SOCIOLOGIE Chapitre 2 : GROUPES ET RESEAUX SOCIAUX

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SOCIOLOGIE Chapitre 2 : GROUPES ET RESEAUX SOCIAUX"

Transcription

1 SOCIOLOGIE Chapitre 2 : GROUPES ET RESEAUX SOCIAUX Questions centrales du chapitre 2 : Comment distinguer les groupes sociaux, comment les définir? Comment ces groupes sociaux fonctionnent-ils? Comment mobilisent-ils les individus? Objectifs du chapitre 3 : - Acquérir des savoirs : - Savoir définir les notions essentielles du programme de première : groupes primaire/secondaire, groupes d appartenance/de référence, groupes d intérêt, passager clandestin, incitations sélectives, capital social, formes de sociabilité. - Il faut savoir : - distinguer les groupes sociaux des simples agrégats physiques et des catégories statistiques - mettre en évidence les différents types de groupes sociaux en fonction de caractéristiques comme la taille, leur rôle, leur fonctionnement - expliquer les mécanismes de fonctionnement au sein des groupes sociaux - expliquer ce que sont les réseaux et mettre en évidence leur différences tant dans le fonctionnement que dans leur rôle auprès des individus. - Acquérir des savoir-faire : - savoir lire et interpréter des tableaux à double entrée et différents types de représentations graphiques (diagrammes, représentations de séries chronologiques) - savoir lire et interpréter, utiliser les taux de répartition, taux de croissance, taux de croissance moyen, indice simple (de base 100), pour établir des comparaisons dans le temps et l espace. Plan : I Comment les individus s associent-ils pour constituer des groupes sociaux? II Comment la taille des groupes influe-t-elle sur leur mode de fonctionnement? III Comment les réseaux sociaux fonctionnent-ils? I COMMENT LES INDIVIDUS S ASSOCIENT-ILS POUR CONSTITUER DES GROUPES SOCIAUX? A. Qu est-ce qu un groupe social? Activité de sensibilisation : visionnage d un extrait long du film «Ressources humaines» de Laurent Cantet, année Voir aussi Belin p 265 Un fils, cadre en stage dans l entreprise où son père est ouvrier, reproche à ce dernier de ne pas participer au mouvement de grève par peur de décevoir son patron et d affirmer son opinion. Le père redoute que l attitude de son fils ne compromette sa carrière, après tant d efforts pour le sortir de sa condition ouvrière. Présentation de la nomenclature des PCS, permettant de classer la population française : 1. Agriculteurs 2. Commerçants, artisans, chefs d entreprise 3.Cadres et professions libérales 4. professions intermédiaires 5. Employés 6.ouvriers et 2 catégories d inactifs (retraités/étudiants, au foyer) Q1. Où se situent Frank dans cette nomenclature? Où se situe son père? 1

2 Document 1 : Changer de groupe et trouver sa place? «Ressources humaines», bien ancré dans la réalité sociale, n en est pas moins une fiction qui lorgne vers une fable. Elle pourrait s appeler «Le Chien et le Loup»* version moderne. Le Loup, c est Frank (Jalil Lespert), un louveteau encore, frais émoulu de son école parisienne. Il revient à la maison familiale à l occasion d un stage. Dûment cravaté, masquant son appréhension derrière des phrases apprises, un sourire tour à tour timide et conquérant, le voici dans l usine où son père est ouvrier soudeur. Employé modèle face à la même machine depuis trente ans, ce père-là est lui le «chien», habitué aux ordres, à la routine, et pas mécontent de son sort. L ambition, la fierté, il les a reportés sur Frank, le fils qui va rejoindre ceux d en haut, les cravatés, ceux qui dirigent. Tandis que lui, l échine arrondie, va s installer à son poste, comme tous les autres jours. ( ) face au patron de l usine, petit homme à la rondeur trompeuse, Frank dose la soumission et une assurance presque insolente. Il veut plaire autant qu apprendre, montrer ses belles dents sans mordre ainsi fait-on chez les jeunes loups. Frank est un «petit arriviste» aux yeux de la déléguée CGT ( ). Quand il met la main sur un document confidentiel tapi dans un ordinateur : l entreprise a concocté un plan de licenciement. Dont son père, parmi d autres, fera les frais. Petit clic et grand choc. Le voilà qui se sent redevenir chien. Mais un chien rebelle, féroce, prêt à tout. Qui passe à l action. François Gorin, critique du film de Laurent Cantet, Télérama, décembre *Célèbre fable de Jean de La Fontaine. Q2. A quels signes/comportements pouvez-vous repérer la «place» de chacun des protagonistes du film (Frank et son père, le Directeur des ressources humaines, le patron, la secrétaire) dans la nomenclature des PCS et plus généralement dans l espace social? Q3. A quels signes peut-on repérer que Frank a changé de groupe social par rapport à son père? Q4. Quelles sont les motivations des salariés qui se mettent en grève dans cette usine? Q5. Pourquoi la pression sur le père qui ne fait pas grève (et sur les autres salariés de l entreprise dans son cas) est-elle très forte? Document 2 : Nous et les autres Belin doc 2 p 267 jusqu à «château». Et Hatier doc 2 p 240 : La jeunesse n est qu un mot Ce que je veux rappeler c est que la vieillesse et la jeunesse ne sont pas des données mais sont construites socialement, dans la lutte entre les jeunes et les vieux. Les rapports entre l âge social et l âge biologique son très complexes. Si l on comparait des jeunes de différentes fractions de la classe dominante, par exemple tous les élèves qui entrent à l Ecole Normale Supérieure, ou à Poltytechnique, l ENA etc la même année, on verrait que ces «jeunes gens» ont d autant plus les attributs de l adulte, du vieux, du noble, du notable etc qu ils sont plus proches du pouvoir. Quand on va des intellectuels aux PDG, tout ce qui fait jeune, chebeux longs, jean etc disparaît. D après Pierre Bourdieu, «La jeunesse n est qu un mot», in Question de sociologie, Editions de Minuit, 1984, Hatier

3 Q1. A quels signes voit-on l appartenance d un individu à un groupe social (doc Belin)? Q2. Rappelez comment on entre dans les écoles nommées par Pierre Bourdieu (doc Hatier). Q3. La jeunesse est-elle une catégorie statistique ou un groupe social? Justifiez votre réponse. Un groupe social désigne un ensemble d individus répondant aux deux critères suivants - les membres du groupe entretiennent des relations, directes ou indirectes, obéissant à des règles préétablies ; - les membres du groupe ont conscience d appartenir au groupe et sont vus par les autres comme membres du groupe. Par exemple, un groupe de supporters, une famille, une classe, un groupe d amis, etc Contre-exemples : une file d attente devant le cinéma par exemple n est pas un groupe social ; la catégorie socio-professionnelle «profession intermédiaire» n est pas un groupe social car les individus n entretiennent pas de relation entre eux nécessairement et n ont pas conscience d appartenir à ce groupe. B.Groupe primaire, groupe secondaire Document 3 : Groupes primaire et secondaire selon le sociologue Charles Horton Cooley Belin doc 1 p 266 (Hatier doc 1 et 2 p 246) Q1. Qu est-ce qui différencie les relations entre les groupes les membres dans un groupe primaire et dans un groupe secondaire? Groupe primaire : groupe de petite taille caractérisé par des relations directes (de face-à-face) et un fort degré d intimité, par exemple une famille, un groupe d amis, Groupe secondaire : groupe de grande taille caractérisé par des relations souvent indirectes et un faible degré d intimité, par exemple une foule de manifestants, une nation, les salariés d une grande entreprise. A l oral : doc 3 p 267 le tableau proposé. C. Groupe d appartenance, groupe de référence Document 4 : le coin des gagneurs à Harlem belin doc 3 p 269 Q1. Quels comportements adopte l élite des Noirs américains? 3

4 Q2. De qui veulent-ils se distinguer et quel est leur groupe de référence selon vous? Groupe d appartenance : groupe social auquel appartient objectivement un individu, par exemple un élève qui appartient au groupe des collégiens. Groupe de référence : groupe social auquel un individu souhaite appartenir. L individu cherche donc à en adopter les normes, valeurs et pratiques sociales (socialisation anticipatrice). Par exemple, un collégien qui prend comme modèle de comportement les normes et les valeurs d un groupe de lycéens. Les groupes peuvent avoir des stratégies de distinction par rapport aux autres groupes. Et lorsqu un individu souhaite changer de groupe social, il adopte alors une stratégie d imitation. A noter : le groupe de référence est un groupe de statut plus valorisé que celui d appartenance de l'individu. II COMMENT LA TAILLE DES GROUPES INFLUE-T-ELLE SUR LEUR MODE DE FONCTIONNEMENT? Activités de sensibilisation : Image Belin doc 2 p 264 (le Mouvement des «Civil Rigths») Q1. Comment expliquer la présence de citoyens blancs dans ces mouvements? Belin Doc 3 p 265 : «permanents et temporaires» Q2. Qu est-ce qu un «intérimaire»? Q3. A quoi s expose un salarié qui ne fait pas grève? Répondre en utilisant aussi le film ressources Humaines. Belin documents «réagir» p 272 : Se mobiliser, mais comment? Q1. Quelles sont les formes de mobilisation présentées ici? Document 5 : Un pour tous, tous pour un? Belin doc 1 p 272 (et utiliser également le film ressources Humaines) Q1. Comment agirait un salarié adoptant un comportement de passager clandestin lors d une grève réclamant une hausse des salaires? 2. Que se passe-t-il si tous les salariés adoptent un tel comportement? 3. Comment peut-on distinguer les incitations sélectives positives des incitations sélectives négatives? Illustrez votre réponse. Des individus peuvent poursuivre des buts communs et avori alors intérêt à se regrouper pour s organiser et mettre en œuvre les moyens de défendre leurs intérêts : on les appelle des groupes d intérêt, qui peuvent prendre la forme d un lobby, d une association, d une organisation non gouvernementale (ONG). 4

5 Le sociologue Mancur Olson a mis en évidence que la poursuite de l intérêt individuel peut pousser chacun à se conduire en passager clandestin, c est-à-dire à attendre que les autres agissent, sans agir soi-même afin de ne pas supporter le coût d une action collective et de ne bénéficier que des avantages éventuels octroyés à tous (une augmentation de salaire après une grève par exemple). Cependant si tous les individus agissent ainsi, il n y a pas d action collective. Comment alors expliquer qu il y ait quand même des actions collectives? On peut répondre à cette question par les incitations sélectives. Les incitations positives incitent les individus à participer à l action collective : gratification matérielle ou symbolique, accès à l information. Les incitations sélectives négatives dissuadent les individus d adopter le comportement du passager clandestin : remarques négatives des autres membres du groupe, exclusion. Les incitations sélectives de type moral ou symbolique sont d autant plus efficaces que la taille des groupes est réduite. Le comportement de passager clandestin est davantage stigmatisé et sanctionné. III COMMENT LES RESEAUX SOCIAUX FONCTIONNENT-ILS? A/ Les différentes formes de sociabilité Dossier à préparer à la maison : Document 6 : Réseaux sociaux et cycle de vie Belin doc 1 p 288 et questions Document 7 : Sociabilités associatives Belin doc 2 p 289 et questions Document 8 : réseaux sociaux et socialisation Belin doc 3 p 289 Le terme sociabilité regroupe toutes les formes de relations que les individus entretiennent les uns avec les autres. Les formes de sociabilité, c est-à-dire les types d activité par lesquelles se nouent les relations entre les individus, sont diverses : repas et fêtes, ou encore loisirs en famille, échanges dans le voisinage, activités sportives, culturelles, caritatives au sein d associations. La sociabilité s organise principalement autour de la famille, de l école, de l environnement professionnel et du voisinage. Elle prend aussi d autres formes avec les technologies de la communication (réseaux sociaux par Internet). La sociabilité varie selon l âge, elle est plus intense entre 15 et 30 ans, elle se resserre autour du noyau familial ensuite, puis a tendance à décliner fortement après 70 ans. Elle varie aussi selon les milieux sociaux : elle est plus large et variée pour les cadres que pour les catégories populaires. Le saviez-vous? Combien de personnes connaît-on au cours de sa vie? En moyenne 5000! B/ Les réseaux sociaux et le capital social Document 9 : La force des liens faibles et la recherche d emploi Belin doc 1 p 290 Q1. Expliquez en quoi l enquête de Granovetter montre l importance des réseaux sociaux dans la recherche d emploi. Q2. Pourquoi, d après le modèle de Granovetter, les liens faibles jouent-ils un rôle plus important que les liens forts dans la recherche d emploi? 5

6 Document 10 : Les modes d obtention de la première embauche Belin doc 2 p 291 Q1. Faites une phrase avec à partir de la donnée entourée. Q2. Montrez que la candidature spontanée peut aussi reposer sur des réseaux personnels. Document 11 :La notion de «capital social» Belin doc 3 p 291 Q1. Quelles sont les deux raisons qui peuvent expliquer que le chômage des parents influe sur la difficulté des enfants à trouver un emploi? Q2. Pourquoi la mobilisation des réseaux familiaux dans la recherche d emploi est-elle plus difficile pour les actifs issus de l immigration maghrébine? Q3. Montrez que le capital social est source d inégalités face à l emploi? Les réseaux sociaux sont l ensemble des liens de nature amicale, mondaine, professionnelle ou politique tissés entre des individus. Un réseau est ouvert et dynamique, ce qui le distingue d autres formes de liens comme les communautés (où le lien est avant tout un lien lié à des caractéristiques communes (religion, localité..). Les réseaux peuvent offrir des opportunités aux individus. Granovetter par exemple a montré la force des liens faibles. Ces liens faibles servent en effet de passerelles vers d autres réseaux que les liens forts (liens avec la famille, les amis), et donc de nouvelles sources d informations. Les réseaux sociaux peuvent ainsi devenir une ressource. C est ce que Pierre Bourdieu appelait le capital social : réseau des relations d un individu appréhendé comme ressource pour optimiser sa situation professionnelle, son patrimoine, son pouvoir etc (Cf définition du Nathan de première.). Le capital social agit comme un «carnet d adresse» qui va permettre aux individus de solliciter l aide de connaissances dans la recherche d informations sur des formations ou des entreprises, la recherche d emploi, de stages etc Selon Pierre Bourdieu, le capital social est socialement inégalement réparti, les catégories les plus favorisées disposant d un plus grand capital social que les ouvriers ou les employés (catégories populaires). Ceci s explique par l appartenance à de grandes familles qui ont déjà de larges réseaux, puis par le passage par des lycées prestigieux, et par les grandes écoles où les réseaux des anciens élèves sont très actifs (Polytechnique, les Mines ). Le capital social permet de rentabiliser un diplôme et vient donc renforcer le capital culturel et le capital économique. Pierre Bourdieu parle de «capital global» pour désigner la possession de ces trois capitaux dans la grande bourgeoisie française. Le capital culturel est l ensemble des ressources culturelles mobilisables par un individu, comprenant le langage, les capacités intellectuelles, les savoirs et savoir-faire, mais aussi la possession d objets culturels, et les diplômes. 6

Thème 5: Les groupes et les réseaux sociaux

Thème 5: Les groupes et les réseaux sociaux Thème 5: Les groupes et les réseaux sociaux Être capable de définir Notions à acquérir en première groupe primaire/secondaire groupe d'appartenance/de référence capital social formes de sociabilité Comment

Plus en détail

B Le diplôme est-il un bon passeport pour l'emploi?

B Le diplôme est-il un bon passeport pour l'emploi? B Le diplôme est-il un bon passeport pour l'emploi? a) Le diplôme facilite l'accès à l'emploi typique 1. Les sortants du système éducatif sont de plus en plus diplômés. En 1979, sur 742 000 sortants du

Plus en détail

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse P R O J E T E D U C AT I F Association Espace Jeunesse I N T R O D U C T I O N Ce projet éducatif expose les orientations éducatives de l Association ESPACE JEUNESSE, chargée par la municipalité du Séquestre

Plus en détail

Sommaire. Textes officiels... 5. Horaires... 7. Enseignement de détermination... 9. Présentation... 9. Programme... 10

Sommaire. Textes officiels... 5. Horaires... 7. Enseignement de détermination... 9. Présentation... 9. Programme... 10 Sommaire Textes officiels... 5 Horaires... 7 Enseignement de détermination... 9 Présentation... 9 Programme... 10 Indications complémentaires... 11 collection Lycée voie générale et technologique série

Plus en détail

Séquence 7. Groupes et réseaux sociaux

Séquence 7. Groupes et réseaux sociaux Séquence 7 Groupes et réseaux sociaux Sommaire 1. Comment les individus s associent-ils pour constituer des groupes sociaux? 2. Comment la taille des groupes influe-t-elle sur leur mode de fonctionnement

Plus en détail

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS)

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS) Analyse de l enquête sur le devenir professionnel des artistes issus des écoles supérieures d art dramatique signataires de la plateforme de l enseignement supérieur pour la formation du comédien Enquête

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

Projet Pédagogique. - Favoriser la curiosité intellectuelle par le partage des connaissances, des cultures et des échanges.

Projet Pédagogique. - Favoriser la curiosité intellectuelle par le partage des connaissances, des cultures et des échanges. Projet Pédagogique La scolarité vise à aborder les apprentissages en prenant en compte les compétences de chacun afin de permettre l épanouissement de tous. La communauté éducative propose donc un enseignement

Plus en détail

Thème 1: MÉNAGES ET CONSOMMATION

Thème 1: MÉNAGES ET CONSOMMATION Thème 1: MÉNAGES ET CONSOMMATION A/ Comment les revenus et les prix influencent-ils le choix des consommateurs? Notions à découvrir Revenu disponible Consommation Épargne Pouvoir d'achat Dans cette première

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux I. Appréhender le groupe social Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs A. Identifier la nation de rapport social 1. Les groupes sociaux Le groupe se définit par la réunion de plusieurs personnes

Plus en détail

Stéphanie Dupays. du fait de stratégies individuelles ou familiales ou bien de contraintes liées aux changements

Stéphanie Dupays. du fait de stratégies individuelles ou familiales ou bien de contraintes liées aux changements En un quart de siècle, la mobilité sociale a peu évolué Stéphanie Dupays En 2003, un homme âgé de 40 à 59 ans sur trois a une position sociale identique à celle de son père au même âge. Ce chiffre cache

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

Chapitre 1 : La consommation et l épargne

Chapitre 1 : La consommation et l épargne Chapitre 1 : La consommation et l épargne - 7 - Dans ce chapitre vous allez : - Distinguer les différents types de consommation. - Découvrir de quels facteurs dépend la consommation. - Étudier ce qu est

Plus en détail

La mobilité professionnelle revêt

La mobilité professionnelle revêt Mobilité professionnelle 17 Du changement de poste au changement d entreprise, en passant par la promotion : la mobilité des Franciliens Les salariés franciliens, notamment les cadres, ont une propension

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE CONNAISSANCES SOCIODÉMOGRAPHIQUES

ÉLÉMENTS DE CONNAISSANCES SOCIODÉMOGRAPHIQUES FÉVRIER 2 Observatoire de la formation ÉLÉMENTS DE CONNAISSANCES SOCIODÉMOGRAPHIQUES 4 ème promotion de surveillants pénitentiaires Graphique : Evolution de la part des hommes et des femmes 4 ème 4 ème

Plus en détail

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Toute personne accède à une activité professionnelle en devenant salarié, fonctionnaire ou travailleur indépendant. Chacun de ces trois régimes juridiques

Plus en détail

THEME V : GROUPES ET RESEAUX SOCIAUX

THEME V : GROUPES ET RESEAUX SOCIAUX THEME V : GROUPES ET RESEAUX SOCIAUX PLAN Sensibilisation p. 2 1. Comment les individus s associent-ils pour constituer des groupes sociaux? 1.1. Comment distinguer un agrégat physique, une catégorie sociale

Plus en détail

La com, tout le monde en parle. Sans communication, pas de

La com, tout le monde en parle. Sans communication, pas de Êtes-vous fait pour la communication? La com, tout le monde en parle. Sans communication, pas de nouveau produit, pas d élus politiques, pas de spectateurs dans les salles de cinéma,pas de lecteurs pour

Plus en détail

Ministère des Affaires étrangères et européennes

Ministère des Affaires étrangères et européennes Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la coopération culturelle et du français Regards VI, DVD 2 Jeunesse et sports Réalisation Isabelle Barrière, Thomas Sorin (CAVILAM) Rédaction

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

Livret du tuteur Année 2014-2015

Livret du tuteur Année 2014-2015 SOMMAIRE Présentation de Prépa Rémois... 3 Les 6 axes du tutorat... 4 Axe 1 : Ouverture Culturelle... 4 Axe 2 : Techniques d expression... 5 Axe 3 : Aide à l orientation scolaire et professionnelle...

Plus en détail

Nos clients une réussite!

Nos clients une réussite! BULLETIN SARCA Commission scolaire des Premières-Seigneuries Volume 4, n o 3 Juin 2014 CONTENU Au babillard... 1 Nos clients une réussite!... 1 Retourner en classe Moi?.. 2 Démystifier la formation professionnelle...

Plus en détail

Ma Demande de VAE. Ce dossier ne constitue pas l inscription en formation initiale à SUP DE PUB. Mademoiselle Madame Monsieur. Nom ... ... Prénom ...

Ma Demande de VAE. Ce dossier ne constitue pas l inscription en formation initiale à SUP DE PUB. Mademoiselle Madame Monsieur. Nom ... ... Prénom ... Ma Demande de VAE Mademoiselle Madame Monsieur Nom Prénom Date de dépôt du dossier : Diplôme : Etablissement :......... RESPONSABLE COMMUNICATION ET PUBLICITE... SUP DE PUB GROUPE INSEEC... Ce dossier

Plus en détail

PRENOM NOM DE L ENTREPRISE DATE DU STAGE METIER

PRENOM NOM DE L ENTREPRISE DATE DU STAGE METIER NOM DATE DU STAGE METIER PRENOM NOM DE L ENTREPRISE L ENTREPRISE L ENTREPRISE Dates du stage :... Nom de l entreprise :.. Adresse de l entreprise :...... Que fait-on dans cette entreprise?. Combien de

Plus en détail

La définition du droit du travail

La définition du droit du travail La définition du droit du travail Fiche 1 Objectifs Identifier l objet du droit du travail et les situations pour lesquelles le droit du travail doit s appliquer. Prérequis Introduction au droit. Mots-clefs

Plus en détail

Département Finance. Contacts TNS Sofres. Département Finance

Département Finance. Contacts TNS Sofres. Département Finance Baromètre Prévoyance 2ème Vague Dépendance Novembre 2008 Contacts TNS Sofres Département Finance Frédéric CHASSAGNE / Michaël PERGAMENT / Marie FAITOT 01.40.92. 45.37 / 46.72 / 44.41 42MV13 Département

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE

OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE Cette fi che est un outil d introduction au concept de la gestion interculturelle. Elle est destinée aux gestionnaires de PME afi

Plus en détail

LE CONTRAT DE TRAVAIL

LE CONTRAT DE TRAVAIL LE CONTRAT DE TRAVAIL I. Introduction Le contrat de travail définit les conditions de travail et de rémunération du salarié. Il ne peut être contraire à la loi, aux conventions collectives ou aux usages

Plus en détail

Analyse des besoins sociaux

Analyse des besoins sociaux La commune de Le Verger réalise une analyse sur les besoins sociaux de sa population. Afin d améliorer la qualité de vie et de services sur notre commune, nous vous remercions par avance de remplir ce

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs?

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? Ménages et consommation 1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? question 1: comment le revenu des ménages est-il réparti? question 2: quelle est l influence

Plus en détail

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE Préambule PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE La réussite éducative se définit comme la recherche du développement harmonieux de l enfant et du jeune. Elle est plus large

Plus en détail

PCS du père AG ACCE PICS PI E O Total

PCS du père AG ACCE PICS PI E O Total Groupe socioprofessionnel du fils en fonction de celui du père en France en 2003 PCS du AG ACCE PICS PI E O Total fils Agriculteur 252 6 2 2 3 20 285 Artisan, Commerçant 72 182 37 60 43 225 619 Cadre supérieur

Plus en détail

Préparation aux concours d aide soignant

Préparation aux concours d aide soignant AFLIP SAINTE-COLOMBE FORMATIONS 2, Rue Henri Cavallier 89100 SAINT-DENIS-LES-SENS : 03.86.64.80.00 : 03.86.64.80.01 : contact@saintecolombeformations.fr www.saintecolombeformations.fr DOSSIER D INSCRIPTION

Plus en détail

Ministère de l Education Nationale

Ministère de l Education Nationale Ministère de l Education Nationale BREVETS D ETUDES PROFESSIONNELLES Document d accompagnement des programmes de VIE SOCIALE ET PROFESSIONNELLE - 1 - Direction des lycées et collèges Sous-direction des

Plus en détail

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Gérard Cornilleau Des inégalités contenues, des classes moyennes fragiles Le débat sur les salaires n est plus aujourd hui dominé

Plus en détail

Masters OBSER VATOIRE. Sciences / Technologies / Santé OBSERVATOIRE CARREFOUR DES ÉTUDIANTS. Université de Limoges

Masters OBSER VATOIRE. Sciences / Technologies / Santé OBSERVATOIRE CARREFOUR DES ÉTUDIANTS. Université de Limoges Université de Limoges Masters Sciences / Technologies / Santé L'insertion professionnelle des diplômés DE Masters à l'université de Limoges Résultats par mention et par spécialité (promotion 2005-2006)

Plus en détail

A l occasion de la Journée nationale des Jeunes, Randstad ouvre les portes de son CFA, l IMC Alternance

A l occasion de la Journée nationale des Jeunes, Randstad ouvre les portes de son CFA, l IMC Alternance Communiqué de presse/invitation presse A l occasion de la Journée nationale des Jeunes, Randstad ouvre les portes de son CFA, l IMC Alternance Paris, le 26 novembre 2012 Le Groupe Randstad France s associe

Plus en détail

Les publics de l art contemporain

Les publics de l art contemporain Direction générale de la création artistique Les publics de l art contemporain Première approche Exploitation de la base d enquête du DEPS «Les pratiques culturelles des Français à l ère du numérique -

Plus en détail

Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles?

Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 7 mai 2015 à 13:59 Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles? Introduction Regards croisés? car apports de la science économique (économie de la firme)

Plus en détail

TIM S.A., une aventure d Homme

TIM S.A., une aventure d Homme Comité d entreprise 1 Sommaire Edito de M. Hans-Jürgen Hellich, Directeur Général de Tim SA p. 9 Edito de Cyril Terrière, Secrétaire du Comité d Entreprise Tim SA p. 11 Itinéraires croisés d une entreprise

Plus en détail

L Etat dans l Eure SERVICE CIVIQUE UNIVERSEL. Edito de René BIDAL, Préfet de l Eure. Juin 2015

L Etat dans l Eure SERVICE CIVIQUE UNIVERSEL. Edito de René BIDAL, Préfet de l Eure. Juin 2015 L Etat dans l Eure Juin 2015 SERVICE CIVIQUE UNIVERSEL Edito de René BIDAL, Préfet de l Eure A compter du 1er juin, le Service Civique devient universel : tout jeune de 16 à 25 ans qui voudra s'engager

Plus en détail

Influencer avec intégrité

Influencer avec intégrité Influencer avec intégrité 1 Les objectifs généraux d une communication. Aider (conseils, directives) Apprendre (acquérir habiletés, connaissance de soi et du monde) Créer des liens (amitiés, formation

Plus en détail

Un autre regard sur. Michel R. WALTHER. Directeur général de la Clinique de La Source 52 INSIDE

Un autre regard sur. Michel R. WALTHER. Directeur général de la Clinique de La Source 52 INSIDE 52 INSIDE Un autre regard sur Michel R. WALTHER Directeur général de la Clinique de La Source Directeur général de la Clinique de La Source, Michel R. Walther est né en 1949 au Maroc de parents suisses.

Plus en détail

Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation

Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation 1 Septembre 2014 Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation Grand-Charmont est une commune de 5200 habitants qui compte 57 % de logements sociaux. Les revenus

Plus en détail

233 J Fonds des mutualités des communes de La Grande-Fosse et d Hagécourt (1866-1951)

233 J Fonds des mutualités des communes de La Grande-Fosse et d Hagécourt (1866-1951) ARCHIVES DEPARTEMENTALES DES VOSGES 233 J Fonds des mutualités des communes de La Grande-Fosse et d Hagécourt (1866-1951) Répertoire numérique détaillé établi par Lolita GEORGEL étudiante en master 1 Sciences

Plus en détail

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT Que vous soyez parent, enseignant, formateur, pédagogue, coach, manager Que votre activité professionnelle ou simplement la quête de vous-même vous

Plus en détail

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Introduction Ce document est un complément au Code d Éthique et de Conduite Professionnelle

Plus en détail

Cours en seconde : Comment expliquer la consommation?

Cours en seconde : Comment expliquer la consommation? Cours en seconde : Comment expliquer la consommation? Thème 1- Ménages et consommation Septembre 2010 Ceci est une proposition de dispositif pédagogique proposé par Aurélie Blanc (Lycée de l Edit Rousillon

Plus en détail

Les jeunes et les métiers de l industrie

Les jeunes et les métiers de l industrie Novembre 2013 Institut Lilly N 111442 Contacts : Damien Philippot / Esteban Pratviel 01 45 84 14 44 jerome.fourquet@ifop.com Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude A - B - C - D - Le

Plus en détail

NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise

NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise Frédéric ALBERT f.albert@institut-think www.institut-think.com

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011

à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011 observatoire régional #41 Synthèse régionale août 2014 à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011 2 899 diplômés de M2 professionnel

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

L organisation du développement: apprentissage et résilience

L organisation du développement: apprentissage et résilience Conférence L organisation du développement: apprentissage et résilience Paul Prévost UN REGARD STRATÉGIQUE SUR LE DÉVELOPPEMENT D UNE COLLECTIVITÉ LOCALE: APPRENTISSAGE ET RÉSILIENCE Paul Prévost Ph.D.

Plus en détail

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à :

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à : Ma vie Mon plan Cette brochure est pour les adolescents(es). Elle t aidera à penser à la façon dont tes décisions actuelles peuvent t aider à mener une vie saine et heureuse, aujourd hui et demain. Cette

Plus en détail

ESSEC Cours Wealth management

ESSEC Cours Wealth management ESSEC Cours Wealth management Séance 9 Gestion de patrimoine : théories économiques et études empiriques François Longin 1 www.longin.fr Plan de la séance 9 Epargne et patrimoine des ménages Analyse macroéconomique

Plus en détail

Institut de la Vallée Bailly Braine-l Alleud www.valleebailly.be

Institut de la Vallée Bailly Braine-l Alleud www.valleebailly.be 013-014 Institut de la Vallée Bailly Braine-l Alleud www.valleebailly.be 3 e degré de l enseignement professionnel 7 e année P «Gestionnaire de Très Petites Entreprises» Sommaire Pages 1. Grille horaire.

Plus en détail

Les grandes fonctions du tuteur

Les grandes fonctions du tuteur Agence Erasmus+ Jeunesse & Sport Les grandes fonctions du tuteur Ce document rend compte de travaux effectués en ateliers par les participants lors des sessions de formation de tuteurs SVE organisées depuis

Plus en détail

POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY

POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY «Penser et agir famille» LES OBJECTIFS 1. Accueillir les familles avec respect et ouverture d esprit dans toutes leurs formes et leurs différences. 2. Stimuler

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF SOMMAIRE PREAMBULE P. 4 DISPOSITIONS GENERALES : I. Généralités P. 05 I.1. Définition de la classification P. 05 I.2. Relation classification emploi P. 05 I.3.

Plus en détail

ENQUÊTE EMPLOI DU TEMPS

ENQUÊTE EMPLOI DU TEMPS ENQUÊTE EMPLOI DU TEMPS Enquête 2009-2010 Cahier des cartes 1 2 0 T R A N C H E S D E R E V E N U M E N S U E L N E T D U M É N A G E Il s agit du revenu net (de cotisations sociales et de C.S.G.) avant

Plus en détail

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Guide d enseignement et Feuilles d activité de l élève DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Qu est-ce que l intimidation (bullying)? L intimidation est le fait de tourmenter de façon

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs Séminaire CGTM Mercredi 19 mars 2008 Danielle LAPORT Sociologue Ingénieur Social Equipe de Recherche REV Université Paris XII Val-de-Marne Il me revient

Plus en détail

Portefeuille. Bénévolat. de compétences. Modes d emploi pour. Tout bénévole Les jeunes Les actifs Les responsables d associations

Portefeuille. Bénévolat. de compétences. Modes d emploi pour. Tout bénévole Les jeunes Les actifs Les responsables d associations Bénévolat Portefeuille de compétences Modes d emploi pour Tout bénévole Les jeunes Les actifs Les responsables d associations Tout bénévole Votre mode d emploi Le Portefeuille de compétences vous aide

Plus en détail

Du 16 au 20 mars 2015

Du 16 au 20 mars 2015 1 avenue Charles Gounod BP 14 76380 Canteleu cedex Téléphone : 02 35 36 28 80 Fax : 02 32 83 33 65 Mél. Ce.0762089h@ac-rouen.fr Site Internet www.ac-rouen.fr/colleges/gounod/ Personne à contacter en cas

Plus en détail

MESURE ET GESTION DE LA SATISFACTION DANS LE MILIEU BANCAIRE

MESURE ET GESTION DE LA SATISFACTION DANS LE MILIEU BANCAIRE MARKETING ALSINET AUDREY BURRET JEAN FRANCOIS MESURE ET GESTION DE LA SATISFACTION DANS LE MILIEU BANCAIRE INTRODUCTION I - COMMENT MESURER LA SATISFACTION A - CRITERE DE SATISFACTION. Diversité et qualité

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Sociologie générale et sociologie politique 2. Groupes et réseaux sociaux Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 2.2 : Comment les

Plus en détail

CONCEPT Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux

CONCEPT Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux new 3 12 2014 CONCEPT Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux est la déclinaison suisse du célèbre magazine français lancé en 1968. Alors précurseur sur la cible des 50 ans et plus, il est aujourd hui le

Plus en détail

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles Sondage de l Institut CSA pour LinkedIn Février 203 Sommaire Fiche technique du sondage p 3 Des jeunes optimistes pour eux-mêmes malgré un contexte

Plus en détail

Catalogue de Formation

Catalogue de Formation SARL INSTITUT FRANÇAIS DE LANGUES ET DE SERVICES ETABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT PRIVE CREE EN 1992 Catalogue de Formation vous propose des formations adaptées à vos besoins et à vos attentes Particuliers,

Plus en détail

Projet : Ecole Compétences Entreprise ECONOMIE TECHNICIEN/TECHNICIENNE EN COMPTABILITE

Projet : Ecole Compétences Entreprise ECONOMIE TECHNICIEN/TECHNICIENNE EN COMPTABILITE Projet : Ecole Compétences Entreprise SECTEUR 7 ECONOMIE ORIENTATION D' ETUDES : TECHNICIEN/TECHNICIENNE EN COMPTABILITE Outils pédagogiques construits selon l approche FORMATION EN COURS DE par les compétences

Plus en détail

D après P. Mercklé, Sociologie des réseaux sociaux, La Découverte, coll. Repères, 2011.

D après P. Mercklé, Sociologie des réseaux sociaux, La Découverte, coll. Repères, 2011. Document 1 : le réseau, une idée ancienne La notion de réseau sert désormais à désigner une grande variété d objets et de phénomènes. Ce n est pourtant pas un néologisme : le mot est ancien, et l histoire

Plus en détail

CHAPITRES 4 : RESEAUX SOCIAUX, CONTROLE SOCIAL ET DEVIANCE

CHAPITRES 4 : RESEAUX SOCIAUX, CONTROLE SOCIAL ET DEVIANCE CHAPITRES 4 : RESEAUX SOCIAUX, CONTROLE SOCIAL ET DEVIANCE I. Les réseaux sociaux représentent les relations sociales d un individu A. Comment peut-on les analyser? 1. Un réseau social est un ensemble

Plus en détail

Collecter des informations statistiques

Collecter des informations statistiques Collecter des informations statistiques FICHE MÉTHODE A I Les caractéristiques essentielles d un tableau statistique La statistique a un vocabulaire spécifique. L objet du tableau (la variable) s appelle

Plus en détail

Psychologie Sociale. La psychosociologie étudie les situations sur le terrain.

Psychologie Sociale. La psychosociologie étudie les situations sur le terrain. Psychologie Sociale Nous confondons souvent la psychologie sociale et la psychosociologie. La psychologie sociale et la psychosociologie sont différenciées par la méthode. La psychologie sociale exerce,

Plus en détail

PERMIS CITOYEN. Communauté de Communes du Pays Fléchois. Partie réservée à l administration. Date du dépôt du dossier :..

PERMIS CITOYEN. Communauté de Communes du Pays Fléchois. Partie réservée à l administration. Date du dépôt du dossier :.. PERMIS CITOYEN Communauté de Communes du Pays Fléchois Partie réservée à l administration Date du dépôt du dossier :.. DEMANDEUR M Mme Mlle NOM et PRÉNOM (du candidat) :. Date de naissance : Lieu de naissance

Plus en détail

Philosophie. Parcours d études proposés à l Institut Catholique de Paris Métiers associés

Philosophie. Parcours d études proposés à l Institut Catholique de Paris Métiers associés Institut Catholique de Paris Service Communication Fiche Filière / parcours Philosophie Parcours d études proposés à l Institut Catholique de Paris Métiers associés Collection «Orientation à l ICP : Fiches

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE 45

PROJET PEDAGOGIQUE 45 PROJET PEDAGOGIQUE 45 1. OBJECTIFS GÉNÉRAUX a) L enseignement spécialisé secondaire professionnel a pour objectif de donner aux élèves une formation générale, sociale et professionnelle les amenant à s

Plus en détail

FORCE DE VENTE : une approche commerciale efficace

FORCE DE VENTE : une approche commerciale efficace Les formations standardisées voulant mettre le commercial dans un «moule» et formater une personne en appliquant des techniques à la lettre sont bien différentes de ce que nous vous proposons chez Semaphorus.

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

Licences OBSER VATOIRE. Lettres / Langues et Sciences Humaines OBSERVATOIRE CARREFOUR DES ÉTUDIANTS. à l'université de Limoges

Licences OBSER VATOIRE. Lettres / Langues et Sciences Humaines OBSERVATOIRE CARREFOUR DES ÉTUDIANTS. à l'université de Limoges Université de Limoges Licences Lettres / Langues et Sciences Humaines LA SITUATION des diplômés NON RÉINSCRITS à l'université de Limoges Résultats par mention (promotion 2005-2006) Retrouvez les publications

Plus en détail

RESPONSABLE DU DEVELOPPEMENT COMMERCIAL IMPORT EXPORT

RESPONSABLE DU DEVELOPPEMENT COMMERCIAL IMPORT EXPORT RESPONSABLE DU DEVELOPPEMENT COMMERCIAL IMPORT EXPORT Titre enregistré au Répertoire National des Certifications Professionnelles de niveau II délivré par Université Catholique de l Ouest IPLV (J.O du

Plus en détail

Égalité des chances pour toutes et tous

Égalité des chances pour toutes et tous Égalité des chances pour toutes et tous L égalité des chances pour toutes les personnes vivant en Suisse et un des piliers centraux d une société juste et solidaire. L égalité des chances signifie d abord

Plus en détail

Faits et chiffres. Résultats de la recherche sur l emploi. Conditions de travail exceptionnelles

Faits et chiffres. Résultats de la recherche sur l emploi. Conditions de travail exceptionnelles RECHERCHE ORMIT 412 Avenue de Tervueren 1150 Bruxelles Telefoon: 02/533 98 90 Site Web: www.ormit.be E-mail: info@ormit.be Faits et chiffres Secteur: Prestations de services Chiffre d affaires annuel (national):

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015 CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015 Professionnels de l alimentation 06.47.75.88.57 HQSA Consulting contact@hqsafrance.fr Numéro de déclaration de prestataire de formation : SIRET SIRET : 804 : 284 284 420

Plus en détail

Proposition module maternelle : courir

Proposition module maternelle : courir Proposition module maternelle : courir Compétences des programmes Champs d actions Capacité Forme(s) de pratique(s) Adapter ses déplacements à des environnements ou des contraintes variées Pratique d activités

Plus en détail

Le Profiling SwissNova

Le Profiling SwissNova Le Profiling SwissNova pour un coaching plus efficace Mme Jalila Ben Soltane, Business Coach Mme Rim Kassous, Professionnel Certified Coach PCC HR Expo Tunis, Palais des congrès, 2013 LE CONCEPT NOVA La

Plus en détail

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B1. Le e-commerce

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B1. Le e-commerce ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE Niveau B1 Le e-commerce Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - le document support Auteurs-concepteurs : Isabelle Barrière, Martine Corsain, Christian

Plus en détail

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs :

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : 2. Qu est-ce qu un projet commun? Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : le projet a un début et une fin et se structure en

Plus en détail

L'entreprise derrière l'organigramme

L'entreprise derrière l'organigramme L'entreprise derrière l'organigramme Du TGV à l'agv : dépasser l'entreprise hiérarchique pour aboutir à l'entreprise communautaire Rafaël STOFER Manager Entreprise Content Management Logica Management

Plus en détail

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins?

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Laurent QUENEC HDU Descriptif : Le métier de cadre de santé est en constante évolution : le cadre est aujourd

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE 2014

PROJET PEDAGOGIQUE 2014 PROJET PEDAGOGIQUE 2014 Animation Jeunesse 12-16 ans Ahuillé GENERALITES Ce projet a été élaboré par les animateurs jeunesse et a été rédigé à partir des intentions éducatives des municipalités. L environnement

Plus en détail