L analyse rétrospective

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L analyse rétrospective"

Transcription

1 L analyse rétrospective En faire bon usage Par Claude Chevalier Agglomération de Longueuil

2 Plan de présentation Qu'est-ce que c est? Pourquoi en faisons-nous? Quels sont les types d analyse et d animation? À qui s adresse l exercice? Les avantages et les pièges Le déroulement de l exercice Le suivi et l application

3 Qu est-ce qu une analyse rétrospective? Analyse systématique qui consiste à reconstruire avec rigueur le déroulement de l incident, sa chronologie et d en faire ressortir les faits saillants

4 Pourquoi faire une analyse rétrospective? Faire ressortir les points positifs Faire ressortir les points de vigilance à améliorer pour les prochaines interventions, recommander des changements Occasion d offrir aussi un soutien moral et psychologique Contribue à renforcer les directives d opérations sécuritaires et les procédures opérationnelles normalisées

5 Pourquoi faire une analyse rétrospective? Faire la comparaison avec les règles de bonne pratique Analyser la performance des équipements utilisés Analyser les résultats Permet d identifier les besoins en matière de formation et d entraînement Permet de mesurer l allocation judicieuse des ressources

6 Pourquoi faire une analyse rétrospective? Amasser de l information Permet d améliorer le fonctionnement des organisations Permet d améliorer la coordination d éventuels événements nécessitant la mise en place d un poste de commandement unifié et d assurer une collaboration accrue entre les divers intervenants

7 Quels sont les types d analyse rétrospective? Analyse rétrospective technique Analyse rétrospective posttraumatique Intervention d un expert externe (psychologue)

8 Les types d animation d une analyse rétrospective Par un membre de l organisation Présent lors de l incident Non présent lors de l incident Par un animateur externe

9 Quand faire une analyse rétrospective? Après tous les incidents, les petits comme les grands S il s agit d une analyse rétrospective de type post-traumatique, le plus rapidement possible, dans les 24 heures qui suivent S il s agit d une analyse rétrospective technique, le plus rapidement possible, dans le cadre de l organisation du travail

10 Qui doit participer? La présence de tous les intervenants internes est souhaitée Un groupe trop important rend toutefois l exercice inefficace Si possible, le cas échéant, en présence aussi des intervenants externes

11 Les préoccupations probables des participants Inquiets des répercussions, des conséquences Contrariés, frustrés, choqués Peuvent avoir un lien traumatique personnel (et non connu) avec l événement Établir les règles de déroulement Construire un lien de confiance

12 Les avantages et les pièges Être vigilant dans l animation Ne doit pas être une séance de règlement de comptes (surtout lors d événements tragiques) Encourager les participants à avoir le courage de leurs opinions Tout peut se dire, c est dans la forme que tout se joue Questionner plutôt que juger Donner la chance à tous de s exprimer

13 Les avantages et les pièges On désire corriger les comportements On commente donc le comportement, sans pour autant attaquer la personne Un mauvais comportement non dénoncé signifie que c est un comportement accepté par l organisation et par le supérieur Attention de ne pas tirer de conclusion à partir de faits que nous connaissons maintenant, mais que le commandant ne connaissait pas au moment de prendre ses décisions

14 Les règles de base Rechercher la participation de tous Définir des objectifs Établir l utilité de l exercice Déterminer qui en est responsable Établir les listes des informations et du matériel pertinents requis

15 Les règles de base Comment seront utilisés les résultats Archivage des documents Superviser, évaluer et réviser au besoin le processus Lors de situations posttraumatiques, la participation doit être volontaire, confidentielle, et personne ne doit être contraint de parler

16 Le déroulement d une analyse rétrospective Convoquer les participants Assurer un lieu propice aux échanges Bien que la durée n ait pas d importance, il faut toutefois prévoir une durée suffisante pour vider l ensemble du sujet Consulter préalablement l ensemble de la documentation relative à l incident Visiter les lieux de l incident si possible Amorcer la rencontre avec ouverture d esprit

17 Le déroulement d une analyse rétrospective La situation au début Recueillir les données factuelles Chronologie des événements, des actions, des décisions Identification des points forts, ayant un impact positif Identification des points de vigilance, ayant un impact neutre ou négatif

18 Le déroulement d une analyse rétrospective L animateur a tout avantage à rester détendu Passer les messages requis visant la correction des comportements et l amélioration de la performance Toujours conclure sur une note positive Consigner des notes

19 Le déroulement d une analyse rétrospective Identifier des solutions et en faire l analyse Établir un plan d action pour les redressements Approuver le plan d action et informer des orientations Faire le suivi Exercer un contrôle sur l amélioration de la performance

20 Les notes de suivi d une analyse rétrospective Document de travail Ne fait pas partie d un rapport d intervention Permet de dresser une communication interne, un plan de redressement Permet d établir une planification moyen et long terme

21 Le suivi de l analyse rétrospective Comment les commentaires peuvent-ils être transformés en actions, en mesure de redressement? Une politique ou une procédure nécessitet elle d être modifiée, adaptée? Une formation, des exercices sont-ils requis? Est-ce un problème de ressources? Faut-il revoir les opérations? De nouveaux équipements sont-ils requis?

22 CRITÈRES DE SUCCÈS Les participants doivent être engagés, croire à l exercice Aménagement de la salle Exercer l écoute active reformuler au besoin Pas de durée définie, pas de temps limite Faire des pauses les silences sont bénéfiques Constituer un livret de questions fréquemment utilisées Présenter les situations comme étant des problèmes à résoudre Résumer le tout

23 Grâce au travail de tous et à leur collaboration, il sera possible de poursuivre l amélioration de la performance, dans une perspective où le client en sera le grand gagnant

24 UN FORMULAIRE F:\ANALYSE RÉTROSPECTIVE (2).doc

25 En résumé

26 En résumé L analyse est un processus constructif Il existe deux grands types d analyse L animation est la pierre angulaire du succès Créer un climat de confiance Exercer un suivi actions Respect favoriser la participation Doit inclure la participation de la haute direction

27 MERCI!

28 BIBLIOGRAPHIE Collège Montmorency, Formation pour officier pompier: Officier II, Cours 4, L analyse rétrospective Manuel IFSTA, Fire Chief: Postincident Analysis Visions Journal, hiver 2007: Critical Incident Stress Debriefing, Concept and controversy, K.Bones, J.Fikowski, M. O neill PhD Conducting a successfull debriefing, Vancouver Sun Nov Debriefing Activities, A Core Strategy, Goetz, Huckshonn 2003 Debriefing Team Building Activity, Larry Lipman, Avril 2008

CONSEIL DE COORDINATION DU PROGRAMME

CONSEIL DE COORDINATION DU PROGRAMME 2 novembre 2000 CONSEIL DE COORDINATION DU PROGRAMME Troisième réunion thématique ad hoc Rio de Janeiro, 14-15 décembre 2000 Point 4.1 de l ordre du jour provisoire Le point sur l évaluation sur cinq ans

Plus en détail

Vérification de la conformité à la Politique sur le contrôle interne du Conseil du Trésor Phase 1

Vérification de la conformité à la Politique sur le contrôle interne du Conseil du Trésor Phase 1 Vérification de la conformité à la Politique sur le contrôle interne du Conseil du Trésor Phase 1 Bureau du dirigeant principal de la vérification et de l évaluation Direction des services de vérification

Plus en détail

Stratégie ministérielle de développement durable de l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec 2014-2015

Stratégie ministérielle de développement durable de l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec 2014-2015 Stratégie ministérielle de développement durable de l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec 2014-2015 1. Aperçu de l'approche du gouvernement fédéral concernant le développement

Plus en détail

Démarche de développement des. transformation Lean

Démarche de développement des. transformation Lean Démarche de développement des compétences des cadres pour une transformation Lean Stéphanie Thibert, Richard Cloutier et Pierre Collerette Direction des ressources humaines Le 23 mai 2014 Contexte initial

Plus en détail

Pourquoi l'analyse d'affaires est stratégique et comment y arriver?

Pourquoi l'analyse d'affaires est stratégique et comment y arriver? Pourquoi l'analyse d'affaires est stratégique et comment y arriver? IIBA Section Québec Mercredi 26 février 2014 (17:00 Université Laval) Par Alain Fiset ing., MBA, CBAP Coach en analyse d affaires et

Plus en détail

POLITIQUE & PROCÉDURE. APPROUVÉE PAR : Résolution no 2013-01-045 Date : 2013-01-21

POLITIQUE & PROCÉDURE. APPROUVÉE PAR : Résolution no 2013-01-045 Date : 2013-01-21 POLITIQUE & PROCÉDURE P-16-2013 TITRE : POLITIQUE DE SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL N o : P-16-2013 APPROUVÉE PAR : Résolution no 2013-01-045 Date : 2013-01-21 DATE EN VIGUEUR : 2013-01-21 politique nouvelle

Plus en détail

Affaires autochtones et Développement du Nord Canada. Rapport de vérification interne

Affaires autochtones et Développement du Nord Canada. Rapport de vérification interne Affaires autochtones et Développement du Nord Canada Rapport de vérification interne Vérification du contrôle interne en matière de rapports financiers Préparé par la Direction générale des services de

Plus en détail

Politique pour la gestion des requêtes et des plaintes

Politique pour la gestion des requêtes et des plaintes Politique pour la gestion des requêtes et des plaintes Adoptée le 9 février 2015 1. OBJECTIFS VISÉS PAR LA POLITIQUE Être à l écoute du citoyen et fournir un traitement uniforme des requêtes et des plaintes

Plus en détail

11 principes pour une rétroaction efficace

11 principes pour une rétroaction efficace 11 principes pour une rétroaction efficace 1. Quelques moments propices à la rétroaction Fournir une rétroaction lorsque les élèves ont encore le résultat d apprentissage en tête. Fournir une rétroaction

Plus en détail

des rapports annuels de gestion des agences, des ministères et des organismes

des rapports annuels de gestion des agences, des ministères et des organismes des rapports annuels de gestion des agences, des ministères et des organismes version novembre 2009 TABLE DES MATIÈRES A. INTRODUCTION... 3 B. LES PARAMÈTRES PRÉALABLES... 4 C. LE MANDAT... 5 D. LA PLANIFICATION...

Plus en détail

Gestionnaire responsable (Titre) Date de mise en œuvre prévue. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action

Gestionnaire responsable (Titre) Date de mise en œuvre prévue. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action RÉPONSE DE LA DIRECTION ET DE PLAN D ACTION TITRE DU PROJET : Évaluation du services du droit fiscal CENTRE DE RESPONSABILITÉ : services du droit fiscal () Conclusions Recommandations Réponse de la direction

Plus en détail

Le Carrefour Communautaire- Institutionnel-Usagers (CCIU) : Créateur de rapprochements

Le Carrefour Communautaire- Institutionnel-Usagers (CCIU) : Créateur de rapprochements Le Carrefour Communautaire- Institutionnel-Usagers (CCIU) : Créateur de rapprochements Présenté par : Diane Laroche, CSSS Ahuntsic- Montréal-Nord; Jean-Nicolas Ouellet, CAMÉÉ et ARUCI-SMC; Valérie Coulombe,

Plus en détail

Section 11 L intégration du parc immobilier et de la gestion des services de soutien

Section 11 L intégration du parc immobilier et de la gestion des services de soutien COLLECTION Implantation des centres de santé et de services sociaux Guide d implantation des centres de santé et de services sociaux Volume 2 Section 11 L intégration du parc immobilier et de la gestion

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION 1525, chemin du Lavarin 84083 Avignon cedex 2 Mai 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR LES PROGRAMMES DE LUTTE CONTRE L ILLETTRISME DANS LES BIBLIOTHEQUES : Quelques suggestions pratiques

RECOMMANDATIONS POUR LES PROGRAMMES DE LUTTE CONTRE L ILLETTRISME DANS LES BIBLIOTHEQUES : Quelques suggestions pratiques 1 RECOMMANDATIONS POUR LES PROGRAMMES DE LUTTE CONTRE L ILLETTRISME DANS LES BIBLIOTHEQUES : Quelques suggestions pratiques La section lecture de l IFLA a le plaisir de présenter quelques suggestions pratiques

Plus en détail

PROGRAMME DE BOURSES DE PERSÉVÉRANCE

PROGRAMME DE BOURSES DE PERSÉVÉRANCE PROGRAMME DE BOURSES DE PERSÉVÉRANCE Qu est-ce qu une bourse de persévérance, et à qui s adresse-t-elle? Durant leurs études préuniversitaires ou techniques, plusieurs étudiants font preuve de détermination

Plus en détail

CONFÉRENCE DES PARTIES À LA CONVENTION SUR LA CONSERVATION DES ESPÈCES MIGRATRICES APPARTENANT À LA FAUNE SAUVAGE

CONFÉRENCE DES PARTIES À LA CONVENTION SUR LA CONSERVATION DES ESPÈCES MIGRATRICES APPARTENANT À LA FAUNE SAUVAGE CONFÉRENCE DES PARTIES À LA CONVENTION SUR LA CONSERVATION DES ESPÈCES MIGRATRICES APPARTENANT À LA FAUNE SAUVAGE CONFÉRENCE DES PARTIES - CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS Introduction 1. Suite à la dixième

Plus en détail

Enseignement et apprentissage

Enseignement et apprentissage Enseignement et apprentissage Les cinq compétences de base du PNCE Transmission de valeurs Résolution de problème Interaction Leadership Pensée critique Résultats d apprentissage Mettre en œuvre une

Plus en détail

AVIS AUX FABRICANTS DE DISPOSITIFS MEDICAUX DE RADIOTHERAPIE

AVIS AUX FABRICANTS DE DISPOSITIFS MEDICAUX DE RADIOTHERAPIE Direction de l'évaluation des dispositifs médicaux Département Surveillance du Marché Unité évaluation et contrôle du marché des dispositifs médicaux Dossier suivi par Pascal Di Donato Email: pascal.di-donato@afssaps.sante.fr

Plus en détail

«Transfert d expertise pédagogique dans le domaine de la gestion d événements en milieu minoritaire»

«Transfert d expertise pédagogique dans le domaine de la gestion d événements en milieu minoritaire» RCCFC Projet PRECEPT-F «Transfert d expertise pédagogique dans le domaine de la gestion d événements en milieu minoritaire» Rapport final Collège communautaire du Nouveau-Brunswick - Campus de la Péninsule

Plus en détail

ANNEXE 1 EXEMPLE RAPPORT ANNUEL 2010 1

ANNEXE 1 EXEMPLE RAPPORT ANNUEL 2010 1 ANNEXE 1 EXEMPLE RAPPORT ANNUEL 2010 1 1. INTRODUCTION 1.1. Le cycle de politique Le cycle de politique du service de médecine nucléaire s encadre dans celui de l hôpital, où chaque service à l automne

Plus en détail

Knowledge CONSULT. La Localisation d Expertise Introduction. Knowledge CONSULT AVRIL 2003. Conseil en Système d Information

Knowledge CONSULT. La Localisation d Expertise Introduction. Knowledge CONSULT AVRIL 2003. Conseil en Système d Information Knowledge Conseil en Système d Information La Localisation d Expertise Introduction AVRIL 2003 1 La localisation d expertise Le défi à relever Imaginons qu un collaborateur souhaite comprendre le concept

Plus en détail

Code d éthique du CHAU Hôtel-Dieu de Lévis

Code d éthique du CHAU Hôtel-Dieu de Lévis Code d éthique du CHAU Hôtel-Dieu de Lévis Adopté à la séance du Conseil d administration Septembre 2006 Tables des matières PRÉAMBULE 1 INTRODUCTION 2 Les définitions 3 Les valeurs fondamentales 3 Les

Plus en détail

Master Classes RSE 2013 / Institut RSE Management /p 2 Inscrivez-vous en ligne!

Master Classes RSE 2013 / Institut RSE Management /p 2 Inscrivez-vous en ligne! Master RSE Avec les master-classes Institut RSE Management, vous pouvez être assuré de faire partie de la communauté des professionnels du reporting RSE qui font avancer la performance de leur entreprise.

Plus en détail

PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL

PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL ÉDITION 2012 NOTE Le présent document prend effet à compter du 1 er avril 2012 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...

Plus en détail

PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL

PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL ÉDITION 2008 NOTE Le présent document prend effet à compter du 15 août 2008 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...

Plus en détail

Les nouveaux programmes pour l école maternelle : quels enjeux? quelles évolutions?

Les nouveaux programmes pour l école maternelle : quels enjeux? quelles évolutions? Les nouveaux programmes pour l école maternelle : quels enjeux? quelles évolutions? Illfurth, 13 octobre 2015 Viviane BOUYSSE Inspectrice générale de l éducation nationale 1 Plan 1. Repérer les évolutions

Plus en détail

PLANIFIER LA RELÈVE DU LEADERSHIP INFIRMIER

PLANIFIER LA RELÈVE DU LEADERSHIP INFIRMIER PLANIFIER LA RELÈVE DU LEADERSHIP INFIRMIER Besoins Les infirmières d aujourd hui doivent planifier longtemps à l avance la nouvelle génération de chefs de file de la profession. C est d autant plus important

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT GEORGE WESTON LIMITÉE

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT GEORGE WESTON LIMITÉE CHARTE DU COMITÉ D AUDIT de GEORGE WESTON LIMITÉE TABLE DES MATIÈRES 1. RESPONSABILITÉS DU COMITÉ... 1 2. MEMBRES DU COMITÉ... 1 3. PRÉSIDENT DU COMITÉ... 2 4. DURÉE DU MANDAT DE CHAQUE MEMBRE... 2 5.

Plus en détail

Présentation dans le cadre du 4 e Colloque international des PLRS -2011

Présentation dans le cadre du 4 e Colloque international des PLRS -2011 Présentation dans le cadre du 4 e Colloque international des PLRS -2011 Dominique Cardinal, PHT, M.A éd. Coordonnatrice de la formation continue au CNFS Volet Université d Ottawa Manon Tremblay, Ph.D.

Plus en détail

formation en médiationm

formation en médiationm http://www.mediations.ch/ formations-gpm@mediations.ch MINISTERE DE LA JUSTICE CENTRE DE RECHERCHE JURIDIQUE ET JUDICIAIRE COLLOQUE INTERNATIONAL SUR LES PRATIQUES DE MEDIATIONS Les défis d de la formation

Plus en détail

LA VALEUR ACCORDÉE AU JUGEMENT PROFESSIONNEL DES ENSEIGNANTS

LA VALEUR ACCORDÉE AU JUGEMENT PROFESSIONNEL DES ENSEIGNANTS LA VALEUR ACCORDÉE AU JUGEMENT PROFESSIONNEL DES ENSEIGNANTS Questions et éléments de réponse Principales références dans les encadrements ministériels Question Éléments de réponse 1) En quoi consiste

Plus en détail

Quelques définitions d usage

Quelques définitions d usage LES NORMES POUR LA TENUE DE DOSSIER Nancy Tremblay, professeur de stage UQAC, 2007 Quelques définitions d usage Nature du dossier: "Le dossier est un document à valeur juridique dans lequel sont consignés

Plus en détail

Stratégie pour déterminer des indicateurs de résultats en évaluation de programme

Stratégie pour déterminer des indicateurs de résultats en évaluation de programme Stratégie pour déterminer des indicateurs de résultats en évaluation de programme Expérimentation à partir du programme Fluppy Jenny Tremblay Doctorante en Administration et évaluation en éducation, Université

Plus en détail

BAROMÈTRE 2016 SUR L ACCOMPAGNEMENT HUMAIN DU CHANGEMENT Mai 2016

BAROMÈTRE 2016 SUR L ACCOMPAGNEMENT HUMAIN DU CHANGEMENT Mai 2016 BAROMÈTRE 2016 SUR L ACCOMPAGNEMENT HUMAIN DU CHANGEMENT Mai 2016 avec son partenaire L'ACCOMPAGNEMENT HUMAIN DU CHANGEMENT Ce baromètre sur l accompagnement humain des changements est réalisé par Empreinte

Plus en détail

Association Internationale des Contrôleurs d Assurance

Association Internationale des Contrôleurs d Assurance Document de discussion DP 3.1 Association Internationale des Contrôleurs d Assurance DOCUMENT DE DISCUSSION SUR LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DU CONTROLE DE LA REASSURANCE Octobre 2007 La présente traduction

Plus en détail

Plan directeur des systèmes de transport intelligents (STI) de la Ville de Montréal

Plan directeur des systèmes de transport intelligents (STI) de la Ville de Montréal Plan directeur des systèmes de transport intelligents (STI) de la Ville de Montréal Les systèmes de transport intelligents au service du Plan de transport de la Ville de Montréal Marc Blanchet, Ville de

Plus en détail

BANQUE DE MONTRÉAL CHARTE DU COMITÉ D AUDIT ET DE RÉVISION

BANQUE DE MONTRÉAL CHARTE DU COMITÉ D AUDIT ET DE RÉVISION BANQUE DE MONTRÉAL CHARTE DU COMITÉ D AUDIT ET DE RÉVISION Le Comité est chargé d aider le Conseil à s acquitter de ses responsabilités de surveillance concernant l intégrité de l information financière

Plus en détail

DANIEL WEBER CONSEIL, FORMATION, COACHING: LE SAVOIR-ÊTRE EN PLUS. www.synthesia.info. 103 B, Rue Mélanie F- 67000 STRASBOURG

DANIEL WEBER CONSEIL, FORMATION, COACHING: LE SAVOIR-ÊTRE EN PLUS. www.synthesia.info. 103 B, Rue Mélanie F- 67000 STRASBOURG CONSEIL, FORMATION, COACHING: LE SAVOIR-ÊTRE EN PLUS. Conseil, formateur et coach, c est la chance que j ai eu de pouvoir accumuler des expériences et outils méthodologiques d un début de carrière riche

Plus en détail

PREMIERS PAS : GUIDE DE LA RELATION DE MENTORAT EN ÉVALUATION PROJET PILOTE DE MENTORAT EN ÉVALUATION CANADA

PREMIERS PAS : GUIDE DE LA RELATION DE MENTORAT EN ÉVALUATION PROJET PILOTE DE MENTORAT EN ÉVALUATION CANADA PREMIERS PAS : GUIDE DE LA RELATION DE MENTORAT EN ÉVALUATION PROJET PILOTE DE MENTORAT EN ÉVALUATION CANADA Félicitations! Vous avez amorcé une relation de mentorat, sois en tant que mentor ou personne

Plus en détail

Guide d'entretien Wave Styles Professionnels Jack Taylor

Guide d'entretien Wave Styles Professionnels Jack Taylor Guide d'entretien Wave Styles Professionnels Jack Taylor Styles Professionnels Généré le : 30-nov.-2011 Page 2 2009 Saville Consulting Group Ltd. Tous droits réservés. Sommaire Introduction au Guide d'entretien...

Plus en détail

Parcours Dyn@mique RH. Réunion thématique du 23 novembre 2010. Le recrutement

Parcours Dyn@mique RH. Réunion thématique du 23 novembre 2010. Le recrutement Parcours Dyn@mique RH Réunion thématique du 23 novembre 2010 Le recrutement Sommaire Les enjeux Les étapes Définition du projet Définition du besoin Présélection des candidats Entretien Intégration et

Plus en détail

PRÉVENTION des RISQUES PROFESSIONNELS

PRÉVENTION des RISQUES PROFESSIONNELS PROTOCOLE D ACCORD pour l'enseignement de la PRÉVENTION des RISQUES PROFESSIONNELS Ministère de l Éducation Nationale, de la Recherche et de la Technologie Caisse Nationale de l Assurance Maladie des Travailleurs

Plus en détail

Définir les besoins en matière de santé mentale en milieu de travail; Offrir des outils et des ressources pour répondre à ces besoins

Définir les besoins en matière de santé mentale en milieu de travail; Offrir des outils et des ressources pour répondre à ces besoins Définir les besoins en matière de santé mentale en milieu de travail; Offrir des outils et des ressources pour répondre à ces besoins Depuis sa création en 2007, le Centre pour la santé mentale en milieu

Plus en détail

PRÉSENTATION. Un «grand collège» qui continue de se développer!

PRÉSENTATION. Un «grand collège» qui continue de se développer! PRÉSENTATION Un «grand collège» qui continue de se développer! Voilà le titre qui chapeautait la présentation du plan stratégique 2010 2015 que le conseil d administration avait adopté en juin 2010. Deux

Plus en détail

Vers le nouveau centre de recherche YOURLOG O

Vers le nouveau centre de recherche YOURLOG O Vers le nouveau centre de recherche YOURLOG O Ordre du jour Introduction et milieu de vie Vers le nouveau CRCHUM Plan de communication et ligne de temps Déménagement, technologie de l information, gestion

Plus en détail

Grille de co-évaluation Éducatrice

Grille de co-évaluation Éducatrice Grille de co-évaluation Éducatrice Nom de l éducatrice : Date de la rencontre : Document complété par : Copie de l éducatrice Copie de la direction s d évaluation : A B C D Comportements Comportements

Plus en détail

Mettre ensemble tous les acteurs

Mettre ensemble tous les acteurs Mettre ensemble tous les acteurs Réponse à l Examen du soutien fédéral de la recherche-développement Ingénieurs Canada* Février 2011 *Ingénieurs Canada est le nom commercial utilisé par le Conseil canadien

Plus en détail

Analyse systémique ORION

Analyse systémique ORION Analyse systémique ORION v3 Société AFM AFM 42 42 Tous Tous droits droits réservés réservés Qu apporte la méthode ORION? Une méthode intuitive d analyse d un événement qui permet : de comprendre le pourquoi

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉCLARATION ET D ANALYSE D UN ÉVÉNEMENT SENTINELLE

POLITIQUE DE DÉCLARATION ET D ANALYSE D UN ÉVÉNEMENT SENTINELLE TITRE : POLITIQUE DE DÉCLARATION ET D ANALYSE D UN ÉVÉNEMENT SENTINELLE 1. Préambule Cette politique et procédure vise à encadrer la gestion des événements sentinelle au CSSS de Bordeaux-Cartierville Saint-Laurent

Plus en détail

Gestion du stress s et stress post-traumatique

Gestion du stress s et stress post-traumatique Gestion du stress s et stress post-traumatique traumatique à la Police de Liège Travail et stress CHP de Liège Site AGORA Liège, le 13 octobre 2006 Gestion du stress à la Police de Liège, - Direction des

Plus en détail

I. Introduction... 1-8 2. A. Origine et objectifs... 1-3 2 B. Organisation et programme... 4-8 2. II. Aperçu de l atelier... 9 3

I. Introduction... 1-8 2. A. Origine et objectifs... 1-3 2 B. Organisation et programme... 4-8 2. II. Aperçu de l atelier... 9 3 Nations Unies Assemblée générale A/AC.105/709 Distr. GÉNÉRALE 4 décembre 1998 FRANÇAIS Original: ANGLAIS Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Rapport sur l atelier d évaluation

Plus en détail

SOMMAIRE. L amélioration de l enseignement de l anglais, langue seconde, au primaire : un équilibre à trouver. Conseil supérieur de l éducation

SOMMAIRE. L amélioration de l enseignement de l anglais, langue seconde, au primaire : un équilibre à trouver. Conseil supérieur de l éducation AVIS AU MINISTRE DE L ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT L amélioration de l enseignement de l anglais, langue seconde, au primaire : un équilibre à trouver SOMMAIRE AOÛT 2014 Conseil supérieur de l éducation

Plus en détail

Norme ISA 700 (révisée), Opinion et rapport sur des états financiers

Norme ISA 700 (révisée), Opinion et rapport sur des états financiers IFAC Board Prise de position définitive 2015 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 700 (révisée), Opinion et rapport sur des états financiers Élaborée par : Traduite par : Le présent document a

Plus en détail

COMMENT ENTRETENIR LA NORME ISO 50001, LES ENJEUX DE LA CERTIFICATION : CADRE REGLEMENTAIRE ET RETOUR D EXPERIENCE

COMMENT ENTRETENIR LA NORME ISO 50001, LES ENJEUX DE LA CERTIFICATION : CADRE REGLEMENTAIRE ET RETOUR D EXPERIENCE COMMENT ENTRETENIR LA NORME ISO 50001, LES ENJEUX DE LA CERTIFICATION : CADRE REGLEMENTAIRE ET RETOUR D EXPERIENCE Jeudi 21 mars, de 9h30 à 11h30 DÉBUT DE LA CONFÉRENCE PROGRAMME Publiée en juin 2011,

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES NAVIGATEURS

POLITIQUE DE COMMUNICATION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES NAVIGATEURS 3.12 POLITIQUE DE COMMUNICATION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES NAVIGATEURS 1.0 ÉNONCÉ La Commission scolaire des Navigateurs considère que la communication est une partie intégrante de sa gestion. En conséquence,

Plus en détail

PROJET D ENTRAIDE. Présenté dans le cadre du colloque de l AEESICQ. Par Maryse Dumas Professeur en soins infirmiers Collège Édouard-Montpetit

PROJET D ENTRAIDE. Présenté dans le cadre du colloque de l AEESICQ. Par Maryse Dumas Professeur en soins infirmiers Collège Édouard-Montpetit PROJET D ENTRAIDE Présenté dans le cadre du colloque de l AEESICQ Par Maryse Dumas Professeur en soins infirmiers Collège Édouard-Montpetit 8 juin 2010 Historique Données statistiques créées par le SRAM

Plus en détail

7ème CONFÉRENCE MINISTÉRIELLE EUROMED DU COMMERCE Marseille, le 2 juillet 2008. Conclusions du Président

7ème CONFÉRENCE MINISTÉRIELLE EUROMED DU COMMERCE Marseille, le 2 juillet 2008. Conclusions du Président PARTENARIAT EUROMED DOC. DE SÉANCE N : 203/08 [FR] EN DATE DU : 03.07.2008 ORIGINE : GSC 7ème CONFÉRENCE MINISTÉRIELLE EUROMED DU COMMERCE Marseille, le 2 juillet 2008 Conclusions du Président La 7ème

Plus en détail

DGO1.72 DIRECTION DES VOIRIES SUBSIDIEES DEPARTEMENT DES INFRASTRUCTURES SUBSIDIEES DIRECTION GENERALE OPERATIONNELLE DES ROUTES ET BATIMENTS

DGO1.72 DIRECTION DES VOIRIES SUBSIDIEES DEPARTEMENT DES INFRASTRUCTURES SUBSIDIEES DIRECTION GENERALE OPERATIONNELLE DES ROUTES ET BATIMENTS DGO1.72 DIRECTION DES VOIRIES SUBSIDIEES DEPARTEMENT DES INFRASTRUCTURES SUBSIDIEES DIRECTION GENERALE OPERATIONNELLE DES ROUTES ET BATIMENTS TABLE DES MATIERES 1. Introduction... 3 1.1. Démarche qualité

Plus en détail

Formation-Coaching-Consulting. JE Formation. 1685 chemin du Tucaut. 31600 Eaunes. Tél 06 99 46 07 74. Mail :laurent.espinosa@jeformation.

Formation-Coaching-Consulting. JE Formation. 1685 chemin du Tucaut. 31600 Eaunes. Tél 06 99 46 07 74. Mail :laurent.espinosa@jeformation. JE FORMATION Formation-Coaching-Consulting JE Formation 1685 chemin du Tucaut 31600 Eaunes Tél 06 99 46 07 74 Mail :laurent.espinosa@jeformation.com EURL au capital de 500 - N Siret : 482 033 172 00040-

Plus en détail

T I T R E D U P R O J E T

T I T R E D U P R O J E T SECRETARIAT DU FONDS FRANÇAIS POUR L ENVIRONNEMENT MONDIAL RAPPORT D EVALUATION (Spécifier à mi-parcours ou finale) (Ce modèle de rapport doit être annexé aux TDR des évaluations) T I T R E D U P R O J

Plus en détail

Formation à l AUDIT LOGISTIQUE INTERVENANT ELISE STELENS KOEBIA

Formation à l AUDIT LOGISTIQUE INTERVENANT ELISE STELENS KOEBIA Formation à l AUDIT LOGISTIQUE INTERVENANT ELISE STELENS KOEBIA FORMATION A L audit Qualité interne PARTIE I: Introduction à l audit Qualité 1- évolutions des normes pour l audit 2-Concepts et Définitions

Plus en détail

DIAGNOSTIC A DISTANCE DES RESEAUX DE DISTRIBUTION ELECTRIQUE ALAIN GILOT SCHNEIDER ELECTRIC, FRANCE

DIAGNOSTIC A DISTANCE DES RESEAUX DE DISTRIBUTION ELECTRIQUE ALAIN GILOT SCHNEIDER ELECTRIC, FRANCE DIAGNOSTIC A DISTANCE DES RESEAUX DE DISTRIBUTION ELECTRIQUE ALAIN GILOT SCHNEIDER ELECTRIC, FRANCE Dans un premier temps, nous rappelons comment la performance d un réseau peut se dégrader en terme d

Plus en détail

Analyse de la situation relative aux échanges linguistiques nationaux et à la mobilité dans la formation professionnelle initiale Cahier des charges

Analyse de la situation relative aux échanges linguistiques nationaux et à la mobilité dans la formation professionnelle initiale Cahier des charges Département fédéral de l économie DFE Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie OFFT Promotion de projets et développement Berne, le 22 septembre 2011 Analyse de la situation

Plus en détail

6 avril 2016. 41 e congrès annuel de l Institut TA

6 avril 2016. 41 e congrès annuel de l Institut TA Martin Gendron, Virginie Martel, Jean-François Boutin et Isabelle Beaudoin Professeur(e)s au Département des sciences de l éducation, UQAR Campus de Lévis Nathalie Lemieux, Marie-Pier Bellerose et Jérôme

Plus en détail

qui est team tonic services?

qui est team tonic services? qui est team tonic services? Team tonic services, crée en 2009 par Serge Duquesnoy, est une agence événementielle spécialisée dans le team building. Nous sommes à la fois producteur, concepteur et fournisseur

Plus en détail

Formation aux intervenants Durée: 3 jours (21 heures)

Formation aux intervenants Durée: 3 jours (21 heures) Formation aux intervenants Durée: 3 jours (21 heures) Reconnaissance OPQ : # RA00612-13 SOFÉDUC : 2 unités d éducation continue Intervenir auprès de la personne suicidaire à l aide de bonnes pratiques

Plus en détail

Normes de formation par l apprentissage. Aide-enseignant ou aide-enseignante. Code de métier : 620E. Date d élaboration : octobre 2000

Normes de formation par l apprentissage. Aide-enseignant ou aide-enseignante. Code de métier : 620E. Date d élaboration : octobre 2000 Normes de formation par l apprentissage Aide-enseignant ou aide-enseignante Code de métier : 620E Date d élaboration : octobre 2000 Ce document est la propriété de l'apprenti ou de l'apprentie dont le

Plus en détail

Démarche d Audit interne du système Qualité

Démarche d Audit interne du système Qualité Démarche d Audit interne du système Qualité Centre de radiothérapie ONCODOC Béziers Atika Lalaoui Responsable Qualité Gestion des Risques Christophe Vasseur Responsable Manipulateurs ONCODOC CENTRE DE

Plus en détail

Examen de la participation du PNUD à l appui budgétaire direct et à la mise en commun des ressources

Examen de la participation du PNUD à l appui budgétaire direct et à la mise en commun des ressources Nations Unies DP/2013/7 Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement, du Fonds des Nations Unies pour la population et du Bureau des Nations Unies pour les services d appui

Plus en détail

LES CITOYENS SONT-ILS DES BÂTISSEURS DE LA VILLE?

LES CITOYENS SONT-ILS DES BÂTISSEURS DE LA VILLE? COLLOQUE À L OCCASION DU 5 E ANNIVERSAIRE DE L OFFICE DE CONSULTATION PUBLIQUE DE MONTRÉAL LES CITOYENS SONT-ILS DES BÂTISSEURS DE LA VILLE? ALLOCUTION D OUVERTURE PAR MADAME LOUISE ROY, PRÉSIDENTE MONTRÉAL,

Plus en détail

FOUILLE DE FORUM INTERNET

FOUILLE DE FORUM INTERNET FOUILLE DE FORUM INTERNET Forum Web Intelligence & Usages Anna STAVRIANOU, Laboratoire ERIC anna.stavrianou@univ-lyon2.fr 4 février 2010 Caractéristiques d une discussion Sujet : «Y a-t-il trop de commémorations

Plus en détail

MUNICIPALITÉ DE SAINT-JEAN-DE-L ÎLE-D ORLÉANS POLITIQUE & PROCÉDURES EN GESTION DES PLAINTES. Adopté le 3 mars 2014.

MUNICIPALITÉ DE SAINT-JEAN-DE-L ÎLE-D ORLÉANS POLITIQUE & PROCÉDURES EN GESTION DES PLAINTES. Adopté le 3 mars 2014. MUNICIPALITÉ DE SAINT-JEAN-DE-L ÎLE-D ORLÉANS POLITIQUE & PROCÉDURES EN GESTION DES PLAINTES Adopté le 3 mars 2014. POLITIQUE & PROCÉDURES EN GESTION DES PLAINTES 1. OBJECTIFS a. Assurer un traitement

Plus en détail

Plan d action favorisant l intégration des personnes vivant avec une incapacité ou un handicap Page 2

Plan d action favorisant l intégration des personnes vivant avec une incapacité ou un handicap Page 2 !" #$#%&!# Sanctionné le 17 décembre 2004, le projet de loi n o 56 modifie substantiellement la Loi assurant l'exercice des droits des personnes handicapées en vigueur depuis 1978, et la rebaptise en y

Plus en détail

INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TELECOMMUNICATIONS

INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TELECOMMUNICATIONS INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TELECOMMUNICATIONS SYNTHESE DES REPONSES A LA CONSULTATION DU 7 SEPTEMBRE 2010 CONCERNANT L INTERPRETATION POSSIBLE ET L IMPACT DE LA DISPOSITION SELON LAQUELLE

Plus en détail

3. Situations de travail et d'apprentissage (STA)

3. Situations de travail et d'apprentissage (STA) 3. Situations de travail et d'apprentissage (STA) 3.1 Qu est-ce qu une STA?... 66 3.2 Mise en œuvre sur le lieu de travail... 66 3.3 STA: marche à suivre... 67 3.4 Evaluation des situations de travail

Plus en détail

Toujours plus loin en littératie. Martine Leclerc, Ph.D. André C. Moreau, Ph.D.

Toujours plus loin en littératie. Martine Leclerc, Ph.D. André C. Moreau, Ph.D. Toujours plus loin en littératie Martine Leclerc, Ph.D. André C. Moreau, Ph.D. Objectif de recherche Comprendre les changements vécus chez les enseignants et les directions d école à la suite des séances

Plus en détail

Cours «Mesure des résultats et des impacts des processus de développement régional»

Cours «Mesure des résultats et des impacts des processus de développement régional» regiosuisse filière de formation en management régional (MR) Cours «Mesure des résultats et des impacts des processus de développement régional» Condensé des trois jours de cours du 22 au 24 novembre 2010,

Plus en détail

-REMISE EN ÉTAT VO- LE DILEMME

-REMISE EN ÉTAT VO- LE DILEMME CHAPITRE 9 -REMISE EN ÉTAT VO- LE DILEMME Ce que vous allez apprendre dans ce chapitre Préparer vos véhicules après leur vente vous coûte de l argent Calculez exactement combien L importance d une constante

Plus en détail

Le travailleur social dans le processus d adoption

Le travailleur social dans le processus d adoption Institut du Bien-Etre Social et de Recherches Bureau du Directeur Général Madame Arielle Jeanty Villedrouin Le travailleur social dans le processus d adoption Dans le cadre de la vulgarisation de la nouvelle

Plus en détail

Théâtre Management &COmmunication

Théâtre Management &COmmunication Théâtre Management &COmmunication Le théâtre au service de l entreprise conception scenarisation mise en scène interprétation TM& co Conseil, Accompagnement et Formation en entreprise par le théâtre Contact

Plus en détail

DÉCLARATION H:\RB_DOC\FPU\00033680.DOC

DÉCLARATION H:\RB_DOC\FPU\00033680.DOC Deuxième Conférence judiciaire de Malte sur les questions transfrontières de droit de la famille sous les auspices du Gouvernement de Malte en collaboration avec la Conférence de La Haye de droit international

Plus en détail

VIVRE UNE EXPÉRIENCE COOPÉRATIVE

VIVRE UNE EXPÉRIENCE COOPÉRATIVE Activités éducatives pour les élèves de 6 à 11 ans VIVRE UNE EXPÉRIENCE COOPÉRATIVE NIVEAU : PRIMAIRE GROUPE D ÂGE : ÉLÈVES DE 6 À 11 ANS SOMMAIRE DE L ACTIVITÉ Les élèves se familiarisent avec les valeurs

Plus en détail

METTRE EN ŒUVRE LE CONTRÔLE INTERNE DANS UN CONTEXTE RÉGLEMENTAIRE MOUVANT OÙ EN SONT LES ENTREPRISES?

METTRE EN ŒUVRE LE CONTRÔLE INTERNE DANS UN CONTEXTE RÉGLEMENTAIRE MOUVANT OÙ EN SONT LES ENTREPRISES? METTRE EN ŒUVRE LE CONTRÔLE INTERNE DANS UN CONTEXTE RÉGLEMENTAIRE MOUVANT OÙ EN SONT LES ENTREPRISES? La démarche de contrôle interne est permanente Toute démarche de contrôle interne doit être initiée

Plus en détail

COMPÉTENCES PERSONNELLES

COMPÉTENCES PERSONNELLES Légende: vide = non atteint; coché = suffisant; + = très bien..possibilité d ajouter un commentaire, un exemple COMPÉTENCES PERSONNELLES 1. ADAPTATION AU CHANGEMENT Capacité d être efficace dans toute

Plus en détail

Procédures pour une école sécuritaire. 2 Programme continu d éducation proactive et préventive pour une école sécuritaire

Procédures pour une école sécuritaire. 2 Programme continu d éducation proactive et préventive pour une école sécuritaire Procédures pour une école sécuritaire 1 Introduction Ces procédures contiennent des pratiques et des processus recommandés pour l application de la Politique pour une école sécuritaire et ne devraient

Plus en détail

Mai jeudi 28. Les intervenants : Petits-déjeuners débats Paris, 9h - 10h30

Mai jeudi 28. Les intervenants : Petits-déjeuners débats Paris, 9h - 10h30 Petits-déjeuners débats Paris, 9h - 10h30 Mai jeudi 28 Animé par Céline Maussion et Laurence Martin Les intervenants : Catherine Broyez, directrice d études d opinion interne Jean-Frédéric Buzzi, directeur,

Plus en détail

Résolution 56/11. La Commission des stupéfiants,

Résolution 56/11. La Commission des stupéfiants, Résolution 56/11 Améliorer la gouvernance et la situation financière de l Office des Nations Unies contre la drogue et le crime: recommandations du groupe de travail intergouvernemental permanent à composition

Plus en détail

CONCOURS 2015 DU FONDS COLLÈGE-INDUSTRIE POUR L INNOVATION VOLET 1 : INFRASTRUCTURE DE RECHERCHE INVITATION À SOUMETTRE DES PROPOSITIONS

CONCOURS 2015 DU FONDS COLLÈGE-INDUSTRIE POUR L INNOVATION VOLET 1 : INFRASTRUCTURE DE RECHERCHE INVITATION À SOUMETTRE DES PROPOSITIONS CONCOURS 2015 DU FONDS COLLÈGE-INDUSTRIE POUR L INNOVATION VOLET 1 : INFRASTRUCTURE DE RECHERCHE INVITATION À SOUMETTRE DES PROPOSITIONS DESCRIPTION Le Fonds collège-industrie pour l innovation (FCII)

Plus en détail

La prévention de la violence dans les relations amoureuses, auprès des adolescents C est nécessaire

La prévention de la violence dans les relations amoureuses, auprès des adolescents C est nécessaire À l agenda d une école promotrice de réussite, de santé et de bien-être : favoriser des relations harmonieuses et égalitaires Marie-Claude Roberge, INSPQ JASP : La violence dans les relations intimes à

Plus en détail

Madame, Monsieur, Stage de type 1 : stage de découverte et d initiation

Madame, Monsieur, Stage de type 1 : stage de découverte et d initiation 5648 14/03/2016 Mise à jour de certaines dispositions reprises dans la circulaire 5038 du 22/10/2014 concernant l organisation des visites et stages dans l enseignement secondaire ordinaire et spécialisé

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE INFORMATION À L INTENTION DES MÉDIAS. Financement des candidats et contrôle des dépenses électorales

AIDE-MÉMOIRE INFORMATION À L INTENTION DES MÉDIAS. Financement des candidats et contrôle des dépenses électorales AIDE-MÉMOIRE INFORMATION À L INTENTION DES MÉDIAS Financement des candidats et contrôle des dépenses électorales Chapitre XI de la Loi sur les élections scolaires (RLRQ, C. E-2.3) - Mai 2014 - DGE-5090-VF

Plus en détail

FORMATION MANAGEMENT CYCLE CERTIFIANT

FORMATION MANAGEMENT CYCLE CERTIFIANT FORMATION MANAGEMENT CYCLE CERTIFIANT Table des matières PROGRAMME DU PARCOURS DE CERTIFICATION... 5 MODULE 1 : LES FONDAMENTAUX DU MANAGEMENT... 6 MODULE 2 : COMMUNICATION PROFESSIONNELLE... 8 MODULE

Plus en détail

ANNEXE 3 QUESTIONNAIRE SUR LA SATISFACTION DE LA CLIENTÈLE. CRÉATEC + (Septembre 2005) 692-006

ANNEXE 3 QUESTIONNAIRE SUR LA SATISFACTION DE LA CLIENTÈLE. CRÉATEC + (Septembre 2005) 692-006 ANNEXE 3 QUESTIONNAIRE SUR LA SATISFACTION DE LA CLIENTÈLE 157 INTERVIEWEUR Sondage téléphonique sur la satisfaction de la clientèle d Anciens Combattants Canada Printemps 2005 (Le téléphone sonne et quelqu

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 610 UTILISATION DES TRAVAUX DES AUDITEURS INTERNES

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 610 UTILISATION DES TRAVAUX DES AUDITEURS INTERNES NORME INTERNATIONALE D AUDIT 610 UTILISATION DES TRAVAUX DES AUDITEURS INTERNES Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles

Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles POLIITIIQUE SUR LA PRÉVENTIION ET LA GESTIION DES CONFLIITS,, DU HARCÈLEMENT ET DE LA VIIOLENCE EN MIILIIEU DE TRAVAIIL Adoptée par le conseil d administration le 22.06.2004

Plus en détail

Directives pour l Etablissement des Rapports d Achèvement de Projet

Directives pour l Etablissement des Rapports d Achèvement de Projet Approuvé par le Comite des Opérations le 04/03/2009 Directives pour l Etablissement des Rapports d Achèvement de Projet DEPARTEMENT DE L ASSURANCE DE LA QUALITE ET DES RESULTATS (ORQR) Directives pour

Plus en détail

ECVET : Projet de spécifications techniques

ECVET : Projet de spécifications techniques European Workshop On ECVET: the Launch of the Consultation 2 October 2006, Espoo ECVET : Projet de spécifications techniques LES CREDITS D APPRENTISSAGE EUROPEENS POUR LA FORMATION ET L ENSEIGNEMENT PROFESSIONNELS

Plus en détail

Techniques d entretien. Sébastien DAVID Enquêteur de sécurité Techniques d entretien

Techniques d entretien. Sébastien DAVID Enquêteur de sécurité Techniques d entretien Techniques d entretien Sébastien DAVID Enquêteur de sécurité! L entretien dans l enquête de sécurité! Problématiques et inconvénients de l entretien! Avantages de l entretien! Les témoins ou interlocuteurs!

Plus en détail

Politique sur la santé et la sécurité au travail

Politique sur la santé et la sécurité au travail Politique sur la santé et la sécurité au travail Politique adoptée au conseil administration le 6 avril 2016 TABLE DES MATIÈRES 1. PRÉAMBULE... 1 2. SIGLES ET DÉFINITIONS... 1 3. OBJECTIFS... 2 4. CHAMP

Plus en détail