué à l élaboration de ce mémoire. Nous tenons à remercier sincèrement Monsieur BELALEM Ghalem, qui, en tant que Directeur de mémoire, s est toujours montré à l écoute et très disponible tout au long de la réalisation de ce mémoire, ainsi pour l inspiration, l aide et le temps qu il a bien voulu nous consacrer et sans qui, ce mémoire n aurait jamais vu le jour. Nous exprimons notre gratitude à tous les membres du jury : Monsieur ATMANI Baghdad, qui nous a fait l honneur de présider ce jury, Monsieur BENYAMINA Abou El Hassen d avoir accepté de juger ce travail ainsi que Madame NAIT-BAHLOUL Safia d avoir accepté d évaluer ce travail. Nous tenons à adresser nos plus sincères remerciements à tous nos proches et amis, qui nous ont toujours soutenues et encouragés au cours de la réalisation de ce manuscrit. Et puis finalement, nous tenons à remercier le professeur SLIMANI Yahia pour tous les efforts qu il fourni afin de promouvoir la recherche scientifique dans le domaine de l informatique réparti à l Université d Oran.

5 iv Table des matières Table des figures Liste des tableaux vi viii Introduction générale 1 Les grilles 1.1 Introduction Les débuts de la grille Un modèle de grille communautaire Les modules de la grille Les réseaux Les nœuds de traitement Les standards L évolution des grilles Première génération des grilles Deuxième génération des grilles Troisième génération des grilles Conclusion État de l art et étude comparative sur les communications collectives sur grilles 2.1 Introduction Les communications collectives Communication collective de type un vers plusieurs Communications collective de type plusieurs vers un Communication collectives de type plusieurs vers plusieurs Paramètres d hétérogénéité et modèles de performance

6 v 2.4 Étude comparative Approche sans clustering Approche à base de clustering Optimisations des communications collectives de type plusieurs vers plusieurs sur des architectures à large échelle Conclusion Approches hybrides pour l optimisation de l opération de diffusion dans les grilles 3.1 Introduction Travaux relatifs Travaux de Banikazemi et al [80] Travaux de Bhat et al [69] Approches proposées Description du système Première stratégie TP-ECEF (Two Phases-ECEF ) Deuxième stratégie HFE (HLOT-Flat-ECEF) Conclusion Implémentation des deux stratégies proposées TP-ECEF et HFE 4.1 Introduction Choix des métriques Présentation du simulateur Résultats de simulations TP-ECEF (Two Phases ECEF) HFE (HLOT-Flat-ECEF) Conclusion Conclusion générale et perspectives Bibliographie

7 vi Table des figures 1.1 Ressources de la grille interconnectées Architecture en couches du modèle de grille communautaire La diffusion La distribution La réduction Le rassemblement La barrière de synchronisation All diffusion All distribution rassemblement Scan Diffusion en LogP avec P = 8,L = 6,g = 4,o = Transmission d un message modélisé par plogp Schéma arborassant des solutions proposées le statu réel du réseau et son réseau d information, (a) :le statu réel du réseau, (b) : le réseau d information pour (a) Les arbres TTCC de la Figure 1.12 ; (a) : T 0, (b) : T 1, (c) : la solution finale pour la Figure Diffusion par la stratégie MagPIe Exemple de transfert de données bloquant : (a) arbre de communication, (b) table de temps Exemple de transfert de données de niveau paquet : (a) arbre de communication (b) table de temps Infrastructure utilisée dans les expérimentations Arbre multi niveaux correspondant à l architecture précédente Communication multi niveaux avec l algorithme HLOT Matrice de latence relative à une organisation virtuelle d un réseau large échelle de grille Comparaison des différents coûts de communication de l opération de diffusion

8 vii 3.1 Système hétérogène distribué : L ordonnancement FEF pour 4 nœuds de la table Opération de diffusion à base de la connaissance de topologie et sans connaissance de topologie Stratégie deux phases Diagramme d activité UML de la stratégie à deux phases Deuxième approche 3 niveaux : HLOT, PLAT, ECEF Diagramme d activité UML de la deuxième stratégie HFE Diffusion utilisant un arbre binomial sur 4 processeurs Vue de haut niveau du cas d utilisation du «Grid Communication Simulator» Diagramme de cas d utilisations de la définition de la topologie globale du «Grid Communication Simulator» Diagramme des cas d utilisations des simulations du «Grid Communication Simulator» Interface principale de «Grid Communication Simulator», pour la définition de la topologie globale Diagramme de séquences «définition de la topologie globale de la grille» Interface "Simule" du «Grid Communiation Simulator» Diagramme de séquence de l interface «Simule» Résultats de simulations en variant le nombre de sites pour l approche TP-ECEF Résultats de simulations suivant un nombre de sites plus large pour l approche TP-ECEF Résultats de simulations en faisant varier le nombre de nœuds pour l approche TP-ECEF Résultats de simulations en variant le nombre de sites entre 1 et 10 pour l approche HFE Résultats de simulations pour un système passant à l échelle pour l approche HFE Résultats de simulations en variant le nombre de nœuds pour l approche HFE

9 viii Liste des tableaux 2.1 Exemple de facteurs d hétérogénéité Coûts des stratégies intra-cluster Temps de complétion suivant les sites pour l approche TP-ECEF Temps de complétion suivant un nombre plus large de sites pour l approche TP-ECEF Temps de complétion suivant le nombre de nœuds pour l approche TP-ECEF Temps de complétion en variant le nombre de sites entre 1 et 10 pour l approche HFE Temps de complétion en variant le nombre de sites entre 5 et 25 pour l approche HFE Temps de complétion en variant le nombre de nœuds entre 5 et 25 pour l approche HFE. 82

10 Introduction générale 1

11 Introduction 2 La dernière décennie a bien été marqué par la croissance d un nombre important d infrastructures de type grilles informatiques large échelles dont la construction est devenue l objectif principale de différents chercheurs pacifiques à travers le monde en se faisant acquérir la collaboration d agences de financements, fournisseurs commerciaux, chercheurs universitaires, centres et laboratoires nationaux en formant une communauté d une vaste expertise afin d exécuter des applications de calcul intensif dans différentes disciplines scientifiques tels que le traitement d image, la biochimie la simulation et la fouille de données. Le domaine du calcul à haute performance a beaucoup évolué ces dernières années, ainsi, la technique d agrégation de ressources distribuées et non dédiées est venue prendre la place des grosses machines parallèles à mémoire partagée. Néanmoins, la dissémination de l Internet à partir des années 1990s a permis l interconnexion des ressources distantes et potentiellement hétérogènes qui est devenue la prochaine étape de l évolution des systèmes parallèles. Ainsi, le partage de ressources de calculs (ordinateurs personnels, stations de travails, machines parallèles à mémoires partagées, etc.) entre plusieurs partenaires scientifiques est devenu possible et a donné naissance à ce qu on appelle les grilles de calculs. Dans une grille de calcul, différents nœuds avec différentes capacités de communication sont interconnectés par des liens de communications avec différents niveaux de performances. L exécution du calcul intensifs distribué sur ce genre d architecture présente un très grand défit dans le sens où les facteurs d hétérogénéités augmentent et rendent cette tâche complexe et difficile à maitriser. Parmi les problèmes qui relèvent au calcul distribué, le problème des communications collectives entres les différents nœuds de la grille, opérations qui correspondent aux patrons de communication à plusieurs interlocuteurs. L optimisation des opérations collectives joue un rôle prépondérant dans la performance des applications parallèles et distribuées à large échelle et permet de l améliorer considérablement en réduisant la durée de complétion de ces opérations. Différentes solutions d optimisations ont été proposées pour les environnements homogènes de type machines parallèles et réseaux locaux et ont été implémentés dans des librairies de communications telles que la bibliothèque MPI. Cependant, ce genre de librairie n est pas adapté pour les environnements fortement hétérogènes comme les grilles de calculs. Dans le cadre du travail présenté dans ce manuscrit, nous visons à traiter le problème des communications collectives sur des systèmes à grande échelle et fortement hétérogènes tels que les grilles de calculs en faisant une étude comparative entre les différentes approches et techniques proposées, ainsi qu en présentant une contribution qui vise à optimiser l opération de diffusion exécutée sur des grilles distribuées hiérarchiques et hétérogènes. Le présent manuscrit est structuré en quatre chapitres : Dans le premier chapitre, nous décrivons les grilles qui constituent l architecture de base sur laquelle notre recherche s effectue en évoquant son architecture, ses caractéristiques, sa complexité ainsi que son évolution à travers le temps. Dans le second chapitre, nous introduisons le problème des communications collectives sur les grilles

12 Introduction 3 de calculs. Nous commençons par décrire la problématique, les solutions et approches proposées pour résoudre cette problématique, les facteurs pris en considération ainsi qu une étude comparative entre ces différentes approches. Dans le troisième chapitre, nous participons avec une contribution qui vise à optimiser l opération de diffusion exécutée sur des environnements hétérogènes hiérarchiques à large échelle en proposant deux nouvelles solutions qui visent cette fin. Dans le quatrième chapitre, nous implémentons nos deux approches proposées. Pour cela, nous présentons le simulateur des communications collectives conçu pour tester et démontrer l apport de notre contribution vis-à-vis des solutions existantes, ainsi que les résultats de simulations obtenus. Nous terminons notre mémoire par une conclusion générale et un ensemble de perspectives pour les travaux futurs.

13 4 Chapitre 1 Les grilles Sommaire 1.1 Introduction Les débuts de la grille Un modèle de grille communautaire Les modules de la grille Les réseaux Les nœuds de traitement Les standards L évolution des grilles Première génération des grilles Deuxième génération des grilles Troisième génération des grilles Conclusion

14 1.1. INTRODUCTION Introduction La grille est l infrastructure de l informatique et de la gestion de données qui sert le fondement électronique d une société globale dans les domaines des affaires, du gouvernement, de la recherche scientifique et du divertissement. La grille (voire Figure 1.1) intègre les réseaux d interconnexion, les communications, le traitement et l information pour fournir une plateforme virtuelle pour le calcul et la gestion des données de la même manière que l Internet intègre des ressources pour former une plateforme virtuelle de l information. La grille actuellement participe à la transformation de la science, le Business, la santé et la société. Dans ce chapitre, nous considérons la grille en profondeur en décrivant son évolution, son immense promesse et sa complexité du point de vue de la communauté des personnes qui la conçoivent pour faire de la vision de la grille une réalité. L infrastructure de la grille permet de lier dynamiquement des ressources ensemble comme une entité FIG. 1.1 Ressources de la grille interconnectées qui supporte l exécution d applications intensives, distribuées et à larges échelles. Les grilles de calculs à large échelles sont intrinsèquement distribuées, hétérogènes et dynamiques. Elles fournissent des capacités de stockage et de traitement infinis ainsi que l accès aux instruments, dispositifs de visualisation et ainsi de suite sans égard à la situation géographique. Pour atteindre cette fin, des systèmes complexes de logiciels et de services doivent être développés, qui permettent d utiliser des ressources efficacement ensemble et comme une entité virtuelle unique. Dans les années à venir, la grille deviendra l infrastructure fondamentale non seulement pour l e-science, mais aussi pour le e-business et e-gouvernement [3]. Cette nouvelle infrastructure va exploiter les révolutions entrainées par la loi de moore [3] pour les CPUs, disques et instruments, ainsi que la loi de Gilder [4] pour les réseaux optiques. Dans le reste de ce chapitre, nous donnons un aperçu sur ce domaine extrêmement important, puis le reste des chapitres traiteront le problème des communications sur les grilles dont il est l objet de notre recherche.

15 1.2. LES DÉBUTS DE LA GRILLE Les débuts de la grille Il est instructif de commencer par comprendre les influences qui se sont réunis pour finalement influencer le développement de la grille. Le meilleur endroit pour commencer est aux années 1980s, une décennie d une recherche intense, développement et déploiement de matériel, logiciel et applications pour des machines parallèles. Le calcul parallèle dans les années 1980 a concentré les efforts des chercheurs sur le développement d algorithmes, de programmes et d architectures qui supportaient la simultanéité. De la même façon que les développeurs d applications ont commencé à développer des codes à larges échelle qui dépassent les limites des machines parallèles les plus rapides, d autres groupes ont commencé à voire la distribution au-delà des frontières d une seule machine afin d avoir des solutions pour des problèmes de tailles extrêmement large. Durant les années 1980s à 1990s, différents logiciels pour des machines parallèles ont été développé afin de fournir des mécanismes puissants pour gérer les communications entre les processeurs, et de créer des environnements d exécution pour les machines parallèles. PVM (Parallel Virtual Machine), MPI (Message Passing Interface), HPF (High Performance Fortran) et OpenMP ont été développé pour supporter la communication pour des applications passantes à l échelle [5]. Des paradigmes réussis d applications ont été développés pour démultiplier le potentiel immense des architectures à mémoires partagées et distribuées. Initialement, il a été jugé que les grilles seraient les plus utiles dans l extension des paradigmes de calcul parallèle des grappes fortement couplées aux systèmes géographiquement distribués. Cependant, en pratique, la grille a été utilisée plus qu une plateforme pour l intégration d applications faiblement couplées (Certains éléments qui pourraient être exécutés en parallèles sur une machine parallèle à faible latence) et pour lier des ressources séparées (stockage, calcul, visualisation, instruments), la tâche fondamentale de la grille est la gestion de ces ressources hétérogènes. Durant les années 1980s, des chercheurs de différentes disciplines ont également commencé à se réunir pour attaquer les problèmes de tailles importantes considérés comme grand exploit (Grand Challenge), des problèmes en science et en ingénierie dont ces nouvelles architectures de calcul à large échelles fournissent un outil fondamental pour achever de nouvelles découvertes scientifique. Les problèmes inhérents à la conduite des collaborations dispersées géographiquement ont fournis aux chercheurs une expérience à la fois avec la coordination et la distribution : deux concepts fondamentaux en grilles de calculs. Dans les années 1990s, le programme de test US Gigabit [7] incluait une concentration sur des applications distribuées à une échelle métropolitaine et mondiale. Chacun des programmes de test (Aurora, Blanca, Nectar et Vistanet) ont été conçu avec doubles objectifs : investiguer le potentiel des architectures réseaux test et explorer leurs utilités vis-à-vis de l utilisateur final. La grille I-WAY (Information Wide Area Year) est généralement considérée comme la première grille moderne, développée comme étant un projet de démonstration expérimental pour le CS95. En 1995, durant une conférence en supercomputing, des chercheurs pionniers se sont réunis ensemble pour agréger

16 1.2. LES DÉBUTS DE LA GRILLE 7 un banc d essai national distribué avec plus de 17 sites mis en réseau par le vbns. Plus de 60 applications ont été développées pour la conférence et déployées sur le I-WAY. Le développement d infrastructures et applications pour le I-WAY a fourni une forte expérience pour la première génération des recherches et projets en grilles informatique moderne [3]. Le I-WAY a ouvert la porte pour des activités considérables dans le développement de logiciels pour les grilles. Les projets d infrastructures Globus [8] et Legion [9] ont explorés des approches afin de fournir des système de bas niveau pour l infrastructure grille. Le projet condor [32] expérimenté avec un ordonnancement haut débit, alors que les projets AppLeS [11], APST, Mars [12] expérimenté avec un ordonnancement de haute performance. Le projet NWS (Network Weather Service) [74] se concentrait sur le contrôle des ressources et la prédiction des pannes. Alors que le SRB (Storage Resource Broker)[36] se concentrait sur l accès uniforme aux ressources de données hétérogènes. Les projets NetSolve [14] et Ninf [15] se concentraient sur le traitement à distance via un modèle client serveur. Ces projets et plusieurs autres ont fournis des logiciels et des idées de base des grilles informatiques d aujourd hui. Dans la fin des années 1990s, les chercheurs dans le domaine des grilles se sont réunis dans un forum de grille GGF [19], où la plupart des premières recherches étaient en train d évoluer dans la base des standards pour les futures grilles. Récemment, le GGF [19] a joué un rôle dans le développement de l OGSA (Open Grid Services Architecture), qui a intégré les approches Globus et services Web [8]. L objectif de l OGSA vise à définir les services de base pour une grande variété de domaines incluant : 1. Systèmes de gestion et d automatisation. 2. Gestion de la charge et de la performance. 3. Sécurité. 4. Gestion de la disponibilité des services. 5. Gestion des ressources logique. 6. Services de clustering. 7. Gestion de la connectivité. 8. Gestion des ressources physique. Aujourd hui, les grilles sont devenues globales, avec plusieurs collaborations internationales entre les États Unis et d autres pays de l Europe et de l Asie. Des agences de financement, des vendeurs commerciaux, des chercheurs académiques, des centres et des laboratoires nationaux se sont réunis en formant une communauté d une large expertise avec l énorme engagement de la construction de la grille. En plus, des recherches dans des secteurs liés tels que les réseaux, les librairies numériques, le traitement pairs-à-pairs et ainsi de suite donnent des idées supplémentaires relatives aux grilles. Bien que nous ayons la tendance à penser que les grilles actuelles sont les résultats de l influence des 20 dernières années, certaines des premières racines des grilles peuvent êtres trouvées chez J.C.R Licklider plusieurs années avant cela [3]. Licklider était l un des premiers pionniers de l informatique et

17 1.3. UN MODÈLE DE GRILLE COMMUNAUTAIRE 8 des réseaux, qui mettra les premières bases de la création de l ARPANET, le précurseur de l Internet d aujourd hui [3]. A son époque aux années 1960s, il développa une nouvelle vision des systèmes informatiques en réseaux, qui pourraient servir comme systèmes de supports automatisé pour la prise de décisions humaines. A cette même époque, les ordinateurs étaient chers. Aujourd hui, après 40 ans de cette époque, la situation est inversée et des ordinateurs portables maintenant ont plus de puissance que Licklider n a jamais pu imaginer possible. Néanmoins, son aperçu que le déluge des données scientifiques exigerait l exploitation des ressources de calculs distribuées était correct. Vue les avancées dans le domaine de la gestion des réseaux et des technologies logicielles, des chercheurs travaillent maintenant pour mettre en œuvre cette vision [3]. Dans la section suivante, nous donnerons une vue d ensemble sur la grille informatique actuelle et sa vision émergente du futur. 1.3 Un modèle de grille communautaire Durant la dernière décennie, la communauté grille a commencé à converger vers un modèle en couches qui permet le développement du système complexe de services et de logiciel exigés pour intégrer les ressources de la grille. Ce modèle fournit une abstraction de la grille en couches [3]. La Figure 1.2 illustre le modèle de grille communautaire étant développé dans une façon faiblement coordonnée dans le monde universitaire et dans le secteur commercial. Nous commençons la discussion en comprenant chacune des couches dans le modèle. FIG. 1.2 Architecture en couches du modèle de grille communautaire. 1. La couche inférieure horizontale du modèle de grille est constituée des ressources matérielles de la grille. Ces ressources comprennent les ordinateurs, les réseaux, les bases de données, les instru-

18 1.3. UN MODÈLE DE GRILLE COMMUNAUTAIRE 9 ments, les dispositifs de visualisations, etc. Elles sont distribuées, hétérogènes et ont des profits de performances très différents (performance mesurée en FLOPS ou bande passante de mémoire avec une performance mesurée en octets, et le temps d accès aux données). En outre, l ordonnancement des ressources représenté par cette couche est très dynamique, tant en raison des ressources nouvelles étant ajoutées à la composition et les ressources anciennes étant retirées, et à la suite d une performance variable observable des ressources dans l environnement multi utilisateurs et partagé de la grille. 2. La couche horizontale suivante ou l infrastructure commune se compose des services logiciels et systèmes qui virtualisent la grille. Des efforts communautaires tels que l initiative intergiciel de NSF (NMI) [20], OGSA, ainsi que de nouveaux standards comme Globus [8] fournissent un accord commun sur la sur-couche de la grille sur laquelle les ressources hétérogènes et dynamique peuvent être accédées. Le concept clé de la couche infrastructure commune est l accord communautaire sur le logiciel qui représente la grille comme une plateforme virtuelle unifiée et fournit la cible pour des logiciels de plus en plus spécialisés et des applications. 3. La couche horizontale suivante (intergiciel grille orienté application et utilisateur, services et outils), contient des packages logiciels construits sur l infrastructure commune. Cet intergiciel sert à permettre aux applications d utiliser les ressources de la grille de façon plus productive en masquant une partie de la complexité impliquée dans les activités systèmes tels que l authentification, le transfert de fichiers et ainsi de suite. Les portails, les logiciels d ordonnancements des applications et ainsi de suite résident dans cette couche et fournissent l intergiciel qui connecte les applications et les utilisateurs avec l infrastructure de la grille. 4. La couche horizontale la plus haute (les applications de la grille) représente les applications et les utilisateurs. La grille sera enfin de compte réussie à condition que sa communauté d utilisateurs et toutes ses couches horizontales puissent assurer que la grille présente une plateforme de traitement et de gestion de données robuste, stable, utilisable et utile pour l utilisateur. Il faut noter que dans le sens le plus large, même des applications qui utilisent uniquement une seule ressource sont aussi considérées comme des applications grilles si elles accèdent à la ressource cible via des interfaces uniformes fournis par l infrastructure grille. 5. Les couches verticales représentent les étapes suivantes pour le développement de la grille. La couche verticale à gauche représente l influence des nouveaux appareils capteurs, PDAs, et connections sans fils. Durant ces 10 années, ces appareils et d autres auront besoin d être intégrés dans la grille et vont compromettre les exploits de la gestion de l hétérogénéité et la promotion de la

19 1.4. LES MODULES DE LA GRILLE 10 performance. Au même temps, l augmentation de la globalisation de la grille exigera des considérations sérieuses des politiques pour le partage et l exploitation des ressources, des connectivités réseaux à échelle globale ainsi que le développement des modèles économiques destinés à l utilisation des ressources de la grille (la couche verticale à droite). Comme nous reliant des grilles nationales pour former une grille globale, il sera de plus en plus important de développer une grille sociale et des politiques économiques qui assurent la stabilité du système, et promeut la performance aux utilisateurs et intègre avec succès des cultures d application technologiquement et politiquement séparées. 1.4 Les modules de la grille Les réseaux Le cœur de chaque grille informatique est son réseau, les réseaux interconnectent des ressources géographiquement distribuées et leurs permettent d être utilisées collectivement pour supporter l exécution d une application simple. Si les réseaux fournissent des capacités de communication assez grandes, des applications réussies peuvent utiliser des ressources distribuées d une façon plus adéquate avec des données plus intensives ; si les réseaux fournissent de petites capacités de communication, des applications réussies sont susceptibles d impliquer des communications minimales et un transfert de données entre composants de programme et/ou être capable de tolérer une latence assez élevée Les nœuds de traitement Les réseaux interconnectent les ressources de la grille, les plus répondus sont les ordinateurs avec leurs ressources de stockage associés. Bien que les ressources de traitement puissent être de n importe quel niveau de puissance et de capacité, parmi les grilles les plus intéressantes pour les scientifiques impliquent des nœuds qui sont eux même des machines parallèles de hautes performances et des clusters. De tels nœuds de grille de haute performance fournissent des ressources principales pour la simulation, l analyse, la fouille de données ainsi que d autres activités qui sont intensives en traitement. Parmi les nœuds des grilles actuelles, peuvent figurer des machines qui appartiennent aux sites Top500 incluant les supercalculateurs les plus puissants du monde, des machines qui peuvent atteindre la puissance de 1 petaflops (10 15 opérations par seconde) Les standards Pour l avenir, la technologie va continuer à fournir des potentiels de possibilités et de capacités de plus en plus grands dont il faudra intégrer dans les technologies de la grille. Pour gérer et contrôler ce paysage technologique constamment en évolution, les grilles utilisent une infrastructure commune afin

20 1.5. L ÉVOLUTION DES GRILLES 11 de fournir une représentation virtuelle pour les développeurs des logiciels et les utilisateurs, tout en permettant l incorporation de nouvelles technologies. Le développement de standards est la clé qui permet de gérer la complexité des grilles par les développeurs de logiciels et les utilisateurs sans que des efforts héroïques soient critiques au succès de la grille. Internet, le Web ainsi que les W3C consortium [18] ont défini des standards clés tels que TCP/IP, HTTP, SOAP, XML et maintenant le WSDL (Web Service Definition Langage) qui est un élément clé de l OGSA. Le GGF [19] est maintenant en train de construire un standard clé spécifique aux grilles, c est le standard émergeant de facto pour les grilles. En plus, NMI (NSF Middleware Initiative) [20] et le programme du royaume-uni Grid Core [21] cherchent à s étendre, à se standardiser et faire des pièces logicielles clés plus robustes pour l arsenal de la grille tel que Globus [8], Condor [32], OGSA-DAI et le NWS (Network Weather Service) [74]. Dans les deux dernières décennies, le développement de PVM et MPI a anticipé la vision moderne de la grille en introduisant les concepts du traitement parallèle et distribué à toute une communauté. Il y a d autres standards importants sur lesquels la grille est établie. Parmi lesquels, on peut citer le rôle que Linux joue comme standard pour les systèmes d exploitation des nœuds [22]. OASIS [23] est aussi en train de standardiser les Services Web pour les portails à distance WSRP (Web Services for Remote Portails). Ces standards supportent des logiciels commerciaux et non commerciaux et laissent la tendance s accroitre pour les logiciels Open Source. Le projet Apache [24] fournit une infrastructure clé telle que les serveurs et les outils, afin de supporter les interfaces Java-WSDL [25] et les portails [26]. On peut même s attendre que dans les jours à venir, tous les logiciels soient Open Source et fournissent des interfaces ouvertes pour des implémentations propriétaires. Aujourd hui, les projets de grilles cherchent à utiliser des infrastructures communes et des standards afin de promouvoir l interopérabilité et la réutilisabilité. L Open Source et les efforts de standardisation sont en train de changer les voies de l écriture des logiciels et les voies de conception des systèmes. Cette approche va être le tournant pour l évolution des grilles. 1.5 L évolution des grilles La dernière décennie a vu un changement substantiel dans la manière avec laquelle on perçoit et on utilise les ressources de traitement. Ceci est dû, entre autres, au progrès technologique qui a donné naissance à un matériel plus rapide, plus robuste et un logiciel de plus en plus sophistiqué. Une conséquence à ces changements a été la capacité d utiliser des ressources distribuées de façon efficace. Dés que des ordinateurs sont interconnectés et communiquent, nous avons un système distribué. La recherche dans les domaines de la conception, la construction et le déploiement des systèmes distribués a été explorée depuis des années. Un nombre croissant de groupes de recherches ont travaillé dans le domaine du traitement distribué à large échelle. Ces groupes ont implémentés des intergiciels, des librairies, des outils qui permettent une utilisation coopératives des ressources géographiquement distribuées

Rapport d activité. Mathieu Souchaud Juin 2007

Rapport d activité. Mathieu Souchaud Juin 2007 Rapport d activité Mathieu Souchaud Juin 2007 Ce document fait la synthèse des réalisations accomplies durant les sept premiers mois de ma mission (de novembre 2006 à juin 2007) au sein de l équipe ScAlApplix

Plus en détail

ViSaGe. Virtualisation du Stockage dans les Grilles. Informatiques. RenPar 16, 6-8 Avril 2005 Thiebolt François thiebolt@irit.fr

ViSaGe. Virtualisation du Stockage dans les Grilles. Informatiques. RenPar 16, 6-8 Avril 2005 Thiebolt François thiebolt@irit.fr 1 ViSaGe Virtualisation du Stockage dans les Grilles Informatiques RenPar 16, 6-8 Avril 2005 Thiebolt François thiebolt@irit.fr IRIT Projet RNTL labellisé pré-compétitif Solution ViSaGe ViSaGe Accès transparent

Plus en détail

Le Cercle Vertueux du Cloud Public

Le Cercle Vertueux du Cloud Public Le Cercle Vertueux du Cloud Public Le Cercle Vertueux du Cloud Public Le Cloud public rencontre un intérêt croissant auprès de tous les directeurs IT voulant planifier les stratégies informatiques de leur

Plus en détail

AAA/SWITCH e-infrastructure for e-science

AAA/SWITCH e-infrastructure for e-science AAA/SWITCH e-infrastructure for e-science 1. Situation de départ: SWITCH a réalisé avec ses partenaires l infrastructure d authentification et d autorisation (SWITCHaai), qui permet aux étudiants et collaborateurs

Plus en détail

1 Introduction à l infrastructure Active Directory et réseau

1 Introduction à l infrastructure Active Directory et réseau 1 Introduction à l infrastructure Active Directory et réseau Objectifs d examen de ce chapitre Ce premier chapitre, qui donne un aperçu des technologies impliquées par la conception d une infrastructure

Plus en détail

Découverte et investigation des menaces avancées INFRASTRUCTURE

Découverte et investigation des menaces avancées INFRASTRUCTURE Découverte et investigation des menaces avancées INFRASTRUCTURE AVANTAGES CLÉS Infrastructure RSA Security Analytics Collecte distribuée grâce à une architecture modulaire Solution basée sur les métadonnées

Plus en détail

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base SOA et Services Web 23 octobre 2011 1 SOA: Concepts de base 2 Du client serveur à la SOA N est Nest pas une démarche entièrement nouvelle: années 1990 avec les solutions C/S Besoins d ouverture et d interopérabilité

Plus en détail

Référence Etnic Architecture des applications

Référence Etnic Architecture des applications Référence Etnic Architecture des applications Table des matières 1. Introduction... 2 2. Architecture... 2 2.1 Démarche générale... 2 2.2 Modèle d architecture... 3 2.3 Découpe d une architecture applicative...

Plus en détail

Semarchy Convergence for MDM La Plate-Forme MDM Évolutionnaire

Semarchy Convergence for MDM La Plate-Forme MDM Évolutionnaire FICHE PRODUIT Semarchy Convergence for MDM La Plate-Forme MDM Évolutionnaire BENEFICES POUR LES DSI Réussir les projets de gouvernance dans les délais et les budgets Démarrer de manière tactique tout en

Plus en détail

FAQ : GUIDE DE DÉVELOPPEMENT DE L AUTOMATISATION DE LA COMMUTATION DE DATACENTER

FAQ : GUIDE DE DÉVELOPPEMENT DE L AUTOMATISATION DE LA COMMUTATION DE DATACENTER E-Guide FAQ : GUIDE DE DÉVELOPPEMENT DE L AUTOMATISATION DE LA COMMUTATION DE DATACENTER Search Networking.de FAQ : GUIDE DE DÉVELOPPEMENT DE L AUTOMATISATION DE LA COMMUTATION DE DATACENTER En favorisant

Plus en détail

CORBA. (Common Request Broker Architecture)

CORBA. (Common Request Broker Architecture) CORBA (Common Request Broker Architecture) Projet MIAGe Toulouse Groupe 2 1 CORBA, introduction (1/4) Les systèmes répartis permettent de créer des applications basées sur des composants auto-gérables,

Plus en détail

L essentiel. Coopérative, flexible, très performante : la plateforme Engineering Base. web aucotec.com

L essentiel. Coopérative, flexible, très performante : la plateforme Engineering Base. web aucotec.com L essentiel Coopérative, flexible, très performante : la plateforme Engineering Base web aucotec.com Les défis La globalisation des structures d ingénierie avec le travail en réseau sur des sites dispersés

Plus en détail

GRID : Overview ANR-05-CIGC «GCPMF» 8 juin 2006 Stéphane Vialle

GRID : Overview ANR-05-CIGC «GCPMF» 8 juin 2006 Stéphane Vialle GRID : Overview ANR-05-CIGC «GCPMF» 8 juin 2006 Stéphane Vialle Stephane.Vialle@supelec.fr http://www.metz.supelec.fr/~vialle Grid : Overview 1. Définition et composition 2. Exemple de Middleware 3. Interconnexion

Plus en détail

L approche Bases de données

L approche Bases de données L approche Bases de données Cours: BD. Avancées Année: 2005/2006 Par: Dr B. Belattar (Univ. Batna Algérie) I- : Mise à niveau 1 Cours: BDD. Année: 2013/2014 Ens. S. MEDILEH (Univ. El-Oued) L approche Base

Plus en détail

1. INTRODUCTION. Un peu d histoire

1. INTRODUCTION. Un peu d histoire 1. INTRODUCTION Avant de nous intéresser aux technologies des réseaux actuelles, il est important de retracer en quelques points l évolution de l outil informatique afin de nous permettre d appréhender

Plus en détail

ETNA Projet de Fin d Étude 2005-2007 RimElse Cahier des charges. c Copyleft 2006, ELSE Team

ETNA Projet de Fin d Étude 2005-2007 RimElse Cahier des charges. c Copyleft 2006, ELSE Team ETNA Projet de Fin d Étude 2005-2007 RimElse Cahier des charges c Copyleft 2006, ELSE Team 18 avril 2006 Table des matières 1 Introduction 2 2 Présentation du projet 3 2.1 Une distribution Évolulable..................

Plus en détail

Semarchy Convergence for Data Integration La Plate-Forme d Intégration pour le MDM Évolutionnaire

Semarchy Convergence for Data Integration La Plate-Forme d Intégration pour le MDM Évolutionnaire FICHE PRODUIT Semarchy Convergence for Data Integration La Plate-Forme d Intégration pour le MDM Évolutionnaire BENEFICES Des projets réussis dans les délais et les budgets La bonne donnée disponible au

Plus en détail

Documentation Matrox Imaging

Documentation Matrox Imaging Sommaire Dans le domaine de la vision industrielle et des systèmes d inspection optique automatisés, les caméras intelligentes obtiennent beaucoup d attention. En fait, elles sont souvent présentées à

Plus en détail

Introduction aux systèmes d exploitation

Introduction aux systèmes d exploitation Introduction aux systèmes d exploitation Le système d exploitation est un ensemble de logiciels qui pilotent la partie matérielle d un ordinateur. Les principales ressources gérées par un système d exploitation

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

Libérez votre intuition

Libérez votre intuition Présentation de Qlik Sense Libérez votre intuition Qlik Sense est une application nouvelle génération de visualisation de données en libre-service qui permet à chacun de créer facilement des visualisations

Plus en détail

Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc

Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc L intégration de la gestion des identités et des accès avec l authentification unique Objectif : Renforcer la politique de sécurité et améliorer la productivité

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Conception d Applications Réparties

Conception d Applications Réparties Jean-François Roos LIFL - équipe GOAL- bâtiment M3 Extension - bureau 206 -Jean-Francois.Roos@lifl.fr 1 Objectifs du Cours Appréhender la conception d applications réparties motivations et concepts architectures

Plus en détail

Le DSI du futur Rapport d'étude

Le DSI du futur Rapport d'étude Le DSI du futur Rapport d'étude Devenir un catalyseur du changement Partagez ce rapport d'étude Le DSI du futur : Devenir un catalyseur du changement Tandis que la plupart des DSI s accordent à dire que

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 09 : CC : Cloud Computing Sommaire Introduction... 2 Définition... 2 Les différentes

Plus en détail

CORBA haute performance

CORBA haute performance CORBA haute performance «CORBA à 730Mb/s!» Alexandre DENIS PARIS/IRISA, Rennes Alexandre.Denis@irisa.fr Plan Motivations : concept de grille de calcul CORBA : concepts fondamentaux Vers un ORB haute performance

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

G en om3: Building middleware-independent robotic components. Comparaison de middleware: YARP, MS Robotics Dev Studio, URBI, OpenRTM-aist, ROS

G en om3: Building middleware-independent robotic components. Comparaison de middleware: YARP, MS Robotics Dev Studio, URBI, OpenRTM-aist, ROS G en om3: Building middleware-independent robotic components Comparaison de middleware: YARP, MS Robotics Dev Studio, URBI, OpenRTM-aist, ROS Pablo Rauzy 15 février 2011 Table des matières 1 G en om3 :

Plus en détail

IBM Tivoli Identity Manager

IBM Tivoli Identity Manager Automatise la gestion du cycle de vie des identités IBM Tivoli Identity Manager Points forts Gérer l accès aux systèmes hérités et e-business Un moteur de dimensionnement intégré pour automatiser la Permet

Plus en détail

COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET

COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET De manière superficielle, le terme «orienté objet», signifie que l on organise le logiciel comme une collection d objets dissociés comprenant à la fois une structure de

Plus en détail

Feuille de Route pour la Conservation du Patrimoine Culturel Numérique

Feuille de Route pour la Conservation du Patrimoine Culturel Numérique Feuille de Route pour la Conservation du Patrimoine Culturel Numérique Contexte Le projet DCH-RP - Feuille de route pour la conservation du patrimoine culturel numérique est une action de coordination

Plus en détail

Talend Technical Note

Talend Technical Note Mars 2011 Page 1 sur 5 Le MDM offre un hub central de contrôle et une vision unique des données maître de l'entreprise, quelles que soient les disparités entre les systèmes source. Il assure que les données

Plus en détail

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL E NATIONS UNIES CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL Distr.: LIMITEE E/ECA/DISD/CODI.3/24 3 avril 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Troisième réunion du Comité de l'information

Plus en détail

Architectures Parallèles

Architectures Parallèles Architectures Parallèles Cours pour Ingénieur Préparé par Dr. Olfa Hamdi-Larbi ola_ola79@yahoo.fr Reçoit les signaux du contrôleur, cherche les données et les traite Instructions, Données à traiter et

Plus en détail

Optimisez vos environnements Virtualisez assurément

Optimisez vos environnements Virtualisez assurément Optimisez vos environnements Virtualisez assurément Présenté par Jean-Steve Shaker Architecte de solutions - Virtualisation Une approche unique et simplifiée Solutions en Solutions d infrastructure infrastructure

Plus en détail

FONCTIONS CLEFS. Gestion documentaire. Chaîne de validation des documents. Espaces de travail collaboratif. Gestion des accès basée sur des rôles

FONCTIONS CLEFS. Gestion documentaire. Chaîne de validation des documents. Espaces de travail collaboratif. Gestion des accès basée sur des rôles Nuxeo Collaborative Portal Server 1 FONCTIONS CLEFS Gestion documentaire Chaîne de validation des documents Espaces de travail collaboratif Gestion des accès basée sur des rôles Sécurité Suivi des versions

Plus en détail

ETUDE ET IMPLÉMENTATION D UNE CACHE L2 POUR MOBICENTS JSLEE

ETUDE ET IMPLÉMENTATION D UNE CACHE L2 POUR MOBICENTS JSLEE Mémoires 2010-2011 www.euranova.eu MÉMOIRES ETUDE ET IMPLÉMENTATION D UNE CACHE L2 POUR MOBICENTS JSLEE Contexte : Aujourd hui la plupart des serveurs d application JEE utilise des niveaux de cache L1

Plus en détail

Historique. Évolution des systèmes d exploitation (à travers les âges)

Historique. Évolution des systèmes d exploitation (à travers les âges) Historique Évolution des systèmes d exploitation (à travers les âges) Historique L histoire des systèmes d exploitation permet de dégager des concepts de base que l on retrouve dans les systèmes actuels

Plus en détail

Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services.

Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services. Solutions de Service Management Guide d achat Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services. Aujourd hui, toutes

Plus en détail

INTERSYSTEMS CACHÉ COMME ALTERNATIVE AUX BASES DE DONNÉES RÉSIDENTES EN MÉMOIRE

INTERSYSTEMS CACHÉ COMME ALTERNATIVE AUX BASES DE DONNÉES RÉSIDENTES EN MÉMOIRE I N T E RS Y S T E M S INTERSYSTEMS CACHÉ COMME ALTERNATIVE AUX BASES DE DONNÉES RÉSIDENTES EN MÉMOIRE David Kaaret InterSystems Corporation INTERSySTEMS CAChé CoMME ALTERNATIvE AUx BASES de données RéSIdENTES

Plus en détail

Informatique en nuage

Informatique en nuage Services d infrastructure, solutions et services-conseils Solutions Informatique en nuage Jusqu à maintenant, la gestion de l infrastructure des TI consistait à négocier les limites : puissance de traitement,

Plus en détail

SDN / Open Flow dans le projet de recherche de GEANT (GN3+)

SDN / Open Flow dans le projet de recherche de GEANT (GN3+) SDN / Open Flow dans le projet de recherche de GEANT (GN3+) Xavier Jeannin GIP RENATER 23-25, rue Daviel 75013 PARIS Résumé Dans le cadre du projet GN3+ (avril 2013 Mars 2015), parmi la tâche orientée

Plus en détail

Solutions Microsoft Identity and Access

Solutions Microsoft Identity and Access Solutions Microsoft Identity and Access 2 Solutions Microsoft Identity and Access Microsoft Identity and Access (IDA) permet aux entreprises d améliorer leur efficacité et leurs connexions internes et

Plus en détail

Diagramme de Classe UML et Base de Données Relationnelle-objet

Diagramme de Classe UML et Base de Données Relationnelle-objet Ecole des Hautes Etudes Commerciales HEC Alger Diagramme de Classe UML et Base de Données Relationnelle-objet par Amina GACEM Module Informatique 1ière Année Master Sciences Commerciales Plan Introduction

Plus en détail

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 OutsourcINg Pas à pas vers de bonnes exigences Outsourcing 10 11 Pas à pas vers de bonnes

Plus en détail

DOSSIER SOLUTION CA ERwin Modeling. Comment gérer la complexité des données et améliorer l agilité métier?

DOSSIER SOLUTION CA ERwin Modeling. Comment gérer la complexité des données et améliorer l agilité métier? DOSSIER SOLUTION CA ERwin Modeling Comment gérer la complexité des données et améliorer l agilité métier? CA ERwin Modeling fournit une vue centralisée des définitions de données clés afin de mieux comprendre

Plus en détail

Cours CCNA 1. Exercices

Cours CCNA 1. Exercices Cours CCNA 1 TD3 Exercices Exercice 1 Enumérez les sept étapes du processus consistant à convertir les communications de l utilisateur en données. 1. L utilisateur entre les données via une interface matérielle.

Plus en détail

Qui sommes nous? L équipe chargée de la gestion. Last Mile Keeper

Qui sommes nous? L équipe chargée de la gestion. Last Mile Keeper Last Mile Keeper Last Mile Keeper Qui sommes nous? Nous sommes une société de service global s occupant de technologie de l information (IT), au sens le plus large, et cherchant à développer des technologies

Plus en détail

Pour une prise en charge complète des interventions, de la demande à la réalisation

Pour une prise en charge complète des interventions, de la demande à la réalisation PLANON mobile field services Pour une prise en charge complète des interventions, de la demande à la réalisation Un spécialiste innovant, avec trente ans d expérience dans le domaine IWMS Un partenaire

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

Thibault Denizet. Introduction à SSIS

Thibault Denizet. Introduction à SSIS Thibault Denizet Introduction à SSIS 2 SSIS - Introduction Sommaire 1 Introduction à SQL Server 2008 Integration services... 3 2 Rappel sur la Business Intelligence... 4 2.1 ETL (Extract, Transform, Load)...

Plus en détail

Définition. Caractéristiques. - Du partage des ressources : espace de stockage, imprimantes, lignes de communication.

Définition. Caractéristiques. - Du partage des ressources : espace de stockage, imprimantes, lignes de communication. CONNECTER LES SYSTEMES ENTRE EUX L informatique, au cœur des tâches courantes, a permis de nombreuses avancées technologiques. Aujourd hui, la problématique est de parvenir à connecter les systèmes d information

Plus en détail

Evaluation des performances de programmes parallèles haut niveau à base de squelettes

Evaluation des performances de programmes parallèles haut niveau à base de squelettes Evaluation des performances de programmes parallèles haut niveau à base de squelettes Enhancing the Performance Predictability of Grid Applications with Patterns and Process Algebras A. Benoit, M. Cole,

Plus en détail

Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP. Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique

Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP. Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP // Introduction Introduction

Plus en détail

Qualité du service et VoiP:

Qualité du service et VoiP: Séminaire régional sur les coûts et tarifs pour les pays membres du Groupe AF Bamako (Mali), 7-9 avril 2003 1 Qualité du service et VoiP: Aperçu général et problèmes duvoip Mark Scanlan Aperçu général

Plus en détail

Ecole Nationale Supérieure des Télécommunications Les outils XML

Ecole Nationale Supérieure des Télécommunications Les outils XML Ecole Nationale Supérieure des Télécommunications Les outils XML Page 1 sur 13 SOMMAIRE 1 Introduction 3 2 Parseur XML et processeur XSLT 4 2.1 Le Parseur XML v2 4 2.1.1 Les API DOM et SAX 4 2.1.2 Le parseur

Plus en détail

Présentation d un projet du CATI SICPA : Le projet GAniMed

Présentation d un projet du CATI SICPA : Le projet GAniMed Présentation d un projet du : Le projet GAniMed Thierry HEIRMAN / Introduction : Un manque de communication inter-si Le département GA dispose d une culture SI depuis de nombreuses années : SI Métier :

Plus en détail

Supervision des réseaux et services pair à pair

Supervision des réseaux et services pair à pair Supervision des réseaux et services pair à pair Présentation des travaux de Thèse Guillaume Doyen LORIA - Université Henri Poincaré pour l obtention du Doctorat en Informatique de l université Henri Poincaré

Plus en détail

Dynamic Computing Services solution de backup. White Paper Stefan Ruckstuhl

Dynamic Computing Services solution de backup. White Paper Stefan Ruckstuhl Dynamic Computing Services solution de backup White Paper Stefan Ruckstuhl Résumé pour les décideurs Contenu de ce White Paper Description de solutions de backup faciles à réaliser pour des serveurs virtuels

Plus en détail

Introduction aux applications réparties

Introduction aux applications réparties Introduction aux applications réparties Noël De Palma Projet SARDES INRIA Rhône-Alpes http://sardes.inrialpes.fr/~depalma Noel.depalma@inrialpes.fr Applications réparties Def : Application s exécutant

Plus en détail

CONSEIL STRATÉGIQUE. Services professionnels. En bref

CONSEIL STRATÉGIQUE. Services professionnels. En bref Services professionnels CONSEIL STRATÉGIQUE En bref La bonne information, au bon moment, au bon endroit par l arrimage des technologies appropriées et des meilleures pratiques. Des solutions modernes adaptées

Plus en détail

Systèmes d Information Avancés (et répartis)

Systèmes d Information Avancés (et répartis) Systèmes d Information Avancés (et répartis) Université Lyon 1 MIAGE L. Médini, mars 2005 Plan des cours Protocole HTTP et programmation serveur Architectures réparties Objets distribués Introduction aux

Plus en détail

D une part, elles ne peuvent faire table rase de la richesse contenue dans leur système d information.

D une part, elles ne peuvent faire table rase de la richesse contenue dans leur système d information. PACBASE «Interrogez le passé, il répondra présent.». Le Module e-business Les entreprises doivent aujourd hui relever un triple défi. D une part, elles ne peuvent faire table rase de la richesse contenue

Plus en détail

3A-IIC - Parallélisme & Grid GRID : Définitions. GRID : Définitions. Stéphane Vialle. Stephane.Vialle@supelec.fr http://www.metz.supelec.

3A-IIC - Parallélisme & Grid GRID : Définitions. GRID : Définitions. Stéphane Vialle. Stephane.Vialle@supelec.fr http://www.metz.supelec. 3A-IIC - Parallélisme & Grid Stéphane Vialle Stephane.Vialle@supelec.fr http://www.metz.supelec.fr/~vialle Principes et Objectifs Evolution Leçons du passé Composition d une Grille Exemple d utilisation

Plus en détail

ENTREPRISE CONTENT MANAGEMENT & RECORDS MANAGEMENT ECM & RM

ENTREPRISE CONTENT MANAGEMENT & RECORDS MANAGEMENT ECM & RM ENTREPRISE CONTENT MANAGEMENT & RECORDS MANAGEMENT PLAN Introduction Partie I : le records management Qu est ce que le RM? Les principes du RM Les objectifs du RM Les enjeux du RM Les étapes de la mise

Plus en détail

Plate-forme Cloud CA AppLogic pour les applications d entreprise

Plate-forme Cloud CA AppLogic pour les applications d entreprise FICHE PRODUIT : CA AppLogic Plate-forme Cloud CA AppLogic pour les applications d entreprise agility made possible CA AppLogic est une plate-forme Cloud Computing clés en main permettant aux clients de

Plus en détail

Exécution des applications réparties

Exécution des applications réparties Exécution des applications réparties Programmation des Applications Réparties Olivier Flauzac URCA Master STIC-Informatique première année Olivier Flauzac (URCA) PAR : Exécution des applications réparties

Plus en détail

Communications performantes par passage de message entre machines virtuelles co-hébergées

Communications performantes par passage de message entre machines virtuelles co-hébergées Communications performantes par passage de message entre machines virtuelles co-hébergées François Diakhaté1,2 1 CEA/DAM Île de France 2 INRIA Bordeaux Sud Ouest, équipe RUNTIME Renpar 2009 1 Plan Introduction

Plus en détail

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA Le présent document a pour but de servir de guide pour ce qui est des rôles et des responsabilités du coordonnateur communautaire

Plus en détail

«Scale-to-fit» Storage

«Scale-to-fit» Storage LIVRE BLANC «Scale-to-fit» Storage Faites évoluer votre stockage de façon totalement transparente grâce au «Scale-to-Fit» de Nimble Storage. Ce livre blanc explique comment les solutions Nimble Storage

Plus en détail

Cours CCNA 1. Exercices

Cours CCNA 1. Exercices Cours CCNA 1 TD1 Exercices Exercice 1 : Décrivez les facteurs internes qui ont un impact sur les communications réseau. Les facteurs internes ayant un impact sur les communications sont liés à la nature

Plus en détail

UC4 effectue tout l ordonnancement batch pour Allianz en Allemagne

UC4 effectue tout l ordonnancement batch pour Allianz en Allemagne UC4 effectue tout l ordonnancement batch pour Allianz en Allemagne La société Le groupe Allianz est un des principaux fournisseurs de services globaux dans les domaines de l assurance, de la banque et

Plus en détail

Introduction aux Composants Logiciels

Introduction aux Composants Logiciels Introduction aux Composants Logiciels Christian Pérez LIP/INRIA Année 2010-11 Plan Introduction aux composants logiciels Pourquoi des composants logiciels Notions de composants logiciels Conclusion Survol

Plus en détail

RAPPORT DE CONCEPTION UML :

RAPPORT DE CONCEPTION UML : Carlo Abi Chahine Sylvain Archenault Yves Houpert Martine Wang RAPPORT DE CONCEPTION UML : Bamboo Ch@t Projet GM4 Juin 2006 Table des matières 1 Introduction 2 2 Présentation du logiciel 3 2.1 Précisions

Plus en détail

Iyad Alshabani SysCom - CReSTIC Université de Reims 17/02/2011 1

Iyad Alshabani SysCom - CReSTIC Université de Reims 17/02/2011 1 SysCom - CReSTIC Université de Reims 17/02/2011 1 Motivation Gestion des expérimentations Avec les workflows Simulation Simulation des Systèmes Distribués ANR USS SimGrid Campagne de Test et gestion de

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2004 ISBN : 2-212-11504-0

Groupe Eyrolles, 2004 ISBN : 2-212-11504-0 Groupe Eyrolles, 2004 ISBN : 2-212-11504-0 Table des matières Avant-propos................................................ 1 Quel est l objectif de cet ouvrage?............................. 4 La structure

Plus en détail

La gestion du poste de travail en 2011 : Panorama des technologies

La gestion du poste de travail en 2011 : Panorama des technologies La gestion du poste de travail en 2011 : Panorama des technologies François Clémence C.R.I Université Paul Verlaine Metz UFR Sciences Humaines et Arts clemence@univ-metz.fr Olivier Mathieu C.R.I Université

Plus en détail

Défi Cloud Computing

Défi Cloud Computing EQUIPE RICM 2010 Défi Cloud Computing Dossier de remarques Ricom c est l @base 04/12/2009 Sommaire Introduction... 3 Les applications et la plateforme Cloud Computing... 4 Cloud Computing - RICM-2010 Page

Plus en détail

Introduction pratique au Développement orienté Modèle Pierre Parrend, Mars 2005

Introduction pratique au Développement orienté Modèle Pierre Parrend, Mars 2005 MDA : Un Tutoriel Introduction pratique au Développement orienté Modèle Pierre Parrend, Mars 2005 1 Sommaire Table des matières 1 Sommaire 1 2 Introduction 2 2.1 A qui s adresse ce tutoriel......................

Plus en détail

«Clustering» et «Load balancing» avec Zope et ZEO

«Clustering» et «Load balancing» avec Zope et ZEO «Clustering» et «Load balancing» avec Zope et ZEO IN53 Printemps 2003 1 Python : généralités 1989 : Guido Van Rossum, le «Python Benevolent Dictator for Life» Orienté objet, interprété, écrit en C Mêle

Plus en détail

Calcul haute performance (CHP-HPC). Utilisation des supercalculateurs

Calcul haute performance (CHP-HPC). Utilisation des supercalculateurs Calcul haute performance (CHP-HPC). Utilisation des supercalculateurs Pascal Rochon (UQO-ISFORT) Sommaire 1. Pourquoi utiliser le CHP 2. Définition des termes utilisés 3. Organismes qui chapeautent le

Plus en détail

BUSINESS STORAGE NAS GUIDE DE PROGRESSION DES OPPORTUNITÉS

BUSINESS STORAGE NAS GUIDE DE PROGRESSION DES OPPORTUNITÉS BUSINESS STORAGE NAS GUIDE DE PROGRESSION DES OPPORTUNITÉS La gamme de produits Seagate Business Storage NAS aide les revendeurs à valeur ajoutée à répondre aux besoins des clients recherchant un stockage

Plus en détail

Description et regroupement de ressources pour les réseaux virtuels

Description et regroupement de ressources pour les réseaux virtuels École nationale d ingénieurs de Sfax Description et regroupement de ressources pour les réseaux virtuels Houssem Medhioub M. Mohamed Jmaiel Président M. Slim Kanoun Membre M. Maher Ben Jemaa Encadreur

Plus en détail

Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise)

Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise) Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise) Développer la communication et le travail collaboratif pour mieux servir le citoyen Thomas Coustenoble

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

POLITIQUE 2500-031. ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11. MODIFICATION : Conseil d administration Résolution :

POLITIQUE 2500-031. ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11. MODIFICATION : Conseil d administration Résolution : POLITIQUE 2500-031 TITRE : Politique de gestion intégrée des risques ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11 MODIFICATION : Conseil d administration Résolution : ENTRÉE EN

Plus en détail

Informatique Répartie

Informatique Répartie INSA - ASI InfoRep : Client-Serveur 1/36 Informatique Répartie Architectures Client-Serveur Alexandre Pauchet INSA Rouen - Département ASI BO.B.RC.18, pauchet@insa-rouen.fr INSA - ASI InfoRep : Client-Serveur

Plus en détail

Modèle de cahier des charges pour un appel d offres relatif à une solution de gestion des processus métier (BPM)

Modèle de cahier des charges pour un appel d offres relatif à une solution de gestion des processus métier (BPM) LA BOITE A OUTILS DE L ACHETEUR DE BPM Modèle de cahier des charges pour un appel d offres relatif à une solution de gestion des processus métier (BPM) La boîte à outils de l acheteur de solution BPM -

Plus en détail

Plan d Action de Gaborone sur les Activités des Noms Géographiques en Afrique

Plan d Action de Gaborone sur les Activités des Noms Géographiques en Afrique Distr.: GÉNÉRALE NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE E/ECA/STATCOM/3/19 novembre 2011 FRANÇAIS Original : ANGLAIS Troisième réunion de la Commission africaine

Plus en détail

Le Ro le Hyper V Troisie me Partie Haute disponibilite des machines virtuelles

Le Ro le Hyper V Troisie me Partie Haute disponibilite des machines virtuelles Le Ro le Hyper V Troisie me Partie Haute disponibilite des machines virtuelles Microsoft France Division DPE Table des matières Présentation... 2 Objectifs... 2 Pré requis... 2 Quelles sont les principales

Plus en détail

CONDUITE & GESTION DE PROJET

CONDUITE & GESTION DE PROJET LES THEMES DU PROGRAMME PEDAGOGIQUE CONDUITE & GESTION DE PROJET Techniques de gestion de projets Connaître le rôle d un chef de projet dans la conduite de projet. Les méthodes, les techniques et les outils

Plus en détail

Architecture logicielle des ordinateurs

Architecture logicielle des ordinateurs Architecture logicielle des ordinateurs Yannick Prié UFR Informatique Université Claude Bernard Lyon 1 des ordinateurs Objectifs du cours Notions générales sur le fonctionnement matériel (un peu) et logiciel

Plus en détail

Alcatel-Lucent VitalQIP Appliance Manager

Alcatel-Lucent VitalQIP Appliance Manager Alcatel-Lucent Appliance Manager Solution complète de gestion des adresses IP et de bout en bout basée sur des appliances Rationalisez vos processus de gestion et réduisez vos coûts d administration avec

Plus en détail

Concours interne d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2010» Meilleure copie "étude de cas architecture et systèmes"

Concours interne d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2010» Meilleure copie étude de cas architecture et systèmes Concours interne d ingénieur des systèmes d information et de communication «Session 2010» Meilleure copie "étude de cas architecture et systèmes" Note obtenue : 14,75/20 HEBERGE-TOUT Le 25 mars 2010 A

Plus en détail

Applications Internet riches fonctionnant en mode connecté et déconnecté

Applications Internet riches fonctionnant en mode connecté et déconnecté Applications Internet riches fonctionnant en mode connecté et déconnecté Success story client : développement d applications Web avec mode déconnecté Depuis quatre ans, les applications de guichet pour

Plus en détail

*4D, quand c est la solution qui compte. 4D démocratise les services Web

*4D, quand c est la solution qui compte. 4D démocratise les services Web *4D, quand c est la solution qui compte. 4D démocratise les services Web Table des matières I. INTRODUCTION page 3 II. VERS UNE DEFINITION DES SERVICES WEB 1. Qu est ce que c est? page 3 2. A quoi ça sert?

Plus en détail

ORBIT GIS GeoSpatial Business Intelligence

ORBIT GIS GeoSpatial Business Intelligence ORBIT GIS GeoSpatial Business Intelligence L Intelligence géospatiale à portée de main L information géospatiale est omniprésente. Comme 90% des informations au sein de chaque organisation touchent à la

Plus en détail