SOCIOLOGIE Chapitre 2 : GROUPES ET RESEAUX SOCIAUX

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SOCIOLOGIE Chapitre 2 : GROUPES ET RESEAUX SOCIAUX"

Transcription

1 SOCIOLOGIE Chapitre 2 : GROUPES ET RESEAUX SOCIAUX Questions centrales du chapitre 2 : Comment distinguer les groupes sociaux, comment les définir? Comment ces groupes sociaux fonctionnent-ils? Comment mobilisent-ils les individus? Objectifs du chapitre 3 : - Acquérir des savoirs : - Savoir définir les notions essentielles du programme de première : groupes primaire/secondaire, groupes d appartenance/de référence, groupes d intérêt, passager clandestin, incitations sélectives, capital social, formes de sociabilité. - Il faut savoir : - distinguer les groupes sociaux des simples agrégats physiques et des catégories statistiques - mettre en évidence les différents types de groupes sociaux en fonction de caractéristiques comme la taille, leur rôle, leur fonctionnement - expliquer les mécanismes de fonctionnement au sein des groupes sociaux - expliquer ce que sont les réseaux et mettre en évidence leur différences tant dans le fonctionnement que dans leur rôle auprès des individus. - Acquérir des savoir-faire : - savoir lire et interpréter des tableaux à double entrée et différents types de représentations graphiques (diagrammes, représentations de séries chronologiques) - savoir lire et interpréter, utiliser les taux de répartition, taux de croissance, taux de croissance moyen, indice simple (de base 100), pour établir des comparaisons dans le temps et l espace. Plan : I Comment les individus s associent-ils pour constituer des groupes sociaux? II Comment la taille des groupes influe-t-elle sur leur mode de fonctionnement? III Comment les réseaux sociaux fonctionnent-ils? I COMMENT LES INDIVIDUS S ASSOCIENT-ILS POUR CONSTITUER DES GROUPES SOCIAUX? A. Qu est-ce qu un groupe social? Activité de sensibilisation : visionnage d un extrait long du film «Ressources humaines» de Laurent Cantet, année Voir aussi Belin p 265 Un fils, cadre en stage dans l entreprise où son père est ouvrier, reproche à ce dernier de ne pas participer au mouvement de grève par peur de décevoir son patron et d affirmer son opinion. Le père redoute que l attitude de son fils ne compromette sa carrière, après tant d efforts pour le sortir de sa condition ouvrière. Présentation de la nomenclature des PCS, permettant de classer la population française : 1. Agriculteurs 2. Commerçants, artisans, chefs d entreprise 3.Cadres et professions libérales 4. professions intermédiaires 5. Employés 6.ouvriers et 2 catégories d inactifs (retraités/étudiants, au foyer) Q1. Où se situent Frank dans cette nomenclature? Où se situe son père? 1

2 Document 1 : Changer de groupe et trouver sa place? «Ressources humaines», bien ancré dans la réalité sociale, n en est pas moins une fiction qui lorgne vers une fable. Elle pourrait s appeler «Le Chien et le Loup»* version moderne. Le Loup, c est Frank (Jalil Lespert), un louveteau encore, frais émoulu de son école parisienne. Il revient à la maison familiale à l occasion d un stage. Dûment cravaté, masquant son appréhension derrière des phrases apprises, un sourire tour à tour timide et conquérant, le voici dans l usine où son père est ouvrier soudeur. Employé modèle face à la même machine depuis trente ans, ce père-là est lui le «chien», habitué aux ordres, à la routine, et pas mécontent de son sort. L ambition, la fierté, il les a reportés sur Frank, le fils qui va rejoindre ceux d en haut, les cravatés, ceux qui dirigent. Tandis que lui, l échine arrondie, va s installer à son poste, comme tous les autres jours. ( ) face au patron de l usine, petit homme à la rondeur trompeuse, Frank dose la soumission et une assurance presque insolente. Il veut plaire autant qu apprendre, montrer ses belles dents sans mordre ainsi fait-on chez les jeunes loups. Frank est un «petit arriviste» aux yeux de la déléguée CGT ( ). Quand il met la main sur un document confidentiel tapi dans un ordinateur : l entreprise a concocté un plan de licenciement. Dont son père, parmi d autres, fera les frais. Petit clic et grand choc. Le voilà qui se sent redevenir chien. Mais un chien rebelle, féroce, prêt à tout. Qui passe à l action. François Gorin, critique du film de Laurent Cantet, Télérama, décembre *Célèbre fable de Jean de La Fontaine. Q2. A quels signes/comportements pouvez-vous repérer la «place» de chacun des protagonistes du film (Frank et son père, le Directeur des ressources humaines, le patron, la secrétaire) dans la nomenclature des PCS et plus généralement dans l espace social? Q3. A quels signes peut-on repérer que Frank a changé de groupe social par rapport à son père? Q4. Quelles sont les motivations des salariés qui se mettent en grève dans cette usine? Q5. Pourquoi la pression sur le père qui ne fait pas grève (et sur les autres salariés de l entreprise dans son cas) est-elle très forte? Document 2 : Nous et les autres Belin doc 2 p 267 jusqu à «château». Et Hatier doc 2 p 240 : La jeunesse n est qu un mot Ce que je veux rappeler c est que la vieillesse et la jeunesse ne sont pas des données mais sont construites socialement, dans la lutte entre les jeunes et les vieux. Les rapports entre l âge social et l âge biologique son très complexes. Si l on comparait des jeunes de différentes fractions de la classe dominante, par exemple tous les élèves qui entrent à l Ecole Normale Supérieure, ou à Poltytechnique, l ENA etc la même année, on verrait que ces «jeunes gens» ont d autant plus les attributs de l adulte, du vieux, du noble, du notable etc qu ils sont plus proches du pouvoir. Quand on va des intellectuels aux PDG, tout ce qui fait jeune, chebeux longs, jean etc disparaît. D après Pierre Bourdieu, «La jeunesse n est qu un mot», in Question de sociologie, Editions de Minuit, 1984, Hatier

3 Q1. A quels signes voit-on l appartenance d un individu à un groupe social (doc Belin)? Q2. Rappelez comment on entre dans les écoles nommées par Pierre Bourdieu (doc Hatier). Q3. La jeunesse est-elle une catégorie statistique ou un groupe social? Justifiez votre réponse. Un groupe social désigne un ensemble d individus répondant aux deux critères suivants - les membres du groupe entretiennent des relations, directes ou indirectes, obéissant à des règles préétablies ; - les membres du groupe ont conscience d appartenir au groupe et sont vus par les autres comme membres du groupe. Par exemple, un groupe de supporters, une famille, une classe, un groupe d amis, etc Contre-exemples : une file d attente devant le cinéma par exemple n est pas un groupe social ; la catégorie socio-professionnelle «profession intermédiaire» n est pas un groupe social car les individus n entretiennent pas de relation entre eux nécessairement et n ont pas conscience d appartenir à ce groupe. B.Groupe primaire, groupe secondaire Document 3 : Groupes primaire et secondaire selon le sociologue Charles Horton Cooley Belin doc 1 p 266 (Hatier doc 1 et 2 p 246) Q1. Qu est-ce qui différencie les relations entre les groupes les membres dans un groupe primaire et dans un groupe secondaire? Groupe primaire : groupe de petite taille caractérisé par des relations directes (de face-à-face) et un fort degré d intimité, par exemple une famille, un groupe d amis, Groupe secondaire : groupe de grande taille caractérisé par des relations souvent indirectes et un faible degré d intimité, par exemple une foule de manifestants, une nation, les salariés d une grande entreprise. A l oral : doc 3 p 267 le tableau proposé. C. Groupe d appartenance, groupe de référence Document 4 : le coin des gagneurs à Harlem belin doc 3 p 269 Q1. Quels comportements adopte l élite des Noirs américains? 3

4 Q2. De qui veulent-ils se distinguer et quel est leur groupe de référence selon vous? Groupe d appartenance : groupe social auquel appartient objectivement un individu, par exemple un élève qui appartient au groupe des collégiens. Groupe de référence : groupe social auquel un individu souhaite appartenir. L individu cherche donc à en adopter les normes, valeurs et pratiques sociales (socialisation anticipatrice). Par exemple, un collégien qui prend comme modèle de comportement les normes et les valeurs d un groupe de lycéens. Les groupes peuvent avoir des stratégies de distinction par rapport aux autres groupes. Et lorsqu un individu souhaite changer de groupe social, il adopte alors une stratégie d imitation. A noter : le groupe de référence est un groupe de statut plus valorisé que celui d appartenance de l'individu. II COMMENT LA TAILLE DES GROUPES INFLUE-T-ELLE SUR LEUR MODE DE FONCTIONNEMENT? Activités de sensibilisation : Image Belin doc 2 p 264 (le Mouvement des «Civil Rigths») Q1. Comment expliquer la présence de citoyens blancs dans ces mouvements? Belin Doc 3 p 265 : «permanents et temporaires» Q2. Qu est-ce qu un «intérimaire»? Q3. A quoi s expose un salarié qui ne fait pas grève? Répondre en utilisant aussi le film ressources Humaines. Belin documents «réagir» p 272 : Se mobiliser, mais comment? Q1. Quelles sont les formes de mobilisation présentées ici? Document 5 : Un pour tous, tous pour un? Belin doc 1 p 272 (et utiliser également le film ressources Humaines) Q1. Comment agirait un salarié adoptant un comportement de passager clandestin lors d une grève réclamant une hausse des salaires? 2. Que se passe-t-il si tous les salariés adoptent un tel comportement? 3. Comment peut-on distinguer les incitations sélectives positives des incitations sélectives négatives? Illustrez votre réponse. Des individus peuvent poursuivre des buts communs et avori alors intérêt à se regrouper pour s organiser et mettre en œuvre les moyens de défendre leurs intérêts : on les appelle des groupes d intérêt, qui peuvent prendre la forme d un lobby, d une association, d une organisation non gouvernementale (ONG). 4

5 Le sociologue Mancur Olson a mis en évidence que la poursuite de l intérêt individuel peut pousser chacun à se conduire en passager clandestin, c est-à-dire à attendre que les autres agissent, sans agir soi-même afin de ne pas supporter le coût d une action collective et de ne bénéficier que des avantages éventuels octroyés à tous (une augmentation de salaire après une grève par exemple). Cependant si tous les individus agissent ainsi, il n y a pas d action collective. Comment alors expliquer qu il y ait quand même des actions collectives? On peut répondre à cette question par les incitations sélectives. Les incitations positives incitent les individus à participer à l action collective : gratification matérielle ou symbolique, accès à l information. Les incitations sélectives négatives dissuadent les individus d adopter le comportement du passager clandestin : remarques négatives des autres membres du groupe, exclusion. Les incitations sélectives de type moral ou symbolique sont d autant plus efficaces que la taille des groupes est réduite. Le comportement de passager clandestin est davantage stigmatisé et sanctionné. III COMMENT LES RESEAUX SOCIAUX FONCTIONNENT-ILS? A/ Les différentes formes de sociabilité Dossier à préparer à la maison : Document 6 : Réseaux sociaux et cycle de vie Belin doc 1 p 288 et questions Document 7 : Sociabilités associatives Belin doc 2 p 289 et questions Document 8 : réseaux sociaux et socialisation Belin doc 3 p 289 Le terme sociabilité regroupe toutes les formes de relations que les individus entretiennent les uns avec les autres. Les formes de sociabilité, c est-à-dire les types d activité par lesquelles se nouent les relations entre les individus, sont diverses : repas et fêtes, ou encore loisirs en famille, échanges dans le voisinage, activités sportives, culturelles, caritatives au sein d associations. La sociabilité s organise principalement autour de la famille, de l école, de l environnement professionnel et du voisinage. Elle prend aussi d autres formes avec les technologies de la communication (réseaux sociaux par Internet). La sociabilité varie selon l âge, elle est plus intense entre 15 et 30 ans, elle se resserre autour du noyau familial ensuite, puis a tendance à décliner fortement après 70 ans. Elle varie aussi selon les milieux sociaux : elle est plus large et variée pour les cadres que pour les catégories populaires. Le saviez-vous? Combien de personnes connaît-on au cours de sa vie? En moyenne 5000! B/ Les réseaux sociaux et le capital social Document 9 : La force des liens faibles et la recherche d emploi Belin doc 1 p 290 Q1. Expliquez en quoi l enquête de Granovetter montre l importance des réseaux sociaux dans la recherche d emploi. Q2. Pourquoi, d après le modèle de Granovetter, les liens faibles jouent-ils un rôle plus important que les liens forts dans la recherche d emploi? 5

6 Document 10 : Les modes d obtention de la première embauche Belin doc 2 p 291 Q1. Faites une phrase avec à partir de la donnée entourée. Q2. Montrez que la candidature spontanée peut aussi reposer sur des réseaux personnels. Document 11 :La notion de «capital social» Belin doc 3 p 291 Q1. Quelles sont les deux raisons qui peuvent expliquer que le chômage des parents influe sur la difficulté des enfants à trouver un emploi? Q2. Pourquoi la mobilisation des réseaux familiaux dans la recherche d emploi est-elle plus difficile pour les actifs issus de l immigration maghrébine? Q3. Montrez que le capital social est source d inégalités face à l emploi? Les réseaux sociaux sont l ensemble des liens de nature amicale, mondaine, professionnelle ou politique tissés entre des individus. Un réseau est ouvert et dynamique, ce qui le distingue d autres formes de liens comme les communautés (où le lien est avant tout un lien lié à des caractéristiques communes (religion, localité..). Les réseaux peuvent offrir des opportunités aux individus. Granovetter par exemple a montré la force des liens faibles. Ces liens faibles servent en effet de passerelles vers d autres réseaux que les liens forts (liens avec la famille, les amis), et donc de nouvelles sources d informations. Les réseaux sociaux peuvent ainsi devenir une ressource. C est ce que Pierre Bourdieu appelait le capital social : réseau des relations d un individu appréhendé comme ressource pour optimiser sa situation professionnelle, son patrimoine, son pouvoir etc (Cf définition du Nathan de première.). Le capital social agit comme un «carnet d adresse» qui va permettre aux individus de solliciter l aide de connaissances dans la recherche d informations sur des formations ou des entreprises, la recherche d emploi, de stages etc Selon Pierre Bourdieu, le capital social est socialement inégalement réparti, les catégories les plus favorisées disposant d un plus grand capital social que les ouvriers ou les employés (catégories populaires). Ceci s explique par l appartenance à de grandes familles qui ont déjà de larges réseaux, puis par le passage par des lycées prestigieux, et par les grandes écoles où les réseaux des anciens élèves sont très actifs (Polytechnique, les Mines ). Le capital social permet de rentabiliser un diplôme et vient donc renforcer le capital culturel et le capital économique. Pierre Bourdieu parle de «capital global» pour désigner la possession de ces trois capitaux dans la grande bourgeoisie française. Le capital culturel est l ensemble des ressources culturelles mobilisables par un individu, comprenant le langage, les capacités intellectuelles, les savoirs et savoir-faire, mais aussi la possession d objets culturels, et les diplômes. 6

I. COMMENT LES INDIVIDUS S ASSOCIENT-ILS POUR CONSTITUER DES GROUPES

I. COMMENT LES INDIVIDUS S ASSOCIENT-ILS POUR CONSTITUER DES GROUPES CHAPITRE 2 GROUPES ET RESEAUX SOCIAUX Manuel utilisé : BORDAS 2011 I. COMMENT LES INDIVIDUS S ASSOCIENT-ILS POUR CONSTITUER DES GROUPES SOCIAUX? 1. Qu est-ce qu un groupe social? On distinguera les groupes

Plus en détail

Thème 5: Les groupes et les réseaux sociaux

Thème 5: Les groupes et les réseaux sociaux Thème 5: Les groupes et les réseaux sociaux Être capable de définir Notions à acquérir en première groupe primaire/secondaire groupe d'appartenance/de référence capital social formes de sociabilité Comment

Plus en détail

Sociologie générale et sociologie politique 1. Les processus de socialisation et la construction des identités sociales

Sociologie générale et sociologie politique 1. Les processus de socialisation et la construction des identités sociales eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Sociologie générale et sociologie politique 1. Les processus de socialisation et la construction des identités sociales Ressources pour le lycée général

Plus en détail

CORRECTION DU TD NOTE DU 29/11/10. Ex N 3 : La réalisation d un sondage (p. 97).

CORRECTION DU TD NOTE DU 29/11/10. Ex N 3 : La réalisation d un sondage (p. 97). CORRECTION DU TD NOTE DU 29/11/10 Ex N 3 : La réalisation d un sondage (p. 97). 1. Reconstituez le projet d étude établi au préalable en mentionnant : l objectif, les informations recherchées, la taille

Plus en détail

Socles de compétences

Socles de compétences Ministère de la Communauté française Administration générale de l Enseignement et de la Recherche scientifique Enseignement fondamental et premier degré de l Enseignement secondaire D/2004/9208/13 D/2010/9208/50

Plus en détail

Chapitre 9 Comment rendre compte de la mobilité sociale?

Chapitre 9 Comment rendre compte de la mobilité sociale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 6 février 2015 à 14:26 Chapitre 9 Comment rendre compte de la mobilité sociale? Introduction Au cours de leur vie et par rapport aux générations qui les précèdent,

Plus en détail

Collecter des informations statistiques

Collecter des informations statistiques Collecter des informations statistiques FICHE MÉTHODE A I Les caractéristiques essentielles d un tableau statistique La statistique a un vocabulaire spécifique. L objet du tableau (la variable) s appelle

Plus en détail

Acquis de première : groupe d appartenance, groupe de référence, socialisation anticipatrice, capital social

Acquis de première : groupe d appartenance, groupe de référence, socialisation anticipatrice, capital social COMMENT RENDRE COMPTE DE LA MOBILITÉ SOCIALE? 1. COMMENT MESURER LA MOBILITÉ SOCIALE? A. LES TABLES DE DESTINÉES ET DE RECRUTEMENT 2003 B. DIFFÉRENTES MOBILITÉS, FLUIDITÉ SOCIALE ET DÉCLASSEMENT SOCIAL

Plus en détail

Chapitre 1 : La consommation et l épargne

Chapitre 1 : La consommation et l épargne Chapitre 1 : La consommation et l épargne - 7 - Dans ce chapitre vous allez : - Distinguer les différents types de consommation. - Découvrir de quels facteurs dépend la consommation. - Étudier ce qu est

Plus en détail

B Le diplôme est-il un bon passeport pour l'emploi?

B Le diplôme est-il un bon passeport pour l'emploi? B Le diplôme est-il un bon passeport pour l'emploi? a) Le diplôme facilite l'accès à l'emploi typique 1. Les sortants du système éducatif sont de plus en plus diplômés. En 1979, sur 742 000 sortants du

Plus en détail

Stéphanie Dupays. du fait de stratégies individuelles ou familiales ou bien de contraintes liées aux changements

Stéphanie Dupays. du fait de stratégies individuelles ou familiales ou bien de contraintes liées aux changements En un quart de siècle, la mobilité sociale a peu évolué Stéphanie Dupays En 2003, un homme âgé de 40 à 59 ans sur trois a une position sociale identique à celle de son père au même âge. Ce chiffre cache

Plus en détail

Thème 1: MÉNAGES ET CONSOMMATION

Thème 1: MÉNAGES ET CONSOMMATION Thème 1: MÉNAGES ET CONSOMMATION A/ Comment les revenus et les prix influencent-ils le choix des consommateurs? Notions à découvrir Revenu disponible Consommation Épargne Pouvoir d'achat Dans cette première

Plus en détail

Dossier de Validation des Acquis de l Expérience LIVRET 1 TITRE PROFESSIONNEL CHEF DE PROJET WEB

Dossier de Validation des Acquis de l Expérience LIVRET 1 TITRE PROFESSIONNEL CHEF DE PROJET WEB Dossier de Validation des Acquis de l Expérience LIVRET 1 TITRE PROFESSIONNEL CHEF DE PROJET WEB NOM : PRENOM : REFERENT VAE DE L ORGANISME : DATE DE DEPOT DU DOSSIER : Dossier à remplir en 2 exemplaires.

Plus en détail

Sommaire. Textes officiels... 5. Horaires... 7. Enseignement de détermination... 9. Présentation... 9. Programme... 10

Sommaire. Textes officiels... 5. Horaires... 7. Enseignement de détermination... 9. Présentation... 9. Programme... 10 Sommaire Textes officiels... 5 Horaires... 7 Enseignement de détermination... 9 Présentation... 9 Programme... 10 Indications complémentaires... 11 collection Lycée voie générale et technologique série

Plus en détail

L égalité face à la protection sociale

L égalité face à la protection sociale L égalité face à la protection sociale Template www.securite-sociale.fr Décris chaque vignette (décris simplement ce que tu vois). La mésaventure de Bastien Hatier 2010 Voici la correction (ne pas noter).

Plus en détail

Statistique Descriptive I (M1102)

Statistique Descriptive I (M1102) Illustration du cours de Statistique Descriptive I (M1102) Année scolaire 2013/2014 Université de Perpignan Via Domitia, IUT STatistique et Informatique Décisionnelle (STID) Table des matières 1 Généralités

Plus en détail

LE DEVENIR DES DIPLÔMÉS

LE DEVENIR DES DIPLÔMÉS LE DEVENIR DES DIPLÔMÉS Master Langue Française Appliquée Finalité : Professionnelle et Recherche Situation professionnelle deux ans après l obtention d un master 2 Les enquêtes sur le devenir des diplômés

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

Projet Pédagogique. - Favoriser la curiosité intellectuelle par le partage des connaissances, des cultures et des échanges.

Projet Pédagogique. - Favoriser la curiosité intellectuelle par le partage des connaissances, des cultures et des échanges. Projet Pédagogique La scolarité vise à aborder les apprentissages en prenant en compte les compétences de chacun afin de permettre l épanouissement de tous. La communauté éducative propose donc un enseignement

Plus en détail

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse P R O J E T E D U C AT I F Association Espace Jeunesse I N T R O D U C T I O N Ce projet éducatif expose les orientations éducatives de l Association ESPACE JEUNESSE, chargée par la municipalité du Séquestre

Plus en détail

CAPSULE DE VULGARISATION

CAPSULE DE VULGARISATION CAPSULE DE VULGARISATION Les déterminants de la persévérance scolaire retenus par R 2 Rédaction : Frédérick Tremblay, CRÉPAS Supervision : Mireille Jetté, R 2 DÉTERMINANTS DE LA PERSÉVÉRANCE SCOLAIRE Il

Plus en détail

Les discriminations sur l apparence dans la vie professionnelle et sociale ADIA

Les discriminations sur l apparence dans la vie professionnelle et sociale ADIA Les discriminations sur l apparence dans la vie professionnelle et sociale ADIA Conception : Jean-François Amadieu Politique et Opinion FICHE TECHNIQUE Sondage effectué pour ADIA INTÉRIM Date de réalisation

Plus en détail

Vendredi 9 septembre 2005 Classe : BTS MUC 21

Vendredi 9 septembre 2005 Classe : BTS MUC 21 Vendredi 9 septembre 2005 Classe : BTS MUC 21 Prendre contact avec les élèves et expliquer les objectifs du cours. Lire et observer une synthèse de documents Français, les épreuves du BTS, Nathan technique,

Plus en détail

insertion professionnelle des titulaires d un DUT 2011

insertion professionnelle des titulaires d un DUT 2011 n o 19 2015 insertion professionnelle des titulaires d un DUT 2011 TAUX D INSERTION 77,4 % PART DES EMPLOIS STABLES 67,8% PART DE POURSUITES D ÉTUDES 88,7% SALAIRE NET MENSUEL MOYEN 1 472 O B S E R VATO

Plus en détail

Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes. Mélanie Vanderschelden*

Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes. Mélanie Vanderschelden* Population, famille 1 Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes Mélanie Vanderschelden* Certaines professions sont nettement plus féminisées que d autres.

Plus en détail

Séquence 7. Groupes et réseaux sociaux

Séquence 7. Groupes et réseaux sociaux Séquence 7 Groupes et réseaux sociaux Sommaire 1. Comment les individus s associent-ils pour constituer des groupes sociaux? 2. Comment la taille des groupes influe-t-elle sur leur mode de fonctionnement

Plus en détail

Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle

Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle Repères revendicatifs Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle La CGT propose Un droit à l éducation permanente pour une formation émancipatrice tout au long de la vie. Ce droit

Plus en détail

Les dossiers de l Observatoire des Métiers et de l Emploi. juin 2013. Regards croisés sur l intérim

Les dossiers de l Observatoire des Métiers et de l Emploi. juin 2013. Regards croisés sur l intérim Les dossiers de l Observatoire des Métiers et de l Emploi juin 2013 Regards croisés sur l intérim regards croisés sur l intérim L Observatoire des Métiers et de l Emploi s est vu confier, depuis 2008,

Plus en détail

LES GRANDES QUESTIONS QUE SE POSENT LES ECONOMISTES

LES GRANDES QUESTIONS QUE SE POSENT LES ECONOMISTES THEME 1 LES GRANDES QUESTIONS QUE SE POSENT LES ECONOMISTES 1.3 : Comment répartir les revenus et les richesses? L'économie est définie comme la «science qui étudie le comportement humain dans la relation

Plus en détail

La mobilité professionnelle revêt

La mobilité professionnelle revêt Mobilité professionnelle 17 Du changement de poste au changement d entreprise, en passant par la promotion : la mobilité des Franciliens Les salariés franciliens, notamment les cadres, ont une propension

Plus en détail

VOCABULAIRE : Je sais Je ne sais pas

VOCABULAIRE : Je sais Je ne sais pas FICHE DE PRÉSENTATION DE LA LEÇON PARTIE I : UN SIÈCLE DE TRANSFORMATIONS SCIENTIFIQUES, TECHNOLOGIQUES, ÉCONOMIQUES ET SOCIALES Un navire porte-conteneurs, transport majeur du commerce des marchandises

Plus en détail

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS)

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS) Analyse de l enquête sur le devenir professionnel des artistes issus des écoles supérieures d art dramatique signataires de la plateforme de l enseignement supérieur pour la formation du comédien Enquête

Plus en détail

TABLEAU SYNOPTIQUE. Niveau CECR. Typologie d activités. Thèmes. Court métrage. Tout le monde dit je t aime Cécile Dubrocq Fiction - 6 00 2010

TABLEAU SYNOPTIQUE. Niveau CECR. Typologie d activités. Thèmes. Court métrage. Tout le monde dit je t aime Cécile Dubrocq Fiction - 6 00 2010 TABLEAU SYNOPTIQUE Court métrage Tout le monde dit je t aime Cécile Dubrocq Fiction - 6 00 Madagascar, carnet de voyage Bastien Dubois Animation - 12 00 2009 Thèmes L adolescence, le sentiment amoureux,

Plus en détail

INDUSTRIE SECTEUR : 2. Projet : Ecole Compétences -Entreprise ORIENTATION D'ETUDES :

INDUSTRIE SECTEUR : 2. Projet : Ecole Compétences -Entreprise ORIENTATION D'ETUDES : 1 Projet : Ecole Compétences -Entreprise SECTEUR : 2 INDUSTRIE ORIENTATION D'ETUDES : ELECTRICIEN INSTALLATEUR MONTEUR ELECTRICIENNE INSTALLATRICE MONTEUSE Formation en cours de Carrière Avec l aide du

Plus en détail

Séance n 8. TD. Tableau n 1. Les effectifs des groupes socioprofessionnels en 1975 et 2006

Séance n 8. TD. Tableau n 1. Les effectifs des groupes socioprofessionnels en 1975 et 2006 Séance n 8. TD 1. L évolution des catégories socioprofessionnelles Tableau n 1. Les effectifs des groupes socioprofessionnels en 1975 et 2006 En milliers Groupe socioprofessionnel 1975 2006 s 1691 560

Plus en détail

Groupes et réseaux sociaux

Groupes et réseaux sociaux Groupes et réseaux sociaux Trouvez des questions permettant de répondre aux paragraphes proposés. Cet exercice doit vous permettre de mieux mémoriser le cours mais aussi de travailler les consignes. I.

Plus en détail

Fiche 2.1 : Comment les individus s'associent-ils pour constituer des groupes sociaux?

Fiche 2.1 : Comment les individus s'associent-ils pour constituer des groupes sociaux? eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Sociologie générale et sociologie politique 2. Groupes et réseaux sociaux Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 2.1 : Comment les

Plus en détail

Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac

Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac Olivier Lefebvre* Sur 100 jeunes entrés en 6 e en 1995, 44 sont désormais titulaires d un diplôme de l enseignement supérieur.

Plus en détail

TD- Le calcul de la mobilité sociale

TD- Le calcul de la mobilité sociale TD- Le calcul de la mobilité sociale L objectif de ce TD est de vous montrer comment les sociologues calculent la mobilité sociale intergénérationnelle dans un pays. Pour ce faire, on va calculer des «tables

Plus en détail

APRÈS LA LICENCE PRO, 9 DIPLÔMÉS SUR 10 ONT OCCUPÉ AU MOINS UN EMPLOI 3

APRÈS LA LICENCE PRO, 9 DIPLÔMÉS SUR 10 ONT OCCUPÉ AU MOINS UN EMPLOI 3 SOFIP Observatoire Service Offre de Formation et Insertion Professionnelle L insertion professionnelle des diplômés 2010 de Licence Professionnelle En 2009-2010, 529 étudiants ont été diplômés d une Licence

Plus en détail

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I.

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. T.R.I. est une association dont l objectif est l insertion professionnelle et l éducation à l environnement. Le club nature & environnement développe

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS...9 PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 Comment accroître la motivation de mon enfant à l école?...15 Comment favoriser l autonomie et le sens des responsabilités chez mon enfant?...29

Plus en détail

Dossier de Validation. des Acquis de l Expérience LIVRET 1 : RECEVABILITE. CERTIFICATION de : Coach Professionnel Pluridisciplinaire

Dossier de Validation. des Acquis de l Expérience LIVRET 1 : RECEVABILITE. CERTIFICATION de : Coach Professionnel Pluridisciplinaire Dossier de Validation des Acquis de l Expérience LIVRET 1 : RECEVABILITE CERTIFICATION de : Coach Professionnel Pluridisciplinaire NOM : (en majuscules, nom de jeune fille pour les femmes mariées) NOM

Plus en détail

Dictionnaire sociologique de l entrepreneuriat Annexe de la notice «Créateurs et création d entreprise»

Dictionnaire sociologique de l entrepreneuriat Annexe de la notice «Créateurs et création d entreprise» Dictionnaire sociologique de l entrepreneuriat Annexe de la notice «Créateurs et création d entreprise» Source : Fabien Reix, à partir des données INSEE de l enquête SINE, 2006. Presses de Sciences Po

Plus en détail

> Le taux de chômage annuel moyen à Paris (7,4%) est l un des plus élevé d Ile-de-France (6,6%).

> Le taux de chômage annuel moyen à Paris (7,4%) est l un des plus élevé d Ile-de-France (6,6%). Contexte socio-économique Revenus > Les revenus fiscaux médians sont plus élevés à (23 408 ) qu en (20 575 ) et en (17 497 ), mais les différences à sont particulièrement marquées entre les plus riches

Plus en détail

«Le développement n a de sens que parce qu il permet à un plus grand nombre de jeunes de vivre l aventure du scoutisme»

«Le développement n a de sens que parce qu il permet à un plus grand nombre de jeunes de vivre l aventure du scoutisme» Créer et Animer des Réseaux de développement Pour les Responsables Locaux Développement et Réseaux/les coordinateur Développement et Réseaux des Pôles Développement «Le développement n a de sens que parce

Plus en détail

Les affiches de propagande

Les affiches de propagande Art graphique Les affiches de propagande On définit la propagande comme l ensemble des mesures prises pour répandre une idée, pour agir sur la perception d un événement, pour influencer voire manipuler

Plus en détail

Sommaire. Accueil Périscolaire et Restauration Scolaire Accueil de Loisirs Sans Hébergement Conseil Municipal Enfants

Sommaire. Accueil Périscolaire et Restauration Scolaire Accueil de Loisirs Sans Hébergement Conseil Municipal Enfants Sommaire Enfance Accueil Périscolaire et Restauration Scolaire Accueil de Loisirs Sans Hébergement Conseil Municipal Enfants 4 7 8 Jeunesse Accueil de Loisirs 9 Vie Scolaire Coordonnées des écoles Inscriptions

Plus en détail

Pour télécharger le document : http://www.ena.fr/index.php?/fr/institution/colloques-conferences-rencontres-et-ateliers/devenir-des-enarques

Pour télécharger le document : http://www.ena.fr/index.php?/fr/institution/colloques-conferences-rencontres-et-ateliers/devenir-des-enarques 1 Document diffusé dans le cadre des 70 ans de l ENA, lors de la rencontre-débat du 24 novembre 2015 "Que sont les énarques devenus?" où sont présentés les résultats d une enquête sur le parcours des anciens

Plus en détail

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Gérard Cornilleau Des inégalités contenues, des classes moyennes fragiles Le débat sur les salaires n est plus aujourd hui dominé

Plus en détail

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs Séminaire CGTM Mercredi 19 mars 2008 Danielle LAPORT Sociologue Ingénieur Social Equipe de Recherche REV Université Paris XII Val-de-Marne Il me revient

Plus en détail

Qui sont les joueurs de jeu vidéo en France? (version août 2013)

Qui sont les joueurs de jeu vidéo en France? (version août 2013) Qui sont les joueurs de jeu vidéo en France? (version août 2013) Samuel Coavoux, Centre Max Weber, ENS de Lyon Samuel Rufat, Université de Cergy-Pontoise Vincent Berry, Laboratoire EXPERICE, Université

Plus en détail

Les publics de l art contemporain

Les publics de l art contemporain Direction générale de la création artistique Les publics de l art contemporain Première approche Exploitation de la base d enquête du DEPS «Les pratiques culturelles des Français à l ère du numérique -

Plus en détail

Flash-Info O.P.E.I.P. Sortis de l université en 2005... Que deviennent les étudiants de Licence 3? 4641 étudiants inscrits en L3

Flash-Info O.P.E.I.P. Sortis de l université en 2005... Que deviennent les étudiants de Licence 3? 4641 étudiants inscrits en L3 N 13 : Sept. 2008 Flash-Info O.P.E.I.P. Observatoire des Parcours Etudiants et de l Insertion Professionnelle (OPEIP) Sortis de l université en 2005... Que deviennent les étudiants de Licence 3? (Promotion

Plus en détail

Le succès professionnel, les réseaux sociaux et les femmes

Le succès professionnel, les réseaux sociaux et les femmes Le succès professionnel, les réseaux sociaux et les femmes 4 Octobre 2012 Pourquoi cette étude? 1 Appréhender les aspirations des femmes et leur évolution dans le temps 2 Identifier leur définition du

Plus en détail

Grands axes sociologiques du vieillissement actif

Grands axes sociologiques du vieillissement actif Grands axes sociologiques du vieillissement actif n Vieillir au Travail n CEDORES n 11 octobre 2012 Au 20 ème siècle w Augmentation de l espérance de vie: n 47 ans en 1900 n 66 ans en 1950 n 78 ans en

Plus en détail

Communiqué de presse Semaine nationale de l apprentissage du 18 au 22 mai 2015

Communiqué de presse Semaine nationale de l apprentissage du 18 au 22 mai 2015 Dossier de presse Mai 2015 Sommaire 1) Communiqué de presse 2) Présentation de l opération semaine nationale de l apprentissage 3) La formation en apprentissage : une priorité pour les CCI 4) Les développeurs

Plus en détail

LA VALORISATION DES SORTIES DE STOCK

LA VALORISATION DES SORTIES DE STOCK Faculté d Economie, de Gestion et de Sciences Sociales Agrégation en sciences économiques appliquées Leçon publique LA VALORISATION DES SORTIES DE STOCK SIMON Bruno Université de Liège Année académique

Plus en détail

L INTERIM S ENGAGE TOUS LES JOURS CONTRE LA DISCRIMINATION. Diversité. Intégration. Compétences. Emploi. Guide juridique et pratique

L INTERIM S ENGAGE TOUS LES JOURS CONTRE LA DISCRIMINATION. Diversité. Intégration. Compétences. Emploi. Guide juridique et pratique Guide-160x230-V2 2/10/06 11:35 Page 1 L INTERIM S ENGAGE TOUS LES JOURS CONTRE LA DISCRIMINATION. Diversité Intégration Compétences Emploi Guide juridique et pratique sommaire Préambule Différence entre

Plus en détail

Le rapport de stage en entreprise

Le rapport de stage en entreprise Le rapport de stage en entreprise Le rapport de stage est un dossier relié qui suit des règles précises et qui doit être écrit avec un traitement de texte. Ce dossier va vous permettre de présenter votre

Plus en détail

Masters OBSER VATOIRE. Sciences / Technologies / Santé OBSERVATOIRE CARREFOUR DES ÉTUDIANTS. Université de Limoges

Masters OBSER VATOIRE. Sciences / Technologies / Santé OBSERVATOIRE CARREFOUR DES ÉTUDIANTS. Université de Limoges Université de Limoges Masters Sciences / Technologies / Santé L'insertion professionnelle des diplômés DE Masters à l'université de Limoges Résultats par mention et par spécialité (promotion 2005-2006)

Plus en détail

Profession GRAPHISTE INDÉPENDANT. Julien Moya Éric Delamarre

Profession GRAPHISTE INDÉPENDANT. Julien Moya Éric Delamarre Profession GRAPHISTE INDÉPENDANT Julien Moya Éric Delamarre Introduction Graphiste de formation ou autodidacte, professionnel déjà en exercice ou étudiant en fin de cursus, vous avez ouvert ce livre parce

Plus en détail

L INTERNET CULTUREL DES 11-24 ANS

L INTERNET CULTUREL DES 11-24 ANS LES INÉDITS L INTERNET CULTUREL DES 11-24 ANS RECONFIGURATION DE L ÉCOLOGIE DE LA CULTURE ET DES MÉDIAS : SUPPORTS, FONCTIONS ET PRODUCTIONS À L ÈRE D INTERNET Hervé Glevarec Nous nous appuyons sur une

Plus en détail

La com, tout le monde en parle. Sans communication, pas de

La com, tout le monde en parle. Sans communication, pas de Êtes-vous fait pour la communication? La com, tout le monde en parle. Sans communication, pas de nouveau produit, pas d élus politiques, pas de spectateurs dans les salles de cinéma,pas de lecteurs pour

Plus en détail

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux I. Appréhender le groupe social Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs A. Identifier la nation de rapport social 1. Les groupes sociaux Le groupe se définit par la réunion de plusieurs personnes

Plus en détail

Dossier de presse. Rassemblés pour nos droits : Avec la JOC les jeunes se sont mobilisés pour leurs droits! A Courbevoie, le 17 juillet 2014

Dossier de presse. Rassemblés pour nos droits : Avec la JOC les jeunes se sont mobilisés pour leurs droits! A Courbevoie, le 17 juillet 2014 Dossier de presse A Courbevoie, le 17 juillet 2014 Rassemblés pour nos droits : Avec la JOC les jeunes se sont mobilisés pour leurs droits! La JOC, c'est la Jeunesse Ouvrière Chrétienne : une association

Plus en détail

Regard croisé sur l insertion et l avenir professionnels des lycéens et des étudiants

Regard croisé sur l insertion et l avenir professionnels des lycéens et des étudiants Avec le concours de Regard croisé sur l insertion et l avenir professionnels des lycéens et des étudiants N 19269 Vos contacts Ifop : Frédéric Dabi frederic.dabi@ifop.com Beltrande Bakoula beltrande.bakoula@ifop.com

Plus en détail

Biais sociaux et procédure de recrutement, l exemple de l examen d entrée à Sciences Po 1 ère année Septembre 2002. Conclusions d enquête

Biais sociaux et procédure de recrutement, l exemple de l examen d entrée à Sciences Po 1 ère année Septembre 2002. Conclusions d enquête Cécile RIOU Assistante de Recherche (CEVIPOF / IEP) Vincent TIBERJ Chargé de Recherche (CEVIPOF / FNSP) Biais sociaux et procédure de recrutement, l exemple de l examen d entrée à Sciences Po 1 ère année

Plus en détail

Héritages, donations et aides aux ascendants et descendants

Héritages, donations et aides aux ascendants et descendants CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2015 à 9 h 30 «Structures familiales, transferts intergénérationnels, bien-être» Document N 05 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Institut de la Vallée Bailly Braine-l Alleud www.valleebailly.be

Institut de la Vallée Bailly Braine-l Alleud www.valleebailly.be 013-014 Institut de la Vallée Bailly Braine-l Alleud www.valleebailly.be 3 e degré de l enseignement professionnel 7 e année P «Gestionnaire de Très Petites Entreprises» Sommaire Pages 1. Grille horaire.

Plus en détail

Thème N 1 Ménages et consommation

Thème N 1 Ménages et consommation Thème N 1 Ménages et consommation Chapitre 1. Comment le revenu et les prix influencent - t - ils les choix des consommateurs? Objectifs Acquisitions de concepts et de méthodes et être capable d analyser

Plus en détail

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE Préambule PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE La réussite éducative se définit comme la recherche du développement harmonieux de l enfant et du jeune. Elle est plus large

Plus en détail

COMMENT REALISER VOTRE DOSSIER?

COMMENT REALISER VOTRE DOSSIER? Élève en section ASSP, je dois à la fois : ECONOMIE GESTION DOSSIER «PROJET PROFESIONNNEL» COMMENT REALISER VOTRE DOSSIER? me rendre compte des compétences professionnelles demandées au sein de ma section,

Plus en détail

Résultats d Etude. L étude de marché. Le vin. Résultats d Etude Le Vin. Testez la fiabilité de votre projet. Juin 2009 1.

Résultats d Etude. L étude de marché. Le vin. Résultats d Etude Le Vin. Testez la fiabilité de votre projet. Juin 2009 1. Résultats d Etude Le vin L étude de marché Testez la fiabilité de votre projet 1 Sommaire : Introduction...4 Question 1/16...5 Consommez-vous du vin (rouge, rosé, blanc) et/ou du champagne?...5 Question

Plus en détail

DOCUMENT 3 : L évolution des conflits du travail. DOCUMENT 4 : Une montée en puissance des «classes moyennes»

DOCUMENT 3 : L évolution des conflits du travail. DOCUMENT 4 : Une montée en puissance des «classes moyennes» DOCUMENT 1 : L analyse de Marx Selon Marx, une classe sociale est un groupement d individus occupant la même place dans le mode de production. Cette place est définie essentiellement par la possession

Plus en détail

ENQUÊTE EMPLOI DU TEMPS

ENQUÊTE EMPLOI DU TEMPS ENQUÊTE EMPLOI DU TEMPS Enquête 2009-2010 Cahier des cartes 1 2 0 T R A N C H E S D E R E V E N U M E N S U E L N E T D U M É N A G E Il s agit du revenu net (de cotisations sociales et de C.S.G.) avant

Plus en détail

Qui fait quoi sur internet?

Qui fait quoi sur internet? Ans Note d éducation permanente de l ASBL Fondation Travail-Université (FTU) N 2015 8, avril 2015 www.ftu.be/ep Qui fait quoi sur internet? Analyse des inégalités sociales dans l utilisation d internet

Plus en détail

MIEUX GÉRER ET DÉVELOPPER VOTRE ENTREPRISE, RENFORCER OU ACQUÉRIR DE NOUVELLES COMPÉTENCES.

MIEUX GÉRER ET DÉVELOPPER VOTRE ENTREPRISE, RENFORCER OU ACQUÉRIR DE NOUVELLES COMPÉTENCES. MIEUX GÉRER ET DÉVELOPPER VOTRE ENTREPRISE, RENFORCER OU ACQUÉRIR DE NOUVELLES COMPÉTENCES. Dirigeants d entreprise artisanale, vos responsabilités vous imposent de faire preuve d une grande polyvalence

Plus en détail

ESSEC Cours Wealth management

ESSEC Cours Wealth management ESSEC Cours Wealth management Séance 9 Gestion de patrimoine : théories économiques et études empiriques François Longin 1 www.longin.fr Plan de la séance 9 Epargne et patrimoine des ménages Analyse macroéconomique

Plus en détail

Les aides aux devoirs en dehors de la classe

Les aides aux devoirs en dehors de la classe note d informationfévrier 6.4 www.education.gouv.fr/stateval Les élèves peuvent bénéficier d s aux devoirs scolaires de la part de leurs parents, de frères et sœurs, d amis, de proches ou bien suivre des

Plus en détail

La place du travail dans l'identité des personnes

La place du travail dans l'identité des personnes Vie sociale 8 La place du travail dans l'identité des personnes Hélène Garner, Dominique Méda * Le travail est, après la famille, l un des composants essentiels de l identité. La place et l importance

Plus en détail

La définition du droit du travail

La définition du droit du travail La définition du droit du travail Fiche 1 Objectifs Identifier l objet du droit du travail et les situations pour lesquelles le droit du travail doit s appliquer. Prérequis Introduction au droit. Mots-clefs

Plus en détail

Les Seniors et la place de l automobile dans leurs déplacements : mieux connaître et anticiper leurs besoins en termes de mobilité

Les Seniors et la place de l automobile dans leurs déplacements : mieux connaître et anticiper leurs besoins en termes de mobilité Les Seniors et la place de l automobile dans leurs déplacements : mieux connaître et anticiper leurs besoins en termes de mobilité Etude réalisée par Sociovision Cofremca Pour La Prévention Routière et

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Ma Demande de VAE. Ce dossier ne constitue pas l inscription en formation initiale à SUP DE PUB. Mademoiselle Madame Monsieur. Nom ... ... Prénom ...

Ma Demande de VAE. Ce dossier ne constitue pas l inscription en formation initiale à SUP DE PUB. Mademoiselle Madame Monsieur. Nom ... ... Prénom ... Ma Demande de VAE Mademoiselle Madame Monsieur Nom Prénom Date de dépôt du dossier : Diplôme : Etablissement :......... RESPONSABLE COMMUNICATION ET PUBLICITE... SUP DE PUB GROUPE INSEEC... Ce dossier

Plus en détail

Les modules et ateliers doivent répondre aux objectifs de l accompagnement personnalisé définis par l ensemble des acteurs d un établissement.

Les modules et ateliers doivent répondre aux objectifs de l accompagnement personnalisé définis par l ensemble des acteurs d un établissement. Accompagnement personnalisé BAC PRO 3 ans Les modules et ateliers Les modules et ateliers doivent répondre aux objectifs de l accompagnement personnalisé définis par l ensemble des acteurs d un établissement.

Plus en détail

Petit guide orientant pour les parents : Comment aider et accompagner son enfant à mieux se connaître

Petit guide orientant pour les parents : Comment aider et accompagner son enfant à mieux se connaître Petit guide orientant pour les parents : Comment aider et accompagner son enfant à mieux se connaître Semaine de l orientation: du 7 au 13 novembre 2010 Doccuumeennt t rrééaal lli iisséé paarr Maannonn

Plus en détail

Résultats d Etude. L étude de marché. N 944: Services à la personne. Résultats d Etude N 944: Services aux particuliers

Résultats d Etude. L étude de marché. N 944: Services à la personne. Résultats d Etude N 944: Services aux particuliers Résultats d Etude N 944: Services à la personne L étude de marché Testez la fiabilité de votre projet 1 Sommaire : Introduction...3 Question 1/10...4 Parmi les services réalisés à domicile, lesquels utilisez-vous?...4

Plus en détail

Ministère des Affaires étrangères et européennes

Ministère des Affaires étrangères et européennes Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la coopération culturelle et du français Regards VI, DVD 2 Jeunesse et sports Réalisation Isabelle Barrière, Thomas Sorin (CAVILAM) Rédaction

Plus en détail

Qu est-ce qu être pauvre aujourd hui? Comment évolue la pauvreté? Activités pour l élève

Qu est-ce qu être pauvre aujourd hui? Comment évolue la pauvreté? Activités pour l élève Qu est-ce qu être pauvre aujourd hui? Comment évolue la pauvreté? Activités pour l élève Répondez par vrai ou faux 1. Être pauvre, c est avoir des difficultés de paiement 2. Être pauvre signifie vivre

Plus en détail

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Version Facile à lire Réalisé avec le soutien de l AWIPH 1 Ce texte est une explication en Facile à lire de la Convention. Ce n est pas

Plus en détail

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Toute personne accède à une activité professionnelle en devenant salarié, fonctionnaire ou travailleur indépendant. Chacun de ces trois régimes juridiques

Plus en détail

DOSSIER 2 : Les diplômes sont-ils vraiment utiles? TEST

DOSSIER 2 : Les diplômes sont-ils vraiment utiles? TEST DOSSIER 2 : Les diplômes sont-ils vraiment utiles? TEST Vous allez observer ce graphique pendant 2 minutes puis vous répondrez aux 5 affirmations suivantes en 2 minutes (une seule et unique réponse est

Plus en détail

Baromètre Prévoyance. 2ème Vague Dépendance Novembre 2008. Département Finance. Contacts TNS Sofres. Département Finance

Baromètre Prévoyance. 2ème Vague Dépendance Novembre 2008. Département Finance. Contacts TNS Sofres. Département Finance Baromètre Prévoyance 2ème Vague Dépendance Novembre 2008 Contacts TNS Sofres Département Finance Frédéric CHASSAGNE / Michaël PERGAMENT / Marie FAITOT 01.40.92. 45.37 / 46.72 / 44.41 42MV13 Département

Plus en détail

ALLOCATION DE REUSSITE ETUDIANTE DE CAP CALAISIS ANNEE 2012-2013

ALLOCATION DE REUSSITE ETUDIANTE DE CAP CALAISIS ANNEE 2012-2013 ALLOCATION DE REUSSITE ETUDIANTE DE CAP CALAISIS ANNEE 2012-2013 DOSSIER DE DEMANDE Présentation du dispositif Cap Calaisis met en place pour la première fois et pour l année universitaire 2012-2013 une

Plus en détail

FONDATION FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ

FONDATION FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ NOTES NOTES ÉDUCATION ÉDUCATION PERMANENTE PERMANENTE N N 18 2011-05 OCTOBRE 2005 JUIN 2011 ASSOCIATION ASSOCIATION POUR POUR UNE UNE FONDATION FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ CHAUSSÉE DE HAECHT, 579 B-1031

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

Fiche méthode n 1 Révision des outils de mesure des proportions et des variations

Fiche méthode n 1 Révision des outils de mesure des proportions et des variations Fiche méthode n 1 Révision des outils de mesure des proportions et des variations 1 Objectif de ce TD: - Mobiliser vos connaissances de l an dernier afin de réutiliser et de maîtriser ces outils statistiques

Plus en détail