L'organisation économique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L'organisation économique"

Transcription

1 BUREAU INTERNATIONAL JJU 1RAVA1L Etudes et Documents Série M (Assurances sociales) m is L'organisation économique des prestations médicales et pharmaceutiques dans l'assurance-maladie GENEVE 1938

2 IMPRIMERIES RÉUNIES S. A., LAUSANNE (SUISSE)

3 TABLE DES MATIERES PRÉFACE Pages ix PREMIÈRE PARTIE Le principe d'économie dans l'assurance-maladie INTRODUCTION 1 CHAPITRE PREMIER : La nature du principe d'économie et son application dans l'assurance-maladie sociale 5 Le principe d'économie 5 Nature du principe d'économie 5 Limites d'application du principe d'économie 7 L'application du principe d : économie dans l'assurance-maladie sociale 8 Gestion de l'assurance-maladie 10 Application du principe d'économie à la gestion des caisses et au service des prestations 11 Les limites de l'application du principe d'économie 15 Remarques générales 15 Organisation 15 Champ d'action de l'assurance 16 Prestations 17 Prophylaxie 17 L'influence du principe d'économie sur le développement des prestations de l'assurance-maladie 18 Tendances générales 18 Etapes de l'évolution 18 CHAPITRE II : Le principe d'économie dans son application à l'activité des médecins traitants 21 L'avis des institutions d'assurance et des médecins traitants sur les possibilités d'appliquer le principe d'économie à l'activité des médecins traitants des assurés en général. 21 Avis des institutions en général 21 Avis dos médecins traitants 23 Essai de conciliation de ces deux points de vue 24 Le principe d'économie et les modalités générales de son application au traitement des assurés 31 Détermination de la tâche dans chaque cas particulier.. 31 Choix des méthodes économiques 32 Limites de l'application du principe d'économie 35

4 TV TABLE DES MATTÈKES Pages CHAPITRE III : L'application du principe d'économie à l'établissement du diagnostic 36 Nature et portée du diagnostic dans la pratique du médecin des assurés 36 Nature et portée du diagnostic en général 36 Nature et portée du diagnostic dans la pratique du médecin des assurés 37 Possibilités et limites d'application du principe d'économie à l'établissement du diagnostic du médecin traitant des assurés 39 Teneur du diagnostic économiquement rationnel du médecin traitant 40 Notions fondamentales 40 Le diagnostic 44 Pronostic et plan de traitement 60 Application du principe d'économie aux méthodes d'établissement du diagnostic 61 Anamnese 61 Examen du malade 62 Dépistage des cas de simulation 63 CHAPITRE IV : L'application du principe d'économie à l'action thérapeutique 66 Nature et portée de l'action thérapeutique 66 Nature et portée de l'action thérapeutique 66 Nature et portée de l'action thérapeutique dans l'assurance 67 Nature, possibilités et limites d'application du principe d'économie à l'action thérapeutique dans l'assurance-maladie 75 La nature du traitement économique dans l'assurance-maladie 85 Notions générales 85 Traitement de la maladie 85 Action sur la personnalité du malade 87 Thérapeutique sociale 89 L'application du principe d'économie à certaines méthodes de thérapeutique générale 89 Traitement par le ménagement et par l'exercice 89 Traitement par la diète 91 Traitement symptomatique 92 La thérapeutique médicamenteuse 94 Hospitalisation 99 Observations générales sur l'hospitalisation 99 L'hospitalisation comme prestation de l'assurance 103 Le principe d'économie appliqué à l'hospitalisation Mesures spéciales d'économie 111 Appréciation de l'incapacité de travail 115 CHAPITRE V : L'application du principe d'économie à l'action préventive 119 Nature et portée de l'action préventive de l'assurance-maladie 119 Nature et portée de l'action préventive en général Nature de l'action préventive de l'assurance-maladie Limites de l'action préventive économique de l'assurancemaladie 131 La coopération du médecin traitant des assurés à l'action préventive économique contre la tuberculose pulmonaire chronique 135

5 TABLE DES MATIEEES V DEUXIÈME PARTIE Le principe d'économie dans les réglementations nationales Pages INTRODUCTION 143 Ama MAGNE CHAPITRE I : Exposé du service médical de l'assurance 156 Section I. Prestations médicales 157 Section II. Prestations pharmaceutiques 162 Section III. Réglementation de*, prestations économiques. 165 CHAPITRE II : Principes d'organisation économique des prestations médicales et pharmaceutiques 167 Section IV. Prestations médicales 167 Section V. Prestations pharmaceutiques 171 CHAPITRE III : Surveillance des médecins et contrôle de l'application du principe de traitement et de médication économiques Section VI. Méthodes de surveillance et de contrôle Section VII. Règlement des différends 183 FRANCE CHAPITRE I : Exposé du service médical de l'assurance 187 Section I. Prestations médicales 188 Section II. Prestations pharmaceutiques 193 Section III. Réglementation des prestations économiques. 196 CHAPITRE II : Principes d'organisation économique des prestations médicales et pharmaceutiques 198 Section IV. Prestations médicales 198 Section V. Prestations pharmaceutiques 199 CHAPITRE III : Surveillance des médecins et contrôle de l'application du principe de traitement et de médication économiques Section VI. Méthodes de surveillance et de contrôle Section VII. Règlement des différends 202 G BANDE -BRETAGNE CHAPITRE I : Exposé du service médical de l'assurance 204 Section I. Prestations médicales 205 Section II. Prestations pharmaceutiques 209 Section III. Réglementation des prestations économiques CHAPITRE II : Principes d'organisation économique des prestations médicales et pharmaceutiques 216 Section IV. Prestations médicales 216 Section V. Prestations pharmaceutiques 216 Angleterre et Pays de Galles : Formulaire de médication économique de l'association médicale britannique 217 Ecosse : Mémorandum sur la médication économique et tarif des mádicamants, accessoires thérapeutiques et taxes de préparation publies par le département de l'hygiène publique pour l'ecosse 221

6 VI TABLE DES MATIÈRES Pages CHAPITRE III : Surveillance des médecins et contrôle de l'epplication du principe de traitement et de médication économiques 227 HONGRIE CHAPITRE I : Exposé du service médical de l'assurance 237 Section I. Prestations médicales 237 Section II. Prestations pharmaceutiques 241 Section III. Réglementation des prestations économiques CHAPITRE II : Principes d'organisation économique des prestations médicales et pharmaceutiques 245 Section IV. Prestations médicales 245 Section V. Prestations pharmaceutiques 246 CHAPITRE III : Surveillance des médecins et contrôle de l'application du principe de traitement et de médication économiques 252 Section VI. Méthodes de surveillance et de contrôle Section VII. Règlement des différends 256 POLOGNE CHAPITRE I : Exposé du service médical de l'assurance 259 Section I. Prestations médicales 260 Section II. Prestations pharmaceutiques 262 Section III. Réglementation des prestations économiques CHAPITRE II : Principes d'organisation économique des prestations médicales et pharmaceutiques 268 Section IV. Prestations médicales 268 Section V. Prestations pharmaceutiques 268 CHAPITRE III : Surveillance des médecins et contrôle de l'application du principe de traitement et de médication économiques 273 Section VI. Méthodes de surveillance et de contrôle Section VII. Règlement des différends 275 TCHÉCOSLOVAQUIE CHAPITRE I : Exposé du service médical de l'assurance 276 Section I. Prestations médicales 277 Section II. Prestations pharmaceutiques 281 Section III. Réglementation des prestations économiques CHAPITRE II : Principes d'organisation économique des prestations médicales et pharmaceutiques 286 Section IV. Prestations médicales 286 Section V. Prestations pharmaceutiques 290 CHAPITRE III : Surveillance des médecins et contrôle de l'application du principe de traitement et de médication économiques Section VI. Méthodes de surveillance et de contrôle Section VII. Règlement des différends 299 YOUGOSLAVIE CHAPITRE I : Exposé du service médical de l'assurance 301 Section I. Prestations médicales 301 Section II. Prestations pharmaceutiques 305 Section III. Réglementation des prestations économiques.. 307

7 TABLE DES MATIÈRES ' VII Pages CHAPITRE II : Principes d'organisation économique des prestations médicales et pharmaceutiques 309 Section IV. Prestations médicales 309 Section V. Prestations pharmaceutiques 310 CHAPITEE III : Surveillance des médecins et contrôle de l'application du principe de traitement et de médication économiques Section VI. Méthodes de surveillance et de contrôle Section VII. Règlement des différends 322 TROISIÈME PARTIE Documentation internationale I. Consultation d'experts organisée par le Bureau international du Travail 326 Conclusions des experts 327 II. Association professionnelle internationale des médecins III. Conférence internationale des unions nationales de sociétés mutuelles et de caisses d'assurance-maladie 332 BIBLIOGRAPHIE 335 INDEX 346

8

9 PREFACE Le problème de l'organisation économique des prestations médicales et pharmaceutiques de l'assurance-maladie n'est pas nouveau. Il s'est, pour ainsi dire, posé dès la création de l'assurance-maladie obligatoire. Il est, en effet, naturel et légitime que les institutions d'assurances sociales s'efforcent d'obtenir, des ressources limitées dont elles disposent pour la protection de la santé des travailleurs, le rendement maximum, grâce à une organisation rationnelle. Aussi n'est-il pas surprenant de constater qu'en Allemagne, où l'assurance-maladie obligatoire fut instituée en 1885, un des premiers ouvrages traitant de la médication économique date de 1898 ; il est intéressant de remarquer que cet ouvrage : La -prescription des médicaments pour les caisses d'assurance-maladie et pour la pratique privée, fut entrepris sur l'initiative de l'association des médecins de Munich, qui en confia la rédaction à l'un de ses membres, le D r Ludwig Dresdner. Les recherches dans le domaine de la médication économique furent poursuivies par les médecins qui, pour le compte, soit des caisses d'assurance-maladie, soit des associations de médecins, étaient chargés d'effectuer le contrôle des ordonnances des médecins traitants des assurés. Cependant, c'est seulement en 1924 que furent établies, par une commission composée de représentants des caisses d'assurance-maladie et des associations de médecins, les premières directives relatives à la médication économique, qui ont, depuis, subi diverses modifications sans que les conceptions fondamentales qui les inspirent aient été altérées. Au cours des quinze dernières années, les progrès ont été considérables, et actuellement, sont en vigueur des directives visant, soit le traitement et la médication économique, soit seulement la médication économique, en Allemagne, en Grande- Bretagne, en Hongrie, en Lettonie, en Pologne, en Tchécoslovaquie et en Yougoslavie.

10 X PRÉFACE Tout récemment, enfin, le principe de la médication économique a été consacré, en France, par un décret-loi du 31 octobre 1935 portant réforme des assurances sociales. La nécessité d'une organisation économique des prestations de l'assurance-maladie a été également affirmée par d'importantes associations internationales. C'est ainsi que l'association professionnelle internationale des médecins, dans ses thèses concernant l'assurance-maladie adoptées en 1928 et revisées en 1931 et 1935, tout en revendiquant, pour le médecin traitant des assurés, la liberté de prescrire tous médicaments utiles et irremplaçables, a précisé que les organisations médicales doivent s'engager, par contre, à supprimer toute médication coûteuse et superflue qu'on peut appeler «médication de luxe». Le texte de 1935 spécifie même que «la préférence doit être donnée aux médicaments économiques, lorsque le résultat thérapeutique apparaît sensiblement le même». La Conférence internationale de la mutualité et des assurances sociales, à sa sixième assemblée générale, tenue à Paris en septembre 1933, dans une résolution sur la situation des médecins traitants dans l'assurance-maladie, s'est également prononcée pour le principe du traitement économique et pour l'élaboration de directives, qui devraient viser non seulement les prescriptions pharmaceutiques, mais également toutes les autres méthodes de traitement et de diagnostic, le traitement hospitalier, le traitement balnéaire. Enfin, une Commission mixte d'experts, organisée conjointement par l'organisation d'hygiène de la Société des Nations et par le Bureau international du Travail en vue d'étudier les méthodes les plus aptes à sauvegarder la santé publique en temps de crise, dans son rapport établi en mai 1933, a tenu à affirmer qu'un effort de rationalisation s'impose, surtout en période de crise, pour donner au service médical de l'assurance-maladie son maximum d'efficacité, notamment par le choix des solutions à la fois les plus économiques et les plus efficaces. Les réalisations nationales, déjà anciennes et nombreuses, et les adhésions internationales avaient fourni la preuve de l'importance croissante du principe d'organisation économique des prestations en nature de l'assurance-maladie et de l'utilité d'une confrontation des expériences nationales. Aussi, au début de 1934, après étude des législations, réglementations et directives nationales existantes et après une consultation par correspondance d'un certain nombre de membres de son Comité d'experts pour

11 PRÉFACE XI les assurances sociales, le Bureau international du Travail a-t-il décidé d'élaborer un avant-projet de directives relatives à la médication économique, et de le soumettre à un comité d'experts. Ce comité, comprenant des fonctionnaires des services gouvernementaux de législation et de contrôle de l'assurance-maladie, des directeurs et médecins-chefs d'institutions d'assurance-maladie, des présidents ou secrétaires d'associations professionnelles de médecins et des hygiénistes, s'est réuni à Genève en juillet 1934 et a adopté des conclusions sur les principes et règles de médication économique, et les méthodes d'élaboration, d'application et de contrôle de ces directives. Ces conclusions n'ont trait qu'à une faible partie de l'ensemble des problèmes que pose, pour les médecins et pour les institutions d'assurance, l'organisation économique des prestations en nature de l'assurance-maladie. C'est délibérément que le Bureau international du Travail a entendu limiter son premier effort de collaboration internationale à la question particulière de la médication économique. Mais il lui a paru intéressant de publier une première étude générale de ces problèmes, et d'examiner sommairement les conditions d'application du principe d'organisation économique au fonctionnement des institutions et à l'activité des médecins traitants des assurés. Tel est l'objet de la première partie du présent ouvrage, dont la rédaction a été confiée au D r Walter Pryll, qui fut, pendant plusieurs années, médecin-chef d'une grande caisse et d'une grande union nationale de caisses d'assurance, et qui, grâce à cette situation et, ultérieurement, grâce à ses fonctions au Bureau international du Travail, a pu acquérir à la fois les connaissances pratiques et l'information internationale nécessaires pour un tel travail. La deuxième partie a un caractère exclusivement documentaire. Elle contient une analyse des législations, réglementations et directives relatives au traitement et à la médication économique en Allemagne, en France, en Grande-Bretagne, en Hongrie, en Pologne, en Tchécoslovaquie et en Yougoslavie. La troisième partie a un caractère international. Elle rend compte des travaux du Comité d'experts convoqué par le Bureau international du Travail, des conclusions adoptées par ce comité, ainsi que de la position prise, sur les questions de traitement et de médication économiques, par l'association professionnelle internationale des médecins et la Conférence internationale de la mutualité et des assurances sociales.

12 xn PEÉFACE Le but de cette étude est de mettre à la disposition des administrations nationales, des institutions d'assurance-maladie et des associations professionnelles de médecins, une documentation qui leur permettra de poursuivre leurs efforts en faveur d'une organisation à la fois plus rationnelle et plus économique des prestations en nature de l'assurance-maladie.

13 PREMIERE PARTIE LE PRINCIPE D'ÉCONOMIE DANS L'ASSURANCE-MALADIE INTRODUCTION Les institutions d'assurances sociales doivent faire de leurs ressources l'emploi le plus économe. Les ressources des institutions d'assurances sociales sont forcément limitées, car les assurés sont, en majeure partie, des salariés et appartiennent aux éléments économiquement faibles de la population. Les cotisations des assurés constituent un prélèvement sur des salaires généralement modestes ; ces cotisations ne peuvent excéder une certaine limite sans risquer de compromettre la satisfaction d'autres besoins vitaux des assurés. L'assuré moyen se trouve par ailleurs dans un état psychophysique fort différent de celui de l'homme aisé. Les conditions professionnelles, économiques et sociales de son existence impliquent un risque permanent pour sa santé, et toute affection peut entraîner pour lui l'incapacité de travail et la perte de l'emploi. La réaction des assurés en face de la maladie ou simplement du risque de maladie diffère par suite, dans la plupart des cas, de celle des personnes qui ne disposent pas que de leur salaire pour vivre et dont l'existence repose sur une base stable. Ressentant les symptômes du mal sans en connaître l'origine ou la nature, les assurés sont facilement en proie à des craintes pour leur avenir, et ils attendent de l'assurance une aide étendue, un traitement et une médication efficaces, ainsi qu'une protection contre les suites économiques éventuelles de la maladie.

14 2 OBGANISATION ÉCONOMIQUE DE L'ASSUBANCE-MALADIE Pour maintenir l'équilibre indispensable entre leurs ressources limitées et les besoins des assurés, les institutions d'assurance doivent organiser leurs prestations, dans chaque cas d'espèce comme dans l'ensemble, en respectant les principes d'économie et d'efficacité et en recherchant le meilleur rendement possible avec le minimum de frais. Les institutions d'assurance ne peuvent réaliser le but général de l'assurance ni appliquer le principe d'économie dans l'assistance médicale qu'avec la coopération consciente et réfléchie des médecins traitants. Les médecins, bien qu'habitués de tout temps à adapter les mesures qu'ils prescrivent à la situation de fortune de leurs patients, tiennent d'ailleurs compte de l'exigence légitime des organismes d'assurance et renoncent à un traitement coûteux lorsque le même effet curatif peut être obtenu, dans le même laps de temps, par des moyens moins dispendieux. Les médecins apprennent du reste très rapidement, par leur expérience, que l'observation de la règle fondamentale de la médecine moderne selon laquelle, dans le diagnostic, la thérapeutique et la prévention, il importe de considérer non seulement la maladie pour laquelle il est fait appel au médecin, mais également la personnalité du malade ainsi que les conditions professionnelles, économiques et sociales dans lesquelles il vit se révèle particulièrement efficace dans le traitement des assurés sociaux et constitue une application fort importante du principe d'économie. Les règles fondamentales d'un traitement à la fois efficace et peu coûteux sont exposées dans les publications scientifiques médicales, en particulier dans les ouvrages et les revues destinés aux praticiens, encore que le principe d'économie n'y soit pas toujours pris en particulière considération. Ces règles sont d'ailleurs couramment employées et leur champ d'application est très vaste. La présente étude groupe systématiquement les règles dont il s'agit tant qu'elles visent l'assistance curative et préventive aux assurés sociaux et aux membres de leur famille ; elle ne tend pas à apporter des éléments nouveaux, mais se borne à rappeler certains critères qui passent parfois à l'arrière-plan et dont l'observation est, pour la collectivité assurée, d'une importance particulière. Nous essayerons d'analyser tous les aspects de l'activité des médecins traitants, du point de vue de l'application du principe d'économie. Cette activité n'a pas fait encore, à notre connaissance, l'objet d'une étude d'ensemble partant de ce principe. L'organisation, au point de vue de l'économie, de l'activité des médecins

15 LE PRINCIPE D'ÉCONOMIE DANS L'ASSTJRANCE-MALADIE 3 traitants des assurés sociaux a déjà été analysée, dans certains pays, dans diverses publications, mais n'a été examinée le plus souvent que sous tel ou tel aspect particulier ; nous avons tenté de l'envisager dans son ensemble. On ne trouvera donc pas ici de règles nouvelles, ni de principes rigides : nous nous efforcerons de mettre en lumière des principes reconnus ; nous rappellerons les problèmes qui se posent, sans faire de suggestions quant à leur solution pratique, ni aux mesures d'organisation que celle-ci comporterait. Le but de l'étude est uniquement de faciliter la discussion de ces problèmes et de contribuer à développer, chez les médecins traitants, l'atmosphère favorable à l'application du principe d'économie dans l'assurancemaladie. La première partie de l'étude comprend cinq chapitres. Le premier traite du principe d'économie comme tel et de son application générale dans l'assurance-maladie. Dans le second chapitre, sont examinées les possibilités d'appliquer le principe d'économie à l'activité des médecins traitants des assurés sociaux. Les trois chapitres suivants ont trait à l'application du principe d'économie respectivement au diagnostic, à la thérapeutique, ainsi qu'à l'activité préventive des médecins traitants des assurés sociaux. Ces trois chapitres comportent un même plan : nature et portée du principe d'économie, son application à la maladie, à la personnalité, aux conditions économiques et sociales du malade.

16

17 CHAPITRE I LA NATURE DU PRINCIPE D'ÉCONOMIE ET SON APPLICATION DANS L'ASSURANCE-MALADIE SOCIALE 1. Le principe d'économie NATURE T>V PRINCIPE D'ÉCONOMIE Le principe d'économie ou principe de rationalité économique a, de tout temps, joué un rôle important dans l'économie en général et dans la technique. On s'est plus particulièrement efforcé, au cours des dernières dizaines d'années, d'en mieux préciser la nature ; son influence se fait aujourd'hui sentir dans presque tous les domaines de la vie humaine. Ce principe commande un mode de comportement déterminé : les fonctions ne doivent pas seulement être exercées d'après les capacités personnelles, selon l'intuition ou les usages, mais doivent, dans chaque domaine de l'action, procéder d'une réflexion mûrie et tendre à obtenir le maximum d'efficacité avec le minimum de frais. On dira d'un homme qu'il se nourrit empiriquement lorsqu'il consomme les aliments qui lui plaisent et qu'il estime lui convenir. Le régime alimentaire sera, par contre, rationnel si, les besoins de l'individu en calories, vitamines, etc. ayant été préalablement déterminés, sa nourriture comporte le genre et la quantité d'aliments qui sont jugés nécessaires dans l'état actuel des connaissances scientifiques, et qui le rassasient et le satisfont à la fois avec le minimum de frais. Pour se conformer au principe d'économie, il importe de bien déterminer le but qu'on se propose, de choisir les méthodes et les moyens les plus rationnels pour l'atteindre et de les appliquer de manière à éviter toute dépense superflue.

18 6 ORGANISATION ÉCONOMIQUE DE L'ASSURANCE-MALADIE Il est indispensable, lorsqu'on se propose d'atteindre un but donné en se conformant au principe d'économie, de se faire une idée claire de la nature de ce but, afin d'orienter les efforts dans la bonne direction, sans risquer de négliger des éléments essentiels de la question ou de se laisser détourner par un aspect secondaire ou étranger. Après avoir nettement précisé le but, il conviendra de déterminer les moyens les plus appropriés pour l'atteindre ; il faudra pour cela choisir parmi tous les moyens disponibles, appropriés, adéquats, nécessaires, suffisants et d'un prix raisonnable, ceux qui, dans le cas donné, réalisent ces diverses exigences de la manière la plus satisfaisante. On considère comme adéquat le moyen qui est conforme au but et qui tend en quelque sorte naturellement vers lui. On entend par moyen approprié celui qui est entièrement conditionné par l'objectif en question et permet de l'atteindre complètement. Un moyen doit être considéré comme nécessaire lorsqu'il est indispensable et que, seul parmi tous les moyens disponibles, il garantit la réalisation sûre et parfaite du but visé, qui ne saurait être atteint de quelque autre manière. Un moyen est suffisant s'il suffit exactement pour atteindre le but visé ; s'il dépassait la mesure exactement nécessaire, il serait excessif ; s'il ne l'atteignait pas, il serait insuffisant. Un moyen sera considéré comme d'un prix raisonnable si, pour son prix, il permet d'obtenir le meilleur rendement ; il ne devra pas être de qualité inférieure et choisi, par parcimonie, en raison uniquement de son bon marché ; il ne devra pas être choisi, d'autre part, par négligence, parmi les moyens inutilement coûteux. Il faudra avoir recours, non seulement aux méthodes anciennes irremplaçables, mais aussi aux méthodes et moyens plus modernes qui ont déjà fait leurs preuves, dans tous les cas évidemment où l'application ou l'utilisation de ces méthodes ne comporte pas de difficultés spéciales. Les méthodes et moyens choisis devront être appliqués de manière à assurer, à chaque branche de l'activité, le maximum de rendement avec le minimum de dépense. Voici un exemple concret pris dans la pratique médicale courante : Le praticien est appelé à prendre des mesures pour étancher la soif d'un malade. Il commencera par en déterminer la cause

19 LB PRINCIPE D'ÉCONOMIE DANS L'ASSURANCE-MALADIE 7 et examinera ensuite s'il convient de faire boire le malade ou de lui recommander seulement de maintenir sa bouche humide (au moyen de rinçages, etc.). Supposons qu'il se prononce pour la boisson : il a le choix dans le ménage du malade, entre de l'eau fraîche, de l'eau minérale, de l'eau avec du jus de fruit, du lait, du thé ou du café. Il juge que dans le cas donné, l'eau minérale et le thé conviennent également au malade, et il se prononce finalement pour le thé, parce que plus économique que l'eau minérale. Le médecin ne fera préparer et servir au malade, chaque fois, que la quantité de thé strictement nécessaire pour étancher la soif. Mettre pleinement en lumière le but poursuivi et prévenir autant que possible toutes les difficultés qui peuvent se produire pendant sa réalisation, exigent un effort tout particulier. L'homme qui en a la charge doit y consacrer toutes ses capacités intellectuelles et morales, ses connaissances techniques et son expérience. C'est seulement à ce prix que le médecin peut réaliser complètement le dessein du principe d'économie, c'est-à-dire diminuer les risques, éviter toute dépense de forces inutile, réduire ses propres efforts en prévenant des jugements et des actes erronés. TJ6 Tvrin.cÌT)8 d-'économie est de nature rationnelle, mais il exclut toute mécanisation et toute routine même perfectionnée. LES LIMITES DE L'APPLICATION DIT PRINCIPE D'ÉCONOMIE De même qu'il n'existe pas dans le domaine de l'économie en général de loi ayant une valeur universelle, de même le principe d'économie ne fournit pas une méthode ou règle générale permettant d'obtenir dans chaque cas l'effet désiré avec le minimum de dépense. Le principe d'économie ne représente qu'un critère relatif de la rationalité de l'action, notamment dans le domaine de la technique et de l'organisation, où la règle de la mesure la moins coûteuse est applicable. Le même principe se trouve plus ou moins en défaut, lorsque sa réalisation se heurte à des difficultés inhérentes à la nature même des choses ; il cesse complètement d'être applicable dans les cas où des facteurs irrationnels jouent dans l'action un rôle prépondérant. Même dans les domaines de la technique et de l'organisation, le principe d'économie ne se trouve guère appliqué, dans la vie courante, de manière intégrale. L'expérience prouve que ce n'est

20 8 ORGANISATION ÉCONOMIQUE DE L'ASSUBANCE-MALADIE que dans certaines des entreprises que l'on applique ce principe avec quelque vigueur. Les institutions d'assurances sociales doivent s'inspirer du principe d'économie et leurs organisation et fonctionnement s'y adapter le plus complètement possible. Ces institutions sont tenues par la loi d'administrer, avec la prudence d'un tuteur, les fonds qui leur sont confiés. L'application du principe d'économie est cependant circonscrite et ne peut aller au delà de certaines limites. 2. L'application du principe d'économie dans l'assurance-maladie sociale Dans de nombreux pays, l'assurance sociale est un instrument à la fois important et économique pour réaliser une politique et une économie sanitaires visant à conserver et à améliorer, par des méthodes rationnelles, la santé des individus et de la masse de la population. L'économie sanitaire des Etats doit tenir compte des modifications produites par les progrès de la technique, des méthodes de production et de la civilisation industrielle. De nos jours, les conditions d'existence sont en général plus favorables que jadis ; en particulier, les conditions de logement et d'alimentation se sont considérablement améliorées. La population de l'europe qui, durant douze siècles, jusqu'en 1800, n'avait jamais dépassé 180 millions d'habitants, a augmenté pendant la période jusqu'à atteindre 460 millions d'individus, et celle des Etats-Unis s'est élevée à 100 millions. Le type moyen de l'européen et de l'américain est plus sain et plus vigoureux que ses ancêtres. Ces masses d'êtres humains, où prédominent les individus peu fortunés, veulent participer à la civilisation industrielle ; elles organisent en conséquence leur genre de vie et imposent en particulier à l'etat des tâches plus lourdes et lui confèrent des pouvoirs plus étendus qu'autrefois. L'Etat doit surveiller et améliorer, par des mesures thérapeutiques et prophylactiques, la santé des individus et de la nation. La santé et la maladie ne sont plus des questions privées, puisqu'elles conditionnent le bien-être de la communauté. L'Etat garantit à ses citoyens le droit à la santé et leur impose d'autre part le devoir de veiller sur leur santé. Les instruments de cette économie sanitaire moderne qui a

Convention concernant les services de sante au travail (Entrée en vigueur: 17 févr. 1988)

Convention concernant les services de sante au travail (Entrée en vigueur: 17 févr. 1988) 1 sur 5 03/12/2014 18:22 Information System on International Labour Standards Recherche Guide de l'utilisateur Convention concernant les services de sante au travail (Entrée en vigueur: 17 févr. 1988)

Plus en détail

SENAT PROJET DE LOI. relatif à la généralisation de la Sécurité sociale. (Texte définitif.)

SENAT PROJET DE LOI. relatif à la généralisation de la Sécurité sociale. (Texte définitif.) PROJET DE LOI adopté le 21 décembre 1977 N 88 SENAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1977-1978 PROJET DE LOI relatif à la généralisation de la Sécurité sociale. (Texte définitif.) Le Sénat a adopté, dans

Plus en détail

CONSEIL DE LA RÉPUBLIQUE

CONSEIL DE LA RÉPUBLIQUE N 446 CONSEIL DE LA RÉPUBLIQUE SESSION ORDINAIRE DE 1957-1958 Annexe au procès-verbal de la séance du 15 mai 1958. PROPOSITION DE RÉSOLUTION tendant à inviter le Gouvernement à déposer un projet de loi

Plus en détail

Mise à jour : novembre 2011

Mise à jour : novembre 2011 LE SERVICE DE MEDECINE PROFESSIONNELLE ET PREVENTIVE Mise à jour : novembre 2011 Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale du Calvados 56 rue Bicoquet 14052 Caen cedex 4 Tél. : 02 31 15 50

Plus en détail

Convention concernant l'égalité de traitement des nationaux et des non-nationaux en matière de sécurité sociale

Convention concernant l'égalité de traitement des nationaux et des non-nationaux en matière de sécurité sociale C118 Convention sur l'égalité de traitement (sécurité sociale), 1962 Convention concernant l'égalité de traitement des nationaux et des non-nationaux en matière de sécurité sociale Date d'entrée en vigueur:

Plus en détail

Nations Unies. Tribunal administratif TRIBUNAL ADMINISTRATIF. Jugement No 620. de l'organisation des

Nations Unies. Tribunal administratif TRIBUNAL ADMINISTRATIF. Jugement No 620. de l'organisation des Nations Unies AT T/DEC/620 Tribunal administratif Distr. LIMITÉE 9 novembre 1993 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS TRIBUNAL ADMINISTRATIF Jugement No 620 Affaire No 675 : GRIPARI Contre : Le Secrétaire général

Plus en détail

CINQ PROPOSITIONS POUR FAIRE FACE AUX CONSÉQUENCES DU VIEILLISSEMENT CONSOLIDER ET GARANTIR LES PENSIONS COMPLÉMENTAIRES

CINQ PROPOSITIONS POUR FAIRE FACE AUX CONSÉQUENCES DU VIEILLISSEMENT CONSOLIDER ET GARANTIR LES PENSIONS COMPLÉMENTAIRES CINQ PROPOSITIONS POUR FAIRE FACE AUX CONSÉQUENCES DU VIEILLISSEMENT DÉMOGRAPHIQUE Le vieillissement de la population place les autorités publiques devant un immense défi. Celui-ci consiste, dans le cadre

Plus en détail

1.3. Les principes de base en assurance invalidité

1.3. Les principes de base en assurance invalidité Chapitre 1 Mise en contexte de l assurance invalidité 17 1.3. Les principes de base en assurance invalidité Afin d'être en mesure de bien comprendre les notions relatives à l'assurance invalidité, il convient

Plus en détail

1 C95 Convention sur la protection du salaire, 1949

1 C95 Convention sur la protection du salaire, 1949 1 C95 Convention sur la protection du salaire, 1949 Convention concernant la protection du salaire (Note: Date d'entrée en vigueur: 24:09:1952. Cette convention a été partiellement révisée en 1992 par

Plus en détail

QUESTION 37. Incidence sur les droits de propriété industrielle des règles nationales ou internationales garantissant la liberté de la concurrence

QUESTION 37. Incidence sur les droits de propriété industrielle des règles nationales ou internationales garantissant la liberté de la concurrence Annuaire 1960, Nouvelle Série N 10, 2 ème Partie, 63 e Année, page 21 24 e Congrès de Londres, 30 mai - 4 juin 1960 Le Congrès, considérant que les droits de propriété industrielle sont institués et protégés

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

N 1 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1977-1978. Annexe au procès- verbal de la séance du 7 décembre 1977. PROJET DE LOI

N 1 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1977-1978. Annexe au procès- verbal de la séance du 7 décembre 1977. PROJET DE LOI N 1 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1977-1978 Annexe au procès- verbal de la séance du 7 décembre 1977. PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE ATKÈS DÉCLARATION D' URGENCE relatif à la généralisation

Plus en détail

LES ASSURANCES SOCIALES CONDITIONS QUE DOIT REMPLIR UNE RÉGLEMENTATION COMMUNE A TOUTE LA FRANCE PAR M. LE COLONEL DE VILLE, MEMBRE TITULAIRE.

LES ASSURANCES SOCIALES CONDITIONS QUE DOIT REMPLIR UNE RÉGLEMENTATION COMMUNE A TOUTE LA FRANCE PAR M. LE COLONEL DE VILLE, MEMBRE TITULAIRE. LES ASSURANCES SOCIALES CONDITIONS QUE DOIT REMPLIR UNE RÉGLEMENTATION COMMUNE A TOUTE LA FRANCE PAR M. LE COLONEL DE VILLE, MEMBRE TITULAIRE. Parmi les nombreuses questions que soulève la réintégration

Plus en détail

Le montant potentiel des droits immatériels peut, par contre, être présenté un peu plus concrètement. Le barème médical à points en

Le montant potentiel des droits immatériels peut, par contre, être présenté un peu plus concrètement. Le barème médical à points en Résumé de l'expertise sur la clarification des droits éventuels découlant de la responsabilité en matière de médicaments pour les dommages dus à la thalidomide sur le territoire national Jusqu'en 1961,

Plus en détail

Conf. 12.8 (Rev. CoP13) *

Conf. 12.8 (Rev. CoP13) * Conf. 12.8 (Rev. CoP13) * Etude du commerce important de spécimens d'espèces inscrites à l'annexe II RAPPELANT que l'article IV, paragraphe 2 a), de la Convention, stipule comme condition pour la délivrance

Plus en détail

Projet de loi présenté le 31 janvier 1923 par le député Edouard Grinda sur les Assurances sociales *

Projet de loi présenté le 31 janvier 1923 par le député Edouard Grinda sur les Assurances sociales * Projet de loi présenté le 31 janvier 1923 par le député Edouard Grinda sur les Assurances sociales * Etude, critique par le D r Marcel MARTINY Première EXPOSE GENERAL A la séance de la Chambre des députés

Plus en détail

sont assujettis à l'assurance en cas de maternité et d'adoption que pour les personnes exerçant une activité salariée dans le canton.

sont assujettis à l'assurance en cas de maternité et d'adoption que pour les personnes exerçant une activité salariée dans le canton. Règlement d'application de la loi instituant une assurance en cas de maternité et d'adoption J 5 07.01 du 11 mai 2005 Le CONSEIL D ETAT de la République et canton de Genève, vu l article 16h de la loi

Plus en détail

C O N V E N T I O N sur l assurance soins de santé entre le Royaume de Belgique et l Australie

C O N V E N T I O N sur l assurance soins de santé entre le Royaume de Belgique et l Australie C O N V E N T I O N sur l assurance soins de santé entre le Royaume de Belgique et l Australie (Entrée en vigueur: 1 septembre 2009 Moniteur belge: 21 août 2009) Le Royaume de Belgique Et L Australie,

Plus en détail

A. Compétences et attributions. 1. Une institution nationale est investie de compétences de protection et de promotion des droits de l'homme.

A. Compétences et attributions. 1. Une institution nationale est investie de compétences de protection et de promotion des droits de l'homme. PRINCIPES DE PARIS PRINCIPES CONCERNANT LE STATUT ET LE FONCTIONNEMENT DES INSTITUTIONS NATIONALES POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DES DROITS DE L'HOMME En octobre 1991, le Centre pour les droits de

Plus en détail

La pauvreté rend malade et la maladie rend pauvre

La pauvreté rend malade et la maladie rend pauvre SAMPOL_octobre_2015.indd 27 8.10.2015 8:28:34 UNE PROTECTION SOCIALE POUR TOUT LE MONDE rend malade et la maladie rend pauvre Thomas Rousseau Cher responsable politique d'un pays d'afrique subsaharienne,

Plus en détail

Numéro 2 2005 CATASTROPHIQUES

Numéro 2 2005 CATASTROPHIQUES Numéro 2 2005 SYSTEMES DE FINANCEMEMENT DE LA SANTE: COMMENT REDUIRE LES DEPENSES CATASTROPHIQUES Chaque année, plus de 150 millions de personnes dans 44 millions de ménages doivent faire face à des dépenses

Plus en détail

Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance

Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance Circulaire du Comité du 23 juin 1999 1. Remarque préliminaire La présente circulaire remplace les circulaires 2.33 (du 14 août 1973),

Plus en détail

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 Table des matières I. LA CARRIERE D UN TRAVAILLEUR SALARIE a. L âge au début de la carrière b. Le type de carrière (temps complet/temps partiel c. Le taux d activité sur

Plus en détail

Dépôts auprès de sociétés coopératives, associations et fondations Modification de l'ordonnance sur les banques (Art. 3a al. 4, let.

Dépôts auprès de sociétés coopératives, associations et fondations Modification de l'ordonnance sur les banques (Art. 3a al. 4, let. Dépôts auprès de sociétés coopératives, associations et fondations Modification de l'ordonnance sur les banques (Art. 3a al. 4, let. d OB) Rapport explicatif Juillet 2008 Résumé La réglementation en vigueur

Plus en détail

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF)

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF DE LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L ADMINISTRATION

Plus en détail

FÉDÉRATION DES MALADES ET HANDICAPÉS -------

FÉDÉRATION DES MALADES ET HANDICAPÉS ------- FÉDÉRATION DES MALADES ET HANDICAPÉS ------- SIÈGE NATIONAL Téléphone : 01 39 82 45 73 17, boulevard du Général Leclerc 09 63 65 45 52 95100 ARGENTEUIL C.C.P. : PARIS 5 327 73 G CREDIT MUTUEL : 20245401

Plus en détail

MINISTERE DES FINANCES

MINISTERE DES FINANCES MINISTERE DES FINANCES 11 JUILLET 1997. Arrangement administratif du 11 juillet 1997 entre les Ministres des Finances belge et italien en vue d'effectuer des contrôles fiscaux simultanés, conformément

Plus en détail

Récapitulatif de la loi sur les contrats privés d'assurance maladie

Récapitulatif de la loi sur les contrats privés d'assurance maladie Récapitulatif de la loi sur les contrats privés d'assurance maladie La Loi Verwilghen concerne principalement les contrats d'assurance maladie non liés à l'activité professionnelle mais elle impose également

Plus en détail

(Loi nº 2002-303 du 4 mars 2002 art. 3 Journal Officiel du 5 mars 2002)

(Loi nº 2002-303 du 4 mars 2002 art. 3 Journal Officiel du 5 mars 2002) En rouge les éléments de la loi du 22 avril 2005 En violet des éléments de la petite loi du 17 mars 2015 (suite première lecture à l assemblée nationale) CODE DE LA SANTE PUBLIQUE Chapitre préliminaire

Plus en détail

Harmonisation requise au niveau des impôts fédéraux en cas d'adhésion à la CE

Harmonisation requise au niveau des impôts fédéraux en cas d'adhésion à la CE B Actualités et Adhésion à la CE Harmonisation requise au niveau des impôts fédéraux en cas d'adhésion à la CE (Exposé de Roland Montangéro, chef du Bureau d'information fiscale, présenté lors du Séminaire

Plus en détail

LA PRESTATION DE SOIN NUTRITIONNEL REFERENTIEL POUR L'AUTO-EVALUATION

LA PRESTATION DE SOIN NUTRITIONNEL REFERENTIEL POUR L'AUTO-EVALUATION Mai 2001 LA PRESTATION DE SOIN NUTRITIONNEL REFERENTIEL POUR L'AUTO-EVALUATION Le contexte Le soin nutritionnel est une des missions fondamentales des diététiciens, qui a pour finalité de garantir des

Plus en détail

POINTS CLES SUR LES CONTRATS DE PREVOYANCE COMPLEMENTAIRE SANTE

POINTS CLES SUR LES CONTRATS DE PREVOYANCE COMPLEMENTAIRE SANTE Q UELQUES POINTS CLES SUR LES CONTRATS DE PREVOYANCE COMPLEMENTAIRE SANTE Source juridique Lettre circulaire ACOSS n 2008-028 du 6 août 2008 Lettre ministérielle du 13 février 2008 Lettre circulaire ACOSS

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail

Bulletin d information 2011-3

Bulletin d information 2011-3 Bulletin d information 2011-3 À l attention des assureurs et des administrateurs de régimes d avantages sociaux Note : Une première version de ce bulletin d information a été publiée en novembre 2006.

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (97) 5 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (97) 5 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (97) 5 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES RELATIVE À LA PROTECTION DES DONNÉES MÉDICALES (adoptée par le Comité des ministres le 13 février

Plus en détail

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE CONFIDENTIEL MTN/lNF/20/Rev.l 7 juillet 1978 Distribution spéciale Négociations commerciales multilatérales NOTE DU SECRETARIAT Revision Le secrétariat

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Date : 11/04/73 Origine : SDAM MMES et MM les Directeur des Caisses Primaires d Assurance Malaladie

Plus en détail

C87 Convention sur la liberté syndicale et la protection du droit syndical, 1948

C87 Convention sur la liberté syndicale et la protection du droit syndical, 1948 C87 Convention sur la liberté syndicale et la protection du droit syndical, 1948 Convention concernant la liberté syndicale et la protection du droit syndical (Note: Date d'entrée en vigueur: VIGUEUR=04:07:1950.)

Plus en détail

MALADIE CONTROLE des ARRETS de TRAVAIL L EMPLOYEUR et la CPAM peuvent contrôler la véracité de l état de santé du salarié absent pour maladie par une visite médicale ou une contre-visite CONTRE VISITE

Plus en détail

Tendances actuelles dans la prévention et l'assurance contre les accidents du travail

Tendances actuelles dans la prévention et l'assurance contre les accidents du travail Association internationale de la sécurité sociale Quatorzième Conférence régionale africaine Tunis, Tunisie, 25-28 juin 2002 Tendances actuelles dans la prévention et l'assurance contre les accidents du

Plus en détail

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES LE CONSEIL, Vu l article 5 (b) de la Convention relative à l Organisation de Coopération

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE L'INDUSTRIE DU PETROLE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE L'INDUSTRIE DU PETROLE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE L'INDUSTRIE DU PETROLE Accord du 3 septembre 1985 Protocole d accord du 5 mars 1993 (classifications) Avenants des 19 juin 1995, 15 février et 24 avril 1996, 27 novembre

Plus en détail

Rectorat d Académie d Aix-Marseille Septembre 2014 Délégation Académique Sécurité Hygiène et Conditions de Travail (DASH-CT)

Rectorat d Académie d Aix-Marseille Septembre 2014 Délégation Académique Sécurité Hygiène et Conditions de Travail (DASH-CT) Rectorat d Académie d Aix-Marseille Septembre 2014 Délégation Académique Sécurité Hygiène et Conditions de Travail (DASH-CT) Consultez notre site Internet : http://www.pedagogie.ac-aix-marseille.fr/jcms/c_43964/accueil

Plus en détail

Le Canada face au projet de Protocole facultatif au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels

Le Canada face au projet de Protocole facultatif au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels Le Canada face au projet de Protocole facultatif au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels Tous les droits de l'homme sont universels, indissociables, interdépendants

Plus en détail

de l'organisation des Nations Unies

de l'organisation des Nations Unies TRIBUNAL ADMINISTRATIF Jugement No 477 Affaire No 507 : ISHIKAWA Contre : Le Secrétaire général de l'organisation des Nations Unies LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DES NATIONS UNIES, Composé comme suit: M. Roger

Plus en détail

MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE

MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE La présente Charte de la rémunération, de la nomination et de la gouvernance d entreprise a été adoptée

Plus en détail

LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE

LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE LOIS ET DECRETS PUBLIES DANS LA FEUILLE OFFICIELLE Feuille officielle numéro 87, du 11 novembre 2005 Délai référendaire: 3 janvier 2006 Loi portant révision de la loi concernant la Caisse de pensions de

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Date : MM les Directeurs 23/11/81 des Caisses Primaires d'assurance Maladie Origine : DGR Réf. : DGR

Plus en détail

REGIME DES IMPORTATIONS DE SARDINES EN ALLEMAGNE. Rapport adopté par les PARTIES CONTRACTANTES le 31 Octobre 1952 G/26-1S/56. I.

REGIME DES IMPORTATIONS DE SARDINES EN ALLEMAGNE. Rapport adopté par les PARTIES CONTRACTANTES le 31 Octobre 1952 G/26-1S/56. I. 30 octobre 1952 REGIME DES IMPORTATIONS DE SARDINES EN ALLEMAGNE Rapport adopté par les PARTIES CONTRACTANTES le 31 Octobre 1952 G/26-1S/56 I. Introduction 1. Le sous-groupe des réclamations a examiné,

Plus en détail

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE RESTRICTED Spec(81)23 1 mai 1981 QUESTIONS ADMINISTRATIVES ET FINANCIERES Rémunération du personnel des services généraux et autres dépenses de personnel

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

Befimmo SA Règlement de l'audit interne

Befimmo SA Règlement de l'audit interne Befimmo SA Règlement de l'audit interne Table des matières Article 1 - Nature... 1 Article 2 - Mission, objectifs et activités... 2 Article 3 - Programme annuel... 3 Article 4 - Reporting... 3 Article

Plus en détail

Loi fédérale sur la responsabilité civile des entreprises de chemins de fer et de bateaux à vapeur et de La Poste Suisse 1

Loi fédérale sur la responsabilité civile des entreprises de chemins de fer et de bateaux à vapeur et de La Poste Suisse 1 Loi fédérale sur la responsabilité civile des entreprises de chemins de fer et de bateaux à vapeur et de La Poste Suisse 1 221.112.742 du 28 mars 1905 (Etat le 3 octobre 2000) L'Assemblée fédérale de la

Plus en détail

La Commission publie un Livre vert sur les retraites complémentaires dans le marché unique

La Commission publie un Livre vert sur les retraites complémentaires dans le marché unique IP/97/507 Bruxelles, 10 juin 1997 La Commission publie un Livre vert sur les retraites complémentaires dans le marché unique Un Livre vert sur les retraites complémentaires dans le marché unique a été

Plus en détail

41/128 Déclaration sur le droit au développement

41/128 Déclaration sur le droit au développement 41/128 Déclaration sur le droit au développement L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de la Charte des Nations Unies relatifs à la réalisation de la coopération internationale en

Plus en détail

LE LICENCIEMENT. Présenté par: AITOUYHYANE Hamza ZAKI Ghita Encadré par: Mr Larhzal

LE LICENCIEMENT. Présenté par: AITOUYHYANE Hamza ZAKI Ghita Encadré par: Mr Larhzal LE LICENCIEMENT Présenté par: AITOUYHYANE Hamza ZAKI Ghita Encadré par: Mr Larhzal Introduction Votre qualité d'employeur vous autorise à sanctionner un salarié fautif. Cette sanction peut prendre la forme

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

Circulaire CBFA_2008_06 du 11 mars 2008

Circulaire CBFA_2008_06 du 11 mars 2008 Circulaire _2008_06 du 11 mars 2008 Application de l'article 15bis, 3, de la loi du 9 juillet 1975 relative au contrôle des entreprises d'assurances: acceptation par la de la prise en considération de

Plus en détail

Déclaration sur le droit au développement

Déclaration sur le droit au développement Déclaration sur le droit au développement Adoptée par l'assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 41/128 du 4 décembre 1986 L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

Fiche d information sur la politique de la santé

Fiche d information sur la politique de la santé Fiche d information sur la politique de la santé V. Questions et réponses concernant la compensation des risques dans l assurance-maladie Etat: juillet 2012 Chères lectrices, chers lecteurs, Dans l assurance

Plus en détail

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. Les conditions de mise en œuvre de la recherche biomédicale

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. Les conditions de mise en œuvre de la recherche biomédicale Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale Dispositions législatives relatives au chapitre : Les conditions de mise en œuvre de la recherche biomédicale Code de la santé publique Dispositions

Plus en détail

Commission économique des Gouvernement Fonds des Nations Unies Nations Unies pour l'europe* de la Hongrie pour la population

Commission économique des Gouvernement Fonds des Nations Unies Nations Unies pour l'europe* de la Hongrie pour la population Distr. GÉNÉRALE CES/PAU/1998/2 23 octobre 1998 FRANÇAIS Original : ANGLAIS Commission économique des Gouvernement Fonds des Nations Unies Nations Unies pour l'europe* de la Hongrie pour la population Réunion

Plus en détail

Code de la Sécurité Sociale

Code de la Sécurité Sociale Code de la Sécurité Sociale Section 2 : Chirurgiens-dentistes, sages-femmes et auxiliaires médicaux Sous-section 2 : Conventions départementales. Article R162-2 A défaut de convention nationale, les tarifs

Plus en détail

Ordonnance concernant l'exercice de la profession de chef de laboratoire d'analyses médicales

Ordonnance concernant l'exercice de la profession de chef de laboratoire d'analyses médicales Ordonnance concernant l'exercice de la profession de chef de laboratoire d'analyses médicales du 12 mars 1997 Le Gouvernement de la République et Canton du Jura, vu les articles 46, alinéa 1, lettre b,

Plus en détail

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants L ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet

Plus en détail

Schweizerische Gesellschaft für Forensische Psychiatrie SGFP Société Suisse de Psychiatrie Forensique SSPF

Schweizerische Gesellschaft für Forensische Psychiatrie SGFP Société Suisse de Psychiatrie Forensique SSPF Schweizerische Gesellschaft für Forensische Psychiatrie SGFP Société Suisse de Psychiatrie Forensique SSPF Arrêt du Tribunal fédéral du 03.11.2006 sur l'assistance au suicide d'une personne atteinte de

Plus en détail

Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES

Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-IR-RICI-250-10-20-50-20151014 DGFIP IR - Réduction d'impôt au titre des

Plus en détail

CONCLUSIONS DE L'AVOCAT GÉNÉRAL M. GERHARD REISCHL, Messieurs les Juges,

CONCLUSIONS DE L'AVOCAT GÉNÉRAL M. GERHARD REISCHL, Messieurs les Juges, CONCLUSIONS DE M. REISCHL AFFAIRE 133-73 CONCLUSIONS DE L'AVOCAT GÉNÉRAL M. GERHARD REISCHL, PRÉSENTÉES LE 5 DÉCEMBRE 1973 1 Monsieur le Président, Messieurs les Juges, Dans le recours intenté par M. Bruns

Plus en détail

Régime 'travail lourd' : texte de vision du régime des travailleurs indépendants 1. 14 avril 2016

Régime 'travail lourd' : texte de vision du régime des travailleurs indépendants 1. 14 avril 2016 Régime 'travail lourd' : texte de vision du régime des travailleurs indépendants 1 14 avril 2016 La présente note établit les priorités du régime des travailleurs indépendants pour déterminer les principes

Plus en détail

Instructions aux bureaux de révision sur l exécution des contrôles d employeurs (IRE)

Instructions aux bureaux de révision sur l exécution des contrôles d employeurs (IRE) Instructions aux bureaux de révision sur l exécution des contrôles d employeurs (IRE) Valables dès le 1 er janvier 2008 318.107.09 f IRE 12.07 2 Table des matières Abréviations... 3 1. Principes... 4 2.

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR SUR LES FRAIS DE TRANSPORT. Textes extraits d ameli.fr (dossier mis à jour le 20 juin 2013)

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR SUR LES FRAIS DE TRANSPORT. Textes extraits d ameli.fr (dossier mis à jour le 20 juin 2013) TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR SUR LES FRAIS DE TRANSPORT Textes extraits d ameli.fr (dossier mis à jour le 20 juin 2013) Vous avez besoin d un transport pour rentrer chez vous après une opération, ou pour

Plus en détail

L'assurance maladie de la sécurité sociale

L'assurance maladie de la sécurité sociale Association internationale de la sécurité sociale Conférence régionale de l'aiss pour l'afrique Lusaka, Zambie, 9-12 août 2005 L'assurance maladie de la sécurité sociale Mise en place des régimes de soins

Plus en détail

Les perceptions des Français sur les évolutions du système de santé

Les perceptions des Français sur les évolutions du système de santé Les perceptions des Français sur les évolutions du système de santé Sondage Viavoice pour le CISS - Octobre 2010 MIEUX COMPRENDRE L OPINION POUR AGIR INSTITUT VIAVOICE Contacts : Arnaud ZEGIERMAN Aurélie

Plus en détail

I - L ELABORATION ADMINISTRATIVE

I - L ELABORATION ADMINISTRATIVE FICHE 9 - L ELABORATION DU BUDGET La loi de finances de l année fait l objet d une double élaboration. Le projet est préparé par les différents ministères parmi lesquels le ministère des Finances joue

Plus en détail

Textes de référence : Table des matières. A. Nature de la responsabilité

Textes de référence : Table des matières. A. Nature de la responsabilité L INDEMNISATION DES VICTIMES D ACCIDENTS LIES AUX ACTES MEDICAUX EN ALLEMAGNE Textes de référence :! 611 et suivants du Code civil allemand (BGB)! 823 et suivants du Code civil (BGB)! 223 al. 2 du Code

Plus en détail

Bulletin d information 2011-2

Bulletin d information 2011-2 Société de compensation en assurance médicaments du Québec Bulletin d information 2011-2 À l attention des assureurs et des administrateurs de régimes d avantages sociaux Note : Une première version de

Plus en détail

LA MUNICIPALITE DE CORSEAUX AU CONSEIL COMMUNAL

LA MUNICIPALITE DE CORSEAUX AU CONSEIL COMMUNAL LA MUNICIPALITE DE CORSEAUX AU CONSEIL COMMUNAL Préavis no 10-2011 Fixation de plafonds en matière d endettement et de risques pour cautionnements pour la législature 2011-2016 Monsieur le Président, Mesdames,

Plus en détail

- 55 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi

- 55 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi - 55 - TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi tendant à interdire ou à réglementer le cumul des fonctions et des rémunérations de dirigeant d'une entreprise du secteur public et d'une entreprise du secteur

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile

4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOINS DE LONGUE DURÉE 4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile (Suivi de la section 3.10 du Rapport annuel 2001) CONTEXTE Le

Plus en détail

Ordre des Experts Comptables de Tunisie

Ordre des Experts Comptables de Tunisie Ordre des Experts Comptables de Tunisie Note d orientation sur les diligences du Commissaire aux Comptes d un établissement de crédit en matière de l obligation mise à sa charge par l article 3 de la circulaire

Plus en détail

véhicules de 3,5 % et une augmentation de 1 % du nombre de véhicules assurés. La Régie a trouvé ces hypothèses raisonnables.

véhicules de 3,5 % et une augmentation de 1 % du nombre de véhicules assurés. La Régie a trouvé ces hypothèses raisonnables. Sommaire Le 18 juin 2003, la Société d'assurance publique du Manitoba («la SAPM») a déposé auprès de la Régie des services publics («la Régie») une demande d'approbation des primes d'assurance-automobile

Plus en détail

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014 Introduction Les modalités d hospitalisations sous contraintes sous extrêmement encadrées d un point de vue légal et réglementaire. Deux lois sont venues récemment modifier la Loi de 1990 relative «aux

Plus en détail

C146 Convention sur les congés payés annuels (gens de mer), 1976

C146 Convention sur les congés payés annuels (gens de mer), 1976 Page 1 of 7 C146 Convention sur les congés payés annuels (gens de mer), 1976 Convention concernant les congés payés annuels des gens de mer (Note: Date d'entrée en vigueur: 13:06:1979.) Description:(Convention)

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS

RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS Norme n o 610 RAPPORTS D ÉVALUATION VISANT UNE ENTITÉ DE PLACEMENT NORMES ET RECOMMANDATIONS SUR LES INFORMATIONS À FOURNIR DANS LES RAPPORTS 1. Les experts en évaluation d entreprises peuvent se voir

Plus en détail

ANNEXE 4 RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF)

ANNEXE 4 RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) ANNEXE 4 RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) En vue d'une première discussion, le comité permanent

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

Club des juristes Projet de 14 ème directive. sur les transferts transfrontaliers des sièges sociaux des sociétés de capitaux

Club des juristes Projet de 14 ème directive. sur les transferts transfrontaliers des sièges sociaux des sociétés de capitaux Club des juristes Projet de 14 ème directive DIRECTIVE /./CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du. sur les transferts transfrontaliers des sièges sociaux des sociétés de capitaux LE PARLEMENT EUROPEEN

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE N X LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES RÉGIMES DE RETRAITE

LIGNE DIRECTRICE N X LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES RÉGIMES DE RETRAITE LIGNE DIRECTRICE N X LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES RÉGIMES DE RETRAITE 1 mars 2011 TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE DE LA LIGNE DIRECTRICE... 3 Pratiques prudentes de placement...

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE & EXPATRIATION INFORMATIONS PRATIQUES

PROTECTION SOCIALE & EXPATRIATION INFORMATIONS PRATIQUES Les trois temps de la mobilité internationale COTTIN Sandy LEFEVRE Emilie LESURE Eliane OMICI Eve-Marie ZERGUINE Sonia par le groupe COLOMBIE Partir travailler à l étranger - Informations pratiques pour

Plus en détail

Protection sociale complémentaire : les dispenses d'affiliation de vos salariés (retraite, prévoyance, mutuelle)

Protection sociale complémentaire : les dispenses d'affiliation de vos salariés (retraite, prévoyance, mutuelle) Protection sociale complémentaire : les dispenses d'affiliation de vos salariés (retraite, prévoyance, mutuelle) Un régime de retraite supplémentaire ou de prévoyance peut être considéré comme obligatoire.

Plus en détail

Ordonnance d'exécution de la loi du 26 octobre 1978 portant introduction de la loi fédérale sur l'assurance-vieillesse et survivants

Ordonnance d'exécution de la loi du 26 octobre 1978 portant introduction de la loi fédérale sur l'assurance-vieillesse et survivants Ordonnance d'exécution de la loi du 26 octobre 1978 portant introduction de la loi fédérale sur l'assurance-vieillesse et survivants (Version en vigueur jusqu'au 31 décembre 2011) du 6 décembre 1978 L'Assemblée

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie Ordonnance sur l assurance directe autre que l assurance sur la vie (Ordonnance sur l assurance dommages, OAD) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 8 septembre

Plus en détail

Arrêté fixant les normes pour le calcul de l'aide matérielle

Arrêté fixant les normes pour le calcul de l'aide matérielle 4 novembre 1998 Arrêté fixant les normes pour le calcul de l'aide matérielle Etat au 1 er mars 2014 Le Conseil d'etat de la République et Canton de Neuchâtel, vu l'article 38 de la loi sur l'action sociale

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie Ordonnance sur l assurance directe sur la vie (Ordonnance sur l assurance-vie, OAssV) Modification du 26 novembre 2003 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 29 novembre 1993 sur l assurance-vie

Plus en détail

Les collaborateurs occasionnels du service public

Les collaborateurs occasionnels du service public Les collaborateurs occasionnels du service public Textes de référence : Article L 311-3-21 du code de la sécurité sociale Décret n 2000-35 du 17 janvier 2000 Arrêté du 21 juillet 2000 Décret n 2008-267

Plus en détail