CONDITIONS GENERALES DE CERTIFICATION PHYTO DES ENTEPRISES DISTRIBUANT, CONSEILLANT, APPLIQUANT DES PRODUITS PHYTOPHARMACEUTIQUES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONDITIONS GENERALES DE CERTIFICATION PHYTO DES ENTEPRISES DISTRIBUANT, CONSEILLANT, APPLIQUANT DES PRODUITS PHYTOPHARMACEUTIQUES"

Transcription

1 Page 1/5 CONDITIONS GENERALES DE DES ENTEPRISES DISTRIBUANT, CONSEILLANT, APPLIQUANT DES PRODUITS PHYTOPHARMACEUTIQUES Siège Social : Domaine d activité : AGROCERT 6 rue Georges Bizet, MARMANDE Tél. : Fax : Organisme certificateur de produits agricoles et alimentaires et de services Contacts : Président du Conseil d Administration : Président du Comité de certification : Responsable de la certification Suppléante de certification Jean Marc GUILLOU Dominique GUIRAUD Olivier de MARCILLAC Ariel HARREAU Date rédaction Visa Validation Visa 19/12/14 Responsable certification Olivier de MARCILLAC Le Président du CCPh Dominique GUIRAUD

2 1. La réglementation de la certification PHYTO des entreprises. Page 2/5 Le programme de certification est régulièrement mis à jour, et peut-être communiqué sur simple demande. Il comprend les exigences suivantes : Le décret n du 18/10/2011 fixant les conditions de délivrance de renouvellement, de suspension et de retrait des agréments des entreprises et des certificats individuels pour la mise en vente, la distribution à titre gratuit, l application et le conseil à l utilisation de produits phytopharmaceutiques. L arrêté du 25/11/2011 fixe les modalités de la certification mentionnée au 2 de l article L254-2 du code rural et de la pêche maritime, dénommé arrêté «modalités de certification» et les référentiels de certification prévu à l article R du code rural et de la pêche maritime pour l organisation générale ainsi que pour les activités suivantes : Distribution de produits phytopharmaceutiques à des utilisateurs non professionnels Application en prestation de service de produits phytopharmaceutiques Conseil indépendant de toute activité de vente ou d application Distribution de produits phytopharmaceutiques à des utilisateurs professionnels Le Ministère de l agriculture publie et met à jour des guides pour chacun de ces référentiels Ceux-ci peuvent être téléchargés sur le site internet d Agrocert et sont également disponibles sur simple demande auprès du secrétariat d Agrocert. 2. AGROCERT, Organisme de Certification accrédité et agréé Agrocert est une association à but non lucratif, créée il y a plus de trente ans pour le contrôle et la certification des produits et services agricoles et alimentaires. Agrocert dispose d un système qualité conforme aux exigences des Normes internationales en vigueur : NF EN jusqu en septembre 2015 et NF EN à partir de septembre Agrocert est accrédité par le COFRAC (Comité Français d'accréditation) sous le numéro (Portée communiquée sur simple demande). Agrocert est agréé par les Pouvoirs Publics pour la certification des entreprises distribuant, conseillant et appliquant des produits phytopharmaceutiques. La zone d activité d Agrocert comprend actuellement les régions Aquitaine et Midi-Pyrénées et les départements limitrophes à ces deux régions. Agrocert dispose d un personnel compétent, composé d ingénieurs et de techniciens agricoles, formés aux techniques d audit et à la réglementation afférente à la distribution, au conseil et à l application en prestation de service de produits phytopharmaceutiques. L exécution de l audit et de la certification est placée sous la surveillance du Comité de Certification Phyto. Ce comité indépendant est composé de 9 personnes bénévoles, intéressées par la certification Phytosanitaire et réparties en 3 collèges : Fournisseurs de services, Consommateurs/utilisateurs et Personnalités qualifiées Les membres de ce Comité sont des personnes extérieures qui se sont engagées à respecter indépendance et confidentialité vis-à-vis des activités d Agrocert et des informations contenues dans les dossiers qui leur sont présentés de façon anonyme. Le Comité de Certification se réunit régulièrement pour effectuer, suivre et améliorer le travail de certification. Son avis porte notamment sur l élaboration et l application des procédures, la compétence du personnel, la réalisation des plans de contrôle, le traitement des écarts à la réglementation, le traitement des réclamations Les étapes de la certification Depuis le premier contact jusqu'à la délivrance de la certification, les étapes sont les suivantes : a) Questionnaire de pré-enquête puis demande de certification. Dans un premier temps, le demandeur remplit un questionnaire de pré-enquête fourni par Agrocert. A l aide de ce questionnaire, le demandeur décrit l organisation générale de l entreprise, ainsi que la ou les activités pour lesquelles la certification pourrait être demandée Après en avoir pris connaissance, Agrocert transmet un dossier qui comprend : Les conditions générales de certification Les bases de tarification et un devis Le modèle de contrat Le programme de certification en vigueur Les référentiels le concernant qui sont inclus dans le programme de certification peuvent être consultés ou téléchargés sur le site d Agrocert

3 Page 3/5 b) Engagement des parties. Toute entreprise s engageant à respecter les éléments de son contrat avec Agrocert a droit au service d audit et de certification d Agrocert. Le signataire s engage à respecter le programme de certification et accepte à partir de cette date, les audits et frais de contrôle et de certification. Le dossier de demande de certification, est examiné par le responsable de certification d Agrocert qui est tenu de respecter le secret professionnel concernant les informations à caractère confidentiel dont il pourrait avoir connaissance lors des opérations d audit et de certification. c) Avis favorable Lors de la réception de ces documents, et après réalisation de la revue de contrat, un numéro de dossier est attribué à l entreprise. Un exemplaire du contrat signé est renvoyé. Dans un premier temps il sera demandé à l entreprise de transmettre par courrier les éléments permettant de vérifier la conformité aux exigences citées par l article 4 de l arrêté du 25 novembre 2011 pour quelques points du référentiel d organisation générale et du référentiel qui concerne son activité de prestation de services. Après vérification, un courrier d avis favorable est ensuite transmis par Agrocert à l entreprise, il lui servira pour demander un agrément provisoire délivré après instruction par les services compétents de la DRAAF. d) Évaluation sur site Une évaluation sur site sera ensuite planifiée avant six mois. L auditeur mandaté par le responsable de certification vérifie le respect par l'entreprise des exigences définies par l'arrêté du 25 novembre 2011 relatif aux référentiels de certification. L évaluation porte sur le référentiel «organisation générale» de l entreprise ainsi que sur le ou les référentiels d activité pour lequel la certification est demandée. Les guides de lecture du référentiel publiés au Bulletin Officiel du Ministère de l Agriculture, de l Agroalimentaire et de la Forêt (version en vigueur) précisent les modalités d audit et les niveaux et critères de conformité pour les différents référentiels. L auditeur rédige un rapport d audit contresigné par le représentant de l entreprise : ce rapport d audit reprend les points du référentiel audités, et précise quels sont les éventuels écarts relevés. e) Qualification de l écart Le rapport d audit est remis par l auditeur au Responsable de Certification qui qualifie les éventuels écarts relevés et transmet à l entreprise les fiches de suivi des actions correctives associées. L intitulé des écarts est défini dans le guide de lectures des référentiels cités précédemment. Chaque écart peut être qualifié de mineur, majeur ou critique. Notons que lorsqu'elle est imputable à l'entreprise, l'impossibilité pour l'organisme certificateur de réaliser un audit conformément aux dispositions prévues par le présent arrêté, notamment les refus ou obstacles au contrôle, est considérée comme un écart critique. Le délai pour la levée d un écart critique ne peut excéder un mois, à l issue de ce délai, si les actions correctives ne sont pas mises en œuvre par l entreprise, alors la suspension ou le refus dans le cas d un audit initial est prononcé(e). f) Notification de l écart Chaque écart est notifié par courrier à l opérateur, dans un délai de 15 jours après l audit, en indiquant selon la qualification de l écart quel est le délai maximum pour mettre en œuvre l action corrective permettant de lever l écart. Le droit de recours est indiqué clairement sur le courrier. Une surveillance des délais de mise en conformité est mise en place, le dépassement de ceux-ci se traduisant par une requalification de l écart (voir 4) g) Action corrective Tout constat d écart à la réglementation relevé lors des contrôles sur site ou sur documents doit être suivi par la mise en place d action corrective: l entreprise complète la fiche d action corrective en s engageant à mettre en place des actions, dans un délai donné, pour corriger l écart et éviter que celui-ci ne se reproduise. La réponse doit être étayée. La proposition d action corrective est examinée par le responsable de certification. Son application et son efficacité sont vérifiées selon les cas lors des audits suivants, lors de visites supplémentaires ou lors de vérifications documentaires. h) Enregistrement et suivi des écarts Les fiches d écart sont numérotées, les courriers de notification d écart, les fiches d action correctives et documents correspondants y sont joints. Ces documents sont conservés dans le dossier de l entreprise concernée.

4 Page 4/5 i) Certification Le dossier est présenté au Comité de Certification qui émet un avis : s il est favorable, un premier certificat est édité. L entreprise devra en transmettre une copie à la DRAAF pour demander la confirmation de son agrément. Notons qu en cas d écart majeur ou critique relevé lors de l audit initial, le dossier ne sera présenté au Comité de Certification qu après avoir pris connaissance des actions correctives proposées, et des éléments de preuve associés. L absence de réponse adaptée au-delà de six après l audit, entrainera la résiliation de la convention. 4) Surveillance Après délivrance du premier certificat, des audits dits «de surveillance» sont planifiés : leur fréquence minimale est fixée par arrêté. Le cycle de certification est ainsi composé : a) d'une phase initiale d'une durée de 3 ans maximum à compter de la délivrance de la certification, comprenant 1 audit de suivi intermédiaire, et b) d'une phase de renouvellement d'une durée de 6 ans maximum à compter de la date du renouvellement de la certification, comprenant 2 audits de suivi bisannuels. Notons qu en cas de refus ou de retrait de certification, l'entreprise demandant à nouveau la certification débute son cycle de certification par la phase initiale. Tout changement dans l'entreprise ou ses établissements susceptible de modifier les conditions au vu desquelles la certification d'entreprise a été accordée doit être communiqué à Agrocert dans un délai de 15 jours. Des audits supplémentaires peuvent être programmés en cas de surveillance de mise en place d actions correctives, de plaintes ou de modifications dans l entreprise. Notons que les délais pour lever les écarts obéissent à des règles strictes : Un écart mineur doit être levé de façon documentaire ou au plus tard sur site lors de l audit suivant. Un écart non levé lors de l audit suivant est requalifié en écart majeur. Un écart majeur doit être levé dans un délai maximal de 30 jours à compter de la date de notification du manquement. La levée des écarts majeurs peut être documentaire ou sur site selon la nature des actions correctives à conduire. Un écart majeur qui n est pas levé sous 30 jours est requalifié en écart critique. En cas d écart critique, l entreprise dispose d un délai maximum d un mois pour la mise en conformité faute de quoi le retrait de la certification est prononcé. 5 Extension L entreprise peut demander à tout moment une extension de sa certification pour des sites additionnels (extension de périmètre), en cas de nouvelle activité (extension du champ). Une évaluation complémentaire sur site sera nécessaire, le processus d examen est le même que pour une accréditation initiale. Ces audits d extension peuvent intervenir à tout moment du cycle sans le modifier. 6 Suspension, résiliation La suspension ou la résiliation peut être consécutive à la demande de l entreprise, à sa cessation d activité, au non paiement des frais de contrôle ou à une décision prise à la suite d un audit (écart critique). L organisme certificateur notifie au préfet de région dans un délai maximal de quinze jours toute suspension ou retrait de la certification délivrée à une entreprise. L entreprise peut demander à nouveau la certification : elle débute alors son cycle de certification par un audit initial. 7 Transfert Le transfert d une certification entre organismes certificateurs est possible. Si l entreprise fait la demande d un transfert vers un autre organisme certificateur, Agrocert transmet un dossier avec copie de certificat, dernier rapport d audit et état des écarts non soldés et réalise les démarches pour la résiliation de contrat dans un délai de trente jours. Dans le cas d un transfert en provenance d un autre organisme certificateur, Agrocert vérifie que les activités certifiées entrent dans le cadre de la portée de son accréditation et que l entreprise souhaitant transférer la certification possède une certification conforme au dispositif en vigueur. Agrocert prend connaissance des documents transmis sous un délai de 15 jours par le précédent organisme certificateur (copie du certificat, dernier rapport d audit, dossier avec les écarts non soldés). Agrocert examine l état des écarts en suspens, les derniers rapports d audit, les réclamations reçues et les actions correctives mise en œuvre. Il prend alors la décision concernant le transfert de la certification dans un délai de

5 Page 5/5 30 jours. Une certification en cours de suspension peut être acceptée, les écarts devant dans ce cas être résolus par l organisme certificateur récepteur avant la levée de la suspension. 8 Recours. En cas de contestation d une décision documentée, l entreprise peut engager un recours (appel) qui sera présenté à une instance distincte de celle qui est à l origine de la décision. La procédure de traitement des plaintes et appels peut être communiquée sur simple demande. 9 Réclamations. L entreprise dont les services sont certifiés doit : a) conserver un enregistrement de toute plainte portée à sa connaissance à propos de la conformité d un produit aux exigences de la norme pertinente et mettre les dossiers en question à la disposition de l organisme de certification sur demande; b) prendre des mesures appropriées à la suite de telles plaintes ou concernant toute défectuosité constatée dans un produit ou un service qui aurait une incidence sur sa conformité aux exigences de la certification; c) documenter les mesures qui ont été prises. La prise en compte de cette exigence est vérifiée à chaque audit. Les réclamations en provenance d entreprises certifiées qui concernent le fonctionnement d Agrocert sont traitées par le responsable qualité, elles peuvent être, après enquête, suivies de mise en place d actions correctives, et font l objet d un enregistrement. Le comité peut à l inverse recevoir des réclamations(plaintes) en provenance de tiers concernant les entreprises certifiées. Ces plaintes font l objet d une enquête auprès de l entreprise concernée, ainsi que d une réponse et d un enregistrement. 10 Informations. Les entreprises certifiées sont tenues informées des modifications réglementaires qui les concernent et pourraient avoir une incidence sur les conditions de certification. Le site internet d Agrocert est régulièrement mis à jour....

Section 1 : Dispositif de certification

Section 1 : Dispositif de certification 1 sur 5 05/12/2011 10:30 JORF n 0279 du 2 décembre 2011 page 20418 texte n 56 ARRETE Arrêté du 25 novembre 2011 fixant les modalités de la certification mentionnée au 2 de l'article L. 254-2 du code rural

Plus en détail

CERTIBAT 30 rue Gabriel Péri 92707 COLOMBES Cedex Téléphone : 01 41 32 21 42 Télécopie : 01 47 85 99 17

CERTIBAT 30 rue Gabriel Péri 92707 COLOMBES Cedex Téléphone : 01 41 32 21 42 Télécopie : 01 47 85 99 17 1 - GÉNÉRALITÉS 1.1 CERTIBAT est un organisme de certification dans le domaine de la construction. Il a la fiabilité et la compétence nécessaires qui lui permettent de certifier les systèmes de management.

Plus en détail

Le processus de certification GOTS Global organic Textile Standard

Le processus de certification GOTS Global organic Textile Standard Le processus de certification GOTS Global organic Textile Standard Référentiel en vigueur disponible sur http://www.global-standard.org ou transmis sur simple demande. 1 Sommaire 1/ Référentiel GOTS International

Plus en détail

CERTIFICATION CERTIPHYTO

CERTIFICATION CERTIPHYTO CONDITIONS GENERALES DE CERTIFICATION MONOSITE Indice 2 Page 1/12 «Distribution de produits phytopharmaceutiques, Application en prestation de service de produits phytopharmaceutiques, Conseil à l utilisation

Plus en détail

RÈGLES DE CERTIFICATION

RÈGLES DE CERTIFICATION Revu par : Valide pour : Révision : No. : Estelle MAILLER DNV GL Business Assurance France 19 PSY03 Approuvé par : Date : Replace : Pages : Antoine Thomassin 2015-10-07 18 1 sur 8 RÈGLES DE CERTIFICATION

Plus en détail

Protocole de vérification de conformité de la norme Afnor NF V 25-112 MAJ : 08/09/10

Protocole de vérification de conformité de la norme Afnor NF V 25-112 MAJ : 08/09/10 Protocole de vérification de conformité Norme Afnor NF V 25-112 - Bonnes pratiques d'évaluation des caractéristiques d'un lot de pommes de terre destiné au marché du frais Sommaire Page 1 DOMAINE D'APPLICATION...5

Plus en détail

CERTIFICATION CERTIPHYTO

CERTIFICATION CERTIPHYTO CONDITIONS GENERALES DE CERTIFICATION MULTISITES Indice 2 Page 1/15 «Distribution de produits phytopharmaceutiques, Application en prestation de service de produits phytopharmaceutiques, Conseil à l utilisation

Plus en détail

NOR: DEVP1238562A. Version consolidée au 2 juillet 2014

NOR: DEVP1238562A. Version consolidée au 2 juillet 2014 Le 2 juillet 2014 Arrêté du 19 février 2013 encadrant la certification des prestataires en géoréférencement et en détection des réseaux et mettant à jour des fonctionnalités du téléservice «reseaux-et-canalisations.gouv.fr»

Plus en détail

PROCESSUS DE CERTIFICATION DE SYSTÈME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE & DE L ENVIRONNEMENT ISO 9001 & ISO 14001

PROCESSUS DE CERTIFICATION DE SYSTÈME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE & DE L ENVIRONNEMENT ISO 9001 & ISO 14001 PROCESSUS DE CERTIFICATION DE SYSTÈME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE & DE L ENVIRONNEMENT ISO 9001 & ISO 14001 CONTROL UNION INSPECTIONS FRANCE 16 rue Pierre Brossolette 76600 Le Havre Tel : 02 35 42 77 22

Plus en détail

PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION

PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF ALUMINIUM MENAGER PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION SOMMAIRE 4.1. Processus de surveillance des produits certifiés 4.2.

Plus en détail

PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION

PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF SECURITE FEU TUBES ET RACCORDS PVC PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION SOMMAIRE 4.1. Processus de surveillance des produits

Plus en détail

Eléments d'explications concernant l'entrée en vigueur. de la nouvelle norme NF EN ISO/CEI 17065

Eléments d'explications concernant l'entrée en vigueur. de la nouvelle norme NF EN ISO/CEI 17065 1 Montreuil-sous-Bois, le 27 août 2014 Eléments d'explications concernant l'entrée en vigueur de la nouvelle norme NF EN ISO/CEI 17065 1 Comment fonctionne actuellement le dispositif en matière de contrôles

Plus en détail

Convention entre l auditeur agréé et Offices de Tourisme de France

Convention entre l auditeur agréé et Offices de Tourisme de France Convention entre l auditeur agréé et Offices de Tourisme de France Tout Office de Tourisme souhaitant obtenir ou renouveler la marque QUALITE TOURISME doit faire l objet d un audit réalisé par un auditeur

Plus en détail

NOR : La ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, la ministre du logement et de l égalité des territoires

NOR : La ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, la ministre du logement et de l égalité des territoires RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l égalité des territoires et du logement Ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie ARRÊTÉ du XXX relatifs aux critères de qualifications requis

Plus en détail

Règlement de certification des prestataires en localisation des réseaux et Comité de pilotage de la certification

Règlement de certification des prestataires en localisation des réseaux et Comité de pilotage de la certification Règlement de certification des prestataires en localisation des réseaux et Comité de pilotage de la certification 1. Objet Le présent document définit les règles d instruction des demandes faites par des

Plus en détail

Document Diffusé : Personnel de Saint honoré Audit Demandeur de certification Examinateurs

Document Diffusé : Personnel de Saint honoré Audit Demandeur de certification Examinateurs PCP- SMQ- 003 03/09/2012 V5 Page 1 sur 11 Document Diffusé : Personnel de Saint honoré Audit Demandeur de certification Examinateurs Version Rév Date Rédigée Vérifiée Approuvée V5 Ajout des conditions

Plus en détail

Procédure de fonctionnement de la marque QUALITE TOURISME TM via le Référentiel Qualité Offices de Tourisme de France

Procédure de fonctionnement de la marque QUALITE TOURISME TM via le Référentiel Qualité Offices de Tourisme de France Procédure de fonctionnement de la marque QUALITE TOURISME TM via le Référentiel Qualité Offices de Tourisme de France Offices de Tourisme de France a délégation du Ministère pour l attribution de la marque

Plus en détail

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION Fluides Frigorigènes

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION Fluides Frigorigènes RÈGLEMENT DE CERTIFICATION Fluides Frigorigènes Tél. : 01 41 98 09 49 - Fax : 01 34 29 67 67 fluides-frigorigenes@socotec.com Sommaire Introduction A. Processus de délivrance de l attestation 1. Demande

Plus en détail

Accréditation des Bureaux d enregistrement

Accréditation des Bureaux d enregistrement 1 Accréditation des Bureaux d enregistrement Guide Pratique 2 Table des matières I. Préambule... 3 II. La procédure d accréditation... 3 A. Demande d accréditation... 3 B. Examen du dossier... 4 1. Analyse

Plus en détail

PROCESSUS DE CONTROLE REFERENTIEL INTRANTS UTILISABLES EN AB PROCESSUS DE CONTRÔLE. Contrôle d intrants utilisables en Agriculture Biologique

PROCESSUS DE CONTROLE REFERENTIEL INTRANTS UTILISABLES EN AB PROCESSUS DE CONTRÔLE. Contrôle d intrants utilisables en Agriculture Biologique Page: 1/6 PROCESSUS DE CONTRÔLE Contrôle d intrants utilisables en Agriculture Biologique 1. LES ETAPES DU CONTROLE 2. LEXIQUE 3. MODE DE TRAITEMENT DES ECARTS Page: 2/6 1/ LES ETAPES DU CONTRÔLE 1 - DEMANDE

Plus en détail

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI EXIGENCES SPECIFIQUES POUR LA CERTIFICATION AQAP 2110, AQAP 2120 ou AQAP 2130 CERT CEPE REF 14 Révision 00 Décembre 2010 Section «Certifications» SOMMAIRE 1. OBJET DU DOCUMENT 3 2. DOCUMENTS DE REFERENCE

Plus en détail

L Etablissement de Crédit...ci-après désigné par «L Etablissement de crédit». Et Monsieur, ci-après désigné par «Le Médiateur» D autre part,

L Etablissement de Crédit...ci-après désigné par «L Etablissement de crédit». Et Monsieur, ci-après désigné par «Le Médiateur» D autre part, CONVENTION TYPE DE MEDIATION BANCAIRE (Service Commun de Médiation Bancaire) Entre les soussignés : L Etablissement de Crédit...ci-après désigné par «L Etablissement de crédit». D une part, Et Monsieur,

Plus en détail

MODALITES DE COOPERATION ENTRE BELAC ET LES ORGANISMES ACCREDITES

MODALITES DE COOPERATION ENTRE BELAC ET LES ORGANISMES ACCREDITES BELAC 3-06 Rev 4-2012 MODALITES DE COOPERATION ENTRE BELAC ET LES ORGANISMES ACCREDITES Les versions des documents du système de management de BELAC telles que disponibles sur le site internet de BELAC

Plus en détail

REGLEMENT D APPLICATION N 07 2003 LA COMMISSION DE REGULATION DU SECTEUR DE L ELECTRICITE,

REGLEMENT D APPLICATION N 07 2003 LA COMMISSION DE REGULATION DU SECTEUR DE L ELECTRICITE, REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un But Une Foi Commission de Régulation du Secteur de l Electricité REGLEMENT D APPLICATION N 07 2003 Relatif à la soumission et à la gestion des informations LA COMMISSION

Plus en détail

Demande de prise en charge d un congé

Demande de prise en charge d un congé Demande de prise en charge d un congé C D I À COMPLÉTER PAR LE DEMANDEUR Nom CADRE RÉSERVÉ À L AGECIF CAMA Prénom Date de réception Tél. port. Tél. prof. Numéro de dossier E-mail Adresse Code Postal Ville

Plus en détail

Le comité de gestion de Rhône Alpes Bois Bûche

Le comité de gestion de Rhône Alpes Bois Bûche Règlement intérieur de gestion de la marque «Rhône Alpes Bois Bûche : des entreprises rhônalpines qui s engagent» (à usage interne pour le comité de gestion régional et pour les ayants droit) I. Introduction

Plus en détail

SCHEMA VOLONTAIRE 2BSvs SYSTEME DE VERIFICATION

SCHEMA VOLONTAIRE 2BSvs SYSTEME DE VERIFICATION SCHEMA VOLONTAIRE 2BSvs SYSTEME DE VERIFICATION Note sur le statut de ce document Ce document de référence est une partie intégrante du schéma volontaire 2BSvs développé par le Consortium avec l appui

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE La médiation bancaire est régie par le Code de la consommation (en particulier les articles L. 151-1 à L. 157-2) et le Code monétaire

Plus en détail

Validation des acquis de l expérience Prestation d accompagnement des salariés CAHIER DES CHARGES

Validation des acquis de l expérience Prestation d accompagnement des salariés CAHIER DES CHARGES Validation des acquis de l expérience Prestation d accompagnement des salariés CAHIER DES CHARGES Fongecif Bretagne / Cahier des charges VAE page 1 /9 Mise à jour mai 2015 Préambule Le Fongecif Bretagne

Plus en détail

Projet d arrêté ministériel du relatif à la formation professionnelle en matière d agriculture

Projet d arrêté ministériel du relatif à la formation professionnelle en matière d agriculture Projet d arrêté ministériel du relatif à la formation professionnelle en matière d agriculture Le Ministre de l Agriculture, Vu le règlement (UE) n 1303/2013 du Parlement européen et du Conseil du 17 décembre

Plus en détail

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI REGLES GENERALES POUR LA GESTION DES EVALUATEURS ET EXPERTS GEN EVAL REF 01 Révision 03 SOMMAIRE 1 OBJET DU DOCUMENT... 3 2 REFERENCES ET DEFINITIONS... 3 3 DOMAINE D APPLICATION... 5 4 MODALITES D APPLICATION...

Plus en détail

SURVEILLANCE DE LA CERTIFICATION

SURVEILLANCE DE LA CERTIFICATION SURVEILLANCE DE LA CERTIFICATION Référence : pro304-c Etat : applicable Version : 14 OBJET ET DOMAINE D APPLICATION Cette procédure décrit le déroulement des opérations règlementaire de surveillance des

Plus en détail

CLASSEMENT DES HEBERGEMENTS TOURISTIQUES. CONDITIONS DE LA PRESTATION v3

CLASSEMENT DES HEBERGEMENTS TOURISTIQUES. CONDITIONS DE LA PRESTATION v3 CLASSEMENT DES HEBERGEMENTS TOURISTIQUES CONDITIONS DE LA PRESTATION v3 2 Madame, Monsieur, La réforme du classement des hébergements touristiques marchands concerne tous les types d hébergements touristiques.

Plus en détail

Plan Qualité Référentiel Référentiel de Qualification Des organismes compétents Foudre Contrôle - Certification

Plan Qualité Référentiel Référentiel de Qualification Des organismes compétents Foudre Contrôle - Certification Sommaire Page 1/14 1 Objet 2 Domaine d application 3 Equipements et/ou documents associés 4 Définitions et abréviations 4-1 Définitions 4-2 Abréviations 5 Principales modifications 6 Contenu 6-1 Exigences

Plus en détail

CONVENTION D INVESTISSEMENT PROGRAMME DES IMMIGRANTS INVESTISSEURS

CONVENTION D INVESTISSEMENT PROGRAMME DES IMMIGRANTS INVESTISSEURS CONVENTION D INVESTISSEMENT PROGRAMME DES IMMIGRANTS INVESTISSEURS Convention d investissement entre Nom : Nom à la naissance : Prénom : Date de naissance : Adresse permanente : Adresse de correspondance

Plus en détail

PRÉSENTATION. Chapitre 1: DÉFINITIONS. Chapitre 2 : DISPOSITIONS GÉNÉRALES. 2.1 Objet du règlement d attribution

PRÉSENTATION. Chapitre 1: DÉFINITIONS. Chapitre 2 : DISPOSITIONS GÉNÉRALES. 2.1 Objet du règlement d attribution PRÉSENTATION Promotelec Services est un organisme certificateur c est-à-dire un organisme indépendant des parties en cause qui donne une assurance écrite qu un produit apparaît conforme aux exigences spécifiées

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMÉRIQUE Ordonnance n o 2015-1033 du 20 août 2015 relative au règlement extrajudiciaire des litiges de consommation

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR PREVU PAR LES STATUTS DE L ASSOCIATION ANIMATION EMPLOI 14

REGLEMENT INTERIEUR PREVU PAR LES STATUTS DE L ASSOCIATION ANIMATION EMPLOI 14 REGLEMENT INTERIEUR PREVU PAR LES STATUTS DE L ASSOCIATION ANIMATION EMPLOI 14 PREAMBULE L association Animation Emploi 14 propose des actions d accompagnement en direction de ses membres actifs, dans

Plus en détail

AVENANT N 18 DU 13 MAI 2014

AVENANT N 18 DU 13 MAI 2014 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3348 Convention collective nationale IDCC : 2666. CONSEILS D ARCHITECTURE, D URBANISME ET DE L ENVIRONNEMENT AVENANT

Plus en détail

Charte des engagements entre la ville et le bénéficiaire de la «Bourse * au Permis de Conduire

Charte des engagements entre la ville et le bénéficiaire de la «Bourse * au Permis de Conduire + R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E Ville de La Turbie Avenue de la Victoire 06320 La Turbie 04 92 41 51 61 04 93 41 13 99 Internet : www.ville-la-turbie.fr e-mail : accueil@ville-la-turbie.fr Charte

Plus en détail

Règlement intérieur du CHSCT. de l Université d Aix-Marseille du 11-03-2015

Règlement intérieur du CHSCT. de l Université d Aix-Marseille du 11-03-2015 Conformément à l article 51 du décret 82-453 du 28 mai 1982 modifié relatif à l hygiène et la sécurité au travail ainsi qu à la prévention médicale de la fonction publique, le CHSCT de l Université d Aix

Plus en détail

Mise à jour le 15.04.15 BILAN DE COMPETENCES DES SALARIES CAHIER DES CHARGES

Mise à jour le 15.04.15 BILAN DE COMPETENCES DES SALARIES CAHIER DES CHARGES Mise à jour le 15.04.15 BILAN DE COMPETENCES DES SALARIES CAHIER DES CHARGES Pour l inscription sur la liste de l année 2016 Préambule Le Fongecif Rhône-Alpes propose aux salariés relevant de son champ

Plus en détail

Référentiel de certification pour la marque. Dalles de voirie & toitures en béton

Référentiel de certification pour la marque. Dalles de voirie & toitures en béton N d identification : NF 187 N de révision (Partie 6) : 11 Date de mise en application : janvier 2015 Référentiel de certification pour la marque Dalles de voirie & toitures en béton PARTIE 6 TARIF 2015

Plus en détail

Outil d évaluation des risques professionnels

Outil d évaluation des risques professionnels 147, rue de l Université 75338 PARIS CEDEX 07 REGLEMENT DE CONSULTATION Outil d évaluation des risques professionnels Administration contractante (pouvoir adjudicateur): INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE

Plus en détail

Règlement de certification

Règlement de certification Règlement de certification Inspecteurs des systèmes de climatisation et des pompes à chaleur réversibles ISC_DOC_015 V2.0 TABLE DES MATIERES 1. Introduction... 3 2. Domaines de certification... 4 3. Certification,

Plus en détail

SOMMAIRE 1. INTRODUCTION...2 2. OBJET...2 3. TEXTES DE RÉFÉRENCE...2

SOMMAIRE 1. INTRODUCTION...2 2. OBJET...2 3. TEXTES DE RÉFÉRENCE...2 SOMMAIRE 1. INTRODUCTION...2 2. OBJET...2 3. TEXTES DE RÉFÉRENCE...2 4. RÈGLES GÉNÉRALES DE FONCTIONNEMENT...4 4.1. GÉNÉRALITÉS...4 4.2. RÉPARTITION DES RÔLES...4 4.3. IMPARTIALITÉ...4 5. POLITIQUE D AGRÉMENT...5

Plus en détail

Le traitement par l ARCEP des réclamations des utilisateurs des services postaux

Le traitement par l ARCEP des réclamations des utilisateurs des services postaux Juillet 2013 Le traitement par l ARCEP des réclamations des utilisateurs des services postaux Le cadre juridique et les modalités de traitement des réclamations 1 Introduction Aux termes de l article L.

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST La médiation bancaire est régie par le Code de la consommation (en particulier les articles L. 151-1 à L. 157-2) et le Code monétaire et financier

Plus en détail

Procédure d'audits Internes du BANT

Procédure d'audits Internes du BANT Page 2 de 9 Index 1 OBJET... 3 2 DOMAINE D'APPLICATION... 3 3 REFERENCES... 3 4 DEFINITIONS... 3 5 RESPONSABILITES... 3 5.1 CELLULE D'AUDIT QUALITE INTERNE (AQI)... 3 6 EQUIPE D'ENQUETE... 4 6.1 RESPONSABLE

Plus en détail

BÂTIPERMÉA PROMOTELEC SERVICES

BÂTIPERMÉA PROMOTELEC SERVICES BÂTIPERMÉA PROMOTELEC SERVICES Référentiel Démarche qualité Étanchéité à l air du bâti en maison individuelle Version 2 Applicable au 01/07/2015 Introduction Promotelec Services est un organisme certificateur

Plus en détail

Règlement des sanctions SwissGAP Fruits, légumes et pommes de terre

Règlement des sanctions SwissGAP Fruits, légumes et pommes de terre SwissGAP Fruits, légumes et pommes de terre Table des matières 1 Principes et responsabilités... 2 2 Domaine d application... 2 3 Types de sanctions... 2 4 Procédure en cas de non-respect des exigences

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION

REGLEMENT DE LA CONSULTATION COMMUNE DE PETITE-FORET REGLEMENT DE LA CONSULTATION Fournitures de bureau, articles de loisirs créatifs, papiers et enveloppes MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE Date et heure limite de réception des offres :

Plus en détail

Guide d information Ecocert Canada

Guide d information Ecocert Canada Guide d information Ecocert Canada Mise à jour 2012 71, rue St-Onésime, Lévis (Qc) G6V 5Z4 Canada Tél. : 418-838-6941 Fax : 418-838-9823 Courriel: office.canada@ecocert.com Ecocert Canada est une marque

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ D AUDIT

MANDAT DU COMITÉ D AUDIT MANDAT DU COMITÉ D AUDIT Le comité d audit (le «Comité») est responsable auprès du conseil d administration (le «Conseil») des politiques et pratiques relatives à l intégrité des déclarations financières

Plus en détail

Certified Project Management Associate IPMA Level D

Certified Project Management Associate IPMA Level D Level D Certified Project Management Associate Rédaction/Révision Contrôle Classification Version Classement électronique Secrétariat VZPM, Martha Muntwiler Direction VZPM VZPM, public Version 6.3.0 Released

Plus en détail

Exemple de statuts pour la constitution d une association à but non lucratif, régie par la loi du 1er Juillet 1901

Exemple de statuts pour la constitution d une association à but non lucratif, régie par la loi du 1er Juillet 1901 Exemple de statuts pour la constitution d une association à but non lucratif, régie par la loi du 1er Juillet 1901 proposé par la Fédération Française d Airsoft version 1.0 du 14 décembre 2015 Licence

Plus en détail

Identification EXP RPACO ASRC 09.0063. Page 2/8. Rév. Révisions. Ind. Date Modifications. A Mars 2009 Document initial

Identification EXP RPACO ASRC 09.0063. Page 2/8. Rév. Révisions. Ind. Date Modifications. A Mars 2009 Document initial Identification EXP RPACO ASRC 09.0063 Page 2/8 Rév. A ANDRA.001.F - page 2/2 Révisions Ind. Date Modifications A Mars 2009 Document initial ANDRA.001.F - page 2/2 4/10 SOMMAIRE 1 OBJET DE L APPEL D OFFRES...

Plus en détail

Congé de Bilan de compétences CDI ou CDD

Congé de Bilan de compétences CDI ou CDD Demande de prise en charge CDI ou CDD Démarches à entreprendre 1 Pour un congé de bilan de compétences à effectuer pendant le CDI ou le CDD et pendant le temps de travail*, le salarié formule une demande

Plus en détail

TITRE I - Principes généraux (adhésion démission- radiation) TITRE II - Obligations réciproques de l AGEMETRA et de ses adhérents

TITRE I - Principes généraux (adhésion démission- radiation) TITRE II - Obligations réciproques de l AGEMETRA et de ses adhérents RÈGLEMENT INTÉRIEUR DES ADHÉRENTS (DECISION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU 6 DECEMBRE 2012) Préambule Le présent règlement est établi en application de l article 14 des statuts. Il complète ce dernier

Plus en détail

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés EA-7/05 Guide EA pour l application de la norme ISO/CEI 17021:2006 pour les audits combinés Référence de la publication Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits

Plus en détail

Sont exclus de la procédure de médiation auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE :

Sont exclus de la procédure de médiation auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE : CHARTE DE LA MEDIATION auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE CLIENTELE DES PARTICULIERS Mai 2016 La charte de la médiation du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE est rédigée conformément à la législation

Plus en détail

Ce document présente les principales caractéristiques de la VAE au sein d Itecom Art Design pour l'obtention du titre Infographiste Multimedia.

Ce document présente les principales caractéristiques de la VAE au sein d Itecom Art Design pour l'obtention du titre Infographiste Multimedia. établissement privé d enseignement professionnel Présentation de la procédure de Validation des Acquis de l Expérience (VAE) pour l obtention du titre Infographiste Multimedia auprès de Itecom Art Design

Plus en détail

Coefficient 3 Épreuve écrite et orale : durée 2h15 ou contrôle en cours de formation

Coefficient 3 Épreuve écrite et orale : durée 2h15 ou contrôle en cours de formation Deuxième partie : un travail personnel écrit noté sur 7 points Ce travail permet d évaluer la maîtrise de quelques compétences du programme à travers la rédaction d un document de 2 pages maximum par le

Plus en détail

LCIE C 00-196 Février 2009

LCIE C 00-196 Février 2009 LCIE C 00-196 Février 2009 CERTIFICATION de SYSTEME de MANAGEMENT de la QUALITE en conformité avec la norme ISO 9001 REGLES DE CERTIFICATION Edition n 6 Approuvé par le Directeur Général du LCIE, le 25/02/2009

Plus en détail

Retrait d enfants placés

Retrait d enfants placés Page 1 de 10 Retrait d enfants placés Cette section contient les normes et les principes directeurs provinciaux qui régissent le retrait d un enfant du foyer nourricier où il a été placé. Elle s applique

Plus en détail

REGLEMENT DE RECONNAISSANCE TIERCE PARTIE DU RESPECT DU CAHIER DES CHARGES QUALIMAT TRANSPORT

REGLEMENT DE RECONNAISSANCE TIERCE PARTIE DU RESPECT DU CAHIER DES CHARGES QUALIMAT TRANSPORT REGLEMENT DE RECONNAISSANCE TIERCE PARTIE DU RESPECT DU CAHIER DES CHARGES QUALIMAT TRANSPORT Version 1 publication : 01/03/2014 application : 02/05/2014 Association Qualimat - www.qualimat.org Page 1

Plus en détail

FICHE D'IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE I - OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDÉE

FICHE D'IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE I - OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDÉE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 92 11 89 0101 (1) FICHE D'IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE TITRE DE LA QUALIFICATION : Technicien de la qualité I - OBJECTIF

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL

REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL Article 1 er - Le présent règlement intérieur a pour objet de fixer, dans le cadre des lois et règlements en vigueur, les

Plus en détail

Modalité d application de marquage CE Art 43 règlement UE n 305/2011

Modalité d application de marquage CE Art 43 règlement UE n 305/2011 Modalité d application de marquage CE Art 43 règlement UE n 305/2011 1. OBJET ET DOMAINE D APPLICATION...ERREUR! SIGNET NON DEFINI. 2. ORGANISMES INTERVENANT DANS LE PROCESSUS... 3 3. MARCHE A SUIVRE POUR

Plus en détail

NIMP n 7 SYSTÈME DE CERTIFICATION À L'EXPORTATION (1997)

NIMP n 7 SYSTÈME DE CERTIFICATION À L'EXPORTATION (1997) NIMP n 7 NORMES INTERNATIONALES POUR LES MESURES PHYTOSANITAIRES NIMP n 7 SYSTÈME DE CERTIFICATION À L'EXPORTATION (1997) Produit par le Secrétariat de la Convention internationale pour la protection des

Plus en détail

Texte adopté par l Assemblée nationale. Texte adopté par le Sénat - 26 - «Art. L. 124-2. L établissement d enseignement est chargé :

Texte adopté par l Assemblée nationale. Texte adopté par le Sénat - 26 - «Art. L. 124-2. L établissement d enseignement est chargé : - 25 - TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi tendant au développement, à l encadrement des stages et à l amélioration du statut des stagiaires Article 1 er Proposition de loi tendant au développement,

Plus en détail

Marché ADTO 15-244 Audit énergétique de la piscine Sports et Loisirs de la Plaine d'estrées. Avis d Appel Public à la Concurrence

Marché ADTO 15-244 Audit énergétique de la piscine Sports et Loisirs de la Plaine d'estrées. Avis d Appel Public à la Concurrence Marché ADTO 15-244 Audit énergétique de la piscine Sports et Loisirs de la Plaine d'estrées Avis d Appel Public à la Concurrence 1. Nom et adresse de l organisme acheteur : Communauté de Communes de la

Plus en détail

Article 1 - Conditions d accès au financement

Article 1 - Conditions d accès au financement Article 1 - Conditions d accès au financement Avant toute demande de prise en charge d une action de formation, l entreprise ou le demandeur doit répondre par l affirmative aux 3 questions suivantes. Dans

Plus en détail

Convention fixant les modalités de prise en charge et le tarif journalier d accueil de mineurs au sein de l établissement déclaré "Les Grandes Hières"

Convention fixant les modalités de prise en charge et le tarif journalier d accueil de mineurs au sein de l établissement déclaré Les Grandes Hières Convention fixant les modalités de prise en charge et le tarif journalier d accueil de mineurs au sein de l établissement déclaré "Les Grandes Hières" Entre d'une part, le Département des Vosges, 8 rue

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE ET PROTHESE SOUS TRAITEE A L ETRANGER

SECURITE SANITAIRE ET PROTHESE SOUS TRAITEE A L ETRANGER SECURITE SANITAIRE ET PROTHESE SOUS TRAITEE A L ETRANGER Ce dossier a pour objectif d informer les professionnels de santé prescripteurs sur la sécurité sanitaire associée aux prothèses fabriquées par

Plus en détail

ASSOCIATION DE GESTION AGREEE DES PROFESSIONS LIBERALES DE PROVENCE AGA.PLP

ASSOCIATION DE GESTION AGREEE DES PROFESSIONS LIBERALES DE PROVENCE AGA.PLP ASSOCIATION DE GESTION AGREEE DES PROFESSIONS LIBERALES DE PROVENCE AGA.PLP réglement intérieur mis à jour lors de l Assemblée Générale Extraordinaire du 26 juin 2015 Association déclarée régie par la

Plus en détail

Conseil de la formation du Centre

Conseil de la formation du Centre Conseil de la formation du Centre CONVENTION DE SUBROGATION DE PAIEMENT Entre les soussignés : D une part, Le Conseil de la Formation de la Chambre Régionale de Métiers et de l Artisanat du Centre représenté

Plus en détail

Guide de lecture du référentiel de certification pour l activité de «conseil indépendant de toute activité de vente ou d application»

Guide de lecture du référentiel de certification pour l activité de «conseil indépendant de toute activité de vente ou d application» Guide de lecture du référentiel de certification pour l activité de «conseil indépendant de toute activité de vente ou d application» mentionné à l article 7 de l arrêté du 25 novembre 2011 fixant les

Plus en détail

Procédure d agrément des Centres ou Organismes de Formation aux Travaux Sous Tension

Procédure d agrément des Centres ou Organismes de Formation aux Travaux Sous Tension 1 Procédure d agrément des Centres ou Organismes de Formation aux Travaux Sous Tension 2015-020-CTST-PRO-1 Approbation du 5 juin 2015 Annule et remplace l édition du 3 octobre 2014 2 Sommaire 1. Préambule...

Plus en détail

REGLEMENT DU COMITE D EVALUATION QRB Niveau 1

REGLEMENT DU COMITE D EVALUATION QRB Niveau 1 REGLEMENT DU COMITE D EVALUATION QRB Niveau 1 Le présent règlement décrit les conditions et les modalités, définies par EDF/DPI et le Groupement des Entrepreneurs de Peinture Industrielle (GEPI), d attribution

Plus en détail

Le congé individuel de formation (CIF-CDI)

Le congé individuel de formation (CIF-CDI) 07 Le congé individuel de formation (CIF-CDI) PAGE 1/5 Le CIF est un dispositif de formation mobilisable à l initiative du salarié en CDI ou en CDD qui remplit certaines conditions (ancienneté, délai entre

Plus en détail

2-1-2 Demande en matière de certification La candidature Page 1 sur 5

2-1-2 Demande en matière de certification La candidature Page 1 sur 5 2-1-2 Demande en matière de certification La candidature Page 1 sur 5 PROCEDURE 2-1-2 LA CANDIDATURE 1. Demande de certification : Une demande de certification selon le référentiel ISO 9001, concerne toujours

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION ----------------------- R.C

REGLEMENT DE LA CONSULTATION ----------------------- R.C MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION Préfecture région Bretagne DIRECTION REGIONALE DES AFFAIRES CULTURELLES DE BRETAGNE 6, rue du Chapitre 35044 RENNES CEDEX Tél.99.29.67.67. MARCHES PUBLICS

Plus en détail

Note de présentation du DISPOSITIF D'AIDE AU FINANCEMENT DU PERMIS DE CONDUIRE VOITURE

Note de présentation du DISPOSITIF D'AIDE AU FINANCEMENT DU PERMIS DE CONDUIRE VOITURE Note de présentation du DISPOSITIF D'AIDE AU FINANCEMENT DU PERMIS DE CONDUIRE VOITURE QUI? - Attribution d'une bourse Sont concernés les jeunes colmariens âgés de 17 à 23 ans dont le foyer fiscal n'est

Plus en détail

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification.

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification. DIRECTIVES SUR L ÉLABORATION D ACCORDS D ÉQUIVALENCE RELATIFS AUX SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES IMPORTATIONS ET DES EXPORTATIONS ALIMENTAIRES SECTION 1 CHAMP D APPLICATION CAC/GL 34-1999

Plus en détail

FAQ CFEnet Au Secours! Besoin d Aide? Bordereau de transmission : Que signifie le signe situé à coté des zones à remplir? : CFE correspondant :

FAQ CFEnet Au Secours! Besoin d Aide? Bordereau de transmission : Que signifie le signe situé à coté des zones à remplir? : CFE correspondant : FAQ CFEnet Au Secours! Besoin d Aide? Vous êtes perdu? Pour des questions relatives à votre formalité : type de formalité à accomplir, difficulté de compréhension ou besoin de précision au cours du dialogue

Plus en détail

Pour le compte de l UMIH 75

Pour le compte de l UMIH 75 Groupe HEADLIGHT Réalisation des visites de classement des hôtels de tourisme Pour le compte de l UMIH 75 Siret : 52216801200014 1 1 Préambule Aujourd hui, la loi de modernisation et de développement des

Plus en détail

APPEL d OFFRE AUDIT DU DISPOSITIF CHARTE DES BONNES PRATIQUES D ELEVAGE

APPEL d OFFRE AUDIT DU DISPOSITIF CHARTE DES BONNES PRATIQUES D ELEVAGE Confédération Nationale de l Elevage 149, Rue de Bercy 75 595 PARIS CEDEX 12 Tél. 01.40.04.51.10 Fax. 01.40.04.51.22 c.allo@cne.asso.fr delphine.neumeister@idele.fr simon.fourdin@idele.fr APPEL d OFFRE

Plus en détail

GESTION DES PLACEMENTS TRANSNATIONAUX. Fonctions du stagiaire. Instructions 10/09/99

GESTION DES PLACEMENTS TRANSNATIONAUX. Fonctions du stagiaire. Instructions 10/09/99 Projet Pilote PEGASE Page 1 / 12 SOMMAIRE 1/ Objet 2/ But de l instruction 3/ Intérêts d un stage européen pour le stagiaire 4/ Documents de référence 5/ Documents opérationnels 6/ Description des fonctions

Plus en détail

PROTOCOLE D ADHESION A LA CHARTE DE LA MEDIATION TOURISME ET VOYAGE

PROTOCOLE D ADHESION A LA CHARTE DE LA MEDIATION TOURISME ET VOYAGE PROTOCOLE D ADHESION A LA CHARTE DE LA MEDIATION TOURISME ET VOYAGE Le 27 mars 2015, le SNAV, le SETO, la FNAM, l UNOSEL, le SCARA, ADP, EASYJET et l UTP ont signé la Charte de la Médiation Tourisme et

Plus en détail

1 le Ministre: le Ministre qui a le Bien-être au travail dans ses attributions;

1 le Ministre: le Ministre qui a le Bien-être au travail dans ses attributions; Arrêté royal du 28 mars 2007 relatif à l agrément des entreprises et employeurs qui effectuent des travaux de démolition ou d enlèvement au cours desquels de grandes quantités d amiante peuvent être libérées

Plus en détail

Procédure de certification phytosanitaire à l exportation mise en place par le service régional de l alimentation d Île-de-France

Procédure de certification phytosanitaire à l exportation mise en place par le service régional de l alimentation d Île-de-France PRÉFET DE LA RÉGION D ÎLE-DE-FRANCE Direction Régionale et Interdépartementale de l Alimentation, de l Agriculture et de la Forêt Service Régional de l'alimentation Tél. : 01 41 73 48 00 Courriel : sral-rungis.draaf-ile-de-france@agriculture.gouv.fr

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU LOGEMENT, DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DE LA RURALITÉ Arrêté du 19 décembre 2014 modifiant les modalités de validation d une démarche qualité

Plus en détail

Convention de restitution

Convention de restitution Convention de restitution Entre les soussignés : 1. L association de droit luxembourgeois Ecotrel asbl dont le siège social est situé 26, rue Léon Laval à L-3372 Leudelange, représentée aux fins des présentes

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET DU DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL Décret n o 2015-1002 du 18 août 2015 portant diverses mesures de simplification et d adaptation

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR. Applicable au 19 décembre 2013 (Décisions du Conseil d Administration du 19/12/2013) I ADHÉSION

RÈGLEMENT INTÉRIEUR. Applicable au 19 décembre 2013 (Décisions du Conseil d Administration du 19/12/2013) I ADHÉSION RÈGLEMENT INTÉRIEUR Applicable au 19 décembre 2013 (Décisions du Conseil d Administration du 19/12/2013) PRÉAMBULE Dans le cadre du présent règlement : - l association sera dénommée «SIMT», - le membre

Plus en détail

Contrat de maintenance Informatique

Contrat de maintenance Informatique Contrat de maintenance Informatique Réalisé par Info Tools Solutions : Etudes et conseils en informatique Contrat de maintenance informatique Entre les soussignées : Info Tools Solutions études et conseils

Plus en détail

Guide de lecture du référentiel de certification «organisation générale» de l entreprise

Guide de lecture du référentiel de certification «organisation générale» de l entreprise Guide de lecture du référentiel de certification «organisation générale» de l entreprise mentionné à l article 7 de l arrêté du 25 novembre 2011 fixant les modalités de certification des entreprises soumises

Plus en détail

CNAPS Délégation territoriale Sud Est 8 rue du Nord CS 40075 69 625 Villeurbanne Cedex

CNAPS Délégation territoriale Sud Est 8 rue du Nord CS 40075 69 625 Villeurbanne Cedex DEMANDE D AUTORISATION PRÉALABLE IMPORTANT Pour entrer en formation d agent de sécurité (CQP APS), il est obligatoire d obtenir une autorisation préalable délivrée par le conseil national des activités

Plus en détail

1. Domaine de validité. 2. Périmètre de la prestation. 3. Etendue des droits d'utilisation pour les certificats et logos

1. Domaine de validité. 2. Périmètre de la prestation. 3. Etendue des droits d'utilisation pour les certificats et logos Conditions Générales Certifications Systèmes du TÜV RHEINLAND France 20 Ter rue du Bezons - CS 60030 F-92415 COURBEVOIE CEDEX E-Mail: qualite@fr.tuv.com 1. Domaine de validité Les conditions générales

Plus en détail