INTÉRÊT DE LA SPECTROPHOTOMÉTRIE DÉRIVÉE POUR L'IDENTIFICATION D'UNE SUBSTANCE (*)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INTÉRÊT DE LA SPECTROPHOTOMÉTRIE DÉRIVÉE POUR L'IDENTIFICATION D'UNE SUBSTANCE (*)"

Transcription

1 56 Bull. Soc. Pharm. Bordeaux, 1997, 136, ITÉRÊT DE LA SPECTROPHOTOMÉTRIE DÉRIVÉE POUR L'IDETIFICATIO D'UE SUBSTACE (*) J. JOSEPH-CHARLES (1), M. BERTUCAT (1), P. LEVILLAI (2) L'utilisation de la spectrophotométrie dérivée peut fournir une information qualitative à l'analyste sur l'identification d'une substance. La spectrophotométrie - en dérivée première et en dérivée seconde - apporte une nette amélioration par rapport à la spectrophotométrie d'absorption classique dans la caractérisation d'un composé. Ceci est montré à travers l'étude de onze molécules à structure tricyclique. ITRODUCTIO La spectrophotométrie dans l'ultraviolet et le visible est souvent utilisée pour doser les principes actifs médicamenteux, grâce à la grande sensibilité des (*) (1) (2) Manuscrit reçu le 29 Septembre 1997 Laboratoire de Chimie Analytique Appliquée, U.F.R. des Sciences Pharmaceutiques, 3 ter, Place de la Victoire, Bordeaux Cedex Laboratoire de Chimie Analytique, U.F.R. des Sciences Pharmaceutiques, 2bis Boulevard Tonnelé, Tours Cedex

2 57 mesures. Malheureusement, son emploi pour la caractérisation des substances médicamenteuses est beaucoup plus réduit: au niveau de la Pharmacopée Française, seules quelques monographies utilisent cette technique. En effet, les spectres classiques donnent souvent une indication insuffisante pour l'identification d'une substance. Le spectre ultraviolet est beaucoup moins précis que son équivalent dans l'infrarouge : d'une part, seules les positions de maxima ou de minima très nets peuvent être définies avec une précision suffisante (+ ou - 1 nm par exemple) pour être caractéristiques, alors que les positions de nombreux épaulements ou de maxima peu marqués, quoique visibles sur le spectre, ne peuvent se voir attribuer une longueur d'onde précise. D'autre part, il n'existe souvent que peu de points définissables (un seul dans la plupart des cas). Or, de nombreuses substances peuvent avoir un maximum à la même longueur d'onde, ce qui peut entraîner des confusions. Ces raisons limitent donc l'intérêt de la méthode. C'est pourquoi nous avons voulu examiner la possibilité d'utiliser la dérivation pour améliorer la précision des spectres. En effet, la plupart des applications de cette technique trouvées dans la littérature à propos des médicaments, concernent l'analyse quantitative [ 1-11 ]. En revanche, peu de publications concernent l'analyse qualitative [ 12,13 ]. La spectrophotométrie dérivée peut pourtant être très intéressante pour résoudre le problème d'identification [ 14 ] ou permettre de savoir si un produit est pur ou en mélange. C'est une technique analytique utilisée pour améliorer la résolution de bandes d'absorption très voisines ou se recouvrant dans un spectre d'ordre zéro [ 15 ]. Cette méthode met très clairement en évidence les changements de pente des spectres et permet ainsi de noter les points d'inflexion avec précision. De plus, dans un spectre dérivé d'ordre n, une bande du spectre d'origine se traduit par l'existence de n+1 bandes alternativement positives et négatives, ce qui entraîne la formation de n points d'annulation faciles à déterminer avec une très grande précision (Figure 1). En conséquence, cette technique doit permettre de définir beaucoup plus clairement les caractéristiques du spectre ultraviolet d'une substance. L'objet de cet article est de montrer l'importance de la spectrophotométrie dérivée pour l'identification d'une substance et de vérifier la validité de notre hypothèse à travers l'étude de onze molécules tricycliques à structure azépinique ou apparentée (Tableau I).

3 58 Fig. 1 : Spectres en dérivée première ( 1 ) et seconde ( 2 ) d une bande d absorption gaussienne (A).

4 59 Ces composés peuvent être classés d'après leurs structures : Pyridobenzodiazépines : propizépine (PRO), pirenzépine (PIR) ; Dibenzodiazépines : dibenzépine (DIB), clobenzépam (CLOB), clozapine (CLOZ) ; Dibenzoxazépines : amoxapine (AMO), loxapine (LOX), nitroxazépine (IT) ; Dibenzothiazépine : clotiapine (CLOT); Dibenzazépine: fluperlapine (FLU) ; Dibenzothiépine : zotépine (ZOT ). Tableau I : Structures des principes actifs étudiés CH 3 H 3 C H 3 C H O. HCl O H. 2 HCl O CH 3 Propizépine Pirenzépine H 3 C CH 3 O H 3 C CH 3 O CH 3. HCl Cl H. HCl Dibenzépine Clobenzépam

5 60 Tableau I : Structure des principes actifs étudiés (suite) CH 3 H Cl Cl H Clozapine O Amoxapine CH 3 Cl H 3 C H 3 C O O 2 O O. HCl Loxapine itroxazépine CH 3 Cl F CH 3 S Clotiapine Fluperlapine H 3 C H 3 C O Cl S Zotépine

6 61 MATÉRIEL ET MÉTHODE Les spectres ont été tracés à l'aide d'un spectrophotomètre Gilford 2600 (Ciba Corning, Le Vésinet, France) équipé de cuves de quartz de 1 cm et relié à une table traçante Hewlett-Packard 8775 B (Hewlett-Packard, Évry, France). Les spectres ont été enregistrés contre un blanc solvant avec les paramètres suivants : Zone de longueur d'onde : nm Pas de mesure : 0,5 nm Largeur de fente : 0,1 mm Échelle d'expansion des ordonnées : - mode dy / dx: ± 0,05 - mode d 2 y / dx 2 : ± 0,005 Tous les produits chimiques ont été utilisés sans autre purification. Le méthanol, qualité pour analyses, RPE-ACS provient de Carlo Erba (Farmitalia Carlo Erba, Milan, Italie). Les principes actifs étudiés nous ont été aimablement fournis par les laboratoires suivants: PRO (UPSA, Agen, France), PIR (Boeringer Ingelheim, Reims, France), DIB et CLOT (Sandoz, Rueil- Malmaison, France), CLOB (Wander, Bâle, Suisse), AMO et LOX (Lederle, Oullins, France), IT (Ciba-Geigy, Bâle, Suisse), ZOT (Fujisawa Pharmaceutical Co, Osaka, Japon), CLOZ et FLU (Sandoz, Bâle, Suisse). Les solutions ont été préparées par dissolution dans le méthanol avec des concentrations finales permettant d'obtenir une absorbance comprise entre 0,5 et 1,0 U.A. au niveau des principaux maxima : 10 mg/l, sauf pour PIR et FLU à 20 mg/l et pour CLOB à 5 mg/l. * * *

7 62 RÉSULTATS Étude des spectres directs La facilité d'identification d'une substance par son spectre ultraviolet ou visible, dépend à la fois du nombre de bandes présentes dans le spectre, mais aussi de la largeur de ces bandes (une bande étroite présente généralement un maximum plus net) ou encore de la possibilité pour une bande, d'apparaître comme un épaulement sur une bande plus intense. Les onze molécules étudiées présentent ces différentes possibilités. Deux d'entre elles peuvent être définies avec précision (Tableau II et Figure 2). Par exemple, le spectre de FLU présente trois maxima à 230, 251 et 305 nm, trois minima à 227, 245 et 281 nm. De même, le spectre de ZOT montre deux maxima à 214 et 265 nm et un minimum à 246 nm. Tableau II : Longueurs d onde caractéristiques des spectres classiques ( 0 ) Composés Max Ep Min FLU ZOT (298) DIB 225 (245) 216 CLOB 229 (243) 214 PIR 283 (245) 263 PRO 218 (238)

8 63 Fig. 2 : Spectres classiques ( 0 ), en dérivée première ( 1 ), et seconde ( 2 ), de la fluperlapine (FLU) et de la zotapine (ZOT)

9 64 Tableau II (suite) : Longueurs d onde caractéristiques des spectres classiques ( 0 ) Composés Max Ep Min IT (228) 268 AMO LOX CLOZ 252 (299) (322) 252 (299) (325) (228) (260) (297) CLOT (263) (298) 247 (233) (232) (277) (308) 242 (276) (308) (223) (252) (284) (240) (250) (292) Max : maximum ; Min : minimum ; Ep : épaulement Gras : point très net ; italique : point net ; (parenthèses) : point peu précis. Tableau III : Longueurs d onde caractéristiques des spectres en dérivée première ( 1 ) Composés P.A. Max Min FLU

10 65 Fig. 3 : Spectres classiques ( 0 ), en dérivée première ( 1 ), et seconde ( 2 ), de l amoxapine (AMO) et de la dibenzépine (DIB)

11 66 Tableau III (suite) : Longueurs d onde caractéristiques des spectres en dérivée première ( 1 ) Composés P.A. Max Min ZOT DIB (281) CLOB (238) 248 PIR (299) PRO IT AMO (314) LOX (286) (295)

12 67 Fig. 4 : Spectres classiques ( 0 ), en dérivée première ( 1 ), et seconde ( 2 ), de la clozapine (CLOZ) et de la clotiapine (CLOT)

13 68 Tableau III (suite) : Longueurs d onde caractéristiques des spectres en dérivée première ( 1 ) Composés P.A. Max Min CLOZ CLOT Max : maximum ; Min : minimum ; P.A. : point d annulation Gras : point très net ; italique : point net ; (parenthèses) : point peu précis. Tableau IV: Longueurs d onde caractéristiques des spectres en dérivée seconde ( 2 ) Composés P.A. Max Min FLU (318)

14 69 Tableau IV (suite) : Longueurs d onde caractéristiques des spectres en dérivée seconde ( 2 ) Composés P.A. Max Min ZOT DIB CLOB (300) PIR PRO (260) (263) (287)

15 70 Tableau IV (suite) : Longueurs d onde caractéristiques des spectres en dérivée seconde ( 2 ) Composés P.A. Max Min IT (304) AMO LOX CLOZ

16 71 Tableau IV (suite) : Longueurs d onde caractéristiques des spectres en dérivée seconde ( 2 ) Composés P.A. Max Min CLOT Max : maximum ; Min : minimum ; P.A. : point d annulation Gras : point très net ; italique : point net ; (parenthèses) : point peu précis. Un groupe de substances (DIB, PIR, PRO, CLOB) possède un seul maximum assez facile à déterminer (Tableau II). Le spectre de DIB est représenté figure 3. En revanche, la bande principale du spectre de IT est plus large et son maximum plus délicat à préciser. otons par ailleurs la grande similitude des spectres de DIB et CLOB, liée à la faible différence de structure moléculaire. Trois molécules de structure très voisine (AMO, CLOZ, LOX) (figures 3 et 4) sont difficiles à caractériser car leurs spectres ne présentent que des bandes larges ou des épaulements. Seule LOX présente un maximum appréciable avec suffisamment de précision vers 252 nm (Tableau II). Là encore, les spectres de AMO et LOX sont pratiquement semblables. Enfin, les bandes du spectre de CLOT apparaissent essentiellement sous forme d'épaulements, si bien que malgré l'existence de trois bandes bien visibles (Tableau II, figure 4), l'identification de la molécule est très délicate. Globalement, l'apport de ces spectres directs pour l'identification des molécules est donc faible.

17 72 Étude des spectres en dérivée première Même pour les spectres bien définis à l'origine, la dérivation augmente la précision (Tableau III, figure 2). On sait, en effet, que chaque maximum ou minimum de la courbe d'origine (où la pente de la tangente est nulle) se traduit par un point d'annulation en dérivée première. Or, il est beaucoup plus facile de déterminer un point d'annulation que le maximum d'une bande assez large (Figures 2, 3 et 4). En choisissant une échelle dilatée, la position du point d'annulation peut être connue à moins de 0,1 nm près contre au moins 2 nm pour le maximum. De plus, chaque point d'inflexion du spectre d'origine va se traduire à son tour dans la courbe dérivée par l'existence d'un maximum ou d'un minimum. C'est ainsi que FLU, par exemple, présente six points d'annulation à 227, 230, 245, 251, 281 et 305 nm correspondant aux minima et aux maxima du spectre d'ordre zéro, et en plus trois maxima et deux minima nets. Pour ZOT, il apparaît également de nouveaux points caractéristiques avec cinq points d'annulation à 214, 246, 265, 287 et 299 nm. Le groupe des substances ne présentant qu'un maximum dans le spectre direct, voit en général également sa définition augmenter (Tableau II, figure 3). C'est tout particulièrement vrai pour AMO et LOX où les épaulements et bandes faibles sont nettement mis en évidence par l'existence des points d'annulation. Ces deux substances ont quatre points d'annulation identiques mais deux points supplémentaires à 243 et 250 nm pour LOX, permettent la différenciation. De plus, AMO présente un maximum net à 230 nm non donné par LOX. Pour DIB et CLOB, les points d'annulation sont, à 216 et 225 nm pour DIB, 214 et 229 nm pour CLOB. En outre, le spectre de DIB montre un maximum net à 245 nm non donné par CLOB (Tableau III). Par rapport au spectre direct, la dérivée première apporte une amélioration certaine pour l'identification de ces quatre substances: elle permet de différencier AMO de LOX, et DIB de CLOB. Enfin, pour les spectres mal définis, la dérivation apporte un gain important de précision (Tableau III, figure 4). Par exemple, pour CLOZ, on obtient cinq points d'annulation à 225, 254, 258, 287 et 295 nm, ce qui permet de connaître la position des maxima et des minima peu nets du spectre d'ordre zéro. CLOT

18 73 présente, de même, quatre points d'annulation à 252, 261, 293 et 302 nm. A ces valeurs s'ajoutent des maxima et des minima qui correspondent aux points d'inflexion du spectre direct. Étude des spectres en dérivée seconde La dérivée seconde accroît considérablement le nombre de points caractéristiques des spectres. En effet, à chaque bande du spectre d'origine correspondent trois bandes dans le spectre dérivé, soit deux maxima, un minimum et deux points d'annulation. Des bandes peu nettes en dérivée première sont mieux définies. On note ainsi que, pour FLU, on peut identifier aisément quinze points en dérivée seconde (contre six dans le spectre direct), pour ZOT onze points (contre quatre dans le spectre direct) (Tableau IV, figure 2). Le résultat est très intéressant pour les spectres n'ayant qu'un maximum (Tableau IV, figure 3). Dans le spectre en dérivée seconde, la localisation des épaulements du spectre direct devient particulièrement appréciable. Ainsi, l'épaulement vers 245 nm dans le spectre direct de DIB donne un minimum. Il en est de même pour les épaulements vers 233, 299 et 322 nm dans le spectre direct de AMO. LOX présente les mêmes minima que AMO, mais on peut différencier les deux substances : la courbe dérivée seconde de AMO montre quatorze longueurs d'onde caractéristiques contre dix pour LOX; on dénombre neuf points d'annulation pour AMO, six pour LOX et enfin, AMO présente un maximum net à 291 nm non donné par LOX. Quant à DIB et CLOB, leur différenciation est aussi possible. Leurs spectres sont mieux définis avec treize longueurs d'onde caractéristiques pour DIB, huit pour CLOB (contre deux dans le spectre direct ). DIB peut être caractérisé par son spectre en dérivée seconde avec six points d'annulation, celui de CLOB en comportant quatre, un maximum à 305 nm et un minimum net à 286 nm non présentés par CLOB (Tableau IV). Enfin, pour les spectres peu précis comme ceux de CLOZ et CLOT, la résolution améliorée des épaulements produit des minima supplémentaires. L'accroissement du nombre de maxima, de minima et de points d'annulation améliore très nettement la définition du spectre (Tableau IV, figure 4).

19 74 COCLUSIO L'augmentation du nombre de bandes obtenues par dérivation entraîne un accroissement corrélatif des points caractéristiques (maxima, minima et points d'annulation) de la courbe dérivée et ainsi, améliore la définition des spectres dans l'ultraviolet et le visible. La spectrophotométrie dérivée permet de prendre en compte la totalité du spectre et pas seulement le maximum donné par le spectre d'absorption. On peut, de cette façon, caractériser beaucoup plus précisément une substance que par les spectres classiques et apporter une solution à la séparation des produits dont les spectres sont proches. De plus, un seul appareil suffit pour l'identification et le dosage de la substance sans avoir recours à d'autres méthodes spectrophotométriques comme l'infrarouge. Cette méthode peut ainsi rendre de grands services pour l'établissement de dossiers d'autorisation de Mise sur le Marché. Elle pourrait servir pour effectuer des tests de pureté. Une étude plus approfondie pour en préciser les avantages comme éventuellement les écueils, fera l'objet d'une publication ultérieure. REMERCIEMETS ous remercions vivement les laboratoires qui nous ont permis de réaliser ce travail grâce à leur don généreux des principes actifs étudiés. RÉFÉRECES 1- O'Haver (T. C.) - Potential clinical applications of derivative and wavelength-modulation spectrometry.- Clin. Chem., 1979, 25, Traveset (J.), Such (V.), Gonzalo (R.), Gelpi (E.) - Derivative and graphical procedures for correction of irrelevant UV spectrophotometric absorption in changeable matrixes.- J. Pharm. Sci., 1980, 69,

20 75 3- Fasanmade (A. A.), Fell (A. F.) - Determination of chlorpromazine and its sulphoxide in pharmaceutical dosage forms by third-order derivative ultraviolet spectroscopy.- Analyst, 1985, 110, Davidson (A. G.), Elsheik (H.) - Assay of ephedrine or pseudoephedrine in pharmaceutical preparations by second and fourth derivative ultraviolet spectrophotometry.- Analyst, 1982, 107, Tobias (D. Y.) - First-derivative spectroscopic determination of acetaminophen and sodium salicylate in tablets.- J. Assoc. Off. Anal. Chem., 1983, 66, Knochen (M.), Altesor (C.), Dol (I.) - Simultaneous determination of tranylcypromine sulphate and trifluoperazine dihydrochloride in tablets by first-and fourth-derivative ultraviolet spectrophotometry.- Analyst, 1989, 114, Jones (R.), Marnham (G.) - The assay of procyclidine in tablets and injections by derivative spectrometry.- J. Pharm. Pharmacol., 1981, 33, Mura (P.), Santoni (G.), Pinzauti (S.) - Determination of phenytoin in tablets by second-order derivative ultraviolet spectroscopy.- Pharm. Acta Helv., 1987, 62, Parissi-Poulou (M.), Reizopoulou (V.), Koupparis (M.), Macheras (P.) - Second derivative UV spectrophotometric determination of hydrochlorothiazide and hydrochlorothiazide - amiloride combination in tablets.- Int. J. Pharm., 1989, 51, Petiot (J.), Prognon (P.), Postaire (E.), Larue (M.), Laurençon Courteille (F.), Pradeau (D.) - Multicomponent analysis of hydrosoluble polyvitamins by first-derivative spectrophotometry.- J. Pharm. Biomed. Anal., 1990, 8 (1), Joseph-Charles (J.), Bertucat (M.) - Dosage simultané de l'althiazide et de la spironolactone dans des comprimés par spectrophotométrie dérivée.- STP Pharma Sciences, 1993, 3 (3), Olson (E. C.), Alway (C. D.) - Automatic recording of derivative ultraviolet spectra. Application in steroid structure determination.- Anal. Chem., 1960, 32,

21 Duhau (L.), Lafargue (P.), Levillain (P.), Galliot (M.), Bourdon (R.) - Caractérisation des benzodiazépines par spectrophotométrie dérivée.- Analusis, 1989, 17, Levillain (P.), Fompeydie (D.) - Spectrophotométrie dérivée: intérêt, limites et applications.- Analusis, 1986, 14, Giese (A. T.), French (C. S.) - The analysis of overlapping spectral absorption bands by derivative spectrophotometry.- Appl. Spectroscopy, 1955, 9, ABSTRACT Advantages of derivative spectrophotometry for identification of a compound Derivative spectrophotometry yields qualitative information to the analyst about identification of a compound. First and second derivative spectrophotometry permits significant improvement for the characterization of a compound compared with conventional absorption spectrophotometry. This is shown through the study of eleven tricyclic molecules. Key-words : derivative spectrophotometry, identification.

101 Adoptée : 12 mai 1981

101 Adoptée : 12 mai 1981 LIGNE DIRECTRICE DE L OCDE POUR LES ESSAIS DE PRODUITS CHIMIQUES 101 Adoptée : 12 mai 1981 «Spectres d'absorption UV-VIS» (Méthode spectrophotométrique) 1. I N T R O D U C T I O N I n f o r m a t i o n

Plus en détail

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 1 1.But et théorie: Le but de cette expérience est de comprendre l'intérêt de la spectrophotométrie d'absorption moléculaire

Plus en détail

PRISE EN MAIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMADZU U.V. 240

PRISE EN MAIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMADZU U.V. 240 I.N.S.. DE ROUEN Laboratoire de Chimie nalytique U.V. N PRISE EN MIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMDZU U.V. 240. OBJECTIFS - Choix des paramètres nécessaires pour un tracé de spectre. - Utilisation

Plus en détail

FORMATION ASSURANCE QUALITE ET CONTROLES DES MEDICAMENTS QUALIFICATION DES EQUIPEMENTS EXEMPLE : SPECTROPHOTOMETRE UV/VISIBLE

FORMATION ASSURANCE QUALITE ET CONTROLES DES MEDICAMENTS QUALIFICATION DES EQUIPEMENTS EXEMPLE : SPECTROPHOTOMETRE UV/VISIBLE FORMATION ASSURANCE QUALITE ET CONTROLES DES MEDICAMENTS ISO/IEC 17025 Chapitre 5 : EXIGENCES TECHNIQUES QUALIFICATION DES EQUIPEMENTS EXEMPLE : SPECTROPHOTOMETRE UV/VISIBLE Nicole GRABY PA/PH/OMCL (07)

Plus en détail

pka D UN INDICATEUR COLORE

pka D UN INDICATEUR COLORE TP SPETROPHOTOMETRIE Lycée F.BUISSON PTSI pka D UN INDIATEUR OLORE ) Principes de la spectrophotométrie La spectrophotométrie est une technique d analyse qualitative et quantitative, de substances absorbant

Plus en détail

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.»

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.» Chapitre 5 / TP 1 : Contrôle qualité de l'eau de Dakin par dosage par étalonnage à l'aide d'un spectrophotomètre Objectif : Vous devez vérifier la concentration massique d'un désinfectant, l'eau de Dakin.

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Terminale S CHIMIE TP n 2b (correction) 1 SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Objectifs : Déterminer l évolution de la vitesse de réaction par une méthode physique. Relier l absorbance

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Spectrophotomètre à réseau

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Spectrophotomètre à réseau PHYSIQUE-CHIMIE L absorption des radiations lumineuses par la matière dans le domaine s étendant du proche ultraviolet au très proche infrarouge a beaucoup d applications en analyse chimique quantitative

Plus en détail

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Spectrophotomètre à réseau...2 I.Loi de Beer et Lambert... 2 II.Diffraction par une, puis par deux fentes rectangulaires... 3

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur ht ANALYSE SPECTRALE Une espèce chimique est susceptible d interagir avec un rayonnement électromagnétique. L étude de l intensité du rayonnement (absorbé ou réémis) en fonction des longueurs d ode s appelle

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Mise en pratique : Etude de spectres

Mise en pratique : Etude de spectres Mise en pratique : Etude de spectres Introduction La nouvelle génération de spectromètre à détecteur CCD permet de réaliser n importe quel spectre en temps réel sur toute la gamme de longueur d onde. La

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 8 (b) Un entretien d embauche autour de l eau de Dakin Type d'activité Activité expérimentale avec démarche d investigation Dans cette version, l élève est

Plus en détail

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde.

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde. CC4 LA SPECTROPHOTOMÉTRIE I) POURQUOI UNE SUBSTANCE EST -ELLE COLORÉE? 1 ) La lumière blanche 2 ) Solutions colorées II)LE SPECTROPHOTOMÈTRE 1 ) Le spectrophotomètre 2 ) Facteurs dont dépend l'absorbance

Plus en détail

Chapitre 7 Les solutions colorées

Chapitre 7 Les solutions colorées Chapitre 7 Les solutions colorées Manuel pages 114 à 127 Choix pédagogiques. Ce chapitre a pour objectif d illustrer les points suivants du programme : - dosage de solutions colorées par étalonnage ; -

Plus en détail

GAMME UviLine 9100 & 9400

GAMME UviLine 9100 & 9400 Agro-alimentaire/Biotechnologie/Enseignement/Recherche/Santé/Industrie GAMME UviLine 9100 & 9400 Spectrophotomètres UV & Visible Une combinaison intelligente d innovations n Excellente précision de mesure

Plus en détail

GAMME UVILINE 9100 & 9400

GAMME UVILINE 9100 & 9400 GAMME UVILINE 9100 & 9400 SPECTROPHOTOMÈTRES UV & VISIBLE NOUVEAU Sipper avec effet peltier Une combinaison intelligente d innovations EXCELLENTE PRÉCISION DE MESURE GRÂCE À UNE OPTIQUE HAUT DE GAMME Gain

Plus en détail

La spectrophotométrie

La spectrophotométrie Chapitre 2 Document de cours La spectrophotométrie 1 Comment interpréter la couleur d une solution? 1.1 Décomposition de la lumière blanche En 1666, Isaac Newton réalise une expérience cruciale sur la

Plus en détail

Comment suivre l évolution d une transformation chimique? + S 2 O 8 = I 2 + 2 SO 4

Comment suivre l évolution d une transformation chimique? + S 2 O 8 = I 2 + 2 SO 4 Afin d optimiser leurs procédés, les industries chimiques doivent contrôler le bon déroulement de la réaction de synthèse menant aux espèces voulues. Comment suivre l évolution d une transformation chimique?

Plus en détail

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire :

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : 1. Prélever ml de la solution mère à la pipette jaugée. Est-ce que je sais : Mettre une propipette sur une pipette

Plus en détail

TPG 12 - Spectrophotométrie

TPG 12 - Spectrophotométrie TPG 12 - Spectrophotométrie Travail par binôme Objectif : découvrir les conditions de validité et les utilisations possibles de la loi de Beer-Lambert I- Tracé de la rosace des couleurs Choisir un des

Plus en détail

Meine Flüssigkeit ist gefärbt*, comme disaient August Beer (1825-1863) et Johann Heinrich Lambert (1728-1777)

Meine Flüssigkeit ist gefärbt*, comme disaient August Beer (1825-1863) et Johann Heinrich Lambert (1728-1777) 1ère S Meine Flüssigkeit ist gefärbt*, comme disaient August Beer (1825-1863) et Johann Heinrich Lambert (1728-1777) Objectif : pratiquer une démarche expérimentale pour déterminer la concentration d une

Plus en détail

DETERMINATION DE LA CONCENTRATION D UNE SOLUTION COLOREE

DETERMINATION DE LA CONCENTRATION D UNE SOLUTION COLOREE P1S2 Chimie ACTIVITE n 5 DETERMINATION DE LA CONCENTRATION D UNE SOLUTION COLOREE Le colorant «bleu brillant FCF», ou E133, est un colorant artificiel (de formule C 37 H 34 N 2 Na 2 O 9 S 3 ) qui a longtemps

Plus en détail

Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800

Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800 Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800 Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800 Double faisceau avec optiques parfaitement stables. Bande passante 1,5 nm. Logiciel de navigation Jenway Flight

Plus en détail

Objectifs pédagogiques : spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre Savoir changer l ampoule d un

Objectifs pédagogiques : spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre Savoir changer l ampoule d un CHAPITRE 6 : LE SPECTROPHOTOMETRE Objectifs pédagogiques : Citer les principaux éléments d un dun spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre p Savoir changer l ampoule

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

TEMPÉRATURE DE SURFACE D'UNE ÉTOILE

TEMPÉRATURE DE SURFACE D'UNE ÉTOILE TEMPÉRATURE DE SURFACE D'UNE ÉTOILE Compétences mises en jeu durant l'activité : Compétences générales : Etre autonome S'impliquer Elaborer et réaliser un protocole expérimental en toute sécurité Compétence(s)

Plus en détail

4. Conditionnement et conservation de l échantillon

4. Conditionnement et conservation de l échantillon 1. Objet S-II-3V1 DOSAGE DU MERCURE DANS LES EXTRAITS D EAU RÉGALE Description du dosage du mercure par spectrométrie d absorption atomique de vapeur froide ou par spectrométrie de fluorescence atomique

Plus en détail

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler Compétences exigibles : - Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mesurer une vitesse en utilisant l effet Doppler. - Exploiter l expression du

Plus en détail

Utilisation d un tableur dans l exploitation des courbes de dosage spectrophotométrique.

Utilisation d un tableur dans l exploitation des courbes de dosage spectrophotométrique. Utilisation d un tableur dans l exploitation des courbes de dosage spectrophotométrique. A METHODE DE LA GAMME D ETALONNAGE... 1 1. Saisie des valeurs... 1 2. Tracé de la gamme d étalonnage... 2 3. Modélisation

Plus en détail

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Objectifs : Exploiter un spectre infrarouge pour déterminer des groupes caractéristiques Relier un spectre

Plus en détail

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage Un dosage (ou titrage) a pour but de déterminer la concentration molaire d une espèce (molécule ou ion) en solution (généralement aqueuse). Un réactif de concentration

Plus en détail

Les appareillages des Spectrométrie optique

Les appareillages des Spectrométrie optique ATELIERS DE BIOPHOTONIQUE Les appareillages des Spectrométrie optique 1. Spectroscopies optiques conventionnelles Spectrophotomètre, Spectrofluorimètre, 2. Analyse Spectrale en Microscopie de fluorescence

Plus en détail

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie TECHNIQUES: Principes de la chromatographie 1 Définition La chromatographie est une méthode physique de séparation basée sur les différentes affinités d un ou plusieurs composés à l égard de deux phases

Plus en détail

UviLight XTW Spectrophotomètre UV-Vis

UviLight XTW Spectrophotomètre UV-Vis Enseignement Agro-alimentaire Sciences Chimie Recherche Laboratoires de référence UviLight XTW Spectrophotomètre UV-Vis Accédez aux meilleures performances grâce à des spécificités optiques supérieures

Plus en détail

Spectrophotomètres. www.jenway.com

Spectrophotomètres. www.jenway.com Imlab Oude Vijvers 1 B-3370 Boutersem Spectrophotomètres www.jenway.com Bibby Scientific France - ZI du Rocher Vert - BP 79-77793 Nemours Cedex Tél. : 01 64 45 13 13 - Fax : 01 64 45 13 00 - email : bsf@bibby-scientific.fr

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV- VISIBLE

SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV- VISIBLE 18 CHAPITRE III SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV- VISIBLE La spectroscopie d absorption dans l UV et le visible est une méthode très commune dans les laboratoires. Elle est basée sur la propriété des

Plus en détail

pour la détermination du COT dans l eau ultra pure être légèrement oxydées, certaines plus que d autres, les pharmacopées prescrivent

pour la détermination du COT dans l eau ultra pure être légèrement oxydées, certaines plus que d autres, les pharmacopées prescrivent Pharma Eau purifiée Perspectives dans l analyse des eaux purifiés 11 News THORNTON Leading Pure Water Analytics SST Test d adéquation du système pour la détermination du COT dans l eau ultra pure La détermination

Plus en détail

TP 3 diffusion à travers une membrane

TP 3 diffusion à travers une membrane TP 3 diffusion à travers une membrane CONSIGNES DE SÉCURITÉ Ce TP nécessite la manipulation de liquides pouvant tacher les vêtements. Le port de la blouse est fortement conseillé. Les essuie tout en papier

Plus en détail

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone Carbone Carbone Carbone En dehors des nombreux procédés qui ont déjà largement progressé en matière d élimination de l azote et des phosphates, la fonction principale d une station d épuration réside dans

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants

Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants & INNOVATION 2014 NO DRIVER! Logiciel embarqué Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants contact@ovio-optics.com www.ovio-optics.com Spectromètre

Plus en détail

33-Dosage des composés phénoliques

33-Dosage des composés phénoliques 33-Dosage des composés phénoliques Attention : cette manip a été utilisée et mise au point pour un diplôme (Kayumba A., 2001) et n a plus été utilisée depuis au sein du labo. I. Principes Les composés

Plus en détail

Spectrophotomètres. Spectrophotomètres modèle 6700. Les spectrophotomètres Série 67 : 3 modèles uniques

Spectrophotomètres. Spectrophotomètres modèle 6700. Les spectrophotomètres Série 67 : 3 modèles uniques Spectrophotomètres Les spectrophotomètres Série 67 : 3 modèles uniques Forte de son expérience en spectrophotométrie, la société Jenway a mis au point une série de spectrophotomètres nouvelle génération.

Plus en détail

Correction ex feuille Etoiles-Spectres.

Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Exercice n 1 1 )Signification UV et IR UV : Ultraviolet (λ < 400 nm) IR : Infrarouge (λ > 800 nm) 2 )Domaines des longueurs d onde UV : 10 nm < λ < 400 nm IR : 800

Plus en détail

C f tracée ci- contre est la représentation graphique d une

C f tracée ci- contre est la représentation graphique d une TLES1 DEVOIR A LA MAISON N 7 La courbe C f tracée ci- contre est la représentation graphique d une fonction f définie et dérivable sur R. On note f ' la fonction dérivée de f. La tangente T à la courbe

Plus en détail

Guide simplifié Identification et désignation des substances au titre de REACH et CLP

Guide simplifié Identification et désignation des substances au titre de REACH et CLP Guide simplifié Identification et désignation des substances au titre de REACH et CLP Pour obtenir les informations les plus récentes sur l'évaluation de la sécurité des produits chimiques, consultez le

Plus en détail

REMARQUES SUR LE PETIT FRAGMENT DE TABLETTE CHYPRO MINOENNE TROUVÉ A ENKOMI EN 1952. par EMILIA MAS SON

REMARQUES SUR LE PETIT FRAGMENT DE TABLETTE CHYPRO MINOENNE TROUVÉ A ENKOMI EN 1952. par EMILIA MAS SON REMARQUES SUR LE PETIT FRAGMENT DE TABLETTE CHYPRO MINOENNE TROUVÉ A ENKOMI EN 952 par EMILIA MAS SON. C'est pendant sa campagne de 952 à Enkomi que M. Porphyrios Dikaios a trouvé un petit fragment de

Plus en détail

EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A. Figure 2

EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A. Figure 2 EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A 1. Figure 2 D On observe sur l'écran un étalement du faisceau laser, perpendiculaire à la direction du fil, constitué d'une tache centrale

Plus en détail

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Objectifs : Extraire et exploiter des informations sur l'absorption des rayonnements par l'atmosphère terrestre. Connaitre des sources

Plus en détail

β-galactosidase A.2.1) à 37 C, en tampon phosphate de sodium 0,1 mol/l ph 7 plus 2-mercaptoéthanol 1 mmol/l et MgCl 2 1 mmol/l (tampon P)

β-galactosidase A.2.1) à 37 C, en tampon phosphate de sodium 0,1 mol/l ph 7 plus 2-mercaptoéthanol 1 mmol/l et MgCl 2 1 mmol/l (tampon P) bioch/enzymo/tp-betagal-initiation-michaelis.odt JF Perrin maj sept 2008-sept 2012 page 1/6 Etude de la β-galactosidase de E. Coli : mise en évidence d'un comportement Michaélien lors de l'hydrolyse du

Plus en détail

SVE 222 & PCL-442. Fascicule de Travaux Pratiques

SVE 222 & PCL-442. Fascicule de Travaux Pratiques SVE 222 & PCL-442 Fascicule de Travaux Pratiques 2014-2015 Institut Supérieur de l Education et de la Formation Continue Bassem Jamoussi & Radhouane Chakroun 1 Sommaire PCL 442/SVE222 - TP N 1 : Etude

Plus en détail

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide La constante d autoprotolyse de l eau, K W, est égale au produit de K a par K b pour un couple acide/base donné : En passant en échelle logarithmique, on voit donc que la somme du pk a et du pk b d un

Plus en détail

DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. PLASSERAUD 84, rue d'amsterdam, F-75009 Paris (FR)

DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. PLASSERAUD 84, rue d'amsterdam, F-75009 Paris (FR) Patentamt JEuropâisches European Patent Office @ Numéro de publication: 0 1 1 0 7 5 4 Office européen des brevets ^ ^ DEMANDE DE BREVET EUROPEEN Numéro de dépôt: 83402133.9 Int. Cl.3: C 07 C 103/183, C

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

TP n 1: Initiation au laboratoire

TP n 1: Initiation au laboratoire Centre Universitaire d El-Tarf Institut des Sciences Agronomiques 3 ème année Contrôle de Qualité en Agroalimentaire TP n 1: Initiation au laboratoire Introduction L analyse de la matière vivante au laboratoire

Plus en détail

10. Instruments optiques et Microscopes Photomètre/Cuve

10. Instruments optiques et Microscopes Photomètre/Cuve 0. Instruments s et Microscopes GENERAL CATALOGUE 00/ Cuve à usage unique pour spectrophotomètre Cuve jetable, moulée en et en pour UV. Avec parois traitées Kartell ment pour une transparence optimale

Plus en détail

D ETECTEURS L UXMETRE SUR TIGE C OMPTEUR DE FRANGES A FIBRE OPTIQUE. Détecteurs

D ETECTEURS L UXMETRE SUR TIGE C OMPTEUR DE FRANGES A FIBRE OPTIQUE. Détecteurs D ETECTEURS L UXMETRE SUR TIGE Capteur luxmètre à sonde détachable, idéal pour les expériences de polarisation, il permet de quantifier simplement et rapidement les principales sources et phénomènes lumineux.

Plus en détail

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE OBJECTIFS : - Distinguer un spectre d émission d un spectre d absorption. - Reconnaître et interpréter un spectre d émission d origine thermique - Savoir qu un

Plus en détail

Mesures de PAR. Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse

Mesures de PAR. Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse Le rayonnement lumineux joue un rôle critique dans le processus biologique et chimique de la vie sur terre. Il intervient notamment dans sur les

Plus en détail

Mallette Métrologie Contrôle des spectrophotomètres

Mallette Métrologie Contrôle des spectrophotomètres 1 MATERIEL Mallette Métrologie 2 PRINCIPE Le présent mode opératoire vise à décrire les différentes étapes à suivre afin de : - Vérifier l exactitude de la longueur d onde de 250 à 650 nm sous condition

Plus en détail

Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014

Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014 Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014 Commentaires pour l'évaluation Contenu du cahier de laboratoire Problématique : Le glucose est un nutriment particulièrement important pour le sportif.

Plus en détail

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE CONCOURS EXTERNE Session 2005 TRAVAUX PRATIQUES DE BIOCHIMIE PHYSIOLOGIE ALCOOL ET FOIE L éthanol, psychotrope puissant, est absorbé passivement dans l intestin

Plus en détail

De nombreux composés comportant le squelette aryléthanolamine (Ar-CHOH-CH2-NHR) interfèrent avec le

De nombreux composés comportant le squelette aryléthanolamine (Ar-CHOH-CH2-NHR) interfèrent avec le [E1-2007S] pp75 (40 points) Chimie Thérapeutique - Pharmacologie De nombreux composés comportant le squelette aryléthanolamine (Ar-CHOH-CH2-NHR) interfèrent avec le système adrénergique. Leur profil d

Plus en détail

LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN

LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN Dans cette leçon nous définissons le modèle de plus court chemin, présentons des exemples d'application et proposons un algorithme de résolution dans le cas où les longueurs

Plus en détail

Master 2 professionnel MAAPS Méthodologies Analytiques Appliquées aux Produits de Santé

Master 2 professionnel MAAPS Méthodologies Analytiques Appliquées aux Produits de Santé Master 2 professionnel MAAPS Méthodologies Analytiques Appliquées aux Produits de Santé Parcours MASTER : Sciences Technologies Santé MENTION : Médicaments et Produits de Santé SPECIALITE : Master PRO

Plus en détail

MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT

MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT ANNEXE VI MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT RECOMMANDATIONS GÉNÉRALES Les utilisateurs s attendent à trouver dans les définitions des

Plus en détail

I. Principe des dosages :

I. Principe des dosages : Dans les cours d'eau, notamment canalisés, et dans les régions densément habitées ou d'agriculture intensive, les nitrites sont souvent un paramètre important de déclassement des cours d'eau. Chez l'homme

Plus en détail

Cuves pour Spectrophotomètres

Cuves pour Spectrophotomètres Cuves pour Spectrophotomètres Tél : 01.45.12.90.80 Fax : 01.45.12.94.75 info@bioserv.fr Page 25 TRAYCELL Ultra Micro Cuve à Fibres Optiques La TrayCell Hellma est une ultra micro cuve à fibres optiques

Plus en détail

TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie

TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie Nom : Prénom: n groupe: TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie Consignes de sécurité de base: Porter une blouse en coton, pas de nu-pieds Porter des lunettes, des gants (en fonction des espèces

Plus en détail

Expérience 3 Formats de signalisation binaire

Expérience 3 Formats de signalisation binaire Expérience 3 Formats de signalisation binaire Introduction Procédures Effectuez les commandes suivantes: >> xhost nat >> rlogin nat >> setenv DISPLAY machine:0 >> setenv MATLABPATH /gel/usr/telecom/comm_tbx

Plus en détail

L ANALYSE TECHNIQUE. TradingCity.biz

L ANALYSE TECHNIQUE. TradingCity.biz L ANALYSE TECHNIQUE Initiation TradingCity.biz 1 Analyse Technique " L analyse technique est l étude de l évolution d un marché principalement sur base de graphique, dans le but de prévoir les futures

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points)

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) Bac S 2015 Antilles Guyane http://labolycee.org EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) La benzocaïne (4-aminobenzoate d éthyle) est utilisée en médecine comme anesthésique local

Plus en détail

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN Salle de TP de Génie Analytique Ce document résume les principaux aspects de la RMN nécessaires à la réalisation des TP de Génie Analytique de 2ème année d IUT de

Plus en détail

www.mesureo.com A N A L Y S E U R E N L I G N E D A G V D E S B I C A R B O N A T E S D E L A L C A L I N I T E

www.mesureo.com A N A L Y S E U R E N L I G N E D A G V D E S B I C A R B O N A T E S D E L A L C A L I N I T E www.mesureo.com A N A L Y S E U R E N L I G N E D A G V D E S B I C A R B O N A T E S D E L A L C A L I N I T E Solutions pour l analyse de l eau en ligne AnaSense Analyseur en ligne d AGV, des bicarbonates

Plus en détail

TRACER LE GRAPHE D'UNE FONCTION

TRACER LE GRAPHE D'UNE FONCTION TRACER LE GRAPHE D'UNE FONCTION Sommaire 1. Méthodologie : comment tracer le graphe d'une fonction... 1 En combinant les concepts de dérivée première et seconde, il est maintenant possible de tracer le

Plus en détail

COMMENTAIRE ARGUMENTE : Du café sans caféine!

COMMENTAIRE ARGUMENTE : Du café sans caféine! Seconde Thème : La santé MENTAIRE ARGUMENTE : Du café sans caféine! DESCRIPTIF DE SUJET DESTINE AU PROFESSEUR Objectif Initier les élèves de seconde à l argumentation scientifique telle qu elle peut être

Plus en détail

TP SIN Traitement d image

TP SIN Traitement d image TP SIN Traitement d image Pré requis (l élève doit savoir): - Utiliser un ordinateur Objectif terminale : L élève doit être capable de reconnaître un format d image et d expliquer les différents types

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUESDE BIOCHIMIE L1

TRAVAUX PRATIQUESDE BIOCHIMIE L1 TRAVAUX PRATIQUESDE BICHIMIE L1 PRINTEMPS 2011 Les acides aminés : chromatographie sur couche mince courbe de titrage Etude d une enzyme : la phosphatase alcaline QUELQUES RECMMANDATINS IMPRTANTES Le port

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

Rayonnements dans l univers

Rayonnements dans l univers Terminale S Rayonnements dans l univers Notions et contenu Rayonnements dans l Univers Absorption de rayonnements par l atmosphère terrestre. Etude de documents Compétences exigibles Extraire et exploiter

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

METHODES SPECTROMETRIQUES D'ANALYSE ET DE CARACTERISATION

METHODES SPECTROMETRIQUES D'ANALYSE ET DE CARACTERISATION METHO SPECTROMETRIQUES D'ANALYSE ET DE CARACTERISATION SPECTROPHOTOMETRIE UV-VIS Page 2 Page 3 SOMMAIRE 1. DOMAINES D APPLICATIONS... 5 1.1. LA COMPLÉMENTARITÉ AVEC LA SPECTROMÉTRIE IR... 5 1.2. LES LIMITES

Plus en détail

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Document du professeur 1/7 Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS Physique Chimie SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORPTION Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Les étoiles : l analyse de la lumière provenant

Plus en détail

DÉVERSEMENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYMÉTRIQUE SOUMISE À DES MOMENTS D EXTRÉMITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE

DÉVERSEMENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYMÉTRIQUE SOUMISE À DES MOMENTS D EXTRÉMITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE Revue Construction étallique Référence DÉVERSEENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYÉTRIQUE SOUISE À DES OENTS D EXTRÉITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE par Y. GALÉA 1 1. INTRODUCTION Que ce

Plus en détail

OPTIMISATION À UNE VARIABLE

OPTIMISATION À UNE VARIABLE OPTIMISATION À UNE VARIABLE Sommaire 1. Optimum locaux d'une fonction... 1 1.1. Maximum local... 1 1.2. Minimum local... 1 1.3. Points stationnaires et points critiques... 2 1.4. Recherche d'un optimum

Plus en détail

Spectrophotométrie. Spectrophotomètre CCD2. Réf : 701 606. Version 1.0. Français p 2. Version : 4105

Spectrophotométrie. Spectrophotomètre CCD2. Réf : 701 606. Version 1.0. Français p 2. Version : 4105 Réf : Version 1.0 Français p 2 Version : 4105 Spectrophotomètre CCD2 1 Avant-propos et description Chère cliente, cher client, nous vous félicitons d'avoir choisi notre Spectrophotomètre CCD2 pour réaliser

Plus en détail

Une nouvelle technique d'analyse : La spectrophotométrie

Une nouvelle technique d'analyse : La spectrophotométrie Une nouvelle technique d'analyse : La spectrophotométrie Par spectrophotométrie on peut : - déterminer la concentration d'une espèce chimique colorée en solution à partir de l'absorbance. - suivre la cinétique

Plus en détail

Introduction. I Étude rapide du réseau - Apprentissage. II Application à la reconnaissance des notes.

Introduction. I Étude rapide du réseau - Apprentissage. II Application à la reconnaissance des notes. Introduction L'objectif de mon TIPE est la reconnaissance de sons ou de notes de musique à l'aide d'un réseau de neurones. Ce réseau doit être capable d'apprendre à distinguer les exemples présentés puis

Plus en détail

TECHNOLOGIE DE L OPTIQUE GUIDEE

TECHNOLOGIE DE L OPTIQUE GUIDEE REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie --------------------- UNIVERSITE DE YAOUNDE I ---------------------- ECOLE NATIONALE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE ---------------------- REPUBLIC OF CAMEROUN Peace

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

GESTIONS DE CRISE Gestion de crise et coopération au niveau d'un groupe européen

GESTIONS DE CRISE Gestion de crise et coopération au niveau d'un groupe européen GESTIONS DE CRISE Gestion de crise et coopération au niveau d'un groupe européen Crisis management Crisis management and cooperation in a European group Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 7, Numéro

Plus en détail

Les algorithmes de base du graphisme

Les algorithmes de base du graphisme Les algorithmes de base du graphisme Table des matières 1 Traçage 2 1.1 Segments de droites......................... 2 1.1.1 Algorithmes simples.................... 3 1.1.2 Algorithmes de Bresenham (1965).............

Plus en détail

ENQUETE SUR LES AIDES TECHNIQUES CHEZ LES SOURDS ET MALENTENDANTS

ENQUETE SUR LES AIDES TECHNIQUES CHEZ LES SOURDS ET MALENTENDANTS ENQUETE SUR LES AIDES TECHNIQUES CHEZ LES SOURDS ET MALENTENDANTS Monsieur R. MAZELIER BUDOCES - 40, rue du Mont-Valérien - 92210 Saint-Cloud Lancée en février 1988 à travers les deux périodiques de la

Plus en détail

INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE

INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE Table des matières 1 Introduction : 2 2 Comment obtenir un spectre? : 2 2.1 Étaller la lumière :...................................... 2 2.2 Quelques montages possibles

Plus en détail

Disparités entre les cantons dans tous les domaines examinés

Disparités entre les cantons dans tous les domaines examinés Office fédéral de la statistique Bundesamt für Statistik Ufficio federale di statistica Uffizi federal da statistica Swiss Federal Statistical Office EMBARGO: 02.05.2005, 11:00 COMMUNIQUÉ DE PRESSE MEDIENMITTEILUNG

Plus en détail

RDP : Voir ou conduire

RDP : Voir ou conduire 1S Thème : Observer RDP : Voir ou conduire DESCRIPTIF DE SUJET DESTINE AU PROFESSEUR Objectif Compétences exigibles du B.O. Initier les élèves de première S à la démarche de résolution de problème telle

Plus en détail