Banque Privée Edmond de Rothschild Europe

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Banque Privée Edmond de Rothschild Europe"

Transcription

1 Banque Privée Edmond de Rothschild Europe Rapport Annuel 2008 Société Anonyme 20, Boulevard Emmanuel Servais - L-2535 Luxembourg - Adresse Postale B.P L-2014 Luxembourg Tél. : (352) Fax Direction : (352) Swift PRIBLULL - R.C. LUX B TVA LU

2 2 3 Table des matières Message du Président... 6 Organes de la Banque Privée... 8 Edmond de Rothschild Europe Rapport de gestion Eléments financiers Annexe aux comptes annuels Rapport du Réviseur d entreprises Adresses... 74

3 peace parks 2 3

4 4 5 Continent de la diversité naturelle par excellence, l Afrique abrite des millions d espèces animales et végétales qui forment, avec les hommes, un précieux vivier. Aujourd hui, une grande partie de cette diversité est menacée d extinction : les couloirs migratoires disparaissent, la pollution et la surex - ploitation déstabilisent les processus naturels, la pauvreté s accentue. La Fondation Peace Parks a pour objectif de rétablir une cohabitation harmonieuse entre conservation naturelle et développement socio-économique. Les Peace Parks (parcs de la paix) sont des sites de conservation transfrontaliers, c est-à-dire des zones transgressant les frontières africaines issues de l époque coloniale dans l intérêt des hommes, de la faune et de la flore. Ces

5 4 5 réserves sont choisies pour la richesse de leur biodiversité, leur héritage culturel et leur potentiel de croissance. Grâce au soutien des gouvernements régionaux, des organisations internationales et du secteur privé, pas moins de 10 Peace Parks ont vu le jour en Afrique australe. Après une sombre période de guerres civiles qui ravagea cette région, la Fondation Peace Parks fut initiée par trois visionnaires, Nelson Mandela, le Prince Bernhard des Pays-Bas et le Dr Anton Rupert. Le Baron Edmond de Rothschild adhéra à ce projet ambitieux dès sa création en 1997 ; il en fut un des argentiers et ambassadeurs à l international. Depuis, la Fondation Peace Parks bénéficie du soutien actif des Fondations Edmond et Benjamin de Rothschild qui en partagent la mission : développement durable, préservation de l environnement, éducation et formation.

6 6 7 Message du Président du Conseil d'administration Tout le monde s accorde désormais sur la violence de cette crise économique et financière planétaire, la plus dévastatrice depuis celle des années 30. A l évidence, aucune banque, aucun gérant d actif, aucun banquier privé ne pouvait en anticiper l ampleur et aucun ne peut prétendre en évaluer la durée, encore moins en esquiver toutes les conséquences. Notre groupe, nos gérants et nos clients souffrent ensemble de l effondrement des marchés. Et ensemble nous faisons face parce que nous bénéficions des spécificités d une banque familiale. J en mentionnerai trois. D abord, nous ne nous autorisons pas à prendre des risques majeurs. Si nous subissons forcément quelques dégâts collatéraux de la crise mondiale, nous sommes mieux abrités que beaucoup. Et nous partageons cette prudence instinctive avec toutes les entreprises à capitaux familiaux, dont les performances durables ont été amplement démontrées. Nombre de banques n ont survécu qu en faisant appel massivement à de nouveaux actionnaires, souvent même aux Etats ou aux fonds souverains, alors que notre maison perdrait son âme sans son actionnaire qui lui prête son nom, sa culture, sa tradition à travers les générations. Les managers de notre groupe, d ailleurs associés au capital, veillent sur les fonds propres, car ils préservent ainsi un actif essentiel de nos banques, le nom. C est-à-dire la réputation attachée à ce nom, restée intacte depuis 250 ans malgré les révolutions, les guerres, les persécutions, et les secousses de marchés, parfois aussi dévastatrices. Ensuite, nous n avons jamais dévié de notre cœur de métier, la gestion d actifs et la banque privée. Non pas que notre spécialité nous mette à l abri de tous les risques et de toutes les erreurs. Mais cette fidélité à notre savoir-faire traditionnel explique que toute l attention de notre maison est intégralement concentrée sur la maîtrise des extrêmes difficultés de la crise actuelle. Nous pensons que la fidélité de nos clients et de nos équipes se nourrit de la fidélité de notre groupe à son unique métier. Enfin, notre famille, forte de plus de deux siècles d expé rience, sait qu il n est point de construction et de préservation des patrimoines sans respect de la durée. Le principal enseignement de cette crise restera la nécessité de compter avec le temps, que l impatience du gain a dissipé dans les années récentes. Le taux d intérêt, qui n est autre que le prix du temps, s était noyé dans l inondation de liquidités des années 2000, et cette gratuité du crédit n était que mépris de la durée. Pour notre Maison, comme pour notre clientèle, nous ne recherchons pas le brio instantané, mais bien plus la performance à long terme. Si la crise mondiale devait s aggraver encore, il est clair que la quasi-totalité des actifs, pas seulement financiers, seraient malmenés pour longtemps. Mais si la maîtrise de la crise progresse, si les dirigeants des grandes nations ne se laissent pas entraîner dans la mortelle randonnée des égoïsmes nationaux, il est certain que la convalescence sera fertile en opportunités. Surtout pour les maisons robustes qui, n ayant pas chanté tout l été, ont conservé quelques munitions, non seulement pour l hiver, mais aussi le printemps. Je n évoquerai pas les occasions scandaleuses où la finance profiterait des dégâts qu elle a elle-même causés. Mais je veux parler des vraies opportunités qui seront sans doute les voies royales de la nouvelle croissance. Il m en vient deux à l esprit que notre famille et notre groupe cultivaient déjà avant la crise. L écologie d abord. Non pas celle qui interdit, freine, immobilise, attriste. Mais celle qui favorise la croissance parce qu elle lui apporte de nouveaux projets pour la rendre durable. L actuel président américain, de ce point de vue, amorce un tournant décisif pour le monde. Il était temps! Car nous ne sommes plus face à un choix, mais une ardente obligation envers nos enfants. Les puissances émergentes, ensuite. Après avoir rêvassé au découplage, on imagine l effondrement. La Chine, l Inde, l Amérique latine ne méritent ni cet excès

7 6 7 d honneur, ni cette indignité. C est une évidence que la démographie et l épargne sont les carburants des locomotives du futur. Notre groupe est déjà présent dans ces pays et souhaite y fortifier son influence. Nous voulons que notre savoir-faire profite au nouveau monde et que nos investisseurs bénéficient avec nous de cet eldorado à venir. Pour l heure, je sais que cette violente crise a provoqué de graves saignées dans les patrimoines, et je n échappe pas à la règle. Je remercie nos clients de la confiance qu ils ont bien voulu nous renouveler et de leur parrainage : toutes nos banques ont accueilli nombre de nou - veaux comptes en Ce ne sont pas seulement les secousses des grands établissements qui expliquent cet afflux de confiance, mais plutôt notre style de gestion. Nous avons toujours voulu être meilleurs dans la préservation des patrimoines. Beaucoup des techniques développées dans nos maisons visent une protection renforcée dans les produits performants. Notre blason familial illustre bien ce retour à la sagesse traditionnelle qui guidera la finance de demain. «Concordia, Integritas, Industria». Concordia : l union, celle du village planétaire, seule capable de faire reculer la crise, d associer les masses émergentes à la reprise, de discipliner le risque climatique. Integritas : l éthique, c est-à-dire le respect mutuel du travail et du capital sans lequel le système se déchire. Industria : car il n y a pas de respect des clients et des collaborateurs sans celui du métier, au sens artisanal du terme, que l abus du levier financier avait cru pouvoir reléguer dans l arrièreboutique. Notre groupe fut réservé dans les années d opportunités folles. Il peut sortir de sa réserve dans les années d opportunités sages. En chinois, le mot crise s écrit en deux idéogrammes, dont l un désigne le danger et l autre l opportunité qui, en 2009, année du bœuf, ne peut être que sage. Baron Benjamin de Rothschild Président

8 8 9 Organes Banque Privée Edmond de Rothschild Europe Conseil d Administration Président Baron Benjamin de Rothschild Administrateurs John Alexander Luc Baatard Didier Bottge José-Luis de Vasconcelos e Sousa Laurent Dassault Guy Grymberg 1 Claude Messulam Frédéric Otto Yves Repiquet 2 E. Trevor Salathé Daniel Yves Trèves Comité du Conseil d Administration Président Claude Messulam Membres John Alexander Luc Baatard Didier Bottge José-Luis de Vasconcelos e Sousa Guy Grymberg 1 Frédéric Otto E. Trevor Salathé Audit Interne Sous-Directeur Principal Stéphanie Van Tieghem Organe de Révision PricewaterhouseCoopers S.à.r.l. 1 jusqu'au 26 juin depuis le 14 avril 2009

9 8 9 Comité Exécutif 1 Président Directeur Général Frédéric Otto Vice-Président Directeur Général Adjoint Pierre-Marie Valenne Vice-Président Directeur Central Jean-François Lafond Vice-Présidents Directeurs Marc Ambroisien Geoffroy Linard Rudy Paulet Franck Sarrazin Comité de Direction Clientèle Privée & Asset Management Président Frédéric Otto Vice-Présidents Pierre-Marie Valenne Jean-François Lafond Marc Ambroisien Rudy Paulet Directeurs Didier Bensadoun Patrick Brebion Thierry de Baynast Raphael Delplanque Raymond Glodé Marc Grabowski Franck Payrar Jean-Marc Robinet Jean-Charles Schiltz Guy Verhoustraeten Comité de Direction OPC Président Pierre-Marie Valenne Vice-Présidents Jean-François Lafond Geoffroy Linard Franck Sarrazin Directeurs Philippe Anstett Guy Verhoustraeten 1 Directeurs agréés auprès de la Commission de Surveillance du Secteur Financier

10 10 11 Comité de Direction Family Office & Business Development Président Frédéric Otto Vice-Président Pierre-Marie Valenne Directeurs Marc Ambroisien Rudy Paulet Franck Sarrazin Didier Bensadoun Thierry de Baynast Edward de Burlet Raphaël Delplanque Raymond Glodé Karl Guénard Elise Lethuillier Alain Mestat Franck Payrar Philippe Postal Jean-Marc Robinet Jean-Charles Schiltz Guy Verhoustraeten Secrétaire général Luc Grégoire

11 10 11 Organes Autres Directeurs, Directeurs Adjoints, Sous-Directeurs Principaux et Sous-Directeurs Directeurs Philippe Contadin Denis de Montigny Pascal Delle Claudio Fernandes Dimitri Guillaume Reinald Loutsch Jean-Luc Parmentier Virgilio Ranalli Bernard Schul Jean-Marc Thomas Didrik van Zuylen Directeurs Adjoints Michele Amari Marie-Laure Bernard Paul Boeger Christian Burckel Michel Catulle Yves Chezeaud Emile Cremmer David Diwan Pascal Gilles Geoffroy Glenisson Philippe Godard Eliseo Graziani Jean Heckmus Catherine Menzies Bernard Mertens Francis Nilles Giulia Olivieri Claude Pech Rudi Peeters Catherine Roux-Sevelle Carlo Thewes Matthieu Tinti Eric Van der Straten Philippe Visconti Philippe Wapler Marc Zurcher Sous-Directeurs Principaux Jean-François Colson Jean-Louis Di Giovanni Dominique Dubois Eric Feyereisen Laurent Haag Philippe Maclot Jean-Christophe Morizot Philippe Pirenne Nathalie Plompen Filip Van Aerde Sous-Directeurs Corinne Aurousseau Pascale Bartz Nicolas Bayet Christophe Bedeau Magali Berton Isabelle Boez Mark Bosquet Olivier Boulestreau Sidney Bouvier André Bovy Serge Bruck Mara Claus Giuseppe Croce Arnaud de Smedt Guy de Spirlet Arnaud Decrulle Jérôme Demimuid Sébastien Dodo Jean-Marc Drui Renaud Durand Frédéric Fauveaux Pascal Forêt Eric Guerrier Muriel Hombroise Emmanuel Kirch Christoph Lanz Martial Lavall Thierry Lenormand Amílcar Magalhães Ribeiro Josette Marting Marie-Thérèse Mosson-Weber Sandrine Mury Evelyne Pommeret Alain Ravaux Pierre Ruhl Ilan Schweizer Malika Sekkil Nuria Tejada-Gallardo Vincent Thiry Claude Verdin François Vial Claude Wickler

12 12 13 Succursales à l étranger Coordination des succursales Président du Comité de Coordination José-Luis de Vasconcelos e Sousa Directeur Miguel C. de Lemos Belgique / Bruxelles Directeur Général Marc Moles le Bailly 1 Directeur Général Adjoint Marie-Claire Keyzer 1 Directeurs Eric Dumoulin 1 Thierry Genouville Marc Lallemand 1 Alain Querton Sous-Directeurs Jean-Pierre Heymans Pierre-Alexis Hocke Cédric Querton Espagne / Madrid Directeur Général Ignacio Bernar Elorza 1 Directeurs Généraux Adjoints Antonio Salgado Francisco Sánchez Directeurs Pablo Torralba Juan Verdaguer Directeur Adjoint David Hayón Sous-Directeur Principal Alberto Cejudo Podio Sous-Directeurs Pedro Adán Bruno da Cunha David Monreal 1 Directeurs agréés auprès des autorités de contrôle

13 12 13 Organes Italie / Milan Directeur Général Roberto Colapinto 1 Sous-Directeurs Barbara Colombo Elena Giordano Giorgio Solcia Portugal / Lisbonne Directeur Général José-Luis de Vasconcelos e Sousa 1 Directeur Général Adjoint Bruno de Carvalho 1 Directeurs Gonçalo de Bragança Raul Jorge Godinho Vitor Henriques Pereira João Antunes Directeurs Adjoints Luis d Orey Gonçalo Correa Rui Nunes dos Santos André Reid Sous-Directeurs Marta Aranha Alves Paula Alexandra Coimbra Frederico Pratas Cristina Venancio 1 Directeurs agréés auprès des autorités de contrôle

14 14 15 Bureaux de représentation Israël / Tel Aviv Représentant permanent Ariel Seidman Pologne / Varsovie Représentant permanent Carlo Thewes Slovaquie / Bratislava Représentants permanents Marc Ambroisien Svetlana Dankovicova

15 14 15 Les Rothschild et l'afrique

16 16 17 Hyménoptères - Anthidium Rothschildi Hyménoptères - Anochetus Rothschildi A l aube du XXe siècle, de vastes régions d Afrique orientale constituent une véritable terra incognita. Parmi les quelques explorateurs résolus à s y aventurer, le Baron Maurice de Rothschild, grand-père de Benjamin de Rothschild, mène avec audace des expéditions périlleuses dans des zones largement inexplorées. De ces périples scientifiques, il rapporte une moisson d études et de spécimens nouveaux oiseaux, reptiles, poissons, insectes, mammifères pour certains jusqu alors inconnus. Précieusement conservés au Musée d Histoire Naturelle de Paris, ces travaux ont permis une recherche scientifique inédite contribuant au développement du savoir. Transmise au travers des générations, cette passion pour l Afrique continue d animer les engagements du Baron et de la Baronne Benjamin de Rothschild. En Afrique du Sud, ils poursuivent le développement de «Rupert & Rothschild Vignerons», créé il y a plus de dix ans en association avec la famille Rupert, en même temps que fut amorcée la collaboration étroite avec la Fondation Peace Parks.

17 16 17 Coléoptères - Omophron Rothschildi A l heure actuelle, Benjamin de Rothschild s implique personnellement au Mozambique dans le développement de la réserve de Niassa, dernier refuge pour d importantes populations de buffles, d antilopes et d éléphants, afin de lutter contre le braconnage, y construire des infrastructures et favoriser l écotourisme. Cet intérêt pour l Afrique transparait également dans les activités financières du Groupe LCF Rothschild qui intervient aux côtés d organisations internationales et d entrepreneurs locaux dans de nombreux chantiers d envergure allant du financement de grands travaux à la préservation des forêts tropicales.

18 18 19 Rapport de gestion du Conseil d ' Administration à l ' assemblée générale des actionnaires L environnement économique et des marchés financiers en 2008 Les perturbations apparues sur les marchés financiers américains en 2007 se sont aggravées en 2008 pour déboucher sur une crise financière mondiale sans précé dent. Aucun pays n a échappé aux conséquences de celle-ci qui s est finalement transformée en sévère crise économique internationale. En effet, les indices de confiance des chefs d entreprise et des consommateurs ont chuté à des niveaux inédits. La demande de crédits immobiliers, à la consommation ou d investissement, a faibli et les conditions d octroi de prêts des banques se sont brusquement resserrées. Alors que les Etats-Unis et le Japon étaient tombés en récession fin 2007, le reste du monde développé y est entré courant de l année A la veille de son dixième anniversaire, la zone euro est tombée à son tour en récession pour la première fois depuis sa création. Dans le sillage de ces bouleversements, les pays émergents ont aussi subi un sérieux coup de frein. Ainsi, la Russie a été durement affectée par les effets conjugués de la contagion de la crise financière et de l effondrement des cours du pétrole. La croissance économique s est effondrée en Asie et la Chine, troisième économie mondiale, a connu un ralentissement significatif sous l effet de la baisse de ses exportations. Dans ces circonstances, la production industrielle et le commerce international ont chuté de façon générale. Par ailleurs, l économie mondiale a souffert d une flambée spéculative inédite du prix du pétrole, qui a atteint un sommet à 147 dollars le baril en juillet. Sous l emprise grandissante de la récession, cette tendance s est toutefois brusquement inversée quelques semaines après et le prix de pétrole a chuté de 55 %, pour terminer l année à moins de 45 dollars. Cette flambée du prix de l énergie a provoqué une recrudescence des pressions inflationnistes au niveau international durant la première moitié de l année, tout en amputant le pouvoir d achat des consommateurs déjà affaiblis par la récession. En revanche, la chute spectaculaire du prix de l énergie qui a suivi, fut une aubaine et permit aux taux d inflation de rapidement refluer vers leur bas niveau du début d année. Ce reflux général des prix a progressivement suscité des craintes déflationnistes dans le courant de la seconde moitié de l année.

19 18 19 Face à cette situation complexe, les banques centrales anglo-saxonnes ont réagi les premières par la baisse de leurs taux directeurs, suivies durant l été par la Banque Centrale Européenne. Celle-ci avait encore relevé ses taux à la fin juin dans la crainte d un risque inflationniste plus important que le risque de ralentissement éco nomique. En décembre 2008, la Réserve Fédérale américaine abaissa pour la première fois de son histoire son taux directeur à près de zéro pourcent. Taux directeurs aux Etats-Unis et en Europe en ,5 4,0 BCE taux de refinancement FED taux directeurs Source : Thomson Datastream 3,5 3,0 2,5 2,0 1,5 1,0 0,5 0 J F M A M J J A S O N D

20 20 21 L année 2008 fut surtout marquée par une crise financière de dimension historique dont les origines remontent à la crise du crédit «subprime» U.S. et aux crises de liquidité et de solvabilité qui s en sont suivies. Entamée en 2006, la chute des prix immobiliers aux Etats-Unis s est poursuivie et a été accompagnée d un resserrement des conditions de crédit des banques commerciales. Cette situation a entraîné un accroissement des défauts de paiement de la part des emprunteurs et a impacté la profitabilité de bon nombre d institutions financières. Un sentiment de méfiance s est alors progressivement installé entre établissements de crédit et les taux interbancaires ont atteint des niveaux record. Les fortes inquiétudes quant au risque de contrepartie ont finalement entraîné le gel des marchés des crédits. Vers la mi-septembre 2008, le système financier international a frôlé la crise systémique. Face à ce risque, les décideurs politiques ont dû faire preuve de beaucoup de réactivité et de créativité, car les outils communément utilisés furent mis à rude épreuve et montrèrent leurs limites à contrer la débâcle sur les marchés. Les autorités gouvernementales et les banques cen - trales du monde entier ont dû se résoudre à prendre des mesures exceptionnelles. Ont alors été décidées des injections massives de liquidités, des baisses coordonnées de taux d intérêt, des garanties sur les dépôts, des prises de participation dans des banques et des programmes de rachats d actifs financiers illiquides pour éviter la crise systémique. Le gouvernement américain a dû s employer à sauver la banque Bear Stearns et les deux rehausseurs de crédit Fannie Mae et Freddie Mac. Malgré ces efforts, un effondrement de grandes institutions financières n a pas pu être évité en Europe et aux Etats-Unis et, à la mi-septembre, fut déclarée la faillite de la quatrième banque d investissement américaine (Lehman Brothers). Parallèlement à l action des banques centrales, les gouvernements ont lancé des plans de sauvetage de plusieurs centaines de milliards de dollars pour stimuler l activité économique et pour combattre la récession. Les investissements dans les infrastructures et la pré servation de l emploi ont constitué les principaux objectifs de ces programmes de relance. Toutefois, les plans de sauvetage européens sont demeurés timides et ont souffert d un manque de coordination. Sans surprise, ces turbulences ont profondément ébranlé la confiance des investisseurs qui ont massivement fui les placements risqués, illiquides ou non transparents. Par conséquent, l année 2008 a constitué une année noire pour l ensemble des places boursières. Les secteurs de la finance et de l automobile furent particulièrement touchés avec des chutes de plus de 80 % pour certaines de leurs valeurs.

21 20 21 Rapport de gestion DJ Euro Stoxx 450 Source : Thomson Datastream J F M A M J J A S O N D

22 22 23 Les autres actifs à risque tels que les obligations à haut rendement, les instruments de dette des marchés émergents ou les emprunts émis par des entreprises privées européennes ont également subi de fortes contre-performances. De surcroît, la récession n a pas épargné les emprunts d Etats souverains aux finances publiques moins solides, ce qui a conduit dans certains cas à un abaissement de la notation de crédit de la dette étatique. Ainsi, les taux obligataires de bon nombre de pays européens se sont accrus par rapport aux taux des obligations allemandes, ces dernières étant considérées comme la référence en termes de sécurité et de liquidité. En revanche, les actifs défensifs à faible risque ont profité d un afflux massif de capitaux, bénéficiant de leur rôle d actif refuge en temps de crise. L aversion croissante au risque des investisseurs a eu pour résultat que le taux de rendement sur le U.S. Treasuries à 10 ans est tombé de 4,0 % en début d année à 2,2 % à fin décembre Taux d'intérêt à 10 ans en euro et en dollars 5,0 Taux 10 ans en euro Taux 10 ans en dollars US 4,5 Source : Thomson Datastream 4,0 3,5 3,0 2,5 2,0 J F M A M J J A S O N D

23 22 23 Rapport de gestion Néanmoins, c est l or, valeur refuge par excellence, qui profita le plus des turbulences dans les marchés. Le prix de l or est ainsi passé de 700 dollars l once en octobre à plus de 860 dollars à la fin de l année. Quant au marché des devises, il s est montré extrêmement volatile sous l influence de l aversion au risque élevée des investisseurs et de la baisse du différentiel des taux d intérêt des banques centrales. Le dollar américain a fortement fluctué, passant de 1,47 contre l euro, en début d année, à 1,23 en octobre en raison d achats massifs de bons du trésor américain et d une vague de rapatriement de capitaux liée à la crise financière. En Asie, c est le yen japonais qui a enregistré une nette progression face à l euro et face au dollar US. Contre ce dernier, la devise nippone a même atteint un sommet inédit depuis 13 ans. Taux de change euro / dollar US 1,65 Source : Thomson Datastream 1,60 1,55 1,50 1,45 1,40 1,35 1,30 1,25 1,20 J F M A M J J A S O N D

24 24 25 Notre développement Dans un contexte économique et financier délicat et volatile, la relation avec nos clients repose plus que jamais sur une relation de confiance, de proximité, de dialogue et de service global. Ces valeurs continuent à rencontrer, au fil de l eau, l adhésion de nos clients et sous-tendent largement l action de nos équipes en Notre développement s est poursuivi dans l ensemble de nos métiers de base : la banque privée, la gestion de patrimoine et l administration de fonds (OPCVM), le tout pouvant être associé dans une relation de Family Office. Le maintien du niveau de nos activités dans ce contexte économique troublé reste excellent, nos équipes spécialisées en Asset Management, Ingénierie Patrimoniale et Financière ainsi qu en assurance-vie se concertant pour proposer des solutions originales répondant aux objectifs de nos clients et limitant au mieux les risques inhérents au contexte économique. Les activités de nos implantations en Belgique, Espagne, Portugal, Italie, Slovaquie et Pologne continuent à progresser selon nos attentes. Dans cet environnement économique troublé, nos équipes restent particulièrement attentives à tenir la Banque et ses clients à l écart des risques liés à la crise économique et financière. Le maintien de notre conservation, du volume d actifs gérés pour compte de nos clients (privés ou institutionnels) ainsi que de nos résultats témoignent de la qualité de notre activité. Celle-ci se base sur une organisation efficace, sans cesse améliorée par des investissements humains et informatiques maintenus à des niveaux significatifs. C est dans ce contexte que nos activités ont permis de dégager un résultat net de EUR , en baisse de 8 % par rapport à l exercice précédent.

25 24 25 Rapport de gestion Commentaires sur nos comptes annuels La lecture de nos comptes annuels 2008 et de ses chiffres-clés donne un éclairage plus complet sur la santé financière équilibrée de notre Banque. Bilan Au 31 décembre 2008, le total du bilan se chiffrait à EUR contre EUR au 31 décembre 2007, soit une progression de plus de 14 %. A l actif, le poste Caisse, avoirs auprès des banques centrales et des offices de chèques postaux pro - gressait sensiblement à EUR tandis que les créances sur les banques s élevaient à EUR , en baisse de 31 %. Les créances sur la clientèle s établissaient, quant à elles, à EUR , en baisse de 16 %. Au passif, les dépôts et comptes courants de la clientèle ont enregistré une hausse de 38 % pour s établir à EUR , soit 84 % du total de bilan. Les engagements envers les banques représentaient un montant de EUR , en baisse de 52 % par rapport à l année précédente. Résultats Les produits Les recettes sont en progression de 4 % par rapport à l exercice social 2007, l essentiel de cette hausse provenant de l accroissement des revenus provenant tant des intérêts nets et produits assimilés que de parts dans les entreprises liées. Les charges Les frais généraux administratifs progressent de 9 %, principalement en raison de la croissance des activités et de l augmentation du personnel, notamment dans les succursales. Les frais de personnel, en hausse de 6 %, atteignent EUR , soit 67 % du total des frais généraux administratifs. Les autres frais administratifs se chiffrent à EUR , en progression de 17 %. Résultat net Le résultat net de l exercice s établit, après impôts et provisions, à EUR Ce résultat intègre des investissements importants pour le long terme tels que le renforcement de nos équipes et de nos moyens de production. La rentabilité sur fonds propres s élève à 26 %.

26 26 27 Chiffres-clés / 2007 EUR EUR % Bilan (en millions d euros) Fonds propres après répartition (fonds pour risques bancaires généraux et postes spéciaux avec une quote-part de réserves non inclus) % Total du Bilan avant répartition % Compte de résultat (en millions d euros) Résultat des opérations d intérêt % Résultat des opérations de commissions et des prestations de services % Résultat provenant d opérations financières % Résultat de valeurs mobilières % Autres produits d'exploitation % Charges d exploitation (frais de personnel, autres frais généraux et autres charges d administration) Bénéfice de l exercice (après impôts, provisions et amortissements) % % Effectif en fin d année (succursales incluses) Rentabilité Rendement des fonds propres (en %) bénéfice après impôts (provision forfaitaire et provisions exceptionnelles non incluses) / moyenne des fonds propres après répartition 26 % 33 %

27 26 27 Rapport de gestion Objectifs et stratégie en matière de gestion des risques La gestion des risques de la Banque s inscrit rigoureusement dans le cadre des politiques de risques définies au niveau du Groupe par sa société-mère. Conformément à cette politique, la Banque assure une gestion des risques à travers un cadre exhaustif de principes, une structure organisationnelle, des limites et des processus étroitement liés aux activités de la Banque et à la nature des risques. Une information plus complète sur les objectifs et la stratégie en matière de gestion des risques auxquels la Banque est confrontée est développée en note 3 de l Annexe aux comptes annuels. Evénements survenus après la clôture de l exercice Aucun autre événement susceptible d influencer la profitabilité de la Banque ou d augmenter son exposition aux risques ne s est produit depuis la clôture de l exercice Perspectives Nous abordons les défis de l avenir avec confiance mais aussi avec prudence compte tenu de la grande volatilité des marchés financiers et de l ampleur de la crise économique et financière. Approbation des comptes annuels et proposition de répartition du solde disponible Nous soumettons à votre approbation les comptes de l exercice 2008 ainsi que notre proposition d affectation du solde disponible, en accord avec le rapport de notre réviseur externe. Le bénéfice net de l exercice 2008 s élève à Auquel s ajoute le solde du report de l exercice précédent EUR soit un solde disponible de que nous proposons d affecter de la manière suivante : Réserve spécifique bloquée pour une période de cinq ans représentant cinq fois l impôt sur la fortune Réserves disponibles Distribution d un dividende de EUR par action Report à nouveau Total

RAPPORT ANNUEL 2005. Banque Privée Edmond de Rothschild Europe Société Anonyme

RAPPORT ANNUEL 2005. Banque Privée Edmond de Rothschild Europe Société Anonyme RAPPORT ANNUEL 2005 Banque Privée Edmond de Rothschild Europe Société Anonyme 20 Boulevard Emmanuel Servais L-2535 Luxembourg Téléphone : (352) 24 88 1 Fax Direction : (352) 24 88 8222 www.lcf-rothschild.lu

Plus en détail

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Le résumé des comptes annuels de la société Groupe Delhaize SA est présenté ci-dessous. Conformément au Code des Sociétés, les comptes annuels complets, le

Plus en détail

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORMES IAS 32/39 : INSTRUMENTS FINANCIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

- Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA )

- Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA ) Le Groupe Ecobank présente de très bons résultats en 2014 : - Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA ) - Résultat avant impôt : +134% à 519,5 millions $EU ( 258 milliards

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Information réglementée* Bruxelles, Paris, 13 mai 2009 7h00 Résultat net de EUR 251 millions au 1 er trimestre 2009 Ratio Tier 1 de 10,7 % et core Tier 1 de 9,8 % Faits

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015

ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 ETATS FINANCIERS ARRETES AU 30 JUIN 2015 Pages Bilan 2 Etat des engagements hors bilan 3 Etat de résultat 4 Etat des flux de trésorerie 5 Notes aux états financiers 6 Bilan Arrêté au 30 JUIN 2015 (Unité

Plus en détail

2. La croissance de l entreprise

2. La croissance de l entreprise 2. La croissance de l entreprise HEC Lausanne Vincent Dousse 2007 1 2.1. Les succursales Définition: Etablissement commercial qui, sous la dépendance d une entreprise dont elle fait juridiquement partie(établissement

Plus en détail

La Banque Nationale du Rwanda, ci-après dénommée la «Banque Centrale», arrête:

La Banque Nationale du Rwanda, ci-après dénommée la «Banque Centrale», arrête: INSTRUCTION N 01/2005 DE LA BANQUE NATIONALE DU RWANDA RELATIVE A LA DIVULGATION PUBLIQUE DE L INFORMATION FINANCIERE APPLICABLE AUX BANQUES ET AUTRES ETABLISSEMENTS FINANCIERS. ===============================

Plus en détail

LES CRÉANCES ET LES DETTES

LES CRÉANCES ET LES DETTES LES CRÉANCES ET LES DETTES Règles générales d évaluation Définition d un actif et d un passif ACTIFS Tout élément de patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité est considéré comme un

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 13 mars 2012 RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE Bonne résistance du PNB et du RBE en 2011, solidité financière confirmée, poursuite de la dynamique de développement

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES BNP PARIBAS WEALTH MANAGEMENT

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES BNP PARIBAS WEALTH MANAGEMENT PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) BNP PARIBAS WEALTH MANAGEMENT Société anonyme au capital de 103 312 500. Siège social : 33, rue du Quatre Septembre, 75002

Plus en détail

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005/2002 du 07 mai 2002

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées COMMUNIQUE DE PRESSE 1 er septembre 2015 Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées Chiffre d affaires

Plus en détail

Assemblée Générale des Actionnaires du 26 avril 2012. LA LUXEMBOURGEOISE Société Anonyme d Assurances

Assemblée Générale des Actionnaires du 26 avril 2012. LA LUXEMBOURGEOISE Société Anonyme d Assurances Rapport annuel 2011 Assemblée Générale des Actionnaires du 26 avril 2012 LA LUXEMBOURGEOISE Société Anonyme d Assurances Siège social : 9, rue Jean Fischbach L-3372 Leudelange R.C.S. Luxembourg : B 31035

Plus en détail

4.1 Compte de résultat de l exercice 2008 100. 4.2 Bilan au 31 décembre 2008 101

4.1 Compte de résultat de l exercice 2008 100. 4.2 Bilan au 31 décembre 2008 101 États Financiers consolidés.1 Compte de résultat de l exercice 2008 100.2 Bilan au 31 décembre 2008 101.3 Tableaux de passage des capitaux propres du 1 er janvier 2007 au 31 décembre 2008 102. Tableau

Plus en détail

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités)

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités) États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. (non audités) États consolidés résumés du résultat Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre (en milliers de dollars canadiens, sauf

Plus en détail

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse Communiqué presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 19 juin 2014 Les banques suisses 2013 Résultats s enquêtes la Banque nationale suisse

Plus en détail

Rapport intermédiaire. Comptes du Groupe au 30 juin 2015

Rapport intermédiaire. Comptes du Groupe au 30 juin 2015 Rapport intermédiaire Comptes du Groupe au 30 juin 2015 2 Message des présidents En présentant de très bons résultats semestriels dans un environnement global incertain, la BCV démontre une nouvelle fois

Plus en détail

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 relatif au traitement comptable des opérations en devises des entreprises régies par le code des assurances, des mutuelles

Plus en détail

OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012

OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012 OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012 DEGROOF GESTION 1 rond-point des Champs Elysées 75008 PARIS tél. 33 (0)1 45 61 55 55 - www.degroof.fr CARACTERISTIQUES DE L OPCVM Classification : Actions françaises

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 OBJECTIF 01 - La Norme Comptable Tunisienne NC 15 relative aux opérations en monnaies étrangères définit les règles

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014

COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014 COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014 ca-des-savoie.fr Arrêtés par le Conseil d administration du Crédit Agricole des Savoie en date du 23 janvier 2015 soumis à l approbation de l Assemblée Générale Ordinaire

Plus en détail

Une banque engagée et responsable

Une banque engagée et responsable Une banque engagée et responsable Chiffres clés juin 2014 www.bmci.ma C hiffres clés au 30 juin 2014 Un résultat avant impôt du premier semestre 2014 en progression par rapport au second semestre 2013

Plus en détail

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Italie Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

CITIBANK N.A TUNIS BRANCHE ONSHORE Siège social : 55 Avenue Jugurtha 1002 Belvedere

CITIBANK N.A TUNIS BRANCHE ONSHORE Siège social : 55 Avenue Jugurtha 1002 Belvedere AVIS DES SOCIETES Etats Financiers CITIBANK N.A TUNIS BRANCHE ONSHORE Siège social : 55 Avenue Jugurtha 1002 Belvedere La CITIBANK N.A TUNIS publie ci-dessous, ses états financiers arrêtés au 31 décembre

Plus en détail

UN REGARD PRÉVOYANT SUR VOTRE AVENIR

UN REGARD PRÉVOYANT SUR VOTRE AVENIR UN REGARD PRÉVOYANT SUR VOTRE AVENIR RAPPORT AUX MEMBRES 2005 EXERCICE 2005 ACTIF DU BILAN Continuité a été le maître mot de 2005 pour la CPP, aussi bien pour son fonctionnement interne que pour son environnement:

Plus en détail

1 Le secteur bancaire luxembourgeois 52

1 Le secteur bancaire luxembourgeois 52 50 BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG 2 Le secteur financier 1 Le secteur bancaire luxembourgeois 52 Le secteur financier 1.1 Le secteur bancaire 52 1.1.1 L évolution de l effectif dans le secteur bancaire

Plus en détail

Rapport de la direction

Rapport de la direction Rapport de la direction Les états financiers consolidés de Industries Lassonde inc. et les autres informations financières contenues dans ce rapport annuel sont la responsabilité de la direction et ont

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Cornèr Banque (Luxembourg) Informations au titre du Pilier III de Bâle II au 31 décembre 2012

Cornèr Banque (Luxembourg) Informations au titre du Pilier III de Bâle II au 31 décembre 2012 Cornèr Banque (Luxembourg) Informations au titre du Pilier III de Bâle II au 31 décembre 2012 Information au titre du Pilier III de Bâle II au 31 décembre 2012 Table des matières 1. Introduction 3 1.1.

Plus en détail

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS UNIVERSITE NAY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 01 : LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCITE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------- Le Conseil des Ministres PLAN COMPTABLE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES T - UEMOA - I - PRESENTATION DU PLAN COMPTABLE I.1 - Les classes

Plus en détail

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective.

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. 2012 Votre assureur suisse. 1/12 Compte d exploitation Assurance vie collective 2012 2012: des résultats positifs et encore plus de transparence. Chère

Plus en détail

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 %

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 % RESULTATS ANNUELS 2014-2015 Chiffre d affaires 2014-2015 consolidé : 222,9 millions d euros Perte opérationnelle courante 2014-2015 : 125,9 millions d euros Poursuite du recentrage stratégique sur le cœur

Plus en détail

Japon. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Japon. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Japon Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007 Relatif au traitement comptable des opérations en devises des entreprises régies par le code des assurances, des

Plus en détail

Nature et risques des instruments financiers

Nature et risques des instruments financiers 1) Les risques Nature et risques des instruments financiers Définition 1. Risque d insolvabilité : le risque d insolvabilité du débiteur est la probabilité, dans le chef de l émetteur de la valeur mobilière,

Plus en détail

Poursuite de la restructuration du groupe Dexia

Poursuite de la restructuration du groupe Dexia Information réglementée* Bruxelles, Paris, 20 octobre 2011 7h30 Poursuite de la restructuration du groupe Dexia Le conseil d'administration de Dexia s est réuni ce jour et a pris connaissance de l évolution

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

31.12.2012 ETATS FINANCIERS CONSOLIDES. (Comptes non audités)

31.12.2012 ETATS FINANCIERS CONSOLIDES. (Comptes non audités) 31.12.2012 ETATS FINANCIERS CONSOLIDES (Comptes non audités) Sommaire Etats financiers consolidés Bilan consolidé 1 Compte de résultat consolidé 3 Etat du résultat net et gains et pertes comptabilisés

Plus en détail

Belgique. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Belgique. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Belgique Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Rapport de gestion sur l exercice 2005 (consolidation)

Rapport de gestion sur l exercice 2005 (consolidation) Rapport de gestion sur l exercice 2005 (consolidation) L exercice 2005 de Keytrade fut particulièrement réussi sur le plan commercial et financier. Le nombre de clients et les avoirs déposés ont crû de

Plus en détail

Rapport Annuel d'activités 2004

Rapport Annuel d'activités 2004 Bâloise Assurances Luxembourg S.A. 1,rue Emile Bian Boîte postale 28 L-2010 Luxembourg www.baloise.lu Rapport Annuel d'activités 2004 R.C.S. Luxembourg: B 68 065 Sommaire Conseil d'administration et Membres

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances L année 2002 est de nouveau marquée par une forte baisse des marchés financiers. Celle-ci entraîne une diminution des plus-values latentes et des produits

Plus en détail

Prospectus simplifié Décembre 2011. KBL Key Fund. Société d Investissement à Capital Variable Luxembourg

Prospectus simplifié Décembre 2011. KBL Key Fund. Société d Investissement à Capital Variable Luxembourg VISA 2012/81993-892-0-PS L'apposition du visa ne peut en aucun cas servir d'argument de publicité Luxembourg, le 2012-01-09 Commission de Surveillance du Secteur Financier KBL Key Fund Prospectus simplifié

Plus en détail

Abrogé et repris par règlement ANC n 2014-07

Abrogé et repris par règlement ANC n 2014-07 REGLEMENT N 00-03 DU 4 JUILLET 2000 RELATIF AUX DOCUMENTS DE SYNTHESE INDIVIDUELS DES ENTREPRISES RELEVANT DU COMITE DE LA REGLEMENTATION BANCAIRE ET FINANCIERE Abrogé et repris par règlement ANC n 2014-07

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC.

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. Premier trimestre terminé le 30 novembre 2005 Les états financiers consolidés joints ont été préparés par la direction de Alphinat Inc. et n ont pas été examinés

Plus en détail

LEADER MONDIAL DU PETIT ÉQUIPEMENT DOMESTIQUE

LEADER MONDIAL DU PETIT ÉQUIPEMENT DOMESTIQUE 26 février 2015 Résultats de l exercice 2014 Groupe SEB : Des performances opérationnelles solides Des devises pénalisantes 1 Ventes de 4 253 M en croissance organique* de + 4,6 % Croissance organique*

Plus en détail

DORVAL FLEXIBLE MONDE

DORVAL FLEXIBLE MONDE DORVAL FLEXIBLE MONDE Rapport de gestion 2014 Catégorie : Diversifié International/Gestion flexible Objectif de gestion : L objectif de gestion consiste à participer à la hausse des marchés de taux et

Plus en détail

Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net

Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net Paris, le 31 juillet 2015 Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net Un chiffre d affaires en hausse de +0,9% à 9,3 milliards d euros Développement ciblé en France Croissance à l international

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES BRED BANQUE POPULAIRE

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES BRED BANQUE POPULAIRE PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) BRED BANQUE POPULAIRE Société anonyme coopérative de banque populaire régie par les articles L.512-2 et suivants du Code

Plus en détail

PARTIE B - NOTES ANNEXES AUX COMPTES SOCIAUX

PARTIE B - NOTES ANNEXES AUX COMPTES SOCIAUX PARTIE B - NOTES ANNEXES AUX COMPTES SOCIAUX Note 1. Informations générales et faits marquants La société Bricorama SA et ses filiales exploitent en France, au Benelux et en Espagne un réseau de grandes

Plus en détail

Résultats du premier trimestre 2012 1

Résultats du premier trimestre 2012 1 Résultats du premier trimestre 1 Luxembourg, 9 mai Faits marquants Taux de fréquence 2 en matière de santé et sécurité de 1,0 au 1 er trimestre contre 0,3 au 4 ème trimestre Expéditions de 433 milliers

Plus en détail

FIBROSE KYSTIQUE CANADA

FIBROSE KYSTIQUE CANADA États financiers de FIBROSE KYSTIQUE CANADA KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. Téléphone (416) 228-7000 Yonge Corporate Centre Télécopieur (416) 228-7123 4100, rue Yonge, Bureau 200 Internet www.kpmg.ca Toronto

Plus en détail

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014 Rapport financier du premier trimestre de -2014 Pour la période terminée le Financement agricole Canada Financement agricole Canada (FAC), dont le siège social se trouve à Regina, en Saskatchewan, est

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2003-03 du 2 octobre 2003 relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances (Avis n 2003-09 du 24 juin 2003 du compte rendu CNC)

Plus en détail

Documents de synthèse individuels des entreprises relevant du CRBF

Documents de synthèse individuels des entreprises relevant du CRBF CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 00-07 Documents de synthèse individuels des entreprises relevant du CRBF Le Conseil national de la comptabilité réuni en assemblée plénière le 29 mai 2000 approuve

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE 2 Section 1. Problématique de la gestion du risque de change Section 2. La réduction de l exposition de l entreprise au risque de change Section 3. La gestion du risque de

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail

Activités et résultats 2011

Activités et résultats 2011 Activités et résultats rci en bref RCI Banque est la captive financière de l Alliance Renault Nissan et assure à ce titre le financement des ventes des marques Renault, Renault Samsung Motors (RSM), Dacia,

Plus en détail

SECTION 4 : OPERATIONS EN DEVISES

SECTION 4 : OPERATIONS EN DEVISES SECTION 4 : OPERATIONS EN DEVISES 1 - DISPOSITIONS GENERALES 2 - COMPTABILISATION DE L ENGAGEMENT 3 - COMPTABILISATION AU BILAN 4 - CONVERSION DES OPERATIONS EN DEVISES 5 - COMPTABILISATION DES RESULTATS

Plus en détail

RAPPORT D'EXAMEN LIMITE SUR LES ETATS FINANCIERS

RAPPORT D'EXAMEN LIMITE SUR LES ETATS FINANCIERS RAPPORT D'EXAMEN LIMITE SUR LES ETATS FINANCIERS INTERMEDIAIRES AU 30 JUIN 2011 Mesdames, messieurs les Actionnaires de La Banque Internationale Arabe de Tunisie BIAT Introduction Nous avons effectué l

Plus en détail

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale JOURNEES DE L ECONOMIE DE LYON UNE CRISE À FACETTES MULTIPLES Session Histoire des crises financières 21 novembre 28 Comment caractériser la crise financière internationale de 27-28?! Crise immobilière

Plus en détail

- - Créances sur les établissements de crédit et. chèques postaux

- - Créances sur les établissements de crédit et. chèques postaux BILAN AU 31 DÉCEMBRE 2005 ACTIF DEC 2005 DEC 2004 PASSIF DEC 2005 DEC 2004 Valeurs en caisse,banques centrales, Trésor public, Banques centrales, Trésor public, Servicesdes 197 427 113 253 Service des

Plus en détail

CREANCES ET DETTES EN MONNAIES ETRANGERES

CREANCES ET DETTES EN MONNAIES ETRANGERES CREANCES ET DETTES EN MONNAIES ETRANGERES Objectif(s) : o o o Evaluation des créances et dettes libellées en monnaies étrangères, Traitements comptables : facturation, fin d'exercice, règlement, Conséquences

Plus en détail

UFF PRESENTE UFF OBLICONTEXT 2021, NOUVEAU FONDS A ECHEANCE D OBLIGATIONS INTERNATIONALES, en partenariat avec La Française AM

UFF PRESENTE UFF OBLICONTEXT 2021, NOUVEAU FONDS A ECHEANCE D OBLIGATIONS INTERNATIONALES, en partenariat avec La Française AM COMMUNIQUE de Presse PARIS, LE 13 JANVIER 2015 UFF PRESENTE UFF OBLICONTEXT 2021, NOUVEAU FONDS A ECHEANCE D OBLIGATIONS INTERNATIONALES, en partenariat avec La Française AM UFF Oblicontext 2021 est un

Plus en détail

BIL Belgique À vos côtés, pour vous.

BIL Belgique À vos côtés, pour vous. FR banque privée BIL Belgique À vos côtés, pour vous. BELGIUM BIL Belgique À vos côtés, pour vous. Enseigne réputée et reconnue dans la plus pure tradition des banques privées internationales, BIL Belgique

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 24 mars 2007 (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie consolidés 4 Bilans

Plus en détail

Finlande. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Finlande. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

NC 21 Présentation des états financiers des établissements bancaires

NC 21 Présentation des états financiers des établissements bancaires NC 21 Présentation des états financiers des établissements bancaires Objectif 01. La Norme Comptable NC 01 -"Norme Comptable Générale" définit les règles relatives à la présentation des états financiers

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC21

NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC21 NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC21 OBJECTIF 01 - La Norme Comptable NC 01 - "Norme Comptable Générale" définit les règles relatives à la présentation

Plus en détail

Règlement de placement de l EPER

Règlement de placement de l EPER Règlement de placement de l EPER Entraide Protestante Suisse Le texte allemand fait foi. 1. Principes généraux Les moyens financiers mis à disposition par les donatrices et donateurs ainsi que par les

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

RESULTATS 2012. Bénéfice global total après impôts d EUR 7m pour l année 2012 Dividende proposé en hausse à EUR 2,40 par action

RESULTATS 2012. Bénéfice global total après impôts d EUR 7m pour l année 2012 Dividende proposé en hausse à EUR 2,40 par action Luxembourg, le 28 février 2013 Communiqué de presse RESULTATS 2012 Bénéfice global total après impôts d EUR 7m pour l année 2012 Dividende proposé en hausse à EUR 2,40 par action Le Conseil d administration,

Plus en détail

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT LFP Europimmo SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine.

Plus en détail

Les comptes de la Banque de France

Les comptes de la Banque de France 1 Le rapport sur la situation patrimoniale et les résultats Le Conseil général a arrêté les comptes de l exercice 2012 au cours de la séance du 28 mars 2013. Le résultat net s établit à 3 146 millions

Plus en détail

L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux

L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux 2 3 SOMMAIRE 4 L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux 4 Une orientation résolument internationale 6 Une protection

Plus en détail

Au second semestre 2010 : Sur l année 2010 : Perspectives 2011 :

Au second semestre 2010 : Sur l année 2010 : Perspectives 2011 : 11.05 Valeo : résultat net de 365 millions d euros en 2010, soit 3,8 % du chiffre d affaires ; performance opérationnelle en avance sur le plan stratégique présenté en mars 2010 Au second semestre 2010

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.3 : Qui crée la monnaie? INDICATIONS

Plus en détail

EPARGNE SELECT RENDEMENT

EPARGNE SELECT RENDEMENT EPARGNE SELECT RENDEMENT Instrument financier non garanti en capital 1 Durée d investissement conseillée : 6 ans (en l absence d activation automatique du mécanisme de remboursement anticipé) Ce produit

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS

CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS La classe 1 comprend les comptes du capital propre, des réserves et provisions, et ceux des avances et emprunts à plus d un an, dont

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances Les marchés boursiers ont repris au cours de l année 2003. Par conséquent, les plus-values latentes sur actifs des sociétés d assurances augmentent. Les

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

États financiers consolidés aux 30 septembre 2003 et 2002

États financiers consolidés aux 30 septembre 2003 et 2002 États financiers consolidés aux 2003 et 2002 TABLE DES MATIÈRES RÉSULTATS CONSOLIDÉS 2 BILANS CONSOLIDÉS 3 COMPTE DES CONTRATS AVEC PARTICIPATION CONSOLIDÉ 4 BÉNÉFICES NON RÉPARTIS CONSOLIDÉS DES ACTIONNAIRES

Plus en détail

Réglementation prudentielle. en assurance. Plan. - I - Les principes de la comptabilité générale et leur application à l assurance

Réglementation prudentielle. en assurance. Plan. - I - Les principes de la comptabilité générale et leur application à l assurance Réglementation prudentielle en assurance Principes de comptabilité : comment lire les comptes des entreprises d assurance? Franck Le Vallois Commissaire-contrôleur des assurances Plan - I - Les principes

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE - NORME N 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE NORME

Plus en détail

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse (Ordonnance de la Banque nationale, OBN) Modification du 7 mai 2014 La Banque nationale suisse arrête: I L ordonnance du 18 mars 2004

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

COMPTE DU RÉGIME DE PENSION DE LA GENDARMERIE ROYALE DU CANADA. Comptables agréés Toronto (Ontario) Le 29 avril 2005

COMPTE DU RÉGIME DE PENSION DE LA GENDARMERIE ROYALE DU CANADA. Comptables agréés Toronto (Ontario) Le 29 avril 2005 Rapport des vérificateurs Au conseil d administration de l Office d investissement des régimes de pensions du secteur public Compte du régime de pension de la Gendarmerie royale du Canada Nous avons vérifié

Plus en détail

Présentation au Cercle finance du Québec

Présentation au Cercle finance du Québec PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Québec, 19 janvier 1 Présentation au Cercle finance du Québec François Dupuis Vice-président et économiste en chef Mouvement des caisses Desjardins Matières premières

Plus en détail

Imagine Canada États financiers

Imagine Canada États financiers États financiers 31 décembre 2014 Table des matières Page Rapport de l auditeur indépendant 1-2 État des produits et des charges 3 État de l évolution des actifs nets 4 État de la situation financière

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES 31 décembre 2013 SOMMAIRE ETATS FINANCIERS CONSOLIDES 4 COMPTE DE RESULTAT DE L EXERCICE 2013 4 ETAT DU RESULTAT NET ET DES VARIATIONS D ACTIFS ET DE PASSIFS COMPTABILISEES

Plus en détail

Un fonds d obligations mondiales «pour tous les temps», capable de tirer son épingle du jeu dans toutes les conditions de marché

Un fonds d obligations mondiales «pour tous les temps», capable de tirer son épingle du jeu dans toutes les conditions de marché un méthode différente pour contrer la volatilité des marchés Fonds à revenu stratégique Manuvie* *Aussi offert : Catégorie de revenu stratégique Manuvie Un fonds d obligations mondiales «pour tous les

Plus en détail