Chapitre VI Politique des infrastructures

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre VI Politique des infrastructures"

Transcription

1 Chapitre VI Politique des infrastructures 1. Le Contenu de l infrastructure 1.1 Définition 1.2 Les caractéristiques de l infrastructure 1.3 Les catégories d infrastructures 2. Les politiques des infrastructures 2.1 La relation infrastructure-superstructure 2.2 Le rôle des collectivités publiques 2.3 Critères de choix et financement des infrastructures 2.4 La politique des infrastructures en Suisse 3. La politique des transports 3.1 Les options stratégiques de la politique des transports en Suisse 3.2 La conception, le financement et le fonctionnement des infrastructures de transports en Suisse 1

2 Chapitre VI Politique des infrastructures 4. La politique des communications 4.1 Rôle de la télécommunication 4.2 La branche des télécommunications et du software en Suisse 4.3 La politique de la communication en Suisse 4.4 Les télécommunications dans leur contexte international 5. La politique de l énergie 5.1 Données concernant l utilisation et le marché mondial de l énergie 5.2 L approvisionnement énergétique en Suisse 5.3 La politique de l énergie en Suisse 6. Infrastructures et externalités 6.1. La question des externalités 6.2. Le protocole de Kyoto 6.3. La loi sur le CO2 en Suisse 6.4. Le marché des certificats d émission 2

3 Bibliographie du chapitre VI DETEC, «Rapport sur l avenir des réseaux d infrastructure nationaux en Suisse», novembre Loi sur l approvisionnement en électricité (LApEl) du 23 mars 2007 OECD, «Les infrastructures à l horizon 2030», Volumes 1 et 2, Paris, 2006 et OFEN, «SuisseEnergie - Programme de partenariat en faveur de l efficacité énergétique et des énergie renouvelables», 2007, Berne. 3

4 Chapitre VI, 1. Le contenu de l infrastructure, 1.1 Définition Définition (I) Deux significations du point de vue économique : Analyse micro- ou macroéconomique de la production: l infrastructure est «l ensemble des équipements économiques ou techniques» (Petit Robert) Doctrines économiques (philosophie marxiste): l organisation économique de la société est le fondement, c est-à-dire l infrastructure sur laquelle se bâtit l idéologie -> En matière de politique des infrastructures, c est la première des significations qui est retenue 4

5 Chapitre VI, 1. Le contenu de l infrastructure, 1.1 Définition Définition (II) L infrastructure est formée par l ensemble des biens collectifs de production. Définition par référence au «capital collectif» : l infrastructure suppose un investissement l infrastructure réunit à un degré élevé les propriétés d un bien collectif 5

6 Chapitre VI, 1. Le contenu de l infrastructure, 1.1 Définition Définition (III) La notion de bien collectif appliquée à la notion d infrastructure : il s agit de biens de production et non de consommation les infrastructures reposent souvent sur des investissements publics l Etat se voit souvent chargé de la mise à disposition des infrastructures en raison de leur caractère indivisible dans l utilisation certaines infrastructures possèdent la propriété d exclusivité et il serait possible de s approvisionner par le marché 6

7 Chapitre VI, 1. Le contenu de l infrastructure, 1.2 Les caractéristiques de l infrastructure Les caractéristiques de l infrastructure Caractéristiques techniques Caractéristiques économiques Caractéristiques institutionnelles 7

8 Chapitre VI, 1. Le contenu de l infrastructure, 1.3 Les catégories d infrastructures Les catégories d infrastructures Infrastructure à des fins de production ou de consommation Infrastructure artificielle et naturelle Infrastructure matérielle et immatérielle 8

9 Chapitre VI, 1. Le contenu de l infrastructure, 1.3 Les catégories d infrastructures Quels éléments faut-il compter dans l infrastructure? A l unanimité - les réseaux de transports - l approvisionnement énergétique - les communications (téléphone) assimilées aux transports Fréquemment - l adduction d eau - les installations de protection de l environnement - les équipements d instruction scolaire et professionnelle - les installations de loisirs (culture, sport, rétablissement) - la recherche - les équipements de la santé publique - les églises Parfois - l administration publique - l ordre constitutionnel et juridique - la défense nationale - équipements industriels - logements 9

10 Rapport sur l avenir des réseaux d infrastructure nationaux en Suisse (DETEC, novembre 2009)

11 Chapitre VI Politique des infrastructures 2. Les politiques des infrastructures 2.1 La relation infrastructure-superstructure 2.2 Le rôle des collectivités publiques 2.3 Critères de choix et financement des infrastructures 2.4 La politique des infrastructures en Suisse 11

12 Chapitre VI, 2. Les politiques des infrastructures, 2.1 La relation infrastructure - superstructure La relation infrastructure - superstructure L'évolution des infrastructures est marquée par deux aspects: Les infrastructures progressent de manière asynchrone. Leur augmentation se fait par à- coups, c'est-à-dire par blocs indivisibles. Les infrastructures souffrent d'asymétrie par rapport aux besoins de la superstructure. C est l'aspect qualitatif et non quantitatif 12

13 Chapitre VI, 2. Les politiques des infrastructures, 2.1 La relation infrastructure - superstructure Influence des infrastructures sur la croissance et le développement sur la conjoncture et la stabilité sur la répartition des revenus 13

14 Chapitre VI, 2. Les politiques des infrastructures, 2.2 Le rôle des collectivités publiques Infrastructure en tant que bien collectif Concomitance de la production Concomitance de l'offre Concomitance de la demande Concomitance de la consommation 14

15 Chapitre VI, 2. Les politiques des infrastructures, 2.2 Le rôle des collectivités publiques La distribution des rôles entre l État et l économie privée Élimination des externalités par la réglementation Orientation de l offre privée au moyen d un financement public Offre publique avec financement privé Offre publique et financement public 15

16 Chapitre VI, 2. Les politiques des infrastructures, 2.3 Critères de choix et financement des infrastructures Détermination des besoins Etude d'impact sur l'environnement Analyse coûts-bénéfices: Evaluation en unités monétaires de toutes les conséquences positives et négatives d un projet d infrastructure. Analyse valeur-utilité: Chiffrer par des fonctions d utilité tous les aspects des avantages et inconvénients de l infrastructure concernée. 16

17 Chapitre VI, 2. Les politiques des infrastructures, 2.3 Critères de choix et financement des infrastructures Les méthodes de financement des infrastructures Règle de la non-affectation des ressources Recettes liées: Facturation du coût moyen: application stricte de la couverture des frais et de l équivalence; Facturation du coût marginal: meilleure utilisation des capacités disponibles; Facturation du coût marginal à long terme: intégration des frais fixes et réduction des pertes; Discrimination spatiale, personnelle ou temporelle: réduit les pertes et satisfait aux objectifs de politique régionale ou sociale; Tarif composite: différencie divers aspects du service d infrastructure (disponibilité de l eau et consommation effective); Tarif zéro: maximisation des effets externes positifs (gratuité des transports publics). 17

18 Chapitre VI, 2. Les politiques des infrastructures, 2.4 La politique des infrastructures en Suisse La politique des infrastructures en Suisse Art. 3 Cst.: «Les cantons sont souverains en tant que leur souveraineté n'est pas limitée par la Constitution fédérale et exercent tous les droits qui ne sont pas délégués à la Confédération». Art. 47 Cst.: «La Confédération respecte l autonomie des cantons». Art. 42 Cst.: «La Confédération accomplit les tâches que lui attribue la Constitution». 18

19 Chapitre VI Politique des infrastructures 3. La politique des transports 3.1 Les options stratégiques de la politique des transports en Suisse 3.2 La conception, le financement et le fonctionnement des infrastructures de transports en Suisse 19

20 Chapitre VI, 3. La politique des transports La politique des transports Selon l Office fédéral des transports (OFT, 2009): «La politique suisse des transports est fondée sur le principe de la durabilité» «Cela signifie que la mobilité doit être supportable économiquement et réalisable de manière efficace. Elle doit, dans la mesure du possible, sauvegarder les bases naturelles de la vie. Il faut augmenter continuellement la sécurité des transports et faire en sorte que tous les groupes de la population puissent profiter d une infrastructure performante.» 20

21 Chapitre VI, 3. La politique des transports Les principales bases constitutionnelles (I) Art. 84 Transit alpin 1 La Confédération protège les régions alpines contre les effets négatifs du trafic de transit. Elle limite les nuisances causées par le trafic de transit afin qu elle ne portent pas atteinte aux êtres humains, aux animaux, aux plantes, ni à leurs espaces vitaux. 2 Le trafic de marchandises à travers la Suisse sur les axes alpins s effectue par rail. Le Conseil fédéral prend les mesures nécessaires. Les dérogations ne sont accordées que si elles sont inévitables. Elles doivent être précisées dans une loi. 3 La capacité des routes de transit des régions alpines ne peut être augmentée. Les routes de contournement qui déchargent les localités du trafic de transit ne sont pas soumises à cette disposition. 21

22 Chapitre VI, 3. La politique des transports Les principales bases constitutionnelles (II) Art. 83 Routes nationales 1 La Confédération assure la création d un réseau de routes nationales et veille à ce que ces routes soient utilisables. 2 Les cantons construisent et entretiennent les routes nationales conformément aux dispositions fédérales et sous la haute surveillance de la Confédération. 3 Le coût des routes nationales est à la charge de la Confédération et des cantons. La participation de chaque canton est calculée en fonction de la charge que ces routes représentent pour lui, de l intérêt qu il en retire et de sa capacité financière. 22

23 Chapitre VI, 3. La politique des transports Les principales bases constitutionnelles (III) Art. 85 Redevance sur la circulation des poids lourds 1 La Confédération peut prélever sur la circulation des poids lourds une redevance proportionnelle aux prestations ou à la consommation si ce trafic entraîne pour la collectivité des coûts non couverts par d autres prestations ou redevances. 2 Le produit net de la redevance sert à couvrir les frais liés à la circulation routière. 3 Les cantons reçoivent une part du produit net de cette redevance. Lors du calcul de ces parts, les conséquences particulières du prélèvement de la redevance pour les régions de montagne et les régions périphériques doivent être prises en considération. 23

24 Chapitre VI, 3. La politique des transports Les principales bases constitutionnelles (IV) Art. 86 Impôt à la consommation sur les carburants et autres redevances sur la circulation 1 La Confédération peut prélever un impôt à la consommation sur les carburants. 2 Elle prélève une redevance pour l utilisation des routes nationales par les véhicules à moteur et leurs remorques qui ne sont pas soumis à la redevance sur la circulation des poids lourds. 24

25 Chapitre VI, 3. La politique des transports Les principales bases constitutionnelles (V) Art. 86 Impôt à la consommation sur les carburants et autres redevances sur la circulation (suite) 3 Elle affecte la moitié du produit net de l impôt à la consommation sur les carburants et le produit net de la redevance pour l utilisation des routes nationales au financement des tâches et des dépenses suivantes, qui sont liées à la circulation routière: a. construction, entretien et exploitation des routes nationales; b. mesures destinées à promouvoir le trafic combiné et le transport de véhicules routiers accompagnés ou à séparer le trafic ferroviaire du trafic routier; c. contributions pour la construction des routes principales; d. contributions pour la construction d ouvrages de protection contre les sinistres dus aux éléments naturels et pour les mesures de protection de l environnement et du paysage que la circulation routière rend nécessaires; e. participation générale au financement, par les cantons, des routes ouvertes à la circulation des véhicules à moteur et à la péréquation financière dans le domaine des routes; f. contributions aux cantons dépourvus de routes nationales et aux cantons dotés de routes alpines qui servent au trafic international. 4 Si ces moyens ne suffisent pas, la Confédération prélève un supplément sur 25 l impôt à la consommation.

26 Chapitre VI, 3. La politique des transports Les principales bases constitutionnelles (VI) Art. 87 Transports La législation sur le transport ferroviaire, les téléphériques, la navigation, l aviation et la navigation spatiale relève de la compétence de la Confédération. 26

27 Chapitre VI, 3. La politique des transports, 3.1 Les options stratégiques de la politique des transports en Suisse La distribution modale des transports (I) En Suisse, la distribution modale des transports concerne surtout la répartition du trafic entre la route et le rail, que ce soit pour le transport de personnes ou pour les marchandises. En vertu de l article constitutionnel sur la protection des Alpes (art. 84 Cst.), adopté en février 1994, le transfert du trafic marchandises sur le rail constitue un mandat ancré dans la constitution fédérale. La loi sur le transfert de trafic de 2001 et les mesures d accompagnement concernent tant le rail que la route. L objectif fixé dans la loi vise à ce que, deux ans au plus tard après l ouverture du tunnel de base du Lötschberg (2007), le nombre de camions traversant les Alpes suisses par la route ne dépasse pas 650'

28 Chapitre VI, 3. La politique des transports, 3.1 Les options stratégiques de la politique des transports en Suisse La distribution modale des transports (II) Source: Conseil fédéral, Rapport sur le transfert du trafic de décembre

29 Quotes-parts de trafic, voyageurs-kilomètres % 17.90% 3.20% 0.30% 1.20% Rail Route Navigation Navigation aérienne Trafic routier privé % 16.40% 2.90% 0.20% 3.20% Rail Route Navigation Navigation aérienne Trafic routier privé Litra, Grundlagendaten Landverkehr,

30 Litra, Grundlagendaten Landverkehr, Statusbericht 2006, p.10 30

31 OFS, Panorama transports et communications,

32 OFS, Panorama transports et communications,

33 Chapitre VI, 3. La politique des transports, 3.1 Les options stratégiques de la politique des transports en Suisse Le rôle du marché en matière de transports (I) Au cours des décennies écoulées, le trafic privé (76% en 1998, contre 35,9% en 1950) a accru sa part au total des mouvements de personnes et de marchandises (LITRA, 2000). En 2005, la part du trafic privé qui s est écoulé sur les routes suisses a atteint 78,2 pour cent, celle du trafic public 21,8 pour cent (Litra, 2007). L objectif de la protection de l environnement et du transfert de la route sur le rail de la plus grande part possible de transport routier des marchandises implique aussi un renforcement des transports publics au détriment du trafic individuel. 33

34 Transports publics et privés, voyageurs Source: Litra, Les transports en chiffres, Edition 2011

35 Transports publics et privés, voyageurs Source: Litra, Les transports en chiffres, Edition

36 Transports publics et privés, marchandises Source: Litra, Les transports en chiffres, Edition 2011

37 Transports publics et privés, marchandises Source: Litra, Les transports en chiffres, Edition 2011

38 Chapitre VI, 3. La politique des transports, 3.1 Les options stratégiques de la politique des transports en Suisse Le rôle du marché en matière de transports (II) Pour dégrouper les industries dont l activité suppose l existence d un réseau, l OCDE a élaboré divers scénarios : Séparation en deux entreprises indépendantes Création d un «club» dont les membres administrent le réseau Subdivision du réseau en créneaux horaires ou de parcours Maintien des entreprises intégrées et création d un comité indépendant qui contrôle et règle l utilisation du réseau 38

39 Chapitre VI, 3. La politique des transports, 3.1 Les options stratégiques de la politique des transports en Suisse La dimension internationale des transports en Suisse (I) La politique des transports de la Suisse ne peut être aménagée durablement que si elle est insérée dans un cadre européen. Refus du traité sur l EEE Votation sur les NLFA Traité sur le transit alpin L initiative sur les Alpes Accord bilatéral sur les transports terrestres avec l UE (1999) 39

40 Chapitre VI, 3. La politique des transports, 3.1 Les options stratégiques de la politique des transports en Suisse La dimension internationale des transports en Suisse (II) Pour l UE, les transports sont à la fois un instrument et un objet de l intégration (Livre blanc sur le marché intérieur, 1992): Création d un marché libre du transport de marchandises, autorisant notamment le cabotage, c est-à-dire le transport de marchandises à l intérieur d un Etat ou entre Etats, par des camions immatriculés dans un autre pays de l UE; Suppression des distorsions de la concurrence dues aux différences des conditions de travail et sociales, harmonisation des normes techniques, réglementation des redevances; Réalisation de la liberté des prestations dans le service de ligne et de navette pour le transport routier de personnes par autocars. 40

41 Chapitre VI, 3. La politique des transports, 3.1 Les options stratégiques de la politique des transports en Suisse La dimension internationale des transports en Suisse (III) L initiative des Alpes a rendu nécessaire d ajouter les transports aux cinq autres sujets retenus pour les négociations bilatérales I. Deux domaines étaient concernés par ces négociations : Le transport routier : faute d Accord EEE, les camionneurs suisses ne pouvaient pas profiter de l ouverture du marché des transports européens. Il s agissait donc de garantir aux entreprises de transport l accès au marché de l UE Le transport aérien : il s agissait de garantir l accès des compagnies aériennes au marché européen des transports aériens en dépit du rejet de l Accord EEE. Ces compagnies doivent pouvoir bénéficier des nouvelles libertés de structurer les prix et les vols. 41

42 Chapitre VI, 3. La politique des transports, 3.1 Les options stratégiques de la politique des transports en Suisse La dimension internationale des transports en Suisse (IV) En vigueur depuis 2002, l Accord sur les transports terrestres entre la Suisse et l UE garantit le respect des objectifs de la politique des transports de la Suisse et la coordination entre la Suisse et l UE dans la région alpine: Garantie des instruments du transfert de la route au rail, notamment la RPLP ; Augmentation significative des redevances routières ; Relèvement progressif du poids maximum des poids lourds à 40 tonnes ; Clauses de sauvegarde pour les situations alarmantes ; Amélioration de l accès aux marchés européens pour les entreprises de transport suisses; Raccordement aux réseaux ferroviaires à grande vitesse. 42

43 Chapitre VI, 3. La politique des transports, 3.1 Les options stratégiques de la politique des transports en Suisse Les transports et les externalités Le Road pricing Répercuter davantage les coûts de la mobilité sur les utilisateurs, en respectant le principe de causalité celui qui circule davantage doit payer davantage tout en allégeant, en contrepartie, le budget général de l Etat des coûts de la mobilité. Effet d incitation Effet quantitatif Essais prévus en Suisse Rapport de synthèse du DETEC,

44 Chapitre VI, 3. La politique des transports, 3.2 La conception, le financement et le fonctionnement des infrastructures de transports en Suisse Les grands travaux d infrastructure (I) 44 Litra, Les transports en chiffres, Edition 2011

45 Chapitre VI, 3. La politique des transports, 3.2 La conception, le financement et le fonctionnement des infrastructures de transports en Suisse Les grands travaux d infrastructure (II) 45 OFS, Infrastructures et véhicules, Neuchâtel, 2010

46 Chapitre VI, 3. La politique des transports, 3.2 La conception, le financement et le fonctionnement des infrastructures de transports en Suisse Le financement des infrastructures de transport (I): compte routier OFS, Compte routier suisse 2009, Neuchâtel,

47 Le financement des infrastructures de transport (I): compte routier OFS, Compte routier suisse 2009, Neuchâtel, 2011

48 Chapitre VI, 3. La politique des transports, 3.2 La conception, le financement et le fonctionnement des infrastructures de transports en Suisse Le financement des infrastructures de transport (II): compte ferroviaire OFS, Compte ferroviaire suisse 2010, Neuchâtel,

49 Chapitre VI Politique des infrastructures 4. La politique des communications 4.1. Rôle de la télécommunication 4.2. La branche des télécommunications et du software en Suisse 4.3. La politique de la communication en Suisse 4.4. Les télécommunications dans leur contexte international 49

50 Chapitre VI, 4. La politique des communications, 4.1 Rôle de la télécommunication Rôle de la télécommunication La télécommunication n est pas un bien homogène. Elle se divise en deux sous-produits : L accès au réseau satisfait le besoin de pouvoir être atteint L utilisation du réseau satisfait le besoin d appeler d autres personnes L offre dans le domaine des télécommunications se subdivise en infrastructures (réseau et appareils de connexion) et en service de communication (services). Les coûts fixes sont prépondérants et les rendements d échelle sont croissants. La tarification comporte des proportions variables de redevances d accès au réseau et des redevances d utilisation du réseau. 50

51 Suisse: abonnés au téléphone Infrastructure téléphonique en Suisse, évolution Nombre pour 100 habitants Abonnés au téléphone mobile Raccordements fixes PSTN / ISDN Source: OFCOM,2011 OFS/SUKO

52 Abonnés au téléphone mobile: comparaison internationale Abonnés au téléphone mobile en comparaison internationale, évolution Augmentations en points de pourcent Finlande Autriche Portugal Italie Royaume-Uni Allemagne Danemark Suisse Pays-Bas Suède Belgique Norvège Espagne France Japon Etats-Unis Canada Source: UIT, OFCOM, 2011 OFS/SUKO

53 Chapitre VI, 4. La politique des communications, 4.2 La branche des télécommunications et du software en Suisse Utilisation de l internet en Suisse Source: OFS 53

54 Suisse: connexions internet Internet haut-débit en Suisse, Nombre d'abonnés pour 100 habitants 35.0 DSL Câble-modem (CATV) 30.0 Fibre optique (1) Autres haut-débit (1) Source: 2011 OFS/SUKO

55 Connexions internet en comparaison internationale Abonnés à des connexions Internet fixes à haut débit pour 100 habitants, décembre 2010 Pays-Bas Suisse Danemark Norvège Corée du France Royaume- Allemagne Suède Belgique Canada Finlande Etats-Unis Japon OCDE Autriche Espagne Italie Irlande Portugal DSL Câble-modem Fibre optique/lan Autre haut débit Source: OCDE, 2011 OFS/SUKO

56 Accès des ménages au haut débit en comparaison internationale Accès des ménages au haut débit, comparaison internationale En % de l'ensemble des ménages Corée du Sud (*) Norvège Suède Danemark Pays-Bas (*) Suisse Finlande Allemagne Belgique Royaume-Uni (*) France Canada (**) Autriche Etats-Unis (*) EU 27 Japon (*) Irlande Espagne Portugal Italie (*) données 2009 au lieu de 2010; (**) données 2008 au lieu de 2010 Sources : Eurostat, OCDE, OFS Source: EUROSTAT, OCDE, 2011 OFS/SUKO

57 Chapitre VI, 4. La politique des communications, 4.2 La branche des télécommunications et du software en Suisse La branche des TIC en Suisse La branche TIC représente l ensemble des activités qui produisent des biens et des services qui permettant la numérisation de l économie. La valeur ajoutée totale (part au PIB) de l ensemble de la branche TIC représente 5,2% du PIB en 2009 (Source : OFS). C est moins qu en 2000 (5 8%, éclatement de la bulle informatique et concurrence avec baisse des prix). En 2010, 23,6% la part des actifs ont besoin de connaissances en informatique pour leur travail. La branche TIC occupe environ 170'000 personnes, en 2008, c est-à-dire 4,2% de la population active. Source: OFS 57

58 Chapitre VI, 4. La politique des communications, 4.2 La branche des télécommunications et du software en Suisse La branche des télécommunications et du software en Suisse OFS, Indicateurs de la société de l information, <http://www.bfs.admin.ch/> 58

59 Chapitre VI, 4. La politique des communications, 4.3 La politique de la communication en Suisse La politique de la communication en Suisse (I) En vertu de l article 36 de l ancienne Constitution fédérale : «Dans toute la Suisse, les postes et les télégraphes sont du domaine fédéral. Le produit des postes et des télégraphes appartient à la caisse fédérale. Les tarifs sont fixés d après les mêmes principes et aussi équitablement que possible dans toutes les parties de la Suisse. L inviolabilité du secret des lettres et des télégrammes est garantie». 59

60 Chapitre VI, 4. La politique des communications, 4.3 La politique de la communication en Suisse La politique de la communication en Suisse (II) Art. 92 Cst. (nouvelle) Services postaux et télécommunications 1 Les services postaux et les télécommunications relèvent de la compétence de la Confédération. 2 La Confédération veille à ce qu un service universel suffisant en matière de services postaux et de télécommunications soit assuré à des prix raisonnables dans toutes les régions du pays. Les tarifs sont fixés selon des principes uniformes. 60

61 Chapitre VI, 4. La politique des communications, 4.3 La politique de la communication en Suisse La politique de la communication en Suisse (III) Le 1er avril 2007 la loi révisée sur les télécommunications (LTC) et les ordonnances qui s'y rapportent sont entrées en vigueur. La révision concerne en premier lieu le dégroupage de la boucle locale ainsi que la protection des consommateurs. Service de presse et d'information du DETEC 61

62 Chapitre VI, 4. La politique des communications, 4.4 Les télécommunications dans leur contexte international Les télécommunications dans leur contexte international (I) En vertu des accords du cycle de négociations de l Uruguay et de l Accord GATS («General Agreement on Trade and Services»), 52 États membres de l OMC, dont la Suisse, ont entamé des négociations libres sur les services de télécommunications de base. Celles-ci ont abouti au «Quatrième protocole sur l accord général sur le commerce des services», entré en vigueur le 1er janvier

63 Chapitre VI, 4. La politique des communications, 4.4 Les télécommunications dans leur contexte international Les télécommunications dans leur contexte international (II) Les principes qui régissent la régulation des télécommunications portent sur les éléments suivants : «garantie de la concurrence, interconnexion, service universel, procédure d autorisation, autorités de surveillance indépendantes et, enfin, répartition des ressources rares telles que les fréquences et les droits de passage» Ils doivent être appliqués selon la règle du traitement national, qui vise à éliminer les discriminations des concurrents étrangers. Message concernant la révision de la LTC, 1996, p

64 Chapitre VI Politique des infrastructures 5. La politique de l énergie 5.1 Données concernant l utilisation et le marché mondial de l énergie 5.2 L approvisionnement énergétique en Suisse 5.3 La politique de l énergie en Suisse 64

65 Chapitre VI, 5. La politique de l énergie, 5.1 Données concernant l utilisation et le marché mondial de l énergie Données concernant l utilisation et le marché mondial de l énergie (I) Agents énergétiques: substances et flux servant à produire de l énergie, directement ou après transformation. Agents énergétiques primaires: existent à l état naturel. Agents énergétiques secondaires: obtenus par transformation d agents primaires. Consommation brute: somme de la production indigène et des importations nettes d énergie ainsi que des variations de stocks. Energie finale: constitue la fin de la chaîne commerciale. Comprend la consommation d énergie renouvelable non commercialisée (chaleur des capteurs solaires). 65

66 Chapitre VI, 5. La politique de l énergie, 5.1 Données concernant l utilisation et le marché mondial de l énergie Evolution from 1971 to 2009 of World Total Primary Energy Supply* by Fuel (Mtoe) IEA, 2011 Key World Energy Statistics, Paris,

67 Chapitre VI, 5. La politique de l énergie, 5.1 Données concernant l utilisation et le marché mondial de l énergie 1973 and 2009 Fuel Shares of TPES* IEA, Key World Energy Statistics 2011, Paris,

68 Chapitre VI, 5. La politique de l énergie, 5.1 Données concernant l utilisation et le marché mondial de l énergie IEA, 2011 Key World Energy Statistics, Paris,

69 Chapitre VI, 5. La politique de l énergie, 5.1 Données concernant l utilisation et le marché mondial de l énergie Crude Oil Production IEA, 2011 Key World Energy Statistics, Paris,

70 Chapitre VI, 5. La politique de l énergie, 5.1 Données concernant l utilisation et le marché mondial de l énergie Crude Oil Production IEA, 2011 Key World Energy Statistics, Paris,

71 Chapitre VI, 5. La politique de l énergie, 5.1 Données concernant l utilisation et le marché mondial de l énergie World Total Final Consumption: regional IEA, 2011 Key World Energy Statistics, Paris,

72 Production mondiale de charbon Source: IEA, 2011 Key World Energy Statistics, Paris, 2011

73 Chapitre VI, 5. La politique de l énergie, 5.2 L approvisionnement énergétique en Suisse La consommation énergétique en Suisse 2010 OFEN, Graphiques de la statistique globale suisse de l'énergie

74 Consommation finale totale d agents énergétiques Source: OFEN, Statistique globale suisse de l énergie 2010

75 Chapitre VI, 5. La politique de l énergie, 5.2 L approvisionnement énergétique en Suisse Suisse: consommation finale d énergie OFEN, Graphiques de la statistique globale suisse de l'énergie 2010

76 Chapitre VI, 5. La politique de l énergie, 5.2 L approvisionnement énergétique en Suisse Suisse: énergie selon les agents énergétiques 2010 OFEN, Graphiques de la statistique globale suisse de l'énergie

77 Chapitre VI, 5. La politique de l énergie, 5.2 L approvisionnement énergétique en Suisse Consommation énergétique finale en Suisse 77 OFEN, Graphiques de la statistique globale suisse de l'énergie 2010

78 Chapitre VI, 5. La politique de l énergie, 5.2 L approvisionnement énergétique en Suisse L approvisionnement énergétique en Suisse Production d électricité par centrale en 2010 OFEN, Statistique suisse de l électricité

79 Chapitre VI, 5. La politique de l énergie, 5.2 L approvisionnement énergétique en Suisse Consommation d électricité en Suisse selon les catégories de clients OFEN, Statistique suisse de l électricité

80 Chapitre VI, 5. La politique de l énergie, 5.2 L approvisionnement énergétique en Suisse La production d électricité en Suisse selon les catégories de production OFEN, Statistique suisse de l électricité

81 Chapitre VI, 5. La politique de l énergie, 5.3 La politique de l énergie en Suisse La politique de l énergie en Suisse (I) Art. 89 Politique énergétique 1 Dans les limites de leurs compétences respectives, la Confédération et les cantons s emploient à promouvoir un approvisionnement énergétique suffisant, diversifié, sûr, économiquement optimal et respectueux de l environnement, ainsi qu une consommation économe et rationnelle de l énergie. 2 La Confédération fixe les principes applicables à l utilisation des énergies indigènes et des énergies renouvelables et à la consommation économe et rationnelle de l énergie. 3 La Confédération légifère sur la consommation d énergie des installations, des véhicules et des appareils. Elle favorise le développement des techniques énergétiques, en particulier dans les domaines des économies d énergie et des énergies renouvelables. 4 Les mesures concernant la consommation d énergie dans les bâtiments sont au premier chef du ressort des cantons. 5 Dans sa politique énergétique, la Confédération tient compte des efforts des cantons, des communes et des milieux économiques; elle prend en considération les réalités de chaque région et les limites de ce qui est économiquement 81 supportable.

82 Chapitre VI, 5. La politique de l énergie, 5.3 La politique de l énergie en Suisse La politique de l énergie en Suisse (II) Art. 90 Énergie nucléaire La législation sur l énergie nucléaire relève de la compétence de la Confédération. Art. 91 Transport d énergie 1 La Confédération légifère sur le transport et la livraison de l électricité. 2 La législation sur les installations de transport par conduites de combustible ou de carburant liquides ou gazeux relève de la compétence de la Confédération. 82

83 Chapitre VI, 5. La politique de l énergie, 5.3 La politique de l énergie en Suisse Nouvelle politique énergétique Le Conseil fédéral a arrêté le 21 février 2007 les principes de la nouvelle politique énergétique pour parer à la pénurie d'énergie attendue. La stratégie repose sur quatre piliers: Efficacité énergétique: l'utilisation économe des ressources énergétiques Energies renouvelables: la force hydraulique reste la principale énergie renouvelable; les autres énergies renouvelables sont à développer. Centrales électriques: les centrales nucléaires existantes doivent être remplacées ou complétées par de nouvelles constructions. Comme solution transitoire, il est prévu de construire des centrales à gaz à cycle combiné, lesquelles doivent compenser entièrement leurs émissions de CO2. Relations internationales: renforcement de la collaboration (UE) 83

84 Chapitre VI, 5. La politique de l énergie, 5.3 La politique de l énergie en Suisse La réforme du marché de l électricité (I) Loi sur les installations électriques (LIE) du 24 juin 1902 Loi sur le marché de l électricité (LME) du 15 décembre 2000 Le 22 septembre 2002, le peuple a refusé la Loi sur le marché de l électricité (LME) et a ainsi reporté les réformes nécessaires Le 1er juillet 2004 est entrée en vigueur la révision de la Loi sur les installation électriques (LIE) Loi sur l approvisionnement en électricité (LApEl) adoptée le 23 mars 2007 (entrée en vigueur 1 er janvier 2009/2013) 84

85 Chapitre VI, 5. La politique de l énergie, 5.3 La politique de l énergie en Suisse La réforme du marché de l électricité (II) LApEl Art. 1 Buts 1 La présente loi a pour objectif de créer les conditions propres à assurer un approvisionnement en électricité sûr ainsi qu un marché de l électricité axé sur la concurrence. 2 Elle fixe également les conditions générales pour: a. garantir dans toutes les parties du pays un approvisionnement en électricité fiable et conforme aux principes du développement durable; b. maintenir et renforcer la compétitivité du secteur suisse de l électricité sur leplan international. 85

86 Chapitre VI, 5. La politique de l énergie, 5.3 La politique de l énergie en Suisse Global nuclear energy production IEA, 2011 Key World Energy Statistics, Paris,

87 Chapitre VI, 5. La politique de l énergie, 5.3 La politique de l énergie en Suisse Global nuclear energy production 2009 IEA, 2011 Key World Energy Statistics, Paris,

88 Chapitre VI, 5. La politique de l énergie, 5.3 La politique de l énergie en Suisse La question lancinante du nucléaire (I) Mise en service Puissance Beznau I 1969 Puissance: 365 MWe Type de réacteur: eau sous pression Refroidissement: eau fluviale Beznau II 1972 Puissance: 365 MWe Type de réacteur: eau sous pression Refroidissement: eau fluviale Mühleberg 1972 Puissance: 355 MWe Type de réacteur: eau bouillante Refroidissement: eau fluviale Gösgen 1978 Puissance: 970 MWe Type de réacteur: eau sous pression Refroidissement: tour de refroidissement Leibstadt 1984 Puissance: 1145 MWe (depuis le ) Type de réacteur: eau bouillante Refroidissement: tour de refroidissement OFEN, <http://www.bfe.admin.ch/themen/00511/index.html?lang=fr> 88

89 Chapitre VI, 5. La politique de l énergie, 5.3 La politique de l énergie en Suisse La question lancinante du nucléaire (II) La part de l énergie nucléaire dans la production d électricité indigène s élève à 38% en moyenne annuelle, avec des pointes jusqu à 45% en hiver, et se situe donc au-dessus de la moyenne européenne qui est de 33%. Les cinq centrales nucléaires ont une puissance globale de 3,2 GW. Leur taux d'utilisation annuel dépasse les 90%. (Ci-dessous valeurs 2010). OFEN, Statistique suisse et l énergie électrique

90 Chapitre VI, 5. La politique de l énergie, 5.3 La politique de l énergie en Suisse La question lancinante du nucléaire (III) Les bases légales de la politique suisse en matière d'énergie nucléaire remontent à 1946, année de l'approbation de la première décision du Conseil fédéral sur la promotion de l'énergie atomique. En 1957, la législation sur l énergie nucléaire est inscrite dans la Constitution fédérale. Deux ans plus tard, le Conseil fédéral adoptait la loi sur l'énergie atomique. L'arrêté fédéral de 1978 concernant la loi sur l'énergie atomique a permis d'instaurer la preuve du besoin et l'octroi d'une autorisation générale pour la construction de centrales nucléaires. Il établit par ailleurs que les entreprises sont responsables de la gestion sûre des déchets radioactifs qu'elles produisent. OFEN, <http://www.bfe.admin.ch/themen/00511/index.html?lang=fr> 90

91 Chapitre VI, 5. La politique de l énergie, 5.3 La politique de l énergie en Suisse La question lancinante du nucléaire (IV) Le mouvement anti-nucléaire De 1979 à nos jours, il y a eu sept votations sur des initiatives antinucléaires. Toutes ont été rejetées, sauf celle intitulée «Halte à la construction de centrales nucléaires (moratoire)», qui a été acceptée en 1990: «La constitution fédérale est complétée comme il suit: Dispositions transitoires art. 19 (nouveau) Durant les dix ans suivant l'acceptation par le peuple et les cantons de la présente disposition transitoire, aucune autorisation générale ni autorisation de construire, de mise en service ou d'exploiter au sens du droit fédéral, ne sera accordée pour de nouvelles installations destinées à la production d'énergie atomique (centrales nucléaires ou réacteurs servant à la production de chaleur). Sont considérées comme nouvelles les installations de ce type pour lesquelles l'autorisation de construire prévue par le droit fédéral n'a pas été accordée avant le 30 septembre 1986.» 91

92 Chapitre VI, 5. La politique de l énergie, 5.3 La politique de l énergie en Suisse La question lancinante du nucléaire (V) L'initiative visant à prolonger de 10 ans le moratoire («Moratoire Plus») ainsi que l'initiative «Sortir du nucléaire» ont été rejetées en votation populaire le 18 mai La loi sur l'énergie atomique et l'arrêté fédéral ont été remplacés le 1er février 2005 par la nouvelle loi sur l'énergie nucléaire et l'ordonnance sur l'énergie nucléaire. Depuis, l'octroi d'une autorisation générale pour la construction d'installations nucléaires par le Conseil fédéral et l'assemblée fédérale est soumis au référendum facultatif. En février 2007, le Conseil fédéral a affirmé la nécessité de maintenir l énergie nucléaire. Le 25 mai 2011 le Conseil fédéral a mis au point sa Stratégie énergétique 2050, qui a pour principal objet la sortie du nucléaire 92

93 Chapitre VI, 5. La politique de l énergie, 5.3 La politique de l énergie en Suisse La promotion des énergies renouvelables SuisseEnergie En tant que programme d action pour l efficacité énergétique et les énergies renouvelables, SuisseEnergie s est fixé les objectifs suivants: Réduire, d ici 2010, la consommation d énergies fossiles et les émissions de CO2 de 10% par rapport à leur niveau de 2000, respectivement de Même si la contribution de SuisseEnergie est considérable, les objectifs ne peuvent être atteints sans la taxe sur le CO2 et le centime climatique. Limiter la progression de la demande d électricité à 5% au maximum d ici Exploiter pleinement le potentiel hydraulique, même dans le cadre de la libéralisation des marchés de l électricité. Augmenter la part des nouvelles énergies renouvelables de 1% dans la production de courant et de 3% dans la production de chaleur. 93

94 Chapitre VI, 5. La politique de l énergie, 5.3 La politique de l énergie en Suisse Les relations internationales en matière énergétique L approvisionnement énergétique de la Suisse dépend à près de 80% des importations de combustibles et de carburants fossiles ainsi que de combustibles nucléaires. Même l approvisionnement en électricité est dépendant des importations pendant les mois d hiver. Cette forte dépendance exige une étroite collaboration internationale: entretien des contacts avec les principaux pays fournisseurs d énergie; échanges d expériences avec d autres pays en matière de politique énergétique: intégration de la Suisse dans le marché intérieur européen de l énergie; collaboration en matière de protection climatique internationale; procédure coordonnée pour la mise en œuvre de normes d efficacité énergétique; collaboration dans la recherche énergétique. 94

95 Chapitre VI Politique des infrastructures 6. Infrastructures et externalités 6.1 La question des externalités 6.2 Le protocole de Kyoto et son prolongement 6.3 La loi sur le CO2 en Suisse 6.4 Le marché des certificats d émission

96 La question des externalités Externalités de deux natures des infrastructures: Émissions non couvertes qui induisent une divergence des coûts Coûts d utilisation liés aux limites de capacité Deux faits largement incontestés: Accroissement considérable des émissions de gaz à effet de serre (CO2) Lien entre l activité humaine et le réchauffement climatique

97 Les émissions de CO2 par agent énergétique Source: IEA, 2011 Key World Energy Statistics, Paris, 2011

98 Les émissions de CO2 par région Source: IEA, 2011 Key World Energy Statistics, Paris, 2011

Stratégie énergétique 2050: Un bref portrait

Stratégie énergétique 2050: Un bref portrait Stratégie énergétique 2050: Un bref portrait Daniel Büchel, Vice-directeur, directeur du programme SuisseEnergie Politique énergétique: de quoi s agit-il? Sécurité de l approvisionnement Sécurité technique

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE Conférence de presse du 22 juin 2001 Fiscalité des produits d épargne: une comparaison internationale Il n existe pas de véritable point de vue européen en matière de fiscalité des produits d épargne.

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE TRANS/WP.5/2003/7/Add.4 8 juillet 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Conseil Economique et Social

Conseil Economique et Social NATIONS UNIES E Conseil Economique et Social Distr. GENERALE TRANS/AC.7/2002/1 14 décembre 2001 Originale : FRANÇAIS COMMISSION ÉCONOMIC POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe pluridisciplinaire

Plus en détail

Les comptes nationaux et le SEC 2010

Les comptes nationaux et le SEC 2010 Les comptes nationaux et le SEC 2010 7 ème séminaire de la Banque nationale de Belgique pour enseignants en économie du secondaire Bruxelles, le 22 octobre 2014 Catherine RIGO Plan de l exposé Introduction

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

Situation et perspectives du transport routier de marchandises et de la logistique en Allemagne

Situation et perspectives du transport routier de marchandises et de la logistique en Allemagne Transport routier international dans la région euro-méditerranéenne Situation et perspectives du transport routier de marchandises et de la logistique en Allemagne Bonn, 28 mars 2006 Deutscher Speditions-

Plus en détail

b) Etes-vous d accord que le FAIF fasse office de contre-projet direct à l initiative TP?

b) Etes-vous d accord que le FAIF fasse office de contre-projet direct à l initiative TP? Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication DETEC Office fédéral des transports OFT Division Politique Questionnaire concernant le projet de consultation

Plus en détail

«La sécurité d investissement comme préalable à un approvisionnement fiable» Le 5 octobre 2011 Foire du Valais, Journée de l énergie

«La sécurité d investissement comme préalable à un approvisionnement fiable» Le 5 octobre 2011 Foire du Valais, Journée de l énergie «La sécurité d investissement comme préalable à un approvisionnement fiable» Le 5 octobre 2011 Foire du Valais, Journée de l énergie Kurt Rohrbach, Président de l Association des entreprises électriques

Plus en détail

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan Régimes publics de retraite État de la situation Perspectives des différents régimes publics de retraite 79 e congrès de l ACFAS 10 mai 2011 Plan Portrait des régimes publics de retraite La pression démographique

Plus en détail

3La charge fiscale effective induite par les. 3Les pouvoirs publics consacrent déjà plus. 3Si nous voulons garantir la compétitivité

3La charge fiscale effective induite par les. 3Les pouvoirs publics consacrent déjà plus. 3Si nous voulons garantir la compétitivité Quote-part fiscale de la Suisse : des apparences trompeuses dossierpolitique 21 février 2011 Numéro 2 Quote-part fiscale. Dans la statistique annuelle de l OCDE, la Suisse affiche une quote-part fiscale

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

Tournant énergétique indispensable, défis immenses

Tournant énergétique indispensable, défis immenses Communiqué de presse Position des Académies suisses à l approvisionnement suisse en électricité Tournant énergétique indispensable, défis immenses Berne/Zurich, 9 août 2012. La transition vers des énergies

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

Argumentaires Contre

Argumentaires Contre Parlamentsdienste Services du Parlement Servizi 13.095 del Parlamento Servetschs dal parlament Argumentaires Contre Remplacer la taxe sur la valeur ajoutée par une taxe sur l énergie. Initiative populaire

Plus en détail

La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations

La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations par Robert Fluri et Robert Müller, Direction de la statistique, Banque nationale suisse, Zurich BNS 42

Plus en détail

Chapitre 2 : La logistique. Pour le commerce international, les modes de transport utilisés sont :

Chapitre 2 : La logistique. Pour le commerce international, les modes de transport utilisés sont : I) La chaine logistique internationale. A. Le concept de logistique. Chapitre 2 : La logistique. Les activités de logistique et de transport permettent de gérer l ensemble des flux de matières et de produits,

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

Les principaux accords bilatéraux Suisse-UE

Les principaux accords bilatéraux Suisse-UE Département fédéral des affaires étrangères DFAE Direction des affaires européennes DAE Les principaux accords bilatéraux Suisse-UE Juin 2015 Accords bilatéraux Suisse-UE B. I B. II 2 Les premiers accords

Plus en détail

un approvisionnement sûr : un facteur décisif pour l économie suisse

un approvisionnement sûr : un facteur décisif pour l économie suisse 23 OCTOBRE 2012 FICHE THEMATIQUE : PENURIE D ELECTRICITE un approvisionnement sûr : un facteur décisif pour l économie suisse Le Conseil fédéral et le Conseil national souhaitent sortir du nucléaire à

Plus en détail

Plan d action du PDC concernant le franc fort

Plan d action du PDC concernant le franc fort Plan d action du PDC concernant le franc fort Vendredi 20 février 2015, à 16 h 45 Renseignements : Filippo Lombardi, président du groupe et conseiller aux Etats (TI), mobile : 079 620 64 65 Pirmin Bischof,

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

Dépenses de santé et régulation

Dépenses de santé et régulation Chapitre 2 : Dépenses de santé et régulation Docteur Georges WEIL UE7 - Santé Société Humanité Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Sommaire Généralités

Plus en détail

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées.

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées. Nom Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/49 14/2/12 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 2 : 2.2 Examen de questions

Plus en détail

L énergie nucléaire fait partie de la solution pour lutter contre le changement climatique

L énergie nucléaire fait partie de la solution pour lutter contre le changement climatique FORUM NUCLEAIRE BELGE POSITION PAPER 24 JUIN 2015 L énergie nucléaire fait partie de la solution pour lutter contre le changement climatique La demande en électricité ne cesse d augmenter. Entre 1965 et

Plus en détail

Pour de plus amples informations : http://www.estv.admin.ch/mwst/themen/00154/00589/index.html?lang=fr

Pour de plus amples informations : http://www.estv.admin.ch/mwst/themen/00154/00589/index.html?lang=fr Bureau de l égalité hommes-femmes et de la famille Canton de Fribourg LES IMPOTS INDIRECTS Les impôts indirects sont perçus indépendamment de la situation économique des personnes qui en sont redevables.

Plus en détail

Dispositifs incitatifs pour la production d électricité renouvelable. Philippe MENANTEAU Univ. de Grenoble / CNRS Strasbourg 18-19 sept.

Dispositifs incitatifs pour la production d électricité renouvelable. Philippe MENANTEAU Univ. de Grenoble / CNRS Strasbourg 18-19 sept. Dispositifs incitatifs pour la production d électricité renouvelable Philippe MENANTEAU Univ. de Grenoble / CNRS Strasbourg 18-19 sept. 2007 Sommaire Objectifs et justification des politiques de soutien

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

la Contribution Climat Energie

la Contribution Climat Energie Paris le 05/09/2009 la Contribution Climat Energie 1. Quelle assiette aura la CCE? a. Assiette : La CCE serait une contribution additionnelle aux taxes intérieures (TIPP, TICGN, TICC), assise sur l ensemble

Plus en détail

la voie bilatérale reste la meilleure option

la voie bilatérale reste la meilleure option WWW.ELECTIONS.CH FICHE THEMATIQUE : SUISSE-UE la voie bilatérale reste la meilleure option L UE est un des principaux partenaires commerciaux de la Suisse. A l inverse, la Suisse est le deuxième partenaire

Plus en détail

Fiscalité et tarification des poids lourds

Fiscalité et tarification des poids lourds DTT/TTR mis à jour le 18 décembre 2003 Fiscalité et tarification des poids lourds I LA TAXATION DU CARBURANT 1 - Taux de taxation du gazole 2 - Harmonisation européenne 3 - Le gazole professionnel en France

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1419878L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1419878L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et du développement international PROJET DE LOI autorisant l approbation de l arrangement concernant les services postaux de paiement NOR : MAEJ1419878L/Bleue-1

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes

Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes Pascal Broulis, chef du DFIRE Présentation à l ASMV, le 3 octobre 2014 Contexte international

Plus en détail

N 1470 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 1470 ASSEMBLÉE NATIONALE N 1470 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 17 février 2009. RAPPORT FAIT AU NOM DE LA COMMISSION DES AFFAIRES

Plus en détail

Code à l intention des partenaires commerciaux

Code à l intention des partenaires commerciaux Code à l intention des partenaires commerciaux Groupe Axpo Code à l intention des partenaires commerciaux 02 03 Table des matières Introduction... 05 I. Éthique commerciale et intégrité... 07 II. Respect

Plus en détail

Administration fédérale des contributions 2009. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport

Administration fédérale des contributions 2009. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport Administration fédérale des contributions D 3.SF.12 DUS 2009 Confidentiel n est pas destiné à la publication Rapport sur la conclusion d un protocole modifiant la Convention de double imposition entre

Plus en détail

Administration fédérale des contributions. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport

Administration fédérale des contributions. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport Administration fédérale des contributions D3.A.12 DUS Confidentiel n est pas destiné à la publication Rapport sur la conclusion d un protocole modifiant la convention de double imposition avec la République

Plus en détail

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge 1. Sécurité d approvisionnement Le taux de dépendance énergétique de la Belgique est plus important que la moyenne européenne. Ainsi en 2011, le taux

Plus en détail

L offre d énergie: une comparaison France, Allemagne et Japon. Par Pierre Lasserre, Sciences économiques Université du Québec à Montréal

L offre d énergie: une comparaison France, Allemagne et Japon. Par Pierre Lasserre, Sciences économiques Université du Québec à Montréal L offre d énergie: une comparaison France, Allemagne et Japon Par Pierre Lasserre, Sciences économiques Université du Québec à Montréal Plan Quelques faits stylisés caractéristiques de la France, de l

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

VERS UNE NOUVELLE VISION NATIONALE

VERS UNE NOUVELLE VISION NATIONALE VERS UNE NOUVELLE VISION NATIONALE Les occasions et les restrictions du Canada face au transport mondial des marchandises Rapport du Comité sénatorial permanent des transports et des communications Juin

Plus en détail

Loi sur les finances de la Confédération

Loi sur les finances de la Confédération Loi sur les finances de la Confédération (Loi sur les finances, LFC) (Optimisation du modèle comptable de la Confédération) Projet Modification du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le

Plus en détail

1. SCHÉMA D ENSEMBLE DE LA RÉFORME

1. SCHÉMA D ENSEMBLE DE LA RÉFORME Assiette carbone et rééquilibrage de la taxation essence-diesel Propositions de mise en œuvre sur la période 2014-2020 Projet, préparé sous la responsabilité du président, à débattre le 13 juin en séance

Plus en détail

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 18 juin 2008 Session ministérielle OCDE 2008 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 5 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE

Plus en détail

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 194/2014-15 décembre 2014 Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 Par rapport à 2013, le revenu agricole réel par actif 1 a diminué de 1,7% dans

Plus en détail

Session de printemps Compte rendu de la 3 e semaine

Session de printemps Compte rendu de la 3 e semaine Session de printemps Compte rendu de la 3 e semaine 21 mars 2014 Le Conseil national a augmenté de 180 millions de francs le plafond de dépenses pour la promotion du trafic ferroviaire de marchandises

Plus en détail

Panorama des bioénergies en Europe. Colloque Bioénergies

Panorama des bioénergies en Europe. Colloque Bioénergies Panorama des bioénergies en Europe Panorama des bioénergies en Europe Synthèse des informations existantes sur le sujet des bioénergies en Europe Sources : législation : Europa, portail de l Union européenne

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

Le nucléaire, un allié pour le climat

Le nucléaire, un allié pour le climat 1 Claude Fischer - mars 2015 1 er Directrice d ASCPE Les Entretiens Européens Le nucléaire, un allié pour le climat La limitation du réchauffement climatique ne pourra pas être obtenue sans le nucléaire

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie.

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie. Jeunes demandeurs d asile tchétchènes jouant au centre d accueil de BialaPodlaska(Pologne). Albanie France Monaco Saint-Marin Allemagne Grèce Norvège Saint-Siège Andorre Hongrie Pays-Bas Slovaquie Autriche

Plus en détail

de CO2 comprise entre 1,5 et 5 Mt CO2 en 2015, puis entre de 3 à 9 Mt

de CO2 comprise entre 1,5 et 5 Mt CO2 en 2015, puis entre de 3 à 9 Mt La réforme de la fiscalité de l énergie : une extension de la tarification du carbone en France Jeremy El Beze 1 N 2014-06 Instaurée par la loi de finances pour 2014, la réforme de la fiscalité sur les

Plus en détail

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz Office fédéral de l énergie Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz 1 1 Introduction Correctement dimensionnée et dotée d une puissan-ce calorifique adaptée, l installation de chauffage fonctionne

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Le gaz de schiste «pertubateur» du marché de l électricité? Jacques PERCEBOIS Directeur du CREDEN Professeur à l Université de Montpellier I

Le gaz de schiste «pertubateur» du marché de l électricité? Jacques PERCEBOIS Directeur du CREDEN Professeur à l Université de Montpellier I Le gaz de schiste «pertubateur» du marché de l électricité? Jacques PERCEBOIS Directeur du CREDEN Professeur à l Université de Montpellier I CLUB DE NICE 5/12/2012 Le gaz naturel dans l Union Européenne

Plus en détail

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons L énergie en France et en Allemagne : comparaisons En matière de consommation d énergie, de structure du système électrique, de recours aux énergies renouvelables, d émission de gaz à effet de serre, les

Plus en détail

Tout savoir sur les accords bilatéraux Suisse-UE

Tout savoir sur les accords bilatéraux Suisse-UE Tout savoir sur les accords bilatéraux Suisse-UE Table des matières 1. Introduction Présentation des 7 accords : Qu est-ce que les Accords bilatéraux et que vont-ils changer? Ce qui ne change pas 2. Libre

Plus en détail

La finance carbone pour les villes

La finance carbone pour les villes 1 La finance carbone pour les villes Source de revenus et levier d action pour des villes plus propres A travers la présentation de trois mécanismes de finance carbone mobilisables par les villes, cette

Plus en détail

Compétitivité des entreprises et maîtrise des consommations d énergie sont-elles conciliables?

Compétitivité des entreprises et maîtrise des consommations d énergie sont-elles conciliables? Fiches extraites du dossier du participant remis à l'occasion du Débat national sur les énergies lors de la rencontre de Nice, le 15 avril 2003. Le thème de cette rencontre était " Énergie, entreprises

Plus en détail

Contribution au débat sur le Livre Vert «Vers une stratégie européenne de sécurité d approvisionnement énergétique»

Contribution au débat sur le Livre Vert «Vers une stratégie européenne de sécurité d approvisionnement énergétique» Contribution au débat sur le Livre Vert «Vers une stratégie européenne de sécurité d approvisionnement énergétique» Nom Gérard MESTRALLET, Président Directeur Général Jean -Pierre HANSEN, Directeur Général

Plus en détail

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Tableau de bord Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Septembre 2009 Sommaire Introduction...4 1 Marché du travail et emploi...7 1-1 Emploi...8 1-2 Coût du travail...14

Plus en détail

Swisscom centre de calcul Wankdorf

Swisscom centre de calcul Wankdorf Swisscom SA Centre de calcul Wankdorf Stauffacherstrasse 59 3015 Berne www.swisscom.ch Swisscom centre de calcul Wankdorf L avenir sous le signe de la réussite Le centre de calcul de Swisscom au Wankdorf

Plus en détail

OBservatOire du numérique. chiffres clés 2013. oobservatoire du numérique

OBservatOire du numérique. chiffres clés 2013. oobservatoire du numérique OBservatOire du numérique chiffres clés 2013 oobservatoire du numérique oobservatoire du numérique usages des tic - entreprises équipement NUMéRIQUE Utilisation des TIC en 2012 des entreprises * Enquête

Plus en détail

Réunion de la formation Environnement du CNIS

Réunion de la formation Environnement du CNIS Réunion de la formation Environnement du CNIS «Travaux sur les Flux de matières et la productivité des ressources» Jeudi 7 juin 2007 Patrice GREGOIRE, Céline JAMET IFEN Page 1 Représentation des flux de

Plus en détail

Restrictions et Libéralisation des I.D.E Au Maroc. Mr. Marwane MANSOURI

Restrictions et Libéralisation des I.D.E Au Maroc. Mr. Marwane MANSOURI Restrictions et Libéralisation des I.D.E Au Maroc Mr. Marwane MANSOURI Chef de la Division des Etudes et de l Information Direction des Investissements Amman, Jordanie 4 septembre 2007 Direction des Investissements,

Plus en détail

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE ORGANISATION FOR ECONOMIC CO-OPERATION AND DEVELOPMENT TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE 14-15 septembre 2006 Séoul, Corée Déclaration de Séoul (version définitive) CENTRE

Plus en détail

Géothermie et stockage: quo vadis? Pascal Vinard

Géothermie et stockage: quo vadis? Pascal Vinard Géothermie et stockage: quo vadis? Pascal Vinard Contenu 1. Définitions et leur évolution 2. Cadre énergétique global, européen et Suisse 3. Evolution du marché des PAC géothermiques et projets de stockage

Plus en détail

oobservatoire du numérique OBSERVATOIRE DU NUMÉRIQUE CHIFFRES CLÉS MAI 2014

oobservatoire du numérique OBSERVATOIRE DU NUMÉRIQUE CHIFFRES CLÉS MAI 2014 oobservatoire du numérique OBSERVATOIRE DU NUMÉRIQUE CHIFFRES CLÉS MAI 2014 oobservatoire du numérique USAGES DES TIC - ENTREPRISES ÉQUIPEMENT NUMÉRIQUE Utilisation des TIC en 2013 des entreprises France

Plus en détail

Énergie et Mondialisation

Énergie et Mondialisation Énergie et Mondialisation Il est fréquent d affirmer que de nombreuses questions énergétiques ou environnementales ne peuvent être posées correctement qu au niveau mondial. Résolument ancré dans le réseau

Plus en détail

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 Comité préparatoire de la Conférence des Parties chargée d examiner le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires en 2010 NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 15 mai 2009 Français Original : anglais Troisième

Plus en détail

LISBONNE- 20 avril 2015 TRANSITION ÉNERGÉTIQUE: EXPÉRIENCE DU MAROC

LISBONNE- 20 avril 2015 TRANSITION ÉNERGÉTIQUE: EXPÉRIENCE DU MAROC LISBONNE- 20 avril 2015 TRANSITION ÉNERGÉTIQUE: EXPÉRIENCE DU MAROC Sommaire de la présentation MAROC EN CONSTANTE EVOLUTION DES RÉFORMES ET DES VISIONS STRATÉGIQUES TRANSITION ÉNERGÉTIQUE: ENJEUX ET DÉFIS

Plus en détail

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.11 JUILLET En 27-28, 3,3 millions d étudiants suivent une formation hors de leur pays d origine dont 2,7 dans un pays de l OCDE. Leur nombre a quadruplé

Plus en détail

MÉMOIRE RENOUVELLEMENT DU PERMIS D EXPLOITATION DU POUR LA COMMISSION CANADIENNE DE LA SÛRETÉ NUCLÉAIRE (CCSN) À L ÉGARD DU

MÉMOIRE RENOUVELLEMENT DU PERMIS D EXPLOITATION DU POUR LA COMMISSION CANADIENNE DE LA SÛRETÉ NUCLÉAIRE (CCSN) À L ÉGARD DU MÉMOIRE POUR LA COMMISSION CANADIENNE DE LA SÛRETÉ NUCLÉAIRE (CCSN) À L ÉGARD DU RENOUVELLEMENT DU PERMIS D EXPLOITATION DU RÉACTEUR NUCLÉAIRE DE PUISSANCE DE LA CENTRALE DE GENTILLY - 2 MARS 2011 Avant

Plus en détail

0.941.291 relative à l établissement d un bureau international des poids et mesures

0.941.291 relative à l établissement d un bureau international des poids et mesures Texte original 0.941.291 Convention relative à l établissement d un bureau international des poids et mesures Conclue à Paris le 20 mai 1875 Approuvée par l Assemblée fédérale le 2 juillet 1875 1 Instruments

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

La fée électricité sous le capot?

La fée électricité sous le capot? La fée électricité sous le capot? Quand on analyse les nouvelles motorisations proposées pour les véhicules on s aperçoit vite qu elles reposent pratiquement toutes sur l emploi de moteurs électriques

Plus en détail

Loi fédérale encourageant le logement à loyer ou à prix modérés

Loi fédérale encourageant le logement à loyer ou à prix modérés Loi fédérale encourageant le logement à loyer ou à prix modérés (Loi sur le logement, LOG) 842 du 21 mars 2003 (Etat le 13 juin 2006) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l art. 108 de la

Plus en détail

Position du secteur électrique français

Position du secteur électrique français 16 novembre 2010 ENERGIE 2020 Position du secteur électrique français L UFE, Union Française de l Electricité, est l association professionnelle du secteur de l électricité. Elle représente les employeurs

Plus en détail

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un Résumé Les pays en développement (PED) ont bénéficié, au cours de ces trente dernières années, de prêts considérables qui devraient permettre leur décollage rapide. Pour nombre d entre eux dont le Bénin,

Plus en détail

IHS-nf 9663 Ordonnance sur la protection en cas d'urgence au des installations nucléaires

IHS-nf 9663 Ordonnance sur la protection en cas d'urgence au des installations nucléaires IHS-nf 9663 Ordonnance sur la protection en cas d'urgence au des installations nucléaires du 28 novembre 1983 Le Conseil fédéral suisse, vu les articles 11 et 37 de la loi du 23 décembre 1959" sur l'énergie

Plus en détail

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales Quinzième inventaire Édition 2013 La production d électricité d origine renouvelable dans le monde Collection chiffres et statistiques Cet inventaire a été réalisé par Observ ER et la Fondation Énergies

Plus en détail

Coûts prévisionnels de production de l électricité

Coûts prévisionnels de production de l électricité Coûts prévisionnels de production de l électricité Mise à jour 2005 AGENCE POUR L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AGENCE INTERNATIONALE DE L ÉNERGIE ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES ORGANISATION

Plus en détail

www.iavs-energie.org

www.iavs-energie.org Notes de recherche de l IAVS www.iavs-energie.org ---------------- administration@iavs-energie.org iavsmail@gmail.com ---------------- Cadre de référence indicatif pour la promotion de l efficacité énergétique

Plus en détail

Axpo réalise un résultat opérationnel solide dans un contexte difficile

Axpo réalise un résultat opérationnel solide dans un contexte difficile Communiqué de presse Baden, le 19 décembre 2014 Axpo réalise un résultat opérationnel solide dans un contexte difficile Le faible niveau des prix sur le marché de gros de l'électricité en Europe a continué

Plus en détail

La fiscalité européenne de l épargne. Ce qui va changer pour vous

La fiscalité européenne de l épargne. Ce qui va changer pour vous La fiscalité européenne de l épargne Ce qui va changer pour vous SOMMAIRE LA FISCALITÉ EUROPÉENNE DE L ÉPARGNE 3 De quoi s agit-il? 1 Quand entre-t-elle en vigueur? 3 LA FISCALITÉ EUROPÉENNE DE L ÉPARGNE

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

La publication, au second

La publication, au second Les entreprises industrielles françaises de plus en plus impliquées dans les NTIC Malgré l adoption accélérée des différents outils des nouvelles technologies de l information et de la communication (NTIC)

Plus en détail

Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 PFA POUR DÉCISION

Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 PFA POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION DOUZIÈME QUESTION À L

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D ASSISTANCE AU 1 er JANVIER 2012

CONDITIONS GENERALES D ASSISTANCE AU 1 er JANVIER 2012 CONDITIONS GENERALES D ASSISTANCE AU 1 er JANVIER 2012 I. Conditions d ouverture des droits (à partir du 01/01/2012) Votre Volkswagen doit avoir été achetée neuve après le 01/01/1992 et doit être immatriculée

Plus en détail

Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi

Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi Congrès Mondial de l AMSEP Istanbul, 6 mai 2015 Sylvain Giguère, Directeur de la division LEED, OCDE Pourquoi

Plus en détail

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Les énergies

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Les énergies ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE Niveau B2 Les énergies Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - le document support Auteurs-concepteurs : Isabelle Barrière, Martine Corsain Fiche

Plus en détail

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse (Ordonnance de la Banque nationale, OBN) Modification du 7 mai 2014 La Banque nationale suisse arrête: I L ordonnance du 18 mars 2004

Plus en détail

Pension AOW pour les assurés hors des Pays-Bas

Pension AOW pour les assurés hors des Pays-Bas Pension AOW pour les assurés hors des Pays-Bas Sommaire Qu est-ce que la pension AOW? 2 A qui est destinée la pension AOW? 2 Quand aurez-vous droit à la pension AOW? 4 Résider dans un pays et travailler

Plus en détail

L énergie photovoltaïque à Genève Quelle contribution à l approvisionnement à moyen-long terme?

L énergie photovoltaïque à Genève Quelle contribution à l approvisionnement à moyen-long terme? L énergie photovoltaïque à Genève Quelle contribution à l approvisionnement à moyen-long terme? Le 28 mars 2014 Patrick Schaub Analyste - énergétique Titre Sommaire Développement du marché photovoltaïque

Plus en détail

Bilan électrique français ÉDITION 2014

Bilan électrique français ÉDITION 2014 Bilan électrique français ÉDITION 2014 Dossier de presse Sommaire 1. La baisse de la consommation 6 2. Le développement des ENR 8 3. Le recul de la production thermique fossile 9 4. La baisse des émissions

Plus en détail