Le vol de données bancaires

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le vol de données bancaires"

Transcription

1 Universités de Genève et de Lausanne Faculté de droit Master of advanced studies (LL.M.) in Business Law MBL Mémoire Le vol de données bancaires Mélissa Palin Sous la direction du Professeur Christian Bovet Années académiques

2 Remerciements Par ces quelques lignes, je tiens à remercier Madame Simona Mulinari et Maître Emmanuel Genequand pour le soutien qu ils m ont apporté durant l accomplissement de ce mémoire ainsi que pour leurs précieux conseils. Que mes collègues chez PricewaterhouseCoopers trouvent également ici l expression de mes remerciements pour leur encouragement et leur aide au cours de ce travail. Enfin, je remercie mes proches pour leur soutien, leur présence et leur encouragement tout au long de ce travail. 1

3 Tables des matières REMERCIEMENTS...1 LISTE DES ABRÉVIATIONS...4 I. INTRODUCTION...6 II. III. IV. DONNÉES PROTÉGÉES PAR LE SECRET BANCAIRE...8 LA GARANTIE DE L ACTIVITÉ IRRÉPROCHABLE...10 L ORGANISATION DE L INTERMÉDIAIRE FINANCIER...13 a. Du point de vue interne i. Au niveau du Conseil d administration ii. Au niveau de la direction iii.au niveau de la révision interne iv. Au niveau du compliance v. Au niveau risk management b. Du point de vue externe i. Le cas de l outsourcing ii. La surveillance consolidée iii.les réviseurs externes V. LES DISPOSITIONS PÉNALES...32 a. La Convention du Conseil de l Europe sur la cybercriminalité i. Champ d application ii. Les dispositions transposées b. La compétence pénale c. Les dispositions spéciales applicables i. La soustraction de données (art.143 CP) ii. L accès indu à un système informatique (art.143bis CP) iii.le service de renseignements économiques (art. 273 CP) d. La responsabilité pénale de l intermédiaire financier

4 VI. LES DISPOSITIONS EN MATIÈRE FISCALE...45 a. Procédure formelle d entraide en matière fiscale b. Procédure informelle dans le cadre du FATCA i. Explications ii. Conséquences pour les intermédiaires financiers iii. Problèmes et conflits dans l application des règles FATCA VII. LES CONSÉQUENCES POUR LES INTERVENANTS...52 a. En matière civile i. En droit de la personnalité ii. En matière délictuelle iii.en matière contractuelle b. En matière administrative (LFINMA et pratique de la FINMA) c. En matière pénale d. En matière fiscale e. En matière d autorégulation VIII. CONCLUSION...62 IX. ANNEXE - REGLES DE CONDUITE PROPOSEES ET COMMENTEES...64 a. Le domaine des ressources humaines b. Le domaine informatique c. Le domaine de l organisation d. Le domaine des prestataires externes BIBLIOGRAPHIE

5 Liste des abréviations Al. Alinéa Art. ASB ATF BCM CC CFB CO CP FATCA FF FFI FINMA HIRE IT IRS JDT LB Let. LFINMA LPD Article Association Suisse des Banquiers Arrêt du Tribunal fédéral Business Continuity Management Code Civil suisse Commission fédérale des banques Code suisse des obligations Code pénal suisse Foreign Account Tax Compliance Act Feuille fédérale Foreign Financial Intermediary Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers Hiring Incentives to Restore Employment Act Information Technology Internal Revenue Service Journal des Tribunaux Loi fédérale sur les banques et les caisses d épargne Lettre Loi fédérale sur l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers Loi fédérale sur la protection des données 4

6 OACDI OB OCDE SWIFT Ordonnance relative à l assistance administrative d après les conventions contre les doubles impositions Ordonnance sur les banques et les caisses d épargne Organisation de coopération et de développement économiques Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication 5

7 I. Introduction 1. Le vol de données est une problématique actuelle qui s est distinguée dans plusieurs affaires médiatiques. S agissant du domaine bancaire, cette problématique s est illustrée dans plusieurs affaires dont notamment celle survenue au sein de HSBC ou encore celle de LGT. Le nombre de personnes affectées par une perte ou un vol de données est estimé à environ 250 millions en 2009 dont environ 40 % dans le domaine des services financiers Quelque soit le secteur concerné, le facteur humain est le point commun des différents vols de données. En effet, pour la majeure partie des cas reportés, il s est avéré que la personne physique traitant des données confidentielles était souvent un des maillons faible de la chaîne. 2 Les personnes intervenant dans le processus de traitement des données peuvent être poussées à la commission d un vol pour différents motifs qui peuvent être de plusieurs ordres. Bien souvent le vol de données est motivé par des aspirations économiques, l auteur de la soustraction de données espérant pouvoir monnayer les informations dérobées et ainsi tirer un profit de la commission de l infraction. Ces employés ont souvent le profil d employés mécontents ayant volé les informations dans divers but dont entre autres de mettre leur ancien employeur dans une position préjudiciable à sa réputation. 3. Un établissement est confronté en permanence au risque de vol de données qu il soit perpétré par un membre interne ou externe à son organisation. Afin de minimiser ce risque, un établissement doit se doter de mesures lui permettant de contrôler et limiter la fuite d informations confidentielles. Dans le domaine bancaire, la fuite d information a diminué de deux tiers en 2009, il ne reste pas moins que ce secteur est le plus touché par ce genre d infraction Ce travail a pour objectif de se concentrer sur la problématique du vol de données dans les établissements bancaires. Le vol de données, en plus d avoir des conséquences sur le plan réputationnel, peut induire d autres effets plus dommageables encore pour un établissement bancaire soumis à autorisation de l autorité de surveillance des marchés financiers. Afin de cerner tous les enjeux de la fuite d informations pour un 1 Data loss barometer, pp Data loss barometer, p Data loss barometer, p. 6. 6

8 établissement assujetti à la surveillance de la FINMA, nous allons aborder la question des normes applicables à un tel événement, tant dans le domaine administratif que pénal en passant par l aspect fiscal. Puis nous analyserons les conséquences juridiques qu un vol d informations confidentielles pourrait avoir sur les intervenants d un événement de ce type. Pour finir, nous tenterons de proposer un code de conduite à l intention des établissements bancaires visant à leur proposer une manière de monitorer et surveiller ce risque afin de mieux canaliser cette problématique. 7

9 II. Données protégées par le secret bancaire 5. L un des points centraux de l activité bancaire 4 en Suisse réside dans l obligation de discrétion à la charge des banques, de leurs organes, de leurs employés et de leurs mandataires sur les affaires de leurs clients ou de tiers qui viendraient à leur connaissance dans le cadre de l exercice de leur profession. Lors d une relation bancaire avec une personne, l intermédiaire financier dispose d informations très étendues sur cette personne, notamment sur sa situation financière, ses revenus, ses relations professionnelles et personnelles. Les renseignements qu il détient révèlent certains aspects de la vie de son client. Il s avère donc nécessaire que ces données personnelles soient protégées et restent confidentielles. 5 Juridiquement, l obligation de confidentialité du banquier et de ses auxiliaires trouve son fondement dans trois domaines du droit distincts. 6. Tout d abord, elle trouve son fondement dans le droit de la personnalité traité aux articles 27 et suivants du Code civil suisse, droit qui vise à assurer la protection des valeurs qui constituent l essentiel du domaine intime de l individu. 6 A noter que le domaine privé économique est également couvert par cette norme dont la violation constitue un acte illicite au sens des articles 41 et suivants du Code civil L obligation de confidentialité trouve également son expression dans le domaine contractuel et plus précisément dans les règles du mandat énoncées aux articles 394 et suivants du Code des obligations suisse. En effet, l intermédiaire financier est tenu dans le cadre d une relation contractuelle avec son client à tous les égards découlant des règles sur le contrat de mandat, il est tenu à la bonne et fidèle exécution du mandat conformément à l article 398 al.2 CO et doit pour se faire conserver la confidentialité sur les informations entrant en sa connaissance durant la relation avec son client. 8. Pour finir l obligation de confidentialité résulte de la loi fédérale sur les banques et les caisses d épargne (LB) 8, plus particulièrement de son article 47. Cette base légale constitue le fondement pénal de la violation de l obligation de discrétion du banquier. 4 Par soucis de précision, ce travail se concentre sur la réglementation applicable au domaine bancaire. Ainsi, la réglementation applicable aux négociants en valeurs mobilières n a, volontairement, pas été abordée. 5 C. LOMBARDINI, p. 965 N A. BUCHER, N M. AUBERT, P.-A. BÉGUIN, P. BERNASCONI et consorts, p. 44. ATF 64 II 162 ss, 169, JT ss RS

10 Elle considère l obligation de confidentialité du banquier comme un devoir professionnel ayant sa source dans le droit économique administratif régissant l activité des banques. 9 La LB ne définit pas spécifiquement la notion au centre de l obligation de discrétion, il convient donc de se référer, selon la doctrine unanime et la jurisprudence 10, à la définition de droit civil afin de pouvoir déterminer ce qu il faut entendre par secret bancaire. 11 A la différence du droit civil, l étendue de la notion de droit administratif ne recouvre pas le même cercle de personnes. En effet, contrairement au droit de la personnalité, droit dont la portée est absolu et donc opposable à tous, l obligation contenue dans cette disposition de droit administratif se destine à un cercle limité de personnes à savoir celles mentionnées au deuxième alinéa de cette disposition. 12 En ce qui concerne les bénéficiaires du secret et les informations confidentielles couvertes par celui-ci, il ne résulte aucune divergence quelque soit le fondement employé. 9. A noter que la loi fédérale sur la protection des données (LPD) tend quant à elle à protéger la personnalité et les droits fondamentaux des personnes qui font l objet d un traitement de données. Les données bancaires entrent également dans la sphère de protection de cette loi. Cette loi appréhende des situations pour lesquelles le droit de la personnalité n est pas adéquat, ni efficace lors de traitements de données personnelles, en raison des difficultés quant à l identification des risques encourus ou des atteintes subies et quant à la détermination de la licéité des traitements effectués. 13 La protection des données doit également être assurée dans le cadre du trafic international des paiements. Plusieurs décisions ont permis de préciser la pratique dans ce domaine-là. La plus connue est sans doute la décision SWIFT dans laquelle il a été jugé que la transmission de données concernant le trafic de paiement de la part de SWIFT aux autorités américaines était contraire aux principes énoncés par la LPD, en particulier à celui énoncé à l article 6 LPD, lequel impose un degré de protection adéquat des données dans le pays requérant et le consentement de la personne concernée par les 9 AUBERT, BÉGUIN, BERNASCONI et consorts, p RDAF 1970 p. 133, pp A. RAPPO p Ibidem. 13 AUBERT, BÉGUIN, BERNASCONI et consorts, p

11 données à transmettre. 14 La transmission de données ne doit se faire qu en présence de motifs justificatifs, ces derniers doivent être compris comme étant le consentement de la personne concernée, un intérêt prépondérant public ou privé, ou une disposition légale. 15 III. La garantie de l activité irréprochable 10. L activité bancaire est une activité soumise à autorisation de la FINMA, la banque ne pourra commencer son activité et être inscrite au Registre du Commerce qu une fois l autorisation obtenue (art. 3 al.1 LB). Cette autorisation est dite de police, c est-à-dire qu une fois les conditions remplies, l autorisation ne peut être refusée. 16 Afin d obtenir l autorisation, l intermédiaire financier doit remplir certaines conditions, celles-ci peuvent être classées en trois catégories 17. Tout d abord, la banque doit répondre à des conditions d organisation administrative et à une surveillance appropriée (art. 3 al. 2 let. a LB, art. 6 et 7-10 OB), puis elle doit répondre à des exigences relatives à la surveillance des risques et à l adéquation de ses fonds propres (art. 3 al. 2 let. b LB et art. 4 OB). Pour finir, la dernière catégorie fait référence à des conditions personnelles, celles de la bonne réputation et de la garantie irréprochable des personnes qui sont chargées d administrer et de gérer la banque (art. 3 al. 2 let. c LB). 11. Concernant la condition de la garantie de l activité irréprochable, l article 3 al. 2 let. c LB précise que l autorisation d exercer une activité bancaire est accordée à la condition continue que, notamment, les personnes chargées d administrer et de gérer la banque jouissent d une bonne réputation et présentent toutes les garanties d une activité irréprochable. La garantie d une activité irréprochable, notion d abord introduite pour les banques étrangères 18, est souvent définie comme étant une condition personnelle que doivent remplir les membres de la direction et du conseil d administration. La FINMA 14 Protection des données dans le trafic international des paiements (SWIFT) ; L accès aux données des transactions bancaires du réseau mondial SWIFT-Avis du Préposé fédéral à la protection des données et à la transparence. R. MONTBEYRE, «Le transfert de données bancaires à caractère personnel vers les Etats-Unis : aspects juridiques de l Affaire SWIFT». 15 Communication de données personnelles relatives au trafic des paiements aux autorités américaines ; Communication de données du trafic international des paiements à des gouvernements étrangers, dans la perspective de l application de sanctions. 16 C. LOMBARDINI, p A. RAPPO, ECS p A. HIRSCH, nbp N

12 précise qu entrent dans cette «garantie» toutes les compétences professionnelles et personnelles qui permettent à une personne d assurer correctement la direction d un établissement assujetti. 19 Elle précise également que le principal critère lui permettant de déterminer si la garantie de l activité irréprochable est remplie est celui de l activité professionnelle passée et présente de la personne au regard de l activité envisagée. 20 A l évidence cette disposition semblait jusqu à maintenant n être destinée qu aux personnes physiques ayant pour tâche la gestion de la banque, cependant la pratique de l autorité de surveillance démontre que cette notion est une notion plutôt «malléable» qui peut être modulée par l autorité au gré des situations qu elle juge propre à mettre en péril la gestion et l administration de la banque En effet, une évolution de la notion de garantie de l activité irréprochable est apparue dans les décisions rendues par la CFB puis par la FINMA. Désormais la garantie de l activité irréprochable n est plus seulement applicable aux personnes en charge de la gestion et de l administration de la banque, mais l est également à l établissement luimême. L autorité de surveillance a rapproché dans plusieurs décisions la notion d organisation adéquate à celle de la garantie de l activité irréprochable. 13. Le premier rapprochement opéré par l autorité de surveillance est apparu dans la décision Montesinos 22. Dans cette décision, la CFB examine la condition de l activité irréprochable du directeur de l établissement. Elle constate que ce dernier a manqué à ses principales obligations, c est-à-dire celles de veiller à ce que son établissement soit organisé de manière adéquate et suffisante. La CFB a ainsi conclu que cette carence dans l organisation de l établissement est par là même une des raisons pour lesquelles le directeur de cet établissement ne remplit pas la condition de la garantie de l activité irréprochable. Dans cette décision, la CFB a ainsi clairement établi un lien entre l organisation de l établissement bancaire et la garantie de l activité irréprochable des 19 Questions et réponses au sujet de la lettre de la Commission fédérale des banques (CFB) concernant la «garantie d une activité irréprochable». 20 site consulté le Op cit n Rapport de gestion CFB 2001, p. 170, Bulletin CFB 42, p

13 personnes chargées de la gestion et de l administration de celui-ci. Une autre décision allant dans ce sens et confirmant cette tendance a été rendue dans une autre affaire La CFB a ensuite aussi établi que le manquement dans l identification des risques de réputation et des risques juridiques était propre à remettre en question la garantie de l activité irréprochable des membres du Conseil d administration. 24 En effet, comme nous le verrons plus en avant dans ce travail, les administrateurs ont notamment pour tâches d identifier les risques potentiels et de les limiter autant que possible. 15. S agissant de la conservation et de l archivage de données, autre élément inhérent à l organisation des établissements bancaires, la CFB a précisé que des manquements dans ce domaine sont perçus comme incompatibles avec le comportement adéquat attendu d une banque et des personnes chargées de l administrer et de la gérer Dans son premier bulletin 26, la FINMA reprend et confirme la pratique de la CFB et relève que la banque doit disposer d une organisation administrative correspondant à son activité (art. 3 al.2 let. a LB). Dans ce cadre, elle doit être en mesure de déterminer, de limiter et de contrôler les risques pertinents. Font notamment partie de ces risques, les risques juridiques et les risques de réputation au sens de l article 9 al.2 OB. Une déficience dans l organisation de la banque sera considérée comme incompatible avec la garantie de l activité irréprochable. 17. Dans ce même bulletin, la FINMA déclare que la garantie de l activité irréprochable est applicable aux personnes chargées d administrer et de gérer la banque, mais aussi à la banque elle-même. En sa qualité d entreprise, la banque doit également respecter la condition de la garantie d une activité irréprochable Au vu de ces exemples, on ne peut que constater que la pratique de l autorité de surveillance a évolué vers une prise en compte des déficiences organisationnelles de la banque dans son appréciation de la condition de la garantie de l activité irréprochable des organes de direction. Evolution ayant pour conséquences que les insuffisances organisationnelles de la banque risquent de plus en plus souvent d avoir des 23 Bulletin CFB 46, p Bulletin CFB 49, p. 133 et Bulletin CFB 50, p Bulletin CFB 51, p Bulletin FINMA 1/2010, pp. 104, Bulletin CFB 41, p.15, Bulletin CFB 47, p. 21, Bulletin FINMA 1/2010, pp

14 conséquences négatives sur la garantie d une activité irréprochable des organes de direction. IV. L organisation de l intermédiaire financier 19. Comme nous l avons vu précédemment, l intermédiaire financier doit requérir une autorisation d exercer une activité bancaire de la part de la FINMA. Une des conditions devant être remplie est celle d une organisation interne appropriée (art. 3 al. 2 let. a LB). Cette dernière nécessite notamment le pouvoir d imposer des directives reposant sur des règles d attribution des tâches, de compétence et de comportement. 28 Elle nécessite aussi des mécanismes de contrôle adaptés et efficaces. Pour remplir cette exigence, la banque doit, notamment, disposer d organes chargés de la haute direction, de la surveillance et du contrôle et d organes chargés de la direction. 29 L organisation de l intermédiaire financier devra être telle qu il puisse déterminer, limiter et contrôler tous les risques auxquels il peut être confronté. Lors de la sollicitation d une licence bancaire, l intermédiaire financier devra également démontrer qu il bénéficie d organisation adéquate du point de vue logistique et informatique, il devra faire part à l autorité de surveillance d éventuels accords d externalisation de prestations de service. L existence et la fonctionnalité d un système informatique adéquat font parties des exigences devant être satisfaites préalablement à la demande d autorisation d exercer. La société de révision devra d ailleurs prendre position sur la satisfaction de cette condition vis-à-vis entre autres de la séparation adéquate des compétences, notamment dans l octroi des accès informatiques. a. Du point de vue interne i. Au niveau du Conseil d administration 20. L article 3 al. 2 let. a LB correspond à l article 716a CO définissant les attributions intransmissibles et inaliénables du Conseil d administration d une société anonyme. 28 B. STÖCKLI, pp C. LOMBARDINI, p. 45 N

15 Dans le domaine bancaire, les attributions du Conseil d administration ont été étoffées et complétées par des dispositions spéciales se trouvant dans la législation bancaire et plus particulièrement dans la circulaire sur la surveillance et le contrôle interne dans le secteur bancaire (ci-après circulaire FINMA 08/24) Le Conseil d administration est ainsi l organe chargé de la haute direction de la banque, de sa surveillance et de son contrôle. Il est également tenu de fixer son organisation. A la différence de la direction, le Conseil d administration n est pas tenu de gérer la banque, mais uniquement d en assurer la haute surveillance. Par l attribution de la haute direction de l établissement, le Conseil d administration a pour tâches plus spécifiques de déterminer la politique de gestion des risques choisie par la banque, il doit également veiller à ce que la banque dispose des moyens financiers et personnels pour suivre la politique choisie. Le Conseil d administration a la responsabilité d édicter les principes généraux inhérents à la gestion des risques et de veiller à ce que ceux-ci soient mis en place par la direction et que les mesures visant à l identification, la gestion et à la surveillance des risques soient implémentées par l établissement. 31 Comme nous le verrons plus tard, le Conseil d administration a également la responsabilité de mettre en œuvre la Recommandation de l ASB en matière de Business Continuity Management et de veiller au respect d une stratégie en la matière sous forme écrite Concernant la gestion des risques, le Conseil d administration doit, afin de satisfaire à ses obligations, mettre en place un système lui permettant d être régulièrement informé sur la situation de l établissement et sur son exposition aux risques. A cette fin, le Conseil d administration doit mettre en place un système de reporting et d information des risques qui doit être efficient, périodique et fonctionnel, mais qui doit également être un système permettant de délivrer des informations adaptées. 33 Conformément au chiffre marginal 9 de la circulaire FINMA 08/24, le Conseil d administration est également tenu de réglementer, d instaurer, de maintenir, de surveiller et de valider un contrôle interne approprié. En instaurant ce système de contrôle interne, et en le surveillant, le Conseil d administration s assure que tous les risques inhérents à l établissement ont été 30 P. HAURI, pp C. LOMBARDINI, p.49 N. 26; P. HAURI, A. CARRI, p Recommandation en matière de Business Continuity Management (BCM), p P. HAURI, A. CARRI, p

16 identifiés, limités et surveillés. 34 Le Conseil d administration est tenu de vérifier que la révision interne dispose des ressources et des compétences adéquates, y compris en matière informatique, et pour la surveillance appropriée des risques auxquels la banque est exposée, dont également ceux liés aux technologies informatiques. Le Conseil d administration a de ce fait la compétence d approuver les accords relatifs à l externalisation de prestations de service, y compris ceux liés à ce domaine-là. 23. Comme nous l avons vu au sujet de la garantie de l activité irréprochable, l autorité de surveillance a précédemment estimé qu une lacune dans l identification des risques de réputation et des risques juridiques est susceptible de contrevenir à la garantie de l activité irréprochable dont les administrateurs sont notamment les sujets Le Conseil d administration est composé de personnes devant disposer des compétences professionnelles, d expérience et de disponibilités nécessaires à l accomplissement de leurs fonctions, notamment au vu des domaines d exposition de la banque. Dans le cas contraire, l autorité de surveillance pourrait estimer que la condition de la garantie de l activité irréprochable, applicable notamment aux personnes chargées d administrer, n est pas remplie. Afin d éviter les conflits d intérêts, les administrateurs doivent être indépendants. Il est ainsi interdit aux membres du Conseil d administration d occuper un poste dans la direction opérationnelle de la banque. 36 Le critère d indépendance doit également être satisfait au regard des chiffres marginaux 20 à 24 de la circulaire FINMA 08/24. Les membres du Conseil d administration seront ainsi réputés indépendants s ils n occupent pas d autre fonction au sein de l établissement, ou s ils n ont pas occupé de poste au sein de l établissement durant les deux dernières années, ni au sein de la société d audit externe. Les membres du Conseil d administration ne doivent également pas avoir de relations d affaires qui pourraient conduire à un conflit d intérêt, de même qu ils ne doivent pas détenir de participation qualifiée, ni représenter un tel détenteur de participation. 25. Concernant la répartition des tâches au sein du Conseil d administration, ce dernier peut instaurer des comités chargés de le seconder ou confier des tâches à certains de ses 34 Circulaire FINMA 08/24 cm Bulletin CFB 49, p. 133; Bulletin CFB 50, p Article 8 al. 2 OB, Circulaire FINMA 08/24 cm

17 membres. L établissement d un audit committee est exigé dès lors que l établissement atteint une certaine taille ou un certain niveau de complexité Le comité d audit est chargé d une tâche importante en matière de gestion des risques, il est entre autres tenu de créer le système de gestion des risques, de définir le profil de risque de l établissement, d évaluer et de surveiller le contrôle interne. 38 Il peut aussi intervenir en matière de risques juridiques. Afin d assurer un suivi approprié d un sujet comme le vol de données, il est utile que le comité d audit dispose en son sein d une ou de plusieurs personnes compétentes dans le domaine informatique. Ces personnes seront, ainsi, plus à même d évaluer, surveiller et gérer les risques liés au système informatique. 27. L article 9 al.2 OB dispose que la banque doit déterminer, limiter et contrôler les risques, notamment, opérationnels et juridiques, ainsi que les risques susceptibles de ternir sa réputation. On peut définir le risque opérationnel comme étant le risque pour la banque de pertes résultant de carences ou de défauts attribuables à des procédures, personnels et systèmes internes ou à des événements extérieurs. La définition inclut le risque juridique. 39 Celui-ci inclut l exposition à des amendes, pénalités et dommages pour faute résultant de la surveillance prudentielle ainsi que de transactions privées. 40 La pratique de la CFB, puis de la FINMA, a mis en évidence qu un manquement dans l établissement des risques était propre à mettre en péril la garantie de l activité irréprochable des membres du Conseil d administration et par là même la garantie de l activité irréprochable de l établissement lui-même Ainsi comme nous l avons vu, le Conseil d administration est en charge notamment de l organisation de la banque et de l établissement des risques. On peut ainsi se demander si la garantie de l activité irréprochable des membres du Conseil d administration ne pourrait pas être remise en question dès lors que ceux-ci n ont pas cerné le risque de vol ou de fuite de données dans leur établissement. En effet, comme mentionné précédemment, la pratique de l autorité de surveillance tend à rapprocher la notion d organisation adéquate à celle de la garantie de l activité irréprochable. Elle fait de 37 Circulaire FINMA 08/24 cm et C. TAGOUO, p. 604, Circulaire FINMA 08/24 cm 41à Bâle II p. 121 disponible sur C. LOMBARDINI, p. 67 N Bâle II, p.121 nbp N Bulletin CFB 49, p. 133; Bulletin CFB 50, p

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Délégation de tâches par la direction et la SICAV

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Délégation de tâches par la direction et la SICAV Circ.-CFB 07/3 Délégation par la direction et la SICAV Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques : Délégation de tâches par la direction et la SICAV (Délégation par la direction et la SICAV)

Plus en détail

Surveillance consolidée des banques et des négociants en valeurs mobilières

Surveillance consolidée des banques et des négociants en valeurs mobilières Foire aux questions (FAQ) Surveillance consolidée des banques et des négociants en valeurs mobilières (Dernière modification : 31 mars 2015) La FINMA surveille plus de 100 groupes de banques et de négociants

Plus en détail

EBA/GL/2012/06 22 novembre 2012. Orientations. sur l évaluation de l aptitude des membres de l organe de direction et des titulaires de postes clés

EBA/GL/2012/06 22 novembre 2012. Orientations. sur l évaluation de l aptitude des membres de l organe de direction et des titulaires de postes clés EBA/GL/2012/06 22 novembre 2012 Orientations sur l évaluation de l aptitude des membres de l organe de direction et des titulaires de postes clés Orientations de l ABE sur l évaluation de l aptitude des

Plus en détail

Mandat d audit confié à une entreprise soumise à la surveillance de l État (ci-après: entreprise de révision )

Mandat d audit confié à une entreprise soumise à la surveillance de l État (ci-après: entreprise de révision ) Oberaufsichtskommission Berufliche Vorsorge OAK BV Annexe 2 Mandat d audit confié à une entreprise soumise à la surveillance de l État (ci-après: entreprise de révision ) 1 Objectif La Commission de haute

Plus en détail

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES PPB-2006-8-1-CPA ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES Introduction 0. Base légale 1. Le contrôle interne 1.1. Définition et éléments constitutifs 1.2. Mesures

Plus en détail

Directives de la CHS PP D 01/2014

Directives de la CHS PP D 01/2014 Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle CHS PP Directives de la CHS PP D 01/2014 français Habilitation des gestionnaires de fortune actifs dans la prévoyance professionnelle Edition

Plus en détail

DÉLIBÉRATION N 2014-13 DU 4 FÉVRIER 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE

DÉLIBÉRATION N 2014-13 DU 4 FÉVRIER 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DÉLIBÉRATION N 2014-13 DU 4 FÉVRIER 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISÉ D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

La Commission de Contrôle des Informations Nominatives,

La Commission de Contrôle des Informations Nominatives, DELIBERATION N 2015-05 DU 28 JANVIER 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR FINALITE

Plus en détail

Charte d audit du groupe Dexia

Charte d audit du groupe Dexia Janvier 2013 Charte d audit du groupe Dexia La présente charte énonce les principes fondamentaux qui gouvernent la fonction d Audit interne dans le groupe Dexia en décrivant ses missions, sa place dans

Plus en détail

ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE

ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE CONCERNANT LA COOPERATION RECIPROQUE ET L ECHANGE D INFORMATIONS POUR LE CONTROLE BANCAIRE ET PRUDENTIEL 1. Considérant que certaines

Plus en détail

2.2 Objet du contrôle Il y a lieu de vérifier les points suivants de manière individuelle ou combinée.

2.2 Objet du contrôle Il y a lieu de vérifier les points suivants de manière individuelle ou combinée. Protection des données; examen périodique des applications informatiques; CONDITIONS GÉNÉRALES (également valables lors de recours à des sociétés d audit) 1 Quiconque souhaite charger une société d audit

Plus en détail

ADMINISTRATION CENTRALE, GOUVERNANCE INTERNE, GESTION DES RISQUES

ADMINISTRATION CENTRALE, GOUVERNANCE INTERNE, GESTION DES RISQUES ADMINISTRATION CENTRALE, GOUVERNANCE INTERNE, GESTION DES RISQUES Circulaire CSSF 12/552 21 février 2013 Introduction (1) Développements récents au niveau international Problèmes de gouvernance interne

Plus en détail

952.111. Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse

952.111. Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse (Ordonnance de la FINMA sur les banques étrangères, OBE-FINMA) 1 du 21 octobre 1996 (Etat le

Plus en détail

AUX MAISONS DE TRANSFERT AUX AGENTS DE CHANGE

AUX MAISONS DE TRANSFERT AUX AGENTS DE CHANGE AUX MAISONS DE TRANSFERT ET AUX AGENTS DE CHANGE Les présentes lignes directrices résument les principales obligations légales auxquelles sont assujetties les maisons de transfert et les agents de change,

Plus en détail

952.111 Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse

952.111 Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse (Ordonnance de la FINMA sur les banques étrangères, OBE-FINMA) 1 du 21 octobre 1996 (Etat le

Plus en détail

pour des requêtes concernant l autorisation en tant que bourse suisse ou organisation analogue à une bourse

pour des requêtes concernant l autorisation en tant que bourse suisse ou organisation analogue à une bourse GUIDE PRATIQUE pour des requêtes concernant l autorisation en tant que bourse suisse ou organisation analogue à une bourse Edition du 11 juin 2014 But Le présent guide pratique est un simple instrument

Plus en détail

Forum Suisse pour le Droit de la Communication. Séminaire du 28 novembre 2008

Forum Suisse pour le Droit de la Communication. Séminaire du 28 novembre 2008 Forum Suisse pour le Droit de la Communication Université de Genève Séminaire du 28 novembre 2008 Devoirs et responsabilités des organes de sociétés en matière de sécurité informatique Wolfgang Straub

Plus en détail

Défaillances de sécurité importantes dans le domaine informatique

Défaillances de sécurité importantes dans le domaine informatique 3 Défaillances de sécurité importantes dans le domaine informatique DÉCISION de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers FINMA du ( ) 68 BULLETIN 4/2013 FINMA Organisation administrative

Plus en détail

PolyReg Association Générale d Autorégulation. Règlement de contrôle et de sanction des règles de déontologie

PolyReg Association Générale d Autorégulation. Règlement de contrôle et de sanction des règles de déontologie PolyReg Association Générale d Autorégulation Règlement de contrôle et de sanction des règles de déontologie < 1 But du Règlement A. Dispositions générales 1 Le présent règlement fixe les dispositions

Plus en détail

Objet: Traitement fiscal des sociétés exerçant des transactions de financement intra-groupe

Objet: Traitement fiscal des sociétés exerçant des transactions de financement intra-groupe Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 164/2 du 28 janvier 2011 L.I.R. n 164/2 Objet: Traitement fiscal des sociétés exerçant des transactions de financement intra-groupe 1. Définitions Par

Plus en détail

Rapport standard analyse des risques/stratégie d audit. Sommaire

Rapport standard analyse des risques/stratégie d audit. Sommaire Projet de mise en consultation du 9 septembre 2003 Circ.-CFB 0 / Annexe 1: Rapport standard analyse des risques/stratégie d audit Rapport standard analyse des risques/stratégie d audit Les sociétés d audit

Plus en détail

Circulaire 2009/1 Règles-cadres pour la gestion de fortune

Circulaire 2009/1 Règles-cadres pour la gestion de fortune Banques Groupes et congl. financiers Autres intermédiaires Assureurs Groupes. et congl. d assur. Intermédiaires d assur. Bourses et participants Négociants en valeurs mob. Directions de fonds SICAV Sociétés

Plus en détail

REGLEMENT DE L'OAR-G RELATIF AUX REGLES-CADRES POUR LA GESTION DE FORTUNE. Article 1

REGLEMENT DE L'OAR-G RELATIF AUX REGLES-CADRES POUR LA GESTION DE FORTUNE. Article 1 REGLEMENT DE L'OAR-G RELATIF AUX REGLES-CADRES POUR LA GESTION DE FORTUNE Article 1 Le présent règlement définit les règles-cadres auxquelles tout intermédiaire financier, actif dans le domaine de la gestion

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ; DELIBERATION N 2015-04 DU 28 JANVIER 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

RÈGLEMENT. sur la collaboration avec les intermédiaires

RÈGLEMENT. sur la collaboration avec les intermédiaires RÈGLEMENT sur la collaboration avec les intermédiaires Fédération Internationale de Football Association Président : Joseph S. Blatter Secrétaire Général : Jérôme Valcke Adresse : FIFA FIFA-Strasse 20

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ Avril 2009 Table des matières Préambule... 3 Introduction... 4 Champ d application... 5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour... 6 1. Cadre de gestion de la conformité...

Plus en détail

2008 Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières. applicables à l exécution d opérations sur titres

2008 Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières. applicables à l exécution d opérations sur titres 008 Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières applicables à l exécution d opérations sur titres Table des matières Préambule... 3 A Directives générales... 4 Art. Base légale... 4 Art. Objet...

Plus en détail

RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l interpellation Amélie Cherbuin Comment soutenir nos ressortissants américains?

RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l interpellation Amélie Cherbuin Comment soutenir nos ressortissants américains? AOÛT 2014 13_INT_190 RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l interpellation Amélie Cherbuin Comment soutenir nos ressortissants américains? Rappel de l'interpellation Suite aux accords Foreign Account Tax Compliance

Plus en détail

2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune

2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune 2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune Les présentes Directives ont été adoptées par le Conseil d administration de l Association suisse des banquiers dans le but de promouvoir et de

Plus en détail

Le secteur bancaire confronté au défi FATCA. Juillet 2013. kpmg.fr

Le secteur bancaire confronté au défi FATCA. Juillet 2013. kpmg.fr Le secteur bancaire confronté au défi FATCA Juillet 2013 kpmg.fr 1 Le secteur bancaire confronté au défi FATCA Sommaire Contexte et enjeux opérationnels de la réglementation FATCA... 2 Cinq grands chantiers

Plus en détail

Quo Vadis Gérant Indépendant? 21 septembre 2011 Jean-Luc Epars, Partner, Legal Yvan Mermod, Partner, Audit FS

Quo Vadis Gérant Indépendant? 21 septembre 2011 Jean-Luc Epars, Partner, Legal Yvan Mermod, Partner, Audit FS Quo Vadis Gérant Indépendant? 21 septembre 2011 Jean-Luc Epars, Partner, Legal Yvan Mermod, Partner, Audit FS Agenda 1. Les gérants indépendants sous pression 2. Surveillance actuelle 3. Directive AIFM

Plus en détail

Loi fédérale sur la surveillance des entreprises d assurance

Loi fédérale sur la surveillance des entreprises d assurance Loi fédérale sur la surveillance des entreprises d assurance (Loi sur la surveillance des assurances, LSA) du 17 décembre 2004 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 82, al. 1, 98,

Plus en détail

152.1. Loi fédérale sur l archivage. (LAr) Dispositions générales. du 26 juin 1998 (Etat le 1 er août 2008)

152.1. Loi fédérale sur l archivage. (LAr) Dispositions générales. du 26 juin 1998 (Etat le 1 er août 2008) Loi fédérale sur l archivage (LAr) 152.1 du 26 juin 1998 (Etat le 1 er août 2008) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l art. 85, ch. 1, de la constitution 1, vu le message du Conseil fédéral

Plus en détail

Banques ou négoces virtuels en valeurs mobilières

Banques ou négoces virtuels en valeurs mobilières Michael Kunz Banques ou négoces virtuels en valeurs mobilières Création et exploitation du point de vue de la CFB [1] En Suisse, des dispositions légales spécifiques font jusqu à présent défaut pour réglementer

Plus en détail

Projet du 5 octobre 2006. du [date] 2006. (Adaptation des fonds propres de base) Sommaire

Projet du 5 octobre 2006. du [date] 2006. (Adaptation des fonds propres de base) Sommaire Circ.-CFB 06/_ Adaptation des fonds propres de base Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques : Détermination du capital réglementaire en cas d utilisation d un standard comptable international

Plus en détail

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHAPITRE 1: CONDITIONS DANS LESQUELLES LE BUREAU LUXEMBOURGEOIS ACCORDE, REFUSE OU RETIRE SON AGREMENT A UN CORRESPONDANT 1.1 Comment remplir la fonction de correspondant

Plus en détail

Accès des autorités américaines aux données du trafic international des paiements et implications pour la Suisse

Accès des autorités américaines aux données du trafic international des paiements et implications pour la Suisse Le Conseil fédéral A la Commission de gestion du Conseil national (CdG-N) 3003 Berne Berne, le Accès des autorités américaines aux données du trafic international des paiements et implications pour la

Plus en détail

RÈGLES DE CONDUITE DE BSI SA

RÈGLES DE CONDUITE DE BSI SA BANQUIERS SUISSES DEPUIS 1873 RÈGLES DE CONDUITE DE BSI SA MAI 2012 BSI SA (ci-après BSI ou la Banque ), soucieuse d accroître en permanence le niveau de qualité et d efficacité des services et produits

Plus en détail

Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs

Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs (Loi sur la surveillance de la révision, LSR) 221.302 du 16 décembre 2005 (Etat le 1 er janvier 2013) L Assemblée fédérale de la Confédération

Plus en détail

Traduire dans l aide sociale

Traduire dans l aide sociale Traduire dans l aide sociale Droits des personnes de langue étrangère et obligations de l état Résumé Jörg Künzli, docteur en droit et professeur, LL.M., avocat, Berne Alberto Achermann, docteur en droit,

Plus en détail

pour la soumission de demandes d approbation d adaptations tarifaires en assurance-maladie complémentaire

pour la soumission de demandes d approbation d adaptations tarifaires en assurance-maladie complémentaire GUIDE PRATIQUE pour la soumission de demandes d approbation d adaptations tarifaires en assurance-maladie complémentaire Edition du 18 juin 2015 But Le présent guide pratique est un simple instrument de

Plus en détail

Sans cet agrément, il est interdit de pratiquer l assurance, en Suisse ou à partir de la Suisse (art. 87 LSA).

Sans cet agrément, il est interdit de pratiquer l assurance, en Suisse ou à partir de la Suisse (art. 87 LSA). Département fédéral des finances DFF Office fédéral des assurances privées OFAP Conditions d octroi de l agrément pour l exercice de l activité d assurance Institution d assurance sur la vie avec siège

Plus en détail

Aperçu des 37 principes directeurs

Aperçu des 37 principes directeurs Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des finances AFF Gouvernement d entreprise de la Confédération Aperçu des 37 principes directeurs Principe n o 1 En principe, il convient d

Plus en détail

Note à Messieurs les : Objet : Lignes directrices sur les mesures de vigilance à l égard de la clientèle

Note à Messieurs les : Objet : Lignes directrices sur les mesures de vigilance à l égard de la clientèle Alger, le 08 février 2015 Note à Messieurs les : - Présidents des Conseils d Administration ; - Présidents Directeurs Généraux ; - Directeurs Généraux ; - Présidents des Directoires ; - Directeur Général

Plus en détail

Conditions générales d assurance

Conditions générales d assurance Fo. 15 286f 03.15 Conditions générales d assurance pour les assurances de rentes viagères différées, à prime unique, avec option de restitution (tarif LRVE), édition 2015 Table des matières Parties au

Plus en détail

Einlagensicherung der Schweizer Banken und Effektenhändler Garantie des dépôts des banques et négociants en valeurs mobilières suisses

Einlagensicherung der Schweizer Banken und Effektenhändler Garantie des dépôts des banques et négociants en valeurs mobilières suisses Einlagensicherung der Schweizer Banken und Effektenhändler Garantie des dépôts des banques et négociants en valeurs mobilières suisses Version 2012 Convention des banques et négociants en valeurs mobilières

Plus en détail

Ordonnance sur les ressources d adressage dans le domaine des télécommunications

Ordonnance sur les ressources d adressage dans le domaine des télécommunications Ordonnance sur les ressources d adressage dans le domaine des télécommunications (ORAT) Modification du 19 décembre 2001 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 6 octobre 1997 sur les ressources

Plus en détail

L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 avril 2015 1 arrête:

L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 avril 2015 1 arrête: (Droit du registre du commerce) Projet Modification du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 avril 2015 1 arrête: I 1. Le titre trentième du code des obligations

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX BANQUES COMMERCIALES ET AUX BANQUES D ÉPARGNE ET DE LOGEMENT

CIRCULAIRE AUX BANQUES COMMERCIALES ET AUX BANQUES D ÉPARGNE ET DE LOGEMENT CIR. # 99 CIRCULAIRE AUX BANQUES COMMERCIALES ET AUX BANQUES D ÉPARGNE ET DE LOGEMENT En conformité aux articles 2.2.2 à 2.2.6 de la loi du 21 février 2001, relative au blanchiment des avoirs provenant

Plus en détail

Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs

Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs Loi fédérale sur l agrément et la surveillance des réviseurs (Loi sur la surveillance de la révision, LSR) 221.302 du 16 décembre 2005 (Etat le 1 er septembre 2007) L Assemblée fédérale de la Confédération

Plus en détail

But, champ d application et définitions

But, champ d application et définitions Loi fédérale sur la protection des données (LPD) 235.1 du 19 juin 1992 (Etat le 1 er janvier 2014) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 95, 122 et 173, al. 2, de la Constitution

Plus en détail

Banking Business Consulting SYNTHESE SUR LES ENJEUX LIES A LA MISE EN PLACE DE FATCA. 1 P a g e. 1. Objectif de FATCA

Banking Business Consulting SYNTHESE SUR LES ENJEUX LIES A LA MISE EN PLACE DE FATCA. 1 P a g e. 1. Objectif de FATCA 1. Objectif de FATCA En mars 2010, le Sénat américain a adopté la loi "Foreign Account Tax Compliance Act" aux termes de laquelle les établissements financiers et les fonds étrangers sont appelés à collaborer

Plus en détail

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand Faculté de droit Prof. Jean-Philippe Dunand Prof. Pascal Mahon Avenue du 1 er -Mars 26 CH-2000 Neuchâtel Tél. ++41 32 718.12.00 Fax ++41 32 718.12.01 Centre d étude des relations de travail (CERT) Neuchâtel,

Plus en détail

La position d HSBC (traduction Virginie Bordeaux, Le Monde)

La position d HSBC (traduction Virginie Bordeaux, Le Monde) La position d HSBC (traduction Virginie Bordeaux, Le Monde) Présentation générale HSBC Global Private Banking (GPB) et en particulier sa banque privée suisse, HSBC Private Bank Suisse, ont subi une transformation

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-49 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE

DELIBERATION N 2015-49 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DELIBERATION N 2015-49 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR FINALITE

Plus en détail

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 49/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative à la fonction "conformité"

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 49/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative à la fonction conformité BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 49/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative à la fonction "conformité" Le Gouverneur de Bank Al-Maghrib; vu la loi n 34-03 relative aux établissements de crédit

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AUX LOIS ANTI CORRUPTION D ALCOA, INC.

POLITIQUE RELATIVE AUX LOIS ANTI CORRUPTION D ALCOA, INC. POLITIQUE RELATIVE AUX LOIS ANTI CORRUPTION D ALCOA, INC. CONTEXTE : Alcoa Inc. («Alcoa») et sa direction se sont engagés à mener toutes leurs activités dans le monde entier, avec éthique et en conformité

Plus en détail

fin d une époque Négoce de devises et de métaux précieux:

fin d une époque Négoce de devises et de métaux précieux: Négoce de devises et de métaux précieux: fin d une époque L assujettissement des négociants en devises à la Loi sur les banques et les autres restrictions imposées par la CFB ont mis un sérieux coup d

Plus en détail

RÈGLEMENT. Le Comité central édicte le règlement suivant conformément aux art. 57 et 39, ch. 4 lettre i des Statuts de l ASI du 25 novembre 2010.

RÈGLEMENT. Le Comité central édicte le règlement suivant conformément aux art. 57 et 39, ch. 4 lettre i des Statuts de l ASI du 25 novembre 2010. RÈGLEMENT SUR L OCTROI DE LA PROTECTION JURIDIQUE Toutes les désignations de personnes utilisées dans ce règlement sont applicables par analogie aussi bien aux personnes de sexe masculin que féminin. Le

Plus en détail

Règlement de traitement Système d information de la KPT/CPT (Selon l art. 21 OLPD et l art. 84b LAMal)

Règlement de traitement Système d information de la KPT/CPT (Selon l art. 21 OLPD et l art. 84b LAMal) Règlement de traitement Système d information de la KPT/CPT (Selon l art. 21 OLPD et l art. 84b LAMal) Version 2.0 22.01.2013 01.01.2012 KPT 1 Table des matières 1. Situation de départ...3 2. Contenu...3

Plus en détail

Comment s établir aux États-unis?

Comment s établir aux États-unis? Comment s établir aux États-unis? Zara Law Offices 111 John Street Suite 510 New York, NY 10038 Tel: 1-212-619 45 00 Fax: 1-212-619 45 20 www.zaralawny.com 1 Introduction La récente baisse du dollar constitue

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28 Ordonnance n 03-08 du 19 Joumada El Oula 1424 correspondant au 19 juillet 2003 relative à la protection des schémas de configuration des circuits intégrés TABLE DES MATIERES Articles Titre I : Dispositions

Plus en détail

Loi fédérale encourageant le logement à loyer ou à prix modérés

Loi fédérale encourageant le logement à loyer ou à prix modérés Loi fédérale encourageant le logement à loyer ou à prix modérés (Loi sur le logement, LOG) 842 du 21 mars 2003 (Etat le 13 juin 2006) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l art. 108 de la

Plus en détail

Convention des banques et négociants en valeurs mobilières suisses relative à la garantie des dépôts

Convention des banques et négociants en valeurs mobilières suisses relative à la garantie des dépôts Garantie des dépôts des banques et négociants en valeurs mobilières suisses Etat du 5 septembre 005 Convention des banques et négociants en valeurs mobilières suisses relative à la garantie des dépôts

Plus en détail

Administration fédérale des contributions. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport

Administration fédérale des contributions. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport Administration fédérale des contributions D3.A.12 DUS Confidentiel n est pas destiné à la publication Rapport sur la conclusion d un protocole modifiant la convention de double imposition avec la République

Plus en détail

Loi sur les finances de la Confédération

Loi sur les finances de la Confédération Loi sur les finances de la Confédération (Loi sur les finances, LFC) (Optimisation du modèle comptable de la Confédération) Projet Modification du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le

Plus en détail

T.V.A. et Responsabilité de l'organe de révision

T.V.A. et Responsabilité de l'organe de révision T.V.A. et Responsabilité de l'organe de révision par Georg NANEIX Conseiller fiscal gnaneix@fiscal-legal.net Chaque nouveau texte légal contient un grand nombre d incertitude, de possibilités et de risques

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC.

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. Adoptée le 28 septembre 2009 (Modification la plus récente : novembre 2013) La présente charte

Plus en détail

DROIT ET RÉGLEMENTATIONS DE LA PLACE FINANCIÈRE

DROIT ET RÉGLEMENTATIONS DE LA PLACE FINANCIÈRE DROIT ET RÉGLEMENTATIONS DE LA PLACE FINANCIÈRE Révision des Directives de l ASB concernant le mandat de gestion de fortune La nouvelle version des Directives de l ASB concernant le mandat de gestion de

Plus en détail

Les présentes sont la traduction d un document en langue anglaise réalisée uniquement pour votre convenance. Le texte de l original en langue

Les présentes sont la traduction d un document en langue anglaise réalisée uniquement pour votre convenance. Le texte de l original en langue Les présentes sont la traduction d un document en langue anglaise réalisée uniquement pour votre convenance. Le texte de l original en langue anglaise régira à tous égards vos droits et obligations. L

Plus en détail

Règlement du Commissariat aux Assurances N 13/01 du 23 décembre 2013 relatif à la lutte contre le blanchiment et contre le financement du terrorisme

Règlement du Commissariat aux Assurances N 13/01 du 23 décembre 2013 relatif à la lutte contre le blanchiment et contre le financement du terrorisme Règlement du Commissariat aux Assurances N 13/01 du 23 décembre 2013 relatif à la lutte contre le blanchiment et contre le financement du terrorisme (Mémorial A N 224 du 24 décembre 2013) La Direction

Plus en détail

Organisation de l administration des biens dans le cadre d une curatelle

Organisation de l administration des biens dans le cadre d une curatelle Organisation de l administration des biens dans le cadre d une curatelle I. Situation de départ L APEA X. est en train d affiner la procédure relative aux placements financiers en collaboration avec le

Plus en détail

Contrat d interface pour l enregistrement et la gestion des noms de domaine qui dépendent du domaine ".ch" et ".li" conclu entre

Contrat d interface pour l enregistrement et la gestion des noms de domaine qui dépendent du domaine .ch et .li conclu entre Contrat d interface pour l enregistrement et la gestion des noms de domaine qui dépendent du domaine ".ch" et ".li" conclu entre SWITCH Werdstrasse 2 8021 Zurich Suisse ci-après registre et Partie2 Personne

Plus en détail

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE Les versions courantes des documents sont mises à jour en ligne. Les copies imprimées ne sont pas contrôlées. Page 1 de 5 DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE POUR LES PERSONNES SOUMISES À DES RESTRICTIONS

Plus en détail

«OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» CONVENTION DE PRESTATIONS

«OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» CONVENTION DE PRESTATIONS «OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» CONVENTION DE PRESTATIONS 18/06/2015 CONTRACTANTS Entre d une part, RESSOURCES, Association régie par la Loi du 1 er juillet 1901 modifiée et ses textes d

Plus en détail

CENTRE DE RECHERCHE GRENOBLE RHÔNE-ALPES

CENTRE DE RECHERCHE GRENOBLE RHÔNE-ALPES informatiques d Inria CENTRE DE RECHERCHE GRENOBLE RHÔNE-ALPES Table des matières 1. Préambule...3 2. Définitions...3 3. Domaine d application...4 4. Autorisation d accès aux ressources informatiques...5

Plus en détail

Directives du Conseil fédéral concernant les projets informatiques de l administration fédérale et le portefeuille informatique de la Confédération

Directives du Conseil fédéral concernant les projets informatiques de l administration fédérale et le portefeuille informatique de la Confédération Directives du Conseil fédéral concernant les projets informatiques de l administration du 1 er juillet 2015 Le Conseil fédéral suisse édicte les directives suivantes: 1 Dispositions générales 1.1 Objet

Plus en détail

Protection des données

Protection des données Protection des données Mesures concernant les services en nuage Mémento Mentions légales Éditeur Image educa.ch faithie/shutterstock.com educa.ch CC BY-NC-ND (creativecommons.org) Avril 2015 1. Protection

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 1 DU 4 JANVIER 2011 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 4 A-10-10 INSTRUCTION DU 23 DECEMBRE 2010 INSTRUCTION RELATIVE A L OBLIGATION DOCUMENTAIRE EN MATIERE DE PRIX

Plus en détail

Juillet 2014 Directives relatives aux exigences minimales pour les financements hypothécaires

Juillet 2014 Directives relatives aux exigences minimales pour les financements hypothécaires Juillet 2014 Directives relatives aux exigences minimales pour les financements hypothécaires Table des matières Préambule... 2 1. Champ d application... 3 2. Exigences minimales... 3 2.1 Fonds propres...

Plus en détail

Impacts de la réglementation sur le métier d IOBSP

Impacts de la réglementation sur le métier d IOBSP Impacts de la réglementation sur le métier d IOBSP Marie-Agnès NICOLET Regulation Partners Présidente fondatrice 35, Boulevard Berthier 75017 Paris marieagnes.nicolet@regulationpartners.com +33.6.58.84.77.40

Plus en détail

Le secrett Ibaimcalire-

Le secrett Ibaimcalire- UNIVERSITE DE LAUSANNE FACULTÉ DE DROIT Le secrett Ibaimcalire- Sa portée dans le temps, dans l'espace et dans les groupes de sociétés. THESE de licence et de doctorat présentée à la Faculté de droit de

Plus en détail

(Loi sur la surveillance des assurances, LSA) Objet, but et champ d application

(Loi sur la surveillance des assurances, LSA) Objet, but et champ d application Nicht löschen bitte " "!! Generated by SR-Vorl.ASVorlDot, Mittwoch, 13. März 2002, 08:42:12, mlbk / KAV Loi fédérale sur la surveillance des entreprises d assurance (Loi sur la surveillance des assurances,

Plus en détail

interessant JUIN 2011 ÉDITION 1 www.bdo.ch

interessant JUIN 2011 ÉDITION 1 www.bdo.ch JUIN 2011 ÉDITION 1 www.bdo.ch RECHT interessant LORSQUE L EMPLOYEUR SE TRANSFORME EN BAILLEUR DE SERVICES CE QU IL FAUT SAVOIR À PROPOS DE LA LOCATION DE SERVICES 1 Quand sommes-nous en présence d une

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 14 mai 2004 MONEYVAL (2004)6 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

Vu la loi n 76-03 du 23 novembre 2005, portant statut de Bank Al-Maghrib ;

Vu la loi n 76-03 du 23 novembre 2005, portant statut de Bank Al-Maghrib ; Délibération n 479-AU-2013 du 01/11/2013 portant modèle de demande d autorisation relative au traitement de données à caractère personnel mis en œuvre par des établissements de crédit et organismes assimilés

Plus en détail

Restaurant Brands International Inc. Conseil d administration Lignes directrices sur la gouvernance. Adoptées le 11 décembre 2014

Restaurant Brands International Inc. Conseil d administration Lignes directrices sur la gouvernance. Adoptées le 11 décembre 2014 Restaurant Brands International Inc. Conseil d administration Lignes directrices sur la gouvernance Adoptées le 11 décembre 2014 Le conseil d administration (le «conseil») de Restaurant Brands International

Plus en détail

Ordonnance réglant la perception d émoluments et de taxes par l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers

Ordonnance réglant la perception d émoluments et de taxes par l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers Ordonnance réglant la perception d émoluments et de taxes par l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (Ordonnance sur les émoluments de la FINMA, Oém-FINMA) du Le Conseil fédéral suisse,

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS

ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS Le 12 septembre 2013 Introduction ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS PRINCIPE DIRECTEUR N O 2 DE L ACFM NORMES MINIMALES DE SURVEILLANCE DES COMPTES Le présent Principe directeur fixe

Plus en détail

Archivage électronique

Archivage électronique Archivage électronique En raison du développement constant de la numérisation et de l augmentation croissante du nombre d informations auxquelles les entreprises sont confrontées, l accès rapide et contrôlé

Plus en détail

MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014

MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014 MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014 Nouvelles contraintes, limites, mais avec quel avantage? Vincent Tattini Plan A. Les nouveautés de MIFID 2 B. Loi sur les services financiers

Plus en détail

FORMULAIRE D'OUVERTURE DE COMPTE FOREX - COMPTE INDIVIDUEL

FORMULAIRE D'OUVERTURE DE COMPTE FOREX - COMPTE INDIVIDUEL FORMULAIRE D'OUVERTURE DE COMPTE Instructions d ouverture de compte Pour finaliser votre demande d ouverture, veuillez suivre ces instructions : 1 Lisez ce Formulaire d Ouverture de Compte, les Conditions

Plus en détail

Décembre 2013 Directives concernant le mandat de gestion de fortune

Décembre 2013 Directives concernant le mandat de gestion de fortune Décembre 2013 Directives concernant le mandat de gestion de fortune Préambule 1. Les présentes Directives ont été adoptées par le Conseil d administration de l Association suisse des banquiers dans le

Plus en détail

CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE

CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE Rabat, le 25 décembre 2000 CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE Aux termes de l'article premier du Dahir portant loi n 1-93-212

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DU MOUVEMENT DESJARDINS

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DU MOUVEMENT DESJARDINS CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DU MOUVEMENT DESJARDINS TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 4 CHAPITRE I PRINCIPES 1. Le respect des personnes 6 2. Le respect de l intérêt commun 6 3. Le respect de l organisation

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3034 Convention collective nationale IDCC : 1090. SERVICES DE L AUTOMOBILE (Commerce

Plus en détail

Novembre 2007 Recommandations en matière de Business Continuity Management (BCM)

Novembre 2007 Recommandations en matière de Business Continuity Management (BCM) Novembre 2007 Recommandations en matière de Business Continuity Management (BCM) Recommandations en matière de Business Continuity Management (BCM) Table des matières 1. Situation initiale et objectifs...2

Plus en détail

L utilisation du genre masculin dans ce document sert uniquement à alléger le texte et désigne autant les hommes que les femmes

L utilisation du genre masculin dans ce document sert uniquement à alléger le texte et désigne autant les hommes que les femmes L utilisation du genre masculin dans ce document sert uniquement à alléger le texte et désigne autant les hommes que les femmes Table des matières 1. Objet de la politique... 4 2. Cadre légal et règlementaire...

Plus en détail

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté.

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté. Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales Nos valeurs. Notre fierté. 2 Table des matières Pages 1. But du code 4 2. Champ d application 4 3. Durée d application du code 4 4. Interprétation

Plus en détail

Règlement J. Safra Sarasin Fondation de libre passage (SaraFlip)

Règlement J. Safra Sarasin Fondation de libre passage (SaraFlip) Règlement J. Safra Sarasin Fondation de libre passage (SaraFlip) Mars 2014 Règlementt Le présent règlement se fonde sur l art. 2 des statuts de J. Safra Sarasin Fondation de libre passage (désignée ci-après

Plus en détail