Les Bases de Données

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les Bases de Données"

Transcription

1 Les Bases de Données 1. Introduction 1.1 Définition On peut parler de bases de données partout où des informations sont plus ou moins structurées et rassemblées dans des systèmes organisés. La gestion et l évaluation des données deviennent possibles dès l instant où les données sont organisées selon une structure déterminante, c est à dire que les informations sont construites d après un schéma bien précis. Exemples : - Fichier d adresses - Fichier du personnel - Gestion de factures - Gestion des commandes clients 1.2 Modèle de bases de données hiérarchiques Il s agit du plus ancien modèle de bases de données. Les relations entre les différentes informations sont organisées suivant une structure hiérarchique. Un pointeur permet de référencer un ou plusieurs éléments qui à leur tour divergent vers d autres et ainsi de suite. Le système de gestion des fichiers sur un disque magnétique est construit suivant ce modèle. 1.3 Modèle de bases de données relationnelles Les informations sont ici rassemblées dans des tables. Une base peut renfermer plusieurs tables communicantes entre elles par des relations. C est le modèle de bases de données que nous étudierons dans ce cours. 2. Modèle de bases de données relationelles 2.1 Les tables A l intérieur de la table toutes les fiches (les enregistrements) ont la même structure, elles contiennent toutes le même type d information. Une table est organisée en lignes et en colonnes, chaque ligne représentant un enregistrement et chaque colonne un champ. N personnel Nom Prénom Service Supérieur 10 Térieur Alain Comptabilité Maurice 22 Térieur Alex Commercial Martin 25 Kanne Jerry Comptabilité Maurice 41 Nemar Jean Technique René Les Bases de Données Page 1 / 12

2 2.2 Les enregistrements Chaque enregistrement est constitué de champs. 2.3 Les champs Il s agit de la plus petite information qui compose un enregistrement comme le prénom dans un fichier d adresses. Un champ est caractérisé par : Son intitulé Son type (nature de l information qu il contient) Texte Nombre Date Etc. Par analogie avec un fichier «manuscrit», une table correspond à un bac a fiches, un enregistrement à une fiche, un champ à une rubrique à l intérieur de la fiche. 2.4 La clé Un champ peut être défini comme clé, une clé sert à identifier sans ambiguïté un enregistrement. C est le rôle du champ N Personnel dans l exemple. En effet, le champ nom ne permet pas de gérer des «homonymes» dans la table. (Cas des doublons) 2.5 L index Créer un index se traduit par la création d une table d index. Cette dernière permet d optimiser le tri de la table suivant le champ qui aura été «indexé». 2.6 Normalisation d une base de données relationnelles Le but d une base de données relationnelle est de mémoriser le moins de redondance possible. La sauvegarde des données répétitives gaspille de la place en mémoire et nuit à la vitesse d exécution. Les tables doivent être tronqués jusqu'à atteindre la norme de niveau trois. Reprenons l exemple précédent : N personnel Nom Prénom Service Supérieur 10 Térieur Alain Comptabilité Maurice 22 Térieur Alex Commercial Martin 25 Kanne Jerry Comptabilité Maurice 41 Nemar Jean Technique René Il faut remarquer que certaines entrées apparaissent deux fois. On peut gérer un fichier indépendant contenant les services ou les supérieurs. L accès se fera par l intermédiaire d un champ N Service ou N Supérieur qu il convient de créer. Ce dernier doit intervenir dans les deux tables pour pouvoir établir une relation. Une table ainsi divisée est structurée selon la deuxième normalisation. On arrive en général ainsi à un niveau de non-redondance assez élevée. Si les champs de clé ne contiennent plus de doublons, on parle alors de troisième normalisation. Les Bases de Données Page 2 / 12

3 2.7 Structurer une base de données relationnelle Pour être certain de construire une base répondant aux besoins, il convient de suivre la méthode suivante : Déterminer l ensemble des traitements à réaliser. Déterminer l ensemble des données nécessaires pour réaliser ces traitements Déterminer la structure des tables et les liens entre les tables contenant toutes ces données. (Normaliser la base) 3. Exemple 3.1 Objectif Concevoir une base de données qui gère les commandes d une petite société. 3.2 Traitements à réaliser : Suivi des commandes Pour chaque commande, noter les coordonnées du client, noter les différents articles vendus, noter la date de la commande. Chaque trimestre éditer la liste des articles vendus pour inventaire : Suivi des clients Tous les ans, éditer la liste des clients afin de leur envoyer un catalogue. 3.3 Données à traiter Les données à traiter peuvent être regroupées dans une seule table nommée Commande. Les Bases de Données Page 3 / 12

4 3.4 Normalisation de la base : Structuration des tables Dès qu un client enregistre plus d un article, les informations concernant les clients se trouvent dupliquées, il convient de diviser la table pour effectuer une première normalisation. Il convient de créer des champs supplémentaires afin de pouvoir établir une relation entre ces tables. Il reste un risque de dupliquer les informations concernant les articles, une autre table permet d y remédier. Si un client commande plus d un article, le NoClient se trouve dupliqué, réalisons pour cela un troisième niveau de normalisation. Les Bases de Données Page 4 / 12

5 3.4.2 : Définition des relations La définition des clés primaires est obtenue en choisissant des champs qui identifient clairement chaque enregistrement d une table. Dans notre exemple les champs qui conviennent parfaitement sont les champs qui ont été ajoutés : Table Client Commande Article Clé primaire NoClient NoCommande NoArticle Les tables doivent contenir des champs identiques pour pouvoir créer une relation. L équivalent du champ de clé primaire défini dans la première table doit exister dans la deuxième sous forme d une clé externe. Relation 1 : n Relation de un à plusieurs, (cas le plus fréquent). Un enregistrement de la première table est en relation avec plusieurs enregistrements de l autre table. Mais un enregistrement de la deuxième ne peut être joint qu à un seul de la première. Un enregistrement de la table article comporte un ou plusieurs équivalents dans la table commande. Un enregistrement de la table commande ne peut en revanche être associé qu à un seul article. Ce type de relation est aussi appelé relation maître-détail. Relation 1 : 1 Relation de un à un. Un enregistrement de la première table est en relation avec exactement un enregistrement de la deuxième. Ce cas se produit par exemple lorsque des tables sont réparties en deux ou un enregistrement contient une partie des informations dans une table, et le reste dans une autre. Relation n : m Relation de plusieurs à plusieurs. Un enregistrement de la première table peut être associé à plusieurs enregistrements de la deuxième. Inversement, il en va de même. Par exemple un fournisseur peut envoyer plusieurs articles, un article peut provenir de plusieurs fournisseurs. Les Bases de Données Page 5 / 12

6 4. Le langage SQL (Structured Query Langage) 4.1 Introduction Les systèmes de gestion de Base de Données (SGBD) offrent un langage de manipulation des données standards, SQL (Strutured Query Langage), qui est fondé sur l algèbre relationnelle. SQL c est : - Un langage de définition de schémas pour décrire les relations, - Un langage de manipulation de données pour accéder et mettre à jour une base de données, - Une syntaxe pour inclure des expressions dans un programme écrit dans un langage classique. 4.2 Convention sur les noms : Introduction Cette rubrique décrit les conventions sur les noms de tables et de colonnes, les améliorations et les limites de la syntaxe pour SQL local. Les instructions SQL sont divisées en deux catégories différentes, DDL (Data Definition Language) et DML (Data Manipulation Language) : La norme ANSI de SQL autorise pour chaque nom de table ou de colonne un mot unique formé de caractères alphanumériques et du caractère de soulignement (_). Cependant, SQL local est amélioré pour supporter des noms plus détaillés. Les Bases de Données Page 6 / 12

7 4.2.2 : Tables SQL local supporte le nom complet et le chemin d'accès dans un nom de table. Les noms de tables comportant des chemins d'accès ou des extensions de fichiers doivent être délimités par des apostrophes ou des guillemets, comme dans : SELECT * FROM 'PARTS.DBF' SELECT * FROM "C:\SAMPLE\PARTS.DBF" Si vous omettez l'extension de fichier pour un nom de table local, le type de table sera par défaut soit celui spécifié dans le paramètre DEFAULT DRIVER de la page Système, dans l'utilitaire de configuration BDE, soit celui spécifié par l'alias standard associé à la requête ou à la table. Enfin SQL client permet d'utiliser comme noms de tables des mots réservés SQL, pourvu qu'ils soient délimités par des apostrophes ou des guillemets, comme dans: SELECT PASSID FROM "PASSWORD" : Colonnes SQL local supporte les noms de colonnes Paradox formés de plusieurs mots et les noms de colonnes constitués de mots réservés SQL pourvu que ces noms de colonnes soient : Délimités par des apostrophes ou des guillemets préfixés par un nom de table SQL. Par exemple, le nom de colonne suivant est formé de deux mots : SELECT E."Emp Id" FROM EMPLOYEE Dans l'exemple ci-dessous, le nom de colonne coïncide avec le mot SQL réservé DATE : : Dates SELECT DATELOG."DATE" FROM DATELOG SQL local suppose que les dates sont au format américain MM/DD/YY. Les formats de dates internationaux ne sont pas supportés. 4.3 Manipulation des données : Introduction Les instructions SQL du langage de manipulation des données (DML) sont utilisées pour sélectionner, insérer, mettre à jour et supprimer des données dans des tables : SELECT pour accéder à des données existantes L'instruction SELECT est utilisée pour retrouver des données à partir d'une ou de plusieurs tables. Une instruction SELECT qui retrouve des données depuis plusieurs tables est appelée une "jointure". SQL local supporte la forme suivante de l'instruction SELECT. SELECT [DISTINCT] liste_colonnes FROM référence_table [WHERE condition_recherche] [ORDER BY liste_tri] [GROUP BY liste_groupe] [HAVING condition_having] [UNION expr_select] Les Bases de Données Page 7 / 12

8 Toutes les clauses sont gérées comme dans la norme ANSI de SQL, à l'exception de ce qui est indiqué ci-après. Les clauses entre crochets sont facultatives. La liste_de_colonnes indique les colonnes dans lesquelles les données doivent être recherchées : Clause FROM La clause FROM spécifie la ou les tables dans lesquelles les données doivent être recherchées. référence_table peut être une table unique, une liste de tables séparées par des virgules ou encore une jointure interne ou externe comme cela est spécifié dans la norme SQL-92. L'exemple suivant spécifie une table unique : SELECT PART_NO FROM "PARTS.DBF" L'instruction suivante spécifie pour table une jointure externe gauche : SELECT * FROM PARTS LEFT OUTER JOIN INVENTORY ON PARTS.PART_NO = INVENTORY.PART_NO : Clause WHERE La clause facultative WHERE réduit le nombre de lignes renvoyées par une requête uniquement à celles qui correspondent au critère spécifié dans condition_de_recherche. L'instruction suivante, par exemple, ne retrouve que les lignes pour lesquelles ART_NO est supérieur à 543 : SELECT * FROM PARTS WHERE PART_NO > 543 La clause WHERE peut contenir le prédicat IN, suivi d'une liste de valeurs entre parenthèses. Ainsi, l'instruction suivante ne retrouve que les lignes dans lesquelles le numéro d'article fait partie des éléments de la liste qui suit IN : SELECT * FROM PARTS WHERE PART_NO IN (543, 544, 546, 547) Outre les opérateurs de comparaison scalaires ( =, <, >... ), d'autres prédicats utilisant IN, ANY, ALL, EXISTS sont supportés : Clause ORDER BY La clause ORDER BY spécifie l'ordre des lignes. Par exemple, la requête suivante ramène une liste de tous les articles par ordre alphabétique des noms d'article : SELECT * FROM PARTS ORDER BY PART_NAME ASC La requête suivante présente toutes les informations sur les articles, classées en ordre numérique décroissant des numéros d'article : SELECT * FROM PARTS ORDER BY PART_NO DESC Les champs calculés peuvent être classés par nom de corrélation ou par position numérique. Par exemple, la requête suivante ordonne les lignes selon le champ calculé NOM_COMPLET : Les Bases de Données Page 8 / 12

9 SELECT NOM ', ' PRENOM AS NOM_COMPLET, TELEPHONE, FROM CLIENTS ORDER BY NOM_COMPLET La projection de toutes les colonnes de groupement ou de tri n'est pas obligatoire : Clause GROUP BY La clause GROUP BY spécifie la façon dont les lignes récupérées sont regroupées vis à vis des fonctions statistiques : Clause HAVING La clause HAVING spécifie des conditions que les enregistrements doivent satisfaire pour être renvoyés par la requête. C'est une expression conditionnelle utilisée avec la clause GROUP BY. Les groupes qui ne correspondent pas à l'expression de la clause HAVING sont omis de l'ensemble des résultats. Les sous-requêtes sont supportées dans la clause HAVING. Une sous-requête fonctionne comme une condition de recherche limitant le nombre de lignes renvoyées par la requête parent. Voir la Clause WHERE Outre les opérateurs de comparaison scalaires ( =, <, >... ), d'autres prédicats utilisant IN, ANY, ALL, EXISTS sont supportés. La clause HAVING est facultative. HAVING est similaire à WHERE, qui détermine quels sont les enregistrements à sélectionner. Une fois que GROUP BY a regroupé les enregistrements, HAVING détermine quels sont les enregistrements qui seront affichés : SELECT [Code catégorie], Sum([Unités en stock]) FROM Produits GROUP BY [Code catégorie] HAVING Sum([Unités en stock]) > 100 And Like "BOS*"; : Clause UNION La clause UNION combine le résultat de plusieurs instructions SELECT pour obtenir une seule table : Jointure hétérogène SQL local supporte les jointures de tables de formats différents de bases de données. C'est ce qu'on appelle une "jointure hétérogène". Lorsque vous exécutez une jointure hétérogène, vous devez sélectionnez un alias local. Si vous n'avez pas sélectionné d'alias, SQL local recherche la table dans le répertoire courant de la base de données en cours d'utilisation. Par exemple, l'alias :TRAVAIL: peut être le descripteur de base de données passé dans la fonction. Lorsque vous spécifiez un nom de table après la sélection d'un alias local, pour les tables locales, spécifiez l'alias ou le chemin et pour les tables distantes, spécifiez l'alias. L'instruction suivante récupère les données d'une table Paradox et d'une table dbase : SELECT DISTINCT C.CUST_NO, C.STATE, O.ORDER_NO FROM "CUSTOMER.DB" C, "ORDER.DBF" O WHERE C.CUST_NO = O.CUST_NO Les Bases de Données Page 9 / 12

10 Vous pouvez également utiliser des alias de moteur de base de données Borland en conjonction avec des noms de tables : INSERT pour insérer des nouvelles données dans une table Dans SQL local, INSERT a deux formats : INSERT INTO CUSTOMER (FIRST_NAME, LAST_NAME, PHONE) VALUES(:fnom, :lnom, :tel_no) L'insertion depuis une table dans une autre à partir d'une sous-requête n'est pas autorisée. L'instruction suivante ajoute une ligne à une table, en assignant des veleurs à deux colonnes : INSERT INTO EMPLOYEE_PROJECT (EMP_NO, PROJ_ID) VALUES (52, "DGPII"); L'instruction suivante spécifie des valeurs à insérer dans une table avec une instruction SELECT : INSERT INTO PROJECTS SELECT * FROM NEW_PROJECTS WHERE NEW_PROJECTS.START_DATE > "6-JUN-1994"; : Opérateurs SQL local supporte les opérateurs suivants : 4.4 Définition des données Type Opérateur Arithmétique + - * / Comparaison < > = <> >= =< IS NULL IS NOTNULL Logique AND OR NOT Concaténation de chaîne Local SQL supporte le langage de définition des données (Data Definition Language, DDL) pour la création, la modification et la suppression des tables et d'index. Local SQL supporte les instructions DDL suivantes : Instruction DDL CREATE TABLE ALTER TABLE DROP TABLE CREATE INDEX DROP INDEX Description Crée une nouvelle table. Ajoute des colonnes et supprime des colonnes dans une table existante. Supprime une table existante. Crée un nouvel index secondaire pour une table existante. Supprime un index primaire ou secondaire existant. Les Bases de Données Page 10 / 12

11 Les Bases de Données Exemple : Gestion de Commandes 1. Introduction Pour être certain de construire une base répondant aux besoins, il convient de suivre la méthode suivante : Déterminer l ensemble des traitements à réaliser. Déterminer l ensemble des données nécessaires pour réaliser ces traitements Déterminer la structure des tables et les liens entre les tables contenant toutes ces données : Normaliser la base 2. Exemple 2.1 Objectif On veut concevoir une base de données qui gère les commandes d une petite société. 2.2 Traitements à réaliser Pour chaque commande, noter les coordonnées du client, noter les différents articles vendus, noter la date de la commande. Chaque trimestre éditer la liste des articles vendus pour inventaire. Tous les ans, éditer la liste des clients afin de leur envoyer un catalogue. 2.3 Données à traiter Les données à traiter peuvent être regroupées dans une seule table nommée Commande. 2.4 Normalisation de la base : Structuration des tables Dès qu un client enregistre plus d un article, les informations concernant les clients se trouvent dupliquées, il convient de diviser la table en 2 (Commande et Client) pour effectuer une première normalisation. Il convient de créer des champs supplémentaires (NoClient) afin de pouvoir établir une relation entre ces tables. Les Bases de Données Page 11 / 12

12 Il reste un risque de dupliquer les informations concernant les articles, une autre table (Article) permet d y remédier. Si un client commande plus d un article, le NoClient se trouve dupliqué, réalisons pour cela un troisième niveau de normalisation en ajoutant une table Données-Commande : Définition des relations La définition des clés primaires est obtenue en choisissant des champs qui identifient clairement chaque enregistrement d une table. Les tables doivent contenir des champs identiques pour pouvoir créer une relation. L équivalent du champ de clé primaire défini dans la première table doit exister dans la deuxième sous forme d une clé externe. Dans notre exemple les champs qui conviennent parfaitement sont les champs qui ont été ajoutés : Table Client Commande Article Clé primaire NoClient NoCommande NoArticle Les Bases de Données Page 12 / 12

FONCTIONS DE TRAITEMENT} COUNT

FONCTIONS DE TRAITEMENT} COUNT Nom Prénom Promotion Date Buhl Damien Année 1 Groupe 2 21 Janvier 2007 CER Prosit n 22 Mots-Clés : - Requête/Langage SQL Le langage SQL (Structured Query Language) est un langage de requêtes, il permet

Plus en détail

Introduction au langage SQL

Introduction au langage SQL Introduction au langage SQL Les bases de données relationnelles Le langage SQL est un langage universel destiné à travailler sur des bases de données relationnelles. Nous considérerons ici qu'une base

Plus en détail

Informatique en CPGE (2015-2016) Le langage SQL

Informatique en CPGE (2015-2016) Le langage SQL Informatique en CPGE (2015-2016) Le langage SQL S. B. Lycée des EK 30 mai 2016 Le SQL (Structured Query Language = langage de requêtes structuré) est un langage informatique de dialogue avec une base de

Plus en détail

LES REQUÊTES EN LANGAGE S.Q.L.

LES REQUÊTES EN LANGAGE S.Q.L. LES REQUÊTES EN LANGAGE S.Q.L. Une base de données contient un nombre important d informations. Ces informations sont organisées, mais pour être effectivement exploitables, il faut pouvoir sélectionner,

Plus en détail

Introduction aux bases de données

Introduction aux bases de données Introduction aux bases de données Cours 3. : Le langage SQL Vincent Martin email : vincent.martin@univ-tln.fr page personnelle : http://lsis.univ-tln.fr/~martin/ Master 1. LLC Université du Sud Toulon

Plus en détail

UFR de Mathématiques et Informatique

UFR de Mathématiques et Informatique UFR de Mathématiques et Informatique Licence professionnelle "Les métiers de l'internet" Réf. Regles_MCD_MPD.doc Module BD1 (Partiel et examen) Date dernière version : Avril 2002 Diffusion : apprenants

Plus en détail

1/39. I Langage d interrogation et modification des données (DML) I Langage de définition du schéma (DDL)

1/39. I Langage d interrogation et modification des données (DML) I Langage de définition du schéma (DDL) Introduction 1/39 2/39 Introduction Anne-Cécile Caron Licence MIAGE - BDD 2015-2016 A partir de l algèbre relationnelle s est construit un langage informatique permettant d interroger les données : SQL

Plus en détail

Bases de Données. SQL: Définition

Bases de Données. SQL: Définition Université Mohammed V- Agdal Ecole Mohammadia d'ingénieurs Rabat Bases de Données Mr N.EL FADDOULI 2014-2015 SQL: Définition Structured Query Langage(SQL): - Langage g de base dans les SGBD - Langage de

Plus en détail

Le langage SQL (deuxième partie) c Olivier Caron

Le langage SQL (deuxième partie) c Olivier Caron Le langage SQL (deuxième partie) 1 Les requêtes de consultation Représente la majorité des requêtes 1 Les requêtes de consultation Représente la majorité des requêtes Encapsule complètement l algèbre relationnel

Plus en détail

SQL (Deuxième partie) Walter RUDAMETKIN

SQL (Deuxième partie) Walter RUDAMETKIN SQL (Deuxième partie) Walter RUDAMETKIN Bureau F011 Walter.Rudametkin@polytech-lille.fr Les requêtes de consultation Représente la majorité des requêtes Encapsule complètement l'algèbre relationnel Une

Plus en détail

BdD Base de Données. Clément VERMOT-DESROCHES

BdD Base de Données. Clément VERMOT-DESROCHES BdD Base de Données Clément VERMOT-DESROCHES 17 novembre 2009 Table des matières 1 Présentation Générale 3 1.1 Présentation Générale............................. 3 1.1.1 Définition................................

Plus en détail

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2

COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 SQL Sommaire : COMMANDES SQL... 2 COMMANDES DE DEFINITION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE MANIPULATION DE DONNEES... 2 COMMANDES DE CONTROLE TRANSACTIONNEL... 2 COMMANDES DE REQUETE DE DONNEES... 2 COMMANDES

Plus en détail

Chapitre 1 Installer MySQL 5 21

Chapitre 1 Installer MySQL 5 21 Chapitre 1 Installer MySQL 5 21 1.1. Les outils nécessaires... 22 1.2. Télécharger et installer le serveur MySQL... 22 Télécharger la dernière version... 22 Lancer l installation sous Windows... 23 Lancer

Plus en détail

I) Bases de données et tables :

I) Bases de données et tables : I) Bases de données et tables : Un S.G.B.D. est un outil pour organiser, stocker, modifier, calculer et extraire des infos. Une B.D.R. peut être considérée comme un ensemble de tables à 2 dimensions. Exemple

Plus en détail

Oracle Database 11g : Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL

Oracle Database 11g : Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL Oracle University Appelez-nous: +33 (0) 1 57 60 20 81 Oracle Database 11g : Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL Durée: 5 Jours Description Ce cours vous permettra d acquérir les principes fondamentaux

Plus en détail

Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1

Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1 Chap. 5 : Langage SQL (Structured Query Language) Pr. : Mohamed BASLAM Contact : baslam.med@gmail.com Niveau : S4 BCG Année : 2014/2015 1 Plan Généralités Langage de Définition des (LDD) Langage de Manipulation

Plus en détail

Oracle Database 10g: Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL

Oracle Database 10g: Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL Oracle University Appelez-nous: +33 (0) 1 57 60 20 81 Oracle Database 10g: Les fondamentaux des langages SQL et PL/SQL Durée: 5 Jours Description Ce cours s'adresse aux utilisateurs d'oracle8i, Oracle9i

Plus en détail

4. Concepts pour la manipulation des données Implémentation en SQL

4. Concepts pour la manipulation des données Implémentation en SQL 4. Concepts pour la manipulation des données Implémentation en SQL 4.1. OPERATEURS DE L ALGEBRE RELATIONNEL ALGEBRE RELATIONNELLE = { opérateurs sur les relations donnant en résultat des relations } Opérateurs

Plus en détail

Oracle Database: Introduction to SQL NOUVEAU

Oracle Database: Introduction to SQL NOUVEAU Oracle University Appelez-nous: 1.800.529.0165 Oracle Database: Introduction to SQL NOUVEAU Durée: 5 Jours Description Le cours "Oracle Database: Introduction to SQL" explique comment écrire des sous-requêtes,

Plus en détail

Exploiter les données d'un PGI avec SQL

Exploiter les données d'un PGI avec SQL Exploiter les données d'un PGI avec SQL Propriétés Description Titre de la production Auteur Exploiter les données d'un PGI avec SQL Véronique Bennetot-Dereux GREID Académie de Créteil v.bennetot-dereux@ac-creteil.fr

Plus en détail

Formation à l utilisation des Systèmes de Gestion de Bases de Données Relationnelles. organisée avec la collaboration du

Formation à l utilisation des Systèmes de Gestion de Bases de Données Relationnelles. organisée avec la collaboration du Proyecto FAO COPEMED Universidad de Alicante Ramón y Cajal, 4 03001 - Alicante, España GCP/REM/057/SPA Web : www.fao.org/fi/copemed Tel : +34 96 514 59 79 Fax : +34 96 514 59 78 Email : copemed@ua.es Formation

Plus en détail

Microsoft Access 2003. Perfectionnement

Microsoft Access 2003. Perfectionnement Perfectionnement TABLE DES MATIERES QU EST-CE QU UNE BASE DE DONNEES?... 1 QU EST-CE QUE ACCESS?... 1 RAPPEL SUR LA STRUCTURE D'UNE TABLE.... 2 QU'EST-CE QU'UNE CLE PRIMAIRE?... 2 QU'EST-CE QU'UN INDEX?...

Plus en détail

IFT3030 Base de données. Chapitre 9 Concepts avancés. Plan du cours

IFT3030 Base de données. Chapitre 9 Concepts avancés. Plan du cours IFT3030 Base de données Chapitre 9 Concepts avancés Plan du cours Introduction Architecture Modèles de données Modèle relationnel Algèbre relationnelle SQL Conception Fonctions avancées Concepts avancés

Plus en détail

Langage SQL (1) 4 septembre 2007. IUT Orléans. Introduction Le langage SQL : données Le langage SQL : requêtes

Langage SQL (1) 4 septembre 2007. IUT Orléans. Introduction Le langage SQL : données Le langage SQL : requêtes Langage SQL (1) Sébastien Limet Denys Duchier IUT Orléans 4 septembre 2007 Notions de base qu est-ce qu une base de données? SGBD différents type de bases de données quelques systèmes existants Définition

Plus en détail

BASES DE DONNÉES : COMPLÉMENTS

BASES DE DONNÉES : COMPLÉMENTS : personne pe eleve enseigne personne pp prof num_p num_p num_classe pe.prenom = pp.prenom num_pro f = pp.num_p pe.nom pe.prenom Objectifs A la fin de la séquence d enseignement l élève doit pouvoir :

Plus en détail

Informatique Initiation aux requêtes SQL. Sommaire

Informatique Initiation aux requêtes SQL. Sommaire cterrier.com 1/14 04/03/2008 Informatique Initiation aux requêtes SQL Auteur : C. Terrier ; mailto:webmaster@cterrier.com ; http://www.cterrier.com Utilisation : Reproduction libre pour des formateurs

Plus en détail

ORACLE SQL LDD. Langage de définition de données

ORACLE SQL LDD. Langage de définition de données ORACLE SQL LDD Langage de définition de données Le langage SQL (Structured Query Language) SQL a été normalisé par l ANSI puis par l ISO depuis 1986 sous ses différents aspects : LDD : définition des données

Plus en détail

Création de base de données en SQL - exercices dans le cadre du cours à l'ibis. Sébastien Clément, avril 2011

Création de base de données en SQL - exercices dans le cadre du cours à l'ibis. Sébastien Clément, avril 2011 Création de base de données en SQL - exercices dans le cadre du cours à l'ibis. Sébastien Clément, avril 2011 Interface Web PhpPgAdmin: permet de faire des requêtes SQL ( 1 commandes) permet de visualiser

Plus en détail

Pierre Parrend, Régis Martinez, Soumaya El Kadiri Introduction à SQL, QLIO, 2006-2007. SQL: Introduction

Pierre Parrend, Régis Martinez, Soumaya El Kadiri Introduction à SQL, QLIO, 2006-2007. SQL: Introduction Introduction à SQL IUT Lumière, DUT QLIO 2006-2007 Pierre Parrend, Régis Martinez, Soumaya El-Kadiri SQL: Introduction I. Le Language SQL Pour interroger une Base de Données (BD), il faut dialoguer avec

Plus en détail

Mapinfo et les requêtes SQL

Mapinfo et les requêtes SQL 31 janvier 2007 Master I Géo-Environnement INTRODUCTION Introduction - Généralités SQL (Structured Query Language) est un LDD (Language de Définition de Données) Créer / modifier / supprimer tables LMD

Plus en détail

TP n o 14 : Bases de données, première partie

TP n o 14 : Bases de données, première partie TP n o 14 : Bases de données, première partie I Introduction Dans ce TP nous allons effectuer des opérations élementaires sur une base de données ne comportant qu une seule table. Lors de la prochaine

Plus en détail

Plan. Bases de données. Cours 1 : Généralités & rappels. But du cours. Organisation du cours. Polytech Paris-Sud. Apprentis 4 ème année

Plan. Bases de données. Cours 1 : Généralités & rappels. But du cours. Organisation du cours. Polytech Paris-Sud. Apprentis 4 ème année Plan Bases de données Polytech Paris-Sud Apprentis 4 ème année Cours 1 : Généralités & rappels 1.1 Avant-propos 1.2 Algèbre relationnelle kn@lri.fr http://www.lri.fr/~kn 2/18 But du cours Organisation

Plus en détail

Les bases de données

Les bases de données Les bases de données Introduction aux fonctions de tableur et logiciels ou langages spécialisés (MS-Access, Base, SQL ) Yves Roggeman Boulevard du Triomphe CP 212 B-1050 Bruxelles (Belgium) Idée intuitive

Plus en détail

QC ETL QUASAR Conseil QC ETL. - 1 - Qu est-ce qu un ETL? - 2 Les fonctionnalités de QC ETL. - 3 L écriture de procédures de transformation

QC ETL QUASAR Conseil QC ETL. - 1 - Qu est-ce qu un ETL? - 2 Les fonctionnalités de QC ETL. - 3 L écriture de procédures de transformation QC ETL - 1 - Qu est-ce qu un ETL? - 2 Les fonctionnalités de QC ETL - 3 L écriture de procédures de transformation 1 1 Qu est-ce qu un ETL? La création d un SIAD (Système d Information d Aide à la Décision)

Plus en détail

Les requêtes de consultation. Ex. bibliothèque état de la base. Ex. bibliothèque état de la base. Consultation simple d'une table

Les requêtes de consultation. Ex. bibliothèque état de la base. Ex. bibliothèque état de la base. Consultation simple d'une table Les requêtes de consultation Représente la ma jorité des requêtes SQL (Deuxième partie) Walter RUDAMETKIN Bureau F011 Walter.Rudametkin@polytech-lille.fr Encapsule complètement l'algèbre relationnel Une

Plus en détail

Python: Manipulation d Informations 02/05/2013

Python: Manipulation d Informations 02/05/2013 Python: Manipulation d Informations 02/05/2013 Sommaire 1. Introduction 2. Bases de données 3. Systèmes de gestion de bases de données 4. Grammaire SQL 5. Python et les bases de données : le module «SQLite»

Plus en détail

Bases de données (SQL)

Bases de données (SQL) Skander Zannad et Judicaël Courant Lycée La Martinière-Monplaisir 2014-03-26 1 Le modèle logique (MLD) On a représenté des données par des tables. Par exemple, pour les films : titre date Gran Torino 2008

Plus en détail

Bases de données (SQL)

Bases de données (SQL) Bases de données (SQL) Skander Zannad et Judicaël Courant 2014-03-26 1 Le modèle logique (MLD) On a représenté des données par des tables. Par exemple, pour les films : The good, the Bad and the Ugly 1966

Plus en détail

SQL Les fondamentaux du langage (2ième édition)

SQL Les fondamentaux du langage (2ième édition) Introduction 1. Un peu d'histoire 11 2. Les normes SQL 12 3. Description rapide du modèle relationnel 14 3.1 Principaux concepts du modèle relationnel 15 3.2 Principales règles 16 4. Les opérateurs en

Plus en détail

Informations diverses

Informations diverses Fiche récapitulative : langage SQL Documentation Postgresql http://www.postgresql.org/docs/8.1 Informations diverses Sources : http://sqlpro.developpez.com/cours/sqlaz/dml/ http://sqlpro.developpez.com/cours/sqlaz/select/

Plus en détail

On peut considérer les vues comme des «tables virtuelles» : leur contenu est constitué seulement au moment de la demande d exécution de cette vue.

On peut considérer les vues comme des «tables virtuelles» : leur contenu est constitué seulement au moment de la demande d exécution de cette vue. SQL Ch 9 DDL Vues, PL/SQL, procédures,... I. INTRODUCTION... 1 II. LES VUES (ANGLAIS «VIEWS»)... 1 A. CREER UNE VUE : CREATE VIEW... 1 B. SUPPRIMER UNE VUE DROP VIEW... 3 III. LANGAGE PL/SQL, PROCEDURES

Plus en détail

PC* Bases de données relationnelles

PC* Bases de données relationnelles I. Concepts généraux...................................... 2 I.1 Base de données................................... 2 I.2 Différents modèles.................................. 2 I.3 Système de gestion de

Plus en détail

SQL Server 2014 - SQL, Transact SQL Conception et réalisation d'une base de données (avec exercices pratiques et corrigés)

SQL Server 2014 - SQL, Transact SQL Conception et réalisation d'une base de données (avec exercices pratiques et corrigés) Le modèle relationnel 1. Introduction 9 2. Rappels sur le stockage des données 9 2.1 Les différentes catégories de données 10 2.1.1 Les données de base 10 2.1.2 Les données de mouvement 10 2.1.3 Les données

Plus en détail

SQL DML SELECT. SELECT DISTINCT ROUND(largeur * hauteur, 1) AS surfarr FROM t_peinture;

SQL DML SELECT. SELECT DISTINCT ROUND(largeur * hauteur, 1) AS surfarr FROM t_peinture; SELECT pour des requêtes d extraction sur une table Syntaxe générale : Entre [ ] : des valeurs optionnelles Entre { } : une liste de valeur obligatoires possibles De part et d autre de : une valeur parmi

Plus en détail

Modification des données stockées dans une base. LIF4 - Initiation aux Bases de données : SQL - 3. Exemple. Insertion. Insertion utilisant une requête

Modification des données stockées dans une base. LIF4 - Initiation aux Bases de données : SQL - 3. Exemple. Insertion. Insertion utilisant une requête Modification des données stockées dans une base LIF4 - Initiation aux Bases de données : SQL - 3 E.Coquery emmanuel.coquery@liris.cnrs.fr http ://liris.cnrs.fr/ ecoquery La modification s effectue par

Plus en détail

Introduction au langage SQL

Introduction au langage SQL Introduction au langage SQL SQL (sigle de Structured Query Language, en français langage de requête structurée) est un langage informatique normalisé servant à effectuer des opérations sur des bases de

Plus en détail

Introduction aux bases de données relationnelles

Introduction aux bases de données relationnelles Formation «Gestion des données scientifiques : stockage et consultation en utilisant des ases de données» 24 au 27 /06/08 Introduction aux ases de données relationnelles Christine Tranchant-Dureuil UMR

Plus en détail

Stockage et utilisation d un multi direct acyclique graphe pour PostgreSQL 8.2. Jonathan Winandy Juillet 2008

Stockage et utilisation d un multi direct acyclique graphe pour PostgreSQL 8.2. Jonathan Winandy Juillet 2008 Stockage et utilisation d un multi direct acyclique graphe pour PostgreSQL 8.2 Jonathan Winandy Juillet 2008 1 Table des matières 1 Introduction 3 2 Le modèle Nested set 3 2.1 Présentation du modèle..........................................

Plus en détail

Cours n 6 SQL : Langage de définition des données (LDD)

Cours n 6 SQL : Langage de définition des données (LDD) Cours n 6 SQL : Langage de définition des données (LDD) Chantal Reynaud Université Paris X - Nanterre UFR SEGMI - IUP MIAGE Cours de Systèmes de Gestion de Données Licence MIAGE 2003/2004 1 Plan I. Langage

Plus en détail

SQL Requêtes simples. Outline ... A.D., S.B. Février 2013. .1 Introduction. .2 Requêtes mono-relation. .3 Requêtes multi-relations

SQL Requêtes simples. Outline ... A.D., S.B. Février 2013. .1 Introduction. .2 Requêtes mono-relation. .3 Requêtes multi-relations SQL Requêtes simples BD4 AD, SB Licence MASS, Master ISIFAR, Paris-Diderot Février 2013 BD4 (Licence MASS, Master ISIFAR, Paris-Diderot) SQL 1/19 Février 2013 1 / 19 Outline 1 2 Requêtes mono-relation

Plus en détail

Chapitre 7 Le Langage SQL

Chapitre 7 Le Langage SQL 7-1- Introduction Chapitre 7 Le Langage SQL SQL (Structured Query Language, traduit Langage de requêtes structuré ou langage d interrogation structuré) est un langage de quatrième génération (L4G), non

Plus en détail

Les bases de données (suite) Support de cours Pascal Ballet

Les bases de données (suite) Support de cours Pascal Ballet Les bases de données (suite) Support de cours Pascal Ballet La saisie et l'impression des données Les formulaires de saisie Les formulaires de saisie jouent deux rôles importants : - la mise en forme des

Plus en détail

Langages de manipulation relationnels: SQL

Langages de manipulation relationnels: SQL C HAPITRE 8 Langages de manipulation relationnels: SQL SQL (Structured Query Language) est le langage de manipulation des données relationnelles le plus utilisé aujourd hui. Il est devenu un standard de

Plus en détail

ESTINATION FORMATION Un aller simple vers le savoir-faire INITIATION A L ANALYSE ET A LA CONCEPTION DE BASE DE DONNEES

ESTINATION FORMATION Un aller simple vers le savoir-faire INITIATION A L ANALYSE ET A LA CONCEPTION DE BASE DE DONNEES ESTINATION FORMATION INITIATION A L ANALYSE ET A LA CONCEPTION DE BASE DE DONNEES AVANT PROPOS Ce support de cours est un outil personnel, il ne constitue pas un guide de référence. C'est un outil pédagogique

Plus en détail

SQL : Origines et Evolutions

SQL : Origines et Evolutions SQL : Origines et Evolutions SQL est dérivé de l'algèbre relationnelle et de SEQUEL Il a été intégré à SQL/DS, DB2, puis ORACLE, INGRES, Il existe trois versions normalisées, du simple au complexe : SQL1

Plus en détail

MySQL 5. Guide de l'administrateur et du développeur. Michael Kofler. Groupe Eyrolles, 2005 pour l édition française, ISBN : 2-212-11633-0

MySQL 5. Guide de l'administrateur et du développeur. Michael Kofler. Groupe Eyrolles, 2005 pour l édition française, ISBN : 2-212-11633-0 MySQL 5 Guide de l'administrateur et du développeur Michael Kofler Groupe Eyrolles, 2005 pour l édition française, ISBN : 2-212-11633-0 Table des matières Avant-propos..............................................

Plus en détail

Intro BD. M. Sassolas. L3Pro SCT M7. Cours 1. Introduction. relationnel. Lecture et écriture des TD/TP 2 / 29. Intro BD. M. Sassolas.

Intro BD. M. Sassolas. L3Pro SCT M7. Cours 1. Introduction. relationnel. Lecture et écriture des TD/TP 2 / 29. Intro BD. M. Sassolas. aux bases de les L3Pro SCT Bases de et programmation L ubiquité des Mathieu Sassolas L informatique est la science du calcul. IUT de Sénart Fontainebleau Département Informatique Année 2015-2016 Le calcul

Plus en détail

DUT Génie Biologique Option Bioinformatique. Les bases de données relationnelles. Travaux Pratiques n 4

DUT Génie Biologique Option Bioinformatique. Les bases de données relationnelles. Travaux Pratiques n 4 DUT Génie Biologique Option Bioinformatique Les bases de données relationnelles avec MySQL Éric Pipard Travaux Pratiques n 4 Jointures externes Requêtes internes et externes Vues et transactions Objectifs

Plus en détail

Cours Bases de données 2ème année IUT

Cours Bases de données 2ème année IUT Cours Bases de données 2ème année IUT Cours 1 : Vues et Index Anne Vilnat http://www.limsi.fr/individu/anne/cours Plan 1 Les Vues Généralités Syntaxe Avantages Conditions de mise à jour 2 Index Généralités

Plus en détail

SQL Historique 1982 1986 1992

SQL Historique 1982 1986 1992 SQL Historique 1950-1960: gestion par simple fichier texte 1960: COBOL (début de notion de base de données) 1968: premier produit de sgbdr structuré (IBM -> IDMS) 1970-74: élaboration de l'outil d'analyse

Plus en détail

Optimisation. Bases de Données. Année 2007-08

Optimisation. Bases de Données. Année 2007-08 Optimisation Bases de Données Année 2007-08 Les index Les index sont utilisés pour accélérer l accès aux données. fonction de hachage qui permet de retrouver rapidement un ou des enregistrements les clés

Plus en détail

Cours 3 Le langage SQL

Cours 3 Le langage SQL DUT SRC IUT de Marne-la-Vallée 05/02/2014 M2203 Bases de données Cours 3 Le langage SQL Philippe Gambette Sources Cours de Tony Grandame à l'iut de Marne-la-Vallée en 2010-2011 Cours de Mathieu Mangeot,

Plus en détail

2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL

2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL 2 ème PARTIE : LE LANGAGE SQL PLAN : I. Le langage de manipulation des données II. Le langage de définition des données III. Administration de la base de données IV. Divers (HORS PROGRAMME) Introduction:

Plus en détail

1.1 Création d'une table : CREATE TABLE

1.1 Création d'une table : CREATE TABLE SQL : LDD et LMD SQL ne se résume pas aux requêtes d'interrogation d'une base. Ce langage permet aussi de : - créer des tables - de modifier la structure de tables existantes - de modifier le contenu des

Plus en détail

Bases de données relationnelles

Bases de données relationnelles Bases de données relationnelles Système de Gestion de Bases de Données Une base de données est un ensemble de données mémorisé par un ordinateur, organisé selon un modèle et accessible à de nombreuses

Plus en détail

INITIATION AU LANGAGE SQL

INITIATION AU LANGAGE SQL ECOLE NATIONALE DES INGENIEURS DES TRAVAUX AGRICOLES DE BORDEAUX DEPARTEMENT ENTREPRISE ET SYSTEMES UNITE DE FORMATION INFORMATIQUE ET GENIE DES EQUIPEMENTS ~o~o~o~ INITIATION AU LANGAGE SQL Notes de cours

Plus en détail

Oracle Database 10g: Les fondamentaux du langage SQL I

Oracle Database 10g: Les fondamentaux du langage SQL I Oracle University Appelez-nous: +33 (0) 1 57 60 20 81 Oracle Database 10g: Les fondamentaux du langage SQL I Durée: 3 Jours Description Ce cours offre aux étudiants une introduction à la technologie de

Plus en détail

Word 2000 FR. Mailing - bases

Word 2000 FR. Mailing - bases Word 2000 FR Mailing - bases Word 2000 FR sur Windows 2000 UK Chambre des représentants, BXL 2006 Par PASCAL CAMBIER http://pascal.cambier.eu 1 Table des matières 1 Table des matières... 2 2 Généralités...

Plus en détail

Bases de Données Relationnelles. SQL Le langage de définition des données de SQL

Bases de Données Relationnelles. SQL Le langage de définition des données de SQL Bases de Données Relationnelles SQL Le langage de définition des données de SQL Introduction SQL : Structured Query Language SQL est normalisé SQL 2: adopté (SQL 92) SQL 3: adopté (SQL 99) Standard d'accès

Plus en détail

Initiation Access 2003

Initiation Access 2003 Initiation Access 2003 Sommaire Introduction...3 1. Création d une base...3 1.1. Modélisation...3 1.2. Création de la base...4 2. Les tables...5 2.1. Création d'une table en mode Création...5 2.2. Les

Plus en détail

Corrigé de la partie Administration Exercices dirigés NFE 118

Corrigé de la partie Administration Exercices dirigés NFE 118 Corrigé de la partie Administration Exercices dirigés NFE 118 Question 2.1: Identification des problèmes 1- problème de sécurité physique des données: = > il faut établir une stratégie de sauvegarde avec

Plus en détail

-Les Vues, Les Déclencheurs, Les vues matérialisées. et Les Clichés-

-Les Vues, Les Déclencheurs, Les vues matérialisées. et Les Clichés- -Les Vues, Les Déclencheurs, Les vues matérialisées et Les Clichés- Les vues : 1. Définition et intérêts : Une Vue est une table logique pointant sur une ou plusieurs tables ou vues et ne contient physiquement

Plus en détail

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion

Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion III.1- Définition de schémas Bases de Données relationnelles et leurs systèmes de Gestion RAPPELS Contraintes d intégrité sous Oracle Notion de vue Typage des attributs Contrainte d intégrité Intra-relation

Plus en détail

Vulnérabilités logicielles Injection SQL

Vulnérabilités logicielles Injection SQL MGR850 Hiver 2014 Vulnérabilités logicielles Injection SQL Hakima Ould-Slimane Chargée de cours École de technologie supérieure (ÉTS) Département de génie électrique 1 Plan SQL Injection SQL Injections

Plus en détail

Présentation du programme d informatique

Présentation du programme d informatique Présentation du programme d informatique UPS 31 mai 2015 Table des matières 1 Introduction 2 1.1 Présentation.................................. 2 1.2 Représentation des nombres.........................

Plus en détail

Introduction au bases de données Access

Introduction au bases de données Access Introduction au bases de données Access Marielle Delhom Tr1 2006-2007 Plan I - Prise en main d'access II - Les tables III - Les requêtes IV - Les formulaires V - Les états Marielle Delhom Tr2 2006-2007

Plus en détail

Optimisation des Requêtes D après J. Akoka - I. Wattiau

Optimisation des Requêtes D après J. Akoka - I. Wattiau NFE113 Administration et configuration des bases de données 2011 Optimisation des Requêtes D après J. Akoka - I. Wattiau 1 Eric Boniface Introduction Fournir l'algorithme d'accès à la B.D. pour répondre

Plus en détail

11. MySQL. Cours Web. MySQL. 11. MySQL. 11. MySQL. Structured Query Language. Lionel Seinturier. Université Pierre & Marie Curie

11. MySQL. Cours Web. MySQL. 11. MySQL. 11. MySQL. Structured Query Language. Lionel Seinturier. Université Pierre & Marie Curie Cours Web Lionel Seinturier Université Pierre & Marie Curie Lionel.Seinturier@lip6.fr Structured Query Language Langage de manipulation des données stockées dans une base de données interrogation/insertion/modification/suppression

Plus en détail

Base de donnes Cinéma

Base de donnes Cinéma Le langage SQL 1 Base de donnes Cinéma Considérons les tables suivantes : Film(Titre, Réalisateur, Acteur) Programme(NomCiné, Titre, Horaire) Film contient des infos sur tous les films et Programme concerne

Plus en détail

Bases de données sous Access

Bases de données sous Access Bases de données sous Access Plan Initiation aux bases de données Application sous Access Structure d une base de données Langages de manipulation de données Algèbre relationnelle (théorique) QBE d Access

Plus en détail

Apprendre le langage SQL - Le DML - 1 / 21 - Apprendre le langage SQL par l exemple Partie 2 : le DML

Apprendre le langage SQL - Le DML - 1 / 21 - Apprendre le langage SQL par l exemple Partie 2 : le DML Apprendre le langage SQL - Le DML - 1 / 21 - Apprendre le langage SQL par l exemple Partie 2 : le DML Ce document est publié sous licence Creative Commons CC-by-nc-nd. Il ne peut ni être modifié, ni faire

Plus en détail

Optimisation de requêtes

Optimisation de requêtes Optimisation de requêtes Illustration avec Oracle J. Akoka - I. Wattiau Introduction BUT : Fournir l'algorithme d'accès à la base de données pour répondre à une requête exprimée en langage assertionnel

Plus en détail

Langage SQL : créer et interroger une base

Langage SQL : créer et interroger une base Langage SQL : créer et interroger une base Dans ce chapitre, nous revenons sur les principales requêtes de création de table et d accès aux données. Nous verrons aussi quelques fonctions d agrégation (MAX,

Plus en détail

Oracle 12c. Programmez. Exercices et corrigés. Jérôme GABILLAUD Anne-Sophie LACROIX

Oracle 12c. Programmez. Exercices et corrigés. Jérôme GABILLAUD Anne-Sophie LACROIX Oracle 12c Programmez avecsqletpl/sql Exercices et corrigés Téléchargement www.editions-eni.fr 90 QCM 93 travaux pratiques et leurs corrigés Près de 28 H de mise en pratique Jérôme GABILLAUD Anne-Sophie

Plus en détail

ISC PARIS. Access 2007. Initiation. Hakim AKEB. Tables, relations, requêtes, formulaires, états

ISC PARIS. Access 2007. Initiation. Hakim AKEB. Tables, relations, requêtes, formulaires, états ISC PARIS Access 2007 Initiation Hakim AKEB Tables, relations, requêtes, formulaires, états 1.1. Que peut-on faire avec Access Sommaire Sommaire... 2 1. Introduction... 6 1.1. Que peut-on faire avec Access...

Plus en détail

Rudiments SQL pour Oracle BDA_RCS

Rudiments SQL pour Oracle BDA_RCS Rudiments SQL pour Oracle BDA_RCS 08-11-2014 1 La base de données Gestion des commandes 08-11-2014 2 Les noms de colonnes sont volontairement simplifiés 3 Ajout de nouvelles colonnes dans des tables qui

Plus en détail

SELECT FROM WHERE DISTINCT TOP n INSERT INTO VALUES UPDATE

SELECT FROM WHERE DISTINCT TOP n INSERT INTO VALUES UPDATE LES REQUETES SQL Sélectionner des enregistrements La requête SELECT est utilisée pour rechercher des enregistrements d'une table, elle s'emploie avec FROM qui est utilisé pour spécifier le nom de la table.

Plus en détail

MANIPULATION D OBJETS

MANIPULATION D OBJETS MANIPULATION D OBJETS Introduction Manipuler des objets à structure complexe Résultat des requêtes Identité, égalité, gestion des doubles Hiérarchie de généralisation Comportement Conclusion LANGAGES DE

Plus en détail

1 ) Requêtes de sélection (SELECT)... 2

1 ) Requêtes de sélection (SELECT)... 2 Le langage SQL 1 ) Requêtes de sélection ()... 2 1.1 ) Exemples simples... 2 1.1.1 ) Choix des champs à afficher (projection)... 3 1.1.2 ) Afficher seulement les enregistrements qui correspondent à un

Plus en détail

1. LA GESTION DES BASES DE DONNEES RELATIONNELLES

1. LA GESTION DES BASES DE DONNEES RELATIONNELLES Dossier G11 - Interroger une base de données La base de données Facturation contient tout un ensemble d'informations concernant la facturation de la SAFPB (société anonyme de fabrication de produits de

Plus en détail

L Injection SQL. By LordDaedalus (version du 10 Nov 07

L Injection SQL. By LordDaedalus (version du 10 Nov 07 L Injection SQL By LordDaedalus (version du 10 Nov 07 Introduction De nombreux sites stockent des données dans des bases de données. C est le cas notamment des sites bancaires, de vente en ligne mais aussi

Plus en détail

Comment stocke-t-on des données sur un site web?

Comment stocke-t-on des données sur un site web? Comment stocke-t-on des données sur un site web? Sommaire I. Introduction aux bases de données II. III. Structure d une base de données Administrer la base avec PHPMyadmin IV. Le langage SQL Pourquoi stocker

Plus en détail

Chap. 15 : Algèbre relationnelle et SQL

Chap. 15 : Algèbre relationnelle et SQL Chap. 15 : Algèbre relationnelle et SQL 1 Le modèle relationnel : son intérêt 1.1 La limite des structures de données plates pour la recherche d information : un exemple Ce qu on veut faire : On veut stocker

Plus en détail

INTRODUCTION A SQL. http://www.lri.fr/~rigaux/bd/sql.html

INTRODUCTION A SQL. http://www.lri.fr/~rigaux/bd/sql.html 012345678901234567890123 INTRODUCTION A SQL SQL = Structured Query Language SEQUEL = Structured English as a QUEry Language standard ISO depuis 87. Avantages : implanté + ou - complètement sur principaux

Plus en détail

Cours Web n o 7 MySQL et PHP

Cours Web n o 7 MySQL et PHP Introduction aux bases de données Cours Web n o 7 MySQL et PHP Sandrine-Dominique Gouraud (gouraud@lri.fr) Pierre Senellart (pierre@senellart.com) Semaine du 7 novembre 2005 S.-D. Gouraud, P. Senellart

Plus en détail

Bases de Données. Historique des modèles de SGBD

Bases de Données. Historique des modèles de SGBD Bases de Données Historique des modèles de SGBD Historique Avant l avènement de l informatique : informations structurées sous formes de fiches, classées par ordre alphabétique, chronologique,, Ensuite

Plus en détail

Introduction à XML. 1. Notions de base. Introduction à XML

Introduction à XML. 1. Notions de base. Introduction à XML Introduction à XML INTRODUCTION À XML 1. NOTIONS DE BASE 2. EXEMPLE SIMPLE 3. SYNTAXE XML 3.1. LES CARACTÈRES SPÉCIAUX 4. DTD 5. DOCUMENT XML AVEC FEUILLE DE STYLE CSS 6. XLS ET XSLT 6.1. EXEMPLE DE DOCUMENT

Plus en détail

Introduction aux bases de données et au langage SQL

Introduction aux bases de données et au langage SQL et au langage SQL Ce document ne prétend en aucun cas remplacer les ouvrages ou manuels de référence disponibles en librairie ou sur Internet. Il s'agit simplement d'un aide-mémoire permettant une prise

Plus en détail

1/24. I On peut toujours faire du relationnel : enrichissement de SQL2. Introduction 3/24 SGBDOO

1/24. I On peut toujours faire du relationnel : enrichissement de SQL2. Introduction 3/24 SGBDOO ntroduction 1/24 2/24 Anne-Cécile Caron Master MAGE - BDA 1er trimestre 2013-2014 La norme SQL 3 aussi appelée SQL 99 Extension du modèle relationnel à l objet nécessité de structures de données plus sophistiquées

Plus en détail