THÈME 7 : SOCIALISATION ET CULTURE PLAN DU THÈME

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "THÈME 7 : SOCIALISATION ET CULTURE PLAN DU THÈME"

Transcription

1 1 THÈME 7 : SOCIALISATION ET CULTURE OBJECTIFS : PLAN DU THÈME Percevoir l origine sociale des pra ques humaines Comprendre que la socialisa on concilie reproduc on et changement social Comprendre que la culture est à la fois un héritage et une construction collective. 1 : La socialisation l adapta on à la vie sociale «L homme ne naît pas social, il le devient» Document 1 poly 1.1/ Le processus de socialisation 1) Définition de la socialisation a) Les normes et les valeurs Document 2 poly, b) Les rôles et les statuts Document 2 poly c) Que signifie la socialisation? Document 1 p.112 2) Les agents socialisateurs Document 3 poly, documents p / La socialisation phénomène continu 1) la socialisation primaire Document 2 p.112, document 11p.116, document 13 p.117, document 4 poly 2) la socialisation secondaire Document 2 p.112, document 5 poly, document 1ç p / Déterminisme ou interaction Document 6 et 7 poly 2 : La culture Transmission et construc on collective 2.1/ Unité et diversité culturelle 1) A la recherche d une définition Documents 1 et 2 p.132 2) La diversité culturelle Document 8 poly, document 9 poly 2.2/ La culture : une construction collective 1) Culture et acculturation Document 19 p.140, Document 10 poly 2) Conflits culturels et changement social Document 11 poly, document 26 p.143 3) Vers une uniformisation culturelle? Document 12 poly, document 9 p.135

2 2 DOSSIER DOCUMENTAIRE Document 1 : Il ne convient pas de supposer que les dégoûts sont naturels et nous sont donnés par notre constitution. Ils proviennent de notre éducation et du fait que nous avons intériorisé ce qui nous semble appréciable et ce qui nous semble dégoûtant. Les pratiques culinaires nous donnent de multiples exemples de ce type : si nous refusons de manger des insectes ou des limaces, ce n est nullement une donnée naturelle, puisque les français sont presque universellement regardés avec dégoût en tant que «mangeurs de grenouilles et d escargots». L individu est donc un produit de la société, c-a-d qu il est largement façonné par la socialisation effectuée par le ou les groupes auxquels il appartient, mais aussi par les institutions telles que l Etat et l Ecole. L intériorisation des normes et des règles ce que l on appelle «socialisation» est donc la source de la cohésion sociale. Mais les règles que l on intègre ne sont pas seulement des règles générales, valables pour tous, des règles relatives au code pénal qui interdisent le vol et l homicide, par exemple, mais également des règles de politesse qui garantissent que l homme peut entrer en contact avec les autres. T.ROGEL, Introduction pertinente à la sociologie, 1999 Document 2 : Associer des normes et des valeurs Reliez par une flèche les normes et les valeurs qui vous semblent associées Valeurs Respect d autrui Attachement aux traditions Honnêteté Valorisation de l autonomie Justice sociale Tolérance Normes Ne pas tricher lors d un examen Respecter les règles de politesse Se marier à l église Ne pas chercher à dissimuler ses revenus au fisc Ne pas fumer dans les lieux publics Ne pas contredire abruptement son voisin dans une conversation Donner un prénom original à son enfant Associer des statuts et des rôles Relier par une flèche les statuts et les rôles qui vous semblent associer Père Enfant Professeur Elève Statuts Rôles Attitude respectueuse Comportement autoritaire Compétence Comportement protecteur Obéissance Insolence Document 3 : La multiplicité des agents de socialisation Agents de socialisation Définition Principales relations Objet de la relation Famille Ensemble de personnes Entre parents et enfants Habitudes, langage, ayant des liens de parenté normes, valeurs Entre conjoints Ajustement des normes et École Organisations religieuses Groupes de pairs Organisation destinée à dispenser un enseignement collectif Organisations plus ou moins structurées visant à réunir des croyants Groupes de petite taille fondés sur une association volontaire : groupes d amis, Entre enseignants et enseignés Entre religieux et fidèles, entre fidèles Prioritairement entre individus placés sur un pied d égalité. des rôles Connaissances générales et professionnelles, normes et valeurs Croyances, valeurs religieuses Á l adolescence : valeurs et normes qui peuvent être différentes de celles de la famille ou de l école

3 3 Médias Organisations productrices associations, sections syndicales Moyens de diffusion d un message Organisations destinées à produire des biens et des services : entreprises, administrations Relation indirecte entre l émetteur du message et le récepteur Relations de travail qui peuvent être verticales ou horizontales BREAL, 2005 Normes, valeurs, rôles sociaux. Normes professionnelles, rôles éventuellement des valeurs. Document 4 : Imprégnation et inculcation On peut réduire à deux le nombre des mécanismes de la transmission familiale des valeurs : imprégnation et inculcation. La formation de l enfant repose sur la persuasion clandestine d une pédagogie implicite, capable d inculquer toute une éthique, une politique, à travers des informations aussi insignifiantes que «Tiens toi droit». La transmission des valeurs passe par une emprise du cadre familial et social, dés la plus tendre enfance, sur les actes de la vie quotidienne. La première éducation repose sur les dressages du corps «pense-bête» de l ordre social, sur la familiarisation continue et diffuse avec un certain nombre de savoir-dire et de savoir-faire, sur l inculcation explicite des préceptes et de prescriptions. Il faut rappeler toutefois qu un enfant n est pas un être passif. L héritage est celui d un patrimoine implicite d images, de gestes, de savoirs, de croyances, à la fois vivant et latent, c-a-d d un patrimoine que chaque individu, selon les circonstances, peut laisser enfoui ou ranimer. La socialisation, en second lieu, fonctionne sur une logique de tri et pas seulement d accumulation. L héritier ne retient qu une part de son héritage. Il faut que l héritier fasse vivre et s approprie le contenu de la transmission. L enfant se montrera d autant plus intégré, si les parents le sont eux-mêmes. B.LE WITTA, «Ni vu, ni connu», 1988 Q1 : Quels sont les deux grands moyens de la socialisation? Q2 : Trouvez des exemples pour illustrer chaque moyen de la socialisation. Q3 : Expliquez la phrase soulignée. Document 5 : La socialisation secondaire La ou les socialisations secondaires concernent l intégration de l individu dans les divers «sous-mondes» où son itinéraire le conduit. Un sous-monde peut être défini comme un ensemble de situations interdépendantes auxquelles l acteur n a pas encore été confronté. Ainsi pour l étudiant qui vient de s inscrire à l université, celle-ci constitue un sous-monde qui va réclamer de sa part qu il subisse une socialisation secondaire spécifique. Il devra apprendre, non seulement le règlement des études, mais aussi le jargon propre de son nouveau milieu, les types de personnages qu il y rencontre, les parties qu il doit jouer dans diverses circonstances, elles sont aussi typiques. Il en ira de même pour d autres sous-mondes apparaissant alors que l individu poursuit sa carrière de membre de la société : l entreprise, l hôpital, les loisirs C.JAVEAU, «Leçons de sociologie», Collin, 1997 Q1 : Pour quelles raisons l étudiant nouvellement inscrit à l université doit-il effectuer de nouveaux apprentissages? Q2 : Qu apporte de nouveau la socialisation secondaire? Document 6 : L habitus, entre déterminisme et autonomie L habitus, c est d abord le produit d un apprentissage devenu inconscient qui se traduit ensuite par une aptitude apparemment naturelle à évoluer librement dans un milieu. Ainsi le musicien ne peut improviser librement au piano qu après avoir fait longuement des gammes, acquis les règles de la composition et de l harmonie. Ce n est qu après avoir intériorisé les codes et les contraintes musicaux que notre pianiste pourra composer, inventer créer et transmettre sa musique. L auteur, le compositeur, l artiste vit alors sa création dans le mode de la liberté créatrice, de la pure inspiration, parce qu il n a plus conscience des codes et des styles qu il a profondément intériorisés. Il en va ainsi de la musique, comme du langage, de l écriture, de la pensée en général. On les croît libres et désincarnés, alors qu ils sont le produit de contraintes et de structures profondément ancrées en soi. Les habitus sont aussi des sources motrices de l action et de la pensée ; ce que P.Bourdieu appelle des «principes générateurs et organisateurs de pratiques et de représentations». La théorie de l habitus renvoie donc dos à dos deux modèles de l action opposés. D un côté, le

4 déterminisme sommaire qui enfermerait nos actions dans le cadre des contraintes imposées, de l autre, la fiction d un individu autonome, libre et rationnel. Chacun de nous est bien le produit de son milieu, prisonnier de routines d action. Nos habitudes et routines fonctionnent comme des programmes, possèdent des capacités créatrices et stratégiques dans un milieu donné. J.F.DORTIER, «Les idées pures n existent pas», 2002 Question : Q1 : Que représente la notion d Habitus? Utilisez la phrase soulignée du document. Document 7 : Une socialisation interactive Pourtant le socialisé n est pas un agent passif. Il entre en relation avec le ou les socialisateurs. Il est clair que la naissance contribue à socialiser les époux à leur rôle de parents. La socialisation considérée comme un processus interactif trouve une plus grande validité dans les sociétés soumises à un changement social important. Certaines valeurs et normes perdent leur fonction de référence pour l action et les individus s voient obligés de tester de nouveaux comportements qui seront la source de nouveaux traits culturels. Les socialisés deviennent socialisateurs. E.COFFIER, «Sociologie basique», Nathan, 1990 Q1 : Expliquez et illustrez la phrase soulignée. Q2 : Dites en quoi la socialisation est une interaction. 4 Document 8 : Des codes de politesses variés Q1 : Pourquoi peut-on dire que les codes de politesse sont différents? Donnez quelques exemples pris dans le texte. Q2 : Montrez comment ces codes de politesse favorisent l intégration et la cohésion sociales.

5 5 Document 9 : Des représentations différentes des enfants Q1 : Quelles sont les différences de la conception de l enfant français et cambodgien? Q2 : Quelles en sont les explications? Document 10 : Les effets de l acculturation Document 11 : Conflits culturels et changement culturel

6 6 n est donc pas seulement un héritage social. C est également pour reprendre une expression de Bourdieu un capital que chaque groupe essaye de valoriser. Les conflits culturels qui en résultent sont à l origine de la transformation de la culture. M.Montoussé, G.Renouard, «100 fiches pour comprendre la sociologie Document 12 : L apparition d une culture de masse? Q1 : Que signifie l expression «culture de masse»? Q2 : Comment peut-on expliquer son émergence?

Sociologie générale et sociologie politique 1. Les processus de socialisation et la construction des identités sociales

Sociologie générale et sociologie politique 1. Les processus de socialisation et la construction des identités sociales eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Sociologie générale et sociologie politique 1. Les processus de socialisation et la construction des identités sociales Ressources pour le lycée général

Plus en détail

UE Libres. Initiation et entraînement aux prestations orales Inscription à l UFR Lettres. Civilisation occitane Inscription à l UFR Lettres

UE Libres. Initiation et entraînement aux prestations orales Inscription à l UFR Lettres. Civilisation occitane Inscription à l UFR Lettres Université d Avignon UE Libres Qu est-ce qu une UE Libre? Avec la mise en place du LMD, les cours d une année universitaire (2 semestres), 60 crédits ECTS, se décomposent en : 70 % d UE fondamentaux 20

Plus en détail

EXPOSE : La Communication Interpersonnelle

EXPOSE : La Communication Interpersonnelle EXPOSE : La Communication Interpersonnelle Introduction : Tout activité humaine est communication, elle est partout, elle est inévitable. Elle a lieu avec des individus, des groupes, des objets ; à l occasion

Plus en détail

Types et rôle de la mémoire humaine Grzegorz Markowski Maître de conférences Université de Silésie

Types et rôle de la mémoire humaine Grzegorz Markowski Maître de conférences Université de Silésie Types et rôle de la mémoire humaine Grzegorz Markowski Maître de conférences Université de Silésie Le processus d enseignement du vocabulaire est lié à certains facteurs, parmi lesquels les plus importants

Plus en détail

Les droits de l homme 10 décembre, Journée internationale des droits de l homme

Les droits de l homme 10 décembre, Journée internationale des droits de l homme Les droits de l homme 10 décembre, Journée internationale des droits de l homme «Tous les habitants de la planète partagent le désir de vivre à l abri des horreurs de la violence, de la famine, de la maladie,

Plus en détail

Master Métiers de l enseignement scolaire Mémoire professionnel de deuxième année

Master Métiers de l enseignement scolaire Mémoire professionnel de deuxième année Année universitaire 2011-2012 Master Métiers de l enseignement scolaire Mémoire professionnel de deuxième année Comment sensibiliser les élèves à l interculturel à travers l éveil aux langues du monde

Plus en détail

Éducation aux médias et littératie médiatique

Éducation aux médias et littératie médiatique L Éducation aux médias : Perspectives pour la formation Éducation aux médias et littératie médiatique J e suis chercheur en information et communication à l Université catholique de Louvain, et depuis

Plus en détail

Les enjeux de l Accompagnement Professionnel Personnalisé

Les enjeux de l Accompagnement Professionnel Personnalisé Les enjeux de l Accompagnement Professionnel Personnalisé D.Jaillon Groupecapp-coaching.fr 1 Dominique Jaillon - Sociologue, Superviseur, Coach - Past-Président de la Société Française de Coaching - Directeur

Plus en détail

UCL. Qualité de vie et santé en milieu étudiant. Équipe santé. Service d aide aux étudiants

UCL. Qualité de vie et santé en milieu étudiant. Équipe santé. Service d aide aux étudiants chartesanté-2 24/06/04 21:43 Page 1 Équipe santé Qualité de vie et santé en milieu étudiant CHARTE Recueil des principes fondamentaux pour promouvoir la santé et la qualité de vie en milieu étudiant. Service

Plus en détail

Attestation de maîtrise de connaissances et compétences du socle commun pour le certificat de formation générale

Attestation de maîtrise de connaissances et compétences du socle commun pour le certificat de formation générale Attestation de maîtrise de connaissances et compétences du socle commun pour le certificat de formation générale Nom... Prénom... Date de naissance... Attestation de maîtrise de connaissances et compétences

Plus en détail

LA CHARTE COMMENTÉE. Phrase de préambule La Nation confie à l École la mission de faire partager aux élèves les valeurs de la République.

LA CHARTE COMMENTÉE. Phrase de préambule La Nation confie à l École la mission de faire partager aux élèves les valeurs de la République. éduscol LA CHARTE COMMENTÉE Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales notions et

Plus en détail

L adolescent et le patrimoine

L adolescent et le patrimoine Intervention de Jean-Claude QUENTEL dans le cadre de la journée Coup de jeune sur la patrimoine organisée le vendredi 15 novembre 2013 aux Champs Libres, à Rennes, par le Conseil régional de Bretagne.

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DES TPE

CARACTERISTIQUES DES TPE Une démarche inscrite dans la durée... CARACTERISTIQUES DES TPE Les TPE fournissent aux élèves le temps de mener un véritable travail, en partie collectif, qui va de la conception à la production achevée.

Plus en détail

La socialisation : l'homme est un être social

La socialisation : l'homme est un être social La socialisation : l'homme est un être social La quasi-totalité des comportements humains sont déterminés par l'environnement social, même ceux qui satisfont un besoin physiologique comme manger. La façon

Plus en détail

EMEA ATELIERS DECLOISONNES

EMEA ATELIERS DECLOISONNES EMEA ATELIERS DECLOISONNES L'EMEA propose cette année à plusieurs classes pilotes une nouvelle organisation pédagogique : l'atelier d'improvisation musicale les ateliers chansons et musiques actuelles

Plus en détail

3/5 Management of collective vocal practices Tours, 18/22 Saint- Lô 23 October 2014

3/5 Management of collective vocal practices Tours, 18/22 Saint- Lô 23 October 2014 3/5 Management of collective vocal practices Tours, 18/22 SaintLô 23 October 2014 Pratiques vocales en prison : la situation in France par Mériam Khaldi Lois, dispositifs et obligations spécifiques en

Plus en détail

28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris. Une démarche de recherche action dans un service associatif

28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris. Une démarche de recherche action dans un service associatif 28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris Une démarche de recherche action dans un service associatif 1 I. Le contexte institutionnel du processus d évaluation et

Plus en détail

INTERVENTIONS MUSICALES EN MILIEU SCOLAIRE Du Conservatoire de musique et de danse d Aurillac

INTERVENTIONS MUSICALES EN MILIEU SCOLAIRE Du Conservatoire de musique et de danse d Aurillac INTERVENTIONS MUSICALES EN MILIEU SCOLAIRE Du Conservatoire de musique et de danse d Aurillac Manuel de présentation à l usage des professeurs des écoles annexe n 2 au Projet d Etablissement Préambule

Plus en détail

UN MONDE D ENGAGEMENT

UN MONDE D ENGAGEMENT UN MONDE D ENGAGEMENT PROJET ÉDUCATIF Le collège Édouard-Montpetit est un établissement d enseignement supérieur public et laïc qui fait partie du réseau des collèges d enseignement général et professionnel

Plus en détail

OUTIL POUR L APPLICATION DU LIVRET PERSONNEL DE L ÉLÈVE TABLEAU DES COMPÉTENCES À VALIDER (fin de CE1 et fin de CM2)

OUTIL POUR L APPLICATION DU LIVRET PERSONNEL DE L ÉLÈVE TABLEAU DES COMPÉTENCES À VALIDER (fin de CE1 et fin de CM2) OUTIL POUR L APPLICATION DU LIVRET PERSONNEL DE L ÉLÈVE TABLEAU DES COMPÉTENCES À VALIDER (fin de CE1 et fin de CM2) 1. Bulletin officiel n 27 du 8 juillet 2010 Extrait de la note aux parents du livret

Plus en détail

Projet d établissement

Projet d établissement INSTITUT SAINT-JOSEPH & SAINTE- JULIENNE Projet d établissement Par ce projet nous voulons transmettre notre volonté collective d atteindre les objectifs que la Communauté Française a définis dans le cadre

Plus en détail

MODULE DE LUTTE CONTRE L ILLETTRISME

MODULE DE LUTTE CONTRE L ILLETTRISME INSTITUT REGIONAL DE FORMATION SANITAIRE ET SOCIALE 71 Chemin des Capelles 31300 TOULOUSE 05.61.31.56.73 Email : annemarie.khallouki@croix-rouge.fr Site : irfss-midi-pyrenees.croix-rouge.fr MODULE DE LUTTE

Plus en détail

AES 1 - Economie générale -

AES 1 - Economie générale - AES 1 - Economie générale - Chapitre 0 - Analyse des comportements modèles micro et macroéconomiques - AES L1 - Université de Tours, Arnold Chassagnon, Septembre 2012 PLAN DU COURS Introduction à l Analyse

Plus en détail

Projet éducatif des CLSH et des accueils périscolaires des services de l Ufcv

Projet éducatif des CLSH et des accueils périscolaires des services de l Ufcv Partenaire de votre projet local Projet éducatif des CLSH et des accueils périscolaires des services de l Ufcv Ufcv 10 Quai de la Charente 75019 PARIS Téléphone : 01 44 72 14 14 L UFCV s enracine dans

Plus en détail

PALIER CM2 La maîtrise de la langue française

PALIER CM2 La maîtrise de la langue française La maîtrise de la langue française DIRE S'exprimer à l'oral comme à l'écrit dans un vocabulaire approprié et précis Prendre la parole en respectant le niveau de langue adapté Répondre à une question par

Plus en détail

Introduction au Knowledge Management

Introduction au Knowledge Management Introduction au Knowledge Management par Jean-Yves PRAX POLIA Consulting e-mail : jean-yves.prax@wanadoo.fr site : www.polia-consulting.com Dans le contexte d une communauté d individus se pose la question

Plus en détail

Management du tourisme et des loisirs

Management du tourisme et des loisirs ERICK LEROUX PIERRE-CHARLES PUPION Management du tourisme et des loisirs 2 e ÉDITION Introduction Le secteur du tourisme évolue dans un contexte très concurrentiel : les gains qu il représente attirent

Plus en détail

P R O J E T CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSEURS HEC MONTRÉAL

P R O J E T CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSEURS HEC MONTRÉAL P R O J E T CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSEURS DE HEC MONTRÉAL Adopté par l Assemblée des professeurs et l APHEC le De façon à alléger la lecture du texte, le genre masculin est utilisé pour désigner

Plus en détail

Ce code est établi par la Fédération Française de Préparation Mentale.

Ce code est établi par la Fédération Française de Préparation Mentale. CODE DE DEONTOLOGIE Ce code est établi par la Fédération Française de Préparation Mentale. Il a pour but de fixer des points de référence éthiques et déontologiques, spécifiques à la pratique professionnelle

Plus en détail

PROJET D ÉTABLISSEMENT

PROJET D ÉTABLISSEMENT PROJET D ÉTABLISSEMENT ECOLE COMMUNALE DE ROSIERES 2011 Projet d établissement de l école communale de Rosières Dans le petit village de Rosières, entourée par la nature, l école communale accueille vos

Plus en détail

Cahier de vie Cahier de progrès

Cahier de vie Cahier de progrès Mercredi 7 mars 2012 : Cayenne Nord Jeudi 8 mars 2012 : Rémire-Montjoly Cahier de vie Cahier de progrès à l'école maternelle Mmes Kong Marie-Line Lacanaud-Gimenez Nathalie Silbande Ingrid Le cahier de

Plus en détail

Guide des premiers jours

Guide des premiers jours Accueillir un enfant du voyage dans une classe ordinaire : Guide des premiers jours Quatre facteurs entravent sensiblement la réussite scolaire des enfants itinérants : «- changement de maître, et partant

Plus en détail

Évaluation en maths La place des élèves

Évaluation en maths La place des élèves Évaluation en maths La place des élèves Groupe Maths-Collège du CEPEC (Centre d Etudes Pédagogiques pour l Expérimentation et le Conseil) a.bartolucci@cepec.org Évaluation en mathématiques : la place des

Plus en détail

UN PROFIL DE COMPÉTENCES DU PERSONNEL ENSEIGNANT DU COLLÉGIAL

UN PROFIL DE COMPÉTENCES DU PERSONNEL ENSEIGNANT DU COLLÉGIAL UN PROFIL DE COMPÉTENCES DU PERSONNEL ENSEIGNANT DU COLLÉGIAL Michelle LAUZON, conseillère pédagogique et répondante locale de PERFORMA Collège de Maisonneuve Marielle PRATTE, conseillère pédagogique et

Plus en détail

Se former au bilan de compétences

Se former au bilan de compétences Se former au bilan de compétences formation Se former au bilan de compétences Comprendre et pratiquer la démarche Claude LEMOINE Préface de Jacques AUBRET 4 e édition Claude LEMOINE est professeur émérite

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE Réseau Cadences d Agglopolys

PROJET PEDAGOGIQUE Réseau Cadences d Agglopolys PROJET PEDAGOGIQUE Réseau Cadences d Agglopolys Les écoles de musique qui constituent la réseau Cadences dispensent un enseignement musical diversifié incluant l ensemble des expressions artistiques de

Plus en détail

Atelier lecture d affiches de films - 1H30

Atelier lecture d affiches de films - 1H30 Atelier lecture d affiches de films - 1H30 I) Quelques principes généraux sur la lecture d affiches Pourquoi lire des affiches de cinéma à l école? 1) Dans le cadre du dispositif «école et cinéma» dans

Plus en détail

L ÉXPÉRIENCE ESTHÉTIQUE À L ÉCOLE : POINTS DE VUE D ARTISTES

L ÉXPÉRIENCE ESTHÉTIQUE À L ÉCOLE : POINTS DE VUE D ARTISTES L ÉXPÉRIENCE ESTHÉTIQUE À L ÉCOLE : POINTS DE VUE D ARTISTES Myriam Lemonchois Université de Montréal Selon Dewey (2010), l expérience esthétique est l expression et l organisation de nos désirs en fonction

Plus en détail

Réflexion sur votre identité culturelle

Réflexion sur votre identité culturelle Réflexion sur votre identité culturelle Objectifs : Comprendre les idées principales d un texte sur l interculturel ; approfondir la notion d identité. Thème : L identité culturelle Durée de l activité

Plus en détail

CONSEIL DES CFMI Aix-en-Provence Lille Lyon Orsay Poitiers Rennes Toulouse Tours Sélestat

CONSEIL DES CFMI Aix-en-Provence Lille Lyon Orsay Poitiers Rennes Toulouse Tours Sélestat CONTRIBUTION DU CONSEIL DES CFMI À LA CONSULTATION NATIONALE SUR L EAC MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION 6 décembre 2012 Le conseil des CFMI remercie la commission présidée par Madame Marie

Plus en détail

Pour une cohabitation des religions en paix et en liberté

Pour une cohabitation des religions en paix et en liberté Conseil suisse des religions Pour une cohabitation des religions en paix et en liberté Prise de position du Conseil suisse des religions concernant l initiative populaire «Contre la construction de minarets»

Plus en détail

MISSION. Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick, 2005

MISSION. Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick, 2005 MISSION L Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick est un organisme de réglementation professionnel voué à la protection du public et au soutien de la profession infirmière. Elle

Plus en détail

À partir de situations mathématiques, concevoir préparations, progressions, différenciation

À partir de situations mathématiques, concevoir préparations, progressions, différenciation STAGE FILÉ À partir de situations mathématiques, concevoir préparations, progressions, différenciation A partir de situations mathématiques, concevoir préparations, progressions, différenciation et évaluation

Plus en détail

Formations offertes par. Vision Enfance et Famille

Formations offertes par. Vision Enfance et Famille Formations offertes par Vision Enfance et Famille Formations offertes par Vision Enfance et Famille Vision Enfance et Famille est un organisme qui regroupe des personnes-ressources du milieu des services

Plus en détail

LE DÉVELOPPEMENT DE LA CULTURE ENTREPRENEURIALE : UN DÉFI DE SOCIÉTÉ

LE DÉVELOPPEMENT DE LA CULTURE ENTREPRENEURIALE : UN DÉFI DE SOCIÉTÉ LE DÉVELOPPEMENT DE LA CULTURE ENTREPRENEURIALE : UN DÉFI DE SOCIÉTÉ Conférence prononcée au Séminaire d automne À l Orangerie du Château de Montmirail, en Champagne Claude RUEL Directeur général Réseau

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE DE L ETABLISSEMENT

PROJET PEDAGOGIQUE DE L ETABLISSEMENT Athénée Fernand Blum Avenue Ernest Renan, 12 Avenue de Roodebeek, 59 1030 Schaerbeek PROJET PEDAGOGIQUE DE L ETABLISSEMENT Dans le respect des Projets Educatif et Pédagogique élaborés par le Pouvoir Organisateur

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX TECHNICIENS DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX TECHNICIENS DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX TECHNICIENS DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DE TECHNICIEN DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

Enseigner les langues dans la logique actionnelle : le scénario d apprentissage-action

Enseigner les langues dans la logique actionnelle : le scénario d apprentissage-action Etat généraux de l enseignement du japonais en France Ecole normale supérieure rue d Ulm, 15 Novembre 2008 Enseigner les langues dans la logique actionnelle : le scénario d apprentissage-action Claire

Plus en détail

Qu est-ce que la lecture?

Qu est-ce que la lecture? Qu est-ce que la lecture? La lecture peut être définie comme une construction de sens résultant de la rencontre, dans un contexte particulier, entre un sujet et un texte écrit. Cette interaction permet

Plus en détail

Enseignement et apprentissage de l écriture. de la maternelle à l université. et dans les formations tout au long de la vie

Enseignement et apprentissage de l écriture. de la maternelle à l université. et dans les formations tout au long de la vie Appel à communications à un colloque international Enseignement et apprentissage de l écriture de la maternelle à l université et dans les formations tout au long de la vie Bordeaux, ESPE d Aquitaine-université

Plus en détail

l écriture biographique, un genre protéiforme

l écriture biographique, un genre protéiforme l autobiographie, l autofiction et les écritures de soi l écriture biographique, un genre protéiforme Selon qui vous êtes, pour qui et pourquoi vous voulez écrire, on peut parier sur ce que sera votre

Plus en détail

Théorie des situations didactiques

Théorie des situations didactiques Introduction sur les problèmes Théorie des situations didactiques Situations-problèmes, milieu et modèles des genèses Brousseau, Douady, Margolinas Un problème introduit une discontinuité dans l expérience

Plus en détail

Enseigner la compréhension en lecture au cycle 2 à partir des textes narratifs :

Enseigner la compréhension en lecture au cycle 2 à partir des textes narratifs : Enseigner la compréhension en lecture au cycle 2 à partir des textes narratifs : Comment construire la compréhension et quels dispositifs pour l entrée en lecture? Comment s approprier les textes? Constats

Plus en détail

INVENTAIRE DES THEMES ET NOTIONS A ABORDER Typologie des compétences info-documentaires en 6ème

INVENTAIRE DES THEMES ET NOTIONS A ABORDER Typologie des compétences info-documentaires en 6ème Chantiers recherche documentaire Second degré Institut Coopératif de l Ecole Moderne-Pédagogie Freinet INVENTAIRE DES THEMES ET NOTIONS A ABORDER Typologie des compétences info-documentaires en 6ème Un

Plus en détail

Le marketing social est-il l otage d une démarche capitalistique?

Le marketing social est-il l otage d une démarche capitalistique? Le marketing social est-il l otage d une démarche capitalistique? 1.Introduction Avant même de répondre à cette question, il me semble intéressant de revenir sur la manière dont nous envisageons les différents

Plus en détail

DROIT DE L'ENFANT français 13/06/08 19:38 Page 1

DROIT DE L'ENFANT français 13/06/08 19:38 Page 1 DROIT DE L'ENFANT français 13/06/08 19:38 Page 1 DROIT DE L'ENFANT français 13/06/08 19:38 Page 2 ISBN : 9954-1-4007-7 Dépôt légal : 2007/2026 Illustrations : Nathalie Logié Manche Cliparts : Pressimage,

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DE L ENFANT

DEVELOPPEMENT DE L ENFANT DEVELOPPEMENT DE L ENFANT I. L enfant de 3 à 6 ans 1. Le développement moteur et intellectuel L enfant n a pas encore la maîtrise motrice de l adulte, mais il a déjà acquis la tonicité musculaire, des

Plus en détail

Complément sur la consommation

Complément sur la consommation CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 28 avril 2015 à 18:12 Complément sur la consommation 1 Consommer ou épargner? L épargne est la part du revenu disponible non consommée immédiatement. A Quels sont

Plus en détail

De changement en changement

De changement en changement Sandrine Caillé De changement en changement Changer sans s épuiser, faire changer sans s énerver Sous la direction de Laurence Saunder et d Éric Albert, 2011 ISBN : 978-2-212-54929-4 Introduction La permanence

Plus en détail

Histoire de l Adolescence ( 1850 1914 ), Agnès Thiercé, Histoire de l éducation, Belin, 1999

Histoire de l Adolescence ( 1850 1914 ), Agnès Thiercé, Histoire de l éducation, Belin, 1999 Histoire de l Adolescence ( 1850 1914 ), Agnès Thiercé, Histoire de l éducation, Belin, 1999 Flore Berlingen Sciences Po, Conférence d Histoire Si son domaine de prédilection est l adolescence, ce n est

Plus en détail

I. QUESTIONS AUXQUELLES IL FAUT CHERCHER DES REPONSES AVANT DE DEFINIR LES CARACTERISTIQUES DE L APPRENTISSAGE DU LANGAGE

I. QUESTIONS AUXQUELLES IL FAUT CHERCHER DES REPONSES AVANT DE DEFINIR LES CARACTERISTIQUES DE L APPRENTISSAGE DU LANGAGE CONFERENCE DE Madame LENTIN F. Caractéristiques de l apprentissage du langage. INTRODUCTION, Madame LENTIN précise qu il lui semble important d avoir une vue d ensemble de l élève, ce qu il était avant,

Plus en détail

> PARCE QUE LE THÉÂTRE JEUNE PUBLIC ŒUVRE À L ÉMANCIPATION DU JEUNE SPECTATEUR.

> PARCE QUE LE THÉÂTRE JEUNE PUBLIC ŒUVRE À L ÉMANCIPATION DU JEUNE SPECTATEUR. Le secteur du Théâtre Jeune Public a une cinquantaine d année d existence en Fédération Wallonie-Bruxelles. De nombreuses créations théâtrales qui en sont issues, ont connu non seulement un grand succès

Plus en détail

«La République, le quartier, l'école, la maison»

«La République, le quartier, l'école, la maison» «La République, le quartier, l'école, la maison» Renforcer la laïcité, la prise en compte de la diversité et le vivre- ensemble à l école Avec les enseignants, les familles et les enfants Acteurs du vivre-

Plus en détail

Formation. «Faire rimer épanouissement personnel et efficacité collective»

Formation. «Faire rimer épanouissement personnel et efficacité collective» Formation «Faire rimer épanouissement personnel et efficacité collective» CATALOGUE DES FORMATIONS 2015-2016 PREAMBULE AYOA conçoit et réalise des formations sur mesure en développement personnel, communication

Plus en détail

Projet d ouverture d un atelier de formation à la musique assistée par ordinateur (MAO) à l école de musique

Projet d ouverture d un atelier de formation à la musique assistée par ordinateur (MAO) à l école de musique Projet d ouverture d un atelier de formation à la musique assistée par ordinateur (MAO) à l école de musique 1- La Musique Assistée par Ordinateur (MAO), ses développements et sa place dans la musique

Plus en détail

Présentation. Il s agit donc ici d informations données à titre indicatif pour soutenir la réflexion des milieux.

Présentation. Il s agit donc ici d informations données à titre indicatif pour soutenir la réflexion des milieux. Nouvelles orientations en évaluation des apprentissages au primaire Informations des conseillers pédagogiques disciplinaires pour soutenir le travail d élaboration des normes et modalités dans les établissements

Plus en détail

Des pratiques pédagogiques à développer dans le cadre de la logique de compétences

Des pratiques pédagogiques à développer dans le cadre de la logique de compétences Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport Direction de la formation générale des adultes Des pratiques pédagogiques à développer dans le cadre de la logique de compétences POUR UN TRANSFERT VERTICAL

Plus en détail

Comprendre, parler et écrire

Comprendre, parler et écrire Comprendre, parler et écrire Source : le Français dans le monde n 351 Comment lire le CECR? Pour naviguer dans les niveaux du CECR et pour vous aider à vous les représenter : Les termes clés A1 A2 B1 B2

Plus en détail

Projet de règlement grand-ducal déterminant 1. le référentiel des compétences professionnelles, 2. les décharges accordées aux enseignants

Projet de règlement grand-ducal déterminant 1. le référentiel des compétences professionnelles, 2. les décharges accordées aux enseignants Projet de règlement grand-ducal déterminant 1. le référentiel des compétences professionnelles, 2. les décharges accordées aux enseignants stagiaires, aux employés et aux intervenants, 3. la composition

Plus en détail

Premier bilan des groupes «marionnettes» et «montage vidéo»

Premier bilan des groupes «marionnettes» et «montage vidéo» Premier bilan des groupes «marionnettes» et «montage vidéo» L hôpital de jour pour adolescents de l ASM13 accueille pour des soins de longue durée des patients ayant tous présenté des troubles psychiques

Plus en détail

Retour sur le Débat prospectif élargi

Retour sur le Débat prospectif élargi Retour sur le Débat prospectif élargi l évolution des lignes et des termes du débat Ivry sur Seine le 20 mars 2015 Avertissement : cette note est la production collective d un groupe de 7 personnes impliquées

Plus en détail

COMMENT JE PEUX AIDER MON ENFANT À DÉVELOPPER LES DIFFÉRENTES QUALITÉS DU PROFIL DE L APPRENANT PROGRAMME D ÉDUCATION INTERNATIONAL

COMMENT JE PEUX AIDER MON ENFANT À DÉVELOPPER LES DIFFÉRENTES QUALITÉS DU PROFIL DE L APPRENANT PROGRAMME D ÉDUCATION INTERNATIONAL COMMENT JE PEUX AIDER MON ENFANT À DÉVELOPPER LES DIFFÉRENTES QUALITÉS DU PROFIL DE L APPRENANT PROGRAMME D ÉDUCATION INTERNATIONAL Ouverts d esprit Ouverts d esprit Nous portons un regard critique sur

Plus en détail

TRAVAILLER EN ZONE SENSIBLE

TRAVAILLER EN ZONE SENSIBLE Des professeurs du secondaire et du primaire pointent les spécificités du travail en secteur sensible (une professeure de lycée-collège débutante parle plus précisément des ZEP de banlieue parisienne).

Plus en détail

Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le

Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le Chapitre 1 être Premiers consommateurs d antidépresseurs dans le monde, de nombreux salariés français souffrent réellement au sein des entreprises qui les emploient. Ce n est pas juste une question de

Plus en détail

Francq, B. et Maroy, C. (1996). Formation et socialisation au travail. Bruxelles : De Boeck Université.

Francq, B. et Maroy, C. (1996). Formation et socialisation au travail. Bruxelles : De Boeck Université. Compte rendu Ouvrage recensé : Francq, B. et Maroy, C. (1996). Formation et socialisation au travail. Bruxelles : De Boeck Université. par Pierre Doray Revue des sciences de l'éducation, vol. 24, n 2,

Plus en détail

SECTION 2 BILAN DES COMPÉTENCES

SECTION 2 BILAN DES COMPÉTENCES SECTION 2 BILAN DES COMPÉTENCES Bilan des compétences INTRODUCTION... 3 LES OBJECTIFS DU BILAN DES COMPETENCES... 3 LE DEROULEMENT DE VOTRE BILAN DES COMPETENCES... 3 LE BILAN DES COMPETENCES DU PROGRAMME...

Plus en détail

Programmes de formation de courte durée

Programmes de formation de courte durée Programmes de formation de courte durée 1 Éducation à la Culture et à la Citoyenneté européennes http://www.elicitplus.eu Table des matières Prévenir la violence à l école : comprendre pour agir... 4 Comment

Plus en détail

Pourquoi un dictionnaire commenté du coaching?

Pourquoi un dictionnaire commenté du coaching? Pourquoi un dictionnaire commenté du coaching? Le coaching peut encore être considéré comme une toute nouvelle profession. Son développement incroyable, depuis maintenant quinze ans, en fait le nouveau

Plus en détail

Informer et accompagner les professionnels de l éducation Cycles 2 3 4

Informer et accompagner les professionnels de l éducation Cycles 2 3 4 Informer et accompagner les professionnels de l éducation Cycles 2 3 Arts plastiques Enjeux et positionnement des arts plastiques dans la formation générale des élèves Fiche 2 : mise en perspective des

Plus en détail

Habiter le musée plutôt que le traverser!

Habiter le musée plutôt que le traverser! Habiter le musée plutôt que le traverser! «Les images ne sont pas un simple auxiliaire de l écrit. Elles sont déclencheur d émotions et de pensées, et porteurs de messages. Cet apprentissage relève d une

Plus en détail

Modèles de l évaluation et formation des professionnels de la Santé

Modèles de l évaluation et formation des professionnels de la Santé Modèles de l évaluation et formation des professionnels de la Santé Michel Vial UMR ADEF En introduction, je vais situer de quelle évaluation on parle ici et rappeler à grands traits ce qui la caractérise.

Plus en détail

Introduction SOMMAIRE. Fiche Objectifs Supports... 2. Fiche Scénario pédagogique... 5. À propos... 12

Introduction SOMMAIRE. Fiche Objectifs Supports... 2. Fiche Scénario pédagogique... 5. À propos... 12 1 Arabe Disciplines associées : histoire, géographie, arts plastiques Lycée / B1 B2 Introduction Dossier pédagogique La mosquée des Omeyyades à Damas «L Islam» Né au VII e siècle dans la péninsule Arabique,

Plus en détail

CODE DE VIE. Ensemble depuis 20 ans! Ensemble et en avant! DEPUIS 1982

CODE DE VIE. Ensemble depuis 20 ans! Ensemble et en avant! DEPUIS 1982 CODE DE VIE Ensemble depuis 20 ans! Ensemble et en avant! DEPUIS 1982 1407 avenue Albert, Saskatoon (Saskatchewan) S7H 2C6 Téléphone (306) 653-8498 Télécopieur (306) 653-8496 Courriel: secf@atrium.ca http://ecolecf.ca

Plus en détail

Quelques remarques générales sur l utilisation du jeu en classe

Quelques remarques générales sur l utilisation du jeu en classe Quelques remarques générales sur l utilisation du jeu en classe Les caractéristiques principales qu un jeu didactique devrait avoir pour une utilisation efficace dans l enseignement sont les suivantes

Plus en détail

Outil de dépistage des préjugés

Outil de dépistage des préjugés Outil de dépistage des préjugés Selon le préambule de la loi sur l éducation de la Nouvelle-Écosse, «[ ] en toute justice et en toute équité, tous les habitants de la Nouvelle-Écosse ont le droit de participer

Plus en détail

DOMAINES DE COMPETENCES VISES 350 heures DC 1 : Accompagnement social et éducatif spécialisé VOLUME HORAIRE CONTENU INDICATIF

DOMAINES DE COMPETENCES VISES 350 heures DC 1 : Accompagnement social et éducatif spécialisé VOLUME HORAIRE CONTENU INDICATIF DF1 : Accompagnement social et éducatif spécialisé La personne de la naissance à la fin de vie Approche pluridisciplinaire : physiologique, psychologique, sociologique, psychosociale, socio économique,

Plus en détail

BTS DESIGN D'ESPACE LYCÉE RIVE-GAUCHE TOULOUSE C A T A L O G U E D E S C O U R S

BTS DESIGN D'ESPACE LYCÉE RIVE-GAUCHE TOULOUSE C A T A L O G U E D E S C O U R S BTS DESIGN D'ESPACE LYCÉE RIVE-GAUCHE TOULOUSE C A T A L O G U E D E S C O U R S PRESENTATION DU DESIGN D'ESPACE Le BTS DESIGN D ESPACE met en interaction la richesse des contenus relatifs à plusieurs

Plus en détail

IUFM D AIX PRÉPA CRPE AOÛT/SEPTEMBRE 2012 CONSEILS MÉTHODOLOGIQUES

IUFM D AIX PRÉPA CRPE AOÛT/SEPTEMBRE 2012 CONSEILS MÉTHODOLOGIQUES IUFM D AIX PRÉPA CRPE AOÛT/SEPTEMBRE 2012 CONSEILS MÉTHODOLOGIQUES FRANÇAIS Commentaire. La lecture du texte doit se faire de manière analytique, c est une lecture personnelle. Il s agit en premier lieu

Plus en détail

Les Ateliers Jeunesse

Les Ateliers Jeunesse Les Ateliers Jeunesse Architecture Histoire Groupes scolaires & centres de loisirs Arts Nom :... Prénom :... Paysage & nature Établissement :... Classe :... Archéologie LES ATELIERS JEUNESSE I. ANIMONS

Plus en détail

UN LIEU DANS L ECOSYSTEME DE LA CULTURE SCIENTIFIQUE: LE BIODOME DE MONTREAL

UN LIEU DANS L ECOSYSTEME DE LA CULTURE SCIENTIFIQUE: LE BIODOME DE MONTREAL UN LIEU DANS L ECOSYSTEME DE LA CULTURE SCIENTIFIQUE: LE BIODOME DE MONTREAL Johanne Landry, directrice, programmes publics Anne Charpentier, muséologue, programmes publics, Biodôme de Montréal, Montréal

Plus en détail

chapitre 1 Décrire la langue

chapitre 1 Décrire la langue chapitre 1 Décrire la langue 1 Du langage à la langue Quelques dé nitions préalables Le langage est cette faculté, que l homme est seul à posséder, de s exprimer par la parole et par l écriture. Elle lui

Plus en détail

Recommandations relatives à la formation des enseignantes. interculturelles. COHEP, novembre 2007

Recommandations relatives à la formation des enseignantes. interculturelles. COHEP, novembre 2007 Recommandations relatives à la formation des enseignantes et enseignants aux approches interculturelles COHEP, novembre 2007 Etat : Adopté par l Assemblée plénière de la COHEP le 14/15 novembre 2007 Table

Plus en détail

La méthode Jaques-Dalcroze au service du musicien actuel

La méthode Jaques-Dalcroze au service du musicien actuel 1 La méthode Jaques-Dalcroze au service du musicien actuel I Définition La rythmique Jaques-Dalcroze est une méthode d éducation musicale qui met en relation les liens naturels et bénéfiques entre le mouvement

Plus en détail

Introduction. ISBN 978-2-7535-3506-0 Presses universitaires de Rennes, 2015, www.pur-editions.fr

Introduction. ISBN 978-2-7535-3506-0 Presses universitaires de Rennes, 2015, www.pur-editions.fr Introduction Les Six bagatelles pour quatuor à cordes opus 9 d Anton Webern furent composées entre 1911 et 1913 ; plus précisément, les deuxième, troisième, quatrième et cinquième furent écrites en 1911,

Plus en détail

Typologie des programmes d apprentissage et des certifications

Typologie des programmes d apprentissage et des certifications QU EST - CE QUE LE CADRE EUROPÉEN COMMUN DE RÉFÉRENCE? - Il offre une base commune pour l élaboration de programmes de langues vivantes, de référentiels, d examens, de manuels - Il décrit ce que les apprenants

Plus en détail

COURS DE PHILOSOPHIE ET DE CITOYENNETE Programme d études Cycles 2,3 et 4

COURS DE PHILOSOPHIE ET DE CITOYENNETE Programme d études Cycles 2,3 et 4 COURS DE PHILOSOPHIE ET DE CITOYENNETE Programme d études Cycles 2,3 et 4 Enseignement organisé par la Fédération Wallonie-Bruxelles Enseignement officiel subventionné Enseignement libre non confessionnel

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 2 Analyser le libellé 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 2 Analyser le libellé Avertissement Dans la présente leçon, on verra comment cerner tous les aspects d une tâche :

Plus en détail

L intelligence collective et le leadership dans la complexité *

L intelligence collective et le leadership dans la complexité * L intelligence collective et le leadership dans la complexité * Nouveaux enjeux / nouveaux modes de management par Pascale Massios ** "Tout ce que vous faites pour nous, vous le faites pour notre bien

Plus en détail

STAGE DE PERFECTIONNEMENT

STAGE DE PERFECTIONNEMENT (Sigle de la société d accueil) REPUBLIQUE TUNISIENNE ***** MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR, DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET DE LA TECHNOLOGIE ***** DIRECTION GENERALE DES ETUDES TECHNOLOGIQUES *****

Plus en détail